Vous êtes sur la page 1sur 4

R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

NOTE DE SYNTHÈSE

ADAPTER LA FRANCE AUX DÉRÈGLEMENTS CLIMATIQUES À


L’HORIZON 2050 : URGENCE DÉCLARÉE
Délégation à la prospective
Rapport d’information de MM. Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique, et
Jean-Yves Roux, sénateur des Alpes de Haute-Provence

Un « choc » climatique inévitable, auquel il faut se préparer plus


activement

█ Les manifestations du réchauffement faire face à une aggravation significative


climatique sont déjà visibles en France des divers impacts du réchauffement déjà
et vont continuer à s’amplifier. observables.
Les températures moyennes ont fortement Même si ce rapport a pour objet les
augmenté dans toutes les régions politiques d’adaptation aux changements
françaises depuis trente ans. Les vagues climatiques à l’horizon 2050, il ne peut
de chaleur sont plus fréquentes et plus ignorer complètement ce que pourraient
fortes. Le niveau de la mer s’élève et, être les dérèglements climatiques à un
avec lui, le risque de submersion de horizon de temps plus éloigné, car
certaines zones littorales. Le régime des certaines décisions, en matière
précipitations évolue, avec des effets sur d’aménagement public, de construction
les cultures et les phénomènes d’infrastructures ou de plantation des
d’inondation. Les glaciers fondent, la neige forêts par exemple, obligent dès
est moins abondante, l’évapotranspiration maintenant à anticiper les évolutions
s’accroît, accentuant les pressions sur les climatiques de la seconde partie du siècle.
ressources hydriques et affectant aussi De telles prévisions sont cependant
bien les activités agricoles ou touristiques incertaines, car le climat de la fin du siècle
que la biodiversité et les milieux dépendra des efforts de la communauté
aquatiques. internationale pour réduire les émissions
de gaz à effet de serre. Dans le scénario
optimiste de leur réduction forte et rapide,
DIPED N° 8 (2018-2019)

la situation climatique pourrait être


maîtrisée. En revanche, dans le scénario
d’une poursuite au rythme actuel, la
France serait conduite dans une situation
climatique alarmante vers 2080, dans un
contexte de crise internationale difficile à
anticiper aujourd’hui.
█ Des risques naturels aggravés

On anticipe, parmi les impacts du


Le proche avenir climatique du pays, changement climatique, une aggravation
d’ici à 2050, est pour l’essentiel déjà écrit. des événements de submersion
Il correspond à un réchauffement de 2°C côtière, ainsi qu’une forte hausse du
par rapport à l’ère préindustrielle. Qu’on risque d’incendie. Vers 2060, la majeure
réduise fortement les émissions globales partie du pays sera soumise chaque
16 MAI 2019

de gaz à effet de serre ou que celles-ci se année, pendant plusieurs semaines, à un


poursuivent au rythme actuel, il faudra risque d’incendie extrême qui, pour

Sénat – 15, rue de Vaugirard - 75291 Paris Cedex 06 - www.senat.fr


2 Adapter la France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 : urgence déclarée

l’heure, est limité au pourtour vectorielles, notamment en raison de


méditerranéen. Un autre phénomène l’extension de l’aire de peuplement du
alarmant auquel il faut se préparer est la moustique tigre, qui est le vecteur des
survenue de vagues de chaleur plus virus du chikungunya, de la dengue et du
fréquentes, plus longues et plus zika. La situation française pourrait
sévères. ressembler bientôt à celle de pays déjà
plus fortement exposés, comme la Grèce
et l’Italie, qui sont confrontés par exemple
à des épidémies du virus West Nile.
█ Des projections inquiétantes
concernant les ressources en eau
Le rapport « Explore 70 » du BRGM livre
des chiffres choc concernant le niveau des
cours d’eau et le taux de charge des
nappes phréatiques attendus à l'horizon
2046-2065. On doit s’attendre à une
baisse significative de la recharge des
nappes, une baisse du débit moyen
annuel des cours d’eau et à des débits
d’étiages plus sévères, plus longs et plus
précoces, avec des débits estivaux
réduits de 30 à 60 %. Cette raréfaction
Enfin, principalement sous l’effet de des ressources hydriques se traduira par
l’augmentation de l’évapotranspiration, il la détérioration des milieux aquatiques,
faut redouter l’apparition de situations des contraintes accrues sur
de sècheresse des sols sévères, qui l’approvisionnement en eau potable ou
exerceront une contrainte très forte sur la encore des perturbations sévères pour
production agricole, y compris l’élevage. des secteurs comme l’agriculture, le
Sur la période 2021-2050, la durée de tourisme ou l’énergie. Dans les territoires
sécheresse des sols en France devrait en situation de stress hydrique, les conflits
passer de 2 mois en moyenne d’usages pourraient se multiplier.
actuellement (de la mi-juillet à la mi-
█ Des activités économiques
septembre) à 4 mois (de la mi-juin à la mi-
perturbées
octobre), tout en devenant plus intense.
Les secteurs économiques sont
█ Les effets sanitaires du
diversement affectés par les dérèglements
réchauffement
climatiques. Le plus directement touché
Les vagues de chaleur sont à l’origine est l’agriculture. Le réchauffement est à
d’une surmortalité significative. Ainsi, la l’origine d’une stagnation des rendements,
canicule de 2003 a causé 15 000 morts ; d’une baisse de la qualité nutritive, d’une
celle de 2015, plus de 1 700 et celle de altération de la qualité des semences,
2018, environ 1 600. La hausse des d’une modification de la phénologie de
températures a également des effets cultures pérennes comme les arbres
sanitaires indirects, à travers la hausse fruitiers et la vigne, de modifications dans
des risques liés à la pollution de l’air, la qualité organoleptique de certains
notamment à la pollution à l’ozone, la produits ou encore d’effets sur la santé
hausse des risques allergiques ou encore végétale et animale liés la modification du
la prolifération de certaines algues comportement et à la distribution
(comme les cyanobactéries), avec des géographique des bioagresseurs et des
risques de contamination de l’eau potable, pathogènes. Par ailleurs, les sécheresses
des eaux récréatives, des poissons et agricoles, plus fréquentes et plus sévères,
fruits de mer. pourront fortement altérer le potentiel de
production agricole et créeront un besoin
Enfin, le réchauffement climatique facilite accru d’irrigation alors même que les
la propagation des maladies ressources hydriques seront plus rares.
Adapter la France aux déréglements climatiques à l’horizon 2050 : urgence déclarée 3

État des lieux des politiques d’adaptation : des avancées importantes


mais des freins restent à lever
Les politiques d’adaptation visent à faire gestion intégrée du trait de côte a été
face aux impacts des dérèglements initiée en 2012, tandis que les outils de
climatiques. En France, elles ont déjà une prévention et de gestion des crises ont
quinzaine d’années. Les grandes étapes profondément évolué dans le domaine du
de leur mise en place sont la création de risque d'inondation.
l’Observatoire national sur les effets du
réchauffement climatique (ONERC) en Malgré ces acquis, ce rapport fait le
2001, la définition de la stratégie nationale constat que, au-delà de l’État, du monde
d’adaptation en 2007, la mise en œuvre scientifique et de quelques collectivités
du premier Plan national d’adaptation au territoriales ou acteurs économiques
changement climatique (PNACC 1), suivie pionniers, la mobilisation sur les enjeux
d’une période d’évaluation approfondie, et d’adaptation à l’échelle des acteurs de
l’annonce en décembre 2018 du 2e Plan terrain et des filières économiques
(PNACC 2). reste insuffisante.

█ Des acquis significatifs, mais une █ Une légitimité à conforter


déclinaison territoriale et économique Scientifiques, acteurs politiques et
insuffisante associatifs ont longtemps mis l’accent
Le PNACC 1 et les enseignements tirés exclusivement sur les enjeux d’atténuation
des catastrophes climatiques des vingt (diminution des émissions de gaz à effet
dernières années ont permis de poser de serre). C’était rationnel dès lors qu’une
certains fondements règlementaires et mobilisation forte sur l’atténuation pouvait
scientifiques nécessaires à dispenser d’un effort sur l’adaptation. Cela
l’approfondissement ultérieur des traduisait également la crainte qu’une
politiques d’adaptation. L’État s’est attaché politique favorable à l’adaptation se fasse
à développer des outils et des méthodes au détriment des nécessaires efforts
permettant aux acteurs de terrain de d’atténuation.
diagnostiquer par eux-mêmes leurs Désormais, opposer ces deux politiques
vulnérabilités et d’élaborer des réponses n’a plus de sens. L’adaptation est devenue
pertinentes à leur échelle : incontournable. La canicule de 2003, la
- les opérateurs scientifiques de l’État ont tempête Xynthia, le cyclone Irma de 2017,
développé des capacités d’expertise pour la succession des sècheresses agricoles,
mieux connaître les manifestations du notamment celle de 2018 : tous ces
changement climatique et mieux cerner événements ont accéléré la maturation
ses impacts. Un travail remarquable a été des esprits sur la nécessité de s’adapter.
accompli notamment par Météo-France, le L’adaptation pourrait même devenir un
BRGM ou encore l’INRA ; accélérateur des politiques
- un effort a été réalisé pour améliorer la d’atténuation, car une partie des
diffusion et la mise à disposition de cette solutions d’adaptation contribue à la
expertise, par exemple à travers le portail réduction des émissions, comme la
DRIAS de Météo-France ; rénovation thermique ou l’agroécologie.

- les outils de planification ont progressé. Enfin, l’atténuation est parfois perçue
Un volet « adaptation » a été intégré à de comme une politique « altruiste »,
nombreux documents stratégiques, qu’il reposant sur la mise entre parenthèses à
s’agisse des SRADDET, des PCAET ou court terme de certains intérêts nationaux.
encore des SDAGE. Le PNACC 2 insiste Ce n’est pas le cas des politiques
sur cette déclinaison territoriale ; d’adaptation, qui établissent un lien direct
et visible entre les investissements
- enfin, dans le domaine des risques consentis par chaque pays dans
climatiques, une stratégie nationale de l’adaptation et son retour sur
4 Adapter la France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 : urgence déclarée

investissement. On a donc intérêt à intégrée dans les investissements


dynamiser les efforts d’atténuation en courants. Le chiffrage est donc ardu. Il
s’appuyant sur la lisibilité et n’existe encore aucune méthodologie pour
l’acceptabilité plus grandes des le réaliser. La seconde difficulté concerne
politiques d’adaptation. les sources de financement à mobiliser.
Les politiques d’adaptation prennent
█ Le frein de la complexité parfois appui sur des politiques
Si les collectivités se sont jusqu’à présent préexistantes, déjà dotées d’outils de
peu saisies des enjeux d’adaptation au financement, notamment dans le domaine
changement climatique, c’est également de l’eau ou des risques naturels. On peut
parce que ce thème est perçu comme donc conforter ces dispositifs sectoriels et
complexe à traiter. Il demande un les faire évoluer pour qu’ils intègrent des
changement de paradigme profond objectifs nouveaux relatifs à l’adaptation.
(penser les politiques publiques de façon Néanmoins, pour les aspects des
transversale). Il nécessite de s’appuyer politiques d’adaptation qui ne peuvent se
sur des diagnostics scientifiques et des rattacher à un dispositif de financement
informations fines pour comprendre et préexistant, il faudra s’interroger sur la
anticiper les effets du changement création de financements nouveaux. C’est
climatique sur un territoire donné. Enfin, il le cas en particulier des dépenses liées à
impose de se projeter dans des l’élaboration et à la mise en œuvre des
temporalités longues. plans climat-air-énergie territoriaux
(PCAET).
█ La délicate question du financement
Dans tous les cas, les outils de
Le PNACC 2 ne comprend pas d’élément financement des politiques d’adaptation
de chiffrage financier, ni même d’indication devront respecter quelques principes,
méthodologique sur lesquels s’appuyer notamment :
pour construire une estimation des
besoins liés aux politiques d’adaptation. - un principe de contractualisation visant
Plus largement, les travaux préparatoires à conditionner l’accès aux subventions à
à ce rapport ont montré qu’aucun acteur la prise en compte de critères en matière
n’est aujourd’hui en mesure de présenter d’adaptation ;
une vision globale du financement des - un principe de solidarité entre les
politiques d’adaptation. Ce sujet citoyens et entre les territoires ;
fondamental pour la transition climatique
reste donc largement ouvert. - un principe de cohérence entre les
objectifs des politiques d’adaptation et
La première question à résoudre est celle d’atténuation.
de l’estimation des besoins. Une partie
des coûts de l’adaptation est invisible, car

Rapporteur Rapporteur
Président de la Délégation Membre de la délégation Membre de la délégation

Le rapport
complet sera
disponible
prochainement
sur le site du
Sénat

Roger Karoutchi Ronan Dantec (Loire- Jean-Yves Roux (Alpes de


(Hauts-de-Seine, LR) Atlantique, RDSE-Ratt.) Haute-Provence, RDSE)

Vous aimerez peut-être aussi