Vous êtes sur la page 1sur 11

Ecole Nationale Des Sciences

Appliquées Al-Hoceima

Département Génie Civil : Année universitaire 2017/2018

Rapport :
Dimensionnement de la station
de pompage De targuiste

Encadré par : EL AZZOUZI

Réalisé par : - ED-DAHBY KHADIJA 723

-HAMDI OUMAIMA 752

-HALIMI CHAIMAA 751

(GC3 HYDRAULIQUE) 2017/2018


1-Introduction :
En général, dans un réseau d’assainissement on essaie de faire véhiculer les
eaux usées gravitairement, si éventuellement la topographie et la nature du
terrain le permettent. Parfois cette solution devient difficile à cause de
certaines contraintes topographiques et géotechniques (exemples : terrains
accidentés ou trop plats, terrains très rocheux,etc…). Donc pour éviter de
caler le réseau à des profondeurs excessives, on fait recours à des stations
de pompage (refoulement ou relèvement, selon la cas).
Les stations de pompage permettent d’élever le niveau des eaux usées
d’un point à un autre en vue de leur déversement dans des ouvrages tels que
regards de visite ou autres ouvrages spéciaux.

Les eaux usées sont des eaux qui contiennent des déchets liquides et des
débris solides plus ou moins importants, tels que :
- Matières organiques (matières fécales,…) ;
- Boues chargées de sables, de peinture, d’huile, de graisses, de copeaux
métalliques ;
- Déchets divers de volumes plus ou moins variés, tels que : pierres,
bouteilles, papiers.
Ces liquides peuvent être très également :
- Très visqueuses (à cause de graisses, huiles ou d’autres produits provenant
d’industrie),
- Abrasifs (à cause de sable, produits d’usinage, …),
- Corrosifs ou agressifs (à cause de PH élevé).
Donc les pompes doivent être bien choisies pour résister à ce genre
d’effluents.

2- Composition des stations de pompage :


Généralement une station de pompage des eaux usées se compose de :
Partie Génie civil :
• Un puisard (ou bâche), coulé sur place ou préfabriqué,
• Chambre des vannes
• Ouvrage abritant le dégrilleur
• Ouvrages annexes et aménagements divers (regards, locaux techniques,
clôture, aire de manœuvre, espace vert, …)
Partie Equipement :
• Système de dégrillage (manuel ou automatique)
• Une ou plusieurs pompes
• Les conduites d’aspiration
• Des appareils de robinetterie (vannes d’isolement, clapets anti-retour,…)
• Des appareils pour la mesure débits (débitmètre électromagnétique)
• Un dispositif de fonctionnement automatique (automate programmable, poires de
niveau, etc…)
• Un dispositif d’homogénéisation, mélangeur, vanne de brassage ou compresseur
de débourbage)
• Appareils de protection éventuelle contre les coups de bélier (ballon anti-bélier)
• Pièces spéciales et accessoires de raccordement (coudes, tés, manchettes de
traversées, cônes de réduction, joints de montage,…)
• Système de levage, d’accès et d’entretien (portique avec palan, échelles de
descente, …)
• Trappes de visite (grilles caillebotis, tôles striées, …)
• Equipement électrique (alimentation électrique, poste transformateur éventuel,
armoire électrique et de commande, éclairage, etc…)

3-la conception d’une bâche :


4-Dimensionnement de la bâche d’aspiration :

Volume de marnage minimal :

 Pour conserver au moteur sa température normale de fonctionnement, un


volume de marnage est nécessaire.
Ce volume est en fonction de :
- Nombre normal de démarrage dans l’heure donné par le constructeur
(démarrage direct).
- Type de démarrage utilisé (direct, électronique, …).
- Type de permutation des pompes.
- Nombre de pompes.
- Débit moyen de la pompe.

« Le débit de la pompe utilisé dans ce calcul est la moyenne des débits obtenus
au niveau bas et au niveau haut. »
« Nombre de démarrages dans l’heure usuel : N = 6.Avec un démarreur
électronique N peut être doublé sans risque. »
n : Nombre de pompes
Dans ce cas :

 Le niveau maximal correspond au fil d’eau d’arrivée (pas de mise en charge de


la canalisation gravitaire).

 Le volume de marnage permet de définir le niveau d’eau minimal (attention


en cas de fonctionnement de deux pompes, il faut imbriquer deux marnages
avec environ 0,10 m de décalage).

 Pour un refroidissement correct du moteur électrique, la pompe doit


habituellement être recouverte d’eau ce qui revient à dire que la cote du
radier est elle aussi définie.

5-Note de calcul de la bâche d’aspiration de


TARGUISTE
On va exploiter le résultat trouvé par le logiciel Covadis pour déterminer le volume
de marnage de la bâche.
1-le débit de pointe :

Ce débit correspond au débit trouvé à l’exutoire qui vaut : 17 l/s

2-le diamètre de la conduite :

 Le diamètre de la conduite de refoulement a été calculé de façon à


avoir une vitesse de circulation proche de 1 m/s lors du pompage.
Calcul du diamètre

D’où Ø =0.15 m soit DN =150 mm


3-Le débit de pompe :

Les pompes sont dimensionnées sur les débits de pointes. Le débit de


pointe à l’amont du poste de relèvement est, pour un taux d’eaux claires
parasites de 25 %.de 17 l/s

On retiendra donc un débit de pompage de 16.9 l/s


4- Hauteur d’élévation :

La hauteur d’élévation, aussi appelés Hauteur Manométrique Totale


(HMT), correspond à la hauteur géométrique (différence entre le point
bas et le point le plus haut) + les pertes de charges à l’aval de la pompe.

4-1 Hauteur géométrique :

côte point bas = côte arrivée réseau EU - 1.00 m (pour ne pas dénoyer
les pompes)

= 1031.57-1.00

=1030.57 m NGM

côte point haut = côte TN point haut – 1.00 m (profondeur du réseau de


refoulement) =

= 1033.817-1.00

=1032.817 m NGM

Donc Hauteur géométrique =2.25 m NGM

4-2 Pertes de charges :


Les pertes de charges sont la somme des pertes de charge linéaires
et des pertes de charge singulières.

 Les pertes de charge linéaires ont été évaluées à partir de la


formule universelle :

Avec - lambda=0.02 (calculé à partir de tables de pertes de charge


calculable à partir de la formule de Colebrook )

-Longueur de la conduite correspond à 250m

D’où les pertes de charge linéaires : JL= 1.67 m


 Les pertes de charge singulières se calculent de la manière
suivante :

Les différentes singularités que l’on peut retrouver à l’aval des pompes
avec leur valeur de K sont reportées dans le tableau ci-après :

Donc JC =0.21 m

La hauteur d’élévation vaut donc :

HMT = Hgéo + JL + JCTOTAL =2.25+1.67+0.21=4.13 m

4-3 la puissance de la pompe :

Puissance : La puissance de la pompe se calcule à partir de la relation


suivante :

En eaux usées, les rendements hydrauliques varient généralement entre


0.4 et 0.6, nous retiendrons un rendement de 0.5. Le rendement
électrique est d’environ 0.8.
Donc P= 1.81 KW
4-4 le volume de marnage :

Le volume utile de marnage est le volume compris entre le niveau haut


de démarrage de la pompe et le niveau bas d’arrêt. Il peut être calculé
par la formule préconisée à la construction d’installations de pompage :

Donc Vu =2.55 m3

soit pour une bâche circulaire de 2.6 m de diamètre une hauteur de


marnage de 0.48 m.

EXEMPLE D’UNE BACHE CIRCULAIRE :

Remarque :voir résultat complet « fichier Excel »

-Selon la valeur de K trouvée nous devons établir une protection anti-


bélier.
Equipements de protection (Réservoir anti-bélier) :
« Le ballon anti-bélier est chargé de protéger la conduite contre les régimes
transitoires. Ce sont les variations de pressions générées par la disjonction
simultanée de toutes les pompes qui sera plus particulièrement étudiée. Au moment
de l’arrêt des pompes, l’air contenu dans le ballon se détend et pousse l’eau
stockée dans la partie inférieure vers la conduite. On limite ainsi à des valeurs
acceptables pour la canalisation les dépressions et surpressions qui résultent de
cette transition. »

6-Choix et dimensionnement des autres


équipements :
1- 6 Dégrilleur :

La maille du panier de dégrillage sera déterminée en fonction du


passage libre de la pompe. Plus la maille est petite plus il y a de
contraintes d’exploitation
2-6 Ventouse trois fonctions :
En assainissement, les ventouses sont spéciales. On évite tout contact
du liquide avec les organes sensibles.
3- 6 Clapet anti-retour :
Clapet à boule :

En assainissement il faut :
 Éviter tout axe qui autorise l’accrochage des filasses.
 Laisser le passage complètement libre sur toute la section.

4-6 Vanne de sectionnement :


Vanne à opercule :

En assainissement il faut :
Éviter tout axe qui autorise l’accrochage des filasses
Laisser le passage complètement libre sur toute la section.

fin

Vous aimerez peut-être aussi