Vous êtes sur la page 1sur 5

Journal of Physics and Energetics, Vol.

02 (2018 ) p1-5

Contrôle actif de l’instabilité hydrodynamique d’un


écoulement externe sur une paroi perméable

Abdelghani LAOUER1,Mounir BOUTELDJA2, Elhacene MEZAACHE3


1
Département de physique, Université Mohamed Seddik Benyahia-Jijel, Algérie,
laouer18@gmail.com
2
Laboratoire de Physico-chimie des Surfaces et Interfaces, Université de Skikda, Algérie,
bouteldjamounir@yahoo.fr
3
Laboratoire de Physico-chimie des Surfaces et Interfaces, Université de Skikda, Algérie,
e_mezaahe@yahoo.fr

Received 11/04/2018; Accepted 10/06/2018

Résumé – Ce travail est consacré à l’analyse de la stabilité temporelle linéaire d’un


écoulement externe laminaire sur une paroi soumise à un transfert pariétal de masse par
injection ou aspiration. L'écoulement de base est supposé laminaire et bidimensionnel. Les
profils de vitesse de l’écoulement de base sont obtenus numériquement par la méthode de
Runge-Kutta. Les perturbations de ces solutions de base sont exprimées sous forme d’ondes
bidimensionnelles de Tollmien-Schlichting. La formulation du problème de stabilité conduit à
l'équation d’Orr-Sommerfeld. Cette équation est résolue numériquement en utilisant la
méthode de collocation spectrale de Chebyshev. Cette méthode nous a permis d’obtenir les
diagrammes de stabilité marginale, les nombres de Reynolds critiques et les spectres des
fonctions propres pour différentes valeurs de la fonction de courant imposée. Les solutions
numériques indiquent l’importance de l’effet d’injection et d’aspiration sur les caractéristiques
de stabilité de l’écoulement.

Mots-clés :Contrôle actif, Instabilité, Ecoulement externe, Méthode spectrale

Watanabe et al. [7] présentent une étude théorique


I. Introduction sur les caractéristiques de stabilité d’un écoulement en
convection libre le long d'une plaque plate poreuse
Le contrôle des écoulements est devenu un outil (perméable) verticale soumise à un flux de chaleur
crucial pour l'amélioration des performances en constant. Les équations de perturbation sont résolues
aéronautique, la réduction de la consommation de numériquement sur la base de la théorie de stabilité
carburant et de ce fait la protection de l’environnement, linéaire pour une large gamme de valeurs du nombre de
la diminution du rayonnement acoustique…etc. C’est Grashof modifié, et certaines valeurs du paramètre
un défi important en aérodynamique, car les enjeux d'aspiration ou d'injection pour un nombre de Prandtl,
techniques et économiques de contrôle de l’écoulement Pr= 0.73 (air). Les solutions indiquent le rôle important
sont multiples et interviennent dans de nombreux des paramètres (nombre de Grashof et le paramètre
domaines, notamment dans l’industrie automobile qui d’injection/d’aspiration) sur les caractéristiques
présente un grand intérêt en termes de réduction de d'écoulement et sur le transfert de chaleur.
traînée, et donc de consommation. Jeon et al. [8] montrent qu’une diminution de 50%
Diverses méthodes de contrôle ont été envisagées de la contrainte pariétale peut être obtenue sur une
afin de contrôler l’écoulement, elles peuvent être sphère où le contrôle est effectué par une
réparties en deux classes : les méthodes passives qui injection/aspiration périodique à travers une fente. Une
utilisent principalement des caractéristiques fréquence critique de soufflage a été révélée, en
géométriques ou physiques pour agir sur l’écoulement dessous de laquelle aucune réduction significative n’est
[1] [2], et les méthodes actives qui utilisent des constatée. Au-dessus de cette fréquence une instabilité
informations relatives à l’écoulement pour adapter son apparaît dans la couche limite et une zone de
action [3,4], comme par exemple le contrôle par recirculation se développe provoquant la diminution du
l’injection ou l’aspiration [5,6]. frottement.

University of TAHRI Mohammed Bechar – Algeria© 2018 1


A.LAOUER, M. BOUTELDJA, E. MEZAACHE

Hifdi et al. [9] ont présenté une étude de la stabilité  ( x, y, t ) =  ( y) ei ( x −ct ) (6)
temporelle linéaire des écoulements symétriques en
zone d’établissement en canal à partir de la résolution
Les perturbations de la vitesse longitudinale et
de l’équation d’Orr-Sommerfeld par la méthode
transversale sont alors données par :
spectrale de collocation de Chebyshev. La solution de
base considérée est présentée sous forme analytique et
∂
correspond à des profils légèrement perturbés par u′ = = ′ ( y)ei ( x−ct ) = uˆ( y) ei ( x −ct ) (7)
rapport au profil de Poiseuille. Les auteurs ont montré ∂y
que la forme et l’amplitude de ces profils sont
déterminantes pour la stabilité de l’écoulement. ∂
Une méthode de contrôle actif à savoir l’injection et ′ = − = −i ( y)ei ( x −ct ) = ˆ( y) ei ( x −ct ) (8)
l’aspiration par transfert pariétal de masse le long ∂x
d’une plaque plane horizontale est présentée. L’objectif
L’analyse en modes normaux de ce problème de
est d’étudier l’influence de ces conditions pariétales sur
stabilité conduit à l’équation d’Orr–Sommerfeld
la stabilité temporelle hydrodynamique de
suivante :
l’écoulement.
i
(
(U − c)(′ −) −U′  + ′ − 2′2 +4 = 0 (9)
 Re
)
II. Formulation mathématique
Les grandeurs α (réel positif) et c (complexe = cr + ici )
II.1. Écoulement de base définissent respectivement le nombre d’ondes et la
vitesse de propagation. Re est le nombre de Reynolds
Le fluide est supposé newtonien, incompressible et basé sur l’épaisseur de déplacement.
en écoulement laminaire bidimensionnel. Le système Les conditions aux limites associées à l’équation
d’équations est décrit en considérant l’approximation précédentesont :
de la couche limite. Le profil de la vitesse de
l’écoulement de base est obtenu par la résolution de
 = ′ = 0 à y = 0, (10)
l’équation adimensionnelle de Blasius :
 = ′ = 0 à y →∞ (11)
3 2
d f 1 d f
+ f =0 (1)
dy 3 2 dy 2
III. Procédure de résolution numérique
Avec les conditions aux limites suivantes : Pour trouver la vitesse adimensionnelle U de
A la paroi (y=0) : l’écoulement de base, on a résolu l’équation de Blasius
df par la méthode de Runge-Kutta d’ordre 4.
(0) = 0 (2) Pour la résolution de l’équation de stabilité (9) nous
dy utilisons la méthode spectrale de collocation de
Chebyshev. Des précisions concernant cette méthode
f (0) = f w ( f w < 0 : injection, f w > 0 : aspiration) (3) sont explicitées dans les ouvrages [10] [11] [12].
A la frontière de la couche limite (y→∞): La méthode de collocation spectrale est basée sur
df l’utilisation des polynômes de Chebyshev aux points de
(∞ ) = 1 (4) collocation de Gauss-Lobatto. Elle a été implémentée
dy
dans l’environnement MATLAB pour traiter la stabilité
linéaire du problème considéré. La précision du calcul
II.2. Stabilité linéaire dépend principalement du nombre de discrétisations N.
Le programme de calcul a été validé en comparant les
Pour l’étude de la stabilité linéaire temporelle d’un résultats obtenus avec d’autres travaux de la littérature.
écoulement externe dont la vitesse U de l’écoulement On compare dans le tableau 1 les valeurs propres
de base est donnée par l’équation adimensionnelle de la obtenues correspondant au mode instable (ci>0) avec
couche limite de Blasius. Nous posons : les résultats de Zebib [13] pour le cas de : Re=580 et
α=0.179.
u = U + u ′,  = ′ , p = P + p′ (5)
y∞ N+1 Travail présent Zebib[13]
Les variablesu,υ et p définissent respectivement les 10
36 0.368841+0.002535i 0.367590+0.006212i
perturbations de la vitesse longitudinale, transversale et 40 0.368737+0.002614i 0.367591+0.006429i
de la pression. 36 0.364471+0.007710i 0.364034+0.007920i
20
40 0.364552+0.007779i 0.364143+0.007959i
On introduit la fonction de courant et on suppose que la
perturbation qu’elle représente est de la forme : Tableau 1 : les valeurs propres correspondent a ci=0 pour un
écoulement externe sur une paroi imperméable (fw=0)

2
A.LAOUER, M. BOUTELDJA, E. MEZAACHE

IV. Résultats et discussion IV.2. Résultats de l’analyse de stabilité


La figure 2 représente les courbes de stabilité
IV.1. Profil de vitesse de l’écoulement de base marginale de l’écoulement pour quelques valeurs de la
fonction de courant imposée. Chaque courbe de cette
La figure 1 représente les variations de la vitesse figure sépare la zone stable de la zone instable de
adimensionnelles et leurs dérivées secondes de l’écoulement. On remarque que l’augmentation de
l’écoulement de base en fonction de la coordonnée l'intensité d’aspiration (figure 2a)provoque un décalage
adimensionnelle y et ceci pour différentes valeurs de la des courbes de stabilités vers la droite c'est-à-dire vers
fonction de courant imposée. des nombre de Reynolds plus grandes, ce qui rend
Les courbes correspondantes à la paroi imperméable l’écoulement plus stable (diminution de la zone
sont représentées en ligne noire et sont considérées d’instabilité). Par contre, l’augmentation de l’intensité
comme les points de référence dans la comparaison d’injection (figure 2b)contribue à élargir la zone
entre les effets de l’injection (en ligne rouge) et d’instabilité et rendl’écoulement plus instable.
l’aspiration (en ligne bleu). On constate que les
épaisseurs de la couche limite dynamique augmentent (a)
avec l’augmentation de l’intensité d’injection (fonction 0.4

de courant négative) et diminue avec l’augmentation de 0.35


l’intensité d’aspiration (fonction de courant positive). f =0
0.3 w
Les dérivées secondes de la vitesse adimensionnelle
sont représentées pour le cas de l’injection et de 0.25
l’aspiration car ces figures jouent un rôle important +0.2
0.2


dans l’étude de la stabilité hydrodynamique de
l’écoulement. Elles montrent que les profils de vitesse 0.15
+0.4
n’ont pas de point d’inflexion pour le cas d’une paroi
0.1
avec aspiration, par contre ces profils en présentent
pour le cas d’une paroi avec injection. 0.05

3 4 5
(a) 10 10 10
8
Re
(b)
Paroi avec injection 0.6

Paroi imperméable
6 -0.4
Paroi avec aspiration 0.5

-0.2
0.4
4 f =-0.2, -0.4, 0, 0.2, 0.4
y

w
0.3

f =0
w

2
0.2

0.1
0
0 0.2 0.4 0.6 0.8 1
U 0 2 3 4 5
(b) 10 10 10 10
Re
Paroi avec injection
Paroi imperméable Figure 2. Courbes de stabilité marginale, (a) paroi avec
8 Paroi avec aspiration aspiration, (b) paroi avec injection

6 f =-0.2,-0.4, 0, 0.2, 0.4


w

La forme des courbes de stabilité marginale


y

4 dépendent beaucoup du profil de vitesse de


l’écoulement de base. Dans le cas d’une paroi
imperméable ou avec aspiration, les deux branches des
2
courbes tendent vers zéro lorsque le nombre de
Reynolds tend vers l’infini, c’est-à-dire que toutes les
0 ondes deviennent stables. Par contre, pour les profils de
-0.15 -0.1 -0.05 0
U'' vitesse avec un point d’inflexion (paroi avec injection),
il existe toujours une gamme de nombres d’ondes
Figure 1. Profiles de vitesse de l’écoulement de base, (a) instables même pour un nombre de Reynolds infini.
vitesse adimensionnelle, (b) la dérivée seconde de la vitesse.

3
A.LAOUER, M. BOUTELDJA, E. MEZAACHE

(a) fw Rec αc
-0.2 254.64 0.37759
Paroi avec injection
-0.4 140.01 0.45166
Paroi imperméable 0.0 554.29 0.30337
+0.2 1510.28 0.22009
Paroi avec aspiration
+0.4 5913.63 0.13618

Tableau 2 : paramètres critiques

La figure 3 représente les modules des fonctions


propres correspondant au mode instable pour les
différents cas : paroi imperméable (figures 3-a), paroi
avec aspiration (figures 3b) et paroi avec injection
(b) (figures 3c). Dans ces courbes le trait continu
représente l’amplitude de la fluctuation de vitesse
longitudinale et le trait discontinu l’amplitude de la
fluctuation de la vitesse normale. On constate que le
maximum de fluctuation de vitesse est localisé près de
la paroi, ce qui montre que l’écoulement se déstabilise
d’abord dans la région proche de la paroi. De plus, on
observe que le maximum de fluctuation pour v
correspond au minimum de fluctuation pour u. on
remarque aussi que dans tous les courbes il y a une
annulation du module de la fluctuation de vitesse
longitudinale. Cette annulation correspond en fait à un
changement de phase (le changement de phase indique
que l'amplitude change de signe autour d’un point).

V. Conclusion
(c)
Ce travail a présenté une analyse de la stabilité
temporelle linéaire d’un écoulement externe sur une
paroi perméable soumise à un transfert pariétal de
masse par injection ou aspiration. La résolution du
problème d’instabilité est réalisée à l’aide de la
méthode spectrale de collocation de Chebyshev qui
nous a permis d’obtenir les diagrammes de stabilité
marginale, les nombres de Reynolds critiques et les
spectres des fonctions propres pour différentes valeurs
de la fonction de courant imposée. Les solutions
numériques indiquent l’importance de l’effet
d’injection et d’aspiration sur les caractéristiques de
stabilité de l’écoulement. Le nombre de Reynolds
critique est très sensible à la forme du profil de vitesse
de l’écoulement de base. En particulier, l’existence
Figure 3. Module des fonctions propres, (a) paroi
d’un point d’inflexion rend l’écoulement plus instable
imperméable, (b) paroi avec aspiration, (c) paroi avec et le nombre d Reynolds critique Rec diminue, c’est le
injection cas d’une paroi avec injection caractérisé par des
valeurs négatives de la fonction de courant imposée.
Par contre, pour les profils de vitesse sans point
d’inflexion (le cas d’une paroi avec aspiration),
Les paramètres critiques de calcul de stabilité pour l’écoulement est stable et le nombre de Reynolds
un écoulement bidimensionnel de convection forcé sur critique augmente.
une plaque plane avec des conditions pariétales soumis
à des perturbations bidimensionnelles linéaires sont
présentés dans le Tableau 2.

4
A.LAOUER, M. BOUTELDJA, E. MEZAACHE

Références ”Computational Thermal Sciences, BegellHouse,Vol.


08, No.4, pp 355-369, 2016.
[6] A. Laouer, E. Mezaache, S. Laouar, “Study of the Effect
of Parietal Suction and Blowing on the Stability of
[1] V. Wartemann, A. Wagnerb, M. Kuhn, T. Eggers, K. Laminar External Flow, ” International Journal of Heat
Hannemann, “Passive hypersonic boundary layer and Technology, Vol. 34, No.2, pp. 302-310, June 2016.
transition control using an ultrasonically absorptive [7] T. Watanabe, H. Taniguchi, M. Kumagai, “Stability of
coating with random microstructure: Computational free convection with uniform suction or injection from a
analysis based on the ultrasonic absorption propertiesof vertical flat plate subjected to a constant wall heat flux,
carbon-carbon”,Procedia IUTAM, Vol. 14, pp 413 - ”Acta Mechanica, Volume 136, Pages 143-153, 1999.
422, 2015. [8] S. Jeon, J. Choi, W. Jeon, H. Choi, J. Park, “Active
[2] Y. Wang, S. Li, X. Yang, “Numerical investigation of control of flow over a sphere for drag reduction at a
the passive control of cavity flow oscillations by a subcritical Reynolds number, ” J. Fluid Mech., Volume
dimpled non-smooth surface,” Applied Acoustics, Vol. 517, Pages 113–129, 2004
111, pp 16-24, 2016 [9] A. Hifdi, M.O. Touhami, and J. K. Naciri, “Stabilité
[3] B. Simon, T. Nemitz, J. Rohlfing, F. Fischer, D. Mayer, linéaire d’écoulements symétrique presque parallèles en
S. Grundmann, “Active flow control of laminar canal,” C.R. Mécanique, 332, 859-866. 2004.
boundary layers for variable flow conditions,” [10] . P. Boyd, Chebyshev and Fourier Spectral Methods,
International Journal of Heat and Fluid Flow, Vol. 56, New York: Dover Publications, 2000.
pp 344-354, 2015. [11] R. Peyret, Spectral methods for incompressible viscous
[4] J. Svorcan, S. Stupar, S. Trivkovic, N. Petrašinovic, T. flow, Applied Mathematical Sciences, volume 148,
Ivanov, “Active boundary layer control in linear Springer-Verlag, New York, 2002.
cascades using CFD and artificial neural networks, ” [12] C. Canuto, M. Y. Hussaini, A. Quarteroni and T. A.
Aerospace Science and Technology , Vol. 39, pp 243- Zang, Spectral Methods in Fluid Dynamics, Berlin:
249, 2014 Springer-Verlag, 1988.
[5] A. Laouer, E. Mezaache, S. Laouar, “ Influence of [13] A. Zebib, A chebyshev method for the solution of
Surface Mass Transfer on the Stability of Forced boundary value problems, J. Comput. Phys., vol. 53, pp.
Convection Flow Over an Horizontal Flat Plate, 443-455,1984.