Vous êtes sur la page 1sur 159
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS
Dédicaces
Dédicaces
REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS Dédicaces Je dédie ce mémoire de fin d’études A A

Je dédie ce mémoire de fin d’études

A A Mon cher frère, et mes chères s urs
A
A
Mon cher frère,
et mes chères s urs
d’études A A Mon cher frère, et mes chères s urs Mon très cher père et

Mon très cher père et ma très chère mère en témoignage de ma reconnaissance envers le soutien, les sacrifies et tous les efforts qu’ils ont fait pour mon éducation ainsi que ma formation

pour leur affection, compréhension et patience

ma formation pour leur affection, compréhension et patience A tous ceux qui ont une relation de

A

tous ceux qui ont une relation de proche ou de loin

avec la réalisation du présent rapport.

une relation de proche ou de loin avec la réalisation du présent rapport. Mohamed RAMI 6

Mohamed RAMI

6

Mémoire de Fin d’Etudes

LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS
Avant-propos
Avant-propos
Les normes IAS/IFRS, qu’est ce que c’est ? Il est important de bien comprendre qu’en
Les normes IAS/IFRS, qu’est ce que c’est ?
Il est important de bien comprendre qu’en comptabilité, on a deux notions différentes :
d’une part les comptes sociaux, légaux, qui doivent correspondre à la législation fiscale du
pays dont relève une société, et d’autre part les comptes au sens de la consolidation d’un
groupe, qui sont publiés pour l’information des investisseurs.
Autant la comptabilité marocaine ne change pas, autant pour les groupes, depuis
longtemps déjà, il existe des normes pour la consolidation. Les plus connues sont L’US-
GAAP et L’IAS/IFRS, les premières qui sont d’origine américaines alors que les secondes
sont d’origine européenne. La présentation des résultats des sociétés cotées aux USA se fait
obligatoirement selon ces normes.
Les IAS/IFRS sont un ensemble de normes comptables européennes, qui ont été faite
dans le même but que les US-GAAP. Elles sont encore en cours d’évaluation, et elles tendent
à converger vers les normes américaines. Les résultats financiers de l’entreprise en normes
IAS peuvent être très différentes des résultats fiscaux. Pour la présentation de ces résultats, on
parle de normes IFRS.
Les
IAS se présentent sous la forme d’une série de normes numérotées (IAS1. IAS2,
IAS3 …
IAS41)
qui ont pour but d’uniformiser les principes comptables utilisés, afin de

fournir aux investisseurs des informations plus claires et plus comparables.

Mohamed RAMI

7

Mémoire de Fin d’Etudes

LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDES & RETRAITEMENTS

Qui est concerné par ces normes ?

Les entreprises cotées en Europe et leurs filiales dans tous les pays devront présenter leurs comptes consolidés pour les exercices couverts à partir du 1er janvier 2005 (avec un retraitement des données de 2004 pour permettre la comparaison). Mais il est probable qu’ à plus long terme toutes les entreprises seront concernées, ce d’autant plus que les normes comptables nationales de chaque pays européen ou non européen ayant de fortes relations économiques ou financières avec l’Europe vont finir par converger vers le référentiel IAS.

vont finir par converger vers le référentiel IAS. Ce qui va changer lors de l’application des

Ce qui va changer lors de l’application des ces normes :

Ce qui va changer lors de l’application des ces normes : Dans le cadre de ces
Ce qui va changer lors de l’application des ces normes : Dans le cadre de ces

Dans le cadre de ces normes, on comptabilise différemment, un certain nombre d’opérations (sans pour autant modifier la comptabilisation légale et fiscale du pays). Ce sont donc surtout les pratiques comptables qui vont changer (comptabilisation des opérations de fusion acquisition, du traitement des immobilisations, des risques de change, des provisions…), soit par des imputations, soit par des jeux d’écritures différents. La gestion des immobilisations est par ailleurs très touchée : elle nécessite un dédoublement de toutes les règles d’amortissement.

: elle nécessite un dédoublement de toutes les règles d’amortissement. Mohamed RAMI 8 M émoire de

Mohamed RAMI

8

Mémoire de Fin d’Etudes

- 9 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 9 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 9 -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
Introduction
Introduction

L’introduction des normes IAS/IFRS a souvent été décrite comme entraînant une révolution de l’information financière. Tout de moins, elle représente un changement profond pour les entreprises marocaines. Le changement est clair sur le plan conceptuel : comme en témoigne le choix de l’investisseur comme destinataire privilégié de l’information financière dans le cadre essentiellement des opérations de privatisation au Maroc.

essentiellement des opérations de privatisation au Maroc. Les marchés financiers internationaux revêtent de plus en
essentiellement des opérations de privatisation au Maroc. Les marchés financiers internationaux revêtent de plus en

Les marchés financiers internationaux revêtent de plus en plus d’importance pour les entreprises cherchant à accéder à des sources de financement à l’échelle international. Le nombre des transactions menées sur les marchés monétaires et financiers internationaux enregistrent une croissance sans précédent. La transparence devient alors un facteur-clé de l’efficacité des marchés de capitaux. C’est précisément pour cette raison qu’il est indispensable de pouvoir comparer les états et résultats financiers des différentes entreprises du monde entier d’où l’idée de l’uniformisation des normes IAS/IFRS.

d’où l’idée de l’uniformisation des normes IAS/IFRS. Dans le contexte actuel de mondialisation,

Dans le contexte actuel de mondialisation, l'harmonisation internationale, ou encore la réduction des différences entre réglementations comptables nationales, est donc devenue un enjeu pour les entreprises, cette harmonisation leur permettra notamment d'accéder à tous les marchés financiers sans avoir à établir un jeu de comptes particuliers pour chaque place financière.

jeu de comptes particuliers pour chaque place financière. Parallèlement, les investisseurs pourront plus facilement
jeu de comptes particuliers pour chaque place financière. Parallèlement, les investisseurs pourront plus facilement

Parallèlement, les investisseurs pourront plus facilement évaluer la performance de toute entreprise sans avoir à connaître les spécificités de chaque comptabilité locale.

les spécificités de chaque comptabilité locale. L’adoption donc des normes IAS/IFRS aux sociétés

L’adoption donc des normes IAS/IFRS aux sociétés marocaines qui sont encours de privatisation s'inscrit logiquement dans le contexte du moment, pourtant, ce changement n'est pas mineur, il nécessite une anticipation et une réflexion, la production et la communication de l’information financière, aussi bien interne qu’externe, qui vont ainsi être modifiées en profondeur. L’ensemble des changements imposés nécessite une véritable gestion de projet et une attention des dirigeants des entreprises pour attirer les investisseurs étrangers.

- 10 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 10 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 10 -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS

Apres une présentation de la société SOCAMAR, Ce mémoire traitera en première partie le cadre conceptuel des normes IAS/IFRS , et en deuxième partie une présentation analytique des principales normes IAS/IFRS et les principaux retraitements comptables nécessaires pour le passage aux normes IAS/IFRS.

comptables nécessaires pour le passage aux normes IAS/IFRS. Mohamed RAMI 10 P rojet de F in
comptables nécessaires pour le passage aux normes IAS/IFRS. Mohamed RAMI 10 P rojet de F in
- 11 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 11 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 11 -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P
PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P
PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P

Présentation de la société SOCAMAR

: ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P rojet de F in
: ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P rojet de F in
: ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P rojet de F in
: ETUDE &RETRAITEMENTS Présentation de la société SOCAMAR Mohamed RAMI 11 P rojet de F in
- 12 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 12 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 12 -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS

A. HISTORIQUE

La SOCAMAR a été fondée en 1972, filiale de l’office de commercialisation et d’exportation (l’O.C.E), elle se compose d’une direction générale et une direction générale adjointe, de plusieurs services, de deux tranches et de deux délégations (AGADIR & BERKANE) dont les activités du froid industriel sont variées (l’entreposage, le conditionnement et la commercialisation).

le conditionnement et la commercialisation). Actuellement, la SOCAMAR vient de créer une extension avec

Actuellement, la SOCAMAR vient de créer une extension avec climatisation

contrôlée appelée la troisième tranche qui est destinée à la conservation de marchandises non

).
).
qui est destinée à la conservation de marchandises non ). congelables (pomme, avocat, résine B. LES
qui est destinée à la conservation de marchandises non ). congelables (pomme, avocat, résine B. LES

congelables (pomme, avocat, résine

B.

LES ACTIVITES

La SOCAMAR, est une société marocaine (filiale de l’OCE) dont le siège se trouve dans la capitale économique du royaume, figurant parmi les leaders du marché marocain, de conservation des produits périssables et non périssables.

Son activité est axée principalement sur :

o

o

o

L'entreposage frigorifique des produits agricoles.

la location des emballages (caisses de ramassage) et palettes.

Le conditionnement des légumes destinés à l’export pour le compte des tiers et pour les producteurs affiliés au groupe O.C.E.

o
o

la commercialisation des fruits.

Cette activité joue sur des entrepôts d'une capacité totale de 32000 tonnes environ (sans

implantés dans les Villes:Casablanca, Agadir,

tenir compte de la technique du Gerbage),

Agadir, tenir compte de la technique du Gerbage), Berkane; Permettant ainsi de répondre avec efficacité aux

Berkane; Permettant ainsi de répondre avec efficacité aux besoins des clients.

Parmi ces entrepôts une nouvelle unité à Casa, a permis une nouvelle méthode de stockage des produits, selon une technique dite atmosphère contrôlée.

- 13 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 13 - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS
- 13 -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE &RETRAITEMENTS

C. Fiche signalétique :

Dénomination sociale SOCAMAR (société de commercialisation d’agrumes et autres fruits et légumes au Maroc) Date
Dénomination sociale
SOCAMAR (société de commercialisation
d’agrumes et autres fruits et légumes au
Maroc)
Date de création
1972
Forme juridique
société anonyme, elle est une filiale de l’O.C.E
Capital
11.000.000 DH.
Siège social
Av Abdelali Benchekroun, rue E, quartier
industriel Ain sebaa – Casablanca
Registre de commerce
Casa 3159
CNSS
1501750
N° d’identification fiscale
01900265
Code postal
20250
Boite postale
2579
Patente
30653030
Téléphone
022-35-56-11/12
Télex
26883
Fax
022-35-71-18
30653030 Téléphone 022-35-56-11/12 Télex 26883 Fax 022-35-71-18 Mohamed RAMI 13 P rojet de F in d’
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
D. ORGANIGRAMME DE LA SOCAMAR DIRECTION GENERALE SECRETARIAT DG. ADJOI NTE DIRECTION FINANCIERE ET COMPTABLE
D. ORGANIGRAMME DE LA SOCAMAR
DIRECTION GENERALE
SECRETARIAT
DG. ADJOI NTE
DIRECTION
FINANCIERE ET
COMPTABLE
DIRECTION
ADMINISTRATIVE, DU
PERSONNEL ET
APPROVISIONNEMENT
SERVICE
DIVISION
EXPLOITATION
TECHNIQUE
DELEGATION
DELEGATION
COMPTABILITE
REGIONALE
REGIONALE
PERSONNEL ET
ADMINISTRATIF
FACTURATION
D’AGADIR
BERKANE
FISCALITE
S/ce
ENTREPOSAGE
Technique
Technique
APPROVISIO-
NNEMENT
PAIE
CAISSERIE
S/ce.
Exploitation
Exploitation
INFORMATIQUE
GARAGE

Mohamed RAMI

14

Projet de Fin d’Etudes

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

E. LES STRUCTURES

La SOCAMAR est Dirigée par un directeur général ayant sous sa tutelle:

une Division administrative et du personnel. une Direction Financière et comptable. un Service Exploitation. une division Technique. une Délégation aux entrepôts de Berkane. une Délégation aux entrepôts d'Agadir.

de Berkane. une Délégation aux entrepôts d'Agadir. 1. LA DIRECTION ADMINISTRATIVE, DU PERSONNEL ET
de Berkane. une Délégation aux entrepôts d'Agadir. 1. LA DIRECTION ADMINISTRATIVE, DU PERSONNEL ET

1. LA DIRECTION ADMINISTRATIVE, DU PERSONNEL ET APPROVISIONNEMENT.

La DAP est commune pour tous les centres, cette direction comprend :

§ le Service administratif et gestion du Personnel.

§ l’entité Garage.

§ Un Service Approvisionnement.

Tous les services précités sont animés par le Chef de la Direction Administrative et du

animés par le Chef de la Direction Administrative et du personnel qui a mis en place

personnel qui a mis en place une série de exécution.

et du personnel qui a mis en place une série de exécution. procédures de travail et

procédures de travail et qui veille à leur bonne

a) Le Service administratif et gestion du Personnel

Ce service s'occupe de l'ordonnancement de la paie des occasionnels jour des dossiers du personnel occasionnel et mensuel.

et de la mise à

Parallèlement à cette tâche, le responsable du service est chargé de la planification des travaux administratifs, du transport de personnels, des déclarations des accidents de travail, des dossiers de déclaration de maladie, de la CNSS, de la mutuelle, de la CIMR, des récupérations, des congés, de prêt, des primes, des sanctions, des décisions de recrutements,

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

des promotions, des révisions des salaires, du contrôle de la présence, ainsi que la gestion et l’entretien des biens mobilier et immobilier de la société.

Le responsable de cette entité est chargé également sur le plan social :

Ø de veiller à l’exécution des modalités médicales en cas de recrutement

Ø de suivre sur le plan médical l’état de santé des agents (examen annuels, dépistages clichés pulmonaires CNSS acuité visuelle pour les chauffeurs, vaccination).

CNSS acuité visuelle pour les chauffeurs, vaccination). Ø de faire prodiguer les soins immédiats que nécessite

Ø de faire prodiguer les soins immédiats que nécessite l’état des agents, et assurer en cas de besoin leur acheminement vers leurs domiciles ou les centres hospitaliers.

vers leurs domiciles ou les centres hospitaliers. Ø D’assurer toutes les tâches que nécessite la

Ø D’assurer toutes les tâches que nécessite la couverture des risques maladie, invalidité,

).
).
la couverture des risques maladie, invalidité, ). décès et mise a la retraite (CNSS, CIMR Ø

décès et mise a la retraite (CNSS, CIMR

Ø De gérer les dossiers des différents prêts accordés au personnel.

Ø de tenir à jour les fiches nominatives de prêts.

Ø de suivre les affaires aux contentieux concernant le personnel tant auprès des avocats qu’auprès des tribunaux.

D’autres collaborateurs du même service sont chargés :

de la préparation des feuilles de présence. de la préparation, suivi et règlement paie agents AIN-SEBAA. du suivi, centralisation des journaux de paie des centres Ain-Sebaa, Agadir, et Berkane.

de la réception et contrôle des dossiers de maladie.journaux de paie des centres Ain-Sebaa, Agadir, et Berkane. de l’envoi des paiements. des règlements allocations

de l’envoi des paiements.de la réception et contrôle des dossiers de maladie. des règlements allocations familiales Ain-Sebaa. de

des règlements allocations familiales Ain-Sebaa.des dossiers de maladie. de l’envoi des paiements. de l’établissement des déclarations accident de travail.

de l’établissement des déclarations accident de travail.paiements. des règlements allocations familiales Ain-Sebaa. de l’ouverture des dossiers individuels par accident. de

de l’ouverture des dossiers individuels par accident.de l’établissement des déclarations accident de travail. de la transmission des déclarations et tous documents à

de la transmission des déclarations et tous documents à l’assurance et aux autorités locales.de l’ouverture des dossiers individuels par accident. de la relation avec l’assurance jusqu’au règlement des

de la relation avec l’assurance jusqu’au règlement des dossiers.et tous documents à l’assurance et aux autorités locales. Mohamed RAMI 16 P rojet de F

de la relation avec l’assurance jusqu’au règlement des dossiers. Mohamed RAMI 16 P rojet de F
de la relation avec l’assurance jusqu’au règlement des dossiers. Mohamed RAMI 16 P rojet de F
de la relation avec l’assurance jusqu’au règlement des dossiers. Mohamed RAMI 16 P rojet de F
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

de faire nécessaire pour l’obtention de l’autorisation de la décharge des ordures.PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS de la préparation des états mensuels des primes

de la préparation des états mensuels des primes de panier et froid.de l’autorisation de la décharge des ordures. de l’envoi et réception du courrier par valises aux

de l’envoi et réception du courrier par valises aux différentes stations et délégations de SOCAMAR.des états mensuels des primes de panier et froid. de l’obtention de l’autorisation spéciale de circuler

de l’obtention de l’autorisation spéciale de circuler le transport du personnel.aux différentes stations et délégations de SOCAMAR. de recenser l’inventaire des biens mobilier et immobilier.

de recenser l’inventaire des biens mobilier et immobilier.spéciale de circuler le transport du personnel. b) L entité GARAGE Cette entité est chargée du

de recenser l’inventaire des biens mobilier et immobilier. b) L entité GARAGE Cette entité est chargée
de recenser l’inventaire des biens mobilier et immobilier. b) L entité GARAGE Cette entité est chargée
de recenser l’inventaire des biens mobilier et immobilier. b) L entité GARAGE Cette entité est chargée

b) L entité GARAGE

Cette entité est chargée du suivi de l’entretien des matériels roulant, des engins de manutention et des biens mobiliers de la société ainsi que de la gestion des données techniques relatives à l’élaboration d’un plan directeur; ces informations doivent être à jour et conforme à la réalité.

Cette entité a pour principales tâches :

la réparation et l'entretien du Matériel roulant.à la réalité. Cette entité a pour principales tâches : la réparation et l'entretien des engins

la réparation et l'entretien des engins de manutention.: la réparation et l'entretien du Matériel roulant. l'entretien du mobilier. Toute intervention est suivie

l'entretien du mobilier.la réparation et l'entretien des engins de manutention. Toute intervention est suivie d'une fiche "Bon de

des engins de manutention. l'entretien du mobilier. Toute intervention est suivie d'une fiche "Bon de
des engins de manutention. l'entretien du mobilier. Toute intervention est suivie d'une fiche "Bon de

Toute intervention est suivie d'une fiche "Bon de travail", détaillant la nature de l'intervention, le type de véhicule ou de l'engin, la nature des travaux effectués, les pièces de rechange utilisées s'il y'a lieu,le nom de l'intervenant et le nombre d'heures passées.

nom de l'intervenant et le nombre d'heures passées. Cette fiche sert à l'établissement de l'état des

Cette fiche sert à l'établissement de l'état des travaux, en fin de mois. Le but de cet état est de donner une idée sur la fréquence de pannes et les frais engagés pour la maintenance du matériel.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

c) Le service Approvisionnement

La mission de ce service est liée à la satisfaction des besoins des différents services et centres de la société. Elle se concentre principalement sur l'activité relative à l'approvisionnement en produits d’entretien, en matière consommables, en pièces détachées des stations, de l’entrepôt et du parc roulant, et ceci dans les meilleurs délais avec les bonnes quantités et au moindre coût.

délais avec les bonnes quantités et au moindre coût. Avant la passation de toute commande, une

Avant la passation de toute commande, une consultation des prix est faite auprès des divers fournisseurs pour choisir le moins disant toute en ayant une bonne qualité.

choisir le moins disant toute en ayant une bonne qualité. La DAP et la DFC, sous

La DAP et la DFC, sous couvert de la direction générale, supervisent les démarches entreprises par le service approvisionnement et veillent à ce que la passation des commandes soit faite suivant les normes en vigueurs dans la société.

soit faite suivant les normes en vigueurs dans la société. Une fois la commande approuvée, elle

Une fois la commande approuvée, elle est transmise à la direction financière pour contrôle et imputation budgétaire.

Cette activité comprend :

Ä l'enregistrement des commandes relatives aux demandes des utilisateurs.

Ä le suivi des commandes.

Ä la distribution des marchandises.

Ä
Ä

le suivi des factures.

la distribution des marchandises. Ä le suivi des factures. Cette cellule est gérée par un chef

Cette cellule est gérée par un chef de service dont la mission principale est la suivante :

chef de service dont la mission principale est la suivante : ß l’organisation de la cellule.

ß l’organisation de la cellule.

ß l’étude économique des offres et négociation des prix.

ß coordination et supervision de toutes les activités des différentes sections du service.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

La tache confiée à la section Achats est la suivante :

la planification et le lancement des consultations selon leur degré d’urgence.La tache confiée à la section Achats est la suivante : le suivi de l’établissement des

le suivi de l’établissement des bons de commandes.lancement des consultations selon leur degré d’urgence. la remise des bons de commandes aux fournisseurs. le

la remise des bons de commandes aux fournisseurs.le suivi de l’établissement des bons de commandes. le suivi des livraisons des commandes. La tache

le suivi des livraisons des commandes.commandes. la remise des bons de commandes aux fournisseurs. La tache confiée à la section Magasin

aux fournisseurs. le suivi des livraisons des commandes. La tache confiée à la section Magasin Centrale

La tache confiée à la section Magasin Centrale est la suivante :

approvisionnement du stock en produits consommables.confiée à la section Magasin Centrale est la suivante : réception et contrôle des livraisons (qualités,

réception et contrôle des livraisons (qualités, Quantités etc ): approvisionnement du stock en produits consommables. classement physique. satisfaction des besoins exprimés par

et contrôle des livraisons (qualités, Quantités etc ) classement physique. satisfaction des besoins exprimés par

classement physique.et contrôle des livraisons (qualités, Quantités etc ) satisfaction des besoins exprimés par les différentes

satisfaction des besoins exprimés par les différentes entités en puisant sur le stock ou en déclenchant l’opération achat.livraisons (qualités, Quantités etc ) classement physique. distribution des commandes honorées. gestion du carburant.

distribution des commandes honorées.sur le stock ou en déclenchant l’opération achat. gestion du carburant. 2. LE SERVICE EXPLOITATION Il

gestion du carburant.l’opération achat. distribution des commandes honorées. 2. LE SERVICE EXPLOITATION Il s'agit d'un service

2. LE SERVICE EXPLOITATION

Il s'agit d'un service très important au sein du centre de SOCAMAR -CASA. Ses principales activités sont :

centre de SOCAMAR -CASA. Ses principales activités sont : La gestion et l'exploitation de l’entrepôt

La gestion et l'exploitation de l’entrepôt frigorifique. La prospection de la clientèle. Le suivi de la location et la gestion des caisses plastiques. Le suivi des clients.

et la gestion des caisses plastiques. Le suivi des clients. L'établissement des états statistiques journalières
et la gestion des caisses plastiques. Le suivi des clients. L'établissement des états statistiques journalières
et la gestion des caisses plastiques. Le suivi des clients. L'établissement des états statistiques journalières

L'établissement des états statistiques journalières etet la gestion des caisses plastiques. Le suivi des clients. La tenu du tableau de bord

La tenu du tableau de bord pour la Directiondes états statistiques journalières et Le suivi et relances clients. périodiques. Générale.

Le suivi et relances clients.et La tenu du tableau de bord pour la Direction périodiques. Générale. Avant le début de

périodiques.

Générale.

Avant le début de chaque campagne le service exploitation procède à l’estimation du

référant aux statistiques des campagnes

tonnage concernant chaque client et ceci en se précédentes.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Après un accord sur le tonnage estimé et le nombre de caisses consenties, la société passe un protocole d'entreposage ou de location des emballages avec le client,qui se traduit par la signature d'un contrat d'entreposage et une délégation des pouvoirs s’il y’a lieu.

Ce contrat est signé et légalisé par le client qui doit aussi présenter une Caution bancaire d'une valeur équivalente à celle des caisses utilisées pour l'entreposage de son produit ou une reconnaissance de dette appuyée par des effets portant le même montant.

de dette appuyée par des effets portant le même montant. L’enlèvement et le retour des caisses
de dette appuyée par des effets portant le même montant. L’enlèvement et le retour des caisses

L’enlèvement et le retour des caisses donnent lieu à l'établissement à des bons de mouvements. Les produits réceptionnés donnent lieu à l’établissement d’un bon de mouvement et d’un ticket de pesée dont une copie est remise au client.

d’un ticket de pesée dont une copie est remise au client. Le contrôle visuel de l’état

Le contrôle visuel de l’état des produits à entreposer est effectué par le magasinier qui doit aviser le client (par écrit) et procéder à la manutention et le bon stockage dans les chambres (positive ou négative) correspondantes à la nature du produit.

L’identification des produits dans les chambres est maintenu par l’étiquette portant le numéro de la chambre, le numéro de lot, le nom du client et la variété.

A la sortie des produits, le service exploitation accorde au client une concession d’un taux de livraison pouvant atteindre 20% de son stock, en lui permettant ainsi le règlement des premières factures.

lui permettant ainsi le règlement des premières factures. Les emballages non rendus sont facturés au client
lui permettant ainsi le règlement des premières factures. Les emballages non rendus sont facturés au client

Les emballages non rendus sont facturés au client en tenant compte des tarifs de cession en vigueur. Les emballages détériorés donnent lieu à l’établissement d’un P.V. de réparation dont le coût est supporté par le client.

de réparation dont le coût est supporté par le client. Périodiquement un état des impayées est

Périodiquement un état des impayées est négocié, au niveau de la Direction Financiere Et Comptable et soumise au service exploitation pour faire le suivi et assurer le recouvrement des montants factures non réglées.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Au sein du service exploitation, il existe des personnes chargées de faire le suivi des mouvements d'entreposage. Le même service est chargé de faire le suivi des mouvements et la réparation des emballages ainsi que l'établissement des statistiques clients et produits :

suivi des acquisitions réparation des emballages demandes et commandes des planches pour la réparation des
suivi des acquisitions
réparation des emballages
demandes et commandes des planches pour la réparation des palettes.
la distribution des planches pour les besoins des centres et stations
suivi des produits entreposés.
suivi des emballages livrés et rendus.
de la manutention.
UNITE FACTURATION
A partir des contrats clients et des premiers bons de mouvements, l’unité facturation
procède à la constitution d’un dossier client permettant l’identification :
- du client
- la périodicité de facturation
- les tarifications appliqués
- le type d’emballage ou produit à facturer
- la couleur des emballages ou la nature du produit entreposé.
-
les avoirs, ou les remises accordées au client.
-
Au fur et à mesure de la réception des bons d’entrées,de sorties, ou de
cessions,
une

fiche de position client est maintenue pour aboutir à l’établissement des factures.

Chaque facture est numérotée et enregistrée par l’unité facturation, et transmise au directeur financier pour approbation. Une fois la facture contrôlée et certifiée, le responsable des imputations comptables procède à la constatation du produit et la transmet au service informatique pour saisie.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

L’accord des avoirs ou remises concédé au client est soumis au préalable à certaines restrictions à savoir :

Æ client important (en chiffre d’affaire).

Æ solvabilité et régularité.

Æ fidélité et sérieux dans toutes les transactions avec SOCAMAR et dans des cas.

Æ exceptionnels (si la marchandise a subit des avaries pendant la période de l’entreposage).

a subit des avaries pendant la période de l’entreposage). Le responsable de cette unité doit veiller
a subit des avaries pendant la période de l’entreposage). Le responsable de cette unité doit veiller

Le responsable de cette unité doit veiller à la régularité du mode de calcul des montants

veiller à la régularité du mode de calcul des montants annoncés, du nombre de l’emballage livrés

annoncés, du nombre de l’emballage livrés ou du facture au client.

tonnage déclaré, et ceci avant l’envoi de la

Parallèlement à cette tache, des états statistiques sont établis et transmis au service comptabilité pour le suivi comptable.

3. DIRECTION FINANCIERE ET COMPTABLE

En liaison avec tous les services, cette direction est chargée sur le plan financier d'un certain nombre d'opérations concernant la facturation et le paiement des tiers et le suivi des recouvrements.

et le paiement des tiers et le suivi des recouvrements. Tous les trimestres la DFC demande
et le paiement des tiers et le suivi des recouvrements. Tous les trimestres la DFC demande

Tous les trimestres la DFC demande aux responsables des services concernés de SOCAMAR un état détaillé des contentieux commerciaux, afin de procéder à l’étude, l’analyse, la sélection et les risques de recouvrements, et procéder éventuellement à la constatation des prévisions à fin d’exercice.

à la constatation des prévisions à fin d’exercice. Le directeur financier est chargé de : ƒ

Le directeur financier est chargé de :

ƒ la gestion comptable et financière de la société.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

ƒ du suivi et assurance de la finalité et de la régularité de l’ensemble des écritures comptables.

ƒ de la gestion, suivi et coordination de la comptabilité matière et financière de toutes les entités et services SOCAMAR.

ƒ de l’organisation des moyens existants.

ƒ de l’analyse et commentaire des tableaux de bord.

ƒ du contrôle et suivi des engagements budgétaires.

ƒ du contrôle et suivi des engagements budgétaires. Cette direction comprend : le secrétariat. le service

Cette direction comprend :

le secrétariat. le service comptabilité. la section paie. la section caisse. le service informatique.
le secrétariat.
le service comptabilité.
la section paie.
la section caisse.
le service informatique.
section paie. la section caisse. le service informatique. a. Le Service Comptabilité. Le service comptabilité

a. Le Service Comptabilité.

Le service comptabilité s'occupe du contrôle et suivi des comptes, leurs imputations, de la gestion de la trésorerie (états de rapprochement), de l’établissement des états analytiques, du suivi des comptes immobilisations et mise à jour des inventaires, de la gestion de la TVA et concordance avec les déclaration ainsi que la gestion des comptes de provisionnement et d’amortissement.

gestion des comptes de provisionnement et d’amortissement. D’autres collaborateurs du même service sont chargés : *

D’autres collaborateurs du même service sont chargés :

D’autres collaborateurs du même service sont chargés : * des imputations budgétaires * des vérifications des

* des imputations budgétaires

* des vérifications des pièces comptables

* de la passation des écritures comptables en provenance de la facturation.

* de la vérification des comptes fournisseurs.

* de la prise en charge des factures clients.

* du suivi des comptes clients.

* de la facturation des produits.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

*

de la confrontation, quotidienne, avec le stock physique et stock comptable avant facturation.

b.

La section paie

 

Cette section s'occupe de la collecte et du contrôle des éléments relatifs aux traitements

),de l’établissement,le contrôle et le suivi paie,

l’établissement de toutes les déclarations(CNSS, CIMR

paramétrage et suivi des comptes organismes sociaux et personnels, de l’établissement des bordereaux(CNSS, CIMR, Assurance sociale, Assurance vie),de l’imputation des chèques reçus des organismes sociaux et des traitements des salaires.

des salaires (indemnités, primes etc

la gestion des prêts, du

salaires (indemnités, primes etc la gestion des prêts, du ),de c. La section caisse Le responsable

),de

(indemnités, primes etc la gestion des prêts, du ),de c. La section caisse Le responsable de

c.

La section caisse

Le responsable de cette section est chargé de la gestion de caisse, tout en se procurant les fonds nécessaires pour répondre aux paiements des ouvriers occasionnels, aux remboursements des dossiers de maladies, aux achats en urgence et à l’alimentation de la caisse de la régie magasin central.

L’achat en urgence nécessite l’établissement d’une autorisation de prélèvement de fond signée par le demandeur et par le service approvisionnements approuvée par la direction générale.

approvisionnements approuvée par la direction générale. Une fois l’opération est terminée, cette transaction est
approvisionnements approuvée par la direction générale. Une fois l’opération est terminée, cette transaction est

Une fois l’opération est terminée, cette transaction est sanctionnée, en retour à la DFC par une facture établie dans les normes afin que les services concernés procèdent à son imputation budgétaire.

concernés procèdent à son imputation budgétaire. Les opérations de mouvements de la caisse sont inscrites

Les opérations de mouvements de la caisse sont inscrites sur des folios qui ont pour objet :

le contrôle et la vérification des dépenses.

la préparation et la passation des écritures comptables et TVA.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Le responsable de la section doit veiller à l’équilibre des débits et des crédits des dépenses, pour justifier les soldes.

4. LE SERVICE TECHNIQUE.

Son rôle est le dépannage, l’entretien et le réglage des machines frigorifiques et ceci pour l’optimisation de l’énergie indispensable à la climatisation des produits entreposés.

indispensable à la climatisation des produits entreposés. Il doit définir les modes d'entretiens les mieux
Il doit définir les modes d'entretiens les mieux adaptés aux possibilités de la société, suivant
Il doit définir les modes d'entretiens les mieux adaptés aux possibilités de la société,
suivant le matériel dont il dispose et la qualification de sa main d' uvre, il prévoit les
outillages nécessaires et il étudie les temps de réalisation des travaux d'entretiens.
Ce service a pour principales tâches :
le dépannage électrique (bâtiment et industriel).
le dépannage mécanique des compresseurs frigorifique.
le dépannage des circuits frigorifiques.
l’entretien périodique des machines frigorifiques.
le contrôle et la surveillance quotidien et périodique de la
température des chambres frigorifiques.
les travaux de maçonnerie et de la peinture pour tout le complexe
frigorifique.
™ l’intervention technique au niveau des centres et stations de
conditionnement.
les travaux de bureau de méthodes.

Parallèlement à cette tache, des données techniques sont gérées, pour l’établissement des statistiques nécessaires à la détermination des fréquences de pannes, à la durée de vie des pièces de rechange ou à la périodicité de l’entretien du matériel.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

1

Partie

AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS 1 Partie Contexte de la normalisation comptable internationale

Contexte de la normalisation comptable internationale

1 Partie Contexte de la normalisation comptable internationale Mohamed RAMI 26 P rojet de F in
1 Partie Contexte de la normalisation comptable internationale Mohamed RAMI 26 P rojet de F in
1 Partie Contexte de la normalisation comptable internationale Mohamed RAMI 26 P rojet de F in
1 Partie Contexte de la normalisation comptable internationale Mohamed RAMI 26 P rojet de F in
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

CHAPITRE 1

LES ENJEUX DE L’ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS

A. L’ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS

DES NORMES IAS/IFRS A. L’ADOPTION DES NORMES IAS/IFRS L’objectif principal de l’adoption des normes IAS/IFRS

L’objectif principal de l’adoption des normes IAS/IFRS s’inscrit dans un processus continu de création et de mise en place d’un marché intérieur des services financiers. En effet, comme mentionné dans l’introduction du règlement 1606/2002, le conseil européen de Lisbonne des 23 et 24 mars 2000 a souligné la nécessité d’accélérer l’achèvement de ce marché d’ici 2005. Ceci étant, il a invité la commission à prendre des mesures visant à améliorer la comparabilité des états financiers élaborés par les sociétés faisant appel public à l’épargne et c’est ainsi qu’il a été décidé que ces sociétés doivent être tenues d’appliquer un jeu unique de normes comptables.

tenues d’appliquer un jeu unique de normes comptables. La commission européenne, partant des orientations du

La commission européenne, partant des orientations du conseil, a publié le 13 juin 2000, sa communication intitulé « Stratégie d l’Union européenne en matière d’information financière, la marche à suivre », dans laquelle elle propose que toutes les sociétés communautaires qui font appel public à l’épargne soient tenues, à partir de 2005, de préparer leurs états financiers consolidés sur la base d’un jeu unique de normes comptables, à savoir les normes comptables internationales (IAS/IFRS). Cette vision s’est transformée en un règlement d’adoption par le Conseil et le parlement européen, à savoir le règlement 1606/2002 du 19 juillet 2002.

à savoir le règlement 1606/2002 du 19 juillet 2002. Voici ainsi quelques enjeux de l’adoption des
à savoir le règlement 1606/2002 du 19 juillet 2002. Voici ainsi quelques enjeux de l’adoption des

Voici ainsi quelques enjeux de l’adoption des normes internationales IAS/IFRS :

Garantir un degré élevé de transparence et de comparabilité de l’information financière dans la communauté

de l’information financière dans la communauté Achever et accélérer la mise en place d’un marché

Achever et accélérer la mise en place d’un marché européen des capitaux

Assurer la comparabilité des états financiers des sociétés qui sont cotées sur les marchés communautaires et celles qui seront cotées sur le futur marché

Faciliter le bon fonctionnement des marchés communautaires et de ce futur marché

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Protéger les investisseurs

Préserver la confiance des investisseurs

Rendre compétitif les marchés communautaires européennes

Faciliter la cotation des entreprises européennes dans les bourses étrangères

des entreprises européennes dans les bourses étrangères Il faut préciser, enfin, que la faculté d’étendre

Il faut préciser, enfin, que la faculté d’étendre l’application des normes internationales aux comptes sociaux annuels des sociétés faisant appel public à l’épargne ou aux autres sociétés, a été laissée aux Etats membres (2007 pour les comptes sociaux des sociétés cotées).

(2007 pour les comptes sociaux des sociétés cotées). LES ENTREPRISES CONCERNEES PAR LE PASSAGE AUX IAS/IFRS

LES ENTREPRISES CONCERNEES PAR LE PASSAGE AUX IAS/IFRS

LES ENTREPRISES CONCERNEES PAR LE PASSAGE AUX IAS/IFRS B. Le règlement européen du 19 juillet 2002

B.

Le règlement européen du 19 juillet 2002 impose l’utilisation des normes comptables internationales IAS/IFRS dans les comptes consolidés des sociétés cotées européennes pour les exercices ouverts à partir du 1èr janvier 2005. Ce règlement s’applique à tous les émetteurs régis par le droit national d’un Etat membre dont les titres (de capital, donnant accès au capital, de créance, hybrides, etc.…) sont négociés sur un marché réglementé de l’Union européenne

C.

LES NORMES IAS/IFRS CONCERNEES PAR LE PASSAGE

Ne sont concernées par le passage aux normes IAS/IFRS que celles qui ont fait l’objet d’une approbation par la commission européenne, par le biais d’un règlement. Les normes approuvées doivent être publiées intégralement dans chacune des langues officielles de la communauté dans un règlement concerné. La commission est seule habilitée à adopter les normes. Elle est assistée dans ce travail par un comité de réglementation comptable.

dans ce travail par un comité de réglementation comptable. Les normes comptables internationales ne peuvent être
dans ce travail par un comité de réglementation comptable. Les normes comptables internationales ne peuvent être
dans ce travail par un comité de réglementation comptable. Les normes comptables internationales ne peuvent être

Les normes comptables internationales ne peuvent être adoptées par la commission que :

si elles répondent à l’intérêt public européen et

si elles satisfont aux critères d’intelligibilité, de pertinence, de fiabilité et de comparabilité exigés de l’information financière.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Dans son règlement n° 1725/2003 du 29 septembre 2003, la commission a adopté un premier jeu de certaines normes comptables internationales, conformément au règlement n° 1606/2002 du Parlement et du conseil européen.

D. PREMIERE APPLICATION DES NORMES IAS/IFRS

Parmi les interprétations SIC, adoptées par la commission dans le règlement 1725/2003, on trouve SIC-8 : première application des IAS en tant que référentiel comptable. Selon cette SIC, lorsque les normes internationales sont appliquées, pour la première fois, l’entreprise concernée doit établir et présenter ses comptes consolidés comme si elle avait toujours appliqué les normes et interprétations internationales. Une application rétroactive est exigée.

internationales. Une application rétroactive est exigée. tous les actifs et passifs dont les IAS/IFRS C’est
tous les actifs et passifs dont les IAS/IFRS
tous
les
actifs
et
passifs
dont
les
IAS/IFRS

C’est ainsi, qu’afin de faciliter aux entreprises le passage aux normes IAS/IFRS, l’IASB a remplacé SIC-8 par IFRS 1 : First-time adoption of International Financial Reporting Standard. Selon cette norme, adoptée par la commission européenne dans son règlement 707/2004 du 6 avril 2004, toute entreprise appliquant les normes IAS/IFRS doit se conformer à chaque norme et interprétation, avec des exemptions limitées et avec une application rétroactive.

Diverses dispositions et recommandations sont fixées par la norme IFRS 1, avec des exemptions limitées, pour l’établissement du bilan d’ouverture, qui constitue le point de départ de la comptabilité selon les IAS/IFRS. On peut les résumer dans ce qui suit :

imposent

la

Comptabiliser

les résumer dans ce qui suit : imposent la Comptabiliser comptabilisation Ne pas comptabiliser des éléments

comptabilisation

Ne pas comptabiliser des éléments en tant qu’actifs ou passifs si les IAS/IFRS n’autorisent pas une telle comptabilisation

les IAS/IFRS n’autorisent pas une telle comptabilisation Reclasser les éléments comptabilisés, selon le

Reclasser les éléments comptabilisés, selon le référentiel antérieur, en tant qu’actif ou passif, mais qui relèvent d’un type différent d’actif, de passif ou de capitaux propres, selon les normes IAS/IFRS

Appliquer les IAS/IFRS pour évaluer tous les actifs et passifs comptabilisés

Ajuster la situation nette consolidée du bilan d’ouverture en fonction des retraitements opérés selon les normes IAS/IFRS.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

E. LES REGLES DE PASSAGE AUX NORMES:

Le passage aux normes IAS/IFRS constitue une opportunité stratégique réelle pour les entreprises en terme de communication financière. Elle a été qualifiée de “révolution culturelle” par certains acteurs de et doit faire l’objet d’une réflexion structurée dans chaque groupe d’entreprises concerné, à tous les niveaux opérationnels.

concerné, à tous les niveaux opérationnels. Il devrait permettre de répondre aux attentes et

Il devrait permettre de répondre aux attentes et interrogations des investisseurs en matière de mesure de la performance de la rentabilité, de comparabilité des entreprises entre elles et de création de valeur. Il doit être considéré comme un chantier majeur des deux prochaines années et faire l’objet d’une véritable organisation par “gestion de projet” pour analyser et évaluer toutes les incidences de l’adoption des normes IAS/IFRS, et pour déterminer les zones d’analyse de performance les plus pertinentes en matière d’information financière ainsi que les adaptations potentielles des systèmes d’information en présence.

potentielles des systèmes d’information en présence. L’occasion est ainsi donnée aux entreprises de revoir
potentielles des systèmes d’information en présence. L’occasion est ainsi donnée aux entreprises de revoir

L’occasion est ainsi donnée aux entreprises de revoir l’organisation de la production de données financières en rapprochant les éléments de gestion des états financiers traditionnels, et de revaloriser la fonction comptable.

Pour être prêt à l’échéance et assurer la gestion de la période transitoire, l’adoption du nouveau référentiel va nécessiter la mise en place d’une organisation en mode projet qui, sous l’impulsion de la direction générale, devra impliquer toutes les fonctions du groupe. Les principales étapes clés pourront s’articuler comme suit :

[
[

Piloter et animer (composition d’une équipe dédiée),

[ Piloter et animer (composition d’une équipe dédiée), [ Mobiliser sur le projet (communication interne sur

[

Mobiliser sur le projet (communication interne sur l’importance stratégique du projet),

[

Définir un calendrier et des étapes clés à respecter,

[

Diagnostiquer les compétences et les connaissances requises ?

[

Inventorier les divergences entre le référentiel actuel et les normes IAS (qualitatif et quantitatif),

[

Analyser les systèmes d’information et identifier les aménagements éventuellement nécessaires,

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

[

Faire des choix comptables et d’organisation (options sur les méthodes possibles, définition des niveaux d’information sectorielle, cadences de la communication financière, date de première publication en normes IAS, modification des systèmes d’information, mise en place des moyens humains et formation),

Simuler les comptes en IAS en cours de période de transition (jeu d’essai, conformité, retraitements d’ouverture et comparatifs),

Préparer le marché aux écarts significatifs,

Réussir le projet (publier les premiers comptes en normes IAS),

Suivre l’évolution des normes et des interprétations nouvelles.

[

[

[

[

des normes et des interprétations nouvelles. [ [ [ [ La mobilisation des énergies est essentielle
des normes et des interprétations nouvelles. [ [ [ [ La mobilisation des énergies est essentielle

La mobilisation des énergies est essentielle à la réussite du projet qui doit conduire tous les acteurs de l’entreprise à anticiper le changement plutôt que de le subir. Sous l’impulsion de la direction générale, véritable maître d’ouvrage du chantier, un chef de projet sera désigné pour constituer et animer un groupe de travail dédié. Ce groupe aura pour principales missions de :

² Réaliser les travaux selon les étapes définies en amont et notamment l’état des lieux des divergences et informations manquantes,

² Coordonner les travaux de sous-commissions éventuelles (ateliers de travail),

² Proposer des solutions en matière d’organisation,

² Sou mettre des propositions de choix comptables,

² Organiser la communication.

² Former les équipes.

² Organiser la communication. ² Former les équipes. Pour contribuer à la réussite du projet, ce
² Organiser la communication. ² Former les équipes. Pour contribuer à la réussite du projet, ce

Pour contribuer à la réussite du projet, ce groupe devra comprendre des représentants de tous les services ou de toutes les entités concernées (direction financière, consolidation, contrôle de gestion, comptabilité, procédures, systèmes, audit, communication, formation,….), des spécialistes IAS, les commissaires aux comptes et/ou des consultants extérieurs.

commissaires aux comptes et/ou des consultants extérieurs. Le recours au conseil pourra se concevoir à plusieurs

Le recours au conseil pourra se concevoir à plusieurs niveaux : assistance à la maîtrise d’ouvrage, apports de compétences techniques comptables (expertise IAS ou métier, consolidation), savoir-faire en terme de procédures, diagnostic des systèmes d’information, benchmarking, communication, formation.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

L’inventaire des divergences pourra être mené à partir de la typologie des normes définie plus loin. Il pourra se décliner entre les divergences dites “incompressibles”, pour lesquelles la méthode applicable selon l'IAS est différente de la méthode actuelle, et les divergences optionnelles dans le cas où, au-delà du traitement de référence, un traitement alternatif est autorisé.

de référence, un traitement alternatif est autorisé. Le choix d’un traitement non préférentiel devra être

Le choix d’un traitement non préférentiel devra être largement documenté et comporte un risque de non-conformité aux futures normes, eu égard aux objectifs actuels de l’IASB. Au-delà des aspects organisationnels importants que ce changement de référentiel va induire, les sociétés cotées vont devoir préparer les marchés aux incidences majeures qu’il va engendrer sur leurs états financiers et sur les principaux ratios utilisés.

états financiers et sur les principaux ratios utilisés. La préparation du marché n’implique pas une publication
états financiers et sur les principaux ratios utilisés. La préparation du marché n’implique pas une publication

La préparation du marché n’implique pas une publication anticipée trop hâtive, mais plus raisonnablement la communication progressive d’éléments permettant aux marchés de connaître les principaux ajustements éventuels et leur incidence sur les états financiers.

Ainsi, par étapes successives, les sociétés pourront fournir des tableaux de réconciliation entre certains postes clés des états financiers établis aux normes nationales et ceux qui auraient été présentés sous le référentiel IAS/IFRS, en commençant par les normes qui ne sont pas susceptibles de modifications majeures à l’horizon 2005. Le programme de travail de l’IASB et les thèmes en cours de discussion fournissent une information utile à ce sujet.

de discussion fournissent une information utile à ce sujet. La présentation du compte de résultat peut
de discussion fournissent une information utile à ce sujet. La présentation du compte de résultat peut
de discussion fournissent une information utile à ce sujet. La présentation du compte de résultat peut

La présentation du compte de résultat peut être progressivement adaptée au référentiel IAS (distinction des éléments ordinaires et extraordinaires). La structure de l’information sectorielle peut également être déterminée en conformité avec la norme IAS 14, dès à présent, sans risque de non conformité avec le référentiel en vigueur qui est moins contraignant.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

CHAPITRE 2 CADRE INTERNATIONAL REGLEMENTANT

Dans ce paragraphe, nous allons nous focaliser sur la présentation des origines des normes comptables internationales. A cet effet, nous allons présenter d’abord le cadre réglementant international des normes IAS/IFRS, à savoir l’IASC (International Accounting Standards Committee ) et l’IASB (International Accounting Standards Board), pour aborder par la suite les organismes internationaux réglementant les normes US-GAAP : le FASB (Financial Accounting Standards Board), l’AICPA ( American Institute of Certified Public Accountants) et enfin la SEC (Securities and Exchange Commission).

et enfin la SEC (Securities and Exchange Commission). A ¤ L’IASC 1. Présentation de l’IASC L’IASC
et enfin la SEC (Securities and Exchange Commission). A ¤ L’IASC 1. Présentation de l’IASC L’IASC

A ¤ L’IASC

1. Présentation de l’IASC

L’IASC élabore les normes comptables internationales grâce à un processus établi qui implique la profession comptable mondiale, les préparateurs et les utilisateurs des états financiers, et les organismes nationaux de normalisation. L’IASC est désormais reconnu comme le seul processus établi d’élaboration de normes comptables internationales.

Les objectifs de l’IASC sont de formuler et de publier les normes comptables à observer pour présenter les états financiers, de promouvoir leur acceptation et leur application dans le monde et de travailler de façon générale à l’amélioration et l’harmonisation des états financiers.

et l’harmonisation des états financiers. Les membres de l ’IASC sont les organismes professionnels
et l’harmonisation des états financiers. Les membres de l ’IASC sont les organismes professionnels
et l’harmonisation des états financiers. Les membres de l ’IASC sont les organismes professionnels

Les membres de l ’IASC sont les organismes professionnels comptables membres de la Fédération Internationale des Comptables (IFAC) (International Federation of accountant).

L’IASC est financée par les organismes comptables et d’autres membres appartenant à son conseil, par l’IFAC, par les contributions de sociétés multinationales, d’institutions financières, de firmes comptables et d’autres organisations.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

2. Structure de L’IASC

a. Le conseil

L’activité de l’IASC est exercée par un Conseil qui comprend les représentants d’organismes comptables de treize pays nommés par le Conseil de l’IFAC et de quatre organismes, au plus, ayant un intérêt pour les rapports financiers. Chaque membre peut désigner deux représentants au plus et un conseiller technique pour participer aux réunions du Conseil.

technique pour participer aux réunions du Conseil. Le Conseil définit le programme de l’IASC, constitue les
technique pour participer aux réunions du Conseil. Le Conseil définit le programme de l’IASC, constitue les

Le Conseil définit le programme de l’IASC, constitue les groupes de travail chargés de l’élaboration des textes, suit l’avancement des travaux, commente les projets qui lui sont soumis et se prononce sur l’adoption des normes.(Il se réunie trois fois par an)

l’adoption des normes.(Il se réunie trois fois par an) b. Le groupe consultatif Il a été

b. Le groupe consultatif

Il a été mis en place par le Conseil de l’IASC en 1981 et comprend des représentants de divers organismes concernés par l’élaboration ou l’utilisation des états financiers (Bource des Valeurs, Organismes Nationaux de Normalisation Comptable).

Il se réunit périodiquement pour discuter avec le Conseil des questions techniques sur le projet de l’IASC, de son programme de travail, de sa stratégie.

groupe
groupe
de son programme de travail, de sa stratégie. groupe joue Ce un rôle important dans le

joue

Ce

un rôle

important

dans

le

processus

d’élaboration

Ce un rôle important dans le processus d’élaboration Comptables Internationales et pour l’acceptation des

Comptables Internationales et pour l’acceptation des normes établies.

des

Normes

c. Le Conseil Consultatif :

Il a été mis en place en 1995. Ce conseil est composé de personnes de qualités exceptionnelles occupant de hautes responsabilités dans la profession comptables.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Son rôle est de promouvoir l’acceptation en général des Normes Comptables Internationales et d’accroître la crédibilité du travail de l’IASC par les moyens suivants entre autres :

Examen et observation sur la stratégie et les plans de l’ASC, de tele sorte à avoir l’assurance que les besoins des membres sont satisfaits ; Recherche et obtention de financements pour le travail de l’IASC en veillant à ce que son indépendance n’en soit pas atteinte ; Examen du budget et des états financiers de l’IASC ; Préparation d’un rapport sur l’efficacité du Conseil de l’IASC dans la réalisation de ses objectifs et dans l’accomplissement du processus d’élaboration des normes.

du processus d’élaboration des normes. Il s’assure notamment de l’indépendance et
du processus d’élaboration des normes. Il s’assure notamment de l’indépendance et
du processus d’élaboration des normes. Il s’assure notamment de l’indépendance et

Il s’assure notamment de l’indépendance et l’objectivité du Conseil lorsque ce dernier prend des décisions techniques sur les propositions de Normes Comptables Internationales. Le Conseil Consultatif ne participe pas et ne cherche pas à influencer ces décisions.

3. L’élaboration des normes :

Les représentants au conseil, les organisations membres, les membres du groupe consultatif, les autres organisations et personnes physiques sont encouragés à présenter de nouveaux sujets pouvant être traités dans les normes comptables internationales.

Une fois que le conseil a ajouté un sujet à son programme, il établit un groupe de travail pour élaborer une déclaration de principe, un exposé-sondage, et en dernier lieu une norme comptable internationale :IAS.

et en dernier lieu une norme comptable internationale :IAS. Le conseil a publié un cadre de
et en dernier lieu une norme comptable internationale :IAS. Le conseil a publié un cadre de
et en dernier lieu une norme comptable internationale :IAS. Le conseil a publié un cadre de

Le conseil a publié un cadre de préparation et de présentation des états financiers dont les objectifs sont d’aider le conseil à élaborer les futurs normes comptables internationales et à réviser les normes comptables existantes, de promouvoir l’harmonisation des normes à travers la réduction du nombre des retraitements comptables.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
LE PROCESSUS D ELABORATION DES NORMES DE L IASC
LE PROCESSUS D ELABORATION DES NORMES DE L IASC

Conseil

Constitution un groupe de travail

DE L IASC Conseil Constitution un groupe de travail Comité consultatif et autre organisation PUBLIC Groupe
DE L IASC Conseil Constitution un groupe de travail Comité consultatif et autre organisation PUBLIC Groupe

Comité consultatif et autre organisation

PUBLIC

Groupe de travail

consultatif et autre organisation PUBLIC Groupe de travail Etude des problèmes Projet de déclaration de principes
Etude des problèmes
Etude des
problèmes
Projet de déclaration de principes Commentaires Déclaration de Principes Exposé-sondage
Projet de déclaration de
principes
Commentaires
Déclaration de
Principes
Exposé-sondage
Commentaires Déclaration de Principes Exposé-sondage Approbation Approbation Approbation Approbation (majorité
Commentaires Déclaration de Principes Exposé-sondage Approbation Approbation Approbation Approbation (majorité

Approbation

Approbation

Approbation

Approbation (majorité 2/3)
Approbation
(majorité 2/3)

Approbation

(majorité 3/4)

Commentaires

Commentaires
(majorité 2/3) Approbation (majorité 3/4) Commentaires Projet de norme NORME Mohamed RAMI 36 P rojet de

Projet de norme

Projet de norme
2/3) Approbation (majorité 3/4) Commentaires Projet de norme NORME Mohamed RAMI 36 P rojet de F
2/3) Approbation (majorité 3/4) Commentaires Projet de norme NORME Mohamed RAMI 36 P rojet de F
2/3) Approbation (majorité 3/4) Commentaires Projet de norme NORME Mohamed RAMI 36 P rojet de F

NORME

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

B ¤ I’IASB

IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS B ¤ I’IASB Dans la structure de l’IASC, l’International Accounting

Dans la structure de l’IASC, l’International Accounting Standards Board (IASB) a toutes les compétences en matière technique ce qui inclue la préparation et l’élaboration des standards comptables et d’un traité d’exposition.

des standards comptables et d’un traité d’exposition. Pour accomplir sa mission, l’International Accounting

Pour accomplir sa mission, l’International Accounting Standards Board (IASB) procède à :

Accounting Standards Board (IASB) procède à : Des tests (aussi bien dans les pays développés que

Des tests (aussi bien dans les pays développés que dans les marchés émergeants) pour s’assurer que les standards sont praticables dans tous les environnements ; Des consultations de l’opinion public pour discuter et proposer des standards, même si il n’y a pas de demande pour tous les projets.

même si il n’y a pas de demande pour tous les projets. Ainsi, L’IASB a les

Ainsi, L’IASB a les pleins pouvoirs concernant l’agenda de l’IASC, ses projets, et l’organisation de son travail. Le board peut sous-traiter des recherches ou des travaux auprès des décideurs des standards nationaux ou auprès d’autres organisations.

Parmi les responsabilités attribuées à l’IASB :

§

La publication d’un traité d’exposition sur chaque projet et doit normalement publier un traité de principe ou un autre document permettant des commentaires publics sur les principaux projets;

§ §
§
§

La révision des commentaires effectués dans une période raisonnable suivant leur publication ;

dans une période raisonnable suivant leur publication ; La consultation du Standards Advisory Council sur les

La consultation du Standards Advisory Council sur les projets principaux, l’agenda des décisions et les priorités de travail ;

La publication des conclusions des standards comptables internationaux et d’un traité d’exposition ;

comptables internationaux et d’un traité d’exposition ; § § Le développement de la coordination avec les

§

§ Le développement de la coordination avec les normalisateurs nationaux.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

C ¤ Le FASB

IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS C ¤ Le FASB Depuis 1973 le FASB a été l’organisation

Depuis 1973 le FASB a été l’organisation désignée par le secteur privé pour établir les normes comptables et financières relatives à la préparation des états financiers et au reporting. Elles ont été officiellement reconnues comme bien fondées par la SEC ( Securities and Exchange Commission) dans son communiqué du reporting financier N° 1(section 101).

Cependant il convient de noter une exception : la SEC publie des documents sur les
Cependant il convient de noter une exception : la SEC publie des documents sur les
modalités de présentations de l’information financières, les FRR « Financial Reporting
Releases », désignés autrefois par « Accounting Series Releases »
L’AICPA (Institut
Américain des Comptables
Publics Certifiés)
a, de
son côté,
approuvé les normes du FASB dans sa règle N° 203 de la conduite professionnelle.
Pour accomplir sa mission, le FASB veille à :
Améliorer l’utilité du reporting financier en se concentrant sur les caractéristiques
primaires de l’importance significative et de la fiabilité et sur les qualités, la
comparabilité et l’uniformité des informations ;
Mettre à jour les normes pour refléter les changements des pratiques des affaires et des
mutations de l’environnement économique ;
S’inscrire aux insuffisances observées dans le reporting financier et essayer de les
améliorer par le processus de mise en place de nouvelles normes ;
Favoriser la convergence internationale des normes comptables courantes avec le souci
de l’amélioration de la qualité du reporting ;
Et améliorer la compréhension de la nature et des buts de l’information contenue dans
les états financiers.

Le FASB développe aussi bien de larges concepts de comptabilité que les normes pour le reporting. Il fournit également des conseils pour la mise en place de ces normes.

Ce conseil se compose de sept membres, tous permanents et devant tous être membre de l’AICPA ;

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Toutes les normes du FASB ainsi que de beaucoup de ses avis sont sujets à une procédure particulière « Due Process » selon laquelle toutes les parties intéressées et le public revoient et commentent toutes ces règles comptables proposées avant leur adoption définitive.

Le « Due Process » : la procédure d’établissement des normes.

Process » : la procédure d’établissement des normes. La procédure actuelle d’établissement des normes est

La procédure actuelle d’établissement des normes est relativement complexe :

1) Un groupe de travail « a working party » est réuni. Il comporte généralement des utilisateurs des documents comptables, des personnes utilisant ces documents ainsi que des auditeurs ;

personnes utilisant ces documents ainsi que des auditeurs ; 2) Il est demandé au groupe de
personnes utilisant ces documents ainsi que des auditeurs ; 2) Il est demandé au groupe de

2) Il est demandé au groupe de travail d’étudier la « littérature » concernant le sujet, et d’envisager les solutions possibles. Le groupe peut à ce stade entreprendre des recherches ou en commissionner. A l’issu de ses travaux, il émet un rapport ;

3)

4)

5) Un projet « Exposure Draft » est publié et largement distribué pour critiques et commentaires ;

6)

Le FASB établit un document de travail à partir des résultats du « Working Party » ; Des auditeurs publiques ont lieu ;

Le document final est soumis au vote pour devenir un FAS ;

Par surcroît, un ensemble de facteurs est pris en compte dans le choix des sujets :

L’ampleur de la question ; L’existence de solutions alternatives ; La faisabilité technique ; Les conséquences pratiques de la question ; Les possibilités de convergence avec les normes des autres pays ; Les opportunités de coopération avec d’autres organismes ; Les ressources disponibles ;

avec d’autres organismes ; Les ressources disponibles ; Le FASB publie des FAS (Statements of Financial
avec d’autres organismes ; Les ressources disponibles ; Le FASB publie des FAS (Statements of Financial
avec d’autres organismes ; Les ressources disponibles ; Le FASB publie des FAS (Statements of Financial

Le FASB publie des FAS (Statements of Financial Accounting Standards) ainsi que les « interprétations » qui complètent et commentent les « statements ».

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

D¤ L’AICPA

IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS D¤ L’AICPA L’Américain Institute of Chartered public Accounts est

L’Américain Institute of Chartered public Accounts est une organisation professionnelle réunissant les experts comptables aux Etats unis. Elle est donc l’équivalent de l’Ordre des Experts Comptables au Maroc.

de l’Ordre des Experts Comptables au Maroc. Sa mission est de fournir à ses membres les

Sa mission est de fournir à ses membres les ressources, les informations et le leadership qui leur permettent de fournir des services de haute qualité au profit du public des employeurs et des clients. Elle travaille en collaboration avec les institutions publiques des experts comptables.

avec les institutions publiques des experts comptables. Pour réaliser ses objectifs l’AICPA : Représente ses
avec les institutions publiques des experts comptables. Pour réaliser ses objectifs l’AICPA : Représente ses

Pour réaliser ses objectifs l’AICPA :

Représente ses membres et défend leurs intérêts ; Certifie et autorise les nouveaux experts selon des normes précises de qualification ; Sert de l’interlocuteur auprès du public, en améliorant la conscience publique des intérêts de la profession et en suivant de prés l’évolution des besoins des CPAs « Chartered Public Accountants » ; Aide à la conception et la mise en uvre de programmes académiques et encourage les étudiants brillants à devenir es experts comptables ; Etablit des normes professionnelles et améliore le code déontologique des experts.

et améliore le code déontologique des experts. Notons que ces objectifs ont été révisés et renforcés
et améliore le code déontologique des experts. Notons que ces objectifs ont été révisés et renforcés

Notons que ces objectifs ont été révisés et renforcés par des initiatives stratégiques « Strategic Initiatves » en avril 1998.

stratégiques « Strategic Initiatves » en avril 1998. E ¤ LA SEC C’est la commission des

E ¤ LA SEC

« Strategic Initiatves » en avril 1998. E ¤ LA SEC C’est la commission des valeurs

C’est la commission des valeurs mobilières et d’échange et équivaut à notre conseil déontologique des valeurs Mobilières. Elle a été créée en 1934 pour restaurer la confiance des investisseurs. Son premier président fut Joseph KENNEDY le père du John KENNEDY.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Toute entreprise désireuse de s’introduire en une des grandes bourses américaines (notamment le NYSE et l’AMEX) doit d’abord remplir les conditions exigées par cette commission en vue de s’inscrire auprès d’elle.

Cet organisme veille sur la protection des intérêts des investisseurs et l’intégrité des marchés financiers.

investisseurs et l’intégrité des marchés financiers. La SEC est dirigée par un conseil d’administration

La SEC est dirigée par un conseil d’administration (Board) de 5 membres nommés par le Président des Etats Unis. Elle comprend aussi 4 divisions et 18 bureaux spécialisés.

Elle comprend aussi 4 divisions et 18 bureaux spécialisés. Elle exerce son pouvoir sur les méthodes
Elle comprend aussi 4 divisions et 18 bureaux spécialisés. Elle exerce son pouvoir sur les méthodes

Elle exerce son pouvoir sur les méthodes de présentation des états financiers, le respect des règles de publication ainsi que les règles d’audit des sociétés inscrites auprès d’elle. La SEC est donc responsable de faire appliquer ces règles par les sociétés inscrites ; mais ne les établit pas. C’est l’AICPA qui s’en chargeait depuis 1934, et qui, à son tour, remis le flambeau au FASB en 1973.

depuis 1934, et qui, à son tour, remis le flambeau au FASB en 1973. Mohamed RAMI
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

CHAPITRE 3

LES PROBLEMES PREVUS LORS DE LA MISE EN UVRE DES RETRAITEMENTS

A. Les problèmes de transition :

UVRE DES RETRAITEMENTS A. Les problèmes de transition : La mise en place des normes IAS

La mise en place des normes IAS fait l'objet de beaucoup de présentations pédagogiques et d'études préalables au sein des entreprises, souvent avec l'aide de leur commissaire aux comptes. Depuis 2001, les conditions de première application des IFRS sont définies dans le SIC n°8 (First time application of IASs as the primary basic of accounting). Ces conditions sont très exigeantes puisqu'elles requièrent un retraitement quasi complet des transactions antérieures pour se conformer aux IAS. Cependant, ces conditions n'ont cessé d'être revues à l'occasion de groupes de travail constitués par l'IASB ou le CNC. La nature évolutive des normes et de leurs conditions d'application conforte les entreprises dans leur position d'attente.

conforte les entreprises dans leur position d'attente. Les normes comptables IAS dont la première application est
conforte les entreprises dans leur position d'attente. Les normes comptables IAS dont la première application est

Les normes comptables IAS dont la première application est requise pour l'exercice 2005, risquent de provoquer la mise en place de nombreux chantiers organisationnels. Cette réforme nécessite pour les entreprises, une adaptation des systèmes d'information, des organisations et des procédures comptables.

des organisations et des procédures comptables. L'ensemble de ces axes semble d'autant plus
des organisations et des procédures comptables. L'ensemble de ces axes semble d'autant plus

L'ensemble de ces axes semble d'autant plus contraignant, que l'on sait que 80% des entreprises n'ont pas encore commencé à faire évoluer leur système d'information, et que 60% n'ont encore rien planifié.

et que 60% n'ont encore rien planifié. Selon le principe de continuité des exercices et de

Selon le principe de continuité des exercices et de permanence des méthodes, les entreprises se doivent d’utiliser les normes IAS rétroactivement (une année avant). L'une des règles figurant dans l'interprétation n°8 du SIC stipule que le bilan doit être préparé comme si les normes IAS avaient toujours existées. Pour tous les soldes du bilan dont le dénouement s'effectue à long terme, le groupe se replace dans le contexte de ses arrêtés précédents, pour savoir quelles auraient été les évaluations appropriées selon les normes IAS applicables.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Les directions financières sont naturellement concernées au premier chef par l'adoption des nouvelles normes. D'un point de vue strictement comptable, les normes IAS vont amener des évolutions majeures, notamment en ce qui concerne les montages déconsolidants et les sociétés ad-hoc, pratiques décriées après l'affaire Enron. Après l'application des normes, la reconsolidation sera imposée même en l'absence du moindre lien capitalistique. Les groupes constitués de filiales étrangères ou encore aux activités différentes, vont devoir mettre en uvre un travail de consolidation ou de retraitements des comptes très lourd. Ce nouveau langage comptable commun pourra également être l'occasion de rapprocher les services comptables et le contrôle de gestion qui devront travailler en étroite collaboration durant cette transition.

en étroite collaboration durant cette transition. Cependant, les directions financières ne vont pas être les
en étroite collaboration durant cette transition. Cependant, les directions financières ne vont pas être les

Cependant, les directions financières ne vont pas être les seules concernées par cette période d’adaptation. Elles vont devoir travailler main dans la main avec les directions informatiques. Aux premières reviendront le recueil et le traitement de l'information comptable, aux secondes la mise en uvre des démarches de migrations informatiques, qu'elles touchent aux bases de données ou outils de gestion sur le terrain. Cette migration devra être effectuée dans le cadre le plus souple possible, les normes adoptées étant de nature évolutive.

possible, les normes adoptées étant de nature évolutive. Au-delà de ces problématiques comptables et informatiques,

Au-delà de ces problématiques comptables et informatiques, les incidences du passage aux normes IAS vont se faire sentir à tous les niveaux de l'entreprise. Plusieurs normes touchent directement à la stratégie et l'organisation, et ce, dans la plupart des services. En matière de recherche et développement, l'IAS 38 prévoit la séparation des dépenses de recherche, passées en charges, et celles de développement, placées en immobilisation du bilan. Les DRH vont de leur côté être affectés par l'IAS 39. Cette dernière transforme les règles d'appréciation et de comptabilisation des avantages sociaux et des rémunérations.

des avantages sociaux et des rémunérations. B. Les problèmes en terme de concordance avec les
des avantages sociaux et des rémunérations. B. Les problèmes en terme de concordance avec les
des avantages sociaux et des rémunérations. B. Les problèmes en terme de concordance avec les

B. Les problèmes en terme de concordance avec les contraintes fiscales :

L’application des normes IAS au sein des petites et moyennes entreprises pose plusieurs problèmes. D’une part, il faut les adapter aux besoins des petites structures, et d’autre part, il faut desserrer les liens déjà établis entre la fiscalité et les normes comptables existantes.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Les conséquences fiscales, il y a, à l’heure actuelle, plusieurs solutions envisageables. La première serait d’appliquer les normes IAS aux règles fiscales actuelles. Seulement cette solution s’avère difficilement applicable car elle entraînerait une multiplication des traitements nécessaires à la conversion du résultat comptable vers le résultat fiscal. De plus cette solution irait à l’encontre des mesures de simplification voulues, les contribuables, et les professionnels. Une seconde solution serait le passage d’une imposition directe au résultat comptable IAS. Cette mesure présente les avantages de taxer le résultat économique et de permettre la réalisation de l’harmonisation fiscale européenne pour l’impôt sur les sociétés. Mais elle peut entraîner des transferts d’imposition d’une entreprise à l’autre du fait du changement de référentiel. En tout cas, quelque soit la solution choisie, il sera impératif de s’en tenir au principe d’égalité de traitement devant l’impôt.

au principe d’égalité de traitement devant l’impôt. Il faut que les petites structures fassent évoluer les
au principe d’égalité de traitement devant l’impôt. Il faut que les petites structures fassent évoluer les
au principe d’égalité de traitement devant l’impôt. Il faut que les petites structures fassent évoluer les

Il

faut que les petites structures fassent évoluer les normes actuelles vers le standard

international. Selon les spécialistes, il est en effet impossible d’insérer les normes IAS directement dans le système institutionnel actuel, d’autant plus que cette transition est coûteuse et que, en matière de comptabilité, les petites entreprises ont déjà du supporter les coûts du passage à l’euro.

C. La « fair value »:

L'objectif des nouvelles normes est d'améliorer la transparence financière des entreprises, par une comptabilité reflétant la valeur économique (juste valeur) et non plus une valeur comptable parfois déconnectée.

et non plus une valeur comptable parfois déconnectée. A partir de 1991, l’IASB a développé le
A
A

partir de 1991, l’IASB a développé le concept de « juste valeur » (« fair value ») qui

est au c ur des normes IASC 32 et IAS 39 sur les instruments financiers. Ces normes ont pour objet de traiter le problème des instruments financiers, sujet considérable qui a fait l’objet aux Etats Unis de la norme FAS 133 sur les produits dérivés et les instruments de

couverture (« Accounting for derivative instruments and hedging activities ».

Il s’agit de couvrir tant les instruments classiques du bilan, que les instruments qui sont

à l’heure actuelle comptabilisés hors bilan tels que contrats à terme, swaps ou options.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

L’idée a été que la comptabilisation au coût historique n’est pas adaptée à tous les instruments financiers. Les produits dérivés n’ont pas au départ de coût. L’IASB a considéré que la notion de juste valeur était plus appropriée à savoir « le prix auquel un actif pourra être échangé, ou un passif réglé, entre des parties compétentes n’ayant aucun lien de dépendance et agissant en toute liberté. Cette notion est aussi incorporée dans le FAS 133.

Cette notion est aussi incorporée dans le FAS 133. Jusqu'au 31 mai 2001, les règles comptables

Jusqu'au 31 mai 2001, les règles comptables européennes, fondées sur le coût historique, n'étaient pas conformes aux règles IASC, mais les institutions européennes, le Parlement ainsi que le Conseil ont adopté une nouvelle directive les concernant : elle permet l'évaluation de certains actifs financiers à la valeur de marché appelée également mark to market.

)
)
la valeur de marché appelée également mark to market. ) La norme IAS 39 a été

La norme IAS 39 a été intégrée dans le droit européen par une modification des

anciennes directives. Cette norme prévoit l'évaluation de la majorité des actifs financiers

(actions, obligations, produits dérivés, d'achat éventuellement corrigé.

à leur valeur de revente et non plus à leur coût

Cette directive modifie les directives comptables afin de tenir compte de l'évolution des marchés (recours fréquent aux instruments dérivés), des entreprises et des normes comptables internationales. Elle permettra aux entreprises qui font appel à l'épargne sur les marchés internationaux de se conformer plus facilement aux exigences en matière d'information financière en vigueur sur ces marchés et, partant, de lutter à armes égales avec leurs concurrents non européens.

à armes égales avec leurs concurrents non européens. Les directives européennes intégrant l'IAS 39
à armes égales avec leurs concurrents non européens. Les directives européennes intégrant l'IAS 39

Les directives européennes intégrant l'IAS 39 laissaient toutefois une certaine liberté aux Etats membres dans l'application de la norme au niveau du périmètre d'application (états financiers consolidés ou tous les états financiers) et au niveau du mode d'application (autorisation ou obligation d'utiliser la norme).

(autorisation ou obligation d'utiliser la norme). Dès leur parution, les IAS 32 et 39 ont suscité

Dès leur parution, les IAS 32 et 39 ont suscité la critique de la part de divers opérateurs sur le marché tels que, les banquiers et certaines entreprises. Ceux-ci, déjà opposés à l’application de la juste valeur de façon limitée, redoutaient la possibilité d’une application totale. Cependant, la commission européenne a récemment fait savoir qu’elle s’opposait à la généralisation du principe de juste valeur à tous les postes du bilan, plus fréquemment appelée

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

« full fair value ». Cette méthode de valorisation de l’actif et du passif renforcerait la volatilité réelle des marchés, en opposition à l’idéologie de la commission européenne.

D. Le coût de passation aux normes :

L’adoption des normes IAS/IFRS comportera certains coûts, en particulier pendant la première année, mais cet investissement s’avérera très rentable à long terme. La transparence accrue et une meilleure comparabilité des informations financières entraîneront en définitive une diminution du coût que supportèrent les sociétés pour lever des capitaux, ce qui contribuera à promouvoir la compétitivité de l’industrie européenne.

promouvoir la compétitivité de l’industrie européenne. En donnant un langage commun aux entreprises, ces règles,
promouvoir la compétitivité de l’industrie européenne. En donnant un langage commun aux entreprises, ces règles,

En donnant un langage commun aux entreprises, ces règles, élaborées par des organismes privés indépendants, permettent aux investisseurs de faire leurs choix. Enjeu économique majeur, elles provoquent une véritable lutte d’influence entre l’Europe et les Etats-Unis. Mais, les conflits politiques sur le sujet résident dans la volonté des « deux blocs » à imposer leurs standards.

ont
ont

Néanmoins, les scandales liés aux entreprises Worldcom, Enron

démontré que les

standards américains n’étaient pas à la hauteur de leur réputation. Ainsi, certaines entreprises américaines appliquent les IAS pour contrecarrer les problèmes d’images et de transparence liés aux US GAAP.

Par le biais des normes IAS, l’Europe semble donc marquer des points c’est même le seul domaine ou elle fait jeu égal avec les américains dans le monde de la finance.

ou elle fait jeu égal avec les américains dans le monde de la finance. Mohamed RAMI
ou elle fait jeu égal avec les américains dans le monde de la finance. Mohamed RAMI
ou elle fait jeu égal avec les américains dans le monde de la finance. Mohamed RAMI
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Chapitre

1

REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI
REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI

Présentation analytique des normes IAS/IFRS

RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI 47 P rojet de F in
RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI 47 P rojet de F in
RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI 47 P rojet de F in
RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI 47 P rojet de F in
RETRAITEMENTS Chapitre 1 Présentation analytique des normes IAS/IFRS Mohamed RAMI 47 P rojet de F in
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 1 IFRS 1: FIRST TIME ADOPTION

A.

objectif

L'objectif de la présente norme, qui vient remplacer l’interprétation SIC-8 « Première application des IAS en tant que référentiel comptable », est de prévoir un traitement comptable homogène et unique pour la première application de l'ensemble des normes IAS/IFRS. Il ne sera donc plus nécessaire de se référer aux dispositions transitoires de chaque norme en 2004.

aux dispositions transitoires de chaque norme en 2004. B. CHAMP D’APPLICATION : Une entité applique ladite
aux dispositions transitoires de chaque norme en 2004. B. CHAMP D’APPLICATION : Une entité applique ladite
aux dispositions transitoires de chaque norme en 2004. B. CHAMP D’APPLICATION : Une entité applique ladite

B.

CHAMP D’APPLICATION :

Une entité applique ladite norme dans :

ê Ses premiers états financiers IFRS ; et ê Chaque rapport financier intermédiaire qu’elle présente le cas échéant selon IAS 34 Information financière intermédiaire relatif à une partie de l’exercice couvert par ses premiers états financiers IFRS.

Elle ne s’applique pas aux changements de méthodes comptables pratiquées par une entité qui applique déjà les IFRS.

pratiquées par une entité qui applique déjà les IFRS. La norme établit deux catégories d’exceptions au
pratiquées par une entité qui applique déjà les IFRS. La norme établit deux catégories d’exceptions au

La norme établit deux catégories d’exceptions au principe selon lequel le premier bilan d’ouverture en IFRS d’une entité doit être conforme à chaque IFRS :

en IFRS d’une entité doit être conforme à chaque IFRS : C. PRINCIPALES DISPOSITIONS : La

C.

PRINCIPALES DISPOSITIONS :

La norme IFRS 1 s’applique lorsqu’une entité applique les IFRS pour la première fois par une déclaration explicite et sans réserve de conformité aux IFRS.

De façon générale, la présente norme exige qu’une entité applique chaque IFRS en vigueur à la date de reporting de ses premiers états financiers IFRS. En particulier, selon la

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

présente Norme, lors de la préparation de son premier bilan d’ouverture en IFRS, destiné à être le point de départ de sa comptabilité selon les IFRS, l’entité doit :

a) Comptabiliser tous les actifs et passifs dont les IFRS imposent la comptabilisation ;

b) Ne pas comptabiliser des éléments en tant qu’actifs ou passifs si les IFRS n’autorisent pas une telle comptabilisation ;

si les IFRS n’autorisent pas une telle comptabilisation ; c) Reclasser les éléments qu’elle a comptabilisés

c) Reclasser les éléments qu’elle a comptabilisés selon le référentiel comptable antérieur comme un certain type d’actif, de passif ou de composante des capitaux propres, mais qui relèvent d’un type différent d’actif, de passif ou de composante des capitaux propres selon les IFRS ; et

ou de composante des capitaux propres selon les IFRS ; et d) Appliquer les IFRS pour
ou de composante des capitaux propres selon les IFRS ; et d) Appliquer les IFRS pour

d) Appliquer les IFRS pour évaluer tous les actifs et passifs comptabilisés.

D. Exemptions à d’autres normes :

Une entité peut décider d’utiliser une ou plusieurs des exemptions suivantes :

1) Regroupements d entreprises :

Un premier adoptant peut décider de ne pas appliquer rétrospectivement IAS 22 Regroupements d’entreprises. Toutefois, si un premier adoptant retraite un regroupement d’entreprises en vue de se conformer à IAS 22, il doit retraiter tous les regroupements d’entreprises ultérieurs.

tous les regroupements d’entreprises ultérieurs. Si un premier adoptant n’applique pas de façon
tous les regroupements d’entreprises ultérieurs. Si un premier adoptant n’applique pas de façon

Si un premier adoptant n’applique pas de façon rétrospective IAS 22, il doit :

n’applique pas de façon rétrospective IAS 22, il doit : 8 maintenir la même classification que

8

maintenir la même classification que dans ses états financiers présentés selon le référentiel comptable antérieur ;

8

comptabiliser toute variation en résultant par un ajustement des résultats non distribués ;

8

exclure tout élément comptabilisé qui ne satisfait pas aux conditions de comptabilisation selon les IFRS ;

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

8 les IFRS imposent une évaluation ultérieure de certains actifs et passifs sur une base différente de celle du coût initial, comme la juste valeur, il doit évaluer ces actifs et passifs selon cette base dans son premier bilan d’ouverture en IFRS,

Exemple :

Ø Hypothèses : La filiale X a été acquise le 1/1/2000 pour 1 000 (détenue
Ø Hypothèses :
La filiale X a été acquise le 1/1/2000 pour 1 000 (détenue à 100% par le groupe). L’actif
net comptable de X s’élevait à cette date à 700. Le Goodwill comptabilisé pour 300, amorti
sur 10 ans. Au 01/01/2000, un immeuble d’une VNC de 10 avait une juste valeur de 100.
Ø
Réponse :
Le traitement comptable de ce regroupement d’entreprise n’est pas conforme aux
normes IFRS car la méthode de l’acquisition n’a pas été appliquée.
Ø
Au 31/12/2003, la VNC du Goodwill est de 180 (300-120)
1er cas
: retraitement rétrospectif : nouvelle valeur du GW
Actif net réévalué de X : 700 + (100-10)=790, d’où un goodwill au 1/1/2000 de 1 000-
790=210
2eme cas : option pas de retraitement antérieur au 1/1/2004
le GW reste figé au 01/01/2004 pour sa valeur nette, soit 180, et n’est plus amorti mais fera
l’objet de tests de dépréciation
2) Juste valeur ou réévaluation:

Une entité peut décider d’évaluer une immobilisation corporelle à la date de transition aux IFRS à sa juste valeur et utiliser cette juste valeur en tant que coût présumé à cette date. De même elle peut décider d’utiliser une réévaluation comme coût présumé à la date de la réévaluation,

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

3)

Montant cumulé des différences de conversion : AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS 3) Il n’est pas tenu de se conformer aux

Il n’est pas tenu de se conformer aux dispositions de IAS 21 concernant les montants cumulés des différences de conversion qui existaient à la date de transition aux IFRS.

4) Instruments financiers composés :

transition aux IFRS. 4) Instruments financiers composés : IAS 32 Instruments financiers impose de ventiler dès
transition aux IFRS. 4) Instruments financiers composés : IAS 32 Instruments financiers impose de ventiler dès

IAS 32 Instruments financiers impose de ventiler dès le début un instrument financier composé, en composantes distinctes de passif et de capitaux propres. Un premier adoptant n’est pas tenu de distinguer ces deux parts si la composante passif s’est dénouée à la date de transition aux IFRS.

passif s’est dénouée à la date de transition aux IFRS. E. Exceptions à l’application rétrospective des
passif s’est dénouée à la date de transition aux IFRS. E. Exceptions à l’application rétrospective des

E. Exceptions à l’application rétrospective des autres normes :

La présente norme interdit l’application rétrospective de certains aspects d’autres IFRS relatifs :

1. A la décomptabilisation d actifs et de passifs financiers :

Si un premier adoptant a décomptabilisé des actifs ou des passifs financiers selon le référentiel comptable antérieur au cours d’un exercice comptable qui commence avant le 1er janvier 2001, il ne doit pas comptabiliser ces actifs et passifs selon les IFRS.

comptable qui commence avant le 1er janvier 2001, il ne doit pas comptabiliser ces actifs et
doit pas comptabiliser ces actifs et passifs selon les IFRS. 2 . Aux estimations : Il

2. Aux estimations :

Il est possible qu’une entité reçoive après la date de transition aux IFRS des informations relatives aux estimations qu’elle avait effectuées selon le référentiel comptable antérieur. Une entité doit traiter la réception de cette information de la même manière que les événements postérieurs à la date de clôture ne donnant pas lieu à des ajustements conformément à IAS 10.

donnant pas lieu à des ajustements conformément à IAS 10. Par ailleurs, concernant les informations à

Par ailleurs, concernant les informations à fournir, la présente norme ne prévoit aucune exemption concernant les dispositions relatives à la présentation et aux informations à fournir dans d’autres IFRS.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

F. Explication de la transition aux IFRS :

L’entité doit expliquer l‘impact de la transition du référentiel comptable antérieur aux IFRS sur sa situation financière, sa performance financière et ses flux de trésorerie publiés. Pour ce faire, les premiers états financiers doivent comprendre :

faire, les premiers états financiers doivent comprendre : a) Les rapprochements entre ses capitaux propres

a) Les rapprochements entre ses capitaux propres présentés selon le référentiel

comptable antérieur et ses capitaux propres présentés selon les IFRS, aux deux dates suivantes - la date de transition aux IFRS ; et - la clôture du dernier exercice présenté dans les derniers états financiers annuels de l’entité selon le référentiel comptable antérieur ;

de l’entité selon le référentiel comptable antérieur ; b) Un rapprochement entre le résultat présenté selon
de l’entité selon le référentiel comptable antérieur ; b) Un rapprochement entre le résultat présenté selon

b)

Un rapprochement entre le résultat présenté selon le référentiel comptable antérieur

Si l’entité a comptabilisé ou repris des pertes de valeur pour la première fois lors de

au titre du dernier exercice et le résultat présenté selon les IFRS pour le même exercice ; et

c)

la préparation de son premier bilan d’ouverture en IFRS, les informations à fournir qu’aurait imposées IAS 36.

en IFRS, les informations à fournir qu’aurait imposées IAS 36. Mohamed RAMI 52 P rojet de
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 2 IAS 1 : PRESENTATIONS DES ETATS FINANCIERS

L’objectif de la présente norme est de présenter la base de présentation des états financiers
L’objectif de la présente norme est de présenter la base de présentation des états
financiers à usage général, afin qu’ils soient comparables tant aux états financiers de
l’entreprise pour les exercices antérieurs qu’aux états financiers d’autres entreprises.
Pour atteindre cet objectif, la présente norme établit les considérations générales de
présentation des états financiers, donne des commentaires pour leur structure et établit les
dispositions minimales pour leur contenu.
Les composantes d’états financiers concernés par cette norme sont :
v
Bilan
v
Compte de résultat
v
Etat de variation des capitaux propres
v
Tableau de flux de trésorerie
v
Méthodes comptables
v
Notes annexes
1) BILAN :
Une distinction entre les éléments courants et non courants doit obligatoirement être faite
au niveau du passif et actif. Sinon, la présentation des actifs et passifs doit être faite en
fonction de leur liquidité.
i. Actifs courants :

Il s’agit d’actifs pouvant être réalisés, vendus ou consommés dans le cadre du cycle d’exploitation normale de l’entreprise, ou détenue essentiellement à des fins de transaction ou pour une durée courte et que l’entreprise s’attend à réaliser dans les 12 mois suivants la clôture. Sont également considérés comme actifs courants, la trésorerie ou équivalent de trésorerie dont l’utilisation n’est pas soumise à restrictions.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

ii. Passifs courants :

Il s’agit des passifs réglés dans le cadre du cycle d’exploitation normal de l’entreprise ou réglés dans les 12 mois suivant la clôture de l’exercice.

hors

exploitation », prévue pour répondre à des fins d’analyse financière, sera abandonnée suite au

changement de la structure des autres états financiers.

En

outre,

la

distinction

entre

« éléments

d’exploitation »

et

« éléments

iii. Eléments à présenter :

Au minimum, le bilan doit présenter les éléments suivants :

minimum, le bilan doit présenter les éléments suivants : - Immobilisations corporelles - Immobilisations
- Immobilisations corporelles - Immobilisations incorporelles - Immeubles de placements - Actifs financiers -
-
Immobilisations corporelles
-
Immobilisations incorporelles
-
Immeubles de placements
-
Actifs financiers
-
Participations mises en équivalence
-
Stocks
-
Clients et d’autres débiteurs
-
Trésorerie et équivalents de trésorerie
-
Fournisseurs et autres créditeurs
-
Provisions
-
Passifs financiers

- Actifs et passifs d’impôt

- Intérêts minoritaires

- Capital émis et réserves

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

iv. Informations complémentaires et annexes :

£ nature et objet des réserves en capitaux propres ;

£ information par catégorie d actions (nombre d actions autorisées émises et

entièrement libérées, émises et non entièrement libérées, valeur

nominale ).

2) Compte de résultat :

a- Présentation

nominale ). 2) Compte de résultat : a- Présentation Le classement des charges et produits est

Le classement des charges et produits est fait soit par nature (EX : CA, salaires, dotations aux amortissement, frais de transport…) ou par destination (CA, coût des ventes, charges administratives, coût commerciaux….). Les charges par nature doivent faire l’objet d’informations supplémentaires en annexes.

l’objet d’informations supplémentaires en annexes. b- Eléments à présenter : Les produits et charges non
b- Eléments à présenter :
b- Eléments à présenter :

Les produits et charges non courants seront désormais supprimés et rattachés au comptes « autres produits » et « autres charges » selon leur nature.

Au minimum, le compte résultat doit présenter les éléments suivants :

-

-

Produit des activités ordinaires

Charges financières

-
-

Quote-part dans le résultat net des entreprises associées et des co-entreprises mises en équivalence

associées et des co-entreprises mises en équivalence - Résultat avant impôt des cessions d’actifs ou
-
-

Résultat avant impôt des cessions d’actifs ou règlements de passifs lors d’abandon d’activités.

- Charge d’impôt sur le résultat

- Résultat de l’exercice

- Intérêts minoritaires

- Résultat net de l’exercice part du groupe

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

3) Etat de variation des capitaux propres :

Présenté séparément des états financiers, il doit comprendre les éléments suivants :

r

r

le résultat net de l’entreprise

éléments suivants : r r le résultat net de l’entreprise chacun des profits et des pertes

chacun des profits et des pertes comptabilisés directement en capitaux propres, et le total de ces éléments

en capitaux propres, et le total de ces éléments l’effet cumulé des changements de méthodes comptables

l’effet cumulé des changements de méthodes comptables et correction d’erreurs fondamentales comptabilisées.

)
)

r

L’entreprise doit également présenter dans cet état ou en annexes, les transactions sur le capital, les mouvements sur les résultats accumulés, sur le capital et sur les réserves, en indiquant chaque élément de variation de la valeur comptable de chaque catégorie de capital séparément.

4) Tableau des flux de trésorerie :

Cet état présente une information sur les évolutions historiques de la trésorerie (caisse,

dépôts à vue, moins les découverts momentanés

et des équivalents de trésorerie

(placements à court terme liquides, facilement convertibles) avec une classification des flux par type d’activités (opérationnelles, d’investissement ou de financement).

d’activités (opérationnelles, d’investissement ou de financement). Mohamed RAMI 56 P rojet de F in d’ E
d’activités (opérationnelles, d’investissement ou de financement). Mohamed RAMI 56 P rojet de F in d’ E
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 3 IAS 38 : IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

A – Objectif

3 IAS 38 : IMMOBILISATIONS INCORPORELLES A – Objectif Cette norme a pour objectif de définir

Cette norme a pour objectif de définir le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement traitées par une autre norme IAS/IFRS. La présente norme impose aux entreprises de comptabiliser une immobilisation incorporelle si, et seulement si, certains critères sont réunis. La norme spécifie également comment évaluer la valeur comptable des immobilisations incorporelles et impose de fournir certaines informations sur les immobilisations incorporelles.

informations sur les immobilisations incorporelles. B – Définition Une immobilisation incorporelle est un
informations sur les immobilisations incorporelles. B – Définition Une immobilisation incorporelle est un

B – Définition

Une immobilisation incorporelle est un actif non monétaire identifiable sans substance physique, détenu en vue de son utilisation pour la production ou la fourniture de biens ou de services, pour une location à des tiers, ou à des fins administratives. Un actif est une ressource contrôlée par une entreprise du fait d’évènements passés ; et dont des avantages économiques futurs sont attendu par l’entreprise

C- Coût d’entrée :

Se mesure à la date à laquelle la définition et les conditions d’inscription sont atteintes
Se mesure à la date à laquelle la définition et les conditions d’inscription sont atteintes
sans rétroactivité.
ELEMENT
VALEUR RETENUE
Eléments acquis dans le cadre d’un
regroupement d’entreprise
Juste valeur
Eléments acquis séparément
Coût de revient
Eléments produits en interne
Séparation entre la phase de recherche
(charges) et phase de développement
(éventuellement immobilisation)
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

d – Comptabilisation

IAS 38 impose à une entreprise de comptabiliser une immobilisation incorporelle si et seulement si il est probable que les avantages économiques futurs attribuables à l’actif iront à

l’entreprise

;

et

si

le

coût

de

cet

actif

peut

être

évalué

de

façon

fiable.

Les dépenses relatives à un élément qui ne respectent pas ces critères devront être comptabilisées en charges. Il en est de même des dépenses relatives à un actif dont le caractère identifiable ou son contrôle par l’entreprise n’est pas démontré : parts de marché, clientèle, savoir faire non protégé. Si cet élément est acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprise, il devra être incorporé dans le goodwill. Ces critères s’appliquent quelque soit le mode d’acquisition.

s’appliquent quelque soit le mode d’acquisition. sur le nombre d’unités de production ou E -
sur le nombre d’unités de production ou
sur
le
nombre
d’unités
de
production
ou
sur le nombre d’unités de production ou E - Amortissement La règle est d’amortir sur la

E - Amortissement

La règle est d’amortir sur la durée d’utilité, la règle ne précise pas de durée maximale, une immobilisation peut avoir une durée de vie indéterminée.

Deux méthodes d’amortissement sont autorisées :

Ø

Ø

Soit

amortissement

sont autorisées : Ø Ø Soit amortissement équivalent Soit amortissement sur la période pendant

équivalent

Soit amortissement sur la période pendant laquelle l’entreprise prévoit d’utiliser l’actif

que

l’entreprise entend obtenir de l’actif (rythme de consommation des avantages économiques de l’actif)

La date de démarrage de l’amortissement correspond à la date à laquelle l’actif est prêt à être mis en service. La durée devra être appréciée à la clôture de chaque exercice, et ajustée en cas de modification des avantages économiques à venir.

en cas de modification des avantages économiques à venir. On appliquera IAS 36 et le concept

On appliquera IAS 36 et le concept des UGT si l’actif incorporel doit être associé à d’autres actifs, afin de s’assurer du maintien de la valeur d’actif.

Une immobilisation incorporelle avec une durée d’utilité indéterminée n’est pas amortie, mais soumise à un test de dépréciation annuel.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

F - Dépenses antérieures ou postérieures à la date d’immobilisation

La seule inscription des dépenses enregistrées après la reconnaissance du caractère activable est autorisée. Les dépenses antérieures, précédemment comptabilisées en charges, ne peuvent pas être immobilisées. Les dépenses ultérieures rattachables à l’actif de façon fiable, ne peuvent immobilisées que si elles permettent d’accroître les avantages futurs générés par l’actif.

les avantages futurs générés par l’actif. 1/ Frais de recherche et de développement G - Cas
les avantages futurs générés par l’actif. 1/ Frais de recherche et de développement G - Cas

1/ Frais de recherche et de développement

par l’actif. 1/ Frais de recherche et de développement G - Cas particulier Les frais de

G - Cas particulier

Les frais de recherches sont considérés comme des charges, alors que les frais de développement doivent être obligatoirement inscrits en actif immobilisé, s’il est simultanément démontré que :

d

d

d

d

d

Les coûts sont individualisés et mesurés de manière fiable

Faisabilité technique du projet

Intention d’achever l’immobilisation et de l’utiliser ou de la vendre

Probabilité d’avantages économiques futurs

Disponibilité des ressources nécessaires pour mener à bien le projet.

des ressources nécessaires pour mener à bien le projet. En cas de difficulté d’affectation entre phase
des ressources nécessaires pour mener à bien le projet. En cas de difficulté d’affectation entre phase

En cas de difficulté d’affectation entre phase de recherche et phase de développement, les différents frais sont à considérer comme des frais de recherche.

frais sont à considérer comme des frais de recherche. 2 / Frais de préliminaires et charges

2 / Frais de préliminaires et charges à répartir :

Selon la présente norme, ces frais ne peuvent être inscrites en actif, ils sont considérés comme des charges de la période dans laquelle ils ont été encourus, exception faite des frais inclus dans le coût d’acquisition des immobilisation corporelles. De ce fait, ils ne doivent plus figurer au niveau de l’actif. Il faut donc contre-passer chaque compte et les amortissements y afférents en contre partie d’un compte de réserve pour le solde d’ouverture et en contre partie d’un compte de charges pour les augmentations de l’exercice.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

h - Première application :

Par application des dispositions de l’IFRS1 :

1. si un ancien élément incorporel ne répond plus à la définition d’une immobilisation incorporelle, cet élément doit être réaffecté au goodwill si acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprises avec une prise en compte rétrospective des dotations d’amortissement. Dans le cas contraire, ce bien doit être sorti du bilan (avec annulation des dotations d’amortissements déjà constatées) en contre partie d’un compte de réserve.

constatées) en contre partie d’un compte de réserve. 2. si un ancien élément incorporel répond toujours
constatées) en contre partie d’un compte de réserve. 2. si un ancien élément incorporel répond toujours
constatées) en contre partie d’un compte de réserve. 2. si un ancien élément incorporel répond toujours

2. si un ancien élément incorporel répond toujours aux critères, avec un coût et des amortissements différents, un retraitement rétrospectif est préconisé.

3. si un ancien élément incorporel qui n’était pas immobilisé satisfait aux nouveaux critères d’immobilisation, deux cas de figure sont possibles :

s’il faisait partie du goodwill, il peut être comptabilisé séparément, avec prise en compte rétrospective des dotations aux amortissements.

S’il avait été acquis séparément, et donc comptabilisé en charge, aucun retraitement n’est à opérer.

et donc comptabilisé en charge, aucun retraitement n’est à opérer. Mohamed RAMI 60 P rojet de
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 4 IAS 16 : IMMOBILISATIONS CORPORELLES

I . L’evaluation initiale des immobilisation corporelle

I . L’evaluation initiale des immobilisation corporelle Un élément d’immobilisation corporelle doit être

Un élément d’immobilisation corporelle doit être comptabilisé en tant qu’actif lorsque :

- il est probable que les avantages économiques futurs associés à cet actif iront à

Juste valeur Coût de revient
Juste valeur
Coût de revient
à cet actif iront à Juste valeur Coût de revient l’entreprise ; - le coût de

l’entreprise ;

- le coût de cet actif pour l’entreprise peut être évalué de façon fiable.

A leur date d’entrée les immobilisations corporelles sont comptabilisées pour les montants

suivants :

ELEMENT VALEUR RETENUE Eléments acquis dans le cadre d’un regroupement d’entreprise Eléments acquis séparément
ELEMENT
VALEUR RETENUE
Eléments acquis dans le cadre d’un
regroupement d’entreprise
Eléments acquis séparément
Eléments produits en interne
Séparation entre la phase de recherche
(charges) et phase de développement
(éventuellement immobilisation)
Immobilisation acquise à titre onéreux
Coût d’acquisition
Immobilisation acquise par voie d’échange
la juste valeur de l’actif donné, sinon celle
de l’actif reçu, ou encore sa valeur
comptable
celle de l’actif reçu, ou encore sa valeur comptable Il est constitué des éléments habituels précisés

Il est constitué des éléments habituels précisés par les normes marocaines, se rajoutent

les éventuels coûts de démantèlement et de remise en état des sites. En effet, ces coûts ne

peuvent être reconnus par le biais de provisions. L'ensemble des coûts sont éventuellement

minorés des subventions publiques affectées à l'investissement (IAS 20 permet d'imputer

directement sur le coût d'entrée le montant de la subvention perçue pour l'acquisition de

l'actif).

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

II . L’approche par composante :

Lorsqu’une immobilisation comprend des composants de durées de vie différentes ou qui procurent des avantages économiques sur des rythmes différents, chacun doit être enregistré de manière séparée et amorti sur sa durée de vie spécifique. Si l'actif est renouvelé globalement à la fin de sa durée d'utilisation l'approche par composants ne s'appliquera pas et n'aura pas d'incidence sur le suivi des immobilisations.

pas d'incidence sur le suivi des immobilisations. A la fin de sa durée de vie, il

A la fin de sa durée de vie, il est mis hors service et décomptabilisé. Le nouvel équipement qui le remplace est lui même enregistré comme un composant de l’immobilisation.

même enregistré comme un composant de l’immobilisation. III . Acquisition par paiement différé : Si le
même enregistré comme un composant de l’immobilisation. III . Acquisition par paiement différé : Si le

III

. Acquisition par paiement différé :

Si le fournisseur d’une immobilisation a consenti des conditions de paiement au-delà des conditions habituelles de règlement, il convient de comptabiliser la valeur actuelle du paiement futur et non la valeur nominale de la facture.

L’évaluation du prix d’acquisition est constatée à la valeur actualisée du prix comptant. L’écart entre la valeur actualisée et le montant du paiement est constaté en frais financiers.

IV

. Capitalisation des frais financiers

La norme IAS 23 stipule que les coûts d’emprunts doivent être comptabilisés en charge dans l’exercice au cours duquel ils sont encourus ; et se prononce ainsi clairement sur la non capitalisation des charges d’emprunt.

sur la non capitalisation des charges d’emprunt. Elle prévoit un autre traitement autorisé pour les charges
sur la non capitalisation des charges d’emprunt. Elle prévoit un autre traitement autorisé pour les charges

Elle prévoit un autre traitement autorisé pour les charges d’emprunt. Ainsi- celles qui sont directement imputables à l’acquisition, la construction ou la production d’un bien et pouvant donner lieu à la capitalisation des charges d’emprunt doivent être immobilisées comme une partie du coût de ce bien. Le montant des charges d’emprunt capitalisés doit être déterminé conformément à la présente norme »

être déterminé conformément à la présente norme » La notion du coût d’emprunt ne se limite

La notion du coût d’emprunt ne se limite pas uniquement aux frais financiers sur emprunts dans la mesure où elle inclut également d’autres frais occasionnés par l’emprunt de fonds comme :

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

4

Les différences de change sur emprunts en devises

4

L’amortissement des coûts accessoires encourus par l’usage de l’emprunt

V . LES DEPENSES ULTERIEURES :

Les dépenses ultérieures relatives à une immobilisation déjà comptabilisée doivent être ajoutées à la valeur comptable de l’actif lorsqu’il est probable que des avantages économiques futurs iront à l’entreprise.

des avantages économiques futurs iront à l’entreprise. Toutes les autres dépenses ultérieures doivent être

Toutes les autres dépenses ultérieures doivent être comptabilisées en charges de l’exercice au cours duquel elles sont encourues.

de l’exercice au cours duquel elles sont encourues. ¤ Coûts des inspections ou de révisions majeures

¤ Coûts des inspections ou de révisions majeures (SIC 23) :

1

des inspections ou de révisions majeures (SIC 23) : 1 Le coût d’une inspection ou d’une

Le coût d’une inspection ou d’une rénovation majeure d’une immobilisation corporelle effectuée à intervalles réguliers doit être immobilisé si l’entreprise a isolé l’élément de l’immobilisation corporelle correspondant à une inspection ou révision majeure et a déjà amorti cet élément pour refléter la consommation des avantages qui seront remplacés par une inspection ou une révision majeure ultérieure. Si non, le coût de l’inspection ou révision majeure est comptabilisé en charges.

La norme prévoit qu'il est possible d'intégrer comme élément distinct les dépenses d'entretien faisant l'objet de programmes pluriannuels de grosses réparations ou de grandes révisions. Cette approche, conforme à l’IAS 37 (Passifs) interdit le provisionnement pour grosses réparations.

interdit le provisionnement pour grosses réparations. Dans le cadre de l'IFRS 1, cela se traduira par
interdit le provisionnement pour grosses réparations. Dans le cadre de l'IFRS 1, cela se traduira par

Dans le cadre de l'IFRS 1, cela se traduira par l'analyse des charges d'entretien et de maintenance des exercices précédents pour mettre en évidence les frais correspondant aux renouvellements de composants qui devront être activés distinctement au bilan d'ouverture en norme IFRS.

distinctement au bilan d'ouverture en norme IFRS. 2 ¤ provisions pour Démantèlement : IAS 16 révisée

2 ¤ provisions pour Démantèlement :

IAS 16 révisée en 1998 précise que le coût estimé de démantèlement et de transport d’une immobilisation corporelle et le coût de rénovation du site ( à condition qu’ils soient

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

comptabilisés en tant que provision conformément à IAS 37) sont des composantes du coût d’une immobilisation corporelle lors de son évaluation initiale. La prise en charge de ces coûts est ainsi étalée sur la durée d’amortissement de l’immobilisation.

VI. l’évaluation postérieure à la comptabilisation initiale

l’évaluation postérieure à la comptabilisation initiale L’évaluation des immobilisations au coût historique est

L’évaluation des immobilisations au coût historique est le traitement de référence. La réévaluation des immobilisations corporelles est cependant autorisée.

des immobilisations corporelles est cependant autorisée. L’immobilisation doit être réévaluée à sa juste

L’immobilisation doit être réévaluée à sa juste valeur qui correspond à la valeur du marché. En l’absence de valeur de marché, on peut prendre comme critère le coût de remplacement du bien net d’amortissement.

a - Plus-value :
a - Plus-value :

Selon L’IAS 16, la réévaluation est possible mais elle doit être régulière (périodicité de 3 à 5 ans) et concerner toute une classe d’immobilisations de la même catégorie. L’écart de réévaluation peut être transféré en réserve au lieu de transiter par le compte de CPC.

La contrepartie de l’augmentation de la valeur nette comptable provenant de la réévaluation des immobilisations corporelles doit être portée en capitaux propres sous le libellé « écart de réévaluation ». Néanmoins, si cette augmentation correspond à une moins- value imputée sur le résultat lors d’une réévaluation antérieure ; dans ce cas la contrepartie de cette augmentation pourra être imputée sur l résultat, en tant que produit, à concurrence de la perte antérieure comptabilisée en charge.

de la perte antérieure comptabilisée en charge. b - Moins-value : Lorsque la valeur d’un actif
de la perte antérieure comptabilisée en charge. b - Moins-value : Lorsque la valeur d’un actif
de la perte antérieure comptabilisée en charge. b - Moins-value : Lorsque la valeur d’un actif

b - Moins-value :

Lorsque la valeur d’un actif diminue à la suite d’une réévaluation, la moins-value constatée est comptabilisée en charge.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

c - La constatation de la réévaluation :

L’augmentation est créditée en capitaux propres (écart de réévaluation) Augmentation de la valeur comptable de
L’augmentation est créditée en capitaux propres (écart de
réévaluation)
Augmentation de la valeur
comptable de l’actif
Si elle compense une réévaluation négative, elle est
comptabilisée en produit à la limite du montant de cette
perte. L’excédent est comptabilisé en capitaux propres
La diminution est imputée en capitaux propres sur l’écart
Diminution de la valeur
comptable de l’actif
de réévaluation à la limite de sa valeur.
L’excédent est comptabilisé en charges
Exemple :
Juste
Enregistrement des variations
Période
Variation
valeur
Capitaux propres
Produits
Charges
N
100
N+1
120
20
20
N+2
90
-
30
- 20
- 10
N+3
80
- 10
- 10
N+4
105
25
5
20

d

- Cas des immobilisations constituées de plusieurs composants distincts :

L’immobilisation sera réévaluée comme un ensemble. Ensuite, l’écart de réévaluation

sera réparti sur les différents composants, au prorata de leur valeur brute ou de leur valeur

nette. La démarche est comparable à celle qui est mise en uvre pour passer ou reprendre

une dépréciation (IAS 36).

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

VII . AMORTISSEMENTS :

Toute immobilisation est amortissable si sa durée d’utilité est limitée, les dotations aux amortissement sont inscrites en charges, et ce sur la base amortissable obtenue en retranchant la valeur résiduelle du coût de l’actif et sont réparties sur la durée d'utilité.

Le montant annuel de dotation aux amortissements doit refléter le rythme de la consommation des avantages économiques attendus de l’investissement. En conséquence, l'amortissement doit être le reflet de l'utilisation de l'actif combiné de l'effet éventuel de l'obsolescence technique, des limites juridiques, de l'usure physique et d'autres paramètres pouvant apparaître.

de l'usure physique et d'autres paramètres pouvant apparaître. Mohamed RAMI 66 P rojet de F in
de l'usure physique et d'autres paramètres pouvant apparaître. Mohamed RAMI 66 P rojet de F in
de l'usure physique et d'autres paramètres pouvant apparaître. Mohamed RAMI 66 P rojet de F in
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 5 IAS 17 : LES CONTRATS DE LOCATION

A ] DEFINITIONS

SECTION 5 IAS 17 : LES CONTRATS DE LOCATION A ] DEFINITIONS L’IAS 17 définit le

L’IAS 17 définit le contrat de location tel une convention par laquelle le bailleur cède au preneur, pour une période déterminée le droit d’utiliser un bien moyennant le versement d’un loyer.

d’utiliser un bien moyennant le versement d’un loyer. Un contrat de location-financement est un contrat ayant

Un contrat de location-financement est un contrat ayant pour effet de transférer substantiellement au preneur les avantages et les risques inhérents à la propriété d’un bien, que la propriété soit ou non finalement transférée.

que la propriété soit ou non finalement transférée. Un contrat de location exploitation est tout contrat

Un contrat de location exploitation est tout contrat financement.

B

autre qu’un contrat de location-

] Champ d'application

L’ensemble des accords et contrats qui transfèrent le droit d'utiliser des actifs Y compris les contrats de location, transactions de cession bail, contrats de prestations de services qui englobent le transfert d’utilisation d’un actif.

qui englobent le transfert d’utilisation d’un actif. Sont exclus du champ d’application : ¯ Les contrats
qui englobent le transfert d’utilisation d’un actif. Sont exclus du champ d’application : ¯ Les contrats

Sont exclus du champ d’application :

¯
¯

Les contrats de location portant sur l'exploration ou l'utilisation de ressources naturelles ;

¯ Les accords de licence portant sur des films cinématographiques, des pièces de théâtre, des brevets et des droits d'auteur (IAS 38)

¯ Immeubles de placement (IAS 40)

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

C ] comptabilisation

IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS C ] comptabilisation Un contrat de location est classé en contrat
IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS C ] comptabilisation Un contrat de location est classé en contrat

Un contrat de location est classé en contrat de location-financement ou en contrat de location simple en fonction de sa substance. Les contrats de location-financement doivent être capitalisés, il y a comptabilisation obligatoire en charges des contrats de location simple. Le profit ou la perte sur opération de cession-bail est immédiatement comptabilisé en résultat seulement si la transaction débouche sur un contrat de location simple.

la transaction débouche sur un contrat de location simple. D ] Première application : En application
la transaction débouche sur un contrat de location simple. D ] Première application : En application

D ] Première application :

En application des dispositions de l’IFRS1, il y a lieu de :

- vérifier si les contrats existants répondent aux critères avancés par la norme.

- Réajustements de la comptabilisation des actifs répondants à ces critères.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

Exemple :

Soit un contrat aux caractéristiques suivantes :

v

date d’acquisition

01/05/02

v

Valeur vénale

10000

v

Durée de vie

5 ans

v

Taux

6%

v

Durée du contrat

5 ans

v

Annuité

2374

v

date de remboursement du capital : fin de période

v date de remboursement du capital : fin de période Tableau de remboursement : Année Annuité

Tableau de remboursement :

Année Annuité Capital Intérêts 1 2374 1774 600 2 2374 1880 494 3 2374 1993
Année
Annuité
Capital
Intérêts
1
2374
1774
600
2
2374
1880
494
3
2374
1993
381
4
2374
2113
261
5
2374
2240
134
Immobilisations
10000
Fournisseurs d’immobilisations
L’inscription de l’actif
Fournisseurs d’immobilisations
1774
Réserves
Remboursement de la dette
DEA des immobilisations
2000
Amortissements des immob.
Réserves
1333.33
Amortissements des immob.
1333.33=( 8/12)* 10.000 / 5
Constatation des dotations antérieures

10000

1774

2000

1333.33

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 6 IAS 40 : LES IMMEUBLES DE PLACEMENT

1) DEFINITIONS

Sont considérés comme immeubles de placement :

DEFINITIONS Sont considérés comme immeubles de placement : ¤ Les terrains détenus pour valoriser le capital

¤ Les terrains détenus pour valoriser le capital à long terme ;

¤ Les terrains détenus pour une utilisation future actuellement indéterminée ;

¤ Les biens immobiliers appartenant à l’entreprise loués en location simple ;

appartenant à l’entreprise loués en location simple ; ¤ Les biens immobiliers vacants détenus en vue
appartenant à l’entreprise loués en location simple ; ¤ Les biens immobiliers vacants détenus en vue

¤ Les biens immobiliers vacants détenus en vue d’être loués en location simple.

Sont en revanche exclus du champ d’application de cette norme :

q

q

q

q

L’immobilier de production et les sièges sociaux (IAS 16) ;

Les biens immobiliers en cours de construction pour des tiers (IAS 11) ;

Les biens destinés à être vendus dans le cadre de l’activité ordinaire (IAS 2) ;

La participation détenue par un preneur dans le cadre d’un contrat de location simple (IAS 17).

2) L’évaluation et comptabilisation initiale

L’évaluation se fait au coût qui comprend le prix d’achat et les dépenses directement attribuables (honoraires juridiques, droits de mutation, autres coûts de transaction…). Par contre sont exclus du coût, les coûts de démarrage (sauf ceux nécessaires pour mettre le bien en état de fonctionnement), les pertes d’exploitation initiales encourues avant que l’immeuble de placement n’atteigne le niveau prévu d’occupation et les dépenses anormales supportées du fait d’un gaspillage de main d’ uvre, matériaux…

fait d’un gaspillage de main d’ uvre, matériaux… Pour les immeubles déjà construits, l’évaluation
fait d’un gaspillage de main d’ uvre, matériaux… Pour les immeubles déjà construits, l’évaluation
fait d’un gaspillage de main d’ uvre, matériaux… Pour les immeubles déjà construits, l’évaluation

Pour les immeubles déjà construits, l’évaluation initiale ressort comme le coût à la date d’achèvement de la construction ou de l’aménagement.

Dans le cas des immeubles de placement en location, comptabilisés par le preneur comme pour une location financement, on applique la norme IAS 17, soit le montant le plus

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

faible entre la juste valeur des intérêts détenus dans l’immeuble, et la valeur actualisée des paiements minimaux au titre de la location.

Remarque :

Il existe une ligne spécifique « Immeubles de placement » à présenter au bilan.

3) évaluations postérieures

» à présenter au bilan. 3) évaluations postérieures IAS 40 propose un choix entre deux méthodes

IAS 40 propose un choix entre deux méthodes de comptabilisation et d’évaluation des immeubles de placement :

et d’évaluation des immeubles de placement : © La juste valeur : Ces immeubles sont évalués

© La juste valeur : Ces immeubles sont évalués à la juste valeur et les variations de juste valeur sont comptabilisées en résultat ; © Le coût historique : Ils sont évalués à leur coût diminué du cumul des amortissements et des pertes de valeur. Dès lors qu’une entreprise choisit une des deux méthodes, elle doit l’appliquer à l’ensemble de ses immeubles de placement.

l’appliquer à l’ensemble de ses immeubles de placement. Remarque : Les changements de modèle sont permis

Remarque : Les changements de modèle sont permis seulement s'il en résulte une présentation plus appropriée. En effet, seul le passage du modèle du coût au modèle de la juste valeur est possible. L’évaluation à la juste valeur est applicable à tous les immeubles de placement. Le recours à des évaluateurs indépendants est encouragé.

4) la juste valeur des immeubles de placement

encouragé. 4) la juste valeur des immeubles de placement La juste valeur est le montant pour
encouragé. 4) la juste valeur des immeubles de placement La juste valeur est le montant pour

La juste valeur est le montant pour lequel un actif pourrait être échangé entre des parties bien informées, consentantes et agissant dans des conditions de concurrence normale. Cette valeur doit refléter l’état réel du marché et les circonstances existantes à la clôture (et non ceux à une date passée ou future). Cette valeur exclut les coûts futurs, c’est-à-dire les coûts de transaction qui peuvent survenir lors de la vente ou de la sortie de l’immeuble et/ou les dépenses d’investissements futurs qui amélioreront le bien immobilier. Les variations de la juste valeur doivent être comptabilisées dans le compte de résultat (contrairement à la méthode de la réévaluation dans IAS 16, Immobilisations Corporelles, où les augmentations de juste valeur sont imputées sur les capitaux propres).

augmentations de juste valeur sont imputées sur les capitaux propres). Mohamed RAMI 71 P rojet de
- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

5) Dispositions de première application :

L’impact de la première application de la norme IAS 40 est imputé sur les réserves d’ouverture de l’exercice d’adoption, mais les entreprises peuvent également l’imputer sur les réserves d’ouverture du premier exercice présenté et retraiter les données comparatives en conséquences.

Exemple :

les données comparatives en conséquences. Exemple : Une société détient une carrière, qui est louée dans
Une société détient une carrière, qui est louée dans le cadre d’un contrat de location
Une
société détient une carrière, qui est louée dans le cadre d’un contrat de location
Amortissements
Amortissements
fin
Dotation
de
Valeur brute
fin 2002
2003
l’exercice 2003
30 000
1100
1900
800
ECRITURE DE PASSAGE :
2360
Immeubles de placement
30 000
2314 Terrains de Gisements
30 000
Reclassement de l’immeuble
2931
Amortissements/Terrains
1100
2936 Amort.Immeubles Placement
1100
Reclassement des Amort. Antérieurs
2931
Amortissements/Terrains
800
61943 D.E.A des terrains
800
Annulation de la dotation sur terrains
619436 D.E.A des Immeubles de placement
800
2936 Amort.Immeubles Placement
800
Dotation sur l’immeuble

simple. Ce terrain présente les caractéristiques suivantes :

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

SECTION 7 IAS 32&39 : LES INSTRUMENTS FINANCIERS

A - Définitions des Actifs et passifs financiers

FINANCIERS A - Définitions des Actifs et passifs financiers Les actifs financiers se définissent comme de

Les actifs financiers se définissent comme de la trésorerie, ou droits contractuels à recevoir d'autres actifs financiers (exemple : titres de dette, prêts, créances), ou comme le droit d'échanger d'autres instruments financiers dans des conditions potentiellement favorables (exemple : primes d’option) et enfin comme des instruments de capitaux propres d'une autre entreprise (exemple : actions à l’exception des titres de filiales, entreprises associées et coentreprises compris dans le champ de la consolidation).

et coentreprises compris dans le champ de la consolidation). Les passifs financiers se définissent comme une

Les passifs financiers se définissent comme une obligation contractuelle de remettre de la trésorerie ou un autre actif financier (exemple : dépôt, dette fournisseur, emprunt bancaire ou obligataire classique), ou comme un échange d’instruments dans des conditions potentiellement défavorables (exemple : dérivés) ou encore comme un contrat qui sera ou pourra être réglé par la remise d’instruments de capitaux propres de l’entité.

Les capitaux propres sont un contrat mettant en évidence un intérêt résiduel dans une entreprise. Certains instruments présentent à la fois les caractéristiques d’une dette et d’un instrument de capitaux propres. IAS 32 introduit la notion d’instrument hybride avec la séparation obligatoire des deux composantes à l’initiation.

obligatoire des deux composantes à l’initiation. Un dérivé se caractérise par trois éléments : une
obligatoire des deux composantes à l’initiation. Un dérivé se caractérise par trois éléments : une
obligatoire des deux composantes à l’initiation. Un dérivé se caractérise par trois éléments : une

Un dérivé se caractérise par trois éléments : une fluctuation de la valeur en fonction de l'évolution d'une variable spécifique (sous-jacent), un investissement initial net nul ou faible comparé à d'autres instruments réagissant de façon analogue aux évolutions de marché et un règlement à une date future.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

B - Classification des instruments financiers :

Selon les normes IAS, une classification précise des instruments financiers détermine leur mode de comptabilisation.

La norme IAS 39 répartit les instruments financiers actifs en quatre catégories qui ne recoupent pas systématiquement les intitulés du PCG marocain :

1) Actifs et passifs de transaction

du PCG marocain : 1) Actifs et passifs de transaction Sont les actifs obtenus en vue

Sont les actifs obtenus en vue de réaliser des profits à court terme grâce à des fluctuations de marché ou à la réalisation d’une marge sur la transaction. Cette catégorie correspond généralement aux valeurs mobilières de placement visées par le CGNC ainsi qu’à tous les instruments financiers dérivés actifs ;

2) Actifs disponibles à la vente 3) Prêts et créances émis par l'entreprise
2) Actifs disponibles à la vente
3) Prêts et créances émis par l'entreprise

Sont les actifs financiers qui n’entrent dans aucune des catégories précédentes. Les titres de participation non consolidés, les autres titres immobilisés entrent généralement dans cette catégorie.

Provenant de l’activité de l’entreprise sont les actifs créés par l’entreprise en contrepartie de l’attribution directe de cash, de biens ou de services et qui n’entrent pas dans la catégorie des instruments de transaction. Il s’agit principalement des créances clients et des prêts consentis directement aux particuliers et aux entreprises, notamment par les banques ;

particuliers et aux entreprises, notamment par les banques ; 4) Titres détenus jusqu'à l'échéance Sont les
particuliers et aux entreprises, notamment par les banques ; 4) Titres détenus jusqu'à l'échéance Sont les
particuliers et aux entreprises, notamment par les banques ; 4) Titres détenus jusqu'à l'échéance Sont les

4) Titres détenus jusqu'à l'échéance

Sont les actifs financiers ayant une échéance déterminée et que l’entreprise a l’intention et les moyens de conserver jusqu’à cette date. Cette catégorie vise en premier lieu les emprunts sans risque détenus par les banques afin de satisfaire à leurs ratios de solvabilité ;

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

c - Principes de valorisation

L’évaluation initiale des instruments financiers est la juste valeur de la contrepartie donnée ou reçue. Généralement il s’agit du coût d'acquisition, incluant les coûts de transaction (coûts marginaux directement attribuables à l'acquisition/émission, commissions, frais de courtage) sauf pour les instruments financiers évalués à la juste valeur avec les variations de juste valeur en résultat. Dans ces coûts sont pris en compte les coûts internes de fonctionnement directement attribuables à l’acquisition/émission. La juste valeur est la valeur d'une transaction effectuée à des conditions de concurrence normale, et est différente d'une valeur de liquidation qui n’est pas prise en compte des coûts de transaction engagés pour liquider les positions.

coûts de transaction engagés pour liquider les positions. 1) La méthode de la juste valeur :
coûts de transaction engagés pour liquider les positions. 1) La méthode de la juste valeur :

1) La méthode de la juste valeur :

liquider les positions. 1) La méthode de la juste valeur : D - METHODES D’EVALUATION :

D - METHODES D’EVALUATION :

A chaque catégorie d’actifs ou de passifs financiers définie précédemment correspond une méthode de comptabilisation :

Elle conduit à réévaluer les actifs et passifs à chaque arrêté à hauteur de leur “juste valeur”, c’est à dire si possible par référence à une cotation sur un marché actif. A défaut, la norme prévoit des méthodes d’évaluation alternatives dont la liste, non limitative, prévoit entre autres la valeur actuelle des cash flows attendus et les modèles d’évaluation probabilistes de type binomial ou Blacks & Scholes.

probabilistes de type binomial ou Blacks & Scholes. La méthode de la juste valeur s’applique aux
probabilistes de type binomial ou Blacks & Scholes. La méthode de la juste valeur s’applique aux
probabilistes de type binomial ou Blacks & Scholes. La méthode de la juste valeur s’applique aux

La méthode de la juste valeur s’applique aux actifs et passifs de transaction et aux actifs disponibles à la vente. Pour les actifs ou les passifs de transaction, la réévaluation s’opère par contrepartie du résultat. Pour les actifs disponibles à la vente, cette réévaluation s’opère directement par capitaux propres jusqu’à ce qu’ils soient cédés : le montant cumulé inscrit en capitaux propres est alors transféré au compte de résultat.

- - LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS
- -
LE PASSAGE AU REFERENTIEL IAS/IFRS : ETUDE & RETRAITEMENTS

2) La méthode du coût amorti :

Elle consiste à enregistrer initialement une créance ou une dette pour le montant net de sa contrepartie en cash (c’est à dire y compris les frais et primes d’émission), et de pratiquer ensuite un amortissement actuariel basé sur le taux de rendement interne des cash flows qui caractérisent l’instrument. La méthode du coût amorti s’applique à tous les instruments financiers autres que les instruments de transaction et les actifs disponibles à la vente.

de transaction et les actifs disponibles à la vente. La norme IAS 39 considère ainsi qu’un

La norme IAS 39 considère ainsi qu’un passif est :

- soit un instrument de dette,

- soit un instrument de capitaux propres.