Vous êtes sur la page 1sur 6

Université Abdelmalek Essaâdi Année universitaire 2013/14

ENSA Tétouan Filière CP, Semestre S4

Module Physique 6
TD de Thermodynamique
Corrigé de la série N°3

Exercice 1:
1) *L’état initial du gaz parfait est décrit par (P0 , V0 , T0 ) avec P0 = 105 Pa et
V0 = 14  = 14 × 10−3 m3 . Le nombre de moles du gaz est n = 1 .
P0 V0 105 × 14 × 10−3
D’après l’équation d’état du gaz parfait, on a: T0 = = = 168.4 K .
R 8.314
La détente isobare se traduit par la transformation suivante :
(P0 , V0 , T0 ) → (P1 = P0 , V1 = 2V0 , T1 )
2P0 V0 105 × 28 × 10−3
La température atteinte est donc: T1 = = = 336.8 K . La compression
R 8.314
isotherme s’effectue ainsi à la température T1 = 336.8 K .

* La compression isotherme est associée à la transformation suivante :


(P1 = P0 , V1 = 2V0 , T1 ) → (P2 , V2 = V0 , T2 = T1 ) . La pression maximale atteinte lors de cette
RT2 RT1 8.314 × 336.8
compression est : P2 = = = −3
= 2 × 105 Pa .
V2 V0 14 × 10
Comme le gaz subit ensuite un refroidissement isochore qui fait baisser sa pression,
la pression maximale atteinte lors du cycle est donc : P2 = 2 × 105 Pa .

* Représentation du cycle dans le diagramme de Clapeyron

(1) détente isobare


P2
(2) compression isotherme
3 2 (3) refroidissement isochore
P0
1

V0 V1 = 2V0 V

1
2) Le travail échangé au cours du cycle est égal à la somme des travaux échangés au
cours de chaque transformation élémentaire : WCycle = W1 + W2 + W3 .
* Calcul de W1 :
La transformation est isobare, donc δW = − PdV = −P0 dV , et
V1
W1 = − ∫ P0 dV = − P0 ( V1 − V0 ) = − P0 V0 = −RT0 . W1 = − RT0
V0

* Calcul de W2 :
RT1
La transformation est isotherme à la température T1 , donc δW = − PdV = − dV , et
V
V0 V0 RT1 V0 1 V 
W2 = − ∫ PdV = − ∫ dV = − RT1 ∫ dV = − RT1 ln  0  = RT1 ln ( 2 ) . W2 = RT1 ln ( 2 )
V1 V1 V V1 V
 V1 
* Calcul de W3 :
La transformation est isochore, donc dV = 0 , ce qui donne δW = −PdV = 0 , d’où W3 = 0 .
Le travail total échangé lors du cycle est donc: WCycle = − RT0 + RT1 ln(2) , soit
WCycle = R ( T1 ln(2) − T0 ) .
Application numérique : WCycle = 540.8 J

Exercice 2:
On peut remarquer que TB = TA , ce qui signifie que l’énergie interne du système qui est
un gaz parfait (donc vérifiant la première loi de Joule) n’a pas varié entre les états A
et B . On peut alors conclure que ∆U A →B = 0 quelque soit le chemin suivi. Cette
conclusion est importante car ∆U A →B = WA →B + Q A → B = 0 entraine que QA →B = − WA → B . Il
suffit alors de calculer les travaux échangés.

* Travail échangé pour le chemin (1)


La transformation A ( PA , VA , TA ) → B ( PB = 3PA , VB ,TA ) est isotherme réversible, donc
 2RTA 
VB VB dV V   P  P 
W1 = ∫ − PdV = −2RTA ∫ = −2RTA ln  B  = −2RTA ln  B  = −2RTA ln  A .
VA VA V
 VA   2RTA   PB 
 P 
 A 
P 
W1 = 2RTA ln  B  = 2RTA ln(3) . Q1 = − W1 = −2RTA ln(3) .
 PA 

* Travail échangé pour le chemin (2)


La transformation A ( PA , VA , TA ) → B ( PB = 3PA , VB ,TA ) est maintenant représentée
dans le diagramme de Clapeyron par une droite passant par les points A et B . Le
travail échangé est positif et il est donné par l’aire de la surface délimitée par cette
droite, les deux droites verticales V = VA et V = VB , et l’axe des V . Cette surface
1 1
est un trapèze, d’où : W2 = (VA − VB )(PB + PA ) . Mais PB = 3PA et VB = VA , ce qui donne
2 3

2
12  4 8 8 8
W2 =  VA  (4PA ) = PA VA = RTA . W2 = RTA . Par conséquent Q2 = − W2 = − RTA .
23  3 3 3 3

* Travail échangé pour le chemin (3)


La transformation A ( PA , VA , TA ) → B ( PB = 3PA , VB ,TA ) se décompose en deux
transformations élémentaires: la première est isochore et la deuxième est isobare.
Seule cette deuxième transformation contribue au travail échangé par le système qui
passe de l’état A à l’état B , travail noté W3 . Ce travail est positif. Il est donné par
l’aire de la surface du rectangle défini par la droite horizontale passant par le point
B , les deux droites verticales V = VA et V = VB , et l’axe des V . D’où
2 
W3 = (VA − VB )PB =  VA  (3PA ) = 2PA VA = 4RTA . W3 = 4RTA . La quantité de chaleur
3 
échangée durant la transformation (3) est alors Q3 = − W3 = −4RTA .

Remarque:
* Le travail et la quantité de chaleur échangés dépendent du chemin suivi, alors que
leur somme n’en dépend pas. Le travail et la quantité de chaleur ne sont pas des
fonctions d’état, bien que leur somme l’est.
* On vérifie ici les inégalités W1 < W2 < W3 qui sont évidentes à partir du diagramme
de Clapeyron représentant les trois transformations (le travail est l’aire de la surface
sous la courbe représentant la transformation).

Exercice 3:
1) * L’équation d’équilibre du piston exprimée suivant la direction verticale (direction
    
du champ de pesanteur) s’écrit : P0Sez + Mgez − P1Sez = 0 où ez est le vecteur
unitaire de la direction verticale dirigé vers le bas et g l’accélération de pesanteur.
Mg
D’où P1 = P0 + .
S
* Le gaz est parfait et la transformation est adiabatique réversible, la loi de Laplace
s’applique. En choisissant le couple de variables thermodynamiques (P, V) , il vient :
5
P0 V0γ = P1V1γ où γ = =1.667 .
3
En substituant l’expression de la pression P1 établie ci-dessus dans cette dernière
1
 γ
 P0 
équation, on obtient : V1 = V0   . D’où l’on tire, sachant que V0 = Sh 0 et
 P0 + Mg 
 S 
1
 γ
 P0 
V1 = Sh1 , que h1 = h 0  . A.N. : P1 =1.5×105 Pa , h1 = 0.157m .
Mg 
 P0 + 
 S 

3
* Pour le calcul de la température T1 , écrivons la loi d’état des gaz parfaits aux états
PV Ph
initial et final. On a : P0 V0 = nRT0 et P1V1 = nRT1 . D’où T1 = T0 1 1 = , soit T1 = T0 1 1 .
P0 V0 P0 h 0
A.N. : T1 = 321K .
* La transformation est adiabatique, l’application du premier principe de la
thermodynamique donne alors: ∆U = U1 − U 0 = W1 + Q1 = W1 . Le gaz est parfait, il obéit
nR PV
donc à la première loi de Joule, d’où W1 = nCVm (T1 − T0 ) = (T1 − T0 ) . Mais n = 0 0 , donc
γ −1 RT0
P0 V0  T1 
W1 =  −1 . A.N. : W1 = 21.1J .
γ −1  T0 

2) *La pression extérieure appliquée au gaz contenu dans le cylindre est :


Mg
Pext = P0 + . Elle demeure constante durant la transformation adiabatique car ni P0 ,
S
ni M changent.
* Le calcul du travail échangé par le système gaz avec l’extérieur durant cette
transformation irréversible se fait par intégration du travail élémentaire échangé,
V1′ V1′
soit : W1′ = ∫ δW = − ∫ Pext δV = −Pext ( V1′ − V0 ) . D’où il vient, en remplaçant les volumes par
V0 V0

leurs expressions en fonction des hauteurs, que : W1′ = − Pext S( h1′ − h 0 ) .


* Une autre expression du travail échangé peut être obtenue par application du
premier principe de la thermodynamique (qui est valable quelle que soit la
transformation réversible ou irréversible). Comme le gaz est parfait et qu’il suit donc
P V  T′ 
la première loi de Joule, il vient : W1′ = ∆U′ = 0 0  1 −1 .
γ−1  T0 
*Les deux égressions différentes du travail échangé et la loi d’état des gaz parfait
fournissent un système de deux équations à deux inconnues. Ainsi, en substituant le
rapport des températures déterminé à partir de la loi d’état, on obtient pour la
P V  P′V′  P Sh  P′h′ 
deuxième expression du travail W1′ = 0 0  1 1 −1 = 0 0  1 1 −1 avec à l’équilibre
γ −1  P0 V0  γ −1  P0 h 0 
P0Sh 0  P1h1′ 
P1′ = Pext = P1 . D’où l’équation en h1′ suivante :  −1 = − P1S( h1′ − h 0 ) . Le calcul de la
γ −1  P0 h 0 
 P + P ( γ −1) 
solution de cette équation linéaire de premier degré en h1′ donne : h1′ =  0 1 h 0 .
 P1γ 
A.N. : h1′ = 0.160m .
P h′
* Le calcul de la température donne T1′ = T0 1 1 . A.N. : T1′ = 328K .
P0 h 0
* Le calcul du travail donne : W1′ = 24.0J .

Remarque : La nature de la transformation influence l’état final et l’échange avec le


milieu extérieur. L’irréversibilité a limité la hauteur de compression de la colonne de

4
gaz dans le cylindre. Ainsi, plutôt que le piston descende jusqu’à une profondeur de
0.157m , il est resté plus haut à la profondeur 0.160m et pour ce faire le système a
consommé plus d’énergie car W1′ > W1 en s’échauffant davantage. Nous avons ici une
manifestation de l’effet des irréversibilités : performances réduites,
surconsommation d’énergie et sur échauffement.

Exercice 4:
1) La mole de gaz parfait subit une transformation isotherme et passe de l’état initial
( P0 , V0 , T0 ) à l’état 1 ( 2P0 , V1 , T0 ) . Puisque la variation de la température est nulle et
que l’on connaît la variation totale de pression durant cette transformation, il y a lieu
d’utiliser comme variables d’état le couple (T, P) pour lesquelles l’expression de la
quantité de chaleur élémentaire est: δQ = CPm dT + hdP . Dans le cas d’un gaz parfait le
coefficient calorimétrique h = − V . D’où δQ = −VdP .
La quantité de chaleur échangée par le gaz durant la transformation ( P0 , V0 , T0 )
→ ( 2P0 , V1 , T0 ) est alors:
2P0 2P0 RT0 2P0 dP
Q=∫ − VdP = − ∫ dP = − RT0 ∫ = −RT0 [ ln(2P0 ) − ln(P0 )] = − RT0 ln(2) . Q = − RT0 ln(2)
P0 P0 P P0 P
A.N. : Q = −1729J

2) Puisqu’il n’y a pas échange de chaleur avec le milieu extérieur, la transformation est
adiabatique. Par hypothèse, elle est réversible et fait passer le système de l’état
initial ( P0 , V0 , T0 ) à l’état 2 ( 2P0 , V2 ,T2 ) . On peut donc appliquer la loi de Laplace:
PV γ = cste . Ici, il vaut mieux l’utiliser sous sa version qui met en jeu la température et
γ−1

la pression, soit P T = cste . D’où P T = P T = 2 P T ⇒ T = 2 T ⇒ T2 = 2


1−γ γ 1−γ
0
γ
0
1−γ
2
γ
2
1−γ 1−γ
0
γ
2
γ
2
γ−1 γ
0
γ
T0 .
A.N. : T2 = 365.7K

3) Calcul des volumes V1 et V2 en fonction de V0 .


Il suffit d’utiliser la loi des gaz parfaits qui s’écrit ici dans le premier cas sous la
V
forme : P0 V0 = RT0 et P1V1 = RT0 , soit P1V1 = P0 V0 ⇒ 2P0 V1 = P0 V0 ⇒ V1 = 0 .
2
Pour le volume V2 , on a: P0 V0 = RT0 et P2 V2 = RT2 , soit
γ−1 γ−1
V0
P2 V2 = 2 γ
RT0 = 2 γ
P0 V0 ⇒ V2 = 1 .
γ
2
1
1
On peut constater, puisque γ > 1 , que < 1 et 2 γ < 2 , ce qui donne V2 > V1 .
γ
Le diagramme de Clapeyron de cette transformation est donné sur la page 6.

5
P

3
P2 = 2P0

1 2
P0

V1 V2 V0 V

4) La transformation (3) est isobare et s’effectue à la pression 2P0 . Elle fait passer le
système de l’état ( 2P0 , V1 , T0 ) à l’état ( 2P0 , V2 ,T2 ) . Elle est représentée par la branche
3 du diagramme de Clapeyron.

* Calcul du travail échangé durant la transformation (3)


La transformation est réversible, donc δW = −PdV . Le travail échangé est :
V2 V2  γ−1   γ−1 
W = ∫ − PdV = −2P0 ∫ dV = −2P0 ( V2 − V1 ) = − P0 V0  2 γ − 1 ⇒ W = − RT0  2 γ − 1 .
V1 V1    
   
A.N. : W = −546.3J .

* Calcul de la quantité de chaleur échangée durant la transformation (3)


Il suffit d’utiliser les coefficients calorimétriques appropriés. En effet, on connaît la
variation de la température et la pression est ici constante, il y a donc lieu d’utiliser la
quantité de chaleur élémentaire sous la forme: δQ = CPm dT + hdP . Ce qui donne pour
cette transformation isobare : δQ = C Pm dT . La quantité de chaleur échangée est
T2
alors : Q = ∫ C pm dT . Pour calculer la chaleur spécifique molaire Cpm , il suffit de se
T0

CPm
rappeler de la relation de Mayer CPm − CVm = R et de la définition γ = , ce qui
C Vm
γR
donne : CPm = .
γ −1
T2 γR γR  γ−γ1 
D’où Q = ∫ CPm dT = ( T2 − T0 ) ⇒ Q = T0  2 − 1 .
T0 γ −1 γ − 1  

A.N. : Q = 1912J .