Vous êtes sur la page 1sur 38

MODULE 17:

BETON ARME

2018/2019
Plan général du cours
CHAP 1: Matériaux : béton et acier
CHAP 2: durabilités et enrobage
CHAP 3: analyse structurelle et dispositions constructives
CHAP 4: dimensionnement en flexion simple (poutre continue)
CHAP 5: dimensionnement en compression et traction simples
CHAP 6 : dimensionnement en flexion composée
CHAP 7 : dimensionnement en torsion
CHAP 8 : éléments courants: fondations superficielles
CHAP 9 : éléments courants: poteaux et voiles
CHAP 10 : éléments courants: planchers et dalles
CHAP 4 :
Dimensionnement en flexion
composée
Flexion Composée

PLAN
1. Déformations dans la section
2. Longueur de flambement et élancement
3. Excentricité de calcul
4. Flambement
5. Bilan
6. Section entièrement tendue
7. Section partiellement tendue
8. Section entièrement comprimée
Introduction
G, Q, Wn

Wn Poteau en
Flexion
Composée

Poutre (ou poteau) sollicitée en flexion composée si le torseur


des contraintes généralisées se réduit à : N(x), M(x) et V(x)
Convention : N(x) > 0 pour compression
N(x) < 0 pour traction
1. Déformations dans la section

3 cas de Flexion Composée peuvent être distingués

Section Section Section


entièrement partiellement entièrement
tendue tendue comprimée
y y y

ε ε ε
1. Cas d’une section en BA
A l’ELU, NEd est un effort de compression, étudions le cas limite
où xu = h (poutre sans acier comprimé)
x x x
3,5.10−3 fcd

Si xu > h, 0,8.xu
d xu = h  la section
est entièrement
A comprimée

ε σ
b
Pour une section rectangulaire et si xu = h, l’équilibre des moments
par rapport aux aciers tendus s’écrit :
M BC = 0,8hbf cd (d − 0,4267
h)
1. Cas d’une section en BA
M BC h h
On peut donc définir : µ BC = = 0,8 1 − 0,4 
b d 2 f cd d d

Si le moment réduit de la section calculé au centre de gravité


des aciers tendus µ uA est tel que :
A
M Ed
µ uA = ≤ µ BC
bd 2 f cd

 xu < h alors la section est partiellement tendue


sinon la section est entièrement comprimée

(avec MEdA, moment fléchissant ultime par rapport aux aciers tendus)
1. Cas d’une section en BA

Remarques :

• µ BC : fonction de la géométrie de la poutre


µ uA : fonction de la géométrie de la poutre et du chargement
(excentricité et effort normal)

• Un raisonnement similaire peut être mené à l’ELS, en prenant


en compte la linéarité des contraintes le long de la section.
1. Cas d’une section en BA

A l’ELU (et à l’ELS), si N est un effort normal de traction :


Si C est à l’intérieur des traces des armatures c’est-à-dire :
 h h
−  d −  ≤ e0 ≤ − d '
 2 2
 la section est entièrement tendue

Sinon, elle est partiellement tendue.


1. Déformations dans la section
Prise en compte des déformations à long terme : Fluage

M 0 Eqp
ϕ ef = ϕ (∞, t0 )
M 0 Ed

ϕ (∞, t0 ) : valeur finale du coefficient de fluage


M0Ed : moment du 1er ordre en combinaison quasi permanente à l’ELS
M0Ed : moment du 1er ordre en combinaison de calcul ELU
Calcul de ϕ (∞, t0 )

t0 : âge du béton au moment du


chargement, en jours
h0 : rayon moyen = 2Ac / u, où Ac est
l'aire de la section transversale du
béton et u le périmètre de la partie
exposée à la dessiccation

Classe R : CEM 42,5 R, CEM 52,5 N et CEM 52,5 R


Classe N : CEM 32,5 R, CEM 42,5 N
Classe S : CEM 32,5 N

272
2. Longueur de flambement et élancement
En compression, risque de flambement :
Pour des éléments isolés (pas de rôle de contreventement)

l l l l l

longueur de
flambement l0 = l l0 = 2.l l0 = 0,7.l l0 = l / 2 l0 = l
(dite efficace)
2. Longueur de flambement et élancement
Longueurs de flambement :
• Structure contreventée • Structure non contreventée
 k1  k2    kk   k  k 
l0 = 0,5.l 1 + 1 +  l0 = l. max  1 + 10 1 2  ; 1 + 1 1 + 2 
 0, 45 + k1  0, 45 + k 2    k1 + k 2   1 + k1  1 + k 2 

avec k1 et k2, les coefficients de souplesses des deux encastrements partiels


du poteau
avec θ : rotation des éléments s’opposant à la rotation
θ EI pour un moment fléchissant M
k=
M l EI et l, la rigidité en flexion et la longueur de l’élément
comprimé (s’il y a un élément comprimé adjacent dans
un nœud, il faut remplacer EI/l par la somme des EI/l
des 2 poteaux)
2. Longueur de flambement et élancement
θ EI avec θ : rotation des éléments s’opposant à la rotation
k=
M l pour un moment fléchissant M

Le rapport M / θ dépend de la nature de la liaison au niveau de l’appui opposé à


celui étudié :

M 3EI
 M= θ
θ l

M 4 EI
 M= θ
θ l
2. Longueur de flambement et élancement
Longueurs de flambement :
Poteau, I1, l1 I1 / l1 + I / l
k1 =
Poutre, Iw1, lw1 Poutre, Ie1, le1 α w1 I w1 / lw1 + α e1 I e1 / le1
I 2 / l2 + I / l
k2 =
1 α w2 I w2 / lw 2 + α e 2 I e 2 / le 2

avec :
l Poteau, I, l
αw ou e i = 4 si l’autre appui de
la poutre est un encastrement
ou 3 si c’est un appui simple

2 Rem. : Il faut tenir compte de la


Poutre, Iw2, lw2 Poutre, Ie2, le2 fissuration dans la rigidité des
éléments s’opposant à la
Poteau, I2, l2 déformation.
2. Longueur de flambement et élancement

Élancement d’un élément : l0


λ =
i
avec l0 : longueur de flambement (m),
i : rayon de giration (m).

I
i=
avec I : Inertie de l’élément dans le
plan de flambement (m4),
B B : Section de l’élément (m²).
3. Excentricité

Définition : e0 : excentricité de l’effort par rapport au Centre de


Gravité de la section de béton seul

C : Centre de pression
MG0 N
C
G0
e0 G0
N

M G0
e0 =
N
3. Excentricité de calcul

EC2 : En Flexion Composée avec Compression :

e = e0 + ei + e2

avec e : excentricité à prendre en compte dans les calculs,


e0 : excentricité de la résultante des contraintes normales,
ei : excentricité additionnelle traduisant les imperfections
géométriques (après exécution),
e2 : excentricité due aux effets du second ordre, liés à la
déformation de la structure.

 h 
e0 + ei ≥ max 2cm;  avec h : la hauteur de la section
 30 
3. Excentricité de calcul
EC2 5.2 et 6.1(4) :
ei : excentricité additionnelle traduisant les imperfections
géométriques (après exécution),
Cas d’un élément isolé (pas de rôle de contreventement, sinon prise en compte
d’un effort transversal supplémentaire cf. EC2 5.2)
ei = θ i .l0 / 2
avec : θ i = θ 0α hα m
θ 0 = 1 / 200
αh = 2 / l compris entre 2/3 et 1 (l : la longueur de l’élément)

α m = 0,5(1 + 1 / m ) m = 1 pour un poteau isolé (poteau n’appartenant pas


au système de contreventement)

l0 : la longueur de flambement ou longueur efficace de l’élément


3. Excentricité de calcul
1. Les effets du 2nd ordre peuvent être négligés s’ils sont
inférieurs à 10 % des effets du 1er ordre correspondants (EC2
5.8.2)
2. Pour un élément isolé, les effets du 2nd ordre (flambement)
peuvent être négligé si l’élancement :
20. A.B.C
λ < λlim =
n

A=
1 ϕef pour la prise en compte du
avec : fluage, A = 0,7 si ϕef est inconnu
1 + 0,2ϕ ef
As f yd
B = 1 + 2ω ω= B = 1,1 si ω est inconnu
Ac f cd

C = 1,7 − rm en général rm = 1 cf. EC2


N Ed
n=
Ac f cd
4. Flambement
EC2 recommande trois méthodes :
- la méthode générale basée sur une analyse non linéaire au 2nd ordre
(méthode itérative, plutôt destinée à être informatisée)
- une analyse au 2nd ordre basée sur l’évaluation de la rigidité du
poteau (utilisation pour des éléments isolés ou pour la structure
complète)
- une méthode basée sur une évaluation de la courbure (utilisation
pour des éléments isolés à effort normal constant)
4. Flambement
Méthode de la rigidité nominale
1. Calcul de la rigidité nominale
EI = K c .Ecd .I c + K s .Es .I s

Ecd : module d’élasticité du béton Ecm


Ecd = γcE = 1,2 (AN)
γ cE
Es : module d’élasticité de l’acier (200000 MPa)
Ic et Is : moment d’inertie de la section droite du béton et de l’acier par rapport
au centre de la section de béton

k1.k 2 nλ
Kc = k1 =
f ck
k2 = ≤ 0,20 n=
N Ed
Ks = 1
1 + ϕ ef 20 170 Ac f cd

λ : élancement du poteau
4. Flambement
Méthode de la rigidité nominale
2. Calcul de la majoration des moments (prise en compte du flambement)
 
 β 
M Ed = M 0 Ed 1 + 
 NB
− 1
 N Ed 

M0Ed : moment dû 1er ordre (y compris les effets des imperfections géométriques)
π 2 EI
NB : charge de flambement calculée avec la rigidité nominale (cd. 1.) NB =
l02

NEd : effort normal agissant


a) Pour un élément isolé de section constante et effort normal constant
π2 c0 : coefficient dépendant de la distribution du moment
β= fléchissant du 1er ordre (cf. tableau ci-dessous)
c0
b) Pour les autres cas, β = 1 ‘constitue normalement une simplification raisonnable’

Pour un moment Constant Parabolique Triangulaire symétrique


c0 = 8 9,6 12
4. Flambement
Méthode de la courbure nominale
M Ed = M 0 Ed + N Ed .e2
M0Ed : moment dû 1er ordre (y compris les effets des imperfections géométriques)
Ned : effort normal agissant
2
1 l0
e2 =
r c
En général, pour une section constante c = 10 sauf si le moment est constant,
prendre c = 8.

Dans le cas des éléments de section droite constante et symétrique (ferraillage


compris), la courbure est égale à : 1 1
= K r Kϕ
r r0
4. Flambement
Méthode de la courbure nominale
1 1
= K r Kϕ
r r0
nu − n As f yd
avec : Kr = ≤1 nu = 1 + ω ω=
nu − nbal Ac f cd
N
n = Ed nbal = 0,4
Ac f cd

Kϕ = 1 + βϕ ef ≥ 1 f ck λ
β = 0,35 + −
200 150

1 f yd
=
r0 0,45.d .E s

Si toutes les armatures ne sont pas concentrées sur les faces opposées, mais
qu'une partie est placée parallèlement au plan de flexion, d est égal à :
Is
d = 0,5h + is is =
A
286 s
5. Bilan
Sollicitations : N, M

N < 0, élément en traction N > 0, élément en compression

M G0
Calcul de e0 e0 = Calcul de e = e0 + ei + e2
N
si
Calcul de µ BC et de µ uA
−  d −  ≤ e0 ≤ − d '
h h
 2  2 si

alors sinon µ uA ≤ µ BC

Section Section alors sinon


entièrement partiellement
tendue tendue Section Section
partiellement entièrement
287
tendue comprimée
6. Section entièrement tendue
x
x

d’ σs1
A1
eA1 σ
CdG
section d
N e
eA2 A2 σs2

béton tendu négligé

Équilibres des moments s’exerçant sur la section :

N .eA1 N .eA 2
en A1 : A2 = A1 =
(eA1 + eA 2 )σ S 2 (eA1 + eA 2 )σ S288
en A2 :
1
6. Section entièrement tendue

A l’ELU, on prend σs2 et σs1 égales à fyd, d’où :

N Ed .e A 2 N Ed .e A1
A1 = et A2 =
(eA1 + eA2 ) f yd (eA1 + eA2 ) f yd
7. Section partiellement tendue
N x x x
εbc Fbc
d’
e
A’ y1 εsc Fsc

CdG
section
d ε F
eA
A εst Fst

béton tendu négligé


Équilibre de la section au centre de gravité des aciers tendus :
Fbc - Fst + Fsc = N Fbc - A.σst + A’.σsc = N

Mbc + Msc = MA = eA.N en A Fbc.zb + A’.σsc.(d-d’) = MA
en A
avec zb : bras de levier entre le béton 290
comprimé
et le centre de gravité des aciers tendus
7. Section partiellement tendue
Équilibre de la section au centre de gravité des aciers tendus :
 N 
Fbc -  A +  σst + A’.σsc = 0
 σ st 
en A
Fbc.zb + A’.σsc.(d-d’) = MA
ce qui peut s’écrire :
Fbc - a.σst + a’.σsc = 0
Fbc.zb + a’.σsc.(d-d’) = MA
en A

ce qui revient à un problème de flexion simple à l’ELS ou à l’ELU, pour une


section soumise à MA et munie des armatures a’ en compression et a en
traction, avec :  A' = a'

 N
A = a − σ
 st
7. Section partiellement tendue
Principe :
- Calculer le moment MA à l’ELU ou à l’ELS par rapport aux aciers
tendus,
- Calculer les sections a et a’ (calcul classique de Flexion Simple),
- En déduire les sections nécessaires en Flexion Composée,

 A' = a '

 N
A = a − σ
(N en valeur algébrique)
 st
8. Section entièrement comprimée

x x

εbc
d’
A’ 3h/7 εsc1
N
e CdG
Pivot C
section
d ε
A
εsc2
8. Section entièrement comprimée
x x

εbc fcd

εsc1 σsc1
3h/7
Pivot C : εc = 2.10-3 σ
ε

εsc2 σsc2

Dans le cas où la section est entièrement comprimée, le BAEL ne permet pas


d’utiliser le diagramme simplifié, il faut donc calculer la résultante et le
moment dus au béton comprimé en intégrant le diagramme parabole-rectangle,
la résolution est complexe  utilisation de diagramme d’interaction 294
8. Section entièrement comprimée
Diagramme d’interaction :
Pour une section rectangulaire soumise à un chargement quelconque
x x x diagramme
parabole
rectangle
εbc
A’
ζ σbc(ζ
ζ)
yAN
dA’ V’ ε σ

G
dA d σst
A εst

L’équilibre de la section en G centre de gravité de la section de béton seul s’écrit alors :


 x AN

 N = − ∫ b.σ bc (ζ )dζ ± A' σ sc ± Aσ st


  Diagramme d’interaction

0
x AN
G
M = b.σ (ζ )( ζ ) ζ σ σ
 G ∫0 bc . v '− d ± A' sc d A ' ± A st d A
8. Section entièrement comprimée
Diagramme d’interaction :
 x AN

 N = − ∫ b.σ bc (ζ )dζ ± A' σ sc ± Aσ st




0
x AN
G
M = b.σ (ζ )( . v'−ζ )dζ ± A' σ sc d A' ± Aσ st d A
 G ∫0 bc

Un point P ayant pour coordonnées (N,M) décrirait dans un repère orthonormé


(N,M) une courbe généralement convexe appelé diagramme d’interaction

(Figure tirée de la version Internet des Techniques de l’Ingénieur – Chapitre de J. Perchat)


8. Section entièrement comprimée
Exemple de diagramme d’interaction pour acier de nuance
Diagramme d’interaction : feE500 à l’ELU (avec A=A’ – cage d’armature symétrique)

pour fck ≤ 50 MPa

Pour le dimensionnement, on définit :


A=A’=As
N MG
n= µ=
Ac . f cd Ac .h. f cd

2. As . f yd
ρ=
Ac . f cd

Pour une poutre de section rectangulaire (de


section Ac), on calcule n et µ et on déduit du
diagramme d’interaction la valeur de As
nécessaire à la résistance de la section

297
(Figure tirée de la version Internet des Techniques de l’Ingénieur – Chapitre de J. Perchat)
Merci de votre attention

Vous aimerez peut-être aussi