Vous êtes sur la page 1sur 82

UNIVERSITÉ DE NANTES

FACULTÉ DE PHARMACIE

ANNÉE 2009 N° 8 .

THÈSE

pour le

DIPLÔME D’ÉTAT

DE DOCTEUR EN PHARMACIE
par

Julie BOURDAIS
---------------------------------------------

Présentée et soutenue publiquement le 30 mars 2009

LES COSMÉTIQUES
ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES

Président :
Mme GRIMAUD Nicole, Maître de Conférences de Pharmacologie,
Faculté de Pharmacie de Nantes
Membres du jury :
Mme COIFFARD Laurence, Professeur de Cosmétologie, Faculté
de Pharmacie de Nantes
Mme MOREAU Marie-Christine, Pharmacien

1
SOMMAIRE

INTRODUCTION ............................................................................................ 6

PARTIE I - LES PRODUITS COSMÉTIQUES : UN SECTEUR À LA


RÉGLEMENTATION CROISSANTE ET ENCADRANTE ........................ 8

1 LES INSTITUTIONS QUI FIXENT LE CADRE JURIDIQUE


DES PRODUITS COSMÉTIQUES ................................................................ 8
1.1 Les institutions européennes .............................................................................8
1.2 Les institutions françaises .................................................................................9
1.3 Les textes de référence .................................................................................... 11
1.3.1 La Directive 76/768/CEE............................................................................ 11
1.3.2 Le Code de la Santé Publique (CSP) ........................................................... 11
2 DÉFINITION D’UN PRODUIT COSMÉTIQUE ...................... 11
2.1 La définition générale d’un produit cosmétique ............................................ 11
2.2 La liste des produits qui répondent et qui ne répondent pas à cette définition
.......................................................................................................................... 12
3 DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA VIE DES COSMÉTIQUES . 13
3.1 Conception et formulation .............................................................................. 13
3.1.1 La liste des ingrédients interdits .................................................................. 15
3.1.2 La liste des ingrédients autorisés sous conditions ........................................ 16
3.1.3 La liste des colorants autorisés (Annexe IV de la Directive 76/768/CEE
modifiée) .................................................................................................... 17
3.1.4 La liste des conservateurs autorisés (Annexe VI de la Directive 76/768/CEE
modifiée) .................................................................................................... 17
3.1.5 La liste des filtres solaires autorisés (Annexe VII de la Directive 76/768/CEE
modifiée) .................................................................................................... 18
3.2 La fabrication des produits cosmétiques ........................................................ 18
3.2.1 Quelles sont les personnes autorisées à fabriquer un produit cosmétique ? .. 18
3.2.2 Déclaration d’établissement ........................................................................ 19
3.2.3 Une qualité des produits fabriqués garantie par les Bonnes Pratiques de
Fabrication (BPF) ....................................................................................... 20
3.2.3.1 Les locaux et les BPF ................................................................................................ 20
3.2.3.2 Le matériel et les BPF............................................................................................... 20
3.2.3.3 Le personnel et les BPF ............................................................................................ 21
3.2.3.4 Les matières premières et les BPF............................................................................ 21
3.2.3.5 Le contrôle du produit fini ....................................................................................... 22
3.2.3.6 Les dossiers ............................................................................................................... 22
3.2.3.6.1 Le dossier cosmétique ............................................................................................ 23
3.2.3.6.2 Le dossier de lot ..................................................................................................... 23

2
3.2.3.7 Le traitement des déchets ......................................................................................... 24
3.2.3.8 La sous-traitance ...................................................................................................... 24
3.2.3.9 Les réclamations et rappels ...................................................................................... 25
3.3 Les règles d’étiquetage des produits cosmétiques .......................................... 25
3.4 Les contrôles des produits cosmétiques .......................................................... 30
3.4.1 Les tests de tolérance .................................................................................. 30
3.4.1.1 Évaluation du potentiel irritant................................................................................ 30
3.4.1.2 Évaluation du potentiel comédogène ........................................................................ 31
3.4.1.3 Évaluation du potentiel phototoxique ...................................................................... 31
3.4.1.4 Évaluation du pouvoir allergisant ............................................................................ 31
3.4.2 Les tests d’efficacité ................................................................................... 32
3.4.2.1 Étude de l’efficacité anti-séborrhéique .................................................................... 33
3.4.2.2 Étude de l’efficacité hydratante ............................................................................... 33
3.4.2.3 Mesure du flux sanguin cutané ................................................................................ 34
3.4.2.4 Mesure de l’épaisseur de la peau.............................................................................. 34
3.4.2.5 Étude du microrelief cutané ..................................................................................... 34
3.4.2.6 Évaluation des propriétés mécaniques de la peau.................................................... 35
3.4.2.7 Autres tests d’efficacité............................................................................................. 35

PARTIE II - LA COSMÉTIQUE ÉCOLOGIQUE ET BIOLOGIQUE ..... 36

1 RÉGLEMENTATION SPÉCIFIQUE DES COSMÉTIQUES


ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES ......................................................... 37
1.1 La définition d’un produit cosmétique naturel selon le Conseil de l’Europe 37
1.2 Les labels de certification ................................................................................ 38
1.2.1 BDIH ......................................................................................................... 41
1.2.2 NATURE ET PROGRÈS ........................................................................... 42
1.2.3 COSMEBIO ............................................................................................... 43
1.2.4 ECOCERT ................................................................................................. 44
1.2.4.1 Règles liées aux ingrédients entrant dans la composition du cosmétique ................ 45
1.2.4.2 Règles liées à la production du cosmétique .............................................................. 45
1.2.5 L’harmonisation européenne....................................................................... 46
2 FORMULATION DES COSMÉTIQUES ÉCOLOGIQUES ET
BIOLOGIQUES ........................................................................................... 46
2.1 Les ingrédients autorisés ................................................................................. 46
2.1.1 Les ingrédients naturels ou d’origine naturelle ............................................ 46
2.1.2 Les ingrédients certifiés « Biologiques »..................................................... 50
2.1.3 Les ingrédients d’origine synthétique ......................................................... 51
2.2 Les ingrédients interdits .................................................................................. 53
2.2.1 Les ingrédients de synthèse ........................................................................ 54
2.2.2 Le respect des animaux............................................................................... 54
2.2.3 Les parabens ............................................................................................... 54
2.2.4 Les phtalates ............................................................................................... 56

3
2.2.5 Les éthers de glycol .................................................................................... 56
2.2.6 Le phénoxyéthanol ..................................................................................... 57
2.2.7 La paraffine liquide .................................................................................... 57
2.2.8 Les silicones et dérivés (diméticones, ciméticones) ..................................... 57
3 ANALYSE COMPARATIVE DES CARACTÉRISTIQUES DES
COSMÉTIQUES CLASSIQUES ET DES COSMÉTIQUES ÉCOLOGIQUES
ET BIOLOGIQUES ...................................................................................... 58
3.1 Analyse comparative des excipients ................................................................ 59
3.2 Analyse comparative des actifs ....................................................................... 60
3.3 Analyse comparative des additifs ................................................................... 61

PARTIE III - LES COSMÉTIQUES ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES


PRÉSENTS À L’OFFICINE ......................................................................... 62

1 LES GAMMES PUREMENT « BIO » ...................................... 62


1.1 WELEDA......................................................................................................... 62
1.1.1 Le laboratoire ............................................................................................. 62
1.1.2 La gamme................................................................................................... 63
1.1.2.1 Soins du visage .......................................................................................................... 63
1.1.2.2 Soins pour bébés ....................................................................................................... 64
1.1.2.3 Les huiles de massages et de soins ............................................................................ 64
1.2 Dr HAUSCHKA .............................................................................................. 65
1.2.1 Le laboratoire ............................................................................................. 65
1.2.2 La gamme................................................................................................... 65
1.3 SANOFLORE .................................................................................................. 66
1.3.1 Le laboratoire ............................................................................................. 66
1.3.2 La gamme................................................................................................... 67
1.3.2.1 Les produits d’hygiène ............................................................................................. 67
1.3.2.2 Les eaux florales ....................................................................................................... 67
1.3.2.3 Les soins du visage .................................................................................................... 67
1.3.2.4 Les huiles essentielles................................................................................................ 68
1.4 Les autres gammes bios ................................................................................... 68
1.4.1 KIBIO ........................................................................................................ 68
1.4.1.1 Nettoyer .................................................................................................................... 69
1.4.1.2 Hydrater ................................................................................................................... 69
1.4.1.3 Optimiser .................................................................................................................. 70
1.4.1.4 Soin du corps ............................................................................................................ 71
1.4.2 THEMIS..................................................................................................... 71
1.4.3 Elysambre Natural make-up ....................................................................... 72
1.4.3.1 Le laboratoire ........................................................................................................... 72
1.4.3.2 La gamme ................................................................................................................. 72

4
2 LES GAMMES CLASSIQUES QUI TENDENT VERS LE
« BIO » .................................................................................................. 73
2.1 CAUDALIE ..................................................................................................... 73
2.2 BIO-BEAUTÉ BY NUXE ............................................................................... 74

CONCLUSION............................................................................................... 76

5
INTRODUCTION

La légende raconte que Cléopâtre prenait quotidiennement un bain de lait d’ânesse


afin d’entretenir la jeunesse de sa peau. Comme l’illustre cette légende, les classes
aisées de l’Égypte ancienne utilisaient de nombreuses substances naturelles pour
s’embellir, notamment le khôl (fard issu de la carbonisation de substance grasse) pour
mettre en valeur les traits de leur visage. Par la suite, ce sont les romains des premiers
siècles de notre ère, notamment Néron et Poppée, qui utilisaient la craie (calcaire
d’origine marine) et la céruse (carbonate de plomb) pour s’éclaircir la peau à des fins
esthétiques. Ainsi, à l‘origine, les premiers cosmétiques ont été conçus à partir
d’éléments naturels ayant subi très peu de transformation.

Par la suite, la révolution industrielle ainsi que les découvertes de la chimie ont permis
aux hommes de s’affranchir progressivement des contraintes imposées par la nature.
Ainsi, la synthèse de nouvelles molécules a permis de faire évoluer les cosmétiques
afin qu’ils répondent de mieux en mieux aux attentes des consommateurs.
Effectivement, les cosmétiques ainsi créés se conservent plus longtemps, ont des
textures et des parfums plus agréables, et renferment des actifs plus efficaces.

Cependant, ces avancées ont leur contrepartie. En effet, ces nouvelles molécules
s’avèrent parfois nocives pour l’organisme et l’environnement : en quantité trop
importante dans le cosmétique, certaines molécules de synthèse s’avèrent
immédiatement nocives. De façon plus insidieuse, la toxicité de certains ingrédients
d’origine synthétique ne se révèle qu’à long terme, après accumulation dans le corps
humain.

Désormais conscients de ces risques, les consommateurs se tournent de plus en plus


vers une nouvelle génération de cosmétiques qui garantit leur innocuité : les
cosmétiques écologiques et biologiques.

Le succès grandissant des cosmétiques écologiques et biologiques s’explique par le


fait que leur formulation (matières premières directement puisées dans la nature et très

6
peu transformées) permet d’écarter les risques sanitaires induits par l’usage de certains
ingrédients dont l’innocuité à long terme n’a pas encore été clairement démontrée.

Nous constaterons tout d’abord que les cosmétiques sont réglementés depuis moins
d’un demi-siècle et que cette réglementation évolue constamment pour protéger au
maximum les utilisateurs.

Nous montrerons ensuite qu’il existe, parmi les cosmétiques, deux familles de
cosmétiques qui répondent plus particulièrement à l’exigence de sécurité sanitaire : les
cosmétiques écologiques et les cosmétiques biologiques.

Enfin, nous ferons le point sur l’offre actuelle des cosmétiques écologiques et
biologiques proposés par les pharmacies d’officine.

7
PARTIE I - LES PRODUITS
COSMÉTIQUES : UN SECTEUR À LA
RÉGLEMENTATION CROISSANTE ET
ENCADRANTE

Jusqu’en 1975, il n’existait pas en France de législation précise pour les produits
cosmétiques. A cette époque, l’affaire du talc Morhange a incité les pouvoirs publics à
fixer un cadre réglementaire précis aux industriels. En effet, en 1972, une entreprise
chargée de conditionner le talc Morhange a mis sur le marché un lot de 3 000 boîtes de
talc contenant de l’hexachlorophène à une concentration excessive, soit 6,35%, ce qui
provoqua la mort de 36 bébés et des handicaps chez 145 enfants [3, 6].

1 LES INSTITUTIONS QUI FIXENT LE CADRE


JURIDIQUE DES PRODUITS COSMÉTIQUES

Le 10 juillet 1975, la loi VEIL a fixé les bases de la législation relative aux produits
cosmétiques et a servi de fondement à la législation européenne qui a vu le jour le 27
juillet 1976 (Directive 76/768/CEE). Actuellement, en France, les institutions légales
en charge des produits cosmétiques sont les institutions européennes et les institutions
françaises.

1.1 Les institutions européennes

Dans le cadre de la réglementation des produits cosmétiques, il faut distinguer les


institutions compétentes suivantes :

- le Conseil Européen et le Parlement, à l’origine de la Directive cadre cosmétique


76/768/CEE du 27 juillet 1976, modifiée depuis ;

- la Commission Européenne à l’origine des Directives portant adaptation aux progrès


techniques des annexes de la Directive cadre nommée ci-dessus, et des Directives
relatives aux méthodes d’analyses.

8
La Commission Européenne est aidée de 2 comités.

Le CSPC (Comité Scientifique des Produits de Consommation), créé en 2004 en


remplacement du SCCNFP (Comité Scientifique des Produits Cosmétiques et Non
Alimentaires), est chargé de donner un avis sur toute demande à caractère scientifique
et technique dans le domaine des cosmétiques et notamment sur les substances
utilisées dans leur préparation et sur leurs conditions d’utilisation. Forte des avis
recueillis par le CSPC, la Commission Européenne peut proposer au vote des états
membres des Directives portant adaptation au progrès technique des annexes de la
Directive européenne [1].

Le COMCOS (Comité permanent pour les Produits Cosmétiques) est un comité de


réglementation qui a été instauré par la Directive 76/768/CEE. Il est présidé par un
représentant de la Commission Européenne et composé de représentants des États
membres. Il est rattaché à la DGE (Direction Générale des Entreprises). Son rôle est de
faciliter la mise en œuvre des mesures nécessaires à l’évolution technique des textes
législatifs. Ce comité donne un avis lors de l’adoption de Directives portant sur les
méthodes d’analyses adaptées au contrôle des cosmétiques, sur les critères de propreté
microbiologique de ces mêmes produits, et enfin sur les modifications nécessaires
pour adapter au progrès technique les différentes annexes de la Directive [1].

De plus, il existe au sein du Conseil de l’Europe, un comité d’experts du domaine des


produits cosmétiques. Il établit des recommandations en vue de protéger le
consommateur. Il fournit les éléments scientifiques permettant de faire évoluer les
réglementations nationales, européennes et internationales. Les délégations nationales
participant aux travaux du comité d’experts ont en charge des sujets d’intérêt
prioritaire. Ainsi, en 2000, a été édité un document d’information aux consommateurs
sur la définition d’un cosmétique naturel, définition qui a servi de base à la rédaction
du référentiel ECOCERT décrivant la cosmétique biologique et écologique [1].

1.2 Les institutions françaises

Plusieurs structures en France sont en charge du secteur des produits cosmétiques :

- l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) ;

- les services du Ministère de la Santé (Direction Générale de la Santé) ;

9
- les services du Ministère des Finances : DGCCRF (Direction Générale de la
Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) ;

- la Direction Générale des Entreprises (DGE).

Les compétences de l’AFSSAPS en matière de cosmétiques sont nombreuses :


activités de veille, d’évaluation, de vigilance, d’inspection avec des pouvoirs
d’intervention sur place, de prélèvements, de consignations, d’autorisation de lieux
d’essais cliniques, de contrôles de laboratoires et des activités réglementaires.

En 2000, l’AFSSAPS a mis en place la Commission de Cosmétologie qui a pour but


de renforcer ses expertises et de donner des avis sur la sécurité d’emploi des produits,
leur composition et la toxicité des ingrédients. Elle peut également formuler des avis
sur la demande de dérogation à l’étiquetage d’un ingrédient. Enfin, elle recueille les
informations relatives aux effets indésirables liés à l’usage des cosmétiques dont elle a
connaissance [1].

Un certain nombre de groupes de travail sont également missionnés pour répondre à


diverses problématiques. Ces groupes ont pour but de procéder à l’expertise technique
de sujets de sécurité sanitaire pour lesquels ils ont été missionnés, et de proposer un
avis qui fera l’objet d’une délibération et d’une approbation en l’état, ou non, par la
Commission de Cosmétologie. Il existe, par exemple, un groupe de travail sur les
huiles essentielles. Les avis de la Commission de Cosmétologie permettent au
Directeur de l’AFSSAPS de prendre des décisions de police sanitaire en cas de
suspicion de danger, de faire des propositions de réglementation au niveau européen et
de diffuser des recommandations aux industriels.

Les laboratoires cosmétiques français sont contrôlés par les institutions françaises. Les
inspections sont assurées par la DIE (Direction de l’Inspection et des Établissements)
de l’AFSSAPS, par les services déconcentrés de l’Inspection de la Pharmacie du
Ministère de la Santé, et par les services déconcentrés de la DGCCRF [1].

En cas de non-conformité, des sanctions sont possibles, telles que contravention,


confiscation de produits, retrait de lot, interdiction temporaire ou permanente de
fabriquer, vendre ou conditionner, voire emprisonnement.

La DGCCRF procède également à des inspections et vérifie la conformité globale de


la structure responsable de la mise sur le marché et des produits avec la
réglementation. Les inspecteurs des fraudes contrôlent également la conformité des

10
allégations marketing avec les dossiers d’efficacité et les résultats des tests pratiqués
sur le produit [1].

1.3 Les textes de référence

1.3.1 La Directive 76/768/CEE

Dans le domaine du droit des cosmétiques, la Directive 76/768/CEE est désormais la


référence en Europe. Elle est sans cesse revue et modifiée pour optimiser la sécurité
d’emploi des produits cosmétiques. En droit communautaire, une Directive est un acte
liant les états membres destinataires quant au résultat à atteindre, tout en leur laissant
le choix des moyens et de la forme.

La Directive 76/768/CEE a déjà été modifiée sept fois depuis 1976. La dernière
modification date du 27 février 2003 [4, 11].

1.3.2 Le Code de la Santé Publique (CSP)

Les dispositions de la Directive 76/768/CEE ont ensuite été transcrites en droit


français par les décrets n° 2000-569 du 23 juin 2000 et arrêtés du 23 juin 2000 et du 30
juin 2000, modifiant le livre 5 du Code de la Santé Publique. Sont concernées les
dispositions législatives (art. L.5131-1 à L.5131-11 et L.5431-1 à L.5431-4) et les
dispositions réglementaires (R.5131-1 à R.5131-14 et R.5431-1 à R.5431-4) du code
de la santé publique [11].

2 DÉFINITION D’UN PRODUIT COSMÉTIQUE

2.1 La définition générale d’un produit cosmétique

L’article L.5131-1 du Code de la Santé Publique définit le produit cosmétique comme


étant « une substance ou une préparation destinée à être mise en contact avec
différentes parties superficielles du corps humain, (l’épiderme, les systèmes pileux et
capillaire, les ongles, les lèvres, les organes génitaux externes) ou avec les dents et les
muqueuses buccales en vue, exclusivement ou principalement de les nettoyer,
protéger, parfumer, maintenir en bon état le corps humain, de modifier son aspect ou
d’en corriger l’odeur. » [4, 10].

11
2.2 La liste des produits qui répondent et qui ne
répondent pas à cette définition

Selon l’arrêté du 30 juin 2000 sont considérés comme cosmétiques [4] :

- les crèmes, émulsions, lotions, gels et huiles pour la peau (mains, visage, pieds) ;

- les masques de beauté (à l'exclusion des produits d'abrasion superficielle de la peau


par voie chimique) ;

- les fonds de teint (liquides, pâtes, poudres) ;

- les poudres pour maquillage, poudres à appliquer après le bain, poudres pour
l’hygiène corporelle, etc. ;

- les savons de toilette, savons déodorants, etc. ;

- les parfums, eaux de toilette et eau de Cologne ;

- les préparations pour bains et douches (sels, mousses, huiles, gels, etc.) ;

- les dépilatoires ;

- les déodorants et antisudoraux ;

- les produits de soins capillaires (teintures capillaires et décolorants, produits pour


l'ondulation, le défrisage et la fixation, produits de mise en plis, produits de nettoyage
(lotions, poudres, shampoings), produits d'entretien pour la chevelure (lotions, crèmes,
huiles), produits de coiffage (lotions, laques, brillantines) ;

- les produits pour le rasage (savons, mousses, lotions, etc.) ;

- les produits de maquillage et démaquillage du visage et des yeux ;

- les produits destinés à être appliqués sur les lèvres ;

- les produits pour soins dentaires et buccaux ;

- les produits pour les soins, et le maquillage des ongles ;

- les produits pour soins intimes externes ;

- les produits solaires ;

- les produits de bronzage sans soleil ;

- les produits permettant de blanchir la peau ;

12
- les produits antirides.

En revanche, ne sont pas des cosmétiques :

- les préparations dermatologiques possédant une AMM (Autorisation de Mise sur le


Marché) ;

- les produits alimentaires même si leur visée est cosmétique (produits destinés à
l’embellissement de la peau, des ongles, des cheveux, improprement appelés
"cosmétiques oraux") car par définition un cosmétique ne s’ingère pas. Cependant,
certains aliments comme l’huile d’olive ou le miel sont utilisés comme ingrédients
cosmétiques ;

- les solutions de lavage oculaire, auriculaire ou nasal qui sont des dispositifs
médicaux ;

- les lubrifiants qui sont, soit des médicaments, soit des dispositifs médicaux [3].

3 DIFFÉRENTES ÉTAPES DE LA VIE DES


COSMÉTIQUES

De manière générale, un cosmétique est caractérisé par :

- sa formulation ;

- sa production ;

- son emballage et son étiquetage ;

- les tests auxquels il est soumis.

3.1 Conception et formulation

Lors de la conception d’un produit, l’équipe en charge du développement va tout


d’abord se poser les bonnes questions : quels sont les besoins ? Quelle est la mode
actuelle ? Que peut-on faire pour innover ?

En effet, le produit cosmétique doit répondre à une attente. Il faut intégrer la notion de
rêve et de sensualité. Si le médicament peut se permettre d’engendrer quelques effets
indésirables, le cosmétique lui n’a pas le droit à l’erreur : il ne doit en aucun cas nuire
à la santé de la personne qui l’utilise. La conception du produit relève donc de
techniques marketing, de la recherche des ingrédients et de la galénique [6].

13
Le but est de mettre au point de nouveaux produits avec des actifs toujours innovants.
Quelques actifs présents dans les cosmétiques sont présentés dans le tableau I.

Actifs Propriétés

Collagène et hydrolysats Effet tenseur sur l’épiderme

Elastine et hydrolysats Effet tenseur sur l’épiderme

Glycoprotéines Anti-âge

Argile Absorbant

Vitamine A (rétinol) et dérivés Hydratation du derme / Anti-ride

Vitamine E (tocophérol) Anti-radicaux libres

Silicium Elasticité cutanée

Les céramides Reconstituant épidermique

Acide hyaluronique Hydratation du derme

Calendula officinalis Anti-irritation

Procyanidol Vaso-tonique

Chlorexidine Antiseptique

Alpha-hydroxy acides (AHA) Kératolytiques

Béta-hydroxy acides (BHA) Kératolytiques

Alpha bisabolol Apaisant

Composants du NMF (facteurs Hydratation


d’hydratation naturelle)

Tableau I : Exemples d’actifs courants [10]

Les différents ingrédients utilisés peuvent être d’origine végétale (lavande, amande
douce, etc.), animale (suif, stéarine, etc.), minérale (paraffine, argile, silicium , etc.) ou
encore de synthèse (silicone, parfum synthétique, etc.).

Quelle que soit leur forme, les cosmétiques sont toujours l’association de :

- un ou plusieurs actifs qui assurent l’efficacité du produit ;

14
- un ou plusieurs excipients dont le rôle est le plus souvent d’accélérer la diffusion
de l’actif dans notre épiderme et de présenter le produit ;

- des additifs qui sont très variés (il peut s’agir de conservateurs, de colorants,
d’antioxydants, d’émulsifiants, de stabilisateurs de pH, d’agents de contrôle de la
viscosité, etc.) [3].

Un produit cosmétique est destiné à être appliqué sur une peau non pathologique. Il
doit respecter son intégrité et ne provoquer aucune réaction fâcheuse. L’article 2 de la
Directive 76/768/CEE fixe les limites des produits en termes de nocivité : « les
produits cosmétiques mis sur le marché à l’intérieur de la communauté ne doivent pas
nuire à la santé humaine lorsqu’ils sont appliqués dans les conditions normales ou
raisonnablement prévisibles d’utilisation », compte tenue de la présentation du
produit, des mentions portées sur l’étiquetage ainsi que toutes autres informations
destinées aux consommateurs. Compte tenu des enjeux sanitaires liés à l’utilisation des
produits cosmétiques, la Directive européenne fournit des listes d’ingrédients pouvant
entrer dans la composition des cosmétiques et une liste d’ingrédients interdits. Il existe
cinq listes officielles que l’on retrouve dans les différentes annexes de la Directive
76/768/CEE [4, 6, 10].

3.1.1 La liste des ingrédients interdits

On parle de liste négative (Annexe II -Directive 76/768/CEE modifiée) qui exclut


actuellement des centaines de substances de la composition des produits cosmétiques.

On y trouve par exemple :

- les androgènes ;

- les antibiotiques ;

- l’arsenic (et ses composés) ;

- des furocoumarines (méthoxy 8 psoralène) sauf teneurs normales dans les essences
naturelles utilisées) ;

- le mercure ;

- les oestrogènes ;

- les produits dérivés du Minoxidil ;

15
- les tissus et fluides bovins, ovins, et caprins provenant de l’encéphale, de la moelle
épinière et des yeux (ainsi que les ingrédients qui en dérivent) [4].

3.1.2 La liste des ingrédients autorisés sous conditions

Une autre liste regroupe des matières premières autorisées dans des conditions
particulières avec des restrictions de concentration (Annexe III -Directive
76/768/CEE modifiée) [4].

Nous citerons quelques exemples dans le tableau II.

Concentration
Substance maximale Conditions d’emploi
autorisée

Ion fluorure 0,15% Utilisés dans les produits d’hygiène buccale

Utilisés dans les produits anti-transpirants


Hydroxychlorure
20% Interdit dans les générateurs d’aérosols
d’aluminium et
de zirconium Mention sur l’étiquetage « ne pas appliquer
sur la peau irritée ou endommagée ».
2% à 6% Utilisés dans les produits dépilatoires
Sulfures alcalins calculés en Mention sur l’étiquetage « tenir à l’écart des
soufre enfants Ŕ éviter tout contact avec les yeux »

Utilisée dans les préparations pour l’hygiène


de la peau et les préparations pour durcir les
ongles.
Eau oxygénée 2% à 4%
Mention sur l’étiquetage « contient de l’eau
oxygénée Ŕ éviter le contact avec les yeux Ŕ
les rincer immédiatement si le produit entre
en contact avec ceux-ci ».

Utilisé dans les talcs et les produits pour


hygiène buccale.
Acide borique 0,5% à 5%
Mention sur l’étiquetage « ne pas employer
chez les enfants de moins de trois ans

Tableau II : Exemples de matières premières autorisées sous certaines conditions

16
3.1.3 La liste des colorants autorisés (Annexe IV de la
Directive 76/768/CEE modifiée)

Sont répertoriés dans cette liste, les colorants avec leur numéro de « Colour Index ».
Un astérisque accolé au numéro identifiant le colorant signifie que pour ce colorant,
ses laques, pigments ou sels de baryum, strontium ou zirconium insolubles, sont
également admis [4].

La notation 1 dans la colonne « champ d’application » signifie que le colorant est


admis pour tous les produits cosmétiques. La notation 2 dans la colonne « champ
d’application » signifie que le colorant est admis pour tous les produits cosmétiques, à
l’exception des produits de maquillage et de démaquillage des yeux.

3.1.4 La liste des conservateurs autorisés (Annexe VI


de la Directive 76/768/CEE modifiée)

Selon la Directive, on entend par agent conservateur les substances qui sont ajoutées
comme ingrédients à des produits cosmétiques principalement dans le but d’inhiber le
développement de micro-organismes dans ces produits [4].

Quelques exemples de conservateurs autorisés sont présentés dans le tableau III.

Concentration
Substance maximale Conditions d’emploi
autorisée

Formaldéhyde et Interdit dans les générateurs d’aérosols


0,1% à 0,2% Mention sur l’étiquetage « contient du
parformaldéhyde
formaldéhyde »
Organomercuriels
(mercurothiolate Utilisés uniquement pour les produits de
sodique, 0,007% maquillage et de démaquillage des yeux
phénylmercure et ses Mention sur l’étiquetage « contient des
sels) organomercuriels »

Ne pas utiliser dans les préparations


Acide salicylique et destinées aux enfants de moins de trois
0,5% ans, à l’exception des shampoings.
ses sels
Mention sur l’étiquetage « ne pas employer
pour les enfants de moins de trois ans »
Acide sorbique et ses
0,6%
sels

Tableau III : Exemples de quelques conservateurs autorisés

17
3.1.5 La liste des filtres solaires autorisés (Annexe VII
de la Directive 76/768/CEE modifiée)

Les filtres solaires sont définis dans la directive comme des substances qui, contenues
dans les cosmétiques de protection solaire, sont destinés spécifiquement à filtrer
certaines radiations pour protéger la peau contre certains effets nocifs de ces
radiations. Le tableau IV propose des exemples de filtres pouvant entrer dans la
composition des produits solaires [4].

Filtre Concentration maximale autorisée

Homosalate 10%

Oxybenzone 10%

Methoxycinnamate d’octyle 10%

Ethyl 4 aminobenzoate éthoxylé 10%

Ethyhexylsalicylate 5%

Titanium dioxide 25%

Tableau IV : Exemples de quelques filtres autorisés

3.2 La fabrication des produits cosmétiques

3.2.1 Quelles sont les personnes autorisées à fabriquer


un produit cosmétique ?

L’article L648 du CSP (Code de la Santé Publique) prévoit que « l’ouverture et


l’exploitation d’établissements fabricant, conditionnant ou important des produits
cosmétiques ou des produits d’hygiène corporelle sont subordonnés à une déclaration
auprès de l’autorité administrative compétente. Cette déclaration désigne les
personnes physiques responsables de la fabrication, de l’importation, des contrôles, et
de la surveillance des stocks de matière premières et de produits finis. Ces personnes
devront présenter des niveaux de qualification déterminés par le décret d’application
du 7 mars 1977. »

18
Les qualifications exigées par le décret suscité sont entre autres :

- le diplôme de Docteur en médecine, en pharmacie, en science vétérinaire ;

- les diplômes d’ingénieur orientés vers la chimie ;

- les licences es sciences orientées vers la chimie et obtenues avant le décret du 22


juin 1966 ;

- les maîtrises de chimie, biochimie ou biologie obtenues après le décret du 22 juin


1966.

Une qualification peut être reconnue, par décision conjointe du Ministre de la Santé et
du Ministre de l’Industrie, au titulaire d’un diplôme d’un niveau égal à la maîtrise, au
BTS (Brevet de Technicien Supérieur), ou au DUT (Diplôme Universitaire de
Technologie).

3.2.2 Déclaration d’établissement

Conformément au décret du 7 mars 1977, la déclaration d’établissement doit être faite


« par envoi recommandé avec avis de réception au préfet du département où se trouve
le siège social de l’entreprise. Cette déclaration doit comprendre :

- le nom ou la dénomination sociale de l’exploitant ;

- la nature juridique de l’entreprise ;

- l’adresse du siège ainsi que celle des établissements fabricant, conditionnant ou


important des produits cosmétique ;

- le nom, la fonction et la qualification professionnelle de la ou des personnes


responsables de la fabrication, du conditionnement, de l’importation, des
contrôles, de la détention et de la surveillance des stocks de matières premières et
de produits finis ;

- la ou les catégories de produits fabriqués, conditionnés ou importés en les


désignant conformément à la liste établie par arrêté interministériel. »

19
3.2.3 Une qualité des produits fabriqués garantie par
les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF)

Tout laboratoire cosmétique doit garantir une parfaite innocuité des produits avant de
pouvoir les commercialiser. Ainsi, la fabrication des produits cosmétiques doit être
réalisée en conformité avec les Bonnes Pratiques de Fabrications (BPF). L'objectif
directeur des BPF est la sécurité du consommateur.

La Commission de Normalisation de l’Agence Française de la Normalisation


(AFNOR), vient de proposer un nouveau texte : la norme EN ISO 22716. Les BPF ont
l’avantage de faciliter l’organisation et la réalisation des activités d’un établissement
cosmétique, de façon à maîtriser les facteurs pouvant avoir une incidence sur la qualité
des produits. Les BPF garantissent que les produits sont fabriqués, conditionnés,
contrôlés et stockés selon des mesures adaptées à leur utilisation et leur spécificité [6,
10, 25].

3.2.3.1 Les locaux et les BPF

Il faut que les locaux soient maintenus dans des conditions de température, d’humidité
relative et de contamination particulaire optimales et identiques pendant toute la durée
de fabrication. Il faut également éviter tout risque de confusion entre des produits ou
des éléments de conditionnement. Le laboratoire doit posséder des locaux spéciaux
pour la mise en quarantaine des matières premières et des produits finis avant leur
contrôle. L’entretien des locaux doit faire l’objet de procédures précisant la fréquence
et les méthodes de nettoyage, ainsi que les fournitures à utiliser [6, 10, 25].

3.2.3.2 Le matériel et les BPF

Le matériel doit être conçu de telle sorte que toutes les surfaces en contact avec les
produits fabriqués ne donnent lieu à aucune réaction susceptible de modifier
l’innocuité, l’activité, la qualité et l’intégrité du produit fini. Les pièces en contact
avec le produit doivent être entièrement démontables afin d’être nettoyées et
désinfectées ; toutes les pièces doivent être accessibles au nettoyage.

Les produits destinés à l’entretien du matériel ne doivent, en aucun cas, pouvoir venir
souiller les produits cosmétiques [6, 10, 25].

20
3.2.3.3 Le personnel et les BPF

Le personnel travaillant en zone de production de produits cosmétiques doit utiliser


des vêtements de travail spécifiques et doit faire l’objet de contrôles médicaux
fréquents.

De plus, les personnes atteintes de maladies transmissibles, porteuses de germes


pathogènes ou présentant des lésions superficielles et apparentes doivent être exclues
de la zone de fabrication [6, 10, 25].

3.2.3.4 Les matières premières et les BPF

Chaque matière première est répertoriée sur un document indiquant son fournisseur, sa
date de réception, d’analyse, d’acceptation par le responsable du contrôle qualité.
Chaque matière première se voit attribuer un numéro de lot distinctif permettant son
identification et la gestion des stocks. Elle suit un circuit précis [6, 10, 25] :

Blocage en quarantaine avant contrôle



Identification

Contrôles

Acceptation par le laboratoire de contrôle

Déblocage de la quarantaine si résultats conformes

Les matières premières acceptées sont identifiées par un étiquetage distinctif de


couleur verte, par exemple, puis transférées vers le magasin de stockage. Si elles sont
refusées, elles sont identifiées par un étiquetage rouge, puis détruites ou retournées aux
fournisseurs.

Les matières premières doivent être étiquetées en précisant le nom et le numéro de lot.
Ces mêmes mentions doivent figurer sur le matériel pendant la fabrication [6, 10, 25].

21
3.2.3.5 Le contrôle du produit fini

Pour chaque lot de fabrication, de nombreux contrôles sont réalisés : contrôles des
caractères organoleptiques, contrôles physico-chimiques (pH, viscosité, dosages) et
contrôles microbiologiques pour s’assurer de l’absence de germes pathogènes et de la
présence d’un nombre limité de germes banaux (103 UFC/g ou mL) [6, 10, 25].

Le produit fini va subir le même processus de contrôle que les matières premières :

Blocage en quarantaine avant contrôle



Identification

Contrôles

Acceptation par le laboratoire de contrôle

Déblocage de la quarantaine si résultats conformes

3.2.3.6 Les dossiers

L’article L5131-2 du CSP précise notamment que « le fabricant, ou son mandataire


ou le responsable de la mise sur le marché communautaire s’assure que les autorités
compétentes des États membres concernés ont, à des fins de contrôle, aisément l’accès
aux informations suivantes :

- la formule qualitative et quantitative ;

- les conditions de fabrication et de contrôle ;

- les spécifications physico-chimiques et microbiologiques ;

- l’évaluation de la sécurité pour la santé humaine ;

- les données existantes en matière d’effets indésirables pour la santé humaine


provoqués par le produit cosmétique suite à son utilisation. »

De plus, le fabricant a pour obligation de déposer toutes les formules qualitatives et


quantitatives dans les centres antipoison de Paris, Lyon et Marseille. Cependant les
éléments de ces formules ne peuvent être communiqués qu’aux personnes autorisées

22
(notamment aux médecins), et ce, uniquement en cas d’incident ou d’accident liés à
l’utilisation du produit [4, 6, 10].

Existent le dossier cosmétique et le dossier de lot.

3.2.3.6.1 Le dossier cosmétique

Des documents relatifs aux opérations de fabrication doivent être établis pour chaque
produit sous le contrôle direct du responsable du laboratoire. Ces documents doivent
préciser :

- le nom du produit et sa forme ;

- la description ou la définition du ou des récipients utilisés pour la fabrication, des


matériaux d’emballage, des étiquettes ;

- l’identité, la qualité et la quantité de chaque matière première, même si on ne la


retrouve pas dans le produit fini ;

- le rendement théorique à atteindre aux différents stades de la production et les


limites admissibles du rendement effectif ;

- des instructions détaillées et les précautions à prendre au cours de la fabrication et


du stockage du produit fini et des produits intermédiaires;

- la description des épreuves et des analyses exigées par le contrôle de qualité lors
de chacune des étapes de la fabrication et désignation des services qui en ont la
responsabilité ;

- définition des récipients devant contenir les produits intermédiaires de la


fabrication ou le produit en vrac [6].

3.2.3.6.2 Le dossier de lot

Ce document est exigé, justifiant que le lot a été fabriqué et contrôlé conformément
aux instructions écrites. A chaque lot de fabrication correspond un document de
fabrication particulier donnant l’historique et le suivi en précisant :

- le nom du produit et sa forme ;

- la date de fabrication ;

- le numéro de lot ;

23
- la formule complète du lot ;

- le rendement effectif obtenu aux différents stades successifs de la fabrication du


lot par rapport au rendement théorique ;

- le relevé dûment signé de toutes les opérations effectuées, précautions prises, et


observations particulières faites au cours de la fabrication du lot ;

- le relevé de tous les contrôles en cours de fabrication et des résultats obtenus ;

- la définition des matériaux d’emballage, des récipients ;

- un spécimen de l’étiquette ;

- la signature datée du responsable des opérations de fabrication ;

- un compte rendu d’analyse indiquant si le lot est conforme aux exigences établies
pour le produit, daté et signé par le responsable du laboratoire de contrôle ;

- la décision d’acceptation ou de refus par le responsable du laboratoire de contrôle.

Ce dossier est conservé pendant une période supérieure ou égale à la durée de validité
du lot concerné [6].

3.2.3.7 Le traitement des déchets

La gestion et l'évacuation des déchets doivent être réalisées de manière à ne pas altérer
la qualité du produit. Le laboratoire doit pour cela disposer d'installations appropriées
de collecte, de stockage et d'évacuation ainsi que de modes opératoires normalisés de
décontamination et de transport. Il faut tenir des registres relatifs à ces activités, de
façon à avoir une traçabilité en cas d’irrégularité [6, 10, 25].

3.2.3.8 La sous-traitance

Toutes les opérations de fabrication ou d’analyse réalisées en sous-traitance doivent


être convenablement précisées, convenues et contrôlées en vue d'éviter tout
malentendu susceptible d’altérer la qualité d’un produit. Un contrat écrit doit être
établi entre le donneur d'ordre et le sous-traitant en vue de fixer clairement les
obligations de chaque partie, notamment le respect des principes des bonnes pratiques
de fabrication par le sous-traitant. Le contrat précise la façon selon laquelle le
responsable qui libère chaque lot de produits destinés à la vente, est responsable de ce

24
lot. Le sous-traitant ne peut pas lui-même sous-traiter tout ou partie du travail qui lui a
été confié par contrat par le donneur d'ordre, sans avoir obtenu au préalable une
autorisation écrite par ce dernier. Le sous-traitant doit respecter les principes et lignes
directrices des bonnes pratiques de fabrication qui le concernent et se soumettre aux
inspections des autorités compétentes [6, 10, 25].

3.2.3.9 Les réclamations et rappels

Tout fabricant doit mettre en oeuvre un système d'enregistrement et de traitement des


réclamations, ainsi qu'un système de rappel rapide et permanent des cosmétiques
présents dans le circuit de distribution, en cas de besoin. « Toute réclamation
concernant un défaut de fabrication doit faire l’objet d’une étude précise » qui doit
être enregistrée par le fabricant. Cette étude du produit cosmétique supposé
défectueux, doit être menée soigneusement, selon des procédures écrites précise, et
toute anomalie doit être notée et enregistrée. Pour parer à toute éventualité, un système
de rappel des produits cosmétiques doit être organisé, donnant la possibilité de
« retirer rapidement et efficacement du marché tout produit défectueux ou suspecté de
l'être ». Le fabricant doit informer l'autorité compétente de tout défaut de fabrication
qui pourrait être à l'origine d'un rappel de produits cosmétiques ou de l'instauration de
mesures de limitation de leur distribution. Dans toute la mesure du possible, il indique
le pays de destination [6, 10, 25].

3.3 Les règles d’étiquetage des produits


cosmétiques

Selon l’article R.5131-4 du CSP, le récipient et l'emballage d'un produit cosmétique


doivent comporter les indications suivantes [4, 6, 10] :

- le nom ou la raison sociale et la ou les adresses du fabricant ou du responsable de la


mise sur le marché établi dans un État membre de la Communauté Européenne ou
partie à l'accord sur l'Espace économique européen ; ces mentions peuvent être
abrégées lorsque l'abréviation permet l'identification de l'entreprise ;

- l’indication du pays d’origine pour les produits fabriqués dans un État non membre
de la Communauté Européenne ou non partie à l'accord sur l'Espace économique
européen ;

25
- le contenu nominal au moment du conditionnement, indiqué en masse ou en volume,
(sauf pour les emballages contenant moins de cinq grammes ou moins de cinq
millilitres et pour les échantillons gratuits et les unidoses) ; pour les préemballages
comprenant un ensemble de pièces, le contenu peut ne pas être indiqué pour autant que
le nombre de pièces soit mentionné sur ce préemballage, sauf si ce nombre est facile à
déterminer de l'extérieur ;

- la date de durabilité minimale, définie comme étant la date jusqu'à laquelle le


produit, conservé dans des conditions appropriées, continue à remplir sa fonction
initiale et reste notamment conforme aux dispositions de l'article L. 5131-4 ; la date de
durabilité minimale est annoncée par la mention : "A utiliser de préférence avant fin",
suivie soit de la date elle-même, soit de l'indication de l'endroit de l'étiquetage où elle
figure ; en cas de besoin, ces mentions sont complétées par l'indication des conditions
dont le respect permet d'assurer la durabilité indiquée ; la date se compose de
l'indication, en clair et dans l'ordre, du mois et de l'année ou du jour, du mois et de
l'année ; pour les produits cosmétiques dont la durabilité minimale excède trente mois,
l'indication de la date de durabilité n'est pas obligatoire ; toutefois, pour ces derniers
produits, les mentions sont complétées par l'indication de la durée d'utilisation
autorisée après ouverture sans dommages pour le consommateur ; cette information est
indiquée par le symbole (figure 1) fixé par arrêté des ministres chargés de la santé et
de la consommation, suivi de la durée d'utilisation (exprimée en mois et/ou années) ;

Figure 1 : Pictogramme de Période Après Ouverture (PAO)

Ce symbole signifie que le produit, après ouverture, se conserve pendant la durée


indiquée à côté du symbole (ex : 6M correspond à 6 mois de délai d’utilisation après
ouverture). La directive 2003/15/CE précise les obligations d’information du
consommateur concernant la durée d’utilisation des produits ; ainsi la période durant
laquelle, après la première utilisation dans des conditions normales, le produit peut
être utilisé sans risque doit être mentionnée sur le conditionnement. Cette règle ne
s’applique pas aux produits ayant une durabilité inférieure à 30 mois, ni aux

26
monodoses, ni aux produits qui ne sont pas en contact avec l’environnement extérieur
(aérosols ou conditionnement airless).

- les précautions particulières d'emploi ainsi que d'éventuelles indications concernant


des précautions particulières à observer pour les produits cosmétiques à usage
professionnel, notamment ceux destinés aux coiffeurs ; en cas d'impossibilité pratique,
une notice, une étiquette, une bande ou une carte jointe ou attachée comporte ces
indications auxquelles le consommateur est renvoyé soit par une indication abrégée,
soit par un symbole (figure 2) fixé par arrêté des ministres chargés de la
consommation et de la santé, qui figure sur le récipient et l'emballage ;

Figure 2 : Pictogramme « Notice »

- le numéro de lot de fabrication ;

- la fonction du produit, sauf si elle ressort directement de la présentation du produit ;

- la liste des ingrédients dans l'ordre décroissant de leur importance pondérale au


moment de leur incorporation, précédée du mot "ingrédients" ; cette liste peut figurer
uniquement sur l'emballage ; en cas d'impossibilité pratique, une notice, une étiquette,
une bande ou une carte jointe ou attachée comporte la liste de ces ingrédients auxquels
le consommateur est renvoyé soit par une indication abrégée, soit par un symbole fixé
par arrêté des ministres chargés de la consommation et de la santé, qui figure sur
l'emballage ; les parfums et les compositions parfumantes et aromatiques et leurs
matières premières sont mentionnés par le mot "parfum" ou "aroma"; les ingrédients
en concentration inférieure à 1 % peuvent être mentionnés dans le désordre après ceux
dont la concentration est supérieure à 1 % ; les colorants peuvent être mentionnés dans
le désordre après les autres ingrédients ; ils sont désignés par leur numéro de « Color
Index » ; pour les produits de maquillage mis sur le marché en plusieurs nuances de
couleur, l'ensemble des colorants utilisés dans la gamme peut être mentionné précédé
des mots "peut contenir" ou du symbole "+/-". Les ingrédients sont mentionnés en
utilisant la nomenclature commune INCI.

INCI est l'acronyme pour International Nomenclature of Cosmetic Ingredients. En


français, on parle de la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques. Cette

27
nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques a été conçue en 1973 par la
Cosmetic, Toiletry and Fragrance Association (CTFA), association américaine
regroupant des fabricants de cosmétiques. En Europe, depuis 1998, tous les
cosmétiques doivent présenter sur leur emballage la liste complète des ingrédients
dans l'ordre décroissant de leur quantité et sous leur dénomination INCI. Les extraits
de plante sont désignés par le nom latin de la plante, dans la classification de LINNÉ
[4, 6].

28
Enfin, la Directive européenne 2003/15/CE impose l’étiquetage d’un certain nombre
d’allergènes. Une liste de 26 substances allergisantes a été établie (Tableau V).

N° Nom INCI
1 Amylcinnamal
2 Amylcinnamyl alcohol
3 Anisyl alcohol*
4 Benzyl alcohol*
5 Benzyl benzoate*
6 Benzyl cinnamate*
7 Benzyl salicylate*
8 Cinnamal*
9 Cinnamyl alcohol*
10 Citral*
11 Citronellol
12 Coumarin*
13 d-Limonene*
14 Eugenol*
15 Farnesol*
16 Geraniol*
17 Hexyl cinnamaldehyde
18 Hydroxycitronellal
19 Isoeugenol*
20 Lilial
21 Linalool*
22 Lyral
23 Methyl heptine carbonate
24 Methylionone
25 Oak moss and treemoss extract*
26 Treemoss extract*
* Produits présents dans la nature

Tableau V : Liste des 26 allergènes à faire figurer sur l’emballage selon la


Directive 2003/15/CE) [6]

29
On peut noter que la grande majorité de ces molécules est d’origine naturelle ; ces
substances sont donc susceptibles d’être incluses dans la composition des cosmétiques
biologiques et écologiques.

3.4 Les contrôles des produits cosmétiques

3.4.1 Les tests de tolérance

3.4.1.1 Évaluation du potentiel irritant

Les agents irritants sont des agents susceptibles de déclencher ce que l’on appelait
autrefois des réactions orthoergiques, des effets collectifs, car se produisant chez tous
les sujets en contact avec le produit. En fait, il existe des grandes variations
individuelles face à l’irritation et si, à certaines concentrations, tous les sujets
manifesteront leur intolérance à une préparation, certains sujets seront sensibles à des
concentrations beaucoup plus faibles, parfaitement supportées par la majorité des
sujets exposés. En cosmétologie, c’est l’absence totale d’irritation que l’on recherche.
Des tests ont été mis au point pour évaluer le pouvoir irritant d’un produit. Par le
passé, on pratiquait le test d’irritation oculaire et le test d’irritation cutanée chez le
lapin albinos. On appliquait sur le flan des lapins albinos préalablement rasés, le
produit à tester pendant 24 heures. Le produit était considéré comme non irritant
lorsqu’il n’était noté aucun érythème, ni œdème. Cependant, depuis l’arrêté du 15
janvier 2001, il est interdit de commercialiser des cosmétiques testés sur des animaux.
Désormais, les tests d’irritation sont pratiqués sur l’homme. Ces tests d’irritation
pratiqués chez l’homme sont très utiles pour les produits à faible pouvoir irritant. Ils
sont effectués chez des volontaires sains, informés et rémunérés, conformément à
l’arrêté du 20 décembre 1988. Il s’agit de tests unitaires sous patch occlusif ou de tests
répétés pendant 21 jours, avec lecture quotidienne des résultats, et arrêt de
l’expérience en cas d’érythème. Le relevé des résultats est réalisé en double insu par
deux observateurs. On observe rarement avec les cosmétiques le classique effet savon
ou shampooing (lorsque la peau est fripée et desséchée à l’endroit du test, réaction
souvent observée avec les détergents), mais on peut noter un érythème discret
accompagné d’une légère sensation de brûlure. Son importance, sa précocité, sa
fréquence, permettent d’apprécier l’effet irritant du produit [10].

30
3.4.1.2 Évaluation du potentiel comédogène

L’effet comédogène peut être observé avec un certain nombre de matières premières
contenues dans les produits cosmétiques tels que le soufre, le squalène, l’ichtyol, le
myristate d’isopropyle, le beurre de cacao, l’acide stéarique, l’acide oléique, les huiles
d’olive, de sésame, de germes de blé et de lin, les dérivés de la lanoline.

Ces corps gras, mis en contact avec la peau pendant un certain temps peuvent
provoquer une hyperkératose réactionnelle responsable de la formation de comédons,
phénomène qui est à l’origine de « boutons d’huile », et qui n’est pas souhaitable
lorsqu’il s’agit d’un produit à visée cosmétique. Le pouvoir comédogène d’un produit
est évalué à l’aide du test de KLIGMAN sur l’oreille de lapin. Après des applications
répétées pendant deux semaines sur l’un des conduits auditifs externes d’un lapin, on
compare l’intensité de la comédogenèse provoquée par rapport à l’oreille témoin par
examen au stéréomicroscope. La comédogénicité s’exprime sur une échelle de 0 à 3.
Le sébum très acnéigène a une activité de niveau 3 alors que la vaseline, et le PEG 200
ont un pouvoir nul. Un cosmétique qui ne dépasse pas le niveau 0 peut être qualifié de
« non comédogène » [34].

3.4.1.3 Évaluation du potentiel phototoxique

La phototoxicité est une réaction de type irritatif induite par l’exposition à la lumière
alors que l’on a appliqué un produit particulier. La substance photo-active potentialise
les effets du soleil et seule la zone exposée présente alors un érythème [34].

3.4.1.4 Évaluation du pouvoir allergisant

Comme nous l’avons vu précédemment, la Directive 2003/15/CE prévoit que


l’étiquetage des produits cosmétiques mentionne les allergènes connus. Les fabricants
tentent par conséquent d’écarter tout risque allergique en ôtant de leur formulation
toutes les substances susceptibles d’entraîner une réaction et en contrôlant
soigneusement les matières premières utilisées. On sait que la réaction allergique ne
peut se produire que chez un sujet préalablement sensibilisé par un produit à
l’occasion d’un premier contact. Il est donc très difficile de mettre en évidence le
pouvoir sensibilisant d’un nouveau produit avant sa mise sur le marché. Un patch-test
unitaire peut être utilisé, mais il ne révèlera une sensibilité que pour une substance déjà

31
utilisée. Lorsqu’il s’agit d’une substance nouvelle, il convient de tenter dans un
premier temps d’induire une sensibilisation, puis, après une période de latence, de
contrôler l’absence de sensibilisation. Les tests ainsi pratiqués sont dits prédictifs (tests
de SCHWATZ et PECK, 1944). Ils peuvent être réalisés chez l’animal ou chez
l’homme, en attendant la prochaine diffusion des tests in vitro. Chez l’animal, le test le
plus utilisé est le test « maximalisé » de MAGNUSSON et KLIGMAN pratiqué sur le
cobaye. Il associe l’injection intradermique d’adjuvant de FREUND, l’application
locale de lauryl sulfate de sodium à 10%, puis au même endroit, celle de la substance à
tester. Deux semaines plus tard un test de révélation est pratiqué avec la substance.
L’épreuve est réalisée sur une vingtaine de cobayes et si aucun animal n’a été
sensibilisé, on peut considérer que le produit est peu susceptible de provoquer une
réaction chez l’homme. Les méthodes de tests prédictifs sont nombreuses chez
l’homme. Le nombre de sujets varie de 25 (test de KLIGMAN) à 200 (test de
MARZULLI et MAIBACH). Le rythme d’application peut être quotidien ou alternatif
(test de SCHELANSKI). Le nombre d’applications varie de 5 pour les uns à 10 à 15
pour les autres. La peau peut être préparée par application de lauryl sulfate de sodium
à 5% (test de KLIGMAN), par stripping (test de SPIER), par réfrigération ou
irradiation UV (test d’EPSTEIN). Les patch-tests sont mis en place sur le dos des
sujets, les avant-bras ou la face latérale du thorax et laissés en place 24 à 48 heures. La
révélation, pratiquée après une phase de repos de 10 à 15 jours, est effectuée comme
un patch test et lue après 48 heures, puis à nouveau les jours suivants. Ces tests sont
réalisés sur des sujets majeurs, volontaires, bien informés et rémunérés. Si le produit à
tester n’a provoqué aucune réaction, il est soumis à des essais d’utilisation dans des
conditions habituelles sur des volontaires et peut ensuite être mis sur le marché avec la
qualification de produit hypoallergénique [10, 33, 34].

3.4.2 Les tests d’efficacité

Pour répondre à la législation et aux exigences des consommateurs et afin d’éviter les
publicités mensongères, tout produit cosmétique revendiquant une activité précise doit
en apporter la preuve. En règle générale, la preuve de l’efficacité du produit est
apportée par le laboratoire grâce à des enquêtes consommateurs (essais sur un petit
nombre de volontaires qui rendent leur verdict après quelque temps d’utilisation).
Cependant, afin d’éviter les fraudes, le Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) a

32
été contraint de développer tout un ensemble d’évaluations cliniques (sous contrôle
d’un praticien) pour mettre en évidence les bénéfices apportés par ce nouveau produit.
Il s’agit de la biométrologie cutanée [6].

3.4.2.1 Étude de l’efficacité anti-séborrhéique

L’importance de la sécrétion de sébum peut être estimée par la méthode des lames de
verres (SCHAEFFER et KUHN-BUSSIUS) ou celle du papier à cigarette (STRAUS et
POCHI). Ces supports, appliqués sur la peau dans des conditions particulières,
absorbent les graisses cutanées, qui sont ensuite quantifiées par spectrophotométrie. La
quantité de graisse recueillie est calculée à l’aide d’un lipomètre ou sébumètre (Figure
3). A titre complémentaire peut être mise en œuvre une méthode mesurant le débit du
sébum ou une autre évaluant la répartition de la sécrétion sébacée [6].

Mesure de la séborrhée
sur une échelle de 0 à 300 µg/cm2 :
peau sèche < 99 µg/cm2,
peau normale = entre 100 et 179 µg/cm2
peau grasse > 180 µg/cm2.

Figure 3 : Sébumètre [32]

3.4.2.2 Étude de l’efficacité hydratante

On utilise pour ce faire un cornéomètre qui permet d’évaluer le degré d’hydratation de


l’épiderme par mesure du passage du courant électrique entre deux électrodes : plus la
peau est hydratée, plus le conductivité du courant augmente. On peut également
mesurer la Perte Insensible en Eau (PIE). Cette valeur, correspondant à la perte en eau
transcutanée peut être mesurée à l’aide d’un évaporimètre qui évalue la quantité d’eau
que, dans une atmosphère contrôlée, et pendant une durée constante, le Stratum
corneum est susceptible d’échanger avec le milieu extérieur [6, 33, 34].

33
3.4.2.3 Mesure du flux sanguin cutané

Cette mesure vise à évaluer l’état de la microcirculation cutanée notamment lors de


phénomènes inflammatoires. Elle est réalisée par thermographie de contact à l’aide de
cristaux liquides dont la coloration traduit la température de la peau qui est elle-même
le reflet du flux sanguin, mais aussi par vélocimétrie laser doppler, dont le principe
repose sur la mesure de la vitesse de déplacement des cellules sanguines [6, 33, 34].

3.4.2.4 Mesure de l’épaisseur de la peau

L’épaisseur de la peau se mesure avec un pied à coulisse enserrant le pli cutané entre
ses deux branches. On peut ainsi mettre en évidence les atrophies cutanées de la
sénescence et les éventuels progrès obtenus par des cosmétiques à visée correctrice [6,
33, 34].

3.4.2.5 Étude du microrelief cutané

Cette étude réalisée par profilométrie consiste le plus souvent en l’étude d’empreintes
de peau. On peut ainsi analyser le nombre, la largeur et l’amplitude des sillons qui
correspondent aux rides et aux ridules. De nouvelles techniques permettent une lecture
optique directe grâce à un faisceau lumineux qui balaie l’empreinte négative. Enfin,
une méthode plus récente permet d’analyser directement à l’aide d’une caméra de
télévision les zones d’ombres portées et les zones claires qui apparaissent après
éclairement de l’empreinte négative par un faisceau lumineux sous une incidence de
25° (Figure 4) [6, 33, 34]. Cette étude du microrelief cutané permet de mettre en
évidence l’efficacité d’un produit cosmétique à visée anti-âge.

Figure 4 : Étude du microrelief cutané

34
3.4.2.6 Évaluation des propriétés mécaniques de la
peau

Elles sont appréciées par balistométrie, c'est-à-dire la mesure d’un coefficient de


rebondissement d’un solide tombant d’une hauteur donnée sur la peau. Ce coefficient
augmente avec l’âge, la peau perdant ses qualités d’amortissement et sa fermeté.
L’élasticité de la peau, c'est-à-dire son extensibilité et sa rapidité de retour à l’état
initial, se calcule à l’aide d’un twistomètre [6, 33, 34].

3.4.2.7 Autres tests d’efficacité

Le trichogramme et le phototrichogramme sont utilisés pour tester les produits utilisés


dans le traitement de l’alopécie.

L’indice de protection est déterminé pour les produits solaires.

L’augmentation de poids d’un tampon absorbant placé sous les aisselles traduit
l’importance du flux sudoral et sert pour l’étude des anti-transpirants [6, 33, 34].

35
PARTIE II - LA COSMÉTIQUE
ÉCOLOGIQUE ET BIOLOGIQUE

Au début des années 1920, sous l’influence du philosophe Rudolf STEINER, des
mouvements nouveaux émergent en Allemagne et en Suisse. Il s’agit par exemple, de
l’agriculture biodynamique et de la cosmétique de soins à base de végétaux créée par
des laboratoires désormais très populaires comme WELEDA ou Dr HAUSHCKA qui
développent alors diverses méthodes pour conserver et transformer les plantes selon le
respect du « rythme qui porte la vie ». Plus tard, dans les années 1970, ce mouvement
européen va inspirer de nombreux laboratoires comme CATIER ou SANOFLORE qui
lancent eux aussi des produits à base de minéraux ou de végétaux. Peu à peu, ces
fabricants développent une cosmétique alternative naturelle, innovante, respectueuse
de l’homme et de son environnement : la cosmétique « bio ».

Actuellement, cette tendance connaît un nouvel essor confirmé par la parution du livre
de Rita STIENS qui nous dit « La vérité sur les cosmétiques » et qui pousse le
consommateur à s’interroger sur la composition des produits de beauté. En effet, on
note une progression de 40% des ventes de soins certifiés « bio » en un an, même si le
secteur ne représente encore que 2% du marché. Le cabinet allemand BBE évalue le
marché des produits biologiques à environ 770 millions d’euros. Le chiffre d’affaires
du marché français tournerait autour des 150 millions d’euros, ce qui reste bien peu
par rapport au marché des cosmétiques traditionnels qui approche les 200 milliards
d’euros. Même si pour l’instant la part de marché reste faible, les industriels estiment
que les cosmétiques « bio » représenteront bientôt 30% du marché des cosmétiques.

Pour pouvoir être considéré comme un cosmétique écologique et biologique, le


produit doit répondre d’une part aux exigences de la législation cosmétique évoquées
précédemment et d’autre part aux exigences des différents labels qui dressent un
cahier des charges particulier. Ces différents labels sont nés de l’alliance entre les
différents acteurs européens de la cosmétique naturelle (fournisseurs de matières
premières, fabricants, distributeurs et consommateurs) permettant une qualité
particulière pour les produits et une simplification dans le choix des utilisateurs. La
cosmétologie dite « bio » s’inspire de la phytothérapie et s’appuie sur l’usage de

36
substances naturelles telles que huiles végétales, huiles essentielles, eaux florales, cires
et beurres [5, 37].

1 RÉGLEMENTATION SPÉCIFIQUE DES


COSMÉTIQUES ÉCOLOGIQUES ET
BIOLOGIQUES

1.1 La définition d’un produit cosmétique naturel


selon le Conseil de l’Europe

Il existe sur le marché, différents laboratoires qui se servent de la tendance du « retour


à la nature » pour lancer de nouveaux produits. Cependant, le consommateur doit
rester vigilant car si un produit peut être qualifié de « naturel » en contenant une
grande quantité de matières premières d’origine végétale, celui-ci n’est pas forcément
certifié « bio » et le produit peut donc ne pas être qualifié de produit écologique et
biologique.

Afin d’éviter les fraudes de certains laboratoires qui revendiquaient les vertus
naturelles de leurs produits sans aucune certification réelle, la Commission de Santé
Publique du Conseil de l’Europe a mis en place une définition des « produits
cosmétiques naturels ».

Par « produit cosmétique naturel » on entend tout produit, qui, sous réserve des
paragraphes suivants, se compose de substances naturelles, telles qu’elles sont définies
plus loin et qui est produit (obtenu et traité) dans les conditions requises.

Les « substances naturelles » incluent toute substance d’origine végétale, animale ou


minérale, ainsi que les mélanges de ces substances.

Dans le choix des composants de base d’origine végétale, minérale ou animale des
produits cosmétiques, on veille tout particulièrement à n’inclure aucun contaminant
qui puisse être dommageable pour la santé humaine. Les fabricants de produits
cosmétiques naturels doivent prendre spécialement en considération, dans l’évaluation
de l’innocuité pour la santé humaine, les effets allergènes possibles des substances
naturelles.

Les ingrédients naturels doivent être obtenus et traités exclusivement par des
méthodes physiques (par exemple extrusion, centrifugation, filtration, distillation,

37
extraction, percolation, adsorption, congélation, dessiccation), ou biotechnologiques.
Les micro-organismes et les enzymes doivent être utilisés exclusivement dans les
méthodes microbiologiques et les méthodes enzymatiques. Pour procéder à
l’extraction, on peut utiliser comme solvant, l’eau, l’alcool éthylique et d’autres
solvants dérivés naturels appropriés.

Ne peuvent être utilisés dans les produits cosmétiques naturels que les parfums
naturels dont le nom et la définition satisfont à la norme ISO 9235, ainsi que toute
substance, qui, dans cette classification, a été isolée par des méthodes physiques. Les
produits de synthèse, les parfums qui reproduisent les senteurs naturelles et les
matières premières modifiées chimiquement ne peuvent être utilisés dans des
compositions parfumées qui sont étiquetées comme étant naturelles.

Les conservateurs qui peuvent être utilisés sont les suivants : l’acide benzoïque et ses
sels, l’acide propionique et ses sels, l’acide salicylique et ses sels, l’acide 4
hydroxybenzoïque, ses sels et ses esters, l’acide formique, le 2 phénoxyéthanol,
l’alcool benzylique, l’acide sorbique.

Les produits cosmétiques naturels contenant l’un ou l’autre de ces conservateurs


doivent porter visiblement l’inscription « agent de conservation… » à proximité de
l’indication « produit cosmétique naturel ».

Par la suite, nous verrons que ces conservateurs, hormis le 2 phénoxyéthanol, ont été
repris et autorisés par ECOCERT dans son référentiel.

Les émulsifiants obtenus à partir des substances naturelles (graisses et huiles, cires,
lécithines, lanoline, mono-, oligo- et polysaccharides, protéines, lipoprotéines) par
hydrolyse, estérification ou réestérification peuvent être utilisés pour la production de
produits cosmétiques naturels.

Les produits cosmétiques remplissant les conditions énoncées dans les présentes lignes
directrices peuvent afficher l’information complémentaire « produits cosmétiques
naturels » en caractère bien visibles et lisibles [8].

1.2 Les labels de certification

Outre cette définition légale d’un produit cosmétique naturel donnée par le Conseil de
l’Europe, les différents acteurs de la filière cosmétique se sont réunis pour réfléchir à

38
leur propre vision d’un produit cosmétique naturel : comment définir un « cosmétique
naturel » ? Quelle différence établir avec un « cosmétique bio » ? Jusqu’où aller dans
la technicité pour garantir des produits agréables à utiliser sans pour autant renoncer à
une cosmétique respectueuse du corps humain et de la nature ? Quels seuils fixer ?
Quels contrôles opérer ?

Cette réflexion commune a donné lieu à de nombreux débats qui ont permis aux
différents acteurs de se mettre d’accord sur des points unanimement partagés mais
également de mettre en évidence des divergences persistantes.

Les principes communs unanimement adoptés sont décrits ci-dessous :

Les matières premières utilisées doivent être, autant que possible, naturelles ;
l’utilisation de produits de synthèse doit être très réduite ; les végétaux issus de
l’agriculture biologique ou biodynamique sont privilégiés ; les tests dermatologiques
doivent être effectués sur des personnes volontaires ou sur des cultures de cellules ; les
produits certifiés ne doivent contenir ni matières premières génétiquement modifiées,
ni colorants, pigments ou parfums de synthèse, ni huiles minérales issues de la
pétrochimie, ni silicones synthétiques.

En revanche, en dépit de ces nombreuses convergences quant aux principes, des


divergences ont subsisté quant à leur application concrète. Les principales d’entre elles
résident dans les seuils chiffrés à atteindre pour être certifiés, comme le pourcentage
minimum d’ingrédients issus de l’agriculture biologique ou le pourcentage
d’ingrédients d’origine synthétique admis… Ce sont ces divergences chiffrées qui
expliquent en grande partie la co-existence actuelle de plusieurs labels sur le marché
des cosmétiques écologiques et biologiques [5, 26].

39
En France, on rencontre principalement les cinq labels présentés figure 5.

Émis par la Émis par Émis par Émis par la Émis par
fédération l’association l’association fédération l’organisme
BDIH COSMEBIO COSMEBIO NATURE & certificateur
PROGRES ECOCERT

Figure 5 : Les différents logos des labels de cosmétiques naturels [5]

Les laboratoires qui se sont mis d’accord sur des seuils chiffrés se sont regroupés au
sein de fédérations ou d’associations qui ont chacune émis un document répertoriant
leurs propres exigences ; ce document portant indifféremment le nom de « directive »,
de « cahier des charges » ou de « charte ». Ainsi, BDIH, COSMEBIO et NATURE ET
PROGRES sont des entités issues de regroupements de laboratoires. Chacun de ces
groupements appose son propre label sur les produits cosmétiques ayant rempli avec
succès les conditions qu’il a imposées. Cette labellisation est toutefois soumise à
plusieurs conditions que nous développerons ci-dessous. Pour renforcer le poids de
leur label et le rendre crédible, toutes ces entités font appel à des organismes
indépendants chargés d’effectuer la vérification du respect des conditions imposées
par chacune d’entre elles [5, 26]

Outre les groupements de laboratoires, un autre type d’entité a lui aussi émis des
documents répertoriant ses propres exigences : l’organisme certificateur. Il s’agit
d’organismes agréés par les pouvoirs publics et dont la mission est de certifier que le
produit concerné répond aux conditions nécessaires pour recevoir le label émis par
l’organisme certificateur. Le plus connu d’entre eux est ECOCERT. Ce type
d’organisme est bien entendu très utile aux laboratoires qui n’ont rejoint aucun
groupement, mais aussi aux groupements de laboratoires émettant déjà leur propre
label puisque ce label de l’organisme certificateur, en se positionnant aux côtés du
label du groupement, lui donne encore plus de crédibilité [5, 26]

40
1.2.1 BDIH

En 1996, la fédération BDIH (Bundesverband Deutsch Industries und


Handelsunternekmen) (Fédération allemande de marques pharmaceutiques et
d'industries œuvrant dans le domaine de la santé, de la diététique et des produits
d'hygiène) a créé un groupe spécialement dédié aux produits cosmétiques conçus à
partir d’éléments naturels. Durant près de cinq ans, des discussions ont été menées au
sein de ce groupe baptisé « cosmétiques naturels », pour aboutir, en 2001, à
l’élaboration d’une directive BDIH définissant le concept « cosmétiques naturels
contrôlés ». La directive sert de référence pour la sélection des matières premières et
pour leur transformation. Elle ne précise aucun seuil minimal à atteindre. Elle consiste
simplement en une ligne de conduite générale qu’il est conseillé de suivre au plus près.

Les principes de cette directive sont les suivants :

- les cosmétiques sont formulés, autant que possible, à partir de matières premières
naturelles, issues du règne végétal ou minéral avec une priorité pour les végétaux ;

- les matières premières végétales sont issues de préférence de la « culture


biologique contrôlée » ou de la « cueillette sauvage biologique contrôlée » ;

- le recours à des matières premières issues d’organismes vertébrés morts est


prohibé ;

- seuls quelques conservateurs (acide benzoïque, acide sorbique, acide salicylique,


alcool benzylique) sont autorisés. En cas d’utilisation, il est obligatoire d’ajouter
« conservé avec… » ;

- le fabricant renonce à l’usage de colorants organiques synthétiques, de substances


aromatiques synthétiques, de matières premières éthoxylées, de silicone, de
paraffine, et d’autres produits dérivés du pétrole.

- la production des cosmétiques se caractérise par des techniques douces (hydrolyse,


hydrogénation, estérification, transestérification, fission et condensation des
substances naturelles telles que graisses, huiles, cires, lécithine, lanoline,
polysaccharides, protéines et lipoprotéines) ;

- l’irradiation, généralement utilisée à des fins de stérilisation, des produits est


interdite ;

41
- les tests sur animaux sont interdits ;

Un organisme indépendant (l’IMO suisse, Institue for Marketology) veille au respect


de ces principes au cours de l’élaboration du cosmétique à certifier. S’ils sont
correctement respectés, l’IMO suisse donne son aval à la direction de BDIH qui
octroie alors le label BDIH au produit concerné.

Pour encourager les entreprises à s’engager dans une démarche globale et pour limiter
les certifications prétextes à redorer l’image de marque, 60% des produits d’un
fabricant doivent être conformes à la directive BDIH avant qu’un seul produit de sa
marque ne puisse porter le label [5, 13, 26].

1.2.2 NATURE ET PROGRÈS

NATURE ET PROGRES est une fédération qui regroupe des producteurs agricoles,
des industriels, des médecins, des nutritionnistes et des consommateurs. Elle milite
depuis 1964 pour une agriculture respectueuse des hommes, des animaux, des plantes
et de la planète.

En 1998, NATURE ET PROGRES édite un cahier des charges définissant les


« cosmétiques bio-écologique ». Ce cahier des charges est plus basé sur l’aspect
qualitatif que sur le quantitatif. Il fixe des règles pour la sélection des ingrédients et
des règles pour la production des cosmétiques.

Ainsi, sont proposées des listes positives et négatives des matières premières utiles
lors de l’étape de formulation, en n’imposant aucun seuil chiffré. Les matières
premières végétales doivent provenir en priorité de l’agriculture biologique, du
commerce équitable et de la récolte de plantes sauvages (à l’exclusion des espèces en
voie de disparition). Les ingrédients animaux autorisés sont les produits de la ruche,
les produits lactés, les produits dérivés des œufs et la lanoline. Les ingrédients
d’origine marine doivent être prélevés dans des zones exemptes de pollution. Enfin,
les ingrédients d’origine pétrochimique et les organismes génétiquement modifiés sont
interdits.

De plus, les laboratoires engagés doivent respecter des caractéristiques de production


particulières pour être validés. La fabrication des cosmétiques certifiés bio-
écologiques implique l’utilisation de procédés chimiques et physiques simples,
excluant la chimie du chlore et l’éthoxylation, et visant à conserver la structure

42
d’origine du carbone organique. L’entretien des locaux doit être réalisé à l’aide de
détergents écologiques et une bonne gestion de l’énergie et des déchets (obligation de
tri sélectif) est indispensable, afin de sauvegarder l’environnement et la
biodégradabilité des produits cosmétiques et de leurs emballages.

L’organisme de contrôle indépendant CERTIPAQ vérifie le respect du cahier des


charges édité par « NATURE ET PROGRES » et transmet le dossier au CCAM,
(Comité de Contrôle et d’Attribution de la Mention) de l’association « NATURE ET
PROGRES » qui décide d’attribuer ou non le label « Cosmétique Bio-écologique » au
produit concerné.

Ici aussi les effets d’aubaine sont limités par l’obligation faite aux sociétés de valider
70% de leur gamme pour pouvoir entrer dans la démarche de certification [5, 12, 26].

1.2.3 COSMEBIO

COSMEBIO est une association qui regroupe environ 85 laboratoires désireux de


répondre au mieux aux exigences des consommateurs. Dans ce but, cette association a
déposé, à l’automne 2002, un cahier des charges précis au Ministère de l’Industrie et
du Commerce.

Ce cahier des charges a établi deux niveaux de certification : le label « ECO » pour
les « cosmétiques écologiques » et le label « BIO » pour les « cosmétiques
écologiques et biologiques » [3] :

Le label « ECO » requiert trois conditions : 95% minimum des ingrédients doivent
être naturels ou d’origine naturelle (ce qui implique par symétrie que moins de 5% des
ingrédients soient d’origine synthétique), 5% minimum des ingrédients du produit fini
doivent être bio, enfin 50% minimum des ingrédients végétaux doivent être bio.

Le label « BIO » est encore plus exigeant que le label « ECO » puisqu’il fait appel aux
mêmes critères tout en augmentant le seuil requis pour les deux derniers. En effet, il
requiert que 95% minimum des ingrédients soient naturels ou d’origine naturelle (ce
qui implique par symétrie que moins de 5% des ingrédients soient d’origine
synthétique), que 10% minimum (et non plus 5%) des ingrédients du produit fini
soient bio, et enfin que 95% minimum (et non plus 50%) des ingrédients végétaux
soient bio.

43
Pour chacun de ces deux labels, le choix des ingrédients est exigeant puisque les
produits finis sont garantis sans OGM (Organismes Génétiquement Modifiés), sans
matière première issue de la pétrochimie et sans parfum, ni colorant de synthèse. Outre
leur nature, la provenance de ces ingrédients est également un critère de sélection
puisqu’ils sont issus, autant que possible, du commerce équitable et du développement
durable.

Le processus de délivrance du label fait intervenir l’organisme indépendant


ECOCERT. En effet, pour pouvoir obtenir le label COSMEBIO, les produits
cosmétiques doivent avoir obtenu au préalable la certification ECOCERT. Ainsi,
COSMEBIO est assuré que la composition du produit et que sa méthode de production
sont conformes au cahier des charges. COSMEBIO appose alors son logo à côté du
label ECOCERT [5, 11, 26].

La mise sur le marché des produits se fait dans le respect des consommateurs puisque
ceux-ci disposent d’une information exhaustive et transparente sur l'ensemble de la
filière de la sélection des matières premières jusqu'au produit fini.

Enfin, en harmonie avec la démarche globale de l’association, celle-ci a pris des


mesures spécifiques afin de participer à la sauvegarde de l'environnement (emballages
recyclables et non polluants, tri sélectif).

1.2.4 ECOCERT

ECOCERT est un organisme de contrôle agréé par l’État français, qui, depuis 2002,
propose de certifier les cosmétiques des fabricants qui le souhaitent. Les certifications
émises par ECOCERT sont « cosmétique écologique » et « cosmétique écologique et
biologique ».

Ces certifications sont soumises au respect du « référentiel définissant les produits


cosmétiques écologiques et biologiques » émis par ECOCERT.

Ce référentiel impose aux produits de respecter deux types de règles : les règles liées
aux ingrédients entrant dans la composition des produits finis et les règles liées à leur
production.

44
1.2.4.1 Règles liées aux ingrédients entrant dans la
composition du cosmétique

Le critère de certification commun aux « cosmétiques écologiques » et aux


« cosmétiques écologiques et biologiques » est qu’au minimum 95% du total des
ingrédients soient d'origine naturelle (les caractéristiques de ces derniers sont analysés
au point 2.1.1 de la présente partie), les 5% restants devant être obtenus par synthèse
pure.

Les critères additionnels propres aux « cosmétiques écologiques » sont que 50% des
ingrédients végétaux incorporés et 5% du produit fini soient certifiés Bio.

Les critères additionnels propres aux « cosmétiques écologiques et biologiques » sont


que 95% des ingrédients végétaux incorporés et 10% du produit fini soient certifiés
Bio.

1.2.4.2 Règles liées à la production du cosmétique

Ces règles concernent le stockage, les procédés de fabrication ainsi que le


conditionnement et l’emballage.

Les matières premières doivent être physiquement isolées les unes des autres afin
d’empêcher tout mélange involontaire. De même, le laboratoire doit stocker
séparément les cosmétiques destinés à être certifiés et les autres.

Les procédés de fabrication doivent être simples et conserver les qualités premières
des ingrédients tout en réduisant l’impact sur l’environnement. Le recours à la chimie
du chlore est prohibé.

Enfin, le conditionnement du cosmétique ne doit ni être issu de la pétrochimie ni


contenir de gaz sous pression.

Le contrôle effectué par ECOCERT résulte d’une démarche volontaire de la part du


fabricant de cosmétiques. Celui-ci est contrôlé au moins une fois par an par
ECOCERT. Si le contrôle conclut que les produits sont réputés conformes au
référentiel, la mention « certifié par ECOCERT » ou le logo « ECOCERT » peuvent
être apposés sur l’étiquetage à proximité de la mention « cosmétique écologique » ou
« cosmétique écologique et biologique ».

Les labels ainsi délivrés par ECOCERT ne s’adressent pas seulement aux laboratoires

45
indépendants. En effet, certains groupements de laboratoires qui émettent déjà leur
propre label font également certifier leurs produits par ECOCERT. Un produit peut
donc disposer sur son étiquette à la fois du label émis par le groupement et du label
ECOCERT. Ceci est notamment le cas de certains produits certifiés par COSMEBIO
[5, 8, 26].

1.2.5 L’harmonisation européenne

Depuis peu, les différents organismes de certification européens se regroupent afin de


mettre en place un référentiel européen unique réglementant et simplifiant alors la
production des cosmétiques écologiques et biologiques. Ainsi, la SOIL association
anglaise, l’AIAB italienne, le BDIH allemand et ECOCERT français travaillent-ils
ensemble à l’élaboration d’un label européen. Ce nouveau label devrait faire son
apparition très prochainement [5, 11].

2 FORMULATION DES COSMÉTIQUES


ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES

Le référentiel ECOCERT est le plus exigent actuellement, mais également le plus


utilisé par les laboratoires cosmétiques qui souhaitent commercialiser leurs produits en
officine. Ce référentiel définit très précisément les ingrédients qui peuvent être utilisés
dans la formulation de cosmétiques biologiques et écologiques. De plus, ce référentiel
établit également des règles de production très strictes.

2.1 Les ingrédients autorisés

2.1.1 Les ingrédients naturels ou d’origine naturelle

L’origine des matières premières utilisables est soumise à des règles très strictes. La
récolte de toutes les matières premières végétales est soumise à deux conditions. Il faut
que la cueillette ne nuise pas à l’écosystème et qu’il ne s’agisse pas d’espèces
végétales protégées. De plus, les végétaux ne peuvent être transformés que par les
procédés vus plus loin.

Les matières premières extraites d’animaux morts ou vivants sont interdites dans les
cosmétiques certifiés.

46
Les matières premières produites naturellement par l’animal, mais non constitutives de
celui-ci sont autorisées, mais soumises à restriction. On retrouve dans cette liste des
substances dont le prélèvement ne nuit pas à l’animal, et pour lesquelles il n’existe pas
d’équivalents dans le monde végétal (tableau VI) [8].

Nom commun INCI Fonctions

Cire d’abeille Cera alba Additif

Lait et dérivés : Protéines de lait, Lac Additif


Lactoferrine, lactoperoxydase
Lactose Lactose Additif

Lanoline Lanolin Emollient

Miel Mel Actif

Œufs Ovum Additif

Propolis Cera propolis Actif

Gelée royale Royal jelly Actif

Tableau VI : Liste des matières premières fabriquées par l’animal et admises


dans le cahier des charges ECOCERT [8]

Les matières minérales sont autorisées dans la mesure où elles sont utilisées pour leurs
propriétés intrinsèques, si leur extraction n’engendre pas de pollution ou de
dégradation du paysage, et si elles sont conformes aux critères de pureté exigés
(tableau VII). Elles ne doivent pas être polluées par des contaminants.

47
Matières premières minérales Fonction
Oxychlorure de bismuth Nacrant
Carbonate de Calcium Abrasif, tampon, opacifiant
Sulfate de Calcium (gypse) Abrasif, opacifiant
Oxydes de Chrome Colorant
Aluminium Colorant
Lazurite Colorant
Cuivre Colorant
Bleu de Prusse Colorant
Diphosphate d’ammonium et de manganèse Colorant
Bis orthophosphate de manganèse Colorant
Dioxyde de titane Colorant
Oxyde de zinc Colorant
Oxyde de cuivre Actif
Sulfate de cuivre Additif
Dicalcium phosphate dihydrate Agent abrasif
Silice Agent abrasif / absorbant
Hydroxyde de fer Additif
Oxyde de fer Additif
Sulfate de fer Additif
Carbonate de Magnésium Agent absorbant
Chlorure de Magnésium Additif
Oxyde de Magnésium Agent absorbant
Sulfate de Magnésium Additif
Sulfate de Manganèse Additif
Sulfate de Potassium Agent viscosant
Chlorure d’argent Colorant
Argent Colorant
Sulfate d’argent Colorant
Fluorure de Sodium Anticarie
Monofluorophosphate de Sodium Anticarie
Sulfate de Sodium Agent viscosant
Sulfate de Zinc Agent antimicrobien

Tableau VII: Liste des matières premières minérales admises dans le cahier des
charges ECOCERT [8]

48
Les matières premières marines sont autorisées conformément aux restrictions citées
précédemment, qu’il s’agisse de matières premières marines et végétales ou marines et
animales ou encore marines et minérales (tableau VIII) [8].

INCI Fonctions

Algin Liant / Contrôle de la viscosité

Carrageenan Liant / contrôle de la viscosité / stabilisateur d’émulsion

Potassium alginate Liant / contrôle de la viscosité / stabilisateur d’émulsion

Tableau VIII : Liste des matières premières marines admises dans le cahier des
charges ECOCERT [8]

Un ingrédient naturel est une matière végétale, animale ou minérale provenant


directement de la production agricole, de la récolte ou de l’exploitation, non
transformée ou qui en dérive au moyen de procédés physiques exclusivement
(absorption, décoloration et désodorisation sur support inerte, broyage, centrifugation,
décantation, dessiccation- séchage, déterpénation, distillation ou extraction à la vapeur
d’eau, expression, extraction par l’eau, l’alcool ou les mélanges glycérine
végétale/huiles végétales, extraction par CO2 supercritique, filtration ou purification
(dialyse, électrophorèse, ultrafiltration), lyophilisation, mélange, percolation, pression
à froid, pression à chaud, stérilisation par la chaleur, tamisage) et répondant aux
critères de qualité visés dans les différentes chartes [8].

L’eau ajoutée lors de la fabrication du produit fini est donc un ingrédient naturel.

Un ingrédient d’origine naturelle est un ingrédient naturel transformé selon un procédé


chimique autorisé, à savoir alkylation, amidification, calcination des résidus végétaux,
carbonisation (résines, huiles végétales grasses), condensation / addition,
estérification, éthérification, fermentation, hydrogénation, hydrolyse, neutralisation,
oxydation / réduction, procédés de fabrication des amphotères (amidification et
quaternisation), saponification, sulfatation, ou torréfaction.

En effet, une matière première qui aurait subi un ou plusieurs procédés de


transformation tels que décoloration et désodorisation sur support d’origine animale,
décoloration, éthoxylation, irradiation, sulfonation, techniques faisant appel aux
manipulations génétiques, stérilisation à l’oxyde d’éthylène, traitement faisant appel
au mercure à quelque étape que ce soit de son processus d’obtention, est exclue du

49
cahier des charges et ne peut entrer dans la composition d’un produit cosmétique
certifié [8].

2.1.2 Les ingrédients certifiés « Biologiques »

Un ingrédient biologique est un ingrédient naturel, d’origine végétale ou issu de la


production animale, qui peut être certifié selon les règles de production de l’agriculture
biologique, c'est-à-dire conforme au règlement CEE N°2092/91 modifié du Conseil du
24 juin 1991.

Conformément à l’article premier du règlement CEE, il s’agit donc :

- de permettre aux sols de conserver leur fertilité naturelle ;

- d’établir des relations directes avec les consommateurs ;

- de fournir des produits de qualité ;

- de respecter l’environnement en préservant les équilibres naturels du sol et des


plantes, en respectant l’équilibre en matière organique, et en choisissant des
espèces adaptées aux conditions naturelles.

Les produits issus de l’agriculture biologique sont composés de plus de 95%


d’ingrédients biologiques. Le logo AB, propriété de l’État, est facultatif. Toutefois, sa
présence sur le produit, garantissant le respect du cahier des charges, permet un
repérage immédiat par le consommateur.

La récolte de végétaux comestibles et de parties de ceux-ci, se développant dans des


zones naturelles, dans des forêts et dans des zones agricoles, est considérée comme un
mode de production biologique.

Les ingrédients naturels minéraux ou marins sont exclus du champ d’application de ce


règlement et ne peuvent être certifiés comme étant issus de l’agriculture biologique. Il
s’agit donc d’ingrédients naturels. L’eau ajoutée lors de la fabrication d’un produit fini
est aussi un ingrédient non certifié biologique [8].

50
2.1.3 Les ingrédients d’origine synthétique

Les agents de conservation utilisés doivent être autorisés par la législation européenne
(article R 5263.3 du CSP). Ceux admis dans les produits cosmétiques biologiques par
le référentiel ECOCERT sont très peu nombreux (tableau IX).

Nom commun INCI Réglementation Cahier des charges


officielle ECOCERT

Acide benzoïque, Benzoic acid 0,5% Autorisé


sels et esters
Alcool Benzyl 1% Autorisé
benzylique alcohol
Acide salicylique Salicylic acid 0,5% Autorisé

Acide formique et Formic acid 0,5% Autorisé dans le cahier des


son sel de sodium charges d’origine mais
interdit depuis 2004
Acide Propionic acid 2% Autorisé dans le cahier des
propionique charges d’origine mais
interdit depuis 2004
Acide sorbique Sorbic acid 0,6% Autorisé

Acide Dehydroacetic 0,6% Interdit dans le cahier des


déhydroacetique acid charges d’origine mais
autorisé par dérogation du
comité de certification
jusqu’en décembre 2008

Tableau IX : Liste des conservateurs admis dans le cahier des charges


ECOCERT [8]

Les ingrédients chimiques sont quasiment tous interdits ; seuls ceux issus de synthèse
pure et réputés indispensables sont acceptés. Outre les conservateurs vus
précédemment, on trouve sur cette liste les agents ayant un rôle spécifique dans les
cosmétiques tels que les agents de protection solaire ou les agents tampons (tableau X)
[8].

51
INCI Fonction

Disodium phosphate Agent tampon

Magnésium hydroxyde Agent tampon / absorbant

Potassium carbonate Agent tampon

Potassium hydroxyde Agent tampon

Sodium bicarbonate Agent tampon

Sodium borate Agent tampon

Sodium carbonate Agent tampon

Sodium hydroxyde Agent tampon

Sodium silicate Agent tampon

Titanium dioxyde Opacifiant

Tableau X : Liste des ingrédients de synthèse autorisés dans le cahier des charges
ECOCERT

52
Le tableau XI fait le point des ingrédients autorisés.

Type
Particularités des ingrédients Exemples d’ingrédients
d’ingrédients

Eau florale
Ingrédient végétal ou issu de Huile végétale
production animale, conforme au
Cire
Ingrédient bio mode de production biologique.
Beurre de karité
Non transformé ou transformation
physique uniquement. Huiles essentielles
Extraits de plantes
Eau
Ingrédient végétal, issu de Extrait de plante
Ingrédient production animale, minéral,
Pigments
marin ou eau.
naturel Argile
Non transformé ou transformation
physique uniquement. Miel
Algues
Ingrédient Ingrédient végétal, issu de Alcool gras naturel
production animale, minéral ou
d’origine Acide gras naturel
marin.
naturelle Huiles végétales hydrogénées
Transformation chimique
Ingrédient non naturel, non Acide benzoïque
Ingrédient de polluant.
Acide ascorbique
synthèse Doit faire partie de la liste
positive. Magnésium hydroxyde

Tableau XI : Le point sur les ingrédients autorisés [5]

2.2 Les ingrédients interdits

Face à la multiplication des problèmes sanitaires comme la maladie de Creutzfeldt


Jacob ou la grippe aviaire, le consommateur a pris l’habitude de mieux se renseigner
sur les produits qu’il utilise. En effet, le consommateur réclame désormais plus de
transparence au niveau des informations qu’il reçoit et des normes de sécurité plus
strictes et bien entendu, les cosmétiques n’échappent pas à cette tendance. Cette
« névrose » s’est accrue avec la polémique sur les parabens et les sels d’aluminium.
De ce fait, l’industrie chimique commence à s’interroger sérieusement sur l’impact à
long terme de l’utilisation de certains ingrédients dans les cosmétiques. En effet, il est

53
difficile d’évaluer les effets de ces produits sur notre peau après des années
d’application, ni même les conséquences sur l’environnement [2].

Les différentes chartes biologiques tiennent compte de deux critères pour dresser la
liste bien fournie des ingrédients ne pouvant en aucun cas figurer dans les produits
biologiques. Elles sont basées sur les principes suivants :

- le respect de l’homme en évitant les produits qui pourraient lui nuire ;

- le respect de la nature et de l’environnement lors du prélèvement des substances


naturelles.

2.2.1 Les ingrédients de synthèse

Le référentiel ECOCERT ne permet pas l’utilisation d’ingrédients de synthèse. De


manière générale, on ne trouve pas dans les produits cosmétiques biologiques et
écologiques de colorants, de parfums, d’antioxydants, d’émollients de synthèse et de
silicones. Les huiles et les graisses synthétiques ainsi que les matières issues de
l’industrie pétrochimique sont également interdites. En outre, ni les ingrédients ni les
produits finis ne doivent être traités par rayonnements ionisants [8].

2.2.2 Le respect des animaux

Tout d’abord, les cosmétiques biologiques et écologiques ne doivent pas être testés sur
des animaux et toute procédure qui pourrait leur porter atteinte est interdite.

Ensuite, l’utilisation de matières premières extraites d’animaux morts ou vivants est


interdite. Il est toutefois permis d’utiliser les matières premières produites
naturellement par les animaux et non constitutive de l’animal [8, 12].

2.2.3 Les parabens

Les parabens sont des molécules obtenues par synthèse, très largement utilisées dans
les cosmétiques mais aussi en alimentaire. Ces molécules sont des dérivés de l’acide
para-hydroxybenzoïque (figure 6). On peut trouver des parabens dans la nature
(méthylparaben dans la myrtille, par exemple) mais le plus souvent, ils sont
synthétisés à partir de l’acide benzoïque.

54
Figure 6 : Structure générale des parabens [28]

Ils ont pour propriété principale d’inhiber la croissance et le développement des micro-
organismes (bactéries et fongi) et sont de très bons conservateurs. De plus, leur faible
coût a facilité leur diffusion industrielle. Cependant, depuis quelques années,
l’utilisation des parabens fait l’objet d’une polémique sans frontière. Ces molécules
sont considérées comme de puissants cancérigènes chez le rat, mais le métabolisme du
rat est très éloigné de celui de l’homme. Lors d'une étude du Dr Philippa DARBRE
réalisée sur vingt échantillons issus de tumeurs cancéreuses du sein, il a été retrouvé
des traces de parabens dans 18 d’entre eux.

Aucun lien clair n'a été établi entre les parabens et le cancer du sein, et encore moins
entre l'utilisation de produits cosmétiques contenant des parabens et la cancérogenèse.
Il aurait fallu pour cela vérifier si les cellules saines contenaient ou non des traces de
parabens, et comprendre la provenance de ces parabens (ils pourraient par exemple
avoir été ingérés lors du traitement anti-cancéreux) pour pouvoir aboutir à une
conclusion scientifiquement valide. Notons enfin que cette étude portait sur très peu
d'échantillons, ce qui constitue un biais. On trouve aujourd’hui des parabens dans les
crèmes, les laits, les shampooings, les déodorants, les produits pour bébé de la
cosmétique classique. On en trouve également dans des produits alimentaires, en
particuliers la charcuterie sous vide.

Dans les cosmétiques « bio », l’emploi des parabens est prohibé afin de garantir une
parfaite innocuité des produits [1, 9, 28, 30, 31].

55
2.2.4 Les phtalates

Dans les cosmétiques, on retrouve surtout du phtalate de dibutyle ou DBP. Les


phtalates font partie d’une famille de molécules constituées d’un cycle benzénique et
de deux groupements carboxylates d’où une structure de type diester (figure 7).

Figure 7 : Structure générale d’un phtalate [29]

On en trouve dans les parfums, les déodorants, les shampooings, les lotions
capillaires… L’inhalation est une voie d’exposition aux produits volatils non
négligeable pour l’homme. Cependant, l’absorption cutanée est encore mal
documentée. Les principaux effets des phtalates rapportés dans les études
expérimentales chez l’animal sont l’atrophie testiculaire, une atteinte hépatique, une
baisse de la fertilité, une diminution du poids fœtal, une augmentation de la masse des
reins, une activité anti-androgénique, ainsi que des effets tératogènes. Chez l’homme,
les effets endocriniens, ainsi que les effets sur la reproduction, notamment les
problèmes sur la fertilité et le développement des nouveaux-nés sont au centre des
préoccupations [1, 29, 30, 31].

2.2.5 Les éthers de glycol

Ce sont des solvants miscibles à l’eau et aux substances lipophiles qui permettent de
mélanger entre elles des substances non miscibles. Il existe de nombreux dérivés ; ils
sont peu volatils et odorants. On les classe en deux séries :

- la série E : dérivés de l’éthylène glycol, (R-O-(CH2-CH2)n-O-R') ;

- la série P : dérivés du propylène glycol, (R-O-[CH2-CH (CH2)]n-O-R', isomère


alpha).

Ces substances sont présentes dans de nombreux produits, y compris les médicaments
et les cosmétiques. La toxicité des éthers de glycol est complexe et varie en fonction

56
du produit utilisé. Les aldéhydes et les acides donnent des métabolites qui seraient
responsables d’une toxicité sur la reproduction alors que d’autres dérivés sont plutôt
irritants [1, 30, 31].

2.2.6 Le phénoxyéthanol

Cette molécule est aussi appelée phénoxytol (figure 8). Présent à l’état naturel dans le
thé vert et la chicorée, ce conservateur de la famille des éthers de glycol sert aussi
souvent de solvant pour d’autres conservateurs, en particulier les parabens. Son noyau
benzénique lui confère également des propriétés parfumantes. Cette substance est un
allergène reconnu à très fort pouvoir allergisant. Il est réglementé dans les cosmétiques
classiques (concentration maximale fixée à 1%) et interdit dans les cosmétiques
biologiques [1, 24, 30, 31].

Figure 8 : Structure du phénoxyéthanol [24]

2.2.7 La paraffine liquide

C’est une matière première lipophile bon marché et facile d’emploi. Les paraffines
dérivées du pétrole sont très avantageuses pour l’industrie cosmétique (facilité
d’obtention et faible coût). Elle forme un film hydrophobe sur la peau et favorise
l’hydratation. Cette substance a tendance à boucher les pores de la peau tout en
piégeant les toxines.

De plus, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a prouvé que ces « huiles


minérales » pouvaient être stockées dans l’organisme et endommager le foie, ou
entraîner une inflammation des valvules du cœur [30, 31].

2.2.8 Les silicones et dérivés (diméticones, ciméticones)

Agréables mais peu écologiques, les silicones sont appréciées des formulateurs de
cosmétiques. Par leur polyvalence, elles connaissent une utilisation universelle. Elles
sont largement utilisées et offrent aux produits cosmétiques des propriétés

57
particulières : toucher « velours », fini « poudré » et propriétés matifiantes. En effet,
ces matières premières sont « douces », faciles à étaler sur la peau et sont de loin
préférables aux « huiles minérales ».

Cependant, ces huiles de silicones sont très peu biodégradables et sont donc nocives
pour l’environnement. Bien que partant d'une ressource naturelle, le sable, les
traitements mis en oeuvre jusqu'à l'obtention du polymère sont décriés. Le cahier des
charges ECOCERT interdit l’utilisation des silicones dans les cosmétiques biologiques
à cause de leur origine synthétique et de leurs effets néfastes sur l’environnement.

On retrouve des silicones dans de nombreux produits d’utilisation courante : produits


de soins, d’hygiène, produits d’entretien, mais aussi dans le domaine du traitement de
surface et de la détergence. La plupart du temps, les silicones sont éliminées avec les
eaux usées, qui seront ensuite traitées par les stations d’épuration. Il faut noter que les
scientifiques ont démontré l'absence d'effet toxicologique néfaste sur une grande
variété d'espèces d'eau douce et marines, sur les organismes vivants dans les sols ou
les sédiments, et sur les récoltes agricoles [30, 31, 36].

3 ANALYSE COMPARATIVE DES


CARACTÉRISTIQUES DES COSMÉTIQUES
CLASSIQUES ET DES COSMÉTIQUES
ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES

La différence entre un produit cosmétique classique et un cosmétique naturel dit


« bio » vient de la qualité et de la quantité d’ingrédients « bio » ainsi que du processus
de fabrication des matières premières. Ainsi, on va retrouver dans tous ces produits la
même composition de base à savoir, excipients, actifs et additifs.

58
3.1 Analyse comparative des excipients

Les excipients ont un rôle de support du ou des actifs et vont permettre de moduler la
pénétration de l’actif dans l’épiderme (Tableau XII).

Composants Cosmétique classique Cosmétique bio

Phase aqueuse Eau (aqua) Eaux florales : mélisse,


fleurs d’orangers,
(entre 70 et 95%
bleuet, lavande, anis…
du produit)
Phase huileuse Esters de synthèse Huiles végétales
(argan, sésame, d’olive,
(entre 5 et 30% Huiles végétales
rose musquée, jojoba,
du produit) Huiles de silicones (diméthicone, noisette, noyau
cyclométhicone…) d’abricot, tournesol,…)
Huiles minérales issues du pétrole Triglycérides issus de
(Paraffine liquide) l’huile végétale de
Dérivés d’huiles minérales issues du coco : caprylic capric
pétrole (hydrogenated polyisobutene, triglycérides.
isohexadecane)

Tableau XII : Les différents excipients utilisés [5]

59
3.2 Analyse comparative des actifs

Les actifs sont les composés responsables de l’activité d’un produit cosmétique précis.
Dans les cosmétiques classiques, les actifs sont souvent des molécules isolées par
extraction ou issues de la synthèse comme par exemple l’acide hyaluronique, le
rétinol, le collagène ou l’élastine. Dans les cosmétiques biologiques, les actifs utilisés
sont naturels : extraits huileux, hydroalcooliques, plantes, hydrolats, huiles essentielles
[5].

60
3.3 Analyse comparative des additifs

Les additifs sont indispensables. Ce sont les conservateurs, les émulsionnants, les
stabilisateurs mais aussi les parfums (Tableau XIII).

Composants Cosmétique classique Cosmétique bio

Emulsifiants PEG-150 stearate, Polysorbate-20, Cetearyl glucoside, myristyl


(entre 2 et 6 % tous les noms commençant par glucoside, lecithin
du produit) PEG ou PPG,…
Agents de Alcool gras (Cetearyl Alcohol, Alcool gras (Cetearyl
Cetyl Alcohol) mais aussi des cires Alcohol, Cetyl Alcohol)
consistence
et des silicones (Alkyl Methicone) Cires végétales (candelilla et
carnauba wax), Cire d’abeille
(cera alba), Beurre de karité
(shea butter), cacao, mangue
(mango butter)
Adoucissants Glycerin, Sorbitol, mais aussi les Glycerin, Sorbitol
silicones (cyclométhicone,
diméthicone)
Gélifiants Polymère acrylique : carbomer Gomme xanthane issue du
sucre
Algues, cellulose, amidon
modifié
Anti-oxydants Tocopherol acetate (dérivés de Tocophérol (vitamine E
vitamine E), BHT naturelle)
Conservateurs Methylparaben Huiles essentielles
Propylparaben Extrait de propolis ou de
pamplemousse
Butylparaben
Conservateurs autorisés par
Ethylparaben
ECOCERT (sodium
Phenoxyethanol benzoate, potassium sorbate,
Methylisochlorothiazo-linone benzyl alcohol,
dehydroacetic acid,…)
DMDM Hydantoin
Methyldibromo-glutaronitrile
Parfums Fragrance (parfums de synthèse) Huiles essentielles, isolats
d’huiles essentielles

Tableau XIII : Les différents additifs utilisés [5]

61
PARTIE III - LES COSMÉTIQUES
ÉCOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES
PRÉSENTS À L’OFFICINE

1 LES GAMMES PUREMENT « BIO »

1.1 WELEDA

1.1.1 Le laboratoire

Depuis 1921, les laboratoires WELEDA ont développé une gamme originale fondée
sur une éthique novatrice qui repose sur l’harmonie entre l’Être Humain et la nature.
Pour ce faire, tous les intervenants travaillent ensemble de façon solidaire (médecins,
pharmaciens, collaborateurs…) dans le but de formuler les meilleurs cosmétiques
possibles.

Dans la culture celtique, santé et maladie étaient étroitement liées aux relations de
l’Homme avec la nature. On appelait « Weleda » (ou « Velleda ») les femmes qui
connaissaient les vertus curatives des plantes et savaient trouver les bons remèdes. Ce
sont ces femmes qui ont donné leur nom à la gamme.

Se voulant en adéquation à la fois avec l’Être Humain et la nature, WELEDA puise


son inspiration dans la nature et utilise des substances directement issues des règnes
de la nature. On trouve par exemple parmi les ingrédients principaux de la gamme,
l’iris de Toscane, l’edelweiss du Valais suisse, la rose de Turquie, le bouleau de
Tchéquie, l’argousier toscan, l’Aloe vera du Brésil et d’Andalousie, la camomille
d’Égypte, l’arnica du sud des Vosges, le prunellier du Jura, le ratanhia du Pérou, la
rose musquée du Chili. Le choix des matières premières et le mode de fabrication des
cosmétiques répondent à la charte BDIH [13, 23].

62
1.1.2 La gamme

1.1.2.1 Soins du visage

La rose musquée du Chili est une rose sauvage qui pousse dans les Andes chiliennes.
WELEDA a choisi cette fleur pour la précieuse huile de ces graines, aux vertus
raffermissantes et revitalisantes qui préserve la jeunesse de la peau (figure 9).

Figure 9 : Soins à la rose musquée

L’iris est une plante capable de conserver l’eau contenue dans son rhizome pendant de
longs mois. WELEDA utilise cette plante pour ses propriétés régulatrices de
l’hydratation. Ainsi la peau garde sa souplesse et son élasticité (figure 10).

Figure 10 : Soins à l’iris

L’amande, en particulier l’huile d’amande douce, est naturellement riche en acide gras
insaturés et en vitamine E. L’huile d’amande douce offre également une tolérance
cutanée exceptionnelle et c’est pourquoi le laboratoire utilise l’amande dans sa gamme
de soins spécifiques pour les peaux réactives. WELEDA a également développé des
soins barrières contre le froid pour les peaux sèches (figure 11).

Figure 11 : Soins spécifiques à l’amande

63
A base d’aloe vera, de beurre de karité et d’extrait de myrte, la gamme « homme » a
été conçue pour des hommes qui désirent prendre soins de leur peau mais en
n’utilisant que des produits naturels et en respectant l’écologie, mais également dans
un souci de bien-être et de santé (figure 12).

Figure 12 : Soins du visage pour homme

1.1.2.2 Soins pour bébés

WELEDA a développé toute une gamme bébé à base de calendula utilisé pour ses
vertus apaisantes et anti-irritations. On y trouve une crème pour le change, une crème
visage, un lait de toilette et une eau nettoyante (figure 13).

Figure 13 : Soins pour bébés

1.1.2.3 Les huiles de massages et de soins

A base d’arnica, d’argousier, de rose ou de citrus, les huiles de massage WELEDA


préviennent le dessèchement cutané et renforcent l’élasticité de la peau. Grâce aux
huiles de bains (figure 14), WELEDA offre les possibilités d’une véritable
balnéothérapie à domicile [13, 23].

Figure 14 : Les huiles de massage

64
1.2 Dr HAUSCHKA

1.2.1 Le laboratoire

En 1935, le docteur Rudolph HAUSCHKA fonde le laboratoire WALA à Eckwälden


dans le but de commercialiser des médicaments fabriqués selon les connaissances de la
médecine anthroposophique basée sur l’homme et la nature. Ces médicaments puisent
leurs principes actifs dans les plantes médicinales et dans les substances naturelles.
Elisabeth SIGMUND, à l’origine du concept cosmétique prend contact avec le
chimiste allemand Rudolf HAUSCHKA pour lui présenter son projet ; elle veut
« soigner » les problèmes de peau à partir d’actifs puisés directement dans les plantes.
C’est de cette association que naît la gamme de « Cosmétique curative d’Elisabeth
Sigmund ». Puis, un peu plus tard, cette gamme sera rebaptisée « Dr HAUSCHKA »,
et certifiée par le label BDIH.

Pour les chercheurs du laboratoire Dr HAUSCHKA, la peau possède ses propres


forces de nutrition et de régénération et le rôle d’un cosmétique est de soutenir et de
stimuler la peau dans ses fonctions naturelles. C’est cette « autocorrection » qui fait la
particularité de ce laboratoire. En effet, les cosmétiques Dr HAUCHKA renforcent le
processus d’autocorrection et équilibrent les rythmes de la peau, tout en la protégeant
des agressions extérieures telles que la pollution, le vent et le froid [16].

1.2.2 La gamme

Dans la gamme Dr HAUSCHKA, les crèmes douches contiennent des tensioactifs à


base de sucres, ce qui les rend particulièrement douces pour la peau, et se déclinent en
plusieurs parfums différents qui confèrent aux produits des vertus différentes : à base
d’hamamélis, c’est le gel douche fraîcheur, à base de pétale de roses, c’est le gel
douche douceur, et à base de citron, c’est la douche vivifiante.

Pour plus de détente, on peut utiliser les bains odorants aux différentes senteurs (pin,
citron, romarin, lavande et sauge).

La gamme corps se compose de l’huile de soin pour le corps à base d’huile essentielle
de citron qui tonifie, hydrate et raffermit la peau. Le lait pour le corps apporte plutôt la

65
douceur et se décline en deux senteurs (le lait à la rose pour plus de douceur et le lait
au coing plus nourrissant).

La soie se lie au romarin pour créer un soin spécifiques pour les pieds des sportifs : la
soie absorbe l’excès de transpiration et le romarin antibactérien assainit les pieds.

Pour les pieds et les jambes fatigués, mieux vaut utiliser la crème fitness pour les pieds
et la lotion au romarin qui stimulent la circulation et rafraîchissent.

Pour le soin des cheveux, la gamme propose trois shampooings de senteurs


différentes : capucine-citron, macadamia-orange, et abricot-argousier. Si les cheveux
sont trop secs, il est conseillé d’utiliser l’après-shampooing jojoba-guimauve. La force
de cette gamme réside dans l’exploitation d’une plante indienne très utilisée en
médecine traditionnelle, le Neem. La lotion capillaire au Neem et l’huile capillaire au
Neem revitalisent les cheveux fatigués et sans éclat [16].

1.3 SANOFLORE

1.3.1 Le laboratoire

Stéphane RICHARD, responsable communication de la cosmétique bio pour le groupe


L’Oréal affirme que « pour pouvoir donner du sens au mot bio, il faut garantir la
qualité, garantir la sécurité et garantir l’éthique des produits. Cela exige de maîtriser
toute la filière : de la mise en culture de la graine jusqu’au produit fini. »

Les cosmétiques de la gamme sont certifiés par le label ECOCERT dans le respect de
l’environnement.

Pour les chercheurs des laboratoires SANOFLORE, les actifs végétaux bio permettent
de rétablir l’équilibre de la peau souvent mise à rude épreuve par les agents
intrinsèques et/ou extrinsèques : le stress, la pollution, l’hygiène excessive et
l’utilisation de produits de soins aux ingrédients de synthèse. Les produits
SANOFLORE sont formulés avec une concentration exceptionnelle en actifs naturels
et bio. Eaux florales, huiles essentielles et autres extraits de plantes sont utilisés en
synergie [20, 21].

66
1.3.2 La gamme

1.3.2.1 Les produits d’hygiène

L’eau florale de fleurs d’oranger, l’huile d’amande douce et le miel de tilleul, aux
propriétés adoucissantes et apaisantes, sont associés aux huiles essentielles de romarin
et de genièvre qui permettent d’assainir et de purifier la peau, dans le lait
démaquillant.

A base d’eaux florales de verveine et de fleurs d’oranger apaisantes, la lotion associe


également des extraits d’alœ vera pour assouplir et hydrater la peau. La mandarine
rouge a un effet protecteur de la peau notamment protecteur vasculaire.

On retrouve dans le gel nettoyant des eaux florales de lavande et de verveine aux
propriétés apaisantes. Les huiles essentielles de citron, de cèdre et de menthe vont
purifier en profondeur la peau grâce à leurs vertus antiseptiques.

1.3.2.2 Les eaux florales

Chaque eau florale a ses propres propriétés et sera adaptée à un problème de peau bien
précis. Elle peut être appliquée le matin sous la crème ou le soir sur peau propre.

On trouve ainsi l’eau florale de lavande pour purifier les peaux grasses, l’eau de fleurs
d’oranger pour apaiser les peaux réactives, l’eau florale de rose pour resserrer les
pores et renforcer l’éclat du teint, l’eau d’hamamélis pour tonifier la peau, l’eau florale
de camomille pour calmer les peaux irritées et l’eau florale de bleuet en compresse
pour dégonfler les yeux fatigués.

1.3.2.3 Les soins du visage

Le fluide hydra-matifiant a pour but d’assainir et de purifier la peau et ce, grâce aux
huiles essentielles de citron, de menthe poivrée et de romarin. Les extraits de lin et les
microbilles de silice permettent de réguler la production de sébum. L’huile de jojoba
bio va nourrir la peau.

67
Le stick SOS anti-imperfection permet d’assécher et d’assainir une zone particulière.
On y trouve des huiles essentielles au pouvoir antiseptique et anti-inflammatoire :
citron, géranium rosat, sauge, menthe poivrée et hélichryse.

Le baume végétal est quant à lui composé de miel de tilleul apaisant, d’huiles de rose,
d’argan et d’avocat aux propriétés nourrissantes et anti-rides et de beurre de karité
pour nourrir la peau et la protéger des agressions extérieures.

La crème de jour contient les mêmes ingrédients. Cependant, on trouve en plus dans la
formulation des huiles essentielles d’orange, de néroli et de bigaradier pour calmer les
tiraillements des peaux sèches.

1.3.2.4 Les huiles essentielles

Pour le laboratoire SANOFLORE, l’huile essentielle d’une plante est l’âme de cette
plante. Lorsque l’on respire une fleur, que l’on épluche un agrume ou lorsque l’on
froisse une feuille, c’est l’huile essentielle volatile qui nous renseigne sur l’identité de
cette plante [20, 21].

1.4 Les autres gammes bios

1.4.1 KIBIO

L’idée de fonder KIBIO est née dans la nature au sein des montagnes. Pierre
CABANE et Laurent POTIER, les fondateurs de KIBIO sont tous les deux passionnés
par le sport et par la nature. Ils ont décidé de mettre en place un nouveau concept : une
cosmétique différente, naturelle, efficace et sûre. C’est ainsi que naît « une cosmétique
gorgée de principes actifs totalement naturels (…) respectueuse de l’environnement,
de la peau et des femmes. »

Ce laboratoire allie dans ses produits, la nature, le plaisir, la simplicité et l’efficacité.


Symbolisé par le « Ki » asiatique, le soin KIBIO cherche à mobiliser l’énergie pour
favoriser la pénétration des ingrédients et stimuler les fonctions cutanées naturelles. Le

68
« Ki » est un mot japonais qui signifie « énergie vitale universelle ». Quand l’énergie
circule harmonieusement, la peau trouve son équilibre et respire la santé. Une telle
technique, fondée sur l’énergie transmet un caractère unique. La plante bio se construit
seule sans pesticide et est donc plus résistante qu’une plante classique : elle transmet
alors plus d’énergie au produit de soin.

Les soins KIBIO sont regroupés autour de quatre fonctions principales :

1.4.1.1 Nettoyer

Le lait de soin démaquillant à base d’huile de palme, d’huile de jojoba et de beurre de


karité, nettoie la peau tout en la réhydratant.

La mousse pureté fraîcheur contient de l’eau florale de menthe poivrée, des huiles
essentielles de cèdre et de citron, et permet de nettoyer et de purifier la peau en
profondeur.

La lotion de soin tonique regroupe dans sa formule les huiles essentielles de


gingembre, d’orange amère et de citron vert. Cette lotion nettoie et démaquille tout en
tonifiant et clarifiant la peau. Les actifs stimulent la microcirculation et resserrent les
pores en redonnant à la peau tout son éclat.

La gelée démaquillante pour les yeux contient un dérivé d’huile de coco qui nettoie
efficacement les yeux, des eaux florales de bleuet et de camomille qui apaisent et
décongestionnent les paupières et de l’extrait de gombo qui hydrate et adoucit.

La mousse tendre gommage gomme en finesse les cellules mortes et les impuretés,
grâce aux noyaux d’abricots pulvérisées qui exfolient en douceur. Ensuite l’eau florale
de verveine apaise la peau et l’huile d’amande amère la nourrit et la protège.

Le masque pureté éclat est plutôt consacré aux peaux à tendance grasses car le kaolin
qu’il contient va permettre d’absorber l’excès de sébum. Les huiles essentielles de
poivre noir et de lavandin stimulent la peau et assainissent les pores en profondeur.

1.4.1.2 Hydrater

La crème hydratation intense hydrate et protège la peau grâce à l’huile de jojoba et au


beurre de karité. Les huiles essentielles d’amande amère et d’orange douce apporte
douceur et senteurs gourmandes aux peaux sèches.

69
La crème hydratation intense possède en plus de l’huile de bourrache et des extraits
d’huile d’olive et peut donc hydrater les peaux sèches à très sèches.

L’huile hydratation intense est une huile sèche qui pénètre instantanément dans la
peau ; l’huile de dattier du désert nourrit et assouplit les peaux rugueuses et
desquamées et l’huile de jojoba maintient le niveau d’hydratation idéale.

1.4.1.3 Optimiser

L’huile apaisante hydratante est le soin SOS des peaux irritées et l’huile d’amande
douce mêlée à l’extrait naturel de lin et à la fève de tonka procure du réconfort à la
peau.

La brume florale de soin apaise, calme et réconforte les peaux sensibles par l’action de
l’alœ vera, de l’eau de fleur d’oranger et de camomille romaine.

Le fluide pureté matifiant est dédié aux peaux à tendance grasse. Les eaux florales de
cyprès et de menthe poivrée vont resserrer les pores et purifier en profondeur. La
poudre de riz est absorbante et matifiante.

La crème intemporelle jour adoucit, protège et lutte contre le vieillissement cutané. On


y trouve de l’huile de rose, de l’huile de macadamia et de l’huile d’avocat riche en
vitamines et antioxydants.

La crème intemporelle nuit est plus nourrissante, grâce au beurre de karité et à l’huile
de baobab.

La crème intemporelle intense est le soin anti-ride de la gamme. On y trouve de l’huile


d’argan et de l’huile de rose, aux vertus anti-rides et nourrissantes. Les huiles
essentielles de bois de hô, de géranium et de benjoin régénèrent la peau.

L’huile intemporelle intense peut être utilisée mélangée à la crème et laisse la peau
lisse et veloutée. L’huile végétale de shiso va protéger la peau des agressions
extérieures. On y trouve aussi les huiles végétales de rose et d’avocat qui régénèrent la
peau.

Le sérum intemporel yeux et la crème intemporelle yeux hydratent le contour de l’œil


et décongestionnent les paupières, grâce à l’association de la rose, du cyprès, de la
camomille romaine, du baobab et de la guimauve.

70
1.4.1.4 Soin du corps

L’huile de soin corps Ki-relax et l’huile de soin corps Ki-tonic nourrissent le corps et
permettent de se relaxer ou de « revitaliser l’esprit » par des huiles essentielles
particulièrement bien sélectionnées : shisandra, petit grain pour le Ki-relax et, ginseng,
eucalyptus et cèdre pour le Ki-tonic.

On trouve également dans la gamme le gel soin douche et le gommage exfoliant corps,
la crème pour les mains, le baume pour les lèvres, le baume velouté corps, le lait
soyeux, le gel fermeté, et le gel relaxant pour les jambes [18, 19].

1.4.2 THEMIS

Pour ses formules innovantes, Thémis sélectionne des ingrédients naturels issus des
filières contrôlées du commerce équitable : beurre de cacao du Pérou, huile de sésame
du Nicaragua ou riz de Thaïlande. En effet, cette gamme est la seule à avoir deux
labels : le label Cosmébio et le label Max Havelaar. Le label Max Havelaar est
contrôlé par Flocert, organisme d’audit de l’association FLO (Fairtrade Labelling
Organizations International) qui fixe les standards internationaux du commerce
équitable. Le but des laboratoires Thémis est de soutenir les producteurs du Sud [22].

Parmi les ingrédients des cosmétiques de la gamme, on trouve :

- l’huile de sésame du Nicaragua, qui procure souplesse et douceur ;

- l’huile de Buruti du Brésil, riche en caroténoïdes anti-oxydants et en acides gras


nourrissants ;

- le beurre de cacao du Pérou, riche en vitamine E qui confère au produit des


propriétés nourrissantes et anti-oxydantes ;

- l’huile d’argan du Maroc, anti-âge et nourrissante ;

- les graines de Murumuru du Brésil, fruits du palmier d’Amazonie qui confèrent à


la peau nutrition et hydratation ;

- le miel d’Ulmo du Chili nourrit, cicatrise et augmente les défenses immunitaires ;

- le riz de Thaïlande stimule l’activité des fibroblastes et a sur la peau un effet


tenseur et restructurant.

71
1.4.3 Elysambre Natural make-up

1.4.3.1 Le laboratoire

Les cosmétiques biologiques ne correspondent pas seulement à des produits de soins et


d’hygiène. Depuis peu, on peut trouver dans les officines des gammes de maquillage
biologique. Elysambre est une gamme de maquillage, naturelle et biologique, fondée
sur le respect de l’homme, de l’environnement, et des animaux. Une des principales
caractéristiques de cette gamme est basée sur la responsabilité de l’homme sur sa
consommation et sur ses déchets. En effet, non seulement les récipients sont réalisés
en matériaux recyclables (bois, métal, carton), mais en plus, on ne rachète ensuite que
la recharge. Cette gamme est réalisée grâce à des techniques de pointe qui permettent
d’obtenir des produits de qualité exceptionnelle. La micronisation est une technique de
broyage par air comprimé qui transforme la matière première en particules neuf fois
plus fines que les particules traditionnelles. Cette technique permet un confort absolu
et évite les surcharges lors de l’application. Enfin, ce laboratoire utilise chaque fois
que possible des matières premières biologiques ou issues du commerce équitable. Les
produits de cette gamme sont formulés sans paraben, sans huile minérale, sans
phénoxyéthanol, sans produit dérivé du pétrole et sans PEG [17].

1.4.3.2 La gamme

Les ombres à paupière sont composées de tournesol, de beurre de karité et d’olive qui
hydratent et restructurent la paupière. Les pépins de raisin, le soja, le thé rouge et la
vitamine A protègent durablement la peau.

La poudre compacte (huile de tournesol, beurre de karité, huile de pépins de raisins)


hydrate et unifie le teint (micronisation des pigments) avec un fini mat.

La terre cuite (effet bronzé) et le fard à joue (effet bonne mine) permettent de modeler
le visage, en insistant sur certains reliefs du visage. On y trouve les mêmes agents
hydratants et protecteurs que dans la poudre compacte : huile de tournesol, beurre de
karité, huile de pépins de raisins, mais aussi de l’huile d’abricot, de l’huile de jojoba et
de l’huile de karanja.

Le mascara et l’eyeliner sont formulés avec une « base eau » sans solvant et sont de
véritables soins pour le yeux. L’eyeliner se compose de résine d’acacia apaisante, de

72
beurre de karité et de vitamine E. Le mascara est également composé de résine
d’acacia et de beurre de karité, associés à la cire de carnauba et à la cire de candelilla.

Les différents crayons (yeux, lèvres, sourcils) permettent un tracé fin et précis, de
longue durée. Ils sont formulés à partir de cire d’abeille et de beurre de karité associés
aux pigments.

Le rouge à lèvres et le gloss hydratent et protègent les lèvres en les colorant


durablement. Ils sont composés de différents extraits végétaux : huile d’abricot, huile
de jojoba, huile de pépins de raisins, beurre de karité, huile de ricin, huile de karanja et
extraits de thé rouge.

Le fond de teint crème est composé d’huile d’amande douce, de melon du kalahari, de
prêle des champs, d’huile de jojoba, d’eau de bleuet, d’huiles de baobab et d’olive. Il
unifie le teint avec un fini naturel.

Le fond de teint fluide a une texture plus légère pour un fini plus transparent. Dans ce
cosmétique sont associés l’huile de baobab, l’huile d’amande douce, l’huile de jojoba,
les eaux de bleuet et de prêle des champs [17].

2 LES GAMMES CLASSIQUES QUI TENDENT


VERS LE « BIO »

2.1 CAUDALIE

Caudalie est une gamme née en 1993 de l’association d’un jeune couple, Mathilde et
Bertrand THOMAS, avec un professeur de la faculté de Bordeaux, le Professeur
VERCAUTEREN. L’idée de réaliser ces cosmétiques est née sur les terres du château
Smith Haut Lafitte, de la connaissance des bienfaits du raisin sur la peau. En effet, les
pépins de raisins contiennent des polyphénols qui sont de puissants piégeurs de
radicaux libres. Ils seraient dix mille fois plus puissants que la vitamine E. De plus, la
pulpe du raisin est très riche en oligoéléments et les sarments et rafles du raisin
renferment du resveratrol qui stimule le renouvellement cellulaire et de la viniférine,
anti-tâche qui améliore l’éclat de la peau. « Tout est donc bon dans le raisin ». En
septembre 1995, les trois premiers produits de la gamme sortent. Aujourd’hui, la
gamme compte 35 produits et 7 huiles.

73
Avant 2006, la gamme CAUDALIE était une gamme cosmétique classique répondant
à la législation de base des cosmétiques. Cependant, suite à la sortie du livre de Mme
Stein et craignant probablement des répercussions sur les ventes, le laboratoire a
décidé de modifier la formulation en s’affranchissant des molécules non naturelles [15,
37].

2.2 BIO-BEAUTÉ BY NUXE

Aliza JABES, présidente du laboratoire Nuxe, est « passionnée depuis toujours par le
pouvoir des plantes » et a toujours développé ses produits à partir d’actifs végétaux.
Cependant, elle a voulu aller plus loin et utiliser les plantes « dans leur forme la plus
originelle. De cette volonté, est née la gamme Bio-beauté by Nuxe, une nouvelle
génération de soins cosmétiques alliant le savoir-faire de Nuxe ».

Les cosmétiques de cette gamme doivent répondre aux trois principes fondateurs
d’Aliza JABES :

- la gourmandise car les extraits de plantes, de fruits, de fleurs confèrent aux


produits des senteurs très agréables et très « glamour » ;

- la performance car le cosmétique doit être efficace tout en assurant une tolérance
parfaite ;

- la modernité c'est-à-dire une texture innovante, agréable qui permet une meilleure
action des actifs.

Ce choix de développer une gamme biologique est né de l’observation des plantes


biologiques. En l’absence de pesticides, les végétaux « bio » développent des moyens
de défense et d’adaptation. Ainsi, les ingrédients biologiques renferment davantage de
nutriments bénéfiques à l’hydratation et à la protection de la peau.

Les produits de cette gamme sont arrivés sur le marché des cosmétiques en deux
temps.

Dans un premier temps, on a pu trouver en officine différentes huiles pour le visage :


une huile démaquillante, une huile hydratante et une huile apaisante. Pour le corps, la
gamme se décline en une huile nourrissante, une huile raffermissante, et une huile
décontractante. Ces huiles sèches sont bien sûr inspirés de la fameuse « huile
prodigieuse » qui a fait le succès de la gamme.

74
Dans un second temps, la gamme s’est développée et on a pu découvrir dans les
pharmacies de nouveaux soins : crèmes pour le visage, lait pour le corps, gommage
doux [14, 37].

75
CONCLUSION

La fin du XXème siècle a été marquée par de nombreux scandales alimentaires et


sanitaires (Creutzfeldt Jacob, grippe aviaire, …) qui ont alerté les citoyens sur les
risques qu’ils encourent en consommant à leur insu certains produits nocifs.

C’est pourquoi les consommateurs sont, depuis peu, demandeurs d’une sécurité
sanitaire accrue. C’est au législateur que revient prioritairement cette tâche grâce à la
rédaction et à l’entrée en vigueur de textes règlementaires protecteurs.

Le domaine des cosmétiques n’y fait pas exception. En effet, une réglementation
propre aux cosmétique a été créée il y a près de trente ans suite à un drame sanitaire
qui a marqué les esprits, l’affaire du talc Morhange. Cette réglementation n’a depuis
cessé de se renforcer afin de toujours mieux protéger les utilisateurs.

Les consommateurs ont bien saisi l’enjeu d’une telle protection mais rares sont ceux
qui ont l’expertise requise pour identifier les ingrédients potentiellement nocifs. En
effet, malgré une transparence rendue obligatoire par la loi, la lecture et la
compréhension des étiquettes par le consommateur ne sont pas aisées. Les labels sont
donc présents pour encadrer l’activité des laboratoires et rassurer le consommateur
quant à la qualité et à l’innocuité du produit qu’il utilise. Pour asseoir la crédibilité de
ces labels, ceux-ci sont pour la plupart certifiés par des organismes indépendants.

76
Liste des tableaux
Page
Tableau I : Exemples d’actifs courants 13

Tableau II : Exemples de matières premières autorisées sous certaines 15


conditions

Tableau III : Exemples de quelques conservateurs autorisés 16

Tableau IV : Exemples de quelques filtres autorisés 17

Tableau V : Liste des 26 allergènes à faire figurer sur l’emballage selon la 28


Directive 2003/15/CE)

Tableau VI : Liste des matières premières fabriquées par l’animal et 46


admises dans le cahier des charges ECOCERT

Tableau VII : Liste des matières premières minérales admises dans le cahier 47
des charges ECOCERT

Tableau VIII : Liste des matières premières marines admises dans le cahier 48
des charges ECOCERT

Tableau IX : Liste des conservateurs admis dans le cahier des charges 50


ECOCERT

Tableau X : Liste des ingrédients de synthèse autorisés dans le cahier des 51


charges ECOCERT

Tableau XI : Le point sur les ingrédients autorisés 52

Tableau XII : Les différents excipients utilisés 58

Tableau XIII : Les différents additifs utilisés 60

77
Liste des figures
Page

Figure 1: Pictogramme de Période Après Ouverture 25

Figure 2: Pictogramme « Notice » 26

Figure 3: Sébumètre 32

Figure 4: Étude du microrelief cutané 33

Figure 5: Les différents logos des labels de cosmétiques naturels 39

Figure 6: Structure générale des parabens 54

Figure 7: Structure générale d’un phtalate 55

Figure 8: Structure du phénoxyéthanol 56

Figure 9: Soins à la rose musquée 62

Figure 10: Soins à l’iris 62

Figure 11: Soins spécifiques à l’amande 62

Figure 12: Soins du visage pour homme 63

Figure 13: Soins pour bébés 63

Figure 14: Les huiles de massage 63

78
BIBLIOGRAPHIE

[1]
AFSSAPS
Les autorités en charge des produits cosmétiques
agmed.santé.gouv.fr, février 2008

[2]
B.I.S.E
Bulletin d’information en santé environnementale
Vol 15, mars 2004

[3]
COIFFARD L.
Cours de Cosmétologie de 5ème année
Faculté de Pharmacie de Nantes, novembre 2006

[4]
Directive 76/768/CEE modifiée
Législation des cosmétiques
www.sante.gouv.fr/htm/dossier/cosmetiques/pdf, février 2008

[5]
DOMANGE E.
La cosmétique bio
Communication, 2007, 8-9, 34-39

[6]
DUBOIS J.
La peau
Privat, 2007,98-109, 121-124

[7]
DUNETT P.C, TELLING G.M.
Study of the fate of bronopol and the effects of antioxidants and nitrosamine
formation in shampoos and skin cream
International journal of Cosmetic Science, 1984, 241-245

[8]
Ecocert
Référentiel définissant les produits cosmétiques écologiques et biologiques
www.ecocert.fr, mars 2008

[9]
GREENBERG N.A., SONI M.G., TAYLOR S.L.
Evaluation of the health aspects of methyl paraben : a review of the published
literature
Food and chemical toxicology, 2002, 1335-1373

[10]
HERNANDEZ M., MERCIER-FRESNEL M.M.
Le nouveau précis d’esthétique cosmétique
Vigot 6ème édition, 2001, 173-185, 327-351

79
[11] La boutique bio Officinea
www.officinea.fr, décembre 2008

[12] La charte Nature et progrès


www.natureetprogres.org, avril 2008

[13] La directive BDIH


www.kontrolierte-naturkosmetik.de

[14] La gamme Bio-Beauté by Nuxe


www.bio-beauté.fr, octobre 2008

[15] La gamme Caudalie


www.caudalie.com, octobre 2008

[16] La gamme Dr Hauschka


www.drhauschka.fr, novembre 2008

[17] La Gamme Elysambre Natural make-up


Brochure présentant la gamme, Novembre 2008

[18] La gamme Kibio


Brochure présentant le catalogue internationnal de la marque Kibio, septembre 2008

[19] La gamme Kibio


www.kibio.com, septembre 2008

[20] La gamme Sanoflore


Brochure présentant les produits Sanoflore, septembre 2008

[21] La gamme Sanoflore


www.sanoflore.net, septembre 2008

[22] La gamme Thémis


www.themis.tm.fr, octobre 2008

[23] La gamme Weleda


www.weleda.fr, août 2008

[24] Le phénoxyéthanol
wikipedia.fr, avril 2008

[25] Les bonnes pratiques de fabrication en cosmétologie


www.afnor.fr, février 2008

80
[26] Les certifications et labels
www.bioreflexe.com, mars 2008

[27] Les cosmétiques


wikipedia.fr, février 2008

[28] Les parabens


wikipedia.fr, avril 2008

[29] Les phtalates


wikipedia.fr, avril 2008

[30] Les substances à risque dans les cosmétiques


penn'tybio.com

[31] Liste des substances nocives


cosmetique-bio.net, avril 2008

[32] Mesure de la séborrhée


www.idea-tests.com, mars 2008

[33]
POELMAN M.C.
Initiation à la cosmétologie pratique
Lavoisier, 1988, 35-36

[34]
PRUNIERAS M.
Précis de cosmétologie dermatologique
Masson 2ème édition, 1990, 127

[35]
ROBIN J.
Manuel pratique de cosmétologie
Les nouvelles esthétiques, 2008, 44-49

[36] Silicones par-ci, silicones par-là


lagazettecosmétique.typepad.com

[37]
STREB KUENY B.
Les cosmétiques écologiques et biologiques
Thèse de docteur en pharmacie, Université de Nancy, 2007

81
UNIVERSITÉ DE NANTES Année de la soutenance
FACULTÉ DE PHARMACIE 2009

Nom – Prénoms : BOURDAIS Julie

Titre de la thèse : Les produits cosmétiques écologiques et biologiques

Résumé de la thèse :

Suite à la survenue de problèmes sanitaires liés à certains cosmétiques au XXème siècle, ces
derniers font désormais l’objet d’une réglementation protectrice de la santé de l’utilisateur.
Bien que ce cadre juridique soit de plus en plus strict, il ne permet pas, à ce jour, d’écarter
tous les risques induits par l’usage de certains ingrédients dont l’innocuité à long terme n’a
pas encore été clairement démontrée. Pour répondre à ce souhait de protection accrue émis par
les consommateurs, les laboratoires cosmétiques se sont regroupés en labels certifiés
écologiques et biologiques qui permettent d’instaurer la confiance.

MOTS CLÉS :

COSMÉTIQUE Ŕ ÉCOLOGIQUE Ŕ BIOLOGIQUE Ŕ

LÉGISLATION Ŕ LABELS Ŕ CERTIFICATION

JURY :
PRÉSIDENT : Mme Nicole GRIMAUD, Maître de Conférences de Pharmacologie
Faculté de Pharmacie de Nantes
ASSESSEURS : Mme Laurence COIFFARD, Professeur de cosmétologie
Faculté de Pharmacie de Nantes
Mme Marie-Christine MOREAU, Pharmacien
13 rue de Budapest, 44000 Nantes

Adresse de l’auteur : 11 rue Bartholdi, 92100 Boulogne-Billancourt

82