Vous êtes sur la page 1sur 3

Le "FAIRE" causatif

« Je cuis un œuf »
Bien que grammaticalement correcte, pour un français cette phrase n’est pas
naturelle.
Pourquoi ?
Qui fait l’action de « cuire » ? En réalité, c’est le feu qui cuit l’œuf
Mais…
Qui décide de l’action ? C’est moi
Donc… « Je fais cuire un œuf »
La règle : Quand le sujet est à l’origine de l’action mais ne la fait pas lui-même,
on utilise la structure suivante :
« Faire » conjugué au temps adéquat + verbe de l’action à l’infinitif

Expression de l’hypothèse et de la condition


Phrases avec " si "
Si + présent de l’indicatif, verbe au présent, au futur ou à l’impératif

 Si tu viens, je mange du chocolat


 Si tu viens, on s’amusera
 Si tu viens, téléphone-moi

Valeur : une action se réalisera dans le présent ou le futur à contidion qu’une autre
se réalise.
Si + imparfait, verbe au conditionnel présent

 Si j’allais à Paris, j’irais tous les jours voir un spectacle. (L’hypothèse se situe
dans le présent ou le futur, l’action envisagée a peu de chances de se réaliser)
 Si j’étais d’origine chinoise, je parlerais sûrement. (L’action se situe dans le
présent mais l’action hypothétique est irréalisable)

Si+ plus-que-parfait, verbe au conditionnel passé


S’il m’avait téléphoné, je lui aurais expliqué la situation (L’hypothèse est située dans
le passé et l’action envisagée ne s’est pas réalisée)
Conjonctions
À condition que+ subjonctif ( valeur générale). Exemple : Je te prêterai mon livre
à condition que tu me le rendes demain.
Pourvu que + subjonctif (condition nécessaire). Exemple : Vous pourrez
voyager pourvu que la SNCF ne fasse pas de grève.
Pour peu que + subjonctif (condition minimale). Exemple : Elle rougit pour peu
qu’on lui fasse un compliment.
À supposer que/ En attendant que + subjonctif (Hypothèse choisie par le
locuteur). Exemple : À supposer qu’il ne vienne pas, nous ajournerons la
conférence.
Au cas où + conditionnel (Hypothèse qui ne dépend pas du locuteur). Exemple
: Nous resterons à l’hôtel au cas où il pleuvrait.

L'imparfait de l'indicatif
L’imparfait est un temps qui exprime le passé. C’est un temps
qui exprime une durée indéfinie et qui nous sert à expliquer le décor
de l’action, la répétition dans le passé, etc.
On emploie l'imparfait:

 Pour décrire des actions habituelles du passé. Exemple : Quand j’étais petit, je jouais avec mes
copains.

 Pour décrire le décor d’une action, faire des commentaires, des explications, etc. Exemple : Il
était trois heures, il n’y avait personne dans la rue, la pluie tombait et nous marchions en
silence... Autrefois à Paris, il y avait plein de commerçants dans la rue.

 Pour exprimer l’hypothèse avec la conjonction si. Exemple : Si j’étais riche, je voyagerais à
l’étranger. Elle parle comme si elle avait de l’expérience.

 Pour exprimer une demande atténuée (formule de politesse). Je voulais vous demander une chose... Je
vous téléphonais pour l’appartement en location

Le passé antérieur
On utilise le passé antérieur pour marquer l’antériorité immédiate par rapport à un
verbe conjugué au passé simple. On le trouve généralement dans les subordonnées
temporelles introduites par:

 Quand
 Lorsque
 Une fois que
 Dès que
 Tant que

Exemples :
Ils se mirent d’accord, puis ils signèrent le contrat. / Aussitôt qu’il se furent mis
d’accord, ils signèrent le contrat.

L'expression de la cause
Une cause s’ajoute à une autre cause en introduisant une idée d’intensité.
Exemples: Ce soir, elle est d’autant plus fatiguée qu’elle est rentrée du bureau à
pied.
(Normalement, elle est très fatiguée le soir. Aujourd’hui, encore plus parce qu’elle
est rentrée à pied)
Elle parle d’autant mieux le français qu’elle a vécu cinq ans à Paris.
(Avant, elle parlait bien le français. Aujourd’hui, elle le parle encore mieux parce
qu’elle a vécu cinq ans à Paris)
Elle lit d’autant moins qu’elle n’a pas le temps.
(Avant elle lisait peu. Maintenant, elle lit encore moins parce qu’elle n’a pas le
temps)

Accords particuliers du participe passé


1. Sébastien Loeb et son copilote sont montés au podium pour la neuvième
fois ! Explication: On accorde le participe passé avec le sujet s'il est conjugué
avec le verbe être.
2. Sébastien Loeb et son copilote ont remporté 9 fois le Championnat du monde
des rallyes ! Explication: Le participe passé employé avec avoir ne s'accorde
pas avec le sujet du verbe avoir.
3. La compétition qu’il a remportée à nouveau comportait 13
épreuves. Attention ! On accorde le participe passé avec le complément d'objet
direct (COD) s'il est placé avant le verbe.

Bon = le meilleur = les meilleurs


Mauvais = le mauvais = le pire
Bien = le mieux

Remarques :
Les verbes en eler ou eter doublent leur consonne ou prennent un accent.
Exemples :
- Verbe appeler -> j'appellerai.
- Verbe acheter -> j'achèterai

Les verbes en yer changent le y en i.


Exemple : verbe essuyer -> j'essuierai

Vous aimerez peut-être aussi