Vous êtes sur la page 1sur 71

Résumé

Notre projet de fin d’étude est organisé en quatre chapitres. Le premier chapitre consiste
en une présentation générale sur les propriétés physiques et caractéristiques de la fibre optique
et sans oublier les différents effets de propagations linéaires et non linéaires que subit un signal
optique lorsqu’il se propage le long d’une fibre.

Le deuxième chapitre est consacré à une présentation de la structure générale d’un


système de transmission sur fibre optique, Les modes de représentation de modulation et les
différentes caractéristiques de modulation.

Ensuite, on a cité l’intérêt du choix du format de modulation et les différents types de


modulation.

Le troisième chapitre sera consacré à une présentation du système à 10Gb/s, le passage


de 10Gb/s à 40Gb/s et plus, et étudier les différents techniques pour l’amélioration des
performances de ces systèmes.

Enfin nous terminerons cette étude avec une série de simulation à l’aide de l’outil
OptiSystem 14.
Abstract
Our final project study is organized into four chapters. The first chapter provides an
overview on the physical properties and characteristics of the optical fiber and not to mention
the different effects of linear and nonlinear propagation that undergoes an optical signal as it
propagates along a fiber.

The second chapter is devoted to a presentation of the general structure of a transmission


system on optical fiber, the modulation modes of representation and different modulation
characteristics.

Next, cited the interest of the choice of modulation format and types of modulation.

The third chapter will be devoted to a presentation of the system to 10Gb / s, the
transition from 10Gb / s to 40Gb / s and more, and study the various techniques for improving
the performance of these systems.

Finally, we conclude this study with a series of simulation using the tool OptiSystem 14.

ii
Table des matières
Résumé ......................................................................................................................................... i

Abstract ....................................................................................................................................... ii

Table des matières...................................................................................................................... iii

Liste des tableaux ...................................................................................................................... vii

Liste des figures ........................................................................................................................ vii

Liste des sigles ........................................................................................................................... ix

Dédicace ..................................................................................................................................... xi

Remerciements .......................................................................................................................... xii

Introduction générale .................................................................................................................. 1

Chapitre I : Généralité sur la fibre optique ................................................................................. 2

I .1. Introduction sur les réseaux optique : ............................................................................. 2


I .2. La fibre optique : ............................................................................................................ 3
I .2.1. Définition de la fibre optique : ................................................................................ 3
I .2.2. Principe de guidage : ............................................................................................... 4
I .2.3. Avantages et inconvénients de la fibre optique : ..................................................... 4
I .2.4. Application aux télécommunications : .................................................................... 5
I .3. Différents types de fibre : ............................................................................................... 6
I .3.1. La fibre multimode à saut d’indice :........................................................................ 6
I .3.2. La fibre multimode à gradient d’indice : ................................................................. 6
I .3.3. La fibre monomode : ............................................................................................... 7
I .4. La montée en débit « la solution WDM » : .................................................................... 7
I .4.1. La technologie WDM : ............................................................................................ 7
I .4.2. Principe d’une liaison WDM : ................................................................................. 8
I .4.3. Type du WDM : ....................................................................................................... 9
I .5. Caractéristiques de la fibre optique : .............................................................................. 9
I .5.1. Caractéristiques de propagation : ............................................................................ 9
I .5.2. Effets de propagation linéaires : ............................................................................ 11

iii
I .5.3. Les effets non linéaires : ........................................................................................ 13
I .6. Conclusion : .................................................................................................................. 14
Chapitre II : Format de modulation optique ............................................................................. 15

II.1 Introduction : .................................................................................................................. 15


II.2 Structure générale d’un système de transmission sur fibre optique : ............................. 15
II.2.1 La source optique : .................................................................................................. 15
II.2.2 Multiplexeur/démultiplexeur :................................................................................. 17
II.2.3 Une ligne de transmission : ..................................................................................... 17
II.2.4 Récepteurs : ............................................................................................................. 17
II.3 Familles de liaisons optiques numériques : .................................................................... 18
II.3.1. Première famille : ................................................................................................... 18
II.3.2. Deuxième famille : ................................................................................................. 18
II.3.3. Troisième famille : ................................................................................................. 19
II.3.4. Quatrième famille :................................................................................................. 19
II.4. Les modes de représentation de modulation : ............................................................... 19
II.4.1. le diagramme de l’œil :........................................................................................... 19
II.4.2 Représentation fréquentielle :.................................................................................. 20
II.5 Modulation optique : ...................................................................................................... 20
II.5.1 Intérêt du choix du format de modulation : ............................................................. 21
II.6 Modes de modulations optiques : ................................................................................... 21
II.6.1 Modulation directe : ................................................................................................ 21
II.6.2 Modulation externe : ............................................................................................... 22
II.7 Grandeurs caractéristiques : ........................................................................................... 22
II.7.1 Rapport signal sur bruit optique (OSNR) :.............................................................. 22
II.7.2 Le Facteur Q : .......................................................................................................... 23
II.8 Les caractéristiques de la modulation : .......................................................................... 23
II.8.1 Débit binaire et Rapidité de modulation : ............................................................... 23
II.8.2 Taux d’erreur bit : ................................................................................................... 24
II.8.3 L’efficacité spectrale : ............................................................................................. 24
II.9 Les différents types de modulations optiques : .............................................................. 24

iv
II.9.1 Codages en intensité (OOK ou ASK) : ................................................................... 24
II.9.2 Codages duo binaires PSBT (Phase Shaped Binary Transmission):....................... 27
II.9.3 Codages différentiels en phase : .............................................................................. 28
II.10 Conclusion :.................................................................................................................. 29
Chapitre III : Augmentation de la capacité des systèmes de transmission ............................... 30

III.1 Introduction : ................................................................................................................. 30


III.2 Description des systèmes existants : ............................................................................. 31
III.2.1 Système à 10 Gbit/s : ............................................................................................. 31
III.2.2 Le passage de 10Gbit/s a 40Gbit/s :....................................................................... 32
III.3 Contraintes liées à une augmentation progressive de capacité d’un système WDM :.. 33
III.3.1 Diminution de la tolérance au bruit : ..................................................................... 34
III.3.2 Diminution de la tolérance à la dispersion ............................................................. 34
III.3.3 Diminution de la tolérance à la PMD : .................................................................. 35
III.3.4 Évolution de la tolérance aux effets non-linéaires : ............................................... 35
III.4 Description des formats de modulation étroits spectralement compatibles avec les
configurations DWDM : ....................................................................................................... 36
III.4.1 La PSBT (Phase-Shaped Binary Transmission): ................................................... 36
III.4.2 La DQPSK (Differential Quaternary Phase-Shift Keying):................................... 36
III.5 La Gestion de Dispersion : ............................................................................................ 37
III.5.1 La pré-compensation :............................................................................................ 37
III.5.2 La compensation en ligne : .................................................................................... 38
III.5.3 La post-compensation : .......................................................................................... 38
III.6 Techniques permettant d’augmenter l’ISD : ................................................................. 39
III.7 Système a 100Gbit/s: .................................................................................................... 39
III.7.1 Principe du multiplexage en polarisation :............................................................. 40
III.8 Travaux de recherche future : ....................................................................................... 40
III.9 Conclusion : .................................................................................................................. 41
Chapitre IV : Simulation ........................................................................................................... 42

IV.1 Introduction : ................................................................................................................ 42


IV.2 Description de l’outil de simulation : ........................................................................... 43

v
IV.2.1 Avantages du logiciel : .......................................................................................... 44
IV.3 Les simulations : ........................................................................................................... 45
IV.3.1 Simulation 01 : ....................................................................................................... 45
IV.3.2 Simulation n°2 : ..................................................................................................... 51
IV.3.3 Simulation n°3 : ..................................................................................................... 53
IV.3 conclusion : ................................................................................................................... 56
V Conclusion générale .............................................................................................................. 57

Bibliographie................................................................................................................................ i

Annexe 1 : .................................................................................................................................... i

vi
Liste des tableaux
Tableau I. Comparatif des caractéristiques des différents supports de propagation ............ 5
Tableau II. Paramètre de simulation .................................................................................... 48

Liste des figures


Figure 1. la fibre optique ........................................................................................................ 3
Figure 2. Guidage dans la fibre .............................................................................................. 4
Figure 3. Fibre à saut d’indice ................................................................................................ 6
Figure 4. Fibre à gradient d’indice ......................................................................................... 6
Figure 5. Fibre monomode ..................................................................................................... 7
Figure 6. Technologie WDM ................................................................................................. 8
Figure 7. L’atténuation dans la fibre optique ....................................................................... 11
Figure 8. Effet de la dispersion chromatique ....................................................................... 12
Figure 9. Effet de la PMD. ................................................................................................... 13
Figure 10. La source optique .............................................................................................. 15
Figure 11. Modulateur ........................................................................................................ 16
Figure 12. Structure d’un Récepteurs ................................................................................. 18
Figure 13. exemple de diagramme de l’œil d’un signal ..................................................... 20
Figure 14. Modulation directe ............................................................................................ 22
Figure 15. Modulation externe ........................................................................................... 22
Figure 16. Codage NRZ ..................................................................................................... 25
Figure 17. Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format NRZ .................... 25
Figure 18. Codage RZ ........................................................................................................ 26
Figure 19. trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format RZ ..................... 26
Figure 20. Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format CS-RZ ................. 27
Figure 21. Caractéristique du format PSBT ....................................................................... 27
Figure 22. Caractéristique du format DPSK ...................................................................... 28
Figure 23. Spectre d’un signal DQPSK.............................................................................. 29
Figure 24. Canaux 10 Gbit/s............................................................................................... 31

vii
Figure 25. Canaux 40 Gbit/s............................................................................................... 32
Figure 26. Spectre WDM composé de canaux NRZ espacés de 50GHZ, modulé à gauche
au débit de 10Gbit/s, et à droite au débit de 40Gbit/s. .............................................................. 33
Figure 27. Exemple de carte de dispersion « simple période » d’un système de transmission
optique ......................................................................................................................... 37
Figure 28. Principe du multiplexage en polarisation dans le cas d’un multiplexage en
Longueur d’onde. ...................................................................................................................... 40
Figure 29. Interface Optisystem ......................................................................................... 44
Figure 30. Schéma d’une liaison modulé en NRZ ............................................................. 45
Figure 31. Schéma d’une liaison modulé en RZ ................................................................ 46
Figure 32. Bloc d’émission NRZ ....................................................................................... 46
Figure 33. Support de transmission .................................................................................... 47
Figure 34. Bloc de réception .............................................................................................. 47
Figure 35. Diagramme de l’œil NRZ à 10 Gbit/s ............................................................... 49
Figure 36. Diagramme de l’œil RZ à 10 Gbit/s .................................................................. 49
Figure 37. Diagramme de l’œil NRZ à 40 Gbit/s ............................................................... 50
Figure 38. Diagramme de l’œil RZ à 40 Gbit/s .................................................................. 50
Figure 39. Schéma d’une liaison modulé en duo binaire ................................................... 51
Figure 40. Bloc d’émissions duo binaire ............................................................................ 52
Figure 41. Diagramme de l’œil duo binaire à 10 Gbit/s ..................................................... 52
Figure 42. Diagramme de l’œil duo binaire à 40 Gbit/s. .................................................... 53
Figure 43. Bloc d’émission DPSK ..................................................................................... 54
Figure 44. Bloc de réception DPSK ................................................................................... 54
Figure 45. Diagramme de l’œil DPSK à 10 Gbit/s............................................................. 55
Figure 46. Diagramme de l’œil DPSK à 40 Gbit/s............................................................. 55
Figure 47. Schéma d’un détecteur différentiel pour DPSK (T : retard d’un temps-bit)........ i

viii
Liste des sigles
Sigle ou acronyme Désignation en anglais Désignation en français
ASK Amplitude-Shift Keying Codage en amplitude
ASE amplified spontaneous emission bruit d'émission spontanée
BER Bit Error Ratio Taux d’erreurs binaire
CWDM Coarse WDM /
Retour à zéro avec dérive de
CRZ Chirped Return-to-Zero
fréquence
Retour à zéro avec porteuse
CS-RZ Carrier-Suppressed Return-to-Zero
supprimée
DB Duobinary Duo binaire
DEL
Light-Emitting Diode Diode électroluminescente

DGD differential group delay Retard de groupe différentiel


DCF Dispersion Compensating Fiber Fibre compensatrice de dispersion
DPSK Differential Phase-Shift Keying Codage différentiel en phase
Differential Quaternary PhaseShift Codage différentiel en phase sur
DQPSK
Keying quatre niveaux
DSF Dispersion-Shifted Fiber Fibre à dispersion décalée
Dense Wavelength Division Multiplexage en longueur d’onde
DWDM
Multiplexing dense
Amplificateur à fibre dopée Erbium
EDFA Erbium-Doped Fiber Amplifier

EO Eye Opening Ouverture de l’œil


ER Extinction Ratio Taux d’extinction
FWM Four-Wave Mixing mélange à quatre ondes
ISD Information spectral density Densité spectrale d’information
LAN Local area network Réseau local
MAN Metropolitan area netwok Réseau métropolitaine
NRZ Non return to zero Non-retour à zero
OOK On/Off Keying Codage tout ou rien
OSNR Optical signal noise ratio Rapport signal sur bruit optique
PIN Positive intrinsic negative Diode PIN
PM Phase Modulator Modulateur de phase

ix
PMD Polarization Mode Dispersion Dispersion modale de polarisation
PRBS Pseudo-Random Binary Sequence Séquence binaire pseudoaléatoire
PSBT Phase-Shaped Binary Transmission binaire à profil de
Transmission phase contrôlé
PSK Phase-Shift Keying Codage en phase
RZ Return to zero Retour à zero
SMF Standard single-Mode Fiber Fibre standard mono-mode
TDM Time Division Multiplexing Multiplexage temporelle
TEB Bit error rate Taux d’erreur bit
UDWDM Ultra Dense WDM /
WAN Wide area network Réseau étendu
WDM Wavelength Division Multiplexing multiplexage en longueur d'onde
XPM Cross-Phase Modulation modulation de phase croisée

x
Dédicace

Tous d’abord, je tiens à remercier ALLAH, qui m’a aidé et donné la


patience et le courage durant cette longue année d’études
Je dédie ce modeste travail à mes parents et toute ma famille
BENMOUFFOK en particulier HAGER et OUIZA, et la AIT TAYEB
qui par leurs encouragements et leur patience, j’ai pu surmonter
tous les obstacles
Je ne manquerais pas de dédier et dire un grand merci à qui ont contribué de
près ou de loin à l’élaboration de ce travaille, A tous ceux qui j’aime et qui
m’aiment

Ahmed BENMOUFFOK

Tous d’abord, je tiens à remercier ALLAH, qui m’a aidé et donné la


patience et le courage durant cette longue année d’études
Je dédie ce modeste travail à mes parents et toute la famille MEZIANE et
CHERIFI qui par leurs encouragements et leur patience, j’ai pu surmonter
tous les obstacles
Je ne manquerais pas de dédier et dire un grand merci à qui ont contribué de
près ou de loin à l’élaboration de ce travaille, A tous ceux qui j’aime et qui
m’aiment
Samir MEZIANE

xi
Remerciements

Nous tenons à remercier DIEU qui nous a accordé la santé, la possibilité


ainsi que la volonté d’entamer et de continuer nos études.

Nous remercions profondément notre encadreur Mr. K. MOHAMED


BELKACEM, pour ces conseils avisés, et pour la qualité de son encadrement
et sa disponibilité.

Nous remercions l’ensemble des jurés d’avoir accepté d’examiner et


d’évaluer notre travail.

Nous remercions tous ceux qui ont contribué de près ou de loin, pour leur
soutien moral ou matériel, dans la réalisation de notre projet.

Nous remercions chaleureusement nos parents et toutes nos familles


(merci pour vos encouragements permanents et pour votre confiance).

Et enfin, un remerciement particulier à tous étudiants de la promotion


IGE 36, pour ses cinq superbes années d’études en leur compagnie. Nous leur
souhaitons à tous une carrière réussie dans le domaine des TICs.

Samir & Ahmed

xii
1
Introduction générale

Introduction générale
A la fin du XVIIIe siècle et jusqu’à nos jours des systèmes de plus en plus complexes se
sont développés, et qui permettant d’établir des communications entre points de plus en plus
éloignés d’une région, d’un pays puis de la planète, et même au-delà. Parmi les premiers
systèmes de télécommunication permettant de transmettre des informations sur des distances à
l’échelle d’un pays, nous pouvons citer les télégraphes de Chappe, Puis sont apparus, au cours
du XIXe siècle, le télégraphe électrique puis le télégraphe sans fil.

Au cours du XXe siècle, ces techniques se sont perfectionnées et les distances de


transmission se sont accrues. Les transmissions par câble et ondes hertziennes se sont alors
largement développées, notamment avec l’arrivée des satellites de télécommunication. Peu
après, l’idée de transmettre des informations via la propagation de lumière par fibres optiques
apparaît. La transmission par fibres optiques a rapidement supplanté la transmission par câbles
électriques, notamment en ce qui concerne les longues et très longues distances, à l’échelle d’un
continent ou de la traversée d’un océan. Dans ce dernier cas, seule la transmission par satellite
reste une alternative crédible à la transmission par fibres optiques.

Les systèmes de transmission par fibres optiques ont donc accompagné la révolution
numérique qui a commencé il y a quelques dizaines d’années. Le travail que nous avons effectué
porte précisément sur des études d’amélioration de ces systèmes de télécommunication, afin
qu’ils puissent encore pour longtemps soutenir la croissance numérique.
2
Chapitre 1 : Généralité sur la fibre optique

Chapitre I : Généralité sur la fibre optique

I .1. Introduction sur les réseaux optique :


Au cours du 20éme siècle, les moyens de communication à distance se sont largement
développés et évolués grâce aux câbles coaxiaux et à la liaison hertziennes (satellite).Ces câbles
coaxiaux remplissaient parfaitement le rôle de support de transmission capable de transmettre
des données à un débit atteignant 270 Mbit/s. Cependant, l’apparition de la téléphonie mobile,
d’internet, ou encore plus récemment de la visioconférence et de la télévision haute définition,
ajoutée à la croissance démographique, résultent en une demande en termes de capacité que les
anciens supports de transmission ne peuvent plus supporter. La solution la plus simple et la plus
convoitée pour répondre à cette demande est l’utilisation de la fibre optique comme support de
transmission.

L’intérêt majeur de l’utilisation de la fibre optique est de transmettre l’information sous


forme d’un signal lumineux sur de grandes distances et avec un débit très élevé. Le choix de ce
support de transmission est désormais courant dans les réseaux de télécommunication.

La communication optique a subi une révolution importante dans les années 1990 avec
l’apparition de deux éléments importants dans un réseau optique :

Le premier élément représente une technique qui consiste à coupler plusieurs longueurs d’ondes
dans une même fibre optique, et ainsi multiplier la capacité de transmission par le nombre de
longueurs d’onde utilisées. Cette technique est appelée multiplexage en longueur d’onde WDM
(Wavelength Division Multiplexing). Pour pouvoir transmettre ces longueurs d’onde sur une
longue distance, un amplificateur large bande était nécessaire. Ainsi le second élément est
l’apparition des amplificateurs à fibre dopée à l’erbium EDFA (Erbium Doped Fiber Amplifier),
qui a permis notamment une amplification tout optique, ce qui représentait un progrès évident
par rapport aux répéteurs optoélectroniques.
I .2. La fibre optique :

I .2.1. Définition de la fibre optique :

La fibre optique est un guide d’onde cylindrique qui conduit la lumière entre deux points
distants. La fibre optique est principalement composée d’un cœur de silice de haut indice de
réfraction et une gaine de silice avec un indice de réfraction plus faible que celui du cœur.
L’ensemble est généralement recouvert d’un revêtement protecteur (gaine en plastique).

a) Le cœur :

Le cœur permet de guider un signal optique et il est caractérisé par son indice nc.

b) La gaine :

La gaine permet d’éviter que le signal optique sort du cœur. Elle est caractérisée par son
indice ng et un diamètre de 125µm. Pour que la réflexion soit réalisable, la condition suivante
doit être respectée : (nc> ng).

c)Le revêtement de plastique :

C’est une couche protectrice qui permet de couvrir la fibre optique et ainsi la protéger
des différentes perturbations externes. Elle est caractérisée par un diamètre de 230 µm.

Figure 1. la fibre optique

3
I .2.2. Principe de guidage :

Nous avons vu ci-dessus qu’une fibre est constituée de deux milieux d’indices
différents : le cœur central et la gaine optique d’indice de réfraction noté respectivement n1 et
n2, avec n1>n2.

Or il est connu que lorsqu’un rayon lumineux d’incidence i passe d’un milieu d’indice
n1 à un milieu d’indice n2, il est dévié (ou réfracté) avec un angle de déviation ir tel que :

n1 sin i = n2 sin ir

Dans le cas où l’angle d’incidence respecte la condition suivante :

Alors le rayon n’est plus réfracté mais réfléchi. En rajoutant un deuxième milieu d’indice
n2, le rayon optique se trouve alors piégé dans le milieu n1 par des réflexions successives aux
interfaces (entre le cœur et la gaine dans une fibre optique) comme le montre la figure suivante :

Figure 2. Guidage dans la fibre

I .2.3. Avantages et inconvénients de la fibre optique :

a) Avantage :

 Performances de transmissions : Les débits sont très élevés, très grande bande passante,
faible atténuation et possibilité de multiplexage de plusieurs signaux et de plusieurs
utilisateurs.

4
 Affaiblissement plus petit : on peut l’utiliser sur des grandes distances.

 Avantages de mise en œuvre : Très petite taille, grande souplesse, faible poids.

 Sécurité électrique : aucune énergie dans la fibre, donc pas de court-circuit.

b) Inconvénients :

 La fibre optique ne permet pas le transport d’énergie.

 Perte de raccordement entre différents composants optiques du système (pertes de


couplage, pertes au niveau des épissures).

 Fragilité : Les fibres peuvent être cassées ou perdre la transmission quand le câble est
rayé ou fissuré.

I .2.4. Application aux télécommunications :

L’heure pour considérer la fibre optique comme le média de câblage d’aujourd’hui est
une réalité. Elle s’est révélée être un support capable de concurrencer le câble en cuivre ainsi
que les ondes radio aussi bien en terme de performances au niveau de la transmission,
d’avantages liés à la mise en œuvre, de sécurité électrique, électromagnétique et industrielle
ainsi que de plus en plus qu’un point de vue économique.

Le tableau suivant met en relief ces divers avantages :

Tableau I.Comparatif des caractéristiques des différents supports de propagation

5
I .3. Différents types de fibre :
Il existe 2 grands types de fibres [1] :

 Multimode : dans lequel il existe différents modes de propagation de la lumière au sein


du cœur de la fibre.

 Monomode : dans lequel il existe un seul mode de propagation de la lumière, le mode


en ligne droite.

I .3.1. La fibre multimode à saut d’indice :

Le diamètre du cœur est d’environ 200 micromètres pour un diamètre total de la fibre
(cœur + gaine) de 380 micromètres. La fibre à saut d'indice possède un cœur très large.
L’atténuation sur ce type de fibre est très importante comme on peut le voir sur la différence des
impulsions d'entrée et de sortie.

Figure 3. Fibre à saut d’indice

I .3.2. La fibre multimode à gradient d’indice :

Le diamètre du cœur est de 50 à 100 micromètres pour un diamètre total de la fibre de


125 micromètres. La fibre à gradient d'indice possède un cœur de taille intermédiaire.
L'atténuation sur ce type de fibre est moins importante que sur les fibres à saut d'indice.

Figure 4. Fibre à gradient d’indice

6
I .3.3. La fibre monomode :

Le cœur mesure moins de 10 micromètres pour un diamètre total de 125 micromètres.


La fibre monomode possède un cœur très fin, de la taille d'un cheveu, L'atténuation sur ce type
de fibre est quasi nulle, c'est ce qui en fait sa force.

Figure 5. Fibre monomode

I .4. La montée en débit « la solution WDM » :


Les systèmes de transmission dans les années 80 ne reposaient que sur l’utilisation du
multiplexage temporel (ou TDM pour Time Division Multiplexing) pour transmettre
l’information uniquement sur une seule longueur d’onde.

Cette technique divise la bande passante disponible en un certain nombre d’intervalles


de temps (fixe ou non selon la technique). Un intervalle de temps est alloué à chaque unité et
celle-ci peut alors l’utiliser pour transmettre son information.

Avec l’avènement du réseau de communication Internet au milieu des années 90, la


demande terme de bande passante ne cessera d’augmenter du fait de l’importance des tailles de
fichiers de données transmises (voix, images, vidéos). En effet, la popularité et la facilité d’accès
à ce réseau ont impliqué une demande en bande passante doublant.

Le défi consistait donc à trouver un nouveau concept capable d’intégrer et de gérer cette
demande en pleine évolution.

I .4.1. La technologie WDM :

Une nouvelle technologie a alors émergé au milieu des années 90 nommée WDM.

7
Avec cette technologie est née l’idée d’injecter simultanément dans une même fibre
optique plusieurs trains de signaux numériques à la même vitesse de modulation, mais chacun
à une longueur d’onde (ou couleur) différente, ce qui donne la configuration suivante :

Figure 6. Technologie WDM

I .4.2. Principe d’une liaison WDM :

A l’émission, on multiplexe n canaux (ou couleur) au débit nominal D ; à la réception


on démultiplexeur le signal global n × D en n canaux. Chaque fibre transporte donc un multiple
de n canaux, ce qui est équivalent en termes de capacité à n fibres transportant chacune un canal.

Il est facile de voir que cette approche permet d’augmenter la capacité d’un réseau de
manière importante en présentant le gros avantage d’exploiter les fibres existantes sans modifier
l’infrastructure.

Parmi les avantages du WDM :

 Capacité très élevée.

 La transparence des données.

 Transmission longue distance.

 Compatible avec des fibres optiques existantes.

 Performances élevées.

 Grande flexibilité de mise en réseau, de l'économie et de la fiabilité.

8
I .4.3. Type du WDM :

Lorsque l'espacement entre les longueurs d'onde est de 20 nm, on parle de Coarse WDM
(CWDM). L'avantage du CWDM est son coût. En effet, grâce à l'important espacement laissé à
chaque canal, on n'est pas obligé de réguler en température le laser d'émission. Par contre, on
est limité à 16 canaux, pas amplifiés (moins cher) donc sur 150 km au maximum. En CWDM,
8 longueurs d'ondes sont utilisable avec des optiques 10 Gbit/s.

Pour un espacement plus faible (donc plus de longueurs d'onde simultanément en


propagation), on parle de WDM, voire Dense WDM (DWDM, plus de 32 longueurs d'onde) et
même Ultra Dense WDM (UDWDM). Les systèmes DWDM commerciaux espacent les
longueurs d'onde d'environ 0,8 nm (100 GHz), 0,4 nm (50 GHz) voire 0,1 nm (12,5 GHz). Il est
ainsi possible de combiner 160 longueurs d'onde optiques et plus.

Malgré des tentatives audacieuses (exploitant les solitons par exemple), cette
technologie reste la seule déployée sur les réseaux télécoms longue distance (long-haul), et
même métropolitains.

I .5. Caractéristiques de la fibre optique :

I .5.1. Caractéristiques de propagation :

a) L’atténuation :

La fibre optique est caractérisée par son atténuation linéique, qui est certes très faible
notamment par rapport à celle des câbles électriques, mais qui en reste une caractéristique
fondamentale, particulièrement importante pour des propagations sur longue distance.
L’atténuation d’une fibre est caractérisée par son paramètre d’absorption linéique, que l’on
exprime en dB/km. Au cours de la propagation, la puissance du signal diminue
exponentiellement au fur et à mesure de la propagation.

9
Origines :

 Les pertes intrinsèques du matériau (la silice).

 Les défauts ponctuels sur les fibres.

 Les pertes de connexion.

 La perte par micro-courbure est soumise aux contraintes mécaniques (allongement,


Écrasement, torsion…), provoquant des microdéformations du cœur et par conséquent
des pertes de la lumière.

b) L’absorption :

L’absorption est due à l’interaction de la lumière avec les atomes ou les molécules
individuelles constitutives de la matière.

Cette interaction rayonnement-matière s'applique au matériau constituant la fibre


(absorption intrinsèque), mais aussi aux impuretés qu'elle contient et qui sont la conséquence
du mode de fabrication (absorption extrinsèque).

c) La diffusion :

Elle provient des variations de l'indice de réfraction du matériau sur des longueurs
inférieures à la longueur d'onde de la lumière.

La diffusion résulte des irrégularités de positions relatives des atomes dans le matériau
ainsi que de l’indice de réfraction dans le sens de propagation.

10
Figure 7. L’atténuation dans la fibre optique

L’atténuation provient de l’absorption, de la diffusion, micro courbure, macro courbure, de perte


de connexion et de discontinuité.

I .5.2. Effets de propagation linéaires :

La dispersion chromatique et la dispersion modale de polarisation sont les deux


phénomènes linéaires susceptibles de dégrader les performances des systèmes : ils affectent les
différents canaux individuellement et l'effet sur un canal ne dépend donc pas de la présence des
autres.

La Dispersion :

La Dispersion au sens large est un étalement ou un élargissement des pulses lumineux


lors de leur propagation le long d’une fibre.

a. Dispersion chromatique :

Due à la largeur spectrale non nulle de la source (c’est-à-dire composée de plusieurs


longueurs d’ondes), chaque longueur d’onde se propageant à une vitesse spécifique. (v=c/n(λ))

Le temps de propagation de groupe, c'est-à-dire le temps mis par un signal pour parcourir
l'unité de longueur.

11
Le paramètre de dispersion chromatique (D) est défini comme la dérivée du temps de
propagation de groupe par rapport à la longueur d'onde et exprimé en : ps/nm*km.

Délai différentiel(en ps), Largeur de la source (en nm), Distance (en km).

Figure 8. Effet de la dispersion chromatique

Origine de la Dispersion Chromatique :

Deux effets contribuent à la Dispersion Chromatique totale :

 La dispersion due au matériau (le verre) dépend du type de verre (impuretés, etc.)

 La dispersion due au guide d’onde (la fibre) dépend du profil d’indice de la fibre.

b. Dispersion modal de polarisation :

La polarisation est une propriété relative à la nature vibratoire de la lumière. Dans une
Fibre optique, la lumière est une combinaison de deux vibrations de directions perpendiculaires.
Chaque direction représente un mode de polarisation. Dans une fibre idéale parfaitement
circulaire sur toute sa longueur, les deux modes de Polarisation vont se propager à la même
vitesse. Leur composition à la sortie reproduit exactement le même état de polarisation que celui
de la lumière injectée à l’entrée. [2]

Origine de la PMD :

Biréfringence : Fibre non parfaitement circulaire et symétrique

 Fabrication de la fibre non parfaite.

 La vitesse de groupe des principaux états de polarisation est légèrement différente.

12
Contraintes et inhomogénéité de la fibre (ex : courbures…) créent de la biréfringence
localisée.

 La fibre peut être torsadée, compressée ou courbée à certains points de la liaison.

 Une fibre est une addition de distributions aléatoires de sections biréfringentes.

PMD est la valeur moyenne du retard de vitesse de groupe (DGD moyen), aussi appelé
délai PMD Δτ [ps], exprimé par le coefficient de PMD Δτc [ps/√km]

PMD engendre un élargissement de l’impulsion, Limitant la transmission haut débit.

Figure 9. Effet de la PMD.

I .5.3. Les effets non linéaires :

Les systèmes de télécommunications sur fibre sont conçus dans l'hypothèse d'une
transmission linéaire et les effets non-linéaires sont alors des effets parasites qui en dégradent
les performances quand les puissances véhiculées deviennent élevées. Aujourd'hui, les systèmes
de transmission à haut débit et grande distance utilisent des amplificateurs de puissance à
l'émission, ce qui conduit à des puissances injectées dans la fibre très élevées et des effets non-
linéaires non négligeables.

13
a. L'effet Kerr :

L'effet Kerr est une extension des lois de la réfraction de la lumière lors de la propagation
de cette lumière dans des milieux d'indice variable. L'indice de réfraction peut alors s'exprimer
sous la forme d'une équation non linéaire [3], proportionnellement à la puissance optique :

n = n0 + n2 avec n0 une constante et n2 une fonction quadratique de la puissance.

b. Les effets Raman et Brillouin :

L'effet Raman est le plus connu des effets non-linéaires. Il s'agit d'une interaction photon-
phonon, c'est-à-dire d'échange d'énergie entre l'onde optique et les vibrations du matériau.

L'effet Brillouin est de même nature que la diffusion de Raman, mais l'interaction se fait
avec des phonons acoustiques, c'est-à-dire avec les vibrations d'ensemble du matériau, se
propageant à la vitesse des ondes acoustiques.

Ces effets sont sensibles dès que la puissance injectée dépasse un certain seuil. Une
solution mise en œuvre pour les combattre consiste à moduler en amplitude à très basse
fréquence le courant d'injection du laser par un signal sinusoïdal, ce qui provoque une
modulation de fréquence du signal optique émis et élargit le spectre jusqu'à quelques GHZ.

I .6. Conclusion :
Au cours de ce chapitre, nous avons présenté les notions basiques à la compréhension de
la physique des télécommunications optiques.

On a commencé par la présentation de la fibre optique d’une manière générale, en suite


on a cité ces différents types, ces avantages et inconvénients, puis on a parlé sur la technologie
de multiplexage en longueur d’onde, et sans oublier les différents effets de propagations
linéaires et non linéaires que subit un signal optique lorsqu’il se propage le long d’une fibre.

La technique de multiplexage en longueur d’onde a permis d’abord d’offrir des capacités


et une qualité de transmission, et de faire face à la croissance du trafic attendue pour les années
à venir. Mais, bien au-delà de la transmission, la technique DWDM est un outil extrêmement
intéressant pour repenser totalement la structure des réseaux, et à les adapter à la diversification
des services.

14
15
Chapitre 2 : Format de modulation optique

Chapitre II : Format de modulation optique

II.1 Introduction :
Suite à l’arrivée sur le marché de nouvelles technologies nécessitant plus de débit (accès
haut débit, TV numérique haute définition 3D...) la demande en débit n'a cessé de croitre.

Ainsi, pour améliorer les systèmes actuels et offrir des performances optimales, une
solution appropriée est d'augmenter le débit à 40Gbit/s et plus par canal en gardant l’ancien
système à 10Gbit/s, mais cela est impossible avec les contraintes liées aux effets linéaires et non
linéaires que nous avons précédemment.

La recherche s’oriente de plus en plus vers l’amélioration des liens transportant les
données sur des distances de plus en plus grandes, ceci passe par une amélioration de la couche
physique. Cependant, cela pose problème vis à vis de la rentabilité des anciens systèmes, et aussi
au coût élevé pour les opérateurs afin de changer les anciennes infrastructures. Donc, les
chercheurs ont tenté de trouver une solution optimale qui consiste à changer les formats de
modulation afin d’augmenter le débit binaire et la capacité du lien sans changer de fibre.

II.2 Structure générale d’un système de transmission sur fibre


optique :
Un système de transmission optique se compose de :

II.2.1 La source optique :

Figure 10. La source optique


a) Émetteur :

Les sources optiques sont des composants actifs dans le domaine de la communication
par fibre optique. Leurs fonctions fondamentales sont de convertir une énergie électrique en une
énergie optique (conversion électro-optique) avec un rendement satisfaisant et assurer un bon
couplage avec la fibre.

En télécommunication optique, la nécessité d’utiliser des bandes passantes de plus en


plus larges impose le choix des sources à spectres réduites telles que les diodes laser (DL) et les
diodes électroluminescentes (DEL), ces deux sources sont réalisées à partir de la jonction PN
polarisée en direct, le principe d’émission est dû à la recombinaison des paires électron-trou.

b) Modulateurs :

Afin de transmettre des informations dans les systèmes numériques optiques, il faut les
imprimer sur le signal à envoyer dans la fibre, c'est ce que l'on appelle une modulation, qui est
une fonction essentielle de tout système de transmission.

Figure 11. Modulateur

c) Les amplificateurs optiques (EDFA) :

Un des éléments clefs est l’amplificateur à fibre dopée erbium, EDFA (Erbium Doped
Fiber Amplifier). Il compense les pertes d’insertion dues aux multiplexage/démultiplexage des
longueurs d’onde. Il permet également une réduction du bruit. Ce type de technologie nécessite
des amplificateurs tous les 50 à 100 km. Ceci est dû à des phénomènes non linéaires qui se

16
développent lors de la propagation du signal dans la fibre et qui Introduisent des risques de
diaphonie et de mélange des canaux.

II.2.2 Multiplexeur/démultiplexeur :

La fonction d’un multiplexeur à fibre optique consiste à réunir sur la même fibre optique
de sortie, les signaux optiques portés par N longueurs d’ondes optiques différentes qui se
propagent dans chacune des N fibres optiques d’entrées.

La fonction réalisée par un démultiplexeur est réciproque et consiste à répartir sur N


fibres optiques distinctes, chacune des N longueurs d’ondes optiques se propageant dans la fibre
optique d’entrée.

 Multiplexage à Filtre Optique :

Les filtres permettent la séparation spectrale en réfléchissant certain gamme de longueurs


d’onde et en transmettant les autres. En effet Le filtrage a pour but de limiter l’occupation
spectrale d’un signal. D’autre part Le multiplexage optique regroupe les signaux occupant des
gammes de longueurs d’onde différentes tandis que la fonction réciproque le démultiplexage,
permet de séparer des signaux occupant des bandes de longueurs d’onde différentes.

II.2.3 Une ligne de transmission :

La ligne de transmission est censée se composer par les fibres optiques et les
amplificateurs optiques qui substituent les régénérateurs électriques.

II.2.4 Récepteurs :

Le but du récepteur est d'extraire avec des moyens fiables l'information transmise à partir
du signal optique reçu.

17
Figure 12. Structure d’un Récepteurs

Photo détecteurs :

La photo détecteur est un semi-conducteur de la jonction PN polarisé en inverse permet


la conversion du signal optique reçu (les photons) en un signal électrique par l’effet
photoélectrique.

II.3 Familles de liaisons optiques numériques :


On peut distinguer 4 grandes familles de liaisons sur fibres optiques, qui sont
déterminées par rapport aux fenêtres optiques de longueur d’onde. Leurs portées sont limitées
d’une part par l’atténuation (limite qui diminue lentement quand le débit augmente) d’autre part
par la dispersion (intermodale ou chromatique).

II.3.1. Première famille :

Fenêtre à 0,67μm utilisant des fibres plastiques.

Emploi : Applications industrielles locales à très courtes distances.

II.3.2. Deuxième famille :

Fenêtre à 0,85μm utilisant des fibres multimodes, avec des DEL / photodiodes PIN.

18
Emploi : Applications informatiques et industrielles, pour des distances plus longues que les
précédentes (transmission coutre distance, réseaux locaux ou LAN, distribution). La
transmission concerne les données numériques et aussi de la vidéo.

II.3.3. Troisième famille :

Fenêtre à 1,3 μm avec diode lasers et fibres monomodes.

Emploi : Liaisons interurbaines avec des distances entre répéteurs de plus de 50 km. Cette
fenêtre peut être exploitée sur fibres multimodes avec des DEL pour des systèmes multiplexés.

II.3.4. Quatrième famille :

Fenêtre à 1,55μm, utilisant des fibres monomodes à dispersion décalée et des diodes lasers
monochromatiques.

Emploi : Des liaisons longues distances (liaisons sous-marines).

Leur développement est actuellement aussi terrestre longues distances WAN. C’est dans cette
fenêtre qu’on introduit l’amplification optique à fibre dopée en erbium.

II.4. Les modes de représentation de modulation :

II.4.1. le diagramme de l’œil :

Un autre mode de représentation d’un signal optique est le diagramme de l’œil. Il


consiste en une superposition de l’ensemble des symboles de la séquence temporelle sur une
fenêtre de largeur égale à un ou quelques temps-bits.

Il est obtenu à partir d’un oscilloscope synchronisé sur la fréquence d’horloge du signal.

Ainsi le diagramme de l’œil permet d’avoir un aperçu rapide et global de la qualité du


signal, notamment en permettant de visualiser simultanément tous les états qu’il peut prendre et
toutes les transitions entre ces différents états. Le diagramme de l’œil permet donc de juger l’état
de pureté ou de dégradation du signal, et même de le quantifier au moyen de mesures
d’ouverture de l’œil.

19
Figure 13. exemple de diagramme de l’œil d’un signal

II.4.2 Représentation fréquentielle :

La représentation d’un signal est bien sûr son spectre, qui est sa représentation dans le
domaine fréquentiel. Il est obtenu soit à partir d’un analyseur de spectre optique, soit
numériquement à partir de la transformée de Fourier de la séquence temporelle. Le spectre d’un
signal modulé permet de le caractériser dans le domaine fréquentiel, mais aussi de visualiser son
niveau de bruit et donc de déterminer son OSNR.

De plus, contrairement aux représentations temporelles citées plus haut qui


n’autorisaient la visualisation que d’un seul canal fréquentielle peut permettre une visualisation
globale d’un signal WDM.

II.5 Modulation optique :


Les systèmes de transmission par fibres optiques sont conçus pour faire propager par
voie optique des données binaires « 0 » et « 1 ». Il convient donc de déterminer un code
permettant de traduire ces signaux dans le domaine optique par une modulation adéquate d’un
signal optique continu. Le code utilisé pour la traduction en optique des signaux binaires est
appelé format de modulation. [4]

20
II.5.1 Intérêt du choix du format de modulation :

Les formats de modulation sont caractérisés par leurs comportements temporels en


amplitude, leurs comportements en phase, et leurs spectres.

Un signal lumineux se propageant dans une fibre optique subit des effets de Propagation,
comme nous l’avons vu précédemment (atténuation, dispersion, effets non linéaires,
accumulation du bruit…). Or ces effets dépendent de la nature temporelle et spectrale du signal,
et donc de la manière avec laquelle il est modulé, les formats de modulation vont donc réagir à
ces effets d’une manière qui leur est propre. Certains formats seront donc naturellement plus
tolérants que d’autres.

II.6 Modes de modulations optiques :


Il y a deux méthodes distinctes pour moduler les ondes optiques : la modulation directe
d’un laser et la modulation externe.

II.6.1 Modulation directe :

C'est la propre source optique qui réalise la modulation en même temps que la
transformation électrique-optique. La modulation du courant qui traverse un laser à semi-
conducteur entraîne directement la modulation en intensité de la lumière émise. Il suffit
d'inscrire les données sur l'alimentation du laser. [5]

Un inconvénient de cette méthode est que lorsque l’on module en amplitude le courant
d’injection d’un laser est accompagné d’une modulation de fréquence parasite. Ces effets,
conjugués à la dispersion chromatique de la fibre, provoquent un élargissement de l’impulsion
d’autant plus importante que la longueur de la fibre est grande.

21
Figure 14. Modulation directe

II.6.2 Modulation externe :


Consiste à inscrire les données électriques sur un signal optique continu. Elle est obtenue
en modulant optiquement le faisceau lumineux en sortie du laser et non plus le courant
d’alimentation à l’entrée du laser.

La modulation externe présente de nombreux avantages. Elle est plus rapide et permet
donc d'envoyer des débits plus élevés.

Figure 15. Modulation externe

II.7 Grandeurs caractéristiques :

II.7.1 Rapport signal sur bruit optique (OSNR) :

Nous savons tous que le signal est d’autant meilleure qualité que la quantité de bruit est
faible devant la puissance du signal. Cette « pureté » du signal optique est caractérisée par son
rapport signal sur bruit optique (ou OSNR pour Optical Signal-to-Noise Ratio) défini par :

22
Où NASE définit la densité spectrale de bruit, et Bref la bande spectrale de référence dans
laquelle est considéré le bruit, qui y sera supposé blanc. Le facteur 2 provient du fait que le bruit
d’ASE n’est pas polarisé, et donc qu’il se répartit aléatoirement sur la polarisation du signal et
sur la polarisation orthogonale.

II.7.2 Le Facteur Q :

Le facteur Q, ou facteur de qualité, est un autre critère de qualité d’un signal optique. Il
est obtenu à partir des statistiques de bruit (moyennes et écarts-types) des niveaux « 1 » et « 0 »
du signal à détecter.

Où I1 et I0 désignent les valeurs moyennes des niveaux « 1 » et « 0 » du signal, et σ1 et


σ0 désignent leurs écarts-types respectifs.

Le facteur Q est usuellement exprimé en dB en utilisant la formule suivante :

II.8 Les caractéristiques de la modulation :

II.8.1 Débit binaire et Rapidité de modulation :

Tb est le temps pendant lequel un bit est transmis, D est le débit binaire c’est le nombre
de Bits transmis par seconde et vaut : D=1÷Tb.

Si le message est binaire, chaque signal transporte n bits D=log 2 ÷Tb

La rapidité de modulation est le rapport entre D et n, R=D/n.

23
II.8.2 Taux d’erreur bit :

Les performances des modulations analogiques sont évaluées en examinant le rapport


signal sur bruit en sortie du démodulateur. Ce rapport n’a plus de sens ici et on définit un taux
d’erreur bit. Ce taux est le rapport du nombre de bits faux sur le nombre de bits transmis. Un bit
faux, c’est de recevoir un 1 alors que 0 était transmis ou l’inverse, la détection d’un 0 alors que
1 était transmis.

TEB= ′é ÷ ′é é

II.8.3 L’efficacité spectrale :

En modulation analogique, on parle d’occupation autour de la porteuse. Pour les


modulations numériques, on introduit une notion assez voisine qui est l’efficacité spectrale.
L’efficacité spectrale Eff est égale au rapport du débit sur la largeur de bande occupée autour
de la porteuse.

= é ÷ é = ÷

L’efficacité spectrale peut s’exprimer en bit/s/Hz et est comprise entre 2 et 8 pour les
modulations dites performantes.

II.9 Les différents types de modulations optiques :

II.9.1 Codages en intensité (OOK ou ASK) :

C’est La méthode de modulation la plus intuitive, elle consiste à coder l’information de


la manière suivante :

« 0 » = pas de lumière transmise, ou à faible puissance.

« 1 » = de la lumière transmise, à puissance plus forte.

Le codage (On/Off Keying) regroupe plusieurs formats de modulation (NRZ, RZ, CS-
RZ), ayant tous en commun le codage de l’information binaire par le biais de l’intensité de
l’onde lumineuse.

24
a) Le format NRZ (Non Return-to-Zero) :

Il est considéré comme le format le plus simple, un « 0 » est codé par un signal à faible
puissance (idéalement nulle), et un « 1 » par un signal à forte puissance.

Si plusieurs éléments binaires sont à "1", le signal reste a +1 et ne fait pas un retour à 0.
De même si la valeur binaire est à "0", la valeur du signal reste à 0.

Figure 16. Codage NRZ

Figure 17. Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format NRZ

b) Format de modulation RZ (Retour à Zéro) :

Le format de modulation utilisant le codage RZ est un autre format OOK, dérivé du


format NRZ. Comme son nom l’indique, à chaque temps-bit, un retour à zéro systématique est
opéré. Ainsi, le symbole codant un « 0 » en RZ sera quasi-similaire à celui codant un « 0 » d’un
format NRZ, c’est-à-dire un signal à faible puissance, mais le symbole codant un « 1 » en RZ
sera une impulsion lumineuse de durée totale 1 temps-bit et de largeur à mi-hauteur dépendant
de sa méthode de génération. Ainsi, une succession de « 1 » sera codée, en RZ, par une
succession d’impulsions, et non par un signal continu comme en NRZ.

25
Figure 18. Codage RZ

Pour générer le format RZ, on doit d'abord passer par le signal optique NRZ produit par
le modulateur externe d'intensité puis, il est modulé par un train d'impulsions synchronisé avec
le même débit que le signal électrique en utilisant un autre modulateur d'intensité.

Figure 19. trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format RZ

c) Le format CS-RZ (Carrier Suppressed Return-to-Zero) :

Le format CS-RZ est une variante du format RZ. La différence principale entre le CS-
RZ et le RZ conventionnel est que le signal optique de CS-RZ a un déphasage de π entre les bits
adjacent.

Les propriétés spectrales d'un signal CS-RZ sont semblables à celui d'un signal RZ, sauf
que les harmoniques (espacées toujours d’une bande de fréquence B égale au débit
d’information) sont décalés de B/2 par rapport au RZ, de sorte qu'aucun pic n’est présent à la
fréquence porteuse d'où le nom « Carrier-Suppressed ». La Figure 20 représente la trace
temporelle en amplitude et en phase, le diagramme de l’œil et le spectre du format CS-RZ.

26
Figure 20. Trace temporelle, diagramme de l’œil et spectre du format CS-RZ

II.9.2 Codages duo binaires PSBT (Phase Shaped Binary Transmission):

Dans les formats duo binaires, l’information est détectée en intensité au moyen d’un
récepteur OOK conventionnel, mais la phase intervient également dans la modulation du signal,
en changeant, par exemple, à chaque fois qu’un symbole « 0 » est codé.

Un symbole « 1 » peut ainsi présenter une phase de 0 ou de π. Ce codage mixte amplitude


phase a pour principal intérêt de diminuer la largeur spectrale du signal. [6]

Figure 21. Caractéristique du format PSBT

En raison de la largeur de bande optique réduite, la conception de la PSBT peut


également fonctionner dans un réseau de DWDM avec 50 gigahertz d'espacement de canal.

27
II.9.3 Codages différentiels en phase :

a) DPSK (Differential Phase-Shift Keying):

Les perturbations subies par l’onde radio pendant sa propagation affectent l’amplitude
du signal plus que sa fréquence, donc la modulation en fréquence est plus performante que la
modulation en amplitude dans le domaine de la radio.

Nous pouvons donc penser que les signaux optiques se comportent de manière analogue
au cours de leur propagation dans la fibre optique.

C’est une des raisons pour laquelle le codage de l’information binaire dans la phase de
l’onde lumineuse, plutôt que dans son amplitude, a été envisagé.

Le format de modulation basé sur le codage DPSK est doté d’une amplitude quasi-
constante et d’une phase valant 0 ou π selon les données binaires à transmettre. [7]

Figure 22. Caractéristique du format DPSK

Détection différentielle : [Annexe 1]

b) Modulation DQPSK (Differential Quaternary PSK):

La modulation différentielle en quadrature de phase (DQPSK) est directement inspirée


de la DPSK, modulation en phase sur deux niveaux. La différence principale entre ces deux
formats est le nombre de valeurs de phase que peut prendre le signal optique modulé. La DQPSK
en comporte 4 différentes valeurs, alors que la DPSK n’en comporte que 2. Tout comme pour
la DPSK, l’intensité du signal codé en DQPSK reste constante au cours du temps.

28
La DQPSK fournit une alternative prometteuse à la DPSK puisqu’elle transmet 2
bits/Symbole et présente une complexité réduite du système comparé à un système de QPSK.

En plus, elle est tolérante à la dispersion chromatique (CD), dispersion modale de


polarisation (PMD), et a une efficacité spectrale élevée. [8]

Figure 23. Spectre d’un signal DQPSK

II.10 Conclusion :
Dans le deuxième chapitre nous avons présenté la structure générale d’un système de
transmission par fibre optique, Les modes de représentation, les différentes caractéristiques pour
pouvoir juger la qualité de signal à la réception en basant sur le facteur de qualité Q et le BER.

Puis on a cité l’intérêt de choix des formats de modulation les plus adaptés à des débits
variables et on a terminé par la présentation des différents formats de modulation.

29
30
Chapitre 03 : Augmentation de la capacité des systèmes de transmission

Chapitre III : Augmentation de la capacité des systèmes de


transmission

III.1 Introduction :
La demande en capacité est attendue en croissance continue au cours des prochaines
années. Donc si nous comptons sur les mêmes systèmes que ceux utilisés aujourd’hui pour
répondre à cette demande, nous devons nous attendre à leur saturation, et à un gigantesque
embouteillage numérique dans le monde entier d’ici une vingtaine d’années.

Il importe donc de concevoir des systèmes capables de répondre à cette demande. Pour
cela, plusieurs solutions sont possibles.

Tout d’abord, il est envisageable de déployer directement des systèmes d’une génération
nouvelle, dont la capacité maximale est significativement supérieure à la demande du moment.
Ainsi ils pourront servir pendant toute leur durée de vie et absorber l’augmentation de la
demande en capacité sans entrer en saturation. Mais cela implique aussi qu’ils seront utilisés
largement en sous-capacité pendant une certaine période, ce qui peut être contraignant en termes
de retour sur investissement.

Une autre méthode, moins coûteuse, consiste à utiliser tels quels les systèmes déployés
opérationnels aujourd’hui, et à modifier uniquement leurs émetteurs et leurs récepteurs pour leur
permettre d’améliorer leurs performances dans la mesure des possibilités offertes par cette
méthode. Ainsi la partie déployée du système, la plus difficile à modifier, est inchangée, et le
coût de la mise à niveau du système s’en trouve drastiquement amoindri, même si le gain en
performance peut être limité. Cette méthode offre une possibilité supplémentaire, qui est de
pouvoir substituer progressivement, au rythme des besoins en capacité, un canal WDM
correspondant à l’ancien système, par un canal WDM présentant une capacité supérieure,
jusqu’à ce que tous les canaux soient remplacés. Cela permet de faire toujours fonctionner le
système à sa capacité maximale, sans qu’il n’entre toutefois en saturation. Son rendement est
ainsi maximal.
L’objectif de ce chapitre est de décrire et étudier les différentes contraintes et les effets
de propagation d’un signal optique lorsqu’il est modulé à 40 Gbit/s et plus, et notamment
lorsqu’un tel signal se propage dans un système initialement prévu pour transporter 10 Gbit/s.

La densité spectrale d’information ISD (Information Spectral Density), en bit/s/Hz,


définie par le rapport Btot/tot où Btot et tot sont respectivement la capacité totale
d’information et la bande spectrale totale occupée par les signaux WDM. De nombreuses
technologies permettent d’accroitre la densité spectrale d’information.

III.2 Description des systèmes existants :

III.2.1 Système à 10 Gbit/s :


La plupart des systèmes de transmission optique sur longue distance déployés et
opérationnels étaient modulés au débit de 10 Gbit/s au moyen d’un format de modulation OOK
simple : NRZ ou RZ. Leurs canaux WDM sont répartis dans toute la bande spectrale considérée
(C et/ou L) en étant espacés de 50 GHz, ce qui correspond à une densité spectrale d’information
de 0.2 bits/s/Hz. À noter que certains systèmes à 10Gbit/s peuvent encore comporter un
espacement entre canaux de 100 GHz. Ces systèmes sont encore largement suffisants
aujourd’hui pour faire face à la demande en capacité actuelle.

Figure 24. Canaux 10 Gbit/s

Comme cela a été précisé en introduction à ce chapitre, il est attendu qu’une telle
configuration WDM ne suffise plus à assurer la demande en capacité dans un futur plus ou moins
proche. L’application à ces systèmes de techniques permettant l’augmentation progressive de
leur capacité maximale est une solution permettant de résoudre ce problème sur le moyen terme.

31
III.2.2 Le passage de 10Gbit/s a 40Gbit/s :

Cependant ces systèmes DWDM sont issus d’une mise à niveau des systèmes
actuellement en service, initialement conçus pour un fonctionnement optimal au débit de 10
Gbit/s par canal. Le fait qu’ils soient utilisés pour des applications pour lesquelles ils n’étaient
pas initialement destinés fait qu’ils présentent de fortes contraintes en ce qui concerne la
propagation de signaux à 40 Gbit/s.

Pour augmenter la capacité que peuvent traiter les systèmes de transmission Optique, il
est aussi tout à fait possible de concevoir des systèmes prévus directement pour être utilisés à
un débit de 40 Gbit/s par canal. Ces systèmes doivent bien sûr comporter une densité spectrale
d’information plus grande que celle des systèmes à 10 Gbit/s pour pouvoir traiter une capacité
plus importante.[9]

Figure 25. Canaux 40 Gbit/s

Une densité spectrale d’information de 0.4 bits/s/Hz dans un système modulé à 40 Gbit/s
par canal correspondent à un espacement entre canaux de 100 GHz. Ces systèmes de nouvelle
génération nécessitent bien sûr un déploiement complet d’une nouvelle ligne. Ils sont donc plus
coûteux à mettre en place.

32
III.3 Contraintes liées à une augmentation progressive de capacité
d’un système WDM :
Une augmentation du débit d’un canal, par exemple d’un facteur 4, s’accompagne d’une
augmentation de la largeur spectrale du canal considéré dans les mêmes proportions, si le même
format de modulation est utilisé. Déjà en configuration monocanal, cette augmentation du débit
s’accompagne de diminutions des tolérances à l’ASE et aux différents effets de propagation
linéaires (dispersion, PMD), ainsi que d’une manifestation différente des effets non-linéaires.

Si nous substituons maintenant à chaque canal NRZ à 10 Gbit/s un canal NRZ à 40


Gbit/s, le lobe principal de leur spectre aura une largeur de 80 GHz, qui s’avère être supérieure
aux 50 GHz d’espacement entre les canaux. Dans ce cas, la diaphonie linéaire entre les canaux
sera considérable, comme illustré en Figure 26 Les canaux NRZ à 10 Gbit/s ne se chevauchent
qu’au niveau de leurs deuxièmes lobes secondaires, alors que les canaux NRZ à 40 Gbit/s se
chevauchent déjà sur une grande partie de leur lobe principal. Ainsi il est impossible d’isoler
correctement un canal de ses voisins, car certaines informations provenant de deux canaux
voisins se situent dans une même bande spectrale. Cette configuration est donc difficilement
envisageable à 40 Gbit/s, avant même d’avoir évoqué les effets de propagation qu’aurait subi
un tel multiplex.

Figure 26. Spectre WDM composé de canaux NRZ espacés de 50GHZ, modulé
à gauche au débit de 10Gbit/s, et à droite au débit de 40Gbit/s.

33
III.3.1 Diminution de la tolérance au bruit :

Lorsque le débit binaire augmente, le spectre d’un signal modulé s’élargit d’autant, et de
manière homothétique. Pour détecter ce signal, la bande passante des filtres optique et électrique
nécessaires au niveau du récepteur doit donc également augmenter d’autant.

Or cela a pour conséquence de récupérer autant de bruit d’ASE en plus au niveau du


récepteur, et donc d’avoir une puissance de bruit intégrée au niveau du récepteur autant de fois
plus élevée, 4 fois par exemple, si le débit a été multiplié par 4. Il en résulte que dans ce cas,
l’OSNR au niveau du récepteur devra être 4 fois plus élevé (ou augmenté de 6 dB) pour que la
qualité de la détection ne soit pas affectée par l’augmentation du débit.

La tolérance d’un signal optique au bruit est inversement proportionnelle à sa fréquence


d’information optique.

III.3.2 Diminution de la tolérance à la dispersion

Un signal modulé tolère une certaine valeur de dispersion chromatique cumulée avant
d’être significativement dégradé temporellement. Cette valeur dépend de la manière dont les
différents symboles du signal s’étalent temporellement par le biais de la dispersion et interfèrent
entre eux.

Lorsque la fréquence d’information optique augmente d’un facteur 4, les symboles du


signal sont 4 fois plus proches les uns des autres. Pour se chevaucher de la même façon par la
dispersion, il leur suffit alors d’un étalement temporel 4 fois moindre. De plus, au cours de cette
même augmentation de débit, le spectre du signal s’élargit de manière homothétique d’un facteur
4 également. Une même valeur de dispersion chromatique fera donc que les impulsions vont
s’élargir 4 fois plus vite. Comme elles sont aussi 4 fois plus rapprochées les unes des autres,
elles seront au final 16 fois plus sensibles à la dispersion chromatique.

La tolérance d’un signal optique à la dispersion chromatique cumulée est inversement


proportionnelle au carré de sa fréquence d’information optique.

34
III.3.3 Diminution de la tolérance à la PMD :

La PMD (comme le DGD) est consécutive à un élargissement temporel des symboles dû


à la biréfringence de la fibre. Comme dans le cas de la dispersion, si le débit augmente, les
symboles se rapprochent les uns des autres. Donc plus le débit augmente, plus le signal est
affecté par l’élargissement de ses symboles. Mais contrairement à la dispersion, la PMD n’est
pas fonction de la largeur spectrale du signal, bien qu’elle soit directement dépendante du débit.

La tolérance d’un signal optique à la PMD ou au DGD est inversement proportionnelle


à sa fréquence d’information optique.

III.3.4 Évolution de la tolérance aux effets non-linéaires :

Nous avons vu que lorsque le débit augmentait, les effets de dispersion étaient exaltés.
Ceci a deux conséquences sur le comportement d’un signal vis-à-vis des effets non-linéaires
lorsque son débit augmente.

Premièrement, du fait que les effets de dispersion augmentent de manière quadratique


avec le débit, les impulsions auront d’autant plus tendance à se chevaucher, et donc à interagir
non-linéairement entre elles, générant ainsi plus facilement des effets non-linéaires intra-
canaux.

Deuxièmement, du fait de la diminution du temps-bit, le temps pendant lequel deux


impulsions de deux canaux différents interagissent entre elle (soit le temps que l’une «dépasse»
l’autre) va diminuer d’autant. Elles auront donc moins le temps de générer des effets non-
linéaires croisés de type XPM ou FWM.

Grâce à ces deux tendances concordantes, l’impact des effets intra-canaux augmente et
l’impact des effets croisés diminue lorsque la fréquence d’information optique augmente.

Nous verrons qu’en règle générale les effets intra-canaux sont prépondérants à 40 Gbit/s,
mais que certains systèmes à densité spectrale d’information élevée génèrent toujours des effets
croisés importants même à 40 Gbit/s.

Le bruit de phase non-linéaire se comporte comme les effets non-linéaires croisés : plus
la fréquence d’information, ou plus la dispersion, augmente, moins il se manifeste. L’effet

35
Brillouin se manifeste d’autant moins que la fréquence d’information est élevée, et l’effet
Raman en est indépendant, sauf dans le cas de l’effet Raman intra-canal qui se manifeste pour
des fréquences d’information supérieures à 100 GHz.

III.4 Description des formats de modulation étroits spectralement


compatibles avec les configurations DWDM :

III.4.1 La PSBT (Phase-Shaped Binary Transmission):

La PSBT a été imaginée et introduite pour exploiter notamment son exceptionnelle


tolérance à la dispersion chromatique évoquée au Chapitre 1, dans les systèmes à 10 Gbit/s.
Mais cette utilisation s’est révélée sans suite.

La PSBT est toutefois revenue au goût du jour dans le cadre de l’étude que nous
décrivons dans ce chapitre, pour des applications DWDM 40 Gbit/s.

III.4.2 La DQPSK (Differential Quaternary Phase-Shift Keying):


Nous nous intéressons toujours ici à la modulation différentielle, c’est-à-dire au cas où
l’information binaire à transmettre est codée par un différentiel de phase entre deux symboles
consécutifs. Comme la DQPSK présente 4 niveaux de phase différents, elle présente
évidemment aussi 4 différentiels de phase différents, qui sont 0, p/2, p, et 3p/2.

Chaque différentiel code alors non pas un bit à choisir parmi deux, mais un groupe de
deux bits, parfois appelé dibit, à choisir parmi quatre : « 11 », « 10 », « 00 » ou « 01 ».

Un différentiel de phase entre deux symboles de DQPSK code donc optiquement 2bits.
Pour assurer une transmission à un débit binaire donné, la fréquence d’information optique des
symboles DQPSK doit donc être inférieure de moitié à la fréquence d’information du signal
électrique binaire initial.

36
III.5 La Gestion de Dispersion :
Nous avons vu que les effets de dispersion chromatique et certains effets non-linéaires
étaient étroitement liés les uns aux autres.

Étant donné que, pour assurer une transmission la meilleure possible, il n’est pas
recommandé, en particulier dans une configuration WDM, d’utiliser des fibres à dispersion
nulle, il est nécessaire de compenser la dispersion accumulée dans les fibres de ligne le long de
la transmission par des fibres spécifiquement allouées à cela, comme les fibres à compensation
de dispersion (DCF).

Pour visualiser la répartition de la dispersion cumulée le long de la ligne du système de


transmission optique, on utilise un graphe appelé carte de dispersion du système. Ce graphe,
dont un exemple est donné en Figure 27, représente la dispersion cumulée en fonction de la
distance de propagation dans le système.

Figure 27. Exemple de carte de dispersion « simple période » d’un système de


transmission optique

Une gestion de dispersion simple période, telle que représentée ci-dessus, repose sur trois
degrés de liberté :

III.5.1 La pré-compensation :

C’est la valeur de dispersion cumulée du système à l’entrée de son premier tronçon. Pour
atteindre une valeur de pré-compensation donnée, il suffit de placer une première fibre de

37
compensation de dispersion juste après l’émetteur, par exemple au niveau de l’amplificateur
situé à l’entrée du premier tronçon de la ligne.

III.5.2 La compensation en ligne :

C’est la valeur de dispersion cumulée qui est compensée à la fin de chaque tronçon,
souvent opérée entre les deux étages d’un EDFA dans un système terrestre. Dans le cas d’une
gestion de dispersion « simple période » telle que présentée en Figure 27, la compensation en
ligne est identique pour tous les tronçons, sauf le dernier. Elle peut s’exprimer en ps/nm ou en
pourcentage de la dispersion cumulée dans le tronçon. Dans cet exemple, elle vaut 80 %. La
dispersion accumulée dans chaque tronçon n’est alors pas entièrement compensée, et la
dispersion cumulée tend globalement à croître le long de la ligne. Nous parlons dans ce cas
d’une carte de dispersion « montante ». La différence entre la valeur de la dispersion cumulée
après la compensation en ligne d’un tronçon et la valeur de la dispersion cumulée au début du
tronçon correspondant est appelée la dispersion résiduelle en ligne. Ce paramètre peut se
substituer à la compensation en ligne pour caractériser la gestion de dispersion d’un système.

III.5.3 La post-compensation :

C’est la valeur de la compensation en ligne du dernier tronçon. La post-compensation a


pour rôle de donner à la dispersion cumulée à la fin de la ligne une valeur finale, appelée
dispersion résiduelle. La dispersion résiduelle est dans la plupart des cas bien plus faible que la
valeur maximale de la dispersion cumulée le long de la ligne (et ce d’autant plus que le débit est
élevé), mais elle n’est pas nécessairement nulle. Elle contribue à l’optimisation du système au
même titre que la pré-compensation et la compensation en ligne.

Ces trois degrés de liberté peuvent permettre une amélioration significative de la


tolérance du système considéré aux effets non-linéaires, pour seulement le prix de petites
contraintes supplémentaires.

Une carte de dispersion optimisée, pour laquelle l’impact des effets non-linéaires est
minimisé, est telle que globalement le long de la ligne, il y a autant d’effets non-linéaires qui se
sont cumulés lorsque la dispersion cumulée était négative, que lorsqu’elle était positive. Des
relations semi-empiriques ont été établies entre ces différents paramètres de gestion de

38
dispersion, pouvant permettre dans certains cas d’obtenir rapidement par le calcul leurs valeurs
optimales pour tel ou tel système.

III.6 Techniques permettant d’augmenter l’ISD :


Parmi les techniques permettant d’augmenter l’ISD défini ici à l’émission, figure aussi
le multiplexage en polarisation (PDM : Polarization Division Multiplexing) qui consiste à
transmettre des informations différentes suivant deux états de polarisation orthogonaux du
signal optique.

L’intérêt est de pouvoir transmettre deux fois plus de débit sur une même bande optique.
La densité spectrale d’information est alors doublée.

Une autre solution qui permet d’augmenter l’ISD est l’augmentation du nombre d’états
de modulation. En effet en prenant l’exemple d’une modulation à M états (où M est une
puissance de 2), le débit binaire B est relié à la rapidité de modulation R ou débit symbole
(proportionnel à la bande spectrale occupée par le signal) par la relation B = log2(M)*R.

Ainsi à débit symbole constant (c’est-à-dire à bande spectrale d’occupation des canaux
constante), nous avons une augmentation du débit binaire en log2(M). Par conséquent l’ISD
augmente.

D’autres technologies basées sur l’utilisation d’amplificateurs Raman et le multiplexage


orthogonal en fréquence (OFDM : Orthogonal Frequency Division Multiplexing) permettent
aussi d’augmenter la densité spectrale d’information.

A 40 Gbit/s, la compensation de la dispersion par canal est indispensable pour atteindre


de très longues distances.

III.7 Système a 100Gbit/s:


Afin de répondre à cette demande croissante, de nouvelles générations de systèmes de
communication transmettant des débits élevés d’information (N×100 Gbit/s) doivent être
conçues. L’étude de nouvelles techniques est nécessaire. L’une de ces techniques consiste à
utiliser le multiplexage en polarisation. [10]

39
III.7.1 Principe du multiplexage en polarisation :

Compte tenu de la demande croissante de débit dans les systèmes de transmission par
fibre optique, l'étude de nouvelles techniques est nécessaire. L’une de ces techniques consiste à
utiliser le multiplexage en polarisation.

Le multiplexage en polarisation consiste à transmettre des informations différentes


suivant deux états de polarisation orthogonaux du signal optique. L’intérêt est de pouvoir
transmettre deux fois plus de débit sur une même bande optique. La densité spectrale
d’information est alors doublée. Nous illustrons sur la Figure 28 le multiplexage en polarisation
dans une configuration où les canaux sont multiplexés en longueur d’onde. Le multiplexage en
polarisation est réalisé à l’émission.

Figure 28. Principe du multiplexage en polarisation dans le cas d’un


multiplexage en Longueur d’onde.

III.8 Travaux de recherche future :


Même si les réseaux optiques offrent actuellement une grande capacité, des progrès
doivent encore être accomplis dans un certain nombre de domaines.

On accorde à présent une large place aux techniques de transmission par fibre optique
de prochaine génération offrant des débits binaires pouvant atteindre 400 Gbit/s et 1 térabit/s.
Ces systèmes peuvent employer des formats de modulation d'ordre supérieur, la conformation
spectrale, et des émetteurs multi porteuse à forte densité (super canaux), de manière à accroître

40
la capacité globale du système par rapport aux techniques actuelles. De nouveaux modèles ont
été proposés, parmi lesquels figurent les répéteurs à flux multiples. Dernièrement, des super
canaux fondés sur le multiplexage par répartition orthogonale de la fréquence (OFDM) ainsi
que sur des technologies de type Nyquist WDM ont permis d'obtenir des résultats remarquables
en termes de capacité de transmission, de rendement spectral et de portée des réseaux à fibres
optiques déployés

III.9 Conclusion :
Au cours de ce chapitre nous avons présenté les différentes techniques qui peuvent servir
pour composer les différents effets qui limitent les systèmes de transmission par fibre optique.

Ainsi la présentation des différents architecteurs de 10Gbits/s, 40Gbits/s et 100Gbits/s


et les techniques utilisées pour une migration vers les hauts débits, Même si les réseaux optiques
offrent actuellement une grande capacité de transmission à long distance mais il y a toujours des
progrès pour atteindre des très grands débits à long distance.

41
42
Chapitre 04 : Simulation

Chapitre IV : Simulation

IV.1 Introduction :
Dans ce chapitre on va présenter l’aspect pratique qui a pour but de voire l’effet des
différents formats de modulation sur la qualité de fonctionnement du réseau optique. Le choix
de ses formats s’est porté sur :

NRZ et Codages duo binaires NRZ-DPSK. Les débits utilisés sont 10 Gbits/s ,40 pour
chacune. Notre travail sera axé dans un premier temps d’optimiser les deux systèmes étudiés
pour lesquels le BER est minimum et le facteur Q max.

La première simulation consiste à simuler une liaison modulés à un débit de 10Gbit/s et


cela en utilisant les formats de modulation en amplitude OOK (NRZ et RZ), puis nous
essayerons de transporter un débit de 40Gbit/s et on verra par la suite si ces formats de
modulation est vraiment adapté à un tel débit en argumentant les critères et les performances du
signal à la réception.

En deuxième simulation, nous réaliserons une liaison modulés à un débit 10 Gbits/s et


40 Gbits/s et cela en utilisant le Codages duo binaires, puis on fait une comparaison entre le
format NRZ et le codage duo binaire à 40Gbits/s.

En troisième et dernière simulation, nous réaliserons une liaison modulée avec le format
DPSK à 10Gbits/s et 40Gbits/s. puis nous discuterons les résultats obtenus afin de donner une
synthèse du meilleur format adapté à chaque type de transmission.

L’étude est faite par le logiciel OPTISYSTEM 14 pour témoigner la praticabilité de la


structure de réseau et l’amélioration apportée. Ce dernier fait partie d’une suite de conceptions
logicielles par la société OPTIWAVES, et qui permet à des utilisateurs de prévoir, d’examiner
et de simuler des liaisons optiques dans la couche de transmission des réseaux optiques
modernes.
IV.2 Description de l’outil de simulation :

OptiSystem, est un logiciel de conception, de tests et d’optimisation de n’importe


quel type de liaison optique dans la couche physique d’un vaste spectre de réseaux optiques
(MAN et WAN). Un niveau de système simulateur basé sur la modélisation réaliste des systèmes
de communication par fibre optique, OptiSystem possède un environnement de simulation
puissant et une définition vraiment hiérarchique de composants et systèmes. Ses capacités
peuvent être facilement élargies avec l’ajout de l’utilisateur de composants et d’interfaces
continu à une gamme d’outils largement utilisés [11].

Une interface utilisateur graphique complète contrôle la disposition de composants


optiques, des modèles et graphiques de présentation. La bibliothèque des composants
OptiSystem comprend des centaines de composants qui nous permettent de saisir les paramètres
qui peuvent être mesurés à partir de dispositifs réels. Les utilisateurs peuvent incorporer de
nouveaux composants basés sur des sous-systèmes définis par l’utilisateur des bibliothèques.

OptiSystem manipule des formats de messages mélangés pour les signaux optiques
et électriques dans la bibliothèque composante.

Pour répondre aux besoins des chercheurs, ingénieurs télécoms optiques, des
intégrateurs systèmes, des étudiants et une grande variété d’autres utilisateurs, OptiSystem
satisfait à la demande d’évolution du marché de la photonique, c’est un outil puissant et facile à
utiliser pour les systèmes optiques de conception.

C’est une application Xwindows, elle comprend essentiellement une fenêtre principale
répartit en plusieurs parties :

 Bibliothèque : une base de données de divers composants existants.

 Editeur du Layout : permet l´édition et la configuration du schéma en cours de


conception.

 Projet en cours : visualisation des divers fichiers et composants correspondant au projet


en cours.

43
OptiSystem est un logiciel très performant qui permet aussi de concevoir et de modéliser
des composants optiques. Lors de la conception, il suffit de glisser le composant de la
bibliothèque vers le Layout.

Figure 29. Interface Optisystem

IV.2.1 Avantages du logiciel :

 Fournir un aperçu de performances du système mondial de fibres optiques.

 Evaluer les sensibilités des paramètres aidant aux spécifications de tolérance de


conception.

 Présenter visuellement les options de conception à des clients potentiels.

 Fournir un accès direct à des ensembles de données de caractérisation


approfondie du système.

 Fournir le balayage automatique des paramètres et d’optimisation.

OptiSystem permet l’automatisation et la conception de pratiquement n’importe


quelle liaison optique dans la couche physique et analyse un large éventail de réseaux optiques.

44
OptiSystem permet aux utilisateurs de planifier, tester et simuler :

 WDM/ TDM ou la conception du réseau CATV (CableTelevision).

 Conception d’anneaux SONET/ SDH.

 Conception de cartes de dispersion.

 Estimation des pénalités BER des systèmes avec différents modèles de


récepteurs.

IV.3 Les simulations :

IV.3.1 Simulation 01 :

Dans cette simulation, on testera les performances de la modulation en amplitude, pour


cela on applique le codage NRZ puis RZ avec un débit de 10Gbit/s, puis avec un débit de
40Gbit/s et on fait une comparaison pour choisir le format le plus adapté.

IV.3.1.1 Déroulement de la simulation :

a) Schéma de la simulation :

Le montage réalisé pour la première simulation est le suivant :

Figure 30. Schéma d’une liaison modulé en NRZ

45
Figure 31. Schéma d’une liaison modulé en RZ

b) Composant de la simulation :

Notre liaison se décompose en trois parties à savoir :

1. le bloc d’émission.

2. le support de transmission.

3. le bloc de réception.

1. Le bloc d’émission :

Le bloc émetteur est constitué d’une


source de données (PRBS generator), un
codeur NRZ, diode Laser et modulateur
Mach-Zehnder.

Figure 32. Bloc d’émission


NRZ

46
2. Le support de transmission :

Le milieu de transmission est


constitué d’une fibre optique monomode, on
tiendra compte des effets physiques de la
fibre.

Figure 33. Support de


transmission

3. Bloc de réception :

Le bloc de réception est composé


d’un filtre Bessel d’ordre 4 suivi d’une
diode PIN et un filtre électrique et des
appareils de mesure.

Figure 34. Bloc de réception

IV.3.1.2 Les paramètres de la simulation :

Les paramètres de la simulation sont rapportés sur le tableau suivant :

Les composants Les principaux paramètres

Séquence binaire aléatoire (PRBS) Le débit=10Gbit/s, 40Gbit/s suivant le


scénario.
Symbole/bit=64(10Gbit/s),16(40Gbit/s)
Séquence=aléatoire.

47
Diode laser X Fréquence d’émission=193.4THZ±50GHZ
Longueur d’onde d’émission=1550nm±0.4nm
CW power=0 dBm (1mW)

Modulateur Mach-Zehnder Taux d’extinction : 20 dB

Fibre optique monomode Distance (Km) : 50


Atténuation (dB/Km) : O.2
La longueur d’onde référence pour la
dispersion (nm) :1550
Dispersion à la longueur d’onde de référence
(ps/nm/km) : 16
Effet Kerr : oui
Effet Raman : oui.
Effet de la non-linéarité de la fibre : oui.
Effet de la PMD : oui
Photodiode PIN Sensibilité (A/W) : 0.87
Courant d’obscurité (nA) : 0.1

Filtre optique Ordre : 4


Filtre électrique Bande passante à 3dB (GHz) : 0.6

Tableau II.Paramètre de simulation

IV.3.1.3 Résultats de simulation 01 :

Configuration n°01 :

 Codage NRZ à 10 Gbits/s.

A la réception le digramme de l’œil relevé :

48
Q=19.89

Min. BER = 2.23*10-88

Figure 35. Diagramme de


l’œil NRZ à 10
Gbit/s

 Codage RZ à 10 Gbit/s.

A la réception le digramme de l’œil relevé :

Q=14.71

Min. BER = 2.42*10-49

Figure 36. Diagramme de


l’œil RZ à 10
Gbit/s

Configuration n°02 :

 Codage NRZ à 40 Gbits/s.

49
Q=0

Min. BER = 1

Figure 37. Diagramme de


l’œil NRZ à 40
Gbit/s

 Codage RZ à 40 Gbits/s.

Q=0

Min. BER = 1

Figure 38. Diagramme de


l’œil RZ à 40
Gbit/s

IV.3.1.4 Interprétation des résultats :

D’après les résultats obtenus dans cette première partie, on conclut que la modulation en
amplitude NRZ peut être utilisée pour transmettre parfaitement des débits de l’ordre de 10 Gbit/s

50
sur une longueur de cinquantaine de kilomètre sans régénération ni compensation de dispersion,
mais elle n’est pas un bon candidat pour la transmission des très hauts débits.

IV.3.2 Simulation n°2 :

Dans cette simulation, on testera les performances de la modulation duo binaire, et cela
avec un débit à 10 puis 40 Gbit/s, et on la compare avec la modulation OOK-NRZ à 40Gbits/s.

IV.3.2.1 Déroulement de la simulation :

a) Schéma de la simulation :

Le montage réalisé pour la première simulation est le suivant :

Figure 39. Schéma d’une liaison modulé en duo binaire

b) Composant de la simulation :

Notre liaison se décompose en trois parties à savoir :

1. le bloc d’émission.

2. le support de transmission.

3. le bloc de réception.

1. Le bloc d’émission :

51
Le bloc émetteur est constitué d’une
source de données (PRBS generator) suivi
par un inverseur et pré codeur duo binaire,
un codeur NRZ suivi par un filtre Bessel,
diode Laser et modulateur Mach-Zehnder.

Figure 40. Bloc d’émissions


duo binaire

2. Le support de transmission : le même bloc de la première simulation.

3. Le bloc de réception : le même bloc de la première simulation.

IV.3.2.2 Les paramètres de la simulation :

Les mêmes paramètres des composants que la première simulation sont utilisés.

IV.3.2.3 Résultats de simulation 02 :

Configuration n°01 :

 Modulation duo binaire à 10 Gbit/s.

Q = 17.55

Min. BER = 2.53*10-69

Figure 41. Diagramme de


l’œil duo binaire
à 10 Gbit/s

52
 Modulation duo binaire à 40 Gbit/s.

Q = 4.70

Min. BER = 1.23*10-6

Figure 42. Diagramme de


l’œil duo binaire
à 40 Gbit/s.

IV.3.2.4 Interprétation des résultats :

D’après les résultats obtenus dans cette deuxième partie, on conclut que la modulation
duo binaire peut être utilisée pour transmettre des débits de l’ordre de 10 Gbit/s sur une longueur
de cinquantaine de kilomètre sans régénération ni compensation de dispersion, et elle est un bon
candidat pour la transmission des très hauts débits contrairement au NRZ qui ne résiste pas au
effets de dispersion chromatique et PMD à un débit de 40 Gbits/s.

IV.3.3 Simulation n°3 :

Dans cette simulation, nous réaliserons une liaison modulée avec le format DPSK à
10Gbits/s et 40Gbits/s.

IV.3.3.1 Déroulement de la simulation :

a) Schéma de la simulation :

1. Le bloc d’émission :

Le bloc émetteur est constitué d’une source de données (PRBS generator), deux codeur
NRZ dont l’un est précédé par un pré codeur, diode Laser et modulateur Mach-Zehnder.

53
Figure 43. Bloc d’émission DPSK

2. Le support de transmission : le même bloc de la première simulation.

3. Le bloc de réception :

Le bloc de réception est composé d’un déphaseur, retardateur de temps, deux photo
détecteurs, soustracteur électrique, filtre électrique de Bessel, et un régénérateur.

Figure 44. Bloc de réception DPSK

IV.3.3.2 Les paramètres de la simulation :

Les mêmes paramètres des composants que la première simulation sont utilisés.

54
IV.3.3.3 Résultats de simulation 03 :

Configuration n°01 :

 Modulation DPSK à 10 Gbit/s.

Q = 9.61

Min. BER = 1.40*10-22

Figure 45. Diagramme de


l’œil DPSK à 10
Gbit/s.

 Modulation DPSK à 40 Gbit/s.

Q = 2.91

Min. BER = 0.0011

Figure 46. Diagramme de


l’œil DPSK à 40
Gbit/s.

55
IV.3.3.4 Interprétation des résultats :

D’après les résultats obtenus dans cette troisième partie, on conclut que la modulation
DPSK n’est pas un bon candidat pour la transmission des débits de l’ordre de 10 Gbit/s parce
qu’elle nécessite une très large bande passante, mais elle donne des résultats pour la transmission
à 40 Gbits/s donc elle reste une solution qui permet l’optimisation des systèmes optiques actuels.

IV.3 Conclusion :
Dans ce travail nous avons procédé à une comparaison des différents formats de
modulations optique (NRZ-RZ, Duo binaire et NRZ-DPSK) sur une distance de 50 km pour un
débit binaire de 10 et 40 Gbits/.

On conclut de ces résultats que la modulation en amplitude NRZ est la moins complexe
de tous les formats de modulation mais comme on a vu précédemment ce format n’est pas adapté
pour les hauts débits, la modulation duo binaire est la plus optimale pour les systèmes a
40Gbits/s par rapport à la DPSK.

Si nous comparons ces résultats à ceux que présente le format OOK a 10 Gbits/s ou la
DPSK à 40 Gbits/s, ces deux derniers formats présentent des performances moins bonnes que
celle du duo binaire.

56
57
Conclusion générale

V Conclusion générale
La fibre optique est loin d’être un milieu de transmission idéal. Différentes sources de
distorsion agissent sur les signaux envoyés ce qui rend difficile la tâche du concepteur. Seule
une compréhension approfondie de ces sources de distorsion permettront de concevoir de
systèmes plus robustes.

Au cours de ce travail nous avons effectué des études sur les diverses systèmes de
transmission optique, afin d’avoir la possibilité de faire migrer leur débit par canal de 10Gbit/s
vers 40 Gbit/s et plus de manière optimale sans dégrader leurs performances, tout en garantissant
une augmentation de leur capacité en gardant les systèmes existants. La solution est de jouer sur
les formats de modulation et les techniques d’augmentation de la densité spectrale d’information
ainsi les systèmes de compensation des différents effets.

Les différents formats de modulation optique ont des comportements varient par rapport
aux effets linéaire et non linéaire qui influents sur la propagation de signale. Le format NRZ est
considéré comme le format la plus simple et la meilleure performante pour le débit de 10 Gbits/s,
mais la plus sensible à la dispersion chromatique, par contre les formats duo binaire et NRZ-
DPSK ont des meilleur performances à la dispersion chromatique par rapport aux OOK, due
elles sont les plus adapter pour la transmission à haut débit (plus de 10Gbits/s).
Bibliographie
[1] Cours B11 – transmission des télécommunications - Partie 2 - Chapitre 5.
[2] I. P. Kaminow, T. L. Koch, « Optical Fiber Telecommunications IIIA & IIIB »,
Academic Press, 1997.
[3] http://www.webdiffusion.tv/fibre.htm
[4] A. H. Gnauck, P. J. Winzer, « Optical Phase-Shift-Keyed Transmission », IEEE J. Lightwave
Technol., Vol. 23, n°1, pp. 115-130, Jan. 2005
[5] H. Elkadi and J. P. Vilcot and S. Maricot and D. Decoster, "Microwave circuit modeling for
semiconductor lasers under large and small signal conditions", Mi-crowave and Optical
Technology Letters.

[6] P. Brindel, L. Pierre, G. Ducournau, O. Latry, M. Kétata, O. Leclerc, « Optical Generation


of 43 Gbit/s Phase-Shaped Binary Transmission Format from DPSK Signal using 50GHz
Periodic Optical Filter », in proc. ECOC'05, Th2.2.2, Glasgow, Scotland, Sept. 25-29, 2005.

[7] A. H. Gnauck, P. J. Winzer, « Optical Phase-Shift-Keyed Transmission », IEEE J. Lightwave


Technol., Vol. 23, n°1, pp. 115-130, Jan. 2005.

[8] G. Amouzad and A. Fauzi, “Advanced Modulation Formats and Multiplexing Techniques
for Optical Telecommunication Systems,”.

[9] Mathieu Lefrançois, Institut d’Optique Palaiseau, « Étude de technologies avancées pour
l’optimisation des systèmes de transmission optique multiplexés en longueur d’onde au débit de
40 Gbit/s», 6 décembre 2007.

[10] Aida SECK, Ecole doctorale : Informatique, Télécommunications et Electronique de


Paris, « Contribution à l’optimisation des systèmes de transmission optiques cohérents (N×100
Gbit/s) utilisant le multiplexage en polarisation par des formats de modulation en phase et une
conception de ligne limitant l’impact des effets non-linéaires », 2014.

[11] OptiSystem documents, “OptiSystem Component Library“, Optical Communication

System Design Software, 2015, www.optiwave.com.


Annexe 1 :

II. Format de modulation optique :


II.9.3 Codages différentiels en phase :

Détection différentielle :

Nous savons que les détecteurs optiques ne sont sensibles qu’à l’intensité du signal et
non à sa phase.

Nous allons aborder ici une technique bien plus simple, la détection différentielle. L’idée
de la détection différentielle est de faire interférer le signal optique transmis avec lui-même,
mais décalé d’un temps-bit. Pour cela le signal optique est injecté dans un interféromètre de
Mach-Zehnder dont un bras est plus long que l’autre d’une longueur équivalente à la distance
de propagation du signal durant 1 temps-bit (environ 4 cm pour 10 Gbit/s, ou 1 cm pour 40
Gbit/s). Cet interféromètre est appelé démodulateur différentiel. Il est placé juste avant le
détecteur, et forme avec lui ce que l’on nommera un détecteur différentiel. Nous rappelons qu’un
Mach-Zehnder est un interféromètre à deux ondes, et qu’il comporte deux sorties : le port
constructif, pour lequel les interférences entre les signaux provenant de chacun des deux bras
sont constructives si les signaux sont en phase, et le port destructif, pour lequel les interférences
entre ces mêmes signaux sont destructives. La Figure I.37 montre le schéma d’un détecteur
différentiel DPSK.

Figure 47. Schéma d’un détecteur différentiel pour DPSK (T : retard d’un
temps-bit)

Vous aimerez peut-être aussi