Vous êtes sur la page 1sur 30

Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Introduction
La sollicitation d'un ouvrage souterrain dépend de l'état de contraintes géostatiques du
massif c'est-à-dire l'état des contraintes existant avant le creusement du tunnel. Les méthodes
de calcul des ouvrages souterrains supposent qu'il est connu. Or la prévision des contraintes
naturelles se heurte à de grandes difficultés et il faut bien reconnaitre que les progrès dans ce
domaine sont encore minces. Les considérations théoriques ne sont pas d'un grand secours et
ne permettent au mieux qu'à fournir a posteriori des tentatives d'explication. Seules les
mesures in situ permettent de connaitre l'état de contraintes .dans un massif. Mais ces mesures
sont difficiles, d'interprétation souvent délicates et les résultats souvent très dispersés. Elles
posent toutes le problème de la signification à l'échelle de l'ouvrage des mesures locales qui
ont été faites

Page 50
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

1. Géologie de gisement Lakhdar : [13]


1.1 Corps Lakhdar Supérieur :

Le corps du minerai se présente sous forme d’amas d’une structure très irrégulière,
dont une base de 350 m2 au niveau 1475 m. Au niveau 1485 m le corps est d’une section de
654 m2. Cependant avant l’exploitation de la partie supérieure au niveau 1485 m, le corps
présentait une allure conique avec un axe décentré. Le minerai très dense (4.2) est contenu
dans une gangue argileuse plus ou moins importante. Le minerai est encaissé dans les
calcaires Lias moyen –supérieur. La teneur moyenne du minerai en BaSO4 est de 76.08 %.

1.2 Corps Lakhdar Inférieur :

Ce corps de minerai se présente sous forme d’amas d’une structure très irrégulière. Le
corps se trouve situé en contrebas du corps de Lakhdar du niveau 1452 m. Il s’agit de sa
continuité vers le bas. Le gisement est localisé entre les nivaux 1330 m et 1452m. Le minerai
très dense (4.32) est contenu dans une gangue argileuse plus ou moins importante. Le minerai
est encaissé dans les calcaires du lias moyen-supérieur. La teneur moyenne du minerai est de
78.86%. Le corps minéralisé a été développé par galerie au jour et par des sondages fond, les
réserves développées sur ce niveau sont de l’ordre de 148 000 tonnes en C1.

1.3 Lakhdar Niveau 1497 m :

C’est le prolongement du filon Sidi Ouadah niveau 1518m, cette galerie qui évoluée
avec le corps du minerai constitué la limite supérieure de cette partie. Quant à la limite
inférieure est arrêtée à 50m plus bas. Ce filon est d’une puissance moyenne de 1,30 m d’une
teneur moyenne de 85.79 % BaSO4 et d’un pendage de 25° à 35° vers sud. Le filon se trouve
encaissé dans les calcaires du Lias moyen – supérieur.

Page 51
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Les Données de départ :


Type de l’excavation minière : galerie au jour.

Durée de vie : plus de 10 ans.

Roche : calcaire.

Coefficient de dureté : f=6.

Densité : 2,7 t/m 3.

Venue d’eau : 0.

Nombre de voie : une voie.

Longueur de souterraine : 200 m.

Avancement mensuel : 30 m/mois.

Profondeur de gisement : 150 m.

Page 52
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

2. Stabilité du terrain : [13]


Théorie de stabilité :

Avant le calcul des paramètres principaux du soutènement il faut déterminer le type de


soutènement dont l’utilisation est possible au point de vue de la garante de la stabilité de
l’excavation dans les conditions concrète minière est géologique ; pratiquement on détermine
le cas de la stabilité on calculant quelque critères qui vient de la formule structurel :

 Profondeur limite pour le toit de l’excavation.


 Profondeur limite pour les parois de l’excavation.
 Largeur limite de l’excavation

2.1 Profondeur limite pour le toit :

Présent la profondeur en dépassant de laquelle les roches du toit commencent à se casser,


cette profondeur est calculer d’après la formule :

H = (K × ∂t × m)/(γ × n) ; (m) ........................ (III.1)

K : coefficient tenant compte de la fissuration des roches dans cette formule

on prend K= 0,2 (selon les condition de la mine)

∂T : limite de résistance des roches du toit à la traction en (kgf /m2)

∂c : 100×f= 100×6= 600 kgf /cm2

∂T : 0,1×∂c=0,1×600=60 kgf/cm2

m : coefficient de la perte de la résistance (roche sèche 1)

γ : Poids volumique moyen des roches se trouvent entre l’excavation et la surface terrestre

2,5 t /m3

n : facteur de sécurité on prend n=1,15.

Donc : H= (0,2×600×1/2,5×1,15) =41,7m

Page 53
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

2.2 Profondeur limite pour les parois :

Présente la profondeur en dépassant de laquelle les roches des parois commencent à se


casser cette profondeur est calculée d’après la formule :

H = (K × ∂c × m)/(3,3 × n × γ) ; (m) ........................ (III.2)

k : coefficient tenant compte de la fissuration des roches dans cette formule : on prend k= 0,3
(selon les condition de la mine).

H = (0,3×6000×1 ) / (3,3×2,5×1 ,15) = 189,7m.

2.3 Largeur limite de l’excavation :

Présente la largeur en dépassant de laquelle le sol de l’excavation commence à gonfler,


cette largeur est calculer d’après la formule :

B′ = (K × ∂c × m) / (H× γ) ; (m) ............................. (III.3)

K : Coefficient tenant compte du type de l’excavation pour les galeries K =1,2

H : profondeur de l’ouvrage (galerie de roulage).

Donc B′= (1,2×6000×1) / (2,5×150) =19,2m.

3. Choix de la forme de la section transversal d’excavation : [13]


La forme de la section transversale de l’excavation dépend principalement des propriétés
mécanique et physique des roches traversées, de la durée de vie de l’excavation, de la
destination de l’excavation et de matière de soutènement appliqué :

Tableau III .1 : choix de la forme de la section en fonction de temps et coefficient de la


dureté. [13]

Durée de vie coefficient de dureté de la


La forme de l’excavation
roche (6)
La forme en voute avec le
Sup à 10 ans
soutènement en bois et en
cintre métallique.

3 .1 Détermination des dimensions de la section transversale nette de l’excavation :

3.1.1 Largeur nette de l’excavation à une voie (B) :

B = m + A + n ; (m)...................... (III.4)

Ou : m : est la distance entre le matériel roulent et le soutènement pour le soutènement en bois


m ≥ 0.25 (m).

A : est la largeur maximal du matériel roulent (berline, locomotive, pelle sur rail).

Page 54
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

A=1,3 (m).

n : la largeur du passage pour le personnel au niveau de lisière du matériel roulant :

n = n1 + (1,8 h h0)cotgα ; (m) ................... (III.5)

n1 : la largeur de passage à la hauteur 1,8 m on admet n1 ≥ 0,7 m.

h : la hauteur maximale de matériel roulent 1,3 m.

h0 : hauteur de ballaste jusqu’à la tête du rail 0,2.

Donc : n=0,7+(1,8-1,3-0,2)× cotg80)=0,76=0,8.

Donc : B= 0,25+ 1,3+ 0,8= 2,35m.

3.1.2 Calcule de la hauteur de la voute (Hv) :

Il calculé d’après la formule suivant :

Hv = B ;......................................... (III.6)
3

Hv =2,35/3= 0,78m.

3.1.3 Calcule de la hauteur de l’excavation à partir de la tête du rail jusqu’à chapeau de


soutènement (H1) :

H1 = Hp + Hv (m) ...................... (III.7)

Hp : La hauteur du pied droit à partir de la tête du rail jusqu’à l’appui de la voute =1,6m

H1=1,6+0,78=2,38m.

3.1.4 Calcule de la hauteur de l’excavation à partir du ballast jusqu’à l’appui de la voute


(HP’) :

Hp = Hp + H0 ; (m) ......................... (III.8)

H0: la hauteur de la structure à partir du ballast jusqu’à la tête du rail en m=0,2

Hp=1,8m.

3.1.5 Calcul de la hauteur de l’excavation à partir de sol jusqu’à l’appui de la voute


(HP’’) :

Hp = H p + H 0 (m) ..................... (III.9)

Hp =1,8+0,2= 2m

Page 55
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

3.2 Choix préalable des dimensions du soutènement :

D = (1,61 × a × 3√γ × ( L × f) ); ( m) ................ (III.10)


R

D : diamètre du chapeau du soutènement en (m)

a : est la depil- portée de l’excavation (cm) ;

y : est le poids volumique de roche (kg /cm3) ;

L : est la distance entre les cadres, cm ;

R : est la tension admissible à la flexion du chapeau du boisage kg /cm2 d’habitude R= 70-


110 kg /cm2 ;

f : est le coefficient de dureté de la roche ;


3 600
D = (1,61 × 1,9 × √0, 0025 × ( )) = 0,26 m
95,6

3.2 .1 Calcul de la hauteur de l’excavation à terre nue (Ht) :

Ht = (H1 + H0 + Hb + D ) ; (m) ............................. (III.11)

Ht= (2,38+0,2+0,2+0,23) =3 m;

3.2 .2 Calcul la largeur de l’excavation à terre nue (Bt) :

Bt = (B + 2 × D) ..............................................................(III.12)

Ou :

B : largeur nette de l’excavation ;

D : diamètre de soutènement ;

Bt= (2,35+(2×0,23))=2,8 m ;

3.2 .3 Calcul de section :

a) Section nette (Sn) : il est limité par le contour de soutènement et le sol de


l’excavation ;

Sn = (B × (HP + 0,26 × B) ; (m2)..................... (III.13)

Sn = (2,35 ) ×(1,6+ (0,26×2,35)) =5,2 m2 ;

Page 56
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Ou:

B: largeur de l’excavation;

b) Section à terre nue (St) :

Elle limité par la section nette et la section occupée par le soutènement

St = Bt × (HP + H0 + Hb + 0,26 × Bt);(m) ..................... (III.14)

Ou:

Bt : largeur de l’excavation à terre nue ;

St =2,8(1,6+0,2+0,2+0,26×2,8) = 7,6 m;

c) Section de creusement (Scr) :

Est la section obtenue juste après le tir :

Scr = (1,03 1,05) × (St)) .............................. (III.15)

Scr=1,04×7,6=7,9 m2

3.2 .4 Calcul de rayon de l’arc axial :

Ra = 0,692 × B ...................................................... (III.16)

Ra= 0, 692×2,35=1,6 m ;

3.2 .5 Calcul le rayon d’arc latéral :

r = (0,262 × B) ..........................................(III.17)

r = (0 ,262×2,35 )=0,6 m ;

3.2 .6 Calcul de la distance entre la tête du rail et la voute du rayon axial (Hc) :

Hc= (5H1 Ra) .................................................. (III.18)

Ou :

H1 :la hauteur de l’excavation à partir de la tête du rail jusqu'au chapeau de soutènement ;

Hc= 2,38-1,6=0,78 m ;

3.2 .7 Calcul de périmètre de l’excavation (pex) :

Pex = ((2 × HP) + (2,33 × B)) .................. (III.19)

Pex = ( (2× 1,6) + (2,33 × 2,35)) = 8,67 m

Page 57
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Page 58
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

4. Travaux de forage et de tir : [13]


4.1 Le choix de la machine de forage :

Le choix de machine de forage est en fonction de la dureté des roches à excaver, de la


section de creusement, de la destination de l’ouvrage, de mode de creusement et de la durée
de forage pour les conditions données on peut choisir la machine de forage d’après le tableau
suivant :

Tableau III. 2 : choix de la machine de forage. [13]

Condition Type de matériel


Roche dure (f=6) excavation horizontale et inclinée Marteau perforateur de type T21 avec béquille
pneumatique.

Le nombre admissible de machine de forage fonction simultanément dans la taille est en


fonction de la section d’excavation est peut être déterminé d’après le tableau ci-dessus

Tableau III .3 : caractère de marteau perforateur. [13]

Type de la machine Section en m2


Marteau perforateur 1,5-2

4.1.1 Calcule de nombre du perforateur :

Np = Scr................................. (III.20)
SP

Ou :

Scr : La section de creusement 7,9 m2.

SP: La section de perforateur 2 m2.

Np= 7,9 /2 = 3,95 = 4 perforateur

Page 59
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Figure III. 2 : Marteau perforateur de type T21 [13]

4.2 Abattage par tir :

Par suite la dureté des roches on applique le plus souvent l’abattage par l’explosif, le
processus se compose des opérations suivants :

 Foration des trous de mine.

 Chargement des trous par l’explosif.

 Connexion du réseau4 et tir.

4.2.1 Travaux de tir :

4.2.1.1 Choix de l’explosif :

Le choix de l’explosif dépend principalement de la dureté des roches et de l’existence de


gaz et poussière inflammable dans le chantier Pour les conditions données on peut choisir
l’explosif d’après le tableau suivant :

Page 60
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Tableau III.4 : choix de l’explosif ; [13]

Coefficient de dureté des roches Type d’explosif


f= 6 TEMEX

Tableau III. 5 : caractéristiques de l’explosif (TEMEX) : [14]

Gamme de l’explosif TEMEX1


Densité de la cartouche (kg /m 3) 1.2
Vitesse de détonation (m/ s) 4500 – 5500
Essai au bloc de plomb (TRAUZL) 10 g/cm3 Sup à 320
Puissance RWS -
Coefficient d’utilisation pratique -
Coefficient de self excitation (mm) 50-80
Résistance à l’eau Très bonne

Tableau III.6 : dimension et conditionnement. [13]

Diamètre (mm) 30 50 65 80
Longueur (mm) 300 400 500 400
Poids (g) 250 1000 2000 2500

4.2.1.2 Calcul de la charge spécifique de l’explosif (q) :

La charge spécifique d’explosif est déterminée par la formule suivant :


q = (q1 × f1 × V × e ) (Kg /m 3)...................................... (III.21)
Ou :
q1 : est la charge spécifique d’explosif on le déterminé d’après le tableau suivant :

Tableau III. 7 : la charge spécifique d’explosif. [13]

Charge spécifique de l’explosif selon les


Coefficient de dureté des roches f
conditions de la mine.
6 0.8

Page 61
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

f1 : coefficient qui tient compte de la structure de roche dure et homogène


v : coefficient qui tient compte du nombre de surface libre autour de la charge à
explosif .

V = (0,665)n–1 ................................................... (III.22)

V = 1;

Avec : n : nombre de surface libre dans notre cas n=1.

Ou :

St: Section à terre nue ;

e : Coefficient de la capacité du travail relative de l’explosif

e=380/360=1.05

Donc : q = (0,8 × 0,8 × 1 × 1,05) = 1,6 kg /m3

4.2.1.3 Calcul de nombre du trou (Ntr) :

Ntr = (12,5 × q × Scr × n)/(d2 × × Kr); (trou) ..................... (III.23)

Ou :

q : la charge spécifique de l’explosif ;

Scr : Section de creusement Scr = 7,5m2 ;

n : coefficient d’utilisation du trou n=0.85- 0.9 on prend n= 0,85 ;

Kr : Coefficient de remplissage du trou par l’explosif pour f=6 => kr=0,7

Ntr=12,5×1,6×7,9×0,85/(3)2 ×1,2×0,7=17 Trous ;

4.2.1.4 Détermination de la longueur du trou (Ltr) :

Ltr = Vm/(Nj × NP × W) ............................... (III.24)

Page 62
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Ou :

Vm : La vitesse mensuelle du creusement de l’excavation =30 m ;

Nj: le nombre du jour ouvrable par mois =25 jours ;

NP : Nombre de poste par jour =1poste ;

W : Coefficient d’utilisation des trous (0,85 à 0,9)

Ltr= 30/25×1×0,85= 1,4 m ;

4.2.1.5 Détermination de longueur d’avancement par cycle (Lav) :

Lav = Ltr × W ............................................. (III.25)

Lav=1,4 × 0,85 = 1,2 m

Tableau III. 8 : répartition des trous . [14

Trou de bouchon Trou d’abattage Trou de contour

0,6 1 1,6

0,6+1+1,6= 3,2

4.2.1.6 Nombre de trou de bouchon (Ntrb) :

Ntrb = (Nt ) × 0,6 .........................................(III.26)


3,2

Ntrb=(17 /3,2) = 3trous

Ou :

Nt : nombre totale des trous ;

4.2.1.7 Nombre de trou d’abattage (Ntra) :

Ntra = (Nt ) × 1 ....................................... (III.27)


3,2

Page 63
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Ntra= 17 /3,2 = 5 trous

4.2.1.8 Nombre de trou de contour (Ntrc) :

Ntrc = (Nt ) × 1,6 ........................................ (III.28)


3,2

Ntrc= 9 trous

4.2.1.9 Détermination de nombre de cartouche dans les trous :

a) Consommation totale de l’explosif pour une volée :

Qt = q × St × Ltr=1,6×7, 6 × ×1,4=17 kg ; ...............(III.29)

Ou :

q : consommation spécifique de l’explosif kg/m3 ;

St : section à terre nue ;

Ltr : longueur de trou de mine ;

b) Consommation moyenne par trou (Qm) :

Qm = Qt .................................................................... (III.30)
Ntr

Qm= 17/17= 1kg

d) La charge des trous de bouchon (Qb):

Qb = (1,1 1,2) × Qm ...................................... (III.31)

Qb = 1,2 × 1 = 1,2 ; (kg)

e) La charge des trous d’abattage (Qa) :

Qa = Qm = 1kg ............................................................... (III.32)

f) La charge des trous de contour (Qc):

Qc = (0,8 0,9) × Qm ................................................ (III.33)

Page 64
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Qc = 0,8 × 1 = 0,8 kg

5.2.1.10 Nombre de cartouche dans chaque type des trous :

a) Pour les trous de bouchon (Ncb):

Ncb = Qb ........................................................................... (III.34)


Q€

Ncb=1,2/0,25= 4 cartouches ;

Qc: Poids d’une cartouche = 0,25kg

b) Pour les trous d’abattage (Nca) :

Nca = Qa ................................................................... (III. 35)


Qc

Nca=1/0,25=4 cartouches

c) Pour les trous de contour (Ncc) :

Ncc = Qc ...................................................................................... (III. 36)


Qc

Ncc= 0,8/0,25= 3 cartouches

5.2.1.11 Calcul de la consommation totale réel d’explosif (Qr) :

Après avoir calculé définitivement le nombre de cartouche dans chaque type de trou et le
calcule de consommation totale réel de l’explosif par la formule suivant :

Qr=Qc × ((Ntrb × Nb) + (Ntra × Na) + (NtrcNc)) ............................. (III. 37)

Qr= (0,25)×((3×4)+(5×4)+(9×3))

Qr=14,8 kg ;

Nb, Na, Nc: Nombre de cartouches respectivement pour chaque type de trou de mine ;

Ntrb, Ntra, Ntrc: Nombre de trous respectivement pour chaque type de trou de mine ;

Qc : poids de la cartouche ;

Page 65
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

4.2.1.12 Disposition des trous de mine en taille :

La disposition des trous de mine en taille de la dureté des roches, de la structure des
roches, des dimensions de la section et du nombre de surface dégagé
Dans la pratique du creusement des excavations horizontale on utilise plus souvent les
bouchons en coin verticale ;
En ce qui concerne la disposition des trous en taille, il faut suivre les règles suivant :
Les trous de bouchon sont disposés en tenant compte des dimensions données dans le
tableau :

Tableau III.9 : les paramètres et les caractéristiques des trous de bouchon ; [14]

Nombre de trou de bouchon Distance entre


Angle
Coefficient de Section de Section de les rangées des
d’inclinaison
dureté f l’excavation l’excavation trous de
des trous en°
s≤10 m2 s≥10 m2 bouchon en m

2-4 70-80 4 4-6 0,6


4-6 80-70 4-6 6-8 0,45
7-9 70-65 6-8 8-10 0,4
10-20 65-55 8-12 12-14 0,35

D’après le tableau et d’après la dureté f=6 les angles d’inclinaison des trous =75° (80-70) ;

Les trous d’abattage sont disposée à peu près perpendiculaire au front de la taille, la distance
minimale entre les trous d’abattage et les trous de bouchon dépend de la dureté des roches f ≤
7 => la distance =0,45 dans notre cas f=6 donc la distance =0,45m ;

Les trous de mine de contour sont forée avec une pente à la direction des parois de 85° ;

La distance entre les trous de bouchon convergente peut être calculée selon la formule
suivante :

b = 2 × [(L + 20)cotgα + 10] ; (cm) .................... (III. 38)

Page 66
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Ou :

L : profondeur des trous de mine 140 cm ;

α : angle d’inclinaison des trous de bouchon 75°

D’où :

b =2[(140+20) cotg75+10)]=105 cm ;

Tableau III.10 : paramètre des travaux de creusement.

Indice Unité de Valeur


mesure

Dureté de roches - 6
Type de machine de forage - T21
Diamètre de trou de mine mm 40
Nombre du trou trous 17
Type d’explosif temex TEMEX1
Charge d’explosif spécifique kg/m3 0,85
Charge totale d’explosif (réel) kg 14,8
Coefficient d’utilisation de la profondeur des trous - 0,85
Longueur d’avancement m 1,2
Diamètre de la cartouche mm 30

Page 67
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

B
Coupe B-B
13
12 13

6 6
11 14 14

7
A 5 1 7 A
1
10 15
15
3 2 2

8
4 8
9 17 16 16 - 17

Coupe transversale

15-16
9 - 10

1 - 17

8
3
4

Coupe A-A
Figure III.3 : Plan de tir proposé (Disposition des trous)

Page 68
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

5. Calcule la consommation de courant électrique dans le schéma de


connexion (I) : [13]

Pour la mise à feu électrique on se sert du courant délivre par l’exploseur ou prélevée sur
le réseau d’éclairage, nous prenons le bronchement des détonateurs en série en utilisant le
réseau d’éclairage dans tout

les cas le bronchement et de telle sorte que le courant circulant dans chaque détonateurs ne
sont pas inférieur à 2,5A si on utilise le courant alternatif et 2,0A si on utilise le courant
continue pour le connexion en série :

I = (E)/(Rf × rd × md) ................................ (III. 39)

Ou:

I : l’intensité de courant électrique A ;

E : la tension électrique de la source E=220 v ;

Rf = la résistance électrique des fils de connexion ;

Rf=ρ × Lf/Sfc ; (ohm)

ρ : la résistivité spécifique du fils ;

 Pour le fer ρ =0,1324 ;


 Pour le cuivre ρ =0,0175 ;
 Pour l’aluminium ρ =0,0286 ;

On prend le cuivre ρ =0,0175 ;

Lf : longueur des fils électrique en m=100 m ;

Sf : la section du fil de connexion en mm2=0,5 mm ;

md : est le nombre de détonateur 17 détonateurs ;

100
R = (( ) × 0,0175) ............................. (III. 40)
0,5

R = 3,5 ; (ohm)

Page 69
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

rd : la résistance électrique d’un détonateur rd=1,5 ohm ;

Donc :I= 220/3,5+1,5×17=8 A ;

Fil électrique

Détonateur
électrique

Figure III.4 : schéma de connexion des Détonateurs électrique (en série)

Page 70
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

6. Chargement : [13]

6.1 Chargement des roches :

Le chargement des roches abattus s’effectué à l’aide des machines de chargement (pelle
sur raille) ou à l’aide des scrapers ;

 Calcul le nombre des berlines (Nbr) :

Nbr = (Ssr × Lav × Kfoi)/(Vber × Kr ) ....................... (III. 47)

Ou :

Ssr =section de creusement =7,9 m ;

Kfoi: Coefficient de foisonnement=1,5 ;

Lav: Longueur d’avancement=1,2 m ;

Vber: Volume de berline=0,8 m3 ;

Kr: Coefficient de remplissage =0,9 ;

Donc : Nbr = 20 berlines ;

Page 71
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Figure III.5 : chargeuse de type PPN

Page 72
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

7. Organisation des travaux : [13]

7.1 Détermination des volumes des travaux :

Le volume des travaux pour les procèdes individuel peut être déterminé d’après les
formules suivants :

 Volume des travaux de forage des trous (Wf) :

Wf = Ntr × Ltr ;(m3) .................................... (III. 48)

Ou :

Ntr : Nombre de trou ;

Ltr ; longueur de trou de mine ;

Wf = (17×1,4 )=24 m 3 ;

 Volume des travaux de chargement de la roche (Wch) :

Wch = Scr × Lav; (m3) ............................(III. 49)

Lav : longueur d’avancement ;

Wch= (7,9×1,2 )=9,48 m 3 ;

 Volume des travaux de soutènement (Ws) :

Ws = (Scr Sn) × Lav ; (m3) ..................... (III. 50)

Ou :

Scr : section de creusement ;

Sn : section nette ;

Ws = ((7,9 – 5,2)×(1,2) )=3,24 m3;

Page 73
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

 Volume des travaux de la pose de rail (Wp):

Wp = Lav × nv ;( m3) ..................(III. 51)

Ou : nV : nombre de voie =1 ;

Wp=1,2 m 3 ;

 Volume des travaux lors d’aménagement de la rigole (Wr) :

Wr = Lav ; (m3) ...........................(III. 52)

Wr = 1,2 m 3 ;

7.2 Détermination de nombre d’homme postiers pour chaque procédé :

Pour déterminer le nombre d’homme postiers de chaque procédé il faut deviser le volume des
travaux de ce procédé sur la norme de rendement :

7.2.1 Nombre d’homme postiers pour le forage des trous (Gf) :

Gf = Wf/Ef; (h/P)......................... (III. 53)

Gf=24/17=1,4 h/p

Ou :Ef :la norme de rendement de forage en m / hp ;

7.2.2 Nombre d’homme postiers pour le chargement des roches abattus (Gch) :

Gch = Wch/Ech ; (h/P) .................... (III. 54)

Gch=9,48/6,2=1,5 ; h/p

Ech : la norme de rendement de chargement m3/hp ;

7.2.3 Nombre d’homme postiers pour le soutènement (GS) :

Gs = Ws/Es ; (h /P) ..................... (III. 55)

Gs = 3,24/2,35=1,3 ; h/p

ES : la norme de rendement pour le soutènement m/hp ;

Page 74
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

7.2.4 Nombre d’homme postiers pour l’aménagement de la rigole (Gr) :

Gr = Wr/Er ; (h/P) ........................ (III. 56)

Gr=1,2/5,3=0,22 ; h/p

Er : la norme de rendement pour l’aménagement de la rigole m/hp ;

7.2.5 Nombre d’homme postiers pour la pose des rails (GP) :

Gp = Wp ; (h/P) ........................... (III. 57)


Ep

Gp =1,2/6,5=0,18 ; h/p

Ep : la norme de rendement pour la pose des rail m /hP ;

7.2.6 Nombre totale d’homme postiers pour un cycle ∑ G :

∑ G= f + Gch + Gs + Gp + Gr ; (h /P) ................(III. 58)

∑ G= 4,6 ; h/p

7.2.7 Nombre d’ouvriers par poste :

Nou = Σ G/Nc ..........................................(III. 59)

Ou : NC : Nombre de poste par cycle 1poste ;

Nou = 4,6/1= 4 ouvriers ;

7.2.8 Coefficient de dépassement de la norme de rendement (kd):

Kd = Σ G/Nou × Nc...........................(III. 60)

Kd =1,1 ;

Page 75
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

7.2.9 Temps d’exécution de procédé d’un cycle (Tm) :

Avant la détermination du temps d’exécution il faut calculer la durée des travaux non
régulière Tnr:

Tnr = (Tv + Tins + Tch) ; (h) ......................... (III. 61)

Ou :

Tv: La durée de ventilation de chantier après le tir Tv=20 min ;

Tins : Temps de l’inspection de taille après le tir Tins=10-20 min on prend Tins=15 min ;

Tch: Temps de chargement d’un trou :

Tch = (Ntr × T′ch)/Nch ; ................................(III. 62)

T′ch: Temps de chargement d’un trou = 3 min ;

Nch: Nombre des ouvriers de chargement des trous on prend 4 ouvriers ;

Tch =(17,3)/4=13 min ;

Donc : Tnr= (25+15+13) =53 min =0,88 h ;

7.3 Détermination de La coefficient en tenant compte de réduction du temps de


l’excavation des travaux réguliers(αr):

Tc Tnc ..................................................
α = (III. 63)
r
Tc

Tc : Durée d’un cycle Tc=8h ;

Donc : αr =0,89 ;

7.4 Le temps de l’exécution de chaque procédé régulière :

7.4.1 Durée de forage (Tf) :

Gf × TP × αr .........................
Tf = (III. 64)
Nf × Kd

Page 76
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Nf: Nombre d’ouvrier pour l’opération de foration ;

Tf =2 h ;

7.4.2 Durée du chargement de déblai (Tch ):

Gch × Tp × αr.........................
Tch = (III. 65)
Nch × Kd

Nch : nombre d’ouvrier pour le chargement ;

Tch=2,4 h ;

7.4.3 Durée de soutènement de l’excavation (TS) :

GS × TP × αr ....................................
T = (III. 66)
S
Ns × K d

Ns: Nombre d’ouvrier pour le soutènement ;

Ts =2 h;

7.4.4 Durée de la pose de rail (TP) :

GP × TP × αr .........................
T = (III. 67)
P
NP × K d

Np : Nombre d’ouvrier pour la pose de rail ;

Tp =0,3 h;

7.4.5 Durée d’aménagement de la rigole (Tr) :

Gr × Tp × αr ..........................
Tr = (III. 68)
Nr × Kd

Nr : Nombre d’ouvrier pour l’aménagement de la rigole ;

Tr=0,4 h ;

Page 77
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

III.8 Cyclo gramme des travaux

Durée d’un poste de travaille


Processus d’un cycle Durée
(h) 1 2 3 4 5 6 7 8

Inspection de site 0,25

Soutènement 2

Pose de rail 0,3

Aménagement de rigole 0,4

Chargement des déblais 2,4

Forage des trous 2

Chargement des trous 0,11

Tir et ventilation 0,4

Page 78
Chapitre III Construction d’excavation souterraine

Conclusion :

Il est assez difficile, en matière de souterrain, de traiter indépendamment des différents


choix qui concourent à la définition d’une méthode d’exécution des travaux, car ces choix
sont très souvent étroitement liés et dépendants les uns des autres. Plus précisément, le choix
d’une méthode de creusement est loin d’être indifférent par rapport au choix d’un type de
soutènement provisoire ou même de revêtement définitif, et l’ensemble de ces choix est
évidemment conditionné en tout premier lieu par les caractéristiques géotechniques et
hydrogéologiques du massif traversé.
Après toutes ces opération de construction il doit être de faire une identification des différents
types de risques pour cela on va voir dans le chapitre suivant une étude de danger c’est que la
détermination des risques qui sont exposer pendant les travaux souterrains et faire un plan de
sécurité.

Page 79