Vous êtes sur la page 1sur 138

ETUDE DE LA GALERIE DE DERIVATION PROVISOIRE DU

BARRAGE KHARROUB

Le PFE porte sur l’étude de la galerie de dérivation provisoire


du barrage Kharroub. La galerie fera objet de vidange de fond
une fois la construction du barrage terminée. Il se compose des
étapes suivantes :

 Recherche bibliographique sur les tunnels et galeries de


barrages
 Calculs hydrauliques
 Choix et calcul du soutènement provisoire
 Calcul du revêtement définitif
 Modèle réduit hydraulique
 Travaux du chantier

Réalisé par : Encadré par :

M. ZERHOUNI Zakariae (3IEE) M. AIT BIHI Abdellatif (DAH)


PR RHOUZLANE Said (EHTP)

Année universitaire : 2016- 2017

Direction des aménagements hydrauliques


Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

DEDICACES

A l’âme de mon cher père que Dieu lui accorde sa

miséricorde ;

A ma chère mère qui m’encourage à chaque

instant ;

A mes sœurs et tous mes amis ;

A mes encadrants et enseignants pour leurs

efforts ;

Je dédie ce modeste travail.

2
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Remerciements

En préambule à ce mémoire, je remercie en premier lieu mes chers parents pour


leurs efforts et soutien quotidien durant tout mon parcours scolaire.

Ensuite je voudrais exprimer mes profonds remerciements à mon encadrant


externe Mr AIT BIHI Abdellatif pour son sens d’écoute, ses conseils précieux et le savoir qu’il
m’a transmis au cours de ce stage.

Je tiens à remercier également mon encadrant interne et mon professeur Mr


RHOUZLANE Said pour ses conseils précieux, ses efforts de grande valeur et sa participation
pertinente dans la rédaction de ce mémoire.

Je remercie également Mme Aboulhassan, ingénieur à la direction des


aménagements hydrauliques pour son intervention pertinente qui m’as permis de surmonter
les difficultés lors de ce travail.

Mes grands remerciements s’adressent aux membres du jury pour l’attention et


l’importance qu’ils portent à mon sujet et leur bienveillance à vouloir évaluer ce modeste travail
et donner leurs critiques constructives.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont m’ont permis d’effectuer ce travail
de fin d’études dans de bonnes conditions et d’aboutir aux objectifs espérés.

3
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Résumé

Ce projet de fin d’études porte sur l’étude de la galerie de dérivation provisoire du


barrage KHARROUB. Cette galerie a pour objectif de protéger le chantier du barrage contre
la crue centennale. Elle servira également comme vidange de fond une fois le chantier achevé.

L’étude commence d’abord par les calculs hydrauliques ayant pour objectif de
déterminer les caractéristiques du système de dérivation provisoire constitué par la galerie, un
batardeau amont et un batardeau aval. Le calcul de la vidange de fond est également réalisé
afin de déterminer la section de vidange qu’on va retrouver après le revêtement de la galerie
de dérivation.

Durant le creusement, la galerie doit être maintenue en stabilité par un


soutènement provisoire. Plusieurs méthodes empiriques faisant appel aux caractéristiques
géomécaniques et géotechniques du terrain en question sont utilisées pour choisir le mode de
soutènement optimal pour la galerie. Ensuite, une modélisation numérique sur ROBOT est
effectuée pour faire les vérifications nécessaires au sens de l’Eurocode 3 et déterminer la
section des cintres.

Une fois le chantier du barrage est achevé, la galerie doit fonctionner en tant que
vidange de fond. Dans cette optique, il faut réaliser un revêtement en béton armé afin de
garantir la stabilité à long terme de l’ouvrage. D’abord une simulation géotechnique en
éléments finis sur PLAXIS a été réalisée pour vérifier le comportement du tunnel en béton
sous l’effet du terrain de couverture. Ensuite le calcul de ferraillage de ce béton est effectué à
l’aide d’une modélisation sur ROBOT en éléments finis au sens du BAEL 91.

Le comportement des ouvrages annexes du barrage doit être testé sur un modèle
réduit hydraulique. Plusieurs adaptations sont apportées à la conception de ces ouvrages.
Finalement un dernier chapitre met le point sur les procédures d’exécution de certains lots en
cours de réalisation au niveau du barrage (travaux en souterrain, fouilles et remblais,
bétonnage à l’air libre et en souterrain …).

4
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

TABLE DE MATIERE

REMERCIEMENTS ................................................................................................................................. 3
RESUME ................................................................................................................................................. 4
1. CADRE DE L’ETUDE ................................................................................................................... 13
1.1. GENERALITES ............................................................................................................................. 13
1.2. CADRE DU PROJET .................................................................................................................... 13
1.2.1. SITUATION GEOGRAPHIQUE ............................................................................................ 13
1.2.2. RESEAU HYDROGRAPHIQUE ............................................................................................ 14
1.2.3. CLIMATOLOGIE ................................................................................................................... 14
1.2.4. HYDROGEOLOGIE .............................................................................................................. 14
1.2.5. GEOLOGIE GENERALE ...................................................................................................... 15
1.2.6. DONNEES HYDROLOGIQUES ............................................................................................ 15
1.3. DESCRIPTION DES OUVRAGES DU BARRAGE ...................................................................... 16
1.3.1. DIGUE PRINCIPALE ............................................................................................................ 17
1.3.2. DIGUE DE COL ..................................................................................................................... 18
1.3.3. EVACUATEUR DE CRUE .................................................................................................... 18
1.3.4. VIDANGE DE FOND ............................................................................................................. 18
1.3.5. PRISES D’AEP ..................................................................................................................... 19
1.3.6. VOILE D’ETANCHEITE ........................................................................................................ 19
1.4. PRESENTATION DU PROJET ..................................................................................................... 19
1.5. PROBLEMATIQUE ....................................................................................................................... 20
2. CALCULS HYDRAULIQUES........................................................................................................ 22
2.1. SYSTEME DE DERIVATION PROVISOIRE DU BARRAGE ....................................................... 22
2.2. BATARDEAU AMONT .................................................................................................................. 23
2.2.1. DONNEES DU PROJET ....................................................................................................... 23
2.2.2. METHODOLOGIE ................................................................................................................. 23
2.2.3. CALCUL DU DEBIT SORTANT ........................................................................................... 24
2.2.3.1. CAS D’ECOULEMENT A SURFACE LIBRE ................................................................... 24
2.2.3.2. CAS D’ECOULEMENT EN CHARGE............................................................................... 25
2.2.4. EQUATION DU BILAN ......................................................................................................... 26
2.2.5. RESULTATS ......................................................................................................................... 27
2.2.6. LA REVANCHE DU BATARDEAU....................................................................................... 27
2.2.7. RESULTAT FINAL DU LAMINAGE ..................................................................................... 28
2.3. BATARDEAU AVAL ..................................................................................................................... 29
2.3.1. DONNEES ............................................................................................................................. 29
2.3.2. CALCUL ET RESULTATS .................................................................................................... 30
2.3.2.1. CARACTERISTIQUES HYDRAULIQUES ........................................................................ 30
2.3.2.2. HAUTEUR DU BATARDEAU AVAL ................................................................................ 31

5
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

2.4. VIDANGE DE FOND ..................................................................................................................... 32


2.4.1. DONNEES ............................................................................................................................. 32
2.4.2. METHODOLOGIE ET CALCUL............................................................................................ 33
3. CHOIX DU SOUTENEMENT PROVISOIRE DE LA GALERIE .................................................... 35
3.1. GENERALITES SUR LES SOUTENEMENTS PROVISOIRES ................................................... 35
3.1.1. TYPES DE SOUTENEMENTS ENVISAGES ........................................................................ 35
3.1.1.1. NOUVELLE METHODE AUTRICHIENNE ........................................................................ 35
3.1.1.2. CINTRES RETICULES ..................................................................................................... 37
3.1.1.3. CINTRES LOURDS ET BLINDAGE ................................................................................. 37
3.1.1.4. CINTRES COULISSANTS ................................................................................................ 38
3.2. CADRE GEOTECHNIQUE DU PROJET ...................................................................................... 40
3.2.1. CADRE GENERAL ............................................................................................................... 40
3.2.2. GEOMETRIE ......................................................................................................................... 40
3.2.3. GEOLOGIE-GEOTECHNIQUE ............................................................................................. 42
3.3. METHODOLOGIE SUIVIE POUR LE CHOIX DU SOUTENEMENT............................................ 43
3.3.1. METHODES EMPIRIQUES SIMPLIFIEES ........................................................................... 43
3.3.1.1. ABAQUE DE TERZAGHI .................................................................................................. 44
3.3.1.2. METHODE DE PROTODIAKONOV (1956) ...................................................................... 46
3.3.1.3. METHODE DE BARTON .................................................................................................. 47
3.3.1.4. CLASSIFICATION DE BIENIAWSKI (RMR) .................................................................... 48
3.3.1.5. CLASSIFICATION DE L’A.F.T.E.S .................................................................................. 51
3.3.2. APPLICATION A NOTRE CAS ............................................................................................ 52
3.3.2.1. ABAQUE DE TERZAGHI .................................................................................................. 52
3.3.2.2. MEHTODE DE PROTODIAKONOV ................................................................................. 52
3.3.2.3. METHODE DE BIENIAWSKI ............................................................................................ 53
3.3.2.4. CLASSIFICATION A.F.T.E.S ............................................................................................ 54
3.3.2.5. METHODE DE BARTON .................................................................................................. 55
3.3.3. METHODES NUMERIQUES ................................................................................................. 56
3.3.3.1. FORMULE DE TERZAGHI ET CAQUOT ......................................................................... 56
3.3.3.2. METHODE DE PECK (1969) ............................................................................................ 57
3.3.4. RENFORCEMENTS DU SOUTENEMENT PAR LES ANCRAGES .................................... 58
3.3.5. CONTRAINTE HORIZONTALE ............................................................................................ 59
3.4. CALCUL DU SOUTENEMENT PROVISOIRE PAR CINTRES METALLIQUES DE TYPE HEB 60
3.4.1. LES SOLLICITATIONS DU TERRAIN ................................................................................. 60
3.4.2. MODELISATION ET CALCUL SUR ROBOT :..................................................................... 60
3.4.2.1. PASSAGE A COUVERTURE EN PELITES ..................................................................... 63
3.4.2.1.1. PROFILE HEB 100 .......................................................................................................... 63
3.4.2.1.2. DIMENSIONNEMENT ....................................................................................................... 66
3.4.2.1.3. VERIFICATION DU PROFILE HEB 180 .......................................................................... 71
3.4.2.2. PASSAGES A COUVERTURE EN CALCAIRE GRESEUX ............................................ 72

6
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.4.2.2.1. PROFILE HEB 100............................................................................................................ 72


3.4.2.2.2. DIMENSIONNEMENT ....................................................................................................... 73
3.4.2.2.3. VERIFICATION DU PROFILE HEB 160 ........................................................................... 74
4. REVETEMENT DEFINITIF ............................................................................................................ 76
4.1. GENERALITES ............................................................................................................................. 76
4.1.1. REVETEMENT EN BETON NON ARME.............................................................................. 76
4.1.2. REVETEMENT EN BETON ARME ....................................................................................... 77
4.1.3. REVETEMENT EN ACIER .................................................................................................... 78
4.2. EPAISSEUR DU BETON .............................................................................................................. 79
4.3. MODELISATIONS EN ELEMENTS FINIS .................................................................................... 80
4.3.1. DONNEES DU PROJET ....................................................................................................... 80
4.3.1.1. GEOMETRIE ..................................................................................................................... 80
4.3.1.2. CARACTERISTIQUES DU REVETEMENT EN BETON DE LA GALERIE ..................... 81
4.3.2. MODELISATION SUR PLAXIS 8.2 ...................................................................................... 82
4.3.2.1. GEOMETRIE ..................................................................................................................... 83
4.3.2.2. CARACTERISTIQUES DES ELEMENTS ........................................................................ 84
4.3.2.3. CONDITIONS AUX LIMITES ............................................................................................ 85
4.3.2.4. MAILLAGE ........................................................................................................................ 86
4.3.2.5. CONDITIONS INITIALES .................................................................................................. 87
4.3.2.6. PHASAGE ET CALCUL DE LA PHASE FINALE ............................................................ 89
4.3.2.7. RESULTATS DE LA MODELISATION............................................................................. 89
4.3.3. CALCUL DE FERRAILLAGE DU REVETEMENT SUR ROBOT ........................................ 91
4.3.3.1. HYPOTHESES DE CALCUL ............................................................................................ 91
4.3.3.1.1. BETON .............................................................................................................................. 91
4.3.3.1.2. ACIER HA ......................................................................................................................... 91
4.3.3.2. DEFINITION D’APPUI ....................................................................................................... 92
4.3.3.3. SOLLICITATIONS ............................................................................................................. 94
4.3.3.4. CALCUL ............................................................................................................................ 95
4.3.3.5. RESULTATS ..................................................................................................................... 96
5. MODELE REDUIT HYDRAULIQUE ............................................................................................. 99
5.1. OBJECTIFS DU MODELE REDUIT ........................................................................................... 100
5.2. CONCEPTION REALISEE SUR MODELE REDUIT .................................................................. 100
5.2.1. ETUDE DE LA DERIVATION PROVISOIRE ET VIDANGE DE FOND ............................. 100
5.2.2. ETUDE DE L’EVACUATEUR DE CRUE ............................................................................ 101
5.3. PRINCIPALES ADAPTATIONS RECOMMANDEES SUITE AU MODELE REDUIT ................ 102
6. TRAVAUX DU CHANTIER ......................................................................................................... 105
6.1. METHODES DE CREUSEMENT ................................................................................................ 105
6.1.1. GENERALITES SUR LE CREUSEMENT DES TUNNELS ................................................ 105
6.1.2. ABATTAGE A L'EXPLOSIF ............................................................................................... 105
6.1.3. MACHINE FOREUSE PLEINE SECTION (TUNNELIER) .................................................. 107

7
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

6.1.4. ATTAQUE PONCTUELLE .................................................................................................. 108


6.2. CHOIX DE LA METHODE DE CREUSEMENT .......................................................................... 109
6.2.1. METHODES DE CHOIX DU CREUSEMENT ..................................................................... 109
6.2.1.1. CLASSIFICATION DE LOUIS ........................................................................................ 109
6.2.1.2. CLASSIFICATION DE FRANKLIN ................................................................................. 110
6.2.2. APPLICATION .................................................................................................................... 111
6.2.2.1. CLASSIFICATION DE LOUIS ........................................................................................ 111
6.2.2.2. CLASSIFICATION DE FRANKLIN ................................................................................. 111
6.3. REALISATION DE LA GALERIE ............................................................................................... 111
6.4. ETAT D’AVANCEMENT DU CHANTIER EN MAI 2017............................................................. 113
7. CONCLUSION............................................................................................................................. 117
8. REFERENCES ............................................................................................................................ 119
ANNEXE 1 : LAMINAGE POUR LES 3 DIAMETRES ....................................................................... 121
ANNEXE 2 : CALCUL DE LA VIDANGE DE FOND .......................................................................... 124
ANNEXE 3 : CLASSIFICATION DE BARTON................................................................................... 125
ANNEXE 4 : CLASSIFICATION AFTES ............................................................................................ 131
ANNEXE 5 : EFFORTS DE LA MODELISATION SUR PLAXIS ....................................................... 132
ANNEXE 6 : MODELISATION DU TUNNEL EN REVETEMENT SUR ROBOT ............................... 134

8
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Liste des figures

Figure 1: Situation du barrage Kharroub...............................................................................14


Figure 2: Géologie de surface du site du barrage .................................................................15
Figure 3: Série des apports du barrage KHARROUB ...........................................................16
Figure 4: Hydrogrammes de crue pour différentes périodes de retour ..................................16
Figure 5: Plan du barrage .....................................................................................................17
Figure 6: Coupe type de la digue principale..........................................................................17
Figure 7: Coupe type de la digue de col ...............................................................................18
Figure 8: Coupe type de l'évacuateur de crue (tulipe)...........................................................18
Figure 9: Coupe type de la vidange de fond (ancienne dérivation provisoire) .......................19
Figure 10: Système de dérivation provisoire du barrage .......................................................22
Figure 11: Géométrie d'un canal circulaire ...........................................................................24
Figure 12: Hydrogramme laminé pour les différents diamètres .............................................27
Figure 13: Coupe transversale type du batardeau amont .....................................................29
Figure 14: Localisation de la section de contrôle ..................................................................29
Figure 15: Courbes de tarage à la section de contrôle de l'Oued..........................................31
Figure 16: (a) Application de la New Austrian Tunnelling Method (b) Boulonnage du front ...35
Figure 17: Cintres réticulés...................................................................................................37
Figure 18: (a) Voûtain de terrain entre deux cintres (b) Technique de l’enfilage ...................38
Figure 19: Cintres TH et béton projeté..................................................................................39
Figure 20: Plan de repérage .................................................................................................40
Figure 21: Coupe longitudinale de la galerie.........................................................................41
Figure 22: Section en pied de cheval retenue pour la galerie ...............................................41
Figure 23: Coupe géologique suivant l'axe de la galerie .......................................................42
Figure 24: Sondage carotté au niveau de la galerie..............................................................43
Figure 25: L'abaque de Terzaghi (1946) ...............................................................................45
Figure 26: Zone décomprimée au-dessus d'une cavité d'après Terzaghi (1946) ..................46
Figure 27: Tableau d’attribution des notes selon Bieniawski .................................................49
Figure 28: Tableaux de correction de la note de Bieniawski .................................................49
Figure 29: Recommandation de Bieniawski sur le soutènement à utiliser .............................50
Figure 30: Choix du soutènement à partir des discontinuités d'après AFTES (1974) ............51
Figure 31: Méthode de Peck (1969) .....................................................................................58
Figure 32: Vue en 3D d'un cintre métallique .........................................................................61
Figure 33: Modèle du cintre métallique sur Robot.................................................................61
Figure 34: Caractéristiques des matériaux ...........................................................................62
Figure 35: Propriétés des cintres HEB..................................................................................62
Figure 36: Chargements linéaires appliqués aux barres .......................................................63
Figure 37: Combinaisons......................................................................................................64
Figure 38: Extrêmes globaux des efforts à l'ELU ..................................................................64
Figure 39: Extrêmes globaux des efforts à l'ELS ..................................................................65
Figure 40: Moment fléchissant MY .......................................................................................65
Figure 41: Abaque de détermination du coefficient de réduction ..........................................68
Figure 42: Longueur de flambement .....................................................................................68
Figure 43: Vérifications des barres .......................................................................................69
Figure 44: Paramètres de calcul ...........................................................................................70

9
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 45: Vérification des profilés HEB 100 ........................................................................70


Figure 46: Paramètres de calcul ...........................................................................................71
Figure 47: Résultat du dimensionnement .............................................................................71
Figure 48: Efforts repris à l'ELU et l'ELS ...............................................................................71
Figure 49: Vérification du profilé HEB 180 ............................................................................72
Figure 50: Efforts repris par le cintre HEB 100 .....................................................................73
Figure 51: Vérification profilé HEB 100 .................................................................................73
Figure 52: Résultat du dimensionnement .............................................................................73
Figure 53: Efforts repris par le profilé HEB 160 ....................................................................74
Figure 54: Vérification du profilé HEB 160 ............................................................................74
Figure 55: Béton non armé ...................................................................................................77
Figure 56: Voussoirs en béton armé préfabriqués ................................................................77
Figure 57: Exemple de coffrage métallique d'un tunnel et des armatures .............................78
Figure 58:Tunnel à tôle d'acier ondulée ................................................................................79
Figure 59: Géométrie du projet .............................................................................................80
Figure 60: Interface de Plaxis 2D .........................................................................................83
Figure 61: Tunnel designer ...................................................................................................83
Figure 62: Paramètres générales des pélites .......................................................................84
Figure 63: Paramètres géotechniques des pélites ................................................................84
Figure 64: Caractéristiques du béton de revêtement ............................................................85
Figure 65: Conditions aux limites standards .........................................................................85
Figure 66: Setup du maillage ................................................................................................86
Figure 67: Le résultat du maillage moyen .............................................................................86
Figure 68: Maillage raffiné près du tunnel .............................................................................87
Figure 69: Le niveau piézométrique de la nappe ..................................................................88
Figure 70: L'état de contrainte effective dans le sol avant tunnel ..........................................88
Figure 71: La fenêtre « Calculations » dans Plaxis ...............................................................89
Figure 72: Déplacements du tunnel ......................................................................................90
Figure 73: Appui surfacique élastique...................................................................................93
Figure 74 : Epaisseur des éléments en BA ...........................................................................94
Figure 75: Combinaisons......................................................................................................95
Figure 76 : Maillage du modèle ............................................................................................95
Figure 77 : Le maillage généré .............................................................................................96
Figure 78: Modèle de la chambre des vannes de la vidange de fond ...................................99
Figure 79 : Modèle de la sortie de la vidange de fond ..........................................................99
Figure 80 : Modèle réduit initial de la tulipe avec puits d’aération .......................................102
Figure 81: Conception finale de la tulipe .............................................................................103
Figure 82 : Aspect de l’écoulement au niveau de la chambre des vannes de la VDF .........104
Figure 83: Fond mobile de la zone de restitution ................................................................104
Figure 84: Abatage à l'explosif ...........................................................................................106
Figure 85: Utilisation du Jumbo pour la perforation des forages des tirs .............................107
Figure 86: Schéma d'un tunnelier .......................................................................................108
Figure 87: Méthode d'attaque ponctuelle ............................................................................109
Figure 88: Abaque de Louis ...............................................................................................110
Figure 89: Abaque de Franklin ...........................................................................................110
Figure 90: Soutènement mis en place dans la section aval ................................................112
Figure 91: Coffrage métallique du revêtement ....................................................................113
Figure 92: Ancrages en fibres de verre...............................................................................114

10
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 93: Section aval de la vidange .................................................................................114


Figure 94: batardeau amont ...............................................................................................116
Figure 95: digue principale .................................................................................................116

11
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Liste des tableaux

Tableau 1: Tableau Cote-Volume .........................................................................................23


Tableau 2: Résultat ..............................................................................................................27
Tableau 3: Résultat revanche ...............................................................................................28
Tableau 4: Résultat final du laminage...................................................................................28
Tableau 5: Données de la section de l'Oued ........................................................................30
Tableau 6: Caractéristiques hydrauliques .............................................................................31
Tableau 7: Crête du batardeau aval en fonction de Ks ..........................................................32
Tableau 8: Loi cote-surface-volume......................................................................................33
Tableau 9: Coefficients de pertes de charges singulières .....................................................33
Tableau 10: Paramètres géomécaniques du terrain .............................................................43
Tableau 11: Coefficient de résistance des roches d'après Protodiakonov (1965) .................47
Tableau 12: Résultat d'application de la méthode de Bieniawski ..........................................53
Tableau 13: Recommandations de soutènement par la méthode de Bieniawski...................54
Tableau 14: Paramètres d'application de l'AFTES ................................................................54
Tableau 15: Recommandations de l'AFTES .........................................................................54
Tableau 16: Application de la méthode de Barton ................................................................55
Tableau 17: Recommandations de soutènement de Barton .................................................55
Tableau 18: Contraintes définitives du dimensionnement .....................................................60
Tableau 19: paramètres de la vérification au flambement.....................................................67
Tableau 20: Epaisseur d'après GALABRU ...........................................................................79
Tableau 21: Epaisseur d'après les normes suisses ..............................................................80
Tableau 22: caractéristiques géotechniques du sol ..............................................................81
Tableau 23: Caractéristiques du béton de revêtement .........................................................82
Tableau 24 : Efforts maximaux appliqués par le sol sur le tunnel par unité de longueur .......90
Tableau 25: Choix du coefficient .......................................................................................93
Tableau 26: Choix des coefficients de forme ........................................................................93
Tableau 27: Ferraillage des éléments en BA ........................................................................97
Tableau 28: Méthode de creusmeent selon Louis ..............................................................111
Tableau 29: Méthode de creusement selon Franklin ..........................................................111

12
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

1. CADRE DE L’ETUDE

1.1. GENERALITES

La région de Tanger connait depuis quelques années un essor économique important qui
s’appuie sur le développement de l’exploitation des potentialités naturelles de la zone et sur
sa situation géographique stratégique. Ce développement est impulsé par la volonté des
pouvoirs publics de donner à cette région la vocation d’un important pôle de développement
socio-économique national, voire international.

Le développement des activités économiques de cette zone d’une part et la croissance


démographique, ont engendré une forte croissance de la demande en eau potable et
industrielle de cette zone. Pour subvenir à cette demande, il s’avère judicieux de mobiliser de
nouvelles ressources disponibles essentiellement en eau de surface.

Dans ce cadre, le projet du barrage KHARROUB, retenu par les études du Plan Directeur
d’Aménagement Intégré des Ressources en Eau des bassins Loukkos, Tangérois et Côtiers
Méditerranéens, constitue la solution la plus avantageuse.

Avec une capacité de 185 Mm3, le barrage Kharroub permettra la régularisation d’un volume
annuel de 40 Mm3.

Aujourd’hui, grâce aux efforts consentis, le Maroc a intimement lié son développement
économique et social à la maitrise et à la valorisation des ressources en eau, et c’est dans
cette optique où s’inscrit la construction du barrage KHARROUB dans la Wilaya de Tanger,
dont les principaux objectifs sont :


La contribution à l’alimentation en eau potable des villes de Tanger et Asilah ;

Le renforcement de l’irrigation des périmètres de l’Oued EL Hachef.

1.2. CADRE DU PROJET

1.2.1. SITUATION GEOGRAPHIQUE

Le site du barrage Kharroub se situe sur l’Oued Kharroub dans la Wilaya de Tanger à environ
22 Km à l’Est de la ville d’Asilah, et à environ 9 Km à L’est du village Arba Ayacha.

Les coordonnées Lambert de l’axe du barrage sont données par ces deux points :

X Y
Point A 464700 534198
Point B 464500 534876

13
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 1: Situation du barrage Kharroub

1.2.2. RESEAU HYDROGRAPHIQUE

Le bassin versant de l’Oued EL Hachef totalise une superficie de 600 km². Il est composé de
2 affluents principaux, Oued EL Khobz qui draine un bassin versant de 242 km² au niveau du
barrage du 9 Avril 1947 occupant la moitié Nord et l’Oued Kharroub qui draine un bassin
versant de 314 km². Les 44 km² restant sont en zone de plaine à l’aval de la confluence. Les
Oued se rencontrent à environ 5 km à l’aval du barrage du 9 Avril 1947.
Le site du barrage objet de notre projet est situé sur l’Oued Kharroub, contrôlant un bassin
versant de 187 km².

1.2.3. CLIMATOLOGIE

La zone d’étude fait partie d’un domaine rifain, qui est considéré comme la zone la
plus humide du Maroc avec des indices d’humidité qui dépassent les 600 mm/an. Ainsi, elle
est soumise à la fois aux influences méditerranéennes et océaniques qui lui confèrent les
caractéristiques suivantes : un été chaud et sec et un hiver doux et pluvieux parfois très froid.

1.2.4. HYDROGEOLOGIE

Comme le reste de la zone rifaine dont ils font partie, les bassins versants du Tangérois sont
dominés par des faciès essentiellement imperméables à peu perméables, constitués par des
flysch et des argiles schisteuses.

Ce contexte géologique défavorable empêche la constitution de réservoirs importants d’eau


souterraine. Seul le complexe hydrogéologique de « Charf El Akab » constitue une exception
et renferme d’importantes réserves en eau souterraine dans la région en question.

14
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

1.2.5. GEOLOGIE GENERALE

La zone du barrage quant à elle est formée principalement du crétacé constitué de pélites
grisâtres à rares armatures de calcaire gréseux. La géologie générale du barrage est
présentée dans cette carte :

Figure 2: Géologie de surface du site du barrage

Il convient de signaler que la rive gauche de l’Oued Kharroub abritera la dérivation


provisoire. Cet ouvrage souterrain sera réalisé dans la série pélitique sur presque sa longueur
totale à l’exception de sa sortie du côté aval et quelques zones très localisées qui traverseront
les formations du calcaire gréseux intercalées avec des pélites schisteuses.

1.2.6. DONNEES HYDROLOGIQUES

Les données hydrologiques sont importantes pour les calculs hydrauliques des ouvrages
annexes du barrage.

D’abord les apports du barrage sont donnés par la série suivante :

15
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 3: Série des apports du barrage KHARROUB

Les hydrogrammes de crue pour les différentes périodes de retour sont ainsi :

Figure 4: Hydrogrammes de crue pour différentes périodes de retour

1.3. DESCRIPTION DES OUVRAGES DU BARRAGE

Le barrage Kharroub est une digue homogène qui permet de créer une retenue de 185 Mm3.
A cette digue principale, sont associés une digue de col en rive gauche et des ouvrages
annexes.

16
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

La construction du barrage nécessitera la réalisation de 1 850 000 m3 d’excavation, la mise


en œuvre de 7.2 Mm3 de remblais et 90 000 m3 de béton.

Figure 5: Plan du barrage

1.3.1. DIGUE PRINCIPALE

Il s’agit d’un barrage de 56 m de hauteur sur fondation, d’une longueur en crête de 900 m et
une largeur de 8 m et un volume de 6.3 Mm3 de remblai. La coupe type du barrage présente
un profil classique d’une digue homogène constituée de :

 pseudo-noyau en limons argileux assurant l’étanchéité de la digue ;

 un filtre-drain à l’aval du noyau raccordé au drain périmètral restituant les eaux de


percolation vers trois cordons longitudinaux disposés en fond de vallée ;

 des recharges amont et aval en limons et tout venant limoneux;

 une protection du talus amont, d’une pente de 4,8H/1V, par rip-rap et transitions;

 une protection du talus aval, d’une pente de 4,5H/1V, par des galets.

Figure 6: Coupe type de la digue principale

17
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

1.3.2. DIGUE DE COL

Le col, situé en rive gauche à la cote 68 NGM environ, est fermé par une digue homogène à
pseudo-noyau central argileux avec des recharges en limons et tout venant limoneux d’une
longueur en crête de 600 m. La digue de col a une hauteur maximale sur fondation de 30 m
avec un volume de 815 000 m3 de remblai.

Figure 7: Coupe type de la digue de col

1.3.3. EVACUATEUR DE CRUE

L’évacuateur de crues de type tulipe implanté en rive gauche est constitué de l’amont vers
l’aval de :

 un seuil circulaire de 8.5 m de rayon calé à la cote 85 NGM d’une longueur déversante
de 33 mètres ;

 un puits de 7.5 m de diamètre et une hauteur de 30 m dont le fond est calé à la cote
54.4 NGM ;

 une galerie souterraine de 8.5 m de diamètre et de 480 m de longueur qui débouche


à l’aval à la cote 41 NGM.

Figure 8: Coupe type de l'évacuateur de crue (tulipe)

1.3.4. VIDANGE DE FOND

La galerie de dérivation provisoire sera transformée en fin de chantier en vidange de fond. Elle
est constituée d’un pertuis équipé d’une vanne de garde de type wagon à brimballes

18
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

manœuvrable à l'aide d'un servomoteur à simple effet disposé à la chambre de commande, et


d’une vanne de réglage de type segment manœuvrable à l'aide d'un servomoteur à simple
effet disposé dans la chambre de visite à la cote 5750 NGM.

Le puits de vannage est d’une conception classique et regroupe la vidange et les prises AEP.

Figure 9: Coupe type de la vidange de fond (ancienne dérivation provisoire)

1.3.5. PRISES D’AEP

Les prises d’eau potable sont au nombre de 3 sous forme de galeries disposées aux niveaux
66, 73 et 80 NGM, raccordées aux conduites débouchant au niveau du puits d’accès de la
vidange de fond.

Les prises alimentent un collecteur vertical qui vient rejoindre une conduite placée en calotte
de la galerie de vidange de fond.

1.3.6. VOILE D’ETANCHEITE

Le voile d'étanchéité est constitué de forages verticaux ou inclinés implantés dans l'axe de la
tranchée parafouille. Ils ont une longueur maximale de 50 à 80 m, mais peuvent aller plus en
profondeur en fonction notamment des absorptions qui seront enregistrées.

1.4. PRESENTATION DU PROJET

Le présent projet de fin d’étude concerne l’étude de la galerie de la dérivation provisoire du


barrage KHARROUB dans la Wilaya de Tanger. Le système de dérivation prévu, constitué par
la galerie et les batardeaux amont et aval, est destiné à protéger le chantier contre la crue
centennale. A signaler aussi que ladite galerie servira également, en phase d’exploitation, en
tant que vidange de fond du barrage.

Il s’agit dans un premier temps de chercher à cerner les différents aspects liés aux galeries
hydrauliques en général et de se familiariser avec les notions utilisées.

19
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

La géométrie de la galerie dépond des conditions hydrauliques à savoir le débit et le régime


d’écoulement. Le présent rapport détaille les calculs hydrauliques permettant de déterminer la
section de la galerie ainsi que les caractéristiques des batardeaux amont et aval.

Au fur-et-à-mesure du creusement et étant donnée la qualité médiocre du terrain traversé


constitué en gros par des pélites avec un caractère évolutif, il est nécessaire de mettre en
place un soutènement provisoire. Le marché des travaux lancé par la Direction des
Aménagements Hydrauliques prévoit la mise en place des cintres métalliques de type HEB
espacées théoriquement d’un mètre avec des ancrages et du béton projeté. La présente étude
s’intéresse particulièrement à la détermination de la section minimale de ces cintres en tenant
compte de la géométrie de la galerie et des caractéristiques géotechniques du terrain de
couverture.

Ce travail s’intéresse également au revêtement définitif en béton armé de la galerie. Les


conditions géotechniques du terrain traversé ainsi que les contraintes d’exploitation en tant
que vidange de fond jouent un rôle important pour déterminer les caractéristiques du béton de
revêtement.

Cette étude a profité des résultats des essais sur modèle réduit récemment réalisés et retrace
les principales adaptations apportées par ces résultats.

La dernière partie est consacrée aux aspects chantier, en particulier ceux liés à la réalisation
des travaux de la galerie objet de cette étude.

1.5. PROBLEMATIQUE

Lors de la construction de n’importe quel barrage, les risques d’inondations sont toujours
présents et menacent à chaque instant le chantier et la sécurité des ouvriers. Il est donc
impératif de prévoir de tels incidents et de mettre en œuvre des systèmes performants pour
les éviter.

En ce sens, la dérivation provisoire est un système d’importance capitale dont l’objectif est de
permettre la protection du chantier contre la crue centennale. Ceci permet au personnel de
travailler à sec et d’éviter les retards ou l’arrêt complet de la construction du barrage.

Cependant, la conception et l’exécution du système de dérivation provisoire requiert une


grande rigueur de la part des responsables du projet.

Ce projet de fin d’étude s’intéresse à la problématique de la dérivation provisoire du barrage


KHARROUB et doit répondre aux questions suivantes :

20
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 De quoi se compose le système de dérivation provisoire ?


 Comment choisir les dimensions des ouvrages de ce système ?
 Quelles méthodes de creusement utilise-t-on dans ce type de galerie ?
 Comment garantir la stabilité de la galerie vis-à-vis des sollicitations permanentes du
sol de la région ?
 Quel est le devenir de la galerie de dérivation provisoire après la construction du
barrage ?
 Quelles adaptations faire pour détourner les problèmes rencontrés in-situ ?

Le traitement de cette problématique se fera selon le plan général suivant :

 Calculs hydrauliques pour dimensionner les ouvrages de dérivation et de vidange


 Etude des soutènements des galeries
 Choix du soutènement provisoire et son dimensionnement
 Choix et calcul du revêtement définitif
 Adaptations du plan d’exécution à partir du modèle réduit
 Choix du creusement et déroulement des travaux de chantier

21
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

2. CALCULS HYDRAULIQUES

2.1. SYSTEME DE DERIVATION PROVISOIRE DU BARRAGE

Le système de dérivation des eaux du barrage KHARROUB est assuré par une galerie de
dérivation. Cette galerie servira au terme des travaux de chantier de vidange de fond.

Le système de dérivation est composé de :

 Un batardeau amont
 Un batardeau aval
 Une galerie de dérivation provisoire

Figure 10: Système de dérivation provisoire du barrage

Ce choix de système est justifié par la morphologie du terrain et les critères hydrologiques.

Le critère économique est également important car les batardeaux amont et aval seront inclus
dans le corps de la digue principale du barrage. La galerie de dérivation quant à elle fera objet
de vidange de fond.

Le dimensionnement de ce système consiste en la détermination de la section de la galerie


de dérivation provisoire et des hauteurs des batardeaux amont et aval.

La méthodologie suivie dans cette partie est comme suit :

 Un calcul de laminage de crue du chantier en supposant trois diamètres de 6m, 6.5m


et 7m pour la section de la galerie afin de déterminer la hauteur du batardeau amont.

22
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 Un calcul se basant sur la loi de tarage de la section de contrôle en aval du barrage


pour déterminer la hauteur du batardeau aval.

2.2. BATARDEAU AMONT

2.2.1. DONNEES DU PROJET

 Le débit de pointe de la crue centennale du chantier est de 840 m3/s . La forme de


l’hydrogramme de crue est comme suit :
 La courbe Cote/Volume issue des relevés topographiques du site du barrage est
donnée dans le tableau suivant :

H (NGM) V (m3)
38 0
40 3 728
42 30 667
44 104 556
46 372 939
48 1 034 226
50 2 130 130
60 19 911 140
70 61 993 296
80 136 288 004
85 187 568 544
90 249 028 763
100 406 674 270
Tableau 1: Tableau Cote-Volume

 La section de la galerie est de diamètre variable (6m, 6.5m et 7m)


 La cote du radier de la galerie à l’entrée (tête amont) est à 46 NGM
 La pente moyenne de la galerie est de 1.25 %
 La cote du batardeau amont ne doit pas dépasser 60 NGM parce qu’il fera partie
du corps de la digue principale barrage à la fin du chantier.

2.2.2. METHODOLOGIE

Il s’agit d’un calcul de laminage de crue centennale afin de réduire le débit de pointe. Le
batardeau stocke un volume ∆ tandis que la galerie de dérivation évacue un débit sortant. Le
calcul de ce débit doit tenir en compte le régime d’écoulement. Si les venues d’eau sont faibles,

23
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

l’écoulement sera à surface libre, sinon toute la section risque d’être submergée et
l’écoulement devient en charge.

Dans un premier temps, on va aborder les méthodes de calcul du débit puis nous allons
réaliser le laminage de crue centennale sur Excel en se basant sur l’équation du bilan du
batardeau amont.

2.2.3. CALCUL DU DEBIT SORTANT

2.2.3.1. CAS D’ECOULEMENT A SURFACE LIBRE

La géométrie du canal circulaire est la suivante :

Figure 11: Géométrie d'un canal circulaire

Les paramètres du canal en fonction de la hauteur d’eau h s’écrivent comme suit :

 Angle :


( )= ( )

 Largeur au miroir L (m) :

( )= ∗( − )

 Section mouillée A (m2):

( )= ∗( − )

Dans ce cas, nous allons utiliser l’entrée de la galerie comme section de contrôle. Au niveau
cette section le régime est critique (nombre de Froude =1).

24
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Le débit évacué étant le débit critique est calculé par la formule suivante :

= ( / )

Le niveau d’eau du batardeau amont est lié au débit par la relation de Bernoulli qui s’écrit :

²
= + + +∆

Avec :

 : Cote du radier de la galerie de dérivation à la section de contrôle soit 46 NGM ;


 ∆ ∶ Pertes de charge dues à l’entonnement et la courbure évalués à 0,16 /2 ;
 ℎ : Hauteur critique de l’eau au droit de la section de contrôle en m ;
 : La vitesse de l’écoulement en m3/s.

Cette relation peut être écrite de la sorte :

+ + − =

 Avec et les sections et largeurs au miroir critiques respectivement.

Cette relation va nous permettre d’élaborer la relation entre la cote du batardeau et la hauteur
critique et va nous aider à résoudre le problème du laminage sur Excel. (Voir annexe 1)

2.2.3.2. CAS D’ECOULEMENT EN CHARGE

Le débit évacué est évalué par la relation suivante :

= =
+∑

Avec :

 : La vitesse de l’écoulement dans la galerie ;


 S : la section de la galerie ;
 : La différence de charge totale entre le niveau de l’eau au batardeau et le toit du
pertuis aval de la galerie ;

25
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 : Les pertes de charges :


 Entonnement : 0.15 ;
 Vanne amont : 0.1 ;
 Courbure : 0.01 ;

 Frottement : avec Lg la longueur de la galerie soit 640m, Ks=80


coefficient de Strickler de la galerie et Rh le rayon hydraulique.

Donc on peut écrire comme débit en charge sortant

∗ ∗ . ∗( − )
=
. ∗
. + . + . + /
∗ ²

Avec :

 : La cote maximale d’eau atteinte dans le batardeau ;


 : La cote du toit de la section aval = 46 − 1.25% ∗ 640 + .

2.2.4. EQUATION DU BILAN

Le volume entrant par les apports de l’Oued égale la somme du débit sortant par la galerie et
le volume stocké dans la retenue du batardeau

= +∆

∆ : La variation du volume ou le volume stocké

Ceci conduit au laminage de la crue en réduisant son débit de pointe de l’hydrogramme.

Si on discrétise l’équation avec un pas de temps ∆ on peut alors écrire :

+ +
∆ + ∆ = −

 : Le débit entrant à l’instant 1 ;


 : Le débit entrant à l’instant 2 ;
 : Le débit sortant à l’instant 1 ;
 : Le débit sortant à l’instant 2 ;
 ∆ : Le pas de temps issu de l’hydrogramme et pris égal à 1.25h ;
 : Le volume stocké dans la retenue du batardeau amont à l’instant 1 ;

26
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 : Le volume stocké dans la retenue du batardeau amont à l’instant 2.

2.2.5. RESULTATS

En effectuant le calcul de laminage (Voir Annexe 1), nous avons pu trouver la cote de la crête
du batardeau amont en variant le diamètre de la galerie. Il restera la revanche à calculer dans
le prochain paragraphe.

Diamètre galerie (m) Cote maximale atteinte (NGM) Débit max sortant (m3/s)
6 61.82 415.17
6.5 60.33 462.25
7 58.94 506.1
Tableau 2: Résultats

L’hydrogramme de crue laminé prend la forme suivante et compare la performance du


laminage entre les 3 diamètres.

900.00

800.00 Qe(m³/s)

700.00 Qs (6m)
Qs (6.5m)
600.00
Qs( 7m)
Débit en m³/s

500.00

400.00

300.00

200.00

100.00

0.00
0.00 5.00 10.00 15.00 20.00 25.00
-100.00
Temps en h

Figure 12: Hydrogramme laminé pour les différents diamètres

2.2.6. LA REVANCHE DU BATARDEAU

La revanche est une élévation supplémentaire du barrage qu’on ajoute afin d’éviter les effets
des vagues engendrées par le vent et les séismes. Cette élévation s’ajoute sur la cote normale
qu’on a calculée par le laminage.

27
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Les formules suivantes de Stevenson et Monitor sont utilisées :

= . ∗ ∗ + . − . ∗√

= . ∗

 : Revanche en m
 ℎ : Hauteur engendrée par les vagues en m
 : Fetch en Km
 : Vitesse du vent en Km/h

Le résultat est récapitulé dans le tableau suivant :

Fetch F 9 km
Vitesse vent Vw 18 km/h
Hauteur des vagues hw 0.70 m
Revanche R 1.05 m
Tableau 3: Résultat revanche

2.2.7. RESULTAT FINAL DU LAMINAGE

Les résultats sont récapitulés dans ce tableau :

Diamètre galerie crête batardeau amont débit max sortant


(m) (NGM) (m3/s)
6 62.87 415.17
6.5 61.38 462.25
7 60.00 506.1
Tableau 4: Résultat final du laminage

Conclusion :

Le choix est donc opéré sur un batardeau amont de 60 NGM correspondant à la section de la
galerie de dérivation provisoire de diamètre 7m. Cette section pourra évacuer un débit
maximal de 506 m3/s au passage de la crue de chantier. La coupe transversale du batardeau
est la suivante :

28
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 13: Coupe transversale type du batardeau amont

Il est à rappeler que ce batardeau amont fera partie intégrante du barrage principal. Sa crête
va constituer une berme au stade final.

2.3. BATARDEAU AVAL

Le calcul de la hauteur du batardeau aval se fait par le biais de la loi de tarage qui définit la
relation hauteur-débit dans une section de l’Oued bien choisie. Cette section de contrôle
correspond à un resserrement de la vallée à l’aval du barrage comme le montre la figure
suivante :

Figure 14: Localisation de la section de contrôle

2.3.1. DONNEES

 Le fond topographique de la section de contrôle est calé à 34 NGM à 1200m an aval


du barrage.
 La pente moyenne du lit de l’Oued est de 0.61 %
 Le périmètre mouillé et la section mouillée sont donnés dans ce tableau :

29
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

z (NGM) S mouillé (m²) P mouillé (m)


34 0 26.85
34.5 12.44 30.64
35 26.71 34.97
35.5 42.88 39.3
36 61.05 52.41
36.5 83.41 65.52
37 112.16 73.11
37.5 145.92 80.7
38 183.36 83.75
38.5 223.31 86.79
39 264.6 89.45
39.5 307.17 82.11
40 350.94 94.11
40.5 395.85 94.66
41 441.89 97.21
Tableau 5: Données de la section de l'Oued

2.3.2. CALCUL ET RESULTATS

2.3.2.1. CARACTERISTIQUES HYDRAULIQUES

Le calcul du débit à travers la section de contrôle se fera à l’aide de la formule de Manning-


Strickler :

= ∗ ∗ ∗

 : Coefficient de Strickler du lit de l’Oued, évalué à 25,30 et 35


 : Section mouillée (m²)
 : Pente moyenne du lit de l’Oued
 : Rayon hydraulique (m)

Les résultats seront récapitulés dans le tableau ci-dessous.

30
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Q (m3/s)
z (NGM) A (m²) Pmouillé (m) Rh (m) Ks=25 Ks=30 Ks=35
34.00 0.00 26.85 0.00 0.00 0.00 0.00
34.50 12.44 30.64 0.41 13.64 16.37 19.10
35.00 26.71 34.97 0.76 44.64 53.56 62.49
35.50 42.88 39.30 1.09 90.89 109.07 127.25
36.00 61.05 52.41 1.16 135.18 162.21 189.25
36.50 83.41 65.52 1.27 195.95 235.14 274.33
37.00 112.16 73.11 1.53 298.38 358.06 417.74
37.50 145.92 80.70 1.81 433.15 519.78 606.41
38.00 183.36 83.75 2.19 618.32 741.99 865.65
38.50 223.31 86.79 2.57 838.62 1006.34 1174.06
39.00 264.60 89.45 2.96 1090.50 1308.60 1526.70
39.50 307.17 92.11 3.33 1371.27 1645.53 1919.78
40.00 350.94 94.11 3.73 1687.83 2025.39 2362.96
40.50 395.85 94.66 4.18 2054.96 2465.95 2876.94
41.00 441.89 97.21 4.55 2425.19 2910.23 3395.27
Tableau 6: Caractéristiques hydrauliques

2.3.2.2. HAUTEUR DU BATARDEAU AVAL

La hauteur du batardeau aval est donnée par les courbes de tarage pour les différentes valeurs
du coefficient de Strickler du lit de l’oued. Elle correspond au débit maximal sortant par la
galerie de dérivation qu’on a obtenu dans la partie précédente, soit : = 506 /

4000.00

3500.00

3000.00

2500.00
Q(M3/S)

2000.00

1500.00

1000.00

500.00

0.00
34.0 34.5 35.0 35.5 36.0 36.5 37.0 37.5 38.0 38.5 39.0 39.5 40.0 40.5 41.0
Z (NGM)

Ks=25 Ks=30 Ks=35

Figure 15: Courbes de tarage à la section de contrôle de l'Oued

31
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

A partir du tableau des caractéristiques hydrauliques, on utilise le solveur d’Excel pour


déterminer la cote du batardeau aval en fixant le débit.

La crête du batardeau aval est donc déterminée ainsi en fonction de Ks après ajout d’une
revanche de 1m à l’instar du batardeau aval.

Ks Crête batardeau aval (NGM)


25 38.74
30 38.50
35 38.27
Tableau 7: Crête du batardeau aval en fonction de Ks

Conclusion :

Nous allons retenir la cote 38.8 NGM pour des raisons de sécurité.

2.4. VIDANGE DE FOND

La présente galerie à laquelle on a affaire ne s’agit pas uniquement de dérivation provisoire


pour la construction du barrage. Elle est prévue également pour servir de vidange de fond.
Elle sera dimensionnée afin de résister aux efforts appliqués par le sol ainsi que la pression
interne au cas où l’écoulement sera en charge.

La section de la vidange sera circulaire pour faciliter l’écoulement. Un revêtement en béton


armé sera prévu pour renforcer la galerie (Voir chapitre revêtement).

Nous allons donc dimensionner l’ouvrage de vidange de fond afin de garantir une vidange
complète du barrage en 12 jours.

2.4.1. DONNEES

Nous allons tout d’abord rappeler les données nécessaires à ce calcul à savoir :

 La tranche morte du barrage est considérée le dixième du volume de la retenue


normale soit :

= . ∗

 La loi Cote-Surface-volume de la topographie du site du barrage est donnée dans le


tableau suivant :

32
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Cote (NGM) Surface (ha) Volume (m3)


38 0 0
40 0.37 3728
42 2.32 30667
44 5.07 104556
46 21.77 372939
48 44.36 1034226
50 65.23 2130130
60 290.39 19911140
70 551.26 61993296
80 913.57 136288004
85 1118.39 187568544
90 1326.23 249028763
100 1801.92 406674270
Tableau 8: Loi cote-surface-volume

 La cote normale du barrage Kharroub est =


 La cote de la vidange de fond est calée à = .

2.4.2. METHODOLOGIE ET CALCUL

La surface de la vidange de fond est calculée à travers l’intégrale suivante :

= ∗ ∗


=

+∑

 K : coefficient dépendant du temps de vidange et des pertes de charges singulières

Ki : les coefficients de pertes de charge singulières sont estimés en général pour une vidange
de fond dans le tableau suivant :

La grille 0.8
L’entonnement 0.15
La sortie 1
Tableau 9: Coefficients de pertes de charges singulières

Le coefficient de pertes de charge linéaires est estimé avec la relation précédente :

2 ∗ 9.81 ∗ 640
= /
= 3.8
7
80 ∗ 4

33
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 ∶ Surface de vidange de fond en m²


 : La valeur moyenne des surfaces sur deux lignes de discrétisation
 : La cote de la vidange de fond soit 46.5 NGM

Afin de calculer l’intégrale, on procède par une discrétisation de = , et un temps de


vidange complet de =

Application :

La valeur de K est donc : =− . ∗

Le calcul de la vidange nous donne un diamètre de vidange: = . . (Voir Annexe 2)

On retient donc un diamètre de vidange de fond = . comme celui pris par le bureau
d’études.

34
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3. CHOIX DU SOUTENEMENT PROVISOIRE DE LA GALERIE

L’objectif de cette partie est de :

 Collecter les données nécessaires aux calculs


 Evaluer les efforts appliqués sur les cintres métalliques
 Modéliser les cintres et calculer les efforts repris
 Effecteur les vérifications nécessaires au sens de l’EUROCODE 3

La partie théorique de ce travail est basée essentiellement sur les documents 2 et 3 cités en
références établis par l’US Army Corps of Engineers intitulés respectivement « Engineering
and Design : Conduits, Culverts and pipes » et « Engineering and Design : Tunnels and Shaft
in Rock ». Les calculs se feront sur logiciel ROBOT Structural Analysis Professional.

3.1. GENERALITES SUR LES SOUTENEMENTS PROVISOIRES

3.1.1. TYPES DE SOUTENEMENTS ENVISAGES

3.1.1.1. NOUVELLE METHODE AUTRICHIENNE

Apparue dans les années 60, la technique de soutènement combinant boulons et béton projeté
s’est imposée sur presque tous les chantiers de tunnels, tant son efficacité est grande. Il s’agit
avant tout d’une méthode, celle du soutènement léger accompagnant les déformations du
terrain. Mais détaillons d’abord chacun de ses deux constituants principaux.

Figure 16: (a) Application de la New Austrian Tunnelling Method (b) Boulonnage du
front

LES BOULONS D’ANCRAGE RADIAUX

Les mineurs ont rapidement constaté que le terrain autour d’une cavité avait tendance à
se déliter, s’ouvrir par endroits ou carrément se refermer. Pourquoi ne pas tenter de "clouer"
les parois et ainsi aller chercher le rocher intact, à quelques mètres de la galerie ? L’idée n’est

35
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

pas récente, puisqu’au XIXe siècle les Ardoisières d’Angers utilisaient des tiges de châtaigner
glissées dans des forages pour retenir les voûtes de leurs salles souterraines : l’eau qui
s’infiltrait faisait gonfler le bois et le plaquait contre les parois du forage. Rapidement les tiges
en acier (tiges de béton armé) se sont avérées les plus efficaces, et la technologie s’est peu
à peu adaptée au génie civil8. On distingue deux grands types de boulons :

1. Les boulons passifs ne sont sollicités que par le déplacement du terrain autour de la
paroi. Il en existe deux familles qui ne fonctionnent pas de la même façon :
 les boulons à ancrage ponctuel : ce sont les plus anciens ; ils sont fixés au rocher à
leur extrémité par une coquille qui s’écarte lorsqu’on visse la tige. Sur la paroi, on visse
l’écrou du boulon sur une plaquette. On privilégiera ces boulons pour les roches dures
 les boulons à ancrage réparti : comme leur nom l’indique, ils sont scellés au terrain sur
toute leur longueur.
2. Les boulons actifs sont précontraints. La tige pleine (barre Dywidag ou Arteon) ou le
câble de torons sont scellés loin de la paroi par injection d’un coulis de ciment. Ces
inclusions sont utilisées pour le soutènement des grandes cavités.

LE BETON PROJETE

Plutôt que de couler un béton, pourquoi ne pas le projeter? C’est l’idée qu’ont eu plusieurs
ingénieurs de mines vers les années 1910. D’une composition spécifiquement adaptée à
l’usage qui lui en est fait, ce béton fut autrefois baptisé gunite pour le différencier de ses
collègues. Il ressemble d’ailleurs de très près à un mortier à prise rapide. Le gunitage consiste
à projeter le béton sur les parois d’un tunnel à l’aide d’une lance. Le béton projeté a deux
principaux usages, qui peuvent s’additionner :

 Pour de faibles épaisseurs (< 5cm) il a un rôle protecteur, et forme une coque mince
épousant la géométrie du terrain. En cela il empêche les blocs de roche ou le sol de
s’altérer et de se détacher de la paroi ;
 Il peut aussi avoir un véritable rôle structurant, et reprend les charges issues du terrain.
Son épaisseur est alors variable en fonction du terrain, de l’ordre d’une vingtaine de
centimètres.

Seul, le béton projeté est de moins en moins utilisé. Il est souvent associé à des panneaux de
treillis soudés ou, de plus en plus, à des fibres métalliques qui lui confèrent une certaine
résistance en traction et en cisaillement. Son usage en tunnels a fait l’objet de

36
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

recommandations très détaillés de Bieniawski, AFTES,… (Voir chapitre Méthodes


empiriques).

3.1.1.2. CINTRES RETICULES

Dans certaines circonstances, notamment pour les mauvais terrains, les grandes sections et
les sections divisées, il peut s’avérer nécessaire de renforcer le béton projeté-boulonné par
des armatures plus résistantes qu’un simple treillis soudé. On a ainsi inventé des cintres
constitués de 3 aciers HA reliés entre eux par des aciers de plus faible section et facilement
cintrables à la forme de l’excavation. Une fois placés contre le terrain, ces cintres réticulés
avec ou sans treillis soudé sont recouverts de béton projeté pour former une coque solidaire.
L’espacement entre cintres est de l’ordre du mètre, pour qu’il se crée une voûte de béton entre
deux éléments (voûtains de béton).

Cette technologie est de moins en moins employée en tant que soutènement seul car elle ne
semble pas apporter suffisamment d’avantages comparée aux autres soutènements. Dans le
cas de réparations d’ouvrages cependant, les cintres réticulés peuvent avantageusement
servir à supporter une étanchéité avant projection de béton.

Figure 17: Cintres réticulés

3.1.1.3. CINTRES LOURDS ET BLINDAGE

Pour les terrains poussants, de mauvaise qualité, ou lorsqu’on traverse une zone plus difficile
que prévue, les soutènements "classiques" présentés ci-avant, utilisant pleinement les
propriétés de déformabilité du rocher trouvent leurs limites. On choisit alors des techniques de
soutènements lourds plus rigides, qui se déforment moins et qui doivent par conséquent
reprendre plus de charges. Ces soutènements sont toujours constitués de profils normalisés
cintrés (HEA, HEB, IPE…) suivant le rayon de courbure du tunnel. Ces cintres sont assemblés

37
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

près du front puis placés contre la paroi au moyen d’un érecteur (pelle équipée spécialement
pour cet usage).

Figure 18: (a) Voûtain de terrain entre deux cintres (b) Technique de l’enfilage

Entre chaque élément métallique, il se crée une voûte de terrain qui suffit dans de nombreux
cas à reporter les charges sur ceux-ci (Voir figure 18a). On réalise parfois un blindage ou un
remplissage béton entre les cintres pour trois raisons principales :

 Pour éviter que le terrain ne s’éboule sous le voutain naturel (rôle protecteur);
 Pour répartir les charges sur les éléments porteurs lorsque le terrain ne permet pas
d’avoir un effet de voûte suffisant (blindage lourd);
 Pour éviter un effet "domino" en cas d’effondrement au front de taille (rôle d’écartement
et de maintien).

Le blindage est réalisé le plus souvent par un remplissage de béton (projeté ou coffré). Dans
les puits ou les galeries de petites sections, on adopte souvent les tôles métalliques mais le
bois est encore utilisé car il se prête bien à la technique minière de l’enfilage. Cette dernière
consiste à enfiler les planches entre les cintres unes à unes, avec un blocage par un système
de coins (Voir figure 18b).

3.1.1.4. CINTRES COULISSANTS

Lorsque les efforts qui transitent dans le soutènement sont trop importants – autrement dit à
grande profondeur dans des terrains de faible tenue – on a recours à une technologie de
cintres métalliques développée par l’industrie minière. Plutôt que de réaliser un cintre
monolithique, ou éventuellement constitué d’un assemblage encastré et rigide de plusieurs
morceaux de cintre, il est possible d’assembler entre eux plusieurs éléments qui coulissent les
uns dans les autres. Par ce biais, lorsque les efforts de chargement dépassent un certain seuil
– le seuil de coulissement – les morceaux glissent les uns sur les autres par frottement et
évitent ainsi la plastification de l’ensemble. Pour augmenter l’efficacité de ce principe et faciliter

38
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

le coulissement, ces cintres ont un profil spécial en forme de "U". On les appelle cintres TH du
nom du premier fabricant qui a commercialisé ces profilés (Toussaint-Heitzmann).

La figure 19 est un exemple d’utilisation de cintres TH, associés à un boulonnage radial et à


du béton projeté. Les éléments TH sont assemblés par des éclisses de serrage. Le couple de
serrage de ces éléments donne la valeur de l’effort normal maximum que le cintre pourra
supporter avant de coulisser. Le comportement en compression peut donc s’assimiler à de
l’élasto-plasticité. Ce seuil atteint, le glissement se produit par "à coups" successifs. Les
mineurs disent alors que le cintre chante.

Figure 19: Cintres TH et béton projeté

39
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.2. CADRE GEOTECHNIQUE DU PROJET

3.2.1. CADRE GENERAL

Le soutènement provisoire, objet de cette étude, concerne la galerie de la dérivation provisoire


du barrage. Cette galerie, implantée en rive gauche du barrage, sert à la dérivation des eaux
de l’Oued pendant la durée des travaux afin de pouvoir travailler à sec au niveau de l’emprise
du barrage. Elle est dimensionnée pour la crue centennale d’un débit de 840 m3/s.

La figure suivante constitue un plan de repérage, en rive gauche du barrage, de la galerie en


question.

Figure 20: Plan de repérage

3.2.2. GEOMETRIE

La coupe longitudinale de la galerie est donnée dans la figure suivante avec un linéaire total
de 640 m.

40
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 21: Coupe longitudinale de la galerie

Selon le document pilote de l’US Army Corps of Engineers, les galeries souterraines dont la
section dépasse 5.6m² (60 ft²) doivent être rectangulaires pour des raisons économiques.

Pour des sections dépassant les 5.6m², et une charge de terrain qui dépasse 18.3m (60 ft)
de hauteur, les sections en pied de cheval (Horsechoe sections) sont recommandées.

Dans notre cas, la section en pied de cheval sera retenue par le bureau d’études, ses
dimensions feront l’objet des chapitres qui suivent.

Figure 22: Section en pied de cheval retenue pour la galerie

41
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.2.3. GEOLOGIE-GEOTECHNIQUE

La galerie est creusée dans la plupart du temps dans des pélites avec quelques passages en
calcaire gréseux. Les sondages réalisés lors des études d’avant-projet ont permis de
constituer une cartographie de l’emprise du projet ainsi que les différentes coupes géologiques
y compris la coupe ci-après suivant l’axe de la galerie :

Figure 23: Coupe géologique suivant l'axe de la galerie

La galerie traverse les 2 formations géologiques avec la succession présentée dans le


tableau qui suit :

Galerie Longueur Lithologie


210 m de pélites
10 m de calcaire gréseux
Dérivation provisoire 172 m de pélites
640 m
puis vidange de fond 20 m de calcaire gréseux
123 m de pélites
105 m de calcaire gréseux

Le degré de fracturation des terrains, quantifié par le coefficient RQD (Rock Quality
Designation), constitue une donnée significative pour les travaux souterrains.

Le RQD est défini, pour une passe donnée, comme étant :

42
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

∑ ≥
=

Figure 24: Sondage carotté au niveau de la galerie

Les forages carottés et les essais au laboratoire ont donné les caractéristiques suivantes des
pélites et des calcaires gréseux qui forment le terrain de la région ou la galerie va être creusée.

Calcaire Unité
Paramètre Symbole Pélites
gréseux
RQD 60 74 %
Poids volumique 23 26 /
Cohésion 0.015 0.3
Angle de frottement interne 23 30 °
Module d'Young 10 15
Coefficient de Poisson 0.3 0.3
Résistance à la compression simple 5 40
Tableau 10: Paramètres géomécaniques du terrain

3.3. METHODOLOGIE SUIVIE POUR LE CHOIX DU SOUTENEMENT

3.3.1. METHODES EMPIRIQUES SIMPLIFIEES

Ces méthodes associent généralement des résultats issus de l’observation d’ouvrages réels
et des calculs basés sur des hypothèses relativement restrictives. Bien que ne traitant pas de
toute la complexité des phénomènes associés au creusement d’un tunnel, elles sont très utiles
pour évaluer les caractéristiques de l’ouvrage de soutènement. Ces méthodes sont surtout

43
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

utilisées au niveau des études préliminaires et des pré-dimensionnements. Les méthodes


analytiques sont nécessaires lors de l’étude détaillée.

Les méthodes empiriques ont pour but d’établir les corrélations entre les conditions
géotechniques le mode de construction et le soutènement nécessaire pour assurer la stabilité
des parois (nature et dimensions). Ces méthodes sont utilisées lorsqu’on ne dispose pas des
informations nécessaires à la mise au point d’un modèle explicite.

On peut distinguer deux niveaux d’applications de ces méthodes :

 Avant la construction (information géologique limitée) : Pour la conception du


soutènement provisoire, le choix du procédé de creusement.
 Après la construction (temps limité) : Pour la détermination complète des
soutènements et mode creusement et leur adaptation aux conditions rencontrées au
cours des travaux.

3.3.1.1. ABAQUE DE TERZAGHI

Plusieurs méthodes développées aux Etats Unis pour approcher la charge des terrains de
couverture en se basant sur le retour d’expérience sur des projets réalisés et sur des
paramètres caractérisant la roche.

Selon le tableau ci-après, établi par Terzaghi et modifié par Deere et Al (1970), les milieux
rocheux peuvent être classés en 10 catégories en fonction d’observation qualitative et sur le
RQD.

44
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 25: L'abaque de Terzaghi (1946)

Cette méthode suppose que la contrainte verticale appliquée sur le tunnel n’est pas le poids
entier du sol se trouvant au-dessus, mais c’est juste le résultat de la décompression une
fraction du massif encaissant qui va dépendre de la qualité de la roche en l’occurrence l’indice
RQD de la roche.

La surcharge Hp est supposée répartie uniformément sur le plan horizontal passant par le toit
de l’ouvrage et estimée à = ∗ = ∗( + )

 Avec = + ;
 Où : Largeur du tunnel (radier) ;
 : Hauteur du tunnel.

45
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.3.1.2. METHODE DE PROTODIAKONOV (1956)

Cette méthode suppose que la zone décomprimée au-dessus du tunnel est supposée de
forme parabolique avec la largeur b montrée dans la figure estimée par :

= + ∗ ∗ ( − )

 D’ : La largeur du tunnel en m ;
 D : La hauteur du tunnel en m ;
 ∶ La cohésion du sol en rad.

Figure 26: Zone décomprimée au-dessus d'une cavité d'après Terzaghi (1946)

Ensuite la charge de la zone comprimée Hp est estimée par :

 : La largeur de la zone décomprimée en m ;


 : Un facteur dépendant de la résistance du terrain.

Estimation de f :

Cette méthode considère 6 catégories de roches spécifiques. Il faudrait choisir le type de roche
le plus proche possible du cas étudié en considérant sa qualité et son poids volumique. Le
tableau du choix du coefficient f se présente ainsi :

46
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Tableau 11: Coefficient de résistance des roches d'après Protodiakonov (1965)

3.3.1.3. METHODE DE BARTON

A partir de l’analyse de plus de 200 cavités existantes. Barton et Al (1974) parviennent à


caractériser la qualité d’un massif rocheux par un indice global Q dépendant de 6 paramètres.

 L’indice de fracturation de roches ;


 Le nombre de famille des joints ;
 L’indice de rugosité des joints les plus faibles ;
 Le degré d’altération des discontinuités ou du matériau de remplissage ;
 Le paramètre de réduction de l’eau interstitielle ;
 Le coefficient (Stress Reduction Factor) ou facteur de réduction des contraintes
déterminé à partir de l’état tectonique du massif.

= ∗ ∗

 / caractérise approximativement la taille des blocs rocheux ;


 / caractérise la résistance au cisaillement des blocs entre eux ;
 / caractérise les contraintes et forces actives.

Cette méthode prévoit 38 catégories possibles de soutènements à choisir en fonction de la


valeur de l’indice de qualité et de la dimension équivalente de l’ouvrage.

La dimension équivalente de l’ouvrage est estimée par :

47
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

= /

 L : Le diamètre de l’excavation en m ;
 ESR = 1.6 pour les ouvrages hydrauliques comme notre cas.

L’utilisation de l’abaque de Barton et du tableau du choix de soutènement va pouvoir nous


permettre de choisir le bon soutènement.

3.3.1.4. CLASSIFICATION DE BIENIAWSKI (RMR)

Partant du principe que le comportement du massif dépend à la fois des propriétés de la


matrice et des discontinuités. Bieniawski (1979) a proposé une classification qui comporte
5 paramètres :
 la résistance à la compression simple ;
 le RQD ;
 l’intervalle entre les discontinuités ;
 la nature des discontinuités ;
 les conditions hydrologiques (les venues d’eau).

Une note est affectée à chaque paramètre dont la somme nommée RMR (Rock Mass Rating),
variant de 0 à 100, est ajustée pour tenir compte de l’orientation des discontinuités. On propose
pour cinq classes de rocher la durée d’auto-stabilité selon la portée non soutenue ainsi que
des recommandations de soutènement mais le choix de boulons est restreint à des ancrages
ponctuels. En général des boulons à ancrages répartis sont les mieux adaptés.
La note sera ensuite corrigée en fonction de l’orientation des joints de discontinuités.
Voici à quoi ressemble le tableau de notation selon la méthode RMR :

48
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 27: Tableau d’attribution des notes selon Bieniawski

La correction de la note se fait à travers le tableau suivant :

Figure 28: Tableaux de correction de la note de Bieniawski

49
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Après calcul du RMR total du sol, nous allons utiliser le tableau suivant afin de déterminer le
type de soutènement à utiliser et l’espacement à opter pour.

Cette recommandation estime les trois propriétés du soutènement à savoir :

 Les cintres métalliques : Leur type ainsi que l’espacement entre eux ;
 Le béton projeté à utiliser pour renforcer les cintres métalliques en voûte, piédroits, et
complément de soutènement ;
 Les boulons d’ancrage avec leur espacement et leur complément.

Figure 29: Recommandation de Bieniawski sur le soutènement à utiliser

50
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.3.1.5. CLASSIFICATION DE L’A.F.T.E.S

L’A.F.T.E.S adopte un classement qualitatif sans attribuer de note numérique globale au


massif rocheux en étudiant indépendamment les caractéristiques suivantes :

 Résistance à la compression ;
 Nombre de familles de discontinuités ;
 L’orientation des discontinuités ;
 L’espacement des discontinuités.

Le choix du type de soutènement est orienté par la dimension et la forme de la galerie, le mode
d’exécution et son environnement. Aucun dimensionnement n’est proposé après le choix et la
validité du soutènement et les méthodes de renforcement. Le tableau du comportement
mécanique est présenté dans l’annexe 4.

Figure 30: Choix du soutènement à partir des discontinuités d'après AFTES (1974)

51
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.3.2. APPLICATION A NOTRE CAS

3.3.2.1. ABAQUE DE TERZAGHI

Passages en pélites :

Le RQD moyen des passages en pélites étant de 60% nous renseigne sur un caractère altéré
du terrain. Ceci nous permet de déterminer la charge de la roche .

En utilisant l’abaque de Terzaghi et les données du terrain, la charge correspond à la case


(de 0.35B à 1.1C). Nous allons prendre la moyenne de ces 2 valeurs.

 Contrainte verticale :
D’abord = . et = + = . + = .
. .
Donc = ∗ é = ∗ é = .
.
 Contrainte horizontale : = ∗ = ∗ = .
∗ . = .

Passages en calcaire gréseux :

Pour les passages en calcaire gréseux le RQD est estimé à 75 ce qui nous donne une charge
correspondant à (from 0.25B to 0.35C). Nous allons de même prendre la moyenne des 2
valeurs d’où :

. .
 Contrainte verticale : = ∗ = ∗ = .
.
 Contrainte horizontale : = ∗ = ∗ = .
∗ . = .

3.3.2.2. MEHTODE DE PROTODIAKONOV

Passages en pélites :

La largeur b de la zone décomprimée est :

= + ∗ ∗ −

= .

Le facteur de résistance f est estimé à 3 d’après le tableau de la méthode. Donc les contraintes
sont les suivantes :

.
 Verticale : = ∗ é = ∗ é = ∗
∗ = .
.
 Horizontale : = ∗ = ∗ = .
∗ . = .

52
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Passages en calcaire gréseux

La largeur b de la zone décomprimée est :

= + ∗ ∗ −

= .

Le facteur f est estimé à 8, les contraintes sont donc

 Verticale : = .
 Horizontale : = .

3.3.2.3. METHODE DE BIENIAWSKI

Application de la méthode :

Paramètres Pélites Note Calcaire gréseux Note


Rc (MPa) 5 1 40 4
RQD (%) 50-70 13 74 13
Espacement joints (m) 0.3 - 1 20 1-3 25

Nature joints Joints à 20 Joints à remplissage 20


remplissage < mou < 5mm
5mm
Venues d’eau sec 10 suintements 7
RMR 64 69
Orientation des Défavorable -5 Défavorable -5
discontinuités
RMR corrigé 59 64
Description Moyen Bon
Tableau 12: Résultat d'application de la méthode de Bieniawski

Recommandations :

53
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Passages en pélites
Cintres métalliques Type HEB avec espacement de 1 à 1.5m
Béton projeté et complément 5cm d'épaisseur avec boulons
Boulons d'ancrages Espacement de 1 à 1.5m
Passages en calcaires gréseux
Cintres métalliques Type HEB avec espacement de 1.5 à 2m
Béton projeté et complément 5cm d'épaisseur sans complément
Boulons d'ancrages Espacement de 1.5 à 2m
Tableau 13: Recommandations de soutènement par la méthode de Bieniawski

3.3.2.4. CLASSIFICATION A.F.T.E.S

Application de la méthode :

Paramètres Pélites Classe Calcaire gréseux Classe

Rc (MPa) 5 R4 40 R3
Famille des
2 familles N2 2 familles N2
discontinuités
Orientation des
Défavorable Or4 Défavorable Or4
discontinuités
Intervalles entres les
20-60 S3 60-200 S2
discontinuités (cm)
Tableau 14: Paramètres d'application de l'AFTES

Recommandations :

Passages en pélites
Boulons A ancrage réparti avec treillis
Cintres Lourds
Voussoirs Légers coulissants
Procédés spéciaux Injection
Passages en calcaires gréseux
Boulons A ancrage réparti
Cintres Lourds ou légers coulissants
Voussoirs -
Procédés spéciaux Injection
Tableau 15: Recommandations de l'AFTES

54
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.3.2.5. METHODE DE BARTON

Application de la méthode:

Paramètres Pélites Calcaire gréseux


RQD 60 74
Jn 2 familles et des discontinuités 6 2 familles et des 6
dispersées discontinuités dispersées
Jr Discontinuité avec un 1 Discontinuité avec un 1
remplissage sableux graveleux remplissage sableux
graveleux
Ja Epontes largement altérées, 6 Remplissage imperméable 1
enduit sans minéraux argileux résistant fortement
consolidé
Jw Pression ou débit moyen, 1 Excavation hors d’eau ou 0.66
remplissage des discontinuités avec un débit très faible
essentiellement baigné localement
SRF Multiples zones d’altération 10 Multiples zones d’altération 10
contenant des argiles ou du contenant des argiles ou
matériau chimiquement dégradé du matériau chimiquement
dégradé
Q 0.16 0.81

Tableau 16: Application de la méthode de Barton

Afin d’utiliser l’abaque de Barton nous avons besoin de calculer la longueur équivalente

L : diamètre de l’excavation = 7m

= 1.6 ∶ Pour les ouvrages hydrauliques

= .

Recommandations :

Passages en pélites
Boulonnage Précontraint espacé de 1m
Béton projeté 7.5 à 12.5 cm avec treillis soudé
Passages en calcaires gréseux
Boulonnage Précontraint espacé de 1m
Béton projeté 5 à 7.5 cm d’épaisseur
Tableau 17: Recommandations de soutènement de Barton

55
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Conclusion :

La méthode de Bieniawski prend en considération le plus de paramètres géomécaniques et


donne une précision plus grande quant au choix du soutènement et va être choisi pour les
recommandations de soutènement.

Notre soutènement se compose donc de cintres métalliques lourds de type HEB


d’espacement 1 à 1.5m pour les pélites et 1.5 à 2m pour le calcaire gréseux, du béton
projeté d’épaisseur 10 cm armé d’un treillis soudé et un maillage de boulons précontraints.

Il restera à préciser par la suite ce soutènement.

3.3.3. METHODES NUMERIQUES

3.3.3.1. FORMULE DE TERZAGHI ET CAQUOT

D’autres méthodes numériques peuvent être utilisées pour calculer les efforts verticaux sur le
tunnel.

La formule suivante a été introduite par Terzaghi et Caquot et donne la pression verticale du
sol en fonction de plusieurs paramètres.

2
− ∅
= (1 − )
2 tan(∅)

Où :

 H et b : hauteur et largeur du cône d’effondrement en clé de voûte;


 C et : cohésion et angle de frottement interne de la discontinuité.

56
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Il est important de signaler que cette méthode ne prend pas en considération l’état de
fracturation ou de consolidation du terrain. Ceci donne alors une surestimation de l’état de
contrainte réel dans le sol. Par exemple un sol consolidé formé par le calcaire appliquera
une pression beaucoup moins faible qu’un sol argileux non consolidé.

3.3.3.2. METHODE DE PECK (1969)

Peck décrit une méthode de dimensionnement des ouvrages de soutènement, dans son
rapport général consacré aux calculs des tunnels et excavations. Cette méthode repose sur
l’observation du comportement d’un grand nombre d’ouvrages, à la fois du point de vue des
pressions reprises par le soutènement et de l’ovalisation de l’ouvrage de soutènement.

La méthode consiste à dimensionner le soutènement en considérant les 4 éléments suivants :

 L’effort normal induit par les terrains sur l’ouvrage ;


 Les moments résultants de variations locales de diamètre du fait d’une
distribution non symétrique des efforts ;
 Le flambement de la structure ;
 L’influence de facteurs externes spécifiques.

Le soutènement est jugé satisfaisant s’il est capable de résister à l’ensemble de ces
sollicitations.

L’effort normal dans le soutènement est estimé en supposant que celui-ci est soumis à une
pression uniforme égale à la contrainte moyenne, existant dans le sol avant le creusement au
niveau de la galerie.

(1 + )
= ∗ ∗
2

 : La pression uniforme exercée sur l’anneau circulaire (kN/m)


 : Le coefficient des terres au repos
 : La contrainte verticale en place (kPa)
 : Le rayon de l’excavation (m)

Ce calcul ne tient pas en compte la redistribution des efforts par effet de voûte et se place
donc dans une hypothèse de sécurité.

Le soutènement est satisfaisant si les contraintes normales induites dans l’anneau n’excèdent
pas une fraction de la limite de résistance du matériau de soutènement.

57
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 31: Méthode de Peck (1969)

La vérification vis-à-vis des moments fléchissants est effectuée en supposant que l’ouvrage
subit des variations de diamètres analogues à celles qui se produiraient si l’anneau était
parfaitement flexible. Le soutènement est satisfaisant s’il peut supporter les contraintes
induites par cette distorsion.

En ce qui concerne le flambement il est recommandé que le soutènement reprenne un


minimum de contraintes excédentaires résultant de flambements locaux et différents
irrégularités sur la périphérie de l’ouvrage.

Les facteurs externes à prendre en compte concernent notamment les sollicitations qui
peuvent résulter de la réalisation d’ouvrages adjacents, ainsi que l’utilisation d’air comprimé,
de surcharges exercées par des structures existantes, ou de la réalisation de travaux
d’excavation à proximité de la galerie.

3.3.4. RENFORCEMENTS DU SOUTENEMENT PAR LES ANCRAGES

Rôle porteur

Dans un massif fracturé discontinu, les blocs rocheux peuvent se détacher de la paroi et
tomber sous l’effet de la gravité. Pour empêcher ces chutes, on utilise un boulonnage qui
assure « un rôle porteur » à condition d’être ancré assez profondément dans la partie saine
ou non fracturée du massif. Ces boulons doivent être à effet immédiat. La tige de l’ancrage est

58
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

sollicitée à l’arrachement mais aussi en cisaillement selon la disposition des blocs et


l’orientation des tiges.

Rôle restructurant

Dans un massif fracturé où les boulons sont sollicités en cisaillement au droit des fissures, les
boulons à ancrage réparti s’avèrent les plus appropriés. Leur rigidité limite tout mouvement
susceptible de désolidariser les blocs et empêche la formation d’un ensemble disjoint autour
du tunnel. En particulier, les tiges sont solidaires de chaque bloc, les rendent moins libres de
s’écarter et surtout de glisser. Ils assurent donc un collage des bancs entre eux plus que les
ancrages ponctuels. Ils arment le terrain et lui permettent de mieux résister aux sollicitations
de compression, traction et surtout cisaillement sur les plans des discontinuités.

Rôle confinant

Dans un massif homogène, les boulons à ancrage réparti sont les mieux adaptés.
Parallèlement à la convergence de la galerie, un anneau de terrain apparaît autour de la cavité,
où les caractéristiques mécaniques chutent rapidement et de façon irréversible. En ce sens le
boulonnage associé à une couche de béton projeté confine ces terrains sujets à
décompression et dégradation : et ce en utilisant une orientation radiale qui est la meilleure
manière de limiter l’extension de la zone décomprimée et l’amplitude des déformations.

La contrainte normale à la paroi qui en résulte confine la zone boulonnée, et confère à la roche
un supplément de résistance au cisaillement, d’où la formation d’un anneau résistant qui
constitue un véritable soutènement s’opposant aux poussées du terrain.

3.3.5. CONTRAINTE HORIZONTALE

La détermination de la contrainte horizontale nécessite de connaître une loi de comportement


pour le sol. On appelle classiquement K le rapport entre contrainte horizontale et verticale.

Si le sol est au repos, K est alors et c’est un coefficient qui lit directement les contraintes
verticale et horizontale selon l’équation suivante :

= ∗

En considérant que le sol est élastique ( coefficient de Poisson)

=

Si par contrainte le sol est argileux ou sableux, dans ce cas :

59
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

= −

: Angle de frottement interne du terrain (déterminé à partir de l’essai de cisaillement).

3.4. CALCUL DU SOUTENEMENT PROVISOIRE PAR CINTRES


METALLIQUES DE TYPE HEB

3.4.1. LES SOLLICITATIONS DU TERRAIN

L’estimation des contraintes verticales et horizontales appliquées sur le terrain se base sur la
pondération des méthodes empiriques de l’abaque de Terzaghi et Protodiakonov. Ceci
revient au fait de la considération de l’état de fracturation du terrain au niveau de la zone
décomprimée au-dessus de la galerie. Les autres méthodes donnent une surestimation des
contraintes et donc un surdimensionnement des cintres métalliques.

Le tableau suivant présente les contraintes que nous allons utiliser dans la modélisation sur
Robot Structural Analysis.

Terrain Contrainte verticale Contrainte horizontale


Pélites 128.68 kPa 55.15 kPa
Calcaire gréseux 53.12 kPa 22.76 kPa
Tableau 18: Contraintes définitives du dimensionnement

3.4.2. MODELISATION ET CALCUL SUR ROBOT :

Maintenant après l’évaluation des efforts appliqués par le terrain sur les cintres, on va utiliser
le logiciel Robot Structural Analysis pour dimensionner les cintres métalliques de type HEB au
sens de l’Eurocode 3.

Nous allons effectuer une modélisation en 2D en considérant le cintre comme une poutre qui
reprend la charge appliquée par un tronçon de sol d’espacement défini.

Pour raison de simplification nous allons prendre la forme du cintre en U inversé.

Le modèle sur ROBOT est dans la figure qui suit :

60
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 32: Vue en 3D d'un cintre métallique

Le modèle dessiné sur ROBOT se présente ainsi avec les barres en noir et les appuis en
rouge. Les axes sont précisés également :

Figure 33: Modèle du cintre métallique sur Robot

Nous allons définir les matériaux à utiliser :

61
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 34: Caractéristiques des matériaux

Nous avons opté pour des cintres métalliques de type HEB. Les caractéristiques des sections
HEB est détaillée dans la figure qui suit. Nous devons déterminer la section convenable aux
sollicitations de notre terrain.

Figure 35: Propriétés des cintres HEB

62
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Les charges linéaires doivent dans cette étape être appliquées sur les barres métalliques.

Nous devons donc appliquer les charges verticale et horizontale respectivement sur les
barres en voûte (1,2,…,18) et les barres latérales 19 et 20.

Nous allons faire la distinction entre 2 cas de figure. D’abord les charges induites par la
couverture en pélites et celles par la couverture en calcaire gréseux.

Les charges linéaires sont calculées ainsi :

 = ∗ ( / )
 = ∗ ( / )

E : L’espacement entre les cintres en m

3.4.2.1. PASSAGE A COUVERTURE EN PELITES

3.4.2.1.1. PROFILE HEB 100

Dans un premier temps nous allons considérer les charges de décompression du terrain
pélitique.

On va tester la validité du profilé HEB 100.

L’espacement des cintres métalliques d’après la recommandation de Bieniawski sera fixé à


1m. Les valeurs de charges permanentes linéaires à appliquer sont :

= . ∗ = . /

= . ∗ = . /

On ajoute également le poids propre des cintres.

Figure 36: Chargements linéaires appliqués aux barres

63
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

On définit les combinaisons sachant qu’il n’y a pas de charges d’exploitation dans notre cas.

 A l’ELU : 1.35Q
 A l’ELS : Q

Figure 37: Combinaisons

 Résultats ELU

Figure 38: Extrêmes globaux des efforts à l'ELU

 Résultats ELS

64
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 39: Extrêmes globaux des efforts à l'ELS

Avec :

 FX : L’effort tranchant (kN)


 FZ : L’effort normal (kN)
 MY : Le moment fléchissant (kN.m)

Le diagramme du moment fléchissant est donné dans la figure suivante :

Figure 40: Moment fléchissant MY

65
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.4.2.1.2. DIMENSIONNEMENT

Le dimensionnement des cintres en acier doit tenir en compte des vérifications au sens de
l’Eurocode 3.

Les recommandations de l’Eurocode 3 vis-à-vis des caractéristiques de l’acier de construction


sont les suivantes :

 Module de Young : = 210 000 ;


 Coefficient de Poisson : = 0.3 ;
 Module de cisaillement : = 81 000 ;
 Coefficient de dilatation thermique linéaire : = 12.10

Pour l’état limite :

 En compression :

L’effort de compression dans la section transversale doit satisfaire à la condition suivante :

,≤ .
,

La résistance à la compression uniforme est :


, =

: Coefficient partiel pour la résistance des sections transversales

: Limite d’élasticité

 En traction

L’effort de traction doit satisfaire à la condition :

≤ .
,

La valeur de la résistance à la traction est la plus petite de ces deux :

 La valeur de calcul de la résistance plastique de la section transversale brute :



, =

 La valeur de calcul de la résistance ultime de la section transversale nette au droit des


trous de fixation :

66
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

. ∗ ∗
, =

 En flexion

Le moment fléchissant doit vérifier :

≤ .
,

La résistance à la flexion maximale de la section transversale est :


, =

Pour les instabilités :

 En flambement

L’effort normal de compression doit vérifier la condition suivante :

≤ ∗ ∗ ∗

Avec :

Tableau 19: paramètres de la vérification au flambement

Le coefficient de réduction dépend de la longueur de flambement et l’élancement réduit


̅ par l’abaque suivant :

67
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 41: Abaque de détermination du coefficient de réduction

La longueur de flambement quant à elle est déduite en fonction des conditions aux limites des
extrémités comme suit :

Figure 42: Longueur de flambement

Dans notre cas la longueur de flambement est = .

Etapes de modélisation :

Nous allons maintenant passer à l’application sur le logiciel

La définition de ces vérifications est donnée dans la fenêtre suivante :

68
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 43: Vérifications des barres

Comme on peut le remarquer la case du flambement par rapport à l’axe Y est désactivée. Ceci
s’explique par l’utilisation des entretoises entre les cintres pour maintenir leur stabilité.

Le flambement par rapport à l’axe Z lui est pris en considération dans le calcul pour les barres
de 1 à 20 sauf la barre 21 horizontale qui ne va subir aucun flambement .

La vérification du déversement va se faire pour toutes les barres

Ensuite on effectue la vérification des pièces 1 à 21 à l’ELU et l’ELS comme le montre la figure

69
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 44: Paramètres de calcul

RESULTAT DE LA VERIFICATION

Figure 45: Vérification des profilés HEB 100

Comme le montre la figure, les profilés HEB 100 sont incorrects. Nous allons donc effectuer
le dimensionnement pour avoir le bon profilé à utiliser.

Nous allons cette fois utiliser la commande dimensionnement comme suit :

70
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 46: Paramètres de calcul

Le résultat du dimensionnement de l’ensemble de la famille des barres 1 à 21 donne

Figure 47: Résultat du dimensionnement

Ainsi, les profilés qui conviennent sont les HEB 180. Nous allons les vérifier.

3.4.2.1.3. VERIFICATION DU PROFILE HEB 180

Nous allons recalculer la structure avec la nouvelle section HEB 180. Les résultats à l’ELS et
l’ELU sont ainsi :

Figure 48: Efforts repris à l'ELU et l'ELS

71
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 49: Vérification du profilé HEB 180

Donc les HEB 180 sont convenables. Ils seront utilisés le long des passages en pélites
pour garantir une meilleure sécurité et stabilité de quelques mois avant la mise en place du
revêtement définitif en béton armé.

3.4.2.2. PASSAGES A COUVERTURE EN CALCAIRE GRESEUX

L’espacement des cintres métalliques d’après la recommandation de Bieniawski est fixé à


1.5m.

Les valeurs de charges permanentes linéaires à appliquer sont cette fois les suivantes :

= . ∗ . = . /

= . ∗ . = . /

3.4.2.2.1. PROFILE HEB 100

Nous allons utiliser les mêmes matériaux et combinaisons. Nous allons recalculer la
structure avec les nouvelles charges.

Les efforts repris ainsi que la vérification des pièces en profilé HEB 100 sont ci-dessous.

72
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 50: Efforts repris par le cintre HEB 100

Figure 51: Vérification profilé HEB 100

Le profilé est incorrect. Nous allons faire le dimensionnement.

3.4.2.2.2. DIMENSIONNEMENT

Le dimensionnement ainsi fait de la même manière donne le résultat suivant :

Figure 52: Résultat du dimensionnement

Nous allons donc faire la vérification du profilé HEB 160.

73
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

3.4.2.2.3. VERIFICATION DU PROFILE HEB 160

Les résultats des efforts repris par la structure sont :

Figure 53: Efforts repris par le profilé HEB 160

La vérification est la suivante :

Figure 54: Vérification du profilé HEB 160

Le profilé HEB 160 est correct.

Remarque :

Deux cas de figures s’imposent pour le soutènement provisoire des passages en calcaire
gréseux :

 On opte pour des profilés HEB 160 avec un espacement de 1.5m ;


 On garde les mêmes profilés HEB 180 utilisés pour les pélites en augmentant
l’espacement entre les cintres.

74
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Pour des raisons d’économie et de facilité d’exécution, il est recommandé de garder le même
profilé en jouant sur l’espacement entre les cintres. Selon les calculs effectués, un espacement
maximal de 2m serait convenable pour les tronçons en calcaire gréseux avec des HEB 180.

75
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4. REVETEMENT DEFINITIF

4.1. GENERALITES

Le revêtement d’un tunnel ou d’un ouvrage souterrain est la structure résistante placée au
contact de l’excavation. Il permet d’assurer la stabilité mécanique à long terme de l’ouvrage et
de contribuer à son étanchéité (protection contre les venues d’eau dans le cas d’ouvrage
réalisé dans des terrains aquifères). Il peut être visible de l’intérieur de l’ouvrage ou protégé
par un habillage.

Les méthodes modernes de soutènement assurent, en général, la stabilité définitive de


l'excavation dans les massifs rocheux. Néanmoins, il existe des terrains qui continuent à
évoluer dans le temps, soit par gonflement, soit par fluage de certains minéraux, soit par
consolidation des argiles. Un revêtement définitif est alors nécessaire pour assurer un
confinement pérenne de ces terrains. Son dimensionnement tient compte de ces phénomènes
différés.

Trois principaux types de revêtement des galeries peuvent être rencontrés :

 Revêtement en béton non armé;


 Revêtement en béton armé;
 Revêtement en acier (blindage).

Le choix entre ces types se base sur la fonction requise de la galerie, les conditions
géologiques, la facilité d’exécution et sur l’économie.

4.1.1. REVETEMENT EN BETON NON ARME

Les tunnels réalisés de manière séquentielle, le revêtement étant alors exécuté


indépendamment des opérations d’excavation et de soutènement.

Lorsqu’il y’a difficulté de mise en œuvre d’armatures dans le béton coffré du tunnel, et lorsque
le caractère de fissuration du béton non armé est non déterminant pour la stabilité du tunnel,
on a alors recours au revêtement en béton non armé.

Les recommandations de composition et mise en œuvre d’après le retour d’expérience de


nombreuses années sont les suivantes :

 Limitation de l’exothermie et du retrait, tout en restant compatible avec les cycles de


bétonnage en utilisant un dosage de 350 kg/m3 au maximum.
 Epaisseur minimum 20 à 30 cm

76
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 Fortes épaisseurs difficiles à vibrer (vibreurs extérieurs au coffrage)


 Pas de joints de retrait mais plots de bétonnage limités à 8 à 10m.

Figure 55: Béton non armé

4.1.2. REVETEMENT EN BETON ARME

Le revêtement de tunnel, s’il est foré à l’aide d’un tunnelier, est composé d’une succession
d’anneaux juxtaposés mis en place à l’arrière du bouclier pour assurer immédiatement la
stabilisation du sol.

Figure 56: Voussoirs en béton armé préfabriqués

77
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Chaque anneau est constitué d’un assemblage d’éléments appelés voussoirs préfabriqués
en béton armé, d’épaisseur courante de 20 à 30 cm. Les anneaux, d’une longueur de 0,60 à
2m ont des faces transversales parallèles (anneaux droits) ou non parallèles (anneaux
universels). Les anneaux universels permettent, par rotation de la position d’un anneau par
rapport au précédent, de suivre toutes les variations de tracé de l’excavation. Les anneaux
sont constitués de 5 à 10 voussoirs courants, de deux voussoirs de contre-clé et d’un voussoir
de clé (de forme trapézoïdale). L’étanchéité entre voussoir est, en général, assurée par des
profilés compressibles ou hydro gonflants.

Le revêtement en béton armé, si le creusement est autre que par le tunnelier, est réalisé par
des coffrages métalliques ou en bois introduits dans les galeries et tunnels au cas où les
sections sont grandes et permettent aux camions malaxeurs d’entrer et de couler le béton. Le
ferraillage du béton armé des galeries et tunnels est en général le ferraillage appliqué aux
coques avec des armatures principales (la direction ortho-radiale), des armatures
longitudinales et des étriers transversaux (la direction radiale).

Figure 57: Exemple de coffrage métallique d'un tunnel et des armatures

Il est à signaler que dans le cas des soutènements à l’aide du béton projeté, on utilise une
nappe de treillis soudé.

4.1.3. REVETEMENT EN ACIER

C’est un système de sections en tôle d’acier ondulée conçu spécifiquement pour le revêtement
de tunnels en sols meubles et pour le regarnissage des conduits existants sous les autoroutes
et les voies ferrées.

78
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Pour le cas des galeries au niveau des barrages, le blindage est obligatoire pour les tronçons
sujets à des pressions ou vitesses très importantes auxquelles le béton ne peut résister. Le
blindage est aussi utilisé dans les extrémités du tunnel à cause de la forte convergence du
terrain à l’entrée.

Figure 58:Tunnel à tôle d'acier ondulée

4.2. EPAISSEUR DU BETON

L’épaisseur minimale du revêtement est de l’ordre de à . La formulation


du béton doit conduire à une résistance caractéristique à la compression de l’ordre de
avec un E/C (eau sur ciment) inférieur à . . Une résistance à la compression de
peut être exigée afin d’atteindre des épaisseurs faibles, une meilleure durabilité et
une meilleure résistance à l’abrasion.

L’épaisseur du revêtement peut être estimée à partir du diamètre de l’excavation en tenant en


compte la qualité de la roche. A cet effet, nous allons nous baser sur deux méthodes
empiriques à savoir l’estimation de GALABRU et les normes suisses de revêtement des
tunnels routiers.

Estimation de GALABRU :

Diamètre de Epaisseur du revêtement en cm


l’excavation en m Rocher de bonne Rocher de moyenne Rocher de mauvaise
qualité qualité qualité
2 15 20 25
6 30 40 60
9 35 50 70
Tableau 20: Epaisseur d'après GALABRU

Etant donné que le diamètre de notre galerie est 7m et le rocher est de mauvaise qualité,
l’épaisseur du béton à prendre est 65cm.

79
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Estimation des normes suisses :

Etat de la roche Epaisseur du revêtement en cm


Roche saine non fracturée 40
Roche saine fracturée 50
Rocher fissuré 63
Rocher disloqué 90 à 100
Tableau 21: Epaisseur d'après les normes suisses

Dans notre cas, le terrain peut être qualifié de rocher fissuré, l’épaisseur à prendre est donc
de 63cm.

Epaisseur retenue :

Nous allons finalement retenir une épaisseur de 65cm.

4.3. MODELISATIONS EN ELEMENTS FINIS

4.3.1. DONNEES DU PROJET

4.3.1.1. GEOMETRIE

La géométrie générale du projet est donnée dans la figure suivante :

Figure 59: Géométrie du projet

80
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Nous allons prendre en considération le terrain présentant les sollicitations les plus
grandes à savoir les passages en pélites. L’épaisseur du revêtement ainsi que le ferraillage
sera le même le long de la galerie.

La galerie sera représentée, par raisons de symétrie et isotropie du terrain, uniquement par sa
moitié à droite. Elle a un diamètre de 5.5 m et à une profondeur moyenne de 35 m.

Les caractéristiques géotechniques du sol sont résumées dans le tableau suivant :

Paramètre Symbole Unité Pélites

Comportement Model - Mohr-Coulomb

Poids volumique non saturé / 23

Poids volumique saturé / 26

Perméabilité horizontale m/jour .

Perméabilité verticale m/jour .

Module d’Young / 10

Coefficient de Poisson - 0,3

Cohésion / 15

Angle de frottement interne ° 23

Interface avec revêtement - 1

Tableau 22: caractéristiques géotechniques du sol

L’interface avec revêtement dont la valeur est 1 signifie que tous les paramètres (cohésion,
angle de frottement, ..) au contact entre le terrain et le revêtement ont les mêmes valeurs que
ceux du terrain traversé.

4.3.1.2. CARACTERISTIQUES DU REVETEMENT EN BETON DE LA


GALERIE

Les caractéristiques du béton sont ainsi :

 La rigidité normale :

= ∗

Avec : résistance caractéristique du béton à la compression a 28 jours = 27 MPa.

81
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

= ∗( ) = / ²

 L’épaisseur du revêtement :

Elle est déjà déterminée avant :

 La rigidité de flexion :

∗ ²
=
12

= .

Ils sont récapitulés dans ce tableau :

Paramètre Symbole Unité Valeur

Comportement Type - Elastique

Rigidité normale EA MN/m 33 000

Rigidité de flexion EI MN.m 990

MPa 27

Epaisseur t m 0,65

Poids volumique KN/m3 25

Tableau 23: Caractéristiques du béton de revêtement

4.3.2. MODELISATION SUR PLAXIS 8.2

Plaxis 8.2 est un logiciel d’analyse de stabilité et déformations dans l’ingénierie géotechnique
bidimensionnelle en éléments finis. Il a une large panoplie d’utilisations en fonction du type
d’études ou de travaux.

Dans notre projet de galerie de dérivation provisoire de barrage servant aussi de vidange de
fond, ce logiciel nous aidera à effectuer la modélisation en 2D du sol autour de la galerie et de
vérifier le comportement de cette dernière et calculer les efforts repris par la section transversale
et son déplacement.

La modélisation est réalisée par le biais d’un maillage en éléments finis qui permet de calculer
les efforts internes.

82
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4.3.2.1. GEOMETRIE

Le modèle géométrique du tunnel dans l’interface du logiciel est prise circulaire à cause des
limitations au niveau du choix de la variation de l’épaisseur en béton. Le modèle est le suivant :

Figure 60: Interface de Plaxis 2D

Nous allons définir les dimensions du tunnel :

 Le diamètre est calé à 5.5


 L’épaisseur du revêtement est 0.65m
 On modélise uniquement la moitié en raison de la symétrie du problème

Figure 61: Tunnel designer

83
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4.3.2.2. CARACTERISTIQUES DES ELEMENTS

On saisit les caractéristiques de chaque élément de notre exemple d’étude (pélites,


revêtement en béton)

Pélites : On saisit le poids volumique saturé et non saturé et les perméabilités.

Figure 62: Paramètres générales des pélites

On ajoute les autres paramètres géotechniques

Figure 63: Paramètres géotechniques des pélites

84
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Béton de revêtement :

Figure 64: Caractéristiques du béton de revêtement

4.3.2.3. CONDITIONS AUX LIMITES

Figure 65: Conditions aux limites standards

On choisit les conditions aux limites en s’éloignant le maximum possible de la zone influencée
par le projet. De façon à avoir des déplacements horizontaux nuls à l’extrême droite et des
déplacements verticaux et horizontaux nuls en bas vers le substratum rocheux.

85
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Ceci correspond pour le logiciel au choix de « Standard fixities ». Les petites lignes vertes
signifient qu’il n’y a pas de déplacement du massif rocheux dans la direction perpendiculaire
à elles.

4.3.2.4. MAILLAGE

Un maillage est la discrétisation spatiale d’un milieu continu, ou aussi,


une modélisation géométrique d’un domaine par des éléments proportionnés finis et bien
définis.

Plaxis peut faire l’interpolation des éléments par des triangles pour déterminer les
caractéristiques de chaque point dans le sol.

Nous allons choisir un maillage moyen

Figure 66: Setup du maillage

Figure 67: Le résultat du maillage moyen

86
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Nous allons devoir ensuite raffiner le maillage autour des zones critiques en l’occurrence à
proximité de la paroi du tunnel pour augmenter l’exactitude des calculs dans ces endroits
importants. Pour ce faire nous allons sélectionner la paroi du tunnel et choisir l’option « Refine
line » dans l’onglet « Mesh ». Ceci va nous donner un maillage moyen en général et raffiné
vers les endroits critiques.

Figure 68: Maillage raffiné près du tunnel

4.3.2.5. CONDITIONS INITIALES

Nous allons ensuite rentrer les conditions initiales du problème soit l’absence du tunnel et de
l’excavation. Les infiltrations du barrage seront modélisées par une nappe phréatique de
niveau piézométrique calé à 85 NGM soit la cote normale du barrage.

87
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 69: Le niveau piézométrique de la nappe

Les efforts effectifs dans cette phase initiale sont distribués ainsi :

Figure 70: L'état de contrainte effective dans le sol avant tunnel

88
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4.3.2.6. PHASAGE ET CALCUL DE LA PHASE FINALE

Nous allons définir une phase 1 qui sera la phase où il y’a présence du tunnel en béton armé
au sein duquel il n’existe plus de sol. Cette option est définie sur Plaxis par la sélection de la
section à l’intérieur du tunnel et le choix « Cluster Dry ».

Pour effectuer ce phasage il faudra ouvrir la fenêtre « Plaxis Calculations » et choisir « staged
construction » et cliquer sur « Define » afin de définir la géométrie et l’état du sol en présence
du tunnel.

Figure 71: La fenêtre « Calculations » dans Plaxis

4.3.2.7. RESULTATS DE LA MODELISATION

Après avoir réalisé le calcul, le logiciel nous donne l’état de contraintes totales et effectives
final du sol, les déplacements du tunnel, le moment fléchissant, l’effort tranchant et l’effort
normal appliqués sur le tunnel.

Le déplacement vertical et horizontal du tunnel à long terme est visualisé ainsi :

89
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 72: Déplacements du tunnel

La valeur du déplacement maximal est : = .

Les efforts repris par le tunnel sont présentés dans l’annexe 6.

Les valeurs des efforts maximaux repris sont :

Effort normal max 2361.71 kN/m


Effort tranchant max -2565 kN/m
Moment fléchissant max -441 kN.m/m
Tableau 24 : Efforts maximaux appliqués par le sol sur le tunnel par unité de longueur

Remarque :

Le déplacement maximal du tunnel reste dans les normes. Cependant un pré-radier peut être
envisagé pour éviter de gros tassements.

Conclusion :

Cette modélisation sur PLAXIS 2D n’est pas indispensable pour le calcul du ferraillage de la
galerie. Néanmoins elle constitue un moyen de familiarisation avec la modélisation
géotechnique en éléments fins afin de voir le comportement du sol vis-à-vis d’un tunnel profond
et d’évaluer le déplacement maximal et les efforts repris.

90
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4.3.3. CALCUL DE FERRAILLAGE DU REVETEMENT SUR ROBOT

Le calcul du ferraillage du béton de la galerie seront fait au sens du BAEL 91. Il dépend des
différentes charges auxquelles l’ouvrage est exposé. Généralement c’est le poids et la
poussée des terres et ainsi que l’action de l’eau car, en stockant une grande retenue d’eau, le
barrage favorise les infiltrations au niveau du terrain situé au-dessus de la galerie.

4.3.3.1. HYPOTHESES DE CALCUL

4.3.3.1.1. BETON

Caractéristiques mécaniques :

 La résistance à la compression à 28 jours : = 27


 La résistance à la traction à 28 jours : = 2.22
 Coefficient de Poisson à l’ELU et l’ELS : 0.3
 Densité : 2.5

 Module de Young : = 11 000 ∗ = 33 000

Contraintes de compression admissibles :

. ∗
 À l’ELU : = ∗
= 15.3

 A l’ELS : = 0.6 ∗ = 16.2

Contraintes de cisaillement admissibles :

Dans le cas d’une fissuration préjudiciable ou très préjudiciable

.
 = min ;4 = 2.7

Avec = 1.5 dans le cas d’une combinaison fondamentale.

 La contrainte de cisaillement limite = 0.07 ∗ = 1.26 .

Au-delà de cette contrainte limite, les armatures d’effort tranchant sont requises.

4.3.3.1.2. ACIER HA

Caractéristiques mécaniques :

 Résistance à la traction : = 500


 Module d’Young : = 210 000

91
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Contraintes de traction admissible :

 A l’ELU : = = 434.78

Avec = 1.15 dans le cas d’une combinaison fondamentale

 A l’ELS : = 0.8 ∗ min ; max 0.5 ; 110 ∗ = 200

Avec = 1.6 pour l’acier HA ≥ 6

Condition de non fragilité :

Le pourcentage minimal d’aciers à adopter est donné par la condition de non-rupture brusque
du béton tendu, dite aussi condition de non fragilité.

Les sections d’armatures données par la condition de non fragilité sont adoptées lorsque leur
section est supérieure à celles données par le calcul BAEL à l’état limite.

La section d’armature en question est donnée par la relation suivante :

= . ∗ ∗ ∗

 ∶ Résistance caractéristique à la traction du béton


 ∶ Résistance caractéristique à la traction de l’acier
 : Largeur de la section de calcul
 ℎ : Hauteur de la section de calcul

4.3.3.2. DEFINITION D’APPUI

On définit un appui surfacique élastique au niveau du radier de raideur Kv calculée par la


relation suivante :

= ∗ +

 : coefficient dépendant du sol d’assise


 : Largeur du radier = 4.82m
 : Largeur de référence = 0.65m
 : Module d’Young du sol = 10 MPa
 : Longueur du radier = 10m
 : Coefficient de forme déviatorique

92
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 : Coefficient de forme sphérique

Le coefficient vaut 1/3 d’après le tableau suivant :

Tableau 25: Choix du coefficient

Les coefficients et valent 1.53 et 1.2 respectivement d’après le tableau de forme suivant :

Tableau 26: Choix des coefficients de forme

Ceci fait La raideur de l’appui surfacique élastique est : =

Figure 73: Appui surfacique élastique

93
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

4.3.3.3. SOLLICITATIONS

Nous allons effectuer le calcul de la structure à l’aide de ROBOT pour 3 endroits différents de
la galerie à savoir :

 La voûte qui sera modélisée comme une coque


 Les deux faces latérales qui seront modélisées comme des coques
 Le radier qui sera modélisé comme une plaque

L’épaisseur de la structure sera définie comme suit avec une épaisseur de 65 cm

Figure 74 : Epaisseur des éléments en BA

Les charges appliquées sur la galerie sont les suivantes :

Charges permanentes :

 Le poids propre de la structure. Il est généré automatiquement par le logiciel


 La contrainte totale calculée précédemment et récapitulée dans le tableau suivant

Elément de la galerie Contrainte totale (kPa)


Voûte 128
Voiles 55

L’état de contrainte est présenté dans l’annexe 6.

94
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Charges d’exploitation :

 La pression hydrostatique qui règne dans la galerie :


=( − − . − . )∗ =

Combinaisons :

 ELU : 1.35 + 1.5


 ELS : +

Figure 75: Combinaisons

4.3.3.4. CALCUL

Avant de faire le calcul nous devons d’abord appliquer un maillage en éléments finis.

Figure 76 : Maillage du modèle

95
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 77 : Le maillage généré

En calculant la structure on obtient les résultats en ELU et ELS. Ces résultats sont dans les
annexes. Nous allons maintenant calculer les armatures à l’aide de l’option dimensionnement.

Nous allons utiliser la méthode de Wood-Armer. Le calcul se fera en ferraillage de


dalles/voutes qui est utilisé pour le cas des coques comme notre cas.

La fissuration est très préjudiciable.

Il faut signaler que l’enrobage du béton est pris 5 cm dans la face en contact du sol et 7 cm
dans la face en contact avec l’eau pour protéger l’acier contre la corrosion.

4.3.3.5. RESULTATS

Nous allons adopter les notations suivantes :

 : La section d’armatures principales de la nappe inférieure (en contact avec l’eau)


 : La section d’armatures principales de la nappe supérieure (en contact avec le
sol)
 : La section d’armatures longitudinales de la nappe inférieure (en contact avec
l’eau)

96
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 : La section d’armatures longitudinales de la nappe supérieure (en contact avec le


sol)

Les extrêmes d’armatures sont les suivants :

Elément ( / ) ( ) ( / ) ( )
Voûte 8.13 47.37 8.13 55.17
Voiles en arc 10.89 84.48 15.63 246.97
Radier 5.15 28.82 5.15 223.62
Tableau 27: Ferraillage des éléments en BA

Le principe de ferraillage à adopter est le suivant :

Voûte :

 Avec un espacement de 20cm, les armatures principales seront des HA16 pour la
nappe supérieure et inférieure.
 Avec un espacement de 20cm le long de la voûte, les armatures longitudinales pour la
nappe supérieure et inférieure sont des HA 18.

Voiles en arc (piédroits) :

 Avec un espacement de 20cm, les armatures principales pour la nappe inférieure sont
des HA 18.
 Avec un espacement de 20cm, les armatures principales pour la nappe supérieure sont
des HA 20.
 Les armatures longitudinales sont des HA 18 avec 20 cm d’espacement.

Radier :

 Avec un espacement de 20 cm, on adopte des armatures principales HA 12 pour la


nappe inférieure.
 Avec un espacement de 20 cm, on adopte des armatures principales HA 12 pour la
nappe supérieure.
 Les armatures longitudinales sont des HA 18 avec 20 cm d’espacement.

Armatures transversales :

La dalle exerce sur le béton, une poussée dans le plan de courbure et du côté de la concavité
et si la concavité est orientée vers une face externe, il y’a risque d’éclatement du parement. Il
faut donc reprendre ces poussées au vide par des étriers dont la section doit vérifier l’égalité :

97
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

= ∗ ∗

 : Section des aciers en flexion = 8.13 cm² ;


 : L’espacement le long de la dalle pris = 80cm ;
 : Le rayon de courbure de la dalle en voûte = 340cm ;
 =1.15.

= . /

 Nous allons donc utiliser des étriers HA 12 espacés de 50 cm selon l’axe Y (direction
longitudinale) et 80 cm selon l’axe X (direction principale).

Remarque :

Les efforts repris par la structure et la cartographie de la densité de ferraillage sont


présentés dans l’annexe 6.

Conclusion :

Cette partie a eu pour objectif de déterminer les caractéristiques du revêtement définitif en


béton armé. D’abord l’épaisseur a été déterminée à 65cm. Ensuite le déplacement du
revêtement en béton seul révèle la nécessité des armatures afin de garantir la résistance à
toutes les sollicitations. Finalement les armatures ont été calculées à partir de la modélisation
sur ROBOT et ont conduit au principe de ferraillage détaillé ci-dessus et qui va être mis en
place pour l’intégralité des passages de la galerie.

Ce ferraillage est sensiblement le même adopté par le bureau d’études.

98
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

5. MODELE REDUIT HYDRAULIQUE

Cette partie vise à définir les essais effectués sur modèle réduit hydraulique en vue de vérifier
le comportement hydraulique des ouvrages annexes du barrage KHARROUB et, le cas
échéant, apporter les adaptations nécessaires pour l’obtention de conditions de
fonctionnement satisfaisantes.

Le modèle réduit sera conçu avec une échelle (1/50) pour les longueurs, les largeurs, les
pressions et les charges, (1/500.5) pour les vitesses et les temps et (1/502.5) pour les débits.

Figure 78: Modèle de la chambre des vannes de la vidange de fond

Figure 79 : Modèle de la sortie de la vidange de fond

99
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

5.1. OBJECTIFS DU MODELE REDUIT

Le modèle réduit physique concerne la galerie souterraine utilisée en phase travaux en


dérivation provisoire et en vidange de fond en phase d’exploitation, l’évacuateur en tulipe qui
débouche dans la galerie aval.

Il s’agit de vérifier le comportement hydraulique de ces ouvrages et leur apporter les


modifications géométriques nécessaires pour garantir un écoulement correct des eaux et
éviter tous les phénomènes complexes comme les vortex.

Par ailleurs, il faudrait mettre en relief toutes les dissimilitudes qui peuvent induire une
dérive des comportements au niveau du modèle par rapport à ceux prévus dans le
prototype.

5.2. CONCEPTION REALISEE SUR MODELE REDUIT

Le laboratoire devra procéder à un examen critique de l’ensemble des dispositions prévues


et, le cas échéant, prendre contact avec le Maitre d’Ouvrage pour toute explication ou pour
toute modification qu’il jugera nécessaire.

A l’issue de cet examen général, le Laboratoire devra remettre à l’Administration une note
critique dans laquelle il présentera ses remarques sur les aspects hydrauliques du projet et
ses recommandations pour les modifications éventuelles qui lui paraîtraient souhaitables. Il
devra aussi préciser le type d’instrumentation qui sera utilisé pour la mesure des différents
paramètres.

5.2.1. ETUDE DE LA DERIVATION PROVISOIRE ET VIDANGE DE FOND

Au cours de la construction du barrage les eaux de l’oued Kharroub seront dérivées en


deuxième phase dans la galerie de vidange avant son équipement.

Avant d’équiper la vidange de fond, l’étude sur modèle portera sur la vérification du
dimensionnement hydraulique de la galerie et établissement de la courbe de tarage avec
détermination du débit ultime correspondant à un niveau amont confondu avec celui de la crête
du batardeau amont.

Après l’équipement de la vidange, l’étude portera particulièrement sur :

100
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 l’étude des conditions d’entonnement, la détermination du niveau à partir duquel


des vortex éventuels commencent à apparaître, et le cas échéant, la définition
des dispositions à prendre pour lutter contre ces vortex ;
 l’élaboration de la courbe de tarage de la section de contrôle pour un niveau
variant de radier à celui de crête du barrage ;
 Conditions d’écoulement avant et après mise en charge de la section de
contrôle ;
 L’étude des conditions d’écoulement dans la galerie pour différentes ouvertures
de la vanne de réglage (au moins 4, 25, 50, 75 et 100%) et différents niveaux de
la retenue (au moins 5), soit 25 cas ;
 Vérification du comportement des ouvrages de restitution ;
 L’établissement de la courbe de tarage du pertuis pour plusieurs positions de la
vanne de réglage, la vanne de garde étant à pleine ouverture ;
 La mesure des vitesses à l’aval de la restitution en vue de définir une protection
éventuelle de la digue et des berges ;
 La zone d’impact du jet et appréciation de la fosse d’érosion ;

5.2.2. ETUDE DE L’EVACUATEUR DE CRUE

Cette étude porte particulièrement sur les points suivants :

 La mise au point de la forme d’entonnement du puits, y compris les dispositifs


anti-vortex et anti-tourbillons ;
 La mise au point de la géométrie de la section de contrôle à l’entrée de la galerie ;
 l’élaboration de la courbe de tarage de la section de contrôle pour un niveau
variant de la base des puits à celui de crête du barrage ;
 Conditions d’écoulement avant et après mise en charge de la section de
contrôle ;
 Conditions d’écoulement dans la galerie dans le cas extrême et dans 4 cas
intermédiaires avec et sans vidanges opérationnelles ;
 Mise au point des ouvrages de restitution et des protections nécessaires pour
éviter toute menace pour les ouvrages définitifs, y compris le pied aval du
barrage. Les protections devront être déterminées pour différents niveaux de
sollicitations, notamment au passage des crues de période de retour 100 ans,
1000 ans, 10 000 ans et le débit ultime avec une retenue atteignant la crête du
barrage ;

101
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 La mesure des vitesses à l’aval de la restitution en vue de définir une protection


éventuelle de la digue et des berges ;
 La zone d’impact du jet et appréciation de la fosse d’érosion.
Il est probable que l’on soit amené à ajouter une courbure en bas du puits de la tulipe.

5.3. PRINCIPALES ADAPTATIONS RECOMMANDEES SUITE AU


MODELE REDUIT

Plusieurs réunions ont été réalisées entre le maître d’ouvrage, le laboratoire et bureau d’étude
et éventuellement avec les experts de l’Administration. Ces réunions ont pour objet de mettre
le point sur les principales adaptations à prendre en considération lors de l’exécution du projet
suite aux recommandations apportées par le modèle réduit.

Les points les plus importants retenus lors de ces réunions sont comme suit :

Evacuateur de crues :

 La première conception de la tulipe de l’EVC a été réalisée comme suit.

Figure 80 : Modèle réduit initial de la tulipe avec puits d’aération

Les essais préliminaires réalisés montrent, à priori, un fonctionnement non satisfaisant


pour les grands débits (dépassant la crue de projet 1/ 10 000). En effet, l’écoulement
devient rapidement dénoyé. A cet effet, le laboratoire, en concertation avec
l’Administration, a testé une autre géométrie du puits de l’EVC avec une aération plus
grande. Ceci a permis un aspect d’écoulement correct ;

102
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 81: Conception finale de la tulipe

 Une pile anti vortex a été éliminée et l’autre maintenue en position centrale ;
 Les 3 buses d’aération ont été éliminées et remplacées par un pertuis rectangulaire ;
 Il a été proposé de rehausser le fond du puits afin de réduire la hauteur de chute et
d’augmenter la pente de la galerie. Il a été décidé également de baisser le niveau de
la sortie de la galerie à la même cote que la sortie de la VDF pour avoir une pente plus
grande et donc un remplissage plus petit à la sortie. (Le taux de remplissage maximal
doit être 70%).

Vidange de fond :

 Les essais préliminaires réalisés montrent un fonctionnement généralement correct et


aéré de la VDF pour les différents débits.
Toutefois, le jet de l’écoulement au niveau de la sortie de la chambre de vanne tape
sur le toit. Une courbure de cette transition aval de la chambre est à prévoir ;

103
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 82 : Aspect de l’écoulement au niveau de la chambre des vannes de la VDF

 La largeur du pertuis à la sortie de la vanne de réglage est rétrécie de 4.5m à 3.5m.

Zone de restitution :

Au niveau de la zone de restitution, il faut adopter un fond mobile pour le fond et un


fond fixe pour les talus en attendant la remise d’un levé géologique détaillé de la zone
avec les différentes nuances.

Figure 83: Fond mobile de la zone de restitution

104
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

6. TRAVAUX DU CHANTIER

Dans ce chapitre, nous allons nous intéresser à l’exécution des travaux de dérivation
provisoire commençant d’abord par aborder la méthode de creusement, ensuite le
déroulement du chantier, et enfin préciser l’état d’avancement des travaux lancés par le maître
d’ouvrages.

6.1. METHODES DE CREUSEMENT

6.1.1. GENERALITES SUR LE CREUSEMENT DES TUNNELS

Le creusement d'un tunnel entraîne une modification de l'état de contraintes et de déformation


du terrain qui peut aller jusqu'à mettre en cause la stabilité de l'excavation réalisée ou à
provoquer des désordres inadmissibles dans l'environnement du tunnel.
La réponse du terrain au creusement dépend :
 De la nature géologique et des caractéristiques mécaniques du matériau
encaissant ;
 Des conditions hydrogéologiques ;
 Des méthodes de construction (excavation et soutènement) ;
 De la profondeur de l'ouvrage.

L’attention doit être attirée en priorité sur les points suivants :


 Identification complète des terrains (lithologie, répartition des couches,
caractérisation mécanique) ;
 Hétérogénéités géologiques (structures, failles, karsts,…) ;
 Discontinuités du massif et fissuration de la roche ;
 Conditions hydrauliques (nappes, modes de circulation, perméabilité,
chimie des eaux) ;
 Environnement et impact des déformations de surface ;
 Procédé de construction (creusement et soutènement...).

6.1.2. ABATTAGE A L'EXPLOSIF

La technique de l’excavation à l’explosif est très ancienne mais reste encore, dans de
nombreuses situations, la plus économique.
La poudre noire (Salpêtre + charbon + soufre) fut longtemps utilisée, avant que n’apparaissent
des produits plus performants — tels la dynamite ou les émulsions — mais plus dangereux.

105
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

En souterrain on utilise des explosifs brisants (vitesse de détonation > 4000 m/s) dont l’effet
sur la roche est double :
 L’énergie de choc véhiculée par une onde fissure le terrain ;
 L’énergie du gaz, engendrée par le dégagement d’un important volume de gaz à haute
température et pression, ouvre ces fissures et disloque le matériau. Le "surplus" de
cette énergie expulse les blocs disloqués.

Figure 84: Abatage à l'explosif

Les explosifs actuels sont dits de sûreté car ils ne peuvent détoner sous l’action d’un choc
ou d’une élévation de température. Ils détonnent sous l’action d’une onde de choc générée
par l’un des quatre types de détonateurs :
 à mèche (non-utilisés en tunnels) ;
 électriques instantanés ou à retard (utilisés en tunnel) ;
 non-électriques ;
 électroniques.

Les modèles à retard comportent une poudre intermédiaire de longueur variable, dite
retardatrice. Ceci permet à plusieurs détonateurs mis à feu simultanément de faire détonner
les charges auxquelles ils sont reliés avec un décalage dans le temps. On distingue les
détonateurs « courts-retard » (25 ms et parfois 30 ms) de ceux classés « retards » (~500 ms).
L'abattage avec emploi des explosifs est généralement utilisé pour l'exécution de tunnels
situés dans les roches pour lesquels un abattage manuel (marteaux piqueurs, pelle
hydraulique) ou un terrassement mécanique (machine foreuse pleine section ou à attaque
ponctuelle, brise roche) n'est plus envisageable du point de vue technique ou économique.

106
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

L’opération s'effectue pour chaque volée d'avancement de manière cyclique selon les
opérations élémentaires suivantes :
 Traçage et perforation du plan de tir ;
 Chargement des trous de mines et tir de la volée ;
 Ventilation et purge de l'excavation ;
 Evacuation des déblais du front de taille (marinage).

Le traçage du plan de tir est exécuté sur la base d'un plan de tir théorique adapté aux
conditions particulières du front de taille (fracturation, hétérogénéité, hors profil et en profil), et
à la qualité des roches rencontrées.

Figure 85: Utilisation du Jumbo pour la perforation des forages des tirs

6.1.3. MACHINE FOREUSE PLEINE SECTION (TUNNELIER)

Apparus à la fin du XIXème siècle, les tunneliers ou TBM (Tunnel Boring Machines) regroupent
sous le même terme l’ensemble des machines permettant une excavation mécanique à pleine
section. La puissance, l’avancement journalier, l’aisance et la précision du pilotage, ainsi que
l’adaptation à tous les types de terrains rencontrés sont autant d’atouts qui font l’objet
d’améliorations continuelles depuis les premiers modèles archaïques. Chaque machine est
un prototype, conçu pour un tunnel précis, mais qui peut être réutilisée sur un autre chantier
pour peu que la géométrie et la géologie conviennent. Son coût de fabrication et de
fonctionnement élevé le rend compétitif pour les gros projets ou les longues galeries dans des
horizons géologiques assez homogènes.

107
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Une machine pleine section est constituée par :

 une tête de forage ou plateau porte-outils de forme circulaire dans les machines
rotatives sur lequel sont disposés les outils de coupe de type molettes, disques ou
pics ;
 un bâti fixe dans lequel sont repris les efforts de poussée de la tête sur le front de taille
et le moment résultant du travail de découpe du rocher ;
 un système de propulsion et d'appui de conception différente selon le type de machine
et la qualité du terrain encaissant ;
 un système de marinage par reprise des déblais au front de taille par les augets
solidaires du plateau porte-outils et évacuation par convoyeur jusqu'à l'arrière de la
machine ; l'extraction des déblais peut être également assurée par une vis située en
partie inférieure de la chambre d'abattage ;
 des équipements annexes optionnels : casquette de protection, bras de boulonnage,
érecteur de cintres ou voussoirs, lance à béton projeté, foreuse pour sondage de
reconnaissance à l'avancement, bouclier simple ou articulé dans les terrains meubles
et aquifères.

Figure 86: Schéma d'un tunnelier

6.1.4. ATTAQUE PONCTUELLE

Le principe du travail d'abattage de la machine consiste en un éclatement de la roche sous les


effets conjugués d'une pénétration des pics dans le front de taille et du balayage du bras. Les
déblais sont ensuite repris au front par un système d'évacuation propre ou non à la machine.

108
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 87: Méthode d'attaque ponctuelle

Cette machine comporte les éléments suivants :

 Un châssis automoteur sur pneus ou chenilles ;


 Un bras orientable monté sur une tourelle solidaire du châssis et muni à son extrémité
d'une tête rotative équipée d'outils (pics et havage) ;
 Un système d'évacuation des déblais du front de taille composé d'un tablier de
chargement et d'un convoyeur d'évacuation.

6.2. CHOIX DE LA METHODE DE CREUSEMENT

6.2.1. METHODES DE CHOIX DU CREUSEMENT

Le choix de la méthode de creusement repose sur les caractéristiques géomécaniques des


terrains. Il existe plusieurs méthodes de classification en fonction de l’excavabilité des massifs.
Nous allons nous baser sur 2 méthodes :

 La classification de Louis ;
 La classification de Franklin.

6.2.1.1. CLASSIFICATION DE LOUIS

Cette méthode classe les massifs rocheux selon 2 paramètres :

 Rc : Résistance à la compression simple (MPa) ;


 RQD : Rock Quality Designation.

La lecture de la classification se fait dans l’abaque de Louis :

109
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 88: Abaque de Louis

6.2.1.2. CLASSIFICATION DE FRANKLIN

Cette classification prend en considération les 2 paramètres :

 Rc : La résistance à la compression simple ;


 If : L’indice d’espacement entre les fractures.

L’abaque de Franklin est le suivant :

Figure 89: Abaque de Franklin

110
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

6.2.2. APPLICATION

6.2.2.1. CLASSIFICATION DE LOUIS

Formation Rc (MPa) RQD (%) Classe Mode de creusement


Pélites 5 60 D MAP
Calcaire gréseux 40 74 C MAP ou explosifs
Tableau 28: Méthode de creusmeent selon Louis

La méthode qui s’adapte le mieux pour l’intégralité de la galerie est la machine à attaque
ponctuelle.

6.2.2.2. CLASSIFICATION DE FRANKLIN

Espacement entre Mode de


Formation Rc (MPa)
les joints (m) creusement
Pélites 5 0.3 à 1 MAP
Calcaire gréseux 40 1à3 Explosifs
Tableau 29: Méthode de creusement selon Franklin

Cette méthode propose donc la machine à attaque ponctuelle avec utilisation d’explosifs pour
les passages en calcaire.

Conclusion :

Nous allons donc opter pour la machine à attaque ponctuelle avec possibilité
d’utilisation d’explosifs si jamais le massif en calcaire soit résistant.

6.3. REALISATION DE LA GALERIE

L’excavation est réalisée avec la machine à attaque ponctuelle en grande partie, avec des
pelles brise-roche en cas de présence de terrain meuble à faible dureté. L’opération de
creusement est lancée en amont et en aval.

En cas de terrain solide comme les passages en calcaire, on prévoit l’utilisation des explosifs
selon les dispositions suivantes :

 Perforation de la volée
 Chargement de tir
 Ventilation
 Purge
 Marinage

111
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

 Soutènement
 Mesures de convergence du terrain

Le déblai est évacué par une chargeuse sur pneu vers la sortie pour être jeté dans la décharge.

Au cours de l’avancement des travaux on prévoit d’utiliser un soutènement avec béton projeté
d’épaisseur 10cm renforcé par une nappe de treillis soudé T6 et des boulons à ancrages
répartis de type Swellex PM24 de longueur 4m disposés de manière radiale avec une densité
considérée par le maître d’ouvrage selon la nature des passages traversés. En général on
utilise un maillage de 1 ancrage par 2m². Ensuite on met en place les cintres métalliques lourds
de type HEB 180 pour les passages en pélites et de HEB 160 pour les passages en calcaire
gréseux. Des entretoises sont disposées entres les cintres pour éviter le déversement et le
renversement des cintres.

Figure 90: Soutènement mis en place dans la section aval

En cas de présence de failles, un remplissage en béton est prévu.

Dans les zones jugées instables, des mesures sécuritaires sont prises par le maître d’ouvrage
en place conformément aux plans d’exécution.

Ensuite, pour le revêtement en béton armé, la section de la galerie est largement suffisante
pour introduire les engins permettant le bétonnage tels que les camions malaxeurs et les
coffrages en acier.

112
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Le revêtement sera réalisé en 2 parties :

 Le radier ;
 Les piédroits et voûte.

Tout d’abord on procède par le nettoyage de tous les déblais restants. Ensuite on réalise des
levés topographiques pour installer les repères de niveau et d’axes.

L’opération de nettoyage fin est ensuite lancée avec une lance fonctionnant à l’air et l’eau.
Enfin on introduit le coffrage métallique et à l’aide des camions malaxeurs on coule le béton
sur les 2 nappes inférieures et supérieures des armatures précisées dans le chapitre de
ferraillage.

Figure 91: Coffrage métallique du revêtement

6.4. ETAT D’AVANCEMENT DU CHANTIER EN MAI 2017

Le creusement se fait comme précisé dans la partie précédente par la machine à attaque
ponctuelle et en demi-section. On utilise des ancrages en fibre de verres disposés au front de
taille pour maintenir sa stabilité. Ces ancrages sont facilement destructibles pour continuer le
creusement.

113
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Figure 92: Ancrages en fibres de verre

Le soutènement de la partie aval est terminé

Figure 93: Section aval de la vidange

L’avancement de l’excavation et le soutènement de la galerie est comme le précise ces deux


coupes longitudinales.

114
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Le bétonnage de la partie aval est dans un stade avancé :

L’avancement du puits de vannage :

115
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Le puits de l’évacuateur de crue :

Le batardeau et la digue principale en phase de remblais :

Figure 94: batardeau amont

Figure 95: digue principale

116
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

7. CONCLUSION

Le travail réalisé lors de ce projet de fin d’étude a porté sur la dérivation provisoire
et la vidange de fond du barrage KHARROUB prévu pour l’alimentation en eau potable de la
ville de Tanger.

Tout d’abord nous avons réalisé une recherche bibliographique sur les galeries de
barrages et tunnels afin de cerner les différents aspects techniques, les conditions d’étude et
les modes d’exécution de ce type d’ouvrages demandant une grande précaution et un grand
savoir-faire.

Le travail commence d’abord par les calculs hydrauliques relatifs au système de


dérivation provisoire adopté à savoir : Galerie - Batardeau amont - Batardeau aval. Le calcul
du laminage du batardeau amont par rapport à la crue centennale du chantier m’a permis de
déterminer la hauteur du batardeau et la section de la galerie à prendre. La section de la
galerie est circulaire dans cette partie afin de simplifier les calculs. Ensuite la loi de tarage aval
m’a permis de déterminer la hauteur du batardeau aval. Ces ouvrages permettent d’éviter les
conséquences fâcheuses d’une crue probable menaçant le chantier du barrage.

Les résultats des calculs hydrauliques ont abouti à une section de diamètre 7m, la
cote du batardeau amont et aval de 60 NGM et 38.8 NGM respectivement. La section de la
vidange de fond est circulaire de diamètre 5.5m avec un temps de vidange complet de 12j.

La partie suivante traite le soutènement provisoire à adopter pour la galerie de


section en pied de cheval. Ce soutènement a pour but de maintenir temporairement la stabilité
et reprendre les efforts du terrain se trouvant au-dessus de la galerie. Plusieurs méthodes de
classification des roches en fonction des paramètres géomécaniques ont été utilisées pour
estimer leurs qualités et donc le type de soutènement adéquat à prendre. La méthode de
Bieniawski a présenté le plus de précision au niveau du nombre de paramètres
géomécaniques considérés et a constitué ma décision quant au choix du mode de
soutènement à adopter en l’occurrence des cintres métalliques de type HEB 180 et HEB 160
dans les passages en pélites et en calcaire gréseux respectivement, renforcés avec du béton
projeté à treillis soudé, et des boulons de type Swellex PM24 à ancrages répartis. Le
dimensionnement des cintres métalliques a été réalisé sur ROBOT au sens de l’Eurocode 3.

Ensuite, un revêtement en béton armé est nécessaire afin de garantir la stabilité à


long terme de la vidange de fond. Tout d’abord nous déterminons l’épaisseur du béton à 65cm

117
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

et ses caractéristiques mécaniques, puis nous calculons les armatures à l’aide d’une
modélisation sur ROBOT au sens du BAEL 91.

Pour vérifier le fonctionnement de ces ouvrages, le maître d’ouvrages a réalisé un modèle


réduit. Plusieurs modifications ont été faites suite aux essais sur le modèle. Finalement un
dernier chapitre précise le choix du mode de creusement à savoir la machine à attaque
ponctuelle pour les passages en pélites et les explosifs pour les passages calcareux durs, et
le déroulement des travaux et l’état d’avancement du chantier de la dérivation provisoire et
d’autres ouvrages annexes.

Ce qu’il faut retenir c’est que tous les résultats et les notes de calculs ainsi que les
recommandations du modèle réduit restent à titre indicatif et donnent une idée sur à quoi il
faut s’attendre au niveau des travaux. Mais le vrai travail souterrain se fait in-situ et nécessite
plusieurs études de prospection et mesures sur places pour choisir un plan d’exécution
définitif.

118
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

8. REFERENCES

- RHOUZLANE Said, « Cours d’étude des barrages », 2015, Casablanca, 130 pages.

- TALEB Mohammed, « Cours des barrages », 2015, Casablanca, 250 pages ;

- Kenfaoui Mohamed, « Cours d’hydraulique en charge », 2015, Casablanca, 125

pages ;

- US Army Corps of Engineers, « Engineering and Design : Conduits, Culverts and

pipes », Mai 1997, USA, 87 pages;

- US Army Corps of Engineers, « Engineering and Design : Tunnels and Shaft in Rock

», Mai 1997, USA, 236 pages;

- Michel Pré, « Conception et revêtement des tunnels », 2015-2016, France, 47 pages ;

- François MARTIN, « Mécaniques des roches et travaux souterrains », Janvier 2012,

ENS Cachan, 88 pages ;

- Cem ATAHAN, « Modélisation numérique du creusement d’un tunnel à l’aide d’un

bouclier à pression de boue », Centre d’enseignements et recherche en mécanique

des sols, Thèse de doctorat, 30 janvier 1995, Paris, 482 pages ;

- O. Thual, « Hydraulique à surface libre », 26 juin 2010, pages 3-14 ;

- RBJ Brinkgreve, « Manuel de référence de PLAXIS », 2003, Pays-bas, 194 pages ;

- Ayberk Kaya et Fikri Bulut, « Applicability of excavability classification systems in

underground excavations », Août 2011, Trabzon, Article pages 5332-5341;

- Eurocode 3, « Design of steel structures », EN 1991-1-1, 2015.

119
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Annexes

120
ANNEXE 1 : LAMINAGE POUR LES 3 DIAMETRES
D=7m :

Hydrogramme de crue de chantier: D = 7m


T (h) Qe (m³/s) (Qe1+Qe2)/2 Z(NGM) hc (m) Ѳ (rad) Ac (m²) Lc (m) Qs (m³/s) V (m3) Equation de bilan
0 0 46.00 0.00 0.02 0.00 0.08 0.00 372939.00
1.25 100 50.00 46.64 0.19 0.65 2.10 2.25 6.37 583606.92 0.00
2.5 375 237.50 48.69 0.91 1.48 16.95 4.71 100.71 1411438.26 0.00
3.75 700 537.50 51.54 2.80 2.74 37.96 6.86 279.76 2974136.21 0.00
5 840 770.00 54.96 5.22 4.17 45.60 6.10 427.65 4847455.01 0.00
6.25 740 790.00 57.71 5.95 4.69 57.27 5.00 483.07 6353339.82 0.00
7.5 550 645.00 58.94 6.16 4.87 61.56 4.54 506.01 7030421.48 0.00
8.75 390 470.00 58.67 6.12 4.83 60.64 4.65 500.99 6879671.95 0.00
10 280 335.00 57.40 5.89 4.65 56.09 5.11 477.23 6186168.63 0.00
11.25 200 240.00 55.60 5.43 4.31 48.36 5.84 441.23 5199618.11 0.00
12.5 110 155.00 53.45 4.45 3.69 39.75 6.74 393.82 4018240.36 0.00
13.75 90 100.00 51.50 2.76 2.72 37.88 6.84 279.15 2954046.48 0.00
15 50 70.00 50.09 1.62 2.01 29.34 5.91 204.80 2180162.43 0.00
16.25 20 35.00 49.03 1.06 1.59 19.83 5.01 123.58 1598810.92 0.00
17.5 5 12.50 48.31 0.76 1.34 13.72 4.35 76.31 1205309.48 0.00
18.75 0 2.50 47.73 0.54 1.13 9.03 3.74 43.98 945904.06 0.00
20 0 0.00 47.27 0.38 0.94 5.75 3.18 24.18 792524.45 0.00
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

D=6.5m :

Hydrogramme de crue de chantier: D = 6.5m


T (h) Qe (m³/s) (Qe1+Qe2)/2 Z(NGM) hc (m) Ѳ (rad) Ac (m²) Lc (m) Qs (m³/s) V (m3) Equation de bilan
0 0 46.00 0.00 0.02 0.00 0.08 0.00 372939.00
1.25 100 50.00 46.64 0.19 0.68 2.02 2.17 6.12 584168.52 0.00
2.5 375 237.50 48.72 0.92 1.55 16.06 4.54 94.60 1426299.91 0.00
3.75 700 537.50 51.78 3.03 3.00 33.17 6.48 234.91 3103645.87 0.00
5 840 770.00 55.55 5.41 4.60 47.35 4.85 386.17 5171210.82 0.00
6.25 740 790.00 58.66 6.12 5.30 60.88 3.06 437.11 6873845.15 0.00
7.5 550 645.00 60.27 6.33 5.64 64.61 2.07 461.26 7755016.88 0.00
8.75 390 470.00 60.33 6.34 5.65 64.71 2.03 462.25 7792107.72 0.00
10 280 335.00 59.35 6.22 5.44 62.74 2.65 447.64 7252346.42 0.00
11.25 200 240.00 57.74 5.96 5.11 57.80 3.59 422.79 6373886.10 0.00
12.5 110 155.00 55.69 5.46 4.63 48.12 4.77 388.54 5245898.05 0.00
13.75 90 100.00 53.48 4.47 3.91 36.04 6.02 348.17 4038291.56 0.00
15 50 70.00 51.66 2.92 2.94 33.12 6.47 234.81 3041587.77 0.00
16.25 20 35.00 50.21 1.71 2.15 27.58 5.72 189.69 2243975.02 0.00
17.5 5 12.50 49.06 1.07 1.67 18.69 4.82 115.30 1613995.87 0.00
18.75 0 2.50 48.31 0.76 1.39 12.91 4.17 71.09 1205868.32 0.00
20 0 0.00 47.75 0.55 1.18 8.66 3.60 42.08 951253.50 0.00

122
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

D=6m :

Hydrogramme de crue de chantier: D = 6m


T (h) Qe (m³/s) (Qe1+Qe2)/2 Z (NGM) hc (m) Ѳ (rad) Ac (m²) Lc (m) Qs (m³/s) V (m3) Equation de bilan
0 0 46.00 0.00 0.03 0.00 0.08 0.00 372939.00
1.25 100 50.00 46.64 0.19 0.71 1.94 2.08 5.86 584762.10 0.00
2.5 375 237.50 48.75 0.94 1.62 15.08 4.35 87.92 1442509.53 0.00
3.75 700 537.50 52.00 3.25 3.31 28.30 5.98 278.15 3226034.00 0.00
5 840 770.00 55.79 5.49 5.10 49.07 3.34 337.73 5305300.06 0.00
6.25 740 790.00 59.32 6.21 #NUM! #NUM! #NUM! 384.85 7234481.00 0.00
7.5 550 645.00 61.35 6.44 #NUM! #NUM! #NUM! 409.62 8349414.23 0.00
8.75 390 470.00 61.82 6.48 #NUM! #NUM! #NUM! 415.17 8608638.89 0.00
10 280 335.00 61.20 6.43 #NUM! #NUM! #NUM! 407.79 8264489.27 0.00
11.25 200 240.00 59.88 6.29 #NUM! #NUM! #NUM! 391.91 7545165.19 0.00
12.5 110 155.00 58.03 6.02 #NUM! #NUM! #NUM! 368.39 6531978.51 0.00
13.75 90 100.00 55.95 5.54 5.16 49.98 3.19 339.90 5388329.00 0.00
15 50 70.00 53.86 4.71 4.35 36.20 4.93 308.76 4243862.48 0.00
16.25 20 35.00 52.00 3.25 3.31 28.30 5.98 192.83 3226034.00 0.00
17.5 5 12.50 50.58 1.97 2.44 26.40 5.63 178.97 2445733.09 0.00
18.75 0 2.50 49.36 1.23 1.88 19.47 4.84 122.30 1779125.70 0.00
20 0 0.00 48.54 0.85 1.54 13.67 4.19 77.33 1329947.70 0.00

123
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

ANNEXE 2 : CALCUL DE LA VIDANGE DE FOND

Surface Section totale Section de chaque Diamètre de la


Côte (NGM) Surface Intégrale Produit
moy (m²) vidange (m²) vidange (m²) vidange (m)
85 11183900 0
83 10364620 10774260 -0.326628 2.005403 2.005403324 2.005403324 1.60
81 9545340 9954980 -0.335706 1.904411 3.90981398 3.90981398 2.23
79 8773390 9159365 -0.345586 1.803776 5.713590172 5.713590172 2.70
77 8048770 8411080 -0.356393 1.708215 7.421805116 7.421805116 3.07
75 7324150 7686460 -0.368283 1.613129 9.034934008 9.034934008 3.39
73 6599530 6961840 -0.381448 1.513285 10.54821929 10.54821929 3.66
71 5874910 6237220 -0.396135 1.407978 11.95619709 11.95619709 3.90
69 5251730 5563320 -0.412662 1.308247 13.26444418 13.26444418 4.11
67 4729990 4990860 -0.431448 1.227058 14.49150189 14.49150189 4.30
65 4208250 4469120 -0.45306 1.153822 15.64532416 15.64532416 4.46
63 3686510 3947380 -0.478287 1.075867 16.72119142 16.72119142 4.61
61 3164770 3425640 -0.508265 0.992187 17.71337831 17.71337831 4.75
59 2678740 2921755 -0.544705 0.906915 18.62029354 18.62029354 4.87
57 2228420 2453580 -0.590327 0.825381 19.44567414 19.44567414 4.98
55 1778100 2003260 -0.649789 0.741773 20.18744684 20.18744684 5.07
53 1327780 1552940 -0.731932 0.647719 20.83516629 20.83516629 5.15
51 877460 1102620 -0.856379 0.538088 21.37325402 21.37325402 5.22
49 547950 712705 -1.080363 0.438774 21.81202796 21.81202796 5.27
47 330650 439300 -1.748064 0.437603 22.24963052 22.24963052 5.32

124
ANNEXE 3 : CLASSIFICATION DE BARTON
Détermination de

Détermination de
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Détermination de :

126
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Détermination de :

Détermination de SRF :

127
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Abaque de choix du soutènement (Barton) :

Tableau du choix du soutènement :

128
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

129
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Abaque du choix de renforcements :

130
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

ANNEXE 4 : CLASSIFICATION AFTES


Comportement mécanique :

Discontinuités :

131
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

ANNEXE 5 : EFFORTS DE LA MODELISATION SUR PLAXIS


Effort normal :

Effort tranchant :

132
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Moment fléchissant :

133
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

ANNEXE 6 : MODELISATION DU TUNNEL EN REVETEMENT SUR ROBOT


Chargements :

Matériaux :

134
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Efforts maximaux repris :

ELU :

135
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

ELS :

Cartographie de la densité du ferraillage :

Nappe inférieure d’armatures principales

136
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Nappe supérieure d’armatures principales

Nappe inférieure armatures longitudinales

137
Mémoire de fin d’études 2017 EHTP / DAH

Nappe supérieure armatures longitudinales

138