Vous êtes sur la page 1sur 4

Question de synthèse étayée par un travail

préparatoire

Devoir de la Terminale ESA n°1 2010- 2011

II est demandé au candidat :


1 - De conduire le travail préparatoire qui fournit des éléments devant être
utilisés dans la synthèse.
2 - De répondre à la question de synthèse :
- par une argumentation assortie d'une réflexion critique, répondant à la
problématique donnée dans l'intitulé,
- en faisant appel à ses connaissances personnelles,
- en composant une introduction, un développement, une conclusion pour une
longueur de l'ordre de trois pages .
Ces deux parties sont d'égale importance pour la notation.
Il sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin
apporté à la présentation

Thème du programme : sources et limites de la croissance

Dossier documentaire
Document 2 :

Remarque : Poverty headcount ratio at 1.25$ a day : part de la population vivant avec moins
de 1.25 $ par jour

Document 3 :
Au cours de la dernière décennie, la volonté manifeste d'éradiquer la faim ainsi que la
pauvreté extrême a été constamment placée au cœur des efforts déployés par la communauté
internationale pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés en
2000. Jusqu'à l'émergence des crises alimentaire, énergétique et financière de ces deux
dernières années, les pays en développement avaient progressé dans l'atteinte de cet objectif,
progrès réalisés certes à différentes vitesses selon les pays.
En 1981, 52 % des habitants des pays en développement se trouvaient en situation de pauvreté
extrême ; en 2005, ce taux était de 25 %. Jusqu'à l'avènement des crises, les efforts déployés
par les pays et leurs partenaires commençaient ainsi à porter leurs fruits. (..). Cette
amélioration n'a cependant pas été partagée par tous(..)
Les crises ont rendu la situation encore plus difficile. La Banque mondiale estime que 64
millions de personnes supplémentaires ont sombré dans la pauvreté extrême en 2010 (vivant
avec moins de 1,25 dollar par jour). D'ici 2015, 1,2 million d'enfants de plus, âgés de moins
de cinq ans, risquent de décéder, 350 000 écoliers supplémentaires risquent de ne pas achever
le cycle primaire et environ 100 millions de personnes en plus risquent de rester privées
d'accès à l'eau potable.
Le redressement de l'économie mondiale est inégal et incertain, de surcroît sans l'assurance
d'un regain nécessaire de l'emploi. Nous devons rattraper le retard et accélérer le rythme pour
éradiquer la pauvreté. Les pays en développement offrent de nombreuses opportunités
d'investissements avec des retours sur investissement non négligeables susceptibles de
créer une nouvelle source de demande mondiale.
Source : Robert B. Zoellick, président de la Banque mondiale, C'est la croissance qui
éradiquera la pauvreté LEMONDE.FR | 16.09.10 |
Document 4 :
Si les objectifs du millénaire ne seront pas atteints, c’est notamment parce que
les pays industrialisés n’ont pas tenu leurs engagements en termes de
financement du développement compilés dans le huitième objectif du millénaire
qui vise à mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Malgré
une augmentation de l’aide publique au développement au cours des années
2000, elle plafonne à 0,32% du PNB des pays donateurs, loin de l’objectif de
0,7% en 2015. Les allégements de dette octroyés à une trentaine de pays
pauvres et très endettés a permis à ces pays d’améliorer leurs indicateurs
macroéconomiques et d’augmenter leurs dépenses sociales, mais l’impact de la
crise financière a détérioré la situation financière de la plupart de ces pays. Enfin,
aucune avancée commerciale n’a été enregistrée en termes d’accès au marché
et de traitement spécial et différencié pour les pays pauvres, du fait du blocage
des négociations à l’OMC et de la prolifération d’accords commerciaux bilatéraux
Nord-Sud par lesquels les pays industrialisés tentent de libéraliser des secteurs
que les pays en développement refusent de négocier à l’OMC.
Mais le manque de financement international n’explique pas tout. Il est
symptomatique de constater que les pays d’Asie de l’Est et du Sud-Est qui ont
enregistré les meilleures performances sont précisément ceux qui ne dépendent
pas de l’aide et des allégements de dette. Ces pays ont généralement financé
leur développement en mobilisant leur épargne interne et en opérant une
intégration stratégique au marché mondial, dans le but de diversifier leur
économie, de renforcer leurs capacités productives et de créer des emplois. A
l’opposé, l’Afrique est largement restée dépendante de l’aide extérieure et des
revenus d’exportation de matières premières à faible valeur ajoutée. Pourtant,
l’Afrique ne manque pas d’épargne, mais elle est massivement transférée en
dehors du continent. En effet, la fuite des capitaux africains depuis 2001 a
représenté deux fois le montant de la dette extérieure africaine. Entre 1970 et
2008, la fuite des capitaux a représenté 29 milliards de dollars par an, alors que
l’aide à l’Afrique n’a représenté que 18 milliards.
Source : Les objectifs du millénaire : un bilan critique 10 ans après leur adoption,
Arnaud Zacharie

I. Travail préparatoire

1. Donnez les modes de lecture et de calcul des chiffres soulignés dans le document 1
2. Quels exemples de pays démontrent qu’il existe une relation de corrélation entre
croissance et développement ? Quels exemples de pays permettent de relativiser cette
relation (document 1)
3. Opérez un calcul montrant comment a évolué la pauvreté absolue (- de 1.25$ par jour)
en Asie du Sud entre 1990 et 2005.Cette relation est–elle généralisable ? (opérez des
calculs montrant que l’on peut relativiser l’exemple de l’Asie du Sud Est (document 2
)
4. Peut-on dire que l’on se rapproche des objectifs du millénaire ? Quelles sont les
raisons avancées par l’auteur (document 3 )
5. Expliquez la phrase soulignée, quelle est la stratégie préconisée par l’auteur ?
(document 3)
6. Montrez que les financements extérieurs jouent un rôle fondamental dans la réalisation
des objectifs du millénaire. Le financement international est il une condition
nécessaire et suffisante pour assurer le développement ? (document 3)

II. Question de synthèse :

Dans une première partie, vous constaterez l’on observe bien une relation
entre croissance et développement et que la réalisation des objectifs du
développement semble en bonne voie ; vous expliquerez pourquoi. Dans une
seconde partie, vous relativiserez en montrant que la réalisation des
objectifs est très inégale en raison de l’influence de la situation économique
mondiale et du rôle déterminant des stratégies mises en œuvre par les pays.