Vous êtes sur la page 1sur 69

1

TABLE DES MATIERES.

PARTIE 5 : SPECIFICATIONS RELATIVES AUX MATERIAUX ET A


L’EXECUTION DU GENIE CIVIL.
CHAPITRE 5.1 : RECONNAISSANCE GEOTECHNIQUE :.......................................1
ARTICLE 5.1.1 : PREAMBULE.......................................................................................1
ARTICLE 5.1.2 : ETENDUE DE LA RECONNAISSANCE...........................................1
ARTICLE 5.1.3 : DOCUMENTS DEVANT ÊTRE FOURNIS PAR L’ENTREPRISE.....................2
5.1.3.1 Agrément du personnel......................................................................................2
5.1.3.2. Agrément des Engins et Matériels.............................................................3
5.1.3.3. Agrément des Equipements de Laboratoire et Installations et Stockage...3
ARTICLE 5.1.4 : PROPRIETES DES RESULTATS ET DES ECHANTILLONS.......4
ARTICLE 5.1.5 : RELEVES QUOTIDIENS SUR LE TERRAIN.................................4
ARTICLE 5.1.6 : MESURE DES NIVEAUX D’EAU......................................................5
ARTICLE 5.1.7 : RELEVES.............................................................................................6
ARTICLE 5.1.8 : RESULTATS DES ESSAIS SUR LE TERRAIN..................................6
ARTICLE 5.1.9 : RAPPORTS...........................................................................................6
ARTICLE 5.1.10 : EXECUTION DES TRAVAUX..........................................................6
5.1.10.1 Sondages....................................................................................................6
5.1.10.2 Etiquetage des échantillons.......................................................................7
5.1.10.3 Petits échantillons remaniés.....................................................................8
5.1.10.4 Gros échantillon remanié...........................................................................8
5.1.10.5 Echantillons pour détermination de la teneur en eau du terrain..............8
5.1.10.6 Echantillons non remaniés prélevés par fonçage......................................8
5.1.10.7 : Etanchéité, étiquetage et entreposage des échantillons non-remaniés.. .9
5.1.10.8 Essai à pénétration standard.....................................................................9
5.1.10.9 Essais en laboratoire...............................................................................10
ARTICLE 5.2.1 : PREAMBULE......................................................................................11
ARTICLE 5.2.2 : DOCUMENTS A SOUMETTRE PAR L’ENTREPRENEUR.........11
5.2.2.1 Plans, notes de reconnaissance topographique...........................................11
5.2.2.2 Certificats.....................................................................................................11
5.2.2.3 Echantillons.................................................................................................11
ARTICLE 5.2.3 : MATERIAUX DE REMBLAI............................................................11
5.2.3.1 Généralités.......................................................................................................11
5.2.3.2. Prescriptions particulières.......................................................................12
5.2.3.3. Contrôle de la qualité des emprunts pour remblais.................................14
ARTICLE 5.2.4 : EXECUTION DES TRAVAUX..........................................................15
5.2.4.1 Généralités...................................................................................................15
5.2.4.2. Préparation et nettoyage du chantier.......................................................16
5.2.4.3. Puits de reconnaissance...............................................................................16
5.2.4.4 Réseaux existants.........................................................................................16
5.2.4.5 Traversée des cours d’eau...........................................................................17
5.2.4.6. Haies, clôtures et murs............................................................................17
5.2.4.7. Sécurité des ouvriers et des tiers.............................................................17
5.2.4.8. Emploi d’explosifs....................................................................................18
2

5.2.4.8.1. Relevés de niveaux...................................................................................18


5.2.4.8.4 Drainage des fouilles à ciel ouvert.........................................................19
5.2.4.8.5 : Epuisement.................................................................................................19
5.2.4.8.6 Rabattement de la nappe..........................................................................20
5.2.4.8.7 Présence de roches dans les fouilles........................................................20
5.2.4.8.8 Etaiement des fouilles et espaces de travail............................................20
5.2.4.8.9 Fouilles excédentaires.............................................................................21
5.2.4.8.10 ssainissement.......................................................................................21
ARTICLE 5.2.5 : FOUILLES GENERALES..................................................................21
5.2.5.1 : Généralités....................................................................................................21
5.2.5.2 : Décapage...................................................................................................22
5.2.5.3 : Traitement final des fouilles......................................................................22
5.2.5.4 : Disposition des matériaux de déblai sur le site.........................................22
5.2.5.5 : Dépôt des matériaux sur le site.................................................................22
5.2.5.6 : Evacuation hors chantier des matériaux de déblai...................................23
5.2.5.7 : Enlèvement des matériaux.........................................................................23
5.2.5.8 : Drains........................................................................................................23
5.2.5.9 : RÉALISATION DES OUVRAGES.........................................................................23
5.2.5.10 Remplissage des fouilles..........................................................................23
5.2.5.11 Remblaiement autour des structures achevées........................................24
ARTICLE 5.2.6 : FOUILLES EN TRANCHEE.............................................................26
5.2.6.1 : GÉNÉRALITÉS.....................................................................................................26
ARTICLE 5.2.7 : DRAINS POUR TERRES AGRICOLES..........................................32
ARTICLE 5.2.8 : REVETEMENT EN TERRE VEGETALE.......................................33
ARTICLE 5.2.9 : CONTRÔLE DE QUALITÉ..............................................................33
5.2.9.1 GÉNÉRALITÉS........................................................................................................33
5.2.9.2 INSPECTION PAR L’INGÉNIEUR..........................................................................33
5.2.9.3 CONTRÔLE DE QUALITÉ SUR CHANTIER............................................................34
5.2.9.4 Entretien.......................................................................................................34
ARTICLE 5.2.10 : DETERMINATION DES QUANTITÉS.........................................35
5.2.10.1 LONGUEURS........................................................................................................35
5.2.10.2 DISTANCE DE TRANSPORT...................................................................................35
5.2.10.4 Surfaces....................................................................................................35
5.2.10.5 Volumes....................................................................................................35
5.2.10.5.3 Poids....................................................................................................36
ARTICLE 5.2.11 : METRE DE TERRASSEMENTS....................................................36
ARTICLE 5.3 : BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES....................................36
ARTICLE 5.3.1 : PREAMBULE.....................................................................................36
ARTICLE 5.3.2 : INDICATIONS GENERALES...........................................................36
5.3.2.1 Consistance du Béton Frais.............................................................................36
5.3.2.2 Résistance à la compression à vingt-huit jours...........................................37
5.3.2.3 Dosage minimal en ciment...........................................................................37
5.3.2.4 dimension maximale du granulat.................................................................37
ARTICLE 5.3.3 : CONSTITUANTS DE BETON ET MORTIERS...............................37
5.3.3.1 Ciments et liants hydrauliques.........................................................................37
5.3.3.1.1Quantité et provenance..................................................................................37
5.3.3.1.2 Livraison et stockage de ciment...............................................................38
5.3.3.2 Granulats.....................................................................................................39
3

5.3.3.3. Eau de gâchage et d’apport ;..................................................................41


5.3.3.4. Adjuvants.................................................................................................41
5.3.3.5. Compatibilité des différents constituants.................................................42
ARTICLE 5.3.4 : COMPOSITION DES BETONS........................................................42
ARTICLE 5.3.5 : FABRICATION DES BETONS..........................................................43
ARTICLE 5.3.6 : EMPLOI DES BETONS PRETS A L’EMPLOI (B. P. E.)..............44
PREPARES EN USINE :....................................................................44
ARTICLE 5.3.7 : TRANSPORT ET MANUTENTION DU BETON...........................44
ARTICLE 5.3.8 : MISE EN ŒUVRE DES BETONS....................................................45
5.3.8.1. : PROGRAMME DE BÉTONNAGE............................................................................45
5.3.8.1.1. MÉMOIRE D’ENSEMBLE................................................................................46
5.3.8.2. Classes de béton.......................................................................................47
5.3.8.3. Dosage des constituants...........................................................................47
5.3.8.4. Malaxage du béton...................................................................................48
5.3.8.5. Préparation avant le bétonnage..............................................................49
5.3.8.6. Mise en place du béton............................................................................49
5.3.8.7. Bétonnage par temps chaud.....................................................................51
5.3.8.8. Bétonnage par temps froid.......................................................................51
5.3.8.9. Bétonnage en grandes coulées.................................................................52
5.3.8.10. Mise en place du béton sous l’eau...........................................................52
5.3.8.11. Présence d’un ferrailleur et d’un coffreur...............................................52
5.3.8.12. Joints et produits d’étanchéité.................................................................53
ARTICLE 5.3.9 : CURE DU BETON..............................................................................54
5.3.9.1. : GÉNÉRALITÉS....................................................................................................54
5.3.9.2. LES PROCÉDÉS DE CURE...............................................................................54
5.3.9.2.1. Procédés de cure par protection temporaire imperméable......................54
5.3.9.3. Protection contre les chocs thermiques, Conservation en Ambiance
Froide ou Chaude........................................................................................................55
5.3.9.4. Mise en œuvre de la cure.........................................................................55
ARTICLE 5.3.10 : FABRICATION ET MISE EN ŒUVRE D’ELEMENTS...........56
PREFABRIQUES...............................................................................................................56
5.3.10.1. GÉNÉRALITÉS................................................................................................56
5.3.10.2. Manutention, stockage et transport.........................................................57
5.3.10.3. Mise en place...........................................................................................57
5.3.10.4. Assemblage..............................................................................................58
5.3.10.5. Tolérances :..............................................................................................58
ARTICLE 5.3.11 : TRAITEMENT DES SURFACES....................................................58
3.5.11. : GÉNÉRALITÉS......................................................................................................58
5.3.11.1. Programme d’exécution...........................................................................58
5.3.11.2. Réparations d’imperfections ou de malfaçons............................................59
5.3.11.3. Protection des surfaces traitées..................................................................59
5.3.11.4. Bouchardage...............................................................................................59
5.3.11.5. Décapage....................................................................................................59
ARTICLE 5.3.12 : ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES BETONS...........................60
5.3.12.1 PLAN D’ASSURANCE DE LA QUALITÉ (P. A. Q.)............................................60
5.3.12.2 Moyens de fabrication, de transport et de manutention..........................60
4

5.3.12.3 Etude des bétons......................................................................................60


5.3.12.4 Epreuve de convenance............................................................................61
5.3.12.5 Epreuve de contrôle.................................................................................61
5.3.12.6 Epreuve d’information.............................................................................63
ARTICLE 5.3.13 : ACHEVEMENT DES OUVRAGES................................................63
5.3.13.1 TOLÉRANCES FINALES..................................................................................63
5.3.13.2 Généralités...............................................................................................64
5.3.13.2.1 Défauts de nature à porter atteinte à la qualité structurale................64
5.3.13.2.2 Défaut portant atteinte à la qualité de l’aspect ragréages..................64
5.3.13.2.3 Etats particuliers des fissures.............................................................65
5.3.13.3 Nettoyage final.............................................................................................65
CHAPITRE 5.1 : RECONNAISSANCE GEOTECHNIQUE :

ARTICLE 5.1.1 : PREAMBULE.

Le présent chapitre porte sur les reconnaissances géologiques et géotechniques à


réaliser par l’Entrepreneur en vue d’élaborer un dossier complet sur les conditions du sol et
les paramètres de calcul entrant dans la conception des ouvrages.
Le mot “ sondage ” aura pour signification le forage d’un trou à l’aide d’une tarière
mécanique cuiller, trépan ou machine à découper l’argile. Le matériel utilisé sera appelé
appareil de sondage, et le trou de sondage.

ARTICLE 5.1.2 : ETENDUE DE LA RECONNAISSANCE.

L’Entrepreneur basera son choix des paramètres de calcul relatifs au sol sur les
résultats des études du sol qui seront par sondages, essais sur le terrain, prise d’échantillon
et essais en laboratoire des échantillons.

Les résultats des études de sol seront, dans leur ensemble, suffisamment complets
pour permettre à l’Ingénieur de s’assurer que la valeur des paramètres de sol utilisés pour
un calcul donné correspond bien aux conditions de sol existant dans la zone où sera
implanté l’ouvrage objet de ce calcul. L’étendu de la reconnaissance à réaliser pour
quelque partie que ce soit des ouvrages ne sera, en général, jamais inférieure aux
prescriptions contenues dans le Volume 3 du CPS, l’entrepreneur augmentera le nombre de
sondages, le cas échéant. Lorsque les résultats obtenus démontrent l’existence de
discontinuités, d’anomalies ou de non-uniforme. L’Ingénieur approuvera, le cas échéant,
une réduction du nombre de sondages lorsque les résultats obtenus indiquent une
uniformité significative sur une superficie importante. L’Entrepreneur réalisera également
les travaux de reconnaissance et essais complémentaires qui, bien que non spécifiés dans le
CPS, seront jugés nécessaires pour la conception des installations.

Les trous de sondage atteindront une profondeur de 15 m au moins au-dessous du


niveau du sol, ou une profondeur supérieure si l’Entrepreneur le juge nécessaire. Les trous
de sondage seront implantés à des emplacements approuvés par l’Ingénieur.

1
2

Carottages et essais dans les trous de sondage seront effectués à tous les points de
changement des couches, et à des intervalles au moins égaux aux indications ci-dessous :

Type d’Echantillon Prélevé dans le Intervalle d’Echantillonnage - m


Sondage
ECHANTILLON NON-REMANIÉ 3
Grand échantillon remanié 3
Petit échantillon remanié 1
Teneur en humidité (sols cohérents) 1

Type d’Essais Effectués dans le Intervalle entre Essais – m


Sondage
Essai de pénétration standard 3

Les essais sur échantillons autres que les essais de résistance et de consolidation
seront réalisés suivant les fréquences ci-dessous :

Essai Nombre d’Essais


Teneur en eau 1 Par échantillon en humidité
Distribution granulométrique 1 Par échantillon non remanié
Limites d’Atterberg 1 Par grand échantillon remanié
Essais chimiques 1 Par échantillon non remanié
- pH 1 Par grand échantillon remanié
- Sulfates du sol 1 Par échantillon cohérent non remanié
- Chlorure du sol 1 Par grand échantillon cohérent remanié

L’Entrepreneur réalisera les essais tri-axiaux drainés et non drainés, les essais de
consolidation et les essais de cisaillement à la boite qu’il considérera nécessaire en
fonction des types et du degré d’uniformité des sols.

ARTICLE 5.1.3 : DOCUMENTS DEVANT ÊTRE FOURNIS PAR L’ENTREPRISE.

5.1.3.1 Agrément du personnel.

Avant la mise en route des travaux, l’Entrepreneur soumettra à l’approbation de


l’Ingénieur une liste des effectifs qui participeront aux travaux de reconnaissance de
chantier-sondeurs et personnel d’encadrement. Cette liste sera accompagnée d’un résumé
de leur expérience dans ce domaine d’activité. Pour l’encadrement, seuls seront acceptés

2
3

de la part de l’Entrepreneur les niveaux les plus élevés de compétence et l’Administration


se réservera le droit d’exiger le départ de tout membre du personnel de l’Entrepreneur dont
la compétence, les qualifications ou l’expérience seront jugées insuffisantes.
L’Entrepreneur assurera, sous une semaine, le remplacement approprié de tout membre de
son personnel ainsi écarté. L’Entrepreneur, en outre, arrêtera si l’Ingénieur le juge
nécessaire, ses travaux de reconnaissance du chantier ou d’une partie de ceux-ci jusqu’à ce
que remplacement soit arrivé sur le chantier.
Le personnel d’encadrement mis en place par l’Entrepreneur comportera, à plein
temps, un Ingénieur géologue et un nombre suffisant de techniciens spécialisés dans tous
les domaines afférents aux reconnaissances prévues. Ces techniciens seront capables de
réaliser tous les essais demandés et de fournir une description précise et fiable des
échantillons de sol et de roche. Ce personnel possèdera une connaissance approfondie de la
spécification. D’autre part, un technicien doté de l’expérience requise assurera la
supervision des essais sur le terrain.

5.1.3.2. Agrément des Engins et Matériels.

Avant la mise en route des travaux, l’Entrepreneur soumettra à l’approbation de


l’Ingénieur une liste détaillée de tous les engins et matériels qu’il propose d’utiliser. Il
fournira, sur une demande, des informations détaillées sur les différents matériels prévus.
L’Entrepreneur s’assurera que le matériel choisi convient au terrain du site. Cette liste
comprendra les éléments suivants, sans que cette liste soit limitative.

- Le nombre et la description des appareils de forage prévus ;


- Le nombre et la description du matériel d’échantillonnage et des récipients ;
- Des informations sur les dispositions prévues pour la réalisation des essais de
détermination, sur le terrain de la teneur en eau.
L’Entrepreneur n’utilisera aucun engin ou matériel n’ayant reçu l’approbation préalable
de l’Administration.

5.1.3.3. Agrément des Equipements de Laboratoire Installations et Stockage.

Avant la mise en route des travaux, l’Entrepreneur soumettra à l’approbation de


l’Ingénieur une description détaillée du laboratoire dans lequel seront effectués les essais
sur l’échantillonnage. S’il lui est demandé, l’Entrepreneur prendra les dispositions
nécessaires pour que l’Ingénieur puisse inspecter et visiter avant l’approbation, le
laboratoire prévu.

3
4

L’Entrepreneur soumettra à l’approbation de l’Ingénieur les mesures qu’il propose


de prendre, dans le laboratoire et à tout autre endroit requis par le Marché pour
l’entreposage des échantillons sur le chantier.

ARTICLE 5.1.4 : PROPRIETES DES RESULTATS ET DES ECHANTILLONS.

Les résultats obtenus dans le cadre des études deviendront la propriétés de


l’Administration. Ils ne seront divulgués par l’Entrepreneur à aucune partie sauf
l’Administration. Toutes les carottes, tous les échantillons et autres matériaux récupérés
deviendront également la propriété de l’Administration. L’Entrepreneur ne disposera de ces
matériaux et échantillons que conformément aux instructions de l’ingénieur.

ARTICLE 5.1.5 : RELEVES QUOTIDIENS SUR LE TERRAIN

Chaque jour, au cours des travaux sur le chantier. L’Entrepreneur remettra à


l’Ingénieur deux exemplaire en langue française, clairement lisibles, des relevés devront
contenir des informations ci-dessous sur chacun des trous de sondage au cours
d’exécution :

a) Le titre du marché.
b) Le point d’implantation des travaux en question.
c) Le nombre, le type et la dimension des trous.
d) La date et le nombre d’heures de travail sur le chantier.
e) Une brève description des conditions météorologiques.
f) La profondeur totale des trous, au début et à la fin de chacun des postes de travail.
g) La marque et le type de machine utilisé.
h) Les niveaux d’eau dans les trous de sondage.
i) La quantité approximative d’eau versée dans chacun des trous de sondage, et
l’heure ou les heures auxquelles ces versements ont été effectués.
j) Le diamètre du trou de sondage et la profondeur de toutes réductions de diamètre.
k) La longueur du trou de sondage pour lequel le tubages a été utilisé et le diamètre de
ce tubage.
l) Une description géotechnique complète de chacune des couleurs rencontrées.
m) La profondeur au dessous du sol de chacun des changements de couche.
n) Le numéro de référence, les profondeurs et les autres renseignements sur les petits
et moyens échantillons remaniés, sur les échantillons pour détermination de la teneur

4
5

en eau du sol et sur les échantillons non remaniés (en donnant le N° de série et le
type d’outil de prélèvement, la longueur de l’échantillon récupéré, ainsi que le
nombre et l’énergie des coups, s’il s’agit de trous foncés par percussion).
o) Les données obtenues au cours des essais à pied d’œuvre, ainsi que le niveau d’eau
dans le trou durant ces essais.
p) Des informations sur l’instrumentation mise en place.
q) Des informations sur le remblayage et l’injection des trous de sondage.
r) Des informations sur les retards et pannes survenues.
s) Toutes autres informations appropriées.

ARTICLE 5.1.6 : MESURE DES NIVEAUX D’EAU.

La lecture des niveaux d’eau à l’intérieur des trous de sondage où se déroulent les
travaux se fera à l’aide d’une sonde électrique. Ces niveaux seront notés sur les relevés
quotidiens aux moments suivants :
a) Avant que le travail ne commence le matin.
b) Avant toute interruption de plus de 30 minutes.
c) Après de telles interruptions.
d) Après l’arrêt du travail pour la journée, tant avant qu’après l’injection d’eau (le cas
échéant) pour stabilisation du trou.
e) Une fois qu’un trou est achevé.
f) Immédiatement avant le remblayage d’un trou.
g) Au moment d’un échantillonnage non remanié et d’essai de pénétration standard et
autres essais sur le terrain.
h) Lorsque l’Administration le demande.
La mesure de l’enregistrement du niveau au fond du trou et au fond du tubage (le cas
échéant) seront effectués au même moment que les lectures de niveau d’eau.

Toute fluctuation du niveau d’eau dans un trou, à quelque moment que ce soit, sera
enregistrée. L’Ingénieur sera immédiatement informé de tout relèvement ou rabaissement
du niveau d’eau dans le trou.

Toute adjonction d’eau requise pour faciliter le fonçage d’un trou sera enregistrée et
toute odeur ou couleur extraordinaire de l’eau et autre circonstance exceptionnelle sera
signalée à l’Ingénieur.

ARTICLE 5.1.7 : RELEVES.

5
6

L’ingénieur fournira des exemples de fiches de relevés. Ces relevés comporteront


une description de toutes les couches rencontrées, avec délais sur la microstructure du sol
(telles que la fréquence, l’orientation et la nature des fissures) et délais sur les échantillons
prélevés ainsi qu’un rapport aux observations et essais effectués. Tous les relevés seront
soumis à l’approbation de l’Ingénieur deux semaines au plus tard après le remblayage du
trou. Les descriptions relatives au sol et aux roches seront conformes aux
recommandations fournies par l’article intitulé “ The préparation of maps and plans in
terms of energeering geology ” (Elaboration de cartes et de plans dans le domaine de la
géologie appliquée), publié dans le Quarterly Journal of Engineering Geology. Volume 5,
n° 4, 1972, ou conformes aux instructions de l’Ingénieur.

ARTICLE 5.1.8 : RESULTATS DES ESSAIS SUR LE TERRAIN.

Outres les données des terrains fournies à l’Ingénieur sous forme de relevés
quotidiens, l’Entrepreneur soumettra à l’Ingénieur deux exemplaires préliminaires des
résultats de chacun des essais sur le terrain, ce quatorze jours de travail au plus tard après
l’achèvement de l’essai.

ARTICLE 5.1.9 : RAPPORTS.

Outre les relevés requis durant les travaux, l’Entrepreneur fournira à l’Ingénieur des
rapports portant sur tous les relevés et les résultats des essais sur le terrain des plans
indiquant l’emplacement des niveaux des trous, ainsi que les résultats des essais en
laboratoire. Ces rapports seront complets pour chaque ouvrage ou groupe d’ouvrages.

ARTICLE 5.1.10 : EXECUTION DES TRAVAUX.


5.1.10.1 Sondages.

Les appareils de sondage seront capables de réaliser des trous de sondage de 25 m


de longueur au moins, à un diamètre minimal de 150 mm. Les sondages pourront être
réalisés par percussion, mais non pas par lançage d’eau. Seule l’eau propre pourra être
ajoutée durant le sondage.

Dans le cas de matériaux cohérents, l’eau ne pourra être ajoutée qu’avec


l’approbation spécifique de l’Ingénieur.

Lors de sondages au travers des matériaux perméables, l’Entrepreneur évitera toute


perturbation inopportune du matériaux et s’assurera des conditions suivantes :

6
7

i. Le niveau de l’eau dans le trou de sondage sera maintenu légèrement supérieur


à celui de la nappe phréatique dans la couche perméable.
ii. Le tubage sera maintenu aussi proche que possible du fond du trou.
iii. Les outils serrés contre les parois de trous seront retirés lentement afin d’éviter
toute pression s’aspiration.
Le diamètre des trous de sondage sera de nature à permettre un nombre suffisant de
réductions par achever le trou au diamètre minimal de 150 mm. Ce diamètre permettra
également le prélèvement de tous les types d’échantillons requis, ainsi que le prélèvement
de tout autre matériaux de façon à pouvoir identifier ces derniers avec précision et
déterminer avec pour précision les niveaux de chacune des couches jusqu’au fond du trou
de sondage.

Les trous feront l’objet d’un tubage au travers de toute couche friable ou dotée d’une
résistance insuffisante pour rester sans support. Lors de la mise en place d’un tubage, il
sera nécessaire de toujours maintenir ce tubage à 150 mm du fond du trou. Le tubage ne
dépassera jamais le fond d’un trou de sondage au cours d’un carottage d’échantillon non
remaniés et au cours d’essais de pénétration standard.

L’Entrepreneur s’assurera que les tubages sont de la dimension appropriée et insérés de


façon à les rendre récupérables. Le tubage ne sera pas retiré et le trou remblayé avant que
le trou de soudage ne soit achevé. Les tubages seront retirés graduellement, le remblais
étant maintenu au-dessus du fond du tubage durant le retrait. Les trous de sondage seront
remblayés à l’aide d’un sol bien compacté.

5.1.10.2 : Etiquetage des échantillons.

L’Entrepreneur attribuera un numéro de référence à chaque échantillon de sol et


d’eau prélevé. Ce numéro réservé uniquement au trou en question, sera établi par ordre de
profondeur au dessous d’un niveau du sol.
Tous les échantillons remaniés et non-remaniés ainsi que les échantillons d’eau
prélevé dans les trous seront dotés d’étiquettes d’identification précises. Chacune des
étiquettes portera les mentions suivantes :
a) L’emplacement des travaux et de la structure.
b) Le numéro de référence du trou.
c) Le numéro de référence de l’échantillon.
d) La date de l’échantillonnage.
e) Une brève description de l’échantillon, par exemple argile limoneuse bleue
consistante.
f) La profondeur de l’extrémité supérieure et de l’extrémité inférieure de l’échantillon

7
8

au-dessous du niveau du sol.


g) L’emplacement et l’orientation géographique de l’échantillon dans le puits d’essai.
h) Le numéro du tube carottier.
5.1.10.3 Petits échantillons remaniés.
Les petits échantillons remaniés seront véritablement représentatifs de la
composition du sol à l’emplacement du trou. Les échantillons, une fois retirés du trou,
seront placés sans tarder dans des flacons en verre hermétique d’une taille nominale
minimale de 0.4 kg. Chaque échantillon remplira le flacon dans la plus grande mesure du
possible. S’il le trouve, dans le sol, des matériaux en bloc de trop grande dimension pour
les flacons en verre, il sera nécessaire de prélever un gros échantillon qui sera alors placé
dans un sac hermétique en matière plastique résistante, étiqueté à l’intérieur et à l’extérieur.
5.1.10.4 Gros échantillon remanié.
Les gros échantillons remaniés de matériaux granuleux pèseront 10 kg au moins.
Un prélèvement de petits échantillons remaniés du même matériau sera effectué au même
moment. Tous les gros échantillons seront placés dans des secs hermétiques en matière
plastique résistante immédiatement après leur prélèvement. Chacun des sacs sera étiqueté,
une seconde étiquette imperméable donnant la même infirmation étant posée à l’intérieur
du sac.
5.1.10.5 Echantillons pour détermination de la teneur en eau du terrain.
Les échantillons destinés à la détermination de la teneur en eau du terrain seront
placés dans des récipients hermétiques immédiatement après leur prélèvement. Ils seront
pesés dans les 2 heures suivant le prélèvement. La teneur en eau sera déterminée à partir de
ce point selon une norme agréer. Le fourrage la balance requis pour ces essais seront prêts
à recevoir les échantillons avant que l’échantillonnage n’ait commencé.
5.1.10.6 Echantillons non remaniés prélevés par fonçage.
Des échantillons non remaniés de sols cohérents de 100 mm de diamètre seront
prélevés dans les trous de sondage. L’Entrepreneur prendra tous les nécessaires pour que
soit évitée toute perturbation du matériau à prélever. Avant carottage le trou sera débarrassé
dans la plus grande mesure du possible des débris se trouvant au fond par descente
prudente sur une courte distance de la lame pour argile. Il pourra être demandé à
l’Entrepreneur d’enfoncer des tubes de prélèvement à double ou triple afin d’améliorer la
qualité de al carotte. Le nombre de coups requis pour enfoncer chaque 75 mm de
pénétration sera enregistré. Avant l’échantillonnage en fouille, la zone recouvrant le sol à
échantillonner sera débarrassée par l’Entrepreneur de tous matériaux qui n’est plus dans
son état naturel.

Avant son retrait, le carottier (si possible) soumis à une rotation complète afin que le sol
subisse un cisaillement horizontal autour du fond de carottier. Le carottier sera alors
soigneusement retiré de façon à ne causer qu’une perturbation minimale de la carotte. La

8
9

longueur totale de l’échantillon sera mesurée et enregistrée. Il sera également nécessaire


d’enregistrer, le cas échéant, toute chute possible de sol depuis le bas du tube.

5.1.10.7 : Etanchéité, étiquetage et entreposage des échantillons non-remaniés.


Après enlèvement de la crosse coupante et de la tête adaptable avec le matériau
remanié qu’elles contiennent chaque extrémité visible de la carotte sera débarrassée de tout
sol humide remanié, puis immédiatement revêtu de quatre couches au moins d’une cire
micro-cristalline venant d’être fondue ou d’une autre manière approuvée par l’Ingénieur.
Un disque en clinquant d’un’ manière supérieure de 10mm à celui du tube sera alors posé,
puis suivi d’un revêtement supplémentaire de cire fondue afin d’arriver à une épaisseur
totale de 25 mm au moins. Tout espace encore vide aux extrémités du tube
d’échantillonnage sera totalement rempli de sciure de bois humide ou d’un autre matériau
par l’Ingénieur. Les extrémités du tube de prélèvement seront alors recouvertes de
bouchons à vis bien serrés. Le tube à échantillon sera immédiatement étiqueté. Une
seconde étiquette imperméable donnant les mêmes informations sera placée à l’intérieur du
tube, à son extrémité supérieure. Le tube à échantillon sera protégé des intempéries et
entreposé à une température de 7 à 18 °C dans une atmosphère humide.

5.1.10.8 Essai à pénétration standard.

Sur la demande de l’Ingénieur, l’Entrepreneur réalisera les essais de pénétration


standard requis conformément aux rescriptions d’une norme agréer. Toutes les surfaces
externes et internes du carottier seront lisses et exemptes de cicatrices. Si l’Ingénieur le
demande, un adaptateur conique à demi-angle de 30° remplacera pour les sols graveleux le
sabot de fonçage à extrémité ouverte. Toutes les précautions nécessaires seront prises pour
minimiser la perturbation du sol devant être soumis aux essais. Il sera nécessaire, si l’on
utilise une cuiller, de faire doucement monter ou descendre cette dernière afin d’éviter la
perturbation du sol par suppression. La distance au travers de laquelle tombe la cuiller
devra être courte et la cuiller sera retirée lentement afin de minimiser l’effet d’aspiration.
Le tubage sera, si possible, enfoncé par rotation au travers de 300 mm de sol sous-jacent, il
ne pénétrera pas le sol devant être soumis aux essais. L’essai sera arrêté si le total des coûts
y compris le fonçage de base atteint les 75. un petit échantillon remanié et pour les sols
cohérents, un échantillon pour détermination de la teneur en eau du terrain seront prélevés
sur chaque type de sol dans le long de la carotte. Le niveau de l’eau dans le trou sera relevé
au moment de l’essai.

5.1.10.9 Essais au laboratoire.

9
10

L’entrepreneur enverra à l’Ingénieur deux exemplaires préliminaires des résultats


obtenus au cours des essais en laboratoire et ce dans les trois jours suivant l’achèvement de
l’essai. Les essais en laboratoire seront dans leur ensemble réalisés conformément aux
spécifications décrites dans les publications intitulées “ The measurement of soil properties
in the triaxial test ” (Mesures des propriétés du sol dans l’essai triaxial), par A. W. Bishop
et D. J. Henkel (seconde édition, 1962), “ Laboratory testing in soil energeering ” (Essais
de laboratoires en mécanique des sols) par T. N. W. Akroyd, dans la norme BS 1377 ou
dans le “ Manual of soil laboratory testing ” (Manuel relatif aux essais de sol en
laboratoire) par K. H. Head, Pentes Press, Londres ou dans d’autres applications similaires
agréées par l’Ingénieur.
L’Ingénieur aura droit d’accès au laboratoire de l’Entrepreneur tout au long des
essais en laboratoire réalisés dans le cadre du marché.
L’Entrepreneur conviendra, avec l’Ingénieur à la fin du stade de consolidation d’un
essai et/ou avant de commencer à cisailler un échantillon du taux de déformation à adopter.
L’Administration se réserve le droit de faire l’essai d’échantillons dans son propre
laboratoire ou dans un laboratoire indépendant.
Dans le cas d’essais en laboratoire réalisés sur une partie seulement d’un
échantillon, le sol restant dans le carottier ou le récipient sera de nouveau hermétiquement
protégé le plus rapidement possible et préservé.
Tous les sols ayant subi des essais en laboratoire y compris ceux qui ont été
gaspillés durant la préparation des spécimens d’essai seront placés dans des récipients
hermétiques étiquetés à moins d’instructions contraires de la part de l’Ingénieur.

10
11

ARTICLE 5.2.1 : PREAMBULE.

Le présent chapitre contient les prescriptions à appliquer pour la préparation du site,


le décapage, l’abattage, le dessouchage, les fouilles générales, les fouilles en tranchée, les
remblais, les revêtements en terre végétale et l’aménagement paysager.

ARTICLE 5.2.2 : DOCUMENTS A SOUMETTRE PAR L’ENTREPRENEUR.


Les documents spécifiés ci-après devront être soumis aux fins des travaux de
terrassement.
5.2.2.1 Plans, notes de reconnaissance topographique.
Plans de l’Entrepreneur montrant les relevés de niveaux du sol avant le
commencement des travaux de terrassement. Plans de l’Entrepreneur montrant les relevés
de niveaux ayant été effectués pour les déblais ou remblais et, entre autre, les niveaux de la
roche.
Les plans ci - avant seront soumis dans les sept jours après l’achèvement des levés.
Notes de reconnaissance sur les niveaux des fouilles en tranchée.
Notes de reconnaissance sur les niveaux de la roche.
Propositions relatives à l’exécution sans soutènement des déblais talutés.
5.2.2.2 Certificats.
Essais de laboratoire.
Essais sur le terrain.
5.2.2.3 Echantillons.
Matériaux de remblais à la demande expresse de l’Ingénieur.

ARTICLE 5.2.3 : MATERIAUX DE REMBLAI.

5.2.3.1 Généralités.
Les matériaux de remblai peuvent provenir soit du déblai des fouilles pour les
remblais en tranchée, soit des matériaux d’apport provenant des carrières d’emprunt pour
les remblais en surface.
Il est entendu que toutes les recherches, investigations, essais, analyses et
vérifications des emprunts sont à la charge de l’Entrepreneur et plus particulièrement les
emprunts complémentaires en vue de diminuer les distances de transport.
Les matériaux de remblaiement des couches au-dessus du lit de pose et jusqu’à
40 cm au-dessus de la génératrice supérieure de la conduite doivent être constituées par du
sable fin débarrassé de tout élément dur ou rocheux de diamètre supérieur à 15 mm.

11
12

Pour les couches supérieures, les matériaux de remblai seront conformément à


l’article 5.2.3.2. ci-dessous. En général, les matériaux de remblais seront constitués par du
sable expurgé des pierres et des éléments durs supérieurs à 80 mm, des débris végétaux ou
animaux et ne seront pas de nature franchement argileuse, vaseuse ou limoneuse et de
granulométrie uniforme.
Les matériaux d’apport pour le remblaiement en surface doivent être du sable
débarrassé de tout élément rocheux de diamètre supérieur à 50 mm. Cet apport nécessaire
pour la réalisation des remblais en surface sera à la charge de l’Entrepreneur.
Dans le cas où les matériaux de remblais, qui répondaient aux critères applicables
lors de leur sélection, deviendraient inacceptables par l’Ingénieur pour des raisons
diverses, notamment : exposition aux intempéries, inondations, contamination par d’autres
produits, ou ségrégation au cours des travaux, l’Entrepreneur sera tenu d’enlever tout
matériau ainsi endommagé, ameubli ou formant des concentrations locales et de le
remplacer par un nouveau matériau agréé.
5.2.3.2. Prescriptions particulières.
Les sols de déblai ou d’emprunt pourront être réutilisés en remblai conformément
aux instructions de l’Ingénieur. En général, il est interdit d’utiliser la terre végétale, tourbes
vases, sables vasards, marnes argiles ayant une tendance au gonflement et argiles ayant
plus que 2% de matière organique et les matériaux extraits de purges.
De même, il est autorisé d’utiliser les graves limoneuses, graves propres, sables grossiers et
sables limoneux classifiés comme Gb, Gm, Gl, Sb, Sm et Sl selon la classification LCPC,
et GW, GP, GM, SW, SP, SM selon la classification USCS et ASTM D2487.
Les matériaux drainant librement et les filtres seront formés de particules dures et
durables exemptes d’argile, limon, matières gelées, solubles ou organiques et seront
conformes à toutes les prescriptions qui seront données ci-après.
La granulométrie des matériaux de remblai drainant librement et des filtres sera
calculée en conformité avec les règles relatives aux filtres de Terzaghi & Peck, 1967, de
manière à former un filtre empêchant la migration des fines contenues dans le matériaux de
la base.
La granulométrie des remblais drainant librement du type 1 ou du type 2 indiqué
sur les plans qui sera déterminée en appliquant une méthode définie par la norme
britannique BS 812 sera comprise dans les limites du tableau suivant :

Maille des Tamis (mm) Pourcentage de matériau sec (mesuré par poids)
passant par le tamis
Type 1 (Fin) Type 2 (Grossier)
Matériaux de remblai Matériaux de remblai
drainant librement drainant librement
45.0 - 100%
22.4 - 40% - 100%
11.2 100% 25 – 80%
5.60 85% - 100% 5% - 50%
1.00 15% - 85% 0% - 20%

12
13

0.425 0% - 50% 0% - 10%


0.075 0% - 10% 0% - 5%
Le matériau de confection des remblais drainant librement sera fourni par
l’Entrepreneur à partir d’une source agréée. L’Entrepreneur pourra utiliser les matériaux de
déblai après les avoir soumis au traitement approprié pour assurer leur conformité à la
spécification des matériaux drainant librement.
L’Entrepreneur donnera tous les détails sur la zone d’emprunt proposée, ainsi que
les résultats certifiés des essais et soumettra des échantillons à l’agrément de l’ingénieur.
Le sable sera de granulométrie bien étalée et sa courbe granulométrique devra être
approuvée par l’Ingénieur.
Le lit de pose granuleux sera de la granulométrie bien étalée approuvée par
l’Ingénieur, la granulométrie étant comprise dans les limites ci-après :

Dimensions du tamis (mm) Pourcentage de matériaux sec (en


poids) passant au tamis
37.5 100%
22.4 80 – 100%
11.2 54 - 100%
3.0 3 - 100%
0.850 0 – 100%
0.600 0 - 95%
0.425 0 – 83%
0.200 0 – 53%
0.060 0%

LA ROCHE POUR LES PERRÉS POUR LA PROTECTION DES PENTES SERA DURE,
DURABLE ET EXEMPTE DE FISSURES ET PLANS DE MOINDRE RÉSISTANCE.

Le dimensionnement des pierres sera aussi uniforme que possible à l’intérieur des
limites spécifiées. Les pierres seront aussi grossièrement taillées au marteau pour assurer
un assemblage raisonnablement serré. Elles seront poses pour former une surface plane et
régulière et calées entre elles par des éclats de pierre.
Le rip-rap sera formé de blocs rocheux durs et durables non susceptibles de
détérioration sous l’action des intempéries, du ruissellement, ou des vagues ; les blocs
seront exemptes de craquelures, fissures et plans de moindre résistance. Le rip-rap sera
conforme aux critères blocométriques agréés par l’Ingénieur. La plus grande des
dimensions d’un bloc ne sera jamais supérieure à deux fois la plus petite dimension de ce
même bloc.

13
14

5.2.3.3. Contrôle de la qualité des emprunts pour remblais.


Dans un délai de quinze jours avant le commencement des travaux, l’Entrepreneur
est demandé de présenter à l’Ingénieur, pour l’approbation, son programme d’emprunt de
terrassement et de mouvement de terres.
L’Entrepreneur devra mettre à la disposition de l’Ingénieur, pour lui permettre de
procéder aux contrôles des essais, son laboratoire de chantier et son équipement permettant
l’exécution des essais.
La documentation qui accompagnera la requête devra indiquer :
- La localisation des emprunts, le mode d’extraction et de transport, la zone
d’emploi,
- Par emprunt de matériaux homogènes il présentera :
 TENEUR EN EAU NATURELLE,
 Analyse granulométrique,
 Détermination des limites d’Atterberg,
 Essai Proctor normal,
 Equivalent de sable.
Ces essais seront exécutés sur des échantillons pris en différents emplacements et à
différentes profondeurs de la zone d’emprunt de manière à être représentatifs du mélange
des matériaux lors de l’exécution des remblais. L’emplacement des sondages où les essais
ont été effectués doit être indiqué.
Les divers essais et contrôles, prévus dans le présent article, devront pouvoir être
réalisés aux frais de l’Entrepreneur qui se dotera en conséquence du personnel et du
matériel de laboratoire nécessaire à ces essais ou fera appel à un laboratoire agréé.
Le personnel et matériel de laboratoire ainsi que tout procédé de justification de
qualité des divers matériaux à fournir soumis à l’acceptation préalable de l’Ingénieur, sans
pour autant préjuger de la validité des résultats obtenus pendant toute la durée des travaux.
Si, en particulier, l’Ingénieur met en évidence l’insuffisance ou l’incapacité du laboratoire,
il pourra retirer son agrément initial et les fournitures restantes ou la mise en œuvre des
matériaux déjà fournis seront alors bloqués en l’attente d’un contrôle efficace de qualité,
sans que l’Entrepreneur puisse prétendre à une quelconque indemnité y afférente. De
même, les matériaux déjà mis en œuvre alors qu’il s’avérait que le contrôle de leur qualité
insuffisante ou invalide du fait de l’Entrepreneur, seront considérés par l’Ingénieur qui
pourra éventuellement ordonner leur enlèvement.
Les résultats des essais et contrôles effectués seront consignés dans un cahier de
laboratoire qui sera communiqué à l’Ingénieur au fur et à mesure de leur obtention.
Les emplacements des prélèvements et des mesures sur place, nécessaires aux
essais , seront fixés par l’Ingénieur.
L’Administration se réserve le droit de procéder à tous les contrôles et essais de la
conformité des fournitures avec les prescriptions ci-dessus ;
L’Entrepreneur sera tenu de justifier éventuellement par la production d’une lettre
de commande, d’un certificat d’origine ou d’autre pièce, de la provenance et de la
spécification des matériaux et matériels employés dans le cadre des travaux.
Deux séries de contrôle sont prévues.

14
15

- La première sera effectuée systématiquement par l’entrepreneur et à ses frais dans le


laboratoire de chantier ou dans un laboratoire agréé par l’Administration, qui devront être
entièrement ouverts aux agents de l’Ingénieur et du contrôle.
- La seconde série sera réalisée à l’improviste par l’Ingénieur.
En cas de résultat négatif d’un essai effectué en application des spécifications ci-
dessus, l’Administration fera procéder aux frais de l’Entrepreneur à deux (2) contre-essai.
S0i le résultat de l’un des contre-essais n’est pas satisfaisant, les matériaux correspondants
seront rejetés ; dans le cas contraire, ils seront acceptés.

ARTICLE 5.2.4 : EXECUTION DES TRAVAUX.

5.2.4.1 Généralités.

Les travaux de terrassement seront exécutés conformément aux conditions


particulières attachées au volume 3 ainsi qu’au fascicule N°2 du CCTG de la
réglementation française. Ils se feront suivant un plan approuvé par l’ingénieur et seront
conçus pour gêner le moins possible la circulation ainsi que l’accès aux propriétés
riveraines, l’Entrepreneur demeurant seul responsable vis à vis des tiers, dont les riverains
et les services publics concernés, de tous dégâts, accidents et dommages.
Les travaux de terrassement pour le nivellement des sites seront exécutés selon les
cotes indiquées sur les plans d’exécution de chaque site. Ces cotes de nivellement doivent
être rigoureusement respectées et la tolérance admise sera d’un centimètre. Au cas où cette
tolérance serait dépassée, l’Entrepreneur sera tenu de reprendre le travail, à ses frais, pour
le remettre à la cote exacte.
Les travaux de terrassement seront effectués soit sur un terrain naturel ou terrain
remblayé , qui peut être manuellement ou par pelle mécanique, par bulldozer ou par
d’autres engins pneumatiques, concasseurs, ou en cas d’autorisation l’emploi d’explosifs.
Les travaux préalables aux terrassements comprennent :
- L’arrachage, ou l’abattage et le dessouchage des arbres, arbustes, taillis, et haies
situés dans les sites définis sur les plans d’implantation des ouvrages,
- L’extraction des racines restantes et des anciennes souches mises à jour au cours de
l’exécution de ces travaux.
- La destruction ou la mise en dépôt des produits extraits se fera selon l’instruction de
l’Administration ou de l’Ingénieur chargé du contrôle.
- La démolition des constructions conformément aux instructions du présent CPS.
Le décapage de la terre végétale sera effectué sur une épaisseur moyenne de 20 cm sous le
niveau précis pour chaque site.
La terre végétale de bonne qualité sera mise en dépôt en vue de sa réutilisation pour
l’engazonnement des talus et îlots. Dans le cas contraire, elle sera mise à la décharge.
5.2.4.2. Préparation et nettoyage du chantier.
Dans toutes les zones ayant été spécifiquement désignées ou indiquées sur les plans
comme devant être déblayées ou faire l’objet de déblais ou de remblais, les bâtiments,
murs, portails, clôtures et autres structures ainsi que tous buissons, haies, souches, racines

15
16

et autres végétations seront enlevés comme indiqué par l’Ingénieur à l’exception des arbres
désignés pour être préservés. Les produits de ces opérations seront conservés et déposés
s’il y a lieu pour être utilisés pour l’Ingénieur, sinon ils seront brûlés et réduits en cendre
ou évacués hors du chantier conformément aux instructions de l’Ingénieur.
En général, la destruction ou la mise en dépôt des produits extraits se fera selon les
instructions de l’Ingénieur.
5.2.4.2.1. Arbres.
Dans les cas indiqués par l’Ingénieur, les arbres seront déracinés ou coupés aussi
près que possible du niveau du sol. Les branches et feuillage seront enlevés et brûlés ou
évacués hors du chantier. Le bois utile sera réputé appartenir à l’Administration et débité
en longueurs adéquates et transporté à l’endroit désigné par l’Ingénieur qui sera à 4 km au
plus du ite, où il sera déchargé et empilé.
5.2.4.2.2. Souches.
Dans les cas indiqués par l’Ingénieur, les souches et racines d’anciens arbres ou les
arbres venant d’être abattus, seront extraites et évacuées hors chantier. Les trous dans
les sol seront remblayés avec un matériau agréé et déposé en couches de 250 mm au plus et
décompensée à la même densité sèche que le sol adjacent. Les trous situés dans les zones
de délais seront entourés d’une clôture jusqu’au moment de l’excavation.
5.2.4.3. Puits de reconnaissance.
L’Ingénieur pourra demander avant tout début d’exécution des fouilles la réalisation
de puits de reconnaissance dont il spécifiera les dimensions. Ces puits seront réputés être
en fouilles accessoires.
Le creusement et le remblaiement de tous les autres puits de reconnaissance qui
seront requis par l’Entrepreneur pour le repérage des réseaux enterrés ou des drains
souterrains ou pour toute autre raison, seront à sa charge.
L’Entrepreneur prendra les dispositions voulues pour le remblaiement des puits de
reconnaissance et la remise en état des lieux immédiatement après avoir obtenu les
résultats recherchés. La remise en état des lieux sera réalisée à la satisfaction de
l’Ingénieur.
5.2.4.4 Réseaux existants.
Dans le cas de tranchées excavées à proximité ou à travers égouts, conduites, câbles
ou autres réseaux enterrés ou en surface, l’Entrepreneur sera tenu d’assurer le support , la
protection ou la dérivation des dits égouts, conduites, câbles ou autres réseaux de la
manière agrée par le propriétaire ou l’Administration ou de la manière spécifiée.
Si l’Ingénieur estime que la pose des tuyaux ne peut être raisonnablement exécutée
sans sectionner, dériver ou supporter de manière permanente les dits égouts, conduites,
câbles ou autres réseaux, l’Entrepreneur sera tenu d’exécuter tous les travaux permanents
jugés nécessaires par l’Ingénieur.
Nonobstant les renseignements pertinents fournis par l’Administration,
l’Entrepreneur sera responsable de déterminer par l’inspection du site, en s’informant
auprès des autorités responsables des réseaux concernés et autres organismes publics en
creusant des puits de reconnaissance de la position et le contenu de tous les égouts,
canalisation et câbles enterrés ou en surface dans le périmètre du site et à sa proximité.

16
17

Toutefois, s’il estime qu’elles excèdent ses obligations il demandera à l’Administration


leur confirmation pour un ordre de service.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur devra présenter les demandes justifiées
correspondant au déplacement de toutes les installations existantes (électrique,
téléphonique etc.). Ces déplacements sont à la charge de l’Administration.
5.2.4.5 Traversée des cours d’eau.
Dans le cas où une conduite traverse des cours d’eau, fossés, ponceaux et autres
voies d’eau, l’Entrepreneur prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la
construction adéquate de la conduite aux points de traversée ainsi que le plein
d’écoulement de l’eau dans le cours d’eau.
5.2.4.6. Haies, clôtures et murs.
Dans le cas où les tranchées excavées traversent des obstacles tels que les haies,
clôtures et murs, l’Entrepreneur sera tenu d’ériger les clôtures provisoires pendant les
travaux pour remplacer toute partie des clôtures ayant été enlevées.
Après la remise en état de la surface du sol où les excavations en tranchée ont été
faites, l’Entrepreneur exécutera tous travaux que l’Ingénieur jugera nécessaires pour la
réfection définitives des dites clôtures. Les tronçons de haies ayant été enlevées seront
remplacées par des haies vives de la variété appropriée qui, à la demande de l’Ingénieur,
seront protégées du bétail, sur un ou deux cotés, par une clôture fermée de fils barbelés et
de poteaux appropriés.
Pendant la période de garantie, l’Entrepreneur inspectera toutes les haies ayant été
replantées et remplacera toute haie vive n’ayant pas survécu.
5.2.4.7. Sécurité des ouvriers et des tiers.
L’Entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires, barrages, garde-corps,
signalisation, éclairage, gardiennage etc. pour protéger efficacement son chantier et il
devra, à ses frais, se conformer à l’instruction générale sur la signalisation routière en
vigueur au moment des travaux.
Il prendra toutes les dispositions pour éviter les éboulements dans les fouilles et
placera, éventuellement, des étais et blindages partout où ce sera nécessaire. Ces
dispositions devront être préalablement agréées par l’Ingénieur qui se réserve le droit
d’imposer toutes mesures propres à assurer la sécurité des ouvriers, de la circulation et des
immeubles voisins. L’Entrepreneur n’en gardera pas moins la responsabilité entière de la
stabilité des fouilles et excavations et de la sécurité en général.
Aucun ouvrier ne pourra travailler sur les chantiers sans qu’il ne soit assuré
nominativement par l’Entrepreneur contre tout accident.

5.2.4.8. Emploi d’explosifs.


L’Administration aura tous pouvoirs pour régulariser, limiter ou interdire l’emploi
d’explosifs dans le cas où elle le juge nécessaire pour la sécurité des personnes ou des
biens ou pour la sécurité des personnes ou des biens ou pour la protection des ouvrages.

17
18

Les tirs de mine seront interdits en tout endroit du site sans l’autorisation expresse écrite de
l’Administration. L’octroi de la permission de l’Administration ne libérera l’Entrepreneur
d’aucune de ses obligations ou responsabilités aux termes du marché. L’Entrepreneur
prendra toutes les précautions voulues y compris l’emploi des filets de sécurité pour éviter
l’endommagement des biens publics ou privés et les accidents des personnes.
L’Entrepreneur sera soumis à toutes prescriptions réglementaires relatives au
stockage, à la manutention et à l’emploi des explosifs. Il lui incombe, en outre, d’obtenir
des autorisations administratives nécessaires auprès des autorités concernées.
Il sera responsable des dommages éventuels à des tiers.
L’Entrepreneur avisera l’Administration à l’avance de tous les tirs qu’il propose
d’effectuer et il fournira tous les délais qui pourraient lui être demandés sur la puissance
des charges et leur emplacement.
L’emploi des explosifs sera interdit à moins de 20 m, ou de toute distance plus ou
moins grande spécifiée par l’Administration, de tout ouvrage en béton coulé, structure,
conduite maîtresse, câbles électrique, égout ou autres réseaux existants.
L’emploi des explosifs pour les fouilles à ciel ouvert sera préalablement soumis à
l’accord de l’Administration qui pourra imposer certaines restrictions.
5.2.4.8.1. Relevés de niveaux.
5.2.4.8.2. Plan général d’implantation et étiquetage des ouvrages.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur est tenu de fournir à la demande de l’Ingénieur la
main d’œuvre, les piquets, jalons, cordeaux et outils, et les appareils optiques nécessaires
aux opérations de piquetage.
L’Entrepreneur est tenu de compléter le piquetage général et éventuellement le
piquetage spécial, par autant de piquets qu’il est nécessaire pour déterminer sur le terrain la
hauteur ainsi que la limite des zones de remblai, d’intersection des talus avec le terrain
naturel, les banquettes, les fossés etc.
Les piquets nécessaires à l’exécution, la vérification et la réception des travaux
seront maintenus en place dans la mesure où les conditions d’exécution le permettent.
Dans l’éventualité où des piquets auraient été enlevés, l’Ingénieur peut en demander le
rétablissement à leur emplacement primitif ou en tout autre point, s’il le juge nécessaire.
5.2.4.8.3. Nivellement.
Avant de modifier la surface d’une partie quelconque du site, ou d’y commencer
des travaux, l’Entrepreneur relèvera les niveaux et les dimensions de l’endroit concerné, il
relèvera et enregistrera également au cours des fouilles tous les autres niveaux et
dimension nécessaires.
Les niveaux et dimensions seront mesurés devant l’Ingénieur et enregistrées de la
manière spécifiée, ou telle qu’agréée par ce dernier. Les niveaux agréés par l’Ingénieur
formeront l’objet d’attachement contradictoires.
Les cotes indiquées sur les plans d’exécution devront être rigoureusement
respectées et la tolérance admise sera de un centimètre. Au cas où cette tolérance serait
dépassée, l’Entrepreneur sera tenu de reprendre le travail, à ses frais, pour le remettre à la
cote exacte. Les terrains ayant une pente supérieure à 1/5 et qui doivent recevoir les
remblais, doivent être terrassés horizontalement de façon compatible avec les épaisseurs

18
19

des différentes couches de remblais compactés. Le nivellement des fouilles aux niveaux
requis doit comprendre l’enlèvement de tous les matériaux détachés.
5.2.4.8.4 Drainage des fouilles à ciel ouvert.
Lorsqu’il y a lieu de consolider le fond de fouille et le lit de pose des conduites en
raison de l’instabilité des sols aquifères, l’Entrepreneur sera tenu d’exécuter un drainage 40
x 40 cm en gravier avec ou sans drains circulaires, suivant les dispositions arrêtées avec
l’Ingénieur. L’ouverture des fouilles, la pose des canalisation et l’enlèvement des déblais
excédentaires devront, en principe, être commencés par l’aval de chaque tronçon.
Les terrassements pour le drain éventuel seront poussés à l’avancement pour
faciliter l’évacuation des eaux souterraine et réduire les sujétions d’épuisement si celles-ci
s’avéraient nécessaires.
5.2.4.8.5 : Epuisement.
L’Ingénieur pourra autoriser des équipements, s’il reconnaît que l’évacuation des
eaux par gravité est possible ou plus onéreuse. Toutefois, les épuisements ne devront pas
entraîner des désordres aux installations et fondations voisines.
A cet effet, l’Entrepreneur aménagera une cuvette de drainage de chaque coté de la
fouille qui aboutira à un puisard muni de pompes de capacité suffisante.
L’Entrepreneur soumettra à l’Ingénieur les dispositions envisagées, le matériel et le
temps de pompage qu’il estime nécessaire : l’accord de l’Ingénieur conditionne les
épuisements qui seront payés par l’Administration suivant le prix du bordereau.
Toutefois, il appartiendra à l’Entrepreneur de justifier la durée de fonctionnement
de chaque pompe et de conduire le chantier avec intelligence en vue de réduire au
minimum la durée des épuisements.
L’Entrepreneur prendra toutes dispositions utiles pour qu’aucun ruissellement de
surface n’entre dans la fouille.
Les rigoles d’écoulement temporaire, d’autres dérivations en dehors des limites des
fouilles seront établies et maintenues pour acheminer les eaux de surface, ou l’eau retirée
des fouilles loin du site de construction. Les tranchées déblayées ne doivent pas être
utilisées comme rigoles d’écoulement temporaires. Il n’est pas permis de laisser les eaux
s’accumuler dans les fouilles, pour empêcher le ramollissement des fonds de fouilles et les
altérations de sols nuisibles à la stabilité.

5.2.4.8.6 Rabattement de la nappe.


L’Ingénieur pourra imposer la technique du rabattement de la nappe aquifère, en
particulier, lorsque l’épuisement direct des fouilles s’avère impossible ou est susceptible de
compromettre la stabilité des talus ou parois ou la qualité de l’exécution de la pose. La cote

19
20

à laquelle devra être maintenu en rabattement, sera inférieure d’au moins 0.40 m à celle du
fond de fouille. Les travaux seront conduits suivant les spécifications du titre 3 du fascicule
68 du CCTG de la réglementation française.
5.2.4.8.7 Présence de roches dans les fouilles.
Tout matériau présent dans les fouilles qui de l’avis de l’Entrepreneur pourrait être
classé comme roche, sera signalé à l’Ingénieur avant d’être excavé. Les hors – profils (c'est
à dire les fouilles en dehors des limites théoriques d’excavation) se limiteront au minimum
et seront réputées être des fouilles excédentaires.
5.2.4.8.8 Etaiement des fouilles et espaces de travail.
Au cours des travaux de fouilles à ciel ouvert, l’Entrepreneur devra pratiquement
veiller à ce que le dépôt des déblais, les équipements, la circulation des engins de chantier
ainsi que les vibrations dues aux bétonnières placées à proximité de la fouille et à la
circulation publique voisine (camions, trains etc.) ne puissent provoquer d’éboulement.
Dans ces cas l’Entrepreneur assurera l’étaiement efficace des parois et des
extrémités de toutes les fouilles, fouilles en tranchée incluses, pour empêcher
l’effondrement ou l’éboulement de toute zone adjacentes aux fouilles ainsi que le
tassement ou l’endommagement des structures adjacentes.
L’Ingénieur pourra imposer le type de blindage de fouille à mettre en œuvre. Dans
le c'est à dire de mise en œuvre de blindage semi-jointif, l’espacement entre éléments sera
soumis à l’agrément de l’ingénieur.
Dans le cas d’un effondrement d’une partie du fond, des cotés ou des extrémités
d’une fouille , l’Entrepreneur prendra toutes les mesures correctives nécessaires, y compris
l’excavation et l’enlèvement du sol ayant été désorganisé ) l’intérieur et à l’extérieur des
limite nominales des fouilles.
Toutes les fouilles à paroi oblique (autre que les fouilles à paroi oblique indiquées
sur les plans d’exécution ou requises en tant qu’éléments permanents des travaux) que
l’Entrepreneur souhaite réaliser sans blindage devront avoir une pente de talus et une
hauteur stable, les déblais supplémentaires y afférents seront réputés être des fouilles
excédentaires. L’Entrepreneur devra soumettre pour agrément à l’Ingénieur tous les détails
des fouilles à paroi oblique proposés.
L’Entrepreneur tiendra compte des besoins en espace de travail ou étaiement et toute
fouille hors et limites de rémunération spécifiques non demandées par l’Ingénieur sera
réputée être une fouille excédentaire qu’elle soit le ait de la méthode ou d’une négligence
ou d’une erreur.

5.2.4.8.9 Fouilles excédentaires.


Les fouilles excédentaires pourront normalement être remblayées avec le matériau
d’origine, mais dans cas où celui a été évacué hors chantier à la demande de l’Ingénieur,

20
21

pour que l’Entrepreneur fasse le remblaiement avec un matériau de meilleure qualité, ou un


béton de classe appropriée et agréée par l’Ingénieur à la lumière des circonstances.
5.2.4.8.10 Assainissement.
Jusqu’à réception des travaux, l’Entrepreneur est tenu de prendre dans la conduite
du chantier les dispositions nécessaires et de mettre en œuvre et d’entretien les moyens,
provisoires ou définitifs nécessaires pour éviter que les eaux superficielles n’endommagent
pas les parois et l’état de la plate-forme.
ARTICLE 5.2.5 : FOUILLES GENERALES.
5.2.5.1 : Généralités.
Dans le présent article, “ FOUILLES GENERALES ”, le terme “ fouille ”signifiera les
fouilles en pleine masse ou accessoires requises pour les structures et routes dans les zones
d’emprunt. Il ne couvrira pas les fouilles en tranchée pour canalisations et autres fouilles
similaires, sauf les divers tronçons isolés de tranchées au-dessous ou adjacentes à d’autres
structures tranchées seront réputées être des fouilles accessoires.
Les méthodes d’excavation du sol et les dimensions et profondeurs des fouilles
seront choisies de manière à permettre la bonne exécution des ouvrages ou selon les plans
et les cotés du projet disponibles.
Le déblaiement ne pourra débuter qu’après agrément par l’Ingénieur des travaux de
préparation du terrain. L’Entrepreneur doit soumettre, avec le cahier de charge, les délais
des méthodes proposées pour les travaux qui causeront désagrément, dommage ou danger
aux personnes et/ou à la propriété.
Les matériaux provenant des déblais pourront être réutilisés en remblais s’ils
présentent les qualité requises à l’article 5.2.3.
Les matériaux de déblais non remployés en remblais seront évacués et mis en dépôt
hors du chantier des réservoirs en des emplacements autorisés par l’Ingénieur, faute de
quoi l’Entrepreneur supportera seul les conséquences des réclamations éventuelles des
riverains ou les déplacements imposés par l’Ingénieur pour améliorer la visibilité ou
l’écoulement des eaux. La recherche des zones de dépôt sera de la compétence de
l’Entrepreneur.
La terre végétale de bonne qualité sera mise en dépôt, séparée des déblais ordinaires
provenant des fouilles de fondations, en vue de sa réutilisation éventuelle. Dans le cas
contraire, elle sera mise à la décharge.
Les excavations seront effectuées conformément aux plans et aux indications
écrites de l’Ingénieur. L’emplacement des travaux est à la charge de l’Entrepreneur qui
devra la faire approuver par l’Ingénieur.

5.2.5.2 : Décapage.
A la demande de l’Administration, la partie supérieure du sol y compris, le cas
échéant, la terre végétale sera décapée sur la profondeur et l’étendue indiquée par

21
22

l’Ingénieur, ce travail constituera une opération indépendante préalable à toute fouille


s’avérant nécessaire. La terre végétal sera réservée et mise en tas stables et bien drainés,
jusqu’à sa réutilisation en tant que telle.
5.2.5.3 : Traitement final des fouilles.
Dans le cas où les fouilles descendant aux niveaux spécifiés pour les fondations de
structures ou s’arrêtant aux limites spécifiées pour la face des structures doivent s’appuyer
sur un sol intact, l’Entrepreneur se fera le traitement final que juste avant le démarrage
dans travaux de construction, sauf autorisation à effet contraire de l’Ingénieur.
Ces excavations seront exécutées selon les formes, dimensions et niveaux indiqués
par les plans d’exécution et la tolérance admise sera 3 mm. Dans le cas où une sur
profondeur dépassant la limite de la tolérance aurait été accidentellement réalisée, le
remblais nécessaire serait exécuté conformément aux modalités prescrites par l’Ingénieur.
L’excavation aura des dimensions suffisantes pour permettre la construction des
coffrages et l’exécution des formes des infrastructures et l’installation des matériaux
d’étanchéité ou autres. L’Ingénieur peut en cas de nécessité et suite à une notification
écrite, exiger des changements dans les niveaux et les dimensions des travaux pour assurer
la meilleur exécution des changements dans les niveaux et les dimensions des travaux pour
assurer la meilleure exécution des fondations surtout dans le cas de sols affouillant.
Tout matériau brisé ou désagrégé sera enlevé des fouilles avant le commencement
des travaux de construction afin que les ouvrages reposent sur un terrain de fondation sain
et propre ou s’appuient sur un sol intact.
5.2.5.4 : Disposition des matériaux de déblai sur le site.
A moins de prescriptions contractuelles spécifiques, l’Entrepreneur sera libre de
disposer des matériaux de déblai comme il l’entend à l’intérieur du site sous réserve de
servir aux objectifs généraux de la construction des ouvrages. L’entrepreneur veillera à
ce qu’aucun matériau de déblai, apte ou destiné à être réutilisé pour les travaux ne soit
évacué hors du chantier.
5.2.5.5 : Dépôt des matériaux sur le site.
Seul le matériau agréé par l’Ingénieur sera mis en dépôt sur le site. Aucun tronc
d’arbre, souche, racine, branche ou autre forme de déchet ne pourra être placé dans ces
dépôts. Des dépôts provisoires pourront être utilisés pour le stockage des matériaux de
déblai ; leur emplacement sera choisi par l’Entrepreneur sous réserve de l’agrément de
l’Ingénieur eu l’égard aux impératifs particuliers du marché. La forme des dépôts
provisoires sera étudiée pour assurer leur stabilité et un non dommage. A la demande de
l’Ingénieur, la terre végétale décapée sur le site sera déposée en des tas séparés pour
reconstruction du revêtement de terre végétale ou pour aménagement envisagé.
Les limites des dépôts permanents seront celles indiquées sur les plans ou celles
stipulées par l’Ingénieur pour les besoins de l’aménagement paysager. La forme définitive
des dépôts permanents sera celle indiquée sur les plans d’exécution ou celle stipulée par
l’Ingénieur.
5.2.5.6 : Evacuation hors chantier des matériaux de déblai.

22
23

Tout matériau de déblai excédentaire ou inapte à être réutilisé dans les ouvrages
sera évacué hors chantier et déposé aux emplacements choisis par l’Entrepreneur et agréés
par l’Ingénieur (décharges de l’Entrepreneur) ou dans ceux désignés par l’Administration
(décharges de l’Administration).
L’Entrepreneur organisera la mise à la décharge dans matériaux excédentaires de
manière à ne pas créer une nuisance, mettre en danger ou polluer les ouvrages ou les biens
existantes ou les sources, d’alimentation en eau. Les décharges achevées devront
s’harmoniser avec les lieux environnants. La mise à la décharge des matériaux par
l’Entrepreneur sera conforme aux seuils édictés par les autorités publiques responsables de
la planification et de l’hygiène ou autres autorités compétentes ayant voix à ce sujet. Dans
le cas où il prendrait des dispositions contraires à ce procédé, l’Entrepreneur sera tenu de
prendre à ses frais toutes les mesures correctives jugées nécessaires par l’Ingénieur.
5.2.5.7 : Enlèvement des matériaux.
L’Entrepreneur enlèvera les matériaux résultant de la préparation du site ou des
fouilles au fur et à mesure de l’avancement des travaux pour éviter toute obstruction inutile
du chantier.
5.2.5.8 : Drains.
Si possible, l’Entrepreneur restaurera soigneusement lors du remblaiement toute
couche drainant ou tous drains découvert lors des fouilles, sinon il établira une dérivation
vers de nouveaux drains ou fossés drainant, ou effectuera tous raccordement requis par
l’Ingénieur.
5.2.5.9 : Réalisation des ouvrages.
L’Entrepreneur ne doit pas commencer la réalisation d’un ouvrage avant que l’état
de préparation du drain n’ait eu l’approbation de l’Ingénieur. Au début des travaux, ou lors
de tout changement dans l’organisation du chantier, l’Entrepreneur soumettra au visa de
l’Ingénieur la liste et les caractéristiques des principaux engins qu’il compte utiliser,
notamment de ceux ayant une incidence directe sur la qualité des ouvrages. Ces engins
doivent être toujours maintenus en bon état de fonctionnement.
Tout au long de la réalisation de l’ouvrage, l’Entrepreneur est tenu de respecter les
conditions d’utilisation des sols et de satisfaire les exigences de compactage fixées dans le
CPS. Les engins de compactage devront toujours être utilisés de manière à assurer une
répartition homogène de l’effort de compactage sur la surface de l’ouvrage.
5.2.5.10 : Remplissage des fouilles.
Dans le présent article “ FOUILLES GENERALES ”, le terme “ remplissage ” signifiera la
remise en place du matériau en une partie quelconque des fouilles effectuées par
l’Entrepreneur pour l’espace de travail et qui, de ce fait, est réputée être une fouille
excédentaire. Le remplissage sera avec un matériau de déblai remplissant les conditions
spécifiées. Le matériau de remblai sera adéquatement compacté et, si nécessaire,
l’Entrepreneur ajustera sa teneur en eau par séchage ou humidification. Après le séchage
ou l’humidification, le matériau sera mélangé de manière homogène jusqu’à ce que la
teneur en eau soit uniforme.
5.2.5.11 Remblaiement autour des structures achevées.

23
24

Le remblaiement autour ou au dessus des structures achevées (dans ou en dehors


des excavation) sera affecté avec le matériau spécifié à cet effet et atteindra les limites qui
sont indiquées sur les plans de remblaiement exclut le “ remplissage ” tel que défini dans
l’article 5.2.5.8.
5.2.5.11.1 Matériaux de remblai.
Les matériaux constitutifs de remblais proviendront soit des déblais, soit d’emprunt
ou carrières. Ces matériaux ne devront être utilisés qu’avec l’agrément de l’Ingénieur qui
pourra prescrire des essais d’identification et de compactage préalables. L’Entrepreneur
devra préalablement à toute ouverture de zones d’emprunt ou de carrière, se conformer à la
réglementation en vigueur. L’Entrepreneur devra faire des frais les sondages et essais de
sol nécessaire pour déterminer les gisements et justifier les formalités dont il sera
responsable.
Il ne pourra commencer à exploiter les emprunts ou carrières qu’après avoir reçu
l’autorisation écrite de l’ingénieur qui pourra la retirer à tout moment s’il estime que la
qualité n’est plus convenable sans que l’Entrepreneur puisse réclamer une indemnité
quelconque.
L’Entrepreneur supportera toutes les charges d’exploitation des lieux d’emprunt et
carrières et notamment l’ouverture et aménagement des postes d’accès, le
débroussaillement et le déboisement, l’enlèvement des terres végétales ou des matériaux
indésirables et leur mise en dépôt hors des limites. Le drainage des zones ou des carrières
devra être fait de façon efficace. Toutes dispositions devront être prises pour que l’eau de
ruissellement ne puisse s’écouler normalement en dehors de l’emprise de la route projetée
sans causer de dégâts aux propriétés riveraines.
Quinze (15) jours avant le recommencement des travaux de terrassement,
l’Entrepreneur devra remettre à l’Ingénieur les dossiers techniques relatifs aux zones
d’emprunt de matériaux ou aux carrières qu’il se propose d’utiliser.
Le dossier remis par l’Entrepreneur devra indiquer, pour chaque zone d’emprunt ou
carrière prospectée :
- La position repérée par rapport à la vicinalité de chantier ;
- Un croquis de la zone indiquant l’emplacement des sondages effectués (carrés de
25 mètres de coté) avec indication des sondages où les essais ont été effectués ;
- Les coups des sondages avec indication de la découverte éventuelle ;
- Le volume présumé des matériaux utilisables.
Il sera complété par l’indication des zones de mise en œuvre du matériau.

24
25

La documentation qui accompagnera la requête devra indiquer les résultats des essais
suivants :
- Teneur en eau naturelle ;
- Analyse granulométrique ;
- Détermination des limites d’Atterberg ;
- Equivalent de sable.
Ces essais seront exécutés sur des échantillons pris en différents emplacements et à
différentes profondeurs de la zone d’emprunt ou de la carrière. L’Entrepreneur fournira la
documentation complète à l’Ingénieur qui se réserve le droit d’exécuter les contrôles qu’il
jugera opportuns dans le laboratoire du chantier, aux frais de l’Entrepreneur.
L’Ingénieur devra faire connaître sa décision ou ses instructions sur l’exploitation
escomptés, l’Entrepreneur devra prospecter de nouvelles zones et remettre à l’Ingénieur les
dossiers techniques correspondants.
5.2.5.11.2 Exécution des travaux de remblais et de remplissage.
Le remblai autour des structures ne seront exécutés que lorsque les résultats des
essais sont satisfaisants et après l’approbation de l’Ingénieur. Les matériaux de
remblaiement doivent être déposés de manière à ne pas causer des surcharges indirectes ou
es pressions directes sur les structures. Le remblaiement et le compactage doivent être
entrepris de manière à ne pas endommager aucune surface finie des structures en béton.
Les zones adjacentes aux structures doivent être nivelées pour permettre
l’évacuation des eaux loin des structures. Les surfaces finies doivent être exemptes
d’irrégularités superficielles et ne doivent pas dépasser les 30 mm au-dessus ou au
dessous- des niveaux requis sauf sous les chaussées où la tolérance admise est de 13 mm.
Lorsque, aux termes du marché, des matériaux de remblai de types différents
doivent être mis en place en couches séparées ou sous forme de prismes, l’Entrepreneur
exécutera les travaux de manière à éviter le mélange des différents types de matériaux. En
cas de mélange, les matériaux mélangés seront évacués hors chantier et remplacés par des
matériaux non mélangé.
L’Entrepreneur organisera le calendrier et la cadence des travaux de remplissage et
de remblaiement autour des structures de manière à ne pas surcharger, endommager ou
mettre en danger aucune partie des ouvrages ; la mise en place des couches de matériau
sera étudiée de manière à maintenir un drainage adéquat et empêcher l’accumulation de
l’eau. La mise en place de matériaux autour des murs en sous-sol, réservoirs et cuves, ne
débutera pas avant que les murs et planchers ne soient achevées et n’aient atteint la valeur
totale de la résistance spécifiée. Le matériau ne sera pas mis en place derrière les murs qui
sont solidaires d’une toiture en partie haute, avant l’achèvement de la toiture et, dans le cas
d’une toiture en béton, avant que celle-ci n’ait atteint la valeur totale de la résistance
spécifiée et que les supports temporaires n’aient été enlevés. La mise en place du matériau
sera effectuée de manière qu’il exerce une pression uniforme autour des murs des
structures.

25
26

Pendant le délai d’un an qui suivra la réception provisoire, l’Entrepreneur assurera


l’entretien des remblai. Il restera seul responsable de la tenue de ces remblais et tous les
travaux requis par les tassements du sol seront effectués à ses frais. Il conservera également
pendant ce temps la responsabilité des accidents qui pourraient survenir du fait de cette
situation.

ARTICLE 5.2.6 : FOUILLES EN TRANCHEE.


5.2.6.1 : Généralités.
L’expression fouille en tranchée signifiera le creusement des tranchées de pose des
conduites, le mot conduite recouvrant les canalisations et travaux de tous types et de toutes
fonctions ainsi que le câble sauf dans les cas où le contexte rend ce sens clairement
inapplicable. A proximité de canalisations existantes, l’Entrepreneur exécutera les fouilles
par des méthodes manuelles afin de ne pas endommager les canalisations.
Les fouilles des tranchées seront exécutées à ciel ouvert et descendront aux cotés du
projet indiquées sur le profil en long notifié “ BON POUR EXECUTION. ” par
l’Administration en tenant compte de l’épaisseur des conduites et des lits de pose, de
consolidation ou de drainage éventuel.
Le creusement des tranchées sera précédé par le piquetage exact du tracé et les
niveaux du terrain naturel seront relevés par l’Entrepreneur et agréés par l’Ingénieur. Des
chaises d’implantation existantes seront solidement ancrées à chaque changement de pente
et à tous les points intermédiaires nécessaires, la distance entre elle n’étant jamais
supérieure à 40 m. Les chaises d’implantation seront formées par deux piquets verticaux
reliés par une broche horizontale d’un moins 1 mètre de longueur. Les chaises
d’implantation seront peintes en couleur clairement visibles, façonnées avec précision, aux
diverses longueurs nécessaires, pour utilisation en conjonction avec les chaises
d’implantation.
Les fouilles en tranchées seront exécutées selon les méthodes et aux largeurs et
profondeurs aptes à assurer la bonne construction des ouvrages. La largeur et la profondeur
des fouilles seront maintenues à la valeur minimum nécessaire pour mener à bien la pose
complète des conduites et pour fournir, le cas échéant, l’espace nécessaire aux lits de pose,
berceaux et enrobage de l’épaisseur spécifiée. Les déblais en tranchée seront dressés
comme spécifié ci-après.
Les déblais en tranchée et en puits seront exécutés de telle façon que les parois du
puits soient verticales et puis seront exécutés de telle façon que les parois des fouilles et
du puits soient verticales et couvrent les excavations requises en vue de l’installation des
conduites ainsi que les organes accessoires, les structures et les travaux nécessaires
mentionnés dans les plans prescrits par l’Ingénieur.
Les surlageurs et surprofondeurs provoquées par la mise en place de parties
courbes, raccords ou coudes ou pour l’aménagement de l’espace de travail nécessaire à la
conduite de ces travaux, seront réputées être des fouille excédentaires. Pour la confection
des joints, il sera aménagé des niches fournissant un espace libre d’au moins 50 mm au-
dessous de joints de tuyaux à raccords flexibles. Les dimensions des niches pour les tuyaux
dont les joints sont soudés extérieurement seront suffisantes pour permettre les travaux de
soudage et d’inspection.

26
27

Sauf prescriptions contraires, les tranchées dont le fond est constitué de roues
seront approfondies de 150 mm au-dessous du niveau de pose proposé des tuyaux et la
surprofondeur de fouille sera remplie d’un matériau meuble, ou de sable exempt de
particules de plus de 20 mm, ou de béton. Toute fouille exécutée en dehors de ces limites –
comme espace de travail ou hors profil, sera réputée être une fouille excédentaire. Il sera
attendu pour ouvrir un tronçon de tranchée de longueur spécifique que les tuyaux devant
être posés dans ce tronçon soient disponibles sur le site.
5.2.6.2. : Fouilles en tranchées sur chaussées et trottoirs.
Les fouilles en tranchées et tous les autres travaux exécutés sur l’emprise
des trottoirs et chaussées du domaine public ou privé seront achevées le plus rapidement
possible et prenant toutes les précautions pour assurer la sécurité du public et le maintien
de la circulation.
Sauf dispositions spécifiques arrêtées au préalable avec les autorités compétentes
ou les propriétaires, l’Entrepreneur fournira les ouvrages temporaires nécessaires pour
maintenir les routes ouvertes à la circulation habituelle. Dans le cas de chaussées de largeur
suffisante pour assurer le passage de al circulation sur deux voies au moins, les travaux
n’obstrueront pas plus de la moitié de la largeur de la chaussée à la fois. Dans le cas de
routes à chaussées séparées à deux voies de la circulation ou plus, dans chaque direction,
les travaux n’obstrueront pas plus d’une voie à la fois dans chaque direction.
L’Entrepreneur prendra les précautions spéciales (par exemple le blindage continu
des parois des fouilles) du commencement à l’excavation jusqu’au remblaiement des
tranches pour empêcher toute désorganisation des chaussées adjacentes ou de leur
fondation. Aux endroits indiqués sur les plans d’exécution ou désignés par l’Ingénieur,
l’Entrepreneur sera tenu de mettre le blindage en place.
Le drainage des chaussées sera effectivement maintenu et protégé contre toute
obstruction pendant la durée des travaux. Dans le cas de chaussées étroites, ou d’un espace
de travail limité, ou si l’Ingénieur le lui demande, l’Entrepreneur mettre provisoirement
une partie ou la totalité des déblais et dépôts à distance du lieu des travaux pour perturber
le moins possible la circulation et l’accès aux propriétés adjacentes. Il ramènera ensuite, à
ses frais, le matériau de déblai sur le lieu des travaux pour le remblaiement. L’excédent
sera transporté et déchargé dans des zones de dépôt agréées par l’Ingénieur.
Tout terrain ayant servi à la mise en dépôt provisoire de matériaux de déblai sera, à
l’achèvement des travaux de remblaiement, totalement remis en son état d’origine et
débarrassé de toutes pierres détachées.
5.2.6.3. Fouilles en tranchée en terrain non bâti.
Il sera entendu par “ terrain non bâti ” les champs, maquis, terrains vagues,
accotement de routes et autres terrains similaires dans des propriétés privées ou des lieux
ouverts au public. Aucune fouille en tranchée ne commencera en terrain non bâti avant
qu’une clôture provisoire de type approprié n’ait été montée autour du tronçon de tranchée
à excaver, sauf autorisation expresse de l’Ingénieur. Les clôtures provisoires ne pourront
être enlevées que sur autorisation, l’autorisation ne sera normalement donnée qu’après le
remblaiement de la tranchée et la remise en état des lieux.

27
28

L’Entrepreneur ne devra veiller à la sécurité du déblai présent ou pouvant être


amené sur les terrains non bâtis et s’assurera que toutes fouilles, voies d’accès, pentes
abruptes ou non stables exécutées dans le cadre des travaux sont adéquats clôturées et
protégées. Des passages pour le détail seront aménagés à des intervalles suffisantes tels
qu’agréés par l’Ingénieur.
Après la mise en place des clôtures temporaires, l’Entrepreneur décapera le terrain,
terre végétale comprise si applicable sur la profondeur et la superficie nécessaire pour
mettre en réserve une quantité de matériaux suffisante pour la remise en état des lieux qu’il
a occupé aux fins des travaux.
5.2.6.4. Traitement final des fouilles en tranchée ;
Dans le cas de fouilles en tranchée devant être réalisées jusqu’à des niveaux
spécifiés pour la face de toute structure devant s’appuyer sur un sol intact, l’Entrepreneur
n’achèvera l’excavation que juste avant le démarrage des travaux de construction, sauf
autorisation contraire de l’Ingénieur.
Si, aux termes de la spécification, la mise en place des tuyaux se fait sans lit de
pose, le fond de la tranchée sera soigneusement nivelé et dressé au profil voulu à l’aide
d’une règle droite de 6 m de long au minimum de façon à former un support continu pour
les tuyaux. Le fond de la tranchée sera ensuite systématiquement piqué à la fourche.
Toute pierre ou silex susceptible de créer des points durs sur le fond de la tranchée,
ou d’endommager le tuyau ou son revêtement, seront expurgés du fond de la tranchée et les
trous résultants seront colmatés avec un tuyau meuble et arasés au bon niveau.
Pour la mise en place des tuyaux sur un lit de pose spécifié, tous les blocs ou
matériaux désagrégés seront enlevés au fond de la tranchée afin de placer le lit de pose sur
un sol de fondation sain et propre.
5.2.6.5. Drainage et consolidation du fond des fouilles.
Lorsqu’il y a lieu d’assainir les fonds de fouille en raison de l’instabilité des sols
aquifères et des risques d’affouillement par les eaux incluses, l’Entrepreneur proposera à
l’Ingénieur les modalités de drainage et de consolidation du fond de fouille.
Il pourra être proposé suivant les cas :
- La constitution du lit de pose en matériaux drainant (cf. Article 5.2.6.8 ci-après) ;
- La pose de drains entourés d’une épaisseur suffisante de matériaux convenables.
Ces travaux devront être exécutés dans des tranchées soit par épuisement soit par
rabattement de nappe suivant les cas.
Si le fond de fouille est instable, même après drainage éventuel, la mise en place ou
l’exécution d’un tapis anti-contaminant, de berceaux ou d’un béton de propreté, en vue
d’assurer un nivellement précis, ou de dalles de répartition dans les terrains peu
consistants, peut être imposée par l’Ingénieur.
Dans le cas de béton de propreté ou de salles de répartition, le tuyau est posé sur un
lit de pose pour lui éviter tout contact avec le béton de propreté ou les dalles.
Dans le cas de berceaux, leur dimensions doit être en comptabilité avec la classe de
résistance des tuyaux de retenue.

28
29

5.2.6.6. Dispositions du déblai des fouilles en tranchée.


Sous réserve des prescriptions spécifiques aux termes du marché, l’Entrepreneur
prendra ses propres dispositions pour la mise en dépôt provisoire, et le cas échéant la
double manutention des matériaux de déblai nécessaires au remblaiement des fouilles en
tranchée. L’Entrepreneur prendra en compte, à cet effet, les aires de travail disponibles
pour l’exécution des travaux de poses, notamment pour les conduites situées dans la
chaussée ou en tout autre lieu auquel le public a librement accès. La pente et la hauteur des
talus des dépôts provisoires constitués le long des tranchées seront stables. Le matériau de
surface et, le cas échéant, la terre végétale seront mis en dépôt séparément.
Sous réserve de l’adéquation du matériau de déblai, les dépôts provisoires de
l’Entrepreneur tels que définis ci-dessus, devront pouvoir admettre séparément, si
l’Ingénieur le demande, tout matériau approprié pour la remise en état de la surface
d’excavation des fouilles en tranchées. Tout matériel de déblai excédentaire, ou inapproprié
pour le remblaiement tel que décrit ci-avant ou pour toute autre utilisation dans les
ouvrages, sera évacué hors chantier.
5.2.6.7. Tranchées ne devant pas être laissées ouvertes.
Les tranchées seront excavées avec promptitude et, sous réserve de prescriptions
spécifiques aux termes du marché, leur remblaiement et la remise en état de la surface
seront commencés et achevés le plus tôt possible, dans les limites pratiques raisonnables,
après la pose et la confection des joints des tuyaux.
La pose des tuyaux suivra de près l’achèvement des fouilles en tranchée,
l’Entrepreneur ne permettra pas que des tronçons de longueur excessive restent ouverts
dans l’attente des épreuves, l’Entrepreneur prendra des précautions pour empêcher tout
mouvement des tuyaux dans les tranchées ouvertes exposées à un risque d’inondation ; les
dites précautions pourront inclure le remblaiement partiel de la tranchée en laissant les
joints à découvert aux fins des épreuves.
Dans le cas où il jugerait que l’Entrepreneur n’observe pas les prescriptions qui
précèdent, l’Ingénieur pourra interdire la continuation des fouilles en tranchée jusqu’à ce
que les travaux de pose, épreuves de tuyaux et travaux de remblaiement soient exécutés
d’une manière satisfaisante.
5.2.6.8. Remblaiement des fouilles en tranchée.
Les tranchées ne pourront pas être remblayée qu’après essais et vérification des
cotes des ouvrages construits et après accord écrit de l’Ingénieur. Toutes les fouilles seront
remblayées avec les terres des déblais lorsque celles-ci présentent les qualités requises à
l’article 5.2.3, après accord écrit de l’Ingénieur. La terre sera purgée de tout caillou de
dimensions supérieure à 8 cm. Ces réalisations devront obligatoirement être très
soigneusement compactées. A cet effet, ils seront effectuées par couches de 20 cm
maximum qui seront pilonnées et arrosées de façon à obtenir 95% du proctor normal.

29
30

Excepté les cas où un lit de pose, berceau ou enrobage en béton ou en matériau


granuleux, est spécifié ou indiqué sur les plans d’exécution, le remblaiement sera effectué
avec un matériau meuble, exempte de particules de calibre supérieur à 15 cm, déposé en
couches de 20 cm et systématiquement compacté.

Le compactage au-dessous sur les flancs des tuyaux sera effectué à l’aide de pilons
de forme appropriée en pressant alternativement d’un coté et de l’autre (on veillera
soigneusement à éviter d’endommager les tuyaux, ou le revêtement éventuel) jusqu’à ce
que le remblaiement atteigne la mi-hauteur du tuyau. Après ce stade, le matériau de
remblai meuble sera déposé jusqu’à surmonter 40 cm au moins le sommet des tuyaux. On
veillera soigneusement à éviter d’endommager le revêtement des conduites et tout
manchon de protection en polyéthylène.

Le reste du remblai sera exécuté avec un matériau grossier contenant des morceaux
de roches désagrégées provenant des fouilles (dans la roche) exempt de blocs et de mottes
de terres de calibre supérieur à 8 cm sous réserve que l’Ingénieur juge qu’il ait
suffisamment dense pour empêcher la migration du matériel des couches succinctes dans
les vides présents en son intérieur. Le matériau grossier sera étalé par couches de 20 cm
d’épaisseur au plus et systématiquement compacté à l’aide d’une dame de type agrée. Le
remblaiement en matériau grossier montera jusqu’au niveau où la remise en état de la
surface doit commencer, ou au niveau qui, après la remise en place de la totalité de la terre
végétale, et après définition des tuyaux fournira une sur-épaisseur suffisante pour rétablir le
niveau initial du sol après tassement.

Les déblais excédentaires d’un tronçon pourront servir au remblai des tronçons
suivant dans les conditions ci-dessus précisées, et ce, afin d’éviter au maximum le
transport des terres. Les déblais non utilisés en remblai seront évacués à la décharge
indiquée par l’Ingénieur.

Dans le cas où le matériau excavé ne pourrait être considéré comme un matériau


compatible, le recours aux matériaux d’Apport est nécessaire. Les matériaux, tels que
fragments de roches et revêtements de routes ne seront normalement pas utilisés pour la
remise en état des chaussées sauf indications contraires. Aucun matériau gelé ne sera utilisé
pour l’exécution de remblaiement et l’Entrepreneur s’abstiendra de tous remblaiement de
tranchées par temps de gel.

30
31

Lorsque nécessaire, l’Entrepreneur ajustera la teneur en eau du matériau de remblai


par séchage ou humidification pour faciliter le compactage.

Dans le cas où, en cours de travaux, le matériau placé dans le remblaiement jugé
acceptable au moment de l’inspection, deviendrait inacceptable par suite de son exposition
aux intempéries ou aux inondations, l’Entrepreneur sera tenu d’enlever tout le matériau
ainsi endommagé, ameubli ou désagrégé et de le remplacer par un matériau fins agréé.
Dans les cas indiqués par l’Ingénieur, le remblaiement des tranchées sera exécuté avec du
béton.

Pendant le déblai d’un an qui suivra la réception provisoire, l’Entrepreneur assurera


l’entretien des remblais. Il restera seul responsable de la tenue de ces remblais, et tous les
travaux requis par le tassement du sol seront effectués à ses frais. Il conservera également
pendant ce temps, la responsabilité des accidents, qui pourraient survenir du fait de cette
situation.

5.2.6.9. Remise en état de la surface des terrains non bâtis.


Après le remblaiement des tranchées excavées dans les terrains non bâtis en
conformité avec les méthodes et les niveaux spécifiés, l’Entrepreneur ameublira la surface
de la zone concernée sur une profondeur d’au moins 30 mm et remettra en place tout le
matériau de surface, terre végétale comprise, le cas échéant, ayant été enlevé
précédemment, ce matériau sera étalé et nivelé de façon régulière sur toute la superficie de
la zone décapée. Les zones engazonnées ayant été utilisées comme zone de travail par
l’Entrepreneur seront réensemencements avec des graines de qualité équivalente et seront
entretenues jusqu’à ce que la nouvelle herbe se soit bien établie.
Sur toutes les terres agricoles non engazonnées avant les travaux, ses engrais de
type approprié seront répandus et enterrés dans le sol par hersage pour rétablir la fertilité
d’origine.
5.2.6.10. Remise en état de la surface des chaussées et trottoirs.
La remise en état provisoire ou permanente de la surface des chaussées et trottoirs
ayant été excavés sera effectué en conformité avec les prescriptions spéciales données
selon la réglementation en vigueur.
Sauf indication contraire par l’Ingénieur, la remise en état de la surface consistera
en la pose des matériaux suivants (ou matériaux similaires agréés), chaque couche devant
être bien compactée aux épaisseurs finales spécifiées.
La couche supérieure de la remise en état des chaussées et trottoirs sera bien
compactée et nivelée jusqu’aux surfaces existantes adjacentes. Elle sera maintenue à ce
niveau, y compris là où nécessaire, la mise en place de matériaux bitumineux
supplémentaires, jusqu’à la réception provisoire.

31
32

Epaisseur finale (mm) Matériaux


CHAUSS
ÉES

20 Agrégats bitumineux classé (13 mm) protégé avec du sable


bitumineux
60 Agrégat bitumineux de taille nominale 38 mm
75 Gravier classé de matrice argileuse
230 Déblais agréé émanant des fouilles en tranchée ou d’autres
fouilles
75 Gravier grossier
460 Epaisseur finale totale de la remise en état de la surface des
chaussées
Trottoirs
20 Agrégat fin bitumineux mis en place à froid sur une couche
mince de liant bitumineux
20 Agrégat bitumineux de taille nominale 38 mm
75 Gravier grossier
155 Epaisseur finale totale de la remise en état de la surface des
chaussées.

ARTICLE 5.2.7 : DRAINS POUR TERRES AGRICOLES.


Les drains pour les terre agricole servant au drainage des champs sectionnés au
cours du creusement des tranchées seront maintenus en état de service temporaire pendant
la durée des travaux de pose des canalisations. La remise en état permanent des drains sera
effectuée au stade approprié du remblai des tranchées conformément aux prescription :
- Le drain de part et d’autre de la tranchée sera recoupé sur au moins 300 mm et une
longueur appropriée de tuyau en fibre imprégnés de brais, conforme à une norme agréée,
sera raccordée au drain existant en veillant à la faire reposer à ses deux extrémités sur un
sol résistant, le joint sera entouré d’argile ou autre matériau imperméable pour éviter
l’écoulement de l’eau dans la tranchée. Au cours des opérations de remblaiement de la
tranchée, de la terre sera placée avec soin et bien compactée sous le tronçon de tuyau en
fibres imprégnées de brai pour lui assurer un support adéquat.

32
33

ARTICLE 5.2.8 : REVETEMENT EN TERRE VEGETALE.


Après l’achèvement des autres travaux de terrassement, les parties du site désignées
par l’Ingénieur seront recouvertes immédiatement après de terres végétales et engazonnées
conformément aux prescriptions ci-après.
Dans toute la mesure du possible, la terre végétale proviendra du matériau de déblai
ayant été mis en réserve dans les dépôts provisoires selon les prescriptions de l’Ingénieur.
S’il juge que l’Entrepreneur ne peut pas raisonnablement extraire une quantité suffisante de
terre végétale de ces dépôts, l’Ingénieur pourra exiger que l’Entrepreneur fournisse la
quantité de matériau supplémentaire à partir d’une source située hors chantier.
La terre végétale sera régulièrement étalée et dressée sur les talus et autres zones
selon les pentes et niveaux qui sont indiqués sur les plans ou stipulés par l’Ingénieur.
L’épaisseur de la couche étalée ou profilée, mesurée perpendiculairement à la
surface, fera 250 mm au minimum sauf instructions contraires. Les mottes de terres et
blocs seront désagrégés et tous détruits, pierres de grand calibre, racines et mauvaises
herbes seront enlevées.

ARTICLE 5.2.9 : CONTRÔLE DE QUALITÉ.


5.2.9.1 Généralités.
Sauf stipulation différentes du CPS, l’Entrepreneur est tenu de vérifier la qualité
des matériaux destinés au remblai ainsi que la qualité de la mise en œuvre et à cet effet il
doit maintenir sur le chantier les moyens en personnel et en matériel nécessaire.
Il devra pouvoir justifier, à tout moment, le respect des conditions d’utilisation des
sols figurant dans le CPS.
Les résultats des différents essais, mesures et constatations ainsi que les décisions
qui ont découlé de tous les contrôles devant être désignés dans un registre tenu
constamment à la disposition de l’Ingénieur.
Si l’Ingénieur constate une insuffisance ou une défaillance de l’échelon de contrôle
de l’Entrepreneur, il a le droit de faire exécuter, par un laboratoire de son choix, les essais
qui incombaient à l’Entrepreneur. Les frais afférents à ces essais seront alors à la charge de
l’Entrepreneur.
L’Ingénieur peut, en outre à tout moment, procéder à des essais en complément de
ceux fixés au marché, mais les frais entraînés par ces essais ne sont pas à la charge de
l’Entrepreneur.
5.2.9.2 Inspection par l’Ingénieur.
L’Ingénieur inspectera le terrain mis à découvert lorsque les niveaux ou les limites
des fouilles seront atteints, si un endroit quelconque du terrain lui paraît de nature
inappropriée, il pourra demander à l’Entrepreneur de poursuivre les fouilles. Ces fouilles
supplémentaires seront remblayées jusqu’aux niveaux spécifiés avec un béton, ou un
matériau de déblai de choix ou remblayés jusqu’aux niveaux spécifiés avec du béton, ou un

33
34

matériau d’emprunt sélectionné suivant le cas et seront rémunérés selon un prix approprié
du bordereau des prix.
Dans le cas où, en cours des travaux, le matériau du fond ou des parois d’une
fouille, jugé acceptable par l’Ingénieur au moment de l’inspection deviendrait inacceptable
par la suite à cause de son exposition aux intempéries ou aux inondations, ou boueux ou
meuble ou non cohérent, l’Entrepreneur sera tenu d’enlever tout le matériau ainsi
endommagé, ameubli ou désagrégé et de reprendre les fouilles jusqu’à atteindre une
surface saine. Les surlageurs et surprofondeurs de fouille seront réputées être des fouilles
excédentaires et les déblais afférents seront évacués hors chantier.
5.2.9.3 Contrôle de qualité sur chantier.
Avant d’entreprendre le moindre remblayage au travail de construction ultérieur
chaque sous couche et chaque couche de remblai doivent être inspectées et approuvées.
Les essais de densité sur chantier doivent être réalisés suivant l’une des méthodes
suivantes :
- Méthode de cône de sable (sand cone method – ASTM D 1556) ;
- Méthode de ballon plastique (rubber balloon method – ASTM D 1556) ;
- Méthode nucléaire (nuclear method – ASTM 2922).
Un essai de densité sur chantier doit être effectué par couche de remblai compactée
sous-jacente aux dalles structurelles ou chaussées revêtues. Trois essais doivent être
effectuées par site à raison d’un essai par 200 m². En aucun cas, le nombre de ces essais ne
doit être moins de 3.
Pour les remblayages des fondations de murs, au moins deux essais de densité sur
chantier doivent être réalisés à des cotés différentes conformément aux instructions de
l’Ingénieur. Si, d’après l’avis de l’Ingénieur sur la base des rapports des essais et de
l’inspection, les remblais sont inférieurs à la densité spécifiée, un compactage et des essais
supplémentaires seront effectués jusqu’à ce que la densité soit obtenue.
5.2.9.4 Entretien.
Si les surfaces déjà compactées ont été perturbées à cause d’opérations de
construction ultérieures ou par les causes atmosphériques adverses, l’Entrepreneur devant
ameublir la surface, niveler et compacter jusqu’à obtention de la densité requise avant de
poursuivre les travaux de construction.
Les surfaces nivelées doivent être protégées des mouvements de circulation du
trafic et de l’érosion et doivent être exemptées de rebuts et de débris. Dans les zones
affaissées, érodées et endommagées, les niveaux doivent être réarrangées et rétablis selon
les tolérances spécifiées.
Là où l’affaissement est meuble ou visible dans les zones de fouille et de
remblayage durant la période de garantie du projet, la surface (chaussé en pelouse ou tout
autre fini) doit être déménagée et remplacée pour des matériaux de remblayage, compactés
et traités pour rétablir les conditions requises.

34
35

L’aspect de la qualité et la condition de surface ou le fini doivent être rétablis de


façon à s’accorder avec les travaux adjacents ; les traces de répartition doivent être
éliminées autant que possible.

ARTICLE 5.2.10 : DETERMINATION DES QUANTITÉS.


5.2.10.1 Longueurs.
5.2.10.2 Distance de transport.
Les distances de transport résultent de plans dressés avant exécution et, notifiés à
l’Entrepreneur ou de plan établis en cours de travaux à partir de constats contradictoires.
Les distances de transport sont prises horizontalement en tenant compte du trajet le
plus court compatible avec les points de passage obligés, entre les centres de gravité
respectifs des lieux de déblai et d’emprunt d’une part, des lieux de remblai et de dépôt
d’autre part. Dans le cas où les terres en provenance d’un lieu de déblai ou d’emprunt sont
réparties en plusieurs lieux de remblai ou de dépôt, on effectue une pondération des
distances en fonction des volumes correspondants évalués par l’entreprise et acceptés par
l’Ingénieur.
5.2.10.3 Longueur de forage.
Les longueurs de forage résultent des plans dressés avant exécution ou, à défaut, de
constats contradictoires.
5.2.10.4 Surfaces.
Les surfaces résultent de plans dressés avant exécution et notifiés à l’Entrepreneur
ou de plans établis en cours de travaux à partir de constats contradictoires.
Les surfaces sont mesurées suivant les cas :
- Soit en valeur effective ;
- Soit en projection horizontale.
5.2.10.5 Volumes.
5.2.10.5.1 Volume en place et volume en œuvre.
Les volumes résultent de plans dressés avant exécution et Notifiés à l’Entrepreneur
ou de plans établis en cours de travaux à partir de constats contradictoires. La
différenciation éventuelle entre les catégories de déblai se fera en cors d’exécution par la
détermination contradictoire d’une ligne de partage au droit de chaque profil.
5.2.10.5.2 Volume d’eau pompée.
Les volumes d’eau pompée sont mesurés à l’aide de compteurs qui, s’ils n’ont pas
été homologués par le service de poids et mesures, doivent être soumis au visa de
l’Ingénieur.

35
36

5.2.10.5.3 Poids.
Les poids seront mesurés à l’aide de bascules ou de pesons qui, s’ils n’ont pas été
homologués par le service de poids et mesures, doivent être soumis au visa de l’Ingénieur.

ARTICLE 5.2.11 : METRE DE TERRASSEMENTS.


L’Entrepreneur devra, dans les 45 jours suivant l’ordre de commencer les travaux,
solliciter de l’Ingénieur le visa “ Bon pour exécution ” par site ou présenter ses
observations sur le métré, éventuellement modifié par le calcul direct pour certains points
particuliers.
L’Entrepreneur ne pourra faire état des différents métrés que si ces différences sont
supérieures à 15% des cubes de déblais et de remblais cumulés. Les différences provenant
d’erreurs de report seront normalement corrigées.
L’Ingénieur devra donner, dans un délai de 8 jours, son visa ou vérifier le bien
fondé des observations de l’Entrepreneur et le cas échéant, demander des levés
contradictoires qui devront aboutir dans les 8 jours suivants.
Les métrés inclus dans les pièces techniques du marché ou le cas échéant les métrés
contradictoires ainsi obtenues constituent l’avant métré forfaitaire des terrassements.
En cas de modification ordonnée par l’Ingénieur (encaissement pour couche de
matériaux sélectionnés en zone de déblais, couche anti-contaminant, couche anticapillaire,
l’Entrepreneur établira par calcul direct, les avant métrés notifiés et les soumettra à
l’Ingénieur pour approbation. Il est précisé que les métrés de terrassement visent
uniquement les cubes de déblais et de remblais et ne se rapportent en aucune manière aux
distances de transport.

ARTICLE 5.3 : BETONS ET MORTIERS HYDRAULIQUES.

ARTICLE 5.3.1 : PREAMBULE.


Le présent chapitre couvre la fourniture des martiaux de fabrication du béton,
l’étude de la composition des bétons, le contrôle de qualité, la malaxage, le transport, la
mise en place, le traitement des surfaces bétonnées, les joints d’étanchéité, les matériaux de
remplissage des joints de calfeutrement.

ARTICLE 5.3.2 : INDICATIONS GENERALES.


5.3.2.1 Consistance du Béton Frais
La consistance du béton frais est spécifiée par une borne inférieure et par une borne
supérieure de l’affaissement au cône d’Abrams mesuré immédiatement avant sa mise en
place. Les mesures seront effectuées conformément aux normes NF P 18-451, BS 1881,
ASTM C143.
5.3.2.2 Résistance à la compression à vingt-huit jours.

36
37

La résistance à la compression à vingt-huit jours spécifiées par un fractile et par une


borne inférieure est représentée par la valeur caractéristiques notées fc28.
LES MESURES SONT EFFECTUÉES SUR ÉPROUVETTE CYLINDRIQUES SELON LES
NORMES NF P18-404 ET NF P 18-406, BS 8110, ASTM C39.

5.3.2.3 Dosage minimal en ciment.


Les prescriptions générales relatives au dosage minimal en ciment (en kilogramme
par mètre cube de béton compacté) sont déterminées conformément à la norme BS 12.
5.3.2.4 dimension maximale du granulat.
La dimension maximale du granulat est spécifiée par une borne inférieure exprimée
en millimètres et désignée par D.
L’Entrepreneur ne doit se reporter aux normes NF P 18-304 et BS 882 pour la
définition de cette grandeur, qu’il convient de choisir en fonction des distances des
armatures entre elles vis à vis des parois.

ARTICLE 5.3.3 : CONSTITUANTS DE BETON ET MORTIERS.


5.3.3.1 Ciments et liants hydrauliques.
5.3.3.1.1Quantité et provenance.
Les ciments peuvent être soit des ciments fabriqués en Algérie soit des ciments
d’importation. Dans tous les cas, les caractéristiques du ciment utilisé devront être définies
par des norme algériennes et conformes aux recommandations ISO ainsi que de la norme
britannique BS 12. et sera également soumis de qualité en conformité avec la norme
ASTM C 150.
L’Entrepreneur proposera les qualités des ciments à mettre en œuvre à
l’approbation de l’Ingénieur en tenant compte de l’action des eaux transitées, de leur
nature, de l’agressivité du sol et de la qualité des eaux de la nappe et en tenant compte des
critères d’étanchéité à obtenir.
Pour tous les travaux de construction des ouvrages, le ciment utilisé sera Portland
ordinaire sauf spécification contraire ou accord de l’Ingénieur.
Le ciment doit avoir une régularité de composition permettant au béton d’être d’une
teinte constante à l’échelle de l’ouvrage. Pour cela, quelle que soit la catégorie, le ciment à
utiliser pour l’ensemble des parements dont l’uniformité est requise à l’échelle de
l’ouvrage doit être d’une même provenance, et dans le cas des ciments contenant des
cendres volantes, provenir d’un même lot d’approvisionnement.
Le ciment à faible teneur en alcali du Ciment Portland résistant aux Sulfates.
Le Ciment Portland Ordinaire doit être en conformité aux normes algériennes appropriées
aux NF P 15-301, BS 12 ou ASTM C 150 type I.
Le ciment Portland résistant aux solutions sulfatées doit être en conformité aux normes
algériennes, NF P 15-313, BS 4027 ou ASTM C 150 type V.

37
38

Il est interdit d’utiliser le ciment (Alumineux) à haute teneur d’alumine (d’oxyde


d’aluminium).
L’Entrepreneur fournira à l’Ingénieur tous les échantillons qu’elle requière aux fins
d’essais pour chaque livraison de ciment sur le site. Tout ciment que l’Ingénieur jugera
granuleux ou particulièrement pris sera rebuté et enlevé hors chantier dans les plus brefs
délais. Le ciment ayant séjourné plus de 40 jours sur le chantier ou jugé de qualité
douteuse par l’Ingénieur ne sera pas utilisé pour la construction des ouvrages qu’après
avoir subi de nouveaux essais et uniquement si les résultats des essais établissent sa
conformité à la norme applicable à tous les égards.
5.3.3.1.2 Livraison et stockage de ciment.
Le ciment pourra être livré dans des sacs scellés et neufs de 50 kg. en lot ne
dépassant pas les 100 tonnes ou dans des camions pour chargement en vrac fabriqués
spécialement à cet effet.
Les sacs doivent être stockés dans des abris secs ventilés, permettant une bonne
conservation. Ils seront isolés du sol par un plancher surélevé à 0.50 m au moins de ce
chantier. Ces abris seront suffisamment vastes pour permettre une manutention aisée.
Le ciment livré en vrac sera obligatoirement stocké dans des silos étanches.
Chaque type de ciment sera emmagasiné séparément. L’utilisation des ciments s’effectuera
par l’ordre d’arrivée sur chantier de la plus ancienne à la récente en date. Quel que soit le
mode de livraison adopté, le ciment devra être parfaitement refroidi.
La cadence d’approvisionnement devra être telle qu’elle puisse satisfaite largement
aux besoins du chantier, mais n’entraîne pas de stockage d’une durée supérieure à un mois.
Le ciment, dont la fabrication remonte à plus de 12 mois de la daté prévue pour son
utilisation, ne serait pas employé pour le besoin des travaux. Tout ciment humide,
présentant des nodules ou ayant été altéré sera systématiquement et immédiatement rejeté.
Si le ciment fourni fait l’objet d’un procès-verbal de rebut, l’Entrepreneur devra
débarrasser le chantier de ce ciment sur déblai, faut de quoi l’Administration en assurera la
mise aux décharges aux frais de l’Entrepreneur.
5.3.3.1.3 Vérifications et contrôles.
Les opérations de vérification et de contrôle comprennent, pour chaque lot de fourniture :
- La vérification des modalités de livraison de transport et de stockage ;
- L’identification, assortie s’il y a lieu d’essais de reconnaissance rapide et de
prélèvements conservatoires ;
- Le contrôle de conformité portant sur les caractéristiques particulières et les
épreuves complémentaires éventuellement fixées par l’article 4 du fascicule n°3 du CCTG
français.
En cas d’anomalie constatée soit avant emploi d’un lot, soit après fabrication d’un
béton dont le ciment est un composant, l’Entrepreneur soumet sans retard à l’acceptation
de l’Ingénieur les dispositions à prendre. Il est à noter que l’Entrepreneur doit assurer la
livraison avec son fournisseur de manière à pouvoir rechercher avec le producteur les
causes et l’étendue de l’anomalie constatée.

38
39

5.3.3.2 Granulats.
5.3.3.2.1 Qualité et provenance.
Les granulats pour mortiers et béton devront satisfaire aux normes algériennes, aux
prescriptions des normes NF P 18-301, 18-304, 18-309 et 18-321 et de ‘annexe technique
124.2 (Art. 1er et 2ème) de la normalisation française et de la norme BS 882.
Avant le démarrage des essais de dosage des bétons, l’Entrepreneur soumettra pour
agrément un échantillon de 50 kg de chacun des granulats qu’il propose d’utiliser. La
provenance de chaque type de granulats sera clairement indiquée sur les sacs. Les résultats
certifiés des essais établissant la conformité avec les normes de qualité applicables seront
soumis en même temps à l’Ingénieur. Les échantillons ayant été agréés par l’Ingénieur
seront conservés pour référence sur le chantier.
Les échantillonnages et les essais des granulats seront exécutés à la demande de
l’Ingénieur et en conformité avec les clauses applicables de la norme BS 812. l’absorption
d’eau des granulats hors des essais effectués en conformité avec la procédure spécifiée
dans la deuxième partie de la norme BS 812 (ou norme équivalente) n’excédera pas 2.5%.
Les granulats destinés au chantier ne produiront aucune réaction alcaline avec le
ciment, qu’il s’agisse de silice ou de carbonate. La réactivité potentielle ou autre des
granulats sera destinée en conformité avec la norme ASTM C289 ou une norme
équivalente agréée.
La teneur en chlorure et sulfates solubles des granulats permettra le respect des
limites de teneur en sels qui sont spécifiées or chaque classe de béton.
La recherche des chlorures et sulfates et les essai de réaction alcaline potentielle
seront effectués à la demande de l’Ingénieur.
L’Entrepreneur doit obtenir les différents types de granulats mentionnés dans les
travaux finis de béton d’une seule source et assurer que les livraisons adéquates peuvent
être faites durant toute la durée du contrat.
L’Entrepreneur doit assurer un approvisionnement homogène des granulats en ce
qui concerne notamment :
- L’état de saturation ;
- La forme ;
- La variation de teinte du granulat mouillé ou la permanence de blancheur pour les
granulats blancs ;
- La stabilité chimique.
Les granulats doivent être propres, exemptes de particules inertes (pyrites, argiles,
charbons et matières organiques) susceptibles d’influer sur la teinte.
Les granulats marins peuvent être autorisés pour la fabrication des bétons non
armés, armés ou précontraints par post-tension, si les dispositions adéquates sont prises
pour qu’ils respectent les spécifications de NF P 18-301 à 309 et 321, et BS 882 et de
l’annexe technique T24.2 Art. 3 et permettent au béton de respecter les siennes et

39
40

notamment les exigences de l’article 24.2.5 du fascicule n°65 de la norme française. En


général, les granulats marins (dragués peuvent être utilisés à condition que :
- Leur emploi ne soit pas expressément défendu ;
- Le chlorure de calcium ne soit pas employé ;
- Les coques creuses, ou les graviers de forme convenables ne soient pas utilisées en
quantité pouvant affecter le qualité et/ou la perméabilité d u béton ;
- La quantité de coquillage pouvant causer des vides, et contenues dans les matériaux
retenus à travers un tamis n° 7 suivant le BS, déterminés par séparation visuelle directe,
n’excède pas 03% par poids des granulats secs ;
- La teneur en sel de chlorure des granulats, ne soit pas supérieure à celle mentionnée
dans le DTU P18-203 et 702 et BS 8110 pour la catégorie de béton décrit.
Lorsque de grosses quantités de béton de masse seront nécessaires pour la
construction de structures massives, l’Entrepreneur veillera à ne pas utiliser des granulats
de forme plate et allongée afin de conserver l’ouvrabilité du béton tout en maintenant la
teneur en ciment et en eau au niveau le plus bas permis par le CPS.
L’Entrepreneur vérifiera les fournitures de granulats sur le lieu de provenance des
granulats afin d’assurer que la forme des granulats, telle que définie par les essais effectués
en accord avec les normes agréées, reste dans les limites admissibles pour la gâchée à
laquelle le granulat est destiné.
Les granulats grossiers devront pouvoir produire du béton dont le retrait au séchage
n’excédera pas 0.05% lorsqu’il sera soumis aux essais en conformité avec une norme
agréée.
L’Entrepreneur présentera les fiches d’essai établies par le fournisseur certifiant la
conformité aux prescriptions. Si ces fiches ne sont pas disponibles, l’Entrepreneur
exécutera des essais conformes à la méthode agréée pour établir l’adéquation de la source
de granulats proposée.
Lorsque la source de granulats utilisée produit des granulats grossiers qui ne
satisfont pas aux critères de retrait, cette source ne sera pas utilisée pour la fourniture de
granulats fins.
5.3.3.2.2. Contrôle de conformité des granulats.
a) Epreuve préalable :
En l’absence de référence probantes, une épreuve portant sur l’absence des
caractères spécifiques (normalisés) sera effectuée sur un échantillon représentatif de la
productions proposées.
b) Réception des fournitures.
Les modalités du contrôle de conformité des fournitures de granulats proposées
doivent découler des dispositions du BS 882 et de l’annexe non homologuée à la
norme NF.M8-3.1 intitulée “ conditions de réception applicable aux fournitures de
granulats naturels pour bétons hydrauliques livrés en vrac ”. Ces dispositions doivent être

40
41

complétées par la définition des lots soumis à al réception et par le nombre d’essais
effectués par lot (Art. A 3.1 de l’année citée à l’alinéa précédent).
En règle générale, les essais portent sur la propreté et la granularité, sur la teneur en
fines dans le cas d’emploi de soles obtenus par broyage ou concassage et éventuellement
sur les teneurs en sels solubles en une manière organique. Dans le cas des biens fournis par
une centrale de béton prêt à l’emploi ; la vérification des granulats fait partie des
obligations du producteur selon le règlement de la certification.
5.3.3.2.3. Stockage des granulats.
Les lieux et conditions de stockage des agrégats devront recueillir l’agrément de
l’Ingénieur conformément aux dispositions relatives aux installations de chantier décrites
dans le présent CPS. En général, les différents genres de granulats doivent être
emmagasinés séparément sur des aires fermées, pavés et auto-drainées, ou dans des trémies
convenables ou conteneurs.
L’Entrepreneur veillera à éviter la ségrégation des granulats grossiers calibrés
pendant les opérations de déchargement mise en tas et reprise.
Les granulats fins, humides ne seront utilisés que lorsque l’Ingénieur jugera que
leur teneur en eau s’est stabilisée par drainage et qu’elle est constante et uniforme.
5.3.3.3. Eau de gâchage et d’apport ;
Les eaux de gâchage devront être en conformité aux normes algériennes en vigueur
aux NF P18-303 et BS 148. A la demande de l’Ingénieur, l’Entrepreneur prélèvera des
échantillons de l’eau utilisée, ou devant être utilisée pour la fabrication du béton et
procèdera aux essais de qualité, y compris les essais de détermination du pH, les teneurs en
acide carbonique, en substances dissoutes, en chlorure, en sulfate et en matières
organiques. Ces paramètres de qualité devront permettre de respecter la teneur limite en
sels spécifiée pour le béton fabriqué.
En outre, les eaux douteuses ou soupçonnées de contenir des teneurs trop
importantes en matières organiques ou sels nuisibles seront soumises à l’analyse chimique
aux frais de l’Entrepreneur.
5.3.3.4. Adjuvants.
Les adjuvants ne doivent pas être utilisés, à moins d’être préalablement spécifiés et
approuvés, l’Entrepreneur pourra être autorisé à incorporer à ses frais et après agrément
écrit de l’Ingénieur un adjuvant dans son béton, mais un essai de convenance (aux frais de
l’Entrepreneur) sera obligatoirement effectué. Il devra préciser sa nature, la qualité, la
procédure d’addition et la partie de l’ouvrage où il compte l’utiliser.
Les adjuvants éventuellement utilisés par l’Entrepreneur et approvisionnés par lui
sur le chantier devront donner lieu à la présentation d’un certificat d’origine, indiquant la
date de fabrication et la date au-delà de laquelle ils devront être mus au rebut.
En cas d’addition de plusieurs adjuvants dans le béton, la compatibilité des
adjuvants sera déterminée par des essais standards et certifiée par les fabricants.
Les adjuvants devront être exemptes de tout chlorure.

41
42

Seuls peuvent être utilisés les adjuvants admis à la marque NF-Adjuvants, ou


bénéficiant d’un agrément ou d’une autorisation d’emploi.
Cet adjuvant devra être incorporé à la gâchée, sous forme de solution mélangée à
une partie de l’eau employée au gâchage. Pendant la période de malaxage, cette solution
devra être introduite à l’aide d’engins mécaniques capables d’assurer un dosage régulier et
une répartition uniforme du produit dans la totalité de la gâchée.
5.3.3.5. Compatibilité des différents constituants.
Les constituants du béton doivent être choisis après s’être assuré de leur
compatibilité qui doit être en conformité aux exigences des normes NF P 18-301, BS 8110
ou ASTM C39. Le prélèvement des matériaux se fera en présence du représentant de
l’Entrepreneur.
Les essais seront réalisés suivant les normes et modes opératoires appliqués aux
laboratoires agréés par l’Ingénieur. Ces essais, la fourniture, le conditionnement et le
transport sont à la charge de l’Entrepreneur.
Aucune réclamation concernant la gêne, la perte de productivité, arrêts de chantier
et prolongation de délais de etc. dus à l’exécution des essais ne sera reçue à
l’Administration.

ARTICLE 5.3.4 : COMPOSITION DES BETONS.


L’Entrepreneur devra, au plus tard trois mois avant la date prévue pour la mise en
place des premiers bétons, effectuer des essais pour déterminer les compositions exactes
des diverses catégories de béton à employer. L’accord de l’Ingénieur pour ces compositions
doit être reçu au moins un mois avant le début de tout bétonnage.
L’Entrepreneur proposera, à l’acceptation de l’Ingénieur, la formule nominale qui fixe :
- La nature, la qualité et l’origine des constituants ;
- Le dosage visé de chaque constituant.
La composition des bétons sera étudiée en respectant les données du BS 8110 et des
impératifs suivants :
i) Les granulats seront un mélange de granulats fins et de granulats grossiers. La
dimension maximale des granulats grossiers sera définie selon les instructions de
l’Ingénieur. Pour chaque classe de béton, un dosage distinct sera mis au point pour chaque
dimension maximale de granulats.
ii) Le dosage en ciment ne sera pas inférieur au maximum spécifié pour la classe
de béton.
iii) Le rapport maximal eau libre/ciment sera le rapport maximal eau libre/ciment
en prenant un granulat saturé mais sec en surface.
iv) Les différents dosages seront étudiés pour fournir une résistance moyenne
objective des éprouvettes cubiques à 28 jours.

42
43

v) Dans le cas d’une composition fixe, les dosages visés sont fixes et les
intervalles de variation possible de ces dosages tiennent compte des tolérances de
fabrication.
vi) Dans le cas d’une composition adaptable, les dosages visés peuvent varier selon
une règle préétablie pour tenir compte, notamment, de l’évolution des caractéristiques d’un
(ou de plusieurs) constituants, en ayant pour objectif le respect des spécifications du béton
et de la réduction de la dispersion de ses propriétés. Aux variations volontaires des valeurs
des dosages visés s’ajoutent les tolérances de fabrication.
vii) Dans le cas où l’Entrepreneur est en mesure de fournir des données suffisantes
montrant que le critère d’agrément pour la résistance caractéristique peut être maintenu
avec une marge moins importante, le dosage du béton pourra être modifié en fonction de
cette marge. Les résistances des bétons contenant des adjuvants ne seront pas inférieures
aux résistances spécifiées, mais les dosages pour la classe de béton considérée seront
étudiées individuellement pour prendre en compte les effets des adjuvants
viii) Echantillons pour une bonne qualité des mélanges (dosages) sur chantier, prélever
des échantillons de chaque mélange (dosage) de béton à partir de chaque pour de malaxage
conformément aux recommandations de la norme britannique BS 8110 et aux conditions
requises par la norme britannique BS 1881 ou bien en accord avec le code américain ACI
318-83, troisième partie, Chapitre IV.
ix) Fréquence d’échantillonnage prélever des échantillons pour réaliser les essais
de convenance de la résistance à la compression pour chaque mélange (dosage) comme
suit :
- Prélever initialement 4 échantillons au hasard quotidiennement les dix premiers
jours de bétonnage.
- Puis par la suite pas moins d’un échantillon pour chaque jour de bétonnage.
Chaque échantillon devra représenter un volume ne faisant pas plus de la moindre
des valeurs définies par 20 m3 ou 20 lots. Une plus grande fréquence d’échantillonnage et
d’essai peut être requise, au début des travaux pour établir un premier niveau de qualité, ou
durant les périodes de production quand la qualité est douteuse. La fréquence peut être
réduite quand une haute qualité est réalisée.

ARTICLE 5.3.5 : FABRICATION DES BETONS.


Le matériel, les conditions de fabrication et de contrôle de fabrication du béton sont
soumis à l’acceptation de l’Ingénieur.
Il est interdit de fabriquer des gâchées de volume inférieur à la plus grande des
deux valeurs suivantes :
- Soit la gâchée minimale fixée par le constructeur du mélangeur ;
- Soit la moitié de la capacité nominale du mélangeur.
Les organes de réglage des bascules, les accès à tous les dispositifs permettant de
modifier la valeur des pesées sont verrouillés ou plombés en permanence.

43
44

ARTICLE 5.3.6 : BETONS PRETS A L’EMPLOI (B. P. E.)


PREPARES EN USINE :
Dans le cas où le béton serait fabriqué dans une centrale à béton prêt à l’emploi,
agréée par l’Ingénieur, chaque centrale devra posséder :
- Un enregistrement des pesées de l’ensemble des constituants (granulat, ciment et
eau), qui sera fourni avec le bon de livraison. Celui-ci à remettre obligatoirement à
l’Ingénieur avec une fourniture de béton que portera les indications prévues dans le
mémento d’agrément des centrales de béton prêt à l’emploi.
- La fabrication du béton devra être l’objet d’un autocontrôle de la part des
fabricants.
De même, l’Entrepreneur doit respecter les conditions suivantes :
- La centrale doit se bénéficier d’une autorisation ;
- Dans le cas de convention passée entre l’Entrepreneur et son fournisseur, ce dernier
doit s’engager à respecter toutes les obligations résultant du marché, relatives à la
fourniture.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur reste responsable à l’égard de l’Administration de
la conformité des bétons aux stipulations du présent CCTP.
L’Entrepreneur est tenu de remettre à l’Ingénieur des copies du bon de livraison,
qui doivent comporter tous les détails de dosage. Le mode de transport devra être conforme
aux clauses de l’agrément de la centrale. Le béton malaxé sera lentement brassé pendant le
transport dans les camions toupies et également pendant l’attente sur le chantier et la durée
de mise en œuvre. En cas d’inobservation de cette clause, les camions seront refusés par
l’Ingénieur.
Les commandes doivent se référer aux normes NF P 18-305 qui distingue les bétons
à caractères normalisés (B. C. N.) et les bétons à caractères spécifiés (B. C. S.).
- Dans le cas normal d’emploi de (B. C. N.) , la commande doit préciser les valeurs
requises des caractères normalisés (la nature et la classe du liant, la consistance, la
résistance caractéristique à la compression à 28 jours, la dimension maximale du granulat)
et des caractères complémentaires (la nature et la qualité des constituants autres que la
nature et la classe du liant, le dosage minimal en ciment, et certaines autres exigences
éventuelles relatives à la composition).
- Dans le cas exceptionnel d’emploi de (B. C. N.), les éléments de la commande
seront soumis à l’acceptation de l’Ingénieur.

ARTICLE 5.3.7 : TRANSPORT ET MANUTENTION DU BETON.


Les conditions de transport et de manutention du béton sont soumis à l’acceptation
de l’Ingénieur. Le béton est transporté dans des conditions qui ne donnent lieu ni à
ségrégation ni commencement de prise avant mise en œuvre. Toutes précautions sont prises

44
45

pour éviter, en cours de transport, une évaporation excessive ou l’instruction de matières


étrangères.
Lorsque l’emplacement de la centrale de malaxage oblige à transporter le béton par
camion (cas notamment où la centrale n’est pas située sur le site du chantier), le béton est
transporté par bétonnière portée, équipée d’un tambour comportant aux moins deux
vitesses de rotation, l’une pour l’agitation l’autre pour le brassage.
Lorsque l’Entrepreneur emploi des pompes à béton, des transporteurs pneumatiques
ou des bandes, les canalisations ou les bandes sont nettoyées après chaque arrêt prolongé :
les canalisations exposées au soleil sont convenablement protégées.
Sauf prescriptions différentes du marché, ils sont soumis par l’Entrepreneur à
l’acceptation de l’Ingénieur.
- Le temps maximal entre la fin de la fabrication du béton et la fin de sa mise en
place ;
- Le temps maximal de transport, en tenant compte d’attente et du délai nécessaire
pour manutention et la mise en œuvre du béton, qui sera porté à la connaissance du
fournisseur de béton et du B. P. E.
Il est à noter que le délai maximal comme à partir de la fin de fabrication du béton
jusqu’à la mise en œuvre du béton dans le coffrage ne doit pas excéder, en règle générale,
50 minutes (pour B. P. E.) lorsque la température est voisine de 20°C (pour la majorité des
ciments) et doit être soumise dans tous les cas à l’approbation de l’Ingénieur.
Cette limitation doit être modifiée lorsque la température ambiante s’écarte de la
moyenne, qu’elle soit basse ou levée, et dans le cas d’emploi de certains adjuvants.
Avant chargement, le producteur doit s’assurer en faisant tourner la bétonnière
portée à grande vitesse, que la cuve est bien vidée et contient plus d’eau ; il veille à ce que
le chauffeur, s’il nettoie le camion pendant le chargement du béton, n’introduise pas d’eau
dans la cuve.
Il est interdit d’ajouter de l’eau en cours de transport ; à l’arrivée du camion sur le
chantier, où pendant le déchargement du béton, aucun ajout d’eau ne doit avoir lieu autre
que celui éventuel, préalablement prévu et accepté par l’Ingénieur.
Dans le cas d’un béton fluidifié, le camion est équipé d’un réservoir spécial et les
conditions d’introduction du fluidifiant et du malaxage complémentaire seront fixées de
manière très précise, après exécution de l’épreuve de convenance et acceptation de
l’Ingénieur.

ARTICLE 5.3.8 : MISE EN ŒUVRE DES BETONS.


5.3.8.1. : Programme de bétonnage.
Ce document fait partie des pièces fournies par l’Entrepreneur dans le cadre du
programme d’exécution des travaux.

45
46

5.3.8.1.1. Mémoire d’ensemble.


Le programme de bétonnage comporte un mémoire d’ensemble, assortit des
schémas nécessaires, précisant notamment :
- Les conditions de réalisation du béton s’il est prévu au marché, dans le cadre du
fascicule n°65 de la norme française.
- Le délais de mise en place du béton après fabrication, ainsi que sa consistance avant
mise en place ;
- Le matériel employé (nature, répartition et caractéristiques) pour le transport
(jusqu’aux coffrages) et la mise en place du béton.
- Les phases de bétonnage ininterrompues et les cadences correspondantes ;
- Les moyens en réserve et les dispositions destinées à pailler les défaillances
éventuelles à tous les stades, depuis la fabrication jusqu’à serrage ;
- La position et le mode de traitement des reprises ;
- Les moyens de réglage et de finition des surfaces non coffrées ;
- Les moyens spécifiques mis en œuvre tels que traitement thermiques s’il y a lieu.
- Les moyens de cure, et plus généralement les méthodes et matériels employés en
fonction des facteurs climatiques (temps chaud ou froid).
5.3.8.1.2. Programme en phase.
Pour chacune des phases prévues, un programme de bétonnage détaillé est soumis
au visa de l’Ingénieur au moins deux semaines avant commencement d’exécution. Il
comporte notamment :
- Les délais d’exécution avec la qualité de béton à mettre en place, dans les
différentes parties à couler ;
- Les modalités de mise en place concernant les couches successives de béton frais ;
leurs conditions de juxtaposition, le sens du bétonnage en fonction des pentes de chaque
élément, les moyens de serrage employés ;
- L’ordre de réalisation du bétonnage tenant compte de la déformation des ouvrages
provisoires ;
- Si nécessaire, la disposition des parois de coffrage à mettre en place en cours de
phase.

5.3.8.1.3. Modifications éventuelles.


En fonction du déroulement du chantier, le programme de bétonnage est modifié
pour tenir compte des arrêts ou retards accidentels, des intempéries, etc.

5.3.8.2. Classes de béton.

46
47

(essais conformes à l’ASTM C39)

Classe de béton A B C D
Teneur minimale en ciment (kg/m3 de béton) 400 350 250 200
ESSAI PRÉLIMINAIRE SUR CYLINDRES
RÉSISTANCE MINIMALE À LA COMPRESSION À
300 250 200 -
28 JOURS D’AGE (KG/M²)
CYLINDRES D’ESSAI DES TRAVAUX

RÉSISTANCE MINIMALE À LA COMPRESSION À


270 210 160 -
28 JOURS D’AGE (KG/M²)
MÉTHODE DE COMPACTAGE (SERRAGE) DU
VIBRÉ Piqué ou
BÉTON À SON COULAGE Vibré
pilonné

Classe de béton Destination


A Béton armé pour les structures des stations.
Béton mise en œuvre à la pompe.
Béton projeté.
Béton pour parement fin et pour tout béton en contact avec
l’eau (réservoirs).
B Béton armé
C Gros béton de masse
D Béton de propreté

Note : Quand des cubes sont utilisés pour déterminer la résistance à la compression du
béton conformément à la norme britannique BS 1881, la résistance sur cube
correspondante sera calculée en multipliant la résistance du béton sur cylindre par 1.25.

5.3.8.3. Dosage des constituants.


La totalité du ciment entrant dans la fabrication du béton sera dosée en poids en
utilisant un appareil de pesée ou un nombre entier de sacs ou de fûts de ciment pour
fabriquer une gâchée de dimension prédéterminée à cet effet.

Pour toutes les classes de béton. Les granulats fins et les granulats grossiers des
dimensions spécifiées seront dosés en poids séparément ou ensemble avec des appareils
peseurs-doseurs.

47
48

Les appareils pesage-dosage permettront la mesure et la contrôle précis des


proportions, séparées ou combinées des différents granulats et un réglage direct par des
opérateurs qualifiés aux fins des changements de dosage nécessaires. Tous les cadrans de
lecture du poids seront clairement lisibles depuis la station de contrôle de remplissage et de
vidage des trémies.

Toutes les machines de malaxage du béton comporteront un dispositif de dosage en


poids de l’eau de gâchage et seront telles que les vannes d’entrée et de sortie soient inter
verrouillées et que l’ouverture des unes soit asservie à la fermeture totale des autres. Le
dispositif de pesage comportera un trop-plein dont la section sera au moins quatre fois celle
du tuyau d’arrivée, et déversera les eaux à bonne distance de l’installation de malaxage. La
totalité du système d’eau sera exemptée de fuites en tout temps et le dispositif de dosage
comportera un tuyau de vidange qui permettra de soutirer toute la quantité d’eau dosée
pour contrôler la précision du dosage. La sortie du dispositif de dosage sera conçue de
manière que 5% à 10% de l’eau de gâchage entre dans le malaxeur avant les autres
matériaux. La quantité d’eau restante sera introduite à un débit uniforme en même temps
que les autres matériaux. Le réglage du dispositif de dosage sera aisé de manière à pouvoir
changer, si nécessaire, le dosage en eau de chaque gâchée.

Le dosage des adjuvants à incorporer dans le béton sera fait séparément à l’aide de
distributeurs calibrés.

Les installation de malaxage et de dosage seront maintenues exemptes de béton ou


ciment durci et seront nettoyées avant le malaxage. La précision du calibrage de toute
installation de pesage, de dosage de l’eau ou de distribution des adjuvants sera vérifiée
avant l’exécution des essais de béton témoin, avant le malaxage du béton de chantier, après
chaque entretien ou ajustement de l’installation de malaxage, et obligatoirement une fois
par mois.

5.3.8.4. Malaxage du béton.

Le malaxage des gâchées de béton se fera dans des installations capables de


produire avec les granulats, le ciment et l’eau ‘et les adjuvants le cas échéant), un mélange
de couleur et consistance homogène et de décharger le béton préparé sans ségrégation.

En cas de démarrage des travaux avec un malaxeur propre, la première gâchée sera
confectionnée avec la moitié de la dose normale de granulats grossiers pour comprendre la
perte des autres constituants par adhérence aux parois.

48
49

La teneur en eau des granulats sera déterminée quotidiennement avant le début du


bétonnage et à tous intervalles jugés nécessaires au cours de la journée. Lors du calcul de
la quantité d’eau à incorporer dans les gâchées, l’Entrepreneur prendra dûment compte de
la quantité d’eau présente dans les granulats et ajustera en conséquence le dosage de l’eau
de gâchage pour maintenir constant le rapport agréé eau libre/ciment du béton.

5.3.8.5. Préparation avant le bétonnage.


Avant la mise en place du béton, l’Entrepreneur enlèvera, à la satisfaction de
l’Administration toute huile, débris de roche et de bois, traces de terre et de boue, et tout
autre débris ainsi que l’eau se trouvant sur la surface des fondations ou du béton déjà mis
en place.
5.3.8.6. Mise en place du béton.
5.3.8.6.1. Prescriptions générales.
L’ordre de bétonnage n’est donné qu’après accord de l’Ingénieur.
Les ajouts d’eau au béton après sa sortie du malaxeur sont interdits.
Le béton qui aurait commencé à faire prise ou se serait desséché avant la mise en
place est rejeté hors chantier.
L’attention est attirée sur la rigueur nécessaire du contrôle interne en ca de
conditions climatiques extrêmes.
La mise en place du béton ne doit pas provoquer de ségrégation, de déplacement
d’armatures, de déformation anormale des coffrages, de déformation des conduits de
précontraintes ni aucun bouchon dans ces mêmes conduits.
Dans le cas de béton déversé d’une certaine hauteur dans les coffrages, il ne devra
pas heurter le coffrage entre le point de déversement et son emploi définitif. Le béton ne
sera pas déversé en chute libre sur une hauteur excédant 1.5m. Les goulottes et
transporteurs à béton seront conçus de façon à éviter toute ségrégation ou perte de mortier.
Les tuyaux de descente ou autres dispositifs doivent être préalablement soumis à
l’approbation de l’Ingénieur.
Dans le cas de bétonnage avec des machines de mise en place pneumatique dont le
tuyau de bétonnage n’est pas équipé en son extrémité d’un dispositif d’absorption de
l’énergie, l’extrémité du tuyau sera maintenue aussi près que possible de l’ouvrage. Le
mortier et l’eau utilisés en début et en fin de coulée seront évacués en dehors du coffrage.
Dans le cas de bétonnage avec une pompe, l’extrémité du tuyau de bétonnage sera
maintenue immergée dans le béton pendant le bétonnage pour faciliter le compactage. Le
mortier et l’eau utilisés en début et en fin de coulée seront évacués en dehors du coffrage.
5.3.8.6.2. Vibration du béton.
Les vibrateurs, sauf là où il en est autrement convenu avec l’Ingénieur, doivent être
des vibrateurs immersibles de calibre adéquat, à puissance utile, de fréquence minimale de
6000 cycles par minute. Informer l’Ingénieur du nombre de vibrateurs utilisés. Maintenir

49
50

les vibrateurs en bon état opérationnel, embaucher des opérateurs entraînés et expérimentés
et fournir des vibrateurs facultatifs. Ne pas utiliser de vibrateurs externes (de l’extérieur)
sans approbation préalables de l’Ingénieur.
Les bétons pour béton armé ou précontraint sont mis en œuvre par vibration. Les
procédés utilisés doivent assurer le remplissage des moules ainsi que l’homogénéité et la
compacité du béton en place.
5.3.8.6.3. Reprise du bétonnage.
A chaque reprise sur béton durci, la surface de l’ancien béton est rendue rugueuse,
et nettoyée à vif par un traitement approprié pour améliorer l’adhérence entre béton ancien
et nouveau, par exemple :
- enduction de la surface par un produit d’accrochage ;
- exécution de stries ou indentations diverses.
Le programme de bétonnage précise le mode de réalisation des reprises au droit des
parements.
Les dispositions à prendre en cas de reprise accidentelle doivent non seulement
assurer la résistance de la structure mais également préserver l’aspect des parements. Un
tel incident doit être porté à la connaissance de l’Ingénieur.
5.3.8.6.4. surfaces non coffrées.
L’Entrepreneur assure le réglage correcte et la finition des surfaces non coffrées,
opérations qui s’effectuent sans apport de mortier à quelque moment que ce soit.
Il appartient à l’Entrepreneur d’avoir recours aux moyens nécessaires, tels que
gabarits, repères, règles de guidage etc.
Les parements non coffrés présentent un ensemble qui s’apparentent à celui des
parements adjacents, sauf disposition contraire du marché.
Les surfaces non coffrées devant recevoir une couche de protection présentent la
texture compatible avec la nature de cette couche.

5.3.8.6.5. Bétons spéciaux pour parements.


La mise en œuvre d’un béton spécial pour confectionner les parements peut être
constitué soit par un béton préfabriqué, soit par un béton mis en place en même temps que
le béton formant le corps des pièces. Toutes les dispositions sont prises pour assurer une
liaison parfaite entre les deux bétons.

5.3.8.7. Bétonnage par temps chaud.


Pour le bétonnage par temps chaud, se conformer aux recommandations de l’ACI
committee 305R.

50
51

Pour les périodes où la température mesurée sur chantier est supérieure à 25°C,
l’Entrepreneur soumet à l’Ingénieur, dans le cadre du programme de bétonnage, les
dispositions qu’il propose de prendre en complément de celles qui résultent de la cure du
béton.
En même temps, l’Entrepreneur doit prendre les mesures nécessaires pour s’assurer
que la température du béton mise en place ,n’excède pas 25°C.
A cet effet, l’Entrepreneur prévoira des écrans pare-soleil au dessus des tas de
granulats, silos à ciment, cuves et conduites d’eau de gâchage. Il appliquera en sus la
première procédure définie ci-dessous et, si besoin est, certaines des autres procédures
suivantes après agrément par l’Ingénieur :
i) Refroidissement de l’eau de gâchage et remplacement d’une partie de cette eau par
de la glace pilée. La glace devra être totalement fondue en fin de malaxage ;
ii) Arrosage des tas de granulats avec de l’eau fraîche et propre. L’Entrepreneur
soumettra les granulats à des essais à intervalles réguliers pour s’assurer que la
concentration en sulfates et en chlorures ne s’élève pas à un niveau excessif et que la
teneur en eau des constituants du béton permet d’arrosage des granulats.
iii) Mise à l’abri du soleil ou humification des parois extérieures des coffrages ;
iv) Application d’un brouillard fin d’eau fraîche propre sur les zones à l’ombre
immédiatement avant la mise en place du béton ;
v) Mise en place du béton pendant la nuit.
5.3.8.8. Bétonnage par temps froid.
Pour le bétonnage par temps froid se conformer aux recommandations de l’ACI
committee 306R.
Lorsque la température est mesurée sur chantier est inférieure à –5°C, la mise en
place du béton n’est pas autorisée.
De même, en aucune circonstance le béton ne pourra être mis en place sur un sol ou
des coffrages gelés ni mis en contact avec la glace, la neige ou le gel recouvrant le sol, les
coffrages ou les armatures. La fabrication du béton avec des matériaux gelés sera proscrite.
Lorsque la température est comprise entre +5°C et –5°C, la mise en béton n’est
autorisée que sous réserve de l’emploi de moyens efficaces pour prévenir les effets
dommageables du froid. Le programme de bétonnage précise alors les dispositions à
prendre.
Le bétonnage pourra être effectué par temps froid à condition de prendre les
précautions nécessaires pour s’assurer que la température du béton mise en place ne
descend pas au-dessous de 5°C et qu’elle sera maintenue au dessous de la température de
gélification jusqu’à ce que la résistance du béton soit devenue suffisante pour résister aux
effets de l’exposition au gel. Ces précautions pourront comprendre la mise de la structure
sous abri clos avec chauffage de l’air ambiant, l’isolation des coffrages et des surfaces de
béton finies, le préchauffage des granulats et de l’eau de gâchage en veillant dans ce cas à
ne pas porter la température des granulats et de l’eau à plus de 60°C. Dans les cas de
bétonnage sous air ambiant chauffé, l’air sera maintenu humide et les flux d’air chaud ou

51
52

sec ne seront pas dirigés sur les surfaces en béton. Dans le cas des gâchées à l’eau chaude,
les granulats et l’eau seront malaxés jusqu’à ce qu’ils atteignent une température uniforme
avant d’incorporer le ciment.
Avant le démarrage du bétonnage par temps froid, l’Entrepreneur fera approuver
par écrit par l’Ingénieur toutes les mesures de précaution qu’il propose d’utiliser pour
protéger le béton contre le danger de gel et les méthodes qu’il propose d’utiliser pour
évaluer le moment approprié pour mettre fin à ces mesures.
Après interruption du bétonnage du au froid, le béton éventuellement endommagé
est démoli, et il est opéré comme dans le cas des reprises accidentelles.
5.3.8.9. Bétonnage en grandes coulées.
Nonobstant les sujétions des points de reprise et de mouvement, et les blocs
d’essais définis ci-après, l’Entrepreneur ne sera assujetti à aucune limitation de dimensions
des coulées. Dans le cas des grandes coulées, c'est à dire celles dont la plus petite
dimension est supérieure à 1.5m, une approbation préalable de l’Ingénieur devra être
obtenue.
5.3.8.10. Mise en place du béton sous l’eau.
La mise en place du béton sous l’eau, se fera uniquement sur autorisation écrite de
l’Administration et sera réservée dans les cas où le coulage à sec n’est pas réalisable. Le
dosage en ciment de tout béton mis en œuvre sous l’eau pourra être accru si nécessaire
pour ramener le rapport eau libre/ciment aux limites requises.
Le béton immergé ne sera pas mis en place sous de l’eau courante ni coulé en le faisant
tomber dans l’eau.
Le béton ne sera mis en place sous l’eau qu’à l’aide d’une caisse étanche à fond
ouvrant ou d’un tube plongeur de type agréé par l’Administration. Les caisses à fond
ouvrant ne seront pas ouvertes avant de reposer sur l’ouvrage et l’extrémité des tubes
plongeurs sera toujours maintenue au dessous de la surface du béton fraîchement coulé.
5.3.8.11. Présence d’un ferrailleur et d’un coffreur.
Pendant la mise en place du béton armé ou béton précontraint, chaque équipe de
bétonnage sera assistée par un ferrailleur et un coffreur qui seront chargés de veiller à ce
que les armatures, les coffrages et les pièces noyées dans le béton restent en place pendant
la mise en place du béton.

5.3.8.12. Joints et produits d’étanchéité.

5.3.8.12.1. Barrières étanches en polychlorure de vinyle (PVC).

52
53

Les barrières étanches en polychlorure de vinyle seront de type en PVC refoulé, à


haute résistance, des types et aux dimensions comme indiqués dans les plans et entières
avec les pièces de raccordement.
5.3.8.12.2. Plaques rigides.
Les plaques utilisées comme matériau de remplissage des joints de mouvement
pour joints de dilatation dans les structures des réservoirs aqueux devront être conformes à
l’ASTM D1751.
5.3.8.12.3. Mastic de colmatage pour joint.
Le mastic de colmatage pour joint exposé dans les joints de mouvement doit être
adapté à la structure en question (réservoirs, réservoirs d’eau potable etc.) et approuvé par
l’Ingénieur. Les couvre-joints doivent être du type recommandé par le fabricant du mastic
de colmatage de joints.
5.3.8.12.4. Mise en œuvre des joints.
Les joints doivent être rectilignes, verticaux, horizontaux ou comme détaillés ou
approuvés. De même, ils doivent être coffrés de façon à accommoder les armatures
protubérantes (saillantes).
Boucharder légèrement la surface des joints de construction pour exposer les gros
agrégats, sauf instruction contraire. Mouiller et couvrir à l’aide d’un coulis de ciment et de
sable de la de proportion, immédiatement avant le coulage du béton frais. Arrêter le
bouchardage à 25 mm des arrêts à partir de la surface exposée dans les travaux finis.
Eliminer les petites saillies de mortier des arêtes exposées à l’aide d’une pierre de
carorundum. La surface doit être propre et humide avant la mise en œuvre du béton frais
dessus.
Là où les joints de mouvements coffrés ne coïncident pas avec les joints de
mouvement, l’Entrepreneur doit remettre les soumissions relatives aux emplacements des
joints de construction et obtenir l’approbation les concernant.
La réparation et la mise en œuvre par calfeutrement des joints de mouvement
doivent être strictement conformes aux recommandations du fabricant. Les joints doivent
être parfaitement propres et secs, exemptes de toute trace d’huile ou de matériaux lâches.
Les joints d’étanchéité, les matériaux de remplissage des joints et produits de
calfeutrement seront mis en place aux endroits indiqués sur les plans d’exécution ou agréés
par l’Administration, et seront de type de fabrication conformes aux exigences spécifiées.
Les joints d’étanchéité, les matériaux de remplissage des joints, produits de
calfeutrement et autres produits de jointement seront obtenus auprès d’un fabricant de
bonne renommée et mise en place e, conformité avec les recommandations au fabricant et
après approbation de l’Ingénieur suivant les indications mentionnées sur les plans.
Les produits d’étanchéité mis en œuvre seront adaptés au support concerné, et à
l’agressivité du milieu et seront agréés par l’Ingénieur. Ils devront offrir une garantie
d’efficacité de 10 ans.
Le choix des joints (joints de voussoirs ou joints water-stop entre deux éléments de
revêtement en béton) sera soumis à l’approbation de l’Ingénieur. Quel qu’en soit le type, il

53
54

devra garantir l’étanchéité. Il est rappelé que l’on ne tolérera pas les fuites giclantes ni les
suintements.

ARTICLE 5.3.9 : CURE DU BETON.


5.3.9.1. : Généralités.
La cure du béton est exigée pour toutes les surfaces.
La cure permet au béton de conserver l’eau entrant dans sa composition pendant
toute son hydratation par apport d’eau à sa surface et/ou par mise en place d’une protection
temporaire étanche limitant d’évaporation.
Dans la cure, la surface du béton sera protégée contre les effets du soleil, du vent
desséchant, du gel, de la pluie, du ruissellement et contre les dégradations mécaniques et ce
pendant les périodes exigées par l’Ingénieur. La protection sera mise en œuvre aussi tôt
que possible après le coulage du béton utilisant une ou plusieurs des méthodes énumérées
(de façon non limitative) à l’article 5.3.9.2.
5.3.9.2. Les procédés de cure.
Les procédés de cure sont choisis parmi ceux des deux familles suivantes, en tenant
compte de leurs éventuelles limitations d’emploi.
5.3.9.2.1. Procédés de cure par protection temporaire imperméable.
La cure par protection temporaire imperméable peut être réalisée :
- Par emploi de coffrages imperméables maintenus pendant la durée de la cure.
Pratiquement tous les coffrages peuvent être considérés comme imperméables. Seule la
surface coffrée est considérée subir la cure, les surfaces non coffrées doivent être traitées
par un autre procédé. Le maintien dans les coffrages est à limiter dans le temps, pour éviter
la fissuration par retrait gêné ;
- Par la mise en place de bâches étanches maintenues en permanence, soit au contact
sur toute la surface à traiter, soit à proximité de celle-ci. Les bâches doivent être étanches,
afin d’empêcher toute évaporation superficielle et toute circulation d’air sous celles-ci.
Elles doivent, soit assurer un contact complet avec le béton, soit laisser un vide d’air
continu, de façon que le traitement soit homogène. Dans le cas des parements, le contact
est à exclure ;
- Par application d’un produit de cure agréé, généralement teinte, et compatible avec
les revêtements définitifs éventuels. Les produits teintés permettent de contrôler facilement
que le film est continu. Sur les surfaces exposées au soleil, les pigments clairs sont
préférables. Les surfaces de reprise sont à retirer par un autre procédé. Les produits de cure
teintés ne doivent pas être utilisés sur les parements.
5.3.9.2.2. Procédés de cure par humidification.
Ces procédés ne peuvent être employés par temps de gel et leur efficacité est
limitée, s’il y a du vent. Il y a lieu, le cas échéant, de protéger les fondations dans
ouvrages provisoires contre les écoulements d’eau préjudiciables à leur stabilité.

54
55

La cure par humidification peut être réalisée :


- Par immersion ;
- Par arrosage mécanique homogène ;
- Par mise en place de paillassons, nattes, toiles perméables ou couche de sable
maintenus humides par arrosage intermittents ;
- Par réalisation d’un brouillard obtenu par pulvérisation d’eau, en permanence, à
l’intérieur d’une enceinte enveloppant les ouvrages.

5.3.9.2.3. Mise sous abri protecteur.


Les deux procédés de cure ci-dessus peuvent être complétés, par une lise sous abri
protecteur, dans le cas des grandes surfaces. Cette technique permet, d’une part, de réduire
les effets des radiations solaires et l’évaporation et, d’autre part, d’éviter les effets nocifs
d’une pluie sur le béton fraîchement coulé. Des écrans sont à disposer aux extrémités de
l’abri pour limiter les courants d’air.
5.3.9.3. Protection contre les chocs thermiques, Conservation en Ambiance Froide ou
Chaude.
Les précautions particulières peuvent consister en la mise en place d’abris
protecteurs, d’une protection thermique, etc.
Ces précautions doivent être prises sur ordre de l’Ingénieur.
5.3.9.4. Mise en œuvre de la cure.
La cure commence dès le décoffrage pour les surfaces coffrées et dès la fin du
surfaçage pour les surfaces libres. Il est à noter qu le surfaçage est effectué avant le début
de la prise du béton, laquelle correspond sensiblement à la fin de l’évaporation de l’eau de
ressuage, ce qui se traduit pas un changement de couleur de la surface du béton.
La cure est prolongée aussi longtemps que l’évaporation de l’eau du béton risque
d’affecter la qualité requise pour celui-ci. L’Entrepreneur propose à l’Ingénieur, dans le
cadre du programme de bétonnage, la durée d’application de la cure.
La protection intéresse toute la surface du béton de manière continue et homogène ;
elle est permanente pendant la durée du traitement et son arrêt simultané sur l’ensemble de
chaque zone d’application.
Les produits de cure ne peuvent être employés que s’ils sont agréés par l’Ingénieur.
Des essais de convenance peut être nécessaires pour vérifier la facilité d’élimination du
produit et sa compatibilité avec les revêtements définitifs (éventuels) prévus pour le béton.
L’Entrepreneur procèdera aux mesures des facteurs influençant la cure. Il remet les
résultats de celle-ci à l’Ingénieur et l’informe des décisions prises (mise en œuvre, arrêt ou
prolongement de la cure).
L’Ingénieur pourra proscrire l’utilisation de membranes de cure liquides lorsque
l’effet de tout liquide retenu sur le goût et la toxicité les rendrait impropres comme agent
de cure.

55
56

ARTICLE 5.3.10 : FABRICATION ET MISE EN ŒUVRE D’ELEMENTS


PREFABRIQUES.
5.3.10.1. Généralités.
Les stipulations du présent article s’appliquent à la mise en œuvre de tous les
éléments préfabriqués. D’autre part, les stipulations du présent volume formulée pour les
éléments coulés en place sont applicable aux éléments préfabriqués sur le chantier ou sur
un emplacement forain lié au chantier.
En ce qui concerne les composants, les conditions de fabrication et de réception
définies à l’article 5.3.3.
5.3.10.1.1. Programme d’exécution.
Le programme d’exécution définit les moyens de fabrication et les engins de
manutention, fixe les cadences de fabrication et les délais de mise en œuvre. Il précise les
conditions du stockage, de la manutention et de la pose des éléments préfabriqués.
Pour la mise en place des poutres préfabriquées, l’Entrepreneur pourra se reporter
au fascicule n° 3.5. du CCTG français ou tout autre réglementation agréée.
Le programme d’exécution doit comporter toutes les indications particulières utiles,
notamment su la réalisation des assemblages provisoires ou définitifs.
5.3.10.1.2. Projet des installations de chantier.
Le projet des installations de chantier précise les emplacements des moyens de
fabrication des éléments préfabriqués sur chantier, les aménagements des zones de
stockage et les aires d’évolution des engins de manutention.
5.3.10.1.3. Identification et marquage des éléments.
Tout élément doit pouvoir être identifié en fonction de son utilisation et reçoit donc
le marquage nécessaire conforme aux identifications des essais d’exécution.
Il importe, en effet, de distinguer les éléments dans la mesure où certains d’entre eux ont
une distinction précise (par exemple, voussoirs préfabriqués à joints conjugués). Le
marquage doit aussi donner toutes indications utiles, telles que la date de fabrication, le
poids des éléments lourds (voussoirs et poutres de grandes dimensions).
Dans le cas des composants, ils doivent recevoir un marquage propre pour
permettre son identification. Le marquage doit se référer au catalogue du producteur,
convenablement complété par les spécifications particulières de la commande ou les
caractéristiques correspondantes figurant aux plans d’exécution. Il comportera la date de
fabrication.
5.3.10.2. Manutention, stockage et transport.
Les opérations de manutention, de stockage, de transport sont conduites de façon à :
- Assurer la sécurité des personnes, en évitant notamment tout risque d’instabilité des
éléments eux-mêmes ou des dispositifs et des engins de levage et de bardage.

56
57

- Il est à noter que les documents d’exécution doivent porter la mention des
conditions à respecter ou des dispositions à prendre pour assurer la stabilité des éléments
préfabriqués. Pour les dispositifs et engins devant être dotés d’un deuxième niveau de
sécurité.
- Eviter tout effort imprévu et toute déformation excessive.
Les documents d’exécution préciseront, en particulier :
- La nature, la résistance et la répartition des suspensions ;
- La position suivant laquelle l’élément doit être levé, puis maintenu pendant le
transport ou la manutention ;
- Les efforts particuliers (par exemple, dynamique) pris en compte ;
- Les conditions d’appui et d’empilage en cours de stockage (en évitant les efforts
concentrés et les appuis sur zone mince ou fragile).
Il est à noter que les charges agissant sur le béton aux jeunes âges peuvent entraîner des
déformations de fluage irréversibles et aléatoires. De plus, de trop grandes différences de
délais de stockage font varier les déformations d’un élément à l’autre.
- Eliminer tout risque de détérioration susceptible de nuite à l’aspect ou à la
durabilité de la structure.
Cette prescription vise notamment :
- Les chocs en cours de manipulation ;
- L’influence des conditions atmosphériques défavorables, surtout pendant les
premiers jours de stockage après fabrication (gel ou fort ensoleillement) ;
- Les risques de coulure et salissure.
5.3.10.3. Mise en place.
Les éléments préfabriqués ne sont mis en place qu’après vérification de leur état au
moment où ils sont présentés ; ils ne sont posés qu’après vérification des surfaces d’appui.
Les plans d’exécution et les notices techniques annexées doivent définir les opérations de
mise en place et de montage, précisant notamment l’ordre de pose, les contre flèches, les
brûlages provisoires.
Dès la pose des éléments fabriqués, ils sont maintenus en position de façon à assurer :
- Leur stabilité vis à vis des efforts appliqués (connus ou prévisibles) ;
- La géométrie de l’ensemble, compte-tenu des tolérances prescrites ;
- Le durcissement, sans désorganisation, des matériaux d’assemblage.
5.3.10.4. Assemblage.
Les prescriptions suivantes sont applicables aux principaux types d’assemblage :
- Les assemblages collés d’éléments en béton ne sont utilisées que dans le cas de
joints conjugués ;

57
58

- Les assemblages bétonnés présentent des dimensions adaptés à une mise en place
correcte du béton de la qualité spécifiée ;
- Les assemblages par matage ou adhésion de mortier sont exécutées par un
personnel compétent, et l’Ingénieur pour déterminer qu’il soit procédé à un essai de
convenance. Dans le cas de mortier mate, les faces en regard sont propres, humidifiées, et
permettent le passage aisé du matériau en tenant compte qu’en cas d’injection, la largeur
minimale de l’espace à remplir est de 5 mm.
- Les assemblages par bain (voisins de l’horizontale) sont obtenus en posant
l’élément sur le mortier frais de ciment est calé à niveau, tout en assurant le remplissage
homogène de volume sous-jacent par le matériau de pose ;
- Les liaisons par pièces métalliques autres que les armatures de béton armé sont
protégées contre la corrosion et exécutés conformément aux textes en vigueur.
Tous les types d’assemblage doivent être soumis à l’approbation de l’Ingénieur avant
exécution. L’Ingénieur pourra rejeter ou demander la modification qu’il jugera nécessaire.
5.3.10.5. Tolérances :
Le contrôle des éléments préfabriqués est effectué dans le cadre du contrôle interne
à la chaîne de production pour :
- Le contrôle de fabrication et le contrôle de réception ;
- Le contrôle en cours de stockage ;
- Le contrôle interne à la chaîne de production effectué à l’avancement en cors de
pose et de montage, ce qui permet à l’Entrepreneur d’apporter en temps utile, les
modifications éventuellement nécessaires.
Les processus d’exécution sont adaptés en fonction des résultats partiels, de façon
que le résultat final respecte les tolérances fixées pour l’ensemble de l’ouvrage terminé. Il
est rappelé que les tolérances seront portées aux dessins d’exécution.

ARTICLE 5.3.11 : TRAITEMENT DES SURFACES.


3.5.11. : Généralités.
5.3.11.1. Programme d’exécution.
Pour les surfaces dont le béton est traité après décoffrage, le mode de traitement
respectivement applicable est porté à l’approbation de l’Ingénieur.
Le programme d’exécution :
- Précise les techniques mises en œuvre et les dispositifs permettant l’accès aux
surfaces à traiter ;
- Justifie la qualité des produits utilisés et l’aptitude du matériel d’exécution et la
qualification du personnel ;
- Indique le calendrier d’exécution en fonction des sujétions inhérentes au procédé.
5.3.11.2. Réparations d’imperfections ou de malfaçons.

58
59

Si l’Entrepreneur est tenu de procéder à la réparation en vertu de l’article


5.3.13.2, d’imperfections ou de malfaçon et que ces réparations sont obligatoirement
suivies d’un traitement de surface, l’Ingénieur spécifie les modes de traitement
respectivement applicables comme il est dit à l’article 5.3.13.2.3.
L’Entrepreneur complète en conséquence son programme d’exécution.

5.3.11.3. Protection des surfaces traitées.


Jusqu’à la réception des ouvrages, l’Entrepreneur assure la protection des surfaces
traitées ainsi que celle des surfaces brutes des parements. Il s’agit essentiellement d’une
protection mécanique des arêtes contre les épaufrures.
5.3.11.4. Bouchardage.
Le bouchardage est interdit sur les éléments en béton précontraints ou fortement
armés et fortement sollicités. Il n’est autorisé que sur des éléments massifs faiblement
sollicités.
Des essais de convenance sont nécessaires pour vérifier la texture obtenue et
l’épaisseur de béton par l’opération. Il est rappelé que les sur-épaisseurs correspondantes
doivent être précisées sur les dessins d’exécution.
5.3.11.5. Décapage.
Le décapage présente moins d’inconvénients que le bouchardage et peut conduire à
de beaux parements, l’opération doit cependant être conduite avec prudence, car e
décapage accentue généralement les défauts initiaux du parement (bullage ou nids de
sable). Dans le cas du sablage, l’utilisation d’un abrasif sous pression moyenne
(0.2 à 0.4 MPa) est souhaitable, afin d’éviter la détérioration des surfaces.
Si l’épaisseur détruite est importante, les sur-épaisseurs correspondantes sont
portées aux dessins d’exécution.
Le décapage peut être réalisé soit par un procédé mécanique (sablage), soit par
lavage. Des essais de convenance sont nécessaires pour vérifier la texture obtenue, la
profondeur du traitement et l’efficacité du nettoyage.
Dans le cas du sablage, l’Entrepreneur met en œuvre les moyens nécessaires pour
limiter la pollution à proximité des surfaces traitées. L’opération est suivie d’un
dépoussiérage.

ARTICLE 5.3.12 : ASSURANCE DE LA QUALITÉ DES BETONS.


5.3.12.1 Plan d’assurance de la qualité (P. A. Q.)
Le contrôle de conformité aux stipulations du CPS est une prérogative constante
de l’Ingénieur, dont les actions de “ contrôle extérieur au producteur ” s’appuient sur le
respect par l’Entrepreneur de ses obligations de “ contrôle interne à la chaîne de
production ”.

59
60

Sauf indication contraire du CPS, un plan d’assurance de la qualité (P. A. Q.) est
établi par l’Entrepreneur et soumis au visa de l’Ingénieur. Il explicite les modalités du
contrôle interne à la chaîne de production intégré à la chaîne de production intégré à la
conduite du chantier. Le P. A. Q. définit et précise les actions d’un “ contrôle externe à la
chaîne de production ” indépendant de la conduite du chantier et dépendant directement de
l’Entrepreneur.
Le P. A. Q. doit couvrir les moyens mis en œuvre par l’Entrepreneur pour obtenir la
qualité requise et les modalités de contrôle incombant à l’Entrepreneur. De même, le
P.A.Q. traitera les points suivants :
- Moyen de fabrication, de transport et de mise en œuvre des bétons ;
- Etude des bétons relatifs aux différentes parties d’ouvrage ;
- Epreuve de convenance ;
- Modalités du contrôle de fabrication ;
- EPREUVE D’INFORMATION.

5.3.12.2 Moyens de fabrication, de transport et de manutention.


Le P. A. Q. doit préciser, pour chaque partie d’ouvrage, les bétons fabriqués par une
centrale de chantier et ceux qui proviennent d’une centrale de béton prêt à l’emploi préparé
en usine.
Dans le premier cas, le P. A. Q. présente le matériel (éventuellement ses références)
et prise la date de son montage sur le chantier qui doit précéder le début des fabrications
d’au moins un moins ; il précise les modalités de contrôle de fabrication. Dans le second
cas, le P. A. Q. présente le matériel (éventuellement ses références) et prise la date de son
montage sur le chantier qui doit précéder le début des fabrications d’au moins un mois ; il
précise les modalités de contrôle de fabrication. Dans le second cas, le P. A. Q précise les
moyens de manutention utilisés sur le site (benne, pompe, etc.)
5.3.12.3 Etude des bétons.
L’étude de composition d’un béton comporte :
- La détermination de la formule minimale,
- L’exécution de l’épreuve d’étude.
L’Entrepreneur doit se reporter à l’annexe technique T24.4 du fascicule n°65 du
CCTG de la réglementation française par les modalités d’exécution de l’épreuve d’étude.
Généralement, l’épreuve d’étude a pour objet de vérifier que :
- La formule nominale du béton permet de satisfaire aux exigences spécifiées ;
- Ces exigences seraient encore respectées si les proportions des constituants
atteignaient les valeurs limites tolérées ;
- Ces exigences seraient encore respectées si la qualité des constituants atteignait les
limites tolérées par les spécifications auxquelles ils sont assujettis.

60
61

Cette épreuve d’étude est effectuée suffisamment tôt avant la fabrication du béton
utilisé su le chantier, de façon à permettre à l’Ingénieur d’accepter la composition et la
méthode de fabrication proposée par l’Entrepreneur.
Les résultats sont soumis au visa de l’Ingénieur avec toutes les justifications
expérimentales nécessaires. L’Entrepreneur est tenu de fournir au cours des travaux les
études ou justifications supplémentaires qui seraient requises par l’Ingénieur.
5.3.12.4 Epreuve de convenance.
L’épreuve de convenance a pour objet de vérifier que le béton fabriqué en
application de la formule nominale et mise en œuvre dans les conditions du chantier
satisfait aux exigences du CPS.
Les dispositions à prendre pour exécuter les épreuves de convenance sont
proposées à l’acceptation de l’Ingénieur. Sont arrêtés notamment :
- Le calendrier des opérations. L’attention est attirée sur le fait que le délai entre
l’épreuve et la fabrication du béton doit être suffisant pour permettre l’exécution et
l’exploitation des essais et, en cas de résultats défavorables, de procéder aux adaptations
nécessaires et à une nouvelle épreuve, éventuellement simplifiées ;
- La liste des bétons donnant lieu à exécution de gâchées pour vérification des
performances ;
L’Entrepreneur doit de reporter à l’annexe technique T 24.4 du fascicule n°65 du CCTG de
la réglementation française pour les modalités d’exécution et d’interprétation de ces essais.
- Les parties d’ouvrage qui nécessitent la mise en œuvre du béton dans un élément
présentatif de la structure (béton témoin).
Le béton témoin doit être exécuté lorsque la partie d’ouvrage concernée implique des
difficultés de mise en place du béton pouvant faire redouter des défauts structuraux ou
d’aspect, ou lorsque certaines techniques le nécessitent (voir par exemple : annexe T36.1
art. 41.3.1 du CCTG française).
Aucun commencement de bétonnage n’est autorisé avent obtention de résultats
favorables. En cas de résultats défavorables, le bétonnage est reporté, l’Entrepreneur
procèdera aux adaptations nécessaires et l’épreuve de convenance est refaite,
éventuellement simplifiée en accord avec l’Ingénieur ; il en est de même ultérieurement si
l’Entrepreneur propose des modifications de l’un des éléments conditionnant la fabrication
ou la mise en œuvre du béton.
5.3.12.5 Epreuve de contrôle.
L’épreuve de contrôle constitue le contrôle de conformité d’un lot de béton aux
stipulations du marché.
5.3.12.5.1 Echantillonnage et essais.
Les prélèvements destinés aux essais sont effectués sur le chantier immédiatement
avant la mise en place du béton, en nombre “ n ” fixé par le CCTP en même temps que la
définition du lot.

61
62

Il est à noter que, pour le prélèvement soit représentatif, notamment vis à vis de
l’aptitude à la mise en œuvre, il importe de tenir compte d’attente du béton sur le chantier
et des mouvements de manutention utilisés, ou d’éliminer ces facteurs en effectuant le
prélèvement au point le plus proche possible de la mise en place (sortie du flexible de la
pompe à béton, de la goulotte de déversement dans le coffrage, etc.). Dans le cas du béton
prêt à l’emploi fabriqué en usine, notamment, une différence significative de consistance
peut exister selon qu’elle est mesurée à l’arrivée du camion, à son déchargement ou au
moment de la mise en place du béton.
Chaque prélèvement est issu d’une seule gâchée. Dans le cas de livraison par
camion, la gâchée est remplacée pare la charge.
Pour assurer une bonne qualité des mélanges (dosage) sur chantier, prélever des
échantillons de chaque mélange (dosage) de béton à partir de chaque point de malaxage
conformément aux recommandations de la norme britannique BS 1881 ou bien en accord
avec le code américain ACI 318-83, troisième partie, chapitre IV.
Prélever des échantillons pour réaliser les essais de convenance de al résistance à la
compression pour chaque mélange (dosage) comme suit :
- Prélever initialement ‘ échantillons au hasards quotidiennement les dix jours de
bétonnage ;
- Puis par suite pas moins d’un échantillon pour chaque jour de bétonnage.
Chaque échantillon devra représenter un volume ne faisant pas plus de la moindre des
valeurs définies par 20 m3 ou 20 lots. Une plus grande fréquence d’échantillonnage et
d’essai peut être requise au début des travaux pour établir un premier niveau de qualité, ou
durant les périodes oui production quand la qualité est douteuse. La fréquence peut être
réduite quand une haute qualité est réalisée.
Les “ n ” prélèvements sont effectués dans “ n ” gâchées (ou gâchage) choisies au
hasard, par exemple en les désignant par leurs numéros d’ordre avant le début de la
fabrication du béton constituant le lot homogène d’emploi soumis à l’épreuve de contrôle ;
toutefois, un prélèvement supplémentaire peut être effectué sur toute autre gâchée (ou
charge) appartenant à ce lot si la qualité du béton suscite le doute (par exemple du fait de
l’aspect du béton ou d’anomalies constatées à la fabrication ou au transport).
Les dispositions du paragraphe 5.3.12.5.2 ci-après sont applicables à ce
prélèvement supplémentaires, sous réserve que, en ce qui concerne la résistance à la
compression à 28 jours, le résultat soit alors interprété par la seule relation 2 des critères de
conformité, indépendamment des “ n ” résultats initialement prévus.
Il est aussi possible d’augmenter l’effectif de l’échantillon (pour un lot) au début du
chantier, pendant la période de réglage éventuelle.
5.3.12.5.2 Critères de conformité.
I) CONSISTANCE.
Le lot est réputé conforme aux spécifications si les “ n ” résultats d’essais de consistance se
trouvent dans la fourchette requise (entre les bornes inférieure et supérieure).

62
63

Si le résultat d’un essai est extérieur à cette fourchette, la gâchée (ou charge)
correspondante peut être rebutée et la gâchée suivante fait l’objet d’un nouveau
prélèvement pour essai de consistance. Si le résultat est encore extérieur à la fourchette, le
bétonnage est arrêté jusqu’à détermination des causes de l’anomalie et modification d’un
essai qui doit se situer dans la fourchette requise.
II) RÉSISTANCE À LA COMPRESSION À VINGT-HUIT JOURS.
Les essais seront conduits selon les normes NF P 18-404, NF P 18-406 et BS 1881.
Chaque lot est représenté par “ n ” résultats.
III) ACCEPTATION DU BÉTON.
Un lot reconnu conforme aux stipulations est accepté par l’Ingénieur. Si un lot est
reconnu non conforme aux stipulations, l’Entrepreneur procède éventuellement à des
investissements complémentaires avant décision de l’Ingénieur, qui est alors pris après
application de l’ensemble des informations.
5.3.12.6 Epreuve d’information.
Les essais d’information seront exécutés selon la norme NF P 18-405 et BS 1881.
Les épreuves d’information ont un double but :
- Donner l’assurance que la qualité du béton est compatible avec les modalités de
construction dans les conditions réelles de durcissement.
- Le P. A. Q. décrit le programme destiné à répondre à cet objectif. Il précise les
délais de transmission des résultats à l’Ingénieur. L’Entrepreneur propose l’interprétation
des résultats. En cas de résultats non conformes aux prévisions, l’Entrepreneur formule
toute proposition utile à l’Ingénieur qui conserve son droit à la décision finale.
- Permettre d’acquérir des données autres que celles fournies par l’épreuve de
contrôle, l’Entrepreneur donne toute facilité à l’Ingénieur qui pourrait exiger de procéder à
des essais répondant à cet objectif.

ARTICLE 5.3.13 : ACHEVEMENT DES OUVRAGES.

5.3.13.1 Tolérances finales.

Les tolérances divisées dans le présent article concernant les implantations,


dimensions et tracés des ouvrages définis par les dessins d’exécution. Les valeurs
admissibles sont, sauf normes BS 5606, ACI 347 ou autres normes équivalentes.
Si plusieurs tolérances peuvent s’appliquer, la plus sévère est retenue.
5.3.13.2 Généralités.
En c'est à dire de non conformité de tout en partie de l’ouvrage aux stipulations du
marché, l’Entrepreneur est tenu de procéder aux réparations nécessaires. A cet effet, après
reconnaissance et analyse des défauts ou désordres, et avant tout début d’intervention,
l’Entrepreneur propose à l’Ingénieur les réparations (nature et consistance) à effectuer.
Celles-ci sont à la charge de l’Entrepreneur.

63
64

5.3.13.2.1 Défauts de nature à porter atteinte à la qualité structurale.


Il s’agit de défauts susceptibles de compromettre la sécurité, la durabilité ou le
comportement de l’ouvrage.
Les mesures à prendre concernent notamment :
- La mise en place des dispositifs éventuellement nécessaires pour assurer la sécurité
des personnes ;
- Le relevé détaillé des défauts ;
- La recherche des causes en s’appuyant (en tant que de besoin) sur des essais,
investigations ou calculs complémentaires) ;
- L’évaluation des conséquences possibles à plus ou moins long terme ;
- La mise au point d’un dossier de réparation assortit de toutes les justifications
nécessaires. Il est à noter que les procédés de réparation ou de renforcement ne doivent pas
porter atteinte à la qualité d’aspect.
En fonction des constatations et études ci-dessus, il appartient à l’Ingénieur :
- soit d’accorder son visa au projet de réparation, avec ses observations éventuelles ;
- soit de prescrire la démolition de t ou partie de l’ouvrage.
Dans tous les cas, les dossiers et notes de calcul sont complétés ou refaits de façon
à être rendus conformes à l’exécution définitive. Il s’agit de tenir compte de toutes les
données constatées (géométrie, caractéristiques des matériaux etc.), ainsi que de tous les
éléments de renforcement mis en œuvre (renformis, précontraintes supplémentaires etc.)
5.3.13.2.2 Défaut portant atteinte à la qualité de l’aspect ragréages.
Ces défauts concernent la géométrie de l’ouvrage et la texture ou la couleur des
parements.
Les dépassements des tolérances de tracé peuvent faire l’objet de corrections, à
condition que la sécurité, la capacité portant à l’ouvrage ainsi que le contrôle des usagers
ne soient pas remis en cause.
Les défectuosités mineures peuvent être corrigées par dégraissage, lavage, rabotage,
meulage.
En cas d’imperfections ou de malfaçons plusieurs graves, les mesures à prendre
sont définies conformément à l’article 5.3.11.1.1 ; elles comprennent s’il y a lieu le
colmatage des fissures (voir article 5.3.13.2.4).
Sur les parements fins ou ouvragés, le ragréage simple est interdit. Si un ragréage y
est nécessaire, et sous réserve de l’acceptation des produits de ragréage par l’Ingénieur, il
est obligatoirement suivi d’un traitement sa surface. Celui-ci est effectué conformément
aux prescriptions de l’article 5.3.11.
5.3.13.2.3 Etats particuliers des fissures.
Les fissures dans les surfaces des structures en contact avec l’eau (réservoirs) sont
interdites.

64
65

5.3.13.3 Nettoyage final.


En fin de chantier, l’Entrepreneur effectue le nettoyage de l’ensemble de l’ouvrage.
Il assure en particulier le dégagement des espaces prévus pour assurer librement mes
mouvements des structures. Il convient en particulier :
- D’éliminer les divers détritus, coulures de laitance ou de produit d’injection, aussi
bien extérieurement qu’intérieurement (par exemple : poutres-caissons) ;
- De dégager les appareils d’appui, joints de dilatation, conduits d’évacuation des
eaux ou d’aération etc.

65