Vous êtes sur la page 1sur 11

Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Chapitre II
Les régulateurs de charge et les batteries solaires

II.1 Introduction

Le régulateur de charge/décharge est l’électronique entièrement automatique à laquelle


sont reliés le panneau photovoltaïque, la batterie, ainsi que les équipements destinataires de
l’électricité solaire. Sa fonction principale est de contrôler l’état de la batterie. Il autorise la
charge complète de celle ci en éliminant tout risque de surcharge et interrompt l’alimentation
des destinataires si l’état de charge de la batterie devient inférieur au seuil de déclenchement
de la sécurité anti décharge profonde. Prolongeant ainsi la durée de vie de la batterie qui est le
seul composant fragile du générateur photovoltaïque.

II.2 Fonctionnement d'un régulateur MPPT


Dans leurs versions les plus simples, les régulateurs de charge disposent de fonctions
de protection de la batterie (anti-surcharge et anti-décharge profonde), de sécurités internes
d’autoprotection et de protection du système photovoltaïque, d’une sonde de température
intégrée et d’une diode série anti-courants inverses. Ils n’utilisent plus de relais mécaniques.

Figure (II.1) : Conversion d’énergie PV vers batterie

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

On trouve généralement sur leur face avant deux diodes électroluminescentes (LED)
qui renseignent l’une sur l’état de charge de la batterie et l’autre sur l’état de fonctionnement
de tout le générateur et leur propre consommation d’énergie est réduite (faible auto
consommation). La catégorie supérieure de régulateurs de charge modernes gèrent différents
processus de recharge (y compris de régénération périodiques), disposent de la technique de
la modulation de largeur d’impulsion (PWM). Leur fonctionnement est contrôlé par logiciel.
Les modèles les plus perfectionnés sont des gestionnaires très complets de systèmes
photovoltaïques. Outre les minuteries, alarmes, enregistreurs de données ..., dont ils
disposent, ils réalisent un contrôle sophistiqué des composants du système solaire, la mise en
route de groupes électrogènes, le contrôle automatique d’équipements destinataires
principaux et secondaires.

Figure (II.2): Caractéristiques principales du panneau solaire PV.

II.3. Comment choisir un régulateur solaire (MPPT)

Afin d’éviter les surcharges et les décharges trop profondes des batteries, le régulateur
solaire (aussi appelé régulateur de charge ou même contrôleur de charge) gère le niveau
d'énergie stockée dans les batteries :
- il limite la charge quand la batterie est complètement chargée.
- il ralentit la décharge afin d’éviter les décharges profondes.
Il indique en permanence l'état de fonctionnement du panneau solaire et l'état de charge de la
batterie solaire. Cet affichage peut se faire par des LED ou un écran digital. Cet appareil

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

complètement autonome réalise automatiquement toutes les opérations de mesure et de


correction de la charge.

Figure (II.3): quelques régulateurs de charges


Les fonctionnalités classiques des régulateurs solaires sont les suivantes :
- Affichage du niveau de charge et des incidents (surcharge, décharge profonde, court-circuit).
- Protection contre la surcharge, décharge profonde, les courts-circuits.
- Protection des panneaux solaires.
Certains régulateurs solaires proposent des "fonctions avancées" intégrées ou en
option. Les régulateurs solaires MPPT (Maximum Power Point Tracking ou recherche du
point de puissance maximum) permettent de tirer de meilleures performances des panneaux
solaires.
Ce régulateur MPPT a une fonction de balayage, qui parcourt la tension du panneau solaire
pour trouver le point de sortie de puissance maximum. Il peut ainsi adapter la tension délivrée
par le panneau à celle que les batteries solaires peuvent absorber.
Les régulateurs MPPT permettent non seulement d'augmenter la production d'énergie d'une
installation, mais ils prolongent aussi la durée de vie des batteries.

II.4. Avantages et inconvénients d’un régulateur de charge


Bien qu’en principe, il semble que dans une installation de l’énergie solaire
photovoltaïque, on a juste besoin de modules solaires et des batteries, il est un élément clé
dans ces installations qui assure que le processus de charge et de décharge des accumulateurs
sera toujours dans les conditions de fonctionnement correctes.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Ces inconvénients majeurs se posent au midi solaire où les panneaux produisent le


maximum possible de leurs puissances, en absence de récepteurs, supérieurs à la puissance de
charge de batteries, cette différence va être dissipée ou endommage les batteries.
II.5. Différentes technologies des contrôleurs de charge
Au début de l'utilisation du photovoltaïque, deux grandes familles de régulateurs ont
été utilisés : les modèles «shunt» et les modèles «série». Avec l'utilisation de plus en plus de la
technologie courante de microprocesseurs, de nouvelles techniques et des paramètres de
contrôle sont très dispersés.
II.5.1 Régulateur shunt « tout ou rien »

Figure (II.4):Schéma d'un régulateur shunt.


Le courant du panneau solaire est envoyé dans un interrupteur en parallèle avec la
batterie lorsque celle-ci atteint sa pleine charge.
Le principe de fonctionnement est un simple aiguillage : tout le courant délivré par les
panneaux photovoltaïques, passe normalement dans les batteries jusqu’à ce que le seuil de
coupure soit atteint.
Alors, le courant est dérivé dans l’interrupteur équipé d’une diode. Cette diode joue également
le rôle de blocage du courant nocturne pouvant « s’écouler » des batteries. L’interrupteur le
plus souvent utilisé est un MOSFET à faible résistance de passage, plus intéressant qu’un
transistor bipolaire qui dissipe trop d’énergie.
II.5.2 Régulateur shunt linéaire
Ce type de régulateur maintient une tension constante aux bornes des batteries
lorsqu’elles atteignent leur pleine charge. L’avantage est que la charge totale des batteries est
garantie. L’inconvénient, c’est que la puissance non utilisée provenant des panneaux

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

photovoltaïques doit être dissipée par un transistor en parallèle, ce qui limite ce type de
régulation aux petits courants.
II.5.3 Régulateur série « tout ou rien »
Ce type de régulateur est très répandu et a supplanté le régulateur shunt. L’interrupteur
de charge est ici en série avec les batteries et il s’ouvre lorsque la fin de charge est atteinte. La
différence avec la technique « shunt », c’est que le relais peut être commutant en laissant
passer le courant vers un autre récepteur. Cette propriété permet d’utiliser la totalité de la
puissance solaire en alimentant un récepteur auxiliaire (ventilation, pompage, chauffage en
pays froid).
II.5.4 Régulateur série linéaire :
Dans ce modèle, on ajoute une source de courant parallèle avec l’interrupteur pour
réaliser l’égalisation des batteries par flottement : un transistor contrôlé par une simple
résistance en série avec une diode. Le désavantage par rapport au type « shunt » est que
l’interrupteur, selon sa résistance de passage, ajoute une chute de tension supplémentaire entre
les panneaux et les batteries.
II.5.5 Régulateur MPPT :
Dans ce régulateur, un circuit électronique mesure en permanence la tension et le
courant des panneaux solaires pour tirer de l’énergie au point de puissance maximale MPPT
(Maximum Power Point Tracking). Ceci permet de garantir que le maximum d’énergie sera
récupéré, quels que soient la température et l’ensoleillement. L’avantage de ce genre de
régulateur, est qu’il permet de travailler dans une grande plage de température et ainsi
récupérer l’excès non négligeable de tension en hiver lorsque le point de puissance maximale
peut monter au-dessus de 18 volts dans un système 12 V.
Cette technologie est réservée aux systèmes de plusieurs centaines de Watts pour que le gain
d’énergie compense le prix plus élevé de ce type de régulateur.
II.6.Batteries solaires
II.6.1. Définition de batterie solaire
Une batterie solaire est un appareil destiné à stocker l’énergie électrique produite par
les panneaux solaires photovoltaïques. Le courant qui y entre ou qui en sort est forcément
continu (DC) et non alternatif (AC, comme dans le réseau électrique domestique). Les
batteries sont indispensables dans les installations autonomes car les modules
photovoltaïques ne fonctionnent que quand il y a de la lumière. Pour consommer de
l’électricité le soir ou la nuit, il faut donc que les batteries en aient emmagasiné la journée.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Son fonctionnement de base est identique à celui des autres types de batteries (batterie de
démarrage pour les voitures, batterie de téléphone, …), c’est à dire que l’énergie est stockée
sous forme chimique. Des composants (le plomb et l’acide sont les plus courant) réagissent
entre eux à l’intérieure, ce qui permet d’accumuler ou de restituer de l’électricité au moment
voulu. Cependant, la façon dont on utilise les batteries solaires n’est pas la même, ce qui
implique des technologies différentes.

Figure (II.5) : Batterie solaire.

Par exemple, les batteries de voiture sont fortement sollicitées au démarrage, et se


rechargent ensuite très vite. A l’inverse, les batteries solaires sont vidées lentement, sur de
longues périodes, et sont parfois rechargées quelques jours après seulement. C’est pour cela
qu’elles sont également appelées “batteries stationnaires”, ou “batteries à décharge lente”.
Une batterie de voiture ne peut pas survivre très longtemps à ce traitement. Les batteries des
téléphones ou des ordinateurs portables fonctionnent sur le même principe que les batteries
solaires, mais la quantité d’énergie stockée n’est pas la même. Une batterie de téléphone
stocke quelques Ampères-heures (Ah), alors qu’une batterie solaire peut en stocker
plusieurs centaines. Le terme exact, quand on parle de batterie, est “batterie
d’accumulateurs”. Elles sont en effet constituées de plusieurs éléments (les accumulateurs)
ayant chacun une tension de 2V. Pour obtenir une tension supérieure, ces éléments sont
assemblés en série. On peut trouver des batteries solaires de 2V, 6V, 12V(le plus courant),
24V ou même 48V.
II.6.2 Principe de fonctionnement
En terme de stockage de l’électricité, l’expression « batterie » peut recouvrir des
réalités extrêmement différentes, tant pour la puissance stockée que pour la durée de vie, le
nombre de cycle, l’encombrement des systèmes ou leur impact environnemental. Pour autant,

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

ces différentes solutions partagent le fait de transformer l’énergie électrique en énergie


chimique, et de présenter une électricité immédiatement disponible, sans délai : flexibles et
réactives, les batteries sont en général composée d’une série d’accumulateurs qui permettent
de cumuler la puissance de chaque unité. L’énergie photovoltaïque est stockée dans un
accumulateur ou batterie d’accumulateurs qui est constitué de plusieurs éléments en série.
Chaque élément est un compartiment qui contient la solution électrolytique dans laquelle
trempent des électrodes appelées plaques, elles sont de deux types ; des plaques positives et
les plaques négatives. La tension d’un accumulateur est égale à la somme des tensions de tous
les éléments. La tension d’un élément Velt est d’environ égale à 2 V.

Figure (II.6) : Composants interne d'une batterie solaire.


Pendant la charge, les modules font circuler un courant électrique entrant par la borne
positive, ce courant circule dans touts les éléments en série. Il y a transformation d’énergie
électrique en énergie chimique stockée dans chaque élément.

Figure (II.7) : Batterie en état de charge.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Figure (II.8) : Courbe de charge d'un élément de la batterie solaire.


On peut constater que la charge dépasse le seuil de tension de charge qui est de 2 V.
Par exemple, une batterie de 12V peut atteindre une tension en charge complète de 14 V
environ. Donc, il faut prendre en compte ce phénomène pour la programmation.
Voyons le fonctionnement d’un élément en décharge. Il y a décharge lorsque celui-ci
débite un courant électrique dans un circuit récepteur, l’énergie chimique qui était stockée
dans les éléments est transformée en énergie électrique. Le courant circule dans un récepteur
sous l’effet de la force électromotrice des éléments en série.

Figure (II.9) : batterie état de décharge


Voici la courbe de décharge d’un élément :

Figure (II.10) : Courbe de décharge d'un élément de la batterie solaire.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

II.6.3 Type de batteries solaires


Les batteries « auto » ou les batteries de démarrage, destinées aux automobiles, sont
fabriquées partout dans le monde, dans des volumes très importants, d'où leur faible prix de
vente. Ce sont souvent les seules disponibles, les autres catégories n'étant pas distribuées. Ces
batteries sont constituées d'un grand nombre de plaques fines qui leur permettent de fournir de
fortes intensités au démarrage, pendant quelques minutes seulement. Elles sont conçues pour
être maintenues en permanence chargées et elles résistent très mal aux décharges profondes.
De plus, elles subissent une autodécharge importante. Leur durée de vie en usage solaire varie
de 6 mois à un an, mais elle peut être prolongée jusqu'à deux ans si la profondeur de décharge
est limitée à 20%.

II.6.3.1 Batteries de traction


Elles sont utilisées dans les transpalettes, les chariots élévateurs ou les voitures
électriques. L'épaisseur des plaques est beaucoup plus forte que le cas précédent : elle varie
entre 2 mm et 6 mm. Un alliage Pb-Sb est généralement utilisé pour ce type de batterie.
Ce type de batterie est beaucoup plus adapté aux applications photovoltaïques. Leur durée de
vie peut atteindre sept à huit ans avec des décharges à 80%, mais avec un entretien
impeccable.

Figure (II.11) : Batteries de traction.


II.6.3.2 Batteries stationnaires
A- Batteries stationnaires « ASI »
Elles sont couramment utilisées afin de fournir un courant de qualité (ASI
Alimentation Sans Interruption) pour des relais télécom, des salles informatiques... Ces
batteries sont généralement conçues pour être chargées en permanence par de faibles courants
(courants dits de « floating »), pour n'avoir qu'une faible auto- décharge (1 à 2% / mois), et
pour pouvoir supporter des décharges profondes.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Figure (II.12) : Batterie stationnaire.


Des alliages Pb-Ca sont souvent utilisés pour ce type de batteries.
Sur certaines batteries stationnaires, on privilégiera la capacité à fournir une forte
puissance tandis que d'autres seront construites afin d'avoir une très bonne durée de vie en
cyclage profond et sont donc bien adaptés aux applications photovoltaïques.
B- Batteries « tubulaires »
Les batteries tubulaires stationnaires sont caractérisées par une grande réserve
d'électrolyte au dessus des électrodes ce qui permet un entretien moins fréquent, ainsi que par
une hauteur importante de fond de la batterie sous les plaques qui permet d'éviter le court-
circuit provoqué par les déchets de plaques. Les batteries tubulaires sont souvent utilisées en
tant que batteries stationnaires, mais elles possèdent en plus de très bonnes caractéristiques en
cyclage profond ( 10 à 15 ans d'espérance de vie en application photovoltaïque).

Figure (II.13) : Batterie tubulaire.


Par rapport aux autres batteries ouvertes, les batteries tubulaires souffrent plus de la
stratification de l'électrolyte à cause de leur hauteur. Elles sont vendues sous forme d'élément
de 2V de plusieurs centaines d'A/h.
C- Batterie à recombinaison de gaz (batterie VRLA)
Un des grands inconvénients des batteries « ouvertes » est l'entretien important
qu'elles imposent, en particulier l'ajout régulier d'eau.

28
Chapitre II Les régulateurs de charge et les batteries solaires

Une réponse a été apportée au début des années 80, avec un nouveau type de batteries ne
nécessitant qu'un très faible niveau de maintenance: les batteries à recombinaison de gaz. En
cas de dégazage, l'hydrogène et l'oxygène se recombinent pour former de l'eau. Le taux de
recombinaison varie entre 95% et 99% alors qu'il est inférieur à 30% dans le cas des batteries
ouvertes.
Si la pression interne des gaz devient trop forte, ces batteries disposent d'une vanne-
soupape que relâche les gaz, d'où leur nom anglais : VRLA : Valve Regulated Lead Acid
Batteries.
II.7. Conclusion :
Dans ce chapitre, nous avons présenté les différents types de régulateurs solaires.
Ensuit, on a parlé sur les batteries utilisées dans le domaine photovoltaïque.

28