Vous êtes sur la page 1sur 26

Université Cadi Ayyad

Ecoles Supérieure De Technologie –


Safi-
Département : technique
de management

RAPPORT DE STAGE

Période de stage : Du 02/07/2018 au 29/07/2018


Lieu de stage : Anapec Safi
Réalisé par : Mohammed Tazi
Encadré par : Mr. RedOUane Dahbi
Remerciements
Je tiens, avant d’entamer les différentes parties de mon rapport, à remercier toutes les
personnes, qui m’ont aidée à rédiger ce rapport :

 Mr Redouane ELMIRE, Directeur de l’Agence,qui m’a accordé l’opportunité de passer mon


premier stage au sein de l’agence;
 Selma MERROUCH, secrétaire de direction,
 Mr Redouane DAHBI Directeur CPI
 Me Ismail DAOUDI Directeur IPC

Je remercie aussi les professeurs de l’ EST SAFI pour les efforts qu’ils fournissent pour améliorer
nos compétences et notre niveau.

Je tiens d’abord à citer les missions peu connues de l’ANAPEC, succinctement, à travers son site,
avant de m’arrêter sur mon thème et les différents travaux auxquels j’ai assisté.

L’ANAPEC de Safi se charge :

d’assurer une meilleure couverture géographique des prestations de l’Agence ;

d’accroître la transparence du marché de l’emploi ;

d’optimiser la productivité des ressources humaines de l’Agence

de répondre aux attentes ciblées, des utilisateurs des technologies Web.

Le site WEB de l’ANAPEC, accessible via l’adresse www.anapec.org , se compose de trois zones.
Ces zones donnent accès à des services attendus par les utilisateurs cibles de l’ANAPEC.
Thème : Procédures de création de l’entreprise

I- Définition et Conception de l’entreprise

II- Etude commerciale de votre entreprise

1-L’activité connue

2-L’idée des autres

3-L’opportunité

4-Bien connaître et comprendre votre marché

III- Financement de votre entreprise

1. Pouvez-vous réunir les capitaux nécessaires au lancement de votre activité ?

2. Quel est votre besoin en fonds de roulement (BFR) ?

3. Votre entreprise sera-t-elle rentable ?

4. Les recettes de l'entreprise permettront-elles de faire face aux dépenses ?

5. La structure financière de départ évoluera-t-elle favorablement dans le temps ?

IV- Cadre juridique de votre entreprise

1- La nature de votre activité

2- La volonté de vous associer

3-Papiers à fournir

V- Où peut-on installer son entreprise ?


1-Chez soi

2-Dans un local à usage professionnel ou commercial

3- Dans les locaux d'une autre entreprise

VI- Equiper son entreprise

Activités réalisées à l’ANAPEC de Safi

Conclusion

A - Historique :

L'Agence Nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences (ANAPEC) est un établissement


public doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière.

Elle est chargée de :

1. procéder à la prospection, à la collecte des offres d'emploi auprès des employeurs et à la mise en
relation de l'offre et de la demande d'emploi ;

2. assurer l'accueil, l'information et l'orientation des demandeurs d'emploi ;

3. informer et orienter les jeunes entrepreneurs pour la réalisation de leurs projets économiques ;

4. assister et conseiller les employeurs dans la définition de leurs besoins en compétences ;

5. mettre en place des programmes d'adaptation professionnelles et de formation - insertion dans la


vie active en liaison avec les employeurs et les établissements de formations ;

6. conclure des conventions avec les associations professionnelles et de formation - insertion dans
la vie active en liaison avec les employeurs et les établissements de formations ;
7. réaliser toute mission en relation avec ses attributions qui lui serait confiée par l'état, les
collectivités locales ou les établissements publics dans le cadre de conventions ;

8. fournir à l'autorité de tutelle, sur une base périodique, les informations sur le fonctionnement du
marché de l'emploi et des compétences ;

9. élaborer et mettre à jour les répertoires descriptifs des emplois et métiers ;

10. instruire les offres d'emploi émanant de l'étranger et prospecter toutes les opportunités de
placement à l'étranger de nationaux candidats à l'émigration.

B-Données générales :

Adresse : 7 avenue Mye Youssef / Ville Nouvelle / Safi


Tél. : 0524610644 /0524624006
0524610595(standard)
Fax : 0524623986

C - Principales activités :

L'Agence Nationale de Promotion de l'Emploi et des Compétences de Safi est une


entreprise publique de service qui apporte son appui aux employeurs pour réussir leurs
recrutements et aux chercheurs d'emploi pour réussir leur insertion professionnelle. Elle est
un intermédiaire actif sur le marché du travail.
Entreprise de services, elle est à l'écoute de ses clients, pour comprendre les problèmes
qu'ils rencontrent et leur proposer une solution adaptée.
Entreprise de services, elle ne se substitue pas à ses clients pour faire à la place des
employeurs leurs recrutements ni à la place des chercheurs d'emploi les démarches
nécessaires pour trouver leur emploi.
Ses deux slogans sont :
*Vous recrutez, nous recrutons avec vous,
*Vous cherchez un emploi, nous cherchons avec vous.

Elle ne se contente pas d'enregistrer dans des formulaires des offres et


des demandes et de les rapprocher mécaniquement. Elle aide le
chercheur d'emploi à mettre en valeur

Ses atouts et ses compétences, à cibler et convaincre les employeurs qui peuvent être
intéressés à le recruter. Elle aide l'entreprise à bien définir les compétences qu'elle cherche
et à les trouver par des méthodes de recrutement adaptées et efficaces.

Entreprise publique, elle agit pour que toutes les entreprises, y compris celles qui ont peu
de moyens, trouvent les ressources humaines qui permettront leur développement. Elle agit
pour que tous ceux et toutes celles qui ont des compétences - et chacun a des compétences -
accèdent à l'emploi. Elle n'accepte pas que restent inemployées des personnes pour
lesquelles un important investissement de formation a été fait, alors même que le Maroc a
besoin de toutes ses ressources pour se développer.

Elle apporte ainsi une contribution essentielle au développement de l'emploi qualifié par
une action complémentaire à celle qui vise à favoriser l'investissement, à réformer le
système éducatif et de formation, à doter le pays d'un code du travail favorable à l'emploi.

D –Organisation de l’ANAPEC :

L'ANAPEC est constituée d'un réseau d'agences en contact direct et permanent avec le
public. Elle délivre des services correspondant à ses missions. Il y a actuellement 24
agences couvrant le territoire soit d'une région, soit de provinces ou préfectures.

Ces agences sont encadrées par des directions de zone qui assurent un management de
proximité ainsi que les tâches de gestion. La direction générale assure, outre les fonctions
de pilotage et de gestion, la production d'informations sur le marché du travail et du
répertoire marocain des emplois.

Pour les villes ou l'activité économique ne justifie pas la création d'une agence, l'ANAPEC
propose aux collectivités territoriales, aux associations professionnelles locales et aux ONG
un partenariat pour mettre en place des espaces - emploi dotés de bornes

E –Organigramme de la Direction Générale de l’ANAPEC

Mon stage s’est déroulé au sein de l’ANAPEC de Safi et la période de stage est de 1 mois, avril
2016.
Projet de stage :

Procédures de création d’une entreprise


Dans le cadre de ma formation au sein de l’EST Safi, en deuxième

année, filière « Technique de managemment », comme mes camarades, j’ai préparé et rédigé un
mémoire de stage de fin de formation sous thème : « Procédures de création d’une
entreprise ».

Le choix de ce thème vient du fait que tout stagiaire lauréat aura la possibilité, pourquoi pas, de
créer sa propre entreprise. C’est une ambition légitime, en effet, de créer une entreprise
et, pour cela, faire une étude dessus me paraît une idée riche d’enseignements et de
recherches.

Alors, j’espère que tout lecteur qui aura l’occasion de consulter ce modeste thème pourra y
trouver les notions de base nécessaires à la création de toute entreprise.
Thème :

Procédures de création d’une entreprise

I- Définition et Conception de l’entreprise :

Avant de parler de création d’entreprise, définissons d’abord ce qu’est celle-ci. Une entreprise est
une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et services répondant
à un besoin par le biais de la mise en œuvre de moyens humains et matériels.

Une entreprise n’est cependant pas la propriété de son seul créateur. Elle est par la force des choses
la propriété commune de l’ensemble des partenaires économiques à savoir :

 Le promoteur
 Les associés
 La banque
 L’Etat
 Le personnel
 Les fournisseurs
 Les clients

Cette conception plurielle de l’entreprise a donné naissance à une nouvelle théorie d’analyse de la
rentabilité appelée « méthode de surplus ». Cette technique permet de savoir quel agent
économique parmi les 7 a généré le maximum de profit.

Un exemple simple de deux entreprises ayant réalisé le même chiffre d’affaires et le même bénéfice
mais où l’une a distribué plus de salaires que l’autre permet de conclure que la première
entreprise est socialement plus rentable parce qu’elle a distribué plus de revenus.

Ainsi les nouvelles approches de gestion mettent en valeur l’importance pour l’entreprise de ses
relations avec chacun des partenaires.

La perception de l’entreprise sous cet angle de partenariat évite au gestionnaire beaucoup d’erreurs
d’appréciation, et le pousse à l’instauration d’un système de communication transparent
vis-à-vis de ses partenaires.

A titre d’exemple, la prise en compte de l’Etat comme partenaire normal dans l’entreprise enlève
chez le promoteur la phobie du fisc. Elle le pousse vers une nécessité de préserver ce
partenariat par la tenue d’une comptabilité régulière et la recherche constante d’une
meilleure compréhension de la législation pour ne pas tomber avec le partenaire « Etat »
dans une situation de conflit qui porterait préjudice à la rentabilité de l’entreprise.

Les entreprises qui réussissent sont celles qui restent à l’écoute constante de leurs clients et qui
essayent de satisfaire leurs attentes. Ce sont également celles qui savent préserver leurs
relations avec leurs fournisseurs et leurs banquiers.

La mise à contribution de personnel de l’entreprise par le biais d’un système de motivation de


participation à la prise de décision est également un caractère distinguant les entreprises
performantes.

II- Etude commerciale de votre entreprise :

Tout projet de création d’entreprise commence par une idée et aucune idée n’a jamais prouvé sa
supériorité sur une autre dans le domaine de la création d’entreprise. Au départ, une
innovation technologique révolutionnaire n’a pas plus d’atouts qu'une simple opportunité
commerciale sur un marché banal. Voici quelques idées :

1-L’activité connue :

Votre projet de création d'entreprise correspond à un métier que vous avez exercé pendant
plusieurs années. Vous connaissez les "règles du jeu". Ce type de création est le moins
risqué parce que ceux qui créent dans un métier qu'ils connaissent bien ont généralement
plus de chances de réussir que ceux qui se risquent dans l'inconnu.

Il convient cependant d’être prudent. Cette voie d’accès à la création d’entreprise peut vous
donner un sentiment de sécurité factice : vous êtes expert dans votre domaine, mais ne
maîtrisez pas forcément les autres facettes du métier de créateur d'entreprise (gestion,
commercialisation...).

2-L’idée des autres :

Créer une entreprise en recourant aux idées des autres nécessite de rester à l'affût de tout ce qui se
passe en France ou ailleurs en matière de nouveaux produits, de nouveaux modes de
consommation, de nouveaux concepts marketing : la plupart des magazines économiques
ou spécialisés en création d'entreprise ont une rubrique prévue à cet effet.
Vous pouvez également vous associer. Certains ont le produit ou le savoir-faire mais manquent de
moyens ou recherchent un associé. Il est donc important de consulter les annonces de
"recherches de partenariat", bulletins de "propositions d'affaires", bourses d'opportunités.

Les organismes de développement économique local (Chambres de commerce ou de métier)


proposent souvent ce service. Vous pouvez aussi acheter un brevet ou négocier une licence
d'exploitation d'un brevet ou d'une marque.

3-L’opportunité :

Une opportunité peut également se présenter. Mais pour dénicher "l'affaire à ne pas manquer", il
convient d'être dans une disposition favorable : l'ouverture d'esprit.

En effet, le monde change vite. Pour en saisir les opportunités, il faut rester en prise avec lui. Cela
nécessite une grande curiosité intellectuelle pour s'informer, analyser et prévoir certaines
évolutions du marché. Comprendre les pratiques des entreprises, les adapter à son propre
marché pour imaginer de nouvelles possibilités commerciales permet souvent de créer un
nouveau concept.

4-Bien connaître et comprendre votre marché :

L'appellation "étude de marché" peut vous intimider et vous pouvez ne pas vous sentir
suffisamment compétent pour vous lancer seul dans cet exercice. En fait, une étude de
marché reste avant tout une affaire de bon sens. Elle doit permettre d’apporter des réponses
précises aux questions suivantes :

a- Qu’allez-vous vendre et pourquoi ?

Vous devez pour cela affiner au maximum les caractéristiques de vos produits ou services :
spécialisation, niveau de qualité, avantages, gamme, présentation, finition, conditions
d’emploi, prestations complémentaires, etc. Pourquoi vendre tel produit ou tel service et
pas un autre ?

b- A qui vendre ?
Il est important de définir votre clientèle le plus précisément possible :

Quelle est sa répartition : entreprises, associations, institutions, collectivités, individus, couples,


familles... S’agit-il d’une clientèle homogène ou hétérogène ?

Quelles sont ses caractéristiques ? Taille, activité, chiffre d’affaires pour les entreprises ; âge,
catégorie socioprofessionnelle pour les particuliers, etc.

Quel est son niveau de consommation ou taux d’équipement?

Est-elle concentrée, dispersée, de passage, de proximité... ?

c- A quel besoin correspond votre produit ou service ?

Quelles sont les attentes de vos futurs clients ? Gain de temps, de place ou d’argent ? Quels
avantages votre entreprise va-t-elle leur apporter ? La qualité ? Le choix ? Le prix ?

d- Comment vendre ?

Il est important de bien réfléchir à vos modes de distribution pour les adapter aux habitudes de la
clientèle : achats sur catalogue, après essai, sur références, après démonstration, à
domicile, après devis, par appel d’offres, etc.

L'activité de la clientèle visée est-elle assujettie à un calendrier, un planning ou des horaires


particuliers ?

La demande est-elle ponctuelle, périodique ou régulière ?

Les achats sont-ils programmés ou aléatoires ?

e- Quels sont vos concurrents ?

Il est impératif d’analyser les atouts de vos concurrents, qu'ils offrent un produit semblable ou que
leur produit satisfasse le même besoin. Quelle est leur notoriété ? Leur surface de vente ?
L'étendue de leur gamme ?

f- Où implanter votre entreprise ?

Le choix de l'implantation de votre entreprise est en étroite relation avec votre projet commercial.
Devez-vous être proches de vos fournisseurs ou de vos clients ?
Par exemple, l'implantation est capitale pour un commerce de détail : n’hésitez pas à passer
plusieurs jours dans le quartier où vous souhaitez vous installer, questionnez les
commerçants, observez le flux des passants, étudiez les concurrents…

g- Comment estimer votre chiffre d’affaires prévisionnel ?

Avec tous les éléments d'information recueillis, vous êtes maintenant en mesure d'évaluer le
nombre de clients potentiels sur votre zone d'intervention et de mesurer leur
consommation, afin de bâtir - et justifier - votre chiffre d'affaires prévisionnel. Cette
information peut être recoupée par les informations que vous détenez sur vos concurrents
ou par les statistiques professionnelles.

h- Définir votre stratégie commerciale :

Grâce aux connaissances que vous venez d'acquérir, vous pouvez désormais définir votre stratégie
commerciale et construire l'offre de votre entreprise. Pour cela, vous devrez analyser deux
éléments importants :

i- La composition de la clientèle :

La gamme de produits ou services doit être adaptée aux profils de votre clientèle. Si celle-ci
présente une diversité suffisamment importante pour segmenter votre offre de services ou
de produits, il faudra alors définir des couples "produits/clients" de manière à déterminer
celui ou ceux qui constitueront les produits d'accroche, le fonds de clientèle et ceux qui
dégageront vraisemblablement le plus de marge. De la même manière, votre présence
commerciale dépendra du degré de concentration de la clientèle (réunie dans un quartier,
une ville ou dans la France entière). Vous devrez alors choisir les moyens à mettre en
place pour atteindre tous ces clients potentiels : bureaux de vente, présence dans des
salons, publicité, site Internet...

j- Les caractéristiques de la concurrence :

La stratégie commerciale doit également tenir compte des solutions déjà proposées par la
concurrence, qu'elle soit peu développée, très diversifiée ou représentée par un seul leader.
Pour chaque cas, des actions spécifiques devront être prévues, comme par exemple
développer un ou plusieurs avantages concurrentiels, cibler une niche de marché qui
distinguera l'entreprise ou encore réfléchir à une communication originale.

k- Choisir vos actions commerciales

Maintenant que vous connaissez votre marché et avez bâti votre offre commerciale, il est temps
d'imaginer les relations que vous aurez avec vos clients. Quelles actions commerciales
allez-vous mener ?

Cette réflexion vous permettra de prévoir le coût de ces actions pour les prendre en compte dans
vos prévisions financières. Ces actions se classent en trois catégories :

 Attirer le consommateur vers le produit :

C'est l'action publicitaire : de l'insertion d'un encart dans les pages jaunes de l'annuaire à la
distribution de prospectus en passant par la diffusion d'annonces sur les radios locales,
les supports sont multiples et dépendent surtout de votre budget.

 Pousser le produit vers le consommateur :

C'est l'action promotionnelle : elle perme d’inciter ponctuellement à l’achat en accordant un


avantage exceptionnel : journées portes ouvertes, petits événements, dégustations,
démonstrations, participation à des foires, cartes de fidélité...

 Etablir un contact direct avec le consommateur :

Ce sont les actions de prospection ou de relance : porte à porte, prospection téléphonique, par
courrier, fax avec coupon-réponse...

III- Financement de votre entreprise :

Vous venez d’achever votre étude commerciale. Vous avez vérifié que votre produit intéresse
vraiment une clientèle : c’est un élément primordial car sans clients, pas d’entreprise. Il
vous faut désormais traduire en termes financiers les données que vous avez recueillies.
La démarche que vous allez maintenant suivre devra être cohérente et répondre à cinq
questions :

1. Pouvez-vous réunir les capitaux nécessaires au lancement de votre activité ?

Vous comparerez les moyens indispensables à l’exercice de votre activité et les ressources
financières que vous êtes en mesure de réunir. Vous construirez ainsi votre plan de
financement initial. Un principe : les besoins et les ressources doivent toujours être
équilibrés.

2. Quel est votre besoin en fonds de roulement (BFR) ?


Le BFR est le besoin d’argent engendré en permanence par votre activité. Vous aurez d’une part
besoin de liquidités pour acheter des marchandises, produire, payer vos salariés et
consentir des délais de paiement à vos clients.

D’autre part, vos fournisseurs vont vous accorder des délais de paiement qui viennent en diminution
de votre BFR. Calculer votre BFR va vous permettre de prévoir le financement nécessaire
pour faire fonctionner votre entreprise.

3. Votre entreprise sera-t-elle rentable ?

Vous allez énumérer toutes les charges à supporter ainsi que les recettes que vous comptez réaliser,
afin de déterminer le résultat, bénéfice ou perte, de votre entreprise. Vous établirez ainsi
votre compte de résultat prévisionnel et calculerez votre point mort ou seuil de rentabilité.

Le seuil de rentabilité représente le chiffre d’affaires minimum que vous devrez réaliser pour ne
faire ni bénéfice ni perte, et couvrir ainsi l’ensemble de vos charges fixes. C’est un bon
indicateur pour traduire concrètement votre projet en nombre d'heures à facturer, nombre
d'articles à vendre en moyenne par semaine…

4. Les recettes de l'entreprise permettront-elles de faire face aux dépenses ?

Les rentrées d’argent générées par votre activité ne correspondent pas toujours dans le temps aux
décaissements. Pour ne pas risquer d’être un jour dans l’incapacité de régler vos charges
et vos achats faute d’argent dans les caisses, vous devez prévoir un plan de trésorerie
reprenant toutes les entrées et sorties d’argent mensuelles de l’entreprise. Ainsi, vous
pourrez définir précisément les périodes où vous aurez un besoin particulier de trésorerie
et prévoir des solutions de financement appropriées.

5. La structure financière de départ évoluera-t-elle favorablement dans le temps ?

Pour prévoir la montée en puissance de votre activité, vous devez élaborer un plan de financement
sur trois ans qui reprend les éléments du plan de financement initial auquel vous devrez
ajouter trois nouvelles rubriques :

L’accroissement du besoin en fonds de roulement pour les années 2 et 3 : plus votre activité
progresse, plus votre BFR va augmenter,

Vos prélèvements si vous êtes en entreprise individuelle ou les dividendes si vous êtes en société,
Votre capacité d’autofinancement, qui correspond au bénéfice après impôt auquel on ajoute la
dotation aux amortissements de l’exercice (constatation comptable de la dépréciation des
équipements et des actifs de l’entreprise).

Recommandations :

La priorité d'un chef d'entreprise doit être la rentabilité de son affaire. L'établissement de prévisions
financières permet au porteur de projet de valider la viabilité de l'entreprise. Vous devez
vous garder de tout excès d'optimisme dans le montage de vos comptes prévisionnels et
rester au plus près de la réalité du terrain pour vos prévisions de ventes.

Sans vous transformer en spécialiste de la gestion, vous devrez maîtriser les grands principes des
comptes prévisionnels. Ces connaissances vous rendront crédibles devant un banquier et
vous permettront de faire face aux situations concrètes de votre nouvelle vie
d'entrepreneur.

IV- Cadre juridique de votre entreprise :

Cette fois, votre projet prend forme. Vous avez vérifié sa faisabilité en effectuant une étude
commerciale suivie d'une étude financière sérieuse. L'étape suivante consiste à "habiller" votre
projet afin qu'il puisse voir le jour en toute légalité.

Le Choix d’un statut juridique repose sur les critères suivants :

1- La nature de votre activité :

Certaines activités imposent le choix de la structure juridique. C'est par exemple le cas des débits
de tabac qui doivent obligatoirement être exploités en entreprise individuelle ou en société
en nom collectif. Il est donc prudent de vous renseigner au préalable auprès des
organismes professionnels concernés, des chambres consulaires ou en vous procurant des
fiches ou ouvrages sur l'activité choisie.

2- La volonté de vous associer :

Vous pouvez être tenté de créer une société à plusieurs pour des raisons diverses : patrimoniales,
économiques, fiscales ou encore sociales. Si vous n’avez pas, au départ, la volonté réelle
de vous associer "pour le meilleur et pour le pire" de partager vos compétences,
connaissances, carnet d'adresses... les chances de réussite seront considérablement
amoindries dans le cas d’une association. Si vous vous sentez une âme plus autonome et
préférez n’avoir de compte à rendre à personne au quotidien, mieux vaut alors rester
indépendant, en entreprise individuelle par exemple.

3-Papiers à fournir :

a- Le certificat négatif :

Le certificat négatif est une attestation fournie, dans un délai de 48 heures, par le service central du
registre de commerce situé à Casablanca, par lequel celui-ci atteste qu’aucune autre
entreprise ne porte déjà le même nom que celui choisi par le demandeur pour sa société.

b- L’enregistrement du capital et du PV de l’assemblée constitutive

L’enregistrement du capital est une opération obligatoire qui se fait auprès des services de
l’enregistrement et du timbre du siège social de la société.

Le barème de droits d’enregistrement est fixé à 0.5 % du montant du capital avec un minimum de
perception de 1 000 Dhs.

L’enregistrement des procès-verbaux se fait au droit fixe de 50 Dhs.

Les documents requis pour l’enregistrement du capital sont :

Les statuts de l’entreprise dûment signés, légalisés et timbrés en nombre suffisant pour que l’on
puisse en utiliser lors des opérations de régularisations administratives ultérieures.

Le procès-verbal de l’assemblée en plusieurs exemplaires.

c- L’inscription au fichier des patentes :

L’inscription au fichier des patentes se fait auprès de la subdivision des impôts de la ville dont
dépend le siège social de l’entreprise.

Les documents nécessaires à cette inscription sont les suivants :

Une demande d’inscription à la patente adressée à Monsieur le chef de la subdivision des impôts

Une copie enregistrée des statuts de la société

Une copie enregistrée du procès-verbal de l’assemblée constitutive

Le titre de propriété, ou le contrat de bail relatif au local abritant le siège social de la société ou le
cas échéant une attestation de domiciliation.
d- Le registre de commerce :

Le registre de commerce est un répertoire officiel des entreprises commerciales, précisant leurs
conditions ainsi que celles de leurs dirigeants.

Il existe un registre de commerce au siège de chaque tribunal de première instance et un registre


central pour tout le royaume.

Les documents nécessaires à l’inscription au registre de commerce :

Déclaration en double exemplaires suivant modèles fournis par les services du registre de
commerce du tribunal de la ville dont dépend le siège social

Statuts de la société (légalisés et enregistrés)

Procès-verbal de l’assemblée constitutive désignant les administrateurs de la société (légalisé et


enregistré)

Le certificat négatif (original)

L’attestation d’inscription à la patente

L’inscription au registre de commerce doit s’opérer dans un délai ne dépassant pas 3 mois.

e- L’insertion d’une publicité légale :

L’insertion d’une publicité légale concernant l’entreprise doit se faire dans un quotidien national
puis au bulletin officiel.

Aucune justification n’est nécessaire pour faire cette publicité. Il suffit de remettre le texte et payer
les droits de publication.

f- L’inscription à la TVA :

L’inscription auprès des services de la taxe sur la valeur ajoutée n’est pas une obligation pour
l’ensemble des entreprises.

Toutefois cette inscription permet à l’entreprise de disposer d’un numéro d’identification fiscale
(IF) qui est souvent exigé dans les transactions commerciales.

En effet, dans beaucoup de situations, les clients préfèrent acheter auprès d’une entreprise qui a
une identification fiscale afin de pouvoir récupérer la TVA.

Les documents nécessaires à l’inscription à la TVA :


Personnes physiques :

Attestation d’inscription à la patente

Déclaration d’immatriculation au registre de commerce

Déclaration d’existence sur imprimés fournis parl’administration

Personne morale :

Attestation d’inscription à la patente

Déclaration d’immatriculation au registre de commerce

Déclaration d’existence sur imprimés fournis par l’administration

Statuts de la société

Procès verbal de l’assemblée générale constitutive

Tous ces documents doivent être soit des originaux soit des photocopies certifiées conformes aux
originaux.

g- L’affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) :

L’affiliation à la CNSS est obligatoire pour toutes les sociétés. L’objectif primordial de la CNSS
est d’assurer aux travailleurs une retraite ainsi que des allocations familiales. L’affiliation
à la CNSS se fait auprès de la délégation de cet organisme dont dépend la ville abritant le
siège social de la société.

Les documents suivants sont nécessaires à l’affiliation :

Copie des statuts

Copie du PV de l’assemblée constitutive et de la 1 ère délibération du conseil administrative

Certificat d’inscription à la patente

d’inscription au registre de commerce

Photocopie légalisée du principal responsable

Les imprimés données ci-après dûment remplis et portant cachet de l’entreprise.

h- Trouver et aménager vos locaux :


Le choix d'un local adapté est important car il est le reflet de l'image de votre entreprise. Pour un
commerce, il devient primordial car l'emplacement favorise l'afflux de clientèle : dans un
même quartier, certaines rues sont très fréquentées et d'autres pas du tout, dans une même
rue commerçante, il existe un bon et un mauvais trottoir…

Pour une activité de production, l'important sera plutôt de trouver une surface suffisante, une bonne
desserte des transports en commun… Pour une activité de services, sans réception de
marchandises et de clientèle, le choix du local ne sera pas déterminant, vous pouvez même
envisager de travailler chez vous.

Dans tous les cas, une jeune entreprise n'a pas intérêt à changer fréquemment d'adresse, car cela
entraîne des coûts non négligeables : déménagement, avis aux clients, impression de
nouveaux documents commerciaux.Il vaut donc mieux bien y réfléchir avant de vous
lancer. Réfléchir et surtout vous renseigner auprès des entreprises voisines, car n’oubliez
pas que le loyer est une charge fixe de l'entreprise, qui élève toujours son seuil de
rentabilité. Si vous vous apercevez, trop tard, que le loyer est surévalué, et si ce dernier
est soumis au statut des baux commerciaux, vous ne pourrez pas le dénoncer avant une
période de 3 ans.

i- Assurer votre entreprise :

Trop nombreux sont les créateurs qui démarrent leur activité sans assurance, sans doute par soucis
de limiter au minimum leurs frais généraux. Pourtant, toute activité professionnelle
engendre des responsabilités et des risques et il est parfois trop tard lorsque le dirigeant
s'en rend compte. Devenir patron de votre entreprise suppose donc :

De faire l'inventaire des risques auxquels votre entreprise est exposée,

D’évaluer leurs conséquences,

D’apprécier ceux dont les conséquences peuvent être couvertes par les frais généraux,

De transférer à un assureur les autres risques ne pouvant être pris en charge par la capacité
financière de votre entreprise,

De vérifier si la réglementation propre à votre activité impose de prendre certaines assurances


particulières,

De soigner la rédaction des contrats passés avec vos clients, vos fournisseurs… en mesurant bien
l'étendue de votre responsabilité,
De déclarer à l'assureur très précisément les activités exercées par votre entreprise, et, par la suite,
de l'informer de toutes modification des risques, d'adapter les garanties au développement
de l'entreprise et de revoir périodiquement l'ensemble des contrats d'assurance.

Le Centre de documentation et d'information de l'assurance (CDIA) met à la disposition des


entrepreneurs, un certain nombre de documents pratiques sur les risques des entreprises et
la façon de les couvrir. N’hésitez à les utiliser pour être sûr de ne rien oublier.

j- Les besoins commerciaux :

Il est désormais temps de choisir et de commander le papier à en-tête de votre entreprise, vos cartes
de visites, vos prospectus publicitaires… Tous ces documents, qui seront adressés à des
tiers, devront comporter un certain nombre de mentions qui peuvent varier selon l'activité
exercée. Doivent figurer, au minimum :

Le nom de votre entreprise,

Sa forme juridique,

Le montant de son capital social s'il s'agit d'une société,

Son numéro unique d'identification, suivi, pour les commerçants et sociétés, de la mention RCS et
du nom de la ville où se trouve le greffe où est immatriculée l'entreprise.

k- Finaliser le recrutement de vos collaborateurs et choisir vos prestataires

L'élaboration du projet a permis de déterminer vos besoins en termes de moyens humains :

Les salariés

A ce stade vous avez certainement pris des contacts avec des candidats potentiels. Vous allez devoir
désormais procéder aux démarches de recrutement, aux formalités administratives, achats
de registres, affichages obligatoires… et répartir les tâches et l'organisation générale du
travail.

Les prestataires Cabinet comptable, service de secrétariat "hors murs", transporteurs…

C'est également le moment de les choisir et de négocier les conditions de leurs interventions.

l- Mettre en place votre comptabilité et vos outils de gestion


Selon le régime fiscal de votre entreprise, les obligations comptables seront plus ou moins
importantes. Vous devrez donc vous procurer un certain nombre de livres comptables
(documents imprimés ou numériques)

Par ailleurs, la mise en place d'outils de gestion vous permettra:

De comparer les réalisations par rapport aux prévisions et d'analyser les écarts pour corriger le tir,

De répondre, en temps et en heure, aux échéances diverses : administratives, financières, sociales,


fiscales, contractuelles, etc.

De mettre en place des outils qui permettront à la fois de suivre votre activité et d'effectuer votre
comptabilité,

De préparer l'avenir en prenant des décisions de stratégie qui vous permettront, soit de corriger la
trajectoire, soit de développer votre activité.

m- Planifier :

Cette fonction, très importante, consiste à établir une organisation dynamique permettant
d'identifier les temps consacrés à vos différentes tâches, "produire – vendre

- gérer", mais aussi à veiller à conserver du temps pour la réflexion et pour la vie personnelle.

Il est primordial de ne pas laisser déborder une fonction sur une autre : toutes les fonctions ont une
pareille importance. On est souvent tenté de privilégier la satisfaction de la clientèle alors
que le temps passé à la facturation, aux courriers, à l'administration ne doit pas être
négligé.

Une journée normale de travail ne dure pas 24 heures ! N’oubliez pas de prévoir les temps de
déplacement, temps pour réfléchir et faire le devis, temps pour rappeler le client …

Prévoyez un agenda et un plan de travail hebdomadaire dans lequel des plages sont déjà réservées
de manière irréversible à des travaux dont l'objet est plus administratif que commercial.

V- Où peut-on installer son entreprise ?

1-Chez soi :

La loi pour l'initiative économique apporte un certain nombre de changements à la domiciliation


de son entreprise, mais attention à ne pas confondre "domiciliation administrative de
l'entreprise" et "exercice de l'activité".
2-Dans un local à usage professionnel ou commercial :

C’est le cas le plus fréquent : bureaux, locaux commerciaux…

3- Dans les locaux d'une autre entreprise :

Plusieurs solutions sont envisageables :

La sous-location

L'entreprise peut, dans un premier temps, être sous-locataire d'une autre entreprise à certaines
conditions.

Le contrat de domiciliation

Ce contrat ne doit pas être confondu avec la sous-location. Il a pour objet l'installation du siège de
l'entreprise dans des locaux occupés par d’autres entreprises. Le contrat de domiciliation
doit être mentionné au RCS avec indication de l'identité de l'entreprise domiciliataire.

Les centres d'affaires et de domiciliation

Ce type de structure est pour une entreprise ce qu’est l’hôtel pour le voyageur. Elle y trouve en
premier lieu une domiciliation. Elle y trouve ensuite des bureaux équipés ainsi que des
services pour fonctionner au quotidien : salles de réunions, fax, photocopieur, traduction,
secrétariat…

Les bâtiments d'accueil des entreprises nouvelles pépinières d'entreprises, ateliers relais, hôtels
d'entreprises.

VI- Equiper son entreprise :

Pour bien démarrer votre société, il vous faut apporter un soin tout particulier à l’équipement de
votre espace de travail et choisir du matériel de qualité, qui réponde à vos besoins propres.

La première étape consiste bien évidemment à acheter meubles et téléphone. Essentiels à votre
future organisation, vous n’aurez aucun mal à faire le bon choix. Mais il y a d’autres
appareils qui peuvent s’avérer très utiles quelle que soit votre activité, et pour lesquels il
sera utile de bien vous faire conseiller :

Un photocopieur et un fax par exemple, que vous serez amenés à utiliser quotidiennement

L’ordinateur également, qui est devenu ces dernières années un outil de travail incontournable. Il
vous permet de créer des documents, de suivre votre activité, de faire votre comptabilité,
ou encore d’utiliser des logiciels adaptés à votre cœur de métier. Il simplifie également la
communication avec vos clients, fournisseurs et les institutionnels : connexions à Internet,
courrier électronique, télé déclaration…

Des outils périphériques enfin, comme l’imprimante pour éditer vos documents, le modem pour
vous connecter à Internet ou envoyer des fax depuis votre ordinateur, ou encore le graveur
de CD pour sauvegarder vos données.

Pour vous faire une idée précise des produits qui répondront le mieux à vos besoins, n’hésitez pas
à faire appel à un spécialiste (points de vente spécialisés, intégrateurs de PC, etc.) qui vous
éclairera de ses conseils et vous permettra de faire le bon choix, en toute sérénité.

Quant au financement, là encore apportez un soin tout particulier à votre choix : crédit, crédit-bail,
location-vente ou location pure, etc. les possibilités sont nombreuses et elles ont chacune
des avantages.

VII-Conclusion :

Qui n’a pas rêvé une fois au moins dans sa vie de devenir son propre employeur et de vivre la
fascinante aventure de création d’une entreprise ? La véritable aventure procure à ceux
qui la vivent des satisfactions indéniables :

Le sentiment d’indépendance

La volonté de maîtriser son propre avenir

Le goût du risque

Le sens de sacrifice

Le dépassement de soi

La joie de vaincre

Toutes ces sensations et bien d’autres encore se retrouvent et s’épanouissent dans l’acte
d’entreprendre.

La création d’une entreprise peut commencer par une idée simple qui germe et qui finit par prendre
de l’ampleur pour devenir un projet à réaliser.
Comme toute aventure, la création d’entreprise comporte des risques, des embûches, des méandres
où on peut se perdre, des moments de découragement, des moments de doute. Mais n’est-
ce pas là le propre de toute aventure ?

Ces difficultés sont réelles et multiples, mais ne l’oublions pas, ce sont elles qui forgent le caractère
et forment le vrai créateur.

Activités réalisées à l’ANAPEC de Safi


Durant mon stage, j’ai pu apprendre beaucoup de notions nouvelles, professionnellement parlant.

Mes travaux étaient l’accueil et l’aide apportée aux différents visiteurs qui viennent pour valider
leur inscription à l’agence ou pour chercher des opportunités d’emploi. Je dois dire que
l’accueil est l’une des activités régulières et quotidiennes des agents de l’ANAPEC.

Je me suis chargée également des inscriptions et de la saisie des données des inscrits.

J’ai aussi appris ce qu’est le programme Moukawalati. L’objectif général du Programme


« MOUKAWALATI » est la contribution à la lutte pour l’emploi, moyennant l’appui à
la création d’entreprises génératrices de richesses et d’emplois en adéquation avec les
exigences et les spécificités régionales. Le programme vise, par là même, à assurer la
pérennité progressive du tissu économique régional par un dispositif de suivi des
entreprises créées au cours de la période critique de démarrage.

L’accompagnement prévu dans le cadre du programme MOUKAWALATI s’appuie sur la loi


51/99 instituant la création de l’ANAPEC et le contrat Progrès ETAT/ANAPEC qui
prévoit la prise en charge par l’ANAPEC des frais d’accompagnement à hauteur de
10.000,00 DH par projet.
Les personnes éligibles à l’accompagnement pour la création d’entreprise sont les diplômés de la
Formation Professionnelle ou de l’enseignement supérieur ainsi que les bacheliers,
porteurs de projet d’investissement dont le coût est compris entre 50.000 DH et 250.000
DH et remplissant les conditions suivantes :

- de nationalité marocaine,

- âgés entre 20 et 45 ans et

- inscrits à l’ANAPEC.

Deux personnes au maximum peuvent s’associer dans un projet d’investissement dont le coût est
compris entre 50.000 DH et 500.000 DH.

Enfin, tout candidat à la création d’entreprise ne peut bénéficier de l’accompagnement prévu par
le programme MOUKAWALATI qu’une seule fois. Cet accompagnement est
conditionné par sa sélection définitive par la commission créée à cet effet au niveau des
CRI.

Par ailleurs, j’ai aussi appris ce qu’est le programme TAEHIL dont l’objectif est de mettre en
place des formations qualifiantes permettant de répondre aux besoins potentiels en
recrutement des entreprises au niveau du royaume. Ce programme est mis en place par le
gouvernement et sa mise en œuvre est confiée à l’ANAPEC.
L’ANAPEC de Safi est un champ convenable pour l’exercice pratique ; elle englobe plusieurs
activités distinctes et développées, ce qui permet au stagiaire de mettre en pratique la
théorie acquise pendant sa formation à l’institut.

Ce stage représente un contact avec le milieu professionnel ; il m’a donné l’occasion d’avoir une
vaste et concrète vision sur le travail dans une agence de professionnels.

Il m’a permis, bien entendu, de perfectionner mes idées, d’avoir une expérience, d’améliorer mes
connaissances et de réunir un ensemble d’informations qui s’avèrent très importantes dans
le domaine de travail.

Pour cela, je déduis que la ponctualité, le sérieux, l’adaptation, les relations aves les collaborateurs
et le respect sont des outils fondamentaux que tout stagiaire doit l’avoir pour s’intégrer,
faire évoluer ses connaissances et développer ses compétences.