Vous êtes sur la page 1sur 72

UNIVERSITE LARBI BEN M’HIDI DE OUM EL BOUAGHI

FACULTE DES SCIENCES ET SCIENCES APPLIQUEES


DEPARTEMENT DE GENIE ELECTRIQUE

Filière de Génie Electrique

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


en vue de l’obtention du

DIPLOME DE MASTER
Spécialité : ENERGIE ET RESEAUX ELECTRIQUES

THÈME

AMELIORATION DU TRANSIT DE PUISSANCE D’UN


RESEAU ELECTRIQUE PAR L’UTILISATION DES
SYSTEMES FACTS (STATCOM)

Réalisé par : Encadré par :


BOUNAB Houria BELILA Hassen

Année universitaire : 2016/2017


SOMMAIRE
SOMMAIRE

Sommaire
INTRODUCTION GENERALE 1

CHAPITRE I
GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

I.1 Introduction 3
I.2 La tension 3
II.1Qualité de la tension 3
II.2 Dégradation de qualité de la tension 4
I.3 La puissance réactive 5
I.3.1 L’importance de la puissance réactive 5
I.3.2 Facteur de puissance 5
I.3.3 Transport de la puissance réactive 6
I.3.4 Les contrôle dans le problème tension/Puissance réactive 6
I.3.5.1 Chute de tension sur une ligne 7
I.3.5.2 Contrôle de la tension 8
I.3.6 La Compensation de la puissance réactive 9
I.3.6.1 Les condensateurs 9
I.3.6.2 Les inductances 10
I.3.6.3 Les compensateurs synchrones 10
I.3.6.4 Les compensateurs statiques 10
I.4 Puissance transmissible sur une ligne 10
I.5 Conclusion 11

CHAPITRE II
PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

II.1 Introduction 12
II.2 Définition et le rôle d’un dispositif FACTS 12
II.3 Différentes Catégories des FACTS 12
II.4 Structure des principaux dispositifs FACTS 14
II.4.1 Compensateurs parallèles 14
II.4.1.1 Compensateur parallèles à base de thyristors 14
II.4.1.2 Compensateurs parallèles à base de GTO thyristors 14
II.4.1.2.1 Principe de Fonctionnement 15
II.4.1.2.2 Effet de la compensation shunt (STATCOM) sur le réseau électrique 18
II.4.2 Compensateur séries 19
II.4.2.1 Compensateur séries à base de thyristors 19
II.4.2.2 Compensateur séries à base de GTO thyristors 20
II.4.2.2.1 Principe de fonctionnement 20
II.4.3 Compensateurs hybrides série – parallèle 21
II.4.3.1 Compensateur séries à base de thyristors 21
II.4.3.2 Compensateur séries à base de GTO thyristors 22

i
SOMMAIRE

II.5 Application des dispositifs FACTS dans les réseaux électriques 22


II.6 Les avantages de la technologie des dispositifs FACTS 23
II.7 conclusion 23

CHAPITRE III
MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

III.1 Introduction 24
III.2 Modélisation du STATCOM 24
III.2.1 Modèle mathématique simplifie 24
III.2.2 Contrôle du STATCOM 26
III.2.3 Détermination des références 27
III.2.4 La Méthode Watt Var découplée 28
III.2.5 Régulateur PI avec compensation de pôles 30
III.2.6 Régulation de la tension continue Udc 31
III.2.7 Commande de l'Onduleur 31
III.2.7.2 Commande par hystérésis 31
III.2.7.1 Commande par MLI (Modulation de Largeur d’Impulsion) 32
III.3 Conclusion 32

CHAPITRE IV
APPLICATIONS

I IV.1 Introduction 33
IV.2 Simulation du STATCOM 33
IV.2.1 Description du réseau étudié 33
IV.2.2 Essais de simulation 34
IV.3 Etude d’un réseau de 14 jeux de barre par PSAT 43
IV.3.1. Le Power System Analysis Toolbox (PSAT) 43
IV.3.1.1. PSAT ? 43
IV.3.1.2. Manipulation avec PSAT 44
IV.4 Réseau test de 14 jeux de barre 45
IV.4.1.Présentation du réseau 45
IV.4.2.Calcul de l’écoulement de la puissance 45
IV.4.2.1 Calcul de l’écoulement de la puissance d’un réseau à l’état de l’équilibre 46
IV.4.2.2. Réseau test de 14 jeux de barre avec un défaut au nœud 12 47
IV.4.2.2.1. Calcul de l’écoulement de la puissance avec création d’un défaut dans le nœud 12 48
IV.4.2.3.La connexion d’un dispositif FACTS (STATCOM) aux noeud11 et 14 49
VI.4.2.3.1.Calcul de l’écoulement de la puissance avec compensateur par STATCOM 50
IV.5 Conclusion 52

CONCLUSION GENERALE 53

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 54

ANNEXE 56

ii
LISTE DES FIGURES

Liste des figures

Figure I.1: Exemple des différents types de perturbations 5


Figure I.2 : Circuit équivalent en π d'une ligne électrique 6
Figure I.3 : Circuit équivalent du réseau électrique 7
Figure I.4 : Diagramme vectoriel associé au circuit précédent 7
Figure I.5 : diagramme des tensions pour une ligne compensée (tension constante) 9
Figure I.6 : ligne électrique alimentant une charge. 10
Figure I.7 : Ligne de charge du système. 11
Figure II.1 : Principaux dispositifs FACTS. 13
Figure II.2 : Structure d’un SVC, schéma équivalent. 14
Figure II.3 : Structure d’un STATCOM (a) schéma équivalent (b) caractéristique tension/courant. 15
Figure II.4: STATCOM (Static Synchronous Compensator). 16
Figure I.5 : diagramme des tensions pour une ligne compensée (tension constante) 16
Figure II.6.a : Courbes simulées du courant et tensions en mode capacitif. 17
Figure II.6.b : Courbes simulées du courant et tensions en mode inductif. 18
Figure.II.7 : Ps, Qs, Psh et Qsh en fonction de Vsh 19
Figure II.8 : Le circuit et le schéma équivalent d’un TCSC. 19
Figure II.9 : Structure d'un SSSC, (b) schéma équivalent d'un SSSC. 20
Figure II.10 : SSSC (static synchronous serie compensator). 20
Figure.II.11. (a) : structure du SPS (b) schéma équivalent du SPS. 21
Figure II.12 : Compensateur Unifier UPFC (Unified power flow controller). 22
Figure II.13 : Schéma de deux réseaux connectés. 23
Figure II.14 : Diagramme schématique pour l‘application des FACTS. 23
Figure III.1 : Schéma équivalent de STATCOM. 25
Figure.III.2 : passage du repère (α,β) vers le repère (d, q). 26
Figure III.3 : Identification des courants de référence. 27
Figure. III.4 : le transfert Ishd en fonction de X1 28
Figure. III.5 : Le transfert Ishq en fonction de X2. 29
Figure.III.6 : Régulation et découplage de Ishd. 29
Figure.III.7 : Schéma de Régulation du STATCOM (Watt-Var découplée). 29
Figure.III.8 : Schéma bloc de la Régulation PI des courants du STATCOM 30
Figure.III.9 : Régulation de la tension continue 31
Figure.III.10 : Principe de l’MLI Sinus-Triangle 32
Figure.III.11 : Principe de la commande par hystérésis 32
Figure IV.1 : Schéma unifilaire du réseau étudié. 33
Figure IV.2 : Schéma unifilaire du réseau étudié en pu. 33
Figure IV.3 : La tension de la ligne chargée sans STATCOM 35
Figure IV.4 Le courant de la ligne chargée sans STATCOM. 35
Figure IV.5. La tension délivrée par STATCOM 36
Figure IV.6. La tension délivrée par STATCOM 36
Figure IV.7. Les courants du STATCOM . 37

iii
LISTE DES FIGURES

Figure IV.8. Les courants du STATCOM . 37


Figure IV.9. Puissances Psh et Psh_ref du STATCOM. 38
Figure IV.10. Puissances Qsh et Qsh_ref du STATCOM. 38
Figure IV.11. Une phase de tension du STATCOM avec la tension Vr 39
Figure IV.12. Déphasage entre la tension Vsh et le courant Ish 39
Figure IV.13. Déphasage entre la tension Vsh et Vr 40
Figure IV.14. Régulation de la tension continue 41
Figure IV.15 Les Puissances actives transportées par la ligne 41
Figure IV.16. Les Puissances réactives transportées par la ligne 42
Figure IV.17. la tension Vr après la compensation 42
Figure IV.18. La tension Vr avant la compensation 43
Figure IV.19. La tension Vr après la compensation 43
Figure IV.20. Page d’accueil du PSAT. 44
Figure IV.21. Topologie du réseau étudié. 45
FigureVI.22. Les tensions de chaque jeu de barre 47
Figure IV.23. Topologie du réseau avec défaut. 47
Figure VI.24 : Les tensions de chaque jeu de barre après création d’un défaut 49
Figure VI.25 : réseau avec la connexion de STATCOM 49
Figure VI.26 : Les tensions de chaque jeu de barre après la compensation 51
FigureVI.27. Comparaison entre la tension des nœuds avant et après la compensation 51

iv
LISTE DES TABLEAUX

Liste des tableaux

Tableau I.1 classification possible des différents types de perturbations 4


Tableau IV.1 : Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées dans un réseau normal 46
Tableau IV.2 : Les données des lignes étudié 46
Tableau IV.3 : Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées sur un défaut 48
Tableau IV.4 : Les données des lignes leur un défaut. 48
Tableau IV.5: Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées en présence du STATCOM 50
Tableau IV.6 : Puissances transmises et perdue à travers les lignes électriques. 51

v
INTRODUCTION GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

Introduction Générale

L'industrialisation et la croissance de la population sont les premiers facteurs pour lesquels la


consommation de l'énergie électrique augmente régulièrement. Ainsi, pour avoir un équilibre
entre la production et la consommation, il est nécessaire d'augmenter le nombre de centrales
électriques, de lignes, de transformateurs etc…, ce qui implique une augmentation de coût et une
dégradation du milieu naturel [4].

Le maintien de l’équilibre entre la production et la consommation nécessite alors une surveillance


permanente du système afin d’assurer la qualité du service (problème de conduite), garantir sa
sécurité (problème de protection) et sa stabilité (problème de réglage).

D'autre part plus que le réseau augmente plus qu'il devient complexe et plus difficile à contrôler.
Ce système qui doit conduire de grandes quantités de l'énergie en l'absence de dispositifs de
contrôle sophistiqués et adéquats beaucoup de problèmes peuvent survenir sur ce réseau tel que :
le transit de puissance réactive excessif dans les lignes, les creux de tension entre les différentes
parties du réseau…etc.

Les réseaux électriques jusqu'à ces dernières années sont contrôlés mécaniquement : malgré
l'utilisation de la microélectronique, des ordinateurs et des moyens rapides de télécommunication
dans le contrôle des réseaux, la dernière action dans ces systèmes de commande est prise avec des
dispositifs mécaniques ayant un temps de réponse plus au moins long.

Le développement rapide de l'électronique de puissance a un effet considérable dans


l'amélioration des conditions de fonctionnement des réseaux électriques en performant le contrôle
de leurs paramètres par l'introduction de dispositifs de contrôle à base des composants
d'électronique de puissance très avancés (GTO, IGBT) connus sous l'acronyme FACTS: Flexible
Alternatif Currant Transmission Systems.

La nouvelle génération des systèmes FACTS est constituée principalement par des convertisseurs
de tension (ou courant), à base des interrupteurs statiques modernes (GTO ou IGBT) commandées
en ouverture et en fermeture, liés à des condensateurs comme source de tension continue. Ces
convertisseurs selon leur connexion au réseau sont distingués en compensateurs shunt, série et
hybride tels que : STATCOM, SSSC, UPFC respectivement.

L'objectif de ce modeste travail est d'étudier les fonctions de contrôle offerts par le STATCOM
dans la compensation de la puissance réactive aussi que le maintien de la tension au point de
racourdement. Cette étude qui est organisée en quatre chapitres :

1
INTRODUCTION GENERALE

Le premier chapitre a donné une brève revue sur l'opération de transport de l'énergie électrique
ainsi que le besoin du maintien de la tension et les bénéfices de la compensation shunt. Les
techniques traditionnelles de compensation shunt et série sont exposées.

Le deuxième chapitre est consacré à l’exploration rapide dans l'historique des systèmes FACTS et
la description de la structure de ces deux dispositifs (STATCOM et SSSC), une explication en
détail des principes de leurs fonctionnements et puis la contribution de ces derniers et leurs effets
dans le contrôle des réseaux électriques est montrée.

La modélisation de dispositif STATCOM a fait l'objectif du troisième chapitre. La stratégie de


commande Watt-Var découplé adoptée pour le contrôle des courants actifs et réactifs de ce
dispositif est expliqué ainsi que le calcul de tous les régulateurs proportionnels intégraux.

Afin de valider la théorie et les modèles exposés dans les chapitres précédents une simulation
structurée est exécutée dans l'environnement Matlab-Simulink de ce contrôleur intégré dans un
réseau simple de transport de l'énergie électrique. Les courbes de la majorité des paramètres du
réseau dans plusieurs cas de simulation sont présentées et interprétées dans ce quatrième chapitre.

Enfin, on présentera une conclusion générale et proposera des perspectives d'études futures
permettant de compléter ce travail.

2
CHAPITRE I :

GENERALITE SUR LA
PUISSANCE REACTIVE ET LA
TENSION DANS LES RESEAUX
ELECTRIQUES
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

I.1 Introduction

La gestion du réseau électrique ne consiste pas seulement à faire en sorte que les transits soient
inférieurs aux capacités de transport de chaque ouvrage du réseau. Il faut également surveiller
plusieurs paramètres techniques, dont la puissance réactive et le niveau de tension. la tension
électrique doit rester dans une plage autorisée en tout point du réseau, dans toutes les situations de
production et de consommation prévisibles. En effet, la tension peut localement être dégradée, par
exemple les jours de forte consommation, dans ce cas, les transits à travers les lignes du réseau
sont importants, ce qui provoque une chute de tension dans ces lignes.

Comme tout générateur d'énergie électrique, un réseau de puissance fournit de l'énergie aux
appareils utilisateurs par l'intermédiaire des tensions qu’il maintient à leurs bornes. Il est évident
que la qualité et la continuité de la tension est devenue un sujet stratégique pour plusieurs raisons
concernent l'exploitation des réseaux électriques [1].

I.2 La tension

I.2.1 La qualité de la tension

La qualité d'énergie ou de la tension est le concept d'efficacité de classer les équipements


sensibles d'une manière qui convient à l'opération de l'équipement. Pour rappel, la tension possède
quatre caractéristiques principales :
 Fréquence.
 Amplitude.
 Forme d’onde.
 Symétrie.
Pour le réseau synchrone algérien, la valeur moyenne de la fréquence fondamentale, mesurée, doit
se trouver dans l'intervalle de 50 Hz 1 %.
Le maintien de ce niveau de qualité est la responsabilité commune de tous les gestionnaires de
réseaux concernés (zones de réglage), qui doivent participer aux réglages primaire et secondaire
de la fréquence.
Le gestionnaire de réseau doit maintenir l'amplitude de la tension dans un intervalle de l'ordre de
10 % autour de sa valeur nominale. Cependant, même avec une régulation parfaite, plusieurs
types de perturbations peuvent dégrader la qualité de la tension :
 les creux de tension et coupures brèves.
 les variations rapides de tension (flicker).
 les surtensions temporaires ou transitoires.
Les deux premières catégories posent les problèmes les plus fréquents (plus grande difficulté de
s'en protéger). [2] [3]

3
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

I.2.2 Dégradation de la qualité de la tension [1] [2] [3]


Les perturbations dégradant la qualité de la tension peuvent résulter de :
Défauts dans le réseau électrique ou dans les installations des clients :
 court-circuit dans un poste, une ligne aérienne, un câble souterrain, etc.
 causes atmosphériques (foudre, givre, tempête…).
 matérielles (vieillissement d’isolants…).
 humaines (fausses manœuvres, travaux de tiers…).
Installations perturbatrices :
 fours à arc.
 Soudeuses.
 variateurs de vitesse.
 toutes applications de l'électronique de puissance, téléviseurs, éclairage fluorescent,
 démarrage ou commutation d’appareils, etc.…
Le tableau suivant présente une classification possible des différents types de perturbations.

Perturbation Définition

Creux de tension Chute bref de la valeur efficace de la tension - de quelques dizaines de millisecondes
à quelques seconde(s)

Surtension Pic bref ou très bref de la valeur efficace de la tension, ou de la valeur instantanée de
impulsionnelle la tension

Papillotement Fluctuations rapides et relativement faibles de la valeur efficace de la tension

Tension basse Valeur efficace de la tension (moyennée sur plusieurs secondes à quelques minutes)
durablement inférieure au(x) seuil(s) admis - typiquement 90 % de la tension
nominale

Tension haute Valeur efficace de la tension durablement supérieure au(x) seuil(s) admis -
typiquement 110 % de la tension nominale

Fluctuation de Ecart de la fréquence par rapport à sa valeur de référence - 50 Hz en France


la fréquence

Harmoniques et Signaux parasites de fréquence multiple de 50 Hz (harmoniques) ou de fréquence


inter-harmoniques quelconque (inter-harmoniques)

Déséquilibre Différences entre les valeurs efficaces des trois phases

Tabl I.1 classification possible des différents types de perturbations.

4
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

Fig I.1. Exemple des différents types de perturbations.

I.3 La Puissance Réactive [4]


Les réseaux électriques à courant alternatif fournissent l’énergie apparente qui correspond à la
puissance (ou puissance appelée). Cette énergie se décompose en deux formes d’énergie :
 L’énergie active : transformée en énergie mécanique (travail) et en chaleur (pertes).
 L’énergie réactive : utilisée pour créer des champs magnétiques.
Les consommateurs de puissance réactive sont les moteurs asynchrones, les transformateurs, les
inductances et les convertisseurs statiques (redresseurs).

I.3.1 Importance de la puissance réactive


L’énergie réactive est un facteur très important qui influe sur la stabilité et l’équilibre du réseau
électrique, ainsi que son fonctionnement. Les effets secondaires de ce facteur ce résume dans les
points suivants :
a) La chute de tension dans les lignes et les postes de transformation.
b) Les pertes supplémentaires actives dans les lignes, les transformateurs et les générateurs.
c) Les variations de tension du réseau sont étroitement liées à la fluctuation de la puissance
réactive dans le système de production. [4]
I.3.2 Le facteur de puissance
C’est le quotient de la puissance active consommée et de la puissance apparente fournie.
(I.1)

Le est le facteur de puissance qui est fondamental et ne prend pas en compte la puissance
véhiculée par les harmoniques.
 Un facteur de puissance proche de 1 indique une faible consommation d’énergie réactive
et optimise le fonctionnement d’une installation. Il permet d'identifier facilement les
appareils plus ou moins consommateur de puissance réactive.
 Un facteur de puissance égale à 1 ne conduira à aucune consommation de la puissance
réactive (résistive pure).

5
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

 Un facteur de puissance inférieur à 1 conduira à consommation de la puissance réactive


d'autant plus importante qu'il se rapproche de 0 (inductive pure).
Dans une installation électrique, le facteur de puissance pourra être différent d'un atelier à un
autre, selon les appareils installés et la manière dont ils sont utilisés (fonctionnement à vide,
pleine charge…).

I.3.4 Transport de la puissance active et réactive


Quand un régime permanent de circulation d'énergie est établi dans un réseau électrique. On peut
écrire les équations reliant les puissances actives Pi et réactives Qi injectées ou soutirées en
chaque sommet i et les tensions en modules | | et phases θ.
La détermination des tensions et courants sur une ligne électrique peut être effectuée en utilisant
la notation complexe [4]. En schématisant chaque liaison (du sommet i au sommet k) par un π
symétrique tel que (i=1, k=2).

Fig I.2. Circuit équivalent en π d'une ligne électrique

Les lignes sont normalement spécifiées par :


 Une impédance série :
 Une admittance shunt :
En pratique est extrêmement petit ( ) et par conséquent ou représente la
suspectant shunt. [4]

I.3.5 Les contrôles dans le problème tension / puissance réactive


Un système est dit bien conçu s'il peut délivrer une énergie d'alimentation fiable et de bonne
qualité par bonne qualité on entend un niveau de tension dans des limites acceptables.

Chaque fois que le niveau de tension en un point du système est soumis à des variations cela est
dû à un déséquilibre entre la puissance fournie et consommée.

En effet quand une charge est alimentée à travers une ligne de transmission dont la tension de
départ est constante, la tension de la charge dépend de l'amplitude de la charge et du facteur de
puissance de la charge. La variation de tension en un nœud est un indicateur de déséquilibre entre
la puissance réactive délivrée et celle consommée cependant une importation de la puissance

6
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

réactive donne une augmentation des pertes de puissances et de la chute de tension à travers
l'impédance d’alimentation.

I.3.5.1 Chute de tension sur une ligne

Fig I.3. Circuit équivalent du réseau électrique.

Afin d'illustrer les relations entre la puissance réactive et la chute de tension, considérons le
circuit équivalent ci-dessous. La chute de tension due au courant I dans l'impédance.

– (I.2)
Si nous traçons le diagramme vectoriel de ce circuit.

Fig I.4. Diagramme vectoriel associé au circuit précédent.

(I.3)
– (I.4)
– (I.5)
– (I.6)
(I.7)

C'est-à-dire que la chute de tension a une composante ΔVR en phase avec Vr et une composante
ΔVX en quadrature avec Vr.
Il est clair que la chute de tension dépend simultanément de la puissance active et réactive de la
charge.

7
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

Comme – donc et en considérant égale 1.


| | | | | | (I.8)

| | | | | | (I.9)

Comme on peut approximer

| | | | (I.10)

(I.11)

Puisque la réactance est le paramètre prédominant dans l'impédance du réseau c'est-à-dire


, on peut écrire que :

(I.12)

Donc la cause de la chute de tension à travers une impédance est due principalement au courant
réactif passant dans cette impédance, ou en d’autres termes elle est due à la variation de la
puissance réactive. [4]
Pour maintenir constante si le courant I change, il faut varier la puissance réactive au point de
raccordement de la charge.

I.3.5.2 Contrôle de la tension


La chute de tension sur un élément de réseau s'exprime par l’équation (I.12)
L'examen de cette équation montre que pour maintenir constante au niveau du consommateur.
On dispose de plusieurs solutions à savoir :
- Augmentation de la tension de départ .
- Diminution de la réactance de la ligne par insertion de réactance capacitive.
- Fourniture de la puissance réactive au niveau des usagers (compensation de la puissance
réactive). Cette compensation peut être obtenu soit par :
 la connexion de capacité shunts ;
 la connexion de compensateur synchrone ;
 la connexion de réactance shunt (pour les faibles charges, ou charges capacitives). [6]

En connectant un compensateur de puissance réactive en parallèle avec la charge, il sera


possible de maintenir la tension Vr égale en module à la tension Vs. La puissance réactive totale
connectée au jeu de barre de charge sera remplacée par , où est la puissance
réactive injectée par le compensateur et qui sera ajustée pour faire tourner le vecteur ∆V
jusqu'à ce que la tension Vr sera égale à le tension Vs comme le montre la figure I.5.

8
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

Fig I.5 diagramme des tensions pour une ligne compensée (tension constante)

I.3.6 La Compensation de la puissance réactive


Le bilan global de la puissance réactive produite et consommée dans l'ensemble du système
électrique doit être équilibré. Toutefois, l'équilibre local n’est pas naturel. Il en résulte des transits
de la puissance réactive. Ou, ces transits provoquent des chutes de tension et des pertes. Il faut,
donc, éviter ces transits par la production de la puissance réactive, autant que possible, à l'endroit
où elle est consommée.

Les variations de tension du réseau sont étroitement liées aux fluctuations de la puissance réactive
dans le système de production et de transport. Ceci tient au fait que la puissance réactive
intervient de manière importante dans l'expression de la chute de tension.

L’analyse des variations de la demande de la puissance réactive montre que le problème de


l’adaptation offre-demande présente deux aspects qui nécessitent l’emploi de dispositifs aux
caractéristiques très différentes [5] [3]:
 le premier consiste à suivre les fluctuations périodiques. Celles-ci sont connues, tout au
moins pour les charges dans une large mesure prévisible. Une grande part de l’ajustement
peut donc être réalisée à l’aide de moyen dont l’action est discontinue et le temps de
réponse relativement long. Cette catégorie comprend les batteries de condensateurs et les
inductances installées sur les réseaux.
 le second consiste à faire face aux variations brusques et aléatoires. Ceci nécessite la mise
en œuvre de moyens dont le temps de réponse est très court. Cette catégorie comprend les
groupes de production ainsi que les compensateurs synchrones et les compensateurs
statiques.
I.3.6.1 Les condensateurs
Ils ont pour rôle de fournir une partie de l’énergie réactive consommée par les charges dans le
réseau. On distingue deux types :

9
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

 Des batteries de condensateurs HT, raccordées aux jeux de barres HT des postes THT/HT.
Elles sont essentiellement destinées à compenser les pertes réactives sur les réseaux HT et
THT.
 Des batteries de condensateurs MT, raccordées aux jeux de barres MT des postes HT/MT
ou THT/MT. Ces batteries servent à compenser l’appel global de l’énergie réactive des
réseaux de distribution aux réseaux de transport. Elles sont localisées et dimensionnées
individuellement en fonction du réglage de tension.
I.3.6.2 Les inductances
Elles sont utilisées pour compenser l’énergie réactive fournie en heures creuses par les lignes à
très haute tension ou par les câbles. Elles sont soit directement raccordées au réseau, soit
branchées sur les tertiaires des transformateurs. Par conséquent, elles permettent une limitation
des surtensions dans le réseau.

I.3.6.3 Les compensateurs synchrones


Les compensateurs synchrones sont des machines tournantes qui ne fournissent aucune puissance
active, mais qui peuvent suivant qu’elles soient sous ou surexcités, fournir ou absorber de la
puissance réactive.

I.3.6.4 Les compensateurs statiques


Ils sont constitués par l’ensemble de condensateurs et d’inductances commandées par thyristors,
montés en tête-bêche dans chaque phase. [7]

I.4 Puissance transmissible sur une ligne


L'énergie électrique est transportée par des lignes électriques de capacités limitées à cause des
limites thermiques des câbles, des tensions appliquées aux bornes et de l'angle de charge δ. Les
puissances transmises par une ligne électrique radiale sont données par les formule qui suivent :

Considérant la figure fig.I.6 qui représente une ligne électrique alimentant une charge

(P + jQ) en admettant que la résistance de la ligne est très faible vis-à-vis sa la réactance
l'impédance donc: Zs = jXs .

(a) ligne de transport schéma (b) diagramme des tensions

Fig.I.6 ligne électrique alimentant une charge

10
CHAPITRE I: GENERALITE SUR LA PUISSANCE REACTIVE ET LA TENSION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES

En prenant la tension au borne de la charge comme référence des phase fig.I.1.b et en négligeant
la résistance Rs, le courant sera en phase avec Vr, La puissance demandé par la charge sera
donnée par les équations qui suivent:

avec

(I.13)

(I.14)

La relation entre la tension au jeu de barre de charge et le courant de charge I est décrite par la
droite de la figure I.7 appelée ligne de charge du système qui est définie par l'équation d'une droite
qui passe par Vs et de pente -Zs :

Fig I.7 Ligne de charge du système

I.5 Conclusion
Ce chapitre a traité les différents phénomènes perturbateurs qui influents sur la qualité de tension,
ainsi les différents moyens de compensation conventionnelle de la puissance réactive.

Cela nous persuade que le contrôle de tension et l’optimisation de la puissance réactive est un
objectif important pour maintenir un profil adéquat dans les réseaux électriques.

Actuellement il existe une méthode moderne et sophistiqué pour le contrôle de tension et pour
optimiser la puissance réactive dans les réseaux électriques. Cette méthode utilise les dispositifs
FACTS (basées sur l’électronique de puissance) qu’ils seront traités en détail dans le
prochain chapitre.

11
CHAPITRE II :

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT
DES SYSTEMES FACTS
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

II.1 Introduction

L'amélioration de la qualité de l'énergie, l'augmentation de la capacité transitée et le contrôle des


réseaux existants peut être obtenue grâce à la mise en place de nouvelles technologies. La
compagnie américaine EPRI (Electric Power Research Institute) a lancé, en 1988, un projet
d’étude des systèmes FACTS afin de mieux maîtriser le transit de puissance sur les lignes
électriques.

Le concept FACTS regroupe tous les dispositifs à base de l’électronique de puissance qui
permettent d’améliorer l’exploitation du réseau électrique. La technologie de ces systèmes
(interrupteur statique) leurs assure une vitesse et une fiabilité supérieures à celle des systèmes
électromécaniques classiques. L’intérêt de ces systèmes est non seulement de pouvoir contrôler
l’écoulement de puissance dans les réseaux mais aussi d’augmenter la capacité effective de
transport jusqu’à leur limite thermique maximale. [8]

II.2 Définition et le rôle d’un dispositif FACTS

Le concept FACTS « Flexible Alternative Currents Transmission Systems » est un terme


générique qui caractérise l’ensemble des équipements mettant en jeu de l’électronique de
puissance (diodes, thyristors, GTO, IGBT…..).

Ces équipements permettent d’améliorer l’exploitation du réseau électrique c'est-à-dire les


différents paramètres du réseau électrique tension, impédance déphasage …etc.

La technologie de ces systèmes (interrupteur statique) leur assure une vitesse supérieure à celle
des systèmes électromécaniques classiques. De plus, ils peuvent contrôler le transit de puissance
dans les réseaux et augmenter la capacité efficace de transport tout en maintenant voir en
améliorant, la stabilité des réseaux. [8].

II.3 Différentes Catégories des FACTS [9]

Le tableau de la figure II.1 représente les grandes catégories des dispositifs de contrôle des
réseaux électriques ; la colonne sur la gauche contient les systèmes conventionnels constitues de
composant de base R L C et transformateurs de valeurs fixes (compensation fixe) ou variable
commandés par des interrupteur mécaniques. Les dispositifs FACTS continents également les
mêmes composants mais rapidement commander avec des interrupteurs statiques et convertisseurs
de l'électronique de puissance.

12
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Fig II.1. Principaux dispositifs FACTS

Chaque élément de ces colonnes peut être structuré selon sa connexion au réseau, en général les
FACTS sont devisé en trois grandes catégories principales [10] :

 Les compensateurs parallèles appelés aussi compensateurs de puissance réactive. Contrôlent


le flux de puissance réactive dans la ligne. Ils permettent de maintenir la tension du réseau au
point de connexion dans une plage bien déterminée pour le bon fonctionnement du réseau.
 Les compensateurs séries ou compensateurs d'impédance agissent par l'ajustement de
l'impédance de la ligne. Ce type de compensateurs est capable de contrôler le transit de puissance
active dans la ligne.
 Les compensateurs hybrides associent compensateurs séries et parallèles, qui sont
commander d'une manière coordonné afin d'accomplir un contrôle prédéfini. Ils permettent un
contrôle multi variables, ils servent à contrôler le flux de puissance active et réactive, la tension et
l'angle de transport de l'énergie.
Ces compensateurs modifient les flux de puissances active et réactive en agissant sur tous les
paramètres : tension, angle, impédance.

13
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

II.4 Structure des principaux dispositifs FACTS

II.4.1 Compensateurs parallèles

II.4.1.1 Compensateur parallèles à base de thyristors

 TCR (Thyristor Controlled Reactor), Le TCR ou RCT : (Réactances Commandées par


Thyristors), est une inductance branchée en série avec une valve à thyristors bidirectionnelles. La
valeur de l’inductance est continuellement changée par l'amorçage des thyristors. [8]
 TSC (Thyristor Switched Capacitor), Le TSC ou CCT : (Condensateurs Commandés par
Thyristor), un TSC comprend un condensateur branché en série avec une valve à thyristors
bidirectionnelle et une inductance d’atténuation.
 SVC (Static Var Compensator), L’association des dispositifs TCR, TSC, bancs de capacités
fixes et filtre d’harmoniques constitue le compensateur statique d’énergie réactive. La figure (II.2)
montre le schéma de base d’un SVC et sa caractéristique statique. [8] [11] Dont le premier
exemple a été installé en 1979 en Afrique du Sud.

Fig II.2. Structure d’un SVC, schéma équivalent.

Un SVC supposé idéal ne contient pas de composant résistif = 0, donc il ne consomme pas
d'énergie active du réseau. Sa puissance réactive est fonction de la tension au jeu de barre de
connexion et de la susceptance , [9].

=0 ;

= -| |2

II.4.1.2 Compensateurs parallèles à base de GTO thyristors

STATCOM (STATic COMpensator) : C’est en 1990 que le premier STATCOM a été conçu.
C'est un convertisseur de tension à base de GTO ou de IGBT alimenté par des batteries de
condensateur, l'ensemble est connecté parallèlement au réseau à travers un transformateur de
14
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

couplage Figure (II.3.a), Ce dispositif est l'analogue d'un compensateur synchrone , et comme
c'est un dispositif électronique il n'a pas d'inertie mécanique présentant alors de meilleures
caractéristiques tel que sa dynamique rapide et son faible coût d'installation et de sa maintenance
devant les compensateurs synchrones. [9]

Fig II.3. Structure d’un STATCOM (a) schéma équivalent (b) caractéristique tension/courant

Le STATCOM permet le même contrôle qu’un SVC mais avec plus de robustesse, ce dispositif
est capable de délivrer la puissance réactive même si la tension du jeu de connexion est très faible,
d’après sa caractéristique en constate que le courant maximal du STATCOM est indépendant de la
tension du nœud.

II.4.1.2.1 Principe de Fonctionnement

Les compensateurs shunts sont bien reconnus dans la compensation de l'énergie réactive et par
conséquence la régulation de la tension au jeu de barre où ils sont connectés. Le STATCOM est
un générateur synchrone statique qui génère une tension alternative triphasé synchrone avec la
tension du réseau à partir d'une source de tension continue. L'amplitude de la tension du
STATCOM peut être contrôlée afin d'ajuster la quantité de l'énergie réactive à échanger avec le
réseau. En général la tension du STATCOM est injectée en phase avec la tension de la
ligne et dans ce cas il n y a pas d'échange de l'énergie active avec le réseau mais seulement la
puissance réactive qui sera injectée (ou absorbée) par le STATCOM comme le résume la figure
II.4. [9] [12].

15
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Fig II.4. STATCOM (Static Synchronous Compensator)

Soit le schéma équivalent de ce dispositif avec le système énergétique (source, ligne et charge) est
donné par la figure (II.5).[13]

Fig II.5. Schéma équivalent du STATCOM connecté à un réseau électrique

Le courant injecté par le STATCOM est donné par :


̅ ̅
̅ = (II.1)

La puissance injectée au jeu de barre "t" est donnée par l'équation suivante :
̅ ̅ ̅ ̅̅
̅ =̅ ̅ = = (II.2)

D’où on aboutit aux puissances active et réactive injectées par le STATCOM au jeu de barre "t"
exprimées par les formules qui suivent :

=- (II.3)
= ( - (II.4)

16
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Avec l'hypothèse d'un STATCOM idéal (convertisseur sans pertes), la contrainte de


fonctionnement que doit satisfaire le STATCOM est de ne pas échanger la puissance active avec
le réseau.

Donc: =- =0
D’où la condition =0 donc

D'après cette condition la tension injectée par le STATCOM ̅ doit être en phase avec la
tension du jeu de barre de raccordement. [5][8] [11] .

Cependant il y a toujours, dans la pratique, une petite quantité de la puissance active absorbée à
partir du réseau pour couvrir les pertes des interrupteurs du convertisseur du STATCOM et les
pertes au niveau du transformateur de couplage et pour maintenir la tension DC aux bornes du
condensateur constante.

Comme les tensions Vsh et Vt (Fig. II.4) sont en phase le courant Ish du STATCOM, en
quadrature avec la tension Vt, est donc un courant réactif son amplitude et sa puissance réactive
correspondante échangée avec le réseau sont données par les équations suivantes:

En admettant que la tension Vsh est sur l'axe d (comme référence des phases): , =0

| |= (II.5)

= = (1- ) (II.6)

A partir de l'équation (II.6) il parait claire que si le module de la tension du STATCOM Vsh égale
le module de la tension Vt du réseau aucun transfert de l'énergie n'est effectué.

Si , le STATCOM fonctionne en mode capacitif et fournie une puissance


réactive au réseau. Fig. II.6 (a).

Si alors , le STATCOM dans ce cas absorbe la puissance réactive a partir du


réseau et fonctionne en mode inductive Fig. II.6 (b).

Fig II.6.a. Courbes simulées du courant et tensions en mode capacitif

17
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Fig II.6.b. Courbes simulées du courant et tensions en mode inductif

NB : La puissance nominale du STATCOM dépend de la puissance réactive demandée pour la


compensation au point de connexion. Le calcul de la répartition de charge (écoulement de
puissance) détermine la tension du jeu de barre à réguler et la quantité de la puissance réactive
nécessaire pour atteindre cet objectif.

II.4.1.2.2 Effet de la compensation shunt (STATCOM) sur le réseau électrique


Pour étudier les relations entre le réseaux électrique et le STATCOM on va adopté pour cela le
modèle mathématique de la figure II.4 qui représente le schéma unifilaire d'un réseau électrique et
d'un STATCOM installé dans une ligne de transport. Les équations des courants Is, Ish et Ir sont les
suivants :
̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ (II.7)
̅ ̅ ̅ ̅

̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ (II.8)
̅ ̅ ̅ ̅

̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ (II.9)
̅ ̅ ̅ ̅

Les puissances injectées par la source Vs peuvent être calculée à partir des équations:
̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ ̅ *̅ ( )+ (II.10)
̅ ̅ ̅ ̅

̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ ̅ *̅ ( )+ (II.11)
̅ ̅ ̅ ̅

Les puissances délivrées par le STATCOM données par les équations 2.8 (a) et (b) sont
représentées sur la figure II.7.
̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ ̅ *̅ ( )+ (II.12)
̅ ̅ ̅ ̅

̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅ ̅
̅ ̅ *̅ ( )+ (II.13)
̅ ̅ ̅ ̅

18
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Les puissance actives et réactives en pu


Ps
Qs
1.5 Psh
Qsh

0.5

-0.5
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
la tension Vsh injectée par le STATCOM en pu

Fig.II.7. Ps Qs Psh et Qsh en fonction de Vsh

Sur la caractéristique de la figure II.7 qui représente la variation des puissances active et réactive
Ps et Qs transportées par la ligne ainsi que les puissances active et réactive injectées par le
STATCOM Psh et Qsh, en fonction des variations de l'amplitude de la tension Vsh il parait clair que
l'influence de la tension Vsh sur la puissance réactive Qs est plus grand que sur la puissance Ps. Et
on voit qu'on augmentant la tension Vsh la puissance réactive injectée par le STATCOM augmente
et par conséquence la puissance réactive injectée au réseau par le générateur diminue.
Nous pouvant constater aussi que la capacité de transit de la puissance active est améliorée. Celle-
ci était occupée par la puissance réactive. [11][12][14]

II.4.2 Compensateur séries


II.4.2.1 Compensateur séries à base de thyristors
TCSC (Thyristor Controlled Series Capacitor) : Le Compensateur Série Contrôlé par Thyristors
(TCSC) est composé d’une inductance en série avec un gradateur à thyristors, le tout en parallèle
avec un condensateur. La représentation schématique et son circuit équivalent de ce compensateur
sont donnés par la figure (II.8) [8].

Fig II.8. Le circuit et le schéma équivalent d’un TCSC

Du point de vue fonctionnement, le TCSC se comporte comme une réactance variable connectée
en série avec la ligne de transmission (figure II.8.b). Si les thyristors sont bloqués, le TCSC a une
impédance fixe qui est celle du condensateur. Si Les thyristors sont commandés en interrupteur
électronique et en pleine conduction, l’impédance du TCSC est encore fixe et vaut l’impédance
équivalente du condensateur en parallèle avec l’inductance. A partir du fonctionnement de ce type
19
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

de compensateur, on peut conclure que, le TCSC permet de varie la langueur électrique de la ligne
de transmission en variant son impédance électrique, il peut être utilisé pour fournir une
régulation du flux de puissance active. [8]

II.4.2.2 Compensateur séries à base de GTO thyristors


SSSC (Static Synchronous Series Compensator) : c’est l’un des plus important dispositifs
FACTS ; similaire à un STATCOM mais avec une tension de sortie injectée en série dans la ligne,
son schéma de principe est donné par la figure II.9. Ce dispositif appelé aussi DVR (Dynamic
Voltage Restorer) est utilisé généralement dans les réseaux de distribution afin de résoudre les
problèmes de qualité d'énergie tel que les creux de tensions et maintenir ces dernières à des
niveaux constants. [9]

Fig II.9. Structure d'un SSSC, (b) schéma équivalent d'un SSSC.

II.4.2.2.1 Principe de fonctionnement

Le SSSC est un générateur statique synchrone de la famille des compensateurs série fonctionnant
sans source d'énergie extérieure. Son principe de fonctionnement peut être expliqué en ce référant
au schéma et au phaseur la figure II.10.

Fig II.10. SSSC (static synchronous serie compensator)

20
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

Le SSSC délivre une tension triphasée Vse , à la fréquence du réseau, en quadrature ( ) avec le
courant de la ligne et contrôlable afin d'augmenter ou diminuer la tension à travers la ligne
représentée par sa réactance selon le mode de compensation capacitif ou inductif
respectivement (Fig. II.11), mais comme la réactance de la ligne ne varie pas réellement, c'est le
courant dans la ligne qui sera affecter par cette variation et par conséquence les puissances
correspondante. [8][12].

Idéalement la tension Vse est à du courant de la ligne ce qui fait qu'aucun échange de la
puissance active est entre le réseau et le SSSC. Pratiquement il y a toujours une petite composante
de cette tension en phase avec le courant qui génère une petite quantité de la puissance
active pour couvrir les pertes dans le convertisseur.

II.4.3 Compensateurs hybrides série – parallèle

II.4.3.1 Compensateur séries à base de thyristors


SPS (Static Phase Shifter): le déphaseur statique est un transformateur déphaseur à base de
thyristors, ce dispositif a été conçu pour remplacer les ancien transformateurs déphaseurs
commandés mécaniquement. Il est constitué de deux transformateurs l'un branché en série avec la
ligne et l'autre en parallèle, la figure (II.11) donne un schéma de principe de ce dispositif et son
schéma équivalent. [9]

Fig.II.11. (a) structure du SPS (b) schéma équivalent du SPS.

Ce dispositif varie l'angle de phase de la tension aux extrémités de la ligne ; son principe est basé
sur l'injection d'une tension en quadrature avec la tension de l'extrémité la ligne à déphaser. Cet
équipement permet aussi un contrôle rapide du flux de la puissance active. La variable de contrôle
de ce dispositif est l'angle de phase de la tension injectée "φ" qui est ajusté en utilisant
l'algorithme de Newton pour satisfaire un flux de puissance active spécifié. [15] [9]

La puissance active qui transite dans cette ligne à travers le SPS est donnée par la formule
suivante :
| | | |
= .sin ( ) (II.13)

Un ajustement approprié de l'angle φ permet un contrôle précis du flux de puissance active.

21
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

II.4.3.2 Compensateur séries à base de GTO thyristors

UPFC (Contrôle uruniverselle de l'écoulement de puissance) : L’association des dispositifs


parallèle (STATCOM) et série (SSSC) par l’intermédiaire d’un bus continu constitue le
compensateur hybride, plus connu sous le nom UPFC (variateur de charge universelle). Gygyi a
présenté le concept de ce compensateur en 1990 [8].

L’originalité de ce dispositif est de pouvoir contrôler les trois paramètres associés au transite de
puissance dans une ligne électrique à savoir : la tension, l’impédance de la ligne, le déphasage des
tensions aux extrémités de la ligne [10].

Fig.II.12. Compensateur Unifier UPFC (Unified power flow controller).

L’UPFC est constitué de deux onduleurs triphasés de tension, un onduleur connecté en parallèle
au réseau par l’intermédiaire d’un transformateur de couplage, et l’autre connecté en série avec le
réseau via un transformateur de couplage, les deux onduleurs sont interconnectés par un bus
continu représenté par le condensateur C. [8]

II.5 Application des dispositifs FACTS dans les réseaux électriques


Les possibilités du contrôle grâce à l’application des dispositifs FACTS dans les réseaux
électriques sont résumées dans la figure (II-14). La figure II.13 montre un diagramme
schématique de deux réseaux électriques connectés par une ligne de transmission en courant
alternatif.

L’équation de la figure (II-14), définit la puissance transmise entre les deux systèmes. Vs et Vr
sont les tensions aux extrémités de la ligne, X représente l’impédance série de la ligne, (δ1 – δ2)
est l’angle de phase entre les deux systèmes. Il est clair que les trois paramètres tension,

22
CHAPITRE II: PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DES SYSTEMES FACTS

impédance, et angle de phase influencent la puissance transmise entre les deux systèmes. Comme
il est illustré sur la figure (II-14). Chaque dispositif FACTS peut influencer un des trois
paramètres, et par conséquence le contrôle de l’écoulement de puissance. [6]

Fig.II.13.Schéma de deux réseaux connectés

Fig.II.14 Diagramme schématique pour l‘application des FACTS.

II.6 Les avantages de la technologie des dispositifs FACTS

Les contrôleurs FACTS permettent dans un système énergétique d'obtenir un sinon plusieurs des
bénéfices suivants :
- Contrôle le transit de la puissance active.
- Contrôle des tensions dans les nœuds.
- Réduit le transit de l’énergie réactive.
- Optimise les puissances générées, donc réduit le coût de production de l’énergie.
- Améliorée l’interconnexion et l’échange énergétique.
- Amélioration de la qualité de l'énergie. [11] [9].
II.7 conclusion

Dans ce chapitre nous avons présenté une vue globale sur les dispositifs FACTS (définition et le
rôle, leurs classification et différentes catégories, structure et principe de fonctionnement) avec
des schémas qui structurent chaque dispositifs.
Dans les chapitres suivants nous avons choisi d'étudier le STATCOM (STATic COMpensator)
comme dispositifs FACTS pour contrôler la tension et optimiser la puissance réactive dans un
réseau de transport de l'énergie électrique.

23
CHAPITRE III :

MODELISATION ET
COMMANDE DU STATCOM
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

III.1 Introduction

Les modèles mathématiques des convertisseurs de tension pour les différentes connexions dans un
réseau électriques, série ou parallèle, sont très utiles sinon obligatoire pour analyser leurs
fonctionnements et déterminer des lois de commande des dispositifs (FACTS) à base de ces
convertisseurs.
La description mathématique est basée sur la transformation du système tri phase à un système
biphasé orthogonal stationnaire ou tournant au synchronisme par les transformation de
CONCORDIA et PARK respectivement afin d'aboutir à un système d'équations différentielles
d'état dans le plan (d,q) (Annexe ). Pour cette modélisation nous avons opté pour les hypothèses
suivantes :
• Tous les interrupteurs sont supposés idéals.
• Les trois tensions de la source alternative sont équilibrées.
• Les harmoniques causées par l'action d'ouverture et de fermeture des interrupteurs sont négligées
et on ne considère que le fondamentale.
• L'inductance de fuite du transformateur de couplage Parallèle du STATCOM est représentée par
l'inductance Lp.
• Pour simplification du modèle mathématique le système d'unité relative est adopté où les
grandeurs IB et UB sont des grandeurs de base :
Donc:

ω : est la vitesse angulaire de la composante fondamentale de la tension du réseau.

III.2 Modélisation du STATCOM


III.2.1 Modèle mathématique simplifie
Le STATCOM, comme il était déjà décrit dans le chapitre précédant, peut être représenté par le
schéma équivalent qu'on reproduit sur la figure III.1 en tenant compte uniquement du jeu de barre
où est connecte ce dispositif pour le modèle simplifié du STATCOM on suppose que le circuit
continu consiste en une source de tension constante, et le circuit DC ne sera pas inclus dans ce
modèle. Le schéma équivalent de ce dispositif donc est une source de tension sinusoïdale
connectée à un nœud du réseau par l'inductance Lsh du transformateur de couplage ; le circuit

24
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

contient aussi une résistance en série pour représenter les pertes ohmiques du transformateur et les
pertes dans les interrupteurs de l'onduleur. [9] Le courant du STATCOM dépend de la différence
entre la tension du système V (tension au nœud) et la tension ajustable du STATCOM. [17]

Figure III.1 Schéma équivalent de STATCOM

On appliquant la loi d'ohm on a:


̅
̅ ̅ ̅ (III.1)

Où les grandeurs sont en triphasé :

̅ ; ̅ et ̅
[ ] [ ] [ ]
Pour simplifier ces équations on passe au repère orthogonal fixe ( ), on multipliant l'équation
(III.1) par la matrice de la transformation de CLARK suivante :
⁄ ⁄
√ ⁄ √ ⁄
=

[ ⁄ ⁄ ⁄ ]
On passe au repère tournant (d, q), le référentiel du synchronisme, en multipliant tous les
grandeurs par le phaseur avec la pulsation des grandeurs en question voir la figure
III.2 (Annexe).

25
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

Fig.III.2 passage du repère ( ) vers le repère (d, q).

Donc :

̅ =̅ et inversement ̅ =̅

En appliquant cette écriture sur l'équation (III.1) on aura :

̅
̅ . ̅ ̅ (III.2)

Après simplification de calcul en aboutit aux équations dynamiques du STATCOM dans le repère
(d, q) suivante : [16] [9]

(III.3)

(III.4)

Sous forme matricielle on écrit le système d'état du STATCOM comme suit :


 Rsh 
  
d  I shd   Lsh  I shd  1 Vd  Vshd 
  .   V  V  (III.5)
dt  I shq     R
 sh   shq  Lsh  q
I shq 
 Lsh 

Où le vecteur[ ] représente le vecteur de commande du système.

III.2.2 Contrôle du STATCOM


Dans la totalité des applications pratiques le STATCOM est utilisé principalement pour
compenser la puissance réactive au jeu de barre de connexion et par conséquence maintenir la
tension de ce dernier. Pour cet objectif ce dispositif injecte ou absorbe un courant , qui est

l'image de la puissance à compensée. Ces courants ( ) sont donc les grandeurs de


références du STATOM qu'on déterminera à partir des puissances à injectées.

26
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

III.2.3 Détermination des références


Les puissances injectées par le STATCOM sont la puissance réactive calculée en fonction de

la chute de tension et la puissance active ≈ 0 représentant les pertes joules dans le circuit
continu et des interrupteurs dans l'onduleur. [16]
3
Pshref  ref
(Vd I shd  Vq I shq
ref
) (III.6)
2
3
Qshref  ref
(Vq I shd  Vd I shq
ref
) (III.7)
2
L’écriture matricielle de l’équation ci-dessus est la suivante :

 Pshref  3 Vd Vq   I shd


ref

 ref   V . ref 
 Vd   I shq 
(III.8)
Qsh  2  q
ref
Ces puissances (III.8) qui sont les images des courants I shd ref
et I shq actives et réactive, qu’on

détermine depuis l’équation suivant :


 I shd
ref
 2 1 Vd  Vq   Pshref 
 ref   2 
Vd   Pshref 
. (III.9)
 I shq  3 Vd  Vq Vq
2

Où les tensions Vd et Vq sont les tensions du jeu de barre.


Nous pouvons résumer la méthode d’identification des courants de référence par la figure
suivante :

Vdc
-
V ref +
dc
PI Pshref
Calcul des ref
I shd
courants
I d et I q ref
I shq
ref
Q sh
Vshref +
PI Vd Vq
- Va
Vb Transformation
Vsh de Park 3/2
Vc

Fig.III.3 Identification des courants de référence

27
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

III.2.4 La Méthode Watt Var découplée [8] [9] [16]


Considérant le modelé simplifié représenté par le système d'équation (III.5) précèdent :

 Rsh 
  
d ishd   Lsh ishd  1 Vd  Vshd 
  R
.   V  V  (III.10)
dt ishq      sh   shq  Lsh
i  q shq 
 Lsh 
Sur le vecteur de commande on effectue le changement de variable suivant :

 X 1  1 Vd  Vshd 
 X   L V  V  (III.11)
 2 sh  q shq 

 X1 
Où le vecteur   représente les nouvelles grandeurs de commande.
X2
A partir de la première équation du système (III.5) on aura :

(III.12)

On appliquant la transformation de Laplace sur cette équation on obtient :

(S+ ) = =̃ (III.13)

D'où on arrive au transfert en fonction de ̃ suivant :

̃
= (III.14)

Notre commande en réalité est en et comme ̃ = , on doit ajouter donc le terme


pour retrouver ̃ à l'entrée de ce transfert comme l'indique le schéma de la figure III.4
suivante :

Fig. III.4 le transfert Ishd en fonction de X1

De la même manière en prenant la deuxième équation du modèle précédant on trouve le


transfert en fonction de ̃ qui suit :

̃
= (III.15)

Avec : ̃ = -
28
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

Le schéma suivant résume ce transfert :

Fig. III.5 Le transfert Ishq en fonction de X2

De ce qu'on vient de voir on constate qu'il y a un couplage naturelle dans les transferts des
courants et . Pour éliminer ce couplage on utilise la méthode de compensation et avec
des régulateurs PI on peut contrôler les courants de sortie du STATCOM et les faires suivre leurs
consignes comme le représente le schéma bloc de la figure (III.6).

Fig.III.6 Régulation et découplage de

De la même pour le courant réactif on doit ajouter la composante et finalement arriver au


schéma de régulation du STATCOM par la méthode Watt-Var découplée de la figure (III.7).

Fig.III.7 Schéma de Régulation du STATCOM (Watt-Var découplée).

29
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

III.2.5 Régulateur PI avec compensation de pôles


Nous avons utilisé pour la régulation des courants du STATCOM des régulateurs
proportionnels intégraux (PI) comme le montre le schéma de la figure (III.8) :

Fig.III.8 : Schéma bloc de la Régulation PI des courants du STATCOM.

La fonction de transfert de cette régulation en boucle ouverte FTBO est :

G(s) = ( )( ) ( )( ) (III.15)

Et par compensation du pôle on doit avoir :


= (III.16)

Et G(s) devient : G(s) = ( ).

Constante de temps en boucle ouverte.


La fonction de transfert de la régulation précédente après compensation du pôle sera de la forme
qui suit :

F(s) = (III.17)

= (III.18)

Avec est la constante de temps de la régulation en boucle fermée. En faisant un choix


convenable du temps de réponse en boucle fermée (de l'ordre de 1/3 du temps de réponse en
boucle ouverte) on déterminera à l'aide des équations (III.16 et 18) les gains du contrôleur PI.
Et *

III.2.6 Régulation de la tension continue Udc


La tension continue aux bornes du condensateur doit être maintenue à une valeur constante. La
correction de cette tension doit se faire par l'adjonction d'un courant actif au courant de référence
du STATCOM qui traduira l'absorption ou la fourniture d’une puissance active sur le réseau. La
puissance échangée avec le condensateur peut être exprimée par l'équation suivante : [16] [9] [10].

(III.19)

30
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

En passant au domaine fréquentiel (Laplacien) on aura :

(III.20)

Pour obtenir le signal nous avons le choix entre un régulateur proportionnel et un régulateur
proportionnel intégral. Ce dernier est souvent préférable du fait qu'il permet d'annuler l'erreur
statique [10].

Fig.III.9 Régulation de la tension continue

La fonction de transfert en boucle fermée de ce système sous forme de Bode est :

F(s) = = (III.21)

Avec : =

= √ (III.22)

Pour avoir un bon coefficient d'amortissement du système en boucle fermée nous avons
choisi .
Et afin d'atténuer les fluctuations à 300 Hz, et pour avoir un bon filtrage on va choisir
rad/sec, et finalement on détermine à partir des équations (III.22) les valeurs des
gains Kp et Ki.

III.2.7 Commande de l'Onduleur


L’objectif de la commande est de générer les ordres d’ouverture et de fermeture des interrupteurs
de sortie que les tensions créent par l’onduleur soit la plus proche de la tension de référence. Deux
méthodes de commandes peuvent être utilisées :

III.2.7.1 Commande par MLI (Modulation de Largeur d’Impulsion)


La modulation de largeur d’impulsion est réalisée par la comparaison d’une onde modulée
basse fréquence (tension de référence) avec une onde porteuse haute fréquence de forme
triangulaire. Les instants de commutation sont déterminés par les points d’intersections entre

31
CHAPITRE III: MODELISATION ET COMMANDE DU STATCOM

la porteuse et la modulante, la fréquence de commutation des interrupteurs est fixée par la


porteuse comme le montre le schéma de principe de la figure III.10. [18][16].

Fig.III.10 Principe de l’MLI Sinus-Triangle

III.2.7.2 Commande par hystérésis


La commande par hystérésis, est une commande non linéaire qui utilise l'erreur existante entre le
courant de référence et le courant produit par l'onduleur, cette erreur est comparée à un gabarit
appelé bande d'hystérésis.
Celui -ci, produit des impulsions d'amorçage et de blocage des interrupteurs de l'onduleur, de
façon à limiter le courant de phase dans une bande d'hystérésis autour du courant de
référence (Figure III.11).

Fig.III.11 Principe de la commande par hystérésis

III.3 Conclusion
Ce chapitre a été consacré à l’étude et la modélisation des contrôleurs de la famille FACTS
"STATCOM " dans certaines fonctions de contrôle : la régulation de la tension par compensation
de l'énergie réactive et le contrôle du flux de puissance active et réactive.
Nous avons présenté dans ce chapitre des modèles simples pour lesquels nous avons identifié les
références de leurs systèmes de commande de dispositif.
La loi de commande utilisée pour ce contrôleur été la méthode dite Watt-Var découplée basée sur
le principe de découplage dans le contrôle des courants actif et réactif du système accompli avec
des régulateur PI par compensation des pôles.

32
CHAPITRE IV :

APPLICATION
CHAPITRE IV : APPLICATION

IV.1 Introduction
Ce chapitre est consacré à la simulation du STATCOM introduit dans un réseau test réel. Cette
simulation a été performée dans l'environnement « MATLAB/SIMULINK » et basée sur les lois
de fonctionnement et de commande développées dans le chapitre précédent.
Les résultats de simulation obtenus sont bien présentés et interprétés dans ce chapitre.

IV.2 Simulation du STATCOM


IV.2.1 Description du réseau étudié
Le schéma unifilaire du réseau simple de transport d'énergie électrique utilisé pour valider le
fonctionnement du STATCOM est représenté par la figure IV.1

Fig IV.1. Schéma unifilaire du réseau étudié

Le réseau est composé de d'un générateur de 400 KV avec une puissance nominale de 1000 MVA
et d'une ligne de transport de 500 Km modélisée en , le transformateur sert à baisser la
tension de 400 KV (tension du réseau) à 20 KV (tension d'entrée des convertisseurs), la ligne
alimente une charge (L1, L2, L3) au jeu de barre 'R'.
En grandeurs réduites le réseau précédent est représenté par la figure IV.2.

Fig IV.2. Schéma unifilaire du réseau étudié en pu

33
CHAPITRE IV : APPLICATION

Les bases du système en grandeur réduite est donnée comme suit :


1000 MVA; 400KV
Alors, les deux autres bases du système (le courant et l'impédance), sont calculées de la manière
suivante :
= 1443A

Le système d'équation (III.5) représentant le modèle du STATCOM devient en grandeurs réduites


le suivant :

* + [ ][ ] * + (IV.1)

La fonction de transfert des courants avec un régulateur PI sera de celle de l'équation suivante :

F(s) = ( ) (IV.2)
( )

Les coefficients des régulateurs calculés avec compensation des pôles et en prenant le temps de
réponse en boucle fermé =1/3* seront donnés comme suit :

Avec

Alors :

Donc : =37.699 473.741

IV.2.2 Essais de simulation


Initialement le condensateur du STATCOM est chargé et la tension à ces bornes est de 1.0 pu. La
tension du jeu de barre de génération Vs=1.0 pu, et le système énergétique dépite sur une charge
inductive de L1 : (P1=1.0 pu ; Q1=O.4) dans un état d'équilibre.

Dans nos essais on va ajouter à l'instant (t=0.5 s) une charge inductive L2 : (P2=1.0 pu ; Q2=0.7
pu) et à l'instant (t=1 s) on charge de plus la ligne par une autre charge capacitive L3 : (P3=0.3;

34
CHAPITRE IV : APPLICATION

Qc=0.35; Ql=0.08) et finalement à l'instant (t=1.5) on va déconnecter toutes les charges et on ne


laisse que la charge capacitive L3.

La figure IV.3 montre la chute de tension provoquée par la charge inductive L2 à l'instant t=0.5s,
cette chute qui sera amortie naturellement par la connexion de la charge capacitive L3.

La déconnection des charges inductives dans la dernière transition et eu débit sur la charge
capacitive à entraîner une surtension importante dans la tension du jeu de barre de charge Vr.
(figure IV.3)

1.5

0.5
Tension Vr en pu

-0.5

-1

-1.5
0 0.5 1 1.5 2
Temps (s)

Fig IV.3. La tension de la ligne chargée sans STATCOM

1.5

1
Courant de ligne en pu

0.5

-0.5

-1

-1.5

-2
0 0.5 1 1.5 2
Temps (s)

Fig IV.4. Le courant de la ligne chargée sans STATCOM.

35
CHAPITRE IV : APPLICATION

En reprenant ces essais, avec les mêmes charges, sur ce réseau associé à un contrôleur FACTS
(parallèle) le STATCOM au jeu de barre de réception (de charge) on constate ce qui vient :

1.6

1.4
Tension Vshd en pu

1.2

0.8

0.6

0.4
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.5. La tension délivrée par STATCOM

0.2

0.15

0.1
Tension Vshq en pu

0.05

-0.05

-0.1

-0.15

-0.2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.6. La tension délivrée par STATCOM

Le STATCOM injecte une tension en phase avec la tension Vr (


Vrq=0) qui augmente en chargeant de plus en plus la ligne avec des charge inductives L1+L2
Figure IV.5. Cette tension qui est en mode inductive supérieur à la tension Vr détermine le
sens du courant réactive injecté par le STATCOM au réseau : positif en mode inductif

36
CHAPITRE IV : APPLICATION

indiquant que le compensateur délivre une puissance réactive vert le réseau, et négatif dans la
phase de charge capacitive pour montrer l'absorption du réactive depuis le réseau par le
STATCOM Figure IV.10

0.04
Ishd
Ishd - ref
0.02

0
Courant Ishd en pu

-0.02

-0.04

-0.06

-0.08
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.7. Les courants du STATCOM .

0.8
Ishq
Ishq - ref
0.6
Courant Ishq en pu

0.4

0.2

-0.2

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2


Temps (s)

Fig IV.8. Les courants du STATCOM .

Les courants dans ce dispositif, STATCOM, Ishd et Ishq suivent leurs grandeurs de références
(qui sont calculés à partir des puissances de références et nécessaire à compenser la puissance
réactive dans la ligne et maintenir la tension du jeu de barre Vr) ce qui valide le bon

37
CHAPITRE IV : APPLICATION

fonctionnement des régulateurs proportionnel intégral "PI" placés dans le modèle Watt-Var
découplé utilisé.

0.12
Psh
0.1 Psh- ref

0.08
Puissance active Psh en pu

0.06

0.04

0.02

-0.02

-0.04
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.9. Puissances Psh et Psh_ref du STATCOM.

1.0
Qsh
Qsh- ref
0.75
Puissance réactive Qsh en pu

0.5

0.25

0.0

-0.25

-0,5
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.10. Puissances Qsh et Qsh_ref du STATCOM.

Avant t=0.5s le STATCOM injecte une petite quantité de puissance réactive Qsh de l'ordre de
Qsh≈0.15 pu pour soulever la tension Vr à 1.0 pu. Mais après la mise en service de la charge
L1+L2 à (t=1 s), plus de puissance réactive est nécessaire pour la compensation et le STATCOM
dans un mode capacitif injecte environ Qsh≈0.62 pu, comme nous l'observons sur la figure IV.10.
Une petite quantité de la puissance active est absorbée dans cette phase pour maintenir la tension
au borne du condensateur constante (figure IV.9).
38
CHAPITRE IV : APPLICATION

En connectant la charge capacitive à t=1.5 s l'énergie réactive fournie par le STATCOM décroît à
cause de l'effet capacitif de cette charge sur la ligne de transport. Dans la dernière étape la charge
capacitive connectée à la ligne provoque une surtension au jeu de barre de charge Vr et fait que le
STATCOM opère en mode inductif et absorbe l'énergie réactive depuis le réseau pour maintenir
le profil de la tension Vr, on constate de ce fait que la tension Vsh devient inférieur à, la tension
Vr ce qui démontre la théorie exposé dans le chapitre II.

1.5

1
Tension Vsh et Vr en pu

0.5

-0.5

-1

-1.5

-2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.11. Une phase de tension du STATCOM avec la tension Vr

1.5
Vsh- a
Ish- a
1
Tension Vsh et Ish en pu

0.5

-0.5

-1

-1.5
0.2 0.21 0.22 0.23 0.24 0.25 0.26 0.27 0.28 0.29 0.3
Temps (s)

Fig IV.12. Déphasage entre la tension Vsh et le courant Ish

39
CHAPITRE IV : APPLICATION

0.2

0.1

-0.1

-0.2
5 5.2 5.4 5.6
-3
x 10

2
Vsh- a
1.5 Vr- a

1
Tension Vsh et Vr en pu

0.5

-0.5

-1

-1.5

-2
0 0.005 0.01 0.015 0.02 0.025 0.03 0.035 0.04
Temps (s)

Fig IV.13. Déphasage entre la tension Vsh et Vr

Toujours afin de valider les lois et hypothèses étudiées dans les chapitres précédents La figure
IV.13 a été relevée pour observer le déphasage entre les tensions qui est presque nul
(en phase), le petit décalage qu'on voit sur la figure IV.9 permet le transit d’une petite quantité de
la puissance active pour compenser les pertes dans les interrupteurs du convertisseur (onduleur).

Sur la figure IV.11 on observe la variation dans l'amplitude de ces deux tensions inspirant le mode
de fonctionnement capacitif pour et inductif pour le contraire. Le courant étant en
quadrature avec la tension , Figure IV.12, donc l'énergie échangée avec ce dispositif est
purement réactif.

Depuis la courbe de la figure ci-dessous (Figure IV.14) il parait très clair que le bloc de régulation
de la tension continue à prouver son efficacité au maintien constante de la tension au borne du
condensateur .

40
CHAPITRE IV : APPLICATION

1.1
Udc
1.08 Udc- ref

1.06
Tension continu Udc en pu
1.04

1.02

0.98

0.96

0.94

0.92

0.9
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.14. Régulation de la tension continue

2
P-ligne sans STATCOM
1.9 P- ligne avec STATCOM

1.8
Puissance active en pu

1.7

1.6

1.5

1.4

1.3

1.2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.15 Les Puissances actives transportées par la ligne

41
CHAPITRE IV : APPLICATION

0.4
Q- ligne sans STATCOM
0.2 Q- ligne sans STATCOM

0
Puissance réactive en pu
-0.2

-0.4

-0.6

-0.8

-1

-1.2
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.16. Les Puissances réactives transportées par la ligne

L'effet de la compensation de l'énergie réactive se répercute directement sur le transit de la


puissance active dans la ligne illustré par la figure IV.15ci-dessus ; la fourniture de l'énergie
réactive au point de consommation permet un transit plus important de la puissance active en
minimisant le flux de puissance réactive dans la ligne de transport.
La tension du jeu de barre ou ce dispositif est connecté est régulée à la valeur de la tension de
départ Vr≈1.0 pu. L'erreur statique entre cette tension Vr réglée et la tension référence V=1.0 pu
est due aux simplifications effectuées dans l'expression de la puissance réactive de référence

Demandée à injecter par le contrôleur STATCOM figure.IV.19.

0.5
Tension Vr en pu

-0.5

-1

0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2


Temps (s)

Fig IV.17. la tension Vr après la compensation

42
CHAPITRE IV : APPLICATION

1.2

1
Chute de
tension
Tension Vr en pu 0.8

0.6

Vr
0.4

0.2

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.18. La tension Vr avant la compensation

1.2

0.8
Tension Vr en pu

Vr
0.6

0.4

0.2

0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2
Temps (s)

Fig IV.19. La tension Vr après la compensation

IV.3 Etude d’un réseau de 14 jeux de barre par PSAT


IV.3.1. Le Power System Analysis Toolbox (PSAT)
IV.3.1.1. PSAT ?

PSAT (Power System Analysis Toolbox) est un logiciel destiné à l’analyse et l’étude des réseaux
électriques, voir figure VI.20. Il est développé sous MATLAB par Mr. Federico Milano ;
Professeur, Docteur à l’université de Castilla-La Mancha, Ciudad Real, Spain.

43
CHAPITRE IV : APPLICATION

PSAT bénéficie largement des remarques et observations des chercheurs spécialisés dans le réseau
électrique via leurs contributions dans le forum de ce dernier [20]. Pour cela, il a connu des
améliorations remarquables d’une version à une autre.

PSAT est un logiciel, simple, intéressant, qui englobe plusieurs domaines de recherche dans
l’étude et l’analyse des réseaux électriques. La manipulation de PSAT peut être effectuée, soit par
l’interface graphique, soit par la programmation en ligne en utilisant leurs fonctions prédéfinies.

Fig IV.20. Page d’accueil du PSAT.

IV.3.1.2. Manipulation avec PSAT


Le PSAT fonctionne sous l’environnement MATLAB, il ne peut être lancé qu’à partir de la
version MATLAB 7.0.0 et plus.
Après l’enregistrement du dossier PSAT dans le répertoire « work », pour Lancé le PSAT, il faut
suivre les étapes suivantes :
 Ouvrir Le Matlab 7.0.
 Aller au dossier PSAT dans work
 Taper « psat » dans le Matlab commande.
 Cliquer sur ‘data file’ afin de charger le modèle.
Une foi le modèle chargé, cliquer sur ‘Power Flow’, pour effectuer l’écoulement de puissance.
Pour avoir les variables en fonction du temps cliquer sur ‘Time Domain ’.
En fin pour visualiser les différents paramètres du réseau modèle cliquer sur ‘Plot’. [20]

44
CHAPITRE IV : APPLICATION

IV.4 Réseau test de 14 jeux de barre


Les caractéristiques du réseau et les valeurs planifiées des puissances générées et consommées
données par les tableaux IV.1 et IV.2. Les données relatives au réseau sont exprimées en P.U. par
rapport à une puissance de base de 100 MVA
IV.4.1.Présentation du réseau
Buses : 14, Lignes : 16, Transformateur : 4 , Générateurs : 5 , Charges : 11

Bus 13

Bus 14
Bus 10

Bus 12

Bus 09
Bus 11

Bus 07

Bus 06
Bus 08
Bus 04

Bus 05
Bus 01

Bus 02

Bus 03

Fig IV.21. Topologie du réseau étudié.

IV.4.2.Calcul de l’écoulement de la puissance


Le calcul de l’écoulement de la puissance est une étape nécessaire pour l’étude de la stabilité d’un
réseau électrique. Il est effectué en premier lieu pour la détermination des conditions initiales du
système avant l’emplacement des compensateurs.

45
CHAPITRE IV : APPLICATION

En effet, il permet de trouver les tensions aux différents nœuds et par suite les puissances
transmises et injectées. Les résultats du calcul de l’écoulement de puissance sont obtenus à partir
d’un programme utilisant la méthode de Newton-Raphson

IV.4.2.1 Calcul de l’écoulement de la puissance d’un réseau à l’état de l’équilibre

Nœud V [p.u.] Phase P généré Q généré P Q


[rad] [p.u.] [p.u.] Consommé Consommé
Nœud1 1.06 0 3.5205 -0.27899 0 0
Nœud2 1.045 -0.13555 0.4 0.95134 0.3038 0.1778
Nœud3 1.01 -0.3316 0 0.59796 1.3188 0.266
Nœud4 0.99772 -0.26346 0 0 0.6692 0.056
Nœud5 1.0024 -0.22748 0 0 0.1064 0.0224
Nœud6 1.07 -0.37954 0 0.44264 0.1568 0.105
Nœud7 1.0347 -0.3539 0 0 0 0
Nœud8 1.09 -0.3539 0 0.34242 0 0
Nœud9 1.0111 -0.40186 0 0 0.413 0.2324
Nœud10 1.0105 -0.40493 0 0 0.126 0.0812
Nœud11 1.0346 -0.39504 0 0 0.049 0.0252
Nœud12 1.0346 -0.40144 0 0 0.0854 0.0224
Nœud13 1.0362 -0.40319 0 0 0.189 0.0812
Nœud14 0.99568 -0.42852 0 0 0.2086 0.07
Tableau IV.1 : Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées

de à ligne P transits Q transits P Perdue Q Perdue


[p.u.] [p.u.] [p.u.] [p.u.]
Nœud2 Nœud5 1 0.58278 0.07227 00.01814 .0.01975
Nœud6 Nœud12 2 0.11726 0.04464 0.00169 0.00352
Nœud12 Nœud13 3 0.03017 0.01873 0.00025 0.00023
Nœud6 Nœud13 4 0.27313 0.14163 0.00547 0.01077
Nœud6 Nœud11 5 0.14449 0.12199 0.00297 0.00621
Nœud11 Nœud10 6 0.09253 0.09057 0.00129 0.00301
Nœud9 Nœud10 7 0.0348 -0.00626 4e-005 0.0001
Nœud9 Nœud14 8 0.104 0.01006 0.00136 0.00289
Nœud14 Nœud13 9 -0.10596 -0.06283 0.00262 0.00533
Nœud7 Nœud9 10 0.45586 0.23268 0 0.02692
Nœud1 Nœud2 11 2.415 -0.38021 0.10271 0.2551
Nœud3 Nœud2 12 -1.0003 0.13866 0.04729 0.15297
Nœud3 Nœud4 13 -0.31849 0.1933 0.00959 -0.0104
Nœud1 Nœud5 14 1.1056 0.10122 0.05957 0.19356
Nœud5 Nœud4 15 0.81253 -0.13835 0.009 0.0156
Nœud2 Nœud4 16 0.77808 0.05165 0.03249 0.05955
Nœud4 Nœud9 17 0.09598 0.03594 5e-005 0.00551
Nœud5 Nœud6 18 0.69168 0.07613 0 0.1055
Nœud4 Nœud7 19 0.45586 -0.05009 0 0.04226
Nœud8 Nœud7 20 0 0.34242 0 0.01738
Tableau IV.2 : Les données des lignes étudié.

46
CHAPITRE IV : APPLICATION

Les tensions de chaque jeu de barre d’un réseau normal sont données comme suite :
Voltage Magnitude Profile
1.4

1.2

0.8
V [p.u.]

0.6

0.4

0.2

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Bus #

Fig VI.22. Les tensions de chaque jeu de barre

IV.4.2.2. Réseau test de 14 jeux de barre avec un défaut au nœud 12

Bus 13

Bus 14
Bus 10
Bus 12

Bus 09
Bus 11

Bus 07

Bus 06
Bus 08
Bus 04

Bus 05
Bus 01

Bus 02

Bus 03

Fig IV.23. Topologie du réseau avec défaut.


47
CHAPITRE IV : APPLICATION

IV.4.2.2.1. Calcul de l’écoulement de la puissance avec création d’un défaut dans le nœud 12

Nœud V phase P Généré Q Généré P Q


(pu) (red) (pu) (pu) Consommé Consommé
(pu) (pu)
Nœud1 1.06 0 3.5205 -2.27899 0 0
Nœud2 1.045 -0.3003 0.4 0.95134 0.3038 0.1778
Nœud3 1.01 -0.61011 0 0.59796 1.3188 0.266
Nœud4 0.87579 -0.5953 0 0 0.6692 0.056
Nœud5 0.84818 -0.55626 0 0 0. 1064 0.0224
Nœud6 1.07 -1.4093 0 8.5071 0.1568 0.105
Nœud7 0.95036 -0.88121 0 0 0 0
Nœud8 1.09 0.88121 0 0.86407 0 0
Nœud9 0.92078 -1.026 0 0 0.34252 0.19274
Nœud10 0.92953 -1.1067 0 0 0.10661 0.06871
Nœud11 0.98537 -1.2666 0 0 0.04445 0.02286
Nœud12 1e-005 -2.4033 0 0 4e-005 0
Nœud13 0.73311 -1.4722 0 0 0.09461 0.04065
Nœud14 0.79986 -1.222 0 0 0.13462 0.04517
Tableau IV.3 : Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées (cas de défaut au nœud 12)

de à ligne P transit Q transits P Perdue Q Perdue


[p.u.] [p.u.] [p.u.] [p.u.]
Nœud2 Nœud5 1 1.5645 0.81793 0.16415 0.47038
Nœud6 Nœud12 2 1.7471 3.6361 1.7471 3.6361
Nœud12 Nœud13 3 -1e-005 0 1.3377 1.2103
Nœud6 Nœud13 4 1.4227 2.0565 0.36132 0.71154
Nœud6 Nœud11 5 -0.41603 0.70782 0.05592 0.11711
Nœud11 Nœud10 6 -0.5164 0.56786 0.04978 0.11654
Nœud9 Nœud10 7 0.69485 -0.32403 0.02205 0.05859
Nœud9 Nœud14 8 0.61313 0.1757 0.06099 0.12973
Nœud14 Nœud13 9 0.41752 0.00079 0.04657 0.09483
Nœud7 Nœud9 10 1.1477 0.33883 0 0.17443
Nœud1 Nœud2 11 5.3284 -0.6684 0.49675 1.4582
Nœud3 Nœud2 12 -1.5218 0.41413 0.11546 0.44016
Nœud3 Nœud4 13 0.20301 0.69592 0.03616 0.06136
Nœud1 Nœud5 14 2.3799 1.0103 0.32415 1.2928
Nœud5 Nœud4 15 0.46933 -0.69608 0.01296 0.03137
Nœud2 Nœud4 16 1.7261 0.63779 0.18159 0.51623
Nœud4 Nœud9 17 0.50433 0.05527 0.00158 0.17526
Nœud5 Nœud6 18 2.9106 0.74508 0 2.7467
Nœud4 Nœud7 19 1.1477 -0.06975 0 0.34479
Nœud8 Nœud7 20 0 0.86407 0 0.11069
Tableau IV.4 : Les données des lignes lors un défaut.

Les tensions de chaque jeu de barre d’un réseau après création d’un défaut sont :

48
CHAPITRE IV : APPLICATION

Voltage Magnitude Profile


1.4

1.2

0.8
V [p.u.]

0.6

0.4

0.2

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Bus #
Figure VI.24 : Les tensions de chaque jeu de barre après création d’un défaut

IV.4.2.3.La connexion d’un dispositif FACTS (STATCOM) aux noeud11 et 14

Bus 13

Bus 14
Bus 10
Bus 12

Bus 09
Bus 11

Bus 07

Bus 06
Bus 08
Bus 04

Bus 05
Bus 01

Bus 02

Bus 03

\
Figure VI.25 : réseau avec la connexion de STATCOM
49
CHAPITRE IV : APPLICATION

VI.4.2.3.1.Calcul de l’écoulement de la puissance avec compensateur par STATCOM


Dans ce cas, le STATCOM est connecté au nœud 11, avec élimination du défaut au nœud 12, par
l’ouverture de la ligne 12-13 et la ligne 12-06, (Figure IV.25), à cet effet on obtient un nouvel
écoulement de puissance dont les valeurs sont consignées dans le tableau suivant :

Nœud V phase (red) P Généré Q Généré P Q


(pu) (pu) (pu) Consommé Consommé
(pu) (pu)
Nœud1 1.0600 0 3.5205 -0.27899 0 0
Nœud2 1.0450 -0.14789 0.4 0.95134 0.3038 0.1778
Nœud3 1.0100 -0.35151 0 0.59796 1.3188 0.266
Nœud4 0.9993 -0.2938 0 0 0.6692 0.056
Nœud5 1.0043 -0.25208 0 0 0.1064 0.0224
Nœud6 1.0700 -0.41634 0 0.44264 0.1568 0.105
Nœud7 1.0356 -0.40779 0 0 0 0
Nœud8 1.0900 -0.40779 0 0.34242 0 0
Nœud9 1.0121 -0.46413 0 0 0.413 0 .2324
Nœud10 1.0127 -0.47502 0 0 0.126 0.0812
Nœud11 1.0397 -0.48343 0 0 0.049 0.0252
Nœud12 0 0 0 0 0 0
Nœud13 1.0326 -0.38637 -0.02792 -0.34599 0 .189 0.0812
Nœud14 0.9947 -0.41793 0.2086 0.07 0.2086 0.07
Tableau IV.5: Niveaux de tensions, puissances injectées et consommées en présence du STATCOM

de à ligne P transit Q transit P Perdue Q Perdue


[p.u.] [p.u.] [p.u.] [p.u.]
Nœud2 Nœud5 1 0.5633 0.0461 0.0168 0.0154
Nœud6 Nœud12 2 0 0 0 0
Nœud12 Nœud13 3 0 0 0 0
Nœud6 Nœud13 4 0.2964 0.1039 0.0057 0.0112
Nœud6 Nœud11 5 0.1652 -0.4770 0.0211 0.0443
Nœud11 Nœud10 6 0.0951 0.4050 0.0108 0.0253
Nœud9 Nœud10 7 0.0442 -0.2918 0.0025 0.0067
Nœud9 Nœud14 8 0.1104 0.0659 0.0019 0.0041
Nœud14 Nœud13 9 -0.1001 -0.0081 0.0017 0.0034
Nœud7 Nœud9 10 0.4696 0.0562 0 0.0221
Nœud1 Nœud2 11 2.3708 -0.3721 0.0990 0.2437
Nœud3 Nœud2 12 -0.9910 0.1344 0.0464 0.1491
Nœud3 Nœud4 13 -0.3278 0.1560 0.0090 -0.0120
Nœud1 Nœud5 14 1.0829 0.0773 0.0569 0.1824

50
CHAPITRE IV : APPLICATION

Nœud5 Nœud4 15 0.8477 -0.1862 0.0099 0.0182


Nœud2 Nœud4 16 0.7673 0.0144 0.0314 0.0560
Nœud4 Nœud9 17 0.0981 -0.0223 0.0001 0.0052
Nœud5 Nœud6 18 0.6185 0.0895 0 0.0842
Nœud4 Nœud7 19 0.4696 -0.1116 0 0.0462
Nœud8 Nœud7 20 0 0.2213 0 0.0073
Tableau IV.6 : Puissances transmises et perdue à travers les lignes électriques
Les tensions de chaque jeu de barre d’un réseau après compensation sont :

Voltage Magnitude Profile


1.4

1.2

0.8
V [p.u.]

0.6

0.4

0.2

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Bus #
Fig VI.26 : Les tensions de chaque jeu de barre après la compensation
Voltage Magnitude Profile
1.4

1.2

0.8
V [p.u.]

0.6 état normal


avec défaut
0.4
avec STATCOM
0.2

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14
Bus #
Fig VI.27. Comparaison entre la tension des nœuds avant et après la compensation

Suite à l'apparition de défaut, nous remarquons que les tensions dans quelques nœuds du
réseau sont fortement influencées:
1. au bus de défaut (bus 12) la tension est nulle.
2. quant aux bus 4, 5, 7, 9, 10, 11,13 et 14, la tension a fortement diminué par rapport à l'état
normal.
3. alors que dans les nœuds 3,6 et 8 les tensions sont restées les mêmes grâce aux
compensateurs qui y sont raccordés.
51
CHAPITRE IV : APPLICATION

4. Les puissances active et réactive sont nulles dans les lignes raccordées au bus du défaut (la
ligne 12-13 et la ligne 12-06).
Nous constatons, suite aux divers calculs de l’écoulement de puissance, que :
Le STATCOM a réglé ou augmenté la tension au nœud à la tension de référence ( 1 P.U).

IV.5 Conclusion
Dans ce chapitre nous avons traité un réseau test citées dans la littérature, ensuite nous avons fait
la compensation de l’énergie réactive par le dispositif STATCOM dans l’environnement
MATLAB/SIMULINK et au logiciel PSAT. Les résultats obtenus sont bien illustrées, et ils ont
prouvés que la puissance réactive du réseau est optimisée et la tension au jeu de barre de
raccordement est bien régler, ils ont prouvés aussi la flexibilité, la sensibilité et la rapidité de
dispositif utilisé.

52
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

Conclusion générale

Le développement de l'électronique de puissance a permet d'améliorer la gestion des réseaux


électriques en introduisant un nouveau concept comme les systèmes flexible de transmission à
courant alternatif appelée FACTS, avec lesquels le contrôle du flux de puissance active et réactive
ainsi que l'augmentation des capacités de charge des lignes, sont atteints et performés par
l'injection des tensions (ou courant). Des convertisseurs conçus avec des interrupteurs statiques
modernes commandés tels que les GTO, IGBT présentent la nouvelle génération de ces systèmes
FACTS.

L'étude présentée dans ce mémoire s'inscrit dans ce concept et porte sur le contrôle de la tension
par compensation shunt de l'énergie réactive avec un dispositif STATCOM. Afin d'atteindre cet
objectif, nous somme passé par plusieurs étapes :
- en premier étape, nous avons commencé par une brève étude des lois de transport de l'énergie
électrique en exposant la problématique de limite de puissance transportable en fonction des
paramètres des réseaux ainsi que la chute de tension.
- Le deuxième chapitre les principes de fonctionnements des différents types des dispositifs
FACTS.
- Le troisième chapitre à fait l'objet d'une étude plus détaillé sur le compensateur STATCOM,
structure de base, principe de fonctionnement et son réglage compensative sur un réseau de
transport électrique.
- Pour valider cette étude théorique, nous avons effectué dans le dernier chapitre plusieurs
essais de simulations sur un STATCOM couplé avec un réseau de transmission à l’aide de
logiciel MATLAB/Simulink.

Ces résultats ont vérifié l'efficacité de la stratégie de commande adoptée qui a permet un contrôle
indépendant et découplé des puissances active et réactive de ce dispositif en minimisant l’effet
d'interaction entre ces puissances.

Finalement en terminant ce travail par l’application du STATCOM sur un réseau modèle


IEEE 14 nœuds par l’utilisation de logiciel PSAT, afin de rétablir les transits de puissances
ainsi que le plan de tension à son état normal, après une perturbation bien déterminé (défaut).

53
REFERENCES
BIBLIOGRAPHIQUES
CHAPITRE IV : APPLICATION

[1] Michel Crappe "Commande et régulation des réseaux électriques" Traité EGEM série
génie électrique, LAVOISIER 2003.

[2] Hanene Kouara "Application d’un filtre actif série au contrôle de la tension d’un
réseau basse tension " mémoire de magister, université de Batna 28/02/2006.

[3] Haimour Rachida "Contrôle des Puissances Réactives et des Tensions par les
Dispositifs FACTS dans un Réseau Electrique" mémoire de magister, université d’Oran
2008-2009.

[4] Sekhane Hocine "L’optimisation de la puissance réactive et le contrôle de tension à


travers l’incorporation des dispositifs FACTS" mémoire de magister, université de
constantine1, 2013.

[5] Ben Hakkoum-Legougui "Compensation de l’énergie réactive d’un réseau IEEE par
système FACTS" mémoire de master académique, université de Kasdi-Marbah Ouargla
31/05/2016.

[6] Khiat Mounir "Répartition optimale des puissances réactives dans un réseau d’énergie
électrique sous certaines contraintes de sécurité" Thèse de doctorat d’état Oran 2003.

[7] Delendi Louardi "Contrôle de l’écoulement de puissance active par un système


FACTS" mémoire de magister, Université Batna, 2009.

[8] Ay Abdelouahab "Modélisation et Analyse d’Un Compensateur Statique : SVC"


mémoire magister, université de Batna 02 /05/2013.

[9] Abdelaali. Alibi "Contrôle des réseaux électrique par les systèmes FACTS : Flexible
AC Transmission Systems " mémoire magister, université de Batna 2009.

[10] Laib Hichem "Contribution à l’étude du contrôle du flux de puissance par l’UPFC "
mémoire de magister, université de Batna 2009.

[11] E.G. Shahraki "Apport de l’UPFC à l’amélioration de la stabilité transitoire des


réseaux électriques" Thèse de Doctorat, Université Henri Poincaré-Nancy, France, 13
octobre 2003.

[12] J.C. Passelergue "Interaction des dispositifs FACTS dans les grands réseaux
électriques" Thèse de doctorat de l’INPG 26 Novembre 1998.

[13] Amir H. Norouzi "Flexible AC Transmission Systems: Theory, Control and Simulation
of the STATCOM and SSSC", Thèse de magister de l'université de New Brunswick,
2003.

[14] I. Papiê "Mathematical analysis of FACTS devices based on a voltage source converter,
Part1: mathematical models", electric power systems research, Elsevier science 56
(2000) 139-148.

[15] Nitus Voraphonpiput et Somchai Chatratana "STATCOM analysis and controller


design for power system voltage regulation", transmission and distribution conference
& exhibition 2005 IEEE/PER.

54
CHAPITRE IV : APPLICATION

[16] Djermane Ali "Contrôle optimal de la tension dans un réseau électrique en utilisant les
systèmes de transmission flexibles en courant alternatif (FACTS)" mémoire de
Magister, Université D’oum El Bouaghi2009-2010

[17] Benras Med Amine, Laroui souleymane "Utilisation d’un dispositif STATCOM pour
l’amélioration du transit de puissance d’un réseau de transport d’énergie alternatif"
mémoire de Master Académique Université kasdi Marbah Ouargla, 09/06/2015.

[18] Eskandar Gholipour Shahraki "Apport de l'UPFC à l'amélioration de la stabilité


transitoire des réseaux électriques", thèse de doctorat, université de Henri Poincaré,
Nancy 2003.

[19] Federico Milano "A Brief Introduction to the Power System Analysis Toolbox (PSAT)
for Power System Analysis Undergraduate Courses" federico.milano@ucd.ie.

55
ANNEXE
CHAPITRE IV : APPLICATION

TRANSFORMATION DE PARK
1. Transformation de CONCORDIA
Cette transformation permet le passage d'un système triphasé équilibré à un système biphasé selon
la figure suivante :
Soit les trois grandeurs d'un réseau électrique (tension par exemple Vs) équilibrées :

Avec: Vs la tension efficace du système de tension et La pulsation de ces tensions.

( )
{ √ √
* + * √ √
+ [ ]
( )

Avec le coefficient de normalisation de Concordia K=2/3

2. passage du repère fixe ( ) au repère synchrone (d-q)


Le vecteur Vs dans le repère ( ) s'écrit:
Le rapport de ces deux tensions est :

Avec d’ou

, * + * + * +

Le passage direct du triphasé au repère synchrone d-q se fait par le produit des deux matrices
précédentes qui donne la matrice de Park généralisée suivante :

( ) ( )
* += * + [ ]
( ) ( )

56
‫ملخص‬
‫ و مىذ حطىر إلكخزوويبث الطبقت‬, ‫إن ححسيه وىػيت الطبقت الخي حقذمهب الشبكت الكهزببئيت حكخسي اليىم جبوبب مزيزا لالهخمبم‬
‫ هذي األوظمت يمكه‬.‫( الخي لؼبج دورا هبمب في ححسيه وىػيت الطبقت‬FACTS) ‫ظهزث األوظمت المزوت لىقل الخيبر المخزدد‬
.(UPFC) ‫ حسلسل‬-‫( أو حفزع‬SSSC) ‫ ػلى الخسلسل‬،(STATCOM) ‫أن حىضغ ػلى الخفزع‬
‫ ػلى الشبكت الكهزببئيت في األوظمت الزببخت والذيىبميكيت في‬FACTS ‫أجزيج هذي االبحبد ػلى كفبءة هذي الفئبث الزالرت‬
.‫ححسيه وىػيت الجهذ الكهزببئي‬
‫( مه حيذ السيطزة ػلى‬STATCOM) ‫ المىصىلت ػلى الخفزع‬FACTS ‫ أجهزة‬،‫الىقبط الخي اسخخلصج مه هذي الذراست‬
.‫الجهذ في مىاضغ حزكيبهب وكذلك ححسيه سزيبن الطبقت‬

Résumé
La nécessité d’améliorer la qualité de l’énergie électrique fournie par le réseau électrique
revêt aujourd’hui un aspect très intéressant. Le développement d’électronique de puissance a
fait surgir les dispositifs FACTS qui peuvent jouer un rôle très important dans l’amélioration
de la qualité de l’énergie. Ces dispositifs peuvent être placés en shunt (STATCOM), en séries
(SSSC) ou en série-shunt (UPFC).
Une étude a été menée sur l’effet de ses trois types de FACTS sur le réseau en régime statique
et dynamique de point de vue régulation de la tension.
Les points mis à exergue sont l’efficacité de STATCOM, en terme de contrôle la tension au
nœud auquel ils sont connectés, ainsi que l'amélioration de l'énergie.

Abstract
The need to improve the quality of power supplied by the network is now a very interesting
aspect. The development of power electronics has brought out the FACTS devices that can
play a very important role in improving the quality of energy. These devices can be placed in
shunt (STATCOM), in series (SSSC) or in series-shunt (UPFC).
A study was carried out on the effect of its three types of FACTS on the network in static and
dynamic conditions from the point of view of voltage regulation.
The points highlighted are the efficiency of STATCOM, in terms of controlling the voltage at
the node to which they are connected, as well as the improvement of the energy.