Vous êtes sur la page 1sur 63

Projet de fin d’étude

L’assainissement représente la pierre angulaire de toute action résolue visant à préserver la


santé, ainsi que l’équilibre écologique, et à réunir les conditions objectives pour la réalisation
d’un développement durable.

Généralement, l’assainissement est assuré par des entreprises à caractère industriel et


commercial moyennant des stations de pompage et de relèvement.

Dans le but de préparer ses étudiants en licence appliquée à la vie professionnelle, l’Ecole
Supérieure de Science Technique impose un stage obligatoire dans les entreprises, où
l’objectif est de donner aux étudiants la possibilité d’acquérir une formation pratique et
améliorer leur le sens de responsabilité.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le présent stage de fin d’étude à l’ONAS intitulé :

«Conception et réalisation d’une armoire électrique pour la commande d’une station de


pompage des eaux usées équipée par deux électropompes de puissance unitaire de

2.2 Kw».

Ce projet consiste à l’étude du dimensionnement des équipements électriques, la protection


de l’installation et l’automatisation du système de pompage. La station est équipée de deux
pompes. Le fonctionnement des pompes peut être automatique en utilisant des détecteurs de
niveau d’eau dans la bâche (flotteurs), ou manuel avec deux boutons marche et arrêt. De plus,
elle assure la protection par des équipements basse tension pour produire une commande bien
déterminée.

Le cahier de charges du stage de fin d’étude est constitué de trois étapes:

 Etude théorique de l’armoire électrique


 Bilan énergétique : puissance active, puissance réactive, courant nominal,
courant de court-circuit, courant de démarrage, type de démarrage...
 Conception des circuits de puissance et de commande de l’armoire.
 Dimensionnement et choix des équipements électriques de l’armoire.

Rapport de stage Page | 1


Projet de fin d’étude
 Réalisation de l’armoire électrique : montage des équipements électrique, câblage.

 Etude, conception et réalisation d’un programme de fonctionnement en mode


automatique de deux pompes avec permutation cyclique en utilisant un micro
automate de marque Schneider type Zelio référence SR3 B101B.

Le rapport du stage est organisé comme suit :

Le premier chapitre, est dédié à la présentation des stations de pompage et de relèvement


de l’ONAS.

Le second chapitre, concerne, d’une part, le calcul et le dimensionnement des


équipements électriques pour le bon fonctionnement de la station de pompage. D’autre part,
nous montrons les étapes de réalisation de l’armoire électrique.

Le dernier chapitre, a pour objectif l’étude d’automatisation de la station de pompage.

Rapport de stage Page | 2


Projet de fin d’étude

Rapport de stage Page | 3


Projet de fin d’étude

1.1. Introduction :

Pour l’étude des stations de pompage et de relèvement, il faut tenir compte de l’équipement.
En général, les stations de pompage et de relèvement sont simples et accessibles, ou les
pompes immergées sont installées dans la bâche d’eau pour garantir une haute sécurité. Ce ci
est garantie par le faite quelles possèdent un refroidissement intérieur que celui des pompes a
cale sèche. Ainsi la fixation de la pompe doit être effectuée sur un système immobile et stable
pour éviter les vibrations provoquées au système de relevage.
1.2. Présentation de l’ONAS :
L’ONAS est l’abréviation de l’Office National de l’Assainissement.
L’ONAS est un établissement public, à caractère industriel et commercial, placé sous la
tutelle du ministère de l’Environnement et doté de la personnalité civile et de l’autonomie
financière. La loi n° 73/74 du 3 août 1974, portant création de l’Office.

1.2.1. Missions :
Compte tenu de l'efficacité éprouvée des interventions de l'ONAS depuis sa création, et
dans le but d'intégrer dans ses missions la dimension environnementale et développementale
inscrite dans la politique gouvernementale et dans les orientations générales du Ministère de
l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire, il s'est avéré nécessaire de réviser la loi.

Figure 1 : Station d’épuration


Portant création de l'office. C'est ainsi que fut promulguée la loi n° 41/93 du 19 avril
1993 qui dégage l'office du cadre conventionnel de simple gestionnaire de réseaux d'eau usée
pour lui conférer une dimension plus large qui en fait le principal intervenant dans la
protection du milieu hydrique et la lutte contre les sources de pollution. A ce titre, outre la
planification et la réalisation des projets d'assainissement, il s'est vu confier les missions
suivantes :

Rapport de stage Page | 4


Projet de fin d’étude
- La lutte contre toutes les formes de pollution hydrique, en s'attachant à en
circonscrire les sources;
- La gestion, l'exploitation, l'entretien et le renouvellement de l'ensemble des ouvrages
d'assainissement urbain;
- La promotion des sous-produits des stations d'épuration;
- La planification et la réalisation de projets intégrés.

1.2.2. Ressources humaines :


Le nombre d’agents permanents de l’Office s’élève à 4525, à la fin de l'année
2010, répartis selon les catégories, comme suit :
507 cadres, 814 agents de maîtrise, 3204 agents d’exécution. Le nombre des agents
occasionnels est de 925, ce qui porte le nombre total du personnel de l’office à 5450 agents.
1.2.3. Travaux :
L’ONAS intervient sur tout le territoire, qu’il s’agisse des projets propres ou des projets
réalisés pour le compte des tiers et dont le contrôle est confié à l’office. A l’instar des études,
les travaux sont confiés dans leur majorité au secteur privé qui en assure la mise en œuvre,
l’office assure le suivie et le contrôle de l’exécution avant la réception des ouvrages et leur
entrée en exploitation.

Ces travaux comprennent :

- La réalisation des ouvrages d’assainissement :


 Station d’épuration.
 Station de pompage.
 Réseaux.
 Autres ouvrages spécifiques.
 La réhabilitation et l’extension des ouvrages ainsi que les travaux de
branchement.

1.2.4. Présentation du département central des moyens et des équipements :


Le département central des moyens et des équipements contient plusieurs divisions
mais on va s’intéresser spécialement à la division de maintenance des équipements fixes : la
DMEF qui est destinée à l’entretien et la réparation de tous les équipements et machines
utilisées par les stations de pompages, les stations d’épurations et les centres des districts de
Tunis, d’Ariana et de la Mannouba que ce soit de point de vu automatique, électrique ou
mécanique.

Rapport de stage Page | 5


Projet de fin d’étude
1.2.5. L’organigramme de département maintenance

Figure2 : Organigramme de département de la maintenance

Rapport de stage Page | 6


Projet de fin d’étude

1.3. Présentation des stations de pompage et de relèvement :

1.3.1. Définition d’une station de pompage :

Une station de pompage est l’ensemble d’équipement hydro-électro-mécaniques, nécessaire


pour assurer le prélèvement de l’eau d’un niveau inférieur à un autre supérieur, (depuis le
réservoir intermédiaire vers une autre station de pompage ou d’épuration) .

1.3.2. Les différents types de station de pompage :

Les stations de pompage se distinguent par :

1.3.2.1. Origine des eaux :


 Eau d’oued
 Eau de forage
 Eau de bâche
 Eau de conduite
 Eau de puits
1.3.2.2. Destination des eaux :
 Station pour irrigation
 Station d’épuration (eaux usées)

1.3.2.3. Source d’énergie :


 Station électrique (monophasé ou triphasé)
 Station thermique (DIESEL)

1.3.2.4. Types de pompes adoptées :


 pompes centrifuges
 pompes volumétriques
 groupes électriques submersibles
 groupes électropompes immergés

Rapport de stage Page | 7


Projet de fin d’étude

1.3.3. Les principaux composants d’une station de pompage :


1.3.3.1. La bâche d’eau : le réservoir des eaux usées
1.3.3.2. L’aspiration : composé de crépine, tulipe d’aspiration, conduite
d’aspiration, vanne d’aspiration, amorçage et manomètre.
1.3.3.3. Les équipements de pompage : groupes électropompes ou groupes
motopompes destinées à pomper les eaux.
1.3.3.4. La ligne de refoulement : composé de divergent, clapet, vanne
conduites, manomètre, débitmètres, protection, Hydraulique.
1.3.3.5. Equipement électriques moyenne et basse tension : composé de
l’arrivée de STEG, sectionneur, contacteur, disjoncteur, armoire,
transformateur, câblage, protection électrique.
1.3.3.6. Contrôle commande et mesures : composé de pupitre de commande,
pour collecter toutes les informations, ce qui permet de contrôler le
fonctionnement de la station.
1.3.3.7. Tuyauterie d’aspiration et de refoulement : composants représentent
des systèmes de vibration par le courant et le changement de direction de
l’eau pour céder le passage de l’eau.
1.3.3.8. Vanne d’isolation : commander le passage de l’eau.

Figure 3 : Schéma d’une vanne d’isolation


1.3.3.9. Clapet anti-retour : ce composant permet la circulation du l’eau sous
pression que dans un sens déterminé, il lui interdit le passage dans
l’autre sens.

Figure 4: Schéma d’un clapet anti-retour

Rapport de stage Page | 8


Projet de fin d’étude

1.3.4. Description de l’installation :


D’une façon générale, chaque station de pompage comprend :
-La bâche susceptible de recueillir des eaux usées. (Réservoir des eaux usées).
-La chambre des vannes. (Vanne de refoulement, vanne d’aspiration).
-Un local pour groupe électrogène.
-Un atelier auquel sont adjoints les sanitaires.
-Le poste de transformation MT /BT.
Une station de pompage pour les eaux usées peut être équipée de :
1.3.4.1. Vis d’Archimède : ils sont principalement utilisés dans les stations
d’épuration pour absorber des débits variables.

Figure 5 : Vis d’Archimède

1.3.4.2. Pompes à cale sèche :


Elles sont en général adoptées pour les débits et les hauteurs de relèvement importants.

Figure6 : Pompe à cale sèche

Rapport de stage Page | 9


Projet de fin d’étude
1.3.4.3. Électropompes immergés :

Elles sont de plus en plus utilisées sur les réseaux des eaux usées grâce à leur
fiabilité. Elles intéressent préférentiellement les faibles débits et les hauteurs
manométriques peu élevées.

Figure 7: Pompe immergée

1.3.4.4. Pompes centrifuge :

Ce sont les pompes les plus utilisées dans le domaine industriel à cause de la large
gamme d'utilisation qu'elles peuvent couvrir, de leur simplicité et de leur faible coût.

Figure8: Pompe centrifuge

Rapport de stage Page | 10


Projet de fin d’étude

1.3.4.5. Pompes volumétrique :

Elles sont caractérisées par le de prélèvement, en un temps donné, d’un volume de


liquide incompressible à l'aspiration, et de l'envoyer au refoulement.

Certaines pompes volumétriques sont dites rotatives (cylindrées et vitesse de rotation


fixant le débit pompé).

Figure9: Pompe volumétrique

1.3.5. Présentation de la station de pompage Golden :

La Golden est une station de pompage des eaux usées situé à la région de Ghamarth. Elle est
constituée par les équipements suivants :

- Deux électropompes immergées qui ont les caractéristiques suivantes :

Rapport de stage Page | 11


Projet de fin d’étude
 Puissance : 2 ,2 KW
 Tension : 380 V
 Vitesse : 1490 tr/mn
 Type d’installation : immergée avec pied d’assise

- Tuyauterie :

 conduite de refoulement ;
 Vanne ;
 Tube de guidage ;
 Clapet anti-retour.

Etat de l’armoire électrique dans la station Golden :

L’armoire électrique est alimentée par basse tension pour la commande et la protection de
deux pompes avec deux modes de fonctionnement : automatique et manuel. Son câblage est
classique avec des relais.

Elle assure aussi l’éclairage intérieur, extérieur et la prise 220V-380V. Cette armoire est en
mauvais état dû a la corrosion des ses équipements qui sont attaqués par le gaz H2S ainsi que
les raccordements électriques sont défectueux. C’est pour cette raison que le département
maintenance propose ce projet de la conception de l’armoire électrique pour améliorer le
fonctionnement de cette station et de réduire les interventions de réparation.

Nous constatons que L’influence du gaz H2S est très néfaste sur l’armoire.

- Définition du gaz H2S


Nom complet d'un gaz composé de d'Hydrogène et de soufre, de symbole chimique H2S
(H2S) ou encore appelé hydrogène sulfuré. Ce gaz est facilement identifiable à très faible
concentration et une odeur très pure.

1.4. Conclusion :

A la fin de l’étude des stations de pompage de l’ONAS, nous fixons comme objet du le
chapitre suivent l’étude, la conception et la réalisation de l’armoire électrique.

Rapport de stage Page | 12


Projet de fin d’étude

-****

Rapport de stage Page | 13


Projet de fin d’étude

2.1. Introduction :

L’armoire électrique est l’objet principal de ce stage de fin d’études. Elle est destinée à la
commande des deux électropompes de la station de pompage Golden. Le fonctionnement des
pompes peut être automatique asservie par des flotteurs détectant le niveau d’eau dans la
bâche, ou manuel avec deux boutons marche et arrêt. En plus, elle assure la protection par
des équipements basse tension pour produire une commande bien déterminée.

2.2. Le principe de fonctionnement et d’asservissement de la station de


pompage :
Les deux pompes fonctionneront en permutation (1+1) (une pompe fonctionne et l’autre de
secoure). Le fonctionnement des pompes est asservi par des flotteurs détectant le niveau d’eau
dans la bâche.

 NTB (niveau très bas) : interdit le fonctionnement des pompes

 NB (niveau bas): arrêt de la pompe fonctionnant en mode Auto et permute l’ordre


de marche à l’autre pompe.

 NH1 (niveaux haut 1) : met en service la pompe ayant la priorité de mise en


marche.

 NTH : alarme et signalisation (bâche plein).

Rapport de stage Page | 14


Projet de fin d’étude
Le mode de fonctionnement de chaque pompe est déterminé par un sélecteur à trois
positions : arrêt, manuel et automatique.

- Position « Arrêt » : aucune mise en service de deux pompes n’est possible.

- Position « Manuel »: elle permet la mise en marche de la pompe par des boutons
Marche Arrêt à condition que le niveau d’eau dans la bâche ne soit pas inférieur au niveau
d’alerte appelé NB.
- Position « Automatique » : Elle permet la mise en marche automatique de la pompe
asservie par des flotteurs avec la permutation automatique de l’ordre à chaque action du
niveau bas (NB).
La station de pompage est commandée par une armoire électrique.

2.3. Conception de l’armoire électrique :

L’armoire doit assurer la protection et le fonctionnement des pompes.

2.3.1. Les équipements de protection :


L’armoire électrique doit être protégée par des équipements de protection contre :

 Le manque et l’inversion de phase et la chute et la surtension;

 Les surcharges de courant;

 Les courts-circuits ;

 Les démarrages trop longs des pompes;

 Les fuites de courant (mauvais isolement);

La protection est assurée par les équipements suivants :

2.3.1.1. Disjoncteur général :

Un disjoncteur assure la protection d'une installation contre les surcharges, les courts-
circuits, les défauts d'isolement, par ouverture rapide du circuit en défaut. Certains appareils
permettent une télécommande à distance.

Rapport de stage Page | 15


Projet de fin d’étude

Figure 10 : Schéma d’un disjoncteur général

2.3.1.2 Disjoncteur moteur :

Les disjoncteurs magnétiques protègent contre les courts-circuits. Ils doivent être associés
à des relais de protection thermique pour prémunir contre les surcharges.

Figure11 : Schéma d’un disjoncteur moteur

 Bloc de contact auxiliaire :


Le contact auxiliaire est lié mécaniquement aux pôles de puissance. Un contact auxiliaire

à ouverture 'O' ne peut jamais être fermé en même temps que les pôles de puissance.

Rapport de stage Page | 16


Projet de fin d’étude

Figure 12: Schéma d’un contact auxiliaire

2.3.1.3 Contacteur :

Un contacteur est un appareil électronique destinée à établir ou interrompre le passage de


courant à partir d’une commande électrique, ses contacts sont prévus pour supporter un
courant important. Il est utilisé afin d’alimenter des moteurs industriels de grande coupure
important puissance. Il possède un pouvoir de coupure.

 Contacteur auxiliaire :
Le bloc de contact auxiliaire est un appareil mécanique de connexion qui s’adapte sur les
contacteurs. Les contacts sont prévus pour être utilisés dans la partie commande des circuits.

Figure 13 : Schéma d’un contacteur

2.3.1.4. Transformateur :
Un transformateur électrique est un convertisseur permettant de modifier les valeurs de
tension et d'intensité du courant délivrées par une source d'énergie électrique alternative, en
un système de tension et de courant de valeurs différentes, mais de même fréquence et de
même forme.

Rapport de stage Page | 17


Projet de fin d’étude

Figure14: Schéma d’un transformateur

2.3.1.5. le bornier :
Un bornier est un dispositif permettant d'assurer la continuité électrique entre un câble et une
autre partie de l'installation.

Figure15: Schéma d’une bornier

2.3.2. Les équipements de commande :

2.3.2.1. Le bouton d’arrêt d’urgence :

Les boutons d'arrêt d'urgence sont des actionneurs importants pour la sécurité. Les boutons
d'arrêt d’urgence peuvent également être utilisés pour la fonction d'arrêt d'urgence et
déclencher simultanément différentes catégories d'arrêt (selon l'application de sécurité).

Figue16: Schéma d’un bouton d’urgence

Rapport de stage Page | 18


Projet de fin d’étude

2.3.2.2. Bouton poussoir :


C’est un appareil pour ouvrir, fermer ou inverser un circuit électrique (manuel,
automatique).

Figure17 : Schéma d’un bouton poussoir

2.3.2.3. Commutateur :

Permettent de commander, directement ou à travers du relayage, des actionneurs ou des


modes de marche d'installations ou de machines de procès

Il y a 5 grandes fonctions :

- Interrupteur marche/arrêt.
- Inverseur (avec ou sans position d’arrêt).
- Commutateur à 3 directions (avec ou sans position arrêt).
- Commutateur de moteur triphasé (inverseur de sens de marche,
démarreur d’un sens de marche)
- Commutateur de mesure (pour ampèremètre ou voltmètre).

Rapport de stage Page | 19


Projet de fin d’étude

Figure18: Schéma d’un commutateur

2.3.2.4. Relais manque tension (RM)

C’est un appareil électrique de protection qui permet d’assurer plusieurs fonctions :

 Protection contre les manques phases.

 Protection contre la surtension.

 Protection contre l’inversion de phases.

 Protection contre les chutes de tension.

Figure19: Schéma d’un relais manque tension

2.3.3. Appareil de mesure et d’affichage :


2.3.3.1. Transformateur de courant :

Les courants industriels sont souvent trop importants pour traverser directement les
appareils de mesure. Les transformateurs d'intensité (transformateurs de courant) permettent
de ramener ces courants forts à des valeurs acceptables par la plupart des appareils,
généralement 5 ampères.

Rapport de stage Page | 20


Projet de fin d’étude

Figure20: Schéma d’un transformateur de courant

2.3.3.2. Voltmètre numérique :


Le voltmètre est un appareil de mesure de tension entre deux points. L’unité de mesure

est de (volt).

Figure21 : Schéma d’un voltmètre

2.3.3.3. Ampèremètre numérique :

Un ampèremètre est un appareil de mesure d’intensité d’un courant électrique dans un


circuit, l’unité de mesure est l’ampère (A).

Figure22 : Schéma d’un ampèremètre

2.4. Etude et choix des équipements de l’armoire électrique Ghammarth:


Pour effectuer le choix des composants, il faut connaître l’intensité nominale et la tension
d’alimentation du moteur, ou la puissance. Si on ne connaît pas les caractéristiques du
moteur, il faut regarder sur la plaque signalétique.

Rapport de stage Page | 21


Projet de fin d’étude
2.4.1. Les caractéristiques du moteur sont :

 Marque : Flygt

 Type : 3102

 Tension d’alimentation=220V/380V

 Puissance de pompe =2.2KW

 Facteur de puissance cos =0.8

2.4.1.1. Calcul du courant nominal :

Tension Un = 380 v

Puissance P : Cette station est équipée de deux électro pompes immergées pour des eaux
usées de puissance unitaire 2,2 KW.

Facteur de puissance = 0.8 (cos )

P= 3× U ×I ×Cos 

Avec P= 2200 W, U = 380 v, Cos  = 0.8

In : courant nominal des moteurs

Donc In= In=


4.174.17
A A

2.4.1.2. Calcul du courant de court-circuit :

Rapport de stage Page | 22


Projet de fin d’étude
Il est indispensable de connaître les intensités des courants de court-circuit pour concevoir le réseau:

 Détermination des pouvoirs de coupure des appareils de protection.


 Tenue des barres et des câbles.
 Sélectivité des protections.

 Méthode de calcul du courant de court-circuit Icc:

Déterminer l’impédance totale de l’ensemble des constituants en amont du c.c.

Z est l'impédance directe totale par phase traversée par le courant de court-circuit

Z totale = √ ((Σ R) ² + (Σ X) ²)

R : Résistance

X : Réactance

Σ R = R1 + R2 + R3 + …

Σ X = X1 + X2 + X3 + ...

Avec L : longueurs

S: section du câble
e : résistivité (22.5m Ω)
RD: résistance de disjoncteur
Xc= 0.08*L XD : réactance de disjoncteur
RD= 0 Xc : réactance du câble
XD= 0.15 m Ω Rc : résistance du câble

Rapport de stage Page | 23


Projet de fin d’étude

 Au point C1 : Calcul du courant de court-circuit entre le disjoncteur de STEG et disjoncteur


général de l’armoire.
 Au point C2 : Calcul du courant de court –circuit entre le disjoncteur général et le disjoncteur
moteur de deux pompes.
 Au point C3 : Calcul du courant de court-circuit entre les disjoncteurs des moteurs entrainant
les pompes et deux pompes immergées.

APPLICATION NUMERIQUE :

 Au point C1

L= 5m

Xc= 0.08*L = 0.08 *5 = 0.4m Ω

XD= 0.15m Ω

RD = 0m Ω

Rt1 = 28.12m Ω , Rt12= 790m Ω

Xt1= 0.55m Ω , Xt12= 0.30m Ω

On a Z totale = √ ((Σ R) ² + (Σ X) ²) = 28.12m Ω

Donc

=
Rapport de stage Page | 24
Projet de fin d’étude

Icc= 8.21 KA

 Au point C2

L= 1m
1*22.5
Rc2 = =9mΩ
2.5

Xc2= 0.08*L = 0.08 *1 = 0.08m Ω

XD2= 0.15m Ω

RD2 = 0m Ω

Rt2 = Rt1 + Rc2 = 28.12 + 9 = 37.12m Ω , Rt22 = 1377.9m Ω

Xt2 = Xt1 + Xc2 +XD2= 0.55 +0.15 +0.08 = 0.78mΩ , Xt22= 0.608mΩ

Zt2 = 37.125mΩ Donc Icc2 = 6.22 KA

 Au point C3

L= 20m

20*22.5
Rc3= = 300m Ω
1.5

Xc3= 0.08*L = 0.08 *20 = 1.6m Ω

XD3= 0.15m Ω

RD3 = 0m Ω

Rapport de stage Page | 25


Projet de fin d’étude
Rt3= Rt2 + Rc3 = 37.12 +300 =337.12m Ω , Rt32 = 113649.9m Ω

Xt3= Xt2+ Xc3 + XD3 = 0.78 + 1.6 + 0.15 =2.53m Ω , Xt32 =6.4m Ω

Z = 337.12 m Ω

Donc Icc33==0.685
Icc 0.685KA
KA
RD (m XD (m RC (m Ω) XC (m Rt(m Ω Xt(m Ω) Icc
Ω Ω) Ω) (KA)
Disjoncteurs 0 0.15 28.12 0.4 28.12 0.55 8.21
du STEG
(point C1)
Disjoncteurs 0 0.15 9 0.08 37.12 0.78 6.22
moteurs
(point C2)
Les pompes 0 0.15 300 1.6 337.12 2.53 0.685
(point C3)
2.4.1.2. Calcul de courant de démarrage :

Id= 7*In

Donc Id= 7* 4.1 = 28.7 A

2.4.1.3. Mode de démarrage de la pompe :


Le démarrage de la pompe est direct.

 Démarrage direct
C’est le mode de démarrage le plus simple dans lequel le stator est directement couplé sur
le réseau. Le moteur démarre sur ses caractéristiques naturelles.

Démarrage direct convient dans les cas ou :

 La puissance du moteur est faible par rapport à la puissance du réseau.


 Le couple de démarrage doit être élevé : C démarrage = 0.5 à 1.5 C nominal.

 Circuit de puissance : (Voir le plan de l’armoire électrique).


 Circuit de commande manuel : (Voir le plan de l’armoire électrique).
Rapport de stage Page | 26
Projet de fin d’étude
 Circuit de signalisation : (Voir le plan de l’armoire électrique).

2.5. Choix des équipements électriques :


2.5.1. Choix du disjoncteur général :

Disjoncteur général pour la distribution de tension :

D’après le catalogue Schneider, on fait le choix d’un disjoncteur général C60N 4 pôles.
(Voir annexe)

- 4 : nombre des pôles


- 20A : Calibre
- 10KA : Courant de court-circuit maximum
- 20A : C’est la somme des courants distribués du disjoncteur vers les équipements.

2.5.1.1. Choix du disjoncteur moteur pour chaque pompe :

D’après le catalogue Schneider, on fait le choix d’un disjoncteur moteur GV2 ME10
(Voir annexe)

 Calibre du déclencheur thermique : 4 à 6.3 A


 Courant de déclenchement magnétique : 78 A
 Description des pôles : 3P

2.5.1.2. Choix du bloc de contact auxiliaire :

D’après le catalogue Schneider on fait le choix du bloc contact auxiliaire GVAN11

 Nombre de pâles: 2

 Courant de contact : max 6A

Rapport de stage Page | 27


Projet de fin d’étude
 Tension de contact c.a : max 575V

 Contact de configuration: 1NO / 1NC (Normal Open/Normal Close).

2.5.2. Choix des Contacteurs pour la commande de deux pompes :

Les courbes de choix des tableaux 14 et 15 déterminent le calibre du contacteur

(Voir annexe).

On fait le choix des deux contacteurs LC1D09 B7 pour les deux pompes à l’aide du
catalogue télémécanique.

- Courant d’emploi maximal en AC3= 9A


- Calibre 6A

1.5.2.1 Choix du contacteur auxiliaire :

On fait le choix des contacteurs auxiliaires CAD B7/bobine 24V à l’aide de catalogue
télémécanique (Voir annexe).

2.5.3. Choix du transformateur :

Le choix d’un transformateur de commande dépend des de l’appareillage qu’il alimente

(Voyants, bobines contacteur, électrovannes…).

Pour dimensionner un transformateur de commande, il ne suffit pas d’additionner les


puissances des différents appareils, mais on doit tenir compte également de la puissance
instantanée demandée (puissance d’appel).

 Détermination de la puissance d'appel

P appel = 0,8 (∑Pm + ∑Pv + Pa)

- ∑Pm: somme de toutes les puissances de maintien des contacteurs

- ∑Pv : somme de toutes les puissances des voyants

Rapport de stage Page | 28


Projet de fin d’étude
- Pa: puissance d’appel du plus gros contacteur

APPLICATION

Une armoire de commande 24V de machine-outil comportant :

- 6 contacteurs auxiliaires, puissance de maintien 8VA puissance d’appel 70VA

(Voir annexes).

- 2 contacteurs moteurs, puissance de maintien 8VA (Voir annexe).

- 9 voyants, consommation 1VA (Voir annexe)

∑Pm= 6*8 + 2*8 = 64VA

∑Pv= 9*1= 9VA

Pa= 70VA

P appel = 0.8 (64+9+70) = 114.4VA

 Dimensionnement d'un transformateur

Pour dimensionner un transformateur, il faut donc déterminer sa puissance nominale qui


dépend :

- de la puissance instantanée admissible à un instant donné (puissance d'appel),

- du facteur de puissance (cos φ = 0,5 en général).

Tableau1 : Tableau de puissance nominal d’un transformateur

Rapport de stage Page | 29


Projet de fin d’étude
Une puissance d’appel de 114.4VA à cos  0,5 entraîne un dimensionnement

nominal de 63VA

 Caractéristique du transformateur de commande :


Primaire 400V ; Secondaire 24V ; Sn=63VA

La référence du transformateur choisie sera : 423 04

Tableau 2 : Tableau de référence d’un transformateur

2.6. Tableau des équipements électriques de l’armoire Golden :

Equipement NOMENCLATURE REFERENCE DESIGNATION MARQUE

DG Disjoncteur général 24231 C60N 4

Schneider

DP1 Disjoncteur moteur de 24736 GV2 ME10


pompe N°1
Schneider

DP2 Disjoncteur moteur de 24736 GV2 ME10


pompe N°2
Schneider

KM1 Contacteur de pompe LC1D09/bobine2 Télémécanique

Rapport de stage Page | 30


Projet de fin d’étude
N°1 4V

KM2 Contacteur de pompe 42302 LC1D09/bobine2 Télémécanique


N°2 4V

Transformateur de TAF 20-5A Transformateur Télémécanique


courant de courant
T1, T2
20A/5A

TR1 Transformateur de TM4071 Transformateur VARAT


tension de tension
220/24V

BA1 Bouton poussoir arrêt XB4BW34M5 Télémécanique


pompe N°1

BM1 Bouton poussoir XB4BW33M5 Télémécanique


marche pompe N°1

BA2 Bouton poussoir arrêt XB4BW34M5 Télémécanique


pompe N°2

BM2 Bouton poussoir XB4BW33M5 Télémécanique


marche pompe N°2

AP Automate SR3B101B AP 6 ENTREE_ 4 Schneider


programmable SORTIE

Câble Section de câble

Tableau 3: Tableau des équipements d’une armoire électrique

Après l’étude des équipements et la conception de l’armoire électrique, nous envisagerons à la


réalisation de l’armoire électrique.

2.7. Réalisation de l’armoire électrique :

Après l’étude et la conception de l’armorie électrique ainsi que la réalisation de programme


la phase de câblage de l’armoire électrique.

Rapport de stage Page | 31


Projet de fin d’étude

2.7.1. Descriptif de l’armoire électrique :

L’armoire électrique doit comprendre :

 Tension de distribution 400V ;

 Le câblage est exécuté en utilisant des goulottes en plastiques d’une dimension


suffisante et avec des files isolées de différentes couleurs pour que l’on puisse
reconnaître par une simple visualisation.

2.7.1.1. L’intérieur de l’armoire :

L’intérieur de l’armoire comprend (Voir le plan de l’armoire électrique):

 Une arrivée générale sur un disjoncteur général;

 Un répartiteur de phase ;

 Transformateur de courant ;

 Transformateur de tension ;

 Ensembles de portes fusibles pour protection des voyants ;

 Contacteur ;

 Un module logique Zelio .

2.7.1.2. Sur la face de l’armoire (Voir le plan de l’armoire électrique) :

 3 Voyant de présence tension;

 1 Voyant de présence défaut réseaux : jaune ;

 Bouton d’arrêt d’urgence ;

 1 Voltmètre numérique.

 Pour chaque pompe :

Rapport de stage Page | 32


Projet de fin d’étude
 1 Voyant de signalisation de défaut;

 1 Ampèremètre numérique ;

 1 Commutateur 3position (arrêt, manuel, automatique) ;

 Boutons poussoirs : marche / Arrêt ;

 2 voyants : marche / Arrêt ;

 1Compteur horaire ;

2.7.2. Câblage de l’armoire :

Pour le câblage de l’armoire électrique, nous avons réalisé les opérations suivantes :

- La première opération est la préparation de coffret.

- La deuxième opération est le perçage et la fixation des goulottes la dernière opération.

- La troisième opération est la détermination de la section des conducteurs.

2.7.2.1. Détermination de la section des conducteurs :

Pour la détermination de la section des conducteurs d’un câble, nous devons avoir les
intensités et les facteurs de corrections suivant:

Ib : Courant d’emploi du circuit (courant qui ca circuler dans les conducteurs).

In : Courant nominal du dispositif de protection, (Choisir In Ib).

IZ : Courant admissible dans la canalisation en fonction du dispositif de protection

(Choisir IZ In)

K1 : facteur de correction en fonction de la terre de sélection et du type d’installation ;

K2 : facteur de correction en fonction de la pose des conducteurs et des câbles ;

K3 : facteur de correction en fonction de la température ambiante ;

K = K1 x K2x K3

K est le produit des différents facteurs de correction. Les valeurs des facteurs de correction
sont données en annexe.
Rapport de stage Page | 33
Projet de fin d’étude
Il y a plusieurs méthodes pour calculer la section des conducteurs d’un câble. Il y a la
protection par fusible et la protection par disjoncteur.

 La protection par fusible :

Calibre In 16 A , K= 1,31

Calibre In > 16 A , K= 1,1

IZ = K In

 La protection par disjoncteur :

IZ = In

= IZ/ K, avec : intensité fictive prenant compte du coefficient K.

APPLICATION NUMERIQUE :

La circuit de puissance comportant :

 Deux (02) lampes de puissance 35 VA ;

 Un (01) lampe réglette de puissance 250VA ;

 Prise monophasé (16A) : V*I = 230*16 = 3680 VA ;

 Prise triphasé (16A) : U*I* = 400*16* = 11085 VA ;

 Puissance d’une pompe 2.2KW ;

 Un (01) transformateur de puissance 63VA.

2.7.2.2. Calcul courant maximal d’emploi (Ib) :

Pour calculer ce courant il faut tenir compte de :

- Facteur d’utilisation maximal (Ku):

Le régime de fonctionnement d’un récepteur peut être tel que sa puissance utilisée soit
inférieure à sa puissance nominale, d’où la notion du facteur d’utilisation.
Rapport de stage Page | 34
Projet de fin d’étude
Le facteur d’utilisation s’applique individuellement pour chaque récepteur.

- Facteur de simultanéité (Ks) :

Tous les récepteurs installés ne fonctionnent pas simultanément, c’est pour ça qu’il est permis
d’appliquer aux différents ensembles de récepteurs (ou de circuit) des facteurs de
simultanéité, le facteur de simultanéité s’applique a chaque regroupement de récepteurs, nous
avons un nombre de circuits entre 6 et 9 donc Ks=0.8.

Puissance(VA) Facture Puissance Facture Puissance


d’utilisation simultanéité utilisation
(Ku) (Ks) max(VA)
Eclairage 320 1 320
Puissance de 16*230=3680 1 3680
prise mono
Puissance de 16*400* =11085 1 11085 0.8 13438.4
prise triphasée
Pompe 2200 0.75 1650
Transformateur 63 1 63

Tableau 4 : Bilan de puissance

 Courant maximal d’emploi

= 19.4, c’est le courant qui traverse le disjoncteur général dans les conditions
d’utilisation normales.

Calibre normalisé des disjoncteurs : 15, 20,25, 32,40, 50...

Donc, on propose le choix d’une valeur normalisée (In) juste supérieure à 19.4A, Soit In=20A

Le courant admissible dans la canalisation est Iz =In=20A.

Rapport de stage Page | 35


Projet de fin d’étude
 Calcul de la section par protection disjoncteur du STEG :

IZ = 20A, on prend la lettre B dans les tableaux qui sont en annexe.

K= K1x K2x K3 , avec K1 =0.95, K2= 0,65, K3= 0,93;

K= 0.574

L’intensité fictive l’z prenant en compte le coefficient K est = 34.84 A

Après la détermination de l’intensité fictive :

 La section du conducteur trouvée pour le disjoncteur du STEG est 4mm2 pour le


cuivre et 6mm2 pour l’aluminium, selon les valeurs des tableaux en annexe.

 La section du conducteur trouvée pour le disjoncteur général et le disjoncteur de deux


pompes est 4mm2 pour le cuivre et 6mm2 pour l’aluminium (Voir annexe)

 La section de conducteur pour les deux pompes est 1.5mm2 pour le cuivre et 2.5mm2
pour l’aluminium (Voir annexe)

 La section du conducteur pour circuit de commande est 1.5mm2 pour le cuivre et

2.5 mm2 pour l’aluminium (Voir annexe)

Rapport de stage Page | 36


Projet de fin d’étude

2.8. Conclusion :

Après l’étude des équipements et réalisation de l’armoire électrique, nous passerons à la


réalisation de la partie automatique de ce travail qui se base sur commande séquentielle par
API des deux pompes de la station de pompage.

Rapport de stage Page | 37


Projet de fin d’étude

3.1. Introduction :

Rapport de stage Page | 38


Projet de fin d’étude
Le fonctionnement de deux électropompes peut être automatique ou manuel. Le choix du mode est
assuré par commutateur.
Le mode manuel permet la mise en service des pompes par bouton marche ou arrêt. Par conséquent,
ce mode doit être totalement indépendant du module logique
Le mode automatique assure la commande des deux pompes par un module logique (Zelio
Soft 2) en choisi la position automatique du commutateur
Les flotteurs détectant le niveau d’eau dans la bâche assure l’asservissement des deux pompes
selon le niveau marche (niveau haut) et le niveau arrêt (niveau bas).

3.2. Objectif de l’automatisation :

L’automatisation à pour objectif :


 Simplifier le travail de maintenance.
 Augmenter la sécurité des installations et du personnel.
 Réaliser des économies de matière.

3.3. L’Automate Programmable Industriel:

3.3.1. Définition :

Un Automate Programmable Industriel (API) est une machine électronique programmable


par un personnel non informaticien et destiné à piloter en ambiance industrielle et en temps
réel des procédés ou parties opératives.

3.3.2. Structure d’un système automatisme d’un API :

Rapport de stage Page | 39


Projet de fin d’étude

Figure23 : Structure d’un système automatisme d’un API


3.4. Description du système automatisé :

Un système automatisé est un ensemble d’éléments qui permet d’effectuer des actions sans
intervention de l’utilisateur.
Les systèmes automatisés comportent deux parties :
* La partie commande : elle donne des ordres et traite les informations qu’elle reçoit, elle est
constituée par un ordinateur (PC, µp, µc, API …) ou un circuit électronique.
* La partie opérative : elle exécute les ordres qu’elle reçoit de la partie commande (c’est elle
qui traite la matière d’ouvre pour lui apporter une valeur ajoutée), elle effectue toutes les
actions que le système doit faire.

PARTIE COMMANDE ORDRES PARTIE OPERATIVE

Compte rendus

Le schéma fonctionnel PC-PO du système automatisé des pompes qu’on désire mettre en
œuvre est donné comme suit :

AuP1 mP2
manP1 manP2 au mP1 aP1 ap2

Marche P1

Marche P2

PARTIE PARTIE

Rapport de stage
COMMANDE OPERATIVE Page | 40

(PC) (PO)
Projet de fin d’étude

nh

nb

ntb

VaP124 : VaP2
Figure Schéma VmP1 VmP2
fonctionnel PC-P

Figure 24 : Schéma fonctionnel PC - PO

Designation des élements du schéma fonctionnel PC-PO :

Symbole Designation
nh Niveau haut
nb Niveau bas
ntb Niveau très bas
Auto Automatique
manu manuel
mP1 Marche pompe 1
mP2 Marche pompe 2
aP1 Arrêt pompe 1
aP2 Arrêt pompe 2
au Arrêt d’urgence
VaP1 Voyant arrêt pompe 1
VaP2 Voyant arrêt pompe 2
VmP1 Voyant marche pompe1
VmP2 Voyant marche pompe2

Tableau 5 : Tableau de designation des élements du schéma fonctionnel PC-PO

3.5. Modélisation de la PC :
3.5.1. GEMMA :

GEMMA : l'acronyme GEMMA signifie : Guide d'Etude des Modes de Marche et d'Arrêt.
Comme son nom l'indique, c'est un guide d'étude.

3.5.1.1. Guide graphique :

Rapport de stage Page | 41


Projet de fin d’étude
Le GEMMA est un guide graphique structuré qui propose des modes de fonctionnement
types. Selon les besoins du système automatisé à étudier on choisit d'utiliser certains modes
de fonctionnement. Le guide graphique GEMMA est divisé en "rectangle d'état". Chaque
rectangle d'état a une position précise sur le guide graphique. Chaque rectangle d'état est relié
à un ou plusieurs autres rectangles d'états par des flèches orientées. Le passage d'un rectangle
d'état à un autre s'effectue un peu à la manière du franchissement d'une transition de grafcet.

3.5.1.2. GEMMA du système automatisé de pompage :

3.5.2. GRAFCET (Cycle F1) :

Rapport de stage Page | 42


Projet de fin d’étude

au

* 0 Va1 Va2

AutoP.nh
4 V a1 Va2
1 M P1 Vm1

2 Va 1 6 MP2 Vm2
5 MP1 Vm1

.
a P1 a P2
3 M P2 Vm2

nb

G1

3.6. Mise en équation :

Rapport de stage Page | 43


Projet de fin d’étude

).

).

Va1= X0+X2+X5

Va2= X0+X4

MP1=X1+X5

MP2=X3+X6

Vm1=X1+X5

Vm2=X3+X6

3.7. Mise en œuvre par API


3.7.1. Description de l’API Zelio :

Figure 25: Zelio Logic 2 « SR3 B101B »

Les modules Zelio Logic sont destinés à la réalisation de petits équipements


d’automatisme.

Ils sont utilisés dans les secteurs d’activité de l’industrie et du tertiaire.


Rapport de stage Page | 44
Projet de fin d’étude

3.7.1.1 Pour l’industrie :


 Automatismes de petites machines de finition, d’assemblage ou d’emballage ;
 Petits équipements d’automatisme fonctionnant à 48 V.

3.7.1.2. Pour le tertiaire/bâtiment :


 Automatismes d’éclairage ;
 Automatismes de compresseurs et de climatisation ;
 Automatismes de barrières, de volets roulants.

3.7.2. Affectation et Programmation :


3.7.2.1 Affectation des entrées et des sorties:
Entrées Variables internes Sorties
Auto P = I1 X0 = M1 Va1 = Q1
nh = I2 X1 = M2 Va2 = Q2
nb = I3 X2 = M3 MP1 = Q3
mP1 = I4 X3 = M4 MP2 = Q4
mP2 = I5 X4 = M5 Vm1 = Q5
aP1 = I6 X5 = M6 Vm2 = Q6
aP2 = Z1 X6 = M7
manu = Z2
Init = Z3

Tableau 6 : Tableau des affectations des entrées et des sorties

3.7.2.2. Programmation :

Rapport de stage Page | 45


Projet de fin d’étude

Rapport de stage Page | 46


Projet de fin d’étude

Rapport de stage Page | 47


Projet de fin d’étude

3.8. Conclusion :

Ce chapitre a constitué le choix et la présentation de l’automate, suivie de la conception


détaillée de la méthodologie pour l’automatisation de la station de pompage des eaux usées

Au terme de se stage, j’ai eu le plaisir de travailler dans un domaine de pompage d’eaux


usées, dans lequel j’ai touché tous des composante des Génie électrique (Electrotechnique,
électronique, Automatique)
En effet, ce stage m’a permis non seulement d’approfondir mes connaissances en Génie
électrique mais aussi d’acquérir une expérience extrêmement valorisante d’un point de vue
personnel.

Rapport de stage Page | 48


Projet de fin d’étude
Je suis heureux d’effectuer ce stage entouré des personnes compétentes qui m’ont guidé dans
toutes les démarches.

1. Des équipements électriques de protection :

Disjoncteur

Les disjoncteurs sont des appareils qui sont placés au début des lignes et qui les protègent
contre les surcharges et les courts-circuits.

2. Choix des équipements électrique :

2.1. Choix d’un disjoncteur général :

Rapport de stage Page | 49


Projet de fin d’étude
 D’après le catalogue Schneider

Tableau 9 : Choix d’un disjoncteur général

 La référence d’un disjoncteur général est :

Tableau 10 : Tableau de référence de disjoncteur

 Choix d’un disjoncteur moteur : Après le catalogue Schneider

Rapport de stage Page | 50


Projet de fin d’étude

Tableau 11 : Choix d’un disjoncteur moteur

 Bloc contact auxiliaire :

Tableau 12 : Choix du bloc contact auxiliaire

2.2. Choix d’un contacteur :

Le choix du contacteur est lié aux :

 Variable d’entré

 Tension du réseau

 Nature du courant

 Fréquence

 Variable de sortie

 Nature du récepteur

Rapport de stage Page | 51


Projet de fin d’étude
 Puissance,

 Tension d’alimentation

Pour déterminer les caractéristiques de contacteur on utiliser :

 Tension d’emploi Ue (tension entre phase Ue= 400).

 Courant d’emploi Ie défini par le constructeur (Ie=6A ‘Voir tableau


1’)

 Catégorie d’emploi, elles dépendent : Voir tableau ci-dessous

 La nature de récepteur contrôlé : moteur à cage, à bagues, à


résistances.

 Les conditions dans lesquelles s’effectuent fermetures et


ouvertures :

Moteur lancé ou cale ou en cours de démarrage, inversion du sens rotation,


freinage à contre courant.

Tableau 13: Tableau détermination le Catégorie

En suit on doit déterminer le courant et la puissance en catégorie :

Rapport de stage Page | 52


Projet de fin d’étude

Tableau 14: Tableau d’un Courant et puissance en catalogue AC3

On cherche la colonne 220/240V et la ligne ou il y a 2.2KW, ce qui nous donne un première


référence incomplète qui est : LC1-DO9

Tableau 15 : Tableau d’un nombre de cycle en catalogue AC3

 Contacteur auxiliaire d’un contacteur:

Tableau 16 : Tableau d’un contacteur auxiliaire

Rapport de stage Page | 53


Projet de fin d’étude
2.3. Choix d’un transformateur de tension (dimensionnement d’un transformateur)

2.3.1. Caractéristiques des récepteurs

- Caractéristiques contacteurs moteurs LC1-D09, D12, D18, D2500

- Caractéristiques contacteurs auxiliaires

- Caractéristiques Lampes

3. Choix section du câble :

3.1. Détermination du la lettre de sélection :

Rapport de stage Page | 54


Projet de fin d’étude

Tableau1 : Tableau de détermination du la lettre de sélections

3.2. Détermination du facteur de correction en fonction de la terre de sélection et du

type d’installation :

Tableau2 : Tableau de Facteur de correction en fonction de la terre de sélection

3.3. Détermination du facteur de correction en fonction de la pose des conducteurs et

des câbles :

Rapport de stage Page | 55


Projet de fin d’étude

Tableau 15 : Tableau du facteur de correction en fonction de la pose des


conducteurs et des câbles

3.4. Détermination du facteur de correction en fonction de la température ambiante :

 Température ambiante 35°C, K2=0.93

Tableau16 : Tableau du facteur de correction en fonction de la température

Rapport de stage Page | 56


Projet de fin d’étude
3.5. Tableau de détermination section de câble :

Tableau 17 : Tableau de détermination section de câble pour le disjoncteur du STEG

La section du conducteur trouvée pour le disjoncteur du STEG


En se plaçant sur la ligne correspondant à la lettre de sélection B, dans la colonne PR3,
on choisit la valeur immédiatement supérieure à 34.84
 la section du conducteur trouvée pour le disjoncteur général
Pour calculer la section du câble on doit calculer le courant qui circule dans les équipements

Puissance(VA) Coefficient Puissance Coefficient Puissance


d’utilisation simultanée utilisation
max
Eclairage 320 1 320
Puissance de 16*230=3680 1 3680
prise mono 10629
Puissance de 16*400* =11085 1 11085 0.7
prise triphasée
Transformateur 100 1 100

10629
Ib= = 15.34 A
Rapport de stage Page | 57
400*
Projet de fin d’étude

Donc Courant nominal In= 16A


Iz= In = 16A avec K=0.574
Alors I’z = Iz / k Donc I’z= 27.87 A
En se plaçant sur la ligne correspondant à la lettre de sélection B, dans la colonne PR3,
On choisit la valeur immédiatement supérieure à 27.87A,

Tableau 18 : Tableau de détermination section de câble pour le disjoncteur général

 la section du conducteur trouvée pour les deux pompes

Ib = 4.17 A

Donc Iz=In= 6A

I’z = Iz/ K = 6/0.574 = 10.45A

on choisit la valeur immédiatement supérieure à 10.45A

Rapport de stage Page | 58


Projet de fin d’étude

Tableau 19 : Tableau de détermination section de câble pour les deux pompes

 la section du conducteur trouvée pour le circuit de commande :

Ib = 5A

Ib : Courant d’emploi du circuit (courant qui ca circuler dans les conducteurs).

In = 6A

Donc Iz= In=6A

I’z = Iz /K = 6/0.574

I’z= 10.45A

On choisit la valeur immédiatement supérieure à 10.45A

Rapport de stage Page | 59


Projet de fin d’étude

Tableau18: Tableau de détermination section de câble pour le circuit de commande

Rapport de stage Page | 60


Projet de fin d’étude

INDEX
Bibliographie

1. le catalogue Schneider
2. Le catalogue télémécanique
3. Le guide UTE C 15-105 décrit une méthode de détermination du courant maximal
d’emploi
4. le "GUIDE DE L'INSTALLATION ELECTRIQUE " de SCHNEIDER Electric.

5. M. Vial « Electricité professionnelle » juillet 1999

6. http://www.lesitemsma.net
7. http://www.courselec.free.fr
8. http://www.installationselectriques.net
9. http://lva93.ac-creteil.fr
10. http://pamelard.electro.pagesperso orange.fr
11. http://fr.wikipedia.org
12. http://www.rafi.de
13. http://www.geea.org

Rapport de stage Page | 61


Projet de fin d’étude

Liste des abréviations :


NB : niveau bas

NH : niveau haut

RM : Relais manque tension

ONAS : office national de L’assainissement

H2S : d’hydrogène de soufre

AUT : automatique

manu : manuelP2

API : automate programmable industrielle

Grandeur physique :
In : Courant nominal

Icc : Courant de court-circuit

Id : Courant de démarrage

Ib : Courant maximal d’emploi (courant circule dans le circuit)

IZ : Courant admissible dans la canalisation

Un : Tension nominal

Pn : Puissance nominal

Cos  : Facteur de puissance

L : Longueur (m)

S : Section du câble (mm2)

Rapport de stage Page | 62


Projet de fin d’étude

Rapport de stage Page | 63