Vous êtes sur la page 1sur 23

Les informations techniques

PROMOTELEC

ÉCLAIRAGE
DE SÉCURITÉ
Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés.
En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

SOMMAIRE
Établissements recevant du public

Bâtiments d’habitation, logements-foyers et


leurs parcs couverts de stationnement

Blocs autonomes BAES et BAEH

Exploitation et maintenance
des blocs autonomes

Établissements soumis au code du travail

Document réalisé avec le concours du GISEL


(Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).

imprimer
Les informations techniques PROMOTELEC 1

ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ
DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC
Cettte fiche ne constitue qu’un condensé : pour plus de détails consulter le mémento Promotelec “Établissement recevant du public” imprimer

I . R A P P E L D E L A R É G L E M E N TAT I O N
Tous les établissements recevant du public doivent sont définies dans le “règlement de sécurité”
être équipés d’un éclairage de sécurité (article R annexé à l’arrêté du 25 juin 1980 modifié (1)
128 du code de la construction et de l’habitation). (articles EC 7 à 15) pris en application du code de
Les règles d’installation de l’éclairage de sécurité la construction et de l’habitation.
(1) En particulier par l’arrêté du 19 novembre 2001, publié au Journal Officiel du 7 février 2002 (modifiant les articles EL et EC)

II. BUT
L’éclairage de sécurité doit permettre, lorsque Il ne doit pas être confondu avec l’éclairage de
l’éclairage normal est défaillant : remplacement qui permet de poursuivre l’exploita-
➞ l’évacuation sûre et facile des personnes vers tion de l’établissement en cas de défaillance de
l’extérieur ; l’éclairage normal.
➞ les manœuvres intéressant la sécurité et
l’intervention des secours.

III. FONCTIONS DE L'ÉCLAIRAGE DE


SÉCURITÉ
L'éclairage de sécurité a deux fonctions : ➞ aux locaux recevant cinquante personnes et plus ;
➞ l'éclairage d'évacuation ; ➞ et aux locaux d'une superficie supérieure à
➞ l'éclairage d'ambiance ou d'anti-panique. 300 m2 en étage et au rez-de-chaussée et
L'éclairage d'évacuation doit permettre à
100 m2 en sous-sol.
toute personne d'accéder à l'extérieur, en assurant
L'éclairage d'ambiance ou d'anti-panique
l'éclairage des cheminements, des sorties, des
des ERP doit être installé dans tout local ou hall
indications de balisage, des obstacles et des indi-
dans lequel l'effectif du public peut atteindre cent
cations de changement de direction.
personnes en étage ou au rez-de-chaussée ou
Pour les ERP cette disposition s'applique : cinquante personnes en sous-sol.

Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés. En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

NOV. 2002
Les informations techniques PROMOTELEC 2

I V. É C L A I R A G E D ' É VA C U A T I O N
Les indications de balisage doivent être éclairées Dans les couloirs ou dégagements, les foyers lumi-
par l'éclairage d'évacuation, neux ne doivent pas être espacés de plus de 15
➞ si elles sont transparentes par le luminaire mètres.
qui les porte, Les foyers lumineux doivent avoir un flux lumineux
➞ si elles sont opaques par les luminaires situés assigné d'au moins 45 lumens pendant la durée de
à proximité. fonctionnement.

V. É C L A I R A G E D ' A M B I A N C E O U
D ' A N T I - PA N I Q U E
L'éclairage d'ambiance ou d'anti-panique doit être Le rapport entre la distance maximale séparant
allumé en cas de disparition de l'éclairage normal. deux foyers lumineux voisins et leur hauteur au-
dessus du sol doit être inférieur ou égal à 4.
Cet éclairage doit être :
➞ uniformément réparti sur la surface du local
➞ et basé sur un flux lumineux minimal de
5 lumens par mètre carré de surface du local
pendant la durée de fonctionnement.

VI. CONCEPTION DE L'ÉCLAIRAGE DE


SÉCURITÉ
• L’installation d’éclairage de sécurité doit être fixe. • les lampes d'éclairage d'ambiance ou anti-panique
• L'éclairage de sécurité peut être assuré soit à par- peuvent être éteintes à l'état de veille et sont alimen-
tir d'une source centralisée constituée d'une batte- tées par la source de sécurité à l'état de fonctionne-
rie d'accumulateurs alimentant des luminaires, ment. Si elles sont éteintes à l'état de veille, leur
soit à partir de blocs autonomes. allumage automatique doit être assuré à partir d'un
• La ou les sources de sécurité doivent avoir une nombre suffisant de points de détection de défaillan-
autonomie d'au moins une heure. ce de l'alimentation “normal/remplacement”.
• Lorsque la batterie centrale d'accumulateurs ali-
Blocs autonomes (voir fiche blocs autonomes BAES et BAEH)
mente des lampes à fluorescence par l'intermé-
diaire d'un convertisseur central, celui-ci doit déli-
Source centralisée constituée d'une
vrer un courant sous la même tension et la même
batterie d'accumulateurs
fréquence que la source normale.
• Les lampes d'éclairage d'évacuation sont alimen-
tées à l'état de veille par la source “normal/rem- • Les luminaires doivent être admis à la marque
placement (1)”, à l'état de fonctionnement par la NF AEAS ou faire l'objet d’une certification
source de sécurité, les lampes étant connectées en équivalente d’un État membre de la CEE.
permanence à cette dernière. • L'installation alimentant l'éclairage de sécurité

(1) On appelle source “normal/remplacement” l'ensemble qui alimente en énergie électrique l'établissement durant la période d'exploitation, soit à partir de la source normale, soit, si
elle existe, de la source de remplacement.
Les informations techniques PROMOTELEC 3
doit être subdivisée en plusieurs circuits au départ que l'éclairement reste suffisant en cas de
d'un tableau général de sécurité qui doit compor- défaillance de l'un des deux circuits.
ter en particulier :
• Il est admis de regrouper les circuits d'éclairage
- un dispositif de commande permettant, par une d'ambiance ou d'antipanique de plusieurs
seule manœuvre, de mettre l'éclairage à l'état de locaux et ceux d'éclairage d'évacuation de
repos à la fin de chaque période d'activité ou à plusieurs dégagements de façon à n'utiliser, au
l'état de veille au début d'une telle période ; total, pour chaque type d'éclairage, que deux
- les organes de mise en service ou de commutation circuits tout en respectant, dans chaque local et
automatique de l'éclairage et leurs commandes ; chaque dégagement d'une longueur supérieure
- les dispositifs de protection contre les surintensités à 15 m, la règle de l'alimentation par deux cir-
à l'origine de chacun des circuits divisionnaires ; cuits distincts, de l'éclairage d'ambiance, d'une
- le cas échéant, les dispositifs de protection part, et de l'éclairage d'évacuation, d'autre part.
contre les contacts indirects ; • Les circuits des installations d'éclairage de sécurité
- le voyant signalant la présence ou l'absence de doivent satisfaire aux prescriptions suivantes :
l'alimentation “normal/remplacement” ; - les canalisations doivent être de catégorie CR 1
- un voyant signalant la coupure de l'alimentation (résistant au feu) telle que définie par la norme
du dispositif de charge de la batterie d'accumu- NF C 32-070 ; les dispositifs de dérivation ou de
lateurs renvoyé dans un emplacement surveillé jonction correspondants et leurs enveloppes, à
pendant l'exploitation ; l'exception des dispositifs d'étanchéité, doivent
• la subdivision des circuits de l'éclairage de satisfaire à l'essai au fil incandescent à 960 °C
sécurité concerne les circuits terminaux ; en cas (normes de la série NF EN 60695-2-1) ;
d'existence de tableaux divisionnaires, il n'est - les locaux à risques particuliers d'incendie ne
donc pas nécessaire de doubler toutes les doivent pas être traversés par des canalisations
liaisons entre tableaux divisionnaires et tableau d'installations de sécurité autres que celles desti-
général de sécurité. nées à l'alimentation d'appareils situés dans ces
locaux ;
• lorsqu'un local comporte deux issues, il est indis-
- les câbles des installations de sécurité doivent
pensable que les foyers lumineux signalant
être différents des câbles des installations
chacune d'elles soient alimentés par des circuits
“normal-remplacement”.
distincts.
- chaque circuit doit être protégé de telle sorte que
• Dans les établissements étendus, la mise en fonc- tout incident électrique l'affectant, par surintensi-
tionnement automatique de la source centrale de té, rupture ou défaut à la terre, n'interrompe pas
sécurité doit être assurée à partir d'un nombre l'alimentation des autres circuits de sécurité
suffisant de points de détection de défaillance de alimentés par la même source ;
l'alimentation normale, l'installation pouvant alors - lorsque l'installation de sécurité n'est pas
comporter des tableaux divisionnaires. alimentée en très basse tension de sécurité, elle
• Le tableau général de l'éclairage de sécurité ainsi doit être réalisée suivant le schéma IT, tel que
que les tableaux divisionnaires éventuels doivent défini par la norme NF C 15-100 ;
être séparés des tableaux de l'installation norma- - aucun dispositif de protection ou de commande
le de manière à éviter la propagation d'un arc ne doit être placé sur le parcours des canalisa-
électrique. tions des installations d'éclairage de sécurité.

• L'éclairage d'ambiance de chaque local ainsi • La source centralisée constituée d'une batterie
que l'éclairage d'évacuation de chaque déga- d'accumulateurs doit être conforme à la norme
gement d'une longueur supérieure à 15 m NF C 71-815 (NF EN 50171).
doivent être réalisés en utilisant chacun au • La valeur de la tension de sortie de la batterie
moins deux circuits distincts suivant des trajets d'accumulateurs doit être compatible avec la
aussi différents que possible et conçus de sorte tension nominale des lampes.
Les informations techniques PROMOTELEC 4

VII. TYPE D’ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ


S U I VA N T L E T Y P E D ’ É T A B L I S S E M E N T

RÉFÉRENCE DES ARTICLES ET CATÉGORIE DE L’ÉTABLISSEMENT


NATURE DE L’ÉTABLISSEMENT
1RE 2E 3E 4E 5E

L 33 - Salle d’audition, de conférence, SC SC SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES


de réunions, de spectacles, ou
à usages multiples
M 24 - Magasins de vente, centres SC SC SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
commerciaux
N 13 - Restaurants, débits de boisson SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
O 17 - Hôtels et pensions de famille SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
OA 21 - Hôtels - restaurants d’altitude BAES BAES BAES BAES BAES
P 18 - Salles de danse, salles de jeux SC SC SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
R 27 - Établissements d’enseignement, SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
colonies de vacances
S 14 - Bibliothèques, centres de docu- SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
mentation et de consultation
d’archives
T 38 - Salles d’expositions SC SC SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
U 32 - Établissements de soins SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
V 8 - Établissements de culte SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
W 10 - Administrations, banques, SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
bureaux
X 23 - Établissements sportifs couverts SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
Y 17 - Musées SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
J 30 - Structures d'accueil pour SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
personnes âgées et personnes
handicapées
PA 11 - Établissements de plein air SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES (2) SC ou BAES
CTS 22 - Chapiteaux, tentes et SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
structures à implantation
prolongée
SG - Structures gonflables Suivant la nature de l’établissement (2)
EF 14 - Établissements flottants SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES (2)
GA 4 et 5 - Gares aériennes, gares SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES SC ou BAES
souterraines

SC = source centralisée à batterie d’accumulateurs BAES = blocs autonomes d’éclairage de sécurité


(1) Les escaliers et les circulations horizontales d'une longueur totale supérieure à 10 mètres ou présentant un cheminement compliqué, ainsi que les salles d'une superficie supé-
rieure à 100 mètres carrés, doivent être équipés d'une installation d'éclairage de sécurité d'évacuation.
(2) catégorie qui n’existe pas
Les informations techniques PROMOTELEC 5

V I I I . C A S P A R T I C U L I E R D E S E R P AV E C
LOCAUX A SOMMEIL
Dans les établissements comportant des Dans ces conditions, les blocs autonomes
locaux à sommeil qui ne disposent pas de d'éclairage de sécurité BAES doivent être mis
source de remplacement (groupe électrogè- automatiquement à l'état de repos en cas de
ne…), l’éclairage de sécurité d’évacuation coupure de l’alimentation du ou des circuits
des locaux à sommeil et de leurs dégage-
d’éclairage, de façon à conserver leur pleine
ments doit être complété de la manière
autonomie.
suivante :
Le passage à l'état de fonctionnement des BAES
• Si l’éclairage de sécurité est réalisé par blocs est alors subordonné au début du processus de
autonomes BAES, il doit être complété par un déclenchement de l’alarme.
éclairage réalisé par des blocs autonomes pour
habitation BAEH, conformes à la NF C 71-805. • Si l’éclairage de sécurité est réalisé par une
Ces BAEH compensent l’absence d’éclairage source centralisée, son autonomie doit être de
normal en cas de coupure de l’alimentation du 6 heures au moins.
ou des circuits d’éclairage.

Les établissements concernés sont :

TYPES DE BLOCS DESCRIPTION APPLICATION

Structures d’accueil pour personnes âgées et


Type J handicapées / établissements médico-éducatif A tout le bâtiment
pour jeunes handicapés ou inadaptés.

Type O Hôtels / pensions de famille A tout le bâtiment

Établissements d’enseignement avec internat / A la partie internat


Type R
colonies de vacances uniquement

Type U Aux zones comportant


Hôpitaux / cliniques / crèches
des locaux à sommeil

Type PE Petits établissements comportant des locaux à sommeil Escaliers et circulations


Les informations techniques PROMOTELEC 6
Installation
Les BAEH doivent être installés à proximité des BAES de façon à ce que les indications de direction qui
lui sont associées soient visibles lors d’une défaillance de l’éclairage normal.

équipement
d'alarme
incendie (EA)
Protection générale d'éclairage
information alarme

Interface BAES / EA

ligne de télécommande
d'éclairage 1
divisionnaire

BAES BAEH
Protection

éclairage éclairage
de sécurité normal
d'éclairage 2

BAES BAEH
divisionnaire
Protection

éclairage de sécurité éclairage normal

I X . M A I N T E N A N C E E T E X P L O I TAT I O N
(voir fiche exploitation et maintenance des blocs autonomes)

Ce document a été réalisé avec le concours du GISEL (Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).
Réf. : PRO 816- 6

PROMOTELEC - Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq - 92808 Puteaux Cedex


www.promotelec.com
Les informations techniques PROMOTELEC 1

ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ
BÂTIMENTS D’HABITATION, LOGEMENTS-FOYERS
ET LEURS PARCS COUVERTS DE STATIONNEMENT
imprimer

I . R É G L E M E N TAT I O N
L’arrêté du 31 janvier 1986 modifié • des parcs de stationnement couverts, de super-
relatif à la protection contre l’incendie des ficie comprise entre 100 et 6000 m2, annexés
bâtiments d’habitation définit notamment les à ces bâtiments.(1)
prescriptions relatives à l’éclairage :
• des escaliers protégés des bâtiments d’habita-
tion y compris les logements-foyers,
(1) De plus les parcs de stationnement recevant de 250 à 1 000 véhicules sont soumis au régime de la déclaration des installations classées (rubrique 2935-2) et ceux rece-
vant plus de 1000 véhicules sont soumis au régime de l’autorisation des installations classées (rubrique 2935-1).

I I . C H A M P D ’ A P P L I C AT I O N
Les immeubles d’habitation, y compris les • les parcs de stationnement couverts d’une super-
logements-foyers dont le plancher du logement le ficie supérieure à 6 000 m2, assujettis à la régle-
plus haut est au plus à 50 mètres au-dessus du sol, mentation des établissements classés au titre de
accessibles aux engins des services publics de la protection de l’environnement ;
secours et de lutte contre l’incendie. • les locaux collectifs des logements-foyers, tels que
les salles de réunion, salles de jeux, restaurants et
Les parcs de stationnement couverts, leurs dégagements, considérés comme locaux
annexés à ces bâtiments lorsqu’ils ont une recevant du public (voir fiche établissements recevant du public) et
superficie comprise entre 100 et 6 000 m2. soumis à la réglementation de ces établisse-
Sont exclus des dispositions de cet arrêté : ments.
• les immeubles d’habitation de plus de 50 mètres
de hauteur, faisant l’objet de la réglementation
des immeubles de grande hauteur (IGH) ;

Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés. En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

NOV. 2002
Les informations techniques PROMOTELEC 2

III. CLASSEMENT DES BÂTIMENTS


D ’ H A B I TAT I O N
1ère ET 2e FAMILLES 3e FAMILLE 4e FAMILLE

Pas plus de 3 étages Plus de 3 étages et plancher du logement le plus haut Plancher du logement le plus
sur rez-de-chaussée à 28 mètres au plus haut à plus de 28 mètres
et à 50 mètres au plus

3e FAMILLE A 3e FAMILLE B
- Au plus 7 étages sur - Ne satisfaisant pas aux conditions
rez-de-chaussée de la 3e famille A.
- Au plus 7 mètres entre la porte
palière du logement le plus
éloigné et l’accès à l’escalier.

Pas de règle particulière pour l’éclairage

Distance au plus
égale à 7 m

ou

Blocs autonomes NF-BAEH pour habitation.


Éclairage sur circuit issu directement du tableau principal et sélectivement protégé.

Fig. 1

I V. C O N S T I T U T I O N D E S B Â T I M E N T S D E S
LOGEMENTS-FOYERS
ils comportent : des locaux autres que ceux abritant les services
• des logements ; collectifs ;
• des unités de vie assimilées à des logements, • des locaux de service tels que bagagerie, buan-
l’unité de vie étant l’ensemble des chambres et derie, lingerie, etc ;
locaux directement liés à l’hébergement sur un • des services collectifs : salles de réunions, de
même niveau ; jeux, de restaurant, considérées comme locaux
• des parties communes constituées par des déga- recevant du public.
gements (couloirs, coursives, escaliers) et par

V. T Y P E S D ’ É C L A I R A G E D E S É C U R I T É
A) BÂTIMENTS ➞ soit par des blocs autonomes pour habita-
D ’ H A B I TAT I O N tion, indépendamment de l’éclairage normal,
➞ soit par une dérivation issue directement du
1re famille, 2e famille et 3e famille A
tableau principal des services généraux
Aucun type d’éclairage de sécurité n’est imposé.
(sans traverser les sous-sols), sélectivement
3e famille B protégée contre les surintensités et les
Les escaliers protégés doivent comporter un contacts indirects et alimentant les appareils
éclairage électrique constitué : de l’éclairage normal.
Les informations techniques PROMOTELEC 3
4e famille
Les escaliers protégés doivent comporter un
éclairage de sécurité constitué par des blocs
autonomes pour habitation indépendamment de
l’éclairage normal.
Remarque
Bien que l’arrêté du 31 janvier 1986 ne le spécifie pas explicitement, il est recommandé de signaler les portes d’accès aux esca-
liers protégés et d’éclairer les circulations permettant l’évacuation du bâtiment par le même type d’éclairage de sécurité.

B) LOGEMENTS-FOYERS vues pour la 3e famille B relatives aux dégage-


ments doivent être appliquées.
Pour personnes autres que personnes
âgées et handicapées physiques Pour handicapés physiques ayant leur
Mêmes dispositions que pour les habitations. autonomie
Toutefois, dans les logements-foyers de 3e famille Si le logement-foyer comporte des étages (3 au
A, si chaque unité de vie reçoit plus de maximum), chaque étage doit être desservi par un
10 personnes et s’il y a plus de 20 personnes par escalier équipé d’un éclairage du type prescrit
niveau, les dégagements doivent comporter pour les bâtiments d’habitation de la 3e famille B.
un éclairage d’un des types exigés pour la En outre, à chaque étage, I’accès à cet escalier
3e famille B. doit se faire par un local d’attente équipé d’un
éclairage de sécurité (par blocs autonomes pour
Pour personnes âgées habitation par exemple).
Lorsque les bâtiments-foyers comportent plus de 3
étages sur rez-de-chaussée, les dispositions pré-

C ) PA R C S D E S TAT I O N N E M E N T C O U V E R T S
(de 100 à 6 000 m2 annexés aux habitations et logements-foyers)

Ils doivent comporter un éclairage de sécurité per-


mettant d’assurer un minimum d’éclairement pour
repérer les issues en toutes circonstances et per- IP 21
mettre l’évacuation du bâtiment.
zone IK 07

Des couples de foyers lumineux


• L’éclairage de sécurité doit être constitué par des
couples de foyers lumineux, l’un en partie haute à
plus de 1,50 mètre au-dessus du sol et de degré
de protection IP21 et IK07 au moins, l’autre en
partie basse au plus à 0,50 mètre du sol et de
degré de protection IP21 et IK10 (figure 2).
1,50 m

zone IK 10

Ces couples de foyers lumineux doivent être placés


le long des allées de circulation utilisables par des IP 21
piétons et près des issues (balisage).
Ils doivent être posés en partie basse sur la struc-
ture du bâtiment ou sur des poteaux rapportés.

Fig. 2
Les informations techniques PROMOTELEC 4
Une alimentation autonome Calcul du flux lumineux
• L’alimentation de ces foyers lumineux doit être La surface (S) à prendre en compte pour le calcul
autonome et constituée : du flux lumineux (F) est celle des circulations fic-
➞ soit par des blocs autonomes, identiques à tives réservées aux piétons, soit en pratique une
ceux mis en œuvre dans les établissements allée de circulation piétons de 0,90 m de largeur
recevant du public (blocs autonomes de 45 par rangée de voitures(1).
lumens) ;
➞ soit par un groupe électrogène. (1) Circulaire 87-48 du 4 juin 1987 du ministère de l’Équipement.

• L’éclairage de sécurité doit : Exemple :


➞ pouvoir fonctionner pendant une heure ; Pour longueur du parc L = 30 m
➞ avoir une puissance d’au moins 0,5 watt par largeur de chaque circulation l = 0,90 m
mètre carré et un flux lumineux émis d’au S = 2 x 0,90 x 30 = 54 m2
moins 5 lumens par mètre carré. d’où :
F = 5 lumens x 54 m2 = 270 lumens.
En utilisant des blocs de 45 lumens, six blocs sont
nécessaires (figure 3).
0,90 2 m 0,90

Couple Couple Couple


de blocs de blocs de blocs

30 m

Fig. 3

D) LOCAUX TECHNIQUES Dans le cas contraire, un éclairage de sécurité par


bloc autonome peut être prévu.
Machinerie d’ascenseur
Chaufferie
Si l’immeuble dispose d’une alimentation de rem-
Il est recommandé de prévoir un éclairage de
placement ou de sécurité, le local des machines
sécurité constitué au minimum par un bloc autono-
peut être équipé d’un éclairage raccordé à cette
me dans la chaufferie à proximité de l’armoire de
alimentation.
commande. Son alimentation est prise en aval du
L’éclairage de remplacement ou de sécurité peut
dispositif de coupure d’urgence et en amont de la
utiliser l’un au moins des appareils de l’éclairage
commande du local.
normal.
Les informations techniques PROMOTELEC 5

VI. CARACTERISTIQUES DES BLOCS


AUTONOMES (voir fiche blocs autonomes BAES et BAEH)

V I I . M A I N T E N A N C E E T E X P L O I TAT I O N
(voir fiche exploitation et maintenance des blocs autonomes)

Ce document a été réalisé avec le concours du GISEL (Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).
Réf. : PRO 735-12

PROMOTELEC - Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq - 92808 Puteaux Cedex


www.promotelec.com
Les informations techniques PROMOTELEC 1

ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ
PAR BLOCS AUTONOMES BAES ET BAEH
imprimer

I. POURQUOI UN ÉCLAIRAGE DE
SÉCURITÉ?
L’éclairage de sécurité permet lorsque L’éclairage de sécurité comprend :
l’éclairage normal (ou l’éclairage de remplace- ➞ l’éclairage d’évacuation (anciennement
ment) est défaillant : balisage) ;
➞ l’évacuation sûre et facile des personnes ➞ l’éclairage d’ambiance ou d’anti-panique.
vers l’extérieur ;
➞ les manœuvres intéressant la sécurité. L’éclairage d’évacuation assure :
➞ la signalisation des sorties et des chemine-
L’éclairage de sécurité est obligatoire ments ;
pour : ➞ la reconnaissance des obstacles ;
➞ les établissements recevant du public ➞ l’indication des changements de directions ;
(voir fiche établissements recevant du public) ;

➞ les établissements soumis au code du travail ; L’éclairage d’ambiance ou d’anti


➞ certaines parties communes des bâtiments panique assure un éclairage uniforme
d’habitation (voir fiche bâtiments d’habitation, logements-foyers et (5 lumens/m2) sur toute la surface d’un local pour
leurs parcs couverts de stationnement).
éviter toute panique et assurer l’évacuation avec
Les textes imposent une maintenance régulière de
une visibilité suffisante.
l’éclairage de sécurité (voir fiche exploitation et maintenance des blocs
autonomes).

En cas de défaillance de celui-ci, la responsabilité


du chef d’établissement est engagée.

I I . Q U ’ E S T- C E Q U ’ U N B L O C A U T O N O M E
P O U R L’ É C L A I R A G E D E S É C U R I T É ?
Un bloc autonome est un appareil qui se suffit à Un bloc autonome contient essentiellement :
lui-même. Il est indépendant, « autonome ». • une ou plusieurs sources lumineuses de secours
La défaillance d’un bloc autonome ne provoque (lampes à incandescence, lampes à fluorescence,
pas la mise hors service de l’ensemble de l’éclai- LED…) ;
rage de sécurité.
Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés. En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

NOV. 2002
Les informations techniques PROMOTELEC 2
• une batterie nickel-cadmium étanche conférant • une lampe témoin de charge de la batterie ;
une autonomie de 1 heure (5 heures pour les • et éventuellement, un dispositif électronique de
bâtiments d’habitation) ; contrôle automatique.
• un chargeur de batterie ;
• un dispositif de limitation de décharge de la De nos jours de plus en plus de blocs sont équi-
batterie, pés de système automatique de test intégré (SATI)
• un dispositif de mise à l’état de repos ; conformes à la norme NF C 71-820 qui facilitent la
• un contrôle de la tension d’alimentation par maintenance (voir fiche exploitation et maintenance des blocs autonomes).
bascule électronique ;

I I I . FA M I L L E S E T T Y P E S D E B L O C S
AUTONOMES
Il existe trois familles de blocs autonomes :
1. Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité BAES d’évacuation ;
2. Les blocs autonomes d’éclairage de sécurité BAES d’ambiance ;
3. Les blocs autonomes d’éclairage pour habitation BAEH.

FAMILLE DE BLOCS TYPES DE BLOCS AUTONOMIE USAGE

• Incandescent
• Fluorescent permanent
BAES d’évacuation 1 heure Tout type de bâtiment
• Fluorescent
non-permanent SATI

• Incandescent
BAES d’ambiance • Fluorescent 1 heure Tout type de bâtiment
non-permanent

Habitation (à l’exclusion
BAEH • Incandescent 5 heures des parkings)

Nota
1. Les blocs équipés d’une source lumineuse par LED sont considérés comme des blocs de type "Incandescent". Les blocs d’évacuation à LED doivent être SATI.
2. Les blocs équipés d’un tube à cathode froide sont considérés comme des blocs de type "fluorescent". Les blocs d’évacuation à cathode froide doivent être SATI.

Exemple : BAES d’évacuation fluorescent non-permanent SATI

Tube
LED
de signalisation SATI
Lampe témoin
de charge
de la batterie
Les informations techniques PROMOTELEC 3

I V. E T A T D E S B L O C S A U T O N O M E S
NATURE ÉTAT
DE LA SOURCE TYPE DE BLOC
LUMINEUSE veille fonctionnement repos

Lampe-témoin
Incandescence ou LED Incandescent (de charge de la batterie)
seule allumée
Tubes ou lampes
Fluorescence ou à Fluorescent de sécurité allumés, Éteint à l’aide d’une
Tube allumé
cathode froide permanent alimentés par la télécommande
Lampe-témoin batterie du bloc
Fluorescence ou à Fluorescent
(de charge de la batterie)
cathode froide non-permanent seule allumée

V. N O R M E S
Les blocs autonomes sont visés par les normes NF C 71-820
suivantes : Systèmes de test automatique des BAES avec
NF C 71-800 la performance SATI
Aptitude à la fonction des blocs autonomes NF C 71-022 (NF EN 60598-2-22)
d’éclairage de sécurité d’évacuation. Luminaires - partie 2-22 : règles particulières
NF C 71-801 Luminaires pour éclairage de secours
Aptitude à la fonction des blocs autonomes
d’éclairage de sécurité d’ambiance. Les blocs doivent être admis à la marque NF-AEAS.
NF C 71-805 La marque NF-AEAS est rendue obligatoire par
Aptitude à la fonction des blocs autonomes l’arrêté du 19 novembre 2001 et est matérialisée
d'éclairage de sécurité pour bâtiments d'habi- par le(s) logo(s) suivant(s) :
tation soumis à réglementation.

VI. MARQUAGE
Un BAES homologué doit être clairement ➞ indice de protection, IK ;
marqué comme suit : ➞ flux lumineux ;
➞ nom du constructeur ; ➞ tension d’alimentation ;
➞ type de bloc (évacuation ou ambiance) ; ➞ monogramme de la marque NF AEAS ;
➞ numéro d’homologation ; ➞ performance SATI (le cas échéant).
➞ classe ;
Les informations techniques PROMOTELEC 4

VII. LA TÉLÉCOMMANDE

L'éclairage de sécurité doit être mis à l'état de La télécommande assure cette mise à l’état
repos ou d'arrêt lorsque l'installation d'éclairage de repos.
normal est mise intentionnellement hors tension. Un ou plusieurs dispositifs de mise à l'état de repos
centralisé des blocs doivent être prévus. Ce ou ces
Cette disposition permet d’augmenter la durée de dispositifs doivent être disposés à proximité de l'or-
vie des sources lumineuses (tubes et lampes) et de gane de commande générale ou des organes de
la batterie. commande divisionnaires de l'éclairage normal du
bâtiment, ou de la partie de bâtiment concernée.

V I I I . I N S TA L L AT I O N

Dès le déclenchement d’une des protections du Les câbles ou conducteurs d'alimentation et de


circuit d’éclairage normal, le BAES concerné commande doivent être de la catégorie C 2
passe automatiquement de l’état de veille à l’état (retardant la propagation de la flamme) selon la
de fonctionnement. classification et les modalités d'attestation de
conformité définies dans l'arrêté du 21 juillet
D’une manière générale, le raccordement des 1994.
BAES doit s’effectuer entre les dispositifs de pro-
tection et de commande du circuit d’éclairage nor- La distance maximale entre deux blocs est de :
mal de chaque local (voir schéma ci-dessous). ➞ 15 mètres pour l'éclairage d'évacuation de cha-
que dégagement conduisant vers l'extérieur.
Circuit d'éclairage ➞ quatre fois la hauteur d’installation au-des-
normal sus du sol pour l’éclairage d’ambiance ou
Circuit
Dispositif en 1,5 mm2 anti-panique avec un minimum de deux
de protection protégé par
protection 10A blocs. (voir figure ci-dessous).

d maxi = 4 h
Boîtier de
BAES télécommande
h
Ligne de commande

Remarques
• Le raccordement des conducteurs de télécommande s’effectue par repiquage de bloc à bloc, sans distinction de locaux.
• Le repiquage des conducteurs est admis pour les BAES si les bornes de raccordement sont dimensionnées pour recevoir la sec-
tion totale des conducteurs connectés et si leur intensité nominale n’est pas inférieure au courant d’emploi du circuit en amont.
• Les BAES doivent être disposés de manière à ne pas être exposés à des températures ambiantes supérieures à la valeur maxi-
male marquée sur le bloc ou spécifiée dans sa notice d'installation.

Ce document a été réalisé avec le concours du GISEL (Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).
Réf. : PRO 872- 4

PROMOTELEC - Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq - 92808 Puteaux Cedex


www.promotelec.com
Les informations techniques PROMOTELEC 1

ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ
EXPLOITATION ET MAINTENANCE
DES BLOCS AUTONOMES
imprimer

I. INTRODUCTION
Le vieillissement des appareils d’éclairage de destinées à maintenir les blocs autonomes d’éclai-
sécurité est normal et inévitable. rage de sécurité dans des conditions leur permet-
tant d’assurer la pleine efficacité de l’éclairage de
L’efficacité d’une installation d’éclairage de sécurité.
sécurité dépend dans une large mesure d’une
maintenance régulière et correcte. Des centres de formation(1) proposent un stage sur
Elle permet en outre d’éviter les coûts de remise en la maintenance des installations d’éclairage de
état de la totalité d’une installation et augmente la sécurité. Ce stage permet d'apprendre les règles
durée de vie des produits. et la mise en oeuvre des procédures à respecter
pour effectuer cette maintenance.
La maintenance est l’ensemble des activités
(1) Les coordonnées de ces centres de formation sont disponibles auprès du GISEL et des fédérations d’installateurs électriciens.

I I . O P É R AT I O N S D E M A I N T E N A N C E
Périodicité réglementaire des opérations de maintenance
Tableau 1

PÉRIODICITÉ DES OPÉRATIONS DE MAINTENANCE


TYPES DE BÂTIMENTS
DES INSTALLATIONS D’ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ

Habitation Annuelle

Recevant du public Mensuelle, semestrielle et annuelle

Soumis au code du travail Mensuelle, semestrielle et annuelle

Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés. En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

NOV. 2002
Les informations techniques PROMOTELEC 2
Détails et fréquence des opérations décrites dans la norme NF C 71-830
(en cours de publication)

Tableau 2

PERSONNE
EXPLOITANT
OPÉRATIONS QUALIFIÉE
mensuelle semestrielle mensuelle
annuelle

BAES en place x
BAES parfaitement visible x
Etat physique extérieur des BAES satisfaisant x
Témoin de charge ou tube selon le cas x
Voyant vert allumé pour les BAES à performance SATI x
Allumage lampe(s) de sécurité x x
Conformité des composants remplaçables x
Autonomie de la batterie x x
Aspect batterie x
Nettoyage général de l’appareil x
Bon fonctionnement de la télécommande x x
Mise en place de l’étiquette de maintenance x*
dûment complétée
Rapport de vérification x
Registre de sécurité x*

* A effectuer aussi en cas d’intervention exceptionnelle

III. MAINTENANCE EFFECTUÉE


PA R L’ E X P L O I TA N T
Les coupures de courant nécessaires à la réalisa- est allumé, cela signifie que l’appareil présente un
tion des opérations de maintenance doivent être défaut. Dans le cas où le résultat des contrôles est
aussi brèves que possible. géré de façon centralisée, ces vérifications se font
sur le dispositif central.
Elles ne doivent pas présenter de danger pour la
sécurité d'exploitation de l’établissement. Tous les mois le passage à l’état de
A cet effet et dans les établissements comportant fonctionnement des blocs autonomes et
des périodes de fermeture, ces opérations doivent l'efficacité de la télécommande doivent être
être effectuées de telle manière qu’au début de vérifiés conformément à la procédure suivante :
chaque période d’ouverture les blocs autonomes • couper l'alimentation secteur des BAES et
aient retrouvés leur autonomie (le délai minimum contrôler l'allumage de toutes les lampes
de charge de la batterie est de 12 h). d'éclairage de sécurité ;
Pour les BAES répondant aux performances SATI • procéder au rétablissement de l'alimentation
(système automatique de test intégré attesté par le secteur des BAES ;
marquage du constructeur), vérifier uniquement • vérifier le fonctionnement de la télécommande
l'allumage du voyant vert équipant le BAES en pré- en effectuant avec celle-ci une mise à l'état de
sence de l’alimentation secteur. Si le voyant jaune repos et une mise à l'état de fonctionnement.
Les informations techniques PROMOTELEC 3
Tous les six mois l'autonomie de la battrie • procéder au rétablissement de l'alimentation
du bloc autonome doit être vérifiée conformé- secteur des BAES.
ment à la procédure suivante : Constat
• procéder à la coupure de l'alimentation Les interventions ci-dessus doivent être consignées
secteur des BAES ; dans le registre de sécurité et toutes les anomalies
• vérifier que toutes les lampes d'éclairage de constatées doivent faire l’objet d’une intervention
sécurité restent allumés au minimum pendant de maintenance exécutée par une personne
une heure ; qualifiée.

I V. M A I N T E N A N C E A N N U E L L E E F F E C T U É E
PA R U N E P E R S O N N E Q U A L I F I É E
La personne qualifiée doit effectuer, une fois par an, fications du bon état du témoin de charge, des
la maintenance conformément à la procédure lampes d’éclairage de sécurité et de l’autonomie
définie au tableau 2. Elle doit établir un rapport de du bloc sont effectuées automatiquement et garan-
visite détaillé et renseigner le registre de sécurité. ties par l’allumage du voyant vert.
Si le voyant jaune est allumé, cela signifie que
Il sera apposé ensuite sur chaque appareil, ainsi l’appareil présente un défaut sur ces points.
qu’après toute intervention de maintenance, une En l’absence d’intervention immédiate pour remé-
étiquette visible lorsque le BAES est installé et com- dier à une anomalie grave, la personne qualifiée
portant les indications suivantes : doit faire figurer la mention “HS” (hors service) sur
➞ numéro d’identification ou de repérage du l’étiquette de maintenance.
BAES ; Lors des opérations de maintenance, la fonction
➞ date de l’intervention ; éclairage de sécurité doit continuer à être assurée.
➞ nom de la société intervenante ; Pour cela, on veillera à ce que deux appareils voi-
➞ identification de la personne qualifiée. sins ne soient pas rendus indisponibles simultané-
ment. Elle doit aussi tenir compte du temps néces-
Pour les BAES répondant aux performances SATI saire de recharge des blocs autonomes indiqué
(attesté par le marquage du constructeur), les véri- par le constructeur.

V. E T I Q U E T T E D E M A I N T E N A N C E
Après chaque opération de maintenance, l’étiquette de maintenance doit être renseignée.
(voir exemple ci-dessous)

L’étiquette de maintenance doit être mise en place aucun des marquages du fabricant, de manière à
sur chaque appareil en un endroit qui ne cache être facilement lisible, le produit étant installé.
Les informations techniques PROMOTELEC 4

VI. ENVIRONNEMENT
Récupération des accumulateurs usagés Récupération des tubes fluorescents en fin
Le décret n° 99-374 du 12 mai 1999 relatif à la de vie
mise sur le marché des piles et accumulateurs et à Les tubes fluorescents doivent faire l’objet d’une
leur élimination impose aux utilisateurs de collecter collecte séparée (décret n° 97-517 du 15 mai 1997
ou de faire collecter leurs accumulateurs usagés, relatif à la classification des déchets dangereux).
qu’ils soient ou non incorporés à des appareils.
Les accumulateurs ne doivent pas être mis dans les Autres constituants
décharges ménagères mais réorientés sur des Les autres constituants du bloc autonome doivent
filières de récupération. être traités selon la réglementation en vigueur.

Les accumulateurs sont porteurs du symbole de


collecte séparée suivant :

Ce document a été réalisé avec le concours du GISEL (Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).
Réf. : PRO 1158-1

PROMOTELEC - Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq - 92808 Puteaux Cedex


www.promotelec.com
Les informations techniques PROMOTELEC 1

ÉCLAIRAGE DE SÉCURITÉ
DANS LES ÉTABLISSEMENTS
SOUMIS AU CODE DU TRAVAIL
imprimer

I . R A P P E L D E L A R É G L E M E N TAT I O N
L’arrêté du 26 février 2003 paru au Journal officiel L’article 3 de cet arrêté indique : “les établisse-
du 18 mars 2003(1) pris en application de l’article ments doivent disposer d’un éclairage de sécurité
15 du décret du 14 novembre 1988 relatif à la permettant d’assurer :
protection des travailleurs contre les courants 1. L’évacuation des personnes,
électriques, traite notamment des installations 2. La mise en œuvre des mesures de sécurité,
électriques d’éclairage de sécurité. 3. L’intervention éventuelle des secours.”

(1) et sa circulaire DRT n° 2003-07 du 2 avril 2003 (texte non paru au Journal officiel) parue au bulletin officiel du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle
n° 2003/9 du 20 mai 2003.

Remarque

Dans les établissements recevant du public, pour les locaux dont la fonction essentielle est de recevoir du
public et pour les dégagements accessibles au public, les dispositions du règlement de sécurité relatif à de
tels établissements sont seules applicables à l’éclairage de sécurité de ces locaux ou dégagements.

II. BUT
L’éclairage de sécurité a deux fonctions : un ou plusieurs établissements soumis au code du
➞ l’éclairage d’évacuation ; travail, un éclairage de sécurité doit être aménagé
pour les issues et dégagements communs utilisés
➞ l’éclairage d’ambiance ou d’anti-panique.
par le personnel de ces établissements.
L’éclairage d’évacuation doit permettre à toute Il en est de même pour les parkings de ces
personne d’accéder à l’extérieur, en assurant immeubles à usage mixte, lorsqu’ils sont utilisés
l’éclairage des cheminements, des sorties, des par le personnel de ces établissements.
indications de balisage, des obstacles et des indi- Les blocs autonomes pour bâtiments d’habitation
cations de changement de direction. sont admis pour l’évacuation d’établissements
Lorsque dans un immeuble d’habitation, autre installés dans des immeubles d’habitation, dans
qu’un immeuble de grande hauteur au sens de la les parties communes des cheminements
réglementation du ministère de l’Intérieur, il existe d’évacuation.

Dans ce document interactif, vous trouverez certaines parties de textes soulignés. En cliquant sur ces textes, vous serez renvoyés à une autre fiche, un autre paragraphe, pour
compléter votre information sur le sujet traité.

SEPT. 2003
Les informations techniques PROMOTELEC 2

I I I . É C L A I R A G E D ’ É VA C U A T I O N
(voir fiche établissements recevant du public)

I V. É C L A I R A G E D ’ A M B I A N C E O U
D ’ A N T I - PA N I Q U E
(voir fiche établissements recevant du public)

V. Q U E L T Y P E D ’ É C L A I R A G E
DE SÉCURITÉ DANS LES LOCAUX
ET CHEMINEMENTS
Éclairage Éclairage
d’évacuation d’ambiance

faisant partie d’un ensemble recevant moins de 20 personnes et


débouchant directement, de plain-pied, sur un dégagement commun et NON NON
ayant moins de 30 mètres à parcourir pour atteindre le dégagement
commun.
LOCAL recevant moins de 100 personnes. OUI NON
recevant plus de 100 personnes avec une occupation inférieure ou
OUI NON
é gale à 1 personne pour 10 m2.
recevant plus de 100 personnes avec une occupation supérieure à
OUI OUI
1 personne pour 10 m2.
escalier, dégagement aboutissant aux sorties du bâtiment. Dans les
bâtiments industriels, les cheminements peuvent n’être matérialisés que OUI NON
CHEMINEMENT par des marquages au sol.
dégagement de plus de 50 m2 desservant des locaux assujettis à OUI OUI
l’éclairage d’ambiance.

V I . C O N C E P T I O N D E L’ É C L A I R A G E
DE SÉCURITÉ

➞ L’installation d’éclairage de sécurité doit être Source centralisée constituée d’une


fixe ; batterie d’accumulateurs
voir fiche établissements recevant du public (1)

➞ L’éclairage de sécurité peut être assuré soit à


partir d’une source centralisée constituée d'une Cas particuliers
batterie d’accumulateurs alimentant des lumi- Zones à risques d’explosion
naires, soit à partir de blocs autonomes ; Dans les zones à risques d’explosion, on doit pou-
➞ La ou les sources de sécurité doivent avoir une voir débrancher sans danger les blocs sous ten-
autonomie d'au moins une heure. sion, à l’exception de ceux spécialement conçus
pour être maintenus en zone, afin de pouvoir les
transporter hors de la zone avant toute interven-
Blocs autonomes
(voir fiche blocs autonomes BAES et BAEH) tion interne tel que le changement d’une lampe.

(1) Pour les luminaires seule la conformité à la norme NF EN 60598-2-22 est demandée
Les informations techniques PROMOTELEC 3
Les blocs autonomes sont : ➞ les lampes portatives destinées à assurer
➞ soit raccordés, tant au circuit d’alimentation l’éclairage de sécurité sont d’un modèle
qu’à celui de mise à l’état de repos, par une conçu spécialement pour les risques que
canalisation mobile et une prise de courant comporte ce bâtiment et peuvent être
spécialement conçue et certifiée, ou par un trouvées et utilisées facilement et sans perte
système de connexion également certifié ; de temps lorsque survient une panne d’éclai-
➞ soit d’un type “maintenable en zone” certi- rage normal ;
fié, avec possibilité de changer les compo- ➞ l’interruption ou l’abandon à tout moment
sants en zone après avoir coupé l’alimenta- des travaux ou opérations en cours dans le
tion normale (blocs identifiés par l'indication bâtiment n’entraîne pas de risques supplé-
“maintenance en zone”). mentaires.

Locaux pyrotechniques Balisage d’un hall de grande hauteur non


L’éclairage de sécurité peut exceptionnellement assujetti à l’obligation d’éclairage d’ambian-
être assuré à l’aide d’appareils d’éclairage porta- ce de cinq lumens par mètre carré.
tifs si les conditions suivantes sont simultanément La reconnaissance des obstacles par un éclairage
remplies : ponctuel de balisage n’est pas aisée dans ce type
➞ l’effectif du bâtiment est inférieur à dix ; de hall, en particulier en raison du fait que ces
➞ chaque local de ce bâtiment a un effectif obstacles (tel le matériel stocké) peuvent être fré-
aussi réduit que possible et possède une ou quemment déplacés.
plusieurs issues directes vers l’extérieur sans
escalier ni couloir, réalisées et disposées de Dans ce cas l’éclairage d’évacuation peut être
telle façon qu’en cas d’interruption de remplacé par un éclairage d’ambiance, ne res-
l’éclairage normal toute personne présente pectant pas obligatoirement la règle des cinq
dans le local puisse distinguer nettement une lumens par mètre carré de surface, dont la répar-
de ces issues et l’atteindre en toute sécurité tition quasi uniforme éviterait le phénomène
suivant un parcours en ligne droite, dégagé d’ombres portées. Les fonctions de l’éclairage
de tout obstacle et plat, de moins de sept d’évacuation doivent cependant être efficacement
mètres ou dix mètres dans les cas prévus à remplies.
l’article 92 (n-b) du décret n° 79-846 du 28
septembre 1979 ;

I V. M A I N T E N A N C E E T E X P L O I T A T I O N
(voir fiche exploitation et maintenance des blocs autonomes)

Ce document a été réalisé avec le concours du GISEL (Groupement des industries des appareils électriques autonomes de sécurité).
Réf. : PRO 950- 6

PROMOTELEC - Tour Chantecoq - 5, rue Chantecoq - 92808 Puteaux Cedex


www.promotelec.com