Vous êtes sur la page 1sur 16

A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
Le m ag a z i n e des p r of e s s i o n n e l s du bâtiment

Ldans
'étanchéité
les locaux
humides

Lanti-effraction
es blocs-portes

M atériaux
isolants,
marquage CE
et certification

Lleatravail
lutte contre
illégal

des fondations aux finitions n°23


Juillet/Août/Septembre 2003
Sommaire
page 5 Les échos du bâtiment P10

page 6 Nouveautés
Les derniers produits
proposés par les fabricants

page 10 Dossier :
Les enduits de façade
En neuf ou en rénovation,
une protection efficace et durable P16

page 16 Point sur... :


L'étanchéité
dans les locaux humides
Différents produits, matériaux
et systèmes

page 19 Infos sociales et juridiques :


La lutte contre le travail illégal P20
Pour vous abonner
page 20 A découvrir : GRATUITEMENT
Les blocs-portes anti-effraction Renvoyez ce coupon à :
Une solution à prescrire Gedimat - Affaires de Professionnels
24, rue Chaptal 92300 Levallois Perret

page 23 Profession ABONNEMENT AFFAIRES DE PROFESSIONNELS (n°23)


Matériaux isolants, marquage CE Nom :..........................................
et certification
Prénom :....................................
Profession :...............................
................................................
Adresse :................................

AFFAIRES DE PROFESSIONNELS n°23 - JUILLET/AOÛT/SEPTEMBRE 2003


..............................................
Responsable de la publication: GEDIMAT - Conception/réalisation: PRIMAVERA
Code postal :.......................
Crédits photographiques :

Photo couverture : LAFARGE MORTIERS • Sommaire : CALCIA, BPB PLACO, FICHET • Page 6 : GIMM, WAVIN, LA NIVE, DIMOS • Page 7 : KNAUF,
CORONA, STRADAL, LANKO • Page 8 : LAFARGE PLÂTRES, EDMA OUTILLAGE, DIRICKX, SIKA • Page 10, 11, 12 et 15 : LAFARGE (CIMENTS - Ville :..................................
MORTIERS), CALCIA, WEBER ET BROUTIN • Page 16 et 17 : BPB PLACO, SOPREMA • Page 20 et 21 : FICHET

..........................................
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
LES
POINT
ECHOS
SUR
Les échos
du bâtiment
Naissance d'un géant international de l'industrie du bâtiment
D epuis plusieurs années, Ytong et Siporex-Hebel
étaient les deux grands noms et concurrents sur
le marché du béton cellulaire. Depuis
et ses carreaux sous la marque "Ytong-Siporex", la marque
Hebel étant attribuée aux éléments armés comme les dalles
de plancher et de toiture. Le béton cellulaire
le 1er janvier 2003, le groupe allemand change également d'appellation et prend
Haniel Bau, propriétaire de ces deux le nom de Thermopierre®. La société Fermacell
entreprises a décidé de fusionner leurs qui fabrique et distribue les plaques en gypse
activités, regroupées sous une même entité, XELLA renforcé reste indépendante et poursuivra son activité sous
Thermopierre s.a. Elle commercialise désormais ses blocs le nom de XELLA Fermacell.

Un nouveau nom pour un grand du bâtiment


L eader des composants préfabriqués en béton précon-
traint, pour les planchers, les structures et les ossatures
de bâtiment, avec 40 % du marché français, le groupe BDI,
de fond engagé depuis deux ans,
elle va permettre de positionner le groupe comme le leader
sur ses marchés de référence, de supprimer la confusion et
ses marques commerciales, ses filiales et ses sociétés adoptent la concurrence entre ses marques, Feder Béton et PPB, et
une nouvelle identité KP1. Aboutissement d'un travail de concentrer ainsi tous ses moyens sur une seule marque.

Un label pour les diagnostiqueurs


L e CATED, Centre d'Assistance Technique et de
Documentation, spécialisé dans le BTP, vient
de créer le label "apte" (amiante, plomb, termites
et de mesurage des surfaces, le diagnostiqueur immobilier
contribue à la bonne santé des personnes et à une
meilleure qualité des bâtiments existants. Ce label,
expertises) destiné à valoriser la profession attribué après une formation stricte, assure au
de "diagnostiqueur". Intervenant à la demande diagnostiqueur un accompagnement, technique
des professionnels de l'immobilier et du bâtiment et réglementaire, permanent. Il est aussi un garant
lors de la recherche d'amiante, de plomb, de termites de qualité pour les donneurs d'ordre.

Premier trimestre 2003, recul de l'activité des artisans


L 'activité des entreprises artisanales a connu au premier
trimestre 2003 la même tendance qu'au trimestre
précédent, soit un recul de 2 % en volume par rapport
Il semble donc que cette tendance affecte
toutes les entreprises quelle que soit leur taille. La baisse
est ainsi identique pour les moins de dix salariés et pour
au premier trimestre 2002. Cette baisse est semblable les 10 à 20 salariés. Le recul en tendance annuelle s'élève
à celle de l'ensemble du secteur du bâtiment qui a aussi à – 1 % de la production des artisans comme de l'ensemble
enregistré une diminution de 2 % au premier trimestre. du bâtiment. Source CAPEB-I+C

Naissance de la Confédération Française du Négoce de Bois et de Matériaux de Construction


R éunies en Assemblée Générale, la FFNMC
(Fédération Française du Négoce des Matériaux
de Construction) et la FFNB (Fédération Française du
en commun. Gérard SPIRE, Président de la FFNMC
et de la FFNB, va désormais s’employer à mettre en place
la structure confédérale qui regroupera les 2 fédérations,
Négoce de Bois d’œuvre) ont approuvé à l’unanimité et à organiser l’équipe et les moyens qui permettront à celle-
le projet de Confédération Française du Négoce de ci de fonctionner.
Bois et de Matériaux de Construction (CFNBMC). La représentativité des négociants, ainsi que la promotion
L’adhésion totale des membres des deux assemblées et la défense de leurs intérêts, vont donc s’accroître et mobiliser
démontre la volonté de la filière bois et matériaux une branche d’activité du négoce déterminée à valoriser
de construction de parler d’une même voix et d’agir sa filière professionnelle de distribution.

5 des fondations aux finitions


A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
NOUVEAUTES
Nouveautés à découvrir
Entrez par la bonne porte Des raccords
qui ne se cachent plus
D 'une esthétique particulièrement soignée, les nouvelles
portes Confort Initiale PVC de Gimm affichent
immédiatement leur personnalité. Intégrant les qualités L a Gamme Blanche de Wavin est une
nouvelle série de tubes et raccords en
essentielles exigées par le marché, cette gamme revendique des PVC, destinée à l'évacuation des eaux usées,
performances techniques pour des applications requérant des niveaux
incontournables à un prix supérieurs de qualité, d'esthétique et de simpli-
très abordable. En neuf cité de mise en œuvre. Particulièrement adap-
comme en rénovation, en tée aux environnements liés à la santé, à l'ali-
standard ou sur-mesure, elle mentaire, à l'hygiène ou à la maison, elle se
se décline en portes pleines caractérise par des raccords certifiés NF Ml, une
ou demi-vitrées (double gamme complète de coudes, culottes, colliers et
vitrage isolant retardateur tube en Ø 40 mm, une esthétique soignée, et un
d'effraction), et bénéficie matériau dont l'aspect "produit fini" supprime
d'un niveau de performances toute peinture après la pose.
conforme aux exigences
de la RT 2000. Une serrure 4
points à relevage avec
verrouillage central renforce
la sécurité. Ces portes
bénéficient évidemment de
l'insensibilité aux agressions
naturelles et de l'entretien
facile du PVC.

Un appui à toute épreuve


Des tuiles
L 'appui de fenêtre Solido de La Nive répond entièrement aux
problèmes de mise en œuvre des maçons, en y apportant de
nombreuses modifications, mais aussi en optimisant ses qualités
bien
accrochées
pour qu'il assure parfaitement sa fonction. En sous face, il a la
particularité d'afficher un réel crantage qui lui assure une
meilleure adhérence et une plus grande facilité de pose, car il ne
"glisse" pas sur le mortier-colle. Des rejingots latéraux, en conti-
A vec le crochet
tuile universel X-Tile, Dimos propose de
sécuriser les toitures en arrimant à la char-
nuité du rejingot arrière, évitent les infiltrations d'eau. Le nez pente 80 % des tuiles répertoriées.
arrondi de l'appui réduit les risques d'épaufrures, améliorant l'es- Les tests réalisés en juillet 2002, dans la soufflerie
thétique et la sécurité. En béton hydrofugé dans la masse pour Jules Verne du CSTB, ont confirmé qu'avec
une parfaite étanchéité, il présente une surface ce crochet les éléments de couverture restent en
lisse qui permet une excellente adhérence des place par vents supérieurs à 200 km/h (vents
peintures. Disponible en 3 largeurs : 28 dans toutes les directions). Il a également mis en
cm, 35 cm et 39 cm, et 11 lon- avant sa grande facilité d'accrochage, son "effet
gueurs différentes. ressort" qui permet aux tuiles de se repositionner
après une tempête, et une bonne prise du cro-
chet, côté tuile et côté liteau, due aux formages
des extrémités. X-Tile se pose rapidement,
d'une seule main, sans aucun outil, à raison
d'un crochet par tuile sur les toitures neuves
ou existantes (possibilité de le poser depuis
l'intérieur des combles). Invisible, il est caché
par le recouvrement.

des fondations aux finitions 6


Une nouvelle dimension La laque technologique
pour la toiture
S ystème constructif complet et abouti,
Fibtratop de Knauf est un panneau de
P our pallier les inconvénients
des laques glycérophtaliques
en phase solvant pétrolier,
toiture performant qui assure 5 fonctions Corona présente Laque Sans
différentes : support de la couverture et écran de Solvant, sa peinture alkyde en
toiture, ventilation de la couverture, isolation émulsion. Elle réunit les
thermique, portance et finition décorative avantages de la laque
du plafond. Ses dimensions (60 cm de large pour glycérophtalique (résistance
une longueur jusqu'à 6,90 mètres) en font un pan- aux chocs et aux lessivages,
neau facilement manipulable et ajustable sur une brillance) et le confort
toiture et permettent de couvrir une lon- d'application de la peinture
gueur de rampant. L'isolant confère à la gamme acrylique (sans odeur, séchage
d'excellentes performances thermiques conformes rapide, nettoyage des outils
aux exigences de la RT 2000. Enfin, avec cinq à l'eau). Disponible en pots
finitions intérieures, la gamme Fibratop privi- de 0,5 litre et 2,5 litres,
légie l'esthétique avec un choix de 29 teintes satin et 24 teintes
sous-faces le plus large du marché brillant. Existe aussi en base
(plaque de plâtre, lambris, à teinter.
parement vinyl, panneau
de particules ou acous-
tique).

Une colle de pro


L anko, le spécialiste du métier des colles et des sols, étof-
fe son offre "colle carrelage" en lançant la nouvelle généra-
tion de colles en pâte prêtes à l'emploi "Prolipate", sans solvant.
La mise au point de cette gamme est le fruit d'une collaboration
étroite entre le laboratoire de développement Lafarge Mortiers et
un réseau d'applicateurs, pour mieux répondre à leurs
Un pavé dans le jardin besoins et leurs attentes. Elle s'inscrit dans une politique de

L e nouveau pavé Nuancéa Stradal Paysages


offre tout ce qui faisait le charme
des jardins au temps des Impressionnistes :
respect de l'environnement et de santé de l'utilisateur. La
gamme se compose de trois produits performants "500
Prolipate", adhésif normal, "505 Prolipate Plus", adhésif amélio-
des coloris délicatement nuancés, des contours ré, et "510 Prolipate HP", adhésif amélioré hautes performances.
irréguliers, un accord parfait avec tout écrin Ces produits possèdent chacun leurs spécificités et leurs
de verdure, de subtiles variations d'un pavé domaines d'application (neuf ou rénovation, murs intérieurs ou
à l'autre, et le talent de se patiner avec le temps. extérieurs...), et sont faciles et agréables à mettre en œuvre pour
Produit carrossable, il est facile à mettre en œuvre l'applicateur.
pour réaliser sans problème des allées, terrasses et
abords de garages. Format : 12 x 12 cm x 6 cm
d'épaisseur.

7
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
NOUVEAUTES
Nouveautés à découvrir
Un panneau pour planchers chauffants Un parquet bien pressé
U TM
nimat Sol Ultra de Lafarge Plâtres est un panneau en
PSE-GraphiteTM Néopor®, isolant de nouvelle généra-
tion qui présente des caractéristiques thermiques renforcées
permettant de répondre, en plus faible épaisseur, aux exi-
gences des planchers chauffants, en particulier les planchers
rayonnants électriques et les planchers rafraîchissants à eau
basse température. En 60 mm d'épaisseur, il affiche un R = 2
m2.K/W, valeur encore jamais atteinte avec un PSE. Son niveau
de compressibilité I = 4 permet la pose directe de revêtements de
sol scellés. Format 1 x 1,20 m et 40 ou 60 mm d'épaisseur.
L ors de la pose d'un parquet, qu'il soit collé
ou cloué, une grande attention doit être apportée
au bon emboîtement des rainures et
des languettes de chacune des lames. La bonne
exécution de cette étape contribue en effet
à réduire au maximum l’espace entre les lames pour
donner un aspect régulier. La presse a parquet
Wooker, proposée par Edma Outillage, permet
d'exercer, seul et sans effort, une pression latérale sur
la lame à fixer. Dotée, en partie inférieure, d'un
socle inoxydable à 2 griffes, elle vient s'accrocher sur
le support sur lequel le parquet doit être fixé.
Lorsque la pression est exercée, les griffes empê-
chent tout recul de la presse. Avec 2 étriers inter-
changeables, la presse s'adapte aussi bien
sur les rainures ou les languettes du parquet
pour assurer une jointure parfaite entre les lames.

La haute clôture française


Suivez le guide
L a nouvelle gamme de portails coulissants sur rail
Alliance de Dirickx répond aux besoins de protection des
collectivités privées, des petites industries, des entreprises… Elle se
"ID Chantier" est avant tout un guide
pratique pour aider les entrepreneurs à trouver
décline en version manuelle ou automatisée, dans un large choix de rapidement des solutions traditionnelles ou
dimensions et de couleurs. Cette gamme séduit avec ses lignes innovantes aux problèmes
sobres et équilibrées, sa facilité et sa rapidité de pose, son nouveau rencontrés quotidiennement
revêtement métallisé et plastifié, qui lui confère une qualité de sur tous types de chantiers
finition et de protection optimale, sa garantie de 10 ans contre la (maison individuelle,
rouille, et par la protection et la sécurité qu'elle apporte. Deux bâtiment collectif, site
versions sont disponibles : Premium, plus robuste que la Classic, industriel…). Il permet
propose des dimensions de passage allant jusqu'à 12 m (6 m pour d'accéder à la solution
la Classic). la plus adaptée selon deux
critères : la localisation
des travaux (structure, façade, couverture, mur
intérieur...), puis le type de problèmes rencontrés
(bétonnage par temps froid, obturation des venues
d'eau, collage de tuiles...). À chaque solution
correspond un ou plusieurs des 107 produits
Sika, distribués dans le négoce, qui sont présentés
sous forme très synthétique. Disponible
gratuitement chez tous les négociants, il sera
prochainement accessible en version interactive
sur le site www.sika.fr.

des fondations aux finitions 8


A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
DOSSIER

Les enduits
de façade
En neuf ou en rénovation, les enduits
de façade constituent une protection
efficace et durable si l'entreprise effectue
le bon diagnostic, une bonne préparation
des fonds et applique un produit bien adapté
à la nature du support. Alors les murs retrouvent
une nouvelle jeunesse et s'harmonisent avec
l’environnement de la maison.

L
e revêtement des murs de façade, enduit,
peinture… protège la maçonnerie des
intempéries et embellit la construction
en lui donnant un aspect homogène. Dégradé,
il met en péril la structure en laissant l'eau s'infiltrer
dans les murs. Après diagnostic et réparations, le ravalement est réalisé avec une méthode traditionnelle
ou des produits modernes respectueux du neuf ou de l’ancien qui vont (re)donner à la maison son cachet.

Des murs bien préparés


Aucun revêtement de façade n'est éternel ! Outre les fissures Lorsque l'enduit n'est pas trop dégradé, il reste impératif
visibles à jointoyer et les mousses à détruire, les effets d'en enlever toutes les parties qui ne proposent plus une
du vieillissement sont nombreux et provoquent des désordres adhérence suffisante. Il faut aussi ôter les traces de pein-
plus ou moins importants, à réparer ou à éliminer avant appli- ture par lessivage, brossage, décapage ou sablage à sec.
cation d'un nouveau revêtement.
Une mise à nu de la maçonnerie s'impose lorsque
le revêtement de façade existant est abîmé, voire
inadapté. Les revêtements plastiques épais (RPE)
posent le plus de problèmes car il est nécessaire
de procéder à un décapage chimique, mécanique,
ou à un brûlage. Les enduits hydrauliques à base
de ciment ou de chaux se piochent au burin ou
au marteau pneumatique s'il le faut.
Les désordres qui apparaissent après ces opérations
doivent évidemment être traités. Les mœllons en
mauvais état sont remplacés ou retaillés pour éliminer
les parties en mauvais état. La bonne adhérence et
la dureté des joints est vérifiée. Les dégarnir sur 2 à 3 cm
si nécessaire.
Le nettoyage de la façade au nettoyeur haute pression
avant application d'un enduit est obligatoire. Sur les
pierres tendres (tuffeau, craie, brique foraine...), travailler
en basse pression et brosser le support.

des fondations aux finitions 10


Traditionnel,
en deux ou trois couches
Étalé à la taloche, l'enduit comporte trois couches successives. Projeté
mécaniquement (pot de projection, machine à projeter), l'application se fait en
deux couches. Leur dosage est spécifique selon la nature de la chaux,
du ciment et du sable et leur fonction. Dans tous les cas, on doit tenir compte des
recommandations des fabricants, mentionnées sur le sac.

• Le gobetis, ou couche d'accrochage d'une épaisseur de 10 mm maximum,


est un mortier riche qui assure l'adhérence de l'enduit au support. Il est appliqué sur
un support humidifié, d'abord la veille, puis plusieurs heures avant l'application. Si la
maçonnerie est dégradée ou hétérogène, le gobetis est armé d'un treillis métallique
fixé par clouage ou d'une toile de verre.
• Le corps d'enduit constitue l'épaisseur du revêtement, il lui donne sa forme défi-
nitive et favorise l'imperméabilité et l'isolation du support. Cette couche compacte
et homogène, d'une épaisseur de 10 à 20 mm, est serrée à la taloche, sa surface res-
tant rugueuse pour faciliter l'accrochage de la troisième couche.
• La couche de finition joue un rôle décoratif et contribue à la conservation
du corps d'enduit. Réalisée sur l'enduit frais, elle ne doit pas être trop épaisse
(5 à 8 mm) pour éviter le faïençage. Elle peut aussi être protégée par l'application
d'un badigeon (mélange d’un volume de chaux aérienne et de 2 à 3 volumes d'eau)
teinté avec des pigments minéraux locaux, ou une peinture à la chaux prête à l'em-
ploi disponible en de nombreuses teintes.

Respecter le bâti ancien


Les maisons anciennes utilisaient la pierre du pays, des briques "foraines" fabriquées
localement, des pans de bois et du torchis ou du pisé… L'assemblage et/ou
le revêtement de protection alliaient la chaux et le sable, voire la terre.
Recouvrir tout cela d'un enduit hydraulique à base de ciment, c'est s'exposer
à voir ce revêtement se dégrader rapidement, mais aussi mettre en danger la structure du bâti existant qui ne pourra
plus "respirer" correctement. Le résultat peut être pire si un revêtement (crépi) plastique épais a été employé.
Des désordres que l'on peut aisément constater sur les maisons anciennes ravalées à l'économie, pendant les décennies précé-
dentes. Pour restaurer les façades des maisons anciennes, rien ne vaut un enduit à base de chaux. Il se choisit
en fonction des caractéristiques de la construction et des traditions locales.

Sur les pierres ou briques très tendres et les supports anciens, on


applique un gobetis à la chaux bâtardée NHL-Z 3,5, un corps d'enduit et la
finition à la chaux NHL 2.
Sur les matériaux tendres, le gobetis est réalisé avec un ciment CPJ- Le cas particulier
CEM II 32,5 ou une chaux bâtardée NHL-Z 5, le corps d'enduit avec de la
chaux bâtardée NHL-Z 3,5 et la finition avec de la chaux NHL 2.
du plâtre
Le plâtre a été beaucoup utilisé
Sur les pierres dures, un mortier résistant s'impose. Un gobetis au comme revêtement de façade
ciment CPJ-CEM-II 32,5 est recouvert d'un corps d'enduit au ciment à
en région parisienne. Il ne s'agit
maçonner MC 12,5 (ex XHA chaux hydraulique artificielle). certes pas de plâtre ordinaire,
La couche de finition est réalisée avec une chaux bâtardée NHL-Z 5 mais de plâtre gros, de construc-
ou à la chaux NHL 2. tion, mélangé à de la chaux
Plus simples d'emploi, les enduits monocouches pour la restauration du aérienne éteinte et à du sable.
bâti ancien sont formulés à base de chaux, de sable. Disponibles Son application essentiellement
en différentes teintes, ils s'appliquent aussi bien manuellement qu'à manuelle n'a rien de simple,
la machine à projeter, sans se soucier des dosages délicats pour retrouver la surtout lorsqu'il faut le tirer à
la règle et le couper à la berthelée.
teinte. Ces "monocouches" associent généralement une sous-couche pour
Plusieurs produits sont proposés
réaliser un gobetis qui accrochera l'enduit de finition appliqué quelques
pour la rénovation.
jours plus tard.

11
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
DOSSIER (suite)
Les enduits
de façade
Enduire
des maçonneries récentes
Sur les maçonneries modernes, parpaings, briques, béton… rien
n'empêche, sauf avis contraire, d'appliquer un enduit traditionnel
en trois couches. Deux autres types de produits sont plus adaptés.

Les monocouches s’appliquent manuellement, après avoir été


gâchés à la bétonnière, ou à la machine à projeter dans laquelle ils
ont été malaxés. Un gobetis peut d'abord être appliqué sur
la maçonnerie, trente minutes avant la passe de finition. Le produit
doit souvent être projeté à la lance ou, en tout cas, être appliqué et
dressé rapidement sur tout un pan de mur. Cela nécessite
une équipe bien rôdée aux travaux de façade. Il est en outre impératif que
l'épaisseur soit à peu près constante (15 mm par exemple),
et respecte les consignes d'emploi et d'application. A noter que sur
le béton cellulaire, l'application préalable d'un fixateur
de fond ou d'un enduit spécifique au matériau est indispensable. La
finition, grattée, rustique ou talochée, intervient quelques heures
plus tard.
Les revêtements plastiques épais (RPE) assurent l'im-
perméabilisation et la décoration des murs en parpaings
ou en briques, recouverts d'un enduit. Ils cachent les défauts
de planéité et le faïençage de ce dernier. Présentés en pâte prête à
l'emploi, les RPE sont appliqués en une couche épaisse.
Quelques minutes plus tard, on réalise le relief final avec un rouleau
structuré ou à la taloche. On peut leur donner de nombreux aspects
de finition (ribbé, rustique...), mais les reliefs trop marqués sont plus
sensibles à l'encrassement.

Question de chaux
La chaux aérienne calcique CL ou à un usage intérieur. Elle peut niveaux de résistance mécanique
(Calcium Lime) ou dolomitique DL servir à réaliser un mortier bâtard, minimale à 28 jours, 2, 3,5 ou
(Dolomitic Lime), ex-CAEB (Chaux mélangée avec un ciment ou une 5 Mpa. Suivie de la lettre Z,
Aérienne Eteinte pour le Bâtiment) chaux hydraulique pour raccourcir l'appellation NHL signifie qu'il s'agit
durcit uniquement au contact son temps de prise et augmenter ses d'une chaux naturelle bâtardée avec
de l'air. Elle se décline selon sa teneur performances. du ciment.
en matière active (CL90, 80 ou 70, La chaux hydraulique naturelle Les chaux hydrauliques (HL) sont
DL85 ou 80). Sa prise très longue fait (NHL, Natural Hydraulic Lime), des liants obtenus par mélange
qu'un enduit à base de chaux durcit à court terme au contact de chaux et de ciment. Elles se déclinent
aérienne sera moins résistant et plus de l'eau (prise hydraulique) puis comme les précédentes en 3 niveaux
perméable qu'un enduit à base progressivement au contact de l'air. de résistance mécanique (HL2, 3,5 ou
de liants hydrauliques. Elle est réservée Pure, elle convient très bien pour 5). Par leur composition,
aux enduits extérieurs sur des supports réaliser un enduit sans aucun autre elles sont destinées au supports neufs
tendres, mur de pisé, torchis, bauge additif ou liant. Elle est classée selon 3 ou récents.

des fondations aux finitions 12


( fin)
Les enduits
de façade
L'enduit à pierres vues,
une mode à risque…
Dans certaines régions, lorsque les moellons aux formes irrégulières étaient trop difficiles à
retailler, ils étaient assemblés avec un mortier de sable, de terre argileuse, voire un peu de
chaux. Ils étaient ensuite jointoyés avec un enduit pour protéger ce mortier mince dont
la désagrégation pouvait mettre en péril la solidité du mur. Selon la nature
de la pierre, cet enduit recouvrait plus ou moins les moellons. Dégradé, il se rénove assez
facilement.

Les joints sont dégarnis sur 1 à 3 cm de profondeur sans entamer le mortier. On


remplace les pierres manquantes en les scellant avec un mortier de chaux.
La façade nettoyée, le mur est humidifié la veille de l'application afin que le mortier de
rejointoiement ne sèche pas trop vite.
Un mortier de chaux NHL est le plus adapté. Il est choisi selon la dureté du
matériau. Un enduit prêt à l'emploi à base de différentes chaux et sable peut
également convenir. Sur les pierres ou briques très tendres et les supports anciens,
on utilise un mortier à base de chaux NHL 2. Sur les matériaux tendres, un mortier avec
de la chaux NHL 3,5 est conseillé. Une chaux bâtardée NHL-Z au ciment blanc ou gris,
ou un mortier prêt à gâcher est également possible. Sur les pierres dures,
il est préférable de choisir une chaux bâtardée NHL-Z 5 ou un ciment à maçonner.
Le mortier est fortement resserré pour pénétrer jusqu'au fond des joints. Suivant la régularité
de l'appareillage et la finition choisie, l'enduit déborde plus ou moins sur les pierres. Après quelques heures de séchage, le
mur est frotté à l'éponge ou à la brosse souple. Lorsque le mortier a pris, le passage d'une brosse métallique achève de net-
toyer les pierres restant visibles, donnant un aspect général plus esthétique que s'il avait été lissé.
Prudence ! Après élimination d'un vieil enduit et dégarnissage des joints, la tentation est forte de réaliser un
enduit à pierres vues si les murs ont été construits avec des moellons de tout venant. S'il s'agit de pierres dures (gra-
nit, grès, calcaire dur...), on peut tenter de le réaliser. Sur des pierres tendres et gélives, mieux vaut réaliser un
enduit traditionnel à la chaux en trois couches.
D'une manière générale, si les anciens avaient recouvert et protégé d'un enduit toute la maçonnerie,
c'est qu'ils avaient de bonnes raisons. Aussi, dans le doute, mieux vaut réenduire le mur car rien ne vous dit que
les moellons que vous avez remis à nu sont suffisamment résistants pour affronter les intempéries sans
se désagréger au fil du temps.
Crédit Photos • Lafarge (Ciments - Mortiers) - Calcia - Weber et Broutin

Laissez-les respirer
S'il est indispensable que le futur enduit protège le mur nécessite par exemple une proportion de plus en plus éle-
des intempéries, donc qu'il présente une certaine imper- vée de chaux aérienne dans l'enduit à mesure que l'on se
méabilité, il faut aussi qu'il le laisse respirer, c'est-à-dire rapproche de la couche externe.
qu'il laisse sortir la vapeur d'eau qui s'y accumule. La résistance mécanique de l'enduit doit être au plus
égale à celle de son support : cela évite qu'en faisant
L'imperméabilisation à la pluie dépend pour beaucoup de prise, puis en participant aux mouvements de la structure,
la qualité de la mise en œuvre, d'après une étude l'enduit ne s'en détache. De même, la résistance
du Laboratoire de recherche des monuments historiques. de chacune des couches doit être décroissante,
En revanche, la perméabilité à la vapeur d'eau doit être sinon des phénomènes de retrait et donc de fissures
croissante du support vers la couche de finition, ce qui sont inévitables.

15
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
POINT SUR...

L'étanchéité
dans les locaux humides
Les locaux privatifs ou collectifs exposés à l'humidité exigent une protection étanche de leurs parois
contre les risques d’infiltrations. Différents produits, matériaux et systèmes permettent d'y parvenir
à condition qu'ils soient parfaitement mis en œuvre.

E n construction neuve, les parois verticales (murs) et


horizontales (planchers des locaux privatifs et collectifs
classés EB +, humides, et EC, très humides), soit les salles
de bains, les douches, les baignoires… sont généralement
recouverts de carrelage. Ce dernier ne suffit pas à réaliser
l'étanchéité de la pièce et à éviter
les infiltrations d'eau. Les parois
de celle-ci doivent donc être revêtues
d'un système d'étanchéité avant
la pose des carreaux. En rénovation,
dans la mesure du possible, on essaiera
également de mettre en œuvre
des produits ou des matériaux qui
peuvent être communs ou différents.
Le choix s'effectuera en fonction
de la nature des parois.

Au mur et au sol
L es Systèmes d'Etanchéité Liquides (SEL) et les
mortiers d'étanchéité forment une barrière
étanche sur les murs et les sols. Ils permettent
pliquent au rouleau en trois couches successives minimum. Une sous
couche de primaire est étalée sur les parois sauf dispositions particu-
lières du Dossier Technique du procédé. Une première couche de rési-
de réaliser avec un seul procédé un "cuvelage " de ne est appliquée. Une toile en non-tissé est généralement marouflée
la pièce. dans celle-ci. Après séchage de la première, une deuxième couche de
résine est appliquée. Sur les parois verticales, une troisième couche de
• À base de résines synthétiques, les SEL donnent
résine est conseillée.
après séchage un film élastique étanche. Ils s'ap-
Pour améliorer l'adhérence et l'étalement du mortier colle,
un saupoudrage de sable de silice est effectué sur la dernière.
Le carrelage est posé après séchage avec un mortier colle compatible
avec le SEL (Alsan de Soprema, Fermasec de Weber & Broutin,
Aquaflex et Mapegum de Mapei, Membrane MET 2 de Cégécol).
• Les mortiers d'étanchéité sont des produits bicomposants ou
des systèmes nécessitant trois produits. Les premiers, après mélange
des deux composants, s'appliquent en deux couches de 1 à 2 mm
d'épaisseur (Mapelastic de Mapei, "micro-mortier 588" de Lanko). La
pose du carrelage intervient 5 jours plus tard. Les seconds
exigent l'application d'un primaire dans lequel est marouflé
un non-tissé. Après séchage, un mortier prêt à gâcher est étalé
avec une spatule crantée pour régler l'épaisseur de l'enduit.
Une lisseuse est ensuite passée pour "coucher" les sillons.
Le carrelage est posé après séchage avec un mortier colle spécifique
(Collimper de VPI).

des fondations aux finitions 16


Sur les planchers
l s'agit de membranes autoadhésives ou de nattes • Les systèmes avec chape

I d'étanchéité. Le choix de l'un des systèmes s'effectue


selon que le carrelage est posé directement sur l'étanchéité ou
rapportée mettent en œuvre
le primaire et deux couches
si une chape est rapportée, et selon la surélévation de membranes comme précé-
que va occasionner le système. demment. Avant coulage
de la chape de béton ou
• D'une épaisseur totale de 3 cm environ, les systèmes
du mortier de
d'étanchéité sous carrelage avec membranes sont
scellement
des feuilles de bitume élastomère autoadhésives.
des carreaux, on intercale une couche de
Ils consistent à appliquer un primaire et
à coller dessus les membranes en une
Les points singuliers désolidarisation en non-tissé. Un polyane
Quel que soit le procédé ou le matériau est déroulé dessus avant mise en œuvre
ou deux couches sur le plancher.
choisi, des bandes d'étanchéité sont collées, du béton ou du mortier de scellement
Les lés de la deuxième couche, le cas
marouflées dans le primaire ou entre deux (Paradiene de Siplast, Colphène
échéant, sont décalés de 15 cm
minimum par rapport à ceux de couches de résine dans les angles rentrants de Soprema).
la première. Sur ces membranes, et sortants des murs, à la liaison mur-sol • La natte d'étanchéité est un
sont collés, bord à bord par adhésivité à et au passage des canalisations dans la maçonnerie, non-tissé en polyéthylène souple
froid, des plaques (ou des membranes) des écoulements, sur les fissures préalablement de 200 microns d'épaisseur. Les lés
en mortier de bitume et de calcaire, rebouchées. Si le système d'étanchéité sont collés avec un chevauchement de
armés de fibres de verre. Le carrelage est du type multicouche, il est souvent 5 cm au mortier colle sur le plancher. Ils
est collé directement au mortier-colle sur nécessaire de renouveler l'opération sont marouflés soigneusement.
ce revêtement (Adekaro de Siplast, Colphène à chaque couche. Après séchage, le carrelage est posé
de Soprema). directement dessus.

Sur les murs


U n doublage des murs avec une contre-cloison en matériau hydrofuge est
une solution assez simple et peu contraignante à mettre en œuvre. Il autorise la
pose directe de carrelage sans préparation spéciale du support. Trois possibilités sont
offertes.
• Les plaques vissées sur ossature métallique et les carreaux de plâtre hydrofuges,
reconnaissables à leur couleur bleu-vert, sont une solution économique. Les premières
sont un système léger qui n'occasionne pas de surcharge importante sur un étage.
Les pieds de cloison et les angles des murs directement soumis au ruissellement
de l'eau sont protégés avec une bande d'étanchéité noyée entre deux couches
d'imperméabilisant. Avec les carreaux de plâtre hydrofuges, la première rangée est
simplement encastrée dans un rail en plastique (BPB Placo, Lafarge Plâtres, Knauf…).
• Les plaques en mortier de ciment, armées sur leurs deux faces d'un treillis en fibre de
verre, se distinguent des plaques de plâtre hydrofuges par leur exceptionnelle résistance à l'eau.
D'une mise en œuvre presque identique, elles se révèlent également comme un très bon
support pour tout type de carrelage. Ces plaques sont surtout indiquées pour les locaux
très humides, classés EC (BPB Placo, Lafarge Plâtres, Knauf…).
• Les panneaux de polystyrène extrudé, enduits sur leurs deux faces d'un mortier spécial
armé d'un tissu de verre, possèdent de nombreuses qualités. Imperméables, ils sont
parfaitement adaptés aux pièces humides. Isolants thermiques, les panneaux contribuent au
confort des pièces et font barrage au phénomène de condensation. Ils se collent sur le mur
ou se vissent sur une ossature métallique. Sur les joints, les angles entre panneaux, panneaux
et mur, on doit appliquer une bande d'étanchéité (Wedi).
• Photos: BPB placo - Soprema

17
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
LES INFOS
Infos sociales et juridiques
Un salarié dont le contrat de travail est suspendu pour cause de maladie
ou d’accident est dispensé de son obligation de fournir sa prestation
de travail. Il reste toutefois tenu à une obligation de loyauté à l’égard
de son employeur.
L'arsenal répressif destiné à lutter contre les délits de travail illégal et d'abus
de vulnérabilité vient d'être renforcé par la loi.
Un salarié peut être licencié s'il refuse de travailler hors de son secteur
habituel de travail sous conditions.

Un salarié en arrêt maladie est-il obligé de poursuivre une collaboration avec son entreprise?
N on, si le contrat de travail est suspendu pendant son arrêt
maladie, et ce quel que soit son poste dans l’entreprise
et la gêne occasionnée par son absence. Il reste toutefois tenu à une
re l’étendue de cette obligation de loyauté (Cassation sociale,
18 mars 2003, n° 01-41.343 F-D). En effet, dans une récente affaire,
un salarié absent pour maladie avait refusé de communiquer à
obligation de loyauté à l’égard de son employeur, lui imposant, par son employeur le code d’accès à son ordinateur. Un refus qui constitue une
exemple, de restituer, si l'employeur le lui demande, les éléments maté- faute susceptible de justifier son licenciement, dès lors qu'il est démontré que
riels en sa possession nécessaires à l’activité de l’entreprise. l'employeur n'avait pas la possibilité d'obtenir cette information nécessai-
Exemple : le refus par un commercial en arrêt de travail re à la poursuite de l’activité de l’entreprise sans faire appel à
de remettre son fichier clients à son employeur a été jugé ce salarié. Il semble que l’employeur pourrait même invoquer la faute
fautif, au motif que ce fichier était indispensable à la poursuite de lourde du salarié s'il démontrait que son refus est, en réalité, motivé
l’activité de l’entreprise. La Cour de Cassation vient de préciser enco- par sa volonté de bloquer le fonctionnement de l’entreprise.

La lutte contre le travail illégal renforcée!


L a loi sur la sécurité intérieure du 18 mars 2003 a
renforcé les sanctions contre les délits de travail
dissimulé et d'abus de vulnérabilité. Voici les principaux
Jusqu'à présent, était constitutif d'un délit, le fait d'obtenir d'une personne, en
abusant de sa vulnérabilité ou de sa situation de dépendance, la
fourniture de services non rétribués ou insuffisamment rétribués.
changements intervenus. Or, pour qualifier ce comportement de délit, il fallait, d'une part,
L'employeur se rend coupable du délit de travail dissimulé démontrer la vulnérabilité ou l'état de dépendance de la victime et, d'autre
lorsqu'il ne procède pas à la déclaration préalable à l'embauche part, l'existence d'un abus de la part de l'auteur des faits. Jugeant ces condi-
d'un salarié, qu'il ne lui remet pas de bulletin de salaire, ou lui tions trop difficiles à établir en pratique, le législateur a décidé de suppri-
remet un bulletin de salaire mentionnant un nombre d'heures de mer la référence à l'abus de vulnérabilité. Ainsi, désormais, la personne qui
travail inférieur à celui réellement accompli. Lorsque ce profite de services non rétribués ou insuffisamment rétribués peut être sanc-
délit était avéré, il encourait une peine d'emprisonnement de 2 tionnée, dès lors qu'il est démontré que la vulnérabilité ou l'état de dépendance
ans et une amende de 30 000 euros. Aujourd'hui, l'em- de la victime sont "apparents ou connus" de cette personne. De plus, la sanc-
ployeur s'expose à une peine d'emprisonnement de 3 ans et à tion de ce délit est portée de 2 à 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 euros
une amende de 45 000 euros. à 150 000 euros d'amende.

Un salarié peut-il refuser de travailler temporairement en dehors de son lieu de travail habituel?
U n employeur peut en principe librement imposer à son
salarié, sauf clause contraire du contrat de travail, de
changer de lieu de travail, dès lors que la nouvelle affec-
prendre connaissance.
La question restait posée de savoir si un employeur peut obliger un salarié à
travailler pour une durée limitée en dehors du secteur géographique
tation du salarié se situe dans son secteur géographique de l'entreprise. La Cour de Cassation vient enfin de trancher cette question
habituel. En revanche, l'employeur ne peut pas imposer à (Cassation sociale, 22 janvier 2003, n° 00-43.826 FP-PBRI).
un salarié de travailler durablement en dehors de ce même Un employeur avait licencié pour faute grave un chef de chantier
secteur géographique, sauf si son contrat de travail pré- qui refusait de se rendre, pour une durée de 2 mois, sur un chantier situé
voit une clause de mobilité l'obligeant à accepter par à plus de 300 kilomètres de la ville où il travaillait habituellement.
avance tout changement de son lieu de travail. La La Cour de Cassation a validé ce licenciement, jugeant que l'employeur
convention collective applicable peut prévoir, elle aussi, peut parfaitement imposer un déplacement occasionnel à un salarié
une clause de mobilité géographique opposable au salarié, en dehors du secteur géographique où il travaille habituellement,
à condition que ses modalités de mise en œuvre mais à la double condition que:
soient définies de façon claire et précise, que le salarié - La mission du salarié soit justifiée par l'intérêt de l'entreprise;
soit informé de l'existence de la convention - La spécificité des fonctions qu'il exerce implique de sa part une certaine
collective, et qu'il soit mis en mesure d'en mobilité géographique.

19 des fondations aux finitions


A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
DÉCOUVRIR

Les blocs-portes
anti-effraction
La porte d'entrée, c'est celle que l’on voit en
premier et celle que préfèrent les cambrioleurs
pour entrer chez les particuliers. Pour leur "barrer"
la porte, le bloc-porte anti-effraction est sur ce point
un produit à prescrire, tant dans le neuf, qu'en
rénovation. D'autant que ce type de menuiserie
offre d'indéniables qualités d'isolation thermique,
acoustique et de sécurité incendie.

E n rénovation, on pense plus à changer de fenêtre


qu’à remplacer la porte, sauf si elle a été mise à mal
par des cambrioleurs. En effet, 80 % d'entre eux
sont passés par la porte. Comme le montrent les statistiques, le
voleur n'insiste pas au-delà de 5 minutes, renonce et s'at-
taque à la porte voisine, d'où l’importance de sécuriser en
priorité la porte d’entrée.

Bien s'entendre sur les mots


L es moyens pour renforcer la sécurité d'une porte sont dif-
férents en coût et en mise en œuvre. Dans le langage cou-
rant, l'appellation de "porte blindée" recouvre la pose d'une
serrure apparente de sûreté multipoint qui est associée, lors-
qu'on désire une protection plus efficace, avec un renforcement
du vantail, des paumelles et du bâti. Réalisée sur place par un
serrurier, son coût est souvent équivalent à celui d'un équipe-
ment beaucoup plus sophistiqué, le bloc-porte blindé.
Son premier atout est sa cohérence complète face aux tenta- Un bloc-porte blindé ne laisse pas apparaître,
tives d'effraction. Dès sa conception, il présente une résis- ou très peu, ses qualités anti-effraction. Il est
tance globale (cylindre, serrure lardée, vantail, bâti, système proposé avec différents parements, lisses ou plus
de pivotement), face aux tentatives de cambriolage, ou moins moulurés et une gamme de coloris
testée dans des laboratoires officiels (CNPP, CEBTP…). adaptés à tous les styles de façades de maison
Si la sécurité de la porte d'entrée est fondamentale, son et les décorations intérieures. Pour se démarquer
décor est primordial car c'est elle que l'on voit en premier. de la porte blindée et mettre en valeur leurs
Avec une porte blindée, on a souvent l'impression de menuiseries, les fabricants préfèrent l'appellation
rentrer dans un coffre-fort. de bloc-porte anti-effraction à celle de bloc-porte
blindé.

des fondations aux finitions 20


En attendant les normes européennes
L a résistance d'une ser-
rure est qualifiée par
le certificat A2P qui attribue
En France, où il semble que l'on soit très exigeant en
matière de sécurité, les blocs-portes anti-effraction subissent
des tests à l'effraction, réalisés par des laboratoires nationaux
de une à trois étoiles selon certifiés et indépendants. Ils déterminent 5 niveaux
ses performances face aux de sécurité correspondant à des temps de résistance
tentatives de crochetage, de à l'effraction : 1 = 5 minutes, 2 = 10 minutes, 3 = 12 minutes, 4
sciage, de perçage et d'arra- = 15 minutes et 5 = 20 minutes. Mais, deux types d'essais sont
chement. Il ne suffit pas pour attribuer à un bloc-porte possibles.
le qualificatif d'anti-effraction. Ce dernier est constitué
d'une huisserie métallique ou en bois et d'un vantail Les essais conventionnels, effectués par le CEBTP
composé d'une carcasse métallique, habillée de différents (Centre Expérimental du Bâtiment et des Travaux Publics),
matériaux isolants et de parements décoratifs, intégrant sont des essais de pesée et de poussée mécanique sur les organes
des équipements de sûreté (tôle de blindage, serrure multi- de pivotement et de condamnation du bloc-porte.
point, paumelles, pênes antidégondages…). Selon la nature et Les essais réels, réalisés par le CNPP (Centre National de
l'épaisseur des matériaux et les différents éléments Prévention et de Protection) consistent à vérifier
de sécurité utilisés, il présente une résistance variable la résistance à l'effraction des points faibles de la porte
aux tentatives d'effraction. avec des outils utilisés par les cambrioleurs : marteau,
perceuse, pied-de-biche…
En Europe, les blocs-portes anti-effraction sont classés de
1 à 5, mais les tests ne sont pas identiques d'un pays En principe, l'un ou les types d'essais figurent sur la documen-
à l'autre. Ils le seront dans 2 à 3 ans si tout va bien. tation technique des blocs-portes anti-effraction. À noter
Toujours est-il qu'aujourd'hui, il est peut-être utile de se faire qu'un modèle, classé niveau 2 en construction neuve, peut être
préciser l'origine du classement de la menuiserie. déclassé au niveau 1 s'il est posé en réhabilitation.

Une marque de qualité


P ar sa fabrication et
les éléments qui le
constituent, un bloc-porte
T indique l'isolation thermique avec le coefficient K
(U selon la RT 2000). Il varie de 1, pour les blocs-portes
les plus performants, à 3 W/m2°C.
anti-effraction possède
généralement des qualités E exprime la résistance à l'effraction (voir texte).
d'isolation thermique et Crédit Photos • Fichet
acoustique, et de résistance
au feu. Une marque NF est attribuée par le CTBA et
le classement FASTE met en évidence ces caractéristiques.
De nombreux blocs-portes affichent ce classement sur le chant Protéger les caves
du vantail côté paumelles. Moins sophistiqués et décoratifs que les blocs-portes d'entrée, les
blocs-portes de sécurité répondent aux besoins des particuliers, pos-
F indique la résistance au feu par un degré pare-flamme (PF) sesseurs d'une cave dans un immeuble ou qui désirent ren-
et un degré coupe-feu (CF) exprimé en fraction d'heure. forcer la sécurité entre le garage et l'habitation.
A exprime l'indice d'affaiblissement acoustique. Ces menuiseries sont constituées d'un bâti métallique
Les valeurs sont indiquées selon l'indice R rose en dB(A) et et d'un vantail double paroi en acier galvanisé, et équipées
Rw en dB selon les nouvelles normes européennes. d'une serrure de sûreté multipoint, de paumelles antidégon-
dables. Elles créent un obstacle sérieux face aux personnes mal-
Les valeurs les plus faibles sont de 28 dB(A) (ou Rw 27 dB) et
intentionnées. Les blocs-portes de sécurité pour cave
les meilleures sont égales ou supérieures à 42 dB(A) ou porte de service sont également disponibles en version réno-
(ou 41 Rw 41 dB). vation pour remplacer une porte existante grâce à des cornières
S concerne la stabilité du vantail. Elle s'exprime en mm par qui viennent se fixer sur l'huisserie existante.
flèche du vantail qui peut varier de 4,5 mm à moins d'1 mm.

21
A F F A I R E S D E

PROFESSIONNELS
PROFESSION

Marquage CE
et certification
En complément du marquage CE, deux organismes, regroupant la plupart des fabricants
de matériaux isolant sur le marché français, ont décidé de maintenir la certification
ACERMI de la résistance thermique et les caractéristiques ISOLE de leurs produits.

A u fur et à mesure que les normes européennes


entrent en vigueur par voie réglementaire,
les fabricants sont tenus de mettre sur le marché
des produits conformes à ces normes et marqués CE. Ce
marquage vise à garantir un niveau de sécurité
donc de la garantie des produits pour le consommateur.
En effet, selon eux, des écarts de performance thermique de 15 %
sur des produits peuvent se traduire par une aggravation de
la consommation d'énergie d'un bâtiment de l'ordre de 10 à 15 %.
D'autre part, la concurrence serait biaisée entre les industriels qui
minimum et à permettre la libre circulation des marchan- respecteraient scrupuleusement les exigences de la norme
dises dans le Marché Unique. C'est ainsi qu'en France, et ceux qui s'en affranchiraient sur une déclaration issue d'un Essai
depuis le 1er mars, il est devenu obligatoire pour tous de Type Initial mais non suivie d'un contrôle par tierce partie
les matériaux isolants manufacturés du bâtiment. indépendante.
Mais les fabricants d'isolants ont décidé d'aller plus loin.
Dans ce contexte, les industriels du PSE et du FILMM ont choisi de
Le marquage CE atteste de la conformité, de tous les isolants maintenir la certification des performances de leurs produits par
thermiques plans destinés au bâtiment, aux exigences un organisme indépendant, l'ACERMI (Association pour la
essentielles de la Directive Produits de Construction Certification des Matériaux Isolants).
(normes NF EN 13162 à NF EN 13171). À ce titre,
Cette démarche volontaire de certification couvre la résistance
les industriels concernés doivent déclarer la résistance
thermique R des isolants ainsi que leurs caractéristiques d'usage
thermique (R), la conductivité thermique (l) et l'épaisseur du
ISOLE réunissant les qualités en matière d'incompressibilité (I), de
produit, ainsi que sa réaction au feu si elle est requise par la
stabilité dimensionnelle (S), de comportement à l'eau (O), de résis-
réglementation incendie.
tance à la traction (L) et de comportement à la vapeur d'eau (E).
Cependant, selon les industriels du polystyrène expansé
(PSE) réunis au sein de l'association de PROMO PSE, et En associant les exigences liées au marquage CE à la certification
ceux de la laine minérale regroupés dans le Syndicat des qualités reconnues de leurs produits, les industriels du PSE et
National des Fabricants d'Isolants en Laines Minérales du FILMM garantissent à l'ensemble des acteurs de la construction
Manufacturées (FILMM), le marquage CE, basé de nombreux avantages:
dans la plupart des cas sur une simple déclaration > Des performances thermiques et mécaniques constantes,
des fabricants, n'est pas une certification: il ne garantit ni > Une mise en œuvre sans surcoût de modification, d'adaptabilité ou
la qualité du produit, ni son aptitude à l'emploi pour de remplacement de produits défectueux d'un chantier à l'autre, la
un bâtiment donné. Ainsi, simple passeport certitude de respecter à tout moment l'ensemble des réglemen-
de circulation au travers l'Europe, le marquage CE, tations techniques et environnementales en vigueur,
selon les industriels du PSE et du FILMM, pourrait > L'assurance d'une conception réalisée à partir d'éléments
entraîner d'une part un abaissement des niveaux de qualité.
de qualité de contrôle dans les usines européennes et

Le marquage CE indique: L'étiquette "CE" est accompagnée des mentions obligatoires suivantes:
> Que le produit peut circuler légalement et > Les caractéristiques thermiques: "R" et l 90/90 déclarées,
librement dans l'Union Européenne (UE) > La classe de réaction au feu du produit selon les euroclasses (la Classification
et la Zone Européenne de Libre-Échange Feu Européenne) lorsque des exigences réglementaires en matière de sécurité
(ZELE), incendie l'exigent,
> Que le produit est présumé conforme > Les dimensions: longueur, largeur, épaisseur,
à la directive 89/106/CEE et à la norme > Et des mentions complémentaires portant sur des caractéristiques selon les applications
européenne qui le concerne. (comportement à la compression, à l'eau...).

23 des fondations aux finitions