Vous êtes sur la page 1sur 24

Université CADI AYYAD

Faculté poly-disciplinaire de SAFI


Département de physique

Projet Fin d’Etude

Etude de la réponse des


détecteurs solides de traces
nucléaires aux particules alpha

Réalisé par :
 HAIDAR Mohammed Encadré par :
 DAYAJI Noureddine Pr. NACHAB Abdellatif
 BELLA El Mehdi

Année universitaire : 2015-2016


En terminant notre projet de fin d’étude. Il nous est agréable d’adresser nos vifs
remerciements à tous ceux qui ont aidé de prés ou de loin à élaborer ce projet.

Nous remercions en particulier notre encadreur : professeur ABDELLATIF NACHAB pour


son aide, ses conseils son encouragement et sa disponibilité dans ce projet.

Ainsi que tous nos professeurs qui nous ont enseigné durant nos études à la faculté poly
disciplinaire de Safi.

Nous remercions également tous les membres de jury qui ont accepté d’évaluer ce travail.

A la fin nous tenons à remercier tous nos collègues d’étude, particulièrement notre
promotion.

2
Sommaire

Introduction ....................................................................................................................................................... 6
I. Notion de base sur la radioactivité............................................................................................................ 7
1. L’atome .................................................................................................................................................. 7
2. Le noyau ................................................................................................................................................ 7
3. La Radioactivité ..................................................................................................................................... 7
3.1. Historique .......................................................................................................................................... 7
3.2. Définition ........................................................................................................................................... 8
4. Types d’émission radioactive ................................................................................................................ 9
4.1. Radioactivité α ................................................................................................................................... 9
4.2. Désintégration β .............................................................................................................................. 10
II. Interaction rayonnement-matière .......................................................................................................... 11
1. Definition ............................................................................................................................................. 11
2. Interaction photon-matière................................................................................................................. 12
2.1. Effet photo-électrique ..................................................................................................................... 12
2.2. Effet Compton .................................................................................................................................. 12
2.3. Effet de création de paire ................................................................................................................ 13
3. Interaction de particules chargées avec la matière ............................................................................ 13
3.1. Transfert linéique d’énergie (TLE) ................................................................................................... 13
3.2. Parcours des particules chargées .................................................................................................... 14
III. Détection de rayonnement ................................................................................................................. 15
1. Détecteur à scintillation ...................................................................................................................... 15
2. Détecteurs à semi-conducteurs........................................................................................................... 15
3. Détecteur visuel : Détecteurs solides de traces nucléaires ................................................................. 16
3.1. Définition ......................................................................................................................................... 16
3.2. Principe DSTN .................................................................................................................................. 16
3.3. DSTN massif ..................................................................................................................................... 16
3.4. DSTN en couches minces ................................................................................................................. 17
IV. Reponse du detecteur solide de traces nucléaires LR115 ................................................................... 17
1. Expériences réalésées.......................................................................................................................... 17
1.1. Préparation d’échantillon ................................................................................................................ 17

3
1.2. Développement chimique ............................................................................................................... 18
1.3. Nettoyage des détecteurs ............................................................................................................... 19
2. Résultats et discussions ....................................................................................................................... 19
2.1. Comptage de traces ......................................................................................................................... 19
2.2. La réponse du DSTN LR115 et l’erreur relative : ......................................................................... 20
Conclusion ....................................................................................................................................................... 23
Bibliographie.................................................................................................................................................... 24

4
Tableau de figures
Figure 1.1: Structure de la matière ...................................................................................................... 7
Figure 1.2: Noyau atomique................................................................................................................ 7
Figure 1.3: Plaques photographiques .................................................................................................. 8
Figure 1.4: Cliché développé par Becquerel ....................................................................................... 8
Figure 1.5: Type de rayonnement radioactif ....................................................................................... 9
Figure 1.6: Désintégration de Radium 226 à Radon 222 en émettant une particule alpha ................. 9
Figure 2.1: Classification de rayonnement ....................................................................................... 11
Figure 2.2: Effet photo-électrique ..................................................................................................... 12
Figure 2.3: Effet Compton ................................................................................................................ 12
Figure 2.4: Pouvoirs d’arrêt électronique et nucléaire des particules α dans l’air ............................ 13
Figure 2.5: Parcours des particules α dans le polyéthylène .............................................................. 14
Figure 2.6: Parcours des particules α dans l’air. ............................................................................... 15
Figure 3.1: Trace des particules alpha révélées dans le CR39 .......................................................... 16
Figure 3.2: DSTN LR115.................................................................................................................. 17
Figure 4.1: Echantillons préparés...................................................................................................... 18
Figure 4.2: Bain de développement .................................................................................................. 18
Figure 4.3: Nettoyage de film par l’eau distillé ................................................................................ 19
Figure 4.4: Moyen de lecture de traces ............................................................................................ 19
Figure 4.5: Proportionnalité entre le nombre de traces et le temps d’exposition par heure. ............. 20
Figure 4.6: Variation de l’erreur relative en fonction de temps ........................................................ 21
Figure 4.7: Variation du nombre de traces en fonction de la surface lue. ........................................ 22

Liste de tableaux

Tableau 1 : Nombre de trace des échantillons avec leur valeur moyenne et l’écart type .................. 20
Tableau 2 : Nombre de trace et son erreur relative ............................................................................ 21
Tableau 3: Nombre de traces pour un échantillon de 4 jours............................................................. 22
Tableau 4: Nombre de trace de chaque surface ................................................................................ 22

5
Introduction
La matière est constituée par des atomes. Ces derniers sont constitués d’un noyau autour duquel
gravitent des électrons. Certains atomes sont instables. Ils se transforment spontanément en cédant
de l’énergie et reviennent à un état stable. Ils émettent différents types de rayonnements ou
particules chargés électriquement ou neutre.
Le détecteur du rayonnement fondé sur les phénomènes d’interaction avec la matière permet de
connaitre la nature, et l’énergie des particules émises par les sources radioactives.
Dans ce travail, nous avons étudié la réponse du détecteurs LR115 aux particules alpha. Nous
avons mis en évidence la possibilité de détecteur des particules chargées émises par l’uranium et ces
descendants.

Pour cela, on a utilisé une technique simple et pratique de dosimétrie alpha basée sur
l’exploitation quantitative du détecteurs polymériques (LR115). Cette méthode repose sur la
connaissance du pouvoir d’arrêt des particules alpha dans les échantillons étudiés et la sensibilité
d’enregistrement du détecteur.

6
I.Notion de base sur la radioactivité
1. L’atome
La matière qui nous entoure est constituée par des atomes. Ces derniers ont des volumes de
l‘ordre 10-10 m (Angström). On compte 92 atomes naturels ayant chacun des propriétés qui leurs
sont propre. Chaque atome comporte deux espaces différents qui sont le noyau atomique situé au
centre et le nuage électronique. La figure (1.1) montre le schéma correspondant. [1]

Figure 1.1: Structure de la matière

2. Le noyau
Le noyau concentre quasiment tout la masse de l’atome. Il contient un nombre donné de
charges positives appelées proton qui permet de lui donner le nom de l’atome correspondant. Il
contient aussi des particules de charges neutres appelées neutrons. Le noyau atomique à une taille
de l’ordre 10-15 m (angström) soit cent mille fois plus petit que l’atome. Le noyau est caractérisé par
deux nombres A et Z : AZX avec A: nombre totale de nucléons, Z: nombre de proton.

Figure 1.2: Noyau atomique

3. La Radioactivité

3.1. Historique
La radioactivité est un phénomène naturel qui existe depuis que les atomes instables se sont
formés. Elle est découverte par le physicien Henri Becquerel en 1896. Sortant d’un tiroir obscur un
échantillon du sel phosphorescent d’uranium sur des plaques photographiques vierges (figure 1.3).

7
Figure 1.3: Plaques photographiques

Quelques jours plus tard, becquerel enveloppe, par conséquent ces plaques photo dans du
carton noir et les expose au soleil. Une fois développées, elles révèlent l’image des cristaux de sel
d’uranium avant d’être réémise sous forme de rayon X qui impressionnent les plaques
photographiques (figure 1.4). Après sept jours plus tard, Becquerel a répété son expérience le 26 et
27 février, les nuages masquent le soleil ; dépité, becquerel range ses plaques déjà imprégnées de
sel d’uranium dans un placard.

Le premier Mars, il les développe par acquis de conscience : à sa grande surprise, elles sont
également impressionnées ! Becquerel vient de découvrir l’émission spontanée de radiation par
une substance inerte.

Figure 1.4: Cliché développé par Becquerel

3.2. Définition
La radioactivité est à propriété qu’ont certains noyaux atomiques de se transformer
spontanément en autre noyaux ayant d’autres propriétés, en émettant une particule ou
rayonnement. On distingue deux types de radioactivité :
 Naturelle : a lieu spontanément (sans action extérieur),
 Artificielle : provoquée par action extérieur.

8
4. Types d’émission radioactive
En 1899, E. Rutherford décida de classer les rayonnements radioactives issues des nuclides
instables en fonction de leurs charges et de leurs pouvoirs de pénétration.
 Les particules alpha sont des noyaux positifs (hélium), sont attirées par la plaque
négative. Elles sont déviées légèrement par un champ magnétique ou électrique.
 Les particules béta moins sont attirées par la plaque positive.
 Les particules béta plus sont des positons, encore appelés antiélectrons, sont attirées
par la plaque négative.
 Les rayons gamma ne sont pas attirés par aucune des deux plaques.

.
Figure 1.5: Type de rayonnement radioactif

4.1. Radioactivité α
Emission de noyau de d’hélium (2 proton et 2 neutron) c’est une particule chargée deux plus.
Elle s’observe surtout pour les noyaux lourds tels que z >82. La figure 1.6 montre le schéma
correspondant.

Figure 1.6: Désintégration de Radium 226 à Radon 222 en émettant une particule alpha

L’équation de ce type de radioactivité s’écrit:

𝐴 𝐴−2
𝑍𝑋 → 𝑍−2𝑌 + 42𝐻𝑒 +Qα (1.1)

Qα= l’énergie libérée au cours de cette désintégration alpha.

9
Qα= (𝑚𝑋 + 𝑚𝑌 + 𝑚𝐻𝑒 )𝐶 2 (1.2)

4.2. Désintégration β
On distingue deux types de radioactivité β:
 Désintégration 𝜷−
La particule 𝛽 − est un électron porteur de charge négative, il se produit par la tranformation
d’un neutron en proton (figure 1.7). L’équation de ce type de radioactivité s’écrit sous la forme
suivante :
𝐴
𝑍𝑋 → 𝐴
𝑍+1𝑌 + 𝛽 − + 𝜗̅

𝜗̅ : antineutrino est une particule neutre de masse faible , non chargé.

Figure 1.7: Phénomène de radioactivité β-

 Desintegration 𝜷+
La particule 𝛽 + est un électron de charge positive. Il se produit par la transformation d’un
proton en neutron. L’équation de ce type de radioactivité s’écrit :

𝐴 𝐴
𝑍𝑋 → 𝐴−1𝑌 + 𝛽+ + 𝜗 (1.3)

𝜗 :neutrino est une particule neutre de masse faible ,non chargé.

 Désintégration 
Les rayons gamma  sont en général émis peu après une désintégration β ou α ou lors qu’un
noyau a été porté à un état exicité à la suite d’une collision. L’équation de ce type de radioactivité
s’écrit :
𝐴 ∗
𝑍𝑋 → 𝐴𝑍𝑋 + 𝛾 (1.4)

10
II.Interaction rayonnement-matière
1. Definition
Le rayonnement est un mode de propagation ou transmutation de l’énergie dans l’espace,
sous forme de photon ou de particule. Il est classé selon :

 La nature: On distingue les rayonnements électromagnétiques et les rayonnements


corpusculaires.
 Les effets sur la matière: Il y a des rayonnements ionisants et les rayonnements non
ionosants.
Les rayonnements ne peuvent ètre détectés et caracterisés que grace à leur interaction avec la
matière dans laquelle ils se propagent. Ils peuvent céder au milieu qu’ils traversent, la totalité ou
une partie de son énergie au cours de ces interactions. Ils peuvent être classés en deux catégories
selon leur mode d’interaction avec le milieu traversé.(figure 2.1)

Onde radio,
R Non ionosant Electromagnétique UV,
A E<12.4 eV Infra rouge,
Micro onde
Y
O
N Electromagnétique Phton, Rayon
X et γ
N E>12.4 eV
E
M
E
N
T Ionosants Non chargé Neutrons
S

Particules Légères Electron

Chargés
Lourdes α, p, d

Figure 2.1: Classification de rayonnement

11
2. Interaction photon-matière
Lors de la traversée d’un milieu matériel quelconque, tout photon a une certaine probabilité
d’interagir avec ce milieu. Cette interaction se fait par trois mécanismes principaux.

2.1. Effet photo-électrique


Interaction du photon d’énergie E avec un électron d’énergie de liaison Be très lié à une
couche K, L .... Dans ce cas le photon perd la totalité de son énergie à l’électron qui peut être éjecté
de l’atome (figure 2.2) avec une énergie Te- tel que : Te-=E-Be

Figure 2.2: Effet photo-électrique

2.2. Effet Compton


Interaction du photon avec un électron moins lié. Lors de ce phénomène, le photon
communique une partie de son énergie à l’électron. La probabilité d’interaction par effet Compton
ne dépend que la densité du matériau traversé (figure 2.3).

Figure 2.3: Effet Compton

12
2.3. Effet de création de paire
Si l’énergie des photons est supérieure à 1,022 MeV, qui est deux fois l’énergie équivalente
de la masse de l’électron au repos (2mec2), une paire électron-positon (e--e+) peut être créée par
interaction du photon avec la matière. C’est le processus de matérialisation.

3. Interaction de particules chargées avec la matière


En traversant la matière, les particules ionisées perdent leur énergie selon différents types
d’interactions : les interactions élastiques et inélastiques se font avec les électrons orbitaux et les
noyaux du milieu ralentisseur. La perte d’énergie totale est la somme de ces deux contributions :
pouvoirs d’arrêt électronique et nucléaire (figure 2.4).[3]
Le premier processus est l’effet principal responsable de la perte de l’énergie des particules
chargées lourdes. Dans ce type de collision, l’énergie est transférée de la particule à l’atome en
produisant une ionisation ou une excitation de l’atome.

Figure 2.4: Pouvoirs d’arrêt électronique et nucléaire particules α dans l’air

3.1. Transfert linéique d’énergie (TLE)


Pour étudier le ralentisseur des particules ionisées, on introduit la notion de transfert
linéique d’énergie (TLE) qui représente la perte d’énergie par unité de longueur de trajectoire des
particules incidentes consécutivement à leurs chocs avec les électrons. Son expression est donnée
par la formule de Bethe-Bloch. [3]

13
𝑑𝐸 𝑧2𝑒4 2𝑚𝑒 𝑣2 𝑣2
𝑇𝐿𝐸 = | | = 𝑁𝑍 [log ( ) − log (1 − )− ] (2.1)
𝑑𝑥 4𝜋𝜀 2 m e 𝐼 𝑐2 𝑐2
Avec
z et v : la charge et la vitesse de la particule incidente,
me et e : la masse au repos et la charge de l’électron,
ɛ0 : la permittivité du vide ; ɛ0=8,854.10-10 F.cm-1,
c : la vitesse de la lumière dans le vide ; c=3.108 m.s-1,
N et Z : le nombre des noyaux cible par unité de volume et le numéro atomique du matériau absorbant.

3.2. Parcours des particules chargées


Lorsque les particules ionisantes traversent une matière donnée elle va parcourir une certaine
distance puis elle s’arrête. Le parcours d’une particule chargée dans un matériau donné est le trajet
nécessaire pour que cette particule perde totalement son énergie cinétique. Considérons un faisceau
de particules chargées initialement monocinétique d’énergie E0 qui traverse dans un matériau
absorbant. Chaque particule incidente a un parcours individuel. Les parcours individuels diffèrent et
fluctuent autour d’un parcours moyen R, qui est donné par la relation :

𝑅
𝑅 = ∫0 𝑑𝑟 (2.2)

Puisque l’énergie incidente de la particule et l’épaisseur du matériau cible sont


interdépendant, alors on peut les interchanger dans l’équation (2.2) ; on aura donc :

0 𝑑𝑟 𝐸0 𝑑𝐸 −1 𝐸0 1
𝑅 = ∫𝐸0 𝑑𝐸 𝑑𝐸 = ∫0 (− 𝑑𝑟 ) 𝑑𝐸 = ∫0 𝑑𝐸 (cm) (2.3)
𝑇𝐿𝐸

Sur les figures ci-dessous (2.5) et (2.6) on donne les parcours moyens des particules alpha
dans l’air et dans le polyéthylène.[2]

Figure 2.5: Parcours des particules α dans le polyéthylène

14
Figure 2.6: Parcours des particules α dans l’air

III.Détection de rayonnement
Les détecteurs se sont des instruments qui permettent de détecter la présence d’un
rayonnement ionisant en se basent sur l’interaction de ce rayonnement avec les matériaux
constituant le détecteur. On distingue différents types de détecteur : détecteur à scintillation,
détecteur électronique (semi-conducteur) et détecteurs visuels.

1. Détecteur à scintillation
Un scintillateur est capable de convertir en lumière visible, ou proche du visible, l’énergie
reçus sous forme de radiations ionisantes de type rayon X ou  par exemple. La lumière émis par le
scintillateur peut ensuite être détecté par un photomultiplicateur ou des photodiodes et transformée
en signal électrique.

Il existe essentiellement cinq types de scintillateur : les scintillateurs liquides, les plastiques,
les verres, les gaz inertes et les cristaux inorganiques. Leur choix dépend de l’application visée. Les
matériaux scintillateur sont utilisés dans de nombreux domaines tels que l’imagerie médical, la
physique des hautes énergies, l’exploration géophysique…

2. Détecteurs à semi-conducteurs
Dans les années 50, on a observé la détection de particules α au moyen d’une jonction dans un
cristal de germanium. Ils ont un excellent avantage pour la détection des particules de haute énergie.
S’il faut minimum d’énergie déposée pour créer un photon dans un scintillateur et environ 30 eV
dans un gaz pour créer une paire électron-ion, environ 3 eV sont suffisants pour créer une paire
électron-trou dans un semi-conducteur. Ainsi, si avec un scintillateur en NaI(T1) on obtient une

15
résolution de 6% à 660 keV, la résolution avec du germanium (refroidi) attient le keV, soit moins de
grand nombre d’ionisations produites.

3. Détecteur visuel : Détecteurs solides de traces nucléaires

3.1. Définition
Les DSTN sont des plastiques sélectionnés pour leur sensibilité aux particules alpha. Un
simple traitement alcalin permet d’agrandir et de visualiser pour compter les traces enregistrées.[4]

3.2. Principe DSTN


Le principe de détections des particules chargées par les détecteurs solides de traces
nucléaires repos sur l’interaction du rayonnement avec la matière cette interaction est traduite par
une zone de dégât à l’échelle moléculaire. Ce dégât appelé trace latente due à l’enregistrement du
passage des particules chargées ionisantes dans un matériau. On distingue deux types de DSTN
massif et en couche mince.

3.3. DSTN massif


C’est un polymère de carbonate d’allyldiglycol (C12H18O7) transparent, amorphe et sensible
aux particules ionisantes commercialisé sous le nom CR39. Il se présente souvent sous forme de
feuilles d’épaisseur de 0,05 mm pour l’application nucléaire. Ce polymère est également utiliser
pour la fabrication des verres de lunettes.

Ce détecteur détecte les particules chargées de l’énergie comprises entre 0 et 20 MeV et


enregistre des particules ayant un angle d’incident allant jusqu’à 75°. La figure 3.1 montre des
traces révélées dans un détecteur CR39. Les formes sont plus au moins elliptiques qui dépendent
des angles et de l’énergie des particules incidentes.[5]

Figure3.1: Trace des particules alpha révélées dans le CR39

16
3.4. DSTN en couches minces
Il s’agit du film LR115 (figure 3.2). Il est constitué d’une couche de nitrocellulose
(C6H8N2O9), fortement teintée en rouge de 12 μm d’épaisseur moyenne, sur un support inerte de
100 μm en polyester.

Le nitrate de cellulose est parmi les DSTN les plus sensibles aux particules alpha. Il peut
enregistrer des particules alpha d’énergie comprises entre 1,4 et 4,7 MeV avec un angle d’incident
allant jusqu'à 50°. Chaque impacte de la particule alpha laisse un micro trou dans la couche rouge
LR115.[5]

Figure 3.2: DSTN type LR115

IV.Reponse du detecteur solide de traces nucléaires LR115


1. Expériences réalésées
Dans ce travail nous avons utilisés une technique plus simple pour déterminer le nombre de
trace enregistré dans le film pour un échantillon. Il s’agit d’utiliser les détecteurs solides de traces
nucléaires de type LR115, en se basant sur la connaissance du pouvoir d’arrêt des particules alpha
dans les échantillons étudiés.

1.1. Préparation d’échantillon


Tout d’abord, on prépare cinq échantillons de phosphate de masse 5g placés dans des boites.
Après, on place un détecteur solide de trace nucléaire type LR115 en contacte autoradiographie
avec les échantillons de phosphate dans chaque boite sont bien isolé du radon existant dans l’air. On
laisse les boites dans laboratoire pendant différents de temps comme montré sur la figure (4.1).

17
Figure 4.1: Echantillons préparés

1.2. Développement chimique


Nous avons vu que les trajectoires des particules ionisantes dans les DSTN ne sont pas
directement visibles au microscope optique. Il faut agrandir les traces par une attaque chimique
appropriée. Pour observée les traces on fait un développement chimique durant 100 min dans une
solution de 𝑁𝑎𝑂𝐻 de molarité 2,5 M à une température de 60°C (figure 4.2). Après traitement
chimique, chaque impact de particule alpha laisse un micro-trou dans la couche rouge de 12μm de
diamètre.
Le matériel que nous avons utilisé pour le développement
chimique comprend :
 Un bain thermostatique portant,
- Une résistance chauffante commandée par un
thermomètre à contacts,
- Une résistance chauffante dite d’entretien qui
d’accélérer la chauffe,
- Un moteur actionnant un agitateur.
 Une cuve en verre dans laquelle on met de l’eau qui
sera chauffée par les résistances citées précédemment,
 Une deuxième cuve plus petite que la première dans
laquelle on met le réactif chimique,
Figure 4.2: Bain de développement
 Un thermomètre qui permet de contrôler la température
du réactif chimique,
 Un porte-échantillon.

18
1.3. Nettoyage des détecteurs
Pour avoir les résultats de développement chimique, il faut neutraliser la soude restante à la
surface des détecteurs et à l‘intérieur des traces par plonger les détecteurs dans un bain de rinçage
pendant 15 min , puis dans un bain remplit de l’eau distillée (figure 4.3), pendant 15 min à
température ambiante.

Figure 4.3: Nettoyage du film par l’eau distillée

2. Résultats et discussions

2.1. Comptage de traces


Une fois que les détecteurs sont développés, leur lecteur devient nécessaire pour en extraire
l’information désirée. Le plus souvent, le lecteur consiste en un dénombrement de traces qui est
faite seulement à l’aide d’œil de l’expérimentateur et du matériel disponible. Le plus souvent, la
lecteur s’effectue simplement par un microscope optique (figure 4.4).

Figure 4.4: Moyen de lecture des traces

19
Le tableau ci-dessous montre les résultats enregistrés par le DSTN LR115 des échantillons
indiqués sur la figure 4.1.
Valeur Ecart
S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8
moyenne type
Ech 1 5 5 6 11 10 5 8 5 6,87 2,48
Ech 2 8 16 11 15 11 7 16 11 11,87 3,48
Ech 3 26 30 38 18 25 24 31 34 28,25 6,30
Ech 4 40 37 40 34 46 42 35 39 39,12 3,88
Ech 5 106 78 91 104 78 74 88 90 88,62 11,86
Tableau 1 : Nombre de trace des échantillons avec leur valeur moyenne et l’écart type

Tel que l’écart type est donné par la formule suivant :

σ = √< N2 > −< 𝑁 >2 (4.1)

<N> : La valeur moyenne de chaque surface.

1.2. La réponse du DSTN LR115 et l’erreur relative :


 Etude de la linéarité.
Une étude de la réponse de DSTN LR115 en fonction du temps a été réalisée sur des périodes
de 1j, 2j, 3j, 4j et 11j des échantillons de phosphate (tableau 1). On observe que le nombre de traces
enregistrées dans les détecteurs est proportionnel au temps. La courbe ci-dessous représente la
variation de ce nombre de traces en fonction de temps. Cette variation est une fonction linéaire avec
une équation N=0,34t+0,50 et un coefficient de corrélation R2 = 0,99. A partir de cette équation on
peut déterminer le nombre de traces pour un temps donné.

120

100 N= 0,34t + 0,50


R² = 0,99
Nombre de trace

80

60

40

20

0
0 100 200 300
Temps (h)

Figure 4.5: Proportionnalité entre le nombre de traces et le temps d’exposition par heure

20
 Erreur relative.

L’erreur relative c’est l’inverse de la racine de la valeur moyenne de chaque échantillon. Elle
1
est donnée par la relation suivant : 𝐸𝑅(%) = (4.2)
√<𝑁>

Avec <N> est la valeur moyenne de chaque échantillon.

Nombre de trace Erreur relative (%)


Ech 1 6,87±2,47 0,38
Ech 2 11,87±3,48 0,29
Ech 3 28,25±6,29 0,19
Ech 4 39,12±3,87 0,16
Ech 11 88,62±11,86 0,11
Tableau 2 : Nombre de trace et son erreur relative

0.45
0.4
0.35
Erreur relative

0.3
0.25
0.2
0.15
0.1
0.05
0
0 100 200 300
temps (h)

Figure 4.6: Variation de l’erreur relative en fonction de temps

Cette courbe représente la variation de l’erreur relative en fonction du temps. Cette variation
est une fonction décroissante. Donc pour obtenir un résultat plus précis il faut augmenter le temps
de mesure.

 Etude des distributions surfacique.


Dans ce cas on prend l’échantillon qui a été irradie pendent quarte jours. On prend la lecture
d’huit surfaces. Le tableau ci-dessous représente les résultats de ces lecteurs.

21
S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 Valeur Moyenne
Ech 4 40 37 40 34 46 42 35 39 39
Tableau 3: Nombre de traces pour un échantillon de 4 jours

A partir de ces résultats on obtient la courbe suivant :


50
45
40
Nombre de traces

35
30
25
20
Valeur moyenne
15
10
5
0
1 2 3 4 5 6 7 8
Surface

Figure 4.7 : Variation du nombre de traces en fonction de la surface lue

Cette courbe représente la variation du nombre de trace en fonction de nombre de ces


surfaces lue. Cette variation est fluctuée au tour de sa valeur moyenne. Donc il faut augmente la
surface lue pour améliorer la valeur moyenne.

 Etude de la répétabilité.

Après l’étude de la linéarité, nous avons fait une notre étude concernant la répétabilité du
détecteur. En effet, nous avons relus les surfaces du détecteur exposé pendant 11 jours par trois
personnes. Le tableau 4 représente le nombre de trace pour un utilisateur sur chaque surface et son
écart type.

S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 VM
Lecture1 106 78 91 104 78 74 78 90 88,62
Lecture2 100 74 97 96 80 78 104 78 88 ,37
Lecture3 114 82 90 110 73 71 84 79 87,87
Ecart type 7,02 4,00 3,78 7,02 3,60 3,51 10,58 6,66 0,38
Tableau 4: Nombre de trace de chaque surface

Pour obtenir des valeurs plus proches à la valeur exacte il faut changer refaire la lecture
plusieurs fois à chaque surface. D’où la nécessité d’automatiser le système de lecture.

22
Conclusion

Dans ce travaille nous avons étudié la réponse du détecteur solide de trace nucléaire LR115 aux
particules alpha. Ce travail est réalisé au laboratoire de la Faculté poly-disciplinaire de Safi. Pour
cela, on a utilisé une méthode plus simple qui ne demande pas de matériel lourd.

Premièrement, on a préparé cinq échantillons de phosphate en contact auto-radiographique


pendent de temps, et on fait le comptage à l’aide d’un microscope optique. L’analyse des résultats
obtenus par les DSTN montre que le nombre de trace varie linéairement en fonction de temps. Il a
été montré aussi que les résultats obtenus sont meilleurs quand le temps de comptage est grand.

Durant ce stage nous nous somme familiarisés avec les techniques de mesure de la radioactivité
et aussi le travail dans un laboratoire scientifique. Nous avons aussi apprit de travailler en équipe.

23
Bibliographie
[1] Michel Brière, B. J. (1970 page 19.). ,Editeur Hermann,Mesure de radioactivité.

[2] V.V Balashov. (1997). Interaction of particles and radiation with matter,Springer.

[3] H. A Bethe, .. (24 (1933) 491). Stosstheorie, Handbuch der Physik,.

[4] jean andru. (501 à 513 (1998)). la pratique des méthodes de détection par les plastiques détecteurs de
trace nucléaire, RADIOPROTECTION.

[5] A.NACHAB. (2003). thése doctorat d'université luis pasteur strasbourg.

24