Vous êtes sur la page 1sur 48

L AVANT- BRAS, LE POIGNET, PAUME DE LA MAIN, LES DOIGTS

Structures favorables
aux tendinites, entorses
bursites, déchirures etc...

A: tendon du long palmaire


B: tendon du fléchisseur
ulnaire du carpe

1
(Tortora et Grabowski 1993)
L AVANT- BRAS, LE POIGNET, DOS DE LA MAIN, LES DOIGTS

Zones sensibles aux


tenosynovites

2
(Tortora et Grabowski 1993)
LES ZONES SENSIBLES DE LA MAIN

3
(Tortora et Grabowski 1993)
INFLAMMATION DES TENDONS, GAINES TENDINEUSES
ET DES MUSCLES

SYNDROME DE L INTERSECTION OU DE L AÏ CRÉPITANT

- Fréquent dans de nombreuses activités:


(tennis, golf, escrime, pêche à la mouche...souris d ordinateur)
- Crépitement à la palpation; tuméfaction
douloureuse; mouvements du poignet difficiles

Long extenseur carpien

Tendon du long extenseur carpien


Court extenseur et long abducteur du pouce.

Zone de frottement et de tenosynovite

Rétinaculum des extenseurs

(Lachmann et Jenner 1994) 4


Syndrome de l intersection ou de l aï crépitant

Ce type de blessure est une combinaison de


facteurs intrinsèques et extrinsèques:

Facteurs extrinsèques:

Nécessité d un prise ferme:


- bâton de baseball, raquette de tennis ou
de squash, tournevis, etc.
Technique gestuelle (précis, répétitif):
- aviron, golf, tennis, visser, marteau, etc.
Activité nouvelle, augmentation d intensité ...

Facteurs intrinsèques:
Structures anatomiques superficielles
- Gaines synoviales, mobilité-frottement des tendons
dans les tunnels ostéo-fibreux.....
5
(Perterson et Renström 1986)
Tenosynovite de De Quervain
- Fréquent dans de nombreuses activités:
(tennis, badminton, golf, escrime, pêche à la mouche, clouer...)
Douleur

Zone de tenosynovite
Long extenseur du pouce

Long abducteur du pouce

Court extenseur du pouce

Test de Finkelstein

Le test est positif lorsqu il


déclenche la douleur.

(Lachmann et Jenner 1994) 6


Tenosynovite de De Quervain (suite)

Orthèse de repos ou de travail

Objectifs:

- mettre au repos les tendons du long abducteur et du court


extenseur du pouce et soutenant la déviation ulnaire.
- ne doit pas nuire aux activités de préhension

7
Tenosynovite de De Quervain (suite)

Orthèse de repos

Capitonnage

Moulage
thermoplastique

Bandes Velcro

8
Soutien du poignet

9
ENTORSE DU POIGNET

Envisager l entorse (foulure) du poignet que lorsque toutes les autres


formes de blessures traumatiques ont été déclarées négatives.

Seulement après une radiographie

Cause: Chute sur la paume de la main (Baseball, patinage, autres...)

Origine: Instabilité scapho-lunaire (la plus fréquente des entorses)

10
ENTORSE DU POIGNET (suite)

L entorse peut être

globale: - les ligaments radio-carpiens ou médio-carpiens


sont touchés (étirés ou déchirés).

localisée: et implique soit:


- Une seule articulation du carpe.
- La colonne interne avec déstabilisation des os
semi-lunaire et pyramidal.
- Colonne externe avec déstabilisation du scaphoïde
et du semi-lunaire (le plus fréquent).
- L articulation radio-cubitale (rare)

11
ENTORSE DU POIGNET

Bandage (straping) du poignet


et de la main 3

12
LUXATION DU POIGNET

Structure normale

Semi-lunaire
Les os du poignet sont maintenus
Radius solidairement entre eux par un certain
F
Scaphoïde
Cubitus nombre de ligaments.
F
F Il existe une ligne de faiblesse (F)
inter-osseuse favorisant les
luxations.

La gravité de la luxation dépend du


nombre de ruptures des ligaments
inter-carpiens.

La luxation est souvent confondue


avec une entorse, ce qui est
dommageable.

13
LUXATION DU POIGNET

Pouce

Séparation

Scaphoïde

Semi-lunaire

Radiographie en
vue antérieure

14
ENTORSE ET LUXATION DU POIGNET

Rééducation du poignet traumatique

1. Pathomécanique

La position de verrouillage articulaire du poignet en extension est


extrêmement stable. Le carpe ne forme qu un bloc avec l extrémité
des deux os de l avant-bras (cubitus et radius).

Dans la pratique sportive, ce blocage est utilisé dans les exercices


de force (épaulé-jeté et arraché en haltérophilie), en gymnastique
(arçons, barres parallèles...), aviron (recouvrement), athlétisme
(lancer du poids) etc.

Lorsque le poignet dépasse les limites anatomiques d extension (chute


sur la paume de la main ou autres contraintes de force), c est l entorse
ou la luxation, selon la gravité de la blessure, qui peut aller jusqu à la
fracture de l extrémité inférieure des deux os de l avant-bras, dont la
résistance mécanique est plus faible que celle du bloc carpien.

15
Rééducation du poignet traumatique (suite)

2. Principes:

- Porter un diagnostic précis. Sur le terrain, ce qu on croit être une entorse


peut cacher une fracture.

- Stabilité. Priorité doit être accordé à la stabilité afin d obtenir un poignet


permettant la force de préhension indispensable à la plupart des activités
physiques et sportives. On l obtient avec le port d une orthèse de
stabilisation .

- Le travail de mobilité doit être proscrit dans les entorses ou luxations


des articulations du carpe ou de l articulation radio-cubitale inférieure.
(sauf dans le cas de fracture de l extrémité inférieure des os de l avant-bras)

- Attention particulière portée à la qualité de la rééducation. La fracture


du scaphoïde nécessite la plus longue période de consolidation. Les
risques d arthrose et de laxité chronique après une entorse ou une
luxation sont grands et très difficilement traitables. La carrière du sportif
risque d être fortement compromise.

16
FRACTURE DU SCAPHOÏDE
Plâtre pour une fracture
du scaphoïde.

Fracture difficile à identifier à la radiographie. Danger de pseudoarthrose

Origine: à la suite d une chute avec la main en extension.

Symptômes: douleurs modérée, diminution de force dans la main

Traitement: Dans les cas sans ou avec peu de déplacement: plâtre 90O au
coude, pouce en abduction maximale.
Après 6 semaines, changement de plâtre (sans le coude) jusqu au 3e mois.
17
LES FRACTURES DU BRAS ET DU POIGNET

Fracture de l avant-bras (Cubitus et du radius) 18


FRACTURE DE L AVANT BRAS

Origine: - Chute (hockey, handball, ski, etc. chute verglas, âge...)


- Coup (sport, accident non sportif...)

!  Une fracture du cubitus peut être associée à une luxation du radius


au niveau du coude. Il faut être extrêmement prudent dans la
manipulation du bras blessé afin de ne pas aggraver le problème.

Traitement

!  Il est important que le radius et le cubitus soient remis exactement à


leur place normale.

!  Un traitement par plâtre pendant 6 à 10 semaines.

!  Une intervention chirurgicale peut être nécessaire

Rééducation le bras doit être réentraîné pendant 6 semaines avant que


le blessé ne reprenne son activité sportive.
19
FRACTURE DU POIGNET (Radius)

20
FRACTURE DU POIGNET (Radius)

La fracture du radius est la plus fréquente de toutes les fractures

Origine:
Chute en avant sur le bras en extension (fréquent chez
chez les joueurs de hockey, football, handball, les cavaliers, lutteurs,
skieurs de descente).

Symptômes:
!  Position en baïonnette typique (voir dessin précédant)
!  Tuméfaction et sensibilité douloureuse du poignet.
Traitement:
!  Pose d un plâtre (habituellement, une gouttière plâtrée).
!  S il n y a pas de complication: 4 à 5 semaines de plâtre + réentraînement.
!  En cas de fracture grave, intervention chirurgicale.

21
Ramifications vasculaires
et nerveuses

Compression du nerf
médian: syndrome du
tunnel carpien
22
Syndrome tunnel carpien

23
Définition du SCC ( syndrome du Canal Carpien)

•  Le syndrome signifie que le nerf médian est


atteint au niveau du poignet.

•  Il correspond soit:
- Ischémie transitoire
- Compression du nerf
(rétrécissement du canal ou de l’augmentation en
volume de son contenu)
-Incapacité du tendon de réparer complètement les
microlésions (frottement)

Kin3095
Syndrome du canal (tunnel) carpien
Origines: - Inflammation chronique des tendons et des gaines
tendineuses.

- Fracture du poignet mal soignée

- Infection de la main,

- Toute pression répétitive dans la main.

Cause: Le canal carpien devient plus étroit, de sorte que le nerf médian
subit une compression anormale.

25
Syndrome du canal carpien

Joueur de Tennis
(Toutes frappes au tennis: smash, service…)

Moto et vélo
Extension prolongée du poignet

Planche à voile (tenir la voile et contrer la résistance du vent)


Planche à neige (lors d une chute)
Les facteurs qui favorisent l apparition du
syndrome du canal carpien
•  les mouvements répétitifs de la main,
•  les positions non naturelles de la main,
•  la préhension serrée soutenues,
•  le stress mécanique exercé sur la paume des
mains,
•  les vibrations
•  Interaction entre ces facteurs

1. Mvt. Répétitif 2.Travail statique 3.Effort


excessif
Apparition du SCC
Apparaît de deux façons: caractéristiques
Stades

•  1. Soudaine (très rare) Épisodes ischémies transitoire


Peut être provoqué par un intense 1 Douleur intermittentes et des
traumatisme et/ou une sollicitation paresthésies dans le territoire
forte et inhabituelle du poignet. d innervation du nerf médian.
Apparition typique (la nuit ou exer.)
Paresthésies et douleur deviennent
•  2. Progressive (fréquente) 2 constante.
Trouble de la microcirculation intra et
épi neurale avec œdème intra
Apparition en 3 stades fasciculaire.
EMG montrent anomalie de la
conduction sensitive.
Atteinte permanente des fonctions
3 sensitives et motrice avec atrophie
de l éminence thénar.
Œdème endoneural prolongé peut
avoir causé des dommages
axonaux.
Kin3095
Différence de pression
Pression pressentie à l intérieur du canal
en fonction de la position et de la présence
ou non de la pathologie

État
•  30 mmHg = diminution du Normal pathologique
flot sanguin épineural et
l apparition de certains Position
symptômes et signes précoces Neutre 2,5 mmHg 32 mmHg
de compressions nerveuses.
(Gelberman 88)
Flexion 30 mmHg 94 mmHg
•  Inflammation=compression complète

Pleine 32 mmHg 110 mmHg


extension

Kin3095
Mécanisme de la compression
nerveuse
Irritation mécanique des tendons et/ou
des muscles
Oedème ou enflure de ces tissus
Augmente la pression à l’intérieur dans
les sections où l’espace est restreint (Ex:
canal carpien)
Compression des nerfs qui passent dans
ces sections
Cause une sensibilité accrue à la
30
pression mécanique
Structures altérées par ce type de blessures

•  Les fibres sensitives du nerf


médian servent à innerver la
face palmaire, le pouce,
l index, le majeur, la moitié de
l annulaire et la face dorsale
des extrémités de ces doigts.

•  Les symptôme pressentis:

Engourdissements
Picotements
Perte de dextérité

Kin3095
Structures altérées par ce type de
blessures (suite)
•  L innervation motrice sera, quant à elle, atteint
chez trois muscles de l éminence thénar:
Court Abducteur, Opposant du Pouce et son Court
Fléchisseur. Ajoutons à ceux-ci les Lombricaux de
l Index et du Majeur.

•  L évaluation de la force de contraction du court


abducteur du pouce représente le signe le plus
valide et le plus fiable à faire au début.

Kin3095
Syndrome du canal (tunnel) carpien (suite)

Symptômes: - douleur lancinante


- douleur irradiante
- engourdissement au niveau du pouce, de l index,
du médius et de la moitié de l annulaire.
Ces symptômes surviennent surtout la nuit (« main qui dort »)

Complications en cas d état pathologique de longue durée:

- Perte de la sensibilité tactile.


- Atrophie musculaire.

Traitements: - Repos en premier lieu.


- Infiltration d anti-inflammatoires.
- Intervention chirurgicale si chronique.

Prévention rembourrage des gants du cycliste, rembourrage des appuis.


33
Effort en postures contraignantes
75 %
de la force !  La force la plus grande
est en position neutre
Extension
!  Elle ! avec
l extension vers le
100 % dessus de la main
de la force Flexion
!  Elle ! avec
la flexion vers
l intérieur de la main
45 %
de la force 34
Variation de la force de
préhension selon l’angle du
poignet

35
Situation augmentant les risques
de syndrome du canal carpien

Mouvements prolongés de flexion, d'extension


et de torsion de la main durant l’exécution de
tâches répétitives
Appui prolongé des poignets sur des surfaces
trop dures durant de longues périodes
Utiliser toujours la même main durant
l’exécution de tâches répétitives

36
Situation augmentant les risques
de syndrome du canal carpien
(suite)
Tenir les objets sur le bout des doigts plutôt
qu’à pleine main
Poignées des raquettes et des outils trop
grosses ou trop petites pour la main
Utilisation prolongée des outils qui vibrent
fortement

37
Facteurs aggravants:
- Faible fréquence
- Amplitude élevée Déviation du
poignet
VIBRATION: - Force de préhension élevée
- Amplitude - Somatotype ectomorphe
- Fréquence - Déviations ulnaire et
Entassement
radiale du poignet des os du
poignet

Transmission
vibration
Augmente
rigidité du
segment
Effets possibles sur :
- RTV
- Mécanorécepteurs

Augmente Compression
Force préhension activité tissus
musculaire adipeux de la
main

Transmission des vibrations aux membres supérieurs


38
Fracture du métacarpe FRACTURES DU MÉTACARPE DU POUCE
du pouce.

Fracture de sport fréquente.

La fracture est articulaire.

Traitement:
Dans la grande majorité des
cas, opération chirurgicale.

Si la fracture est mal traitée

Capacité fonctionnelle du
pouce fortement diminuée

Perte de la capacité de
préhension.

Fracture d un coup donné à la boxe.


39
ENTORSE DE L ARTICULATION MÉTACARPO-PHALANGIENNE DU POUCE

Origines:

!  Réception d un ballon
sur la face interne du
pouce.

!  Chute à ski (arrêt)


!  Accrochage du pouce
dans un vêtement sport

Diagnostique: l articulation a enflé. Mobilité perturbée et diminuée.


Impossibilité de prise sphérique (test de la bouteille)

40
Traitements:

Immédiatement après l accident: Mettre de la glace, pansement


compressif et maintenir la main en position surélevée.

Forme bénigne:

- Immobilisation par bandage adhésif durant 15 jours


- Ensuite rééducation avec physiothérapie.

Forme grave sans déplacement:

- Gantelet plâtré durant 4 à 6 semaines.

Forme grave avec déplacement:

- Intervention chirurgicale. Ensuite plâtre pour 1 mois..

Les entorses graves mal soignées conduisent à un handicap


permanent (préhension) et inévitablement à de l arthrose.
41
Contention du pouce après une entorse de l articulation
métacarpo-phalangienne

p. 94 42
Entorse des articulations interphalangiennes
proximales et distales des 4 derniers doigts

Les entorses des articulations inter phalangiennes proximales et distales


se retrouvent plus particulièrement les sports de ballon (volleyball, basket,
gardien de soccer et de handball, water-polo ...).

Symptôme et diagnostique
!  Douleurs bien délimitées du doigt blessé.
!  Diminution de la mobilité.
!  Instabilité dans les cas de ruptures de ligaments.
Traitements:

Immobilisation par une attelle (1 sem. pour les entorses bénignes et 3 sem.
dans les cas plus graves.

Le doigt blessé peut être attaché à un doigt sain avec un bandage

43
Contention des doigts dans le
entorses des articulations inter-
phalengiennes (a,b,c)

Orthèse d immobilisation pour


entorse grave
p. 96 44
Rupture de l insertion du tendon du long extenseur des doigts
(doigts en « maillet »)

45
Doigts en maillet

Symptôme et diagnostique

!  Douleurs derrière l ongle et l articulation la plus distale du doigt.


!  Le bout du doigt est légèrement fléchi.
!  Le blessé ne peut pas, avec sa seule force, redresser l articulation de
l extrémité du doigt.

Selon la gravité de la blessure on la classe selon un des 3 stades:

Stade 1: Pas de lésion osseuse, mais rupture partielle (radiographie).

Stade 2: Arrachement de la base de la 3e phalange (P3), peu déplacée.

Stade 3: Fracture articulaire avec subluxation de la phalange distale.

46
Traitements:

Au stade 1 avec rupture partielle:


Attelle en hyprextension durant 6 semaines.

Au stade 1 avec rupture totale:


Brochage chirurgical et immobilisation sur attelle. A la 4e semaine,
retrait des broches, mais l attelle reste pour 2 semaines encore.

Au stade 2:
Si la réductibilité du fragment osseux est possible: mise en attelle
pour 6 semaines.
Si la réductibilité n est possible, traitement chirurgical avec brochage.

Au stade 3:
Chirurgie et réduction de la subluxation + attelle pour 6 semaines.

47
Protection de la main du boxeur

48