Vous êtes sur la page 1sur 21

La réplication de l’ADN

SBI4U
L. Kutchaw
http://www.youtube.com/watch?v=
HBwyNrkYnp0
http://www.youtube.com/watch?v=
-qAr5Ib_6as
Le 3 théories de la réplication de l’ADN
 La théorie conservatrice: la réplication comporte la
formation de deux nouveaux brins fils à partir des
matrices parents et ces deux nouveaux brins s’unissent
ensuite pour créer une nouvelle double hélice.

 La théorie semi-conservatrice: chacune des


molécules filles se compose d’un brin parent et d’un
nouveau brin.

 La théorie dispersive: les molécules parents sont


décomposées en fragments et que les deux brins d’ADN
filles sont constitués d’un assortiment d’ADN parental et
de nouvel ADN.
Hypothèse: La réplication de l’ADN est semi-conservatrice

Protocol:
1. Croissance
2. Transfère des bactéries
bactérienne dans un
dans un milieu N 14 (léger)
milieu N 15 (lourd)

3. Échantillonnage à 0
4. Avant la première réplication l’ADN minutes, 20 minutes
parent est 100% N 15 (lourd) (une réplication
complète) et 40 minutes
(2 réplications
complètes)

Résultats:
Après 2 générations, la
moitié de l’ADN est hybride
(N14/N15) et l’autre moitié
est léger (N14)

Conclusion: Le modèle de réplication est seulement possible si chaque


molécule d’ADN contient un brin parent (N15) et un nouveau brin (N14). Donc,
la réplication de l’ADN est semi-conservatrice.
Meselson et
Stahl 1957

Donc, la
réplication de
l’ADN est semi-
conservatrice!
La réplication de l’ADN ce fait en trois
étapes
 L’activation:
 À l’origine de réplication (100 à
200 pb), les enzymes se lient à
l’ADN et sépare les deux brins
pour former une bulles de
réplication.
 L’ADN polymérase s’insère
entre les deux brins et catalyse
l’ajout de nucléotides
complémentaires formant un
nouveau brin d’ADN (cet
endroit est la fourche de
réplication)
 Les hélicases sont responsable
de dérouler l’ADN et de
maintenir cette conformation
 Chez les eucaryotes, les
fourches de réplication se
déplacent 10X plus lentement
que chez les procaryotes
L’élongation
 ADN polymérase lie des nouveaux nucléotides
seulement à l’extrémité 3’ (-OH). Donc, l’élongation se
passe dans la direction 5’ à 3’
 L’amorce est utilisé point de départ à l’ancrage. Cette
séquence est synthétisé par primase.
 Sur le brin complémentaire, l’élongation doit aussi se
passer dans la direction 5’ à 3’ mais pas en brin
continu…l’ADN polymérase forme des fragments
d’Okazaki.
Suite…

 Le brin principal (avancé): répliqué dans le sens


5’-3’ sans interruption
 Le brin secondaire (retardé): l’ADN polymérase
ajoute des nucléotide à l’extrémité 3’, ADN
ligase colle les brins ensemble (catalyse la
formation de liaisons phosphates entre les
nucléotides)
Revue: élongation
L’achèvement
 À la fin de l’élongation
deux nouvelles
molécules filles sont
(presque) terminées.
Elles s’enroulent
automatiquement dans
leur structure
hélicoïdale.
 MAIS il y a un
problème à chaque
extrémité du
chromosome linéaire!
Et là! Le secret de la vie éternelle?
 Le problème: L’ADN polymérase coupe
une amorce d’ARN d’un fragment
d’Okazaki, l’espace est comblé par les
nouveaux nucléotides ajoutés à l’extrémité
3’ mais l’extrémité 5’ demeure un brin
simple.
 La cellule n’a pas d’enzymes capables de
travailler dans le sens 3’-5’!
 Les nucléotides du brin simple se
détachent: le résultat est des molécules
d’ADN filles plus courtes que la molécule
d’ADN mère.
(fig. 7.27)
La vie nous étonne encore!

Les télomères: sont les séquences de


nucléotides retrouvés à l’extrémité des
chromosomes linéaires.

La télomérase est une enzyme qui


prolonge les télomères.
Les répétions des télomères et le cancer.

L’érosion des télomères entraîne la mort


de la cellule (sénescence).
L’activité du gène qui code la télomérase
est directement liée à la longévité de la vie
et le cancer.
Les cellules cancéreuses qui évite le
mécanisme naturel de l’apoptose
démontre une activité acrue de la
télomérase.
Suite…
 http://ww
w.nature.
com/nrd/j
ournal/v5/
n7/box/nr
d2081_B
X1.html
La vérification et la correction
 La réplication de l’ADN semble ordonné mais en
réalité elle est chaotique, donc il est nécessaire
d’avoir un mécanisme de correction en place.
 Le taux d’erreur: une erreur tous les 10 000 à
100 000 nucléotides.
 L’ensemble des enzymes qui participent à la
réplication de l’ADN est connu sous le nom de
machine à répliquer
 La fidélité finale de la réplication est de
1/10 000 000.
Les télomères et la télomérase

La découverte et
leur fonction de
protection
chromosomique:
Herman Muller et
Barbara McClintock Les chromosomes humains
proposent les comportent des milles de
caractéristiques de répétition d’une séquence de 6
nucléotides aux extrémités
manière indépendante <<TTAGGG>>
en 1930
Muller, 1930
 Étudiant de Thomas Hunt Morgan
 Induit des mutations aléatoires dans les
chromosomes de la mouche du vinaigre
(Drosophilia) et remarque que les
extrémités chromosomiques semble
résister aux rayons-X.
 Il propose que les extrémités doivent
comporter des gènes de <<protection>>
 Il a été accordé le prix Nobel en 1946 pour
la génération de mutations par l'irradiation
aux rayons-X
 Il n’avait pas tout à fait raison…
McClintock, 1941
 Modèle: maïs
 Étudie le conséquences des
ruptures chromosomiques en
produisant des chromosome de
maïs dicentriques qui se
divisent lors de la mitose.
 Elle remarque que les
extrémités (télomères) sont
instables (fragiles) une fois
brisés et ont tendance à se lier
à n’importe quelle autre
séquence simple à proximité.
Suite…McClintock

 En répétant son protocole avec divers types de cellules chez le même


organisme modèle, les cellules embryonnaire donnaient des
résultats intéressants. Une fois l’extrémité chromosomique a subit une
rupture, un mécanisme semble <<réparer>> la séquence. Aujourd’hui
les scientifiques attribuent cette réparation à <<télomérase>>, une
enzyme active chez les cellules souches, les cellules embryonnaires
et certaines cellules somatiques.
Mise en application
 Le traitement du cancer à l’aide de la
composition de l’ADN riche en guanine.
Information:
 les oncogènes et les télomères sont riches en guanine.
 Ces sections d’ADN (et d’ARN) peuvent prendre un structure
secondaire nommé G-quadruplex
 Les traitements contre le cancer implique le développement
de drogue qui peuvent ciblé et se lié au G-quadruplex
 La liaison peut empêcher l’élongation des télomères ou
inciter l’apoptose des cellules cancéreuses
 Düchler, 2012.
(http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22424091)
Ressources supplémentaires

http://www.nature.com/scitable/topicpage/t
elomeres-of-human-chromosomes-21041
http://mon.ftp.a.moi.chez-
alice.fr/Ecole/DEUG_SV2/Moleculaire/Mol
ecul2.pdf
http://www.biofondations.gc.ca/francais/Vi
ew.asp?x=738
Trop pertinent au cours de
Biologie 12 pré-u!!!

Nous allons visionner la version française


ensemble en classe (la qualité de l’image
laisse un peu à désirer) mais la version
anglaise sur Netfilx est disponible en HD.