Vous êtes sur la page 1sur 25

Presses Universitaires du Midi

Le vin mélangé entre Dionysos et la cité


Author(s): Daniel NOEL
Source: Pallas, No. 48 (1998), pp. 43-66
Published by: Presses Universitaires du Midi
Stable URL: https://www.jstor.org/stable/43607673
Accessed: 06-11-2018 10:24 UTC

JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide
range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and
facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at
https://about.jstor.org/terms

Presses Universitaires du Midi is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend
access to Pallas

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
PALLAS, 48, 1998, pp. 43-66.

Le vin mélangé
entre Dionysos et la cité

Daniel NOEL
(Centre Louis Gernet, Paris)

Les récits de l'introduction de la vigne se déroulent souvent en Etolie mais négligent


la consommation du vin. L'histoire de la vigne et du vin réputée étolienne est inséparable
de celle contée par des mythes d'Athènes. Sur le vin, les mythes font dialoguer deux
régions éloignées. Le dialogue englobe le mélange du vin et de l'eau et les effets de miroir
se poursuivent jusqu'au cratère, ensuite, de la coupe aux lèvres, le mythe est muet.
Staphylos, berger en Etolie, dans une modeste introduction du vin, inventa le mélange par
inadvertance, tandis que Dionysos le révéla lui-même aux Athéniens. Le rapprochement
des deux inventions montre les liens tissés et soulignent l'opposition de deux modèles
d'intégration du vin, enfin adapté à la consommation des mortels par le mélange, une
opposition qui conduit à s'attacher à la situation des personnages et à leur valeur
paradigmatique.
L'introduction du mélange appartient comme en apanage à Athènes et à l' Etolie.
Deux autres lieux sont propices à une histoire du vin, l'île de Chios et la lointaine Tyr
L'introduction du vin ne constitue un moment inquiétant et dramatique qu'à Athènes.
Icarios échouera dans sa tentative d'introduction du vin et son implantation nécessitera
deux phases contradictoires à Athènes. Dionysos ne réussit qu'après un coup d'essai. Les
Athéniens étaient réfractaires à son vin, son établissement ferme requit un consensus entre
la cité et le dieu. A croire que les Athéniens voulaient bâtir une histoire du vin originale et
tourmentée.

1 . HEUR ET MALHEUR DU VIN

Les introductions du vin se répartissent en trois groupes : Oinopion, fils d


Dionysos, à Chios; Dionysos et un berger à Tyr; Dionysos et Icarios à Athènes. Le die
du vin participe au processus d'intégration du vin. Si Oinopion se passe de la participati
de son divin père, Dionysos se tient à l' arrière-plan dans le paysage chio te. Ces réc

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
44 Daniel NOEL

s'appuient sur la présence de la


ou d'une vigne sauvage à Tyr. L
Les Chiotes et le berger de Ty
fils de Dionysos instruisit dans
des hommes la connaissance de
servit d'intermédiaire entre D
temps de la diffusion. En Attiq
qui manque et son absence est f
l'implantation du vin. L'intr
distinctes, même si la vigne exi
catégories et d'enjeux qui se
viticulture soit mentalement i
trois volets ne constituent pas u
une autonomie relative. A Chio
accompagne le vin qui est l'act
hommes qui l'environnent.
La vigne accompagne les récit
que le don du vin ne s'abstrait
première introduction du vin
mieux en prenant appui sur l'a
viticole révélé par un dieu.

1.1. Oinopion, Orion et Diony

Dionysos délègue un de ses fil


vin et en assurer la diffusion
l'origine d'une viticulture bien
Deucalion parce qu'il participe
vigne s'associe aux débuts des
comme l'époque historique en
Chiotes produisaient le vin "
Oinopion qui apporta la vigne
soigner les vignes. L'enseignem
Chiotes, ils le diffusèrent parm
point de départ et d'un centre,
compose des Chiotes et le secon
Le roi de Crète, Minos, jaloux
après l'avoir associé à la directio

i Noel, 1995, p. 18-43.


2 S toll, 1884 -1886, col. 791-799.
3 Théopompe, F. Gr. Hist. 1 F 15, éd. Jacoby = Athénée I, 26 b -c.
4 Homère, Iliade, IV, 259; Odyssée , IX, 346, 360.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 45

en face de l'Ionie et de la Carie et envoya Oinopion à Chios 5. Oinopion donna à l'île sa


forme politique par une fondation. Théopompe utilise le verbe "ctui/oikÍÇw" qui signifie
la fois rassembler et participer à la fondation d'une ville. Critias indique la nature de
l'institution politique d'Oinopion, une cité 6. L'introduction de la viticulture est
accompagnée d'une fondation politique. Comme en Etolie, la viticulture se développe en
même temps que l'émergence d'un cadre politique, significative d'une volonté
communautaire. La viticulture apparaît à Chios inséparable d'un certain ordre de société
d'un certain art de vivre ensemble qui réalise l'union et l'association des citoyens sous
l'égide d'une liberté qui est publique et qui se réalise par la mise en commun des "parole
et des actes" 7. A Chios la viticulture, sous l'impulsion d'Oinopion, participe à la mise en
commun fondatrice de la cité.
Par l'enseignement reçu de son père 8, Oinopion institue 1' égalité politique. L'art
politique, selon Aristote, "s'occupe de rendre les hommes tels qu'ils soient de bons
citoyens pratiquant l'honnêteté" 9. La viticulture possède des vertus négligées par la
science politique. L'exemple d'Oinopion le montre. Le processus de diffusion de l
viticulture débute avec Dionysos puisqu'il a lui-même éduqué son fils dans cet art qui, d
proche en proche, atteint les autres hommes et les englobe dans cette communauté
viticole; une communauté qui, peut-être, transcende les frontières des cités. L'art de la
vigne procède d'un mouvement de colonisation des Cyclades qui a son origine en Crète,
en la personne du roi Minos et de son frère Rhadamanthe, lequel donna à Oinopion la
souveraineté sur Chios. Rhadamanthe incarne le roi juste et le fils de Dionysos se situ
dans sa sphère d'influence. La fondation de Chios est placée sous les auspices de la justice
et des dons dionysiaques. La justice et les plaisirs de l'ivresse sont posés comme égalemen
nécessaires au bon fonctionnement d'une cité. Du côté de la justice, Oinopion, instruit
dans l'art de la fabrication du vin, en répand l'usage parmi les Chiotes. De plus, le fils de
Dionysos est à l'origine du vin le plus puissant, le vin "noir" si souvent célébré pa
Homère, le nom de l'inventeur dérivant de la couleur de ce grand cru 10. Oinopion, par
son nom, valorisait le fruit de son art et rendait bienfaisant le vin de ses vignes
L'étymologie de son nom peut se déduire de la couleur du vin sombre du vin de Chios
mais son nom peut aussi se rendre par Buveur de vin ou plus joliment par Boivin u. Avec
Oinopion, aucune rupture ne se produit de la vigne au vin; le fils de Dionysos est plus qu
le fils du Créateur, Oineus, lequel se confond avec la vigne et le vin comme si les deux
choses se distinguaient mal en lui, tandis qu'avec Oinopion, la vigne est une chose qui es
un art enseigné et sa finalité réside dans le nom même de celui qui en maîtrise les tours,
offrir un vin remarquable. Oinopion est en quelque sorte le premier buveur de vin, mais
pas un buveur à qui viendrait le vin miraculeusement comme une apparition divine.

5 Diodore de Sicile, V, 85.


6 Critias = Athénée, I, 28 b.
7 Aristote, Ethique à Nicomaque , 1 1 26 b 1 2.
8 Diodore de bielle, V, 79.
9 Aristote, Ethique à Nicomaque , I, 9, 8.
10 Keyssner, 1 937, col. 2271 .
11 Jeanmaire,1951, p. 24.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
46 Daniel NOEL

Avant le vin, un temps est à


mèneront à une belle fructific
vue du vin mais le vin est dé
enseigne un vin pour les homm
hésiodique de la terre en vu
annuelles qui nécessitent un tr
la catégorie des arbres 13 et, s
décennies L et des générations.
sur la peine et l'effort huma
l'arboriculture n'est guère rep
la céréaliculture, la seule fo
viticulture et l'arboriculture n
façons culturales céréalières. L
par le souci du plaisir et par D
formes de culture; avec le nom
une temporalité longue.
Pour la culture du blé, tout
sur une terre laissée en jachèr
travaux succède une phase de c
enfin vient le temps de la mo
sur un suivant puisque, juste a
labours en vue des semailles d
quasiment définitive. Le vign
bois sur lequel les bourgeons é
de grappes. Par la taille, le cep
demeure semblable à lui-mêm
par une sorte de complicité a
année recommence le miracle
végétation souvent abondante
les soins du vigneron qui s'app
Dans l'île, une configuration
Dionysos, la vigne et le vin e
les auspices de la vigne et du
rassemble. Le ciment commun
de la vigne et du vin. Les Chi
moins les chemins de l'ivresse
de discussions qu'Oinopion en
A Chios, une cité est fondée s
et pas davantage un synoecism
vinification constituent un

12 Hésiode, Les travaux et Us jo


13 Xénophon, Economique , XIX
14 Hésiode, Les travaux et les jou

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 47

consommation du vin. Les destinées politiques sont placées entre les mains du Buveur de
vin. Cet antique événement n'équivaut pas à confier les rênes du pouvoir à un ivrogne.
Oinopion est fils de Dionysos et envoyé de Rhadamante, l'incarnation du roi juste. Justice
et ivresse s'accordent à Chios pour constituer une seule et même assise à la nouvelle cité.
Oinopion utilisa sa connaissance étendue du vin pour se débarrasser d'Orion 15, un
chasseur qui ne sait pas se comporter envers sa fille Méropé 16. Soit Oinopion aurait
enivré Orion pour l'aveugler dans son sommeil 17, soit Orion se serait de lui-même enivré
18. Quoi qu'il en soit, Orion pénètre brutalement dans le monde cultivé d'Oinopion et ne
sait pas se comporter en prétendant séduisant de Méropé ou en futur gendre crédible
d'Oinopion. Le vin intervient pour faire échec aux prétentions d'Orion. Dans un tout
autre contexte, le Cyclope Polyphème était aveuglé par Ulysse et ses compagnons après
avoir ingurgité force coupes du vin de Maron 19. Là, le pasteur asocial était la victime d'un
stratagème de vin, ici le chasseur, pareillement asocial, devient vulnérable par l'ivresse.
Le vin d'Oinopion forme un véritable système qui débute avec la colonisation d'un
territoire. L'établissement consiste en la plantation, l'entretien de la vigne, la fabrication
du vin, sa consommation. Tout cela est inséré dans un monde proprement humain. L'île
de Chios prend forme politiquement en même temps que ses terroirs se couvrent de
vignes et que la cité s'institue avec le vin. Chios est marqué par la symbiose entre le
politique et le vin. Une communauté d'hommes commence par un acte de fondation et
perdure dans la vie politique en tant qu'elle fonctionne comme une institution de la
société avec ses transformations, ses hésitations. La vigne et le vin structurent l'édifice
politique, le registre du vin et le registre politique se fondent dans l'existence de la cité. Le
roi de Chios, en accueillant Orion, risque une étrange conjonction entre l'univers du
chasseur, impropre à fonder un ordre social réglé, et l'univers chio te de la viticulture
ordonné en une cité autour de son roi. Orion entre en conflit avec son hôte dont il veut
prendre la fille de force ou de gré. Le vin devait sceller éventuellement une alliance par
mariage entre deux maisons ou simplement honorer un étranger de passage respectueux de
quelques usages. Il devenait le moyen par lequel Oinopion aveuglait et boutait hors de
Chios l'encombrant chasseur Orion.
Selon Parthenios, Oinopion diffère chaque fois le mariage quand le jour fixé arrive
parce qu'Orion ne pouvait pas devenir un gendre convenable. Orion enrage d'attendre.
Un soir, pris de vin, il pénètre dans la chambre de Méropé et y casse tout. C'est ce
moment qu'Oinopion choisit pour l'aveugler 20. Oinopion refuse sa fille à Orion en
raison d'une absence d'inclination pour Orion et de ses douteuses manières 21 . Pour se
débarrasser d'un prétendant indésirable, Oinopion use d'un stratagème vineux, le vin sert

Fontenrose, 1981, p. 5-12 et passim.


16 Parthenios, XX, Myth. Gr. ii (I), suppl. p. 75.
17 Pseudo-Apollodore, I, 4, 3.
18 Pseudo-Eratosthène, Katasterismoi, fř. XXXII, Myth. Gr. iii (I), Leipzig, 1897.
19 Homère, Odyssée , IX, 345-368.
20 Parthenios, op. cit.
21 Ibid.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
48 Daniel NOEL

à régler une banale affaire en


Pseudo-Eratosthène, le désir d
Orion a fait un usage immodé
24. Humilié par l'outrage subi
le chassant de l'île. Orion retr
Les Chiotes défendent leur roi
Le lien qui unit le roi aux
citoyenneté. Le terme qui dés
signification ne prête guère à
Oinopion est le souverain, un
"citoyen" 25. Pour Aristote, "
que la participation à l'exerci
Cette définition convient à l
pas les institutions essentielles
ressemblerait à la quatrième v
royauté caractérisée par l'éve
définition que donne Aristote
politeama de Chios 29 . Monar
que les catégories aristotélicie
et le corps politique vivent en
vengeance d'Orion en le dis
protection des citoyens; équil
sont des opérateurs du lien po
Le début des ennuis de Méro
fonction royale d'Oinopion
politiquement neutres. Avec l
citoyens entrent en lice. Mér
du roi de la cité. Elle est imp
chargé de sens pour que la fil
dérive d'un roi de Chios, Méro
Méropés désignait les anciens
s'allier doublement avec Ch
métaphoriquement, avec ses h

22 Pseudo-Apollodore, I, 4, 3.
23 Hygin, Astronomica, II, 34, 1
24 Hygin, op. cit. y II, 34, 2.
25 Meiggs et Lewis, 1980, inscr
26 Aristote, Politique, 1275 a 5
27 Ibid., Ill, 1278 b 11-14.
28 Ibid., III, 1285 b 11; 1286 A 11.
29 Ibid, III, 1285 b 12-13.
30 Lévy, 1980, p. 240, n. 207-209.
31 Euripide, Hélène , 282.
32 Homère, hymne à ApoUon, 42; Pindare, Isthmique, V, 29, Néméenne, IV, 26.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 49

et les citoyens. Une autre explication du mot Méropés élargit ce qui précède et Théopomp
ne l'aurait pas récusée quand il disait que la viticulture avait été enseignée par les Chiotes
aux autres hommes. Les hommes se seraient appelés Méropés parce que, après le Déluge,
Mérops fut le premier à réunir les hommes en colonies 33 . Le nom de la fille du roi es
associé aux hommes des commencements quand ils se rassemblèrent pour fonder des
communautés. Méropé se rattache au temps de la fondation mais son nom évoque auss
l'humanité en général, celle à qui les Chiotes transmettront le savoir qu'ils tiennent
d'Oinopion. Par son nom, la fille du roi rappelle l'éponyme des hommes, ceux qu
recueilleront l'enseignement viticole. En étant à la fois la fille du fondateur et l'éponym
des habitants réunis en une communauté poliade, Méropé relie le roi et les citoyens en
une cohérente unité organique. En portant le nom des premiers hommes, la fille du roi
signifie la vocation universelle du don de Dionysos et la nécessité d'en assurer la diffusion
au delà du rivage de l'île de Chios.

1.2. Icarios, Erigone et Maira

En dehors de l'Attique, les introductions de la vigne et de la viticulture s'articulent à


une problématique de la vie cultivée et du pouvoir politique. Un roi est à l'origine de
l'oeuvre "civilisatrice" et la vigne est associée à la fondation politique et à sa permanence.
Un paysage à vivre et un domaine public sont institués avec le concours de la vigne. Le vi
est un breuvage ambivalent que le dieu promène avec lui comme son double, d'un côté
de l'autre. A l'art de cultiver la vigne répond un art de consommer le vin, et tous deux
sont redevables d'un enseignement. Aux premiers bénéficiaires échoie la mission de
transmettre les bienfaits de Dionysos aux autres hommes parce que le vin est u
enrichissement de la condition de mortel. Le vin viendrait comme sauver l'oeuvre de
l'homme qui se devait d'être un "vivre bien". Aristote en assignait la production à la
politique 34. En Attique, la vigne et le vin furent introduits simultanément, à charge pour
Icarios, l'hôte de Dionysos, de les diffuser 35.
Selon les récits, Icarios adopte deux comportements divergents. Il devient un
vigneron consciencieux mais ses vignes sont broutées par un bouc et, pour se venger de l
destruction de son vignoble, il le tue. A partir de la dépouille de l'animal il invente un jeu
danser autour de sa peau transformée en outre gonflée d'air 36. Dionysos ne l'avai
vraisemblablement pas informé de la gourmandise de son animal préféré 37 . Icarios par
remplir la mission que Dionysos lui a confiée, diffuser les bienfaits divins. Il délaisse la
vigne et se soucie de faire découvrir le seul vin de Dionysos 38. Icarios échoue et est tué par
les bergers qui se crurent empoisonnés. Les consignes de Dionysos devaient comporter

33 Borgeaud, 1947, p. 206-207


34 Aristote, Ethique à Nicomaque, 1097 b 22.
35 Picard, 1934, p. 137-152. Angiolillo, 1961, p. 13-22.
36 Hygin, Astr.y II, 4, 2.
37 Ce type de récit se rencontre chez Hygin et Elien, voir Noel, 1995, p. 18-43.
38 Scholie à Homère, Iliade, XXII, 29; Pseudo-Apollodore, III, 14, 7; Hygin, Astr.y II, 4, 3-5,
Elien, Nat. An., VII, 28.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
50 Daniel NOEL

quelques lacunes sur le bon usag


négligés lors
de sa première visi
la diffusion du vin. La vigne et
la sphère d'intervention du dieu
le font guère en vertu d'une lo
sans la vigne. Il existe certes un
ou encore à Tyr 40, mais cette
seul, un vin spécifiquement ath
quand la vigne vient après le vin
En Attique, la double venue de
Icarios et Amphictyon en témo
l'échec de l'autonomie du vin q
cantonné dans le champ divin
Icarios a tenté de rendre autono
récits de cette prise d'autonomie
la venue de Dionysos avec ses do
désastre qui s'abat sur Athènes
Dionysos, selon Hygin, donna u
vignes 41 . Icarios ne tint pas co
sa fille et leur chienne, faire c
privilégie le vin aux dépens de
d'assurer au vin l'autonomie par
rapport intenable au monde qui
Dans l'Astronomie , Hygin do
tout autant la vigne que dans la
reparti, Icarios s'empressa de ch
bergers. Sans consigne de Dion
sera fatal. Icarios conçoit un
médiation qui lui ôterait la vio
connu ni les façons culturales q
rendu accessible aux bergers sans
La méconnaissance du mélan
Apollodore le confirme 43. Le m
Dionysos et Déméter vinrent e
Icarios reçut Dionysos qui, po
seulement d'un pied de vigne m
travail et, lorsqu'il eut récolté le
Dionysos. Il alla trouver des berg

39 Pausanias, I, 5, 4.
40 Achille Tatius, II, 2.
41 Hygin, Fables, CXXX.
42 Hygin, Astr. , II, IV, 3.
43 Pseudo-Apollodore, III, 14, 7.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 5 1

avec enthousiasme mais c'était sans compter sur les méfaits du vin pur que seul le mélange
peut combattre. Le mythographe précise bien que les bergers burent copieusement le vin;
surtout ils n'ajoutèrent pas d'eau à leur vin et se crurent empoisonnés. Le vin, s'il n'est pas
tempéré par l'eau, est comme un poison. Quand Icarios donne des gages de bonne
volonté, suivre l'enseignement de Dionysos à partir du commencement, à partir du plant
de vigne, il bute sur la question du mélange. En Attique, l'introduction du vin sous sa
forme bonne à boire ne pouvait pas se faire en respectant une logique rationnelle: de la
vigne au vin mélangé.
Un scholiaste à l'Iliade raconte que Dionysos remit à Icarios un plant de vigne et du
vin. Jusqu'alors rien de nouveau mais il poursuit ainsi : "Suivant les instructions du dieu,
il alla parcourir la terre pour faire connaître le bienfait de Dionysos, en prenant le chien
avec lui, quand il fut hors de la ville, il fournit du vin à des bouviers" 44. La vigne est
dissociée du vin, Dionysos a ordonné à Icarios de propager son vin et Icarios se
conformera à sa consigne. Son vin ne bénéficie ni de la médiation du travail d'un vigneron
ni du savoir-faire d'un caviste pour apporter une touche intégrant la fragilité des mortels,
il provient directement du dieu. La présence divine est trop puissante pour des mortels, les
bergers plongèrent dans le sommeil, ceux qui y échappèrent crurent à un empoisonne-
ment et frappèrent Icarios. Dionysos n'informe pas Icarios de la nécessité du mélange, il
confie à son hôte une mission centrée sur le seul vin et Icarios obéit. Le vin de Dionysos
s'oppose à un autre vin, un vin implicite, le vin mêlé d'eau qui viendra plus tard. En
suivant les ordres de Dionysos, Icarios échoue dans la diffusion du vin, parce que ce vin se
situe encore en amont du vin mélangé, trop proche de Dionysos, trop éloigné des mortels.
Dionysos remercie Icarios avec un plant de vigne et du vin ou l'art de faire du vin.
Icarios ne diffuse pas le savoir viticole ou vinicole mais fait connaître le vin. L'expérience
du vin ne s'apparente pas à une introduction définitive de la vigne et du vin mais plus à
une rencontre éphémère. Avec Dionysos, le vin circule de l'extérieur vers l'intérieur. Par la
mission d' Icarios, le vin suit un trajet inverse. Icarios, à la rencontre des bergers, quitte la
ville et le vin rebrousse chemin. Icarios n'emporte dans son voyage que le vin, aux bergers
il ne donne que du vin. Icarios creuse une distance entre les bergers et lui-même, il ne leur
révèle que le vin et ne partage avec eux ni son savoir nouveau ni le vin, il reste extérieur à
la beuverie. Le vin d' Icarios ne provoque aucune convivialité, ce n'est pas encore celui que
Dionysos apportera un jour à Athènes. Le premier vin attique engendre deux réactions
étrangères à la consommation réglée, le sommeil profond de l'ivresse et la suspicion. Le
sommeil du buveur rompt le cercle du "boire-ensemble", la suspicion défait l'atmosphère
cordiale du banquet. Icarios, novice dans l'art de la vigne et du vin, a réduit le vin à un
simple breuvage, faisant abstraction du long processus qui doit pacifier le vin jusqu'au
mélange. En visitant des bergers, Icarios ramène le vin comme à son point de départ, en
un temps d'avant les médiations, rendu à sa puissance originaire. Les bergers se crurent
empoisonnés par Icarios et le tuèrent. Dans Athènes, ce désordre provoqua une épidémie.
Un oracle recommandera de rendre un culte régulier à Erigoné et à Icarios pour que les
choses rentrent dans l'ordre 45.

44 Scholie à l'Iliade, XXII, 29; traduite dans Carrière et Massonie, 1991, p. 247.
45 Hygin, Astr., II, IV, 5.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
52 Daniel NOEL

1.3. Dionysos à Tyr

A Tyr, l'introduction de la vig


s'en va en laissant une consigne.
du vin, auprès d'une vigne et l
Dionysos expose devant le berg
implicite dans la découverte du
qu'il lui procure un plaisir inte
mélangé et le vase à boire est d
du vin, la leçon de choses do
dionysiaque l : d'abord le vin et
placé sur le premier symposion
mélangé du symposion. Achille T
il ne dit rien du travail. Ici, l'in
et surtout du plaisir éprouvé.
Dionysos révèle l'ultime fin du v
A Tyr, Dionysos s'entoura
ensemble la coupe de l'amitié pa
estl'instrument approprié de la d
aboutissant au vin, Dionysos do
du vin. Il est l'eau de la saison d
se rattache à une tradition arb
mystique du vin est atteinte, l'
de raisin; le pressage et le dém
seule et même chose. Dûment,
cueilleune grappe de raisin et la
de ses propres yeux la vendange
du vin, le berger a ressenti le p
Dionysos, le plaisir, détaché du
le vin à travers la joie qu'il resse
berger connaît la finalité du v
position par rapport au vin
contrairement aux bergers renc
et ne croise pas les destiné
profondément engagé dans le do
l'exemple
mais le vin et son usage

46 Achille Tatius, II, 2.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 53

2. ATHENES-ETOLIE

Les mythes précédents n'évoquaient pas le mélange. Cependant, avant


rencontrer véritablement, il n'était pas possible de l'ignorer puisque les mythes s'a
et se répondent. Le vin pour les hommes se dérobait, en creux était la figure du m
comme une nécessité impérieuse pour enfin le boire librement et en sécu
mythologie du mélange est toute resserrée autour de deux personnages, l'un roi à At
Amphictyon, l'autre berger en Etolie, Staphylos. Elle s'enracine dans deux régio
monde hellénique qui entretiennent une longue confrontation autour de la vigne
et du mélange. Athènes ne terminera pas seule l'histoire du vin bon à boire pou
mortels, l'Etolie se maintient en lice, mais elles ne cessent pas de diverger sur la m
de raconter l'invention du mélange et de se croiser comme en s' ignorant. A Athè
bouc 47 ou une chèvre 48 fut tué pour la première fois par Icarios pour avoir br
feuilles de son vignoble, empêché de fructifier. En Etolie, le même animal contrib
découverte de la vigne, du vin et du mélange par le berger Staphylos. L'animal av
l'expérience du vin et l'avait apprécié avant son berger 49. Dans les deux régions, l
du vin mélangé débute avec les premiers temps de la nouvelle humanité de Deu
Amphictyon était fils de Deucalion 50 tandis que le berger Staphylos était au service
Oineus 51, un autre descendant de Deucalion 52. L'histoire du vin fut brièvement
vin pur et rapidement, de deux manières différentes, le mélange s'imposa pour re
vin consommable aux mortels sans le dénaturer 53.

2.1. Amphictyon, roi d'Athènes

Avec l'invention du mélange commence véritablement l'histoire du vin à At


Auparavant, l'Attique n'avait connu que l'échec d' Icarios. Même si le vin avait sur
le désastre icarien, les hommes auraient continué de le consommer pur. Il les ma
dans une positon courbée et ils ne pouvaient plus la quitter. La position cou
distingue de la position tétrapodique que connaissaient les hommes avant de man
céréales 54, elle affecte des hommes qui s'étaient redressés et Dionysos ne pouvait sû
pas rester indifférent à un tel spectacle, il allait donc revenir en Attique. Après une
Eleuthères, Dionysos se retrouve attablé chez Amphictyon, le roi d'Athènes, en co
d'autres divinités 55. Son retour s'opère par étape, il doit forcer le passage à deux
Les filles d' Eleuthères se moquent de lui, les Athéniens hésitent à l'accueillir. Ell

47 Hygin, Astr., II, 2.


48 Porphyre, De Abst ., II, 10, 1.
49 Probus, à Virgile, Georg., I, 9.
50 Chronique de Paros, I, 5, dans F. Or. Hist ., II D, 239, p. 992, éd. Jacoby; rseudo-Apo
I, 7, 2.
51 Probus, à Virgile , Georg. , I, 9; Servius, à Virgile, Georg., I, 8.
52 Hécatée de Milet, apud Athénée, II, 35 b.
53 Aristote, De gen. et corr., 327 b.
54 Scholie à Pindare, Olympiques, IX, 150 a-b, éd. Drachmann.
55 Detienne, 1977, p. 50-53.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
54 Daniel NOEL

saisiesde folie tandis qu'à Athèn


espèce de satyriasis , se retrou
remédier à ces désordres l'inte
stipule, pour Eleuthères et pour
un cas, il s'agit d'un culte en
construire des phallus et de les
Pégase 58. La procession d'un ph
de l'oracle au fléau que Dionysos
La délivrance est venue d'un cu
phallus 59.
A deux reprises, Dionysos exige la même réparation pour que cesse la calamité
abattue sur les Athéniens. Le chemin de Dionysos vers Athènes n'est pas dégagé, un
ambassadeur est requis, un dénommé Pégase, habitant d' Eleuthères qui lui cherche un
hôte à Athènes et ce sera Amphictyon, le roi de la cité 60. Pégase sert d'intermédiaire entre
Dionysos Eleuthéreus et les Athéniens, entre Eleuthères et Athènes. Pégase fut aidé par
l'oracle de Delphes qui lui avait rappelé la venue de Dionysos au temps d'Icarios 61 . Ainsi
Pégase n'ignorait pas l'échec du premier voyage de Dionysos et il était invité à s'entourer
de solides précautions pour le bon déroulement de l'entrée du dieu dans Athènes et de
sérieuses garanties sur l'hôte qu'il trouverait à Dionysos. Il ne faut pas moins de trois
oracles pour permettre à Dionysos de franchir en sécurité la distance qui sépare Eleuthères
d'Athènes. L'arrivée de Dionysos est restée un événement mémorable, commémoré
chaque année par une procession qui la répétait à partir du sanctuaire de Dionysos dans le
voisinage de l'Académie 62.
Ce petit temple, en dehors de la ville, constituait une étape dans l'introduction du
dieu qui venait d'Eleuthères à Athènes, prudence athénienne née de l'inquiétude
provoquée par un dieu inconnu qui paraît sous la forme troublante d'un grand sexe dressé
63. Avant de trouver sa place au centre de la cité, sur le flanc sud-est de l'Acropole, dans un
sanctuaire à la mesure de son importance et pouvant accueillir le xoanon 64, Dionysos a dû
se contenter d'un modeste sanctuaire en dehors de la ville. La statue de Dionysos y est
ramenée le temps d'une procession, le 8 Elaphéboleion pendant les grandes Dionysies 65 .
Dionysos arrive lentement à Athènes. Les événements et les réponses oraculaires, avec
leurs exigences, la reconnaissance de sa divinité et l'institution d'un culte en son honneur
constituent un ensemble laborieux et prudent qui contraste avec les habitudes de
Dionysos plus accoutumé à surgir, à s'imposer. Athènes n'est pas Thèbes. Dionysos fonde

56 Ibid., p. 52.
57 Souda, s.v. "MéXav".
58 Scholie à Aristophane, Acharniens , 243.
59 Foucart, 1904, p. 74.
60 Pausanias, I, 2, 5.
61 Ibid.
62 I, 29, 2.
63 Detienne, 1986, p. 52.
64 Pausanias, I, 20, 3.
65 Foucart, 1904 p. 169 sq.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 55

son culte à mesure qu'il progresse vers le coeur de la cité, il affermit son implantation en
ponctuant son itinéraire de stations que les Athéniens chaque année répéteront. Dionysos
ne revient pas libéralement donner la vigne ou le vin pour repartir indifférent aux
conséquences; l'Attique requiert une intervention en profondeur pour établir le culte et les
bienfaits du dieu. Dionysos les combine de manière publique et officielle. Le traje
d'Eleuthères à Athènes déploie un temps de la reconnaissance, préalable à la révélation d
ses dons. La reconnaissance augmente et finalement, Dionysos la demeure d'Amphictyon
pour se joindre au banquet des dieux et dévoiler ses bienfaits.
Dionysos enseigna à Amphictyon l'art de mélanger le vin et le roi adopta un
programme de mesures pour l'usage du vin : "Philochore dit que le roi d'Athène
Amphictyon, ayant appris de Dionysos l'art de mélanger le vin, fut le premier à faire ce
mélange; que c'est ainsi que les hommes commencèrent à rester droits en buvant dans ces
conditions, alors qu'antérieurement le vin pur les tenait courbés et qu'enfin c'est pour cel
qu'il édifia un autel de "Dionysos droit" dans le sanctuaire des Heures; ce sont elles, en
effet, qui mènent la fructification de la vigne. Tout auprès, il construisit aussi un autel aux
Nymphes, voulant rappeler à ceux qui en usent l'art du coupage : et en effet les Nymphes
sont dites nourrices de Dionysos. De plus, il posa en principe qu'on prendrait après les
aliments solides du vin pur, tout juste assez pour en sentir le goût, comme spécimen de l
puissance du dieu bienfaisant, mais que le reste du temps on le boirait coupé autant que
chacun le voudrait; que là-dessus on prononcerait le nom de Zeus sauveur, pour
apprendre ou rappeler aux buveurs qu'en buvant ainsi ils seront sûrs de rester saufs" 66 .
Dionysos n'enseigne pas la seule nécessité de couper le vin avec de l'eau pour le
rendre compatible avec la nature des mortels, Dionysos livre à son hôte les éléments
nécessaires à l'institution du banquet et codifie son déroulement en le divisant en deux
parties, repas et beuverie. En sus, il inspire à Amphictyon un programme de construction
destiné à conserver dans la mémoire des hommes les effets salutaires du mélange
Dionysos apporte à Amphictyon moins la vigne et le vin qu'une manière de boire le vin.
Le mélange oriente le culte qu'organise Amphictyon en l'honneur des Nymphes, nourrice
du dieu. L'autel de Dionysos Orthos et le sanctuaire des Nymphes sont reliés en ce sens
que les Nymphes sont à l'eau ce que Dionysos est au vin 67, et que l'ajout d'eau accroît le
vin auquel elle est mélangée 68. Le banquet se structure en rapport au mélange, un écho
du mélange des deux personnalités incarnant des contraires, les Nymphes et Dionysos
dans un même sanctuaire 69, le vin et l'eau dans un même cratère. Le banquet constitue
par l'oeuvre fondatrice d'Amphictyon, une sorte de synthèse entre des opposés, il combl
le fossé qui sépare le vin pur de l'eau.
Le vin pur n'est pas chassé du banquet, il est cantonné pour éprouver la puissance de
Dionysos et établir sa présence entre les buveurs et en eux-mêmes. Le banquet aurait ét

66 Philochore, F. Gr. Hist., 328, f. 5b éd. Jacoby ■ Athénée II, 38 c, traduction A. M.


Desrousseaux, CUF.
67 Porphyre, Antre des Nymphes , 13-14.
68 Phanodème, F. Gr. Hist., 328, F. 5 b, éd. Jacoby = Athénée, 465 a.
69 A Cyrène, la fête des Théodiasia était consacrée à Dionysos et aux Nymphes selon la Souda,
s.v. ,f>A<jTu6 posiet".

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
56 Daniel NOEL

incomplet dans sa tentative de r


l'invocation de Zeus sauveur. Le
que c'est un dieu qui leur a ens
banquet ne s'achève pas sur cet
boire tout son soûl. Par l'introd
pas de la viticulture et pas dav
mystique mais d'un vin à l'arde
leur plus grand plaisir. Le mélan
Dionysos n'arrive pas à l'impro
divinités chez Amphictyon. Dio
les autres mythes. Entouré d'un
roi un ensemble de princip
recommandations s'organisent
véritable institution fondament
don, il entre au coeur de la cit
Dionysos donne des règles aux h
conforme à la tradition grecque
pas, elle demeure une affaire h
L'ensemble des mesures qu'A
Dionysos constitue un tout c
publiquement. Les mesures pri
débat, cela n'ôte rien à leur cara
La venue de Dionysos révoluti
risques inhérents au vin pur en
pratique collective du vin. Le
d'aliments solides qui n'est pas
assemblée divine chez le roi
recommandations. A leur suite
institué et la santé des buveurs
dans le sanctuaire des Muses as
feront les Athéniens en suiv
organisent le banquet, sont reg
sens de coutume, rite, loi 70; ta
est TÍ9Í11JII. Ces deux termes res
Leurs emplois les plus courants
et exceptionnellement avec le vi
droit, il signifie disposition léga
cité et les buveurs qui substitue
et politique.

™ Detienne, 1 990- 1 99 1 , p. 243-246.


71 Loraux, 1988, p. 116.
11 Benveniste, 1969, t. 2, p. 101-102.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 57

Le vin entre à Athènes par le haut, il prend place dans la politeia des Athéniens, "une
certaine organisation des citoyens" 73. La notion de politeia chez Aristote ne diffère guère
de celle de ses prédécesseurs et comporte deux composantes essentielles, l' arkhèy le
pouvoir, et les nomoi , les lois 74. L'introduction du mélange relève de X arkhè et enrichit les
nomoi 75 . Les mesures du roi d'Athènes appartiennent à cette dernière catégorie et
passèrent dans la tradition. La politeia des Athéniens englobe les fêtes 76, elle se rapporte
autant à Y arkhè qu'aux nomoi , à la fois des règles normatives et des usages. Elle constitue
un cadre de vie qui donne un sens à la vie des citoyens et définit le "style de vie d'une
cité" 77

Le thesmos était d'inspiration divine, Hésychius était catégorique 78 . Par ailleurs ce


terme sert à désigner les lois de Dracon et de Solon qui ne constituent pas des "lois
sacrées" 79. Si thesmos est une loi inspirée par la divinité, elle reçoit surtout des dieux un
"supplément" de garantie et de légitimité; la décision contenue dans le texte législatif se
présente comme un fondement, elle n'en est pas moins humaine dans son énoncé 80. La
dimension sacrée trouve un contre-balancement politique dans le texte de Philochore avec
le verbe tithêmi qui désigne le geste par lequel la loi prend corps comme loi et la capacité
instituante du souverain. En face de l'inspiration divine, le rôle du roi dans l'acte
fondateur est souligné. L'inspiration divine et l'acte fondateur du roi sont intriqués. La
fondation et l'institution de l'usage du vin mélangé et du symposion à Athènes prennent
un caractère politico-religieux perpétué par la célébration des Anthestéries. Parallèlement à
"l'irrésistible ascension" qui conduit Dionysos "depuis les faubourgs de l'Attique jusqu'au
sommet de la hiérarchie politico-religieuse" 81 , le vin et le symposion prennent place dans
l'édifice constitutionnel en son sens large, par l'entremise déterminée de Dionysos. La
distinction entre le repas d'aliments solides, le banquet consécutif au sacrifice, et le
symposion consacre la satisfaction d'une revendication de Dionysos, un temps, après le
sacrifice et la consommation de la viande sacrificielle, pour son vin et les plaisirs qu'il
procure.
Amphictyon conclut par une mesure destinée à rappeler aux mortels leur fragilité et
leur dette envers les dieux. La dernière partie est dédiée à Zeus sauveur : "que là-dessus on
prononcerait le nom de Zeus sauveur, pour apprendre ou rappeler aux buveurs qu'en
buvant ainsi ils seront sûrs de rester saufs"82. Prononcer le nom de Zeus sauveur n'est pas
une simple formule propitiatoire mais une forme de publicité donnée à une loi non écrite.
La loi non écrite est soumise à la fragilité inhérente de la transmission orale-aurale, à la

73 Aristote, Politique , III, 1, 1274 b 38 : twi/ tt'i/ ttoAii/ oř kout coi/ ccttÌ toc£iç tiç.
7* Bordes, 1980, p. 251.
75 Vernant, 1971, t. II, p. 115 et n. 51
76 Pseudo-Xénophon, La constitution des Athéniens , dans Canfora, 1989, p. 25 et 37.
77 Aristote, Politique , IV, 1, 1295 a 40-41.
78 Hésychius : Qeauoç ■ 9cîoy vouai/ .
79 Rougement, 1977, p. 52 et note 125; Ruzé, 1988, p. 87; voir également Loraux, 1988, p. 116-
117.
SO Detienne, 1990-1991, p. 243-246.
81 Detienne, 1986, p. 61.
S2 Philochore, F. Gr. Hist., 328, f. 5b éd. Jacoby = Athénée II, 38 c

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
58 Daniel NOEL

variation. Pour échapper au


mnémotechnique efficace. L'én
chez les buveurs le souvenir
bienfaits de
actuelle la situation
invente une manière pour que l
prendre avec le vin et les circon
symposion . L'énonciation du n
symposiarque pourrait tenir. L
délayer 83, il condense le souci
ne tombe pas en désuétude. Ave
devait être mémorisée par les b
qu'introduit la mémoire parlée
publicité instituée par l'écriture
la rappeler quand la mémoire d
participation des citoyens à la v
structure, une structure de
d'élaboration, et à ce titre le sym
vocation à s'ouvrir, de gr
"démocratisation". Le symposi
n'appartient à personne sinon à
une minorité sociale ni ouvert à
des critères qui ne manquent pa
Le vin et le symposion prenne
approfondissement de l'être ci
témoigne. Dionysos et Amphic
dispose institutionnellement
citoyen, c'est prendre sa part a
complémentaires et solidaires. T
qui mettent en relation les dieux
massive dans les affaires comm
n'est pas un animal politique tris
à des affaires plus individuelles
celles qui mettent en jeu le plai
clairement. La capacité d'autono
athénienne ou grecque encore
qui n'est pas seulement sous-ten
complété de celui du plaisir, à d
par Amphictyon traduisent le s
vers le plaisir atteint en comm

83 Detienne, 1981, p. 69-70.


84 Ibid. , p. 77-78.
85 Detienne, 1988, p. 42-44.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 59

Amphictyon reçoit ses hôtes en son palais et plus précisément à son foyer 86, lieu placé
sous la protection d' Hestia. Le foyer du roi ne se confond pas avec le foyer commun de la
cité classique. Dans les Suppliantes, le roi prend bien soin de distinguer son propre foyer
de celui de la cité entière mais le choeur est prompt à lui rappeler avec fermeté que "C'est
toi la cité; c'est toi le conseil; chef sans contrôle, tu es le maître de l'autel, foyer commun
du pays" 87. Le roi Pélasgos ne peut pas dissocier dans ses jugements et ses actes ce qui
appartient à sa personne privée et à sa personne publique; de même Amphictyon. Auprès
du foyer, s'énonce le banquet des mortels qui est institué à partir d'un banquet des dieux
où Dionysos tient la première place, Le banquet des dieux est un commencement pour le
banquet des hommes.
Amphictyon, de son nouveau savoir, déduit la distinction et la solidarité du vin pur
et du vin mélangé. Le vin existe sous deux formes dorénavant. Le pur n'est destiné ni aux
hommes, trop puissant pour eux, ni aux dieux, question aussi délicate que celle de leur
alimentation quand ils viennent partager la table des mortels. Mais, pour les hommes, en
boire une petite quantité permet d'éprouver la puissance du dieu, le buveur ressent la
présence du dieu en lui. La libation de vin pur est placée à la transition entre le repas
sacrificiel et le symposion, comme si, dans le premier temps, la séparation des immortels
et des mortels se trouvait posée et que, dans un second temps, celui du symposion, le
buveur pénétrait dans le domaine de Dionysos. Au repas sacrificiel, la distance est posée,
au symposion elle perd de sa rigidité. Le dieu réjouit les hommes de sa présence en eux, et
c'est cela l'ivresse qui n'entretient pas de rapport avec le degré alcoolique du vin mais se
révèle une rencontre plus ou moins brutale, plus ou moins réglée avec le dieu, une
rencontre qui provoque un retour vers les autres.
La libation de vin pur est une charnière qui souligne comment le commensal devient
un co-buveur qui prend sa part au plaisir procuré à la société des buveurs. Le plaisir du
buveur est habité d'un dieu même si le vin est dilué d'eau, parce que le vin est dilué d'eau,
le plaisir peut s'établir entre les buveurs dans sa dimension politico-religieuse. Amphictyon
prend soin de préciser que la consommation du vin mélangé sera "ÒttÓctol> eKocCTToç
ßouÄeTcu", "autant que chacun voudrait". Ainsi la consommation du vin se place au delà
même du partage, elle obéit au principe d'abondance et à celui de la détermination
individuelle. Amphictyon signifie que boire est une affaire à la fois commune et
personnelle. Boire est une rencontre avec un dieu, c'est aussi une affaire de mesure
individuelle qui rejoint les spéculations philosophiques de la bonne mesure, de la
connaissance de soi-même, de la bonne limite à toute chose et sa variabilité selon les
individus, finalement un humanisme du plaisir. Avec le mélange, boire se règle sur le goût
ou les possibilités de chacun, l'essentiel étant d'accéder aux régions de l'ivresse, d'en

86 Pausanias, I, 2, 5, texte établi par M. Casevitz, traduction de J. Pouilloux (CUF). "BacnAeùç


*A &ï1i/ ocicoi/ >Aļj.<p iKTucoi/ aftAouç T€ &€oùç ccjti coi/ Kai Ûioi/uCToi>"; "Le roi d'Athènes
Amphictyon recevant les dieux à sa table, entre autres Dionysos".
87 Eschyle, Suppliantes , 370-372 :
2ò toi ttóàiç, ctù 6e to Grļpioi/,
npuToti/iç aKpiToç eòi/
KpocTÚi/eiç ßupoco, IcttÍccw X&OI/Òç,

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
60 Daniel NOEL

découvrir et redécouvrir les p


Un tel état ne s'atteint pas en
de compétition. Si X agón tro
compétition du vin entre les b
L'esprit agonistique au sym
conversation, la musique ou l
cheminement vers l'ivresse,
longtemps après, en des terme

il
faut aussi que la fusion avec l
mesure qu'il convient au présid
musicien, il tende les ressorts d
quelque peu, et amène ainsi ces n

Le symposion , selon Plutarqu


sympotique, elle prend appui
fusion, à la recherche d'une co
Avec la libation de vin pur et le
loi de la cité fut chantée a
jouissance et la jouissance de la
dans la démocratie "solonienne
bonheur public. Sur un autre
"l'union du plaisir et de la loi"
construisent un espace plus va
Dionysos ne laisse pas la c
d'assemblée, le dieu du vin con
d'un bonheur. Au symposion
véritablement l'expérience d'u
un espace de débat politiqu
renouvelée. Ni lieu isolé de la
la cité intègre le plaisir à la p
d'Amphictyon établissent une
et du commun. Eleuthères
l'institution du vin mélangé e
Athéniens trouvèrent cette no
durant des siècles. Athènes p
politique, le plaisir s'unit à la
sinon pourquoi la cité ?

88 Plutarque, Propos de table , 6


S9 Dupont, 1977, p. 29-30.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 61

2.2. Staphylos

A Tyr, Dionysos offre au berger hospitalier un vin intégré au symposion et lui


enseigne la manière de répéter le don divin sans que soit mis l'accent sur le mélange parc
qu'il était implicite. Dans l'introduction du vin, le berger n'était qu'un maillon isolé. A
Athènes, la venue du dieu chez Amphictyon fondait le banquet et définissait un
environnement au vin, un des piliers institutionnels de la cité. L'introduction du mélang
en Etolie et ses répercussions donneront la mesure de l'exception athénienne dan
l'histoire du vin qui se tisse pour l'essentiel dans une confrontation mythologiqu
Athènes-Etolie. Staphylos, le berger d'Oineus à Calydon, invente un cycle complet du vin
de la découverte de la vigne, du vin et du mélange, qui s'arrête avant la consommation.
Paradoxalement, elle se produit avant la découverte par le berger des vertus de la vigne. Le
"buveur" n'est autre qu'une chèvre faisant innocemment l'expérience des propriétés des
raisins de la vigne. Le mythe étolien bloque une fois de plus sur le nom du roi, comme
lors de la venue de Dionysos. Oineus, dépositaire du nom du breuvage dionysiaque, en
bloque la diffusion ou du moins ce vin n'est pas destiné à sortir de la sphère royale, à
l'inverse de ce que fera, à Athènes, un Amphictyon.
Du mythe de Staphylos ne subsistent que deux narrations latines contenues dans des
commentaires à Virgile 90 . Seul le premier des deux récits mentionne le mélange tand
que le second donne plus de place au roi Oineus. Staphylos gardait les troupeaux du roi et
il finit par remarquer que l'une de ses chèvres était plus grasse que les autres. L'attenti
berger suivit l'animal et l'observa en train de se nourrir, il ne tarda pas à constater que
chèvre se nourrissait de raisin. Intrigué par son alimentation, il cueillit quelques grains e
les goûta. Charmé par leur douceur, il en pressa d'autres et le jus ainsi obtenu lui procur
un plus grand plaisir. Chose étrange, Staphylos mélangea ce jus à de l'eau tirée du fleuv
Acheloos. Très satisfait de son invention, il se rendit chez Oineus à qui il offrit le nouvea
breuvage. Le roi donna son nom à la boisson et celui de son berger au raisin. Les choses
s'arrêtent là. Le second récit accorde moins de place au berger et il n'est pas question d
mélange. Staphylos se contente d'apporter des grappes à son roi qui les presse et en tire
nouvelle boisson, enfin Oineus attribue les mêmes noms que dans le précédent récit.
Dans les récits de Dionysos chez Oineus, un dieu vient, "descend" chez les hommes
en apportant le vin; sur les rives de l'Acheloos, le vin vient d'en bas, d'un animal des plu
ambigus, "inventeur" du vin et ennemi de la vigne. Médiateur, le berger sort le vin trop
divin du côté de Dionysos, trop sauvage du côté de la vigne sauvage et de la chèvre. Il le
dépouille de son extrémisme. Débarrassé de ses caractères originels, le vin est conduit a
palais royal. Icarios faisait subir au vin un trajet en sens inverse, il le renvoyait presque
ses origines après avoir quitté la ville pour une mission impossible. Le vin ne s'insère p
dans une cité mais passe d'un monde à l'autre. L'enjeu n'est ni son usage ni ses usager
mais de l'apporter au roi. Le palais royal de Calydon est une impasse pour le vin. Ave
Icarios, le vin avait rebroussé chemin et méconnu le mélange. A Calydon, le mélange es
"congénital" au vin de Staphylos, il les conçoit simultanément. Pourtant le vin ne dépass

90 Anonymi brevis exposiatio Vergilii Georgicorum (Burmannianus G), I, 9; PROBUS, à Virgile


GéorgiqueSy I, 9.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
62 Daniel NOEL

pas les limites du palais et s'é


font qu'instituer un nom, un
d'Amphictyon avec qui le v
maintenant la loi.
Oineus n'est pas un nomothè
sa dynastie. Le vin n'est pas
corps politique institué. D'un
découle le vin en Etolie, un v
symposiaste athénien et dans
vin étolien est un vin à engra
au plaisir sa dimension politi
Staphylos et le mélange. Ce sc
pourtant en Etolie le vin s
confisquait. Il manque en Eto
dans la cité. A l'Etolie font dé
ensemble qui instituerait le tr
cité. Le vin ne s'institue à "b
énergie fondatrice. A Calydon
inaugure la forme pleine de la
Dionysos visita Oineus, il lu
seulement que le sang de la vi
secret d'une de ses chèvres, il
deux épisodes, le vin pur n'est
un plant de vigne. L'Etolie
rencontrer et seul le vin pur
peur à la vue des effets du v
Icarios, la viticulture se dével
vin consommable pour les
cérémonie. Amphictyon com
l'amphictyonie, la plus anci
l'opposé, Oineus est tout vi
personnalité politique n'avait
accueille Dionysos dans une as
entre les immortels et les At
entre deux noms et sans persp
que le
résultat d'un geste peu
fortuite du raisin sur la rive
mais chaque maillon s'ancre d
nature, il allie ce que lui sugg
naturelle qui ignore l'artifice
tandis que celui des Athéniens
une volonté humaine instituante.
Staphylos et Oineus ne fondent pas un usage du vin. Leur invention sert une histoire
dynastique orientée vers la création d'un peuple, la vigne symbolise ce processus et sans

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 63

Staphylos, le parallèle entre le végétal et la dynastie était voué à l' effacement derrière l
naissance d'Etolos et des Etoliens. Le mélange naît aussi en Etolie comme si, avant
l'Etolie, tout n'était qu'en puissance dans les noms et la geste d'Oineus trouve sa place à
l'intérieur de celle d'Orestheus. La vigne préfigure la création de X ethnos étolien, le
mélange ajoute une dimension liée à la figure du fleuve Acheloos, prétendant de la fille du
roi, prétendant vaincu par Héraclès qui épousera la fille du roi, Déjanire. Le mélange du
vin et de l'eau signalerait les ambitions du fleuve de se mêler aux questions politiques de
l'Etolie naissante. Le vin en Etolie se cantonne dans un passé antérieur aux origines de
Y ethnos. A l'inverse d'Athènes, le vin ne fut le compagnon que d'un temps limité de
l'histoire de la région.

3. LE VIN, UNE CONQUETE ATHENIENNE

La raison du vin est politique, il existe une vision de l'ivresse qui est toute politique à
Athènes et les Athéniens ont consigné cette compréhension dans leurs mythes, quitte à s
fabriquer des Etoliens de circonstance afin de mieux dessiner les contours de leur propre
vin. Les Athéniens ont gagné, en refusant la première manche de Dionysos avec Icarios,
un dieu et un breuvage pacifiés. Si Dionysos vient, conquiert Athènes et s'approprie la cit
en la personne de la Basilinna, c'est une opération qui diffère de la violence de son arrivée
à Thèbes. En revenant à Athènes, Dionysos apporte sa contribution à l'édification de l
vie en cité, il offre à Amphictyon la possibilité de dynamiser le bloc monolithique du
politico-religieux qui confère à la cité une large part de son armature. Les plaisirs infinis
qu'ouvrent l'ivresse, les poètes et les philosophes, comme les orateurs l'ont répété
donnent sens à la vie. La cité est la recherche en commun du bien-vivre, le vin et son
cortège appartiennent à la constitution de la cité. L'intégration du vin à la cité, non pas
seulement en tant que breuvage, c'est-à-dire ce qui appartient à Dionysos, mais aussi en
tant que pratique collective, se situe du côté des citoyens qui se réunissent en symposio
lorsque les circonstances les y invitent. Le vin et le symposion s'articulent l'un à l'autre
Isolés, ils se vident non pas de leur signification individuelle, mais du sens qui sourd de
leur unité et irrigue la cité d'Athènes comme une volonté politique explicite de mettre l
plaisir en bonne place dans la vie de la cité. L'horizon de plaisir que la cité institue se
fonde sur un "boire-ensemble" qui déborde le symposion , il n'en est qu'une modalité. D
cette manière, l'interrogation sur la place du vin en cité cesse d'osciller entre recherche sur
l'ivresse et le symposion , avec, au loin, la viticulture enfermée dans une histoire des
techniques.
L'échec de la première introduction du vin à Athènes est lié à l'incapacité ou à
l'impossibilité de relier l'aspect travail incarné par la vigne et l'aspect breuvage divin du
vin pur. L'attitude d' Icarios équivaut à un refus du travail, de la condition de mortel en
raison précisément de son impérative liaison avec le travail. La vigne et son travail
constituent un aspect du vin qui s'oppose au système du vin pur d' Icarios, par exemple,
pur don et pur breuvage divins, pareillement refusé par Athènes en raison de son
incompatibilité avec la nature de la condition de mortel. L'échec d' Icarios était inévitable.
La vigne, dépouillée de son aspect travail et comme désarticulée du vin, ne pouvait se
combiner avec le vin comme breuvage pur, comme pure présence divine. La solution ne

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
64 Daniel NOEL

résidait pas dans le mélange de


viticulture, avec son cortège de
vigne au vin, ou rapprocher le v
aurait intégré une dimensio
dépouiller le vin de sa nature d
travaux. Il aurait gagné en semb
Les Athéniens refusèrent cela
tentait une alternative impossib
propose pas une voie de comp
seulement de dépouiller le vin
accueillera, c'est le vin sans le tr
pas la vigne à Amphictyon, ell
condition de mortel, mais le tr
mélange, le vin sauvegarde sa n
possibilité d'accéder à un breuv
travail lui apporte d'humain. M
coule en l'homme, n'en déplaise
Avec Amphictyon, le vin écha
A ce titre, la venue de Dionysos
Le vin mélangé devient alors un
la vigne-travail et le vin pur
renouvelée de Dionysos. Le dieu
don de Dionysos, chemin de
explique l'inexistence d'une fête
Le vin mais aussi la vigne f
association. A Athènes, le vin am
poliades, il participe à ce grand
plaisir toute la place qui doit lui
façon consciente. A l'opposé, le
nourriture, dans l'enceinte du p
pour autant des gens tristes, ils a
Les Etoliens auraient, dans un é
qu'ils profitent de la bonne
commentaire au mot filothsQ
sympotique à cette expression
quelqu'un. Il en découle que les E
La mythologie est un moyen de
vin, de livrer la place qu'Athène
Athènes et l'Etolie n'incarnen
Chios et Tyr, jouent deux degré
Chios, le vin est d'origine royal
un cadre de vie aux Chiotes,

91 Souda, sv. " çiAoTT1CTiaç ".

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
LE VIN MÉLANGÉ ENTRE DIONYSOS ET LA CITÉ 65

breuvage à consommer. Si les îliens sont des viticulteurs, seul le roi, par son nom, et
Orion sont des buveurs. Le vin demeure au stade d'instrument politique, les citoyens sont
viticulteurs, la viticulture est érigée au rang de pratique politique insulaire. Inversement,
avec le berger de Tyr, le contexte politique est vide, les hommes se tiennent dans le
lointain. Cependant l'introduction du vin se place d'emblée, comme à Athènes, dans le
cadre d'un banquet d'hospitalité au cours duquel Dionysos dispensera son enseignement.
Il manque au berger tyrien le statut politique qui lui aurait permis de donner à ce qu'il
avait reçu en don de Dionysos, un rayonnement. Si le berger tyrien ne possédait pas le
pouvoir politique, en revanche il fit l'expérience du plaisir que procure le vin de Dionysos.
La découverte du plaisir du vin en marge de la cité n'est pas plus vouée à des lendemains
remarquables que l'invention du vin et du mélange dans un environnement politique
refermé sur un palais ou éloigné de la cité comme les terrains parcourus par les bergers
d'Attique. Le vin ne développe ses potentialités que dans un environnement politique
stimulant.
A Athènes, le vin s'installe sous la forme du vin mélangé et, apparemment, voué au
symposion . Les mythes livrent une idéalité du vin dans la cité, un propos bien ordonné qui
place d'emblée le vin sous la coupe du pouvoir politique de la cité, qui le revêt d'une
forme modérée et enfin lui fait gagner promptement la salle du banquet après un détour
par le sanctuaire des Nymphes. La place du vin dans la cité, au terme de ce trajet, apparaît
presque naturellement assignée et unique, un vin destiné à servir les seuls intérêts et
plaisirs de la cité, ce "club d'homme^". Ce serait méconnaître Dionysos que de l'imaginer
se laissant enfermer dans une problématique si "bourgeoise" et ce serait sous-estimer les
ressorts de la cité et son aptitude à déjouer les attentes timides de ses "aristocratiques"
citoyens. La cité ne construit pas que son propre équilibre et son image de contentement
dans lequel elle se mirerait. Elle fabrique le questionnement d'elle-même comme une
réalité éclatée. Dionysos entretient la capacité d'auto-institution de la cité, une capacité
caractéristique des moments fondateurs mais qui souvent s'émousse ensuite. Dionysos et
le vin en enrayent le risque.

Bibliographie

ANGIOLILLO S., 1961, "La visita di Dioniso a Ikarios nella ceramica attica : appunti
sulla politica culturale pisistratea", DArchò , p. 13-22.
BENVENISTE E., 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris.
BORDES J., 1980, "Aristote dans l'évolution de la notion de politeia Ktéma , p. 249-
256.

BORGEAUD W. A., 1947, "Le Déluge, Delphes, et les Anthestéries", Museum


Helveticum , Vol. 4, Fase. 4, p. 205-250.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms
66 Daniel NOEL

CANFORA L., 1989, La démoc


Paris (1982 pour l'éd. italien
CARRIERE J.-C. et MASSON
annotée et commentée , Besan

DETIENNE M., 1977, Dionyso


DETIENNE M., 1 98 1 , L ' inven

DETIENNE M., 1986, Dionyso


DETIENNE M., 1988, "L'espace
dans, M. Detienne (éd.), Les s
DETIENNE M., 1990-1991,
XCIX, p. 243-246.
DUPONT Fl., 1977, Le plaisir e
FONTENROSE J., 1981, Orion

FOUCART P., 1904, Le culte d


JEAN MAI RE H., 1951, Diony
KEYSSNER K., 1937, s.v. "O
LEVY E., 1980, "Cité et citoye
LORAUX N., 1988, "Solon et
l'écriture. En Grèce ancienne,
NOEL D., 1995, "Planter la
opérateur politique, Thèse de
MEIGGS R. et LEWIS D., 1969,
the Fifth Century, Oxford, (
PICARD Ch., 1934, " Observat
Dionysos chez Ikarios", AJA
ROUGEMONT F., 1977, Lois s
Delphes, 1. 1, Paris.
RUZE Fr., 1988, "Aux débuts
dans M. Detienne (éd.), Les sa
STOLL, 1884-1886, s.v. Oin
griechischen und römischen
1884-1886), t. III/l, col. 79
VERNANT J.-P., 1971, "La fo
Annales E.S.C. , 1957, repris
p. 95-124.

This content downloaded from 82.77.65.60 on Tue, 06 Nov 2018 10:24:31 UTC
All use subject to https://about.jstor.org/terms