Vous êtes sur la page 1sur 145

N° d’ordre :……..……../….

UNIVERSITE MOHAMMED PREMIER


ECOLE NATIONALE DES SCIENCES APPLIQUEES
D’AL HOCEIMA

Département: Génie Environnement & Génie Civil

Mémoire de Projet de Fin d’Etudes


Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur d’état
en Génie Civil

ETUDE D’AMENAGEMENT DE L’OUVRAGE


DE FRANCHISSMENT SUR L’OUED
ANSGMIRE

Réalisé Par :
CUISTO Manaf et LAGOUILLY Salsabila

Effectué à
BET AL KHIBRA
Etudes et conseils
Membres de jury :

Encadré à l’ENSAH par :


Encadré au BET ALKHIBRA par :
Prof. ABOULHASSAN MOULAY
Mr LMOUDDEN MOHSINE
ABDELAZIZ

Soutenu le 10/06/2016 devant le jury composé de :

Pr. ABOULHASSAN Moulay Abdelaziz Président (ENSAH)


Pr. Professeur (ENSAH)
M. LMOUDDEN MOHSINE Ingénieur(ALKHIBRA)

Année Académique: 2015-2016


PROJET DE FIN D’ETUDES

Dédicaces

Je dédie ce modeste travail,

A mon père pour tout son soutien, sacrifices et dévouement

A ma mère pour son amour inconditionnel, ses prières et encouragements

A mes frères Mohsine et Ismail que j’aime tant, pour leur soutien et
encouragements

A mes sœurs Asmae et Doha, vous êtes un cadeau du ciel que Dieu vous protège

LAGOUILLY Salsabila

Je dédie ce travail

A celle qui n'a jamais cessé de m'encourager et qui a attendu avec patience les
fruits de sa bonne éducation...
A ma mère.

A celui qui a toujours été là pour moi et qui m'a donné un magnifique modèle de
labeur et de persévérance…
A mon père

A ma chère sœur Hiba, son mari Mehdi et le bijou de la famille Jad.

A toute ma famille

A tous les amis que j'aime.

CUISTO Manaf

1
PROJET DE FIN D’ETUDES

Remerciement
Nous tenons à exprimer, au terme de ce travail, nos sincères remerciements à toutes les
personnes dont l’intervention, de près ou de loin au cours de ce projet, a favorisé son
aboutissement.

Ainsi, nous remercions vivement notre encadrant LMOUDDEN Mohsine, Ingénieur


Expert, qui nous a accueilli au sein du bureau d’études AL KHIBRA études et conseils et qui
n’a ménagé ni son temps ni son énergie pour nous aider à élaborer ce travail dans les
meilleures conditions. Nous sommes très reconnaissants des conseils fructueux qu’il n’a cessé
de nous prodiguer. Sans oublier Mlle Hasnaa, M. AKAABOUN ET M. SEFFAR pour leur
sympathie, aide, conseils précieux et aussi généreux.

Nos vifs remerciements s’adressent également à notre encadrant Mr


ABOULHASSAN Moulay Abdelaziz professeur docteur à l’ENSAH, nous le remercions
pour nous avoir encadrés et pour tous les efforts qu’il a consenti et ses conseils précieux.

Nous tenons à remercier aussi tous les membres du jury pour leur bienveillance à vouloir
évaluer notre travail.

Nous adressons également nos remerciements au corps enseignant pour la formation


académique qu’ils nous ont fourni pendant les cinq années et à tout le personnel de l’ENSAH
pour avoir veillé à notre confort durant cette période.

A l’ensemble nous tenons à témoigner de notre profond respect et espérons qu’ils trouveront
dans ce rapport l’expression de notre considération et le témoignage de notre estime.

2
PROJET DE FIN D’ETUDES

Résumé :
Dans le cadre d’aménagement de la route nationale RN13, la Direction Provinciale de
l’Equipement, du Transport et de la Logistique (DPETL) a confié au BET AL KHIBRA
l’étude d’élargissement de la route nationale RN 13 au niveau de l’ouvrage d’art situé sur
l’Oued Ansgmire.

Dans un premier temps, nous effectuons une étude préliminaire qui se compose d’études
hydrologique et hydraulique pour déterminer un diagnostic précis et global de la zone.

La méthodologie s’articule autour de deux phases :

 La première phase, nommée étude hydrologique, permet de déterminer les


caractéristiques du bassin versant constituant notre zone d’étude ainsi que son débit
centennale.
 La deuxième phase, nommée étude hydraulique, consiste à évaluer la capacité de
transite des aménagements existants. Après, et sur la base des résultats du diagnostic
de l’état existant, on procédera à la proposition d’aménagements permettant de réduire
les risques au niveau de la zone d’étude.

Dans un deuxième temps, après avoir déterminé les problématiques que la zone étudiée
rencontre, nous proposons des solutions pour en remédier et ceci dans la partie avant-projet,
qui traite la conception de deux variantes de murs de protection contre l’inondation dont
souffre la population à proximité de l’ouvrage d’art sur notre Oued et aussi, la conception de
deux variantes de pont pour enfin choisir une seule, par le biais d’une étude technique ainsi
qu’une étude économique.

Enfin, nous nous nous dirigeons vers le dimensionnement des différents éléments de notre
nouvel ouvrage d’art tout en vérifiant les conditions recommandées.

Mots clés : ponts à poutres en béton armée, pont à poutres en béton précontraint, mur de
protection contre l’inondation, méthode de GRADEX, Guyon Massonnet, piles marteaux,
appareils d’appui en élastomère frettée.

3
PROJET DE FIN D’ETUDES

Sommaire
Introduction .............................................................................................................................. 15

Partie 1 : Etude priliminaire………………………….…..…………………………………………………16

Chapitre I : Présentation du site…………………………...…………………………...……………...…..17

1. Situation géographique :................................................................................................ 17

2. Données topographiques : ............................................................................................. 17

3. Climat et végétation : .................................................................................................... 17

4. Données géologiques : .................................................................................................. 18

5. Aperçu hydrologique : ................................................................................................... 19

6. Description de l’état actuel :.......................................................................................... 20

Chapitre II : Etude hydrologique……………………………………………………..…….……………..21

1. Données hydrologiques : ............................................................................................... 21

2. Caractéristiques du bassin versant : .............................................................................. 22

3. Temps de concentration du site : ................................................................................... 23

4. Débits des crues par les formules empiriques usuelles : ............................................... 25

5. Méthode de GRADEX : ................................................................................................ 28

6. Conclusion :................................................................................................................... 30

Chapitre III : Etude hydraulique…………………………………………………………………….……..31

1. Introduction : ................................................................................................................. 31

2. Description HEC-RAC :................................................................................................ 32

3. Fonctionnement hydraulique de l’ouvrage existant : .................................................... 33

4. Calage de l’ouvrage :..................................................................................................... 35

5. CONCLUSION : ........................................................................................................... 36

Chapitre IV : Calcul des affouillements …………………………………………………………. 37

1. Introduction : ................................................................................................................. 37

2. Affouillement général : ................................................................................................. 37

4
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. Affouillement local : ..................................................................................................... 38

4. Affouillement dû au rétrécissement .............................................................................. 39

5. Conclusion :................................................................................................................... 39

Chapitre V : Dimensionnement des protections en enrochements.…………………...…….……...40

partie II : avant projet………………………………………………………………………………………..41

Chapitre I : Amenagement de protection ………………….…………………………………………….42

1. Situation de la zone : ..................................................................................................... 42

2. Choix des variantes : ..................................................................................................... 43

3. Détermination hauteur et longueur :.............................................................................. 44

Chapitre II : Conception de l’ouvrage d’art …………………….……………………..………………..47

1. Critères de choix du type d’ouvrage : ........................................................................... 47

2. Les différents types d’ouvrages : .................................................................................. 47

3. Comparaisons entre les ponts à poutres et les ponts dalles, en béton armée : .............. 48

Chapitre III : Pré-dimensionnement du tablier ……………………………………………….………..49

1. Introduction : ................................................................................................................. 49

2. Pré-dimensionnement de la variante I : ......................................................................... 50

3. Pré- dimensionnement de la variante II : ...................................................................... 54

4. Equipement du tablier : ................................................................................................. 57

Chapitre IV : Pré-dimensionnement des piles …………………………………………………………59

1. Introduction ................................................................................................................... 59

2. Présentation des types de piles : .................................................................................... 59

3. Conception des piles : ................................................................................................... 60

Chapitre V : Pré-dimensionnement des culées …………………………………...…………........……63

1. Introduction : ................................................................................................................. 63

2. Les types des culées : .................................................................................................... 63

3. Conception des culées : ................................................................................................. 64

5
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre VI : Modélisation hydraulique des deux variantes ……………………...………….65

1. La variante 1 : BA ......................................................................................................... 65

2. La variante 2 : BP .......................................................................................................... 67

3. Conclusion .................................................................................................................... 69

Chapitre VII : Estimation du coût ………………………………………………….………………70

1. Variante BA : ................................................................................................................ 70

2. La variante VIPP : ......................................................................................................... 71

PARTIE III : Projet d’exécution ………………………………………………………….….…….72

Chapitre I : Définitions des charges …………………………………………….…………………73

1. Charges permanentes : .................................................................................................. 73

2. Charges routières réglementaires : ................................................................................ 75

Chapitre II : Etude des poutres principales ………………………………………...……..…...…..82

1. Préliminaire : ................................................................................................................. 82

2. Détermination des coefficients de Répartition transversale des charges (CRT) : ......... 82

3. Le Coefficient de Répartitions Transversale (CRT) : ................................................... 84

4. La rigidité flexionnelle des poutres : ............................................................................. 85

5. La rigidité torsionnelle : ................................................................................................ 86

6. Paramètre entretoisement et de torsion : ....................................................................... 87

7. Calcul CRT :.................................................................................................................. 88

8. Les valeurs des CRT pour les différentes poutres : ....................................................... 92

9. Détermination des sollicitations moyennes : ................................................................. 93

10. Sollicitations dues aux charges permanentes ................................................................ 95

11. Combinaisons de charges ............................................................................................ 104

Chapitre III : Etude de l’hourdis …………………………………………..………….…………..106

1. Définition : .................................................................................................................. 106

2. Matériaux : .................................................................................................................. 106

6
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. Chargement : ............................................................................................................... 107

4. Les moments : ............................................................................................................. 108

5. Combinaisons des charges : ........................................................................................ 108

6. Calcul de la section à l'encastrement sur poutre .......................................................... 109

Chapitre IV : Etude d’entretoises ………………………………………………………..……….111

1. Introduction : ............................................................................................................... 111

2. Calcul sollicitations : ................................................................................................... 111

3. Les combinaisons de charges : .................................................................................... 118

4. Calcul des sollicitations lors le vérinage : ................................................................... 119

Chapitre V : Les appareils d’appuis ………………………………………..…….………………121

1. Définition : .................................................................................................................. 121

2. Evaluation des déformations : ..................................................................................... 121

3. Réactions d’appuis : .................................................................................................... 123

4. Dimensionnement des appareils d’appuis : ................................................................. 126

5. Vérification de la validité des appareils d’appuis ...................................................... 130

6. Tableau récapitulatif des appareils d’appuis : ............................................................. 133

Chapitre VI : Etude des piles…………...………….…………………………………………..……...…134


7. Inventaire des charges : ............................................................................................... 134

8. Descente de charges : .................................................................................................. 139

9. Etude du chevêtre : ...................................................................................................... 141

Conclusion …………………...………………….…………………..………………………………………144

Bibliographie ………………………………………………………………………………………………..145

7
PROJET DE FIN D’ETUDES

Liste des tableaux :


Tableau 1 : Liste des cartes topographiques du site. ................................................................ 21
Tableau 2 : Pluviométries maximales annuelles. ..................................................................... 22
Tableau 3 : Caractéristiques du bassin versant ......................................................................... 23
Tableau 4 : Temps de concentration en h. ................................................................................ 24
Tableau 5 : Limitation d'utilisation des formules empiriques .................................................. 25
Tableau 6 : Coefficients de hazan lazarevick k1 et k2 .............................................................. 27
Tableau 7 : Tableau récapitulatif des débits. ............................................................................ 28
Tableau 8 : Débits décennales .................................................................................................. 30
Tableau 9 : Débit GRADEX .................................................................................................... 30
Tableau 10 : Caractéristique de l'oued par HEC-RAS ............................................................. 35
Tableau 11 : Données de calcul................................................................................................ 39
Tableau 12 : Résultat de calculs d'Affouillement général ........................................................ 39
Tableau 13 : Résultat de calcul d'affouillement du au rétrécissement ..................................... 39
Tableau 14 : Résultat de calcul d'affouillement local .............................................................. 39
Tableau 15 : Tronçon inondé ................................................................................................... 42
Tableau 16 : Estimation du coût du mur en gabions ................................................................ 45
Tableau 17 : Estimation du coût du mur en béton armée ......................................................... 46
Tableau 18 : Comparaison entre les ponts à poutres et dalles .................................................. 48
Tableau 19 : Dimensions de la plate-forme ............................................................................. 49
Tableau 20 : Calcul dimensions de talon ................................................................................. 52
Tableau 21 : Profil longitudinal de la variante psi-bp .............................................................. 54
Tableau 22 : Choix de pile selon rapport largeur/ hauteur ....................................................... 60
Tableau 23 : Vue longitudinal du chevêtre .............................................................................. 61
Tableau 24 : Hauteur des piles ................................................................................................. 61
Tableau 25 : Caractéristique de l'oued par HEC-RAS (psi-ba)................................................ 66
Tableau 26 : Caracteristique de l'oued par HEC-RAS (PSI-BP) ............................................. 68
Tableau 27 : Estimation PSI-BA .............................................................................................. 70
Tableau 28 : Estimation PSI-BP............................................................................................... 71
Tableau 29 : Caractéristiques géométriques du tablier ............................................................ 73
8
PROJET DE FIN D’ETUDES

Tableau 30 : Poids des éléments porteurs d'une travée ............................................................ 73


Tableau 31 : Poids de la superstructure d'une travée ............................................................... 74
Tableau 32 : Coefficient de majoration des différents systèmes .............................................. 77
Tableau 33 : Valeurs de α1 ....................................................................................................... 77
Tableau 34 : Valeurs de V0 ...................................................................................................... 78
Tableau 35 : Valeurs de Bc ....................................................................................................... 79
Tableau 36 : Valeurs Bt ............................................................................................................ 80
Tableau 37 : Les moments d’inertie de la torsion .................................................................... 87
Tableau 38 : K0 et K1 pour ɵ= 0.60 .......................................................................................... 88
Tableau 39 : K0 et K1 pour θ=0.90 ........................................................................................... 88
Tableau 40 : K0 pour θ=0.854888 .......................................................................................... 89
Tableau 41 : K1 pour θ=0.854888 ........................................................................................... 89
Tableau 42 : Valeurs de K pour α=0.1943496 ......................................................................... 90
Tableau 43 : Les ordonnées des poutres intermédiaires et de rive ........................................... 90
Tableau 44 : Les coefficients CRT pour les différentes sections du tablier ............................. 90
Tableau 45 : Valeurs de CRT pour les surcharges ................................................................... 93
Tableau 46 : Sollicitations dues au poids propre de la poutre .................................................. 96
Tableau 47 : Sollicitations dues au poids propre du hourdis.................................................... 96
Tableau 48 : Sollicitations dues aux superstructures ............................................................... 97
Tableau 49 : Sollicitations Dues Aux Charges Permanentes ................................................... 97
Tableau 50 : Sollicitations dues au système A(L) .................................................................... 99
Tableau 51 : Sollicitations dues au système Bc ..................................................................... 100
Tableau 52: Sollicitations dues au système Bt ....................................................................... 101
Tableau 53 : Sollicitations dues au systeme BR ..................................................................... 102
Tableau 54 : Sollicitations dues au système MC120 ................................................................ 103
Tableau 55 : Sollicitations dues à la charge du trottoir TR ..................................................... 104
Tableau 56 : Sollicitations dues a la charge du trottoir TR ..................................................... 105
Tableau 57 : Caractéristiques géométriques d’une travée du tablier ..................................... 106
Tableau 58 : Recapitulatif du calcul des moments au centre de la dalle ................................ 107
Tableau 59 : Coefficients de majoration ................................................................................ 107
Tableau 60 : Les moments transversal et longitudinal à ELS et ELU ................................... 109
Tableau 61 : Moments poutres et entretoises à ELU et ELS ................................................. 110
Tableau 62: Sollicitations dues aux charges permanentes et aux surcharges routières ......... 118

9
PROJET DE FIN D’ETUDES

Tableau 63 : Résultats des combinaisons de charges ............................................................. 119


Tableau 64 : Les poids supportés par les poutres ................................................................... 119
Tableau 65 : Charges permanentes sur appuis ....................................................................... 123
Tableau 66 : Réactions d'appuis dues aux différentes charges............................................... 125
Tableau 67 : Réactions d'appuis sur les piles et les culées ..................................................... 126
Tableau 68 : Condition de la contrainte de compression ....................................................... 126
Tableau 69 : Rigidités des appuis ........................................................................................... 129
Tableau 70 : Efforts de freinage ............................................................................................. 129
Tableau 71 : Efforts dus aux variations linéaires lentes ......................................................... 130
Tableau 72 : Efforts dus aux variations linéaires courtes ....................................................... 130
Tableau 73 : Calcul de contrainte de distorsion ..................................................................... 131
Tableau 74 : Calcul de contrainte conventionnelle de calcul ԏN .......................................... 132
Tableau 75 : Résultat de calcul de contrainte totale de distorsion ......................................... 132
Tableau 76 : Calcul de condition d’épaisseur de frettes ......................................................... 132
Tableau 77 : Calcul de condition de non cheminement ......................................................... 132
Tableau 78 : Calcul de condition du non glissement ............................................................. 133
Tableau 79 : Vérification de la validité des appareils d’appui ............................................... 133
Tableau 80 : Charges permanentes appliquées à chacune des piles ....................................... 134
Tableau 81 : Les différents cas de charges pour la semelle sous chaque pile ........................ 139
Tableau 82 : La descente de charges pour la semelle sous chaque pile ................................. 140
Tableau 83 : Sollicitation à la base du fût de la pile pour chaque cas de charge ................... 141
Tableau 84 : Les sollicitations dimensionnante ..................................................................... 141
Tableau 85 : Sollicitations enveloppes dans le chevêtre-pile ................................................. 142

10
PROJET DE FIN D’ETUDES

Liste des figures :


Figure 1: Carte géologique Atlasique....................................................................................... 18
Figure 2 : Carte des précipitations moyennes du bassin hydraulique de MOULOUYA ......... 19
Figure 3 : Etat actuel de l'ouvrage. ........................................................................................... 20
Figure 4 : Délimitation du bassin versant................................................................................. 23
Figure 5 : Etat actuel du pont ................................................................................................... 31
Figure 6 : Représentation tridimensionnelle de l’oued Ansegmire. ......................................... 33
Figure 7 : Profil en travers au niveau de l’ouvrage de franchissement existant. ...................... 34
Figure 8 : Profil en long de l’oued avec l’ouvrage existant ..................................................... 34
Figure 9 : Calage de l'ouvrage .................................................................................................. 36
Figure 10 : Diagramme de diamètre d'enrochement ................................................................ 40
Figure 11 : Vue en plan de la zone d'étude .............................................................................. 42
Figure 12 : Vue en plan de la zone inondable .......................................................................... 43
Figure 13 : Profil en travers de l'oued avec le mur de protection ............................................ 44
Figure 14 : Vue en plan du site avec un mur en gabion ........................................................... 44
Figure 15 : Coupe transversale d'un mur en gabions ............................................................... 45
Figure 16 : Sortie Arche2000 pre-dimensionnement du mur ................................................... 46
Figure 17 : Domaine d'emploi des variantes ............................................................................ 48
Figure 18 : Profil en travers du tablier ..................................................................................... 49
Figure 19 : Profil en long de la variante psiba ......................................................................... 50
Figure 20 : Profil longitudinal d’une poutre BA ...................................................................... 50
Figure 21 : Schéma du profil en travers de la variante PSI-BA ............................................... 51
Figure 22 : Poutre en double té ................................................................................................ 52
Figure 23 : Dimensions du talon .............................................................................................. 52
Figure 24 : Profil en long de la variante psi-bp ........................................................................ 54
Figure 25: Dimensions de différentes entités du tablier ........................................................... 55
Figure 26 : Schéma de l'âme de poutre .................................................................................... 55
Figure 27 : Talon de la poutre de la variante psi-bp................................................................. 56
Figure 28 : Eléments du pont ................................................................................................... 57
Figure 29 : Profil transversale de la pile. ................................................................................. 62
Figure 30 : Vue 3d du tronçon avec la variante 2 .................................................................... 65
Figure 31 : Profil en long de l’oued avec la variante 2 ............................................................ 66
11
PROJET DE FIN D’ETUDES

Figure 32 : Vue 3d du pont avec la variante psibp ................................................................... 67


Figure 33 : Profil en long de l'oued avec la variante psi-bp ..................................................... 68
Figure 34 : Système de charge Bc ............................................................................................ 78
Figure 35 : Le système Bt ......................................................................................................... 79
Figure 36 : Système Br ............................................................................................................. 80
Figure 37 : Le système de charge Mc120 ................................................................................... 80
Figure 38 : Modèle du tablier de pont d’après Guyon-Massonnet ........................................... 83
Figure 39 : Morphologie de la poutre dans la section médiane ............................................... 85
Figure 40 : Morphologie de la poutre corrigée dans la section médiane ................................. 86
Figure 41 : Courbe de CRT pour la poutre intermédiaire ....................................................... 91
Figure 42 : Courbe de CRT pour la poutre centrale ................................................................ 91
Figure 43 : Courbe de CRT pour la poutre de rive.................................................................. 91
Figure 44 : La disposition la plus défavorable des charges dans le sens transversal poutre
intermédiaire............................................................................................................................. 92
Figure 45 : La disposition la plus défavorable des charges dans le sens transversal poutre de
rive ............................................................................................................................................ 92
Figure 46 : La disposition la plus défavorable des charges dans le sens transversal poutre
centrale ..................................................................................................................................... 93
Figure 47 : Schéma des réactions d’une poutre sur deux appuis ............................................. 94
Figure 48 : Lignes d'influence pour une poutre sur appuis simples ......................................... 94
Figure 49 : Diagramme T(x) et M(x) d’une charge continue repartie ..................................... 95
Figure 50 : Diagramme t(x) dues au système a(l) .................................................................... 98
Figure 51 : Diagramme M(x) dues au système A(L) ............................................................... 98
Figure 52 : Diagramme T(x) et M(x) dues au système Bc ....................................................... 99
Figure 53 : Diagramme T(x) et M(x) dues au système Bt ..................................................... 100
Figure 54 : Diagramme T(x) et M(x) dues au système Br ...................................................... 101
Figure 55 : Diagramme T(x) et M(x) dues au systeme Mc120 ................................................ 102
Figure 56 : Caracteristiques des entretoises ........................................................................... 111
Figure 57 : Schéma de calcul des sollicitations dues au poids propre de l’entretoise entretenue
des âmes de poutres. ............................................................................................................... 112
Figure 58 : Moment fléchissant sous la charge du poids propre de l’entretoise .................... 112
Figure 59 : Effort tranchant sous la charge du poids propre de l’entretoise .......................... 112
Figure 60 : La disposition la plus défavorable pour le système Bc........................................ 113

12
PROJET DE FIN D’ETUDES

Figure 61 : Moment fléchissant sous la charge du système Bc .............................................. 114


Figure 62 : Effort tranchant sous la charge du système Bc .................................................... 114
Figure 64 : Moment fléchissant sous la charge du système Bt ............................................... 115
Figure 63 : La disposition la plus défavorable pour le système Bt ......................................... 115
Figure 65 : Effort tranchant sous la charge du système Bt ..................................................... 116
Figure 66 : La disposition la plus défavorable pour le système Mc 120 ................................ 117
Figure 67 : Moment fléchissant sous la charge du système Mc120 ....................................... 117
Figure 68 : Effort tranchant sous la charge du système Mc120 ............................................. 118
Figure 69 : Modélisation des entretoises pendant le vérinage ............................................... 120
Figure 70 : Moment fléchissant pendant le verinage ............................................................. 120
Figure 71 : Effort tranchant pendant le verinage.................................................................... 120
Figure 72 : Réaction d’appuis pour une seule travée chargée A(l). ....................................... 123
Figure 73 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées A(l). ........................................... 124
Figure 74 : Réaction d’appuis pour une travée chargée Bc. ................................................... 124
Figure 75 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées Bc. ............................................. 124
Figure 76 : Réaction d’appuis pour une seule travée chargée Mc120 ................................... 125
Figure 77 : Réaction d’appuis pour deux travées chargées Mc120 ........................................ 125
Figure 78 : Définition géométrique d'un appareil d'appui ...................................................... 127
Figure 79 : Déplacement de l'appui ........................................................................................ 128
Figure 80 : Illustration de longueur de travée ........................................................................ 129
Figure 81 : Contrainte conventionnelle de distorsion ............................................................ 131
Figure 82 : Illustration de la charge Bc par rapport a l’axe du tablier .................................... 136
Figure 83 : Illustration de la charge Mc120 par rapport a l’axe du tablier ............................... 136
Figure 84 : Illustration des efforts dues l‘action du vent........................................................ 137
Figure 85 : Illustration des efforts dues au courant ................................................................ 138
Figure 86 : Schéma de calcul des sollicitations dans le chevêtre ........................................... 142

13
PROJET DE FIN D’ETUDES

Liste des abréviations :


RN : Route national,

VIPP : Viaduc à travées Indépendantes à Poutres Précontraintes par post-tension,

PSIBA : Passage Supérieur Inférieur en Béton Armé,

SETRA : Service d’Etudes sur les Transports, les Routes et leurs Aménagement,

ELU : Etat Limite Ultime,

ELS : Etat Limite de Service,

BA : Béton armée,

PK : Point kilométrique,

PS : Passage supérieur,

PI : Passage inférieur,

E : Module de déformation longitudinale,

G : Module de déformation transversale,

υ : Coefficient de Poisson,

σbu : Contrainte de traction admissible de l’acier,

Fe : Limite d’élasticité de l’acier,

Es : Module d’élasticité de l’acier,

γ : sol Contrainte du sol,

Lch : Largeur chargeable,

Lr : Largeur roulable,

Nv : Nombre de voies,

V : Largeur d’une voie,

Gmax : Poids propre,

Gmin : Charge permanente maximale,

14
PROJET DE FIN D’ETUDES

Introduction
L’essor économique d’un pays, aussi puissant soit-il, passe inéluctablement par la
mise en place et l’amélioration continue des infrastructures d’une manière générale, et celles
de transport plus particulièrement.

Le Maroc, ayant pris connaissance de cet état de fait, a élaboré ces dernières années,
un vaste programme de promotion des infrastructures routières sur l’ensemble du territoire
dont notre projet en fait un bel exemple.

Intitulé « étude d'un ouvrage d'art sur oued Ansegmire et protection des berges » notre
mémoire de fin d’études traite deux volets :

 la protection contre l’inondation, le phénomène qui ne cesse de s’amplifier, sans doute


à cause des effets du changement climatique et du développement démographique,
urbain et industriel.

 la conception et le dimensionnement d’un pont qui demande de l’ingénieur démarche


de conception d’un pont suppose, de la part de l’ingénieur, une vaste culture
technique, afin d’identifier les solutions les plus économiques et de tirer le meilleur
parti des propriétés des matériaux dont il peut disposer. Par conséquent, l’ingénieur
concepteur peut limiter au maximum les aléas prévisibles lors de l’exécution et aussi
essayer d’intégrer une préoccupation esthétique et environnementale dans cette
conception.

15
PROJET DE FIN D’ETUDES

Partie I : Etude préliminaire


 Présentation du site.
 Etude hydrologique.
 Etude hydraulique.
 Calcul des affouillements
 Dimensionnement des protections en enrochements.

16
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre I : PRESENTATION DU SITE

1. Situation géographique :

Le franchissement objet de la présente étude se situe au PK392+350 de la RN13.

La reconstruction de cet ouvrage entre dans le cadre de l’amélioration de niveau de service de


la RN13 du PK 342+500 au PK 509+500 dans la province de Midelt.

Par rapport au Nivellement Général du Maroc (N.G.M), le franchissement se trouve au point


de coordonnées suivantes :
 X= 545480.441
 Y= 238712.842

2. Données topographiques :

Le couloir du projet se développe pour l’essentiel dans un terrain montagneux faisant


partie du domaine du Moyen Atlas plissé. Les altitudes varient entre les cotes 3150m et
1500m (NGM).Les pentes longitudinales sont relativement fortes par endroits.

3. Climat et végétation :

Le climat est de type semi-aride avec une saison hivernale froide marquée. Les
températures moyennes de la ville de Midelt, située à 1 500 m d’altitude, sont comprises entre
6,5°C en décembre et 24,4°C en juillet. Midelt subit des vents forts mais relativement
constants qui peuvent atteindre 104 km/h avec des rafales à 154 k80.m/h.
Les crêtes des massifs sont soumises à des aléas climatiques importants. Les
précipitations sont très faibles tout au long de l’année avec des précipitations en général
inférieures à 250 mm. Par contre les versants élevés reçoivent entre 600 et 1200 mm de
pluie/an, en partie sous forme de neige. Cette abondante pluviosité permet d’alimenter de
façon constante la Moulouya et ses affluents ainsi que les nappes souterraines qui leur sont
liées. L’altitude élevée entre 1200 et 3700 mètres entraîne un climat froid et continental.

17
PROJET DE FIN D’ETUDES

4. Données géologiques :

La province de Midelt fait partie du grand domaine géologique marocain du Moyen


Atlas. Il comporte une longue faille au nord, vestige de la phase de rift (subsidence) puis de la
fermeture du rift (compression). Le massif Atlasique s’est élevé et le Haut Atlas s’est plissé
au cours des temps géologiques anciens. C’est suite à ces deux phénomènes que l’Atlas s’est
ouvert de manière oblique, créant ainsi le Haut Atlas Central et le Moyen Atlas, au milieu
duquel se trouve la zone d’étude de Midelt.

F IGURE 1: C ARTE GEOLOGIQUE ATLASIQUE .

Pour mémoire, le Moyen Atlas est situé entre l’accident sud atlasique et la limite sud du
Pré-rif. Il est constitué par :

 Un socle paléozoïque depuis le Cambrien jusqu’au Carbonifère, constitué


essentiellement par des terrains sédimentaires avec une intense activité volcanique
bimodale au Viséen. Ce socle a été structuré par l’orogenèse hercynienne responsable
aussi de la mise en place de nombreuses intrusions de granitoïdes ;

 Une couverture, formée des terrains essentiellement carbonatés, Mésozoïques et


Cénozoïques comportant une zone à couverture plissée ayant subi une tectonique
alpine précoce.

Les sols sont formés d’épandages de dépôts rouges, appelés communément « Couches de
Mibladene ». Ils sont constitués principalement de marnes, de dolomites et d’argiles rouges.
18
PROJET DE FIN D’ETUDES

La province de Midelt est riche en gisements miniers notamment de plomb et d’antimoine.


La production de plomb a été assurée pendant longtemps par les districts miniers de la haute
Moulouya et, aujourd’hui, la majorité de ces districts sont abandonnés.

5. Aperçu hydrologique :

Trois principales unités aquifères sont identifiées au niveau de la Province de Midelt :


- Unité aquifère des conglomérats, calcaires lacustres et alluvions du Mio-Plio-Quaternaire.
- Unité aquifère des calcaires et dolomies du Jurassique ;
- Unité aquifère des calcaires du Crétacé.

F IGURE 2 : C ARTE DES PRECIPITATIONS MOYENNES DU BASSIN HYDRAULIQUE DE MOULOUYA

La qualité des ressources en eau peut être affectée par plusieurs types de pollutions.
Les pollutions d’origine domestique sont dominantes à l’échelle du bassin de la Moulouya. La
pollution diffuse constitue aussi une source non négligeable de la dégradation de la qualité des
eaux. La pollution liée aux rejets industriels est insignifiante.

19
PROJET DE FIN D’ETUDES

6. Description de l’état actuel :

La section de l’oued Ansgmir objet de la présente étude se situe au PK392+350 de la


RN13. Son aménagement entre dans le cadre de l’amélioration de niveau de service de la
RN13.

Le tronçon de la RN13 sur lequel existe l’ouvrage à l’étude présente une plate-forme de
9.0m à 10.0m par endroit ; 6.0m pour la chaussée et 1m à 2m d’accotement de part et d’autre.
La plate-forme sera aménagée avec un profil en travers type de 12m de large dont :

► 9m de chaussée ;

► 1.5m d’accotement de chaque côté.

En ce qui concerne l’ouvrage existant, il s’agit d’un pont très ancien. Il enjambe le lit
mineur, les culées de type massives sont implantées dans le lit majeur. L’ouvrage a trois
travées de 15 m chacune. Son tablier, de conception dépassée, est de type poutres en béton
armé à entretoises multiples sous chaussée. Ce tablier repose sur des appuis massifs hauts de 8
m environ. Les culées sont munies de mur en retour. Un muret en maçonnerie et gabion sert
pour la rétention du talus des remblais d’accès.

F IGURE 3 : ETAT ACTUEL DE L 'OUVRAGE .

Des signes de vétusté (fissures, épaufrures, éclatement du béton, corrosion des


armatures …) apparaissent sur l’ouvrage.

20
PROJET DE FIN D’ETUDES

En aval de l’ouvrage, une seguia bétonnée se jette dans l’oued après avoir traversé la
route via une buse. Toujours en aval, on note également l’existence d’une conduite à une
quinzaine de mètre de l’ouvrage. Il faut noter également que le pont porte des conduits.

Chapitre II : ETUDE HYDROLOGIQUE

Période de retour :

Conformément aux recommandations du SETRA, la période de retour du projet est de


100 ans.

1. Données hydrologiques :

Afin de disposer d’une base de données la plus complète, on a eu recourt aux cartes
topographiques régulières, établies par l’Agence Nationale de la Conservation Foncière du
Cadastre et de la Cartographie :

Intitulé Échelle

MIDELT 1/100 000

RICH 1/100 000

ITZER 1/100 000

TOUNFIT 1/100 000

T ABLEAU 1 : LISTE DES CARTES


TOPOGRAPHIQUES DU SITE.

Les données hydrologiques disponibles sont des pluies maximales journalières au


poste pluviométrique et les débits maximum instantanés de la station ANSEGMIRE. Ces
données sont étalées entre l’année 1959 à 1999.

Le poste pluviométrique d’ANSEGMIR se situe à l’emplacement du projet.

Données hydrologiques recueillies :

II s'agit des pluies journalières maximales annuelles observes à la station pluviométrique

Ansgmire présentées dans tableau ci-dessous :


21
PROJET DE FIN D’ETUDES

Années Pj max (mm) 1979/1980 15.40


1959/1960 54.00 1979/1981 23.50
1960/1961 26.60 1979/1982 22.10
1961/1962 31.20 1979/1983 79.50
1962/1963 25.20 1979/1984 12.80
1963/1964 36.00 1979/1985 35.40
1964/1965 32.60 1979/1986 14.80
1965/1966 17.70 1979/1987 26.20
1966/1967 21.90 1979/1988 40.10
1967/1968 18.70 1979/1989 24.40
1968/1969 55.30 1979/1990 24.80
1969/1970 18.80 1979/1991 25.50
1970/1971 13.90 1979/1992 21.00
1971/1972 21.20 1979/1993 8.00
1972/1973 30.00 1979/1994 60.40
1973/1974 23.20 1979/1995 22.00
1974/1975 19.30 1979/1996 37.70
1975/1976 20.70 1979/1997 26.00
1976/1977 10.80 1979/1998 33.10
1977/1978 17.70 1979/1999 16.70
1978/1979 24.80 Moyenne 27.23
T ABLEAU 2 : PLUVIOMETRIES MAXIMALES ANNUELLES .

2. Caractéristiques du bassin versant :

L’examen de la topographie des bassins versants a permis de délimiter les lignes de


partage des eaux, identifier les plus longs cours d'eau, les côtes extrêmes ainsi que les autres
caractéristiques morphologiques récapitulées dans le tableau suivant :

22
PROJET DE FIN D’ETUDES

FIGURE 4 : DELIMITATION DU BASSIN VERSANT

Caractéristiques du BV

Surface Longueur Pente Périmètre Dénivelée Indice de


N° BV compacité
km² km % [Km] [m]

BV1 973.47 88.87 5.56 179 1670 1.62


T ABLEAU 3 : CARACTERISTIQUES DU BASSIN VERSANT

3. Temps de concentration du site :

Le calcul des volumes et des hydrogrammes des crues et des débits des petits bassins
versants, par les formules empiriques, fait intervenir le concept du temps de concentration.
L’évaluation du temps de concentration tc (temps nécessaire à l’eau pour s’écouler
depuis le point le plus éloigné du bassin jusqu’à son exutoire ou jusqu’au point de calcul) est
basée en général sur l’hypothèse que les gouttes de pluie se déplacent perpendiculairement
aux lignes de niveau. Ce paramètre est déterminé par des formules empiriques largement
utilisées au Maroc et qui sont présentées et expliquées ci-après :

23
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Giandotti

Tc = 60 * (4 * S0, 5 + 1,5 * L) / (0,8 * H0, 5)

 Turrazza & Passini

Tc = 60 * 0,108 * (L*S) 1/3 * -0,5

 Ventura

Tc = 76,3 * (S/) 0,5

 Kirpich

Tc = L0, 77 * -0,385 / 52

 Formule Espagnole

Tc =18 * L0, 77 * -0,1925

 Van Te Chow

Tc =60 * 0.123 * (L * -0,5)0,64

 Formule Californienne

Tc =60 * 0.1452 * (L * -0,5)0,77

 Formule de US Corps

Tc =16.682 * (L * -0,25)0,77

 Formule de Epsey (1)

Tc =1.24 * (L / racine ( ))0,36


Californien

Valeur
Turrazza /
Espagnole

US Corps

Giandotti
Epsey (1)
Ventura

Kirpich
Van Te

Passini
Chow

N° BV retenue
ne

[h]

BV1 16.83 2.30 16.57 7.75 21.23 18.92 6.30 20.26 7.89 6.30
T ABLEAU 4 : TEMPS DE CONCENTRATION EN H.

24
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le temps de concentration retenu est celui calculé par kirpich plus appropriée pour les
bassins versants montagneux.

4. Débits des crues par les formules empiriques usuelles :

Les méthodes de calcul recensées en utilisant différentes formules empiriques tiennent


compte de deux facteurs essentiels:

 La taille du bassin versant, par le biais de sa surface et/ou de sa longueur ;

 Le gradient topographique du bassin versant, par le biais de sa pente ou de sa


dénivelée.

Les débits retenus sont ceux calculés par ces formules dont les limites de validités
dépendent essentiellement de la taille des bassins. Suivant ce critère, on distingue deux
classes de bassin, à chacun on applique les formules convenables. La formule Rationnelle
n’ayant pas de limitations spécifiques.
En général, les différentes formules empiriques utilisées pour l’estimation de l’apport
des bassins versants, sont :
Formules 1 < A < 10 km² 10 < A < 25 km² A > 25 km²
Mac – Math – – –
Burkli – Ziegler Oui – –
Rationnelle Oui Oui –
Mallet – Gauthier – Oui Oui
Fuller II – Oui Oui
Hazan – Lazarevick – – Oui
Débit retenu Max Moyenne Moyenne
T ABLEAU 5 : LIMITATION D' UTILISATION DES FORMULES EMPIRIQUES

Ces méthodes largement utilisées en ingénierie, élaborées ailleurs, et utilisées au Maroc


sur la base des données hydrologiques locales. Selon notre cas, les formules adéquates sont
présentées ci-après :

 Formule de FULLER II :

Q  1  a  logT   S
t
0.8

 8 / 3  S 0.5  4 / 3  N / 100

25
PROJET DE FIN D’ETUDES

Avec :

Qt : Débit de pointe en m³/s de récurrence T.


T : Période de retour égale à (10, 20, 50 et 100 ans).
a : où a varie de 0.8 à 1.2 pour les oueds rifains et de 3.0 à 3.5 pour les oueds
sahariens. Nous retenons la valeur 1.2
S : Superficie du bassin versant en Km²
N : Coefficient régional pris égal à : 80 en plaine ; 85 en région accidentée et
100 en montagne.
Nous prenons N=85.

 Formule de MALLET GAUTIER :

A
Q  2  k  log10 (1  aH )   1  4  log10 T  log10 A
t
L

Avec :
Qt : Débit maximal en m3 /s, pour temps de retour T = (10, 20, 50, 100 ans).

H : Hauteur moyenne annuelle de pluie en mm.

A : Superficie du bassin versant en Km²


a : Coefficient variant de 20 à 30 (au Maroc, on prend a = 20)
L : Longueur du drain principal en Km
k : Coefficient variant de 0,50 à 6,00
On prend k = 2
T : temps de retour en années (T = 10, 20, 50, 100 ans).

La formule de MALLET GAUTHIER est une application délicate surtout à cause de la


forte amplitude de la variation du coefficient k. Dans le cas où l’on douterait de la valeur de k,
la comparaison des résultats avec ceux déterminés par d’autres formules s’avère nécessaire,
ainsi, la valeur de la moyenne de k pour la zone étudiée peut être déterminée par comparaison
des débits donnés par les formules de HAZEN-LAZAREVIC et FULLER II.

26
PROJET DE FIN D’ETUDES

 FORMULE DE HAZAN - LAZAREVICK :

Q (1000)  k1  S
t
k2

Où :

Qt (1000) : Débit de pointe en m³/s de récurrence 1000 ans

S : Superficie du bassin versant en km²

Les valeurs des paramètres k1 et k2 dépendent de la situation géographique de la zone


et de sa pluviométrie moyenne annuelle.

Elles sont données dans le tableau suivant:

Province du Nord Haut


Rif Rif Moyen Atlas
Atlas
Rif central
occidental oriental

K1 15,55 9,78 7,58 14,94 13,51 13,47 9,38

K2 0,776 0,793 0,808 0,636 0,613 0,587 0,742


Pluviométrie 700 - 500 - 400 - 200 -
1000 - 1300 800 - 1000 600 - 800
[mm] 900 700 500 400
T ABLEAU 6 : COEFFICIENTS DE HAZAN LAZAREVICK K1 ET K2

On retient les valeurs suivantes : K1 = 13.47 et K2 = 0.587

La transposition des débits des crues milléniales aux débits de récurrence T se fera par
la formule du Fuller I qui s’écrit comme suit :

Q (T )  Q(1000)  (1  a  log( T )) / (1  a  log(1000))


t

Qt (T) : Débit de pointe en m³/s de récurrence T.


a : Coefficient régional variant de 0,8 à 2 pour la partie nord du Maroc,
2 à 3,5 pour les oueds sahariens.
Nous prenons a =2

27
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Tableau récapitulatif :

Les calculs effectués par les différentes formules empiriques sont consignés dans le
tableau suivant :
Temps Fuller II Mallet- Hazan
de (m3/s) Gautier Lazarevick
Retour (m3/s) (m3/s)
T10 820 239.17 328
T20 955 302.39 394
T50 1133 369.73 480
T100 1268 413.45 546
T ABLEAU 7 : TABLEAU RECAPITULATIF DES DEBITS .

Les débits calculés par la formule de Maillet-Gautier s’écartent significativement


des deux autres formules ce qui nous mène à éliminer ses résultats.

Pour avoir des résultats fiables des formules empiriques, on doit avoir un
échantillon suffisant de données pluviométriques (au moins la moitié du temps de retour visé).
À l’absence de cela, les résultats à l’issu des formules ne sont fiables que pour le débit
décennal.

5. Méthode de GRADEX :

La méthode que nous avons adoptée pour estimer les débits de pointe est la méthode du
Gradex. Ce choix trouve sa justification dans le fait qu’elle se présente comme étant une
méthode qui, non seulement, tient compte de plusieurs paramètres locaux, comme le prouve
sa formulation, mais aussi parce qu’elle présente un intérêt particulier de tenir compte de
l’information "pluie" pour compléter l’information "débit", qui est en général plus courte de
point de vue taille de l’échantillon de ce dernier.
La méthode du Gradex est connue aussi pour ses larges limites d’applicabilité,
puisqu’elle s’applique à des bassins versants d’une superficie pouvant aller jusqu’à 5000 km²
de superficie et ayant des temps de concentration variant entre 1heure et 4 jours, pour des
périodes de retour généralement supérieures à 15 ans.

28
PROJET DE FIN D’ETUDES

De ce fait, elle est bien adaptée à notre bassin versant pour les fréquences 1/20, 1/50,
1/100.
 Méthodologie :
 Ajustement par la loi de Gumbel de ces pluies maximales journalières :

Cette méthode est basée sur des données de pluies journalières annuelles. Les séries de
données enregistrées s’ajustent grâce au logiciel HYFRAN PLUS avec les lois suivantes :
Galton, Gumbel, Fréchet, Carré-Gauss, Cube Gauss.

Pour chaque loi, nous obtenons un tableau récapitulatif des paramètres statistiques. La loi
². Souvent la loi de
Gumbel est celle qui s’ajuste le mieux à nos échantillons des séries des pluies. (Les sorties
HYFRAN PLUS voir annexe)

Selon l’ajustement on obtient le Gradex des pluies du bassin versant égale à 11.17 mm

 Détermination, pour calcul du Gradex des pluies sur le temps de concentration


Gp(Tc) à partir du Gradex des pluies en 24 heures.
 Par la suite on calcule le Gradex des débits par la formule suivante :

Gradex des débits en 24h = Gd (24h) = Sa*Gp*1000/ (24*3600)

Surface active (Sa) = 973.47 km² et Gp = 11.17 mm

Gd (24h) = 125.85 m3/s.

 Calcul du Gradex des débits Gd(Tc) à partir du Gradex des pluies Gp(Tc) :

Gradex des débits instantanés = Gd = Gd (24h) * Cp

Avec : Cp = ԐQi /Qmax = 3.61

Gdi = 454.33 m3/s.

 Calcul du débit décennal de référence en utilisant la formule empirique :

29
PROJET DE FIN D’ETUDES

Temps de Mallet-Gautier Hazan Lazarevick Moyenne


Retour (m3/s) (m3/s) (m3/s)

T10 239.17 328 283.58


T ABLEAU 8 : DEBITS DECENNALES

 Calcul des débits de pointe pour chaque période de retour par la méthode du
GRADEX :

Enfin, le débit Qt = Q10+ Gdi + (ln(-ln(1-1/10) – ln(-ln(1-1/t))).

On retient la valeur Q100 = 1351 m3/s.


 Tableau récapitulatif :
Mac-Math -
Rationnelle -
Q10 [m3/s] Fuller II 820
Mallet-Gautier 239
Hazan lazarevick 328
Retenu 283.58
Gradex des Pluies 11.17
Gradex des débits de 24 h 125.85
Gradex des débits instantanés 454.33
10 283
20 610
Gradex
50 1034
100 1351
Coefficient de pointe CP 3.61
T ABLEAU 9 : DEBIT GRADEX

6. Conclusion :

L’étude hydrologique est la partie la plus importante et la plus délicate dans une étude
de délimitation du domaine public hydraulique des cours d’eaux. Cette difficulté à l’origine
de la variabilité des paramètres, qui influence sur la réponse hydrologique du bassin versant
tel que la topographie, la pluviométrie, le couvert végétale et d’autres paramètres.

Pour cet effet la responsabilité de l’ingénieur augmente concernant le choix du débit


de pointe, qui va être le paramètre le plus important dans la partie qui va suivre, c’est l’étude
hydraulique.

30
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre III : ETUDE HYDRAULIQUE

1. Introduction :

L’objectif de cette étude, sur la base d’une topographie récente, est la modélisation des
écoulements et de déterminer le niveau de la plus haute eau PHE en se basant sur le débit pris
dans l’étude hydrologique. Ensuite, on déterminera ainsi que la définition des schémas
d’aménagement.
Pour mener à bien cette étude le BET propose d'utiliser le logiciel de calcul
hydraulique HEC-RAS, parfaitement connue par le MO, développé par le corps des
ingénieurs de l'armée américaine et qui a été utilisé dans beaucoup de projet d'envergure au
Maroc.
Le lit mineur de la rivière est formé de graviers, de cailloux et de quelques roches de petites
dimensions avec quelques végétations. Le lit majeur a une structure rocheuse et plus de
végétation sur quelques coté.
Ces éléments permettent d’affecter aux profils en travers les coefficients de Manning suivant :
 Lit mineur : n = 0.045
 Lit majeur sans végétaux : n =0.04
 Lit majeur couvert de végétaux: n = 0.05

F IGURE 5 : ETAT ACTUEL DU PONT

31
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. Description HEC-RAC :

 Modèle utilisé pour les simulations :

Pour les besoins de cette étude, l’IC a utilisé un modèle mathématique nommé HEC-
RAS 3.1.2 version Avril 2004 (Hydrologic Engineering Center, River Analysis System)
élaboré par le centre d’Ingénierie hydraulique des corps des ingénieurs de l’armée Américaine
pour la modélisation d’un réseau fluvial. HEC-RAS est un progiciel d'analyses hydrauliques
désigné à modéliser les écoulements à surface libre dans les canaux naturels et artificiels avec
la prise en compte des ouvrages de franchissement. Il permet de simuler les écoulements
graduellement variés en régime transitoire et d’effectuer les calculs de lignes d’eau en régime
dynamique en simulant les différents obstacles le long du cours d'eau.

La modélisation des oueds se base sur les profils en travers des Oueds, tient compte de
tous les ouvrages de franchissement existant, et permet de définir différents coefficients de
rugosité pour chaque section.

Chaque ouvrage de franchissement est matérialisé par un profil à l’amont et un autre à


l’aval, intégrant les dimensions des ouvertures ainsi que leurs différentes cotes.

Une simulation avec le logiciel se déroule de la manière suivante :

Données d'entrée :

 La topographie des profils en travers du cours d'eau ;

 Les distances entre les profils ;

 Le coefficient de Manning par zone homogène ;

 Une description hydraulique des ouvrages (Ponts, dalots, etc.) ;

 Les conditions limites (amont et aval) ;

 Les hydrogrammes de calcul.

Les résultats des calculs :

Tous les résultats obtenus peuvent être consultés sous forme graphique et sous forme de
tableaux :

 Profil en long,

 Sections, courbes hauteur –

32
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Débit, vue 3D.

 Les niveaux d'eau et d'énergie dans chaque profil en travers ;

 Les vitesses d'écoulement dans chaque section ;

 Le profil en long dans le temps des lignes d'eau.

Les sorties de ce logiciel sont consignées comme suit :

3. Fonctionnement hydraulique de l’ouvrage existant :

FIGURE 6 : REPRESENTATION TRIDIMENSIONNELLE DE L ’ OUED A NSEGMIRE.

33
PROJET DE FIN D’ETUDES

FIGURE 7 : PROFIL EN TRAVERS AU NIVEAU DE L ’OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT EXISTANT .


D’après les sorties d’HEC-RAS, les plus hautes eaux se trouvent à 1487.60m

FIGURE 8 : PROFIL EN LONG DE L ’OUED AVEC L ’OUVRAGE EXISTANT


Le passage du débit de crue centennale provoque un étranglement de la section
d’écoulement, ce qui entraîne une surélévation du niveau d’eau à l’amont du pont. La
présence des piles participe aussi à la surélévation du niveau d’eau. C’est cette surélévation du
niveau d’eau qu’on appelle le remous. Il faut savoir la maitriser afin de bien caler la ligne
rouge.

A partir du profil en long, on déduit que l’ouvrage est inondé par la crue.

34
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tableau suivant indique le passage du débit centennal à l’état initial :

Débit Surface Largeur


Fond PHE Vitesse
Profil 100 ans mouillée mouillée Froude
m3/s m m m/s m2 m
17 1351 1481 1487.51 4.42 331.92 71.59 0.63
16 1351 1480.75 1487.71 3.54 435.61 92.09 0.48
15 1351 1480.38 1487.68 3.51 454.06 99.36 0.47
14 1351 1480.38 1487.64 3.48 459.8 102.25 0.47
13 1351 1480.38 1487.73 2.78 589.56 111.92 0.35
12 1351 1480.25 1487.63 3.1 527.54 113.7 0.41
11 1351 1480.13 1487.32 3.84 398.46 97.84 0.58
10 1351 1479.5 1486.61 4.79 302.1 62.99 0.63
9.5 Ouvrage existant
9 1351 1479.38 1484.28 8.11 171.27 51.51 1.37
8 1351 1479.75 1486.15 4.04 437.81 132.11 0.54
7 1351 1479.63 1486.24 3.46 488.24 116.5 0.46
6 1351 1479.75 1486.04 3.89 423.81 92.94 0.52
5 1351 1479.5 1486.06 3.6 468.48 97.92 0.47
4 1351 1479.38 1485.97 3.72 450.56 96.49 0.49
3 1351 1479.25 1485.56 4.68 359.65 78.99 0.63
2 1351 1479.13 1484.43 6.55 250.18 67.74 0.93
1 1351 1478.38 1483.7 6.98 220.21 61.26 0.95
T ABLEAU 10 : CARACTERISTIQUE DE L 'OUED PAR HEC-RAS
On constate que l’ouvrage est submergé par la crue et que le nombre de Froude 1.37 à l’amont
de l’ouvrage est supérieur à 1 donc on a un écoulement torrentiel dû à l’ouverture de 45m.

4. Calage de l’ouvrage :

Pour déterminer le calage du pont, on ajoute à la valeur de PHE un tirant d’air appelé
encore revanche de 1,5 m de hauteur comme mesure de sécurité. Cette revanche a pour but de
prévenir les débris flottants de heurter l’intrados du tablier en cas de crue tout en gardant les
appareils d’appuis en dehors des eaux. Ainsi le pont est calé à une hauteur H = 6.87 + 1,5 =
8.37 m.
Une fois la hauteur H de l’ouvrage est connue, on peut déterminer sa longueur L à
partir de la coupe transversale. L’extrados du tablier est calé afin de faire passer la crue
centennale et d’épouser la ligne rouge projetée.
Compte tenu, d’une part, de la nature du terrain et du volume du trafic, et d’autre part,
du souci économique et du rôle que sera amené à jouer la route projetée, il a été retenu pour
cette route les caractéristiques géométriques d’une route de la 2ème catégorie.

35
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tracé en plan et le profil en long, pour une route de la 2ème catégorie, satisfont aux
normes minimales ci-dessous :

TRACE EN PLAN 2ème catégorie


Rayon de courbure :
 Minimum normal 250m
 Minimum absolu 175m
PROFIL EN LONG
Rampe :
 Maximum 4%
Raccordement en angle saillant
 Rayon de courbure minimum normal 4000m
 Rayon de courbure minimum absolu 1800m
Raccordement en angle rentrant
 Rayon de courbure minimum 1500m

F IGURE 9 : CALAGE DE L ' OUVRAGE

5. CONCLUSION :

En se basant sur les sorties du logiciel HEC-RAS, on résulte à un diagnostic de la zone


d’étude: la zone amont de la rive droite de l’oued et l’ouvrage d’art sont inondés.
On va procéder à étudier l’aménagement adéquat de protection contre l’inondation du bief de
l’oued.
En outre, vu le mauvais état de l’ouvrage existant et l’élargissement de la plateforme projeté,
la reconstruction d’un nouvel ouvrage à cet endroit est nécessaire.
36
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre IV : CALCUL DES AFFOUILLEMENTS

1. Introduction :

Du point de vue de dimensionnement hydraulique, le pont est confronté aux risques


d’affouillements, autour des piles, qui constituent une des causes les plus fréquentes
d’accidents sur ces ouvrages. L’affouillement est lié à la diminution de la section
d’écoulement au droit de l’ouvrage, ce qui augmente la vitesse d’écoulement. Ainsi, afin de
garantir la sécurité et assurer la fiabilité dans le calage des fondations des piles, l’évaluation
de ces phénomènes revêt d’une importance toute particulière.
La profondeur totale d’affouillement prévisible est la somme de la profondeur
d’affouillement général et de la profondeur d’affouillement local ainsi que de l’affouillement
dû au rétrécissement. Donc les fondations de l’ouvrage devraient être descendues à une
profondeur suffisante pour être à l’abri des affouillements.

Pour mieux approcher la hauteur d’affouillement, on appliquera les 4 formules différentes :

2. Affouillement général :

 Formule de LACY :

H = 0.48 x Q0.36 - DS/DL

Avec :

Q : débit du projet

DS : débouché superficiel

DL : débouché linéaire.

 Formule du LPEE :

H = 0.213 x (Q/DL)6/7 x d50-2/7 – HPHE

Avec :

Q : débit du projet

DL : débouché linéaire

d50 = 0.05 m
37
PROJET DE FIN D’ETUDES

HPHE = valeur donnée par HEC Ras.

 Formule de l’E.D.F :

H = 0.73 x (Q/DL)2/3 x d50-1/6 – HPHE

 Formule de LEVI :

H = 0.234 x (Q/DL)5/6 x d50-1/4 – HPHE

Enfin, on prend la profondeur d’affouillement général égale à la moyenne des quatre


formules.

3. Affouillement local :

L'affouillement local est l'entonnoir qui se creuse dans le sol autour des piles du fait
des mouvements tourbillonnaires de l'eau. Son importance dépend de plusieurs facteurs:

 La vitesse de l'eau.
 La forme des piles et leur disposition par rapport à la direction du courant.
 La nature du sol.

Il existe plusieurs formules permettant d'estimer la profondeur d'affouillement local dont les
plus importantes sont :

 Formule de SHEN :

H = 0.277*(D*Vmoy)^0.619
Avec :
Vmoy : vitesse moyenne à l’amont.
D : largeur de la pile.

 Formule de M. BRENSERS :

L’affouillement autour d’une pile cylindrique en eaux chargées de sédiments est calculé par :

H = 1.4 x P

Avec :

P : Largeur de la pile = 1.5m.

D’où, la hauteur d’affouillement local est la valeur maximale de l’affouillement autour des
piles obtenue.

38
PROJET DE FIN D’ETUDES

4. Affouillement dû au rétrécissement

 Formule de STRAUB :

H = 0.48 x Q0.36 x ((Ln/Lr)(9/14) –1)

Ln : largeur de la section non rétrécie;

Lr : largeur de la section rétrécie;

5. Conclusion :

Enfin, la profondeur d’affouillement totale est la somme de l’affouillement général, local et


dû au rétrécissement.
Débit Débouché Débouché D50 Hauteur Vitesse à Largeur Largeur
du linéaire superficiel (m) PHE l’amont rétrécie non
projet (m²) (m/s) (m) rétrécie
(m3/s) (m)
1351 61.48 247.13 0.05 6.87 3.94 69.30 70.00
T ABLEAU 11 : DONNEES DE CALCUL
Affouillement général :
Formule LACY LPEE E.D.F LEVI Moyenne

Résultat (m) 2.41 0.21 2.57 -0.37 2.49


T ABLEAU 12 : RESULTAT DE CALCULS D 'A FFOUILLEMENT GENERAL
Affouillement dû au rétrécissement :
Formule STRAUB
Résultat (m) 0.04
T ABLEAU 13 : RESULTAT DE CALCUL D ' AFFOUILLEMENT DU AU RETRECISSEMENT
Affouillement local :
Formule SHEN BENSERS Max

Résultat (m) 0.83 2.10 2.10

T ABLEAU 14 : RESULTAT DE CALCUL D ' AFFOUILLEMENT LOCAL


La profondeur de l’affouillement total : 4.63 m

39
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre V : DIMENSIONNEMENT DES


PROTECTIONS EN ENROCHEMENTS

La protection de l’entrée (amont) et la sortie (aval) des têtes projetées contre les effets
de crues est assurée par des tapis en enrochements.

Le diamètre moyen de ces enrochements est choisi de façon à résister à la vitesse maximale
de l’écoulement (vitesse à l’aval).

Le diamètre moyen de ces enrochements peut être déterminé par la formule d’Isbach
s’exprimant sous forme :

Dmoy = 0.7*/(s - )*V²/(2*g)

Avec:
 Dmoy : Diamètre moyen de l’enrochement ;
 V : vitesse de l’écoulement à l’amont en m/s pour la crue du projet (3.94m/s) ;
 s : masse volumique de l’enrochement (T/m3) (2.2 t/m3) ;
 w : masse volumique de l’eau (T/m3) (1.00 t/m3).
Dmoy = 0.45 m

D’après le diagramme qui suit, et la vitesse maximale, pour les pieds de talus et les
parafouilles, on adopte des enrochements de calibre [100-200kg].

F IGURE 10 : D IAGRAMME DE DIAMETRE D 'ENROCHEMENT

40
PROJET DE FIN D’ETUDES

Partie II : Avant-projet

 Aménagement de protection
 Conception de l’ouvrage d’art
 Pré-dimensionnement du tablier
 Pré-dimensionnement des piles
 Pré-dimensionnement des culées
 Modélisation hydraulique des deux variantes
 Estimation du coût

41
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre I : AMENAGEMENT DE PROTECTION

1. Situation de la zone :

Une fois la situation du risque est décrite, il est possible de faire une prévision d’un
large éventail d’aménagements qui pourra a priori participer à la réduction des conséquences
des écoulements provoquant les inondations.

Les études hydrauliques font intervenir la modélisation du cours d'eau afin de définir
les hauteurs d'eau atteintes au passage des crues de différentes fréquences et leurs vitesses
ainsi que d'autres caractéristiques qui permettront de comprendre l'écoulement et aideront à
définir les types de protections à retenir.

Cours d’eau Zone Tronçons

Oued Ansegmire Zone 1 : amont Bief de l’oued de la zone amont rive droite
longeant une ferme et des maisons
T ABLEAU 15 : T RONÇON INONDE

F IGURE 11 : V UE EN PLAN DE LA ZONE D'ETUDE

42
PROJET DE FIN D’ETUDES

Les tableaux de résultats du logiciel HEC-RAS permettent de tracer les lignes


d’eau sur les profils en long et les profils en travers qui ont servi dans les simulations ainsi
que la présentation graphique sur plans des zones inondées.

Les simulations hydrauliques ont permis de définir les zones inondées pour une
période de retour 100 ans. Les visites du terrain, les levés topographiques et la modélisation
hydraulique ont mis en évidence les superficies inondées par les crues de l’oued Ansgmire.

Ainsi, il ressort des simulations hydrauliques que les zones vulnérables aux
inondations de l’oued Oum Ansgmire sont les suivantes :

Cinq constructions sur la côte gauche à l’aval de l’ouvrage, se situent entre les profils
1 et 6 à une hauteur de 1485.15 m, donc après la simulation HEC-RAS on aboutit que nos
habitations à la rive gauche sont inondées par la crue au niveau de 1486.87 m. (voir annexe).

F IGURE 12 : V UE EN PLAN DE LA ZONE INONDABLE

2. Choix des variantes :

Vu l’importance du débit de l’oued, il a été jugé nécessaire par le BET de construire des
murs afin de protéger les habitants à proximité.
On propose deux variantes :
 Mur en gabions
 Mur en béton armé.
43
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. Détermination hauteur et longueur :

3. 1. Hauteur :
Après la stimulation, on trouve que la hauteur suffisante est 1487.5 m
Donc la hauteur du mur en gabion est 1487.5 (hauteur suffisante) – 1485.34 (hauteur du
terrain) = 2.16 m

F IGURE 13 : P ROFIL EN TRAVERS DE L 'OUED AVEC LE MUR DE PROTECTION

3. 2. Longueur :
D’après la vue en plan ci-dessous du site on tire la longueur du mur suffisante pour protéger
les constructions : 332.3465 ml

F IGURE 14 : V UE EN PLAN DU SITE AVEC UN MUR EN GABION

44
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. 3. Variantes :
3. 3. 1. Mur en gabion
L’aménagement dans la zone inondée consiste à réaliser un mur en gabions de
hauteur 3m, fondé sur une base en gabions de 2 m de profondeur. La hauteur du mur a été
choisie en fonction du niveau des PHE des crues centennales.
Le mur sera construit en gradins avec une pente similaire du talus amont et aval de 1H/1V.
Les gabions seront revêtus par une couche en béton dosé à 300 Kg/m3 et d’épaisseur de 10
cm.

F IGURE 15 : C OUPE TRANSVERSALE D ' UN MUR EN GABIONS

3. 3. 2. Estimation du coût :
P.U Montant
Désignation Des Ouvrages Unité Quantité
DHS DHS
Préparation du terrain par décapage m² 382 15 5 730
Déblais m3 1911 60 114 660
Tout venant m3 325 120 39 000
Dalle de protection en Béton dosé à 300 kg/m3 m3 306 800 244 800
Gabions m3 3 631 600 2 178 600
Blocs de protection m3 459 200 91 800
Géotextile m2 1 739 30 52 170
Petits Enrochements de 0.3m m3 382 150 57 300
Total : 2 784 060
T ABLEAU 16 : ESTIMATION DU COUT DU MUR EN GABIONS

45
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. 3. 3. Mur en béton
On propose un mur en béton armée à l’aide d’Arche2000, on pré-dimensionne notre mur en
béton.
On obtient :

F IGURE 16 : S ORTIE ARCHE 2000 PRE- DIMENSIONNEMENT DU MUR

Après avoir les dimensions on calcule le coût de notre mur.


3. 3. 4. Estimation du cout :
P.U Montant
Désignation Des Ouvrages Unité Quantité
DHS DHS
Préparation du terrain par décapage m2 1 720 10 17 200
Déblai m3 1 606 30 48 180
Remblai compacté m3 956 35 33 460
Béton de propreté m3 96 800 76 800
3 3
Béton armé dosé à 350 kg/m m 1300 1200 1 560 000
Armature HA kg 104 000 14 1 456 000
Joint WATER-STOP ml 168 250 42 000
Imprévus (15%) ft 1 485 046 485 046
Total : 3 718 686
T ABLEAU 17 : E STIMATION DU COUT DU MUR EN BETON ARMEE

3. 3. 5. Variante retenue :
Il ressort de la lecture de ces montants que la variante N°1 est moins chère que la
variante N°2.

On propose de poursuivre l’étude avec la variante N°1 : Mur en gabions


46
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre II : Conception de l’ouvrage d’art

1. Critères de choix du type d’ouvrage :

Le choix du type adéquat de l’ouvrage est une démarche délicate, ceci consiste à la
recherche de la variante qui s’inscrit le mieux dans le contexte fonctionnel et naturel du
franchissement de l’obstacle.
Généralement, le choix d’une solution est conditionné par des contraintes techniques,
économiques et esthétiques.
Les contraintes techniques se présentent dans les contraintes du site et de
l'environnement où l’ouvrage va être implanté, les contraintes de la voie dont il est support et
enfin des dispositions constructives.
Les contraintes économiques résident dans le fait de choisir une variante qui présente
un coût raisonnable. Plus souvent, on s’oriente vers la solution qui offre les meilleures
conditions d'exécution, à savoir, la disponibilité du matériel et de la main d’œuvre destiné à
réaliser les travaux en respectant le délai de construction.
Quant à l’aspect esthétique, la variante choisie doit être bien insérer dans l’environnement du
site.

2. Les différents types d’ouvrages :

Il existe plusieurs types d’ouvrages, on cite :


 Pont dalle en béton armé (PSI-BA)
 Pont à poutres en béton armé (PSI-BA)
 Ponts en arc et pont à Béquilles obliques
 Pont dalle en béton précontraint (PSI-BP)
 Pont à poutres préfabriquées précontraintes par post-tension (VIPP)
 Ponts à poutres précontraintes par adhérence (PRAD)
 Pont poutres caisson par poussage
 Ponts en béton précontraint construit par encorbellement successif
 Pont métallique
 Pont en ossature mixte.

47
PROJET DE FIN D’ETUDES

Type de pont Variante Domaine d'emploi


Pont dalle < 25 m
Pont à poutre 15 m à 25 m
BA
Ponts en arc Bonne qualité de sol de
Pont à Béquilles fondations
Pont dalle 15 m à 25 m
VIPP 30 m à 45 m
BP PRAD 15 m à 25 m
Pont poutres caisson 35 m à 70 m
Pont encorbellement successif 60 m à 150 m
Métallique Pont métallique
30 m à 120 m
Mixte Pont en ossature mixte
F IGURE 17 : D OMAINE D'EMPLOI DES VARIANTES
En se basant sur les données de notre site, on peut déjà nous limiter le choix dans la
gamme des ouvrages d’art dits courants tel que les ponts à haubans et les ponts suspendus qui
sont fait pour des portées dépassant 200 m. On peut aussi écarter les cadres et les portiques vu
l’ouverture de notre ouvrage.
Nous éviterons également les ponts en arc et les ponts à béquilles qui s’adaptent plus aux sites
montagneux et encaissés et nécessitent un sol résistant pour des fondations solides et bien
ancrées. Ainsi que les ponts métalliques et à ossatures mixtes
Les solutions alternatives qui paraissent s’adapter mieux à notre cas sont les suivant :
 Pont dalle en béton armé (PSI-BA)
 Pont à poutres en béton armé (PSI-BA)
 Pont dalle en béton précontraint (PSI-BP)
 Pont à poutres en béton précontraint (PSI-BP).

3. Comparaisons entre les ponts à poutres et les ponts dalles, en béton armée :

Avantages Inconvénients
Pont à Possibilité de préfabrication Tablier épais, emploi en zone rurale
poutres Economie de la matière (béton et acier) (sur oued)
en BA Avantage des travées indépendantes Plus de main d'œuvre
Peu sensible aux tassements différentiels
Pont Tablier mince (emploi en zone urbaine et autoroute) Pas de préfabrication
dalle en Gain de terrassement (moins de remblai d'accès) Consomme plus de matière 25 à 30 %
BA Economie sur la main d'œuvre Inconvénients des travées continues
Résistance au cisaillement et à la torsion (adapté pour Sensibilité aux tassements
les ouvrages biais et courbe) différentiels
T ABLEAU 18 : COMPARAISON ENTRE LES PONTS A POUTRES ET DALLES
On conclut que le pont à poutres est le mieux adapté dans notre cas. On propose alors
d’étudier deux variantes :
1. Pont à poutres en BA de trois travées de 25m.
2. Pont à poutres en BP de deux travées de 35m

48
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre III : Pré-dimensionnement du tablier

1. Introduction :

Dans cette partie, on va étudier les deux variantes proposées depuis l’étude
préliminaire, on va procéder à la conception et le pré-dimensionnement des différents
éléments de l’ouvrage.

On se réfère aux dispositions les plus couramment utilisées et aux guides de


conception, notamment le guide de conception des ponts à poutres, ainsi que le PP73 de
SETRA.

Par la suite, on va faire une estimation comparative des coûts des deux variantes qui
s'ajoute à une comparaison technique pour ressortir une seule variante qui fera l’objet d’une
étude d’exécution pour la réalisation effective de l’ouvrage.

Profil en travers de l’ouvrage :

Le profil en travers de la plate-forme est de 12 m de largeur comprenant une chaussée de 9m


et deux trottoirs de 1.5m chacun. La chaussée présentera une pente transversale en toit égale à
2,5% permettant l’assainissement de l’ouvrage.

F IGURE 18 : P ROFIL EN TRAVERS DU TABLIER

Largeur chargeable : lc 9m
Largeur du trottoir : Ltr 1.5 m
Largeur du tablier : LT 12 m
T ABLEAU 19 : DIMENSIONS DE LA PLATE -FORME

49
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. Pré-dimensionnement de la variante I :

Il s’agit d’un pont à poutres de 3 travées indépendantes de 25 m :

F IGURE 19 : P ROFIL EN LONG DE LA VARIANTE PSIBA


La longueur totale de l’ouvrage est de 78.2 m.

2. 1. Pré-dimensionnement du tablier :
2. 1. 1. Poutres principales :
 L’élancement :

On définit l'élancement comme le rapport entre la hauteur du tablier et la portée principale.


Pour chaque type de structures, il existe un domaine d'élancement économique, issu de
l'expérience et susceptible d'évolution en fonction de la conjoncture économique et des
caractéristiques des matériaux utilisés.
Ce paramètre permet donc de choisir une portée admissible pour une hauteur utile fixée ou
inversement de déterminer une épaisseur de tablier pour une portée donnée.

F IGURE 20 : P ROFIL LONGITUDINAL D ’ UNE POUTRE BA


L’élancement dans ce cas sera entre lc/17 ≤ hp ≤ lc/15, on peut descendre jusqu'à 1/20 au prix
d'une multiplication du nombre de poutre.
Lc = Lp - 2d
Lp : Longueur de la portée = 25 m

50
PROJET DE FIN D’ETUDES

d : About, on prend d=0.5 m


 Hauteur des poutres :

La hauteur du tablier est Ht = 1.65m, on adopte des abouts de 0.5 m (lc =25-0.5*2=24).
La hauteur des poutres est donc : Hp = Ht - Hh = 1.65-0.18 = 1.47 m.
 Entraxe des poutres :

L’espacement entre les poutres est de LT/Np = 2.5m (LT : largeur du tablier; Np : nombre de
poutres) avec un encorbellement Le = 1m.

La section du tablier comprend 5 poutres à talon en béton armé préfabriqué, l’épaisseur du


tablier est de 1.65m.

F IGURE 21 : S CHEMA DU PROFIL EN TRAVERS DE LA VARIANTE PSI-BA

 L’épaisseur de l’âme des poutres :

Généralement, la largeur des poutres varie de 20 cm à 60 cm


L’épaisseur de l’âme est variable, un gousset d’âme de 6.00m de longueur permet de
raccorder la section courante de 25cm d’épaisseur à la section d’appui qui prend 50cm comme
épaisseur d’âme.
 Dimensions des talons :
Le type de poutre choisi est poutre en double Té avec talon pour augmenter le rendement de la
section et pouvoir placer avec aisance le ferraillage.

51
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 22 : POUTRE EN DOUBLE TE


La partie verticale du talon ou pied de talon est généralement prise égale à 0,25 m.

F IGURE 23 : D IMENSIONS DU TALON

L’âme se raccorde à la membrure inférieure, en s’élargissant, par un gousset qui


facilite, par sa forme, la descente du béton .Il doit permettre également un relevage aisé des
câbles latéraux du talon dans l’âme. La tangente de l'angle est normalement comprise entre 1
et 1,5, (1< tan <1,5) et il est préférable de se rapprocher de la valeur supérieure.

Dim du talon Sur appui Sur travée

H1 0.05 m 0.125 m
H2 0.25 m 0.25 m

T ABLEAU 20 : CALCUL DIMENSIONS DE TALON

2. 1. 2. Hourdis :
 Hauteur :

Les poutres sont reliées par un hourdis de Hh = 18cm d’épaisseur coulé sur place.

52
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 1. 3. La table de compression :
 Largeur :

La largeur de la table de compression doit être supérieure à 0.6HT = 0.99 m

On prend une largeur de 1 m.

2. 1. 4. Les entretoises :
 Largeur :

Les poutres sont entretoisées seulement aux appuis et leur largeur est entre 16 à 40cm on
prend : 40 cm.
 Hauteur :

he = 0.8hp à 0.9 hp donc on prend : 1.20m de retombée.


 Longueur :

La longueur des entretoises est généralement fixée par l'espacement des poutres
principales qui les relient transversalement. Dans notre cas l'espacement entre axes des
poutres est de 2,50 m et en retranchant l'épaisseur de l'âme au niveau de l'appui, on trouve une
longueur de 2 m entre deux poutres. Soit donc 8 m au niveau de chaque appui.

 Epaisseur :

L’épaisseur des entretoises tient compte des conditions d’enrobage des armatures et de
mise en œuvre du béton. Elle est alors comprise entre 16 et 40 cm.

D’autre part, les entretoises doivent être conçues de manière à permettre le vérinage du
tablier en cas de changement d’appareils d’appuis. Généralement, c’est la deuxième condition
qui l’emporte et on adoptera par conséquent une largeur de 40 cm.

53
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. Pré- dimensionnement de la variante II :

Il s’agit d’un pont à poutres de 2 travées indépendantes de 35 m :

F IGURE 24 : P ROFIL EN LONG DE LA VARIANTE PSI -BP


3. 1. Pré-dimensionnement du tablier :
3. 1. 1. Poutres principales :
 L’élancement :

L’élancement habituel est de : Lc/18<Hp<Lc/16.

Pour une longueur habituelle de 35m, la hauteur recommandée de la poutre est entre
1.94 et 2.19m. Ce qui donne les hauteurs possibles de 2 m ou de 2.10 m ou même de 2.20 m.

On prend : Hp = 2 m et Ht = 2.20 m.

T ABLEAU 21 : P ROFIL LONGITUDINAL DE LA VARIANTE PSI -BP

 Entraxe des poutres :

L'espacement des poutres est de 3,00 mètres et varie dans la pratique entre 2,50 et 3,50
mètres, exceptionnellement 4,00 mètres. Avec un tablier de 12m de largeur, et en prenant cinq
poutres par travée, un espacement de b0 = 3.00m s’adapte bien à cette configuration.

54
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 25: D IMENSIONS DE DIFFERENTES ENTITES DU TABLIER

 Epaisseur de l’âme des poutres :

L’épaisseur de l’âme est variable, un gousset d’âme de 17.50m de longueur permet de


raccorder la section courante de 25cm d’épaisseur à la section d’appui qui prend 40cm comme
épaisseur d’âme.

F IGURE 26 : S CHEMA DE L 'AME DE POUTRE


3. 1. 2. Largeur de table de compression :
Bt = 0.5 à 0.7 hp

On prend : bt = 1.5 m

3. 1. 3. Hourdis :
Hd = b0/16 = 3/16 =0.1875 m ; on prend hd = 0.20 m

3. 1. 4. Prédalle :
C = 0.60 à 0.80 m et d = 4 à 6 cm

3. 1. 5. Dimensions du talon :
En se basant sur les documents SETRA, il est recommandé de prendre :

Tan α = 1 à 1.5

55
PROJET DE FIN D’ETUDES

H2 = 0.10 à 0.25 m

Bta = 0.60 à 0.90m avec bta = .

 LT : la largeur totale du pont;

 lc : la portée de la poutre ;

 Np : nombre de poutres par travées ;

 Hp : la hauteur de la poutre ;

 Kt : est un coefficient qui varie de 950 à 1300.


D’où bta varie de 0.773m à 0.565 m, on prend : bta = 0.75m.

On prend h2 = 0.20 m et on a tanα = 1 à 1.5 (on prend 1.25)

Ce qui donne : sur appui h1 = 0.15 m

Sur travée h1 = 0.20 m.

F IGURE 27 : TALON DE LA POUTRE DE LA VARIANTE PSI -BP


3. 1. 6. Les entretoises :
 Nombre

On n’aura que deux entretoises pour relier les poutres transversalement, et elles seront
placées au niveau de chaque about.

 Hauteur :

On prend la hauteur de l’entretoise égale la hauteur de la poutre moins la hauteur de l’âme :


He = 1.65 – 0.25 = 1.40 m

56
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Longueur :

La longueur des entretoises est généralement fixée par l'espacement des poutres
principales qui les relient transversalement.

Dans notre cas, la longueur des entretoises est égale à :

LE = Lt - 5*ba = 12 – 5*0.4 = 10 m.

 Epaisseur :

L’épaisseur des entretoises tient compte des conditions d’enrobage des armatures et de
mise en œuvre du béton. Elle est alors comprise entre 16 et 40 cm. D’autre part, les
entretoises doivent être conçues de manière à permettre le vérinage du tablier en cas de
changement d’appareils d’appuis. Généralement, c’est la deuxième condition qui l’emporte et
on adoptera par conséquent une largeur de 40 cm.

4. Equipement du tablier :

Ce sont tous les accessoires trouvés sur un tablier de pont qui n’ont pas un rôle
d’élément porteur mais qui assurent d’autres fonctions comme la sécurité et le confort des
usagers, la protection des éléments structuraux, l’esthétique de l’ouvrage…

Ainsi, les équipements interviennent dans la conception et le dimensionnement d’un


ouvrage et dans sa fonction et dans sa durée de vie.

FIGURE 28 : ELEMENTS DU PONT


Pour les deux variantes, le tablier sera composé des éléments suivants (de seconde œuvre) :

 Un dispositif d’étanchéité assuré par un revêtement en Asphalte coulé type bicouche ;

57
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Une couche de roulement en béton bitumineux de 6 cm d’épaisseur ;

 Des gardes corps métalliques ;

 Des corps de trottoirs ;

 Joints de chaussée :

En outre, l’hourdis étant continu sur les appuis intermédiaires, deux joints de chaussée sont
prévus à l’entrée de l’ouvrage et à sa sortie.
 Appareils d’appuis :

Le tablier repose sur les piles et les culées par l’intermédiaire d’appareils d’appui en
élastomère fretté.

 Revêtement :

 Couche d’étanchéité :

L’application d’une couche d’étanchéité sur le tablier a pour objectif de protéger la


structure des agressions causées par les eaux pluviales et des cycles de gel-dégel. Cette
couche empêche aussi la pénétration d’agents chimiques agressifs et la corrosion des
armatures du béton armé de la structure. Elle est mise en place sur la totalité de la surface du
tablier. Les systèmes d’étanchéité couramment utilisés sont à base d’asphalte coulé, de films
minces adhérents, de feuilles préfabriquées…

 Couche de roulement :

C’est un tapis d’enrobé bitumineux de 7 cm d’épaisseur qui a pour rôle d’assurer le


confort et la sécurité de l’usager. L'eau peut stagner entre la couche de roulement et la chape
d'étanchéité. Pour éviter ce problème, il faut exécuter une certaine pente et un système de
drainage.

58
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre IV : Pré-dimensionnement des piles

1. Introduction

Au sens large du terme, les appuis ont pour rôle de transmettre les efforts dus au
tablier jusqu'au sol de fondation. On peut donc définir un appui comme un élément
intermédiaire qui permet de reporter sur le sol les efforts provenant du tablier. Dans un sens
plus restrictif, un appui se limiterait à la partie située au-dessus de l'élément assurant la
fondation, en l'occurrence: la semelle en cas de fondation superficielle, le massif de béton
surmontant l'ensemble des pieux ou des puits en cas de fondations profondes.

2. Présentation des types de piles :

2. 1. Les piles de type voile :


La pile prend la forme d’un voile. C’est la transposition en béton armé des anciennes
piles en maçonnerie. Elles sont minces et proportionnelles à l’épaisseur du tablier qu’elles
supportent. Elles ont l’avantage d’engendrer un faible encombrement transversal mais elles
sont utilisées pour des hauteurs limitées à 15m.

2. 2. Les Palées :
C’est une succession de colonnes (poteaux) reliées en tête par un chevêtre. Il est
recommandé de prévoir une colonne sous chaque appareil d’appui pour optimiser l’épaisseur
du chevêtre.

2. 3. Les piles marteaux :


Les piles-marteaux sont constituées d'un seul fût de section cylindrique ou polygonale
à côtés plus ou moins réguliers, surmonté d'un chevêtre en porte-à-faux. Elles sont utilisées en
site urbain, lorsqu’on a très peu d’espace ou en site aquatique pour limiter la perturbation des
écoulements. Cette conception est, également, intéressante pour les franchissements
géométriquement biais en conservant l’ouvrage mécaniquement droit.

2. 4. Les piles portiques :


Les portiques sont constitués de deux fûts, rarement de plus. Le chevêtre d'appui relie
ces fûts et peut présenter un encorbellement au-delà des fûts. Ce type de pile, adapté à des

59
PROJET DE FIN D’ETUDES

tabliers de largeur plus importante, est également d'un emploi très fréquent. La forme des fûts
et leur inclinaison peuvent être très diverses : en U, en V ou en Y...

2. 5. Les piles en caisson :


Ce sont des piles évidées qu’on utilise pour les grandes hauteurs, car elles assurent
plus de rigidité vis-à-vis des efforts horizontaux. Généralement, elles sont réalisées par un
coffrage grimpant ; avec une épaisseur minimale est de 30cm (Elle est en général comprise
entre 30 et 60cm). La pile est coiffée par un chevêtre important de 1 à 2m d’épaisseur, chargé
de répartir les réactions des appareils d’appuis dans la pile.

2. 6. Les piles en H :
Le fût de la pile est en forme de H, qui présente des meilleures caractéristiques
mécaniques. Chaque H comporte deux voiles épais liés par une âme mince (environ 20 cm).
Ce type est intéressent surtout dans le cas de piles de grande hauteur.

2. 7. Tableau comparatif des types de piles :


Hauteur
Modérée Forte
Largeur
Modérée ≤ 5 poutres Piles marteaux Piles caissons ou en H
Grande > 5 poutres Portiques, Voiles Piles caissons
T ABLEAU 22 : CHOIX DE PILE SELON RAPPORT LARGEUR / HAUTEUR

2. 8. Type de pile choisi :


En se basant sur le tableau ci-dessus, il s’avère que les piles marteaux sont les mieux adaptées
à notre cas.

3. Conception des piles :

Les piles de l’ouvrage dans les deux variantes seront de type pile-marteau constituées par
un chevêtre évasé de section rectangulaire recevant quatre (05) appareils d’appui en
élastomère fretté.
Une pile marteau se compose de deux éléments : le chevêtre et le fût de la pile.
3. 1. Chevêtre :
Le chevêtre doit permettre :
 L’implantation des appareils d’appui;
 Le placement des niches à vérins pour le changement des appareils d’appui.

60
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. 1. 1. Largeur :
La largeur du chevêtre de l’ordre 2 m, on prend 2.20 m.

T ABLEAU 23 : VUE LONGITUDINAL DU CHEVETRE

3. 1. 2. Longueur :
On prend 12 m la largeur de notre tablier.
3. 1. 3. Hauteur :
Allant de 0.8 m à l’extrémité et arrive à 2 m en encastrement.
3. 2. Fût de la pile :
3. 2. 1. Hauteur :
Variante : Pile 1 Pile 2
BA 9.14 m 7.06 m
BP 9.14 m -
T ABLEAU 24 : H AUTEUR DES PILES

3. 2. 2. Diamètre :
Le pré-dimensionnement des piles est basée sur les recommandations du dossier pilote
PP73 de SETRA, ce dernier propose une formule empirique qui lie le diamètre du fût à la
hauteur H et la portée des travées centrales :
D = max (0.5 m ; 4H+L/100 +0.1m ; 0.4 à 0.5 Hf)
Avec : D > 0.4 à 0.5 Ht.
On prend un diamètre de 1.50m.

61
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 29 : P ROFIL TRANSVERSALE DE LA PILE .

62
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre V : Présentation des culées

1. Introduction :

Les culées sont des appuis aux extrémités. Ils transmettent les charges verticales
venant du tablier au sol par l’intermédiaire des semelles (ou non) et des pieux. Les culées sont
conçues pour supporter la poussée des terres

Elles sont toujours associées à un talus continu de remblai ou de déblai, elles diffèrent
fondamentalement des piles, tant du point de vue de la structure et de la morphologie que du
point de vue mécanique. En effet, elles ont à porter en plus des charges du tablier, le poids des
terres qui les surmontent. Un poids qui reste variable selon le niveau de fondation négligeable
si la culée est fondée en tête de talus, et important si le niveau de la fondation est très en
dessous de celui du tablier.

2. Les types des culées :

2. 1. Les culées enterrées :


Ce sont celles dont la structure porteuse est noyée dans le remblai d’accès à l’ouvrage
; elles assurent essentiellement une fonction porteuse car elles sont relativement peu
sollicitées par des efforts horizontaux de poussée des terres. Ce type de culée s’adapte
facilement pour tout type de fondation et à n’importe quelle hauteur de remblais qui sont
généralement talutés à 3H/2V.

2. 2. Les culées remblayées :


Les culées remblayées jouent le double rôle de soutènement et de structure porteuse.
Le tablier s'appuie sur un sommier solidaire d'un mur de front massif qui soutient les terres du
remblai.

Une telle culée est généralement fondée superficiellement, compte tenu des efforts
horizontaux importants, ce qui limite son emploi au cas des très bons sols. Dans tous les cas,
on ne pourra l'envisager que si la hauteur du soutènement reste inférieure à une dizaine de
mètres. Dans la pratique, son emploi reste limité aux cas où l'on souhaite limiter la longueur
du tablier au strict nécessaire.

63
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 3. Les culées creuses :


On appelle culée creuse une culée qui comporte un mur de front, des murs en retour et
platelage supérieur, formant ainsi une « boite » renversée dans laquelle le remblai est taluté de
manière à ne pas exercer de poussée sur le mur de front.

Il s’agit donc d’une construction sophistiquée que l’on ne conçoit que dans des cas
exceptionnels.

2. 4. Les culées en terre armée


Ce type de culée est basé sur la technique de la terre armée qui est apparue juste il y’a
des dizaines d’années (en 1965). On rencontre dans ce cas deux types de conception : le
premier correspond au cas où le tablier repose directement sur le remblai d’accès en terre
armée par l’intermédiaire d’une tête de culée. Et le deuxième correspond au cas où le tablier
repose sur une culée indépendante du massif en terre armée.

2. 5. Le choix de la variante
Dans notre cas, et compte tenu des conditions du site, on adopte pour une culée
enterrée. Elle est plus facile à concevoir et à réaliser. Pour limiter les déplacements et assurer
une bonne transmission des efforts aux fondations, on opte pour des culées de type pile-culée.

3. Conception des culées :

Nous adoptons des culées type enterrées. Le chevêtre de la culée, supportant le mur garde
grève, le corbeau et le mur en retour, repose sur cinq (05) colonnes de section circulaire,

En l’absence d’une étude géotechnique dans cette phase d’étude, le dispositif de fondation
adopté est de type superficiel, il s’agit d’un massif en gros béton.

64
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre VI : Modélisation hydraulique des deux variantes

1. La variante 1 : BA

L’image suivante donne représentation tridimensionnelle du passage du débit centennal


au tronçon de l’Oued pour l’ouvrage BA.

F IGURE 30 : VUE 3 D DU TRONÇON AVEC LA VARIANTE 2

Le tableau suivant indique le passage du débit centennal à l’état projeté (Pont a poutres
en béton armé) avec l’ouvrage au niveau des profils.

65
PROJET DE FIN D’ETUDES

Débit 100 Largeur


Fond PHE Vitesse Surface mouillée
profil ans mouillée Froude
m3/s m m m/s m2 m
17 1351 1481 1486.9 5.05 288.37 71.59 0.77
16 1351 1480.75 1487.17 3.99 386 92.09 0.57
15 1351 1480.38 1487.11 4.01 397.17 99.36 0.57
14 1351 1480.38 1487.02 4.02 396.99 102.25 0.58
13 1351 1480.38 1487.16 3.13 525.91 111.92 0.41
12 1351 1480.25 1487.01 3.57 457.26 111.28 0.5
11 1351 1480.13 1486.26 5.09 295.81 94.68 0.88
10 1351 1479.5 1486.37 3.98 394.99 78.5 0.53
9.5 Pont a poutres béton armé
9 1351 1479.38 1486.16 4.03 385.59 78 0.55
8 1351 1479.75 1486.15 4.04 437.81 132.11 0.54
7 1351 1479.63 1486.24 3.46 488.24 116.5 0.46
6 1351 1479.75 1486.04 3.89 423.81 92.94 0.52
5 1351 1479.5 1486.06 3.6 468.48 97.92 0.47
4 1351 1479.38 1485.97 3.72 450.56 96.49 0.49
3 1351 1479.25 1485.56 4.68 359.65 78.99 0.63
2 1351 1479.13 1484.43 6.55 250.18 67.74 0.97
1 1351 1478.38 1483.68 7.01 219.38 61.26 1.08
T ABLEAU 25 : CARACTERISTIQUE DE L 'OUED PAR HEC-RAS (PSI-BA)
On cale l’ouvrage a 1487.6m avec une ouverture de 77 m par conséquent on constate que le
nombre de Froude à l’aval de l’ouvrage est 0.55 < 1 donc on a un régime d’écoulement fluvial
tout au long de notre tronçon de l’oued. Les vitesses de transit du débit centennal au droit de
l’ouvrage projeté sont considérables qui vaut entre 3m/s et 4 m/s, ce qui nécessite d’adopter
une protection en enrochement au droit des culées.

F IGURE 31 : P ROFIL EN LONG DE L ’ OUED AVEC LA VARIANTE 2

66
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. La variante 2 : BP

L’image suivante donne représentation tridimensionnelle du passage du débit centennal au


tronçon de l’Oued pour l’ouvrage BP.

F IGURE 32 : V UE 3 D DU PONT AVEC LA VARIANTE PSIBP

Le tableau suivant indique le passage du débit centennal à l’état projeté (Pont a poutres en
béton précontraint) avec l’ouvrage au niveau des profils.

67
PROJET DE FIN D’ETUDES

Débit 100 Surface Largeur


Fond PHE Vitesse
ans mouillée mouillée Froude
Profil
m3/s m m m/s m2 m
17 1351 1481 1486.95 4.99 291.98 71.59 0.75
16 1351 1480.75 1487.22 3.95 389.97 92.09 0.57
15 1351 1480.38 1487.16 3.96 401.86 99.36 0.56
14 1351 1480.38 1487.08 3.96 402.58 102.25 0.57
13 1351 1480.38 1487.21 3.09 531.42 111.92 0.4
12 1351 1480.25 1487.06 3.52 463.44 111.49 0.5
11 1351 1480.13 1486.43 4.84 311.91 95.11 0.82
10 1351 1479.5 1486.42 4.12 375.83 72.48 0.55
9.5 Pont a poutres béton précontraint
9 1351 1479.38 1486.08 4.29 358.56 72.5 0.59
8 1351 1479.75 1486.15 4.04 437.81 132.11 0.54
7 1351 1479.63 1486.24 3.46 488.24 116.5 0.46
6 1351 1479.75 1486.04 3.89 423.81 92.94 0.52
5 1351 1479.5 1486.06 3.6 468.48 97.92 0.47
4 1351 1479.38 1485.97 3.72 450.56 96.49 0.49
3 1351 1479.25 1485.56 4.68 359.65 78.99 0.63
2 1351 1479.13 1484.43 6.55 250.18 67.74 0.97
1 1351 1478.38 1483.68 7.01 219.38 61.26 1.08
T ABLEAU 26 : CARACTERISTIQUE DE L 'OUED PAR HEC-RAS (PSI-BP)
On cale l’ouvrage a 1487.6m avec une ouverture de 71.4 m par conséquent on constate que le
nombre de Froude à l’aval de l’ouvrage est 0.59 < 1 donc on a un régime d’écoulement fluvial
tout au long de notre tronçon de l’oued. Les vitesses de transit du débit centennal au droit de
l’ouvrage projeté sont considérables qui vaut entre 3m/s et 4 m/s, ce qui nécessite d’adopter
une protection en enrochement au droit des culées.

F IGURE 33 : P ROFIL EN LONG DE L 'OUED AVEC LA VARIANTE PSI-BP

68
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. Conclusion :

Après avoir modélisé les deux variantes avec le logiciel HEC-RAS, on conclut que de
point de vue technique, le fonctionnement hydraulique des variantes est correct.
Donc, c’est l’étude économique qui tranchera dans le choix de la variante retenue.

69
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre VII : Estimation du coût

1. Variante BA :

TABLEAU 27 : ESTIMATION PSI-BA


Prix
N° prix Désignation Unité Quantité Unitaire Montant
100 Installation chantier & Travaux divers
101 Installation et repliement de chantier Ft 1 500 000 500 000
200 Terrassements
201 Déblais en fouilles m3 3 420 40 136 811.52
202 Remblais en fouilles m3 3 107 50 155 334.53
203 Remblais contigus m3 546 60 32 775.12
300 Tablier et Appuis
301 Installation de préfabrication des poutres F 1 200 000 200 000.00
302 Lancement des poutres U 15 30 000 450 000.00
303 Echafaudage Ft 1 200 000 200 000.00
304 Béton classe B1 m3 499 1 600 798 042.72
305 Béton classe B2 m3 563 1 100 619 560
306 Béton classe B5 m3 29 900 26 433
307 Coffrage m² 4 085 250 1 021 358.00
308 Aciers HA 500 kg 227 483 11 2 502 313.66
309 Aciers RL235 kg 4 500 11 49 500.00
400 Equipement du tablier
401 Joint de chaussée Wd80 ou similaire ml 20 5 500 110 000
402 Etanchéité m² 780 150 117 000
403 Revêtement m3 47 1 250 58 500
404 Garde corps métallique type S7 ml 172 1 000 172 200
405 Corniche ml 86 400 34 440
406 Contre corniche ml 172 70 12 054
407 Bordures trottoir ml 156 150 23 430
408 Corps trottoir ml 156 200 31 240
409 Appareils d'appui en élastomère fretté dm3 24 5 000 120 000
500 Protections en enrochements
501 Enrochements m3 506 200 101 250
502 Géotextiles m² 675 25 16 875
503 Bourrelet ml 350.00 50 17 500.00
504 Glissière de sécurité ml 350.00 1000 350 000.00
505 Descente d'eau ml 100.00 150 15 000.00
Total HT 7 871 617
TVA (20%) 1 574 323
Total TTC 9 445 941

70
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. La variante VIPP :

Prix
N° prix Désignation Unité Quantité Unitaire Montant
100 Installation chantier Ft 1.00 1000000 1 000 000.00
200 Terrassements
201 Déblais en fouilles m3 2 000.00 50 100 000.00
3
202 Remblais en fouilles m 4 500.00 60 270 000.00
3
203 Remblais contigus m 80.00 75 6 000.00
300 Tablier et Appuis
301 Béton classe B0 m3 247.99 3000 743 967.00
3
302 Béton classe B1 m 173.64 2500 434 100.00
303 Béton classe B2 m3 312.20 1800 561 960.00
3
304 Béton classe B5 m 7.36 1000 7 360.00
305 Coffrage m² 1 258.84 300 377 652.00
306 Lancement des poutres U 8.00 30000 240 000.00
307 Atelier de préfabrication des poutres F 1.00 850000 850 000.00
308 Aciers actifs kg 11 159.51 75 836 962.88
309 Aciers passifs kg 71 444.22 19 1 357 440.18
3
310 Gros béton m 541.59 900 487 431.00
400 Equipement du tablier
401 Joint de chaussée ml 22.00 6500 143 000.00
402 Etanchéité m² 723.00 150 108 450.00
3
403 Revêtement m 43.38 1250 54 225.00
404 Séparateur type GBA ml 79.35 950 75 382.50
405 Garde corps métallique ml 79.35 1 000 79 350.00
406 Corniche-Caniveau ml 79.35 1 500 119 025.00
407 Corniche-Préfabriquée ml 72.35 1 000 72 350.00
408 Longrine ml 144.70 500 72 350.00
409 Bordure ml 144.70 150 21 705.00
410 Appareils d'appui U 16.00 10 000 160 000.00
Total 8 178 711
Aléas (20%) 1 635 742
Total général 9 814 453
TABLEAU 28 : ESTIMATION PSI-BP
Il ressort de la lecture de ces montants que la variante N°1 est moins chère que la
variante N°2.

On propose de poursuivre l’étude avec la variante N°1 : PSI-BA

71
PROJET DE FIN D’ETUDES

Partie III : Projet d’exécution

 Définitions des charges


 Etude des poutres principales
 Etude de l’hourdis
 Etude d’entretoises
 Les appareils d’appuis
 Etude des piles

72
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre I : Définitions des charges

1. Charges permanentes :

1. 1. Poids propre :
Section Largeur Section Section
Densité du Nombre Nombre
d’une du Portée de d’une
béton armé de poutres entretoise
poutre tablier (m) l'hourdis entretoise
(T/m3) (n) (n)
(m²) (m) (m²) (m²)
2.5 0.609375 5 12 25 2.16 0.48 4
T ABLEAU 29 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU TABLIER

Les valeurs des poids propres pour une travée sont comme suit :

Poids d’une poutre Sp x 2.5 1.5234375 T/ml 38.09 T


Poids de l’hourdis e x 2.5 5.4 T/ml 135 T
Poids d’une entretoise Se x 2.5 1.2 T/ml 14.4 T
Poids pour une travée Σ (Sp+e+Se) 383.03(T)
Poids en t/ml Pt/25 15.32(T/ml)
T ABLEAU 30 : P OIDS DES ELEMENTS PORTEURS D' UNE TRAVEE

1. 2. Superstructure :
Elles entrent dans les éléments de second œuvre et de finition du tablier. Elles jouent un
rôle important sur le plan de l’esthétique, de la sécurité et de la durabilité de l’ouvrage. D’où
l’importance de les prendre en compte dans la conception transversale du tablier et le calcul
de la structure.
1. 3. Chape d’étanchéité :
La pénétration de l’eau à l’intérieur du tablier entraîne des risques graves de corrosion des
armatures en acier (passives et actives). Pour éviter ce problème, on recourt généralement à
une chape d’étanchéité disposée sur la dalle de béton une chape épaisse de densité 2.4 t/m3,
coulis sur le hourdi en deux couches.
1. 4. Chaussée :
La couche de roulement qui vient au-dessus de la chape d’étanchéité est constituée le plus
souvent d’une couche de béton bitumineux de 5 à 10 cm d’épaisseur et de densité égale à 2,4

73
PROJET DE FIN D’ETUDES

t/m3. On adoptera une épaisseur de 9 cm pour tenir compte des éventuels renforcements de
chaussée.
1. 5. Trottoirs :
Ils ont pour rôle la protection des piétons en les isolants de la circulation à la chaussée.
Deux types de trottoirs se présentent généralement : trottoir sur caniveau et trottoir plein. On
envisagera des trottoirs sur caniveau recouverts par des dallettes qui reposent sur la contre
bordure et la contre-corniche. Ils présentent l’avantage d’être légers et permettent de disposer
des canalisations ou des câbles (électriques, PTT…) sous les dallettes.
1. 6. Les corniches :
Elles ont un rôle essentiellement esthétique. Situées à la partie haute du tablier, elles en
dessinent la ligne. Elles peuvent être coulées en place ou préfabriquées en éléments
généralement de 1 m. Le premier type est moins cher, mais il nécessite un coffrage spécial se
déplaçant le long du tablier, c’est la raison pour laquelle on adoptera des corniches
préfabriquées.
1. 7. Garde-corps :
C’est un organe destiné à empêcher les chutes de piétons. Il doit de plus résister à la
pression verticale et la poussée horizontale d’une foule et être conçu de telle sorte qu’un
enfant ne puisse passer à travers ou l’escalader.
Ainsi, les charges de superstructure se présentent comme suit :

Equipement du Nombre Longueur Largeur Epaisseur Poids unitaire Poids total


tablier (T/m3) (T)
Chape 1 25 12 0.05 2.4 36
d’étanchéité
Revêtement 1 25 9 0.09 2.4 48.6
Contre corniche 2 25 0.1 2.5 12.5
Corniche 2 25 0.5 2.5 62.5
Trottoir 2 25 0.275 2 27.5
Bordure 2 25 0.025 2.4 3
Garde-corps 2 25 - 0.05T/ml 2.5

Poids pour une travée 192.60(T)

T ABLEAU 31 : P OIDS DE LA SUPERSTRUCTURE D' UNE TRAVEE

74
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le poids propre et le poids de la superstructure donnent les charges permanentes appliquées


au tablier.

- Charges permanentes (t) : 575.63 t


- Charges permanentes (t/ml) : 23.03 t/ml.

2. Charges routières réglementaires :

Selon le fascicule 61 titre II, les charges d’exploitation prises en compte pour notre
ouvrage sont les systèmes A(L), Bc, Bt, Br, Mc120, charges exceptionnelles E et Les charges
sur les trottoirs. Avant de procéder à l’étude de ces chargements, on définit tout d’abord
certaines notions qui seront utiles par la suite. Toutes les parties du tablier ne sont pas
forcément à charger par les charges de chaussée. Il faut donc définir une largeur chargeable
qui se déduit elle-même de la largeur roulable. On donne ci-dessous les définitions
correspondantes.

2. 1. Définitions :
2. 1. 1. La largeur roulable LR :
C’est la largeur de tablier comprise entre les dispositifs de retenue, s’il y en a, ou les
bordures. Elle comprend donc la chaussée proprement dite et les sur-largeurs éventuelles
telles que les bandes d’arrêt d’urgence, bandes dérasées, etc.

La largeur roulable calculée est donc :

2. 1. 2. Classe des ponts :


Les ponts sont rangés en trois classes suivant leur largeur roulable, LR et leur destination :

Ainsi, notre pont est de :

75
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 1. 3. La largeur chargeable :
Elle est définie par la formule suivante :

Avec,

Dans notre cas, donc :

2. 1. 4. Le nombre de voies :
Par convention, le nombre de voies de circulation des chaussées est :

Notons que les chaussées comprises entre 5m (inclus) et 6m sont considérées comme ayant
deux voies.

2. 1. 5. La largeur d’une voie :


Par convention, la largeur d’une voie de circulation est donnée par :

2. 1. 6. Les coefficients de majoration dynamiques :


Les charges du système B et le système Mc120 sont des surcharges roulantes et par conséquent
doivent être multipliées par un coefficient de majoration pour effet dynamique. Il est
déterminé à partir de la formule :

Avec,

G : poids total d’une travée ;

S : charge (respectivement , et ) qu’on peut disposer.

76
PROJET DE FIN D’ETUDES

Ainsi on obtient les résultats suivants :

Types de charges S (t) coefficient δ


BC une file 72 1.08
BC deux files 132 1.1
BT 64 1.08
BR 10 1.07
Mc120 110 1.09
T ABLEAU 32 : COEFFICIENT DE MAJORATION DES DIFFERENTS SYSTEMES

2. 2. Système :
Ce système se compose des charges uniformément réparties d’intensité variable
suivant la longueur surchargée et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à
l’arrêt sur le pont. Elles représentent un embouteillage ou un stationnement, ou bien tout
simplement une circulation continue à une vitesse à peu près uniforme d’un flot de véhicules
composé de voitures légères et de poids lourds. A(L) est donnée par la formule suivante:

La valeur obtenue sera par la suite multipliée par les coefficients et puis par la
largeur d’une voie ou des deux voies, selon que une seule une voie est chargée ou les deux le
sont, pour obtenir une force/ml. Les coefficients et dépendent de la classe du pont et du
nombre de voies chargées. Les valeurs de sont regroupées dans le tableau suivant :

Nombre
Valeurs de
de voies
α1 1 2 3 4 5
chargées
Classe du 1 1 1 0.9 0.8 0.7
pont 2 1 1 0.9 0.8 0.7
3 0.9 0.8 0.9 0.8 0.7
T ABLEAU 33 : VALEURS DE Α 1
Les valeurs de sont définies par la formule suivante :

Avec est la largeur de la voie

Les valeurs de sont données dans le tableau ci-dessous :

77
PROJET DE FIN D’ETUDES

1 3.5
Classe du pont 2 3
3 2.75
T ABLEAU 34 : VALEURS DE V 0

Pour on obtient les valeurs suivantes de :

o Cas d’une seule voie chargée, on a : = 1, = 0,88, V = 4 m, d’où :

o Cas deux voie chargées, on a : = 1, = 0,88, V = 8 m, d’où :

2. 3. Système :
Le convoi se compose d’un ou au maximum de 2 camions types par file.

Dans le sens transversal le nombre de files est inférieur ou égale au nombre de voies. Les
caractéristiques du convoi sont présentées dans la figure ci-après :

F IGURE 34 : S YSTEME DE CHARGE B C

78
PROJET DE FIN D’ETUDES

Suivant la classe du pont et le nombre de files de camions considérées, les valeurs des
charges du système à prendre en compte sont multipliées par un coefficient dont les
valeurs sont indiquées dans le tableau suivant :

Nombre de files
Valeurs de 1 2 3 4 5
considérées
1 1.2 1.1 0.95 0.8 0.7
Classe du pont 2 1 1 - - -
3 1 0.8 - - -
T ABLEAU 35 : VALEURS DE B C

2. 4. Système :
Un tandem se compose de deux essieux munis de roues simples pneumatiques. Les
caractéristiques du système sont représentées dans la figure ci-dessous.

Le système ne s’applique pas au pont de la 3ème classe. Pour les ponts de la 1ère et de la
2ème classe, il convient de respecter les règlements suivants :

 Dans le sens longitudinal, un seul tandem est disposé par file;


 Dans le sens transversal, un seul tandem est supposé circuler sur les ponts à
une seule voie.

Alors que pour les ponts supportant deux voies ou plus, on ne peut placer que deux
tandems au plus sur la chaussée, côte à côte ou non, de manière à obtenir l’effet le plus
défavorable. Les caractéristiques du système sont présentées dans la figure suivante :

F IGURE 35 : LE SYSTEME B T

79
PROJET DE FIN D’ETUDES

Suivant la classe du pont, les valeurs des charges du système à prendre en compte
sont multipliées par un coefficient dont les valeurs sont indiquées dans le tableau suivant :

Valeurs de bt
1 1
Classe du pont
2 0.9
T ABLEAU 36 : VALEURS B T

2. 5. Système :
C’est une roue isolée disposée normalement à l’axe longitudinal de la chaussée. Les
caractéristiques de cette roue sont présentées dans la figure ci-dessous :

F IGURE 36 : S YSTEME B R
Le rectangle de la roue peut être placé n’importe où sur la largeur roulable de manière
à produire l’effet le plus défavorable.

2. 6. Système :
Le système se compose de véhicules type à chenilles. Il comporte deux
chenilles et le rectangle d’impact de chacune d’elles est supposé uniformément chargé. La
pression répartie au mètre linéaire, appliquée par le convoi est :

F IGURE 37 : LE SYSTEME DE CHARGE M C120

80
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 7. Les charges trottoirs :


Le règlement prévoit deux systèmes de charges : un système local destiné à la
justification des éléments de couverture du tablier (hourdis, entretoises) et un système général
pour le calcul des poutres principales. Les diverses charges de trottoir ne sont pas majorées
pour les effets dynamiques.

 Les charges locales :

Le système local comprend une charge uniformément répartie d’intensité de


valeur :

Cette charge est placée pour produire l’effet le plus défavorable. Ses effets peuvent
éventuellement se cumuler avec ceux de B et des charges militaires. De plus, le système local
comprend une roue de 6 t dont la surface d’impact est un carré de 0,25 m de côté à disposer
sur les trottoirs en bordure d’une chaussée.

 Les charges générales :

Le système général comprend une charge uniformément répartie d’intensité de


valeur :

Cette charge est à disposer sur les trottoirs bordant une chaussée. Ce système répond
aux règles d’application suivantes :

 Dans le sens longitudinal, on dispose cette charge pour qu’elle produise l’effet le plus
défavorable ;
 Dans le sens transversal, toute la largeur du trottoir est chargée, mais on peut
considérer soit qu’un seul trottoir est chargé, soit que les deux le sont, de manière à
obtenir l’effet le plus défavorable ;
 Cette charge est cumulable avec la charge A(l) et Bc si elle peut donner un effet plus
défavorable.

De plus, le système général comprend une charge de densité uniforme mais qui ne
concerne que les ouvrages ne supportant qu’une circulation de piétons ou de cyclistes
(passerelles). Le tableau suivant regroupe les valeurs obtenues à l’aide des lignes d’influence
tracées précédemment et qui correspondent aux différentes surcharges pour la poutre de rive.

81
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre II : Etude des poutres principales

1. Préliminaire :

Les tabliers des ponts à poutres sont des structures tridimensionnelles pour le lesquelles de
nombreuses méthodes de calcul classique ont été proposées. En général, l’étude du tablier est
subdivisée en une étude dans le sens transversal et une étude d’une poutre dans le sens
longitudinal. La première étude donne un Coefficient de Répartition Transversale (CRT), dont
on le multipliera avec les sollicitations (globales) retrouvées dans le sens longitudinal pour
obtenir les sollicitations (moyennes) d’une poutre. Ainsi, on obtient le principe suivant :

Sollicitation moyenne = CRT x Sollicitation globale

Par la sollicitation, on se réfère à un moment fléchissant ou à un effort tranchant. Pour


déterminer les sollicitations globales, on fait souvent appel aux lignes d’influences puisqu’on
peut avoir des charges mobiles. C’est le sujet traité dans le chapitre définition des charges.
Dans le prochain paragraphe, on présente l’étude de la répartition transversale dans un pont à
poutres, puis on termine avec le calcul des sollicitations globales et moyennes.

Lorsque le tablier ne comporte pas d’entretoises rigides (sans entretoises intermédiaires ou


avec entretoises d’espacement large), la section transversale est considérée comme étant
déformable. Dans ce cas, le comportement mécanique de tels tabliers s’écarte de celui
résultant de l’application de la méthode classique de la résistance des matériaux. Donc on a
recours à la méthode de Guyon Massonnet est justifié par la souplesse du tablier en raison de
l’absence des entretoises intermédiaires.

2. Détermination des coefficients de Répartition transversale des charges (CRT) :

2. 1. Principe de la méthode de Guyon Massonnet


Le grillage de poutres constitué des poutres longitudinales et des entretoises d’about, sera
substitué par une dalle droite orthotrope, ayant deux bords libres et deux bords simplement
appuyés. Cette structure possède les mêmes rigidités moyennes à la flexion et à la torsion que
l’ouvrage réel.

82
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 2. Paramètres fondamentaux :
On considère une travée indépendante, de portée L, de largeur 2b, dont l’ossature est
constituée par une poutraison croisée de n poutres longitudinales (portée L, espacement b1) et
de m entretoises (portée 2b, espacement L1) intermédiaires, disposées transversalement.

F IGURE 38 : MODELE DU TABLIER DE PONT D ’APRES GUYON -MASSONNET

Toutes les poutres sont identiques et caractérisées par :


 Leur rigidité à la flexion Bp = E * Ip
 Leur rigidité à la torsion Cp = G * Kp
De même, toutes les entretoises sont identiques, et également caractérisées par :
 Leur rigidité à la flexion BE = E * IE
 Leur rigidité à la torsion CE = G * KE
E : module de Young.
G : module de torsion, avec G = E/2(1+ υ) υ : est le coefficient de Poisson
Ip : moment d’inertie de flexion des poutres;
Kp : moment d’inertie de torsion des poutres;
IE : moment d’inertie de flexion des entretoises;
KE : moment d’inertie de torsion des entretoises.
Par unité de longueur, ces rigidités deviennent :
 Les rigidités de flexion :
ρp = BP/b1 = (E*IP)/b1 ; ρE = BE/L1 = (E*IE)/L1.
 Les rigidités de torsion :
γp= Cp/b1 = (G*KP)/b1 ; γE = CE/L1 = (G*KE)/L1.

83
PROJET DE FIN D’ETUDES

On suppose que le coefficient de Poisson du matériau constitutif est nul (υ =0) alors :
G = E/2, Donc : γp = (E*KP)/2*b1 et γE = (E*KE)/2*L1.
Comme il a été déjà signalé, c’est alors le hourdis qui joue le rôle des entretoises. Dans ce cas,
les inerties de flexion et de torsion du hourdis (hauteur e) représentant les entretoises sont
égales (comportement d’une plaque isotrope) : ρE = γE = Ee3/12.
Le comportement du pont est complètement défini par les deux paramètres principaux :
 Le paramètre de torsion : α = (γp + γE)/2*(ρp*ρE)1/2

 Le paramètre d’entretoisement : ϴ = (b/L)*(ρp/ρE)1/4


Il faut signaler que le paramètre de torsion α est toujours compris entre 0 et 1.

3. Le Coefficient de Répartitions Transversale (CRT) :

Le Coefficient de Répartitions Transversale (K) est un coefficient correctif qui tient


compte de la répartition transversale des surcharges. K dépend de la valeur du paramètre de
torsion α, de la valeur du paramètre d’entretoisement ϴ, de l’excentricité de la charge e et de
l’ordonnée de la poutre considérée y.

Pour : α = 0 => K0= K 0(ϴ ; e ; y)

α = 1 => K1= K1 (ϴ ; e ; y)

Pour α quelconque, l’interpolation n’est pas linéaire. Elle est donnée par Massonnet :

Pour plus de précision. Sattler a proposé les relations suivantes :

Les valeurs de ces coefficients sont tirées des tableaux et des abaques de Massonnet.
Pour une poutre d’ordonnée y, on procède à une interpolation linéaire par rapport à y et une
interpolation linéaire par rapport à ϴ.

84
PROJET DE FIN D’ETUDES

4. La rigidité flexionnelle des poutres :

 Moment d’inertie :

F IGURE 39 : M ORPHOLOGIE DE LA POUTRE DANS LA SECTION MEDIANE


On désigne notre poutre dans Autocad et avec la commande propriétés mécaniques, on obtient
le moment d’inertie de la section par rapport à l’axe (G, x).

D’où

La rigidité flexionnelle des poutres est donnée par la formule suivante :

Avec espacement entre les axes des poutres.

On trouve

85
PROJET DE FIN D’ETUDES

5. La rigidité torsionnelle :

L’inertie torsionnelle d’une section rectangulaire de longueur b et de largeur a est donnée


par la formule suivante :

Avec f est une fonction donnée par la formule tunisienne sous la forme suivante :

Pour notre section on la décompose en plusieurs rectangles élémentaires et on cumule les


inerties obtenues avec les corrections suivantes :
Notre poutre est constituée d’une section en Té formée de rectangles et de triangles, pour
un triangle on calculera son inertie torsionnelle comme rectangle de caractéristiques b et h
telle que sa surface est égale à la surface du triangle.
La section est divisée en plusieurs zones comme la montre la figure :

F IGURE 40 : M ORPHOLOGIE DE LA POUTRE CORRIGEE DANS LA SECTION MEDIANE

86
PROJET DE FIN D’ETUDES

Section a b f (a/b) Ki
S1 0.1 1.2 0.31590526 0.00039909
S2 1.2 0.25 0.01606741 0.00704112
S3 0.25 0.5 0.22915472 0.00199027
S4 0.025 1.2 0.32897632 6.1683E-06
S5 0.075 0.5 0.3019628 6.3695E-05
Σki = Kp 0.00950034
T ABLEAU 37 : LES MOMENTS D ’INERTIE DE LA TORSION
La rigidité à la torsion de la poutre est déterminée par la formule suivante :

6. Paramètre entretoisement et de torsion :

Elle est donnée par la formule :

Avec : ‘‘ e ’’ épaisseur de l’hourdis

On trouve :

 Entretoisement :

Il est défini par la formule :

Avec : 2b est la largeur du tablier

L est la longueur de calcul

D’où

Soit dans l’intervalle :

 Torsion :

Il est défini par la formule suivante :

Soit

87
PROJET DE FIN D’ETUDES

7. Calcul CRT :

7. 1. Tableau des coefficients de Guyon-Massonnet :


Nous disposons des tableaux sur Excel donnant les coefficients de Guyon-Massonnet :

Les tableaux utilisés pour le calcul sont les suivants :

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 -0.375 0.3351 1.0539 1.7161 2.0493 1.7161 1.0539 0.3351 -0.375
b/4 -0.529 -0.029 0.5074 1.1126 1.7161 2.0259 1.6839 1.0113 0.271
b/2 -0.441 -0.186 0.1081 0.5074 1.0539 1.6839 2.1214 2.0271 1.718
3b/4 -0.266 -0.241 -0.186 -0.029 0.3351 1.0113 2.0271 3.1979 4.196
b -0.073 -0.266 -0.441 -0.529 -0.3753 0.2705 1.7181 4.1963 7.559

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 0.5852 0.7432 0.9723 1.2604 1.442 1.2604 0.9723 0.7432 0.585
b/4 0.3524 0.4703 0.6517 0.9242 1.2604 1.4941 1.3716 1.1478 0.968
b/2 0.217 0.3009 0.4343 0.6517 0.9723 1.3716 1.6897 1.6753 1.566
3b/4 0.1409 0.2019 0.3009 0.4703 0.7432 1.1478 1.6753 2.1851 2.439
b 0.0949 0.1409 0.217 0.3524 0.5852 0.9678 1.566 2.4385 3.562
T ABLEAU 38 : K 0 ET K 1 POUR Ɵ = 0.60

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 -0.4715 0.2749 1.0436 1.7771 2.1592 1.7771 1.0436 0.2749 -0.471
b/4 -0.5493 -0.0646 0.47 1.107 1.7771 2.1334 1.7309 0.9565 0.1129
b/2 -0.4042 -0.1851 0.0792 0.47 1.0436 1.7309 2.198 2.0203 1.5843
3b/4 -0.1919 -0.2028 -0.1851 -0.0646 0.2749 0.9565 2.0203 3.2519 4.2579
b 0.0299 -0.1919 -0.4042 -0.5493 -0.4715 0.1129 1.5843 4.2579 8.0034

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 0.5452 0.7119 0.9631 1.2903 1.5028 1.2903 0.9631 0.7119 0.5452
b/4 0.3155 0.4335 0.6224 0.9164 1.2903 1.5534 1.3996 1.138 0.9359
b/2 0.1864 0.2663 0.3987 0.6224 0.9631 1.3996 1.7493 1.7094 1.5677
3b/4 0.1166 0.1722 0.2663 0.4335 0.7119 1.138 1.7094 2.2658 2.518
b 0.0762 0.1166 0.1864 0.3155 0.5452 0.9359 1.5677 2.518 3.771
T ABLEAU 39 : K 0 ET K1 POUR Θ =0.90

88
PROJET DE FIN D’ETUDES

7. 2. Interpolation :
Pour avoir et pour , nous effectuons une première
interpolation linéaire à l’aide de la formule suivante :

On obtient les résultats suivants :

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 -0.3847045 0.3292148 1.052893 1.722063 2.060044 1.7220634 1.052893 0.329215 -0.38470
b/4 -0.5308943 -0.03248 0.503744 1.112053 1.722063 2.0364092 1.688495 1.005943 0.255093
b/2 -0.4375829 -0.185732 0.105275 0.503744 1.052893 1.6884947 2.128888 2.026435 1.70502
3b/4 -0.2590267 -0.237175 -0.18573 -0.03248 0.329215 1.0059428 2.026435 3.203179 4.202322
b -0.0632112 -0.259027 -0.43758 -0.530894 -0.384705 0.255093 1.70502 4.202322 7.602264
T ABLEAU 40 : K0 POUR Θ =0.854888

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 0.5812896 0.7401401 0.971401 1.263323 1.447944 1.263323 0.971401 0.74014 0.58129
b/4 0.3487927 0.4667024 0.648836 0.923437 1.263323 1.4998972 1.374337 1.146842 0.964681
b/2 0.2140085 0.2975175 0.43082 0.648836 0.971401 1.3743373 1.695526 1.678634 1.566166
3b/4 0.1385244 0.1989965 0.297518 0.466702 0.74014 1.146842 1.678634 2.192989 2.446272
b 0.0930719 0.1385244 0.214009 0.348793 0.58129 0.9646815 1.566166 2.446272 3.582703
T ABLEAU 41 : K 1 POUR Θ =0.854888

7. 3. Interpolation :
Pour avoir , nous effectuons une interpolation à l’aide de la formule
suivante :

89
PROJET DE FIN D’ETUDES

Donc on obtient le tableau suivant :

y e -b -3b/4 -b/2 -b/4 0 b/4 b/2 3b/4 b


0 -0.2908342 0.3691464 1.044974 1.677485 2.000563 1.6774854 1.044974 0.369146 -0.290834
b/4 -0.4454109 0.0160277 0.517843 1.093724 1.677485 1.9842738 1.657967 1.019635 0.324047
b/2 -0.3742646 -0.138772 0.13691 0.517843 1.044974 1.6579665 2.086777 1.992638 1.691527
3b/4 -0.2203947 -0.19479 -0.13877 0.016028 0.369146 1.0196346 1.992638 3.105014 4.031678
b -0.0480244 -0.220395 -0.37426 -0.445411 -0.290834 0.3240471 1.691527 4.031678 7.211664
T ABLEAU 42 : VALEURS DE K POUR Α =0.1943496

7. 4. Interpolation sur y :
Nous étudierons la moitié de la dalle fictive soit la largeur b = 6 m (en raison de la symétrie),
comportant 3 poutres. Les positions des poutres seront calculées à partir de l’axe de symétrie
du pont :

Poutre Sa position par rapport à l'axe Sa position active


Poutre de rive 5m 0.4166b
Poutre intermédiaire 2.5 m 0.833b
Poutre centrale 0 0
T ABLEAU 43 : LES ORDONNEES DES POUTRES INTERMEDIAIRES ET DE RIVE

Une interpolation linéaire par rapport à ‘’ y ‘’ permet d’avoir les valeurs de pour la
poutre de rive (y = 0.4166b), poutre intermédiaire (y = 0.833b) et poutre centrale (y = 0b)
avec la formule :

Donc on obtient le tableau suivant :

y e -1 -0.75 -0.5 -0.25 0 0.25 0.5 0.75 1


0.4166b -0.397999 -0.08713077 0.263989 0.709957 1.255979828 1.76682262 1.94372553 1.6680439 1.235335
0.833b -0.163168 -0.20329105 -0.21695 -0.13717 0.150032851 0.78869956 1.89266882 3.4126665 5.087433
0 -0.290834 0.369146428 1.044974 1.677485 2.000563127 1.67748536 1.04497406 0.3691464 -0.29083
T ABLEAU 44 : LES COEFFICIENTS CRT POUR LES DIFFERENTES SECTIONS DU TABLIER

90
PROJET DE FIN D’ETUDES

2.5

1.5

0.5

0
-6 -4.5 -3 -1.5 0 1.5 3 4.5 6
-0.5

-1

F IGURE 41 : C OURBE DE CRT POUR LA POUTRE INTERMEDIAIRE

2.5

1.5

0.5

0
-6 -4.5 -3 -1.5 0 1.5 3 4.5 6
-0.5

F IGURE 42 : C OURBE DE CRT POUR LA POUTRE CENTRALE

0
-6 -4.5 -3 -1.5 0 1.5 3 4.5 6
-1

F IGURE 43 : C OURBE DE CRT POUR LA POUTRE DE RIVE

91
PROJET DE FIN D’ETUDES

8. Les valeurs des CRT pour les différentes poutres :

La disposition des charges dans le sens transversal est choisie de façon à avoir le cas de
charge le plus défavorable.

F IGURE 44 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE DES CHARGES DANS LE SENS TRANSVERSAL


POUTRE INTERMEDIAIRE

F IGURE 45 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE DES CHARGES DANS LE SENS TRANSVERSAL


POUTRE DE RIVE

92
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 46 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE DES CHARGES DANS LE SENS TRANSVERSAL


POUTRE CENTRALE

Le tableau suivant regroupe les valeurs obtenues correspondant aux différentes surcharges
pour la poutre intermédiaire, rive et centrale.

Poutre Cas le plus défavorable


Types de charges Inter Rive Centrale
AL2 1.125449693 0.820308129 1.302438066 2 Voies
TR 1.69425456 4.43327942 0.33463652 -
PERM 1.05586909 1.169391024 1.018658114 -
BC 1.66256901 1.451685023 1.693789673 2 Tandems
BR 1.94372553 3.41266655 2.00056313 1 roue
BT 1.6371361 1.19713337 1.574341135 2 fils
MC 120 1.62715544 1.67700478 1.60159903 1 char
T ABLEAU 45 : VALEURS DE CRT POUR LES SURCHARGES
9. Détermination des sollicitations moyennes :
9. 1. Ligne d’influence :
9. 1. 1. Rappel sur les lignes d’influences d’une poutre isostatique :
Notre tablier est composé de trois travées isostatiques, ainsi le calcul des lignes
d’influence des moments fléchissant et des efforts tranchants se fera juste pour une seule
travée. Les abscisses sont comptées par rapport à l’appui de gauche positivement vers la
droite.

93
PROJET DE FIN D’ETUDES

Soit une charge ponctuelle unité située à l’abscisse , cette charge produit à la section
d’abscisse x le moment M( , ) et l’effort tranchant ( , ) .

F IGURE 47 : S CHEMA DES REACTIONS D’ UNE POUTRE SUR DEUX APPUIS


9. 1. 2. Lignes d’influence du moment fléchissant :
Le moment ( ) a pour équation :

 Si α < x :
 Si α > x :

9. 1. 3. Lignes d’influence des efforts tranchants


Les équations de ces lignes sont données par :

 Si α < x :
 Si α > x :

La forme générale d'une ligne d'influence du moment et de l'effort tranchant pour une section
d'abscisse x est de la forme suivante :

F IGURE 48 : LIGNES D ' INFLUENCE POUR UNE POUTRE SUR APPUIS SIMPLES
 Pour une charge concentrée Pi

Mx = Piyi yi : Ordonnée de Pi correspondant sur la Li(Mx).

Tx = Piyi yi : Ordonnée de Pi correspondant sur la Li (Tx).

94
PROJET DE FIN D’ETUDES

Dans le cas de n charges Pi, on somme, c’est à dire :

Mx = (i=1, n)Piyi et Tx = (i=1,n)Piyi

 Pour une charge d’intensité q répartie sur une longueur de L1 à L2

La somme ou bien l’intégrale devient une surface, c’est à dire :

Mx = (L1, L2) qyidy = q : Aire sur la Li(Mx), entre L1 et L2.

Tx = (L1, L2) qyidy = q : Aire sur la Li(Tx), entre L1 et L2.

A la limite, pour plusieurs charges réparties qi :

M(x) = qii et T(x) = qii

F IGURE 49 : D IAGRAMME T( X) ET M( X) D’UNE CHARGE CONTINUE REPARTIE

10. Sollicitations dues aux charges permanentes


10. 1. Le poids propre de la poutre
Le poids propre de la poutre est une charge répartie sur toute la poutre. Pour
déterminer les sollicitations dues à cette charge, on n’a pas besoin d’utiliser le principe des
lignes d’influences. Le problème se réduit à déterminer les sollicitations d’une charge répartie
sur toute une poutre sur appui simple.

Comme calculé, le poids de la poutre est : 38.09 t, ce qui donne une charge linéaire de
l’ordre de 1.52 t/ml.

95
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tableau suivant donne les résultats obtenus :

ELS ELU
Section
M(x) T(x) M(x) T(x)

0 Lc 0 19.0429688 0 25.70800781
0.1 Lc 42.8466797 15.234375 57.84301758 20.56640625
0.2 Lc 76.171875 11.4257813 102.8320313 15.42480469
0.3 Lc 99.9755859 7.6171875 134.967041 10.28320313
0.4 Lc 114.257813 3.80859375 154.2480469 5.141601563
0.5 Lc 119.018555 0 160.6750488 0
T ABLEAU 46 : SOLLICITATIONS DUES AU POIDS PROPRE DE LA POUTRE
10. 2. Le poids du hourdis :
Le calcul se fait de manière analogue à celle du poids propre des poutres :

ELS ELU
Section
M(x) T(x) M(x) T(x)

0 Lc 0 14.0625 0 18.984375
0.1 Lc 31.640625 11.25 42.71484375 15.1875
0.2 Lc 56.25 8.4375 75.9375 11.390625
0.3 Lc 73.828125 5.625 99.66796875 7.59375
0.4 Lc 84.375 2.8125 113.90625 3.796875
0.5 Lc 87.890625 0 118.6523438 0
T ABLEAU 47 : SOLLICITATIONS DUES AU POIDS PROPRE DU HOURDIS
10. 3. Le poids des superstructures
Les superstructures comportent les éléments sur trottoir et les éléments sur chaussée.

- Le poids /ml des éléments sur trottoir


- Le poids /ml des éléments sur chaussée :

Les sollicitations dues aux superstructures sont obtenus par les formules suivantes :

Avec :
Ke.Tr : Le coefficient de répartition transversale correspondant à la charge du trottoir.
Ke.Ch : Le coefficient de répartition transversale correspondant à la charge de chaussée.

Le tableau suivant, rassemble les résultats obtenus :

96
PROJET DE FIN D’ETUDES

M(x) T(x)
Poutre Section
ELU ELS ELU ELS
(YG=1,35) (YG=1) (YG=1,35) (YG=1)
0 0 0 38.2470903 28.331178
0.1 Lc 86.055953 63.7451506 30.5976723 22.664942
0.2 Lc 152.98836 113.324712 22.9482542 16.998707
Inter
0.3 Lc 200.79722 148.738685 15.2988361 11.332471
0.4 Lc 229.48254 169.987068 7.64941807 5.6662356
0.5 Lc 239.04431 177.069863 0 0
0 0 0 78.3957132 58.070899
0.1 Lc 176.39035 130.659522 62.7165706 46.456719
0.2 Lc 313.58285 232.283595 47.0374279 34.842539
Rive
0.3 Lc 411.57749 304.872218 31.3582853 23.228359
0.4 Lc 470.37428 348.425392 15.6791426 11.61418
0.5 Lc 489.97321 362.943117 0 0
0 0 0 18.5782667 13.761679
0.1 Lc 41.8011 30.9637779 14.8626134 11.009343
0.2 Lc 74.313067 55.0467162 11.14696 8.2570074
Centrale
0.3 Lc 97.5359 72.2488151 7.43130669 5.5046716
0.4 Lc 111.4696 82.5700744 3.71565335 2.7523358
0.5 Lc 116.11417 86.0104941 0 0
TABLEAU 48 : SOLLICITATIONS DUES AUX SUPERSTRUCTURES
Donc l’ensemble des charges permanentes produisent les résultats suivants :

M(x) T(x)
Poutre Section ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1,20) (YG=1,60) (YG=1,20)
0 0 0 82.9394732 61.436647
0.1 Lc 186.61381 138.232455 66.3515785 49.149317
0.2 Lc 331.75789 245.746587 49.7636839 36.861988
Inter
0.3 Lc 435.43223 322.542396 33.1757893 24.574659
0.4 Lc 497.63684 368.619881 16.5878946 12.287329
0.5 Lc 518.37171 383.979042 0 0
0 0 0 123.088096 91.176367
0.1 Lc 276.94822 205.146827 98.4704768 72.941094
0.2 Lc 492.35238 364.70547 73.8528576 54.70582
Rive
0.3 Lc 646.2125 478.675929 49.2352384 36.470547
0.4 Lc 738.52858 547.058205 24.6176192 18.235273
0.5 Lc 769.3006 569.852296 0 0
0 0 0 63.2706495 46.867148
Centrale 0.1 Lc 142.35896 105.451083 50.6165196 37.493718
0.2 Lc 253.0826 187.468591 37.9623897 28.120289
0.3 Lc 332.17091 246.052526 25.3082598 18.746859
0.4 Lc 379.6239 281.202887 12.6541299 9.3734296
0.5 Lc 395.44156 292.919674 0 0
T ABLEAU 49 : SOLLICITATIONS D UES A UX CHARGES PERMANENTES

97
PROJET DE FIN D’ETUDES

10. 4. Sollicitations dues aux surcharges routières


10. 4. 1. Système

Le cas le plus défavorable revient à charger toute la longueur de la poutre :

 Moment fléchissant :

F IGURE 50 : D IAGRAMME T ( X) DUES AU SYSTEME A (L)

 Effort tranchant :

F IGURE 51 : DIAGRAMME M(X) DUES AU SYSTEME A(L)

Avec :

98
PROJET DE FIN D’ETUDES

Section M(x) T(x)


Poutre ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1,20) (YG=1,60) (YG=1,20)
0 0 0 37.9087958 28.431597
0.1 Lc 85.294791 63.9710929 30.7061246 23.029593
0.2 Lc 151.63518 113.726387 24.2616293 18.196222
Inter
0.3 Lc 199.02118 149.265883 18.5753099 13.931482
0.4 Lc 227.45277 170.589581 13.6471665 10.235375
0.5 Lc 236.92997 177.69748 9.47719894 7.1078992
0 0 0 27.6306382 20.722979
0.1 Lc 62.168936 46.626702 22.380817 16.785613
0.2 Lc 110.52255 82.8919147 17.6836085 13.262706
Rive
0.3 Lc 145.06085 108.795638 13.5390127 10.15426
0.4 Lc 165.78383 124.337872 9.94702977 7.4602723
0.5 Lc 172.69149 129.518617 6.90765956 5.1807447
0 0 0 43.8703382 32.902754
0.1 Lc 98.708261 74.0311957 35.5349739 26.65123
0.2 Lc 175.48135 131.611015 28.0770164 21.057762
Centrale
0.3 Lc 230.31928 172.739457 21.4964657 16.122349
0.4 Lc 263.22203 197.416522 15.7933217 11.844991
0.5 Lc 274.18961 205.64221 10.9675845 8.2256884
T ABLEAU 50 : SOLLICITATIONS DUES AU SYSTEME A(L)
10. 4. 2. La charge Bc :
Les sollicitations sont calculées à l’aide de leurs lignes d’influences (li) dans la section
considérée en plaçant la charge bc dans le sens longitudinal de la manière la plus défavorable
(deux files dans le sens transversal).

F IGURE 52 : D IAGRAMME T( X) ET M( X) DUES AU SYSTEME B C

99
PROJET DE FIN D’ETUDES

Avec : Pi, charge concentrée du système Bc.


yi et yi’, ordonnées de Pi correspondant sur la Li de Mx et de Tx.

Le tableau suivant, rassemble les résultats obtenus :

M(x) T(x)
Poutre Section ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1,20) (YG=1,60) (YG=1,20)
0 0 0 45.731841 34.298881
0.1 Lc 100.83938 75.6295379 40.3357535 30.251815
0.2 Lc 174.69833 131.023748 32.2416224 24.181217
Inter
0.3 Lc 221.57684 166.18263 26.845535 20.134151
0.4 Lc 234.7298 176.047352 19.4259148 14.569436
0.5 Lc 244.51021 183.382659 14.5694361 10.927077
0 0 0 52.3752332 39.281425
0.1 Lc 115.48816 86.6161213 46.1952647 34.646449
0.2 Lc 200.07648 150.057361 36.9253119 27.693984
Rive
0.3 Lc 253.76496 190.323718 30.7453434 23.059008
0.4 Lc 268.82863 201.621473 22.2478867 16.685915
0.5 Lc 280.02982 210.022368 16.685915 12.514436
0 0 0 53.358765 40.019074
0.1 Lc 117.65686 88.2426479 47.0627455 35.297059
0.2 Lc 203.83363 152.875223 37.6187163 28.214037
Centrale
0.3 Lc 258.5303 193.897725 31.3226969 23.492023
0.4 Lc 273.87685 205.407635 22.6656701 16.999253
0.5 Lc 285.28838 213.966287 16.9992526 12.749439
T ABLEAU 51 : SOLLICITATIONS DUES AU SYSTEME B C
10. 4. 3. La charge Bt :
Les sollicitations sont calculées de manière analogue à celle du système Bt

F IGURE 53 : D IAGRAMME T( X) ET M( X) DUES AU SYSTEME B T

100
PROJET DE FIN D’ETUDES

Avec : et

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :


M(x) T(x)
Poutre Section ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1,20) (YG=1,60) (YG=1,20)
0 0 0 33.7835738 25.33768
0.1 Lc 77.219597 57.914698 30.8867074 23.165031
Inter 0.2 Lc 139.95486 104.966147 26.5414076 19.906056
0.3 Lc 179.15309 134.364815 23.6445411 17.733406
0.4 Lc 207.48806 155.616047 19.2992414 14.474431
0.5 Lc 214.09654 160.572404 16.4023749 12.301781
0 0 0 24.7037761 18.527832
0.1 Lc 56.465774 42.3493304 22.5854821 16.939112
0.2 Lc 102.34008 76.7550584 19.4080411 14.556031
Rive
0.3 Lc 131.00324 98.2524324 17.2897471 12.96731
0.4 Lc 151.72281 113.792105 14.1123062 10.58423
0.5 Lc 156.55516 117.416373 11.9940122 8.9955091
0 0 0 32.487751 24.365813
0.1 Lc 74.257717 55.6932874 29.7019985 22.276499
0.2 Lc 134.58667 100.940003 25.5233696 19.142527
Centrale
0.3 Lc 172.28138 129.211039 22.7376171 17.053213
0.4 Lc 199.52953 149.647145 18.5589882 13.919241
0.5 Lc 205.88452 154.413394 15.7732357 11.829927
T ABLEAU 52: SOLLICITATIONS DUES AU SYSTEME BT

10. 4. 4. La charge Br
Les sollicitations sont calculées de manière analogue à celle du système Br.

F IGURE 54 : D IAGRAMME T( X) ET M( X) DUES AU SYSTEME B R

101
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :


M(x) T(x)
Poutre Section ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1,20) (YG=1,60) (YG=1,20)
0 0 0 6.38910357 4.7918277
0.1 Lc 14.641696 10.9812718 5.85667827 4.3925087
Inter 0.2 Lc 26.621265 19.9659486 5.05804032 3.7935302
0.3 Lc 33.942113 25.4565845 4.52561503 3.3942113
0.4 Lc 39.931897 29.948923 3.72697708 2.7952328
0.5 Lc 39.931897 29.948923 3.19455178 2.3959138
0 0 0 11.2175715 8.4131786
0.1 Lc 25.706935 19.2802009 10.2827738 7.7120804
0.2 Lc 46.739881 35.0549108 8.8805774 6.6604331
Rive
0.3 Lc 59.593348 44.6950113 7.94577978 5.9593348
0.4 Lc 70.109822 52.5823662 6.54358335 4.9076875
0.5 Lc 70.109822 52.5823662 5.60878573 4.2065893
0 0 0 6.57593103 4.9319483
0.1 Lc 15.069842 11.3023815 6.02793678 4.5209526
0.2 Lc 27.399713 20.5497845 5.2059454 3.904459
Centrale 0.3 Lc 34.934634 26.2009752 4.65795115 3.4934634
0.4 Lc 41.099569 30.8246767 3.83595977 2.8769698
0.5 Lc 41.099569 30.8246767 3.28796552 2.4659741
T ABLEAU 53 : SOLLICITATIONS DUES AU SYSTEME B R
10. 4. 5. Le système Mc120
La charge militaire Mc120 étant une charge répartie, et en utilisant les lignes d’influences,
on détermine les sollicitations en multipliant la charge par l’aire correspondante ω. Pour avoir
l’effet le plus défavorable, on cherche l’aire maximale de la ligne d’influence placée sous la
charge.

F IGURE 55 : D IAGRAMME T( X) ET M( X) DUES AU SYSTEME M C120


102
PROJET DE FIN D’ETUDES

Pour avoir l’effet le plus défavorable, on place La charge à une distance t de l’appui gauche
de telle façon à avoir ωmax :

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :

M(x) T(x)
Poutre Section ELU ELS ELU ELS
(YG=1,60) (YG=1) (YG=1,60) (YG=1)
0 0 0 46.2365436 34.249292
0.1 Lc 104.03222 77.0609061 40.9704225 30.348461
0.2 Lc 184.94617 136.997166 35.7043014 26.447631
Inter
0.3 Lc 242.74185 179.808781 30.4381802 22.5468
0.4 Lc 277.41926 205.49575 25.1720591 18.64597
0.5 Lc 288.9784 214.058072 19.9059379 14.745139
0 0 0 47.6599406 35.30366
0.1 Lc 107.23487 79.4332344 42.2317014 31.282742
0.2 Lc 190.63976 141.214639 36.8034621 27.261824
Rive
0.3 Lc 250.21469 185.344214 31.3752229 23.240906
0.4 Lc 285.95964 211.821958 25.9469836 19.219988
0.5 Lc 297.87463 220.647873 20.5187444 15.19907
0 0 0 45.516005 33.715559
0.1 Lc 102.41101 75.8600084 40.3319498 29.875518
0.2 Lc 182.06402 134.862237 35.1478946 26.035477
Centrale
0.3 Lc 238.95903 177.006686 29.9638393 22.195437
0.4 Lc 273.09603 202.293356 24.7797841 18.355396
0.5 Lc 284.47503 210.722246 19.5957288 14.515355
T ABLEAU 54 : SOLLICITATIONS DUES AU SYSTEME M C120
10. 4. 6. La charge du trottoir TR
Le calcul se fait de manière analogue à celui de A(L).

Moment fléchissant :

Effort tranchant :

103
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :

M(x) T(x)
ELU ELS ELU ELS
Poutre Section
(YG=1,60) (YG=1) (YG=1,60) (YG=1)
0 0 0 3.98995148 2.4937197
0.1 Lc 8.9773908 5.61086927 3.2318607 2.0199129
0.2 Lc 15.959806 9.9748787 2.55356895 1.5959806
Inter
0.3 Lc 20.947245 13.0920283 1.95507622 1.2219226
0.4 Lc 23.939709 14.962318 1.43638253 0.8977391
0.5 Lc 24.937197 15.585748 0.99748787 0.6234299
0 0 0 1.5248291 0.9530182
0.1 Lc 3.4308655 2.14429093 1.23511157 0.7719447
0.2 Lc 6.0993164 3.81207276 0.97589063 0.6099316
Rive
0.3 Lc 8.0053528 5.0033455 0.74716626 0.4669789
0.4 Lc 9.1489746 5.71810914 0.54893848 0.3430865
0.5 Lc 9.5301819 5.95636369 0.38120728 0.2382545
0 0 0 0.30117287 0.188233
0.1 Lc 0.677639 0.42352435 0.24395002 0.1524688
0.2 Lc 1.2046915 0.75293217 0.19275064 0.1204691
Centrale
0.3 Lc 1.5811576 0.98822347 0.14757471 0.0922342
0.4 Lc 1.8070372 1.12939826 0.10842223 0.0677639
0.5 Lc 1.8823304 1.17645652 0.07529322 0.0470583
T ABLEAU 55 : SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE DU TROTTOIR TR

11. Combinaisons de charges


Pour le calcul des sollicitations, on utilisera les combinaisons suivantes :

104
PROJET DE FIN D’ETUDES

Le tableau suivant rassemble les résultats obtenus :

M(x) T(x)
Poutre Section
ELU ELS ELU ELS
0 0 0 133.165968 98.229247
0.1 Lc 299.62343 220.904231 110.553862 81.517691
0.2 Lc 532.66387 392.718632 88.0215542 64.905599
Inter
0.3 Lc 699.12133 515.443205 65.5690457 48.343382
0.4 Lc 798.99581 589.077948 43.1963362 31.831038
0.5 Lc 832.2873 613.622863 20.9034258 15.368569
0 0 0 176.988158 131.41081
0.1 Lc 395.86724 293.907239 145.900853 108.35949
0.2 Lc 698.52818 518.574903 111.75406 83.009736
Rive
0.3 Lc 907.98281 674.002992 81.3576275 60.178432
0.4 Lc 1033.6372 764.598272 51.1135413 37.798348
0.5 Lc 1076.7054 796.456533 20.8999516 15.437324
0 0 0 116.930587 87.074455
0.1 Lc 260.69346 194.117255 97.9232152 72.943246
0.2 Lc 458.12092 341.096746 75.7738567 56.454795
Centrale
0.3 Lc 592.28237 440.938474 56.7785314 42.331116
0.4 Lc 655.30778 487.73992 37.5423362 27.796589
0.5 Lc 682.61227 508.062417 19.671022 14.562413
T ABLEAU 56 : SOLLICITATIONS DUES A LA CHARGE DU TROTTOIR TR

105
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre III : Etude de l’hourdis

1. Définition :
Une dalle est un élément d’épaisseur faible par rapport à ses autres dimensions et qui
est chargée perpendiculairement à son plan moyen. La dalle d’un pont à poutres est souvent
connue sous le nom de hourdis.

Dans ce chapitre nous commencerons par le calcul des sollicitations dues à la flexion
locale du hourdis entre poutres en utilisant le modèle élastique et linéaire (théorie classique
des plaques minces) au moyen des abaques du Bulletin Techniques n°1 du SETRA et le
complément n°1 de 1976. Ces abaques donnent directement les valeurs des moments
fléchissant sous l’effet des charges réglementaires suivant les dimensions de la dalle. Enfin,
nous calculerons les armatures inférieures et supérieures que nous vérifierons par la suite.

Caractéristique géométriques de l’hourdis :

Eléments Dimensions
Nombre Np = 5
Hauteur poutre Hp = 1.65 m
Epaisseur âme bo = 0.25 m
Poutre Epaisseur talon bta = 0.5 m
Hauteur Gousset h1 = 0.125 m
Hauteur talon h2 = 0.25 m
Espacement poutre Ep = 2.5 m
Dalle de couverture Eh = 0.18 m
Epaisseur du hourdis
(Hourdis)
Nombre Ne = 2
Entretoise Hauteur He = 1.20 m
Longueur Le = 2.5 m
Epaisseur Ee = 0.4 m
Dalle de continuité Epaisseur hourdis Eh = 0.18 m
T ABLEAU 57 : CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES D’ UNE TRAVEE DU TABLIER
2. Matériaux :
 Résistance caractéristiques du béton à 28 jours : fc28 = 30 MPa.
 Résistance caractéristiques à la traction à 28 jours : ft28 = 0.06* fc28 +0.6 = 2.4 MPa.
 Limite élastique des aciers : fe = 500 MPa

106
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Contraintes admissibles en service : Béton : σb = 0.6*fc28 MPa


Acier : Fissuration préjudiciable; σ = inf (2/3*fe; 110√ (1.6*ft28)) = 215.56 MPa

α =Lx/Ly = 0.08 < 0.4 La dalle porte dans un seul sens (le plus petit).

Avec : Lx = b0-bp; Ly = a - be

3. Chargement :
3. 1. Charges permanentes :
Formules Résultat unité
g = 0.18*2.5 0.45 t/m²
Charges g' = 0.005*2.4+0.065*2.5 t/m²
0.1745
permanentes p = g + g' 0.6245 t/m²
G = p*Lb2*b 35.33421 -
ρ = a/b = 2.05/24.60 0.083333333 -
coefficient ρ ρ'
ρ' = 1/ρ 12 -
Les moments au Ma = (M1 + ν M2)*G 0.404576705 t.m
centre de la dalle
Mb = (M2+ ν M1)*G 0.164304077 t.m
Coefficient M1 0.011 -
abaque Pigeaud M2 0.03 -
Coefficient de -
ν 0.15 (béton)
poisson
T ABLEAU 58 : RECAPITULATIF DU CALCUL DES MOMENTS AU CENTRE DE LA DALLE
3. 2. Charges d’exploitations :
a : Portée de la dalle dans le sens transversal ; a = 2.05 m
b : Portée de la dalle dans le sens longitudinal (distance entre nus des entretoises) =
24.6m
E : Hauteur de répartition = 3/4 e+ 1/2 h = 0.1425 ; on prend 14cm .
L : inf (sup (Lrive, LR);portée de la poutre) =10 m
G : 10*12*(2.5*0.18+2.4*0.005+0.065*2.5) = 74.94t
3. 3. Coefficient de majoration dynamique : CMD

Type de chargement S δ
Bc deux files (b = 1.1) 66 T 1.1
Bt 2 tandems (b=1) 64 T 1.08
Br une roue (b = 1) 10 T 1.07
Mc120 (b=1) 110 T 1.09
T ABLEAU 59 : COEFFICIENTS DE MAJORATION

107
PROJET DE FIN D’ETUDES

4. Les moments :
On prend : Max (CMDbc, CMDbt, CMDbr) = 1.1
Bulletin M.THENOZ p.24;25;45
Ma (Bc) = 2.52 tm/m
Ma (Bt) = 2.38 tm/m
Ma (Br) = 1.78 tm/m
Ma (Mc) = 2.88 tm/m
Mb (Bc) = 1.34 tm/m
Mb (Bt) = 1.16 tm/m
Mb (Br) = 1.24 tm/m
Après majoration pour effets dynamiques on trouve :
 Pour le moment transversal :
Mag = p*a²/8 = 0.328057656 tm/m
Ma(Bc) = bc*δb*Mbc = 3.0492 tm/m
Ma(Bt) = bt*δt*Mbt = 2.618 tm/m
Ma(Br) = δr*Mbr = 1.958 tm/m
Ma(Mc) = δMc*Mmc = 3.1392 tm/m
 Pour le moment longitudinal :
Mbg = 0.2*Mag = 0.065611531 tm/m
Mb(Bc) = bc*δb*Mbc = 1.6214 tm/m
Mb(Bt) = bt*δb*Mbt = 1.276 tm/m
Mb(Br) = br*δb*Mbr = 1.364 tm/m
5. Combinaisons des charges :
 ELU :
o Moment transversal :
Ma = (1.35Mag+max (1.605(MaBc;MaBt;MaBr));1.35Mmc)
o Moment longitudinal :
Mb = (1.35Mbg+max (1.605(Mb(Bc);Mb(Bt);Mb(Br)))
 ELS :
o Moment transversal :
Ma = Mag+ Max (1.2 (Mabc;Mabt;Mabr));Mmc)

108
PROJET DE FIN D’ETUDES

o Moment longitudinal :
Mb = Mbg + Max ((MbBc;Mbbt;Mbbr))
On multiplie par 0.8 pour tenir en compte de l’effet de continuité en travée.
Moment ELU ELS
Transversal 4.264 3.184
Longitudinal 2.144 1.348
T ABLEAU 60 : LES MOMENTS TRANSVERSAL ET LONGITUDINAL A ELS ET ELU
6. Calcul de la section à l'encastrement sur poutre
 Les moments de continuité :
Me,a = -Ma/2 -0.164028828 tm/m
Me,b = -Mb/2-0.032805766 tm/m
 Surcharges réglementaires :
Encastrement sur les poutres : A = 20 cm
Bulletin de M.THENOZ
Ma(Bc) = 2.23 tm/m
Ma(Bt) = 2.09 tm/m
Ma(Mc) = 2.38 tm/m
Après majoration pour effets dynamiques on trouve :
Ma(Bc) = 2.453 tm/m
Ma(Bt) = 2.299 tm/m
Ma(Mc) = 2.618 tm/m
Encastrement sur les entretoises :
Me(Bc) = 2.55 tm/m
Me(Mc)= 2.46 tm/m
Après majoration pour effets dynamiques on trouve :
Me(Bc) = 2.805 tm/m
Me(Mc) = 2.706 tm/m

o ELU :
 Poutre :
Ma = 1.35 Mag + max (1.605*(mabc;mabt;mamc)) *0.8
 Entretoise :
Mb = 1.35Mbg + max 1.35*(mamc;mabc)*0.8

109
PROJET DE FIN D’ETUDES

o ELS :
 Poutre :
Ma = Mag+max (1.2*(mabc;mabt));mamc)*0.8
 Entretoise :
Mb = Mbg + max (mamc;mabc) *0.8

Moment ELU ELS


Poutre : Ma 3.184360866 t.m 2.223656938 t.m
Entretoise Mb 2.993969773 t.m 2.217755388 t.m
T ABLEAU 61 : M OMENTS POUTRES ET ENTRETOISES A ELU ET ELS

110
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre IV : Etude d’entretoises

1. Introduction :
Les entretoises d’about, situées au droit des appuis, ont pour rôle d’encastrer les
poutres à la torsion, de rigidifier du hourdis et de permettre le vérinage du tablier pour les
dispositions d’entretien.

F IGURE 56 : C ARACTERISTIQUES DES ENTRETOISES


Le fonctionnement d’une entretoise d’about se rapproche de celui d’une poutre
continue. Elles sont calculées sous l’effet :
 Du poids propre compté depuis les nus des poutres ;
 Surcharges réglementaires B et Mc120.
 Action des vérins lors du soulèvement du tablier pour remplacer les appareils
d’appui
2. Calcul sollicitations :
Nous calculerons l’entretoise en poutre bi-encastrée pour les moments sur appuis et
sur poutre isostatique, avec un coefficient minorant de 0,8 pour les moments en travée.

111
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 1. Sollicitations dues aux charges permanentes :


2. 1. 1. Poids propre de l’entretoise :

F IGURE 57 : S CHEMA DE CALCUL DES SOLLICITATIONS DUES AU POIDS PROPRE DE L ’ENTRETOISE


ENTRETENUE DES AMES DE POUTRES .

Les sollicitations induites (calculées avec RDM6) sont :


 Moment fléchissant :

F IGURE 58 : M OMENT FLECHISSANT SOUS LA CHARGE DU POIDS PROPRE DE L ’ENTRETOISE

 Effort tranchant :

F IGURE 59 : EFFORT TRANCHANT SOUS LA CHARGE DU POIDS PROPRE DE L ’ENTRETOISE


On obtient :
Mt = 0.8*Mo = 0.248 t.m
Tmax = 1.2 t
Ma = -0.59 t.m

112
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 1. 2. Charges dues à l’ hourdis et à la chaussée :


Comme la dalle porte dans un seul sens donc toutes ces charges ainsi que celles de la
chaussée sont supportées par les poutres. Ainsi les entretoises ne reçoivent pas les charges du
hourdis et de la chaussée.

2. 2. Les sollicitations dues aux surcharges routières :


2. 2. 1. Le système Bc :
Le cas le plus défavorable pour le système Bc, ainsi que l’impact de ce système sont
illustrés sur la figure ci-dessous :

F IGURE 60 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE POUR LE SYSTEME B C

113
PROJET DE FIN D’ETUDES

A l’aide de RDM 6, on obtient :


 Moment fléchissant :

F IGURE 61 : M OMENT FLECHISSANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME B C

 Effort tranchant :

F IGURE 62 : EFFORT TRANCHANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME B C


On trouve :

Mo = Mo (rdm6) * 1.1 * 1.1 = 5.808 t.m


Mt = 0.8*Mo = 4.6464 t.m
Tmax = Tmax (rdm6) * 1.1 * 1.1 = 14.52 t
Ma = -8.712 t.m

114
PROJET DE FIN D’ETUDES

2. 2. 2. Le système Bt :
Le cas le plus défavorable pour le système Bt, ainsi que l’impact de ce système sont
illustrés sur la figure ci-dessous :

F IGURE 63 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE POUR LE


SYSTEME BT

 Moment fléchissant :

F IGURE 64 : M OMENT FLECHISSANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME B T

115
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Effort tranchant :

F IGURE 65 : EFFORT TRANCHANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME B T


On trouve :
Mo = Mo (rdm6) * 1.08 = 3.888 t.m
Mt = 0.8*Mo = 3.1104 t.m
Tmax = Tmax (rdm6) * 1.08 = 17.28 t
Ma = -8.40 t.m
2. 2. 3. Le système Mc120 :
La disposition la plus défavorable pour la surcharge Mc120 ainsi que l’impact de ce
système sont illustrés sur la figure ci-dessous :

116
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 66 : LA DISPOSITION LA PLUS DEFAVORABLE POUR LE SYSTEME M C 120


La surcharge de 55t est uniformément répartie sur un rectangle de 1m de largeur et de
longueur l = 0.5+[(2.5/2)-0.5] = 1.25 m (figure 65).

D’où : q = 55 x 1.25/6.1 x 1 = 11.27 t/ml

F IGURE 67 : M OMENT FLECHISSANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME M C120

117
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 68 : EFFORT TRANCHANT SOUS LA CHARGE DU SYSTEME M C120


On trouve :

Mt = 0.8*Mo = 1.84 t.m


Tmax = 5.635 t
Ma = -3.334 t.m
2. 2. 4. Tableau récapitulatif :
Le tableau ci-dessous rassemble les sollicitations dues aux charges permanentes et aux
surcharges routières :

Type de charge M(x) T(x) Ma(x)


Permanente 0.248 1.2 -0.59
Bc 4.6464 14.52 -8.712
Bt 3.1104 17.28 -8.4
Mc120 1.84 5.635 -3.334
T ABLEAU 62: SOLLICITATIONS DUES AUX CHARGES PERMANENTES ET AUX SURCHARGES ROUTIERES

3. Les combinaisons de charges :


Les combinaisons des charges utilisées sont :

À l’E.L.U : Max 1,35 x G + 1,605 x Max (Bc, Bt)


1,35 x G + 1,35 x Mc120
À l’E.L.S : Max G + 1,2 x Max (Bc, Bt)
G + Mc120

118
PROJET DE FIN D’ETUDES

ELU Max
M(x) 7.76904 2.8188 7.76904
T(x) 29.268 9.22725 29.268
Ma(x) -14.2365 -5.2974 -5.2974
ELS Max
M(x) 5.82368 2.088 5.82368
T(x) 21.936 6.835 21.936
Ma(x) -10.67 -3.924 -3.924
T ABLEAU 63 : RESULTATS DES COMBINAISONS DE CHARGES

4. Calcul des sollicitations lors le vérinage :


Le nombre de vérins utilisés lors le soulèvement du tablier pour le remplacement des
appareils d’appui est quatre.
Pour le calcul des sollicitations, on considère les hypothèses suivantes :
 Les vérins sont des appuis simple ;
 On suppose qu’il n’y a pas de surcharges lors du changement des appareils d’appui ;

Le poids par mètre linéaire de l’entretoise y compris l’hourdis et les superstructures qui lui
sont associes vaut :

Le tableau suivant résume les poids supportés par les poutres :


Entretoise Rive Inter/centrale Unités
Poutre 1.5234375 1.5234375 t/ml
Chape d’étanchéité 1.44 1.44 t/ml
Revêtement 1.944 1.944 t/ml
Contre corniche 0.25 t/ml
Corniche 1.25 t/ml
Trottoir 0.55 t/ml
Bordure 0.06 t/ml
Garde-corps 0.05 t/ml
Total 7.0674375 4.9074375 t/ml
T 176.685938 122.6859375 t
T ABLEAU 64 : LES POIDS SUPPORTES PAR LES POUTRES

119
PROJET DE FIN D’ETUDES

La figure ci-dessous illustre les résultats obtenus :

F IGURE 69 M ODELISATION DES ENTRETOISES PENDANT LE VERINAGE


 Moment fléchissant en t.m :

F IGURE 70 : M OMENT FLECHISSANT PENDANT LE VERINAGE

 Effort tranchant en t :

F IGURE 71 : EFFORT TRANCHANT PENDANT LE VERINAGE


 Les sollicitations maximales :

D’après le diagramme précédent, les sollicitations maximales dans l’entretoise sont :


Msup : 79.6 t.m Mmin : -93,43 t.m Tmax : 177.6 t

120
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre V : Les appareils d’appuis

1. Définition :
Les appareils d'appui en élastomère fretté (AAEF) et les appareils d'appui à pot (AAP)
représentent plus de 90 % des appareils d'appui utilisés sur les ponts.

Le choix du type d'appareil d'appui dépend de nombreux facteurs : descente de charge,


rotation maximale, déplacements horizontaux, durabilité, coût, le type d'ouvrage, son
environnement et ses dispositions constructives.

Pour des réactions d'appui limitées à 12 MN (calculées à l'ELU), l'appareil d'appui en


élastomère fretté convient parfaitement. Cette valeur correspond à des dimensions en plan de
l'ordre de 700 x 700 mm. Au-delà de 20 MN, les appareils d'appui à pot sont préférables car
ils limitent l'encombrement du dispositif.

Nous choisissons des appareils d'appui en élastomère fretté (AAEF).

L’appareil d’appui est chargé de :

 Transmettre les efforts verticaux dus au poids du tablier et aux charges d’exploitation.
 Transmettre en tout ou en partie, les efforts horizontaux dus aux effets de
modifications de longueur du tablier (effets thermiques, retrait, fluage) ou aux effets
introduits par les charges d’exploitation (freinage, force centrifuge).
 Permettre les rotations du tablier sous charges d’exploitation ou à la suite de
déformations différées de la structure.

Pour chaque pile on mettra deux lignes de cinq appareils d’appui en élastomère fretté CIPEC.
Chaque appareil se trouvant sous le talon d’une poutre. Pour les culées, on dispose une ligne
de cinq appareils d’appui.
La distance, donc, entre les appareils d’appui est : d =2,50 m.

2. Evaluation des déformations :


2. 1. Rotation d'appui :
 Sous le poids propre :

αg = g*L^3 / (24*Ev*I) = 4.762353168.10^-3

121
PROJET DE FIN D’ETUDES

Avec :

g = 1.52+5.4+7.704 (T/ml) = 0.014624 MN/ml

L = 26m.

Ev = 11497 MPa.

I = 0.1956 m4

 Sous les charges :

αq = q*l^3/ (24*Ei*I) = 9.047903098.10-3

Avec :

q = 8.42 T/ml = 0.0826 MN/ml

L = 26 m

Ei = 34180 MPa

I = 0.1956 m4

 La rotation résultante :

A vide : α = αg = 4.762353168.10-3

En service : α = αg + αq = 13.81025627.10-3

2. 2. Déplacement d'appui :
 Dû à la rotation :

Δα = αh/2 = 11.39346142.10-3 m

 Dû au retrait :

Il est dû à l’évaporation de l’eau qui chimiquement n’était pas nécessaire à la prise du


ciment, mais qui était indispensable pour obtenir une consistance plastique du béton pour
faciliter sa mise en œuvre.

Ԑ = 4 .10^-4

Δr = -4.10^-4* 25/2 = -5. 10-3 m

122
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Déplacement dû à la variation de température :

A partir de la température ambiante, nous envisageons une variation de :


 Courte durée : Δt = 4.10-4*25/2 = 5.10-3.
 Longue durée : Δt = 3.10-4*25/2 = 3.75.10-3.

3. Réactions d’appuis :
3. 1. Charges permanentes :

Charges réparties (T/ml)


Poutre 1.52
Hourdis 5.4
Superstructures (max) 7.704
Total (T/ml) 14.624
Charges concentrées (T)
Entretoises 14.4
total (T) 14.4
T ABLEAU 65 : CHARGES PERMANENTES SUR APPUIS
La réaction des appuis dûe aux charges permanente :
Pour une pile : R(G) = 26*14.624+14.4 = 394.624T.
Pour une culée : R(G) = 197.312 T.
3. 2. Surcharges routières :
3. 2. 1. Système A(L) :
 Cas d'une travée chargée:

F IGURE 72 : R EACTION D’APPUIS POUR UNE SEULE TRAVEE CHARGEE A(L ).

R = a1*a2*A(L)*(26/2) = 48.1624 T.

123
PROJET DE FIN D’ETUDES

 Cas de 2 travées chargées :

F IGURE 73 : R EACTION D’APPUIS POUR DEUX TRAVEES CHARGEES A(L ).


R1 = R2 = a1*a2*A(L)*(26/2) = 96.3248 T.
R = R1+R2 = 192.6496 T.
3. 2. 2. Système B(c) :
 Cas d'une travée chargée :

F IGURE 74 : R EACTION D’APPUIS POUR UNE TRAVEE CHARGEE B C.


R =1.2*(24*25.5)+(24*24)+(12*19.5)/25 =68.256 T.
 Cas de 2 travées chargées :

F IGURE 75 : R EACTION D’APPUIS POUR DEUX TRAVEES CHARGEES B C.


R1 = 1.1*(24*25.5+24*24+12*19.5)/25 =62.568 T.
R2 = 1.1*(12*21+24*16.5+24*15)/25 = 44.352 T.
R = R1+R2 = 106.92 T.

124
PROJET DE FIN D’ETUDES

3. 2. 3. Système Mc120 :
 Cas d'une travée chargée (1char):

F IGURE 76 : R EACTION D’APPUIS POUR UNE SEULE TRAVEE CHARGEE MC120


R = 6.1*q*(25.5-6.1/2)/25 = 98.764734 T
 Cas de 2 travées chargées :

F IGURE 77 : R EACTION D’APPUIS POUR DEUX TRAVEES CHARGEES MC120

R1 = R2 = 6.1*0.5*18.03*(25.5-1.525)/25 = 2.7368485 T
R = R1+R2 = 105.473697 T

Type Charge permanente (T) A(L) (t) Bc(t) Mc120 (t) Trottoir(t)
d’appui
Pile 394.624 96.3248 106.92 98.764734 7.8
Culée 197.312 48.1624 68.256 52.7368485 3.9
T ABLEAU 66 : REACTIONS D ' APPUIS DUES AUX DIFFERENTES CHARGES
3. 2. 4. Réactions d'appuis :
5 plaques pour les culées et 2x5 plaques pour les piles :
 A l'ELU :
Rmin = R(G)
Rmax = max R (1.35xG + 1.605x Tr + 1.605 max (A, B))
R (1.35xG+1.605xTr+1.35Mc120)
 A l'ELS :

125
PROJET DE FIN D’ETUDES

Rmin = R(G)
Rmax = max R (G+1.2xTr+1.2 max (A, B))
R (G+1.2xTr+Mc120)
ELU ELS
Type d’appui Rmin Rmax Rmin Rmax
Pile 441.9744 780.78 394.62 532.28
Culée 288.93 444.23 197.31 283.89
T ABLEAU 67 : REACTIONS D ' APPUIS SUR LES PILES ET LES CULEES

4. Dimensionnement des appareils d’appui :


Le dimensionnement des appareils d’appuis est essentiellement basé sur la limitation des
contraintes de cisaillement qui se développent dans l’élastomère au niveau des plans de
frettage et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l’appareil. Ce
dernier est soumis à la compression, la distorsion et à la rotation.

Nous calculerons les appareils d’appuis dans l’état limite ultime en effectuant les vérifications
suivantes :

 La distorsion totale maximale


 La résistance au cisaillement
 Stabilité à la rotation, au flambement et au glissement.

4. 1. Aire de l'appareil d'appui :


D’après les recommandations de SETRA, la contrainte moyenne de compression ne doit pas
dépasser 15 MPa.

σ= Rmax/n a b < 15 MPa.

Rmax : la réaction maximale qui s’exerce sur l’appui à l’ELU.

n : le nombre d’appareils disposés sur chaque appui.

Type
σ (MPa) σ max (MPa)
d’appui
Pile 1.577166667 15
Culée 2.957111111 15
T ABLEAU 68 : CONDITION DE LA CONTRAINTE DE COMPRESSION
4. 2. Pré-dimensionnement en plan de l'appareil :
On prend a = 40 cm

a/10<T<a/5 ce qui donne : 40mm <T<80 mm

126
PROJET DE FIN D’ETUDES

On retient une hauteur d'élastomère de T = 60 mm

Soit 5 feuillets de 12mm

Pour la longueur b de l'appareil d'appui, elle sera prise supérieure à 40 cm car a<b.

Les surfaces des appareils d’appuis doivent satisfaire les relations suivantes respectivement
pour les piles et les culées.

 ab > (1/8)*Rmax/15
 ab> (1/4)*Rmax/15

On vérifie bien que :

Pour les piles : a x b = 40*45 = 1800 > 443.56 cm²

Pour le culées : a x b = 40*45 = 1800 >473.15 cm².

Ainsi nous adoptons ces dimensions pour les appareils d’appuis des piles et culées :

a*b*n (ti+ts) =400*450*5(12+3)

ts = 3mm épaisseur des frettes et n= 5 nombre de feuillets

F IGURE 78 : DEFINITION GEOMETRIQUE D' UN APPAREIL D ' APPUI


4. 3. Calcul des efforts horizontaux en tête des appuis :
Les efforts se répartissent en fonction de la rigidité de chaque appui. La rigidité k d’un
appui sera par définition, k = 1/u, u étant le déplacement de la tête d’appui sous l’action d’une
force horizontale unité. Ce déplacement u = u1+u2 provient de la distorsion de l’appareil
d’appui et de la déformation du corps de l’appui.

127
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 79 : DEPLACEMENT DE L 'APPUI


4. 3. 1. Détermination des rigidités aux appuis :
Les culées sont supposées infiniment rigides, seuls les appareils se déforment. On a
donc, en tenant compte des cinq appareils d’appui.

Pour les piles, les déformations prises en compte sont celles du fût de la pile supposé
encastrée sur la semelle de liaison.

 Déplacements sous effort statique :

Appareils d’appui :

U1 = 0.01*(1/5)*T/(G*a*b)

U2 = U1/2

 Déplacements sous effort dynamique

Les fûts :

Ui = l3*0.01*(3*Ei*i)

Uv = l3*0.01*(3*Ev*i)

: la hauteur du fût de la pile considérée

: le module instantané de déformation ( = 35982 ).

: le module différé de déformation ( = 12054 ).

: le moment d’inertie du fût de la pile = 0.1956 m4.

128
PROJET DE FIN D’ETUDES

Fût Appareil d'appui Appui


Appui Ui (mm) Uv (mm) Elastomères Ui Uv Ki Kv
C0 0 0 5*400*450*5(12+3) 0.7407407 0.37037037 1350 2700
P1 0.268912538 0.799463385 10*400*450*5(12+3) 0.3703704 0.185185185 1564.2527 1015.5908
P2 0.10769402 0.320168878 10*400*450*5(12+3) 0.3703704 0.185185185 2091.7684 1978.8106
C3 0 0 5*400*450*5(12+3) 0.7407407 0.37037037 1350 2700
T ABLEAU 69 : RIGIDITES DES APPUIS
4. 3. 2. Effort dynamique de freinage :
L’effort de freinage du système Bc, F= 30 t, se répartit entre les différents appuis de
l’ouvrage selon la relation : Fi = F*ki/Ԑki).

D’après la distribution des raideurs du paragraphe précédent, on obtient les efforts suivants :

Appui Effort de freinage (t)


C0 6.371910871
P1 7.383169359
P2 9.8730089
C3 6.371910871
TABLEAU 70 : EFFORTS DE FREINAGE
Pour les calculs on retient 6.02 t pour les culées et 9.81 pour les piles.

4. 3. 3. Effets dues aux variations linéaires :


Variations de la longueur de la travée :

F IGURE 80 ILLUSTRATION DE LONGUEUR DE TRAVEE


On adopte les notations suivantes :

 : Le déplacement de l’appui i
 : Le déplacement relatif de l’appui i par rapport à l’appui 1
 Δ ( ) La variation de la longueur de la travée i
 : Rigidité vis-à-vis des déformations lentes de l’appui.
 : L’effort dû aux déformations lentes appliqué à l’appui i.
 Courtes durées :

129
PROJET DE FIN D’ETUDES

Δl = 1*10-4*25/2 = 0.00125 = 1.25 mm

 Longues durées :

Δ(l) = 4*10-4*25/2 =0.005 = 5 mm.

Tableau des efforts dus aux variations linéaires des actions longues :

Appui di (m) kli (t/m) kli*di Ud Ui Hi (t)


C0 0.005 2700 13.5 -0.00775 -20.925
P1 0.01 1015.59077 10.1559077 -0.00275 -2.79287
-0.01275
P2 0.015 1978.81064 29.68215966 0.00225 4.452324
C3 0.02 2700 54 0.00725 19.575
Ԑ 0.05 8394.40141 107.3380674 - -0.001 -8.3944
T ABLEAU 71 : EFFORTS DUS AUX VARIATIONS LINEAIRES LENTES
Avec :

di = Ԑ Δ (li).

kli : rigidité d'un appui.

Ud = - Ԑ (kli*di)/Ԑkli

Ui = U1+di

Hli = Kli*ui.

Pour les calculs de longues durées on retiendra les valeurs maximales : 4.45 t pour les piles et
19.57t pour les culées.

Tableau des efforts dus aux variations linéaires des actions courtes durées :

Appui di (m) kli (t/m) kli*di Ud Ui Hi (t)


C0 0.00125 1350 1.6875 -0.00191 -2.5785
P1 0.0025 1564.25268 3.910631691 -0.00066 -1.03241
-
P2 0.00375 2091.76843 7.844131622 0.00059 1.234143
0.00316
C3 0.005 1350 6.75 0.00184 2.484
Ԑ 0.0125 6356.02111 20.19226331 - -0.00014 -0.88984
T ABLEAU 72 : EFFORTS DUS AUX VARIATIONS LINEAIRES COURTES
Pour les calculs de courtes durées on retiendra les valeurs maximales : 1.23t pour les piles et
2.48 t pour les culées.

5. Vérification de la validité des appareils d’appui


5. 1. Condition sur la distorsion :
ԏh = ԏh1+0.5ԏh2n = (G*u1/T) + (H2/ab) < 0.7 G.

130
PROJET DE FIN D’ETUDES

F IGURE 81 : C ONTRAINTE CONVENTIONNELLE DE DISTORSION


ԏh : contrainte conventionnelle de calcul.

ԏh1 : contrainte correspondante aux efforts horizontaux statiques.

ԏh2 : contrainte correspondante aux efforts horizontaux dynamiques.

U1 : Déplacement généré par les efforts horizontaux statiques.

H2 : Effort dynamique de freinage.

Contraintes Pile Culée


ԏh1 (MPa) 0.009589 0.011111111
ԏh2 (MPa) 0.548333 0.353888889
ԏh (MPa) 0.557923 0.365
Limite (MPa) 0.63 0.63
u1 0.63928291 0.740740741
H2 9.8730089 6.371910871
T ABLEAU 73 : CALCUL DE CONTRAINTE DE DISTORSION
 Condition vérifiée.

5. 2. Contraintes de cisaillement :
Il existe trois contraintes de cisaillement à vérifier en respectant la condition suivante :

ԏN+ԏH+ԏα < 5G = 4.5 MPa


 ԏN : contrainte de cisaillement dûe à l’effort normal
 ԏH : contrainte conventionnelle de calcul.
 ԏα : contrainte de cisaillement dûe à la rotation d’une face d’un feuillet par rapport à
l’autre face.

131
PROJET DE FIN D’ETUDES

ԏN :

Conditions Pile Culée


σm = Nmax/na*ab 0.14054 0.15992
β = ab/2t(a+b) 7.058823529
ԏN = 1.5σm/β 0.02986 0.03398
TABLEAU 74 : CALCUL DE CONTRAINTE CONVENTIONNELLE DE CALCUL ԏ N
ԏα :

ԏα = (G/2)*(a/t)²*αt

αt = αT/n ; n : nombre de feuillets élémentaires

αT = αo + α ; avec : αo = 3.10^-3 rad et α est la rotation calculée.

ԏα = 1.07584 MPa

Contrainte Pile Culée


ԏN+ԏH+ԏα < 5G 1.66362741 1.474823595
T ABLEAU 75 : RESULTAT DE CALCUL DE CONTRAINTE TOTALE DE DISTORSION
 Condition vérifiée.

5. 3. Conditions sur l'épaisseur des frettes :

La condition à vérifier est : ts > (a/β)*(σm,max/σe)

Les frettes ont à priori une épaisseur de 3mm : σe = 235 MPa.

ts > (a/β)*(σm,max/σe) =3.85629E-05 = 0.9 mm < 3 mm.

Condition Pile Culée Limite


ts > (a/β)*(σm,max/σe) 3.85629E-05 3.38892E-05 < 3 mm
T ABLEAU 76 : CALCUL DE CONDITION D ’EPAISSEUR DE FRETTES
 Condition vérifiée.

5. 4. Condition de non cheminement :


σmin = Rmin/ab >2 MPa.

Contraintes Pile Culée


Rmin 394.62 197.31
σmin 21.92333 10.96167
T ABLEAU 77 : CALCUL DE CONDITION DE NON CHEMINEMENT
 Condition vérifiée.

132
PROJET DE FIN D’ETUDES

5. 5. Condition du non glissement :


La condition à vérifier est : H < f.N

Appui Pile Culée


f = 0.12+0.2/σmin 0.1291227 0.138245401
N (t) 394.62 197.31
f*N 50.9544 27.2772
H (t) 5.686467324 22.059
T ABLEAU 78 : C ALCUL DE CONDITION DU NON GLISSEMENT
 Condition vérifiée.

6. Tableau récapitulatif des appareils d’appui :


Le tableau suivant résume les vérifications des appareils d’appui en élastomère fretté pour les
piles et les culées :

Appui Pile Culée Condition


a 40 cm 40 cm
b 45 cm 45 cm
Appareil d'appui n 10 5
T 12 12
ts 3 3 -
Efforts dus aux H1 4.45 19.57
variations lentes et
courtes H2 1.23 2.48
α 16.81^-3 16.81^-3
α0 3^-3 3^-3
<0.5G = 0.45
ԏH1 0.009589 0.011111
Distorsion MPa
ԏH2 0.548333 0.353889 -
<0.7G = 0.63
ԏH 0.557923 0.365
MPa
Rotation ԏα 1.07584 1.07584 -
Effort normal ԏN 0.029865 0.033984 -
Cisaillement ԏ ԏH+ԏN+ԏα 1.658926 1.455379 <5G = 4.5 MPa
Contrainte de σmin 21.92333 10.96167 > 2 MPa
compression σmax 1.577167 2.957111 <15 MPa
Epaisseur des frettes ts 3.8510-5 <3 mm
T ABLEAU 79 : VERIFICATION DE LA VALIDITE DES APPAREILS D ’APPUI

133
PROJET DE FIN D’ETUDES

Chapitre VI : Etude des piles

Elles se distinguent des culées par le fait qu’elles sont à l’air libre sur la plus grande
partie de leur hauteur et qu’elles ne transmettent pas des réactions horizontales importantes.

Dans ce chapitre, nous présenterons, d’abord, l’inventaire des charges et leurs


combinaisons. Puis, nous effectuerons la descente des charges. Par la suite, nous vérifierons
les semelles des piles. Et finalement, nous déterminerons le ferraillage des chevêtres, des fûts
et des semelles.

7. Inventaire des charges :


7. 1. Charges permanentes :
Pour chaque pile, nous déterminons la charge permanente due au poids des différents
éléments constituants le tablier et la pile considérée. La charge minimale Gmin est calculée en
réduisant le poids volumique du béton du fût et de la semelle à 1,5 t/m3. (Déjaugeage en cas
de crue).Les résultats en tonnes figurent dans le tableau 8.1 ci-dessous :
Eléments Gmin Gmax
Tablier 305.09 T 575.63 T
Chevêtre 60.00 T 60.00 T
Fût 18.55 T 30.91 T
Semelle 96.19 T 160.31 T
Remblai sur semelle - 320.14 T
Total 479.82 T 1146.99 T
T ABLEAU 80 : CHARGES PERMANENTES APPLIQUEES A CHACUNE DES PILES
Donc la charge permanente maximale pour toutes les piles : 1146.99 T
7. 2. Charges de chaussée :
7. 2. 1. Rappel des données :
 Classe du pont : 1
 Largeur changeable Lc : 9,00 m
 Nombre de voies : 2
 Largeur nominale de voies vo : 4,00 m
 Largeur de voie : 4,50 m
 Portée L : 25,00 m

134
PROJET DE FIN D’ETUDES

Avec :
a1 = 1, a2 = 4/4,5 = 0,888, bc = 1,1, bt = 1,08.
Les coefficients de majoration dynamique : b =1,1 et c = 1,08.
7. 2. 2. Surcharges de trottoir :
TR = 0,15×1,5×2×25 = 11,25t
7. 2. 3. Surcharge AL 2 travées :
A(L) = 0,23 + 36/(L +12)
On a 2 travées chargées : L = 2×25 = 50 m
Donc A(L) = 0,810645 t/m².
La charge qui en découle est : Q(L) = a1×a2×A(L)×Lc×L/2, d’où Q(L) = 162,13 t
7. 2. 4. Surcharges AL 1 travée :
On a une seule travée qui est chargée, donc L = 25 m.
Ainsi A(L) = 1,2 t/m²
La charge qui en découle est : Q(L) = 120,30 t, Avec une excentricité ex = 0,50 m.
7. 2. 5. Calcul des efforts de freinages aux surcharges A(L) :
L’effort de freinage correspondant est donné par la formule suivante :
H = A(L)×S/ (20+0,0035×S )
S étant la surface chargée :
- S = 220 m² et A(L) = 1,2 t/m² pour une travée chargée
- S = 450 m² et A(L) = 0,81 t/m² pour deux travée chargées
On trouve donc,
- FrAl = 13,02 t pour une travée chargée.
- FrAl = 16,91 t pour deux travée chargées.
L’effort de freinage de A(L) est inférieur à l’effort de freinage de Bc (FrBc=30 t).
On prenant la même distribution que pour le freinage Bc, la valeur maximale en découlant
est :
- FrAl = 4.35 t pour une travée chargée.
- FrAl = 5.63 t pour deux travée chargées.

135
PROJET DE FIN D’ETUDES

7. 2. 6. Surcharges Bc :

1.5
m

F IGURE 82 : ILLUSTRATION DE LA CHARGE B C PAR RAPPORT A L ’ AXE DU TABLIER


La charge découlant de la surcharge Bc est :
QBc = 108,45 t deux travées chargées
Avec les excentricités suivantes : ex = 0,00 m et ey = 1,50 m.

7. 2. 7. Surcharges Mc120 :
La charge découlant de la surcharge Mc120 est :

1.85
m

F IGURE 83 : ILLUSTRATION DE LA CHARGE M C120 PAR RAPPORT A L ’ AXE DU TABLIER


QMc120 = 105,474 t pour deux travées chargées
Avec les excentricités suivantes : ex = 0,00 m et ey = 1,85 m.
7. 3. Charges variables :
Les charges variables sont de cinq types : action du vent, freinage, retrait et dilatation, l’action
sismique et la force du courant.
7. 3. 1. Action du vent :
En général, on admet les hypothèses suivantes :
 Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinal.
 Les pressions appliquées aux surfaces sont statiques.
 L’intensité du vent vaut 2kN/m² pour les ouvrages en service.
 Lorsque le vent souffle le pont est supposé porter aucune charge de chaussée ou de
trottoir.

136
PROJET DE FIN D’ETUDES

Les effets du vent et des charges d’exploitation ne sont pas cumulables au niveau de la
justification.

F IGURE 84 : ILLUSTRATION DES EFFORTS DUES L‘ ACTION DU VENT


L’action qui s’exerce en tête de fût est:
Q = 1,65×26×0,20 + 1×2×0,20
Q = 8,98 t
Cette action s’exerce à une distance d au-dessus
du chevêtre et est équivalente à l’action d’une charge
de même intensité appliquée au centre de gravité du
chevêtre combinée avec un moment M tel que:
d = 1,65/2+1,00/2=1,325 m
et M = 11,898 t.m
La force qui s’exerce sur le fût par métre de longueur du fût est égale à:
q =1,00×0,20 = 0,20 t/ml.
7. 3. 2. Répartition des efforts de freinage :
On prend le cas du freinage du système Bc: Fr = 30,00 t.
La répartition maximale des efforts de freinage est définie comme suit :
- Effort sur la pile P : 9.98 t

137
PROJET DE FIN D’ETUDES

7. 3. 3. La force du courant :
Les efforts engendrés par l’eau sur une pile sont évalués par la formule : H =2k×Qw×h×b×v².
Ci-dessous, on retrouve la figure ci-dessous qui illustre l’action de cette force sur la pile :

F IGURE 85 : ILLUSTRATION DES EFFORTS DUES AU COURANT


Au niveau du fût : p = 2.24 t/ml
k = 0.35
H
Qw = 1t/m3
b = 2.00 m
V = 4.00m/s
p = 0.00 t/ml
h = 9m
p = 2.24 t/ml
H = 10.08 T
L'action H engendre au centre de gravité de la semelle un moment égal à :
M = 47.12 t.m
Les actions qui s’exercent sur les différentes piles étant déterminées, il reste maintenant à
faire les combinaisons des charges et déterminer les efforts et moments résultants à la base de
la semelle de chaque pile.

138
PROJET DE FIN D’ETUDES

8. Descente de charges :
8. 1. Différents cas de charges :
On donne dans le tableau ci-dessous les différents cas de charges possible qu’on va utiliser
dans la justification des appuis :
CAS Charges N ex ey Mx My Hx Hy z
CAS 1 Gmin 514.31 - - 0 0 - - -
CAS 2 Gmax 1184.38 - - 0 0 - - -
Surcharge 11.25 - - 0 0 - - -
CAS 3
trottoir
CAS 4 AL2 Travées 162.13 0 0 67.50 0 5.63 - 11.99
CAS 5 AL1 Travée 120.23 0.5 0 112.29 0 4.35 - 11.99
CAS 6 Surcharge Bc 108.45 0 1.5 0 162.675 - - -
Surcharge 116.89 0 1.85 0 216.24 - - -
CAS 7
Mc120
CAS 8 Vent - - - 0 122.47 - 12.83 -
CAS 9 Freinage Bc - - - 120.14 0 10.02 - 11.99
CAS Crue - - - 0 69.29 - 12.17 -
10 centennale
T ABLEAU 81 : LES DIFFERENTS CAS DE CHARGES POUR LA SEMELLE SOUS CHAQUE PILE
8. 2. Combinaisons des charges :
Les combinaisons qu’on va adopter pour la descente des charges sont les suivantes :
8. 2. 1. A l’état limite de service :
COMB 01 : CAS2+CAS3+1,20CAS4+CAS10
COMB 02 : CAS2+CAS3+1,20CAS4
COMB 03 : CAS2+CAS3+1,20CAS5
COMB 04 : CAS2+CAS3+1,20CAS6+1,20CAS9
COMB 05 : CAS2+CAS3+CAS7
COMB 06 : CAS2+CAS8
COMB 07 : CAS1+CAS8
COMB 08 : CAS1+1,20CAS9
COMB 09 : CAS1+1,20CAS9+CAS10
8. 2. 2. A l’état limite ultime :
COMB 10 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4+1,35CAS10
COMB 11 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS4
COMB 12 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS5
COMB 13 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,605CAS6+1,605CAS9

139
PROJET DE FIN D’ETUDES

COMB 14 : 1,35CAS2+1,605CAS3+1,35CAS7
COMB 15 : 1,35CAS2+1,50CAS8
COMB 16 : CAS1+1,50CAS8
COMB 17 : CAS1+1,605CAS9
COMB 18 : CAS1+1,605CAS9+1,35CAS10
8. 2. 3. Application des combinaisons :
Dans ce qui suit, nous déterminerons les différents efforts exercés à la base de la semelle pour
chaque pile. Les résultats sont donnés dans le tableau ci-dessous :

Combinaisons N Mx My Hx Hy
COMB 01 1390.184 81.0095205 69.2926266 6.75642373 12.1744
COMB 02 1390.184 81.0095205 0 6.75642373 0
COMB 03 1339.986 134.751125 0 5.21874458 0
COMB 04 1325.769 144.168491 195.21 12.0240609 0
ELS

COMB 05 1312.519 0 216.2465 0 0


COMB 06 1184.379 0 122.4727 0 12.836
COMB 07 514.3181 0 122.4727 0 12.836
COMB 08 514.3181 144.168491 0 12.0240609 0
COMB 09 514.3181 144.168491 69.2926266 12.0240609 12.1744
COMB 10 1877.185 108.350233 93.545046 9.03671674 16.43544
COMB 11 1877.185 108.350233 0 9.03671674 0
COMB 12 1810.045 180.229630 0 6.98007087 0
COMB 13 1791.030 192.825357 261.093375 16.0821815 0
ELU

COMB 14 1774.77 0 291.932775 0 0


COMB 15 1598.912 0 183.70905 0 19.254
COMB 16 514.3181 0 183.70905 0 19.254
COMB 17 514.3181 192.825357 0 16.0821815 0
COMB 18 514.3181 192.825357 93.545046 16.0821815 16.43544
T ABLEAU 82 : L A DESCENTE DE CHARGES POUR LA SEMELLE SOUS CHAQUE PILE

140
PROJET DE FIN D’ETUDES

8. 2. 4. Sollicitations de calcul :
Les sollicitations à la base de chaque fût pour chaque cas de charges sont représentées dans le
tableau ci-dessous suivant :
Combinaisons N Mx My Hx Hy M
COMB 01 278.037 16.2019 13.858525 6.756423735 12.1744 21.32042
COMB 02 278.037 16.2019 0 6.756423735 0 16.2019
COMB 03 267.997 26.95023 0 5.218744582 0 26.95023
COMB 04 265.154 28.8337 39.042 12.02406099 0 48.53514
ELS

COMB 05 262.504 0 43.2493 0 0 43.2493


COMB 06 236.876 0 24.49454 0 12.836 24.49454
COMB 07 102.864 0 24.49454 0 12.836 24.49454
COMB 08 102.864 28.8337 0 12.02406099 0 28.8337
COMB 09 102.864 28.8337 13.858525 12.02406099 12.1744 31.99126
COMB 10 375.437 21.67005 18.709009 9.036716745 16.43544 28.62897
COMB 11 375.437 21.67005 0 9.036716745 0 21.67005
COMB 12 362.009 36.04593 0 6.980070879 0 36.04593
COMB 13 358.206 38.56507 52.218675 16.08218158 0 64.91575
ELU

COMB 14 354.954 0 58.386555 0 0 58.38656


COMB 15 319.782 0 36.74181 0 19.254 36.74181
COMB 16 102.864 0 36.74181 0 19.254 36.74181
COMB 17 102.864 38.56507 0 16.08218158 0 38.56507
COMB 18 102.864 38.56507 18.709009 16.08218158 16.43544 42.86364
T ABLEAU 83 : SOLLICITATION A LA BASE DU FUT DE LA PILE POUR CHAQUE CAS DE CHARGE
Les sollicitations de calcul pour le fût de la pile sont déduites du tableau précédant :

Sollicitations
Etat limite N M
ELS 278.0368552 48.53514108
ELU 375.4371175 64.91575119
T ABLEAU 84 :LES SOLLICITATIONS DIMENSIONNANTE
9. Etude du chevêtre :
9. 1. Charges appliquées au chevêtre :
Le chevêtre se calcul comme une poutre appuyée sur 5 appuis. Dans notre cas, les piles sont
placées au droit des appareils d’appuis, donc le chevêtre n’aura à supporter que son poids
propre et les efforts de vérinage car les charges du tablier seront transmises directement sur
les fûts, ce qui est manifestement le cas le plus défavorable.
- Poids propre du chevêtre : 7,51 t/ml

141
PROJET DE FIN D’ETUDES

- poids du tablier : selon PP73 (paragraphe 2.2.2), le tablier n’exerce pas d’efforts sur le
chevêtre lorsque les points d’appui sont disposés en face des colonnes. Ce qui coïncide
avec notre cas.
- Charges dues aux vérins : V1=228,41 t et V2=140,80 t.
9. 2. Sollicitations dans le chevêtre :

F IGURE 86 : S CHEMA DE CALCUL DES SOLLICITATIONS DANS LE CHEVETRE

Le schéma de calcul est le suivant (Figure 72):


Les sollicitations enveloppes sont obtenues à partir des sollicitations maximales des deux cas :

Moment fléchissant Effort tranchant


Désignation Charge
>0 <0 T+ T-
Poids 5.0 t/ml 2.012 t.m -3.94 t.m 9.48 t.m -9.48 t.m
Répartie propre
Vérins 68.31t 86.03 t.m -54.35 t.m 156.4 t -156.4 t
Total max= 88.042 t.m -58.29 t.m 165.88 t -165.88 t
T ABLEAU 85 : SOLLICITATIONS ENVELOPPES DANS LE CHEVETRE- PILE

142
PROJET DE FIN D’ETUDES

Conclusion

L’objectif de cette étude est de concevoir et de dimensionner un ouvrage d’art pour


assurer le franchissement d’Oued Ansgmire avec l’élargissement de la route qui le traverse.

Par le biais de ce travail, nous avons répondu à la problématique du choix de la


variante qui sera la plus satisfaisante vis-à-vis les facteurs déterminants dans l’inscription du
pont dans son environnement ainsi que la variante adéquate du mur de protection contre
l’inondation pour le bief de l’oued affecté.

Cette étude nous a permis d’acquérir les différentes techniques d’assimilation des
phénomènes physiques, le passage vers le logiciel à partir d’une modélisation correcte, la
maîtrise de la réglementation régissant les principes de calcul des structures dans le domaine
des ouvrages d’art, ainsi d’approfondir nos connaissances théoriques et pratiques.

Ceci se fait à partir de la lecture des différentes références bibliographiques, l’utilisation du


logiciel comme moyen de calcul et surtout grâce au côtoiement d’ingénieurs et de chercheurs
dans le domaine de génie civil.

Pour conclure, nous sommes très satisfaits d’avoir pu effectuer ce mémoire de fin d’études
encadrés par des personnes compétentes qui ont su nous guider dans nos démarches tout en
nous laissant l’autonomie nécessaire à notre apprentissage.

143
PROJET DE FIN D’ETUDES

Bibliographie :

Les données de base ayant servi à l’établissement de la présente étude sont :

 Publications de la DR relatives aux ouvrages d’art ;

 Ressources en eau, Tome 3 ;

 Catalogue des structures de chaussées neuves ;

 Ponts à poutres -Dossier Pilote- (SETRA) ;

 Plaquette du SETRA pour les ouvrages courants ;

 PP73 du SETRA ;

 FOND72 du SETRA ;

 Guide hydrologique et hydraulique pour le dimensionnement des franchissements routiers


MAROC.

 Guide de conception des pont VIPP et à poutres en BA, SETRA.

 Piles et Palées PP73.

 Règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages d'art - CCTG
Fascicule N°62 - Titre V.

 Fascicule n° 61 : conception, calcul et épreuves des ouvrages d´art - titre ii - programmes


de charges et épreuves des ponts-routes.

 Fascicule n° 62 - Titre I - : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et


constructions en béton armé suivant la méthode des états limites - BAEL 91 révisé 99.

 Ponts à poutres en béton précontraint : Guide de Conception –SETRA.

 La pratique du BAEL 91 (Jean PERCHAT, Jean ROUX).

 Conception et calcul des structures en béton armé (Henry THONIER).

 Appareils d’appui en élastomère fretté, Guide SETRA.

144