Vous êtes sur la page 1sur 18

I.

INTRODUCTION GENERALE

1. Présentation de l’entreprise :

Tunisie Télécom met en place, exploite et commercialise le premier réseau GSM


en Mauritanie La loi portant création de l'Office national des télécommunications, dont le
nom commercial est Tunisie Télécom, est promulguée le 17 avril 1995 et entre en vigueur
le 1er janvier 19963.

Tunisie (Mattel) à partir de mai 20003. Elle conclut également une convention de
coopération technique avec Djibouti Télécom pour le développement de ses réseaux de
télécommunications.

Tunisie Télécom propose des services dans le domaine des télécommunications fixes et
mobiles.

En juin 2006, il est fort de 1 259 000 abonnés au réseau fixe (RTCP), dont il détient
le monopole, et de 3 265 000 abonnés au réseau GSM, la première ligne ayant été inaugurée
le 20 mars 19983. Avec une part de marché de 35,4 % en décembre 2014) sur le marché de la
téléphonie mobile23, Tunisie Télécom est le second plus gros opérateur mobile du pays,
derrière Ooredoo.
Tunisie Telecom se compose de 24 directions régionales, de 80 Actels et points de
vente et de plus de 13 mille points de vente privés. Elle emploie plus de 8000agents.

1
Figure 2 : Organigramme Général « Tunisie Telecom »

Figure 3 : Structures Organisationnelles

2
2. Structure hiérarchique d’un Réseau de Lignesd’Abonnés(RLA)

a) Les répartiteurs généraux (RG)


A partir desquels commence l’acheminement local des télécommunications vers les
abonnés, vers des SR, ou directement vers un PC (cas d’une distribution directe).

Figure 4 : LES REPARTITEURS GENERAUX (RG)

b ) LE S S O US RE P ARTI TE URS (S R)

Par lesquels se fait la liaison entre les câbles de transport (câbles qui transporte la
tonalité de l’abonnée) et les câbles de distribution à l’aide des jarretières

3
Figure 5 : Les sous répartiteurs
c) Les points de concentration (PC)

C’est un point dans lequel se rassemble des câbles de branchement des abonnées .
sa capacité maximale : 7 abonnées.

Figure 6 : Les points de concentrations (PC)

II. Système de gestion de l’information

1. Inventaire des serveurs :

Nature Configuration Matérielle Système d’exploitation Rôle et application

Intel Xeon
Machine
Virtuelle 2GO RAM WINDOWS SERVER 2008 R2 Contrôleur de domaine

80GO DD

Intel Xeon
Machine
Virtuelle 4GO RAM WINDOWS SERVER 2008 R2 Serveur Base de données

400GO DD
4
Intel Xeon
Machine
Physique 24Go WINDOWS SERVER 2008 R2 Hyperviseur

160 Go

Intel Xeon
Machine
Physique 24Go WINDOWS SERVER 2008 R2 Hyperviseur

160 Go

Intel Xeon
Machine
Physique
24Go WINDOWS SERVER 2008 R2 Cluster Hyperviseur

160 Go

Intel Xeon
Machine
Virtuelle 4GO RAM WINDOWS SERVER 2008 R2 Serveur d’application

80GO DD

5
Intel Xeon
Serveur Web
Machine
Physique 24Go WINDOWS SERVER 2008 R2
Serveur de Réplication
160 Go

Intel Xeon
Machine
Physique 1GO RAM WINDOWS SERVER 2003 Proxy Internet

160 GO

Intel Xeon
Machine
Physique 4GO RAM WINDOWS SERVER 2008 Serveur de sauvegarde

650 GO

Machine
Physique Intel P4 512 MO RAM WINDOWS SERVER 2000 Serveur de liaison BCT

Tableau 1 : Tableau des Serveurs

2. Serveur WEB

Un serveur HTTP ou serveur Web est un logiciel servant des requêtes


respectant le protocole de communication client-serveur HyperText Transfer
Protocol (HTTP), qui a été développé pour le World Wide Web (WWW)

HTTP est un protocole de la couche application. Il peut fonctionner sur


n'importe quelle connexion fiable, dans les faits on utilise le protocole TCP comme
couche de transport. Un serveur HTTP utilise alors par défaut le port 80 (443 pour
HTTPS).

6
Figure 7: Serveur Web (http)

3. Serveur FTP

File Transfer Protocol (protocole de transfert de fichier), ou FTP, est un


protocole de communication destiné au partage de fichiers sur un réseau TCP/IP.
Il permet, depuis un ordinateur, de copier des fichiers vers un autre ordinateur du
réseau, ou encore de supprimer ou de modifier des fichiers sur cet ordinateur.

Pour le protocole FTP on va utiliser 2 ports : un port pour les commandes, un port
pour le transport des fichiers.

Le port 21 : pour envoyer les commandes et recevoir les réponses du serveur

Le port 20 : pour envoyer ou recevoir les fichiers.

Figure 8: Serveur FTP

7
4. Serveur DNS

Le Domain Name System (ou DNS, système de noms de domaine) est un


service permettant de traduire un nom de domaine en informations de plusieurs
types qui y sont associées, notamment en adresses IP de la machine portant ce
nom.

Figure 9.1 : Serveur DNS

8
5. Serveur DHCP

Dynamic Host Configuration Protocol (DHCP, protocole de configuration


dynamique des hôtes) est un protocole réseau dont le rôle est d’assurer la
configuration automatique des paramètres IP d’une station, notamment en lui
affectant automatiquement une adresse IP et un masque de sous-réseau.

Figure 10: Serveur DHCP

9
6. Serveur SMTP

Simple Mail Transfer Protocol (SMTP, littéralement « protocole simple de


transfert de courrier ») est un protocole de communication utilisé pour transférer
le courrier électronique (courriel) vers les serveurs de messagerie électronique.

SMTP est un protocole assez simple (comme son nom l'indique). On


commence par spécifier l'expéditeur du message, puis le ou les destinataires d'un
message, puis, en général après avoir vérifié leur existence, le corps du message
est transféré. Il est possible de tester un serveur SMTP en utilisant la commande
Telnet sur le port 25 d'un serveur distant.

Figure 11 : Serveur SMTP

10
7. Microsoft SHAREPOINT :

La Plateforme SHAREPOINT est un site Web interne représentant un espace de


collaboration et un lieu de stockage centralisé pour les documents, les informations et les
idées.

L’utilisateur peut par effectuer les tâches suivantes :

 Consulter les différents communiqués de la société (Notes de Service, Notes


d’information…)
 Coordonner des projets, des calendriers et des agendas ;

 Échanger des idées et revoir des documents ou des propositions ;

 Partager des documents ou des informations avec son propre service ou tout le
personnel.

Figure 12: Plateforme SHAREPOINT

11
III. Réalisation

Dans ce chapitre on utilise packet tracer pour réaliser mon application qui est
basé Sur frame Relay.

On décrit l’environnement de travail et l’implémentation.

1. Environnement :

Nous avons utilisé pour les besoins de ce projet

a) Un ordinateur portable : Acer

Processeur : Intel Coré i5

Mémoire installée(RAM) :4.00Go.

Type du système : système d’exploitation Windows 7 32bit.

b) Packet tracer :

Cisco Packet Tracer est un programme de simulation de réseau qui permet aux
étudiants d'expérimenter le comportement du réseau et de demander «et si »
questions. En tant que partie intégrante de l'expérience d'apprentissage complète
Networking Academy, Packet Tracer fournit simulation, la visualisation, de
création, l'évaluation, et les capacités de collaboration et facilite l'enseignement et
l'apprentissage des concepts technologiques complexes.

12
c) Frame Relay :
Le Relay de trames (ou FR, pour l'anglais Frame Relay) est un protocole à
commutation de paquets situé au niveau de la couche liaison (niveau 2) du
modèle OSI, utilisé pour les échanges intersites (WAN).

13
Figure 13 : Représentation Frame Relay

14
Le frame Relay est une technologie qui permet de remplacer les liaisons
louées (coûteuses car dédiées à un seul client) par un "nuage" frame Relay
mutualisé entre de nombreux clients.

2. Implémentation :

Figure 14 : Configuration Frame Relay

15
3. Conclusion :

Dans ce chapitre, on a vu l’environnement du travail matériel et logiciel et on a


présenté les différentes interfaces de notre application.

IV. Conclusion Générale

Dans ce cadre de l’observation à la vie professionnelle, j’ai eu l’honneur


d’avoir effectué Mon stage au sein de cet honorable établissement où j’ai eu la
chance d’avoir accès plus concert sur le fonctionnement de l’entreprise de
Tunisie Telecom .

Ce stage m’a été très bénéfique il m’a permis de passer de la théorie déjà
apprise à la pratique en plus de la connaissance de relation et de comportement
que doivent avoir les techniciens.

J’espère que ce stage m’ouvre la voie à plus d’enrichissement et à


l’amélioration de mon niveau.

16
Bibliographie

[1] Philippe Atelin , Réseaux informatiques Notions fondamentales, éditions ENI -


janvier 2009
[2] Guy Pujolle , Initiation aux réseaux , EDITIONS EYROLLES 61, Bld Saint-
Germain 75240 Paris cedex 05 , 2001

[3] http://www.cisco.com/

[4] http://www.packettracernetwork.com/

[5] http://ravikumarcisco.blogspot.com/

[6] https://fr.wikipedia.org/

[7] https://www.youtube.com

17
Annexe :

18