Vous êtes sur la page 1sur 23

Fiches de physique

Samuel MIMRAM
2000-2001

Table des matières


0.1 Valeurs numériques
π ≈ 3.1416 e ≈ 2.718
ln 2 ≈ 0.693
√ ln 3 ≈ 1.1
√ ln 10 ≈ 2.3
2 ≈ 1.414 3 ≈ 1.732

me ≈ 9.1 · 10−31 kg e ≈ 1.302 · 10−19 C mn ≈ m p ≈ 1.67 · 10−27 kg Na ≈ 6.02 · 1023


−11
G ≈ 6.67 · 10 SI
MTerre ≈ 6 · 1024 kg MSoleil ≈ 2 · 1030 kg T S ≈ 86164 s RS ≈ 42220 km vS ≈ 3079 m/s
9
rT−S = 1 ua ≈ 150 · 10 m T T = 1 an ≈ 365.25 × 86400 s
1 cal = 4.18 J : permet d’élever d’1 K 1 kg d’eau

0.2 Analyse vectorielle




dl = (h1 (q1 , q2 , q3 ) dq1 , h2 (q1 , q2 , q3 ) dq2 , h3 (q1 , q2 , q3 ) dq3 )
cyl : h1 = 1 h2 = r h3 = 1 sph : h1 = 1 h2 = r h3 = r sin θ

~ = ∂. , ∂. , ∂.
 
Nabla : ∇ ∂x ∂y ∂z
−−−→ → −
d f = grad f · dl
−−−→ ~ f = 1 ( ∂ f ), 1 ( ∂ f ), 1 ( ∂ f )
 
grad f = ∇ h1 ∂q1 h2 ∂q2 h2 ∂q2
−−−→
grad f = ∂∂xf , ∂∂yf , ∂∂zf = ∂∂rf , 1r ∂∂θf , ∂∂zf
∂ f
, 1r ∂∂θf , r sin
1 ∂f
    
= ∂r θ ∂φ
cart cyl sph

~·−
→ ~ ~ h i
~ = lim 1
div A A dS = ∇ ·A= 1 ∂ ∂ ∂
V
V→0 Σ h1 h2 h3 ∂q1 (h2 h3 A1 ) + ∂q2 (h1 h3 A2 ) + ∂q3 (h1 h2 A3 )
~= ∂A x ∂Ay ∂Az 1 ∂(rAr ) 1 ∂Aθ ∂Az
div A ∂x + ∂y + ∂z = r ∂r + r ∂θ + ∂z

−→ ~ ~ ·→
− ~ ∧A
~
H
rot A = lim Σ1 C A dl ~n = ∇
Σ→0
h ~u h2~u2 h3~u3
1 1
−→ ~
rot A = h1 h12 h3 ∂q∂.1 ∂. ∂.

∂q2 ∂q3
h A h A h A
1 1 2 2 3 3
−→ ~  ∂Az ∂Ay ∂Ax ∂Az ∂Ay ∂Ax 
rot A = ∂y − ∂z , ∂z − ∂x , ∂x − ∂y

~2 −−−→
∆f = ∇
 2 f = div( grad f )  
2 2
1 ∂2 f ∂2 f
∆ f = ∂∂x2f + ∂∂y2f + ∂∂z2f = 1r ∂r∂ (r ∂∂rf ) + (r2 ∂∂rf
 
1 ∂
r2 ∂θ2
+ ∂z2
= r2 ∂r
) +...
cart cyl sph
!
~ Σ) =
Flux : φ(A, ~·−
A

dS
−→
(surf fermée : dS vers l’ext)
Σ
 → #
Th de Green-Ostrogradsky : Σ A ~·− ~ dτ
dS = V div A
RQ → −
Circulation : CPQ,A~ = P A ~ · dl
→− ! −→ −→
~ · dl = ~ · dS
H
Th de Stokes : C A rot A
 − → # −−−→
Σ
Formule du gradient : Σ f dS = V grad f dτ
# −→ 
Formule de Kelvin : rot A~ dτ = − ~∧−
A

dS ~ ∧ B)
démo : avec div( A ~
Σ
−−−→ −−−→ −−−→
grad( f g) = f grad g + g grad f
~ =A −−−→
~ · grad ~
div( f A) f + f div A
1
−→ ~ −−−→ ~+ f −→~
rot( f A) = grad f ∧ A rot A
~ ∧ B)
~ =B −

~ · rot A
~−A ~·− →~
div(A rot B
−→ ~ ~
rot(A ∧ B) = ( B ~ ·−−−→ ~
grad)A − (A~·− −−→ ~
grad) B ~ ·A
+ (div B) ~ − (div A)
~ ·B~
−→ −→ ~ −−−
→ ~ ~ ~
rot(rot A) = grad div A − ∆A
−−−→ ~ ~ ~ ·−−−→ ~ −−−→ ~ ~ −→ ~ ~ −→ ~
~ · grad)
grad(A · B) = ( B grad)A + (A B + B ∧ rot A + A ∧ rot B
−→ ~ −→ −−−→
div rot A =0 rot grad f = ~0
−−−→ 1 −~r −~ur
grad( r ) = r3
= r2
H −−→ −−−−→
Vecteur surface : S~ = 1
2 ΣOM ∧ dOM
−→
Angle solide (en stéradians) : dΩ = ~u·rdS
2 = dS rcos
2
θ
= sin θ dθdϕ sphère : 4π st
Au sommet de mesure α d’un cône : Ω = 2π(1 − cos α)

< cos2 t >t =< sin2 t >t = 1


2 < cos t sin t >t = 0

[
Approximation des grandes distances M “loin” de A et B : r B − rA = −a cos θ avec a = AB et θ = BOM
démo : r2B − rA2 ≈ −2ar cos θ et rA + rB ≈ 2a

Conservation de l’énergie, homogénéité de l’espace, isotropie de l’espace


Conservation locale : δχ = δχe + δχc (échange création)
 −→ #
δχe = −( J~χ · dS )dt avec J~χ = ρχ~v δχc = V σχ dτdt
∂ρ
conservation : χ + div J~χ = σχ ∂t

1 Mécanique
˙
1 ∂(r2 θ)
Coordonnées cylindriques : ~v = (ṙ, r θ̇, ż) et ~a = (r̈ − r θ̇2 , rθ̈ + 2ṙθ̇, z̈) on a : rθ̈ + 2ṙθ̇ = r ∂t
(→

ur )0 = θ̇→

uθ et (→

uθ )0 = −θ̇→

ur
2
Coordonnées curvilignes : ~v = ṡT~ et ~a = s̈T~ + ˙ρs N ~ (on a : ṡ = k~vk et T~ = k~~vvk )

a→ = ~a·~v ~v
  2
(d’où ρ = v avec ~a = ~a − ~a )
T v2 k~aN k N T
   
dA~ dA~ ~ R0 /R ∧ A
~
dt = dt +Ω
R R0
~v = →

vr + →−
ve (vitesse d’entrainement / relative) ~ ∧−
avec ~ve = ~v(O0 ) + Ω
−−→
O0 M

− →− →

~a = ar + ae + ac (accélération relative / d’entrainement / complémentaire (de Coriolis))

− ~ −−−→ ~ ~ ∧− −−→
a = dΩ ∧ O 0 M + Ω
e dt ∧ (Ω O0 M)
R
→− ~ ∧→
ac = 2 Ω −
vr
−→ −−−→
Pour un mouvement de rotation : Fie = −m~ae = mω2 HM
−→ ~ ∧→−
Fic = −2mΩ vr

Force dérivant d’un potentiel ⇔ conservative


−−−→
F~ = − grad E p
→− dE
dW = F~ · dl = −dE p P = F~ · ~v = − dtp
−−→ ~ −−→
Moment cinétique : ~L = OM ∧ P = mOM ∧ ~v

→ ~ dL −−→ ~
Moment d’une force : MO (F = dt = OM ∧ F (= ~0 si le mouvement est plan)
Théorème de l’énergie cinétique : ∆Ec = WAB (F) ~
P~ ~ dE p d2 E
Position d’équilibre : F = 0 ou dx = 0 stable : dx2p > 0 / sinon : instable (repos : ~v = ~0)
stabilité : poser x = xéq + ε →  du 

Frottement solide : RT = kRN ou RT ≤ kRN si ẋ = 0


Frottement fluide : F~ = −k~v
Ressort : F~ = −k(~l − ~l0 ) E p = 12 k(l − l0 )2
−−→ P −−→ ~=M−

Centre de masse G : M OG = i (mi OAi ) P VG
Référentiel barycentrique : centré sur G

→ →
−∗
P∗ = ~0 L est le même en tout point

2
−−→ → − −−→ ~
Théorème de Kœnig : L/O = L∗ + OG ∧ P et Ec/O = E∗c + 12 MVG2
Deux points : masse réduite du système : M = µ = mm11+m
m2
2

1.1 Forces centrales


K = GmM
−−→
Constante des aires : C = r 2 θ̇ = k→

r0 ∧ →
− ~
v0 k = kmLk

d~L
démo : aθ = 0 = 1r d(rdt θ) ou bien dt
= MO (O) = ~0)
1
Loi des aires (surface balayée) : dS = 2 Cdt (⇐ dS = 12 r2 dθ) → période

Etablir la loi du mouvement : poser u = 1r - éliminer θ̇ avec θ̇ = C


r2
- calculer ṙ et r̈ avec du
dt = θ̇ du

Formules de Binet :
v2 = ṙ2 + (rθ̇2 )2 = C 2 [( du 2 2
dθ ) + u ] (⇒ Ec )
2 2
ar = r̈ − rθ̇2 = −C [ d u + u]
r2 dθ2

E∗m < 0 : e < 1 : ellipse


E∗m = 0 : e = 1 : parabole
E∗m > 0 : e > 1 : hyperbole
car a = µar = −K r2
E p = −Kr
E∗m = 21 µv20 − rK0 = −K
2a démo : Em = 12 (˙r2 + r2 θ˙2 ) − K
r
éliminer θ˙avec C calculer Em en r = a + c et en r = a − c (où ˙r = 0)
2
p = µCK = ±a(1 − e2 ) (⇒ a avec Em )
2
p = ba e = ac a2 = b 2 + c2
~ =P ~ ∧ ~L − µK→− −

U er = cst direction : grand axe, sens foyer → périastre ; ϕ = arg(U r + iUθ )
3 loi de Kepler : période : Ta3 = 4π2 Kµ ≈ GM
2
4π2 2 µC2 b2
e
R
démo : dS = 21 CT = πab → au carré puis C 2 = baµK car p = K
= a
q √
Vitesses de libération : v1 = GM
2
r0 et v2 =
T
2v1 (car m rv0 = cst)
~ =→ − −→ ~ = −e
Vecteur excentricité : A e − C ~v = cst
θ GM kAk

Éllipse :
2 2
p
équation pol : r = 1+e cos(θ−θ 0)
cart : ax2 + by2 = 1
OF = c FP = a − c OC = b F M + F 0 M = 2a FA = a + c
la bissectrice de F[ 0
MF est normale à l’ellipse

Conservation : du moment cinétique et de E∗m

1.2 Oscillateurs
F = −kX
kX 2
E p(X) ≈ E p(x0 ) + 2 avec X = x − x0 avec x0 : puits de potentiel

Harmonique :

pm
Isochronisme : ω0 indépendant de X0 T= ω0 = 2π K
Em = 21 KX02 + E p(x0 )
Énergie moyenne : Ec = E p = E2m
ω0
Amorti : ω20 = Km h
Q = m (Ffrott = −h ẋ)
ω0 2
ẍ + Q ẋ + ω0 x = 0
Q < 12 : régime apériodique, Q = 12 : critique, Q > 12 : pseudo-périodique, Q → ∞ : périodique
Décrément logarithmique (rapport entre deux max successifs) constant
Plan de phase : ẋ en fonction de x
dE p
dt = (−h ẋ) ẋ = Pfrott < 0

Frottement solide : F~ = −h × sgn ẋ s’il y a mouvement, F~ = ~0 sinon


oscillations centrés sur ± Kh
Oscillateur harmonique forcé : poser X B = xB − xBéq
Résoudre en posant X0 = X0 e jϕ et q = ωω0 = ff0

Oscillations autour de la pos d’équilibre : intégrer Em = cst avec un  de l’E p


 2
1 d2 U
   
1 dr dr
2 m dt + 2 dt 2 (r − r éq ) = 0 → multiplier par dt ...

3
q R T /4
1 2 2(Em −E p (x)) T
Période des oscillations : Em = 2 m ẋ + E p (x) → dx = m dt → 4 = 0
dt = . . .
R θ0 dθ
−θ
√2 2 =π
0 θ0 −θ

1.3 Chocs
Quantités de mouvement : P1 + P2 = cst
Élastique : Ec = cst (Ffrott ≈ 0) mou : Ec , cst
→− → −
Cœfficient de restitution : v01 − v02 = −e(→

v1 − →−
v2 )
0<e<1 e = 1 : élastique e = 0 : parfaitement mou
−→
Sur une surface dure : F~ frott = ~0 ⇒ ~vT = cst ; si élastique : ~v0T = ~vT et ~v0N = −~vN

Choc élastique : ∆~p = 2~p⊥

Il y a conservation : de la quantité de mvt ; si le choc est élastique : de l’E c du syst

1.4 Mécanique du solide


Formule de Gibbs : (~u ∧ ~v) ∧ w
~ = (~u · w
~ )~v − (~v · w
~ )~u
Champ équiprojectif ⇔ antisymétrique (~u · L(~v) = −~v · L(~u)) ⇒ :

→ −
→ →− −−→
Torseur : MP = MQ + R ∧ QP
→− −−→
Vecteur lié : (A, ~u) ⇒ glisseur : G P = ~u ∧ AP couple : torseur uniforme

→ − →0 − → ~0 − → ~
Comoment (ici noté ⊗) (indép de M) : M ⊗ M = M M · R + M0M · R
R −−→ −−→ R −−→
Centre d’inertie G : GM dm = ~0 et mOG = OM dm
Théorèmes de Guldin :
– Asurf engendrée par la courbe = Lcourbe × Lcercle engendré par G
– Vengendrée par la suf = Asurf × Lcercle engendré par G

~ ∧−
Torseur cinématique (des vitesses) : ~v B = ~vA + Ω
−→
AB
R −−→
Torseur cinétique : σ
~ A = AM ∧ ~v M dm ~ c = ~p = m~vG
R σ ~ ∗A
~A = σ
R −−→
Torseur dynamique : ~δA = AM ∧ ~a M dm ~ d = m~aG
R
        
~ 1 /R) = d~j1 ~k1 ~i1 + d~k1 ~i1 ~j1 + d~i1 ~j1 ~k1 ~ ∧ ~i1 = d~i1
Ω(R dt dt dt ⇒Ω dt ...
R R R
R −−→ −−→
Opérateur d’inertie R: σ
~ O = J(O) ω
~ = R OM ∧ (~ ω ∧ OM) dm R
coef diag : I xx = (y2 + z2 ) dm = d∆2 dm I xy = − S xy dm
Moment d’inertie : J∆ = ~u · J(O)~u rotation autour d’un axe : σ∆ = J∆ ω
Th d’Huygens : J∆ = J∆G + md2 (∆//∆G )
Moments d’inertie :
– sphère : J∆G = 32 mR2
– boule : J∆G = 52 mR2
– disque : J∆G = 12 mR2
– cylindre [creux] : J∆G = [ 21 ]mR2
1
– barre : J∆G = 12 ml2
# 2
#
Calcul de J pour une sphère : d∆2 dm = 3 r2 dm
−−→ ~δA = ~δ∗ + − −→ ∗ −−→
Th de Kœnig : σ ~A = σ ~ ∗ + AG ∧ m~vG AG ∧ m~aG = d~dtσ + AG ∧ m~aG
σA
si A fixe (ds R galil) ou A = G ou ~vA /~vG : ~δA = d~dt
dσA
svt : δA = dt = J ω̇ = J θ̈
~c + ω
Th de Kœnig (att : l’Ec dépend du réftl) : Ec = 21 (~vG · R ~ G ) = 12 (~v ⊗ σ
~ ·σ ~ ) = 12 mvG2 + 21 J∆ ω2 = 12 mvG2 + ECK
−−→ −−→
Th de Kœnig : J (O) ω
~ = J(G) ω
~ + mOG ∧ (~
ω ∧ OG)
P~
Th de la résultante cinétique () : d~
p
dt = fext
−→
Th du moment cinétique () : ~δ = Mext A

4
dEc
Th de l’énergie mécanique () : dt = P = Pint + Pext (ds un réftl galil ou barycentrq)

→ ~
Écrire le  au point d’application des forces de frottement (→ M(R) = ~0)

Ds un réftl galil : ∆Em = WNC syst conservatif : Em = Ec + E p = cst


−−−→ ~
dV = grad V · dl dW = −dV ∆W = −∆V
La puiss des actions int est indép du réftl choisi
−→ ~ R −−→ −
→ ~ ∧−−→
= AM ∧ dF~ = MO + ( dF)
R
Moment d’une force : MA (F) OA

→ ~ −
→ ~
Puissance (dépend du réftl) : P ~ = F~ · ~v M + M M (F)
F ·ω
~ = ~v ⊗ M(F)
−→ −−→
Champ de pesanteur : MO = m~g ∧ GO
−−−→ −−−→
Force pressante : d f~ = − grad Pdτ svt : grad P = ρ~g = M
V~ g = MP
RT ~
g
Condition de roulement sans glissement : ~v I = ~0 → ˙x + rθ˙= 0
Lois de Coulomb (kR ~ t k ≤ f kR
~ n k) :
– si glissement : R~ t opposé à ~v ~ t k = f d kR
kR ~nk
~ t k = f s kR
– sinon : kR ~nk

Liaison parfaite : puiss des actions de contact = 0

2 Électrocinétique
dN
Densité particulaire de porteurs de charge : nm = dτ
Densité de charge mobile : ρm = qnm
Densité de courant en un point : J~ = ρm~v
−→
Charge : dQ = ( J~ · dS )dt
Intensité : dI = dQ ~ −→
dt = J · dS

Conservation de la charge : div J~ + dρdtm = 0


Loi d’Ohm locale : J~ = γ E~ γ : conductivité
I = JΣ = γΣE
U = El = RI avec R = γSl = ρlS ρ = γ1 : résistivité
R −−−→ → − R ~ → − →−
J~ · dl =
R 1
R 1
démo : U = dV = − grad V · dl = E · dl = γ γS
Il
1 γS
Conductance : G = = R l
∆V = RI
Résistances : série (R = R1 + R2 ) / parallèle (G = G 1 + G2 )

2.1 Réseaux linéaires


Lois de Kirchhoff :
– loi des nœuds : i εi Ii = 0
P
– loi des mailles : i εi Ri Ii = k εk ek
P P

Théorème de superposition : la solution du système global est égale à la somme des solutions à un générateur (+ générateurs
dépendants)
VAi /Ri
P P
V /R +I
Théorème de Millman : VN = Pi i 1/R i
(V N = Pi i j )
1/Ri
RB RC
Équivalence triangle-étoile : R0A = RA +RB +RC démo : considérer les cas où i = 0 ds une branche de l’étoile

Symétrie : un point et son symétrique sont au même potentiel → il ne passe pas de courant entre entre eux
Antisymétrie : deux points sur l’axe sont au même potentiel...

Théorème de Thévenin :
– eth : U en sortie ouverte
– Rth : Réq , générateurs éteints (sauf commandés)
r
Pont diviseur de tension : U AB = e R+r

5
Matrice de transfert : (u s , i s ) = M(ue , ie ) matrice impédance : (u s, ue ) = M(i s , ie )

2.2 Réseaux linéaires en régime variable


Condensateurs : q = Cu i = dq du
dt = C dt WE = 21 CU 2
di 1 2
Bobines : U = L dt WB = 2 LI
En régime continu C ⇔ -/- et L ⇔ — ,ω→∞
Continuité de la tension aux bornes de C et du courant qui traverse L
2
Régime variable : ddi2i + ωQ0 dt
di
+ ω20 = 0
Q < 21 : apériodique, Q = 12 : critique, Q > 1
2 : pseudo-périodique, Q → ∞ : périodique
Décrément logarithmique constant

2.3 Régime sinusoidal forcé


1
Impédances : R C: jCω L : jLω
dU
dt = jωU
1 E ω F
Forme canonique : I = et U = 1+ jQ(x− 1 )
1+ jQ(x− 1x )
avec x = ω0 = F0
q x

svt : ω0 = √1LC Q = RL ω0 = R1 CL
Q : facteur de qualité
Us
Fonction de transfert (gain en tension à i s = 0) : H = Ue
Gain : GdB = 20 log kHk phase : ϕ = arg(H)
Bande passante : G (−3 dB) = G√max (20 log( 21 ) ≈ −3) ∆ω
ω0 = 1
Q = ∆F
F0
2
P∞
Séries de Fourier : f (t) = a20 + k=0 [an cos(nωt) + bn sin(nωt)]
RT 2 T
R
an = T2 0 f (t) cos(nωt)dt bn = T 0 f (t) sin(nωt)dt (parité !) ω= 2π
TR
1 T
cplx : f (x) = ∞ i nωx 1
− i bn ) et c−n = 12 (an + i bn ) f (t) e− i kωt dt
P
−∞ cn e cn = 2 (an ck = T 0
√ √
I = Ieff 2 cos(ωt + ϕ) U = U eff 2 cos(ωt + ϕ)
RT
Puissance moyenne : P = T1 0 ui dt = Ieff Ueff cos ϕ
Puissance complexe : P = 12 U · I ∗ (puissance active : P = <(P), puissance réactive : =(P))

Amplificateur opérationnel :
i+e ≈ i−e ≈ 0 v s = µ(v+e − v−e ) = µε µ : gain v s ≤ v smax ⇒ v+e − v−e ≈ 0
dv s
fonctionnement linéaire : τ dt + v s = µε
appliquer le th de Millman aux bornes d’entrée
rétroaction : tjrs sur la borne pour être stable
µ ≈ 105 τ ≈ 10−2 s Re ≈ 1011 Ω Rs ≈ 1 Ω Vsat ≈ 15 V imax ≈ 10 m V
   ...

3 Ondes életromagnétiques
3.1 Équations de Maxwell
~= ρ ~=0 −→ ~ ~ −→ ~ ~
div E ε0 div B rot E = − ∂∂tB rot B = µ0 ( J~ + ε0 ∂∂tE )
µ 0 ε0 c2 = 1 µ0 = 4π · 10−7 SI
Vecteur densité de courant : J~ = ρ~v = ni qi~v
P
(ρ : densité volumique de charge)
∂ρ  −→ # −→ ~
Conservation locale de la charge : div J~ + ∂t =0 ⇐ ∂Q
∂t
=− Σ
J~ · dS = ∂
∂t
( V
ρ dτ) ou div rot B =0

Potentiel vecteur associé à B ~:B~=− →~


rot A
−→ ~
car div rot A =0

−−→ ~ −→ −−−→
Potentiel associé à E~ : E~ = − grad V − ∂∂tA car rot grad V = 0
~ ρ
∆V = − div ∂∂tA − ε0
~=0
Jauge de Coulomb (→ statique) : div A
~+
Jauge de Lorentz (→ propagation) : div A 1 ∂V
=0
c2 ∂t

6
−→ ~ =∇ ~0
Par une transfo de Galilée (~v = cst coli à ~i) : ∇
∂. −
−−→ ~ avec V
~ ·∇ ~ = ~v − ~v0
d.
v · grad)
dt = ∂t + (~ or dt = dt0 donc ∂t∂.0 = ∂.
∂t +V
ρ : invariant f~ = f~0

 −→
Maxwell-Gauss : div E~ = ερ0 ⇒ th de Gauss : Σ E~ · dS = Qεint0

Maxwell-Flux : div B~ =0⇒B ~ à flux conservatif : ~ ·−
B

dS
Σ

− !
−→ ~
Maxwell-Faraday : rot E~ = − ∂∂tB ⇒ loi de Lenz : C E~ · dl = − ∂t∂ Σ B ~ ·−

H
dS
−→ ~ ~
= µ0 ( J~ + ε0 ∂∂tE ) ⇒ th d’Ampère : C B~ ·→

H
Maxwell-Ampère : rot B dl = µ0 I

~ 2 − E~ 1 = σ ~2 − B
~ 1 = µ0 J~S ∧ ~n12
À travers une surface chargée : E ε0 ~
n12 B

3.2 Phénomènes vibratoires


Onde monochromatique : V(t) = V0 cos(ωt + ϕ) (quasi : A0 (t) ≈ cst sur une période)
Addition de 2 ondes isochrones : V 2 = VV ∗ = V021 + V022 + 2V01 V02 cos ∆ϕ
Onde progressive : dépend de t ± cx
h  i
Onde plane progressive : ψ(t − ~uc·~r ) monochromatique : ψ = ψ0 cos ω t − ~uc·~r = ψ0 cos(ωt − ~k · ~r)
les ondes planes se mettent ss la forme : ψ(x, t) = f (t − cx ) + g(t + cx )
Onde sphérique : ψ(r, t) = ψr0 cos[ω(t − cr )]
Onde stationnaire : ψ(x, t) = f (x)g(t)
1 ∂2 ψ
Sont solution de l’éq des ondes : ∆ψ = c2 ∂t2
1 ∂2 (rψ)
démo : mq ∆ψ = r ∂r2
⇒ φ = (rψ) sol de l’éq en dim 1

−→ ~ ~ −→ ~ ~
Éq de Maxwell ds le vide : div E~ = ~0 ~ = ~0
div B rot E = − ∂∂tB rot B = µ0 ε0 ∂∂tE
~E 2~
~ = 12 ∂ E2 ~B 2~
~ = 12 ∂ E2 −→ −→ −
−−→ ~ F)
On en déduit : ∆ c ∂t
∆ c ∂t
µ 0 ε0 c2 = 1 (avec rot rot F~ = grad div F~ − ∆ ~
~k : vecteur d’onde ; coli à la direction de propagation k = 2π ω
λ = c
1
c : célérité ds le vide : c = √ε0 µ0
ω dω
Vitesse de phase : vϕ = k vitesse de groupe : vg = dk

hc
E = hν = λ = kB T

Milieu homogène : ε = εr ε0 µ = µ r µ0 c0 = √εcr µr


√ λ0
Indice de réfraction : n = εr µr λ= n n = vc > 1 air : n = 1, verre : n ≈ 1, 5
2~
Milieu non homogène : ∆ ~ E~ = 2 2
1 ∂ E ~B
∆ ~ = 2 ∂2 B2~
1
v(~r)
v ∂t v ∂t
∆A −−−→
Sols ss la forme ψ(~r, t) = A(~r) exp[i(ωt − ϕ(~r))] avec A(~r) ≈ cst devant ϕ(~r) (phase) : A  k grad ϕk2
−−−→
Approximation de l’optique géom : k grad ϕk = ωv
−−−→ −−−→
d’où : ~k = grad ϕ k~kk = k grad ϕk = ω = 2π v λ
−−−→
grad ϕ ⊥ surf équiphases
Th de Malus : les rayons sont perpendiculaires aux surfaces d’onde
Principe du retour inverse de la lumière
Chemin optique : dL = n ds (AB) = c ∆t
Principe de Fermat : la lumière emprunte le plus court trajet possible (dL = 0)
−−−→
Éq des rayons lumineux d(n~ u)
ds = grad n
−−−→ −−−→ d − −−→ −−−→
démo : mq grad L = n~u avec dL = grad L d~r et d~r = ~u ds puis ds
(grad L) = grad( dL
ds
)
Repère de Frénet : 1 ~ ·−
=N
−−→
grad n
R

Polarisation () : ϕ = ϕy − ϕz avec E x = E x0 cos(ωt − kz) et Ey = Ey 0 cos(ωt − kz − ϕ) :


– sin ϕ > 0 : polarisation elliptique gauche (sens trigo) , sin ϕ < 0 : droite
– ϕ = ± π2 et E x0 = Ey0 : polarisation circulaire gauche (+) / droite (−)
– ϕ = 0 ou π : polarisation rectiligne
 
~ =
Vecteur de Poynting : Π 1 ~ ~
∧B P= ~ ·− → ~ > dS
µ0 E Π dS < P >= <Π
# 
Bilan énergétique : − dW ~ ·−
+ Pcédée à l’ext = V J~ · E~ dτ + Σ Π

dt = Pcédée ds V dS
m

~ + ∂Wm
local : − J~ · E = div Π ∂t

7
σ2 −→ ~E = dq E~ 1 σ− → σ2 −→
Pression électrostatique : 2ε0 dS démo : Π ( )
ds 2
= σ× 2 ε0
dS = 2ε0
dS
~ −→ −→ −→
Pression magnétostatique : J~S ∧ B
2 dS = − 21 µ0 JS2 dS ~ B = J~S ∧
démo : Π
~
B
2
= µ0
2
J~S ∧ ( J~S ∧ dS ) = − µ20 JS2 dS

3.2.1 Réflexion
Sur un métal ⊥ : E ~ = 2E0 sin kx sin ωt ~ey (onde stationnaire) démo : E/ = 0
~ = 2 cos kx cos ωt ~ez
 : B E 0
c
< Wem >t = ε0 E 2 (onde incidente : Wem = 12 ε0 E02 ) démo : Wem = 12 ε0 E2 + 2µ10 B2
σ=0 J~S = 2E 0
cos ωt ~ey
µ0
~
~ 0 = B ) : Pm = ε0 E 2 ~e x
pression de radiation ( B 2

hν hν d~p
Corpusculaire : photon : E = hν ~p = c~n Wem = Nhν ∆~p = c (~
n2 − ~n1 ) dt ∼ force

Isolant : σ = 0 et J~S = ~0 à l’interface → continuité de E


~ et B
~

~ à partir de E~ :  : −
Calcul de B
→~
rot E
~
= − ∂∂tB et vice versa avec 
~ ~ σ ~ ~
Calcul de JS et σ : avec E = ε0 ~n et B = µ0 JS ∧ ~n

3.2.2 Propagation
~ E~ − 12 ∂2 E2~ = ~0 ~B~ − 12 ∂2 B2~ = ~0 −→ −→ ~ −−−→ ~A
~ −∆ ~
∆ c ∂t
∆ c ∂t
démo : rot rot A = grad(div A)
~ =−
B
→~
rot A E~ = −−
−−→
grad V − ∂∂tA
~

~ + 12 ∂V = 0 −→ ~ ~
Jauge de Lorentz : div A c ∂t
avec rot B = µ0 ε0 ∂∂tE
2 2
 : F(u, v) = f (x, t) ; ∂∂x2f − c12 ∂∂t2f = 0 ⇔ ∂x −4 ∂2 F
  
∂. ∂. ∂. 1 ∂.
− 1c ∂t ∂x + c ∂t f = 0 ⇔ c2 ∂u∂v
= 0 avec u = t − x
c et v = t + x
c
 : (~k, E
~ 0, B
~ 0 ) : trièdre direct
Structure locale d’ : la norme est ≈ indép de r et B ~ = 1 ~n ∧ E~
c
∂f ∂f V ~ ~
 : ∂t = −c ∂x A x = c + cst (jauge de L) E⊥B B = Ec
~ = EB 1 2 2 c 2
Π µ0 = cµ0 E ~ n = cε0 E ~n = µ0 B ~n
énergie δ~p
Wem ∼ volume ∼ π = ε0 E 2 (pression) δt = π dΣ ~n
2
Wm = ε0 E 2 = Bµ0 ~ = cWm~n
Π
Densité volumique de quantité de mvt : ~g = ε0 E~ ∧ B
~

~ = E~ 0 exp[i(ωt − ~k · ~r)]
 : E
~
< Π >t = 2µ1 0 E0 B0 = 21 cε0 E02
∂. ~ = − i ~k ∂.
= −1 ∂.
∂t = i ω ∇ démo : ∂x c ∂t  
Revenir en notation réelle pour calculer Π ~ ~ >t = <
ou bien : < Π 1 ~ ~∗
∧B
2µ E


Milieux isolants : ε = εr ε0 et µ = µr µ0 n= ε r µr
Dispersion : c0 = nc avec n(ω)
q
~ = ε E 2 ~n
 : Π µ

Loi d’Ohm locale : J~ = γ E~


~ − µ0 γ ∂ E~ − ε0 µ0 ∂2 E2~ = ~0
Éq de propagation : ∆E ~ − µ0 γ ∂ B~ − ε0 µ0 ∂2 B2~ = ~0
∆B
∂t ∂t ∂t ∂t
~ −
démo : J~ = γ E,
→~
rot B
−→ −→ ~
= . . ., rot rot B
−→ ~
= . . ., rot E~ = − ∂∂tB

Relation de dispersion : k = f (ω) avec l’éq de propagation en cplx


γ
k2 = εµω2 (1 − i εµ )
~
|ε ∂ E |
facteur de qualité : Q = |courant de déplacement| ∂t
|courant de conduction| = | J|
~
k2 = k02 (εr µr )(1 − Qi )
ω
att : a priori, c , k
Onde évanescente : q onde stationnaire atténuée (⇔ k ∈ i R)
2 ~
Effet de peau : δ = µ0 ωγ démo : relation de dispersion en négligeant le courant de déplacement en ( ∂∂tE ) → E = . . . × e x/δ

Ds un plasma, γ avec : J~ = γ E~ = qi vi
P

8
3.2.3 Rayonnement
~ + 12 ∂V = 0
Jauge de Lorentz : div A c ∂t
~A
Éq des potentls : ∆ ~ = 12 ∂2 A2~ ∆V = 1 ∂2 V
c ∂t c2 ∂t2
# ρ(t− rc ) µ0
# ~ r)
J(t−
Solution des potentiels retardés : V(~r 0 , t) = 4πε1 ~ r0 , t) =
r dτ A(~ r dτ
c
0 V 4π V
−−−−→
Dipôle oscillant : q = q0 ei ωt ~s = O− O+ i ωt
 ~p = q0 e ~s
~ r, t) = µ0 ~p˙ (déf)
A(~ V(~r, t) = cos θ p ṗ ∂. ∂. ∂r ∂.
4πr 4πε0 r2 + rc (avec Lorentz et ∂z
= ∂r ∂z
= cos θ ou déf)
∂r
~ r, t) = µ0 sin θ ˙2p + p̈ ~eϕ (avec B ~ =− →~ ~ = −− −−→
  p ṗ p̈
 ~
sin θ ∂A
B(~ 4π r rc rot A) Eθ = 4πε0 r3
+ r2 c
+ rc2
(avec E grad V − ∂t
)

3.2.4 Propagation guidée


À l’intérieur du guide ~ = E~ 0 (x, y) exp[i(ωt − kz)]
d’ondes : E ~=B
B ~ 0 (x, y) exp[i(ωt − kz)] ρ = 0, J~ = ~0
~
 
∂. ∂.
∇ = ∂x , ∂y , − i k
Mq E0 x , E0y , B0 x , B0y s’expriment en fonction de E 0z et B0z et de leurs dérivées spaciales avec  et 
1 ∂2 E z
Écrire les éq de propagation (∆E z − c2 ∂t2
= 0 et en Bz) en cplx
∂2 E 0 z ∂2 E 2
 
∂x2
+ ∂y20 z = k2 − ωc2 E0z ...

Ondes transversales électriques : E 0 z = 0 ; chercher une sol de l’éq de propagation ss la forme B0 z = B0 0 X(x)Y(y)
1 d2 X 2 2 2 2 2
X dx2
+ Y1 ddyY2 = −( ωc2 − k2 ) ⇒ X1 ddxX2 = χ2x et Y1 ddyY2 = χ2y avec χ2x + χ2y = ωc2 − k2 ... χ x = nπ
a ...
Conditions aux limites : E~ t = ~0, B ~ n = ~0, E~ ∧ ~n = , B σ ~ = J~s ∧ ~n
ε0
1
µ0
E~ = E(x, y) ei(ωt−kz) ~ = ~0 ⇒ E(x, y) = E(x)
div E éq de propagation → solution
λp pπ
Modes propres : l = p 2 d’où k p = l

3.3 Optique
Suivant λ(nm) : 0.4 (violet) – 0.56 (jaune) – 0.6 (rouge) – 0.8 : visible
γ – rayons X (10−10 m) – ultraviolet . . . infrarouge – microondes – centimétrq – radio (> 1 km)

Réflexion : θi = θr réfraction (loi de Descartes) : n1 sin i2 = n2 sin i2


continuité des composantes T et N ← Maxwell
Incidence Brewster : tan i B = n2
n1 : seule la composante de E~ ⊥ au plan d’incidence est transmise par réflexion

~
Principe de Frénet → n1~u1 − n2~u2 coli à N démo : introduire O origine ds dL = 0 entre A1 et A2
0
A0 B0
Grossissement : G = αα grandissement : γ = AB
0
Relation de Lagrange-Helmotz : γG = nn
Stigmatisme : deux rayons entrant / sortent /
−−−→ −−−→
pr deux rayons / : L(B0 Bi) − L(A0 Ai ) = cst = ni~ui · Ai Bi − n0~u0 · A0 B0
Sinus d’Abbe (aplanétisme, vertical) : n AB sin α = n0 A0 B0 sin α0
α0
Condition de Hershell (stigmatisme longitudinal) : n AC sin2 α2 = n0 A0C 0 sin2 2
Objet / image réel / virtuel focale, plan focal

Lorsqu’on entre ds un milieux plus réfringeant, le rayon se rapproche de la normale


n2
Dioptre plan : A0 H = tan i
tan r AH ≈ n1AH 
0
Lame à faces parallèles : AA = 0
e n n−n
0

Prisme : A = r + r0
[ sortant)
déviation : (rayon entrant, D = A − (i + i0 ) angles faibles : D = (n − 1)A
condition d’émergence : A − λ ≤ r ≤ λ avec sin λ = 1n et A ≤ 2λ
Penser à : aa0 = bb0 = aa−b
0 −b0

Focale : f = HF et f 0 = HF 0
x = FA, x0 = F 0 A0 p = HA = f + x
0
Vergence : V = −nf = nf 0 (convergente : V > 0)

Dioptre sphérique :
n0 n0 −n 0
n S A0 n0 0
n
S A0 − S A = S C γ = − xf = − xf 0 = n0 S A xx0 = f f 0 f0 = n0 −n S C
f
f0 = − nn

9
n0 0 0
CA0
n
− CA = nCS−n γ = nn0 CA
CA
Lentille mince (S 1 ≈ S 2 ≈ S ) :
−f −x0
1 1 1 1 1
p0 − p = f 0 = (n − 1)( R1 − R2 ) γ= x = f0 xx0 = f f 0 = − f 02 f = −f0 1
f0 = (n − 1)( S 1C1 − 1
S C2 )

n0
Formule de Gullstrand : V = V1 + V2 − dV1 V2 (⇐ γG = n)

Tracé des rayons :


– entre / à l’axe → sort en passant par F 0 et vice-versa
– les rayons passant par O ne sont pas déviés
– des rayons / focalisent sur le plan focal image

Lunette réglée à l’infini : entre / → sort /


f0 f0
Doublet (a, b, c) : deux lentilles : a1 = be = c2
Plan principal objet : rayon horizontal ∩ le rayon émergeant
Points principaux (H) : γ = 1, antiprincipaux (H ∗ ) : γ = −1, nodaux : G = 1

Mirroir : n0 = −n plan : R = S C = ∞

3.4 Interférences lumineuses


Source cohérente : ∆ϕ = cst m̂ source et δ  L (L : lg de cohérence)
I = 21 < ψψ∗ >

2 sources cohérentes : I = I1 + I2 + 2 I1 I2 cos ϕ m̂ I0 : I = 2I0 (1 + cos ϕ)
−Imin
Visibilité (contraste) : V = IImax
max +Imin
Interfrange : ϕ = 2π ou δ = λ
Ordre d’interférence : p = λδ0
−−−−→
Onde sphérique : ϕ = 2π δ ∆ϕ = ~k · S 1 S 2
λ0
~ = ~k2 − ~k1
 de m̂ amplitude : vecteur interférence : K ~ · ~r
ϕ=K interfrange : i = λ
2 sin( α2 )
Utiliser le th de Malus

Loi de Malus : I ∝ cos2 θ (intensité lumineuse transmise)

Trous d’Young : δ = sX D i = λDs (D “assez grand”)


h i
Interférence à 2 ondes de m̂ amplitude : I = Imax
2 1 + cos(2π δ
λ )
R l/2
Fente de largeur l : I(M) = Il0 −l/2 Idy
R νsup
Avec spectre : I = ν kIν (ν)[1 + cos( 2πcδν )]dν
inf
∆ν1/2 c λ2
caractère non monochromatique insensible si : 2πδ c  2π ∆ν1/2  δ ∆λ1/2 δ

Modélisations du spectre de raies (dI = kIν (ν)dν) :


– rectangle
– lorentzienne : Iν (ν) = 1+[2πτc1(ν−ν0 )]2 (gaz à haute pression)
 (ν−ν )2 
– gaussienne : Iν (ν) = exp − 2σ2 0
(effet Doppler)

sinc : x 7→ sinx x 1
fonction d’Airy : x 7→ 1+M sin 2 x
(2)
poser σ = λ1 = νc (nombre d’onde)
Ra h i kx ia
−a
ei kx dx = ei k = 2a sinc ka faire des changements de var pr s’y ramener max pour x ≈ (2p + 1) π2
−a
Longueur de cohérence temporelle lt : D qui annule la première fois la visibilité

Coef de réflexion (reste ds 1) : r12 = ψψ0r = nn11 −n


+n2
2
transmission : t12 = 2n1
n1 +n2
2 2
T =t R=r pas de pertes : T + R = 1
⇒ attention au déphasage de π si r12 < 0 (ex : air / verre)

Michelson : lame d’air (à l’infini) / coin d’air


Ondes transmises à travers une lame pleine : δ = 2ne cos r lame d’air : δ ≈ 2e ≈ 2αx

Lame pleine à l’infini : I = 1+MImax
sin2 ϕ
ϕ = 2π
λ 2ne cos r anneaux : cos r = 2ne
2
r2p
figures d’interférence : avec i ≈ nr r p avec cos r p ≈ 1 − 2 dans ϕ = 2pπ
x2
Anneaux de Newton : ϕ = 2π λ 2e + π e ≈ 2R

10
2
sin(N ϕ2 )

Réseau de N fentes en incidence normale à l’infini : I(M) = NI0 N sin( ϕ2 )

λ
Pouvoir de résolution (sépare les lg d’onde) : PR = ∆λ
Dispersion en différence de phase : Dϕ = dϕ

Battements en intensité : utiliser cos a + cos b = 2 cos( a+b a−b


2 ) cos( 2 )

Principe de Huygens-Fresnel : diffraction : chaque pt atteint par une onde se comporte comme une src secondaire d’onde
! de m̂ pulsation que l’onde incidente et d’amplitude proportionnelle ; rapidement ≈ plane
sphérique
ψ(P) = Σ ψ(M)Q exp(iR kR) dS [Q] = L−1
Diffraction de Fraunhoffer : à l’infini + dioptre plan
−−→ −−→
R = k MPk ≈ r(1 − xX+yY
r2
) r = kOMk M(x, y) P(X, Y) Q indép de R (car R grand)
ψ(M)
Transmittance du diaphragme : t(x, y) = ψ0
! →− −−→
ψ(P) = QR Σ ψ0 t(x, y) exp(− i k · OM) dx dy

− −−→ 2π ~k = 2π ( X ~e x + Y ~ey + Z ~ez )
k · OM = (ux + vy) avec u = X et v = Y
λ r r λ r r r
Max relatif de lumière : u p = p λa
Réseau la transmittance (∈ C) varie périodiquement

− −−→
Déphasage de rayons arrivant / : ϕ = k0 · OM

Fente rectangulaire en diffraction : I(M) = KI0 (ab)2 sinc2 [ λπ (α − α0 )a] sinc2 [ λπ (β − β0 )b]
! −−→ ~ −−→
Réseau de fentes / en transmission : ψ(P) = Kψ0 t(x, y) exp[− i(~k − ~k0 ) · OM] dx dy car ψ(M) = ψ0 ei k0 ·OM
 Nφ 2
sin( 2 )
I = I0 sinc2 [ πε
λ (sin α − sin α 0 )] sin( φ )
2

Formule des réseaux (ϕ = 2πp) :


– en transmission : sin α − sin α0 = p λa = pnλ
– en réflexion : sin α + sin α0 = p λa
a : distance entre 2 fentes n : nb de fentes par unité de lg
Dispersion angulaire : D = dα dλ
Angle de déviation max : D(α0 ) = α − α0 maximal knλ = 2 sin( D2m )

1
4 Champs en r2

F~ = q(E~ + ~v ∧ B)
~

4.1 Électrostatique
1 −12
ε0 ≈ 36π10 9 SI ≈ 8.85 · 10 SI
dq
Charge volumique : ρ = dτ
Densité surfacique de charge : σ = dq ds
Densité linéique de charge : λ = dqdl
Conductivité γ : J~ = γ E~ (loi d’Ohm locale)

Utiliser les symétries / antisymétries th de superposition


q −
Champ électrique : E~ = u−→
4πε0 r2 AB

Plan infini : E~ = 2εσ0 ~n


Disque : E = 2εσ0 (1 − cos α)

Le champ dérive d’un potentiel / la force dérive de l’énergie potentielle


~ = −−
E
−−→
grad V (exprimé ds le repère local en cyl)
→−
Circulation : dC = E~ · dl = −dV C = −∆V
Potentiel électrostatique : V = 4πεq 0 r + cst diverge lorsqu’il y a des charges à l’infini
Énergie potentielle électrostatique : E p = qV
δW = −dE p = −q dV

11
Les lignes de champ sont perpendiculaires aux surfaces équipotentielles, dans le sens des potentiels décroissants
−→
Flux de E~ : dΦ = E~ · dS
Q
Pour une charge ponctuelle : dΦ = 4πε 0
dΩ
Théorème de Gauss : flux à travers une surface fermée : Φ = Qεint0 (ΦG~ = 4πGMint )
H −→
~ Q
⇒ Σ dS · E = ε0 → E → V + cst (cst : par continuité / par le potentiel en O)

Théorème de Gauss local (éq de Poisson) : div E~ = ερ0 ∆V + ρ


ε0 =0
Unicité
 de la solution à l’éq de
 Laplace (∆V 2= 0) 2 
∂2 f ∂2 f ∂2 f
∆ f = ∂x2 + ∂y2 + ∂z2 = 1r ∂r∂ (r ∂∂rf ) + r12 ∂∂θ2f + ∂∂z2f
cart cyl
chercher les sol ss la forme : V(r, θ) = f (r)g(θ) svt : f (r) = Cr α

Méthode des images électriques : placer des autres charges pour “simuler” une équipot (métal)
R2
charge q en B, sphère (O, R) V = 0 ⇔ −λq placée en A tq : d = OA = OB et λ = Rd

~ = K→
Lignes de champ : E

dl ⇔ = rdθ dr
Eθ Er
→−
Équipotentielles : V = cst ou E~ · dl = 0
~2 − E
~2 = σ
Lorsqu’on traverse une surface chargée, discontinuité du champ normal : E ε0 ~
n12
~ σ→− ~ →−
Th de Coulomb : E = n (⇒ σ = ε E · n )
ε0 e 0 e

Positions de Gauss : intersection avec les axes (θ = 2 )

1
Taylor de PM au voisinnage de O :
~ = Q 2−
– distribution pôlaire : V = 4πεQ0 r et E u−−→
4πε0 r GM
→− −−→
P 1 P ·OM
– distribution dipôlaire ( i pi = 0 et G− , G+ ) : V = 4πε 0 OM
3

−−→ −1/2
 
1
– distribution quadripôlaire ( i pi = 0 et G− = G+ ) : calculer AM 2 puis = AM 2
P
AM , faire un 

1 P
Énergie potentielle
# (W pr amener
# les charges à l’∞) : Wélec = 2 i q i Vi (Vi : V en i par les qi, j )
Wélec = 21 V ρV dτ = ε20 E 2 dτ

Dipôles électrostatiques :
−−−−→
~ = QG
Moment dipôlaire : P − G+ 
~r Q G− G+ cos θ

P·~
V = 4πε 0r
3 = 4πε0 r 2 E~ = 2P 4πε
cos θ P sin θ
0 r 3 , 4πε r3
0
 
~ r)~r−Pr~ 2
Écriture intrinsèque : E~ = 4πε1
0
3(P·~
r 5

Énergie potentielle du dipôle : Wd = Q(VA − VB) = −P ~ · E~



−−→
Force exercée par le champ sur le dipôle : F~ = (P~ · grad)E~
−Q2
Énergie propre (de formation) : W = 4πε0 AB
Champ électrique sur le dipôle :

→ → →
− −
– force résultante nulle : F~ = qE0 − qE0 = 0
– couple de moment qui tend à aligner P ~ sur E~ : ~Γ = P
~∧E ~ (~Γ → 0)
−→ σ2 −→ −→ ~
Pression électrostatique : dF = 2ε0 dS (car dF = dq E)

~ ·→

Q
R r2
Capacité d’un condensateur : C = U (U = ∆V) avec V1 − V2 = r1
E dr
Condensateur plan : C = ε0dS
P 1 P
Association de C : série : C = k Ck / /:C = k Ck
1 Q2 1 1 2 qdq
Ep = 2 C = 2 QV = 2 CV (car dE p = C
)

4.2 Magnétostatique
~ =0 −→ ~ ~
div B rot B = µ0 ( J~ + ε0 ∂∂tE )

~=0
Jauge de Coulomb : div A
~A
⇒ éq de Laplace : ∆ ~ + µ0 J~ = ~0

µ0
# J(P)
~
~
Potentiel vecteur : A(M) = 4π −−→ dτ diverge lorsqu’il y a des courants à l’infini
kPMk
~ → I→− ~ →−
µ0
R I dl
Circuit filiforme ( Jdτ dl) : A(M) = 4π C −−→ kPMk
12
~ est uniforme : A(M)
~ ~ −−→
Si B = B∧2OM
! → ! −→ ~ −→ H ~ →
Calculer A~ avec ~ ·−
B dS = Σ rot A

· dS = A · dl sur (r → r + dr) × h
Σ
#
~ =−
B
→~
rot A = µ0 ~
J(P)∧~
u

4π r2
R →

~ = µ0 I
filiforme : relation de Biot et Savart : B dl∧~u
4π C r2
~e − B
B ~ i = µ0 J~S ∧ ~ne
Perpendiculaire au plans de sym, / aux plans d’antisym
R
Pour les poser : xz = tan α
Utiliser des syst équivalents pour les conducteurs (images magnétiques)
~ : parité, div B
 de B ~ et −
~ = 0 (calculer le flux de B) →~
rot B = µ0 J~ = 0

Trièdre direct : B,~ ~I, − −→


AM règle de la main droite
!
~ ·→ − −→
dl = µ0 Σ J~ · dS = µ0 I
H
Théorème d’Ampère : C B
~ = 0 ⇒ flux conservatif
div B
µ0 I
Fil rectiligne infini : B = 2πr
µ0 I
Segment : B = 4πr (sin αB − sin αA )
Spire de courant : B = µ2R 0I
sin3 α (pt d’inflexion à ± R2 )
µ0 IN
Solénoide : B = 2 (cos α1 − cos α2 ) infini : B = µ0 IN
µ0 JS
Ruban : B = πD sin α
~ = 1 µ0 J~S ∧ ~n
Plan infini : B 2

ω
En rotation : dI = dq 2π

Dipôles magnétiques :
−→ ! −→ −→
M = 21 i ~ri ∧ (qi~vi )
P
Moment magnétique : M = Σ I dS

→ −−→ ~ −−→ → − −→ −−→ −−−→
dM = OP∧2 Jdτ = OP∧I 2
dl
démo : dS = 12 OP ∧ dOP


~ µ0 M∧~r
A(M) = 4π r3
(avec la formule de Kelvin)
−−−→ µ0 −M·~ ~ = µ0 5 [3(−
→ −


~ = 2µ0 M cos θ µ0 M sin θ
 
~
B = − grad( 4π r3 ) r
B 3 , 3 B M · ~r )~r − Mr2 ]
4πr 4πr cyl 4πr
−→ ~ −−−→ −
→ −−−→ ~
E p = U L = −M · B force : F~ = − grad UL = (M · grad) B
Moment sur le dipôle : ~Γ = M ~ ∧B ~

Force de Lorentz : F~ = q(E~ + ~v ∧ B)


~ dPL ~ ~
dτ = J · E
Éq locale de Poynting : ∂Wem ~ ~ ~ ~ : vecteur de Poynting
∂t + div Π = − J · E Wem : densité volumq d’énergie magnétq Π
1 2 1
Wem = 2 ε0 E + 2µ0 B 2 ~ = E
Π 1 ~∧B ~ avec div( E~ ∧ B) ~ ·−
~ =B → ~ ~ −→ ~
rot E − E · rot B
µ0
! −

P= Π ~ · dS

Penser à : J~ = γ E~
# #
Énergie magnétique : Wm = 1
2µ0 B2 dτ = 1
2 J~ · A
~ dτ ~ ∧ B)
avec div( A ~ = ...


→ ~ dτ = I→ − ~ →−
Force de Laplace : d f = J~ ∧ B dl ∧ B att : orientation de dl
−−−−→ −
→ −→ −−−−−→
µ0 I 1 I 2 (dl1 ·dl2 ) M1 M2
H H
2 circuits : F1→2 = − 4π C C −−−−−→ 3
1 2 k M1 M2 k
−−−→ µ0
2 fils infinis / : f1→2 = − 4πR I1 I2 ~er
−−−→
déf de l’Ampère : lorsque R = 1 m et I1 = I2 = 1 A, f1→2 = 10−7 N ⇒ µ0 = 4π · 10−7 SI

Pression magnétostatique : Pm = 1
2µ0 B
2
= 21 µ0 J~S2
~ 00 − B
démo : B ~ 00 = µ0 J~S ∧ ~n, B
~ 00 = − B
~ 00 , B
~=B ~ 00 , ~0 = B
~0 + B ~0 + B
~ 00 , B
~ 0 = 1 µ0 J~S ∧ ~n
2 1 2 1 2 1 2

!
Travail des forces de Laplace : WL = IφC = I B ~ ·−→
dS φC : flux coupé dφC = B ~ ·−→
dS
−→ → − → −
dS = (dr ∧ dl)
Théorème de Maxwell : WL = I(φ2 − φ1 ) ~ =0 att : orientation de la normale
#
démo : div B
Énergie potentielle : U L = −Iφ volumique : U L = − J~ · A
~ dτ

→ ~ ~Γ = −
→ ~
dWL = −dUL U L = −M · B M∧B
∂W ∂φ ∂W ∂φ
Fx = ∂x = I ∂x Γ = ∂θ = I ∂θ
µ0
H H −dl→·−dl→
Coef d’inductance mutuelle M : φ1→2 = MI1 UL = −MI1 I2 M = 4π C C
1
r12
2
1 2

13
~ ·→

H
Force électromotrice : e = E dl
~
C fixe dans B variable (induction de Neumann) : loi de Lenz : e = − dφ démo : 
dt
C mobile dans B~ uniforme (induction de Lorentz) : e = − dφC
dt
~ − ∂ A~
~ m = ~v ∧ B ~m · →−
H
Cas général : champ électromoteur : E e= E ∂t dl #
Coefficient d’autoinductance : φp = LI circuit infini, etc : L avec Wm = 21 LI 2 = 2µ1 0 B2 dτ
Pr un circuit filiforme : Wm = 21 φI Wm = 21 i Ii φ j→i
P
M
Deux circuits couplés : k = √L L −1 < k < 1 démo : Wm = 21 φ1 I1 + 12 φ2 I2 ≥ 0
1 2

Couplage électromécanique : 1 éq électrique (U = RI) + 1 éq mécanique (, )


éq méca avec la puiss : J ω̇ × ω = Pc = −ei
Quantité d’électricité induite : qind = − R1 (φ2 − φ1 )

5 Atomistique
hc
Énergie d’un photon : w = hν = λ
h
Longueur d’onde : λ = hp = mv quantité de mvt : p = hν
c

2 2
−e
Force exercée sur l’e- : F = ma = m vr → Em = Ec + E p = 8πε 0r
Condition de quantification (sur le moment cinétique) : L = mvr = n~
ε 0 h2
Rayon de l’orbite n : r = n2 πme 2
2 = n r0 rayon de Bohr : r0 ≈ 5 · 10−11 m
 
Relation de Rydberg : σ = λ1 = Ry n12 − m12
4
Ry = 8εme
2 3 ≈ 1.1 · 10−7 m−1
0h c
E0 = hcRy ≈ 13.6 eV
(z− σ)2
P  Z 2
Règle de Slater : énergie de l’électron : E = n2
E0 = −13.6 eff
n eV
2
n
rayon de l’orbitale : r = Zeff a0 a0 ≈ 53pm



 0 si n2 > n1

 0.35 si n2 = n1


σ21 ≈ 



 0.85 si n2 = n1 − 1
 1 si n2  n1

Principe d’incertitude d’Heisenberg : ∆x∆p x ≥ ~


2
Équation de Schrödinger : HΨ = −~ 2m ∆Ψ + E p Ψ = Em Ψ
∂·
(Em = Ec + E p avec x ↔ ·x et px ↔ i ~ ∂x )
2 ∗
Quantité d’énergie (probabilité de présence) : E = |Ψ| = ΨΨ

n : nb quantique principal l : nb quantique orbital


√ m : nb quantique magnétique
Énergie : E = En20 moment cinétique : L = ~ l(l + 1)
n≥1 0≤l<n −l≤m≤l spin des e- : 12 ou − 12
Couche : suivant l : S P D F (ex : n = 3, l = 1 : couche 3p)
Remplissage suivant les niveaux d’énergie : règle de Klechkowski

e- de valence : e- de n max + couches incomplètes


2 premières exceptions : Cr (Z = 24, . . . 4s1 3d5 ) Cu (Z = 29, . . . 4s1 3d10 )

6 Chimie
H He
Li Be B C N O F Ne
Na Mg Al Si P S Cl Ar
aA + bB
cC + dD
ac ad
Loi d’action de masse : aCa aDb = KT0
A B
Activité : solide : 1, gaz : pression partielle en bars, liquide : concentration

Air ≈ 45 N2 + 15 O2 ne pas oublier les gaz inertes ds les bilans

Conductivité : γ = γ+ + γ− = (αa0 )F xp(k+ + k− )


(avec α : taux de dissociation, x : coefficient stœchiométrique, p : charge, k ± : mobilité)
Conductivité équivalente : Λ∞ = F k
14
Conductance : σ = kγ ≈ γ Sl ∼ R1
γ = λ i ci λi ≈ λ0i : conductivité molaire (Ω−1 cm−1 mol−1 ) 1 S = 1 Ω−1
P

ρ M M
Densité : d = ρair = Mair ≈ 29 (avec M en g · mol−1 )
 
∂V
Volume molaire partiel : vi = ∂ni T,P,n j,i

Mésomères (plusieurs struct de Lewis) :


– règle de l’octet (8 e- max sur la couche périph)
– charges formelles minimales
Insaturation : 12 (2nIV + nIII − nI + 2 + z)
AXn E p (n doublets liants, p doublets non liants) → linéaire, coudée, tétrahèdrique, bipyramidal
[A] [B]
À l’équivalence : a = b
c d
[C] [D]
aA + bB → cC + dD produit ionique : K = [A] a [B]b
+ −
ex : AgCl
Ag + Cl
Produit ionique (= cste d’équilibre de la réaction) : PI = [Ag+ ][Cl− ]
Si précipité en solution : PI = K s , sinon : PI < K s
Solubilité : s = − log K s

6.1 Cristallographie
cubique p i f
quadratique p i
hexagonal
orthorombique p c i f
monoclinique p c
rombohèdrique
triclinique
p : primitif c : 2 faces centrées i : centré f : faces centrées
Cristaux : métallique ionique covalent moléculaire
Coordinance : nb de voisins (12 max)
Compacité (τ ou C) : τ = vol occupé par les atomes
vol de la maille
MZ
V = (a × b)c ρ = VN a
q
Hexagonal compact : h = a 23 τ = 0.74 c = 12

2
Cubique à faces centrées : l = a 4 τ = 0.74 c = 12
Cubique centré : τ = 0.68

Sites : tétrahèdriques, octahèdriques


2r− ≤ a = k(r+ + r− )

Structures :
– silicium et diamant : cfc + 1 site T sur 2 occupé
– graphite : plans d’hexagones (2e décalé)
– CsCl : Cl- cubique simple, Cs+ au centre du cube
– NaCl : Cl- cfc, Na+ ds ts les sites O (ou vice versa)
– blende (ZnS) : S2- cfc, Zn2+ ds 1 site T sur 2
– fluorine (CaF2 ) : Ca2+ cfc, F- ds ts les sites T

6.2 Cinétique chimique


aA + bB → cC + dD
Degré d’avancement du réacteur : dη = − dnaA = dncC
Vitesse de réaction : R = dη dt
Vitesse spécifique : r = VR
 d[A] 
Si V = cst, r = − 1a dt
R
η̇ = k · f ([A], [B], . . .) k : cste de vitesse
−Ea
Relation d’Arrhénius : k(T ) = Ae RT avec Ea : énergie d’activation (J · mol−1 ) et A : facteur de préexponentiel
αA αB
Réaction ordonnée : r = k[A] [B] avec αA : ordre partiel, αA + αB : ordre total

15
Si αA = a et αB = b, la réaction suit la règle de Vant’hoff (réaction élémentaire)
Souvent : − a1 d[A] α
dt = k[A] [B]
β


 (principe de Bodenstein) : d[X ]
dt = 0 ⇒ [X ] = . . .
Faire un bilan de matière
k1
Réaction rapide : équilibre atteint : K = k−1

Mesure de l’ordre total :


– on se met ds les proportions stoech → r = k 0 [A]αA +αB
– dégénerescence de l’ordre : [B] ≈ cst avec [B]  [A], très concentré
1
Ordre 0 √2 1 2 3
1 1
Évolution [R] [R] ln[R] [R] [R]2

6.3 Réaction acide-base



Ke = [H−3 O+ ][HO ] = 10−14 à 25 o C
[A ][H3 O+ ]
Ka = [AH] pKa = − log Ka
Ke
Kb = Ka

Équations : conservation, équilibre, (électroneutralité,) zéro protonique


h
Monocaide : [AH] = a0 h+Ka
2
Diacide : [AH2 ] = a0 h2 +h·Ka1h+Ka1 ·Ka2
a0 ·Ka
Acide fort : pH ≈ − log a0 / faible : h ≈ Ke h + h+Ka
Prédominance : pH < pKa − 1 / pH > pKa + 1

6.4 Oxydo-réduction
F = 96500 C

Nombre d’oxydation : Σ n.o. = charge de la molécule, O : − (péroxydes -O-O- : − par O), H : + (hydrures : −)
Oxydant : capte des électrons (grand n.o., grand E 0 )

14H+ + Cr2 O2− −


7 + 6e → 2Cr
3+
+ 7H2 O
3+ −
+ → + ; équilibrage : Cr , e , H+ , H2 O

dU = T dS − PdV + φdq
Potentiel électrochimique : µi = µi + φzF
Affinité électrochimique : A = − νi µi
P
équilibre : A = 0
µ − −µ −
φ2 − φ1 = e (2)F e (1)

Électrodes :
– 1re espèce : Ag / Ag+
– 2e espèce : Hg / Hg2 Cl2 / K+ , Cl- (au calomel :  : E 0 = 241 mV)
– 3e espèce : Pt / Fe2+ / Fe3+

Piles : Pt | Ox1 , Red1 : Ox2 , Red2 | Pt ⊕

E 0 (Ox/Réd) = K 0 (Ox/Réd) − K 0 (H3 O+ /H2 ) convention : E 0 (H3 O+ /H2 ) = 0


δWélec = ∆E dq dGT,P = −Edq

αOx + ne- → βRéd


Relation de Nernst
 α:
RT a
E = E 0 + nF ln βOx
aRéd
 α 
aOx
E = E 0 + 0.059
n log β
RT
F ln 10 ≈ 0.059
aRéd
∆r g̃ = −nF E ∆r g̃0 = −nF E 0 ∆rG0 = ∆r (∆r g̃0i )
0 0
0
d ∆r G0
∆r S 0 = − d∆dTr G = nF dE
dT ∆r H 0 = ∆r G0 + T ∆r S 0 ou avec : − ∆Tr H2 = dT ( T )
dE0
Coefficient de température : dT

16
n1 Red2 + n2 Ox1
n1 Ox2 + n2 Red1
dq = n1 n2 F dξ ∆r G = −n1 n2 F ∆E

∆r G0 = ∆r (∆r g̃0i ) = −RT ln KT0


Énergie récupérable : T = ∆r G0

Oxydation anodique ( ) / réduction cathodique (⊕)


Référence : EH0 + /H = 0 E 0 (H2 O/H2 ) = 1.23 V
2
Tous les couples d’une même solution sont, à l’équilibre, au même potentiel
“Chasles” avec les E 0 : 6E 0 (/-) = 5E 0 (/) + E 0 (/-) (linéarité des ∆r g̃0 )

Pile ≈ générateur de tension


Fém : E = E+ − E− = E+0 − E−0 − 0.06
aνi i
Q
n log Q où Q =

Pile à l’équilibre : ∆E = 0
0.06
Cste d’équilibre : ∆r G0 + RT ln KT0 = 0 donc E 0 = n log KT0

pH = − log[H3 O+ ]
aαOx
Diagrammes E / pH : E = E 0 − 0.06 np pH + 0.06
log
n aβRéd
convention 1 : m̂ [c] convention 2 : équi-répartition att : ex : c0 = [Cl− ] + 2[Cl2 ]

– immunité : H2 O n’oxyde pas le métal


– corrosion : métal oxydé par H2 O
– passivation : le métal est protégé par un oxyde ou un hydroxyde

Dismutation : ex : X → X + X → stabilité avec KT0


Diagrammes E / pH : il ne peut y avoir de domaines disjoints
∆r G
Électrolyse : U ≥ U min = nF

6.5 Diagrammes binaires


g
On représente : à P fixée : T = fl (xli ) et T = fg (xi ) à T fixée...

Variance : v = 4 − ϕ
Mélange parfait de gp : loi de Raoult : Pi = xli Psat
A (T )
Coeff d’activité :
– réf corps pur (x → 1) : P = γxPsat (loi de Raoult)
– réf soluté infiniment dillué (x → 0) : P = γxk (k : cste d’Henry)

Courbe d’ébullition :
– iso-T : P = Psat l sat sat
B (T ) + xA [PA (T ) − PB (T )] : droite loi de Raoult → P = xlA Psat l sat
A (T ) + xB PB (T )
dP LP
– iso-P : avec Clapeyron (hyp : g.p., vl  vg , L(T ) = cst) : dT = RT 2 → P = . . . → T = . . .
Courbe de rosée :
g
– iso-T : PA = xlA Psat l
A (T ) = xA P ⇒ xA → ds la 1 éq
re
Psat
A (T )
– iso-P : idem : xgA = xlA P

Point homoazéotropique (Z) : T éb = T ros et Péb = Pros


g
Th de Gibbs-Konovalov : (sg − sl ) dT − (vg − vl ) dP = −(xA − xlA )(dµA − dµB )
démo : Gibbs-Duhem ( ni dµi = −S dT + VdP) et, à l’équilibre, µlX = µgX
P
dP sg −sl
donc pt Z : T g = T l Pg = P l dT = vg −vl

Th des moments chimiques : (x − xl )nl + (x − xg )ng = 0

Deux liquides non miscibles : pt hétéroazéotropique


Courbe de rosée : avec µlA = µ∗A, l (T, P) (du corps pur)
!
g
xA Ptot µ0A, g (T )−µ∗A, l (T,P)
démo : µ0A, g (T ) + RT Aéb ln( PPtot0 ) = µ∗A, l (T, P) = µ0A, g (T ) + RT ln( P0
); d
dT T
= −R dTd (ln xgA ) ; puis d
dT
( Tµ ) = − Th2 où h0A, g − h∗A, l =
Lvap
A

17
7 Thermodynamique
Gaz parf : 22.4 L à T = 273 K et P = 1 atm

T = 273, 16 × limP→0 (PV)pointPV


triple de l’eau
t = T − 273, 15
E = kB T kB = NR
g−g0
Échelle affine centésimale : θ(t) = 100 g100 −g0
Diagramme d’Amagat : PV / P

Pression : 1 bar = 105 Pa 760 mm de Hg = 1 atm = 101325 Pa unité SI : Pa


−→ −−−→ −→
dF = − grad P dτ = P dS
P = −ρgz + P0 ∆P = ρgh
Souvent : ρ = mV = nM PM
V = RT
−−−→ −−−→ Mz
relation de la statique des fluides : grad P + grad(ρgz) = ~0 en dim 1 : dP = −ρg dz d’où P = P0 e− RT
Poussée d’Archimède : ΠA = −ρvg = −Pfluide déplacé

Gaz parfaits :
On néglige les interactions entre les molécules (P doit être faible :  1 atm) et V molécules  Vtot
Loi des gaz parfaits : PV = nRT P = NkT R ≈ 8.314 J · K−1 · mol−1
a
Loi de Van Der Waals : (P + V 2 )(V − b) = RT
a : interaction entre molécules b : covolume, vol des particules
 
Coef de dilatation isobar : α = V1 ∂V
∂T P ≈ T
1
 
∂P
Coef de variation de pression à vol cst : β = P1 ∂T ≈ 1
 V T
Coef de compressibilité isotherme : χT = − V1 ∂V 1
∂P T ≈ P
     
∂P ∂V ∂T
∂V T ∂T P ∂P V = −1
α = βχT P

7.1 Premier principe


Énergie interne : U = Wc(int) + W p(int)
Travail échangé par les forces pressantes : dW = Pext dτ
dW = −Pext dV

C p , Cv : capaciés calorifiques à P / V constant


C C
Chaleur massique : c p = Mp chaleur molaire : C p = np
dQrév = Cv dT + l dV
dQrév = C p dT + h dP
dQrév = λ dV + µ dP
h : chaleur latente de variation de pression (m3 ) g p : h = −V
l : chaleur latente de variation de volume (Pa) gp:l=P
λ : capacité calorifique (Pa)

1er principe de la thermo : dU = δW + δQ

Enthalpie : H = U + PV
Loi de Joule : l’énergie interne d’un gaz parf ne dépend que de sa température (∆U = 0)
Loi de Joule-Thomson : pour un gaz qui subit une détente de Joule-Thomson, ∆T = 0 (et ∆H = 0)

∆(H + 12 mv2 + mgh) = W 0 + Q (W 0 : travail des forces autres que pressantes)

Transformations :
C
γ = Cvp (monoatomique : γ ≈ 53 / diatomique γ ≈ 75 ≈ 1.4)
R γR
g. p. : C p − Cv = R dU = Cv dT dH = C p dT Cv = γ−1 Cp = γ−1
R
Svt : W = −P dV = P1 V1 · ln VV12 = nRT · ln PP12
– isotherme : δU = 0 ∆H = 0 Q = −W
– isobare : W = P ∆V ∆U = Cv ∆T Q p = ∆H = C p ∆T
2 −P1 V1
– isochore : W = 0 Qv = ∆U = P2 Vγ−1

18
Transfo adiabatique : le syst n’échange pas de chaleur (δQ = 0) (svt réversible)
Relations de Lapalce : PV γ = cst T V γ−1 = cst P1−γ T γ = cst démo : δQ = −δW + dU = 0

7.2 Second principe


S : entropie ∆S = ∆S échange + ∆S création dS ≥ 0 (rév / irrév) Transfo rév : ∆S = 0
Tf
dS = TδQext
(→ ∆S éch = C p ln Ti ) (eau : C p = 4186 J · kg −1
· K −1
)
3e principe : à 0 K, S = 0
Machine thermique : i QT ii ≤ 0 : inégalité de Claussius
P
Moteur : cyclique → ∆S = 0 et ∆U = 0
P P P
Pour les machines thermiques (valable aussi pr les ∂) : i Qi + j W j = 0 et i S i = 0 (si réversible)
Rendement : ρ = | travail fourni
travail reçu |
Moteur : ρ = 1 − TT 21 réfrigérateur : ρ = T 1T−T
2
2
pompe à chaleur : ρ = T1
T 1 −T 2
S = γ−1 ln(PV ) + cst = γ−1 ln(T V ) + cst = γ−1 ln(P1−γ T γ ) + cst
nR γ nR γ−1 nR

dU = δQ + δW = T dS − P dV
Diagramme entropique : T / S
δQ
Condition d’équilibre (⇐ dS = T
+ δi S avec δi S ≥ 0) :
syst isolé (δQ = 0) → −S décroît jusqu’à un minimum
S et V fixés → U
S et P fixés → H
T et U fixés → F
T et P fixés → G
F ∗ = U − T ext S G∗ = U − T ext S + Pext V (exergie) (partir de U)

Wf ≤ −∆F (pr une transfo monotherme) Wf, u ≤ −∆G∗ (pr une transfo monotherme monobare)
h is
Putile + Pthermq = dtd (E + Pext + V) + (h + ec + e p )qm
e

7.3 Application différentielle des deux principes


H = U + PV F = U − TS G = H − TS
dU = T dS − PdV dH = VdP + T dS dF = −PdV − S dT dG = VdP − S dT
   
∂P
Relations de Clapeyron : l = T ∂T h = −T ∂V
∂T P (grâce à dU / dS et dH / dS et Schwartz )
    V
∂V ∂P
C p − Cv = T ∂T ∂T = T αVβP
P V

Relation
 de Gibbs-Helmholtz
 :
∂ G
 
− TH2 = ∂T car H = G + T S = G − T ∂G
U
T
  P
∂ F
 ∂T  P
− T 2 = ∂T T car U = F + T S = F − T ∂F
∂T V
V

7.4 Changement d’état


Point critique : L −−−−→ 0
T →T c

Changement d’état : Q p = ∆H = mL  = h2 − h1
L1→2
∂P
Formule de Clapeyron : L1→2 = T (u2 − u1 ) ∂T V
(où u : vol massique)
dP Lα→β dT vβ −vα L
dT = T (uβ −uα ) démo : µα = µβ donc dµα = dµβ donc vdP − sdT donc dP
= sβ −sα
et S = T
∆Hcycle = LF + LV − LS = 0
m LM
u = x uv + (1 − x) ul avec x = vapeur m = LV (idem pour h et s)
h  i
Psat (T ) = Psat (T 0 ) exp − RL T1 − T10 démo : dP
dT
≈ L
T vg
= LP
RT 2

Diagramme de phases : P / T diagramme d’Andrews : P / v


 t(o C) 4
Formule de Duperray (pr l’eau) : P(atm) = 100 (pr 50 < t < 200 o C)
ébullition 100 oC 1 atm
4
Eau : τ 0, 01 oC 4 mm Hg= 760 atm
C 374 K 218 atm

19
P
Machines : régime permanent : ∆H = 0 = i mi hi

7.5 Théorie cinétique des gaz


Hyp :
– U = i 21 mi v2i
P

– homogénéité : dN dτ = cst
– isotropie de l’espace

Cste de Bolzmann : k B = R
N ≈ 1.38 · 10−23 J · K−1
mv2
m 3/2 − 2kT
Nb de particules tq : v x < v < v x + dv, vy . . . : d3 n = N( 2πkT ) e dv x dvy dvz (on a : dv x dvy dvz = 4πv2 dv)
q
2kT
Vitesse la plus probable : v p = m
q
1 ∞
R 3kT
u = N v=0 v dn(v) = m
R∞ 2 √
In = 0 e−βv vn dv In = n−1
2β In−2 I0 = 21 πβ 1
I1 = 2β
3m
Vitesse quadratique moyenne : u2 = 4kT
Méthode du viriel : dériver OM 2 = cst → Ec = 21 mv2
P P
Chaque degré de liberté ajoute 21 kT à l’énergie
Monoatomique : U = 23 RT / γ = 53 diatomique : γ = 75 déformable : γ = 9
7
Polyatomique : γ = 6a−3
6a−5
3a−2
déformable : γ = 3a−3
− ktE
L’énergie est proportionnelle à e

7.6 Transferts thermiques


Evib = (n + 12 )hν changemt de niv d’énerg : ∆n = ±1

~q : vect densité de courant volumq d’énrg interne σu : terme de création d’énrg int par unité de vol
 −

dE = dEc − dEe échange : dEe = −( dΣ ~q · dΣ) δt création : dEu = σu dτ δt
∂E
!  −

∂t = σu dτ − Σ ~q · dΣ

Rayonnement / conduction / convection (déplacemt de matière) : ~q = ~q R + ~qCd + ~qCv


 −

J~Th = ~qCd ≈ ~q : vect densité volumq de courant d’énrg int, non convectif (conduction) P Th = − J~Th · dΣ (reçue)
um : énrg int massq ρ : masse volumq (uv = ρum )
Conservation locale de l’énrg : div J~Th + ∂(ρu ∂t
m)
= σu
div J~Th + ρcm ∂T
∂t = σ u avec du m = c m dT
2
pr une résistance : σu = J~ · E~ = Jσ
−−−→
Loi de Fourier : J~Th = −λ grad T λ : conductivité themique (en W · m−1 · K−1 )
∂T −−−→
Éq de la diffusion thermique : ρc ∂t = div(λ grad T ) + σu
−−−→ σu
en milieu homogène (grad λ ≈ 0) : ∂T ∂t = a∆T + ρcm
a = ρcλm : diffusivité themique a en m2 · s−1
Svt : σu = 0 (pas de création d’énergie)
En régime permanent, le flux thermique est constant ∆T = 0
T 2 −T 1
Résistance themique : R = P
 ~ −→
Entropie : dS = sv dτ = ρsm dτ δe S = −( Σ JThT·dΣ )δt
J~S : densité de courant volumq d’entropie σS : création d’entropie
Éq de conservation locale de l’entropie : ρ cTm ∂T ~ ∂ sv
+ div J~S = σS
∂t + div JS = σS avec : ∂t
−−−→
Avec A entropie volumique : ρ ∂∂ts + div J~S = A A= λ( grad T 2
T )
C p dT −−−→ −−−→
démo : dS = T
et grad( T1 ) = − T12 grad T et la conservation locale de l’énergie
−−−→ −−−→
grad T et J~Th st de sens contraire démo : σS = grad T1 · J~Th ≥ 0

Convexion :
χ : grandeur scalaire extensive

20
 −

J~χ = ρχm~v φχ = J~χ · dΣ

Continuité de T donc de J~Th à l’interface

Loi de Newton : δQ = −h(T − T ext ) dΣ δt

Rayonnement thermique :
φ : puiss totale rayonnée par la source (W)
ϕ~u : fraction du flux surfacique émis ds l’angle solide dΩ ds la direction ~u (en W · m−2 · sr−1 )
dφ = ϕ~u dΣ dΩ ici : dΩ = sin θ dθ dϕ = cosrθ2 dS

R
Émittance totale : M = dΣ flux surfacique : φ = surf M dΣ
Luminance totale : dφ = L~u cos θ dΣ dΩ θ : angle fait avec la normale
Loi de Lambert : L~u = L = !
cst
M = πL démo : M = L cos θ dΩ
R∞ R∞
Luminance, émittance monochromatiques : L~u = 0 L~u,λ dλ M = 0 Mλ dλ

R
Éclairement total (d’une surface) : E = dΣ φ = surf E dΣ

Corps noir : idéal, émet le maximum d’énergie par rayonnement


2πhc2 λ−5
Loi de Planck : Mλ0 = exp hc
[ λkT ]−1
loi de Wien : λmax (T ) · T = cst ≈ 3 · 10−3 m · K
5 4
Loi de Stephan : M 0 = σT 4 avec σ = 2πc2 hhk4
Flux du Soleil sur la Terre : ϕS →T = σT S4 ( RDS )2 πR2T démo : ϕ = M × ∆Ω

× S (supposé isotrope)

Émissivité : ε~u,λ =
L~u,λ
L0λ
L~u,λ = ε~u,λ L0λ Mλ = ελ Mλ0 M = εM0
Corps gris : ε~u,λ = ε~u,λ0
Corps à émission diffuse : ε~u,λ = ε~u0 ,λ (suit la loi de Lambert)

Loi de Kirchhoff : à l’équibre thermodynamq, ελ,~u = αλ,~u (coef d’absorption)

8 Thermochimie
Q p + Qv = RT i νi gaz
P 

Pour un corps simple : H 0 = 0


∆H = ∆U 0 + RT i νi gaz = Q p
P 

dQv = ( i νi Cvi )dT (→ ∆U 0 )


P
dQ p = ( i νiC p i )dT (→ ∆H 0 )
P
dQ p dQv
dP = 0 dV = 0
Enthalpie de formation (énergie de la réaction à 25 o C) : ∆H = i νi Hi0
P
(ne dépend pas du chemin suivi)
∆H 0 < 0 : exothermique

Énergie de liaison : ∆r H 0 de la réaction (A − B)g → Ag + Bg

8.1 Thermodynamique chimique


Pression partielle : pression qu’aurait le gaz s’il était seul
Fraction molaire : xi = nni = PPi

dU = T dS − PdV + µdn  
Potentiel chimique : µ = ∂U = g = Gn
     ∂n  S ,V
µ = ∂H = ∂F ∂G
∂n T,V = ∂n T,P dµ = v dP − s dT
 ∂µ  ∂n S ,P  ∂µ    µ 

 ∂µ 
∂T = −s ∂P =v µ = h− Ts − Th2 = ∂T T (avec µ = g = h − T s = h + T ∂T P
)
P T P

∂µ

gaz parf : µ = µ0 (T ) + RT ln PP0 avec ∂P
T
=v
0
cas général : µ(T, P) = µ (T ) + RT ln f (T, P) f : fugacité f (T, P) ∼ P
R P→0 
 ∂µ  f P V
V
f : avec ∂P = v RT
dP − d(ln P) = d(ln P ) f (T, P) = P exp 0 ( RT − P1 )dP
T

21
Plusieurs
  constituants :
µi = ∂U dU = T dS − P dV + µi dni −T δi S = µi dni
P P
∂ni S ,V,n j,i i
∂f  ∂f  ∂f 
Théorème d’Euler : si f (x, y, z) est homogène, de degré 1, en x, y, z alors f (x, y, z) = x ∂x y,z +y ∂y x,z +z ∂z x,y
démo :dériver λ f = f (λx, λy, λz) par rapport à λ d’où, si λ = 1...
P ∂Y
si Y extensive alors : Y(T, P, ni) = ni ∂ni T,P,n j,i
⇒ G = ni µi
P

P
Équation de Gibbs-Duhem : V dP − S dT = ni dµi démo : dG = P dV − S dT + µi dni = d( ni µi )
P P

(permet de relier les µi )


P P
à T et P fixés : xi dµi = 0 aussi : xi = 1

Cœxistence de deux phases (pr un corps pur) : µα = µβ (si µα < µβ , seule α est stable)
dP Lα→β
Relation de Clausius-Clapeyron : dT = T (vβ −vα ) (loin du pt critq : vl  vg )
Diagramme de phases : P / T isothermes d’Andews : P / v

Mélange parf de g p (loi de Dalton) : Pi = xi Ptot µi = µ0i (T, P0) + RT ln PP0i


g
Loi de Raoult (liq + gaz) : Pi = xli Psat
i (T ) alors : µli = µ0,l l
i,p,x (T ) + RT ln xi avec : µli,p,x = µi (T ) + RT ln xli
Mélange binaire : A ≈ pur : suit la loi de Raoult B ≈ pur : A suit la loi d’Henry (P A = xlA Kh(B/A) )
sat l
Activité : Pi = Pi ai coeff d’activité : ai = γi xi
l 0,l l
µi = µi (T ) + RT ln ai
À dillution infinie (suit la loi d’Henry) : µlA = µ0,l
A,∞,x (T ) + RT ln xA
l

Pr une concentration fixée : µlA = µ0,l [A]


A,∞,c (T ) + RT ln créf

Avancement ξ : ni = n0i + νi ξ
ξmax et ξmin : avec ni ≥ 0  
Opérateur de Lewis : ∆r Y = νi Yi = ∂Y
P
∂ξ si Y fonction d’état extensive
  T,P  
Affinité chimique : T δi S = A dξ A = − ∂U
∂ξ = − ∂G∂ξ dG = −S dT + VdP − Adξ
S ,V T,P
A = − νi µi = −∆rG
P
Condition d’équilibre chimique : A = 0
Q éq
Constante d’équilibre : KT0 = (ai )νi ∆r G0 = −RT ln KT0 (loi d’action de masse)
Avec l’activité ai :
– liquide pur (solvant) / solide pur : ai = 1
– gaz (≈ parf) : ai = Pi = PPréfi en bar (att avec les Pa !) Préf = 1 bar
[Ai ] 0,l
– soluté : ai = créf créf = 1 mol / L µi = µi,∞,c
P aéq
A = RT νi ln aii
Évolution : A dξ ≥ 0 donc : A > 0 : → A<0:← A = 0 : éq
g
faire des bilans de matière (+ colonne ntot ) att : gaz inertes 2 réaction ∼ successives
Q νi KT0
Quotient de réaction : Q = ai A = RT ln Q
d ln KT0 ∆r H 0
Relation de Van’t Hoff : dT = RT 2
µ0 µ0 h0 0
i νi hi
P
0 ∆r H 0
d
(ln KT0 ) = − R1 dTd ( ∆rTG ) = − R1 νi dTd ( Ti ) or d d
(ln KT0 ) =
P
démo : dT i dT
( Ti ) = − Ti2 d’où dT RT 2
= RT 2

∆r G 0 = ∆ r H 0 − T ∆ r S 0 approximation d’Ellingham : ∆r H 0 et ∆r S 0 indép de T


d∆r HT0 d∆r S 0T ∆r C0p
Relations de Kirchhoff : dT = ∆rC 0p dT = T
0 0  ∆ G0 
Relations de Gibbs-Helmholtz : ∆r S 0 = − d(∆dTr G ) − ∆Tr H2 = d
dT
r
T

Réaction de formation : produit 1 mol à P0 = 1 bar et à T = cst


∆f Hi0 = ν j h0j h0i = ∆f Hi0 − corps ν j h0j loi de Hess : ∆r H 0 = i νi ∆f H 0
P P P
simple

Variance : v = n − r + 2 − ϕ (n : nb d’espèces chimiques, r : nb de réactions, ϕ : nb de phases)


xφi : ϕ, µ1i = µ2i = . . . = µϕi : ϕ − 1, A = 0 : r
Pn
démo : i=1
c0 = c − r : nb de réaction chimqmt indép att : aux relations entre P ⇒ v = v − 1
P g g
Liq / gaz : A = RT ln KT0 − RT ( νi ) ln( N g PP ) − RT ln gaz (ni )νi
Q
tot réf
Solutés / solides : A = RT ln KT0 + RT ( soluté νsoluté ) ln(Créf V) − RT ln soluté nνi i
P Q
i

Endo/exothermique : ∆r H 0 > 0 ou < 0


∆r H 0 dT dξ ≥ 0
Principe de Lechatelier : principe modération, le syst diminue les effets de la perturbation

22
2x 2 éq
Diagramme d’Elligham : y M + O2 → y M x Oy (oxyde) ∆rG0 = RT ln PO2 = f (T ) haut : + oxydants

23