Vous êtes sur la page 1sur 37

1

Classement en 2 catégories basées sur le mode de transmission de l’énergie au fluide

Pompes

Volumétriques Centrifuges

-Débit dépend de la vitesse de rotation mais -Transmission au fluide d’une charge


est indépendant de la pression au dépendant du débit de fluide qui les traverse
refoulement
Une roue (ou turbine) fournit au fluide de
-Transfert du fluide obtenu par déplacement
l'énergie cinétique qui est ensuite
d'une capacité élémentaire caractéristique
transformée en pression dans une volute
des organes mobiles de la pompe
- Mode de génération de cette capacité → 2
catégories : pompes volumétriques
alternatives et pompes volumétriques
rotatives 2
Choix de la pompe → conséquence sur le procédé

Pompes

Volumétriques Centrifuges

Q (pompe volumétrique) ≠ f (P refoulement) → inutile voire dangereux de disposer une vanne


au refoulement
P refoulement d'une pompe volumétrique peut être très importante → soupape interne de
protection (pompe) + soupape de protection process
Pompe volumétrique = en général auto-amorçante. Si vide de liquide, création d’une
aspiration (vide) suffisant pour amener le liquide jusqu'à l'aspiration.

Q (pompe centrifuge) = réglé par une vanne de réglage proche du refoulement de la pompe,
ou par un système de variation de la vitesse de rotation du moteur d'entrainement
Pompe centrifuge ≠ en général auto-amorçante → à remplir avant de la démarrer si montage
en aspiration 3
Pompes à piston

Alternatives Pompes à membrane

Pompes pneumatiques

Pompes
volumétriques
Pompes à engrenages

Courbe caractéristique Pompes à palettes


P
Rotatives Pompes à vis

Pompes péristaltiques

Pompes à vis excentrées

Q
4
Pompes à piston

1) Déplacement du piston vers la droite → dépression dans le cylindre


2) Le clapet monte sous la pression du fluide à l'aspiration → remplissage du cylindre
3) Déplacement du piston vers la gauche → fluide du cylindre mis en pression
4) Le clapet d'aspiration plaqué sur son siège → pas de retour du fluide vers l'aspiration
5) Le clapet de refoulement se soulève sous l'effet de la pression → évacuation du fluide
vers la conduite de refoulement 5
Pompes à piston

Pompe représentée : pompe simple effet


Refoulement du liquide pendant la moitié du cycle → débit pulsé
Débit moyen horaire Qm → débit maximum instantané v=3,14 Qm

Régularité du débit → pompe double effet ou à 2 têtes

→ pompe multi-têtes

6
Pompes à piston

7
Pompes à membrane

Compression d’une huile auxiliaire par un piston



déformation d’une membrane comprimant le fluide pompé

8
Pompes à membrane

9
Pompes à membrane

10
Pompes pneumatiques

Fonctionnement avec de l'air comprimé (fluide moteur) → avantage en zone explosive


Alternance d'air comprimé d'un compartiment moteur à l'autre (séparé par une
membrane) → pompe à membrane alternative
2 compartiments → débit plus régulier que les pompes à membrane unique
Naturellement auto-amorçantes

11
Pompes à engrenages

2 pignons placés dans un carter tournent en sens inverse


L'un des pignons (arbre primaire) entraînent l'autre
Liquide aspiré véhiculé en périphérie des pignons
Volume élémentaire est compris entre deux dents consécutives d'un pignon et le carter
Retour de produit du refoulement vers l'aspiration empêché par l'engrènement

12
Pompes à engrenages

13
Pompes à palettes

Pompe = corps cylindrique + rotor cylindrique excentré avec rainures + palettes


coulissant dans ces rainures

Palettes plaquées sur la périphérie du corps (force centrifuge, ressorts)

Position excentrée du rotor → volumes variables entre le corps et deux palettes consécutives

Cycle de rotation :
1) palettes se présentent devant l'orifice d'aspiration en offrant un volume croissant
2) fluide est aspiré, emprisonné et véhiculé vers l'orifice de refoulement
3) orifice de refoulement : décroissance du volume → fluide refoulé

14
Pompes à palettes

15
Pompes à vis

Constituées de 2 vis à filets à pas contraires souvent entraînées


par un jeu de pignons .
Les 2 vis forment avec le corps des volumes se déplaçant
axialement vers l'orifice de refoulement.
Le produit est déplacé de façon continue et sans pulsation.

16
Pompes à vis

17
Pompes à vis excentrée

Pompe Moineau est constituée :


- d'une vis interne en métal (rotor hélicoïdal)
- d'un stator en élastomère (stator hélicoïdal)

2 éléments → volumes fermés → déplacement axial de l'aspiration vers le refoulement

18
Pompes péristaltiques

Plateau tournant (rotor) sur lequel sont montés 3 galets mobiles.


Tuyau souple (dans lequel circule le fluide à pomper) placé dans le corps de la
pompe.
Galets écrasent le tuyau souple → aspiration du fluide dans le tuyau
Coincé entre deux galets, fluide est entraîné vers le refoulement.
Pompes souvent utilisées en laboratoire et dans les appareils de
prélèvements automatiques.
19
Pompes péristaltiques

20
Courbe caractéristique
HMT
Pompes centrifuges

Energie cinétique apportée par une roue (turbine) au fluide → élévation de la pression
Pompe centrifuge = organe mobile {impulseur (roue)} + organe fixe {diffuseur, volute}
Pompes monocellulaires (1 étage) ou multicellulaires (plusieurs étages en série)
Débit pompé = f : - ∆P entre aspiration et refoulement
- vitesse de rotation de la roue (600 – 3500 rpm)
- diamètre de la roue (vitesse périphérique)
21
Pompes centrifuges

Différents types de roue (impulseur, turbine, hélice) :


- Roues axiales : Q élevés et faibles HMT
- Roues radiales : HMT plus élevées pour Q plus faibles
Pompe multicellulaire : Plusieurs roues associées en série sur un même arbre → ↑ HMT

roue axiale (hélice) roue semi-radiale (hélicocentrifuge) roue radiale (centrifuge)

22
roue ouverte roue semi-ouverte roue fermée
Pompes centrifuges

Principe :

- Mise en rotation du fluide à pomper en le


faisant circuler dans une roue

- Fluide admis au centre de la roue à P aspiration

- Rotation → déplacement vers la périphérie de


la roue → ↑ vitesse → ↑ P dynamique

- Périphérie de la roue : fluide canalisé vers la


tuyauterie de refoulement via une volute

23
Pompes centrifuges

Option : diffuseur afin de diriger les veines fluides


vers la volute en minimisant les ∆P

Pour être caractéristique de la pompe et indépendant du fluide pompé, le gain de P dynamique


est en général exprimé en hauteur de fluide : HMT, Hauteur Manométrique Totale
ρ . u2
Estimation : ∆P dynamique =
2
u2
HMT = (mCL )
2g
24
Pompes centrifuges

Pour pomper un fluide du point A


au point B, les contraintes sont de
différentes natures :

Démarrage de la pompe (amorçage)


Réglage du débit
Vaincre ∆P statique entre A et B
Vaincre ∆h (élévation) entre A et B
Apporter une vitesse de circulation
Vaincre ∆P frottement entre A et B
Maintenir P suffisante au point E pour
éviter la vaporisation du fluide (cavitation)

25
Pompes centrifuges

Vanne de réglage située au voisinage Variation de la vitesse de rotation de la roue de


du refoulement de la pompe la pompe (énergétiquement plus économique)

Pas de réglage à l’aide d’une vanne à l'aspiration

↓ de pression en E et risque de cavitation (NPSHdispo≤NPSHrequis)


26
Pompes centrifuges

HMT (Pa) = Energie (J) qu’il faut apporté par unité de volume de fluide (m3) pour :
- vaincre les forces de pression entre A et B,
- élever le fluide de A à B,
- vaincre les ∆P par frottements entre A et B (Jf,A→B)
- vaincre les ∆P par frottements d’une vanne de réglage éventuelle (Jvanne),
- augmenter si besoin la vitesse du fluide entre A et B.

27
Pompes centrifuges

Ceci se traduit, en mCL, par l'équation de Bernouilli généralisée suivante:


PA/ρg + ZA + vA2/2g + HMT = PB/ρg + ZB + vB2/2g + Jf,A→E + Jf,R→B + Jvanne

En transposant, on obtient la HMT de la pompe par la formule:

ρg + ZB-ZA + (vB2-vA2)/2g + Jf,A→


HMT = (PB-PA)/ρ →E + Jf,R→
→B + Jvanne
28
Pompes centrifuges

Courbe de HMT d'une pompe généralement donnée par le constructeur

Estimation expérimentale par mesures de pression à l'aspiration et au refoulement

29
Pompes centrifuges

• Tracé des ∆P et variations de pression et d'élévation = f (Q) sur le même graphe que la HMT

• Courbe d'allure parabolique ascendante représentant l'évolution des pertes de charges avec
le débit

• O.O représente la hauteur et la pression à vaincre ≠ f (Q)

• Intersection des 2 courbes = point de fonctionnement de l'installation (Q de circulation et


HMT délivrée par la pompe)

30
Pompes centrifuges

31
Pompes centrifuges

Vaporisation, à l'entrée de la roue (P la plus basse), d'une partie du liquide pompé

Pression statique tombe en dessous de la pression de vapeur saturante du fluide pompé

Création de bulles de gaz dissous dans le liquide (cas de l'eau) : cavitation apparente

Effets très néfastes pour la pompe :


- création de bulle de vapeur à l'aspiration avec condensation brutale dans ou en
sortie de roue lorsque P ↑,
- implosion des bulles de vapeur au niveau de la roue,
- vibrations, bruits anormaux,
- destruction des garnitures d'étanchéité,
- arrachement de matière dans les zones d'implosion,
- ↓ Q pompé lorsque apparaît le phénomène de cavitation.
32
Pompes centrifuges

Prédiction de la cavitation : calcul du NPSH (Net Positive Suction Head) à l’aspiration


comparaison avec le NPSH requis par la pompe
cavitation pour NPSHdispo ≤ NPSHrequis
33
Pompes centrifuges

NPSHdispo (mCL) = marge de P au dessus de Pvap du fluide pour un circuit et un Q donné

NPSHdispo = PE/ρg + vE2/2g - P°vap/ρg NPSHdispo = (PE - P°vap + 1/2 ρvE2)/ρg

A l’aide de l'équation de Bernouilli appliquée entre A et E, on a :

PA/ρg + ZA + vA2/2g = PE/ρg + ZE + vE2/2g + Jf,A→E

PE/ρg = PA/ρg + ZA - ZE+ vA2/2g - vE2/2g - Jf,A→E

NPSHdispo = (PA + 1/2 ρvA2 - P°vap)/ρg + (ZA - ZE) - Jf,A→E

34
Pompes centrifuges

NPSH requis est une donnée


constructeur

Il est généralement donné sous


forme de courbe en fonction du
débit, sur le même graphe que la
courbe de HMT

Ordre de grandeur : quelques


mètres de colonne de liquide

35
Plages d’utilisation

36
Avantages / Inconvénients

37