Vous êtes sur la page 1sur 4

+

Lettre n°44

MEDIOCRITE
ET TIEDEUR
INTRODUCTION trouve bien comme elle est et ne
cherche absolument pas à changer de
« Je connais tes œuvres, et je sais comportement. Elle mériterait plus le
que tu n’es ni froid ni chaud. Si seule- titre d’« âme morte » que celui d’« âme
ment tu étais froid ou chaud ! Ainsi, froide ».
parce que tu es tiède, ni chaud ni froid, • Une âme tiède est certes en état de
Je vais te vomir de Ma bouche » (Apoc grâce, mais elle est attachée fermement
3, 15-16). au péché véniel délibéré. Elle se fixe
une barre au niveau du péché mortel, et
Un tiède est un médiocre qui veut fait des efforts constants et désespérés
plaire à la fois au monde et à Dieu ; c’est la pour toujours frôler sa limite inférieure.
quadrature du cercle car nul ne peut servir Elle est bien peu à Jésus et à Dieu,
deux maîtres à la fois. Tiédeur, mondani- beaucoup au monde, toute à elle-même.
té et médiocrité sont donc synonymes.
Un tiède est quelqu’un pour qui le
L’âme médiocre sera toujours mon- but de la vie n’est pas l’amour de Dieu,
daine et libérale, cherchant ainsi incons- mais qui se contente d’éviter le péché mor-
ciemment à donner les mêmes droits au tel. Il méprise les trois Conseils évangé-
vrai et au faux, pratiquant la politique de liques qui demandent l’esprit de Pauvreté,
l’autruche, en disant oui à tout le monde, de Chasteté et d’Obéissance.
se cachant la tête dans le sable pour ne pas
voir le danger et pensant éviter ainsi tous Une âme tiède, vautrée dans le
les problèmes. péché véniel délibéré, est sans doute pire
qu’une âme qui tombe de temps en
• Une âme chaude est une âme fervente, temps dans le péché mortel de faiblesse,
et peut-être même pire qu’une âme
en état de grâce, qui lutte contre le pé-
froide.
ché véniel délibéré. Elle tombera peut-
Une âme froide se sait loin de
être parfois dans le péché mortel de fai-
Dieu et pourra réagir pour retrouver
blesse, mais s’en sortira presque tout de
son Créateur ; par contre une âme tiède
suite par une forte contrition et une
se trouve très bien dans sa situation et
bonne Confession. L’amour de Dieu
ne cherchera jamais à progresser.
est ce qu’il y a de plus important pour
elle : elle cherche le Ciel et veut y arri-
ver le plus rapidement possible.
LES CARACTERISTIQUES
• Une âme froide est une âme plongée DE L’AME TIEDE
dans le péché mortel de malice. Elle se
-2-

L’âme tiède a une peur bleue de son dans l’eau avec les « Ralliés » au Motu
la sainteté et de la perfection, elle est in- Proprio de 1988, qui n’assistent qu’à la
capable de toute vie intérieure sérieuse. Messe traditionnelle, mais qui recon-
Elle pratique une certaine forme d’iré- naissent l’orthodoxie de la nouvelle
nisme, de « pacifisme spirituel », cherchant messe ; qui rejettent au fond de leur cœur
surtout à éviter la souffrance et la Croix l’œcuménisme actuel et la liberté reli-
qui sanctifient. En bref, elle veut sa place gieuse, mais en même temps s’engagent à
au soleil dans le monde moderne. ne pas critiquer le Concile Vatican II qui
Ses leitmotivs sont toujours les enseigne expressément ces mêmes hérésies
mêmes : « Je ne veux pas devenir un Ca- …
tholique coincé », « Il ne faut pas exagé-
rer », « Il ne faut pas être trop dur ! »… Le tiède finira ainsi logiquement
dans les rangs de la Fraternité Saint Pierre
L’histoire des âmes nous confirme ou de ceux de la Fraternité du Christ-Roi,
que la grâce de Dieu parvient plus facile- chez Dom Gérard, les moines de Riaumont
ment à convertir un ennemi déclaré, un ad- ou les malheureux Prêtres du diocèse de
versaire exaspéré mais loyal, qu’un « ami » Campos ! Certes, il se prétend encore Ca-
devenu tiède, médiocre et fade. tholique, et même Catholique traditiona-
Les pires ennemis de la religion Ca- liste, mais il ne voit pas qu’il a déjà ouvert
tholique, ce sont ces Chrétiens calcula- sa porte à l’apostasie en acceptant de
teurs, indécis, ayant le sacrifice en hor- mettre le bout de son petit doigt dans la
reur ; ils mettent tout leur bonheur dans le bouche du démon !
bien-être terrestre, ils se sont installés tran-
quillement une fois pour toutes dans la suf-
fisance et dans l’égoïsme, dans un esprit de LES DANGERS
lucre, de jouissance et de facilité.
DE LA TIEDEUR
Les Chrétiens tièdes ou médiocres
se sont rendus sourds aussi bien à toutes N’ayant de goût et d’intérêt que
les exhortations du dehors qu’aux inspira- pour les choses de la terre, profondé-
tions du dedans ; ils refusent tout effort ment insensible aux valeurs invisibles,
moral et spirituel : à force de se fermer à célestes et éternelles, prêt à tous les com-
tous les appels qui les invitaient à monter, promis, à tous les accommodements et à
ils sont devenus incapables de comprendre tous les abandons, le médiocre est pour
et d’apprécier toutes les formes du sacri- les autres un terrible briseur d’ailes, un
fice et de la grandeur, du désintéressement impitoyable éteignoir d’âmes, un re-
et de la magnanimité chez les autres. poussoir, un véritable fossoyeur de toute
« Les hommes médiocres consi- activité surnaturelle.
dèrent toute affirmation comme insolente, Il suffit parfois d’une âme tiède
car chaque affirmation exclue la proposi- pour bloquer le progrès spirituel d’une lé-
tion contradictoire » (Ernest Hello). gion d’anges. Nous avons hélas dans nos
Comme on dit vulgairement, ils chapelles quelques jeunes individus tièdes,
veulent « le beurre et l’argent du beurre ». médiocres, mondains et libéraux : par leur
influence délétère, ils ont empêché la
On retrouve ces tièdes et médiocres conversion de beaucoup d’âmes qui étaient
dans tous les rouages de la société, et pourtant mûres pour se mettre sur le che-
même, hélas, dans les rangs de la Tradition min de la ferveur et de la sainteté.
Catholique.
Comme le Chrétien tiède est libéral, La médiocrité, c’est la mort de la
il se sentira logiquement comme un pois- vie religieuse et des vocations, car elle
empêche tout don de soi, coupe le désir
-3-

de perfection et développe l’acédie, c’est pidement brûlante d’amour de Dieu. Au


à dire la paresse spirituelle. contraire, une âme sans prière mentale se
dessèche et s’étiole, comme une lampe qui
Cette médiocrité est un des pires n’est pas régulièrement alimentée en huile.
ennemis de toute vie chrétienne, non seule-
ment parce qu’elle tue tout esprit de géné- Le Catholique fervent doit donc
rosité chez celui qu’elle affecte, mais en- nourrir sa dévotion et sa piété par un
core parce qu’elle est contagieuse et minimum de quinze minutes d’oraison
qu’elle risque de contaminer tous ceux qui quotidienne.
s’en approchent.
L’âme tiède ressemble à quelqu’un Par ce cœur à cœur avec Dieu,
qui veut toujours éteindre la mèche qui l’âme zélée se protège contre les tenta-
fume encore, à quelqu’un qui veut toujours tions :
jeter un seau d’eau sur le feu où les braises • de mondanité (tendance à marier
couvent encore : il est un aveugle conduc- l’esprit du monde et l’esprit de Notre
teur d’aveugles ; ensemble, ils tomberont Seigneur),
dans la fosse. • de libéralisme (qui donne les mêmes
droits à la vérité et à l’erreur),
Le médiocre, pour calmer la voix • d’activisme (qui remplace la prière par
de sa conscience, ne rêve que d’une seule l’action),
chose : que tous les gens autour de lui
• de volontarisme (qui cherche à obtenir
soient comme lui ; il ne sera donc heureux
les grâces du Bon Dieu à la force du
qu’au milieu des médiocres et des tièdes. Il
poignet, en comptant plus sur ses
ne pourra supporter l’âme de feu qui veut
propres forces naturelles que sur l’aide
embraser le monde entier des flammes de
Divine)
l’amour de Dieu. Il confond faiblesse et
charité : c’est un loup recouvert d’une peau • et même d’angélisme (lequel est un
de brebis ! sentimentalisme, une fausse piété, qui
confond sentiments et dévotion). La vie
Les médiocres repoussent les âmes intérieure donne aussi la vertu d’humi-
loin du Prêtre exigeant qui exhorte à la lité, sans laquelle aucune union à Dieu
sainteté. Ainsi, si ce Prêtre prêche la Véri- n’est possible : « Apprenez de Moi que
té, il est intolérant ; s’il rappelle la Loi de Je suis doux et humble de cœur ».
Dieu, il est rigoriste ; s’il parle de l’enfer, il
est janséniste ; s’il combat le péché véniel, La deuxième cause de la tiédeur
il est scrupuleux ; s’il attaque l’esprit libé- sera trouvée dans le manque de convic-
ral, il est intégriste ; s’il veut rester ferme, tion : la mollesse spirituelle entraîne la
« il tient des positions dures, proches de la mollesse intellectuelle et la mollesse de la
cassure et du drame » ! Bref, c’est un « Ta- volonté (laquelle ouvre la porte à la sen-
liban de la tradition ». A les en croire, il sualité et à l’impureté sous toutes ses
vide la paroisse de ses fidèles, et rien ne formes : « Malheur à celui pour qui
peut survivre sous sa juridiction. l’impur est devenu chose normale et inévi-
table ! »)
Le tiède et le médiocre seront donc
toujours des êtres sans colonne vertébrale,
CAUSES DE LA TIEDEUR, influençables et sans caractère.
PRINCIPAUX REMEDES
La lutte contre le manque de
La première cause de la tiédeur conviction commencera par l’étude et la
est l’absence ou le manque de vie inté- pratique régulière des Sacrements, sur-
rieure. Une âme contemplative devient ra-
-4-

tout de la Pénitence et de la Sainte Eu- chaque semaine. Prendre le temps de


charistie (le Pain des forts). parler à son époux et à ses enfants.
Un tiède sortira ainsi de sa médio-
crité en s’obligeant à l’étude (au moins Un dernier remède contre la tié-
une demi-heure par semaine ; commencer deur : les Exercices de Saint Ignace de
par le Catéchisme du Concile de Trente et Loyola une fois par an. Ils sont incompa-
les grands livres de Monseigneur Lefebvre, rables dans la formation de la volonté, et
surtout « Ils L’ont découronné », « Un dans l’établissement d’une règle de vie. Ils
Évêque parle », « C’est moi l’accusé qui aident à prendre des habitudes de vie inté-
devrait vous juger », « J’accuse le rieure et n’ont pas leur pareil pour nous ap-
Concile »). prendre à méditer.
Quelqu’un qui suit ces Exercices de
Qu’il se confesse très régulière- Saint Ignace une fois par an aura « le nez
ment auprès d’un directeur spirituel qui Catholique », et évitera presque par instinct
joigne à la piété une forte doctrine, qu’il tout ce qui sent le libéralisme.
communie aussi souvent que possible, et
qu’il ajoute quelques exercices de péni-
tence corporelle : « Si vous ne faites pas CONCLUSION
pénitence, vous périrez tous » !
La grâce ne détruit pas la nature,
Deux choses sont à mortifier en mais l’élève. L’homme ne peut pas chan-
priorité : la volonté propre et les sens. Les ger son tempérament, mais il peut travailler
Sacrements nous sont donnés aussi pour sur son caractère.
cela : le Baptême sanctifiera l’intelligence Un plant de tomate aura toujours la
(dont l’objet propre est le vrai, que la Foi tendance naturelle à se vautrer paresseuse-
va éclairer), la Confession travaille sur la ment sur le sol, mais s’il est suffisamment
volonté (qui nous conduit vers le bien et « obéissant » pour s’appuyer sur un tuteur,
nous fait éviter le mal), la Confirmation il s’élèvera et ses fruits pourront mûrir au
mortifiera l’irascible (qui nous aide à soleil sans risquer de pourrir.
vaincre les obstacles rencontrés dans la
poursuite du bien), et la Sainte Eucharistie De même, si quelqu’un qui a une
les trois concupiscences des yeux, de la tendance naturelle à la médiocrité et à la
chair et l’orgueil. tiédeur, sait s’appuyer sur les ailes des Sa-
crements et de la grâce qui en découle, il
Citons quelques exemples de péni- pourra s’élever de terre et commencer ainsi
tences : à voir les choses surnaturellement. Dieu ai-
• En matière d’alimentation, s’obliger dant, il peut devenir un saint dans le plan
chaque jour à manger quelque chose d’amour que le Bon Dieu a prévu pour lui.
qu’on aime moins, ou à modérer la
quantité de quelque chose qu’on aime Dieu est tout-puissant et peut trans-
au contraire beaucoup. former une nouille en une barre d’acier, un
• S’obliger à un horaire pour le lever et lion en agneau, selon les besoins Divins et
le coucher, et s’y astreindre. Établir les circonstances que Dieu a prévues de
une fourchette du temps de sommeil toute éternité.
nécessaire, et toujours rester dans cette
fourchette. Tout dévoué en Notre Seigneur Jé-
• Avoir de l’ordre dans sa vie : ranger sus-Christ et Sa très Sainte Mère.
son établi, son bureau, sa chambre.
S’efforcer de faire un peu de sport Abbé Jean-Luc Lafitte