Vous êtes sur la page 1sur 2

Pierre-André PICON

Avocat au Barreau de NICE

SYNERGIE OFFICIERS
2 bis, Quai de la Mégisserie

75001 PARIS

Fax : 01 40 28 47 73

NICE, le 20 octobre 2010

Références à rappeler impérativement


Nos Réf:

Messieurs,

J'interviens auprès de vous à la suite du communiqué de votre bureau national en date du


19 octobre 2010, intitulé " décision de la Cour de Cassation : la mort de l'investigation ",
publié sur votre site internet.

J'observe tout d'abord que, comme votre Ministre de tutelle il y a peu de temps, vous vous
estimez en droit de commenter, en des termes pour le moins déplacés une décision de
Justice et ce, en infraction aux dispositions de l'article 434-25 du Code Pénal, prévoyant et
réprimant le discrédit porté à un acte ou une décision juridictionnelle.

Indépendamment des erreurs grammaticales, j'ai relevé dans votre communiqué nombre de
contre-vérités ou inexactitudes :

• " SYNERGIE OFFICIERS regrette que, pour des raisons idéologiques et corporatistes, on
impose la présence des avocats tout au long du processus de l'enquête, sans que ces
derniers aient l'obligation de se plier à la moindre contrepartie de moralité, de déontologie
et de transparence de rémunération comme c'est le cas partout ailleurs en Europe "

La probable future présence des Avocats tout au long du processus de l'enquête ne résulte
absolument pas des raisons que vous invoquez, mais uniquement de la nécessité de
respecter la norme juridique et en particulier, les dispositions de la Convention Européenne
des Droits de l'Homme, édictée dans le but d'assurer le respect des droits de chaque
citoyen, qu'il soit "voyou", victime ou fonctionnaire de Police.

Un minimum de connaissances juridiques aurait du vous conduire à savoir que la loi du 31


décembre 1971 et le décret du 27 novembre 1991 règlementent l'exercice de la profession
d'Avocat, notamment relativement aux conditions de moralité et de déontologie dans les
actes de la profession qu'ils soient civils ou pénaux.

33, Avenue Jean Médecin - 06000 NICE


Téléphone : 04-92-15-49-10 - Télécopie : 04-93-88-62-17 Case Palais : 39
e-mail: picon.avocat@wanadoo.fr
EXCLUSIVEMENT SUR RENDEZ-VOUS
Membre d'une association agréée, le règlement par chèques est accepté
Vous semblez également ignorer que la législation fiscale, et en particulier le droit de
communication de l'administration, rendent possible la transparence de notre rémunération.

Croyez bien que lorsque les fonctionnaires de Police annexeront aux procès verbaux qu'ils
rédigent, leurs déclarations de revenus, les Avocats feront de même lorsqu'ils qu'ils
déposeront mémoires ou conclusions.

• " SYNERGIE OFFICIERS déplore que l’activisme du lobby des avocats s’exerce au mépris du
droit à la sécurité des plus faibles pour la satisfaction commerciale d’une profession
libérale, dont le travail ne consiste pas en la manifestation de la vérité mais en
l’exonération de la responsabilité de leurs clients, fussent ils coupables ! "

Cette affirmation dénote l'ignorance parfaite que vous avez de la profession d'Avocat.

Notre profession est là, non pas pour tenter de faire passer un quelconque individu à
travers les mailles d'un quelconque filet, mais pour assurer la défense en toute
circonstance.

De nombreux Confrères, comme moi même, ont eu l'Honneur d'intervenir à la défense de


fonctionnaires de Police qui, à tort ou raison, se retrouvaient dans la situation de prévenus
ou accusés.

Ils réalisent aujourd'hui le caractère indispensable de l'assistance d'un Conseil.

• " SYNERGIE OFFICIERS dénonce toutes les sirènes dégoulinantes de prétendue bonne
conscience qui ont réussi aujourd’hui à ériger un système où seuls les délinquants
bénéficient de l’assistance obligatoire d’un avocat sans jamais avoir songé au sort des
victimes qui ne sont pas suffisamment fortunées pour que l’on s’y intéresse ! Pour
mémoire, si le voyou bénéficiera désormais de l’assistance gratuite d’un avocat, la victime,
même SMICARDE, devra en être de sa poche ! "

Là encore vous semblez ignorer l'étendue de notre droit positif puisque la loi prévoit, au
bénéfice de toute une catégorie de victimes, la prise en charge de droit au titre de l'Aide
Juridictionnelle du coût de la défense de ses intérêts.

A ce propos et relativement à votre besoin de transparence je me permets de vous faire


remarquer que lorsqu'un Avocat intervient à la défense d'un fonctionnaire de Police, qu'il
soit victime ou mis en cause, à l'occasion de faits survenus dans l'exercice de ses fonctions,
le coût de la défense est assumé par les services de l'Etat, donc par le contribuable.

J'achève la présente par une remarque sans doute naïve, mais puisque par définition le
processus d'enquête intervient dans le respect des normes juridiques nationales et supra
nationales, quel risque, pour la recherche de la vérité, la présence d'un Avocat représente t
il ?

Veuillez croire, Messieurs, en l'assurance de mes sentiments distingués.

Pierre-André PICON