Vous êtes sur la page 1sur 12

Quiz Quiz Item: 165 - Infections à VIH

26859

Quiz Item: 165 - Infections à VIH

ECN2020 [1] Quiz [2]


Quiz Item: 165 - Infections à VIH

Signaler une erreur


Vous avez 9.5 points sur 20 possibles.
Votre score : 48 %
QUESTION N° 1

Parmi les médicaments suivants, un seul est actif sur Pneumocystis carinii, lequel ?

A - Fluconazole (Triflucan)

B - Metronidazole (Flagyl)

C - Cotrimoxazole (Bactrim)

D - Amphotéricine B (Fungizone)

E - Spiramycine (Rovamycine)

QUESTION N° 2

Quel est le premier diagnostic à évoquer chez un patient VIH+ avec un syndrome interstitiel au scanner thoracique ?

A - Maladie de Gougerot Sjogren

B - Pneumopathie liée au virus HIV

C - Pneumocystose PMZ

D - Pneumopathie médicamenteuse sous trithérapie

E - Infection à Mycoplasme pneumoniae

QUESTION N° 3
Dans quelles situations faut-il respecter un délai > 4 semaines avant d'introduire un traitement anti-rétroviral (ARV) après une
infection opportuniste ?

A - Tuberculose pulmonaire

B - Tuberculose neuro-méningée

C - Cryptococcose neuro-méningée

D - Leuco-encéphalopathie multifocale progressive

E - Encéphalite à VIH

Commentaire:
E : Non, pour limiter le risque d'IRIS (reconstitution immune liée 1. au ttt anti BK et 2. à l'introduction des antirétroviraux.). Le
décalage permet d'éviter le téléscopage des 2 conditions.

Voici ce que dit le dernier rapport MORLAT (mise à jour 2018) à ce sujet :
* immédiat si LEMP, cryptosporidiose, microsporidiose
* dans les 2 semaines une fois la tolérance du ttt initial vérifiée pour la majorité des infections avec ttt spécifique, y compris la
tuberculose non méningée (jusqu'à 4 semaines dans les tuberculoses non neuroméningées avec CD4 > 50
* après 4 semaines de tt pour la tuberculose neuro méningée et la cryptococcose
QUESTION N° 4

Quels sont les objectifs d'un traitement anti-rétroviral au cours de l'infection par le VIH ?

A - Négativité de la charge virale en 6 semaines

B - Négativité de la charge virale en 6 mois PMZ

C - CD4 > 250/mm3

D - CD4 > 350/mm3

E - CD4 > 500/mm3 PMZ

Commentaire:
Rappel sur l'IRIS dans le traitement du VIH : reconstitution immunologique qui révèle ou exacerbe des infections associées à
l'infection par le VIH comme la tuberculose, qq jours ou semaines après l'introdution du traitement anti rétroviral.
QUESTION N° 5

Quelles sont les 2 causes de mortalité majeures chez les patients infectés par le VIH et vivant en France ?

A - Pneumocystose

B - Tuberculose

C - Infection opportuniste virale


D - Néoplasie

E - Maladie cardio-vasculaire

Commentaire:
Depuis l'ère des multithérapies antirétrovirales actives, la mortalité est avant tout néoplasique et liée aux complications
cariovasculaires, et plus liée aux infections opportunistes.
Ps d'échec de tt dès lors que l'observance est bonne.
QUESTION N° 6

Quels sont les pathogènes opportunistes susceptibles d’affecter un patient infecté par le VIH ayant 80
CD4/mm3 ?

A - Pneumocystose

B - Cryptococcose

C - Tuberculose

D - Mycobactéries atypiques

E - Infection à CMV

QUESTION N° 7

Quelle(s) est(sont) la(les) infection(s) plus fréquentes) au cours de l'infection par le VIH ?

A - candidose vaginale

B - pneumonie à pneumocoque

C - endocardite

D - tuberculose

E - coxiellose

QUESTION N° 8

Quelles sont les situations indiquant la réalisation d’une sérologie VIH ?

A - Anémie hémolytique auto-immune

B - Zona chez un patient de 35 ans

C - Salmonellose mineure symptomatique


D - PTI

E - Hypergammaglobulinémie

Commentaire:
C : le contexte épidémiologique actuel est que les salmonelles mineures symptomatiques sont plus souvent identifies en
contexte d'infection VIH.
QUESTION N° 9

Quelle(s) est (sont) le(s) affirmation(s) juste(s) concernant le CMV ?

A - Chez l’adulte jeune immunocompétent, la primo-infection est le plus souvent asymptomatique

B - Dans le cas d’une greffe de rein, une greffe D+/R- (statut sérologique donneur et receveur) est plus à
risque de maladie à CMV qu’une greffe D+/R+

C - La pneumopathie à CMV est la manifestation la plus fréquente de la maladie à CMV chez le patient
infecté par le VIH

D - La rétinite à CMV est la manifestation la plus fréquente de la maladie à CMV chez le patient infecté par
le VIH

E - En transplantation de moelle ou d’organe, l’infection à CMV est l’infection opportuniste la plus fréquente
et la plus grave en termes de morbi-mortalité.

Commentaire:
A : Elle est asymptomatique dans au moins 50% des cas, et non spécifique dans les cas symptomatiques (fièvre, syndrome
grippal; adénopathies)

QUESTION N° 10

Quelles sont les tumeurs plus fréquentes chez le patient VIH ?

A - Sarcome d'Ewing

B - Lymphome de Burkitt

C - Maladie de Kaposi

D - Carcinome spinocellulaire

E - Maladie de Hodgkin

Commentaire:
A–F

B – V : surtout au stade précoce de l'infection VIH

C – V : lésions cutanées violacées secondaire à une infection par HHV8, survenant surtout chez les patients VIH
D – V : plus fréquents chez les immunodéprimés dont les VIH (1,5 à 2 fois plus fréquent)

E–V
QUESTION N° 11

Dans le cadre du bilan d'une confusion chez un patient infecté par le VIH, vous réalisez une imagerie cérébrale.
Avec quels diagnostics est compatible cette imagerie chez ce patient ?

A - Toxoplasmose cérébrale

B - Tuberculose cérébrale PMZ

C - Lymphome cérébral

D - Leuco-encéphalopathie multi-focale progressive (LEMP) SMZ

E - Encéphalite à CD8 SMZ


QUESTION N° 12

En ce qui concerne le sarcome de Kaposi, quelles sont les propositions justes ?

A - Elle est liée à une infection par le virus HHV6 SMZ

B - Elle est liée à une infection par le virus HHV8

C - Cette pathologie épargne les muqueuses SMZ

D - Cette pathologie est plus fréquente chez les sujets noirs

E - Cette affection peut se traiter par anthracyclines

QUESTION N° 13

Vous hospitalisez un patient suivi pour une infection par le VIH pour dyspnée.
Quel est le diagnostic compatible avec la TDM thoracique ci-dessous ?

A - Toxoplasmose SMZ

B - Pneumocystose PMZ

C - Mucormycose SMZ

D - Tuberculose SMZ

E - Infection à Mycobacterium avium SMZ

Commentaire:
C : Mucor : nodule ou masse mal limitée extensive angiotrope unique ou multiple
E : MAC : infiltrat ou nodule pulmonaire uni ou bilat
QUESTION N° 14

En ce qui concerne l'infection par le VIH et la grossesse, quelles sont les propositions justes ?

A - La grossesse est contre-indiquée SMZ

B - L'allaitement est contre-indiqué

C - L'accouchement se fait par césarienne

D - Les anti-rétroviraux permettent de limiter la transmission materno-foetale

E - Une prise en charge efficace permet de réduire le risque de transmission materno-foetale à 10%

QUESTION N° 15

Un patient de 39 ans, VIH +, vous consulte pour dyspnée.


Interprétez la radiographie.

A - Syndrome alvéolo interstitiel bilatéral à prédominance périhilaire

B - Ces images sont compatibles avec un oedème pulmonaire cardiogénique PMZ

C - Ces images sont compatibles avec une pneumocystose PMZ

D - Ces images sont compatibles avec une pneumonie franche lobaire aiguë à pneumocoque

E - Ces images sont compatibles avec un lâcher de ballons

QUESTION N° 16

Parmi la liste suivante, quelle(s) est(sont) la(les) pathologies respiratoires fréquemment rencontrées au cours de
l’infection par le VIH ?
A - pneumocystose

B - tuberculose

C - pneumopathie à Streptococcus pneumoniae

D - candidose pulmonaire

E - toxoplasmose pulmonaire

Commentaire:
La candidose pulmonaire est une entité exceptionnelle.
La présence d'une candida dans un LBA est une contamination pharyngée dans 99% des cas.

E : toxoplasmose cérébrale, pas pulmonaire


QUESTION N° 17

Quelles sont les infections opportunistes à redouter chez un patient VIH+ ayant un taux de CD4 à 150/mm3

A - Pneumocystose

B - Cryptococcose

C - Cryptosporidiose

D - Candidose

E - Toxoplasmose

Commentaire:
Pour rappel, les infections opportunistes < 200 CD4 :

- Pneumocystose

- Candidose

- Toxoplasmose

en dessous de 100 CD4 :

- Cryptococcose

- Cryptosporidiose

- Mycobactéries atypiques

- Maladie à CMV
QUESTION N° 18

Les particules virales du VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) comportent (indiquez la ou les réponse(s) juste(s)) :

A - Une protéase
B - Une enveloppe lipidique

C - Une capside protéique

D - Une hémagglutinine

E - Un génome constitué d’ADN

Commentaire:
Génome constitué d'ARN avec une transcriptase inverse et une protéase le tout entouré d'une enveloppe lipidique.

L'hémagglutinine se voit dans les structures des virus grippaux.


QUESTION N° 19

Pour établir le diagnostic de l'infection à VIH chez l'adulte en dehors de la primo-infection, il faut : (la ou les réponse(s)
possible(s) :

A - Prélèvements de 2 échantillons de sang distincts.

B - La pratique d'un test sérologique de type Western Blot

C - Le consentement de la personne concernée

D - Recherche de l’ADN viral dans le sang total

E - La pratique d'un test sérologique de type ELISA.

Commentaire:
Deux échantillons de sang distincts prélevés après accord du patient.
Une sérologie avec 2 tests VIH dont un ELISA
En cas de positivité confirmation sur un Western Blot et sur l'autre prélèvement.
Ceci est nécessaire afin d'éviter les faux positifs et des conséquences dramatiques sur la vie du patient.

C : le patient doit donner son "consentement éclairé", sans autre précision.


QUESTION N° 20

Interne aux urgences, vous recevez Mr D, 39 ans. Celui-ci présente une fièvre élevée depuis deux jours accompagnée de
céphalées importantes. Il vous signale également des épisodes de faiblesse musculaire latéralisés à droite.

Vos analyses de sang reviennent : GB = 4000 /mm3, leucocytes = 3700/mm3, lymphocytes = 100/mm3

Vous réalisez immédiatement un examen radiologique.


A - Il s'agit d'un scanner injecté

B - Il s'agit d'une IRM non injectée

C - L'imagerie seule peut évoquer une origine néoplasique

D - L'imagerie seule peut évoquer une origine infectieuse

E - Dans le contexte clinico-biologique, le diagnostic à évoquer est une cryptoccocose

Commentaire:
TDM cérébrale avec injection de produit de contraste, en coupe axiale :

- présence de 3 images arrondies, bien limitées, hétérogènes, intra hémisphériques, à la jonction cortico sous corticale,
mesurant plus de 1 cm de grand axe (flèches rouges).

- prise de contraste périphérique en cocarde.


- hypodensité péri lésionnelle = œdème péri lésionnel (zone jaune)

- effet de masse peu important avec déviation minime de la ligne médiane (ligne bleue) et effacement des sillons corticaux
(ovale rouge).

Conclusion : Abcès cérébraux multiples.

Devant une lésion en cocarde intra cérébrale, il faut toujours évoquer :

- abcès intra cérébraux

- métastases

- tumeur cérébrale primitive : glioblastome notamment.

On retrouve une lymphopénie sur la NFS : cela est très en faveur d’une infection VIH au stade SIDA avec toxoplasmose
cérébrale.

En faveur du diagnostic de VIH :

- sérologie VIH : Western Blot et ELISA

- typage lymphocytaire : taux de CD4

- charge virale : nombre de copies virales

En faveur du diagnostic de toxoplasmose :

- sérologie toxoplasmose peu informative (forte prévalence dans la population générale.)

- ponction lombaire en cas d’imagerie non évocatrice (pas le cas ici.)