Vous êtes sur la page 1sur 4

 

 
Bac  2019  Washington  
Épreuve  de  philosophie  
Série  ES  
 
 
 
Sujet  1  :  La  connaissance  de  l’histoire  est-­‐elle  utile  à  l’action  présente  ?  
 
Un   problème   philosophique   classique   qui   soulève   la   question   de   l’utilité   de   l’histoire   pour   l’action.   De  
quelle  action  s’agit-­‐il  ?  Il  peut  s’agir  de  politique,  il  peut  s’agir  de  morale.  Le  sujet  ne  concerne  donc  pas  que  
la  notion  «  histoire  »  mais  aussi  bien  ce  que  la  connaissance  de  celle-­‐ci  peut  nous  apporter  aujourd’hui  dans  
notre  relation  aux  autres,  à  la  société,  et  dans  notre  quête  de  bonheur.  
 
Plan  possible  :    
I  –  Tirer  des  leçons  de  l’histoire  pour  éviter  qu’elle  ne  se  répète  
II  –  L’histoire  appartient  au  passé,  on  ne  peut  se  laisser  guider  par  elle  
III  –  Connaître  le  passé  pour  se  connaître  soi-­‐même  
 
 
I  -­‐  Tirer  des  leçons  de  l’histoire  pour  éviter  qu’elle  ne  se  répète  
 
Il   est   courant   de   dire   qu’il   faut   «  tirer   les   leçons   de   l’histoire  »   pour   éviter   que   celle-­‐ci   ne   se   répète.   Il   s’agit  
de   bénéficier   de   l’expérience   du   passé   et   de   tenir   compte   des   erreurs   commises   pour   ne   pas   les   refaire.   Le  
stratège   militaire   étudie   les   batailles   du   passé,   l’homme   politique   s’intéresse   aux   biographies   des   grands  
hommes  pour  prendre  modèle  sur  eux.  L’histoire  fournit  une  masse  d’exemples  authentiques  où  l’on  peut  
suivre  l’enchaînement  des  décisions  jusqu’à  leurs  conséquences.  Le  père  de  l’histoire  (du  grec  «  istoria  »  qui  
signifie   «  enquête  »),   Hérodote,   pensait   ainsi   apporter   aux   grecs   un   savoir   sur   les   peuples   voisins   qui  
pourrait  leur  être  utile,  en  même  temps  qu’il  désirait  témoigner  pour  les  générations  futures.  
 
 
II  –  L’histoire  appartient  au  passé,  on  ne  peut  se  laisser  guider  par  elle  
 
Cependant   ce   que   l’histoire   nous   apporte   est   toujours   du   passé,   quelque   chose   qui   n’est   plus,   qui   ne  
correspond  pas  au  moment  présent.  Le  temps  qui  emporte  toute  chose  fait  que  «  nous  ne  nous  baignons  
jamais   deux   fois   dans   le   même   fleuve  »   comme   le   disait   le   philosophe   présocratique   Héraclite.   Hegel,   le  
grand  philosophe  allemand  de  l’histoire,  pensait  d’ailleurs  que  l’homme  d’action,  emporté  par  sa  passion,  
dans  la  nécessité  de  prendre  des  décisions  rapides,  ne  peut  se  laisser  guider  par  le  passé.  La  situation  étant  
différente  à  chaque  fois,  il  sombrerait  dans  le  ridicule  s’il  essayait  de  prendre  modèle  sur  le  passé.  Ainsi  Karl  
Marx   écrivait   dans   Le   18   brumaire   de   Louis   Bonaparte,   que   «  tout   événement   historique   se   produit   deux  
fois,  la  première  comme  tragédie,  la  deuxième  comme  comédie  ».  
 
 
III  –  Connaître  le  passé  pour  se  connaître  soi-­‐même  
 
L’homme  d’action  ne  peut  pour  autant,  sans  dommages,  ignorer  totalement  l’histoire.  Il  n’est  pas  tourné  
vers   celle-­‐ci,   mais   plus   sa   connaissance   du   passé   est   riche   et   profonde,   plus   son   action   peut   être  
spontanément  efficace.  L’ignorance  totale  de  l’histoire  serait  comme  une  amnésie  pour  un  individu.  Si  on  
ne  sait  pas  qui  on  est,  on  ne  sait  pas  ce  qu’on  fait  là,  ni  où  aller.  Pour  agir,  il  faut  savoir  qui  l’on  est.  Notre  
action   suppose   toujours   en   nous   la   concentration   de   tout   notre   passé,   qui   nous   donne   l’énergie   pour  
réaliser  nos  buts.  Henri  Bergson  explique  ainsi  que  la  conscience  est  «  la  mémoire  avec  la  liberté  ».  Nous  
pouvons  nous  appuyer  sur  ce  que  nous  avons  accumulé  d’expériences  et  de  connaissances  sur  nous-­‐mêmes  
pour  aller  de  l’avant.    
 
 
 
Bac  2019  Washington  
Épreuve  de  philosophie  
Série  ES  
 
 
 
Sujet  2  :  Tous  les  échanges  sont-­‐ils  profitables  ?  
 
Un  sujet  qui  met  clairement  en  jeu  la  notion  d’  «  échange  ».  Il  ne  faut  pas  limiter  cette  notion  à  l’économie,  
nous  n’échangeons  pas  que  des  biens  matériels.  Attention  également  à  «  profitables  »,  la  notion  de  profit  
est   plus   complexe   qu’il   n’y   paraît.   Il   ne   s’agit   pas   nécessairement   d’un   gain,   d’une   plus-­‐value,   mais   aussi  
d’une  expérience,  d’une  transformation.  
 
Plan  possible  :    
I  –  L’échange  implique  un  intérêt  réciproque  
II  –  Il  existe  pourtant  des  échanges  déséquilibrés  
III  –  Les  échanges  effectués  dans  le  respect  sont  les  plus  profitables  
 
 
I  –  L’échange  implique  un  intérêt  réciproque  
 
A  priori  nous  échangeons  dans  le  but  d’en  tirer  quelque  chose  de  profitable.  C’est  le  cas  bien  sûr  pour  les  
échanges  économiques  mais  aussi  pour  des  échanges  non  matériels  :  échanger  des  idées,  des  informations,  
c’est   toujours   chercher   à   s’enrichir   culturellement,   intellectuellement.   L’échange   implique   réciprocité,   un  
intérêt   réciproque.   J’échange   ce   que   j’ai   contre   ce   que   je   n’ai   pas   et   réciproquement   pour   celui   avec   qui  
j’échange.   Aristote   nous   dirait   qu’il   faut   qu’il   y   ait   profit   égal   pour   que   l’échange   soit   considéré   comme  
juste.  
 
 
II  –  Il  existe  pourtant  des  échanges  déséquilibrés  
 
Malheureusement,   il   est   parfois   difficile   d’estimer   l’égalité   des   échanges   et   de   la   respecter.   La   tentation  
peut   être   grande   de   privilégier   son   propre   profit   au   détriment   de   celui   avec   lequel   on   échange.   Certains  
échanges   peuvent   être   déséquilibrés   parce   que   les   partenaires   ne   sont   pas   également   en   position   de  
négocier.  C’est  ce  qui  se  passe,  selon  Marx,  entre  le  capitaliste  et  le  prolétaire.  Le  déséquilibre  dans  le  profit  
risque   alors   de   déboucher   sur   un   conflit,   parfois   profitable   pour   personne,   l’échange   peut   alors   devenir  
destructeur.  On  peut  échanger  des  injures  et  des  coups.  
 
 
III  –  Les  échanges  effectués  dans  le  respect  sont  les  plus  profitables  
 
On   pourrait   donc   dire   que   tous   les   échanges   ne   sont   pas   profitables,   en   particulier   les   échanges  
déséquilibrés.  Les  échanges  ont  d’autant  plus  de  chances  d’être  profitables  qu’ils  ont  lieu  entre  personnes  
éclairées,   consentantes,   agissant   dans   un   respect   mutuel.   Les   penseurs   libéraux,   comme   Adam   Smith,  
pensent   que   les   échanges   économiques   peuvent   permettre   aux   peuples   de   mieux   se   connaître   et   de  
coopérer,   mais   c’est   à   condition   que   les   échanges   culturels   permettent   de   mieux   se   comprendre   et  
s’entendre.  
 
 
Bac  2019  Washington  
Épreuve  de  philosophie  
Série  ES  
 
 
 
Sujet  3  :  Texte  d’Aristote,  Éthique  à  Eudème  
 
Ce   texte   d’Aristote   concerne   plus   un   repère   du   programme  :   Absolu/relatif,   qu’une   notion   en   particulier,  
même  s’il  y  est  question  de  la  vie  bonne  et  donc  de  morale  et  de  bonheur.  Il  s’agit  pour  Aristote  d’établir  
une  hiérarchie  dans  l’évaluation  du  bon  et  du  mauvais  :  tout  point  de  vue  à  ce  sujet  n’est  pas  également  
valable,   seul   le   point   de   vue   de   ce   qui   constitue   le   «  telos  »   (la   finalité),   c’est-­‐à-­‐dire   la   réalisation  
pleinement  accomplie,  l’excellence  d’un  être,  peut  servir  de  critère.  
 
 
Lignes  un  à  trois  «  plaisent  absolument  »    
 
Aristote   pose   le   principe   d’une   distinction   entre   un   bien   absolu   et   un   bien   relatif.   Le   bien   absolu   est   le   bien  
véritable,  celui  qui  porte  sur  l’être  dans  sa  pleine  réalisation.  Le  bien  relatif  est  celui  d’un  être  inachevé  ou  
altéré.  
 
 
Lignes  trois  à  dix  «  au  palais  intact  »    
 
Aristote  donne  des  exemples  concernant  le  corps.  Pour  juger  de  ce  qui  est  bon  pour  le  corps,  il  faut  prendre  
comme  critère  de  référence  un  corps  en  bonne  santé,  pas  un  corps  malade.  
 
 
Lignes  onze  à  fin    
 
Le   raisonnement   est   étendu   à   l’âme.   Pour   juger   de   ce   qui   est   bon   pour   celle-­‐ci,   il   faut   prendre   comme  
critère  un  homme  adulte,  non  pas  un  enfant,  un  sage  et  non  un  fou.  
 
 
On  a  souvent  tendance  de  nos  jours  à  dire  que  «  tout  est  relatif  »,  ce  qui  a  pour  effet  de  faire  perdre  tout  
repère   et   de   justifier   n’importe   quoi.   Aristote   offre   une   distinction   de   bon   sens,   qui,   bien   sûr,   n’est   pas  
totalement   à   l’abri   de   critiques   éventuelles.   Ainsi   on   peut   s’interroger   sur   ce   qui   permet   de   distinguer  
«  l’homme  sage  »  dont  il  est  question  ligne  quinze.