Vous êtes sur la page 1sur 38

Rapport

* INTRODUCTION *

Dans le cadre de notre formation en cycle ingénieur génie civil,


nous sommes tenus d'effectuer un stage de fin d’année, afin de
concrétiser les
différentes connaissances acquises durant notre formation, ainsi
de nous intégrer dans le monde du travail où on peut bien évaluer
les notions acquises théoriquement avec la pratique.
A cet effet, J’ai eu l’occasion de passer mon stage de projet fin
d’études comme
prévu durant le moins du mai, au sein du bureau d’études CAEB.
Durant cette
période j’étais ramené à appliquer les connaissances que j’ai
acquis théoriquement durant ma formation et notamment dans le
module béton armé, dans le but de réaliser une étude d’une villa
R+1 avec sous-sol.
Dans le présent rapport, je vais vous présenter tout d’abord le
bureau
d’études CAEB, puis la plus grande partie de ce rapport sera
consacrée à la
présentation des différentes étapes de réalisation de cette étude.
Chap1 : présentation
du bureau
Chapitre 2 : Présentation de l’ouvrage et
caractéristiques des matériaux
1-Présentation de l’ouvrage

1-1 Introduction :
Le projet étudié est une villa de type R+1 avec sous-sol.

Le projet se situe à la ville de Tanger à rue …………………… .

1-2 Caractéristique géométrique du bâtiment :

_ Longueur en plan--------------------------------11.09 m
_ Largeur en plan----------------------------------10 m

EN ELEVATION :

_Hauteur du Sous-sol ----------------------------------3.25 m.


_ Hauteur RDC ------------------------------------3.75 m.
_ Hauteur Etage------------------------------------ 3,25m

_ Hauteur Totale------------------------------------ 10,25m

1-3 Caractéristiques du sol :


Le sol d'assise de la construction est un sol non cohérent à compacité moyenne, d’après le
rapport du laboratoire de la mécanique des sols,
- La contrainte du sol est бsol = 1,8 bars pour un ancrage D = 2,00 m.
- Le poids spécifique de terre γ = 1,8 t / m3.
- L'angle de frottement interne du sol φ = 36.4°
- La cohésion C = 0 (sol pulvérulent)

2-Caractéristiques des matériaux :


2-1Béton :
a) Composition du béton :
 La composition ordinaire pour un mètre cube du béton est :
 350 kg/m3 de ciment de classe CPJ45.
 400 litres de sable de diamètre 0/5.
 800 litres de gravier de diamètre 15/25.
 175 litres d’eau de gâchage.
b) Résistance à la compression :
 Le béton est dosé à 350Kg/m3 ayant une résistance à la compression à 28 j : fc28 = 25 MPa
c) Résistance caractéristique à la traction :

 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 : ƒ tj =0.6+0.06ƒ cj pour ƒ cj ≤40MPa.


ƒ c28 =25MPA donc ƒ t28 =2.1MPA………………….BAEL91
d) Les Contrainte Limites de compression du béton :
En se référant au règlement du BAEL. 91 on distingue deux états limites.

Etat limite de service « E.L.S » :


La contrainte limite de service en compression du béton est limitée par la formule :
bc = 0.6 ƒc28 donc

 bc =15 MPA


e) Contrainte limite de cisaillement :

Pour ce projet la fissuration est peu nuisible car le milieu est non agressive : pas trop
d’humidité, de
condensation, et faible exposition aux intempéries donc la contrainte limite de cisaillement
prend la
valeur suivante :
2-2 Aciers :
a) Caractéristiques mécaniques de l’acier :
L’acier choisi pour les armatures longitudinales et transversales est un acier à haute adhérence
(HA) de nuance FeE500 (limite d’élasticité fe = 500MPa).
Le module d’élasticité longitudinal de l’acier « Es »est pris égal à : Es=2.1*10⁵MPa

b) Contrainte limite de l’acier :


Contraintes limites à l ’ELU :
La contrainte limite ultime d’acier est limitée par la formule : S = fe /S
Avec :  S : Coefficient de sécurité tel que :  S = 1.15 en situation courante
Donc s = fe / s = 500 / 1.15 = 434.78 Mpa

 Contrainte limite de service :


Les contraintes limites de l’acier S sont données en fonction de l’état limite d’ouverture des
fissures. La fissuration est peu nuisible donc pas de vérification concernant la contrainte
limite de
service.
3-Combinaison de calcul
Les sollicitations sont calculées en appliquant à la structure les combinaisons d’actions
définies ci-après :
La combinaison de calcul à l’état limite :
Pu = 1,35 G + 1,5 Q.
Les combinaisons de calcul à l’état limite service:
Avec Ps = G + Q
G : Charge permanente.
Q : Charge d’exploitation.
4-Les règlements utilisés
 B.A.E.L 91 Modifié 99 pour le calcul de la structure.
 R.P.S 2002 pour la vérification des dimensions et la disposition de ferraillage.
5- Hypothèses de calcul en béton armé
a) Calcul aux états limites de services :
 Les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation restent planes après
déformation.
 Pas de glissement relatif entre le béton et l’acier.
 Le béton tendu est négligé dans les calculs.
 Les contraintes sont proportionnelles aux déformations.
 Le rapport « n » du module d’élasticité longitudinale de l’acier à celui du béton, a pour
valeur : n=ES/EB=15

b) calcul aux états limite ultimes de résistance :


 Les sections planes, normales à la fibre moyenne avant déformation restent planes après
déformation.
 Le béton tendu est négligé dans les calculs.
 Le raccourcissement relatif de l’acier est limite à : 10‰.
 Le raccourcissement ultime du béton est limité à
 bc = 3.5 ‰ ……………… en flexion
 bc = 2 ‰ ……………….. en compression centrée
Conception :
1. Introduction
En général les plans architectes qui sont considérés comme les documents d’entrées d’un
bureau d’étude de structure, ne contiennent pas assez d’informations sur la conception de
l’ossature. Donc et avant que le bureau d’étude se lance dans les calculs des éléments portants ;
il doit prendre son temps pour élaborer son propre plan de coffrage qui épouse au maximum la
structure souhaitée par l’architecte. Ce plan de coffrage sera le document de base du maitre
d’ouvrage des gros œuvres, donc on doit y prêter une concentration considérable pour qu’il soit
complet, clair et raisonnable. En effet, la conception est une démarche qui consiste à implanter
des poteaux et des poutres de telle façon à avoir un plan aéré assurant la stabilité et la performance
de la structure ainsi que des quantités quasi-optimales de matériaux.

La procédure d’élaboration d’un plan de coffrage :


Il n’y a pas de procédure normalisée à suivre, mais il y a un but à atteindre. Donc chaque
individu et selon ses capacités d’optimisation peut se faire une conception, et une bonne
conception facilite tout le travail qui suit.
Une conception est dite bonne si elle répond aux exigences suivantes :

 Cohérence avec le plan d’architecte


 Pas de poutre traversant les pièces
 Pas de poteaux gênant le look du lieu
 Structure respectant le code parasismique
Les contraintes qui rendent la conception difficile :

 Large différence entre l’architecture des étages


 Les formes géométriques non rectangulaires
Les étapes à suivre :

 Mettre le produit architecte en blocs facilement superposable:


 Tracer les poutres, poteaux
 Vérifier la portée limite
 Tracer les réservations
 Tracer les limites du plancher

2. Principe de l’emplacement :
Il s’agit dans ce mini-projet de faire le plan de coffrage d’une villa R+1 avec sous-sol et
des poteaux et poutres et de justifier les différents choix.
a. Principe de l’emplacement des poteaux :
Dans l’emplacement des poteaux l’un des soucis majeurs est d’éviter que ceci soit
encombrant et occupe de l’espace qui est destiné à une autre utilisation. Le mauvais
emplacement des poteaux peut également nuire à l’esthétique de la construction.
De ce fait dans l’établissement de notre plan de coffrage nous avons veillé à ce que ces
cas ne se produisent pas.
Les poteaux n’apparaîtront pas en plein centre ce qui aurait pu poser une gêne à leur
utilisation. Un autre souci dans l’emplacement des poteaux est de faire en sorte que les charges
et surcharges puissent être acheminées dans de bonnes conditions jusqu’aux blocs de
fondations. Nous avons aussi veillé à ce que les charges soient reparties de façon qu’on ne puisse
se retrouver avec des poteaux relativement très chargés ce qui peut entraîner des tassements
différentiels très préjudiciables à la structure.
b. Principe de l’emplacement des poutres principales de la structure :
L’un des problèmes de dimensionnement des poutres est la flèche. Les poutres ayant des
travées de grandes portées auront au cours de leur exploitation des flèches qui seront nuisibles
et gêneront l’exploitation de l’ouvrage ou bien elles auront des hauteurs qui seront très
encombrants.
Nous nous sommes attelés au cours de notre dimensionnement à ce que les poutres
vérifient la condition de flèche et leur travée comme usuellement recommandé.
Comme pour les poteaux, nous avons placé également les poutres en sorte que les efforts
soient transmis dans de bonnes conditions. Les règles de bonne pratique nous ont permis de
fixer les hauteurs des poutres.

3. Conception finale de notre projet :


Après avoir reçu les plans Archi, notre mission a commencé tout d’abord par le choix
d’un plancher dalle qui comporte les éléments suivants :
 Panneau dalle à corps creux qui représente toute une panoplie d’avantages à savoir :
 Facilité de réalisation ;
 Les portées de notre projet sont modérées ;
 - Meilleur isolation thermique et acoustique ;
 - Légèreté (diminution des charges permanentes) ;
 - Coût faible par rapport à la dalle pleine.
 Des poteaux rectangulaires continuent sur toute la hauteur du bâtiment sauf pour
des cas où on s’est obligé de créer des poteaux sur des poutres. Dans ce dernier cas,
on isole la poutre qui supporte le poteau du reste de la ligne afin de ne pas créer des
contre flèches importants dans les poutres voisines ;
 Des poutres rectangulaires dont les hauteurs seraient faibles dans les mesures du
possible afin de garantir une retombée maximale de 50cm.

Dans la conception de notre villa R+1, nous avons visé comme objectifs : (par ordre de
priorité)
 assurer la stabilité et la résistance de la structure,
 respecter au maximum les plans architecturaux fournis,
 choisir une conception durable (économique) sans nuire à l’esthétique du projet.

Plan de coffrage (Haut sous-sol)


Chapitre 2 Pré dimensionnement et descente
des charges des éléments porteurs
Le pré dimensionnement consiste à connaître les charges appliquées sur chaque
élément
porteur afin de calculer les efforts résultant de l'effet des charges verticales et
horizontales
sur les divers éléments porteurs verticaux (colonnes et murs) ainsi que les
fondations, puis de pouvoir procéder à leur dimensionnement

1-Pré-dimensionnement et surcharges sur les planchers

1-1 Pré-dimensionnement des plancher


1-1-1- Plancher à corps creux

Le plancher à corps creux est constitué par des éléments porteurs (poutrelle),
et par des éléments
de remplissage (corps creux ou hourdis). Le tout surmonté d’une dalle de
compression en béton
d’une épaisseur de 4 ou 5cm

On distingue différents types du plancher et qui sont : 12+5, 15+5 ou 16+4, 20+5, 25+5.

Le premier chiffre indique l’épaisseur des hourdis et le deuxième indique l’épaisseur de la


table de compression.
D’après les règles B.A.E.L 91 mod 99, on doit vérifier la condition de la flèche suivante :

Ht / L ≥ 1/ 22,5
Avec :

Ht : l’épaisseur du plancher.
L : étant la largeur le plus grand des planchers suivant le sens des poutrelles.
Application sur le projet :
Ht ≥ 3,76/22.5 Ht ≥ 0.17 donc on prend Ht=20cm soit un plancher
16+4
1-2- Evaluation des charges et surcharges des planchers
Plancher haut d’étage:

Matériaux Poids(KN/m²)

Plancher corps creux(16+4) 2,65

Forme de pente 2

Gravillon de protection 0,85

enduit de platre 0,5

étanchiété 0,12

isolation thermique 0,15

La charge Permanente du plancher(G) 6,27

La charge d'exploitation(Q) 1

Plancher haut RDC et haut sous sol

Matériaux Poids(KN/m²)

Plancher corps creux(16+4) 2,65

chape en mortier de ciment(3cm) 0,6

carrelage 0,5

Cloisons 0,37

platre sous plancher 0,5

La charge Permanente 4,62

La charge d'exploitation 1,75


2- Pré-dimensionnement et descente des charges des poutres :

2-1- Pré-dimensionnement des poutres


Généralement on adopte pour :

Les poutres trop chargée : L/10

Les poutres moyennement chargée : L/12

Les poutres peu chargée : L/15

Le rapport hauteur largeur doit être :


b/h ≥0. 25
 La largeur b de la poutre doit être :
b ≥200 mm
h : hauteur totale de la poutre
b : largeur de la poutre.
Lmax : la plus grande longueur de la portée entre axes d’appuis.

Application sur le projet :

Poutre N1 (0,3x0, 45) : Chargée d’une seule cotée

H= 5,42/12=0,45

Pour b on adopte b=30 cm

Poutre N9 (0,3 x 0,45) : non chargée

H=3,79/15=0,25

B=30 cm .
2-2 Descente de charges des poutres :
La charge supportée par une poutre porteuse, dans le cas ou le plancher est en corps creux,
est la somme des charges de la moitié des deux rives de la poutre.
En tenant en compte des charges semblables au niveau de chaque étage la formule de cette
charge est :

Charge d’exploitation : Q(t/m) =  (Qp * L) / 2


Charge permanente : G(t/m) =  (Gp * L) /
2+pp poutre
Avec :
Qp : la charge d’exploitation unitaire par mètre carré sur plancher
Gp : la charge permanente unitaire par mètre carré sur plancher
Pp poutre : section de la poutre*densité du béton (25 KN/m³)
L : La longueur du chargement
NB :
Pour les poutres non chargée :

Charge d’exploitation : Q(t/m) =  1KN/m


Charge permanente : G(t/m) =  1KN/m+pp poutre
Avec 1KN/m supposée comme surcharge des hourdis qui peuvent reposées sur la poutre.

La charge totale à considérer :


Après avoir trouvé les charges permanentes et d’exploitations pour cette poutre ainsi que son
poids
propre on va calculer la charge totale à ELU et ELS selon les combinaisons :

ELU : Pu=1.35 G(t/m) +1.5 Q(t/m)


ELS : Pser= G(t/m) + Q(t/m)
Application sur le projet :

Poutre N7 (0,3 x 0,55) : Chargée


La charge permanente : G=0,3*0,55*25+6,27*(3,34/2+3,8/2)
G=26,50KN/m

La charge d’exploitation : Q=1*(3,34/2+3,8/2)


Q=3,57KN/m

3- Pré-dimensionnement et descente des charges des poteaux :


Pour pré dimensionner les poteaux, il faut calculer tout d’abord les charges sur le poteau soit
les charges permanentes G et d’exploitations Q, ces charges seront calculées pour chaque
niveau.
La formule de la descente de charges sur un poteau est exprimée comme suit:
La charge au pied d’un poteau est la somme des charges provenant des étages
supérieurs.
Avec :
QPi : la charge d’exploitation sur les planchers supérieurs
GPi : la charge permanente sur les planchers supérieurs
Si: l’aire de la surface du plancher supportée par le poteau (1/4 de surface de
chaque carreau plancher).
Lx i : portée entre axe de la poutre appuyant sur le poteau.
Pp poteau= section du poteau×hauteur×densité du béton (25KN/m3)

Les règles B.A.E.L n’imposent aucune condition à ELS pour les pièces
soumises en
compression centrée comme le cas des poteaux. Par conséquent, le
dimensionnement et la
détermination des armatures doivent se justifier uniquement vis à vis
de ELU.

Nu=1.35 G(t/m) +1.5 Q(t/m)


Dans les bâtiments comportant des travées solidaires, il convient de
majorer les charges.
- 15% si le poteau est plus d’une fois voisin d’un poteau de rive.
- 10% si le poteau est une fois voisin d’un poteau de rive.
NB :
Le calcul des charges sur les poteaux à été faite en utilisant l’outil de calcul Excel qui m’a
simplifié le calcul des charges, les résultats seront représentés Sous forme des tableaux :
Poteau 1(Haut étage)
Poids propre du poteau :
largeur longeur hauteur Poids vol Charge(KN)
0,3 0,3 3,25 25 7,3125

Poids propre des poutres(poutr) :

largeur longeur hauteur Poids vol Charge(KN)


0,3 1,73 0,25 25 3,24375
0,3 2,56 0,45 25 8,64
11,88375
Surface d'influence :

L l S(m²)
2,86 2,03 5,8058
Charge permanente totale(Gt) :

G Surf d'inf pot poutr Gt


6,27 5,8058 7,3125 11,88375 55,598616

Charge totale(Nu) :

Gt Q Nu
55,598 5,8058 83,766

Poteau angle P1 du plancher Haut étage

 La surface de charge : S= 2,86*2,03=5.8058m²

 La charge permanente du plancher G= 6,27KN/m²

 La charge d’exploitation du plancher Q= 1KN/m²

 Poids propre du poteau= 0,3*0,3*3,25*25=7,3125KN

 Σ pp poutres*li/2= 0,25*0,3*25*1,73+0,3*0,45*25*2,56=11,883KN
La charge permanente sur le poteau :
Gp=S*G+pp poteau+ Σ pp poutres*li/2=55,598KN

La charge d’exploitation sur le poteau :


Qp=S*Q=5.8058KN

La charge totale :
Nu=1.35*Gp+1.5*Qp=83,766KN

Le poteau P1 est un poteau de rive donc pas de


majoration de la charge totale sur ce poteau
Poteau 1 (Niveau : haut RDC)
Poteau 1 (Niveau haut sous-sol)
3-2- Pré-dimensionnement des poteaux

On choisi une section de 30*30


4 – Pré-dimensionnement des semelles
- Les semelles adoptées pour ce projet sont des semelles isolées sous poteaux.
-Les semelles sont calculées à l’état limite de service pour leurs dimensions extérieures.
Pour la détermination de la section du béton pour une semelle on suit les étapes suivantes :
Application sur le projet :
La contrainte admissible du sol : σs=0.18MPa
Semelle P1 (Excentrée de 2 cotées)
On a : a=b=30 cm
Donc A=B
Nser=0,176 MN et σs=0.18MPa
S=0,98m² don on prend A=B=1m
On trouve d=17,5 cm donc H=22,5 cm
P.p. Semelles=1*1*0,225*0,025=5,625 KN
Donc la section est vérifiée
Selon ce modèle on trouve :
Chapitre 3 Dimensionnement des éléments
porteurs
1-Dimensionnement des poteaux
1-1-Armatures longitudinales des poteaux
Pour le calcul de la section d’armatures longitudinales on suit les étapes suivantes :

1-2-Armatures transversales des poteaux :


Application sur le projet :
La section adoptée pour ce poteau est 30*30 sous une charge Nu=241,53KN
Calcul de la section réduite du béton Br :
Br = (a - 0.02) (b – 0.02) = (0.30-0.02) (0.30– 0.02)=0.0784m
Calcul de l’élancement  :

=3,4641*2,345/0,3=27,045

Calcul de coefficient de flambage  :

  50 donc 0,75

Calcul de la section d’acier théorique Ath :

Ath=-32,5cm²

Calcul de la section d’acier minimale Amin:


Amin ≥ Max (4u; 0.2B/100)
Amin≥ Max (4*2*(0.30+0.30); 0.2*0.30*0.30/100)
Amin=4.8cm²
Calcul de la section d’acier finale As:
As = Max (Amin; Ath)= Amin =4.8cm² soit 4HA12 +2HA10

Calcul de la section d’acier maximale Amax:


Amax  5.B/100
Amax  5*0.30*0.30/100
Amax=45cm² As <Amax

Donc vérifié

2- Dimensionnement des poutres :


Dimensionnement des poutres continues
2-1Méthode FORFAITAIRE :
Le règlement BAEL 91 propose une méthode simplifier dite méthode forfaitaire ; cette
méthode n’est applicable que si les quatre conditions suivantes sont remplies :
1)- La charge d’exploitation est dite modérée c’est-à-dire Q < (5KN/m2; 2G):
2)- Les moments d’inertie des sections transversales sont les même dans les différentes
travées.
3)- Les portées successives des travées sont dans un rapport compris entre 0.8 et 1.25
4)- Fissuration considérée comme peu préjudiciable.
Pour les poutres on peut évaluer les valeurs max des moments en travée et sur les appuis à des
fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale du moment fléchissant "M0" dans la
travée
indépendante.
 Calcul des moments en travées :
Appelant:
M0 : Moment max isostatique de la travée. M0=PL²/8.
Mt : Moment max de la travée étudiée.
Mw: Moment sur l’appui de gauche de la travée.
Me : Moment sur l’appui de droite de la travée.

Application sur le projet :


1-Vérification des conditions :
1)- Fissuration peu préjudiciable vérifiée
2)- Poutre à inerties transversales constantes vérifiées
3)- Charge d’exploitation modérée : Q< (5KN/m2; 2G):
Q =1KN/m2 ; G = 6.27KN/m2 vérifiée
1 < 2G=2*6.27 KN/m2
1 < Q=5KN/ m2
4)- La 4eme condition :
li/li+1=3,8/3,34 =1,11 et 3,34/3,76=0,88 Є [0.8;1.25] vérifiée
Toutes les conditions sont vérifiées donc on procède au calcul par la méthode forfaitaire.
2-Combinaison de charges sur la poutre :
N16(0,3*0,25)=N14=N12
G=0,25*0,3*25+1=2,88KN/m
Q=1KN/m
Pu=1,35*2,88+1,5*1=5,39KN/ml
Ps=2,88+1=3,88KN/ml
3- Le rapport des charges : α= Q/ (Q+G)=0,25
4-Calcul des moments isostatiques :
Travée 1-2 :
ELU : Mo (1-2)=Pu*l²/8=5,39*3,8²/8=9,72KN.m
ELS: Mo (1-2) =Ps*l²/8=3,88*3,8²/8=7KN.m
Travée 2-3 :
ELU : Mo (1-2)=Pu*l²/8=5,39*3,34²/8=9,72KN.m
ELS: Mo (1-2) =Ps*l²/8=3,88*3,34²/8=7KN.m
Travée 3-4 :
ELU : Mo (1-2)=Pu*l²/8=5,39*3,76²/8=9,72KN.m
ELS: Mo (1-2) =Ps*l²/8=3,88*3,76²/8=7KN.m

5-Moment sur appuis :


Appui 1 :
ELU: Ma1=0.15M0 (1-2)=0.15x9,72= 1.458 KN.m
ELS : Ma1=0.15M0 (1-2)=0.15x7= 1,05 KN.m
Appui 2 :
ELU: Ma2=0.5M0 (1-2)=0.5x9,72= 4,86 KN.m
ELS : Ma2=0.5M0 (1-2)=0.5x7= 3,5 KN.m

Appui 3 :
ELU: Ma3=0.5M0 (2-3)=0.5x9, 52= 4,76 KN.m
ELS : Ma3=0,5M0 (2-3)=0.5x6,85= 3,425 KN.m
Appui 4 :
ELU: Ma4=0.15M0 (2-3)=0.15x9,52= 1.428 KN.m
ELS : Ma4=0.15M0 (2-3)=0.15x6,85= 1.0275 KN.m
6- Calcul des moments max en travées :
Travée 1-2 :
ELU : Mw=0 ; Me=4,86KN.m
Mtu (1- 2) ≥ Max (1.05*9,72 ;( 1+0.3*0.25)*9.72)-(0+4,86)/2=8,019KN.m
ELS : Mw=0 ; Me=3,5KN.m
Mts= (1,075*7)-3,5/2=5,775 KN.m
Travée 2-3 :
ELU Mw=4,86 ; Me=4,76
Mtu (2- 3) ≥ Max (1.05*7,51 ;( 1+0.3*0.25)*7,51)-(4,76+4,86)/2=3,26KN.m
ELS : Mw=3,5 ; Me=3.425KN.m
Mts= 1,275*5,41/2=3,44KN.m
Travée 3-4 :
ELU Mw=4,76 ; Me=0
Mtu (3- 4) ≥ Max (1.05*9,52 ;( 1+0.3*0.25)*9,52)-( 0+1,4286)/2=9,52KN.m
ELS : Mw=3,425 ; Me=0
Mts(3- 4) ≥ Max (1.05*6,85 ;( 1+0.3*0.25)*6,85)-( 0+1,4286)/2=5,65KN.m
7-Calcul des Efforts tranchants : les calculs sont menés à ELU
Travée 1-2 :
Tw (1-2) = Pu L/2=5.39x3.8/2= 10,241 KN
Te (1-2) =1.1 Tw(1-2)=1.1x10,241= 11.265 KN
Travée 2-3 :
Tw (2-3)=1.1 Pu L/2=1.1x5.39x3.34/2= 9,9 KN
Te (2-3)= 1,1Pu L/2 =1.1x5.39x3.34/2= 9,9 KN
Travée 3-4 :
Tw (3-4) = Pu L/2=1,1x5.39x3.76/2= 11,14 KN
Te (3-4) = Tw(1-2)=1x5.39x3.76/2= 10,13 KN

b h Poids vol G Q Pu Ps alpha


0,3 0,25 25 2,875 1 5,38125 3,875 0,25806452

8-Calcul de la section d’armatures longitudinales :


APP Mt u alpha Beta Ulimite Ac
1 1,458 0,00152 Ac tend uniqu
2 4,86 0,02207 Ac tend uniqu
3 4,76 0,036058 Ac tend uniqu
4 1,428 0,036058 Ac tend uniqu

On prend
3HA10 (2.34cm²) Comme armatures tendues en travées
3HA10 (2.34cm²) comme armatures chapeaux sur appuis
Les donées :
B=30 cm H=25cm d =0,9*H=22,5 cm

Tr Mt u alpha Beta Ulimite Ac


1 8,019 0,0303 0,0384 0,98464 0,371 Ac tend uniqu
2 3,26 0,02207 0,02789 0,988844 0,371 Ac tend uniqu
3 9,52 0,036058 0,04591 0,981636 0,371 Ac tend uniqu

9-Vérification de la contrainte de cisaillement :

u=TU max / (b*d) =0,011265/(0,3*0,225)=0,16

Vérifiée
10-Vérification à l’ELS :
Y(cm) I(m°4) Sigma B Sigma bc
6,42 1,65 2,22 15

11-Calcul des armatures transversales et de l’espacement :


Diamètre des armatures transversales :
t  min (h/35 ; l min ; b/10)
t  min (250/35 ; 10 ; 300/10)
t 7,14mm t=6mm
Espacement des cours d’armatures dans la zone courant :

St=Min(20,25 ; 47,08 ; 97 ;32)=20,25


STmax=ST/2=10,12cm
Espacement des cours d’armatures dans la zone critique :
Selon le RPS2002 l’espacement dans la zone critique :
Sc=Min (8*l ; 24t ; 0.25h ; 20cm)
Sc=Min (8*1,2 ; 24*0.6; 0.25*25 ; 20cm) =6,25cm
On prend Sc=7cm
Les premières armatures doivent être placées à 5 cm au plus de la face du poteau :
Selon le RPS2002 la Longueur de la zone critique : lc=2H=2*25=50cm
Lchap=3,8/4=0,95M

3-Dimensionnement des semelles :


Après avoir déterminé la section des semelles, on passe à la détermination des armatures dans
les
deux directions de la semelle (A et B), et pour cela on utilise l’effort normal ultime Nu déjà
calculées sur les poteaux.
Les armatures doivent être disposées dans les deux sens de manière que :

Semelle 1 :Excentrée de 2 cotées

Nu(MN) A a d Fsu As//A Barres


0,241534 1,1 0,3 0,2 435 2,776252874 8HA8

Nu B b d Fsu As//B Barres


0,241534 1,1 0,3 0,2 435 2,776252874 8HA8

Semelle 2 :Centrée

Nu A a d Fsu As//A Barres


0,752687 1,6 0,3 0,4 435 7,02940445 8HA12

Nu B b d Fsu As//B Barres


0,752687 2 0,4 0,4 435 8,65157471 8HA12
Semelle 3 : excentrée d’un seul coté

Nu A a d Fsu As//A Barres


0,43719 1,4 0,3 0,275 435 5,025172414 8HA10

Nu B b d Fsu As//B Barres


0,43719 1,2 0,3 0,275 435 4,111504702 8HA10

Méthode CAQOUT MINOREE

Cette méthode est utilise quand une condition de complémentaires à celle du chargement (déjà citées
dans la méthode forfaitaire) ne serait pas satisfaite,

 Calcul des moments sur appuis.

 NB:
 Calcul des moments en travées :

 NB:

Application sur le projet :


1. Fissuration peu préjudiciables  vérifiée .
2. Poutre à inerties transversales constantes  Non vérifiée.
3. Charge d’exploitations modérée : Q<( 5Kn/m ; 2G )
Q=1 Kn/m² , G=6,27 Kn/m² vérifiée.

4. li/li+1  5,22/3,87 = 1,34 > 1,25  Non vérifiée .

La condition du chargement est vérifiée, mais deux conditions complémentaires à celle-ci ne


sont

pas vérifiées, donc on procède au calcul par la méthode CAQOUT MINOREE .

 Calcul des sollicitations :


Les résultats du calcul sont représenté comme suivant :
 Calcul des armatures longitudinales :
D’après l’organigramme de calcul d’une section rectangulaire à l’ELU on a :

 Ferraillage en travée:

 Ferraillage sur appuis :

 NB:
Ast = Max(Asmin,As) . avec Asmin > 0,23 x b x d x (Ft28/ Fe) .
 Vérification de la contrainte de cisaillement .

Pour l’effort tranchant, la vérification du cisaillement suffira. Le cas le plus défavorable

( Tu= 122,37 KN ) , il faut vérifiée : (Ү<Ӯ) donc :

Ү=Tu/bxd = 122, 37/0,3x0,495 = 0,82 .

Ӯ=Min(0,2xfc28/γb , 5 Mpa ) = 3,33 .

Donc Ү<Ӯ  vérifiée .

11-Calcul des armatures transversales et de l’espacement :


Diamètre des armatures transversales :
Travée 1 :
t  min (h/35 ; l min ; b/10)
t  min (550/35 ; 12 ; 300/10)
t 12mm t=8mm
Travée 2 :
t  min (h/35 ; l min ; b/10)
t  min (450/35 ; 10 ; 300/10)
t 10mm t=8mm

Espacement des cours d’armatures dans la zone courant :


St<31,6 avec Vu=122,3KN on prend St=30 cm
STmax=ST/2=15cm
Espacement des cours d’armatures dans la zone critique :
Travée 1 :
Selon le RPS2002 l’espacement dans la zone critique :
Sc=Min (8*l ; 24t ; 0.25h ; 20cm)
Sc=Min (8*1,2 ; 24*0.7; 0.25*25 ; 20cm) =13,75cm
Travée 2 :
Sc=Min (8*l ; 24t ; 0.25h ; 20cm)
Sc=Min (8*1,4 ; 19,2; 11,25 ; 20cm) =11,2 cm

Longeur de la zone critique :


Tr 1 : Lc=2*H=110 cm
Tr 2 : Lc=2*H=90 cm

Vous aimerez peut-être aussi