Vous êtes sur la page 1sur 5

Correction de la synthèse de documents

Les documents manifestant une convergence d'opinions, le plan qui apparaît le plus souhaitable est un
plan analytique autour de la problématique : Dans quelle mesure les pratiques collaboratives représentent-
elles un progrès social ?

Proposition d’introduction rédigée :


Avec la prolifération des blogs, des wikis ou encore des réseaux sociaux, les pratiques collaboratives
se multiplient, que ce soit dans la vie professionnelle comme dans les loisirs, permettant un
accroissement des échanges et des services entre des personnes. Nous entrons dans un nouveau
monde impliquant une transformation sociétale sans précédent. Les médias et les politiques en parlent,
les citoyens et les entreprises s’en emparent progressivement. Ce mouvement esquisse les contours
d'une nouvelle économie, avec de nouveaux business models, d'autres formes d'organisation, de
management, de travail, d’innovation. Cependant cette visée semble parfois instrumentalisée, voire
dévoyée comme le démontrent les textes et documents soumis à notre étude, datés du XXème au XXIème
siècle. Dans quelle mesure les pratiques collaboratives représentent-elles un progrès social ? Si le
développement des pratiques collaboratives semble répondre à différentes motivations, il présente
aussi certains dangers que ne manquent pas de relever les auteurs de ce dossier.

Tableau synoptique de confrontation des idées


Document 1 Document 2 Document 3 Document 4 Plan possible

Constat du Description d’un A l’inverse, le Caricature de I) Les raisons du


développement des espace de cordonnier l’essor du co- développement
pratiques « coworking » travaillait seul voiturage des pratiques
collaboratives collaboratives
1) Le constat de
leur essor

Idéalisation de ces « rien n’a été laissé Cependant la Idéalisation du co- I) 2) Un progrès
pratiques : au hasard » : description du voiturage : tout le social ?
conséquences l’ergonomie du travail d’artisan monde sourit, du
positives sur le tissu mobilier, le confort effectué par le conducteur aux
social, sur l’écologie de travail sont père de Giono était passagers (hormis
et alternative à la pensés pour déjà idéalisée l’un d’eux, visage
crise de l’ultra- améliorer les (liberté, fermé, à l’arrière du
libéralisme échanges entre épicurisme) véhicule)
collaborateurs

Dévalorisation de Des personnes qui : Grande diversité de II) Les dangers


ces pratiques : effet n’ont rien en « profils » ; il ne liés à ces
de mode créé commun sont s’agit plus de co- pratiques
artificiellement pour obligées de se voiturage mais de 3) Un effet de
mettre en exergue côtoyer et de « multi-voiturage » ! mode pervers
une nouvelle manière cohabiter dans
de « consommer » leurs professions
des services respectives

Pourtant la société Mais ceux qui ont L’avantage de Le don ne semble I) 3) Une vision
collaborative repose besoin de conseils travailler seul : pas gratuit puisqu’un altruiste
sur la notion de don ou de clients se absence de des passagers tend
à l’autre, qu’il voient refuser leurs concurrence ou de un billet de banque
s’agisse de temps, demandes par les compétition, pour faire avancer le
d’argent ou de personnes qui maîtrise du conducteur
connaissances partagent leur processus de (image dégradante
espace de travail fabrication de la carotte tendue
à l’âne)

L’économie A contrario : Dévalorisation de Parodie de II) 1) Une


collaborative semble absence d’ambiance l’économie de fraternité absence de
alors plus solidaire familière, de liens marché qui intergénérationnelle communication
que l’économie de véritables entre les asservit l’ouvrier, et interculturelle
marché coworkers là où l’artisan lui se
libère grâce au
travail

Pour une majorité Avantages réels du Plutôt que le gain Economie réalisée I) 4) Un gain
de personnes coworking : de d’argent, nos par les passagers : d’argent
interrogées, les mode de travail ancêtres un seul d’entre eux
pratiques d’échanges permet de rompre recherchaient le semble payer pour
ou de location entre la solitude, et de plaisir et savaient la totalité ; voiture
particuliers rassurer ceux qui prendre le temps surchargée…
présentent plusieurs ont des difficultés de vivre
avantages, dont le en constatant qu’ils
principal est le gain ne sont pas les
d’argent seuls à en
éprouver…

L’essor de ces Mais les relations Lorsqu’il voulait Liens sous- II) 2) Un manque
pratiques répond en espace de travail changer d’endroit, entendus par une de lien social
également à une partagé reviennent l’artisan forme de
volonté générale de souvent à des déménageait et convivialité
nouer des relations trouvait une ville (musique) ?
relations
en-dehors des liens qui lui plaisait
familiaux, mais traditionnelles de
parfois se réduisent travail au bureau
aussi à une simple
transaction
commerciale

En fait la Le coworking est Le progrès n’est Progrès ou II) 4) Un mythe


collaboration entre parfois parfois qu’un régression ? Cette
pairs reste surtout un insupportable : choc leurre, une image semble tout
mythe fabriqué et illusion qui nous droit sortie d’un
des cultures,
entretenu par les fait au contraire pays en voie de
acteurs du net difficultés pour se régresser développement
concentrer sur son
travail

Correction de l’écriture personnelle

Grille d’analyse de l’énoncé :


Selon vous, notre société nous rend-elle Société : groupe, environnement,
solidaires ? communauté, collectif, ensemble des
personnes entre lesquelles existent des
rapports durables et organisés (avec des
institutions, etc.) ; milieu humain par rapport
aux individus.

Solidarité : fraternité, entraide, échange,


association, coopération, mutualité,
camaraderie, charité, cohésion, unité,
dépendance, interdépendance.
Reformulation du sujet : Notre époque permet-
elle ou favorise le rapprochement des individus,
voire les échanges et les relations
interpersonnelles ?

Plan dialectique : il s’agit de discuter deux


aspects contradictoires du sujet, dans un
raisonnement concessif.

Plan détaillé IDEE DOMINANTE : notre société mul-


ticulturelle et individualiste ne favorise pas
les échanges.

1 – Le multiculturalisme est parfois vécu


comme un danger voire une menace, et les
tentations de repli communautaire semblent
nombreuses, dans une Europe nostalgique de
son passé chrétien.
Arguments 2 – La quête du profit et de la rentabilité
de la partie 1 immédiate constituent également des freins à
la découverte de l’autre. Il semble que le
libéralisme à outrance tolère mal la perte de
temps, même si celle-ci s’effectue au service
d’autrui.
3 – Les réseaux sociaux n’ont de « social » que
le nom : les cas de harcèlement ou de
persécutions sur Internet se multiplient et les
victimes sont parfois isolées car elles ne
savent pas à qui s’adresser.

Transition : si notre société ne met pas toujours en exergue des comportements altruistes, elle
favorise cependant différentes formes de solidarité.
IDEE DOMINANTE : la vie en société conduit
naturellement l’homme à la coopération
envers ses semblables.

1 – L’homme étant défini comme « un animal


politique » (Aristote), il ne peut s’épanouir
qu’en agissant au service de ses pairs et de sa
communauté.

Arguments 2 – La solidarité intergénérationnelle se


de la partie 2 vérifie aujourd’hui par la construction de
résidences où retraités et étudiants se côtoient
et s’entraident au quotidien.

3 – Les opérations de dons ou de


financement collaboratif n’ont jamais été
nombreuses qu’aujourd’hui, que ce soit au
profit de personnes malades, handicapées ou
d’associations caritatives.