Vous êtes sur la page 1sur 101

Ministère de L’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université A.MIRA de Bejaïa


Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie
Département des Sciences Biologiques de l’Environnement

MÉMOIRE DE FIN DE CYCLE


En vue d’obtention du diplôme d’Ingénieur d’Etat
En Ecologie et Environnement

Option : Pathologie des Ecosystèmes

Thème
Biocarburants : Avantages et Inconvénients

Réalisé par : Membres du jury :

Mr. AROUDJ HAFID President: Mr.AIT SIDHOUM D.


Mr. BESSAOU SOUFYANE Promoteur: Mr. LACHIBI M.
Examinateurs: Mr. AHMIM M.
Mr. DAHMANA A.

PROMOTION 2012
Remerciements
Nous remercions le bon dieu le tout puissant de nous avoir donné la force
Nécessaire et la patience qui nous a permet de mener à bien ce modeste
travail ;
Nos vifs remerciements vont à
Mr LACHIBI M. d’avoir accepter de nous encadré.
Mr AIT SIDHOUM D.de nous avoir fait l’honneur de présider le jury ;
Mr AHMIM M. et DAHMANA A. D’avoir accepté d’examiner notre travail ;
Nos remerciements vont spécialement à AKHE ALI pour son aide précieux
Sans oublier l’ensemble des enseignants ayant contribué à notre
formation durant notre cycle d’étude.
Nos vifs remerciements vont aussi à Mr. Le directeur de l’’INRAA ainsi
l’ensemble de son effectifs de nous avoir bien accueillies.
Enfin nos remerciements sont dressés plus particulièrement à nos familles
et
Nos amies(es) qui ont su nous soutenir, nous encourager, nous aider et
nous supporter toute au long des années d’étude.




…. SOUFYANE ET HAFID
À ceux qui m’ont comblé d’affection et d’amour,

À ceux qui n’ont jamais cessé de se sacrifier pour mon avenir,

À ceux que je dois mon bonheur et mes joies,

À mes très chers parents.

À mes chers frères, À mes fidèles sœurs surtout Karima et Nadia pour leurs aides,
leurs encouragements et leur présence à côté de moi pendant toute la vie
universitaire ;

À tous les membres des familles BESSAOU;

À ma promotion de spécialité Ecologie et Environnement (2011-2012) ;

À tous qui mon aidé à apprendre une chose dans ma vie ;

À tous ceux que j’aime et qui se reconnaissent ;

À vous tous, je dédie ce modeste travail avec Amour et Honneur.

….. Soufyane
Je dédie ce modeste travail :
A mes chers parents qui mon beaucoup aidés et
Soutenus durant toutes mes années d’étude
Mes très chères grands-mères : TERBAH & TASSADITH
Mon très cher grand père : ELHACHEMI
Mes frères FARID & FAROUK
Ma chère sœur NASSIMA & son marie SOUFIANE ainsi leur petit poussin
ANIS
A tous mes oncles : DJOUDI, FATAH, RACHID & sa femme HASSINA &
leur enfants : RAYANE, MOUMOH & SAFIA. ALLAOUA & sa femme
MALIKA & leur enfants : FAYCAL, HICHEM, NAZIHA, RIMA & LILIA

A les familles : AROUDJ, CHOUF, BOUTOUMI, BELHOUCINE,


DAHDEH & KERTOUS

A mes cousins, cousines & Amis : CHAFIK, LOUNIS, AZIZ, IDIR, HAKIM,
WAHID, Norddine, Yazid, SOUFIANE, FARES, KAMEL, CILIA,
KAHINA, DJAMILA, DRIFUS, SABRINA, NOURA

A mes enseignants et mon promoteur

A toute la promotion Ecologie 2011/2012

Aux membres & adhérents de l’association écologique TICHY LA VERTE

A ceux qui j’ai oubliés

HAFID
Sommaire
Sommaire
Liste des figures
Liste des graphiques
Liste des tableaux
Liste d’abréviation
Liste d’abréviations chimiques
Liste des unités
Introduction Générale.......................................................................................................1
Chapitre I : Généralités sur les biocarburants
Définition ............................................................................................................................3
I.1 Filières et classification des biocarburants ....................................................................3
I.1.1 Biocarburants de première génération.........................................................................3
I.1.1.1 Filière huile...............................................................................................................3
I.1.1.2 Filière alcool.............................................................................................................4
I.1.1.3 Filière gaz.................................................................................................................5
I.1.1.4 Filière charbon de bois (biocarburant solide)...........................................................5
I.1.2 Biocarburants de deuxième génération........................................................................6
I.1.2.1 la filière biochimique (Voie biochimique) ...............................................................7
I.1.2.2 Filière Thermochimique (Voie thermochimique).....................................................8
I.1.3 Biocarburants de troisième génération.........................................................................8
I.2 Schéma synthétique des trois générations de biocarburants..........................................11
Conclusion...........................................................................................................................11
Chapitre II : Données sur les biocarburants
Introduction .......................................................................................................................12
II.1 Les filières de production actuelles.............................................................................12
II.2 Les pays initiateurs à la production de biocarburants..................................................13
II.2.1 Le Brésil....................................................................................................................13
II.2.2 Les Etats-Unis...........................................................................................................15
II.2.3 Le Canada..................................................................................................................17
II.2.3.1 L’industrie canadienne d’éthanol ...........................................................................17
II.2.3.2 L’industrie canadienne de biodiesel.......................................................................18
II.2.4 L’union européen.......................................................................................................19
II.2.4.1 La production de bioéthanol dans l'UE..................................................................19
II.2.4.2 La production de biodiesel dans l'UE.....................................................................21
II.3 L’Algérie.......................................................................................................................22
II.3.1 Deux projets à titre d’exemple pour l’Algérie............................................................23
II.3.1.1 Deuxième génération a partir des noyaux d’olive...................................................23
II.3.1.2 Deuxième génération a partir de Jatropha...............................................................23
II.4. Le marché mondial des biocarburants..........................................................................24
II.4.1 Situation du marché ...................................................................................................24
II.4.2 Principaux éléments des projections...........................................................................25
II.4.3 Tendances des marchés et perspectives......................................................................26
II.4.4 La projection de la production et d’utilisation des biocarburants...............................27
II.4.4.1 Pays développés ......................................................................................................28
II.4.4.2 Pays en développement............................................................................................31
Conclusion............................................................................................................................33
Chapitre III : Avantages des biocarburants
Introduction............................................................................................................................34
III.1 Intérêt écologique et environnemental...........................................................................34
III.1.1. Relever le défi de l’effet de serre et de la pollution de l’air.......................................34
III.1.2 Des cultures peu exigeantes.........................................................................................37
III.1.3 Qualité du l’air.............................................................................................................38
III.2 Intérêt économique et stratégique...................................................................................38
III.2.1 La création d’emploi et d’un tissu rural.......................................................................38
III.2.2 Rentabilité....................................................................................................................39
III.2.3 Un excellent bilan énergétique.....................................................................................39
III.2.4 Débouchées animales...................................................................................................39
III.2.5 Applications en chimie.................................................................................................39
III.3 Valorisation de la biomasse.............................................................................................39
Conclusion................................................................................................................................41
Chapitre IV : Inconvénients des biocarburants
Introduction ...........................................................................................................................42
IV.1 contraintes environnementales.......................................................................................42
IV.1.1 Gaz à effet de serre.....................................................................................................42
IV.1.2 Changement d’Affectation des Sols ..........................................................................43
IV.1.2.1Emissions de GES induites par les changements d’affectation des terres...............43
IV.1.3 Impacts sur la biodiversité...........................................................................................44
IV.1.4 Utilisation des plantes génétiquement modifiés(OGM) .............................................45
IV.1.4.1 Qu’est ce qu’un OGM .............................................................................................45
IV.1.4.2 Impacts des PGM.....................................................................................................46
IV.1.4.2.1 sur la biodiversité..................................................................................................46
IV.1.4.2.1.1 Les cultures transgéniques..................................................................................46
IV.1.4.2.1.2 La culture de plantes tolérantes à un herbicide (TH).........................................47
IV.1.4.2.2 sur la santé.............................................................................................................48
IV.1.5.Impact sur les ressources en eau..................................................................................48
IV.2 Contraintes socio-économiques .....................................................................................53
IV.2.1 L’évolution des prix au niveau mondial des produits agricoles.................................53
IV.2.1.1 Huiles de soja et de colza.........................................................................................53
IV.2.1.2 Huile de Palme.........................................................................................................53
IV.2.1.3 Céréales et sucre.......................................................................................................53
IV.2.1.3.1 Céréales.................................................................................................................53
IV.2.1.3.2 Sucre......................................................................................................................54
IV.2.2 La sous-alimentation ..................................................................................................55
Conclusion..............................................................................................................................57
Chapitre V : Perspectives
Introduction............................................................................................................................58
V.1 Perspectives du groupe international d’experts...............................................................58
V.1.1 Mieux utiliser la biomasse............................................................................................59
V.1.2 Comparer et mettre au point des solutions de replacement potentiellement plus
économes en ressources..........................................................................................................60
V.1.3 Améliorer les méthodologies et les mesures de sauvegarde.........................................61
Conclusion générale...............................................................................................................62

Glossaire

Références bibliographique
Liste des figures

Figure n° 1 : Schéma de la transformation de la biomasse en biodiesel...............................P4

Figure n° 2 : schéma de la transformation de la biomasse en bioéthanol…..........................P5

Figure n° 3 : schémas de transformation de la biomasse en bio- méthane ou biogaz.........P6

Figure n° 4 : Procédé de la voie biochimique….....................................................................P7

Figure n°5 : Procédé de la voie thermochimique................................................................P8

Figure n° 6 : Procédé de fabrication de biocarburants à partir des micro-algues lipidique..P10

Figure n° 7 : schéma récapitulatif des trois générations des biocarburants.......................P11

Figure n° 8 : Installations canadiennes de production de biocarburant..............................P17

Figure n° 9 : La production d’éthanol au Canada................................................................P18

Figure n°10 : La Croissance de la capacité de production du biodiesel au Canada...........P18


Liste des tableaux

Tableau n° 1: L’évolution de la production de biocarburant entre 2011 et 2012............P16

Tableau n° 2 : Evolution de la production de bioéthanol dans l'UE (2003-2009)...........P19

Tableau n° 3 : Besoins en eau des cultures énergétiques .................................................P50


Liste des graphiques

Graphique n°1 : Production mondiale de l’éthanol et biodiesel.........................................P 13

Graphique n°2 : Evolution de la production de canne à sucre, d’éthanol et de sucre au


Brésil.......................................................................................................................................P14

Graphique n° 3 : La production et la demande de biocarburants aux USA.........................P16

Graphique n° 4 : Des prix du bioéthanol et du biodiesel élevés sur toute la période visée
par les Perspectives................................................................................................................P25

Graphique n° 5 : Évolution du marché mondial du bioéthanol..........................................P26

Graphique n° 6 : Évolution du marché mondial du biodiesel..............................................P26

Graphique n° 7 : Projections de l’évolution du marché américain du bioéthanol............P28

Graphique n° 8 : Projections de l’évolution du marché européen du biodiesel................P30

Graphique n° 9 : Projections de l’évolution du marché brésilien du bioéthanol..............P33

Graphique n° 10 : présente l’émission de CO2 (gaz à effet de serre) en Kg par an (pour la


filière des huiles)....................................................................................................................P35

Graphique n° 11: présente l’émission de CO2 (gaz à effet de serre) en Kg par an de la

filière éthanol........................................................................................................................P36

Graphique n° 12 : Potentiel d’extension des zones irriguées...........................................P51

Graphique n° 13 : Consommation d’eau pour la culture de différentes espèces dédiées à la


production de biocarburants (m3 d’eau par tep de carburant).............................................P53

Graphique n° 14 : Prix international du maïs et du blé comparé au prix du pétrole…......P55

Graphique n° 15 : Prix du sucre, de l’éthanol comparés au prix du Brent........................P55

Graphique n° 16 : Index des prix des céréales et aides alimentaires...................................P56

Graphique n° 17 : La sous-alimentation dans l’Afrique.....................................................P57


Abréviations

ADEME : Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie

B99 : Mélange de carburant contenant 99% de biodiesel en volume

B19 : Mélange de carburant contenant 19% de biodiesel en volume

Bt : Bacillus thuringiensis

CDB : Convention sur la diversité biologique

CEA : Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives

CNA : Commission Nationale D’alcool

CMA/AOC : conférence des ministres de l’agriculture de l’Afrique de l’ouest et de centre

COB : conseil québécois du biodiesel

DOE: Department of egyner

EBB: European biodiesel board

EBFA: European bioethanol fuel association

FAO: Food and Agriculture Organisation

FCP : Fonds commun pour les produits de base

GES : Gaz a effet de serre

IFP : Institut Français du pétrole

INERIS : Institut national de l’environnement industriel et des risques

MON863 : Maïs OGM destiné a l’alimentation humaine

NCR : la Norme sur les carburants renouvelables

OGM : Organisme génétiquement modifier

OMS : organisation mondiale de la santé

ONU : Organisation des nations-unis

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique

PAC : Politique agricole commune

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement


PWC: Pric water house coopers

TH : Tolérante a un herbicide

TIC: taxe intérieure de consommation

UE: Union Européen

UNICA : União da Indústria de Cana-de-açúcar

USA: United stat of America

USDA: Foreign Agriculture Service

USD: United States dollar


Abréviations chimiques

BtL biomass to liquid

CH4 méthane

CO2 dioxyde de carbone

DME diméthyl-éther

DMF diméthylfurane

EMHV esther méthylique d’huile végétale

EMC esther méthylique de colza

ETBE éthyl-tertio-butyl-éther

EtOH éthanol

FAME ester méthylique acide gras

H2 hydrogène

MTBE méhyl-tertio-butyl-ether

MeOH méthanol

N azote

N2O oxyde nitreux

NOx oxyde

P phosphore
Liste des Unités

a Année

ML Millions de litres

Ml /an Million de litres par an

Mt Million de tonnes

Mtep Million de tonnes équivalents pétrole

GJ Milliards de joules

M US milliards United state

$US Dollar United state

Ha Hectare

tco2/ha Tonnes da CO2 par hectare


Introduction Générale
Introduction Générale

Les changements climatiques, de même que la demande croissante d’énergie, l’instabilité


des prix du pétrole et les pénuries d’énergie constituent l’une des grandes menaces qui pèsent
sur notre planète et sa population. Dans ce cadre, les questions énergétiques en liaison avec
l’environnement sont les plus grandes interrogations. (Groupe international d’experts. 2009)
Selon (OCDE. 2009), le changement climatique peut sembler une préoccupation lointaine
face à des problèmes immédiats tels que la pauvreté, les maladies et la stagnation
économique. Il risque toutefois de compromettre sérieusement les chances de relever ces défis
prioritaires du développement. Les actions de développement ont en outre des conséquences à
la fois sur le changement climatique lui-même et sur la vulnérabilité des collectivités face aux
effets qu’il entraîne. Le processus de changement climatique est déjà engagé et va de plus en
plus influer sur les éléments vitaux des habitants de la planète tels que l’accès à l’eau, la
production alimentaire, la santé, l’environnement et l’énergie. S’il n’est pas freiné,
d’importants bouleversements économiques et écologiques sont à prévoir et affecteront
significativement le développement humain. Cela va sans dire quand on sait que les modes de
production et de consommation actuelles contribuent fortement au réchauffement climatique,
dû entres autres aux types d’énergie utilisés. C’est ce qui explique que les questions
énergétiques sont de plus en plus au centre des débats à l’échelle planétaire. Deux problèmes
sont souvent mis en exergue : le niveau des réserves mondiales des combustibles fossiles et
leur prix, puis le niveau de concentration en gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Face à ces
problèmes d’envergure internationale (épuisement des réserves, hausse des prix des énergies
fossiles et réchauffement climatique), le développement de technologies et des systèmes
énergétiques durables est préconisé. (PNUD. 2000)
Les énergies renouvelables, dont les biocarburants (éthanol et biodiésel) offrent de solides
perspectives d’avenir et représentent des modes durables de consommation. (Biaou, G. 2010)

Nous allons essayer au biais de ce travail de montrer la classification des différentes


générations de biocarburants leur modes de production et les marchés des pays initiateurs a
cette énergie, et puis en survol les avantages et les limites de recoure aux biocarburants face
aux changements climatiques qui pèsent sur notre planète et sa population. Pour de-là on va
travailler sur la question suivante ;

Est- ce- que le recoure aux biocarburants est le meilleur moyen pour répondre aux
besoins énergétiques croissantes et faire face aux contraintes environnementales ?

1
Introduction Générale

Pour répondre à cette question de recherche nous énonçons les hypothèses suivantes

Hypothèse 1 : Les biocarburants constituent une substitution d’avantages environnementaux


par rapport aux énergies fossiles.

Hypothèse2 : les coûts de production des biocarburants demandent des investissements


lourdes et avec des coûts de production très élevés.

Hypothèse 3 : Malgré les avantages affichés en recoure au développement des biocarburants


ces derniers représentent des menaces environnementales réelles.

Méthodologie

La méthodologie adoptée pour la vérification de nos hypothèses est la suivante :

Pour l’hypothèse 1 : pour vérifier la différence entre les biocarburants et les énergies fossiles
on a procédé à une comparaison entre les effets des biocarburants et l’énergie fossile a travers
plusieurs critères a savoir les émissions des gaz a effet de serre, la pollution, bilan
énergétique,….etc.

Pour l’hypothèse 2 : Pour vérifier la production de biocarburants a l’échelle mondiale et leur


demande ainsi que le marché mondial et leurs perspectives, en se basant sur des données
procurées auprès des institutions : CNA, CENAL, CNAL, CNPE, USDA, NCR et IPR.
Organismes internationaux : OCDE, FAO (voire liste des abréviations)

Pour l’hypothèse 3 : Pour vérifier les avantages bénéfiques des biocarburants en faveur de
l’environnement et leur apports pour remédier le changement climatique ainsi que les intérêts
économiques et stratégiques et la valorisation de la biomasse de biocarburants, en se basant
sur des données procurées auprès des institutions : ADEME, COB, CDB, FIDA, FCP et
l’EFSA et CORPEN. Organisme international : OMS, OCDE, FAO (voire liste des
abréviations)

2
Introduction Générale

3
CHAPITRE I

Généralités sur les biocarburants


Chapitre I Généralités sur les biocarburants

Définition

Les biocarburants sont des carburants liquides ou gazeux produits à partir de matières
végétales et de résidus, comme les cultures agricoles, les déchets municipaux et les sous-
produits de l'agriculture et de la sylviculture. Les biocarburants peuvent remplacer
complètement où en partie, dans le cas d'un mélange, les carburants classiques dans les
moteurs des véhicules. Un combustible liquide ou gazeux utilisé pour le transport et produit à
partir de la biomasse ». La Biomasse « Fraction biodégradable des produits, déchets et résidus
provenant de l'agriculture, de la sylviculture, des déchets industriels et municipaux ». (Med
Assad Allah Matallah. 2006)

I.1 Filières et classification des biocarburants

Les biocarburants sont utilisés sous forme d’additifs ou de complément aux carburants
fossiles suivants : gazole (incorporation en tant que biodiesel), essence (incorporation sous
forme d'éthanol ou d'ETBE2 lui-même produit à partir d'éthanol), au kérosène et aux
carburants gazeux. On distingue trois générations de biocarburants selon l'origine de la
biomasse utilisée et les procédés de transformation associés. Aujourd'hui, seule la première
génération. (Rapport sur l’industrie des énergies décartonnées. 2010)

I.1.1 Biocarburants de première génération


Il existe classiquement trois grandes filières de biocarburants de 1ère génération : l'huile,
l'alcool et le gaz. (Vallée et Behaghel. 2008)
I.1.1.1 Filière huile
 L'huile pure ou huile végétale brute, c'est-à-dire le produit direct du pressurage de
la graine (de colza ou de tournesol), lequel, après filtration, peut être utilisé
directement comme carburant dans un moteur diesel, sans modification de ce
dernier. (Vallée et Behahel. 2008)
 L'Ester Méthylique d'Huile Végétale (EMHV) obtenu en faisant réagir de l'huile
de colza ou de tournesol (qui sont en fait des acides gras) avec de l'alcool
méthylique (trans-estérification). Cette opération permet de fabriquer un sous
produit du glycérol, encore appelé glycérine. L'EMHV est rarement utilisé pur,
mais le plus souvent par incorporation au diesel dans des proportions de 5 a 30%,
pour donner ce qui est appelé en France le Diester. (Vallée et Behaghel. 2008)

3
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

Figure n°1 : Schéma de la transformation de la biomasse en biodiesel


Source : Institue Français de Pétrole(2009)

I.1.1.2 Filière alcool


Les combustibles sont obtenus à partir d'alcools (méthanol, éthanol). Les cultures
concernées sont celles qui peuvent fournir des matériaux capables de fermenter pour
donner un alcool. Toutes les cultures sucrières sont donc éligibles (betterave, canne) mais
aussi celles qui donnent de l'amidon (le blé par exemple), lequel par hydrolyse produit
ensuite du sucre, dans cette catégorie entrent :
 les alcools utilisés purs (comme au Brésil), mais cela nécessite de modifier le
moteur des voitures.
 l'Ethyl Tertio Butyl Ether (ETBE) et le Méthyl Tertio Butyl Ether (MTBE) obtenus en
faisant réagir les alcools avec un produit pétrolier obtenu en raffinerie, l'isobutène
(encore appelé isobutylène), qui est un hydrocarbure de formule C4H8. L’ETBE
est utilisé comme additif à l'essence, à hauteur de 15 %, en remplacement du
plomb. (Vallée et Behgahel. 2008)

4
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

Figure n°2 : schéma de la transformation de la biomasse en bioéthanol


Source : Institue Français de Pétrole(2009)

I.1.1.3 Filière gaz


Les combustibles sont obtenus à partir du méthane contenu dans le biogaz (de 50% à
90%, le reste étant essentiellement du CO2 et de la vapeur d’eau). Le biogaz est ce qui
résulte de la fermentation, hors de la présence d'oxygène, de n'importe quel matériau
organique : déchets alimentaires, déchets de bois, paille, produits des cultures…Ce
méthane peut être utilisé pur dans des moteurs à allumage commandé –technologie
moteurs à essence – ou dans des moteurs dits dual-fuel. Il peut aussi alimenter un procédé
industriel de fabrication de combustibles liquides à partir de gaz. . (Vallée et Behaghel.
2008) (Figure n°3)

5
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

Figure n°3 : schéma de transformation de la biomasse en biométhane ou biogaz


Source : Institue Français de Pétrole(2009)

I.1.1.4 Filière charbon de bois (biocarburant solide)


Le charbon de bois peut être considéré comme un biocarburant solide, obtenu par
pyrolyse du bois, de la paille ou d'autres matières organiques. Mais généralement, le charbon
de bois n'est pas classé dans la catégorie des biocarburants qui renvoie souvent à des produits
liquides. (Lettre de politique agricole de la CMA/AOC (LEPAC). 2007)

I.2 Biocarburants de deuxième génération


A l'effet de pallier l'utilisation des produits alimentaires pour la production de carburant
dans un environnement mondial pas très favorable, les recherches s'orientent vers de
nouvelles filières, aux meilleurs rendements et sans grande conséquence pour
l'environnement. (Politique agricole de la CMA/AOC (LEPAC). 2007)
Les biocarburants de 2e génération sont obtenus à partir de la biomasse lignocellulosique,
sans concurrence d'usage avec l'alimentaire : paille de céréales, miscanthus, bois et résidus

6
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

forestiers, cultures dédiées, etc. Il y a, à ce jour, deux filières principales de production


proches de l'industrialisation : la filière biochimique de production d'éthanol cellulosique et la
filière thermochimique de production de gazole et de kérosène de synthèse appelé BtL
(Biomass to Liquid). D'autres voies moins matures sont à l'étude, comme par exemple la
liquéfaction de la biomasse par pyrolyse rapide accompagnée d'un traitement catalytique du
liquéfiât.

I.2.1 la filière biochimique (Voie biochimique)


Les 3 constituants majeurs de la biomasse lignocellulosique - cellulose, hémicelluloses et
lignine - seule la cellulose est aujourd'hui facilement transformable en éthanol; l'hémicellulose
fait l'objet de recherches intensives pour la rendre convertible.
La filière biochimique de production d'éthanol cellulosique s'effectue en trois grandes
étapes. (Porot, P. 2011)
 Une première étape consiste donc à extraire la cellulose puis à la transformer en
glucose par hydrolyse à l'aide d'enzymes
 Deuxième étape Le glucose est ensuite fermentée par des levures en éthanol. A moyen
terme, il pourra être fermenté en d'autres alcools ou en hydrocarbures par des micro
organismes adaptés si les recherches en cours aboutissent
 Enfin, Troisième étape l'éthanol est purifiée par distillation et déshydratation.

Figure n°4 : Procédé de la voie biochimique


Source : Institut national de l’environnement industriel et des risques ( INERIS ) (2006)

7
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

I.2.2 Filière Thermochimique (Voie thermochimique)


La filière thermochimique de production de gazole et de kérosène de synthèse appelé BtL
(Biomass to Liquid), elle s'effectue en trois grandes étapes (Porot, P. 2011)

 Première étape La biomasse est conditionnée par pyrolyse ou torréfaction.


 Deuxième étape la biomasse est gazéifiée en présence de vapeur d'eau ou d'oxygène.
On obtient ainsi un gaz de synthèse, constitué de monoxyde de carbone (CO) et
d'hydrogène (H2).
 L'étape suivante est, en général, la synthèse Fischer-Tropsch, transformation
chimique catalytique du gaz de synthèse en paraffines linéaires qui, hydrocraquées et
isomérisées, produiront un gazole et un biokérosène de synthèse

Figure n°5: Procédé de la voie thermochimique


Source : Institut national de l’environnement industriel et des risques ( INERIS )(2006)

8
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

I.3 Biocarburants de troisième génération

Ce sont des algues microscopiques, vivant en milieu aquatique, qui produisent


naturellement des lipides (huiles). Elles peuvent être cultivées en conditions autotrophes, c'est
à dire que pour leur croissance elles n'utilisent que de l'eau, des sels minéraux, du CO2 et la
lumière du soleil. A l'instar des plantes terrestres, elles fixent le CO2 en utilisant l'énergie
solaire par le mécanisme de la photosynthèse. Certaines espèces de microalgues peuvent être
cultivées en mode hétérotrophe à l'abri de la lumière et avec une alimentation en sucres.
(Daphné, L. 2011)Cultivées dans certaines conditions (carence en certains nutriments par
exemple) elles peuvent se mettre à produire et accumuler des lipides, principalement des
triglycérides, dont la teneur peut atteindre jusqu'à 80 % de la matière sèche.

Sur les centaines de milliers d'espèces d'algues existantes, 300 environ ont d'ores et déjà été
identifiées pour leur richesse en huile.

Les algues sont cultivées sur des surfaces qui à priori n'entrent pas en compétition avec les
surfaces agricoles. Elles ont des rendements en biomasse à l'hectare, ainsi que des teneurs en
huile, supérieurs à ceux des plantes oléagineuses comme le colza ou même le palmier à huile :
les résultats obtenus au stade du laboratoire laissent espérer des productivités d'huile par
hectare 6 à 20 fois plus importantes. (Daphné, L. 2011)

Autre avantage, la croissance des algues lipidiques nécessitant d'importantes quantités de


CO2, on peut envisager de recycler ainsi le CO2 émis par des usines ou des centrales
thermiques

De plus, la biomasse algale fournit aussi des produits annexes à haute valeur ajoutée -
comme les protéines, les vitamines ou les oligo-éléments - qui peuvent être valorisés par
ailleurs (agroalimentaire, cosmétique, pharmacie, etc.).

Si les algues sont déjà utilisées comme matières premières pour la chimie de spécialités, il
s'agit là de productions en petits volumes. Mais leur production en masse pour une utilisation
comme source d'énergie fait face à des défis scientifiques, techniques et économiques, qui
sont loin d'être résolus. (Daphné, L. 2011)

Les microalgues, préalablement sélectionnées pour leur richesse en huile peuvent être
cultivées massivement, soit dans de grands bassins de plein air, soit dans des
photobioréacteurs (tubes transparents).

9
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

Les algues sont récoltées régulièrement et l'huile est extraite selon différents méthodes
(centrifugation, traitement au solvant, lyse thermique, etc..).

Ensuite on peut mettre en œuvre deux types de conversion de l'huile en biocarburant,


identiques à utilisés pour les huiles végétales classiques :

La transestérification, qui fait réagir l'huile algale avec du méthanol ou de l'éthanol, produit
un ester d'huile algale ou biodiesel, tout à fait comparable à celui obtenu à partir des autres
types d'huiles végétales. Il peut être mélangé au gazole en proportion limitée à une dizaine de
pourcent volume.

L’hydrogénation catalytique, qui fait réagir l'huile en présence d'hydrogène, suivie d'un
hydrocraquage, produit des hydrocarbures qui peuvent être incorporés en quantité importante
au gazole ou au kérosène. (Daphné, L. 2011)

Figure n°6 : Procédé de fabrication de biocarburants à partir des micro-algues lipidique


Source : Institue Français de Pétrole (2011)

10
Chapitre I Généralités sur les biocarburants

I.4 Schéma synthétique des trois générations de biocarburants


La figure n°7 présente un schéma récapitulatif de la classification et de la matière
première utilisée pour la fabrication de biocarburants

Figure n°7 : schéma récapitulatif des trois générations des biocarburants


Source : CEA (2010)

Conclusion
D’après notre analyse aux différentes générations des biocarburants et leurs procédés de
fabrication on a constaté que l’impact environnemental des biocarburants varie selon la nature
des produits utilisés et les procédés de leur fabrication.

11
CHAPITRE II

Données sur les biocarburants


Chapitre II Données sur les biocarburants

Introduction
Les biocarburants sont aujourd'hui considérés comme une réelle alternative aux carburants
pétroliers même s'ils ne pourront probablement jamais les substituer complètement. Outre la
réduction d'une dépendance chronique au pétrole du secteur des transports, ils permettent
également une diminution des émissions de gaz à effet de serre. À noter que leur diffusion est
plus facile à mettre en œuvre que celle des carburants alternatifs gazeux. En effet, leur mode
d’utilisation en mélange aux carburants pétroliers ne nécessite ni développement de nouvelles
infrastructures de distribution, ni adaptation des véhicules. L'actualité apporte chaque jour des
preuves de l'essor de ce marché, la diffusion des carburants d'origine végétale se faisant
maintenant à l'échelle de la planète. Sur les cinq dernières années, la croissance mondiale de
la production de biocarburants a été de l'ordre de 15 %/an. La hausse s'est même accélérée
très récemment : entre 2004 et 2005, la production de biodiesel a crû de plus de 60 %. Les
biocarburants représentent en 2005 une production totale de 22 Mtep dans le monde (ou
environ 31 Mt), un chiffre qui devrait plus que doubler d'ici 2015 (Graphique n°1), compte
tenu des objectifs de développement affichés par un certain nombre de pays.
(Anne, P.et Stéphane.2006)
II.1 Les filières de production actuelles
Deux types de biocarburants sont principalement produits et utilisés : l'éthanol, dans les
moteurs de type essence et les Esters méthyliques d'huiles végétales (EMHV) dans les
moteurs de type diesel. La production du premier mobilise aujourd'hui deux grands types de
cultures : celle des plantes sucrières (cannes à sucre, betteraves) et celle des plantes amylacées
(blé, maïs), la canne à sucre et le maïs contribuant à la majeure partie de la production
mondiale d'éthanol. Les autres biocarburants actuels, les EMHV, proviennent d'huiles
végétales tirées par exemple du colza, du tournesol ou encore de la palme ou du soja.
À l'échelle mondiale, c'est l'usage de l'éthanol, essentiellement produit et consommé aux
États-Unis et au Brésil, qui est largement majoritaire, la consommation d'EMHV, qui reste
encore une spécificité européenne, étant environ 10 fois inférieure : la production mondiale
d'éthanol carburant en 2005 s'élevait à 27 Mt (18 Mtep) alors que, la même année, la
production de biodiesel atteignait près de 4 Mt (3,6 Mtep) 1. En 2006, la production d'éthanol
l'usage carburant comptant pour près de 80 % de la production totale d'éthanol, soit près de 32
Mt (21 Mtep). Celle de biodiesel devrait être supérieure à 5 Mt (4,5 Mtep). (Anne, P.et
Stéphane.2006)

12
Chapitre II Données sur les biocarburants

Graphique n°1 : Production mondiale de l’éthanol et biodiesel


Source : F.O. Licht, Christoph Berg, présentation au World Biofuels , Séville (2006)

II.2 Les pays initiateurs à la production de biocarburants


II.2.1 Le Brésil
Le Brésil fut très durement touché par les chocs pétroliers de 1973 et 1978. En effet, à cette
Période, la dépendance du pays envers le pétrole importé était de 85% ce qui représentait 32%
du total des importations brésiliennes. De fait, afin de réduire la dépendance du Brésil envers
le pétrole, le gouvernement fédéral institua le Programme National de l’Alcool (Pro-alcool),
signé par le président Geisel. La Commission Nationale de l’Alcool (CNA) fut créée. Elle
détermina une parité de prix entre le bioéthanol et le sucre, stimulant la production du
biocarburant. Les objectifs de production furent établis à trois milliards de litres de bioéthanol
pour 1980 et 10,7 milliards de litres en 1985. De fait, la production de bioéthanol augmenta
fortement. Deux types de formules d’éthanol sont commercialisés et soutenus par des
incitations fiscales tant au niveau de la fabrication d’alcool que de l’achat des voitures un
mélange entre 20% et 25% d’éthanol à anhydre dans l’essence ; de l’éthanol à 92% (8%
d’eau) sans produit pétrolier. Entre 1975 et 1979, la production de bioéthanol passa de 580
000 m3 à 3 676 000 m3, dépassant de 15% l’objectif fixé. Le second choc pétrolier renforça le
programme Pro-alcool. L’objectif était alors de produire 10,7 milliards de litres de bioéthanol
en 1985. De plus, le gouvernement fédéral renforça l’appui à la production d’alcool, avec la
création du Conseil National de l’Alcool (CNAL) et de la Commission Exécutive Nationale
de l’Alcool (CENAL). De fait, la production de bioéthanol atteignit 11,7 milliards de litres en
1985.
Cependant, en 1985, les prix du pétrole diminuèrent et ceux du sucre augmentèrent. Cela eu
un effet négatif sur la production de bioéthanol et mis fin à la phase d’expansion du

13
Chapitre II Données sur les biocarburants

programme Pro-alcool. Dès lors, des problèmes d’approvisionnement apparurent. Cette


situation provoqua la perte de confiance du consommateur et la chute des ventes de voitures
fonctionnant au bioéthanol pur. Après avoir représenté 85% du total des véhicules neufs
vendus en 1985, les ventes de véhicules fonctionnant au bioéthanol représentèrent 11,4% en
1990. Dans les années 90, le gouvernement brésilien mis en place un processus de
libéralisation et de réaménagement institutionnel du secteur du sucre et de l’alcool. Les
subventions diminuèrent progressivement et fut mis en œuvre la fin de la fixation
règlementaire des prix du bioéthanol à partir de 1991. Dès lors, un processus de libéralisation
totale des prix pour le secteur du sucre et de l’alcool commença jusqu’en 1999. Les prix du
bioéthanol se négocient librement entre les producteurs et les distributeurs. De nouvelles
institutions furent créées : le Conseil National de Politique Energétique (CNPE) qui établit des
directives pour les programmes d’utilisation des biocarburants ou encore l’Agence Nationale
du Pétrole, du Gaz Naturel et des Biocarburants qui doit garantir l’approvisionnement dans
tout le territoire national et la protection des intérêts des consommateurs au niveau des prix,
de la qualité et de l’offre de produits.
C’est en 2003 avec le lancement des véhicules « flexibles » (dits flex-fuel) que la
consommation de bioéthanol recommença à croître. Les propriétaires des véhicules peuvent
choisir d’utiliser soit de l’essence (avec 25% de bioéthanol) ou du bioéthanol hydraté, en
fonction du prix, de l’autonomie, du rendement, de la disponibilité. De fait, la consommation
du bioéthanol hydraté a fortement cru. (Anne-Sophie Alsif. 2010)

Graphique n°2 : Evolution de la production de canne à sucre, d’éthanol et de sucre au Brésil


Source: União da Indústria de Cana-de-açúcar, Sao Paulo, 2008

14
Chapitre II Données sur les biocarburants

II .2 .2 Les Etats-Unis

Depuis près de cinq ans, les avancées concernant les nouvelles sources d’énergies
renouvelables représentent la priorité la priorité de recherche pour les chercheurs et les
industriels américains. Les biocarburants sont mis au premier plan avec la diversité des
matières premières permettant leur production, ainsi que leur caractère « durable ». Les États-
Unis représentent la deuxième production mondiale de biocarburants après le Brésil. Tous
deux sont les principaux producteurs mondiaux d’éthanol, Ambassade de France aux Etats-
Unis. 2012) les Etats-Unis sont les plus importants producteurs d’éthanol à l’échelle
internationale. Ils ont produit près de 19 milliards de litres d’éthanol en 2006 et cette
production devrait atteindre plus de 39 milliards de litres en 2009. La filière éthanol aux
Etats-Unis, comme au Brésil, s’est développée grâce à l’appui important des gouvernements.
(Mashteuiatsh. 2007)

La production d’éthanol bénéficie aux États-Unis, de plusieurs mesures incitatives :


 des subventions de 5,5 MUS à 7,7 MUS par année;
 l’exemption de taxes d’accises fédérales sur l’achat de biocarburants;
 des politiques et programmes de développement de la production (12,5 millions
$US);
 des taxes sur les importations;
 le ban touchant l’utilisation du MTBE comme additif dans l’essence (en vigueur
dans un nombre croissant d’états);

En janvier 2007, il y avait aux Etats-Unis, 110 usines d’éthanol en opération et des
douzaines d’usines d’éthanol supplémentaires sont à diverses étapes de leur développement.
La majorité des usines est concentrée dans la région au sud-ouest des Grands-Lacs, l’Iowa
étant en tête de tous les états en termes de capacité.
Cette production se fait avec des conséquences importantes sur la répartition des superficies
de culture et sur la production animale également. La production d’éthanol a également des
effets sur les revenus agricoles, les programmes de financement et les prix des aliments.
La montée du prix du pétrole explique en partie cette expansion de la production d’éthanol
aux Etats-Unis, avec comme autre facteur la politique énergétique fédérale (Energy policy
Act) de 2005 qui exige qu’un volume de 28,3 milliards de litre de carburants renouvelables
soit incorporé dans l’offre en 2012. Ce volume sera, selon la tendance observée et les

15
Chapitre II Données sur les biocarburants

prévisions, nettement dépassé, avec un volume prévu de 45,4 milliards de litres d’éthanol
produit en 2015 (selon l’analyse de l’USDA 2012).

Tableau n°1: L’évolution de la production de biocarburant entre 2011 et 2012

Source : Ambassade de France aux Etats-Unis (2012)

Les prévisions de production de biocarburants sont en hausse pour 2012. L’objectif est que
9% du carburant utilisé dans les transports soient issus de sources renouvelables en 2012.
Cependant cela ne devrait pas suffire à servir le marché national, puisque selon les prévisions
de l’institut Pike Research, il apparaitra un décalage entre la production et la demande de
biocarburants aux Etats-Unis dès 2012. (Ambassade de France aux Etats-Unis. 2012)

Graphique n°3 : La production et la demande de biocarburants aux USA


Source : institut Pike Research (2012)

16
Chapitre II Données sur les biocarburants

II.2.3 Le Canada
L’industrie canadienne de biocarburants s’est développée de façon significative depuis
2006, répondant à la demande des consommateurs et aux politiques et programmes des
gouvernements provinciaux et fédéraux. Des installations ont été développées dans plusieurs
régions du Canada, tel qu’indiqué dans la figure suivante ( Association canadienne des
énergies renouvelable. 2010)

Usines d’éthanol Usines de biodiesel

Figure n°8 : Installations canadiennes de production de biocarburant

Source : Canadian Renewable Fuels Association(2010)

II.2.3.1 L’industrie canadienne d’éthanol

La demande en éthanol résultant des exigences fédérales et provinciales de la Norme sur les
carburants renouvelables (NCR) sera d’environ 2 milliards de litres par an. Les conditions
volumétriques de la règlementation peuvent être respectées en utilisant des carburants
renouvelables mélangés autant avec de l’essence qu’avec du diesel. L’éthanol importé peut
aussi être utilisé pour satisfaire cette demande. La capacité de production des usines
canadiennes d’éthanol en exploitation ou en construction est de plus de 1,7 milliards de litres.
Il y a des projets additionnels en développement qui devraient être à la phase de construction
sous peu. Il est ainsi probable que la majorité de la demande en éthanol sous les nouvelles
conditions de la norme sur les carburants renouvelables soit satisfaite avec de l’éthanol
produit au Canada. (Association Canadienne des énergies renouvelable. 2010)
17
Chapitre II Données sur les biocarburants

La croissance de la capacité de production d’éthanol au cours des cinq dernières années, a


été déterminée par l’introduction des mandats provinciaux et par l’anticipation de la norme
fédérale sur les carburants renouvelables (NCR). La croissance annuelle moyenne en capacité
de 2005 à 2010 a été de 150%.(Figure n°9)

Figure n°9 : La production d’éthanol au Canada


Source : Canadian Renewable Fuels Association(2010)

II.2.3.2 L’industrie canadienne de biodiesel

L’industrie canadienne de biodiesel n’a pas augmenté aussi rapidement que l’industrie
d’éthanol puisque le premier marché autorisé au niveau provincial a seulement été mis en
place à la fin 2009, soit environ cinq ans après que les premiers mandats sur l’éthanol aient
été présentés. La croissance impressionnante de la capacité de production du biodiesel au
cours des cinq dernières années à été générée par l’introduction de mandats provinciaux et
l’anticipation de la Norme sur les carburants renouvelables fédérale. (Figure n°10)

Figure n°10 : La Croissance de la capacité de production du biodiesel au Canada

Source : Canadian Renewable Fuels Association(2010)

18
Chapitre II Données sur les biocarburants

Depuis 2005, la croissance annuelle moyenne de la capacité de production du biodiesel a


été de 140%. La majeure partie du biodiesel produit jusqu’à maintenant au Canada a été
générée à partir de graisses animales transformées et d’huiles de cuisson usées (graisse jaune).
Seulement une petite quantité de biodiesel a été produite à partir de l’huile de canola. Cela dit,
une certaine quantité d’huile de canola canadienne a été livrée aux États-Unis pour être
transformée en biodiesel, lequel est alors renvoyé au Canada pour satisfaire la demande des
marchés autorisés. (Association Canadienne des énergies renouvelable. 2010)

II.2.4 L’union européen


II.2.4.1 La production de bioéthanol dans l'UE
Avec une production de 3,7 milliards de litres en 2009, l'UE se positionne au troisième rang
mondial. Plus récemment, l'Asie (en particulier la Chine, la Thaïlande et l'Inde) s'est aussi
lancée dans la production de bioéthanol carburant à grande échelle et compte parmi les plus
gros potentiels de production dans les années à venir. En 2009, la production de bioéthanol-
carburant en Chine a dépassé les 2 milliards de litres, plaçant ainsi le pays au quatrième rang
mondial, derrière l’UE. (Plateforme biocarburants. 2004-2010)
Si l'UE figure à l'heure actuelle au troisième rang mondial derrière les Etats-Unis et le
Brésil, sa production est cependant nettement plus faible que celle des deux premiers (d'un
facteur 10 environ). En 2009, la production d'éthanol carburant s'est élevée à 3'703 Ml, soit
une croissance de 30% par rapport à l'année 2008.
Le tableau ci-dessous décrit l'évolution de la production de bioéthanol au cours des 7
dernières années dans les 10 principaux pays producteurs de l'UE.
Les chiffres sont exprimés en millions de litres (Ml) et se réfèrent à l'année 2009.

Tableau n°2 : Evolution de la production de bioéthanol dans l'UE (2003-2009)

Source : European bioethanol fuel association (2009)

19
Chapitre II Données sur les biocarburants

La France confirme en 2009 son rang de premier producteur de bioéthanol dans l'UE.
Comme le biodiesel, le bioéthanol bénéficie en France d'une exonération partielle de la taxe
intérieure de consommation (TIC) afin de compenser le surcoût de production des
biocarburants par rapport aux carburants d'origine fossile qu'ils remplacent. Cette
défiscalisation est accordée aux biocarburants produits par des unités ayant reçu un agrément
après appel d'offres communautaire, soit l'équivalent en 2009 et 2010 de 1'092 Ml pour le
bioéthanol, répartis entre l'incorporation directe à l'essence (867 Ml) et l'ETBE (225 Ml). Ces
chiffres traduisent notamment l'engagement de la France d'atteindre une part des
biocarburants de 7% (selon le contenu énergétique) en 2010 et 10% en 2015. A noter que
l'objectif national français dépasse celui de l'UE pour 2010 (soit 5,75%) et anticipe celui pour
2020. (Plateforme biocarburants. 2004-2010)
Dans un communiqué de presse du 28 juillet 2010 (en anglais), l'association eBio (European
Bioethanol Fuel Association) présente de façon synthétique la situation actuelle du bioéthanol
dans l'UE. Les principaux points sont traduits et repris ci-dessous:
Après une forte croissance en 2008 (+58% par rapport à 2007), la production de bioéthanol
carburant de l'UE a poursuivi da croissance en 2009 avec +31% par rapport à 2008. Cela
donne un signal clair à tous les sceptiques que le bioéthanol européenne est là pour rester et
pour remplir son rôle de plus en plus significatif quant à la réduction des émissions de gaz à
effet de serre et la contribution à la sécurité énergétique.
La production totale de bioéthanol de l'UE en 2009 a été estimée à 3,7 milliards de litres,
contre 2,8 milliards de litres l'année précédente, soit une progression de 30%. Plusieurs pays
ont considérablement augmenté leur production en 2009. La France reste en 2009 le premier
producteur avec 1'250 Ml, soit une augmentation de 25% par rapport à 2008 (1'000 Ml). Le
deuxième plus gros producteur est l'Allemagne dont la production en 2009 atteint 750 Ml
(contre 568 Ml en 2008). Au troisième rang figure l'Espagne avec 465 Ml (soit +46% par
rapport à 2008). Dans 6 des 18 Etats membres producteurs, la production de bioéthanol a
chuté. Les autres ont soit augmenté leur production (10) soit maintenu le niveau de l'année
précédente. Deux pays ont plus que doublé leur production de bioéthanol, à savoir l'Autriche
(+102% à 180 Ml) et la Suède (+124% à 175 Ml), se positionnant ainsi respectivement au
quatrième et cinquième rangs. (Plateforme biocarburants. 2004-2010)

II.2.4.2 La production de biodiesel dans l'UE


L'industrie européenne du biodiesel consolide sa position à l'échelle européenne et
internationale malgré un ralentissement de la croissance en 2009. Avec 10,2 milliards de
20
Chapitre II Données sur les biocarburants

litres, la production de biodiesel en 2009 a augmenté de seulement 16,6% par rapport à 2008
(soit 8,7 milliards de litres). Bien que ce chiffre se situe bien en deçà du taux de croissance de
+35% enregistré en 2008, il montre la forte vitalité du secteur européen du biodiesel. Bien que
confronté à d'importantes difficultés et à la dégradation des conditions économiques, celui-ci
e en effet été en mesure de maintenir sa position comme cela avait déjà été le cas en 2007.
Cela est cependant bien en deçà de ce que l'UE pourrait atteindre dans un environnement plus
favorable. (Plateforme biocarburants. 2004-2010)
En 2009, la production de biodiesel a chuté dans un certain nombre d'Etats membres,
notamment l'Allemagne, la Grèce et le Royaume-Uni. En revanche, d'importantes
progressions ont été enregistrées, en particulier en Autriche, Belgique, Finlande, Italie, Pays-
Bas, Pologne, et enfin et surtout en Espagne, qui pointe désormais au troisième rang européen
derrière l'Allemagne et la France, mais pour la première fois devant l'Italie.
Malgré ce ralentissement de la croissance, l'Union Européenne reste aujourd'hui la
première région productrice de biodiesel à l'échelle internationale. Concernant le secteur
européen des biocarburants, le biodiesel reste encore de loin le biocarburant le plus produit et
commercialisé en Europe. En 2009, le biodiesel représentait environ 75% des biocarburants
produits en Europe (la production de bioéthanol l'année passée a atteint 3,7 milliards de
litres).
Le ralentissement de la croissance et la situation de sous-utilisation des capacités de
production sont principalement expliqués par la persistance de pratiques commerciales
déloyales sur le marché mondial du biodiesel. Depuis 2007, la profitabilité des producteurs
européens de biodiesel a été sévèrement affectée par du biodiesel fortement subventionné et
sous-évalué en provenance des Etats-Unis (aussi appelé "B99"). Le B99 américain a été
vendu en Europe à des prix défiant toute concurrence, parfois même en deçà du prix de la
matière première (l'huile de soja). Suite à une action de l'EBB, la Commission Européenne a
mis en place en mars 2009 un certain nombre de mesures anti-dumping provisoires à
l'encontre des pratiques commerciales déloyales des producteurs de biodiesel américains. En
juillet 2009, ces mesures ont été prolongées pour une durée de 5 ans, suivant l'approbation des
ministres de l'UE. Toutefois, certaines pratiques de contournement ont commencé à apparaître
peu de temps après l'imposition de mesures par la Commission Européenne, en particulier le
transbordement de biodiesel américain via des destinations non-UE (principalement le
Canada) et la production de mélanges artificiels (en général du B19) non couverts par les
droits de douanes de l'UE. Au premier trimestre 2010, cette tendance de contournement s'est
vue confirmée. L'EBB demeure fermement déterminé à s'attaquer à tout contournement ou

21
Chapitre II Données sur les biocarburants

pratique frauduleuse qui pourrait compromettre l'effet correctif des mesures anti-dumping de
l'Union européenne.
Parallèlement à l'augmentation de contournements des droits de douanes régissant le B99,
le boom des exportations de l'Argentine vers l'UE endommagent fortement la capacité des
producteurs de biodiesel de l'UE à opérer dans des conditions équitables. Les exportations de
l'Argentine vers l'UE ont atteint 960 millions de litres en 2009, selon Eurostat, et déjà 290
millions de litres au premier trimestre 2010. Cette tendance est entraînée par un mécanisme
artificiel de Taxes Différentiées à l'Exportation. Le régime argentin maintient en effet une
grande différence entre la taxe à l'exportation sur l'huile brute de soja de 32% et la taxe à
l'exportation sur le biodiesel de 20% seulement. (Plateforme biocarburants. 2004-2010)

II. 3 L’Algérie
Au jour d’aujourd’hui, nous voyons pas une réelle politique de notre gouvernement pour le
développement des biocarburants comme énergie substituable aux carburants fossiles qui sont
limités dans le temps, malgré les menaces que l’Algérie doit faire face dans l’avenir même
proche que soit sur sa sécurité énergétique, économique et encore dans le cadre de lutte contre
le réchauffement climatique on réduisant les émissions des gaz a effet de serre .
Nous estimons que un pays comme l’Algérie qui couvre une superficie de 2 381 741 km2
est le premier plus grand pays d’Afrique, Elle se situe entre le 18° et le 38° parallèle de
latitude Nord et entre la 9° longitude Ouest et 12° longitude Est, comporte deux chaînes
montagneuses importantes, l’Atlas Tellien au Nord et l’Atlas Saharien au Sud, séparent le
pays en trois types de milieux qui se distinguent par leur relief et leur morphologie, donnant
lieu à une importante diversité biologique avec un climat de type méditerranéen extra tropical
tempéré et des ressources en eau souterraine très remarquable surtout au sous sol saharien et
encore les moyens humains et financiers pour s’y engager dans la production des
biocarburants. (Moussouni, A.2011).
D’après notre analyse des différentes générations des biocarburants, nous souhaitons que
notre pays s’engage dans le développement des biocarburants dits de deuxième génération qui
offre des meilleurs rendements et sans grande conséquence pour l'environnement.

22
Chapitre II Données sur les biocarburants

Comme nous l’avons vue dans le premier chapitre la deuxième génération est obtenus à
partir de la biomasse lignocellulosique, sans concurrence d'usage avec les produits
l'alimentaires : paille de céréales, jatropha, bois et résidus forestiers, déchets, …. etc.
II.3.1 Deux projets à titre d’exemple pour l’Algérie
II.3.1.1 Deuxième génération a partir des noyaux d’olive (Grignion d’olive)
L’oléiculture en Algérie est en pleine expansion puisque la superficie consacrée à l’olivier est
passée de 165.000 hectares en 2000 à 300.000 aujourd'hui, ce qui représente un tiers de la
superficie arboricole. Cette croissance a permis de passer de 100 plants à l’hectare en 2000 à
400 en 2008. Avec plus de 32 millions d’oliviers répartis sur 100.000 exploitations oléicoles,
le pays a produit en moyenne, sur la dernière décennie, 35.000 tonnes d’huile d’olive
annuellement, contre 19.000 tonnes en 1997. Il vient même de battre son record lors de la
dernière campagne 2008/2009 avec une production de 56.201 tonnes. En Algérie les pertes
annuelles dans les déchets solides (ou grignon) d’environ 16.000 T de matières organiques et
21.000 T de matières énergétiques (équivalentes à 10.000 T de Gasoil). (Moussouni, A.2011)
En Espagne les chercheurs de l’université de Jaén et Grenade ont mis au point un procédé
qui permet de produire de 5,7 Kg l'éthanol à partir de 100 Kg de noyaux d'olives. (Association
espagnole Terre Sacrée, 2008)
Donc pour nous, nous souhaitons par ce moyen de mettre à profit les 37 000 de tonnes de
noyaux produits chaque année par l'industrie de notre pays (Algérie) de l'olive et encore de
ramasser les quantités importantes qui passent pas par l’industrie (stockée chez les
propriétaires) actuellement traités comme des déchets et rejetée dans la nature.
II.3.1.2 Deuxième génération a partir de Jatropha
Nous croyons que l’espèce Jatropha curcas (ou Curcas curcas) arbuste de la famille des
Euphorbiacées originaire du Brésil peut donner des meilleurs rendements en Algérie.
Le Jatropha pousse en climat tropical, Par ses racines fortes et profondes, ainsi que par son
tronc à caudex qui constitue un réservoir d’eau, Jatropha est capable de résister à des périodes
de sécheresse prolongée. Il ne nécessite aucun entretien particulier mais, pour bien fructifier, a
besoin d'au moins 400 à 600 mm de précipitations annuelles. La plante supporte mal une
précipitation supérieure à 2000 mm. Elle peut commencer à produire au bout d’un an. Il faut
12 mois pour obtenir une plante adulte à partir de graines ou 9 mois à partir d'une bouture
mais le pourghère atteint sa pleine productivité en 3 ou 4 ans selon la nature du sol et le
climat. La plante vit plus de 50 ans. La culture du Jatropha requiert une préparation du sol

23
Chapitre II Données sur les biocarburants

lorsque l'horizon superficiel est induré (trou ou saillie de sous-solage d'au moins 30cm de
profondeur), ni pesticides et autres produits polluants (grâce à ses qualités insecticides et
fongicides). Son énorme avantage est de ne pas rentrer en compétition avec les cultures
vivrières car son huile n'est pas alimentaire et il s'adapte aux sols arides ou semi-arides
impropres à la plupart des cultures vivrières.
Un hectare peut permettre la culture de 1.500 à 2.500 pieds de jatropha et chaque arbre
adulte donne entre 2 et 6 kg de graines par an généralement en deux fructifications selon le
cultivar utilisé et la richesse du sol. 5 kilos de fruits donnent 1 litre de biocarburant. On peut
donc espérer entre 600 et 1800 litres d'huile à l'hectare, La coque séchée des graines est
combustible et peut remplacer le bois de feu, ce qui constituerait une solution à la
déforestation en milieu rural.
Donc nous pensons que l’Algérie avec ses quatre saisons offre des conditions favorables
pour la culture de cette espèce et devenir un pays exportateur de la matière première de la
fabrication des biocarburants de deuxième génération et pour quoi pas producteur et
exportateur au même temps.

II.4 Le marché mondial des biocarburants

II.4.1 Situation du marché


Les prix mondiaux du bioéthanol ont augmenté de plus de 30 % en 2010, dans le contexte
d’une nouvelle flambée de prix des matières premières utilisées dans la production de
bioéthanol, principalement le sucre et le maïs, et d’une fermeté des prix des énergies. Cette
situation est en net contraste avec la période de 2007-08, qui a vu les prix du bioéthanol
évoluer à un rythme inférieur à celui des prix des denrées et un recul des marges bénéficiaires
du bioéthanol. En 2010, pour la première fois, les États-Unis sont devenus exportateurs nets
de bioéthanol tandis que, parallèlement, le Brésil a réduit ses exportations considérablement,
dans le contexte d’une montée en flèche des prix du sucre brut et d’un bioéthanol à base de
maïs relativement plus compétitif, comparé aux années précédentes. Les prix mondiaux du
biodiesel2 ont grimpé en 2010, sur toile de fond d’une augmentation des prix de l’huile de
colza et d’autres huiles végétales, et de prix du pétrole brut élevés. Cette augmentation de prix
est plus réduite, comparativement, que celle du bioéthanol, compte tenu du fait que les prix du
biodiesel sont restés relativement fermes en 2009, comparés aux prix mondiaux du pétrole
brut et des huiles végétales. (OCDE ET FAO. 2011)

24
Chapitre II Données sur les biocarburants

II.4.2 Principaux éléments des projections


Les prix mondiaux du bioéthanol et du biodiesel devraient continuer à remonter en 2011.
Sur la période visée par les Perspectives, les prix du bioéthanol et du biodiesel devraient rester
fermes, compte tenu de la mise en œuvre de politiques énergétiques visant à promouvoir
l’utilisation des biocarburants, et des prix du pétrole brut qui devraient se maintenir à des
niveaux élevés (graphique 4). D’après les projections, la production mondiale de bioéthanol
(graphique n°5) et de biodiesel (graphique n° 6) progressera rapidement au cours de la
prochaine décennie. (OCDE ET FAO. 2011)
Les États-Unis conserveront leur place de premier producteur et consommateur de
bioéthanol. Compte tenu de la baisse prévue des prix du sucre brut, le bioéthanol à base de
canne à sucre deviendra plus compétitif qu’en 2010 et les exportations en provenance du
Brésil devraient se rétablir dans les premières années de la période visée par les Perspectives.
L’Union européenne sera de loin le plus grand producteur et utilisateur de biodiesel. Certains
pays en développement, Argentine, Malaisie et Thaïlande, pourraient jouer un rôle important
en termes d’exportations de biodiesel.
Les projections de production de biocarburant dans de nombreux pays en développement
sont assez incertaines, leur production n’ayant quasiment pas augmenté ces dernières années.
La culture de nouvelles matières premières, comme le jatropha ou le manioc, ne se prête pas
encore à une production de biocarburant à grande échelle. (OCDE ET FAO, 2011)

Graphique n°4 : Des prix du bioéthanol et du biodiesel élevés sur toute la période visée
Par les Perspectives

Source : l’OCDE et de la FAO(2011)

25
Chapitre II Données sur les biocarburants

Graphique n°5 : Évolution du marché mondial du bioéthanol

Source : l’OCDE et de la FAO(2011)

Graphique n°6 : Évolution du marché mondial du biodiesel

Source : l’OCDE et de la FAO(2011)

II.3.2 Tendances des marchés et perspectives


Les prix du pétrole brut devraient poursuivre leur ascension en 2011 et ensuite se
stabiliser, en termes réels, sur le restant de la période des Perspectives. Exprimés en termes
nominaux, les prix devraient atteindre 107 USD le baril d’ici 2020. Les prix mondiaux du

26
Chapitre II Données sur les biocarburants

bioéthanol et du biodiesel devraient augmenter davantage en 2011. Le biodiesel enregistrera


la plus forte hausse, ce qui devrait ramener les ratios entre les prix du biodiesel et les prix des
huiles végétales et du pétrole brut à des niveaux plus proches des niveaux antérieurs à 2007.
Comme c’est le cas depuis plusieurs années, l’expansion de la production et de l’utilisation de
biocarburant sur la période de projection devrait être en grande partie encouragée par
l’adoption de politiques de soutien, sous forme de directives imposant des niveaux
d’incorporation ou d’autres objectifs impactant leur utilisation, d’allègements fiscaux pour les
producteurs et les consommateurs de biocarburants, de mesures de protection plus larges et de
normes de qualité en matière de carburants, ainsi que par les capacités d’investissement dans
les principaux pays producteurs. Compte tenu de ce contexte, les prix du bioéthanol et du
biodiesel devraient rester fermes sur toute la période visée par les Perspectives (graphique
n°4). D’après les projections, ils dépasseront de 80 % en moyenne, dans le cas de l’éthanol, et
de 45 % en moyenne, dans le cas du biodiesel, les prix enregistrés au cours de la décennie
passée. Ils atteindront respectivement 66.4 USD l’hectolitre et 142.9 USD l’hectolitre d’ici
2020. Les prix, exprimés en termes réels, devraient décliner légèrement au cours de la période
des Perspectives, mais les ratios prix des biocarburants/prix des principales matières
premières bioénergétiques devraient rester relativement stables3. Les biocarburants devraient
devenir un peu plus compétitifs durant la période étudiée, leurs prix augmentant moins vite
que ceux du pétrole brut. (OCDE ET FAO. 2011)

II.4.4 La projection de la production et d’utilisation des biocarburants

Stimulée par des directives et des objectifs d’utilisation d’énergies renouvelables partout
dans le monde, les productions mondiales de bioéthanol et de biodiesel devraient continuer
d’augmenter rapidement au cours de la période étudiée, pour atteindre respectivement quelque
155 et 42 milliards de litres d’ici 2020. Cependant, d’importantes incertitudes, abordées dans
la section consacrée aux incertitudes ci-après, pèsent sur ces projections.
En 2010, l’Agence internationale de l’énergie, a défini clairement ce que constituent les
biocarburants de première génération et de deuxième génération. Les premiers sont
principalement le bioéthanol à base de sucre de canne, d’amidon ou de maïs et le biodiesel.
Les matières premières utilisées dans la production de biocarburant de première génération
sont soit des plantes à haute teneur en sucre, amidon ou huile, ou des graisses animales, qui,
dans la majorité des cas, conviennent également à l’alimentation humaine et animale, soit des
déchets alimentaires. Les biocarburants de deuxième génération, eux, sont produits à partir de
cellulose, d’hémicellulose ou de lignine. Le bioéthanol tiré de matières cellulosiques et les
27
Chapitre II Données sur les biocarburants

carburants Fischer-Tropsch sont deux exemples de biocarburants de deuxième génération.


(OCDE ET FAO. 2011)
II.4.4.1 Pays développés
Par suite de l’entrée en vigueur de la norme Renewable Fuels Standard (RFS) Final Rule,
relative aux carburants renouvelables, les États-Unis resteront l’acteur majeur du marché du
bioéthanol4. Malgré les incertitudes entourant actuellement les politiques de promotion des
biocarburants, les présentes Perspectives supposent que les crédits de taxes aux producteurs
de bioéthanol et de biodiesel, ainsi que les droits de douane sur les importations de
bioéthanol-carburant, resteront en vigueur. Aux États-Unis, l’utilisation de bioéthanol comme
carburant devrait augmenter constamment sur toute la durée des projections pour atteindre
pratiquement 71 milliards de litres d’ici 2020 (graphique n°7), un niveau inférieur aux
engagements de 110 milliards de litres pour 2020. Il représentera en moyenne 8.4 % des
carburants à base d’essence utilisés dans les transports d’ici 2020. (OCDE ET FAO, 2011)

Graphique n°7 : Projections de l’évolution du marché américain du bioéthanol

Source : Secrétariats de l’OCDE et de la FAO(2011)

L’avancement de la recherche et du développement en matière de bioéthanol cellulosique


ne permet pas encore d’envisager une production à grande échelle. Pour cette raison, selon les
prévisions, ce n’est que vers la fin de la période de projection que la production de bioéthanol
de deuxième génération augmentera, pour atteindre 4.3 milliards de litres en 2020, bien loin
des 40 milliards de litres de biocarburant cellulosique de la norme RFS. La production
nationale américaine, principalement dérivée du maïs, devrait représenter la majeure partie du
bioéthanol consommé aux États-Unis. La norme RFS devrait permettre un objectif de 56.8

28
Chapitre II Données sur les biocarburants

milliards de litres de bioéthanol à base de maïs de première génération d’ici 2015, objectif qui
sera plafonné par la suite. (OCDE ET FAO. 2011)
En janvier 2011, l’Agence des États-Unis pour la protection de l’environnement
(Environmental Protection Agency) a rendu une décision portant de 10 % à 15 % le taux de
bioéthanol qu’il sera possible de mélanger aux carburants à base d’essence, pour les véhicules
fabriqués depuis 2001. En pratique, l’impact de cette décision devrait être minime à court
terme, car il est peu probable que les revendeurs proposent différents types de carburants aux
acheteurs, ce qui nécessiterait différentes pompes et garanties, ainsi que la résolution des
questions de responsabilité. A moyen terme, cette décision devrait réduire l’impact du «mur
d’incorporation », en raison de la compétitivité des prix du bioéthanol. Par rapport à la
période visée par les Perspectives, le mur de 10 % d’incorporation de bioéthanol à l’essence
conventionnelle devrait être atteint d’ici 2012. S’agissant du diesel à base de biomasse, les
engagements pris en vertu de la norme RFS fixent à 3.8milliards le nombre de litres à utiliser
d’ici 2012. Cette prescription n’est pas définie après 2012, et est supposée rester inchangée
sur le restant de la période visée par les Perspectives. Elle donnera une impulsion initiale à
l’utilisation de biodiesel aux États-Unis, qui devrait ensuite reprendre sa progression au cours
des dernières années de la période de projection, pour s’établir à 4.8milliards de litres d’ici
2020. Ce niveau de consommation de biodiesel contribuera à remplir les engagements
américains de 57 milliards de litres de biocarburants avancés non cellulosiques d’ici 2020. Le
biodiesel produit à partir de suif ou d’autres graisses animales, d’huiles usagées ainsi qu’à
partir de sous-produits d’huile de maïs des usines d’éthanol, devrait représenter plus de 60 %
de la production américaine de biodiesel. La directive sur les énergies renouvelables (DER)
introduite dans les pays de l’Union européenne stipule que la part totale des sources
d’énergies renouvelables (y compris sous forme non liquide) à utiliser dans les transports
devra passer à 10 % d’ici 2020. Cette directive autorise la substitution d’autres sources
d’énergies renouvelables (voitures électriques par exemple). La contribution des
biocarburants de deuxième génération à la réalisation des objectifs d’atténuation visés par la
directive européenne DER sera comptabilisée deux fois. Les présentes Perspectives agricoles
ne formulent pas d’hypothèses quant au développement futur des parcs de voitures électriques
ni quant à la mise au point de sources d’énergies renouvelables alternatives.
L’utilisation totale de biodiesel en Union européenne devrait augmenter de près de 85 %
au cours de la période de projection et atteindre environ 20 milliards de litres d’ici 2020, ce
qui correspond à une part moyenne de 6.5 % de biodiesel dans les carburants à base de diesel,
en augmentation de 70 % par rapport à la période de 2008-2009. La production intérieure de

29
Chapitre II Données sur les biocarburants

biodiesel devrait augmenter pour faire face à la demande croissante (graphique n°8). Les
importations devraient rester plutôt stables, autour de 2milliards de litres en moyenne, tout au
long de la période de projection. A partir de 2018, la production de biodiesel de deuxième
génération devrait s’accélérer pour atteindre environ 2.2milliards de litres en 2020. (OCDE
ET FAO. 2011)

Graphique n°8 : Projections de l’évolution du marché européen du biodiesel

Source : Secrétariats de l’OCDE et de la FAO(2011)

La production européenne de bioéthanol, principalement dérivée du blé, des céréales


secondaires et de la betterave à sucre, devrait augmenter jusqu’à près de 16.5 milliards de
litres en 2020. La production de bioéthanol de deuxième génération devrait s’accroître au
cours des dernières années de la période visée par les Perspectives, pour atteindre 1.6
milliards de litres d’ici 2020. La consommation d’essence devrait stagner sur la durée des
projections, par rapport à la période de référence. Ceci, conjugué à l’utilisation croissante du
bioéthanol comme carburant, devrait accroître à 8.2 % la part moyenne de bioéthanol
incorporé aux mélanges à base d’essence utilisés dans les transports d’ici 2020. Si on
additionne le contenu énergétique du bioéthanol et du biodiesel et si on tient compte du fait
que la contribution des biocarburants de deuxième génération est comptabilisée deux fois,
comme dans les calculs d’objectifs d’atténuation du programme DER, les présentes
Perspectives prévoient que la part des sources d’énergie renouvelable issues des biocarburants
pourrait passer à près de 8.5 % des carburants utilisés par le parc de véhicules essence et
diesel, par rapport à une part moyenne de 5 % au cours de la période 2008-2010. Ainsi, ces

30
Chapitre II Données sur les biocarburants

Perspectives suggèrent que l’objectif pour 2020 du programme DER de l’Union européenne
ne sera pas atteint. Au Canada, les directives stipulent un taux d’incorporation de bioéthanol
de 5 % dans les carburants à base d’essence, en termes de volume. Cet objectif devrait être
atteint en 2011 et se maintenir sur toute la période de projection. La consommation
canadienne de bioéthanol devrait ainsi croître au même rythme que la consommation de
carburant. La production intérieure devrait augmenter sur la période de projection pour
atteindre près de 2.4 milliards de litres en 2020. D’ici 2012, l’utilisation de biodiesel devrait
être conforme au taux d’incorporation prescrit, à savoir 1.6 % de biodiesel (2 % en volume)
dans tous les carburants de type diesel utilisés dans les transports ainsi que dans le fioul
domestique. (OCDE ET FAO. 2011)
En Australie, la part du bioéthanol dans les carburants de type essence devrait rester
quasiment stationnaire au cours de la période considérée, soit autour de 1.6 %. Elle sera
probablement stimulée par les plans d’action nationaux adoptés en Nouvelle-Galles du Sud et
au Queensland, en vertu desquels des obligations d’incorporation de bioéthanol ont été
introduites en 2010. Le taux d’incorporation du biodiesel dans les carburants à base de diesel
devrait se maintenir autour de 2.7 % sur la période considérée. Le biodiesel devrait être
essentiellement produit à partir de suif animal. (OCDE ET FAO. 2011)
II.4.4.2 Pays en développement
En 2010, la production de biocarburant a été très inférieure aux attentes dans la plupart des
pays en développement qui se sont fixé des obligations ou des objectifs d’utilisation de
biocarburants ambitieux. Le Brésil et l’Argentine font figure d’exception. Ceci est
principalement dû au fait que la culture commerciale d’alternatives convenant à la production
de biocarburant, comme le jatropha ou le manioc, n’existe pour l’instant qu’au stade de projet
ou sur une échelle réduite dans la majorité des cas. Une production de biocarburant à grande
échelle n’est donc pas envisageable, sauf dans quelques pays comme le Nigéria ou le Ghana,
où la culture du manioc est bien établie. Sur toute la durée des projections, en raison de la
lente progression de la production nationale des pays en développement, il est probable que la
consommation de biocarburant reste largement en dessous des objectifs et/ou des
engagements. Font exception les pays disposant déjà d’un fort potentiel de production de
bioéthanol à base de canne à sucre ou d’huile végétale, essentiellement d’huile de palme.
Le Brésil, l’Inde et la Chine devraient représenter 85 % des 71 milliards de litres de
bioéthanol que devrait produire le monde en développement d’ici 2020. En Chine, la majorité
du bioéthanol produit est destinée à des utilisations non combustibles, principalement dans les

31
Chapitre II Données sur les biocarburants

filières alimentaires et chimiques. Certaines régions d’Asie et d’Amérique du Sud devraient


également devenir d’importants producteurs de bioéthanol. En Thaïlande, la production
devrait progresser de 1.5 milliards de litres pour atteindre environ 2.2 milliards de litres d’ici
2020. (OCDE ET FAO. 2011)
Au Brésil, les investissements dans les capacités de production de bioéthanol devraient se
poursuivre et la production de bioéthanol dérivé de la canne à sucre devrait s’accroître
rapidement sur toute la période considérée, à raison de près de 6 % par an, afin de satisfaire
une demande tant intérieure qu’internationale. D’après les projections, le Brésil deviendra le
deuxième plus grand producteur de bioéthanol, avec une part de 33 % de la production
mondiale en 2020. Par rapport à 2010, la situation du marché du bioéthanol brésilien devrait
évoluer, car la production de bioéthanol devrait redevenir compétitive vis-à-vis de la
production de sucre, en raison de l’interaction de plusieurs facteurs : selon les projections, les
prix du sucre brut devraient baisser au début de la période considérée, les superficies plantées
en canne à sucre devraient s’accroître, les rendements de la canne à sucre devraient repartir à
la hausse après une mauvaise récolte en 2010 et la poursuite des investissements dans la
filière du bioéthanol devraient permettre de développer plus encore les capacités de
production. La moitié environ de la production de canne à sucre devrait être consacrée à la
production de bioéthanol. Au Brésil, l’utilisation de bioéthanol devrait augmenter au cours de
la période étudiée pour atteindre 41milliards de litres en 2020 (graphique n°9). Cette
utilisation croissante est principalement portée par l’essor du parc de véhicules à
bipolycarburation.
Parmi les pays en développement, le plus grand producteur de biodiesel sera encore
l’Argentine, qui représentera environ 25 % (3.2 milliards de litres) de la production totale de
biodiesel du monde en développement et 8 % de la production mondiale, d’ici 2020. Par
ailleurs, la production de biodiesel au Brésil faite à base d’huile de soja et peut être de palme,
sous l’impulsion d’une demande intérieure croissante, entraînée par des prescriptions
d’incorporation, devrait dépasser 3 milliards de litres d’ici 2020. En revanche, l’Argentine
(après avoir rempli ses objectifs de consommation nationale) devrait continuer de se
concentrer toujours sur les marchés d’exportation en raison des incitations offertes par son
système de taxes différentielles à l’exportation. La situation est similaire en Malaisie, où la
production devrait continuer d’augmenter jusqu’à environ 1.3 milliards de litres en 2020.
D’autres pays d’Asie de l’Est, comme la Thaïlande, l’Indonésie et l’Inde verront également
leur production augmenter pour atteindre, chacune, 1 à 1.5 milliards de litres. Toutefois, cette

32
Chapitre II Données sur les biocarburants

production sera majoritairement destinée à leur propre consommation, en raison de leurs


ambitieux objectifs nationaux d’incorporation de biodiesel. (OCDE ET FAO. 2011)

Graphique n°9 : Projections de l’évolution du marché brésilien du bioéthanol

Source : l’OCDE et de la FAO(2011)

Conclusion
D’après notre analyse on a constaté que les biocarburants connaissent un développement
sans précédent, cette évolution encouragée par des mesures politiques qui vise à la fois à
diminuer la dépendance énergétique vis à vis des ressources d’origine fossile ,Création
d’emplois et de revenus dans le milieu agricole, et à limiter les émissions de gaz à effet de
serre, dont l’influence sur le réchauffement climatique est reconnue par l’ensemble de la
communauté scientifique.
Au jour d’aujourd’hui notre pays ne s’est pas lancé dans cette industrie, en raison peut être
du manque d’une réelle volonté politique ou bien l’ignorance des contraintes économiques qui
menace notre pays dans l’avenir même proche, parce que notre économie repose a 98% sur le
pétrole.
Pour un pays comme l’Algérie qui renferme des potentialités dans tous les domaines que
soit, humaine, financière, agricole, elle peut investir et même encourager les investisseurs
dans ce domaine, l’Algérie peut assurer; sa sécurité énergétique, relancer son économie,
diminuer le taux de chômage et même limiter les émissions des gaz a effet de serre.

33
CHAPITRE III

Avantages des biocarburants


Chapitre III Les avantages des biocarburants

Introduction
Actuellement, nous consommons du pétrole, du charbon, de l'énergie nucléaire, des engrais
minéraux... Ces énergies fossiles procurent 95 % de notre énergie et 95 % des terres agricoles
sont cultivées avec des engrais minéraux. Ces énergies fossiles, telles que, le pétrole stocké
depuis des millions d'années dans le sol, le charbon, le minerai d'uranium, les minéraux
servent d'engrais dans l'agriculture intensive (non biologique)... Or ces stocks d'énergies
fossiles s'épuisent très vite, pour certaines d'entre elles. De plus, chaque litre de gazole,
chaque kilo de charbon brûlé consomme l'oxygène de l'air et charge inexorablement
l'atmosphère en gaz carbonique, oxyde d'azote, particules toxiques, soufre, qui accroissent
sans cesse l'effet de serre. D'où l'urgence de se tourner vers les énergies dites renouvelables :
car d'ici trente à cinquante ans, les réserves de pétrole liquide seront épuisées. Quant à la
pollution atmosphérique, elle risque d'engendrer des effets planétaires catastrophiques pour
toutes les espèces vivantes. Toute la survie de l'humanité est donc maintenant dépendante de
notre capacité à utiliser dans l'avenir des énergies non polluantes. Mais aussi à économiser
cette énergie de plus en plus précieuse. (Laurie, B. 2005)
Alors que la communauté scientifique n’a plus guère de doutes sur l’origine du
réchauffement climatique global qui se produira au cours des prochaines décennies, beaucoup
d’experts tentent, avec plus ou moins de bonheur, de prévoir l’évolution des consommations
énergétiques mondiales. Étudier le futur (même proche) des énergies est un exercice périlleux,
d’autant plus qu’il dépend étroitement de choix politiques. Si ces perspectives ont un intérêt
douteux, on peut tout de même en tirer une constatation : tous les scénarios d’évolution des
approvisionnements mondiaux accordent une place importante aux biocarburants. (Laurie, B.
2005)
III.1. Intérêt écologique et environnemental
III.1.1. Relever le défi de l’effet de serre et de la pollution de l’air
L’effet de serre est un phénomène naturel d’ailleurs indispensable à la vie sur Terre. C’est
grâce à lui que notre atmosphère se maintient à une température de + 15 °C en moyenne et
non de - 18 °C. L’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère
et surtout la vitesse de ce phénomène, risquent néanmoins d’entraîner des déséquilibres
conduisant à un réchauffement climatique de la planète. Si des changements climatiques ont
bien existé par le passé, le phénomène actuel semble en effet plus rapide et d’une plus grande
ampleur (selon les experts, la température moyenne sur terre pourrait augmenter de 1,5 °C à 6
°C d’ici la fin du siècle). Des conséquences importantes peuvent en découler : une élévation

34
Chapitre III Les avantages des biocarburants

du niveau de la mer, l’accélération de l’avancée des déserts et du recul des glaciers, une plus
grande différenciation des saisons (épisodes caniculaires et froids plus intenses), des
phénomènes climatiques extrêmes (inondations, tempêtes,…), des bouleversements
écologiques plus fréquents et plus intenses. Les gaz à effet de serre sont multiples. Il s’agit du
gaz carbonique (CO2), du méthane (CH4), du protoxyde d’azote (N2O), de l’hexafluore de
soufre (SF6), des gaz fluorés (HFC) et les hydrocarbures perfluorés (PFC).
La présence d'oxygène dans les molécules de biocarburant améliore leur combustion et
diminue le nombre des particules dues aux hydrocarbures imbrûlés, ainsi que le monoxyde de
carbone. (Laurie, B. 2005)
L’utilisation des biocarburants semble donc tout indiquée pour lutter contre un possible
réchauffement climatique. Cependant, ce raisonnement est intéressant mais, a ses limites : on
peut le rapprocher de celui qui consiste à estimer que les volumes de CO2 piégé par les forêts
doivent être déduits des rejets industriels pour le calcul des droits d’émission prévus par le
protocole de Kyoto. Au regard de leur impact environnemental, les biocarburants sont très
intéressants: ils émettent entre 60 et 80 % en moins de gaz à effet de serre que les autres
combustibles fossiles. (Laurie, B. 2005)

Graphique n°10 : présente l’émission de CO2 (gaz à effet de serre) en Kg par an (pour la filière des
huiles).
Source : Jeremy, S. & al. 2009

On remarque une émission de 3,4 tonnes environ par an pour le gazole, mais seulement
d’une moyenne d’environ 700 Kg par an pour toutes les huiles. On remarque donc une
réduction d’environ 5 fois d’émission du gaz à l’origine de l’effet de serre et donc du

35
Chapitre III Les avantages des biocarburants

réchauffement planétaire. Ceci est un avantage sur le point écologique puisqu’au lieu de
renvoyer d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère on renverrait moins d’une tonne. Et
encore ce n’est qu’une moyenne. Dans ce graphique on voit bien que certaines huiles émettent
en dessous de la barre des 700Kg par an comme par exemple l’huile de tournesol ou encore
l’huile de colza.
Dans le futur, on peut envisager une baisse de l’émission du CO2 sur l’EMHV. En effet,
sur l’EMHV de colza, on aura d’ici 2009 une émission de 787 Kg/an au lieu de 888 à l’heure
actuelle. Pour le tournesol, on aura 671 Kg/an au lieu de 745.

Mais qu’en est-il des autres biocarburants ? Prenons donc le cas du bioéthanol qui fait parti
des biocarburants de type alcool, représenté dans le graphique n°11

Graphique n°11 : présente l’émission de CO2 (gaz à effet de serre) en Kg par an de la filière
éthanol
Source : Jeremy, S. & al. 2009

On remarque donc que les bioéthanols produisent nettement plus de CO2 par an mais ils
restent tout de même moins polluants que l’essence, utilisée à l’heure actuelle. Avec une
moyenne de 2200 Kg par an, ils restent compétitifs avec l’essence qui produit 1.6 fois plus de
CO2 par an. En ce qui concerne l’évolution de l’essence d’ici 2009, on a quand même une
légère baisse de 25 Kg/an. Comparé à l’évolution de l’émission de CO2 dans les filières
d’éthanol, c’est peu. En effet, on a une baisse de près de la moitié des émissions pour
l’éthanol de betterave et de blé. On estime pour 2009, l’émission de CO2 de la filière éthanol
36
Chapitre III Les avantages des biocarburants

à une moyenne de 516 Kg/an au lieu de 912 à l’heure actuelle. Si on arrive à réduire les
émissions de CO2 dans l’air, cela permettrait de limiter le phénomène des changements
climatiques sur Terre.
III.1.2. Des cultures peu exigeantes
Les biocarburants sont souvent attaqués en raison de leur origine agricole. Ils seraient le
symbole d’une intensification des cultures et leur potentiel en matière de réduction des
émissions des véhicules serait anéanti par la pollution que leurs cultures engendrent. Ce
constat est sans doute très exagéré.
La logique de développement des biocarburants est essentiellement liée au programme de
jachère mis en place dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC). Elle condamne
à geler 10 % des terres. Lors de la première réforme en 92, tous les moyens ont été mis en
œuvre pour que les terres soient utilisées de manière intelligente (qu’elles produisent de
l’énergie), ce qui concerne 1,5 million d’hectares. (Laurie, B. 2005)
En conséquence, la pollution engendrée par les cultures destinées à la production des
biocarburants doit être comparée le plus souvent à la situation issue d’un repos des terres. Or,
il faut souligner que les cultures énergétiques se substituent à une jachère nue et tournante qui
exige un entretien à partir de l’utilisation de produits phytosanitaires. Au même titre que les
autres cultures, une production de biocarburants mal maîtrisée, se traduisant notamment par
des apports excessifs d’engrais et de produits phytosanitaires, peut toutefois conduire à élever
la teneur en nitrate des nappes phréatiques et causer des dommages à l’environnement. Ce
risque potentiel peut cependant être maîtrisé. En France, les producteurs de colza ont mis en
place sous l’égide de la Fédération des producteurs d’oléagineux et d’oléo- protéagineux
(FOP), depuis la campagne 1992-1993, une « Charte pour la production de colza énergétique
sur jachère ». Lorsque le colza est produit selon les recommandations de cette charte, on
observe une réduction de l’utilisation des engrais de l’ordre de 20 % ; le risque de pollution
des nappes a été ainsi très sensiblement réduit. Il faut observer par ailleurs que le maintien
d'une couverture hivernale par le colza (comme par le blé) permet de limiter les risques de
lessivage des nitrates (le colza est considéré comme un excellent « piège à nitrates ».)
S’agissant de la filière éthanol, un « Guide environnement pour la culture de la betterave
industrielle », approuvé par le Comité d’orientation pour la réduction de la pollution des eaux
par les nitrates, les phosphates et les produits phytosanitaires provenant des activités agricoles
(CORPEN) à la fin 1997, a été diffusé au printemps 1998 à tous les planteurs de betteraves.
Ce guide reprend toutes les étapes techniques de la culture betteravière. Il faut souligner que

37
Chapitre III Les avantages des biocarburants

l’augmentation annuelle des rendements de 2 % par la filière betterave est allée de pair avec
une diminution spectaculaire des engrais. De 1987 à 1999, la quantité d’azote rapportée à la
tonne de sucre a été réduite de 50 % tandis que l’utilisation de produits phytosanitaires a
diminué de 20 %. Ainsi la mise en œuvre d’itinéraires techniques respectueux de
l’environnement permet d’améliorer le bilan environnemental de la production des
biocarburants ; la maîtrise des engrais est par ailleurs le meilleur moyen pour diminuer les
coûts variables et augmenter la marge brute à l’hectare. S’agissant de l'impact sur la
biodiversité, la production de biocarburant n’augmente pas la pression sur les écosystèmes
naturels, car elle ne met pas en jeu de nouvelles surfaces agricoles. (Laurie, B. 2005)
III.1.3 Qualité du l’air
Il est prouvé que le biodiesel permet de réduire très significativement les émissions
polluantes et les gaz a effet de serre ,a titre d’exemple le B5 permet de diminuer le potentiel
de production d’ozone(responsable de smog)d’au moins 25% et le B20 d’environ 30% ,et
pour le COB encore estime que l’utilisation du biodiesel permet de diminuer l’incidence de la
consommation des carburants fossiles sur les problèmes de santé publique.(Conseil québécois
du biodiesel. 2005)
III.2 Intérêt économique et stratégique
III.2.1 La création d’emploi et d’un tissu rural
Le développement des biocarburants permet de desserrer la contrainte des débouchés
alimentaires à laquelle doit faire face la politique agricole commune depuis les années 1980 et
de maintenir l’emploi agricole. Il contribue également à diminuer la dépendance de l’Union
européenne en matière de protéines végétales. Dès 1985, pour réduire ses excédents agricoles,
la Communauté Européenne a proposé une réforme de la politique agricole commune pour
inciter et diversifier la production. La production des biocarburants s’est développée avec
l’apparition de l’obligation de jachère, permettant aux agriculteurs de créer de nouveaux
débouchés pour leurs produits, lors de l’instauration d’aides directes à la surface (sous
condition d’un gel) : la prime à la jachère. La filière de betteraves (les filières non
alimentaires) ne rentre pas dans ce cadre (instauration d’un système de prix garantis par un
quota autour de 42 €/T). À partir de la campagne 2000- 2001 (accords de Berlin), ce gel à été
fixé à 10 % des surfaces cultivées et le montant à 63 €/T soit 350 €/Ha. En Europe, ces terres
représentent 5,7 M Ha dont 17 % sont utilisées à des fins non alimentaires pour la production
de biocarburants. En France, elles représentent 5 M Ha dont 20 % sont destinées aux
biocarburants. Cette année, l’aide a été augmentée jusqu’en 2013, pour orienter la production

38
Chapitre III Les avantages des biocarburants

vers moins de quantité et plus de qualité (prime unique par exploitation). De plus, une
nouvelle aide de 45 €/ha est accordée pour les cultures énergétiques réalisées hors jachères.
Ce soutien contribue à créer de nombreux emplois. On estime que 1000 T/an de colza
transformé en biodiesel créent ou maintiennent 11 emplois. En 2001, les biocarburants ont
permis la création de 4500 emplois. L’utilisation des biocarburants à plus large échelle
pourrait permettre de créer de nombreux emplois pérennes dans des régions agricoles
économiquement défavorisées (Selon ADEME, 6000 emplois). (Laurie, B. 2005)
III.2.2 Rentabilité
Le débat sur la défiscalisation paraît aberrant. Les producteurs exigent une fiscalité adaptée.
Par ailleurs, en matière de coûts, il ne faut pas oublier les externalités (positives ou négatives).
On ne peut pas considérer seulement les encaissements de l’Etat ; il faut aussi voir ce que la
filière évite de dépenser. Si l’on tient compte des coûts de dépollution liés à la production et
au transport des produits pétroliers, on verrait que les biocarburants ne sont pas forcément
onéreux. (Laurie, B. 2005)
III.2.3 Un excellent bilan énergétique
Contrairement aux idées reçues, les biocarburants offrent un bilan énergétique plus
performant que les combustibles fossiles. (Énergie restituée / énergie renouvelable non
mobilisée) = Bilan
2 fois meilleur que l’essence pour l’éthanol et 3 fois meilleur que le gazole pour le biodiesel
(EMHV).
III.2.4 Débouchées animales

En produisant des biocarburants, on obtient des « tourteaux » d’oléagineux et des drèches


de blé très riche en protéines végétales et constituant pour l’alimentation animale d’excellents
substituts aux farines animales. Ces dernières sont aujourd’hui interdites en France et palliées
pour plus de 78 % par des importations européennes en protéines végétales. (Laurie, B. 2005)
III.2.5 Applications en chimie
La production de biocarburant génère également comme co-produit de la glycérine
végétale, aux nombreuses applications en cosmétique (dentifrices, crèmes de soin, mousses à
raser,...). (Laurie, B. 2005)
III.3 Valorisation de la biomasse
Selon plusieurs intervenants, dans un avenir à moyen terme (2015) ce sont les
biocarburants issus de la transformation de la biomasse lignocellulosique qui présenteront le

39
Chapitre III Les avantages des biocarburants

plus fort potentiel de développement. Cette transformation pourra se faire soit par voie
thermochimique (pyrolyse et gazéification de la biomasse) soit par voie biochimique
(production d'éthanol). Il est estimé par exemple que le quart de la production de pailles de
céréales en France pourrait fournir suffisamment d’éthanol (1,5 Mtep) pour répondre à la
directive européenne de 5,75 % de biocarburants pour 2010. (Mashteuiatsh. 2007)
En Europe, la lignocellulose représente le gisement en biomasse végétale le mieux réparti
et le plus important. Cette ressource est constituée de différents types de produits : les résidus
secs d’exploitation agricole et forestière (paille, copeaux…), les produits de l’exploitation
forestière, les cultures dédiées annuelles (triticale…) ou pérennes (miscanthus, taillis à courte
rotation…) (Mashteuiatsh. 2007)
Le développement en cours dans le domaine des biocarburants concerne donc
principalement l’utilisation de lignocellulose comme alternative aux cultures agricoles comme
le maïs-grain. Les avancées souhaitées permettront d’améliorer la performance des
biocarburants au chapitre des émissions de gaz à effet de serre par rapport à l’éthanol produit
à base de céréales, de même qu’à améliorer la performance économique de la production. Les
avenues considérées pour éventuellement remplacer l’éthanol à base d’amidon ou de sucre
incluent les résidus agricoles comme la paille, les tiges de maïs, les résidus de cultures et
résidus forestiers, et les cultures dédiées comme le saule, et des plantes annuelles ou pérennes.
Une usine pilote est en opération à Ottawa pour la production d’éthanol à partir de paille de
céréales (blé, avoine, orge). L’usine peut transformer 40 tonnes de matière première par jour
et produire 3 millions de litres d’éthanol annuellement. (Mashteuiatsh. 2007)
La Chaire industrielle en éthanol cellulosique de l’Université de Sherbrooke, créée en mai
2007, mène différents projets de recherche pour produire de l'éthanol à partir de déchets
forestiers et de résidus domestiques et agricoles. La Chaire profite d'un soutien financier de
1,5 M$ du ministère des Ressources naturelles et de la Faune. Elle compte aussi sur l'appui de
cinq acteurs importants de l'industrie québécoise des biocarburants, Kruger, Ultramar, Éthanol
Greenfield, CRB et Enerkem Technologies.
Les résidus de meunerie (son de blé, écales d’avoine, d’orge et de tournesol, rafles de maïs,
résidus de lin) sont déjà utilisés pour en produire des granules servant au chauffage,
notamment dans les serres, en substitut aux combustibles fossiles. Cette avenue semble
intéressante économiquement, des serriculteurs Ontariens ont chauffé avec cette biomasse au
coût avantageux de 6$/GJ par rapport au gaz naturel (9$/GJ) en 2006-2007. Le
développement de cette catégorie de biocombustibles entre cependant en compétition avec
l’approvisionnement en matière première destinée à l’alimentation animale. D’intenses

40
Chapitre III Les avantages des biocarburants

recherches sont en cours depuis plusieurs années par des chercheurs de l’organisation
Resource Efficient Agricultural Production Canada pour l’utilisation du panic érigé comme
source de fibre pour la fabrication de granules. Les résultats tendent à démontrer que la
culture, la transformation et la combustion de cette source d’énergie pourrait être intéressante
au chapitre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. (Mashteuiatsh. 2007)

Conclusion
Après avoir analysé les différentes avantages des biocarburants on a constaté que malgré la
contribution des biocarburants a la diminution des émissions des gaz a effets de serre, création
d’emplois, la valorisation des déchets,....etc, mais il reste beaucoup a faire dans le domaine de
la recherche pour diversifier la production de biocarburants et même sélectionner les sources
de leur développement pour atteindre les objectifs majeurs, que soit pour remédier notre
planète d’un coté et le bien être de l’espèce humaine dans toute ses classes de l’autre coté.

41
CHAPITRE IV

Inconvénients des biocarburants


Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

Introduction
Bien que la production de biocarburants demeure modeste par rapport à la demande totale
d’énergie, elle est importante comparée à la production agricole actuelle. Il faut reconnaître
les implications environnementales et sociales potentielles de sa croissance continue. La
réduction des gaz à effet de serre est par exemple un des objectifs explicites de certaines
mesures destinées à favoriser la production de biocarburants. Des impacts négatifs imprévus
sur les sols, l’eau et la biodiversité font partie des effets secondaires de la production agricole
en général, mais ils sont particulièrement préoccupants en ce qui concerne les biocarburants.
L’importance de ces impacts dépend de la manière dont les matières premières servant à
fabriquer les biocarburants sont produites et traitées, de l’échelle de production et, en
particulier, de la façon dont elles influent sur le changement d’affectation des terres,
l’intensification et les échanges internationaux. Le présent chapitre étudie les implications
environnementales des biocarburants. (FAO. 2008)
IV.1 contraintes environnementales
IV.1.1 Gaz à effet de serre
Au chapitre de l’émission de gaz à effet serre, la plupart des études concluent à un avantage
des biocarburants sur les carburants fossiles. Une étude récente s’étant penchée sur les
émissions de protoxyde d’azote (N2O) un gaz à effet de serre dont le potentiel de

réchauffement mondial est environ 300 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone est émis
par les engrais azotés, vient cependant remettre en question le bilan positif jusqu’ici accepté.
L’étude n’est toutefois pas basée sur le cycle de vie complet des carburants, elle ne tient pas
compte de l’utilisation de carburants fossiles dans le processus de fabrication ni de
l’utilisation des co-produits comme alternative énergétique dans le processus de fabrication.
Selon l’étude en question, les engrais utilisés dans les exploitations agricoles émettent de
trois à cinq fois plus de gaz à effet de serre que ce qui était auparavant comptabilisé. Ce
résultat a donc une influence sur le bilan des émissions comparées de l’utilisation des
biocarburants par rapport aux carburants fossiles, les résultats sont les suivants, en fonction du
type de biocarburant. (Mashteuiatsh. 2007)
Pour le biodiésel fabriqué à base de canola, entre 1 et 1,7 fois plus d’émissions de GES que
dans le cas du pétro diésel
Pour l’éthanol à base de canne à sucre produit au Brésil, l’effet est moindre avec 0,5 à 0,9
fois plus d’émissions de GES qu’avec l’essence;

42
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

L’éthanol produit aux Etats-Unis avec du maïs-grain émet entre 0,9 et 1,5 fois plus de GES
que l’essence.
Par ailleurs, selon (l’OCDE. 2006) une part de marché des agrocarburants de 13% d’ici
2050 représenterait une réduction des gaz a effet de serre du secteur des transports de 3% qui
serait très vite annulée par une augmentation des besoins de carburants pour les transports :
étant donné la croissance prévue de la demande des carburants de transport, [les
agrocarburants] ne réduiront pas la consommation globale de pétrole mais modéreront
seulement la croissance de la demande . (Mashteuiatsh. 2007)
IV.1.2 Changement d’Affectation des Sols
Afin de cultiver des agrocarburants, on est obligé de changer l’affectation des sols.
L’exemple le plus frappant de changement d’affectation de sol est la déforestation. Chaque
année, la déforestation provoque 20 à 25% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
(RAC-F. 2008) Il existe deux types de changement d’affectation des sols dut à la production
d’agrocarburants : une directe et une indirecte.
Le changement direct d’affectation des sols, Il s’agit de la conversion d’une surface cultivée
ou non, vers un type de culture permettant de produire des agrocarburants. Ce changement
d’affectation du sol peut générer un déstockage carbone du sol et de la végétation. En Europe,
ce type d’affectation des sols est supposé nul, tandis qu’il existe de fortes incertitudes pour
toutes les autres régions du monde. (ADEME. 2008) Des scientifiques ont montré que ce
changement direct d’affectation des sols peut éliminer totalement pour des décennies et même
des siècles, la réduction de gaz à effets de serre obtenue par l’utilisation d’agrocarburant.
(OXFAM International. 2008)
Le changement indirect d’affectation des sols, Dans le cas où une culture énergétique
remplace une culture alimentaire, en supposant constante les besoins alimentaires initiaux, la
culture alimentaire doit être produite ailleurs et peu engendrer un changement indirect
d’affectation des sols. Il n’existe aucune donnée sur ce phénomène, néanmoins de fortes
incertitudes sur son impact partout dans le monde. On soupçonne qu’au Brésil, la culture de la
canne à sucre à vocation énergétique repousse au Nord la culture du soja et contribue ainsi à
la déforestation de l’Amazonie.
IV.1.2.1Emissions de GES induites par les changements d’affectation des
terres
Des études récentes ont montré que la conversion de forêts, savanes, prairies et terres
abandonnées en zones de cultures énergétiques conduit à d’importantes émissions de CO2 et à

43
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

des « dettes en carbone » allant de quelques années à plusieurs centaines d’années (Fargione
et al. 2008) La dette en carbone correspond au temps nécessaire pour compenser les émissions
de CO2 résultant de la conversion d’un écosystème naturel et de la libération correspondante
du carbone stocké dans la végétation et la matière organique au-dessus du sol et au-dessous23.
La transformation des tourbières forestières en plantations de palmiers à huile libère 3 452
tCO2/ha et implique une dette carbone remboursable sur 423 années (Fargione et al. 2008).
Selon (Stickler et al. 2007) estiment à 182 tonnes C/ha le carbone forestier moyen pour les
forêts tropicales adaptées aux plantations de palmiers à huile. Ces plantations contiennent en
moyenne environ 36 tonnes C/ha sur leur durée de vie de 25 à 30 ans (Henson. 2003).
(Ravindranath et al. 2009) ont donc estimé que la transformation des forêts tropicales en
plantations de palmiers se traduisait par des émissions de 535 tonnes de CO2/ha. Ils n’ont pas
tenu compte des émissions potentielles du carbone contenu dans le sol ni de la réduction des
émissions attribuable aux produits forestiers car la majeure partie des forêts tropicales sont
défrichées par brûlis.
Selon (Hooijer et al. 2006) ont conclu que les tourbières déboisées et drainées d’Asie du
Sud-est constituent une source importante au niveau mondial d’émissions de CO2 et un
obstacle majeur à l’objectif de stabilisation des émissions de gaz à effet de serre souhaité par
la communauté internationale. Selon (Hooijer et al. 2006) recommandent donc qu’une action
internationale soit engagée pour aider les pays d’Asie du Sud-est, en particulier l’Indonésie, à
mieux conserver leurs ressources en tourbières grâce à la conservation des forêts et à des
améliorations dans la gestion de l’eau visant à rétablir un haut niveau phréatique.
Globalement, la conversion de terres aux fins des cultures énergétiques pourrait conduire à
des émissions importantes de GES. Même si l’on utilisait essentiellement des terres
abandonnées et des pâturages, une utilisation moyenne mondiale de 10 % de biocarburants
dans les transports remettrait en question l’effet global d’atténuation de l’utilisation des
biocarburants de première génération. Aussi longtemps que la superficie mondiale des terres
requises pour la consommation de produits agricoles augmentera, les effets de déplacement,
les changements d’affectation des sols et les incidences correspondantes ne pourront sans
doute pas être évités au moyen de normes de production des biocarburants.

IV.1.3 Impacts sur la biodiversité

La production de biocarburants peut avoir quelques effets positifs sur la biodiversité des
espèces sauvages et la biodiversité agricole, par exemple moyennant la restauration des terres

44
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

dégradées, mais nombre de ses impacts sont négatifs, comme c’est le cas lorsque les paysages
naturels sont convertis en plantations de cultures énergétiques ou les marais drainés (CDB.
2008). En général, la biodiversité des espèces sauvages est menacée par la perte d’habitat
lorsqu’une zone cultivée est étendue, alors que la biodiversité agricole est vulnérable dans le
cas d’une monoculture à grande échelle, qui est fondée sur une réserve étroite de matériel
génétique et peut aussi conduire à une réduction de l’utilisation des variétés traditionnelles.

Le premier pas vers la perte de biodiversité est la perte d’habitat à la suite de la conversion
des terres pour la production de cultures, par exemple à partir de forêts ou d’herbages.
Comme le note la (CDB. 2008), de nombreuses cultures actuellement destinées à la
fabrication de biocarburants sont bien adaptées aux zones tropicales.

Cela accroît les incitations économiques dans les pays qui possèdent un potentiel de
production de biocarburants à convertir les écosystèmes naturels en plantations de matières
premières (comme le palmier à huile), ce qui entraîne une perte de la diversité des espèces
sauvages dans ces zones. Les plantations de palmiers à huile n’exigeant pas beaucoup
d’engrais ou de pesticides, même sur les sols pauvres, leur expansion peut conduire à une
perte de forêts pluviales. Même si une perte dans les habitats naturels due à la conversion des
terres pour y pratiquer des cultures de matières premières pour les biocarburants a été signalée
dans plusieurs pays (Curran et al. 2004; Soyka et al. 2007), on ne dispose toujours pas des
données et des analyses nécessaires pour évaluer son ampleur et ses conséquences.( Nelson et
Robertson. 2008) ont étudié la manière dont la hausse des prix des matières premières
entraînée par l’augmentation de la demande de biocarburants pouvait induire un changement
et une intensification de l’utilisation des terres au Brésil et ils ont découvert que l’expansion
agricole occasionnée par la hausse des prix pouvait mettre en danger des zones présentant des
espèces d’oiseaux très diversifiées.

La deuxième grande étape est la perte de biodiversité agricole, entraînée par


l’intensification sur les terres arables, sous la forme d’uniformité génétique des cultures. La
plupart des plantations de matières premières pour les biocarburants sont basées sur une
espèce unique. La faible diversité génétique des graminées utilisées comme matières
premières, comme la canne à sucre, est aussi préoccupante (The Royal Society. 2008), car elle
augmente la vulnérabilité de ces cultures à des maladies et des organismes nuisibles
nouveaux. À l’inverse, c’est le contraire qui se passe pour une culture comme le jatropha,
dont la diversité génétique est extrêmement élevée, tout en n’ayant pas encore été prouvée

45
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

pour sa plus grande part, ce qui entraîne l’existence d’une large gamme de caractéristiques
génétiques qui diminue sa valeur commerciale (FIDA/FAO/Fondation pour les Nations Unies.
2008).

En ce qui concerne les matières premières de la deuxième génération, une partie des
espèces promues sont classées comme espèces envahissantes, ce qui donne lieu à de nouvelles
préoccupations quant à la manière de les gérer et d’éviter des conséquences involontaires. En
outre, la plupart des enzymes nécessaires à leur conversion sont génétiquement modifiées
pour accroître leur efficacité et devraient être gérées avec prudence dans des processus de
production industriels fermés. (FCP. 2007)

Des effets positifs sur la biodiversité ont été notés dans les zones dégradées ou marginales,
où ont été introduites des combinaisons d’espèces pérennes afin de restaurer le
fonctionnement de l’écosystème et d’accroître la biodiversité. (CDB. 2008)

Des données expérimentales recueillies sur des parcelles tests de sols dégradés et
abandonnés (Tilman, H. et Lehman. 2006) montrent que les combinaisons à faibles intrants et
à haute diversité de graminées pérennes natives – qui offrent une large gamme de services
pour l’écosystème, dont un habitat d’espèces sauvages, la filtration de l’eau et la fixation du
carbone – produisent aussi des économies nettes d’énergie plus élevées (mesurée par l’énergie
relâchée lors de la combustion), de plus fortes réductions des émissions de gaz à effet de serre
et une moindre pollution agrochimique que l’éthanol de maïs ou le biodiesel de soja et que les
performances augmentent avec le nombre d’espèces. Les auteurs de cette étude ont aussi
découvert que le panic érigé peut être très productif sur les sols fertiles, en particulier lorsque
des engrais et des pesticides sont appliqués, mais que ses performances sur les sols médiocres
n’égalent pas celles de diverses plantes pérennes natives.

IV.1.4 Utilisation des organismes génétiquement modifiés(PGM)


IV.1.4.1 Qu’est ce qu’un OGM ?
Un OGM est défini par la réglementation européenne comme « un organisme dont le
matériel génétique a été modifié d’une manière qui ne s’effectue pas naturellement par
multiplication et ou par recombinaison naturelle » (art.2 de la directive 2001/18). Il s’agit des
techniques de génie génétique qui permettent de transférer dans le patrimoine génétique d’un
organisme un ou plusieurs gènes apportant une caractéristique nouvelle. Les techniques de
génie génétique peuvent être appliquées aussi bien sur des organismes animaux ou végétaux

46
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

que sur des micro-organismes. Les gènes introduits, du fait notamment de l’universalité du
code génétique, peuvent provenir de n’importe quel organisme : virus, bactérie, levure,
champignon, plante ou animal. (Apoteker, A. 2006)

IV.1.4.2 Impacts des PGM


IV.1.4.2.1 sur la biodiversité
Les impacts sur l’environnement des plantes génétiquement modifiées créées pour résister
à un insecte ravageur ou à un herbicide total ont été largement prouvés.
IV.1.4.2.1.1 Les cultures transgéniques
Dites résistantes aux insectes, ont pour fonction de tuer les nuisibles spécifiques qui
attaquent les cultures. Outre leur nocivité ciblée, elles sont aussi :
Toxiques pour des organismes non ciblés, comme les papillons. Il a été montré qu’une
exposition prolongée au pollen de maïs Bt (maïs transgénique produisant la toxine du
(Bacillus thuringiensis) affectait le comportement (Lewis, L.C. 2007) et la survie (Anderson,
P.L. 2004) du papillon monarque, le plus connu des papillons d’Amérique du nord. Quant aux
conséquences sur les papillons européens, elles sont quasiment inconnues car il n’existe que
peu d’études à ce sujet. Ces dernières soulèvent néanmoins des inquiétudes sur les
conséquences des plantes résistantes aux insectes pour les papillons européens. (Lang, A. &
Vojtech, E. 2006)
Toxiques pour des insectes bénéfiques, Les plantes Bt génétiquement modifiées sont
néfastes (Obrist, L.et al. 2006) pour des insectes importants dans le contrôle naturel des
ravageurs du maïs, comme les chrysopes vertes. (Harwood, J.D. & Wallin, W.G. & Obrycki,
J.J. 2005). Dans l’Union européenne, comme ailleurs, l’évaluation des risques
environnementaux des cultures Bt prend uniquement en compte la toxicité aiguë directe sans
évaluer les effets sur les organismes situés plus haut dans la chaîne alimentaire. Les
conséquences peuvent pourtant être importantes. Ainsi, les chrysopes vertes souffrent de la
toxicité des cultures Bt à travers les proies dont elles se nourrissent. Le mode d’évaluation
basé uniquement sur les risques directs a largement été critiqué, beaucoup de scientifiques
estimant que les impacts des cultures Bt nécessitent une étude à tous les niveaux de la chaîne
alimentaire. ( Andow, D.A. & Zwahlen, C. 2006) .
Une menace pour les écosystèmes du sol, De nombreuses cultures Bt sécrètent leur toxine
de la racine vers le sol (Saxena, D.et al. 2002). Les résidus restant dans le champ contiennent
de la toxine Bt active. (Flores, S. et al. 2005) Les effets cumulés sur le long terme de la
culture de maïs Bt n’ont pas été évalués dans le contexte européen, bien que cela soit requis

47
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

par la législation Européenne (Directive 2001/18).L’évaluation des risques environnementaux


a jusqu’à présent ignoré complètement, au moins, deux autres impacts du maïs Bt :
Les déchets agricoles provenant de maïs Bt infiltrent les cours d’eau, là où la toxine Bt
pourrait s’avérer toxique envers certains insectes. (Rosi-Marshall, E.et al. 2007). Ceci
démontre la complexité des interactions qui interviennent dans l’environnement naturel et
souligne les lacunes de l’évaluation des risques.
Le maïs Bt est plus sensible à un type de puceron (aphide) que le maïs conventionnel, en
raison d’une altération des composants chimiques de sa sève. Cette altération n’a pas été
décrite une seule fois lors des demandes de mise sur le marché de maïs Bt alors qu’elle a des
implications écologiques importantes. Les interactions plantes insectes sont trop complexes
pour être mesurées par l’évaluation des risques.
IV.1.4.2.1.2 La culture de plantes tolérantes à un herbicide (TH)
Est associée :
Aux effets toxiques des herbicides sur les écosystèmes, L’herbicide Roundup, vendu par
Monsanto conjointement à ses plantes génétiquement modifiées Roundup Ready, est un
perturbateur endocrinien potentiel, c'est-à-dire qu’il pourrait interférer avec les hormones.
(Richard, S.et al. 2005).Il est également toxique pour les têtards. (Relyea, R.A. 2005)
À une tolérance accrue des mauvaises herbes aux herbicides, L’évolution de la résistance
des mauvaises herbes au Roundup est devenue un sérieux problème dans les pays qui
cultivent les plantes Roundup Ready à grande échelle (comme les Etats-Unis) (Roy, B.A.
2004) où les agriculteurs se retrouvent dans l’obligation d’augmenter les quantités de
Roundup pour contrôler les mauvaises herbes ou d’utiliser d’autres herbicides en complément
du Roundup.
À la disparition de mauvaises herbes mais aussi à la diminution de la biodiversité, Une
étude du gouvernement britannique a observé une diminution de 24 % des papillons en
bordure des champs de colza transgénique, car il y a moins de mauvaises fleurs de mauvaises
herbes (donc moins de nectar) pour se nourrir. De plus, le colza et les betteraves à sucre
fournissaient moins de graines pour les oiseaux (Firbank, L.G. et al. 2006). Le maïs TH ne se
compare favorablement (en terme d’impacts sur la biodiversité) qu’avec du maïs traité avec
l’herbicide atrazine, qui est maintenant interdit dans l’Union Européenne.
À la réduction du nombre de bactéries du sol, L’utilisation d’herbicides sur les cultures de
soja OGM conduit à la diminution de la quantité de bactéries bénéfiques fixant l’azote.
(Zablotowicz, R.M. & Reddy, K.N. 2004)

48
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

IV.1.4.2.3 sur la santé


Les études indépendantes démontrant l’innocuité des cultures OGM sur la santé humaine
ou animale sont cruellement absentes de la littérature scientifique. (Domingo, J.L. 2007)
Quasiment tous les OGM commercialisés dans le monde produisent ou sont tolérants à des
pesticides. Pourtant, alors que les pesticides doivent être testés pendant une période minimale
de deux ans avant d’être autorisés en Europe, les tests de sécurité effectués sur les OGM n’ont
jamais duré plus de 90 jours même pour les plantes OGM pesticides.
En fait, nous ignorons si les cultures OGM sont sans danger pour la consommation animale
ou humaine car trop peu d’études à ce sujet ont été menées sur le long terme.
Cela transparaît dans la controverse actuelle concernant l’évaluation de l’innocuité des
OGM. Le débat sur le maïs pesticide Bt MON863 est né des inquiétudes exprimées par des
scientifiques indépendants (Brown, P. & al. 2003) au sujet de différences lors de tests
alimentaires. Au lieu d’admettre les incertitudes concernant la sécurité alimentaire du
MON863 et d’approfondir les recherches, l’EFSA (EFSA. 2007) et l’industrie des
biotechnologies se sont évertuées à nier l’importance de ces découvertes Il est infondé et
trompeur de d’affirmer que consommer des OGM est sans danger pour la santé sous prétexte
que les Américains en consomment depuis dix ans sans qu’on ait observé des conséquences
visibles. Il n’existe, tout simplement, aucune étude sur cette question spécifique.
En revanche, ce qui ne fait pas de doute, c’est que les cultures OGM peuvent
potentiellement provoquer bien plus de réactions allergiques que les cultures issues de
croisements conventionnels. (Freese, W. & Schubert, D. 2004) Ainsi, lors d’une
expérimentation à long terme menée en Australie, il a été constaté que des petits pois OGM
causaient des réactions allergiques chez les souris. Cela les rendait également plus sensibles à
d’autres allergies alimentaires.
IV.1.5 sur les ressources en eau
La rareté de l’eau, plus que celle des sols, pourrait être, dans de nombreux cas, le facteur
principal de limitation de la production de matières premières pour les biocarburants. Environ
70 pour cent de l’eau douce prélevée à l’échelle mondiale sert à l’agriculture (Évaluation
exhaustive de la gestion de l’eau dans l’agriculture. 2007).
Les ressources en eau pour l’agriculture deviennent de plus en plus rares dans de nombreux
pays, en raison de la concurrence accrue avec les utilisations domestiques ou industrielles. En
outre, les incidences attendues du changement climatique en termes de réduction des
précipitations et du ruissellement dans certaines grandes régions productrices (dont le Proche-

49
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud) vont exercer une pression plus importante sur des
ressources déjà rares.

Les biocarburants représentent actuellement environ 100 km3 (soit 1 pour cent) de toute
l’eau transpirée par les cultures au niveau mondial et quelque 44 km3 (soit 2 pour cent) de
tous les prélèvements d’eau d’irrigation (de Fraiture, G. & Yongsong. 2007). Un grand
nombre des cultures actuellement utilisées pour produire des biocarburants comme la canne à
sucre, le palmier à huile et le maïs ont des besoins en eau relativement élevés pour atteindre
des rendements commerciaux (voir Tableau n°3) et sont par conséquent plus adaptées à des
zones tropicales à fortes pluies, sauf si ces cultures sont irriguées.

Tableau n°3 : Besoins en eau des cultures énergétiques

Source : FAO (2008)

La production en sec des matières premières pour les biocarburants est importante au
Brésil, où 76 pour cent de la canne à sucre est produite sans irrigation et aux États- Unis
d’Amérique, où 70 pour cent de la production de maïs n’est pas irriguée. Mêmes les plantes
pérennes, comme le jatropha et la pongamia, qui peuvent être cultivées dans des zones semi-
arides sur des terres marginales ou dégradées peuvent exiger un peu d’irrigation lors des étés
secs et très chauds. En outre, le traitement des matières premières pour en faire des
biocarburants peut utiliser de larges quantités d’eau, principalement pour le lavage des plantes
et des semences et pour le refroidissement par évaporation. Cependant, c’est la production
irriguée de ces matières premières clés pour les biocarburants qui aura le plus grand impact
sur les bilans des ressources en eau locales. De nombreuses régions irriguées productrices de
sucre dans le sud et l’est de l’Afrique et dans le nord est du Brésil atteignent déjà les limites

50
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

hydrologiques de leurs bassins fluviaux associés. Les bassins fluviaux de l’Awash, du


Limpopo, du Maputo, du Nil et du São Francisco sont concernés.

Si le potentiel d’expansion des zones irriguées peut sembler dans certains cas élevé sur la
base des ressources en eau et des terres, la marge réelle d’augmentation de la production
irriguée de biocarburants sur des terres existantes ou nouvellement irriguées est limitée par les
besoins en infrastructures nécessaires pour garantir les livraisons d’eau et par les systèmes de
propriété foncière qui peuvent ne pas être adaptés aux systèmes de production commerciale.
De même, l’expansion peut être restreinte par des coûts marginaux plus élevés du stockage de
l’eau (les sites les plus économiques ont déjà été utilisés) et de l’achat des terres. Le
Graphique n°12 montre que le potentiel de croissance pour le Proche-Orient et l’Afrique du
Nord atteint ses limites. Si les ressources en eau restent abondantes dans le sud, l’est et le sud-
est de l’Asie, les terres disponibles pour l’extension de l’agriculture irriguée sont très rares. La
majeure partie de l’expansion est limitée à l’Amérique latine et à l’Afrique subsaharienne.
Cependant, dans cette dernière région, il est prévu que les volumes actuellement bas des
prélèvements d’eau pour l’irrigation n’augmenteront que lentement.

Graphique n°12 : Potentiel d’extension des zones irriguées


Source : FAO(2008)

L’accroissement de la production de cultures pour les biocarburants affectera la qualité de


l’eau comme sa quantité. La conversion de pâturages ou de forêts en champs de maïs, par
exemple, peut exacerber les problèmes tels que l’érosion des sols, la sédimentation et le
ruissellement des éléments nutritifs excédentaires (azote et phosphore) dans les eaux de
surface et l’infiltration dans la nappe phréatique due à l’augmentation de l’apport d’engrais.

51
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

L’excès d’azote dans le système du fleuve Mississippi est une des principales raisons de
l’existence d’une «zone morte» totalement privée d’oxygène dans le Golfe du Mexique, où de
nombreuses formes de vie marine ne peuvent plus survivre.( Runge et Senauer.2007) estiment
que, du fait que les rotations maïs-soja sont remplacées aux États-Unis d’Amérique par la
culture en continu du maïs pour la production d’éthanol, des augmentations importantes de
l’apport et du ruissellement d’engrais azotés vont aggraver ces problèmes. La production de
biodiesel et d’éthanol entraîne la contamination organique des eaux usées qui, si elles sont
relâchées sans traitement, peuvent augmenter l’eutrophisation des organismes aquatiques de
surface. Toutefois, les technologies actuelles de traitement des eaux usées peuvent régler
efficacement le problème des polluants et des déchets aquatiques. Les systèmes de
fermentation peuvent réduire la demande biologique en oxygène des eaux usées de plus de 90
pour cent, si bien que l’eau peut être réutilisée pour le traitement, et le méthane capturé dans
le système de traitement et utilisé pour produire de l’électricité. En ce qui concerne la
distribution et les phases de distribution et de stockage du cycle, les impacts négatifs
potentiels sur les sols et les eaux venant des fuites et des débordements sont réduits par
rapport à ceux des combustibles fossiles.

Au Brésil, où la canne à sucre pour l’éthanol est cultivée principalement sans irrigation, la
disponibilité de l’eau n’est pas un problème, mais sa pollution associée à l’apport d’engrais et
de produits agrochimiques, à l’érosion des sols, au lavage de la canne à sucre et à d’autres
étapes du processus de production de l’éthanol est très préoccupante (Moreira. 2007). La
majeure partie de la vinasse est utilisée pour l’irrigation et la fertilisation des plantations de
canne à sucre, ce qui réduit à la fois la demande en eau et les risques d’eutrophisation.

Les pesticides et les autres produits agrochimiques peuvent se diluer dans les organismes
aquatiques, ce qui est mauvais pour la qualité de l’eau. Le maïs, le soja et les autres matières
premières des biocarburants ont des besoins en engrais et en pesticides très différents. Parmi
les principales matières premières, le maïs a le plus fort taux d’apport en engrais comme en
pesticides par hectare. Par unité d’énergie économisée, les biocarburants tirés du soja et
d’autres biomasses des prairies à faibles intrants et très diversifiées ne demandent d’après les
estimations qu’une fraction de l’azote, du phosphore et des pesticides exigés par le maïs, ce
qui entraîne un plus faible impact sur la qualité de l’eau. (Hill & al. 2006; Tilman, Hill &
Lehman. 2006)

52
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

L’énergie tirée de la biomasse exige environ 70 à 400 fois plus d’eau que celle issue des
autres vecteurs énergétiques comme les combustibles fossiles, le vent et le rayonnement
solaire (Leenes, G. & al. 2008) Plus de 90 % de l’eau requise sont utilisés dans la production
des matières premières, ce qui correspond aux besoins en eau de l’agriculture en général : 70
% de tous les prélèvements d’eau à des fins humaines servent à l’irrigation des cultures (soit
20 % des cultures à l’échelle mondiale, les autres 80 % dépendant de l’eau de pluie) (De
Fraiture & Berndes. 2009). A peu près 45 milliards de mètres cubes d’eau d’irrigation ont été
utilisés pour la production de biocarburants en 2007, soit quelque 6 fois plus que la
consommation mondiale d’eau potable (Howarth & al. 2009). Pourtant, les besoins en eau
totaux des biocarburants pour les transports issus de cultures alimentaires (canne à sucre, maïs
et colza) sont modestes par rapport à ceux de la production alimentaire. Environ 1,4 % de
l’évapotranspiration totale des cultures alimentaires et près de 1,7 % des retraits totaux pour
l’irrigation concernent les biocarburants (De Fraiture & al. 2008). Mais une évaluation
récente de la gestion de l’eau dans l’agriculture (EG. 2007) a conclu que, si les niveaux de
production alimentaire et les tendances environnementales observés aujourd’hui se
poursuivent, une crise de l’eau apparaîtra dans de nombreuses parties du monde. Les
biocarburants, en particulier ceux de première génération, pourraient accroître la demande de
cette ressource déjà rare.
La figure ci-dessous (Graphique n°13) propose la comparaison de l’empreinte eau de la
culture de cinq espèces dédiées à la production de biocarburants aux États-Unis.

Graphique n°13 : Consommation d’eau pour la culture de différentes espèces dédiées à la production

De biocarburants (m3 d’eau par tep de carburant)

Source : d’après Harto & al. 2010

53
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

IV.2 Contraintes socio-économiques


IV.2.1 L’évolution des prix au niveau mondial des produits agricoles
IV.2.1.1 Huiles de soja et de colza
Entre 2000 (son plus bas niveau sur la période 1993 – 2009) et 2006, le prix de l’huile de
colza (exprimé en US$) a été multiplié par 2,5. Sur la même période le prix de l’huile de soja
a crû plus modérément (+57%). Les prix des deux huiles sont entrés à partir de mi 2006 dans
une phase de forte croissance, alignant leur évolution sur celle du pétrole. Comme le pétrole,
ils ont atteint leur pic dans l’été 2008. A Rotterdam l’huile de colza dépassait alors 1700 US$
par tonne (contre 315 en décembre 2000 et 870 à l’été 2006). Le cours de l’huile de soja à
New York a atteint 1414 US$ la tonne en juin 2008 (contre 321 en janvier 2001 et 534 en
septembre 2006). Les prix ont été divisés par deux à la suite du déclenchement de la crise
financière, puis ont recommencé à augmenter vivement à partir de mars 2009. Fin 2009 les
prix ont retrouvé leur niveau d’avant la bulle spéculative de 2008. Le mouvement de hausse
se poursuit depuis. Début 2011 les deux huiles avaient, comme le pétrole, quasiment retrouvé
leur niveau de 2008. (Gagnepain, B. 2012)
IV.2.1.2 Huile de Palme
Le prix de l’huile de palme a été multiplié par 6 entre 2001 et 2008. Au plus fort de la crise
il redescend à son niveau moyen des années 1993 – 2006, avant de dépasser début 2011 le pic
de l’été 2008. Le ratio entre le prix de l’huile de soja et celui de l’huile de palme est
relativement fluctuant. De l’ordre de 1,05 entre 1995 et 1999, s’établit à 1,35 en moyenne sur
la période 2003 – 2009. (Gagnepain, B. 2012)
IV.2.1.3 Céréales et sucre
IV.2.1.3.1 Céréales
Le prix du maïs est resté stable de 1998 jusqu’à juin 2006, tandis que celui du blé s’inscrit
de 1999 à 2005 sur une tendance ascendante (+36%). Suivant une évolution comparable à
celle des huiles de colza et de soja, entre juin 2006 et mars 2008, le prix du blé est multiplié
par trois, de même que celui du maïs entre novembre 2005 et juin 2008. Les prix redescendent
à partir de mi 2008 jusqu’en 2010 puis remontent pour dépasser, pour le maïs, le maximum
atteint en juin 2008. (Voire le Graphique n°14) (Gagnepain, B. 2012)

54
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

Maïs Blé Brent

Graphique n°14 : Prix international du maïs et du blé comparé au prix du pétrole


Source : ADEME (2012)

IV.2.1.3.2 Sucre : Les prix du sucre sur le marché libre sont nettement moins influencés par
le prix du pétrole, les prix sur les marchés des USA et de l’Union Européenne étant
réglementés jusqu’à une période récente. Le prix de l’éthanol suit le prix du pétrole de 2004 à
2007, mais ne participe pas à la hausse des années 2008 – 2009. (Voire le Graphique n°15)
(Gagnepain, B. 2012)

Sucre New York €/t éthanol Brésil €/m3 Brut Rotterdam€/t

Graphique n°15 : Prix du sucre (marché libre), de l’éthanol (Brésil) comparés au prix du Brent

Source: ADEME (2012)

55
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

IV.2.2 La sous-alimentation
Selon les estimations, les répercussions de la flambée des prix de 2006-2008 sur le nombre
de personnes sous-alimentées ont considérablement varié selon les régions et les pays. Les
différentes positions commerciales nettes (par exemple, pays exportateur ou pays importateur)
et les diverses mesures prises face aux chocs des prix et des revenus ont déterminé les
résultats. Les pays les plus exposés aux variations de prix sur les marchés internationaux ont
été généralement les pays pauvres et importateurs de produits alimentaires: ils étaient
dépourvus de réserves suffisantes, leurs moyens budgétaires ne leur permettaient pas
d’acheter des denrées alimentaires au prix fort et ils n’avaient pas non plus l’option de limiter
leurs exportations. Ils ont été frappés de plein fouet par la crise et ont vu les prix des denrées
alimentaires de base s’envoler sur leurs marchés intérieurs. (le Comité de la sécurité
alimentaire mondiale (CSA) et FAO. 2008)
Étant donné que la demande de biocarburants peut induire une augmentation des prix des
denrées alimentaires et une diminution des quantités de graines disponibles pour
l’alimentation, il est possible d’imaginer que ceci aura un effet sur les familles à faibles
revenus des pays en voie de développement (Tiradoa et al 2010 ; Timilsini et al., 2010). Il est
d’ailleurs suggéré que l’indice FAO du prix des céréales soit inversement corrélé aux
quantités totales de céréales expédiées sous forme d’aide alimentaire par les agences
internationales (Graphique n° 16), (FAO. 2008)

Graphique n° 16 : Index des prix des céréales et aides alimentaires

Source : FAO (2008)

56
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

Proche du cap du milliard, le nombre de personnes sous-alimentées dans le monde demeure


à un niveau inacceptable en 2010, malgré un recul escompté, le premier en 15 ans. Cette
baisse s’expliquerait en grande partie par une conjoncture économique plus favorable en
2010, en particulier dans les pays en développement, et par la baisse des prix alimentaires
depuis 2008, aussi bien sur les marchés internationaux que nationaux. Si la récente
augmentation des prix alimentaires persiste, elle créera des obstacles supplémentaires aux
efforts de réduction de la faim. La FAO estime que 925 millions d’individus au total souffrent
de la faim en 2010, contre 1,023 milliard en 2009. Ce chiffre demeure supérieur au niveau
d’avant les crises alimentaire et économique de 2008, et supérieur également à ceux de la
période du Sommet mondial de l’alimentation de 1996, lorsque les dirigeants mondiaux
convinrent de réduire de moitié le nombre d’affamés (Graphique n° 17).(FAO,2010)

Graphique n° 17 : La sous-alimentation dans le monde

Source : FAO(2010)

57
Chapitre IV Inconvénients des biocarburants

Conclusion

On voix Bien que la production de biocarburants demeure modeste par rapport à la demande
totale d’énergie, mais elle est importante comparée à la production agricole actuelle. Il faut
reconnaître les implications environnementales et sociales potentielles de sa croissance
continue. La réduction des gaz à effet de serre est par exemple un des objectifs explicites de
certaines mesures destinées à favoriser la production de biocarburants. Des impacts négatifs
imprévus sur les sols, l’eau et la biodiversité font partie des effets secondaires de la
production agricole en général, mais ils sont particulièrement préoccupants en ce qui concerne
les biocarburants. L’importance de ces impacts dépend de la manière dont les matières
premières servant à fabriquer les biocarburants sont ; produites, traitées, et transportée, et de
la façon dont elles influent sur le changement d’affectation des terres, l’utilisation de l’eau,
engrais, pesticides et plantes génétiquement modifies.

58
CHAPITRE V

Perspectives
Chapitre V Perspectives

Introduction

Les bonnes pratiques visent à utiliser les connaissances disponibles pour aborder la
dimension de développement durable de la production, de la récolte et du traitement sur
l’exploitation des matières première pour les biocarburants.

En pratique, la protection des sols, de l’eau et des cultures, la gestion de l’énergie et de


l’eau, la gestion des éléments nutritifs et des produits agrochimiques, la préservation de la
biodiversité et des paysages, la récolte, le traitement et la distribution sont autant de domaines
où de bonnes pratiques sont nécessaires pour aborder le développement durable de la
bioénergie. (Rapport du Groupe international d’experts sur la gestion durable des ressources,
2009)

V. 1 Perspectives du groupe international d’experts

Selon les perspectives du groupe d’experts réalisées en 2009, la gestion des ressources
naturelles tels que les terres, le sol, l’eau et la biodiversité ainsi qu’à l’analyse du cycle de vie
utilisé pour estimer les émissions de gaz à effet de serre et déterminer si tel ou tel biocarburant
est plus adapté au changement climatique qu’un combustible fossile, il faut tenir compte des
points ci-dessous :

• Améliorer les estimations concernant les changements mondiaux d'affectation des sols dû à
la modification des modes de consommation alimentaire

• Mesurer les bilans azotés de l'agriculture, notamment en ce qui concerne les émissions de
N2O (y compris hors site)

• Étudier les modes de production de matières premières agricoles/forestières exigeant peu


d'intrants ainsi que les technologies de conversion efficaces pour l'utilisation à des fins
énergétiques et pour la fabrication de matériaux

• Comparer les utilisations de la bioénergie dans différents environnements/emplacements


(par exemple utilisations stationnaires ou utilisations mobiles)

• Étudier les conséquences de la plus grande utilisation des produits forestiers à des fins
énergétiques

57
Chapitre V Perspectives

• Analyser les conséquences environnementales (en particulier les émissions de GES et les
besoins en terres) et la viabilité économique des biocarburants de deuxième et de troisième
génération

• Évaluer les conséquences globales de l'utilisation de critères de durabilité pour les


biocarburants, en particulier dans les systèmes de certification

V.1.1 Mieux utiliser la biomasse

• Développer l'utilisation en cascade de la biomasse :

� Déterminer tout le potentiel des biomatériaux eu égard à l'utilisation durable des


ressources au niveau des systèmes et à l'ensemble des utilisations de la biomasse (aliments,
fibres, carburants).

� Déterminer la mesure dans laquelle les systèmes d'utilisation en cascade permet de


réduire les besoins en ressources (terres, matières premières et énergie) ainsi que les
incidences environnementales

�Développer des systèmes d'aide à la décision au niveau politique et industriel afin d'éviter
la mise en œuvre de mesures incitatives peu souhaitables et de mieux tirer partie des
possibilités d’associer les utilisations pour les matériaux et l'énergie

• Promouvoir l’utilisation des résidus et des déchets :

�Préciser le rôle des résidus dans la protection des sols, le maintien du contenu des sols en
carbone et le cycle des éléments nutritifs afin de déterminer quelle fraction peut être enlevée

� Mieux comprendre le processus de recyclage des nutriments en cas d’incinération des


déchets

�Analyser les émissions de N2O venant des installations de production de biogaz

• Améliorer l'utilisation globale des terres :

� Élaborer plus avant et mettre en œuvre des mesures respectueuses de l'environnement pour
accroître les rendements, en particulier dans les pays en développement, notamment de
l’Afrique subsaharienne

58
Chapitre V Perspectives

� Mettre en évidence les possibilités de production réalistes et les conséquences de


l'utilisation de terres dégradées :

 Déterminer la superficie des terres disponibles ainsi que les cultures et les systèmes
de production adéquats
 Mettre au point des évaluations des sols afin déterminer si changer l'affectation des
terres est plus rationnel que laisser intervenir la régénération naturelle

� Envisager une planification intégrée de l'utilisation des sols couvrant l'agriculture, la


sylviculture, les établissements humains/infrastructures/les activités minières et la
conservation de la nature, eu égard à l'utilisation des ressources actuelles et futures.

� Élaborer plus avant des indicateurs et des valeurs de référence pour informer les pays des
ponctions qu’ils opèrent sur les ressources mondiales et nationales (en particulier l'utilisation
mondiale des terres associée à la consommation nationale)

V.1.2 Comparer et mettre au point des solutions de replacement


potentiellement plus économes en ressources

• Étudier et exploiter les diverses options disponibles pour réduire la consommation de


carburants et de ressources dans les transports

• Comparer les services énergétiques offerts par le solaire et la biomasse (performances


environnementales, sociales et économiques) dans les différentes régions du monde, afin de
fournir des orientations aux responsables.

• Développer plus avant les technologies solaires, comme le photovoltaïque, afin de les
rendre plus économiques, tout en prenant en compte l'intensité en ressources matérielles, les
conséquences des composants dangereux, la réduction des émissions au niveau de la
production et l'amélioration des options de recyclage.

• Concevoir des approches pour réduire la consommation excessive de produits animaux dans
les régimes alimentaires

• Déterminer les pertes effectives de biomasse après les récoltes ainsi que les gaspillages de
produits alimentaires et les moyens de les réduire

V.1.3 Améliorer les méthodologies et les mesures de sauvegarde

59
Chapitre V Perspectives

• Développer les systèmes de certification des biocarburants et les mécanismes de mise en


œuvre de façon à :

�Envisager de façon plus globale les changements indirects d'affectation des sols, les effets
sur les émissions de GES et d'autres incidences, comme l'eutrophisation, en particulier pour

� Conjuguer les critères spécifiques aux produits et à la chaîne de production avec les
conclusions dégagées au niveau macroéconomique (par exemple, les prévisions concernant la
biomasse globale et l'utilisation connexe des terres dans un pays importateur net)

• Harmoniser les règles sur la façon de réaliser des analyses de cycle de vie sur les
biocarburants :

� Établir des directives et hypothèses raisonnables pour résoudre les problèmes


méthodologiques

� Déterminer comment remédier aux incertitudes entourant certains paramètres clés (par
exemple, les règles d'allocation des impacts aux coproduits, les taux d'émission de N2O,
l'utilisation des sols, les progrès technologiques, etc.)

� Tenir compte des problèmes concernant la consommation d'eau et la pollution en tenant


compte de :

• Développer des technologies et des mécanismes politiques pour réduire la demande


d'énergie, de matériaux et les activités fortes consommatrices de terres.

60
Conclusion Générale
Conclusion Générale

Pour conclure on va dire que les agrocarburants sont une problématique très complexe.
Leur développement est en forte expansion à l’heure actuelle. Longtemps loués, il s’avère
qu’ils ne répondent pas forcément aux objectifs initiaux et qu’ils causent des dommages
environnementaux et sociaux.

On pense que le développement du biocarburant pose un réel problème, celui du choix des
ressources à allouer à l'alimentation et celles à transformer en fuel.

Néanmoins, nous estimons que le bioéthanol à usage de carburant à partir des palmiers
dattiers, est une extraordinaire opportunité pour l'Algérie et le Monde arabe, pour bâtir une
très forte agriculture sur le modèle des espaces oasiens en expansion mais entrepris d'une
façon moderne.

Le bioéthanol répondra aux besoins de carburants propres dans un environnement semi


aride et permettra de lutter efficacement, c'est- à- dire à moindre frais, contre la désertification
de zones entières tout en assurant notre sécurité alimentaire. C'est enfin un modèle
économique, basé sur une richesse endogène et exclusive à notre pays.

Et on peut ajouter que l'après pétrole ne se construit pas le jour où il n'y a plus de pétrole.
L'après pétrole c'est maintenant. L'après pétrole c'est d'abord la rupture avec la mentalité
rentière et se retrousser les manches. C'est ce que propose ce modèle économique basée sur
une culture moderne du palmier dattier et une intégration d’un large éventail de plante
exogènes (Jatropha curcas, Pongamia pinnata, Madhuca longifolia, Moringa oleifera….)
dans notre outil industriel.

Malgré tous les avantages économiques et énergétiques que peuvent représenter les
biocarburants, il est nécessaire de mettre leur expansion dans une perspective globale. À cet
égard, les biocarburants ne semblent pas représenter une solution durable pour faire face aux
grands défis environnementaux et sociaux tels que la perte de biodiversité, les changements
climatiques, la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Au contraire l’augmentation à grande
échelle des cultures énergétiques risquerait d’augmenter la concurrence entre carburants et
nourriture pour l’utilisation des ressources agricoles. Cette question est d’autant plus
importante que les terres agricoles ne pourront s’accroître indéfiniment sans que des impacts
Irréversibles se produisent sur la biodiversité. À court terme, la conservation et la restauration

61
Conclusion Générale

des écosystèmes, ainsi que l’efficacité énergétique, semblent représenter des mesures plus
efficaces pour lutter contre les changements climatiques et la perte de biodiversité.

À long terme, le développement des biocarburants liquides dits de deuxièmes générations


(des agrocarburants pour laquelle toute la plante est valorisée de façon énergétique) et ceux de
troisième génération semblent plus prometteurs pour remplacer en partie les carburants
fossiles utilisés pour le transport.

Donc faut-il pour autant les rejeter en bloc ?

Pas forcément. L’analyse se doit d’être fine et se faire au cas par car. Pour chaque filière, il
faut mener une analyse systémique et territoriale en prenant compte de tous les facteurs
économiques, environnementaux et sociaux.

Ce mémoire nous a permis de comprendre le développement d'un autre carburant que le


pétrole. Les biocarburants de première génération ne peuvent se substituer au pétrole car ils
possèdent beaucoup trop d'inconvénients dont un majeur, la pénurie alimentaire causée par
leurs productions. Cependant, le développement des biocarburants de seconde génération et
de troisième génération laisse entrevoir une possibilité d'un autre carburant capable de se
substituer au pétrole

En tout cas, le débat sur les agrocarburants est un débat passionné, car il touche à des
questions fondamentales comme l’après pétrole, la lutte contre le changement climatique, les
rapports Nord-Sud ou la sécurité alimentaire entre autre.

Les agro-carburants ne remplaceront jamais le pétrole, mais ils peuvent faire partie d’un mix
énergétique.

62
Glossaire
Glossaire

-Additif : désigne une substance qui est introduite dans un mélange pour apporter une
propriété spécifique
-Bio-crude : liquide combustible issu de la liquéfaction directe de la biomasse.
-Biomasse lignocellulosique : matière végétale constituée de lignocellulose : bois, paille,
écorces, herbes, feuilles…. Par opposition aux biomasses amylacées et saccharifères,
respectivement composées de saccharose et d'amidon
-Bio-oil = Huile de pyrolyse : liquide combustible issu de la pyrolyse de la biomasse.
Produits fabriqués à partir de bioressources renouvelables telles les cultures, les arbres, les
animaux, la faune et la flore marines, les micro-organismes et les déchets organiques
industriels et urbains. Il est possible de définir sept catégories de ressources dont on peut tirer
matériaux et molécules renouvelables :
1. Alimentaires
2. Bio déchets et sous produits "humides"
3. Déchets et sous-produits "cellulosiques"
4. Bois et assimilés
5. Cultures cellulosiques dédiées, agricoles et forestières
6. Cultures spécifiques (fruits, graines et tubercules)
7. Biomasse aquatique et marine
Les bioproduits fabriqués au Québec incluent principalement les produits biochimiques, les
biopesticides, les panneaux de fibres et agri-fibres, les bioplastiques, et les biocapteurs et
biocatalyseurs.
Dans le présent document, il est fait référence principalement aux bioproduits issus de
cultures agricoles.
- Bioéthanol : éthanol produit à partir de la biomasse et/ou de la partie biodégradable des
déchets et destiné à être utilisé comme biocarburant.
- Biodiesel : ester méthylique produit à partir d’huile végétale ou animale, de qualité diesel et
destiné à être utilisé comme biocarburant.
- Biogaz : gaz carburant produit à partir de la biomasse et/ou de la partie biodégradable des
déchets qui peut être purifié pour atteindre la qualité du gaz naturel.
- Biométhanol : méthanol produit à partir de biomasse (biogaz) et destiné à être utilisé
comme biocarburant.
-Bio-ETBE : ET BE (Éthyl Tertio Butyl Éther) produit sur la base de l’éthanol, le
pourcentage en volume de bio-ETBE considéré comme biocarburant est de 47 % (énergie à
47 % renouvelable).
-Bio-MT BE : MTBE (Méthyl Tertio Butyl Éther) produit sur la base de méthanol, le
pourcentage en volume de bio-MTBE considéré comme biocarburant est de 36 % (énergie à
36 % renouvelable).
-Biocarburants de synthèse : hydrocarbures de synthèse ou mélange d’hydrocarbures de
synthèse produits à partir de la biomasse.
-Ethanol cellulosique : éthanol issu de la transformation (hydrolyse + fermentation) de la
lignocellulose.
- Gaz à effet de serre désignés par le protocole de Kyoto (1997) sont les suivants :
• Le dioxyde de carbone (CO2),
• Le méthane (CH4),
• L’oxyde nitreux (N2O),
• L’hexafluorure de soufre (SF6),
• Les hydrofluorocarbures (HFC),
• Les hydrocarbures perfluorés ou perfluorocarbures (PFC).
-Gaz de synthèse = syn-gas : mélange gazeux de CO et H2 principalement, issu de la
gazéification et/ou de la transformation de la biomasse, du charbon ou du gaz naturel.
-Huile végétale pure : huile produite à partir de plantes oléagineuses (colza, tournesol,
palme…) et permettant de créer de l’EMHV (Ester Méthylique d’Huiles Végétales) pour les
véhicules diesel.
-L'hydrocraquage : consiste à hydrogéner les molécules insaturées à l'aide d'hydrogène et en
présence d'un catalyseur
-Hydrolyse : Est la décomposition par l'eau grâce aux ions H3O+ et HO- provenant de la
dissociation de l'eau d’une substance par exemple
-Lignocellulose : constituant principal de la matière végétale. Elle est constituée de cellulose,
d'hémicellulose et de lignine intimement liées dans une structure semi-cristalline. Voir §2.2
-Liquéfaction : est un changement d'état qui fait passer un corps de l'état gazeux à l'état
liquide
-manioc (Manihot esculenta) est un arbuste vivace de la famille des Euphorbiacées, originaire
d'Amérique du Sud
-Miscanthus est un genre de plantes herbacées vivaces de la famille des Poaceae
(Graminées) originaire d'Afrique et d'Asie du sud
-pressurage est une opération mécanique consistant à presser le raisin ou tout autre

-pyrolyse est la décomposition ou thermolyse d'un composé organique par la chaleur pour
obtenir d'autres produits (gaz et matière)

-Purifiée : traitement physique destiné à supprimer les impuretés

-sylviculture est l'ensemble des méthodes et des pratiques par lesquelles l’homme agit sur le
développement d'une forêt pour en obtenir certains services

-Syn-biodiesel = BTL (biomass to liquid) : carburant très proche du gasoil produit par
conversion du gaz de synthèse issu de la gazéification de la biomasse.
-Tamisage : Elimination des impuretés dans les graines de colza.
-Transgénique : On dit qu'une plante est transgénique lorsqu'elle a acquis un ou plusieurs
caractères, non pas par transfert de gènes entre deux plantes parentales lors d'un croisement,
mais par génie génétique. Cette plante transgénique, qui est un OGM, contient donc dans
toutes ses cellules de nouvelles séquence d'ADN (transgène) étrangères à son patrimoine
génétique héréditaire, qui lui confèrent de nouveaux caractères.
-Transestérification : Mélange à froid de l’huile avec un alcool (méthanol ou éthanol) en
présence d’un catalyseur (hydroxyde de potassium) amenant à la production d’esters
méthyliques ou éthyliques ayant des propriétés physiques très proches de celles du diesel.
-Trituration : La trituration des graines oléagineuses consiste en une première étape de
pression qui permet d'extraire environ la moitié de l'huile des graines. La deuxième étape
consiste en une extraction de l'huile restante par un solvant. Le solvant est ensuite séparé de
l'huile et récupéré intégralement. Puis il y à séparation de l’huile brute obtenue et des
tourteaux (résidus solides).
-Torréfaction est l'action d'exposer un aliment à un feu direct.
-Tourteaux : les résidus solides obtenus après extraction de l'huile des graines ou des fruits
de plantes ...

- Raffinage : Le raffinage est l'ensemble des opérations qui servent à transformer l'huile brute
en un produit comestible en éliminant les impuretés.
Références
Bibliographiques
BIBLIOGRAPHIE
ADEME. (2008), élaboration d’un référentiel méthodologique pour la réalisation d’analyse
cycle de vie appliquées aux biocarburants de 1ère génération en France, synthèse, 10p
http://www.alterenergies.org/lib/exe/fetch.php?media=alterenergies:info:debat_agrocarburant
docpreparatoire.pdf

ADEME. (2012), analyse rétrospective des interactions du développement des biocarburants


en France avec l’évolution des marches français et mondiaux (productions agricoles, produits
transformes et coproduits) et les changements d’affectation des SOLS, Étude réalisée pour le
compte de l’ADEME par In Numeri, 130p

Ambassade de France aux Etats-Unis. (2012), Les prodigieux efforts des américains pour
produire suffisamment de biocarburants
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68934.htm

Andow, D.A. & Zwahlen, C. (2006), assessing environmental risks of transgenic plants.
Ecology Letters 9: 196-214.
Anne, P.et Stéphane. (2006), Les biocarburants dans le monde, Institut français de pétrole,
06p. http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/content/download/56070/1242318/version/3/file/IFP-
Panorama05_07-BiocarburantVF.pdf

Anne-Sophie Alsif. (2010), Le Brésil et les biocarburants, l'internationalisation d'un enjeu


Énergétique par le Sud, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 18p.
http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/50/31/84/PDF/AnneSophie_Alsif.pdf

Association Européen bioéthanol fuel. (2004-2010), Plateforme biocarburants,


Staistique ,05p

Association Canadienne des énergies renouvelables. (2010), Au-delà de pétrole, bulletin


sur l’industrie canadienne des carburants renouvelables, 50p

Australian Biofuel Institute. (2008), the Sustainability of Biofuels, Issues to Consider,


Australian Biofuel Institute.

Biaou, G. (2010), Opportunites, menaces et risques de la production des biocarburants au


Benin, projet de renforcement des capacités en conception et analyse des politiques de
développement, 24p

Bringezu, s .Schutz, H.O’brie, M .Kauppi, L.Howarth, R.W.Mcneely, J. (2009),


Evaluation des biocarburants, PNUD, 116p

Brown, P. Wilson, K.A. Jonker, Y. & Nickson, T.E. (2003), Glyphosate Tolerant Canola
Meal Is Equivalent to the Parental Line in Diets Fed to Rainbow Trout, Journal of
Agricultural Food and Chemistry, 51: 4268-4272.
CDB (Convention sur la diversité biologique). (2008), The potential impact of biofuels on
biodiversity, Note by the Executive Secretary for the Conference of the Parties to the
Convention on Biological Diversity, Bonn, Allemagne manuscript.

Conseil québécois du biodiesel (COB). (2005), Le biodiesel, Commission de l’économie et


de travail, 20p
Curran, L.M. Trigg, S.N. McDonald, A.K. Astiani, D. Hardiono, Y.M. Siregar, P.
Caniago, I. & Kasischke, C. (2004), Lowland forest loss in protected areas of Indonesian
Borneo, Science, 303(5660): 1000-1003.

Daphné, L. (2011), les biocarburants à partir de micro-algues, institut Français de petrole,


article.http://ifpenergienouvelles.fr/espace-decouverte/tous-les-zooms/des biocarburants à
partir de micro-algue.htm

De Fraiture, Giordano. & Yongsong. (2007), Biofuels and implications for agricultural
water use: blue impacts of green energy, Paper presented at the International Conference on
Linkages between Energy and Water Management for Agriculture in Developing Countries,
ICRISAT Campus, Hyderabad, Inde, Colombo, Institut international de gestion des ressources
en eau.

De Fraiture, C.M. Giordano,Y. Liao. (2008), Biofuels and implications for agricultural
water uses: blue impacts of green energy. Water Policy 10 (S1): 67–81.

De Fraiture, C. & Berndes, G. (2009), Biofuels and water. Pages 139-153 in R.W, Howarth
and S, Bringezu (eds.)Biofuels: Environmental Consequences and Interactions with
Changing Land Use. Procès-verbal du Comité scientifique sur les problèmes d’environnement
(SCOPE) Évaluation rapide du Projet international sur les transports, 22-25 septembre 2008,
Gummersbach (Allemagne). Cornell University, Ithaca NY (États-Unis).
http://cip.cornell.edu/biofuels/.

Directive du Parlement Européen et du Conseil, (2001), relative à la dissémination


volontaire d'organismes génétiquement modifiés dans l'environnement.

Dively, G.P. Rose, R. Sears, M.K. Hellmich, R.L. Stanley-Horn, D.E. Calvin, D.D. Russo,

Domingo, J.L. (2007), Toxicity studies of genetically modified plants: a review of the
published literature, Critical Reviews in Food Science and Nutrition, 47:8, 721 – 733

EFSA. (2007), EFSA review of statistical analyses conducted for the assessment of the MON
863 90-day rat feeding study.
http://www.efsa.europa.eu/en/science/scientific_reports/statistical_analyses_MON863.html

EG (Évaluation globale de la gestion de l’eau en agriculture). (2007), Water for Food,


Water for Life: A Comprehensive Assessment of Water Management in Agriculture.
Earthscan, Londres ; Institut international de gestion des ressources en eau, Colombo.
Emilio Lèbre La Rovere, André Santos Pereira. (2007), La moitié du Brésil roule au
biocarburant.

FAO. (2007), Évaluation exhaustive de la gestion de l’eau dans l’agriculture, rapport ,154p
http://www.fao.org/catalog/inter-e.htm
FAO. (2008), la situation mondiale de l’alimentation et de l’agriculture, biocarburants
perspectives, risques et opportunités, 156p
ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/011/i0100f/i0100f02.pdf

Fargione, J. Hill, J. Tilman, D. Polasky, S. & Hawthorne, P. (2008), Land clearing and the
biofuel carbon debt. Science 319: 1235 – 1238.

FCP (Fonds commun pour les produits de base). (2007), Biofuels: strategic choices for
commodity dependent countries, Commodities Issues Series, Amsterdam.

FIDA/FAO/UNF. (2008), International consultation on pro-poor Jatropha development (des


documents de consultation sont disponibles à l’adresse suivante: www.ifad.org/events/
jatropha).

Firbank, L.G. et al. 2006. Effects of genetically modified herbicide-tolerant cropping


systems on weed seedbanks in two years of following crops. Biology Letters 2: 140-143

Flores, S. Saxena, D. & Stotzky, G.(2005), Transgenic Bt plants decompose less in soil than
non- Bt plants. Soil Biology and Biochemistry 37: 1073-1082.

Freese, W. & Schubert, D. (2004), Safety testing and regulation of genetically engineered
foods. Biotechnology and Genetic Engineering Reviews, 21: 229-324.

Fritsche, U.R. (2008), Impacts of biofuels on greenhouse, FAO Expert Meeting Proceedings,
FAO, Rome.

Gagnepain, B. (2012), analyse retrospective des interactions du developpement des


biocarburants en france avec l’evolution des marches français et mondiaux (productions
agricoles, produits transformes et coproduits) et les changements d’affectation des sols, étude
réalisée pour le compte de l’ademe, 130p

Gerbens-Leenes, P.W.A. Hoekstra, Th. Meer, vander. (2008), Water footprint of bio-
energy and other primary energy carriers, Value of Water Research Report Series No, 29.
UNESCO-IHE, Delft, Pays-Bas.

Gibbs, H. K. Johnston, M. Foley, J. Holloway, T. Monfreda, C. Ramankutty, N. & Zaks,


D. (2008), Carbon payback times for crop-based biofuel expansion in the tropics: The effects
of changing yield and technology, Environmental Research Letters 3 (03400): 10pp.
Harwood, J.D. Wallin, W.G. & Obrycki, J.J. (2005), Uptake of Bt endotoxins by non-
target herbivores and higher order arthropod predators: molecular evidence from a transgenic
corn agroecosystem, Molecular Ecology 14: 2815-2823.

Henson, I.E. (2003), The Malaysian national average oil palm: concept and evaluation, Oil
Palm Bulletin 46: 15-27.

Hill, J. Nelson, E. Tilman, D. Polasky, S. & Tiffany, D. (2006), Environmental, economic,


and energetic costs and benefits of biodiesel and ethanol biofuels, Proceedings of the National
Academy of Sciences, 103(30): 11206-11210.

Hooijer, A. Silvius, M., Wösten, H. & Page S. (2006), Peat-CO2. Assessment of CO2
emissions from drained peatlands in SE Asia, Delft Hydraulics Report Q3943, Amsterdam.

Howarth, R.W. et Bringezu, S. (2009), Biofuels: Environmental Consequences and


Interactions with Changing Land Use, Report of the International SCOPE Biofuels Project,
http://cip.cornell.edu/biofuels/.

Jeremy,S. Julien,R. Tung Bach,N.(2007), Les biocarburants : Environnement et progrès,15p

J.M. & Anderson, P.L.(2004), Effects on monarch butterfly larvae (Lepidoptera: Danaidae)
after continuous exposure to Cry1Ab expressing corn during anthesis. Environmental
Entomology 33: 1116-1125.

Laurie, B. (2005), les biocarburants, bac+4, créative commons, librapports France, 66p
http://librapport.org/getpdf.php?download=613&id=17&pagename=FILE:download/documen
t%20download

Lang, A. & Vojtech, E. (2006), the effects of pollen consumption of transgenic Bt maize on
the common swallowtail, Papilio machaon L, (Lepidoptera, Papilionidae), Basic and Applied
Ecology 7: 296—306.

Lettre de politique agricole de la CMA/AOC (LEPAC). (2007), Développement des


biocarburants et formulation des politiques agricoles futures Afrique de l’ouest et du centre,
13p
http://www.unido.org/fileadmin/user_media/UNIDO_Header_Site/Subsites/Green_Industry_
Asia_Conference__Maanila_/GC13/African_Ministers_Agriculture_FR.pdf

Mashteuiatsh. (2007), Production de biocarburants et de bioproduits, avantages et impacts


pour le secteur agricole québécois, commission sur l’avenir de l’agriculture et de
l’agroalimentaire québécois, 57p
http://www.caaaq.gouv.qc.ca/userfiles/File/Mandats%20etude/Nutshimit%20biocarburants.pd
f

Matallah, Assad Allah. (2006), Le Biocarburant, thèse de magistère, Institut National


Agronomique (INA) Alger.
Ministere de l’ecologie, de developpemen durable,des trasports et du logements.(2011),
Rapport sur l’industrie des énergies décarbonnées,France, 189p.
http://www.developpement-
durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_energies_decarbonees_2011.pdf

Moreira, J.R. (2007), Water use and impacts due ethanol production in Brazil, Paper
presented at the International Conference on Linkages between Energy and Water
Management for Agriculture in Developing Countries, ICRISAT Markets and Structural
Studies Division Discussion Paper No. 44. Washington, Institut international de recherche sur
les politiques alimentaires.

Nelson, G.C. et Robertson, R.D. (2008), Green gold or green wash: environmental
consequences of biofuels in the developing world, Paper presented at the Allied Social
Sciences Association Meeting, Nouvelle-Orléans, Louisiane, États-Unis d’Amérique, 4
janvier 2008.té de Göttingen, Allemagne.

Obrist, L.B. Dutton, A. Romeis, J. & Bigler, F. (2006), Biological activity of Cry1Ab toxin
expressed by Bt maize following ingestion by herbivorous arthropods and exposure of the
predator Chrysoperla carnea. BioControl 51: 31-48.

OCDE. ( 2006 ), Incidences de la croissance de la production des biocarburants sur les


marchés agricoles.

OCDE & FAO. (2011), biocarburants, Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2011-
2020, 21p. http://www.agri-outlook.org/dataoecd/53/20/48197496.pdf
OXFAM International. (2008), an other inconvenient truth: How biofuel policies are
deepening poverty and accelerating climate change, p8
http://www.alterenergies.org/lib/exe/fetch.php?media=alterenergies:info:debat_agrocarburant
docpreparatoire.pdf

Pierre, P. (2011), Biocarburants de deuxième génération : ou en est la recherche ? Institut


français de pétrole.
http://www.ifpenergienouvelles.fr/espace-decouverte/tous-les-zooms/des biocarburants ou en
est la recherche ? .Htm

Plateforme biocarburants. (2004-2010), la production de bioéthanol dans l’union


européenne, article. http://www.plateforme-biocarburant.ch/infos/bioethanol.php

Prasifka, P.L. Hellmich, R.L. Prasifka, J.R. & Lewis, L.C. (2007), Effects of Cry1Ab-
expressing corn anthers on the movement of monarch butterfly larvae. Environ Entomolology
36:228-33
Ravindranath, N.H.R. Manuvie, J. Fargione, J.G. Canadell, G. Berndes, J. Woods, H.
Watson, J. Sathaye. (2009), Greenhouse gas implications of land use and land conversion to
biofuel crops. Pages 111-125

Relyea, R.A. (2005), the lethal impact of roundup on aquatic terrestrial amphibians.
Ecological Applications, 15: 1118–1124.

Réseau action climatique. (2008), Position du RAC-F sur le développement des


agrocarburants, France.
http://www.alterenergies.org/lib/exe/fetch.php?media=alterenergies:info:debat_agrocarburant
docpreparatoire.pdf

Richard, S. Moslemi, S. Sipahutar, H. Benachour, N. & Seralini, G-E. (2005), Differential


effects of glyphosate and Roundup on human placental cells and aromatase, Environmental
Health Perspectives 113: 716–720.

Rosi-Marshall, E.J. Tank, J.L. Royer, T.V. Whiles, M.R. Evans-White, M. Chambers, C.
Griffiths, N.A. Pokelsek, J. & Stephen, M.L. (2007), Toxins in transgenic crop byproducts
may affect headwater stream ecosystems. Proceedings National Academy Sciences 41:
16204–16208

Roy, B.A. (2004), Rounding up the costs and benefits of herbicide use, Proceedings of the
National Academy of Sciences 101: 13974-13975.

Runge, C.F. & Senauer, B. (2007), How biofuels could starve the poor, Foreign Affairs,
86(3):41-53.

Searchinger, T. Heimlich, R. Houghton, R.A. Dong, F. Elobeid, A. Fabiosa, J. Toggoz, N


89 S. Hayes, D. & Yu, T-H. (2008), Use of U.S. croplands for biofuels increases greenhouse
gases through emissions from land use changes, Science 319 (5867): 1238-1240.

Saxena, D., Flores, S. & Stotzky, G. 2002. Bt toxin is released in root exudates from 12
transgenic corn hybrids representing three transformation events. Soil Biology and
Biochemistry 34: 133-137.

Soyka, T. Palmer, C. & Engel, S. (2007), the impacts of tropical biofuel production on land-
use: the case of Indonesia. Document préparé pour la Tropentag Conference on International
Agricultural Research and Development, Université de Kassel, Witzenhausen et Université de
Göttingen, Allemagne.

Stickler, C. M. Coe, D. Nepstad, G. Fiske, P. Lefebvre. (2007), Reducing Emissions from


Deforestation and forest Degradation (REDD): Readiness for REDD – a preliminary global
assessment of tropical forested land suitability for agriculture, Rapport pour la Conférence des
Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC),
treizième session, 3-14 décembre 2007, Bali (Indonésie), Woods Hole Research Center,
Falmouth, MA.
The Royal Society. (2008), Sustainable biofuels: prospects and challenges, Policy document,
Londres.

Tilman, D. Hill, J. & Lehman, C. (2006), Carbonnegative biofuels from low-input high-
diversity grassland biomass, Science, 314(5805): 1598-1600.

Vallee, j. et Behaghel, R. (2008), Biocarburants de deuxième génération, institue national de


pétrole France.
http://cerig.efpg.fr/mémoire/2008 /biocarburant.htm

Zablotowicz, R.M. & Reddy, K.N. (2004), Impact of glyphosate on the Bradyrhizobium
japonicum symbiosis with glyphosate-resistant transgenic soybean: a minireview. Journal of
Environmental Quality 33: 825–831.