Vous êtes sur la page 1sur 46
S6 – Sciences Economiques et Gestion 2015-2016 Les politiques commerciales Pr. RAOUF Radouane FSJES-Souissi
S6 – Sciences Economiques et Gestion
2015-2016
Les politiques commerciales
Pr. RAOUF Radouane
FSJES-Souissi

1

Plan

Chapitre 1- Politiques commerciales Section1- Les différentes types de protectionnisme

1- Le protectionnisme tarifaire 2- Le protectionnisme non-tarifaire Section 2- La mesure du protectionnisme 1- La protection tarifaire 2- La protection non-tarifaire 3- La protection effective Section 3- Le marché politique de protection 1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

A. Les motifs internationaux

B. Les motifs internes

2- Formation endogène des politiques de protection: offre et demande Chapitre 2 – Politique commerciale en concurrence parfaite Section 1- Les effets du tarif douanier Section 2 - Les effets du quota et autres barrières non tarifaires Chapitre 3 – Politique commerciale en concurrence imparfaite

2

Références

Krugman P., et Obstfield M., (2009). Economie internationale, 8 ème édition, Pearson Education.

Mucchielli J-L., Mayer T., (2005). Economie internationale. Dalloz.

Bouët A., (2000), « La mesure des protections commerciales nationales », Document de travail CEPII, N° 00-15.

Anderson et van Wincoop (2004), « Trade costs » NBER Working paper N° 10480.

Baldwin R.E., (1982), « The political Economy of Protectionism » in J.N. Bhagwati ed., Import Competition and Response, Cambridge University Press.

Masserlin, P., 2001, Measuring the costs of protection in Europe:

European commercial policy in the 2000s, Institute for International Economics, Washington.

James Brander et Barbara Spencer, « Export Subsidies and International Market Share Rivalry », Journal of International Economics, 16, 1985, p. 83-100.

3

Introduction

Les modèles théoriques de commerce international en concurrence parfaite indiquent qu’en règle générale, le commerce international est bénéfique à tous les partenaires à l’échange.

Le CI permet de relâcher les contraintes imposées à un pays en autarcie, du fait des limites technologiques ou factorielles.

Les modèles en concurrence imparfaite, que lorsque les firmes disposent d’un certain pouvoir de marché, l’ouverture engendre des économies d’échelle, une concurrence accrue entre les firmes et une plus grande diversité de produits offerts aux consommateurs. Pourtant le libre échange existe peu dans la réalité: les pays imposent le plus souvent des entraves à l’échange sous forme de tarifs douaniers ou de barrières non tarifaires. Dans la plupart des pays, des groupes de producteurs ou des partis et organisations politiques demandent plus de protection (les problèmes autour des round de l’OMC). Comment comprendre cette apparente contradiction? Si le libre échange semble être la solution optimale d’un point de vue mondial, ce n’est pas toujours le cas d’un point de vue national. Sous certaines conditions, le protectionnisme peut même s’avérer plus profitable que le libre-échange. Mais surtout, le libre-échange entraîne des modifications dans la répartition nationale des revenus et des richesses, au détriment des secteurs ou des facteurs de production les moins compétitifs.

 

4

Chapitre 1- Politiques commerciales

Section1- Les différentes types de protectionnisme

Le protectionnisme est un phénomène complexe dans ses causes et effets, mais également dans sa mesure.

Il est difficile de mesurer le niveau de protection d’une économie et de résumer ce niveau à l’aide d’une statistique simple.

Il est également difficile de comparer les pays entre eux à cet égard. Le protectionnisme prend des formes diverses et surtout changeant, s’adaptant aux différents contraintes institutionnelles en vigueur. On peut distinguer différents types de barrières à l’échange,

Une

première

distinction

doit

être

établie

entre

les

barrières tarifaires et non tarifaires

Une • première distinction doit être établie entre les barrières tarifaires et non tarifaires 5

5

1- Le protectionnisme tarifaire

La première mesure protectionniste est le droit de douane. Les barrières tarifaires se réfèrent aux mesures douanières qui visent à prélever une taxe sur les importations quand elles pénètrent dans un pays.

Cette mesure est la plus simple et la plus

directement

transparente,

elle

car

est

interprétable et comparable entre pays.

6

1- Le protectionnisme tarifaire

(

• • • • ( 7 Le droit est prélevé soit sur le prix « cif
• • • • ( 7 Le droit est prélevé soit sur le prix « cif

7

Le droit est prélevé soit sur le prix « cif » soit, si le coût de transport est exclu, sur le prix « fob » (free on board).

Un droit de douane peut être prélevé soit sur la valeur de la marchandise

ad valorem) soit par unité de produit importé auquel cas on parle d’un

droit de douane spécifique (exp: 1000 DHs par tonne de sucre importée). Il faut calculer des équivalents ad valorem pour pouvoir comparer les taux entre les pays.

On peut parler d’une formule de droit appelée quota tarifaire ( taux le plus faible est appelé Inside Quota Tariff Rate, le second, plus élevé, s’appelle le Outside Quota Tariff Rate).

Il existe enfin un autre type de droit de douane appelé droit anti-dumping. Pour contrer des stratégies de « prix prédateurs » de la part d’un pays étranger.

1- Le protectionnisme tarifaire

Les statistiques et le processus de négociation multilatérale font référence à deux types de droit:

1) Le droit appliqué à la Nation la Plus Favorisé (NPF), qui selon les principes de l’OMC doit être appliqué à l’ensemble de partenaires, hors accords préférentiels signalés à l’OMC. 2) Le droit consolidé, qui est un taux plafond que le pays déclare à l’OMC et qu’il s’engage à ne pas dépasser.

L’écart entre le droit NPF et droit consolidé rend compte de la flexibilité d’un pays peut vouloir s’octroyer pour remonter ses droits de douane si le besoin fait sentir. Bouët (2000) cite l’exemple du produit « autres céréales » (SH 100890) auquel la Corée applique un taux NPF de 3% alors que le taux consolidé du même pays est de 800%.

8

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Il existe une multitude de barrières non tarifaires que l’on peut distinguer selon leurs intentions premières:

1) Les mesures dont l’objectif premier est la restriction des échanges/importations:

Les quotas ou les contingents: il s’agit d’un plafond quantitatif (en volume, en valeur ou en part de marché), une limitation de la quantité autorisée à l’importation qui peut aller jusqu’à la prohibition.

9

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Les contingents tarifaires: il s’agit d’une combinaison d’un quota et d’un tarif qui prévoit qu’au-delà d’une certaine quantité les importations sont autorisées moyennant un droit de douane substantiel.

Parfois, le système inverse est appliqué avec un droit prélevé sur une quantité limitée puis une prohibition.

10

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Les dépôts préalables: les importateurs doivent payer au préalable une fraction de leurs importations ce qui constitue une barrière aux échanges surtout lorsque l’inflation est élevée.

Licences d’importation: dans ce cas, les importateurs doivent obtenir au préalable une licence pour importer les biens qu’ils souhaitent.

11

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Le rationnement des devises: il s’agit d’un rationnement des devises mis en place pour résoudre des situations de pénurie de devises. Ce rationnement peut prendre la forme d’un taux de change multiple (en vendant les devises à des prix différents selon les demandeurs) ou en édictant des critères d’accès aux devises. Valeurs mercuriales: il s’agit d’un prix de référence utilisé pour le calcul du droit de douane. Ces valeurs servent de prix plancher pour éviter souvent des fraudes fiscales liées à des pratiques de sous-facturation des marchandises importées.

12

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Restrictions volontaires à l’exportation (RVE): il s’agit d’accords négociés bilatéralement entre un pays importateur et un pays exportateur. En ce sens, elles ne sont pas compatibles avec les règles de l’OMC en raison de leur caractère bilatéral. Ce système se distingue par trois caractéristiques majeures

13

2- Le protectionnisme non-tarifaire

i.

Il

établit

une

discrimination

entre

exportateurs

puisque

le

système

est

les pays appliqué

uniquement

aux

exportations

du

pays

qui

l’a

ii.

négocié. Les négociations portent souvent sur des grandes catégories de produits ce qui laisse une marge de manœuvre aux exportateurs quant au choix de la gamme de produits. Les rentes des quota à l’importation échoient aux importateurs alors qu’elles sont captées par les exportateurs dans le cas des restrictions volontaires à l’exportation.

iii.

14

2- Le protectionnisme non-tarifaire

Mécanisme

de

contenu

local

(

règles

règles d’origine

d’origine

règles d’origine

):

Ce

mécanisme est souvent utilisé par les pays qui veulent encourager une industrie naissante.

Ce principe est appliqué également pour octroyer le statut d’origine dans une zone de libre-échange (50% ou 2/3 de la valeur ajoutée doit provenir de la zone de libre échange pour que la marchandise puisse circuler librement).

Taxes antidumping

Subventions importations.

aux

industries

concurrentes

aux

15

circuler librement ). • Taxes antidumping • Subventions importations. aux industries concurrentes aux 15

2- Le protectionnisme non-tarifaire

C. Barrières non tarifaires

2- Le protectionnisme non-tarifaire C. Barrières non tarifaires

2)

Mesures

pour

lesquelles

la

restriction

du

commerce n’est qu’un objectif secondaire:

Réglementations sanitaires;

 

Normes de sécurité;

Aide gouvernementale aux activités de R+D;

 

Réglementation de l’emballage et étiquetage.

16

2- Le protectionnisme non-tarifaire

3)

Mesures ayant des effets indirects sur le commerce:

Production gouvernementale et monopole de distribution;

Toutes les mesures visant à augmenter les prix des biens importés.

17

Section 2- La mesure du protectionnisme

• • Celui sur le volume de commerce Celui sur réduisent les écarts de prix
Celui sur le
volume de commerce
Celui sur
réduisent
les écarts de prix
prix entre pays).
sur réduisent les écarts de prix prix entre pays). • On distingue en général deux grandes
sur réduisent les écarts de prix prix entre pays). • On distingue en général deux grandes

On distingue en général deux grandes méthodes de mesure de la protection:

deux grandes méthodes de mesure de la protection: La première cherche à synthétiser les différentes

La première cherche à synthétiser les différentes mesures de protection observables et de comparer les niveaux de protection entre pays.

La deuxième est fondée sur l’impact de la protection. Les économistes s’intéressent en particulier à deux types d’impact:

( un taux de protection

élevé se traduit par un degré d’ouverture faible de l’ économie).

(les barrières protectionnistes

les possibilités d’arbitrage et de convergence des

Il ya un risque d’attribuer à la protection des phénomènes en réalité expliqués par d’autres déterminants (modèle gravitationnel).

18

à la protection des phénomènes en réalité expliqués par d’autres déterminants (modèle gravitationnel). 18

1- La protection tarifaire

Un droit de douane moyen (base de données TRAINS (Trade Analysis and Information System), COMTRADE du CNUCED) http://tariffdata.wto.org

Difficultés relatives au calcul du droit de douane moyen (Bouët (2000), Anderson et van Wincoop (2004)). disponibilité des statistiques; Le problème de conversion des différents types de droit de douane en équivalent ad valorem. La question de la pondération des différents secteurs. Les produits subissent des taux de protection radicalement différents.

19

2- La protection non-tarifaire

Les barrières non-tarifaires (BNT) présentent des problèmes de mesures encore plus importantes. Elles reposent sur:

Les indicateurs de fréquence : signalent le nombre de produits concernés par les BNT

L’indice de couverture: indique la part des importations du pays concernées par chaque type de BNT. Bouët et al., (2002), « MAcMaps: une mesure bilatérale et désagrégée de l’accès au marché », Economie Internationale, (89-90): 39-64.

La base de données TRAINS signale la présence ou l’absence d’une barrière non tarifaire pour chacun des 5000 produits au niveau le plus fin (6 chiffres). La base comporte 18 types de barrières différentes. Jon Haveman (eiit.org) propose une version plus facile de cette base avec un regroupement en:

Barrières dures (les mesures touchant au prix et aux quantités importées).

Menaces (les mesures antidumping).

Barrières portant sur la qualité des produits (les normes, etc.).

20

✔ Menaces (les mesures antidumping). ✔ Barrières portant sur la qualité des produits (les normes, etc.).

3- La protection effective

Le

taux

de

protection

effective:

c’est

le

pourcentage d’augmentation de la valeur ajoutée du secteur, par unité de produit qui est dû à l’ensemble des barrières tarifaires mises en place par le pays. La protection du bien final vise à encourager la production nationale. Un droit sur les inputs peut contrebalancer cet effet en augmentant les coûts des producteurs.

21

3- La protection effective

Avec droit de douane de 10% sur automobiles 5% sur inputs

En situation de libre échange

Valeur

unitaire

d’une automobile en milliers

550 (DD de 10% sur automobiles)

50 50 0 0 Valeur ajoutée unitaire: Valeur ajoutée unitaire: v’ = 235 v =
50
50
0
0
Valeur ajoutée
unitaire:
Valeur ajoutée
unitaire:
v’ = 235
v = 200
30
30
0
0
Coûts unitaire des
inputs:
Coûts unitaire des
inputs:
= 315
= 300

315 (DD de 5% sur les inputs)

30 30 0 0 Coûts unitaire des inputs: Coûts unitaire des inputs: = 315 = 300

22

3- La protection effective

Droit de douane de 10% sur voitures (produit final)

producteurs peuvent vendre à 550 000

v’ = 250 000

e = (250 - 200)/200 = 25%

10% sur le produit final et 5% sur les inputs

e = (235 - 200)/200 = 17.5%

Le taux de protection effective diffère du droit de douane ad valorem

23

Section 3- Le marché politique de la protection

L’effet général de la protection semble largement négatif, il n’en

d’un pays, engendrer une redistribution des revenus, changer la rémunérations des facteurs, avantager certains secteurs contre tels autres, etc.

Pour toutes ces raisons, un pays, ou un gouvernement, va être amené à proposer des mesures de protection, fortement

protection

va

demandeurs.

entre

A. Les motifs internationaux

B. Les motifs internes

2- Formation endogène des politiques de protection

offreurs

et

1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

demeure pas moins qu’une

protection peut améliorer

demandées par certains groupes sociaux. Un véritable

la

alors

s’établir

les

la position

marché de

les

24

1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

A. Les motifs internationaux

L’argument des termes de l’échange

: un tarif améliore les termes de l’

échange du pays importateur si celui-ci est un grand pays et donc influence les prix internationaux. La protection est alors meilleure que le libre-échange, à condition toutefois qu’il n’y ait pas de représailles.

 

: Un tarif augmente le prix des en limiter les importations. (les

L’argument de la balance commerciale produits importés, et doit en principe

mesures protectionnistes sont utilisées pour changer la structure des échanges et la spécialisation du pays, et non son déficit ou son excédent courant d’ensemble).

L’argument des représailles:

on peut s’enfoncer dans un cercle vicieux de

fermeture progressive des frontières.

 

L’argument de l’indépendance vis-à-vis de l’étranger:

ex de l’énergie (USA

 

en 1979 contre l’importation du Brésil).

de pétrole du Golf, tarif sur les ordinateurs

L’argument de la défense nationale:

« l’English Navigation Act » d’Adam

 

Smith, interdisant le transport maritime étranger pour le commerce de produits anglais afin de maintenir le pouvoir de la marine anglaise. De nos

jours encore de nombreuses interdictions d’importer ou d’exporter, des produits ayant un lien avec la défense nationale, sont encore en vigueur.

(interdiction d’exporter des technologies de pointe vers certains pays).

25

1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

B. Les motifs internes

Les arguments liés à l’âge de l’industrie

 

-

L’argument de l’industrie naissante: cet argument repose sur le fait qu’un pays pense avoir un avantage comparatif potentiel dans une industrie, mais du fait d’un manque d’expérience, de faibles niveaux de fabrication (manque d’économies d’

, temps. Durant cette période « d’enfance », il conviendrait alors d’effectuer une protection provisoire. (le choix de la meilleure politique commerciale: subvention par exemple).

cet avantage comparatif ne pourra devenir effectif qu’après un certain

échelle)

-

L’argument de l’industrie sénescente

: un argument opposé au précédent peut être

avancé pour protéger temporairement les vieilles industries en perte d’avantages comparatifs. (faciliter la réallocation des facteurs vers les secteurs compétitifs:

textile par exemple). (USA et les producteurs d’aciers en 2003-2004).

Les autres arguments

 

-

L’argument du revenu: le tarif est une taxe qui engendre un revenu pour l’Etat.

-

L’argument de la distribution du revenu: le tarif douanier protège le revenu du facteur relativement rare dans le pays et baisse celui du facteur abondant (théorème de Stolper-Samuelson). Ou alors la protection de la rémunération du facteur spécifique du secteur qui n’a plus d’avantage comparatif (revenu agricole).

26

1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

- L’argument de l’emploi: le tarif douanier est justifié parfois par le fait qu’il protège le travail domestique contre le travail étranger bon marché. (argument peut être qualifié de fallacieux car, même si les salaires sont plus élevés dans l’économie nationale, la productivité peut également être plus importante et donc les coûts du travail concurrentiels). (Les conditions de travail:

dumping social).

être plus importante et donc les coûts du travail concurrentiels). (Les conditions de travail: dumping social).

27

1- Les arguments traditionnels en faveur du protectionnisme

L’argument des distorsions internes: des distorsions peuvent exister pour divers raisons: monopole, syndicats, déséconomies d’échelle, réglementations.

L’idée est d’utiliser le tarif pour annuler partiellement ou totalement la distorsion (la structure interne des prix, l’allocation des ressources).

28

2- Formation endogène des politiques de protection

Dans une démocratie, les agents économiques vont essayer de faire pression sur le gouvernement, notamment à travers leur vote, pour faire prévaloir leurs préférences en termes de protectionnisme ou de

 

libre-échange.

La

demande

de

la

protection

est

 
 

souvent plus forte que la demande de libre-échange (problème d’asymétrie). L’offre de protection et le fait du gouvernement et de la bureaucratie qui cherche à se maintenir au pouvoir en satisfaisant les groupes majoritaires ou les plus puissants (Bananes dollars). Un véritable marché politique de la protection.

29

2- Formation endogène des politiques de protection

A.

La demande de protection [Baldwin (1982)]

1) La concentration des agents favorables à la protection (la menace de chômage ou de désindustrialisation dans certains régions ou dans quelques industries). 2) L’effet diffus de la réduction tarifaire; (consommateurs/ producteurs: leur réaction est plus intense). 3) La sur-représentation des protectionnistes au parlement; 4) Le marchandage ou le log rolling entre différents groupes protectionnistes (la coalition entre différents groupes de pression); 5) L’intérêt de l’Etat. L’Etat peut être lui-même, demandeur de protection pour s’assurer des ressources fiscales.

 

30

2- Formation endogène des politiques de protection

B. L’offre de protection La mise en place d’un tarif, comme son niveau est le résultat d’une décision politique à

laquelle prennent part les politiciens , en particulier le gouvernement (doctrine libérale, interventionniste, la pression des lobbies,

et l’administration (formule les

réélection

)

textes: maximiser leur propres utilités:

prestige, pouvoir d’influence, pots de vin).

31

Chapitre 2 – Politique commerciale en concurrence parfaite

Section 1- Les effets du tarif douanier

1) Le tarif douanier est essentiellement mis en œuvre pour limiter les importations et ainsi favoriser les productions nationales de mêmes produits. 2) Le droit de douane fournit des revenus à l’Etat surtout dans les PVD.

Les effets des droits de douane peuvent être différents selon que le pays protectionniste est un petit pays, n’influençant pas les prix internationaux, ou un grand pays dont la demande influence au contraire les prix mondiaux.

32

Section 1- Les effets du tarif douanier

A- Les effets du tarif douanier pour un petit pays

L’offre mondiale est infiniment élastique par rapport à la demande de ce pays. Cette demande est confronté à un prix international fixe et l’offre mondiale est représentée par une droite horizontale. - L’imposition d’un tarif douanier affectera les prix perçus par les producteurs et les consommateurs nationaux mais pas le prix relatif international. - l’imposition change également la distribution des revenus à l’intérieur du pays. Le droit de douane déplace la production en faveur du bien protégé. - L’équivalence des instruments de taxation: une taxe sur la consommation couplée à une subvention à la production.

33

des instruments de taxation: une taxe sur la consommation couplée à une subvention à la production.
des instruments de taxation: une taxe sur la consommation couplée à une subvention à la production.

A- Les effets du tarif douanier pour un petit pays

Droits de douane ad valorem D O Les importations diminuent de « AB » à
Droits de douane ad valorem
D
O
Les importations
diminuent de « AB »
à « CE »
P
C
E
Prix domestique: PM(1+t)
Recette fiscale
R
T
Q
S
Px mondial
A
B
Q
34

Conséquences

Baisse de la demande domestique.

Hausse de la production domestique.

Baisse des importations.

Hausse des recettes fiscales pour l’Etat.

Baisse du bien-être pour la collectivité (la perte subie par les consommateurs est supérieure aux gains obtenus par les producteurs et l’Etat). Baisse du surplus des consommateurs = T+Q+R+S.

Le fait d’imposer des mesures protectionnistes ne fait pas que réduire le bien être global de l’économie, cela change également la distribution des revenus à l’intérieur du pays. La perte sèche (Q+S).

35

B- Les effets du tarif douanier pour un grand pays

Dans le cas d’un grand pays, le prix mondial d’un produit est influencé par la demande de ce pays. De ce fait, l’offre mondiale n’est plus infiniment élastique mais réagit comme une droite d’offre classique. Le prix baisse quand les quantités demandées se réduisent.

- La perte du surplus du pays importateur est équivaut à T+R+Q+S.

- Les recettes douanières plus élevées (baisse du prix international).

- Les producteurs étrangers voient leur surplus diminuer (récupéré par le pays sous forme de recettes douanières).

- L’effet

(récupéré par le pays sous forme de recettes douanières). - L’effet net est ambigu. (instauration 36

net

est

ambigu.

(instauration

36

optimal)

B- Les effets du tarif douanier pour un grand pays

Pr D O Les importations diminuent de « AB » à « CE » ix
Pr
D
O
Les importations
diminuent de « AB »
à « CE »
ix
C
E
Prix domestique: PM(1+t)
Recette fiscale
R
T
Q
S
PW
A
R’
B
PW’
Q
37

C- Elasticité de la demande d’importations

Si l’effet négatif de l’imposition de droits de douane sur le bien être en situation de concurrence parfaite est avéré, deux questions subsistes:

1) l’impact d’un même taux de protection est-il identique quel que soit le secteur auquel on s’intéresse? 2) Au niveau global est-il équivalent de protéger tous les secteurs de la même manière ou au contraire d’avoir des taux de protection différents selon les produits? Pour l’évaluation du coût de la protection lors des négociations bilatérales de libéralisation des échanges, il est important d’une part de connaître avec le plus de précision possible les élasticités prix des demandes d’importations, et d’autre part d’avoir un bon degré de désagrégation des données de droits de douane, car plus les données sont agrégées, plus l’impact est sous-estimé.

38

des données de droits de douane, car plus les données sont agrégées, plus l’impact est sous-estimé.

Section 2- Les effets du quota et autres barrières non tarifaires

Les restrictions quantitatives sont particulièrement plus importantes dans le cas des importations des secteurs agro-alimentaires ou textiles. A- Les effets du quota Dans un certain sens le quota est l’opposé du tarif puisqu’il n’influence qu’indirectement le prix des importations au travers d’une limitation des quantités. En équilibre général:

1) Le bien-être des consommateurs est indéniablement réduit; 2) Le facteur rare de cette économie, utilisé intensément par le secteur protégé bénéficiera de la protection en voyant sa rémunération réelle augmenter par un effet Stolper-Samuelson, puisque le prix relatif du bien en question a augmenté à la suite du quota. 3) La principale différence par rapport au tarif, c’est que la différence entre le prix national et le prix mondial n’est pas accaparée par l’Etat.

, qui en réalité une

La valeur associée à ce quota est appelée

la rente de quota

redistribution des consommateurs vers les producteurs.

À qui et comment est distribuée la rente de quota?

39

redistribution des consommateurs vers les producteurs. À qui et comment est distribuée la rente de quota?

A- Les effets du quota

1) La première manière est de distribuer les permis d’importation aux firmes qui importaient le bien au prorata de leur part de marché.

2) L’Etat récupère la totalité de la rente de quota et procède à une mise aux enchères des droits d’importations. (procédure très peu utilisée). 3) L’attribution peut passer par le favoritisme accordé aux

réseaux

proches

des

autorités

publiques

et

par

la

corruption. Lobbying… 4) Un dernier mécanisme revient en fait à demander au pays exportateur de limiter ses exportations plutôt que d’imposer un quota (RVE). L’allocation de la rente va aux exportateurs plutôt aux importateurs. La perte de bien être est importante.

   

40

A- Les effets du quota

En équilibre partiel: Le raisonnement est le même que pour le tarif. Le gouvernement impose
En équilibre partiel:
Le raisonnement est le même que pour le tarif. Le gouvernement
impose un quota limitant les importations. Cela transforme la
courbe d’offre qui devient totalement inélastique puisque les
importations ne peuvent pas dépasser ce niveau, quelque soit le
prix du bien. Le surplus des consommateurs est réduit de A+B.
P
Rente des
importateurs
Offre*’
Perte
sèche
Pq
A
B
Offre*
Pw
Demande
M
Mf
Mq
41

B- La non équivalence tarif-quota

protectionnistes, on calcule On obtient ainsi une valeur

Les droits de douanes sont:

plus transparents

plus flexibles

Les quotas favorisent l’apparition de cartels

• Les quotas favorisent l’apparition de cartels Pour comparer les effets des deux grands types de
• Les quotas favorisent l’apparition de cartels Pour comparer les effets des deux grands types de

Pour comparer les effets des deux grands types de mesures

l’équivalent tarifaire

l’équivalent tarifaire

qui indique l’écart entre prix

du quota.

tarifaire qui indique l’écart entre prix du quota. 42 interne et prix mondial et même structure

42

interne et prix mondial et même structure de commerce. On cherche le tarif ad valorem :

t = p/p* - 1 , tel que, p = p*(1+t); avec p le prix relatif du bien atteint après l’imposition du quota. La non équivalence provient aussi de l’imperfection du marché ou de la concurrence imparfaite. (ex situation d’un monopole entre tarif et quota).

Chapitre 3 – Politique commerciale en concurrence imparfaite: les politiques commerciales stratégiques

Dans les années 80, les économistes Barbara Spencer et James Brander ont proposé un nouvel argument en faveur des soutiens publics à l’industrie. L’imperfection du marché peut suffire à justifier l’intervention de l’Etat. (les surprofits, des rentes, pouvoir de marché de quelques firmes).

Les auteurs soulignent qu’un gouvernement peut intervenir pour modifier un peu les règles de jeu, et transférer une partie des rentes détenues par des entreprises étrangères vers les entreprises domestiques.

Un autre argument en faveur des politiques commerciales stratégiques repose sur le fait que les gouvernements devraient soutenir les secteurs qui génèrent des externalités technologiques et pour profiter des économies d’échelles (internes /externes) (ressemblance avec l’argument de l’industrie naissante). Théoriquement, ces arguments sont convaincants. Cependant, ils

sont bien souvent trop subtils et nécessitent de rassembler trop d’informations pour être appliqués avec une efficacité certaine. 43

 

Chapitre 3- Les politiques commerciales stratégiques

Une illustration de l’analyse de Brander-Spencer

Ne pas Produire Produire Boeing Airbus -5 -5 100 * 0 Produire 0 100 0
Ne pas Produire
Produire
Boeing
Airbus
-5
-5
100 *
0
Produire
0
100
0
0
Ne pas Produire
Produire
-5
20*
100
0
Ne pas Produire
0
125
0
0

44

Chapitre 3- Les politiques commerciales stratégiques

Concurrence entre deux firmes: un cas alternatif

Ne pas Produire Produire Boeing Airbus 5 -20 125* 0 Produire 0 100 0 0
Ne pas Produire
Produire
Boeing
Airbus
5
-20
125*
0
Produire
0
100
0
0
Ne pas Produire
Produire
5*
5*
125
0
Ne pas Produire
0
125
0
0

45

Chapitre 3- Les politiques commerciales stratégiques:

les limites

Ces deux situations (décrites dans les tableaux) semblent a priori presque similaires, mais elles conduisent à des résultats opposés:

dans le premier cas, subventionner la firme domestique est une stratégie efficace;

Dans le second, c’est un fiasco.

Une politique commerciale stratégique pertinente nécessite une lecture adéquate de la situation pour limiter les effets pervers sur le reste de l’économie. L’exigence d’information se complique du fait qu’il est concrètement impossible de considérer les différents secteurs de façon isolé. (la subvention d’un secteur drainera des ressources qui ne seront plus disponibles pour d’autres activités) Les PCS (qui répondent à toutes ces critiques) sont des politiques qui n’apportent de bien à une économie qu’au détriment de ses voisins (beggar-thy-neighbor policies : les politiques du chacun pour soi). Guerre commerciale, + les représailles.

46