Vous êtes sur la page 1sur 8

Méthodologie de la dissertation juridique

Le cursus universitaire de tout étudiant, voir même ça carrière


professionnelle (concours ou autres), l’exposent obligatoirement à
l'exercice de rédaction d’un sujet dans lequel il est appelé à analyser un
phénomène juridique ou économique en exploitant ses connaissances et
ses prés-acquis.

La méthodologie de la dissertation juridique vienne ainsi pour


compléter la formation technique et permettre à l'étudiante d'écrire un
sujet accessible à tout lecteur et regroupant les éléments de réponse dans
une forme et une logique de cohérence et d’enchainement d'idées.

La dissertation juridique est certainement l'exercice le plus difficile


lorsqu’on débute des études de Droit car elle répond à des exigences
formelles (pour peu qu’on soit formaliste) et elle est propice au hors sujet
pour celui qui n'a pas pris soin de se préparer convenablement à traiter le
sujet.

Elle présente certaines particularités par rapport aux exercices que


l'étudiant a appris à maîtriser dans l'enseignement secondaire. Elle fait
appel à de nombreuses qualités qu'il faut cultiver : capacité d'analyser le
sujet, esprit de synthèse, capacité de communication des connaissances,
habileté de présentation et d'exposition de celles-ci.

Se pose ainsi la question, comment peut-on réussir une dissertation


juridique qui repend à ces critères de clarté, de cohérence et
d'accessibilité ?

Pour y répondre, et loin de prétendre dresser la méthode exclusive


ou les éléments exhaustifs d'une dissertation juridique, nous allons
précédés en premier lieu à la détermination des règles générales de la
dissertation juridique (I) avant de voir quelques techniques d’élaborer
cette dissertation (II).

I) Les règles générales de la dissertation.

La dissertation juridique comprend nécessairement une


introduction substantielle, suivie de deux parties Une conclusion se
présente comme facultative voir inutile à ce niveau.
a. L'introduction

L'introduction est la partie essentielle de votre dissertation. Elle


permet de déterminer la signification d'un sujet, d'en préciser la
substance, et de justifier l'axe de réflexion selon lequel vous allez traiter
ce sujet. Sa longueur oscillera généralement entre l0 à 15% du volume du
sujet. Vous devez consacrer tout le temps nécessaire à sa rédaction. A tort
ou a raison, le correcteur déterminera la note qu'il vous accordera sur sa
lecture, et ne changera d'opinion que pour d'importantes raisons. En effet,
l'introduction a pour objet de présenter au correcteur votre conception du
sujet et de son traitement.

Une introduction ne doit constituer qu'une progression, cohérente


et homogène, tendant à justifier l’aboutissement que représente la
problématique. De fait, l’introduction ne peut pas être transformée en un
catalogue de connaissances livresques plus ou moins en rapport avec le
sujet. La qualité de votre travail se mesurera a la pertinence de votre
choix d‘arguments - pas leur accumulation justifiant la démarche
logique que vous entendez suivre. Faites preuve de discernement: dans
l’énoncé de vos définitions juridiques qui ne doivent pas être tirées de tel
manuel, mais doivent correspondre a l'assimilation que vous en aurez
faite.

Le traitement d'aspects secondaires du sujet peut être réservé à


l’introduction. Le correcteur appréciera que vous maitrisiez la globalité
du sujet, et que vous utilisiez certains aspects secondaires, volontairement
écarté de votre développement, afin de justifier d'autres choix
apparaissant clans l'introduction.

Elle permet de démontrer la bonne compréhension du sujet. Elle


comprend en général :

- L'entame ou première phrase de l'introduction. Elle doit, dans la


mesure du possible être percutante. Sinon attaquez directement le sujet.

- Commencez votre approche par la définition des différents termes


du sujet.

Montrez que vous avez repéré les notions essentielles qu'il convient
de traiter.
N’hésitez pas à insérer la définition des différentes notions pour
montrer au correcteur que vous avez effectivement compris le sujet.

- Les considérations d'ordre général ou historique qui doivent


permettre de situer le sujet dans son contexte. Un rappel de l’évolution
historique y sera utile.

- L’intérêt du sujet: Montrer en suite l’intérêt du choix du sujet et


l’importance que son étude aura quant à la théorie de droit a la pratique
ou même aux discussions doctrinales.

- La problématique: c’est une étape très importante de votre


dissertation. La problématique consiste à dégager le problème principal
pose par le sujet. La problématique n’est pas une succession de questions.
Votre problématique doit pouvoir consister en une seule question et
servira de fil conducteur a vos développements.

- La méthode : il s’agit de clarifier |’approche adopte pour la


construction de votre sujet, s’agit il d’un sujet descriptif ou d‘une
approche analytique ou d‘une approche historique....

- La délimitation du sujet: cette étape et complémentaire avec la


définition des termes du sujets qui influencera surement son orientation,
et il permet davantage de se débarrasser des connaissances en rapport
avec le sujets qui ne servirons pas votre développement. Il s’agit ainsi de
les citer brièvement ou de rappeler qu’ils ne seront pas traités.

- L’annonce du plan : est l’étape finale dans laquelle vous déclarez


l‘articulation qui subdivisera le traitement de votre sujet et qui doit
impérativement être en deux partie.

b. Le plan

Un plan forme un ensemble organique, homogène. Chaque


développement correspond à une idée, au sens large du terme. Ainsi une
partie correspond à plusieurs idées qui sont subdivisées en autant de sous-
parties. A notre niveau le plan doit impérativement être structurer en deux
parties, subdivisées également en deux sous parties. Ce qui fait un total de
quatre (4) sous parties.

Les deux parties qui sont censées se répondre l’une a l'autre.


Il faut déplorer leur généralisation car ils ne permettent pas de
développer des réflexions de qualité. En effet, ils présentent deux
inconvénients majeurs.

D'une part, le sujet - supposant analyse et réflexion- est coupé de


son traitement, qui devient alors uniforme et interchangeable dans sa
structure. De fait vous ne parvenez pas, malgré tous vos efforts, à traiter
une réflexion pertinente.

D'autre part ils conduisent à des raisonnements dualistes et


schématiques. Le sujet n'est pas traité, il est abordé.

Les parties du plan mobilisent les connaissances du candidat au


service d‘une argumentation, d‘une démonstration logique et bien
charpentée.

Chaque partie comprend :

- L'intitule de la partie- L‘introduction de la partie ou « chapeau


introductif».

- Les sous-parties.

- Les différents points contenus dans chaque sous-partie.

Par exemple : Peut-on réviser l’adage Nul n’est censé ignorer la


loi ? » et « Faut-il reformer l’adage « Nul n’est censé ignore la loi ? ».
Ces deux sujets nécessitent les mêmes connaissances.

Cependant, la copie ne sera pas construite de la même manière.


«Peut-on» implique que l’on réfléchisse aux obstacles d’une telle réforme
ce qui suppose un sujet analytique. «Faut-il » oblige à envisager une
réponse positive ou négative (avec de possibles nuances) et c’est plutôt
une approche synthétique.

ii. Travail au brouillon

Chaque terme qui compose le sujet doit être défini et étudié.


Certes, la construction de la dissertation se base bien souvent sur la
scission d’un des mots du sujet (ou de l‘unique terme du sujet s’il se
compose d’un seul mot). Il convient alors de bien repérer le terme
prédominant du sujet pose.
Néanmoins, il faut avoir prêté attention a tous les termes du sujet,
ainsi qu’aux différents sens qu’ils peuvent revêtir.

Une fois que vos définitions sont cochées sur le papier, il vous
reste e faire un "brainstorming". Autrement dit, il faut réunir toutes les
idées auxquelles le sujet ou les termes qui §e composent font appel. Vous
pouvez vous aidez de votre cours et de manuels. Cela suppose également
que vous ayez appris le cours aussi. Tout ce qui vous passe par la tête doit
être immédiatement noté, peu importe la façon dont l‘idée vous vient.
Noter au brouillon toutes les idées en relation avec le sujet.

Ne cherchez pas à organiser ces idées. Notez tout ce qui vous


semble avoir un intérêt pour travailler sur le sujet. Il s‘agit de ne rien
oublier : notez toutes les réflexions qui vous viennent a l‘esprit (le tri
viendra après...). Pour cela, utilisez vos connaissances personnelles:
cours, travaux diriges, lectures personnelles d’articles de doctrine ou de la
jurisprudence...

Lorsque vous avez épuisé toutes vos idées et vos « souvenirs »,


vous allez pouvoir travailler à les classer. Vous allez rapprocher les idées
entre elles.

Vous allez remarquer que certaines se complémentent d’autres


s’opposent... Certaines idées pourront aussi apparaitre complètement
isolées et n’avoir aucun rapport avec les autres ; mettez-les de care.

De même, certains sujets proposes devraient nécessiter plusieurs


centaines de page pour être complet. Il va de soit que vous n’allez pas
épuiser le sujet en quelques pages ; Il s‘agira alors de présenter te sujet au
travers les idées essentielles.

Vous allez alors remarquer que plusieurs grandes idées directrices


vont apparaitre.

b. Construction du sujet

Elle passe par la construction du plan avec des titres bien formulés
et cohérents ainsi qu’un travail rédactionnel approprié.

i- Construire un plan
C’est la suite logique de l’organisation que vous venez d’effectuer.
Les idées directrices dégagées par cette mise en ordre permettent bien
souvent de dégager votre construction.

Attention, votre plan doit bien être le résultat de ce travail, c’est-a-


dire 1 lire le sujet, écrire toutes les idées vous venant a l’esprit, organiser
vos idées, réfléchir a un plan

Il ne faut surtout pas que votre plan soit à l’origine de vos idées,
c’est- à -dire : lire le sujet, poser un plan, rechercher des idées pour mettre
dans ses parties...

Vos idées doivent être à l’ origine de votre plan et non pas


l’inverse.

Attention donc de ne pas se laisser tromper par une « révélation »


lors de la lecture du sujet. Bien souvent, on croit (en lisant le sujet) avoir
trouvé un plan idéal... Vous risquez de mal comprendre le sujet, d’oublier
des pans complets de réflexion, de répéter des idées...

Votre plan doit alors se caractériser par sa cohérence et sa logique.


On ne doit pas avoir de répétitions. Si des idées se retrouvent à différents
endroits de votre copie, c’est que votre plan est mal construit.

Votre raisonnement doit aussi se poursuivre logiquement et de


façon fluide: aucun retour en arrière ne doit être effectue. Par exemple, ne
présentez-pas les exceptions avant le principe.

Vous allez remarquer que lorsque vous aurez organise vos idées,
deux grandes idées directrices vont apparaitre. Vous pouvez
éventuellement repérer (bien que plus rare) quatre groupes d’idées, qui se
rejoindront sous deux grandes idées. Ces groupes vont constitués vos
deux parties, deux sous-parties.

Les étudiants en droit se voient imposé cette construction juridique


symétrique ou bipartite : deux parties composées de deux sous-parties.

Il est vivement déconseillé de passer outre cette construction.


Certains soulignent qu’il vaut mieux un bon plan en trois ou quatre partie,
qu‘un mauvais en deux parties.
En théorie, cette observation est tout à fait louable, mais le défaut
de plan en deux parties sera souvent perçu comme un manque d’analyse,
de réflexion, etc.

I) ………………………………………..………

A) ………………………………………..…

1- ………………………………..…

2- ………………………………..…

B) ………………………………………..…

1- ………………………………..…

2- ………………………………..…

II) ………………………………………………

A) …………………………….……………
1- ………………………………..…
2- ………………………………..…
B) ……………………………..……………
1- ………………………………..…
2- ………………………………..…

Dans chaque sous-partie, vous prendrez le soin d’organiser vos


idées. Il est conseillé de prévoir un paragraphe par idée.

Chaque partie et sous-partie possède un titre court et précis. Ce


titre doit permettre de résumer les idées essentielles développées à
l’intérieur.

Attention à vouloir des titres originaux. Votre titre doit être


compris par le lecteur. Court et ne se composant pas de verbe conjugue. Il
est déconseillé de faire des titres avec une phrase débutant en (I) ou (A) et
finissant en (II) ou (B).

ii. Rédaction
La qualité essentielle d‘une dissertation est la clarté. Celle-ci
s'obtient par une articulation logique des idées sur le sujet. Le style doit
être souple, dépourvu, de considérations moralisantes ou des
subjectivités. S‘exprimer à l'écrit, c'est d'abord respecter l’orthographe et
la syntaxe, en évitant les approximations de langage, l'argot, le langage
parle, les abréviations et le style télégraphique.

Lors de la rédaction vous êtes soumis a une contrainte de temps.


Vous n’avez donc pas la possibilité de rédiger votre copie au brouillon. Il
faut alors désormais travailler directement sur votre copie.

Avant de vous lancer dans l’écriture, rappelez-vous bien :

- Faites des phrases courtes malgré les nombreux rappels, nous


avons tous tendance a faire de longs développements.

Malheureusement, nous sommes bien souvent pris dans notre


travail avec une idée bien en tête. A la relecture (et a la lecture par un
tiers), la compréhension devient bien souvent difficile. Pour éviter de
perdre le lecteur qui n’arrivera plus a suivre votre développement, ayez
une écriture simple et compréhensible ; ce que facilite les phrases courtes.

- Signez votre style.

- Faites attention a l’orthographe.

- Soignez vivement votre présentation et votre écriture. Il va de soit


que si votre copie s’apparente a un torchon, le correcteur aura un avis
immédiatement négatif sur votre travail. Cette appréhension aura
consciemment ou inconsciemment un impact sur votre notation.