Vous êtes sur la page 1sur 11

Cours de MERISE

Programme

I- Concept de base de données


1- Introduction
2- Définition
3- Caractéristique d’une base de donnée

II-Etude de la méthode de merise

1- Introduction
2- Définition
3- Schéma de niveau d’abstraction
4- Etudes des modèles

4.1 MCC : Modèle Conceptuel de Communication

4.2 MCD : Modèle Conceptuel des Données

4.3 MLDR : Modèle Logique de Données Relationnel

4.4 MPD : Modèle Physique de Données.

1-Introduction :

Avant l’apparition des bases de données, les entreprises stockaient leur information sur les
supports physique (fichiers) mais ces supports physiques ne permettaient pas une manipulation
aisés de l’information c’est-à-dire la mise à jour des informations (suppression, modification) , la
mise à jour des informations étaient un travail pénible et qui demandaient assez de temps de
plus l’accès aux informations ne pouvaient se faire simultanément .

Pour résoudre tous ces problèmes, on a pensée à mettre en place un système avec lequel le on
pouvait manipuler aisément les informations (base de donnée).

2-Définition : une base de donnée est un ensemble structuré d’information interdépendante


stockés sur des supports physiques sans redondance unitule d’information de manière à
satisfaire simultanément plusieurs utilisateurs.

3-caractéristique d’une base de donnée :

Une base de donnée est caractérisée par trois élément.

-l’indépendance physique ;

-l’indépendance logique ;

-l’accès concurrentiel.

4- Système de gestionnaire de base de donnée :

En Anglais DBMS (data Base Management system) est un logiciel ou un ensemble d’application
permettant de gérer une base de donnée. Il existe cinq (5) catégories de SGBD
1-les SGBD hiérarchique : apparue dans les années ‘’60’’ fut le premier modèle de SGBD, c’est le
modèle qui a été utilisé pour créer la base de donnée permettant de sauvegarder les informations du
programme Apollo.

Ce programme utilise les pointeurs entre les différents enregistrement et l’accès au donnée se fait
selon une arborescence descendante

2- le modèle Réseau : ce modèle fonctionne de la manière que le modèle hiérarchique à la seule


différence, l’accès aux informations ne se fait pas forcement selon une arborescence. Ce modèle est
apparu en 1970

3-Le modèle Relationnel : apparue dans les années 70 ce modèle fut inventé par Edgar Franck Codd
contrairement aux deux premier modèle les données sont enregistrées sous forme de tableau
composé des lignes et des colonnes. La manipulation des données se fait selon la théorie
mathématique des relations. C’est le modèle le plus utilisé pour la conception des bases de données,
90% des bases de données de la planète ont été créer dans ce modèle

Voiture

marque couleur Plaque


chev Noir 4313 RC
Peug bleue 4514 RC Valeur Table Relationnelle
Prad Gris 5011 RC
Typle (figure)
Pos Jaune 6013 RC
4-Le modèle déductible : apparue au même moment que le modèle relationnel, il enregistre aussi
des données dans les tableaux mais la manipulation des données se fait par calcul de prédicat.

5-Le modèle Objet : apparue vers les années 70 est le plus récent modèle de SGBD, il stocke les
informations dans des tableaux et leurs manipulation se fait sous forme de classe et d’instance
(P.O.O).

Classe

Instances
Instances

Remarque : De nos jours les systèmes de gestionnaire de base de données les plus utilisés sont tous
relationnels. M. S Accès ; SQL Server ; MySQL ; Oracle.

Taille de la Base de données : les différents SGBD se différencie sur le marché par l’utilisation des
bases de données le périmètre influence le nombre d’utilisateur simultané, la taille des bases de
données, le ou les emplacements, la puissance de calcul nécessaire. Certains systèmes de
gestionnaire de base de donnée supportent des très grandes bases de données et nécessite des
ordinateurs puissants et très couteux. D’autres SGBD fonctionne sur les ordinateurs personnels bon
marché avec des limites quant à la taille des bases de données et la puissance de calcul. On peut les
classer en

SGBD personnels : plus simple que les modèles pour les entreprises du fait qu’ils sont conçus pour
servir un seul utilisateur. Lorsqu’un deuxième utilisateur essaye d’accéder à la base de données il va
falloir qu’il attend que le premier termine. Ces SGBD sont parfois installés sur des ordinateurs
personnels pour les base de données dites bureau (desktop data base).

SGBD groupe : peuvent être utilisé par plusieurs personnes simultanément ils sont dits groupes
lorsque le nombre d’usagé est relativement restreint (50 à 100). Aujourd’hui le modèle groupe est le
plus populaire dans les petites et moyenne institutions.

SGBD d’Entreprise : apparue en 1960, les ordinateurs de cette époque étaient de très grands et très
cher les SGBD étaient tous de taille entreprise. Puissant robuste gourmands en matériels. Avec
l’évolution ils sont devenus plus puissant et sont capables de manipuler de grande quantité
d’information et peuvent être utilisé par des milieux d’utilisateurs simultanément.

Internet : dans les années 2000 l’apparition de service internet de grand audience a nécessité des
moyens techniques adaptés à des besoins sans précèdent quant au nombre d’utilisateur et à la
quantité de donnée. Pour la répartition des charges, de nouveau SGBD dit NoSQL ont fait le
compromis de n’est pas mettre en œuvre certains fonctionnalités classiques de SGBD en vue
d’obtenir la puissance de calcul nécessaire au populaire service Web de commerce en ligne de
recherche ou de réseau sociale.

Utilisation d’une base de donnée : une base de donnée permet de mettre des données à la
disposition des utilisateurs pour une consultation, une saisie, une mise à jour tout en s’assurant des
droits accordés à ces derniers. Une base de donnée peut être local c’est-à-dire utilisable sur une
machine par un utilisateur ou repartis c’est-à-dire les informations sont stockés sur une machine
distante accessible par réseau.

Principe et Fonctionnement des bases de données : (architecture client/ serveur)

Lorsqu’une base de données n’est pas repartie on perd tout l’intérêt de sa conception une base de
donnée repartis correspond à une architecture très répandue de nos jours dans l’entreprise, Il s’agit
de l’architecture client server.

Principe de fonctionnement : la base de donnée est implantée dans un logiciel appelé SGBD installé
sur le server de l’entreprise. Cette base de donnée est gérée par l’administrateur de la base de
donnée ou en anglais DBA (Data Base Administrator). Il est responsable des règles de gestion et des
droits d’accès à tous les niveaux. Les autres utilisateurs de la base de donnée accèdent au même
donnée à travers le réseau de l’entreprise et est en fonction des droits de leurs sont attribués. Les
ordinateurs utilisés par ses utilisateurs sont appelés poste client, ils accèdent aux données via une
interface développée par un programmeur. Les postes clients peuvent être des clients lourds et les
clients légers.

DBA

-Règle de gestion
Serve
r Droit d’accès
B.D
SGBD

Clients légers

Interface interface

Règle de gestion
II- Etude de la méthode de Merise

Introduction

La conception d’un système d’information n’est pas évidente car il faut réfléchir à l’ensemble de
l’organisation que l’on doit mettre en place la phase de conception nécessite des méthodes
permettant de mettre en place un modèle sur lequel on va s’appuyer.
La modélisation consiste à créer une représentation virtuelle. La réalité de telle façon à faire les
points auxquels on s’intéresse. Ce type de méthode est appelé analyse.

Il existe plusieurs méthodes d’analyse celle qui est l’objectifs de notre cours est la méthode de
Merise. Le but de cette méthode est de concevoir un système d’information. La méthode de merise
est basée sur la séparation des données et des traitements à effectuer en plusieurs modèles
conceptuels et physiques.

Cette séparation assure une longévité au modèle. En effet l’agencement des données n’a pas à être
souvent remarier tandis que les traitements le sont plus fréquemment.

La méthode merise date de 1978- 1979 est fait suite à une consultations nationale lancé en 1977 par
le ministre de l’industrie français dans le bus de choisir des sociétés de conseils en informatique afin
de tenir une méthode de conception des systèmes d’informations, les deux sociétés ayant mis au
point de cette méthode sont le CII (Centre technique d’information) et le CETE (Centre d’étude
technique de l’équipement) implanté en Aix-en-Provence

2-Définition : Merise est une méthode de conception de développement et de réalisation des projets
informatique (Méthode de recherche d’idée sans effort)

3-Schema de niveau d’abstraction :La méthode merise peut-être représenter par (3) niveaux
d’abstraction, chacun deux correspond à deux (2) modèle

analyse

Technique

Analyse

détaille

Etude MCD MCT MLD MOT MPD MPT

Préalable Modélisation

Niveau conceptuel niveau logique niveau physique

NB : chaque niveau de modélisation correspond à un niveau de développement

Niveau Données Traitements


M C A : Sémantique M C I : quoi ?

Conceptuel Des données Fonction SI

M L D : Organisation M O T ! qui fait quoi !

Logique Des données Ou ? et quand ?

M P T : Implantation MPT:

physique Des données SGF et SGBD Comment ?

MCD : Modèle conceptuel des données

MCT : Modèle conceptuel de traitements

MLD : Modèle logique des données

MOT : Modèle organisation de traitement

MPD : Modèle physique de données

MPT : Modèle physique traitement

4-Etude des Modèles :

4-1 Modèle conceptuel de communication (mcc)

Il s’agit de la première étape d’une étude de l’existant, Pour modéliser les habitudes de travail
dans l’organisation concernés il faut :

- Délimiter le domaine étudier ;


- Réduire la complexité en identifiant des sous problèmes traités individuellement ;
- Identifier les acteurs internes et externes ;
- Modéliser les échanges d’informations entre les différents acteurs.

Acteurs : représenté par un cercle libellé par le nom de l’acteur, il représente une unité active
intervenant dans le fonctionnement d’un système opérant. IL peut être stimulé pour transformé et
émettre des flux d’informations. Un acteur fait « quelque choses » il est actif

Exemple : service de comptabilité ; guichet

Un acteur est un rôle plus plutôt qu’une personne physique (directeur et pas Mamadou). Il peut être
pertinent de modélisé séparément deux fonctions assumées par une même personne physique. On
distingue les auteurs externes et internes

Flux d’information : est l’échange d’information entre deux acteurs représenté par une flèche
étiquetée par le nom du flux
Flux 1
Acteur B

Flux 2

Flux 2.1

Acteur A
Acteur C

Flux 3

Acteurs externes :

Elément externe avec lequel le système échange les flux d’information

Exemple : dans le cadre d’une gestion de stock : client ; fournisseur

Flux

ORGANISATION
Acteurs externes

4-2 Le modèle conceptuel de données (MCD)

1-Concept de bases :

Les concepts de base de modèle entité, Association (encore appelé modèle conceptuel des données)
sont : la propriété, l’entité, l’association et les cardinalités.

1.1 Entités : une entité est définie comme étant objet concret ou abstrait ayant une existence
propre, présentant un intérêt pour l’entreprise, traduisant une préoccupation de gestion

Exemples
-clients

-Etudiants

-commandes

-Matières

1.2 Les propriétés :

Une propriété serve à décrire les entités et les associations. Ce sont donc des particules
d’information on les appels également attribut ou colonnes (donc le modèle relationnel) les
propriétés prennent des valeurs appelles occurrence de la propriété.

Exemple :

Entité propriété occurrence

Etudiant Matricule B144 70SIF

Nom Diallo

Prénom Thierno

Date de naissance 11/12/2000

Téléphone 666666666666

1.3 Associations

Une association est lien verbal entre deux ou plusieurs entités qui n’a d’existence qu’à travers les
entités qu’elle relie. Dans une entité, il y a une propriété. Dans une entité, il y a une propriété qui
joue un rôle très important c’est l’identifiant encore appelé, clé Ses valeurs sont discriminantes. Deux
occurrence
Caractéristique d’une Association

a) Dimension :

La dimension d’une association est le nombre d’entité concernés par celle-ci

Exemple 1

Livres Est écrit Auteur


par
L’association est écrit par est de dimension binaire

Exemple 1

Personnes Est marie


à
L’association est mariée à est de dimension binaire réflexive

Exemple 3

Personnes A vendue Produits

L’association est ternaire

b) Cardinalité et liaison inter-entité

Une cardinalité est le nombre de participation d’une occurrence d’entité à une association. C’est
une paire de valeur composé d’une cardinalité minimale et d’une cardinalité maximal. La liaison
inter-entité concerne toujours les cardinalités maximales. Il existe trois types de liaisons entités.

Exemple 1 :

Cardinalité minimales

(1 ;1) (1 ; n)
Etudiants S’inscrire Départements

Cardinalité maximale
Liaison inter-entité de 1 n

Exemple 2 :
(1 ; n) (1 ; n)
Etudiants S’inscrire Matières
Liaison inter-entité de n vers n

Exemple 3 :

(1 ;1) (1 ; 1)
Etudiants S’inscrire Départements

Liaison inter- entité de 1 vers 1

Démarches à suivre pour élaborer un MCD

1ere étape : Déterminer les entités

2eme étape : Déterminer les associations

3 eme étape : Déterminer les cardinalités entres les entités et les associations

4 eme étape : Recenser les propriétés des entités et des associations

5 eme étape : Elaborer le dictionnaire de données

NB : pour la cinquième étape si nous utilisons le logiciel Power AMC Designer le dictionnaire de
donné est créer automatique par le logiciel

A éviter

La polysémie : c’est lorsque deux propriétés portent le même nom alors qu’il indique des notions
sémantique différentes.

PRPDUITS
CLIENTS

Num Clt Refprod

Nom Designprod

Date Date

Polysémie
La synonymie : c’est lorsque deux propriétés d’une même entité portent des noms différents alors
qu’il indique la même notion sémantique.

Produits

Refprod

Designprod
designprod

Nomprod Synonyme
nomprod
Exercice 1 : lors de votre stage dans la société de distribution Bah et frère en tant qu’analyste et
concepteur de base de donnée Le responsable commerciale vous demande de concevoir une base de
données pour la gestion des clients et leurs commandes. Ce fait le responsable commercial met à
votre disposition les informations suivantes.

-le service clients courriels tri les lettres de commande des clients par ordre d’arrivée. Ils les adresse
ensuite au service commercial qui consulte le dossier du client, puis établie un bulletin de commande
en deux exemplaires, un client est caractérisé par :

-Un numéro

-le nom du client

-l’Adresse du client

-le téléphone du client

Le magasin prépare la commande du client à partir du l’exemple B C 1 (bordereau commande n°1)


sur laquelle et rapporte la nature de l’emballage utilisé. Le service de facturation à la réception B C 2
propre facture du client et complète la facture en mentionnant les informations relatives des
emballages et des produits.

Un magasin est caractérisé par son numéro et sa localité. La facture est décrite par : un numéro de
facture, une date, le montant hors taxe, le montant total et le Taux.

Un produit est caractérisé par sa référence, sa quantité en stock, son prix unitaire, sa désignation et
son Seuil.

La facture est élaboré en trois exemplaires F1, F2 et F3. L’exemplaire F1 est agressé au client, F2 à la
comptabilité et F3 aux services commerciales pour archives.

NB : il n’y a pas règlement partielle pour le facture et tous les règlements se font en espèces.