Vous êtes sur la page 1sur 38

Master 1 - Electromécanique.

(Groupes 1et 2)
Université Akli mohand Oulhadj de Bouira.
Module : Réseaux électrique industriels.
Faculté des sciences et sciences appliquées.
Enseignant : S. MOUASSA.
Département de Génie Electrique.

Chapitre 1:

Cours: Réseaux internes industriels


Niveau : 2ieme année Master Electrotechnique Option : Réseaux électriques Volume horaire :
Cours 1,5H, TD 1,5H, TP 1,5H/15j
Responsable de matière : Souhil MOUASSA
Année 2017-2018

UEF 1113 : Réseaux électriques industriels


Niveau : 1ière année Master Electromécanique Option : Electromécanique Volume horaire :
Cours 1,5H, TD 00H, TP 1,5H
Cours UED35 : Réseaux Electriques Industriels 2

PROGRAMME

SYMBOLES GRAPHIQUES DES SCHEMAS


Les éléments électriques du réseau les abréviations

Normes

I. LES ARCHITECTURES DE RESEAUX

I.1. Définition
I.2. Structure générale d'un réseau privé de distribution
I.3. La source d'alimentation
I.4. Les postes de livraison HTB
I.5. Les postes de livraison HTA
I.6. Les réseaux HTA à l'intérieur du site
I.7. Les réseaux BT à l'intérieur du site
I.8. Les réseaux industriels avec production interne
I.9. Exemples de réseaux typiques

II. LES REGIMES DE NEUTRE

II.1. Introduction
II.2. Les différents régimes de neutre
II.3. Influence du régime du neutre
II.4. Régimes de neutre et schémas des liaisons à la terre utilisés en BT
II.5. Le contact indirect en basse tension suivant le régime du neutre
II.7. Dimensionnement protection et coupure du conducteur neutre
II.8.Protection et coupure des conducteurs de phase
Réseaux électriques industriels

II.9.Influence sur l'appareillage des règles de coupure et protection du conducteur neutre et des
conducteurs de phase
II.10.Interaction entre haute tension et basse tension
II.11.Comparaison des différents régimes du neutre basse tension-choix
II.11.2.choix d'un régime de neutre.
II.12. Régimes de neutre utilisé en haute tension
II.13. Principes de réalisation d'un système de mise à la terre

III. LES RECEPTEURS ET LEURS CONTRAINTES D'ALIMENTATION

III.1. Les perturbations dans les réseaux industriels


III.2. Les remèdes pour se prémunir contre le flicker
III.3. Les moteurs électriques
III.4. Les autres récepteurs

IV. DETERMINATION DES SECTIONS DE CONDUCTEURS

IV.1. Détermination des sections de conducteurs et choix des dispositifs de protection en basse
tension
IV.2. Détermination des sections de conducteurs en moyenne tension (suivant la norme NF C 13-
205)

CHAPITRE V.COMPENSATION DE L'ENERGIE REACTIVE

V.1. L'énergie réactive


V.2. Intérêts de la compensation d'énergie réactive
V.3. Relation entre la puissance des condensateurs et l'amélioration du cos
V.4. Matériel de compensation d'énergie réactive
V.5. Emplacement des condensateurs
V.6. Détermination de la puissance de compensation par rapport à la facture d'énergie
V.7. Compensation aux bornes d'un transformateur pour accroître sa puissance disponible
V.8. Compensation de l'énergie réactive absorbée par un transformateur seul
V.9. Compensation des moteurs asynchrones
V.10. Recherche de la compensation optimale
V.11. Enclenchement des batteries de condensateurs et protections
V.12. Problèmes liés aux condensateurs en présence d'harmoniques
Réseaux électriques industriels

SYMBOLES GRAPHIQUES DES SCHEMAS

J C

G
M

Chapitre 1. Généralités
Normalisation, domaines des tensions, appareillage, symboles graphiques des schémas

1.2 Qu’est-ce qu’une norme ?

Étymologiquement, Norma est un terme latin désignant la règle, l’équerre. Historiquement, les
premières Normes sont nées dans les domaines de l’électricité et de la métallurgie pour résoudre
des problèmes d’interchangeabilité. Puis la normalisation s’est étendue à tous les types de
produits industriels. Actuellement, elle dépasse le cadre de la technique et aborde presque tous les
domaines en s’ouvrant au monde de la santé, de l’environnement, des services, des processus…
Réseaux électriques industriels

Définitions de la norme par les organismes de normalisation

« La norme est un document établi par consensus, qui fournit, pour des usages communs et
répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques, pour des activités ou leurs
résultats, garantissant un niveau d’ordre optimal dans un contexte donné.»

1.2.2 Les différents types de normes On distingue quatre grands types de normes :

 Les normes fondamentales qui concernent la terminologie, les symboles, la métrologie.


 Les normes d’essais qui décrivent des méthodes d’essais et d’analyse et qui mesurent des
caractéristiques.
 Les normes de spécifications qui fixent les caractéristiques d’un produit ou d’un service, les
seuils de performance à atteindre et l’aptitude à l’emploi.
 Les normes d’organisation qui s’intéressent à la description d’une fonction dans l’entreprise,
d’un mode de fonctionnement.

1) La CEI (Commission Electrotechnique Internationale) est une organisation mondiale de


normalisation composée de l'ensemble des comités électrotechniques nationaux (Comités
nationaux de la CEI). La CEI a pour objet de favoriser la coopération internationale pour toutes
les questions de normalisation dans les domaines de l'électricité et de l'électronique. A cet effet, la
CEI, entre autres activités, publie des Normes internationales. Leur élaboration est confiée à des
comités d'études, aux travaux auxquels tout Comité national intéressé par le sujet traité peut
participer. Les organisations internationales, gouvernementales et non gouvernementales, en
liaison avec la CEI, participent également aux travaux. La CEI collabore étroitement avec
l'Organisation Internationale de Normalisation (ISO), selon des conditions fixées par accord entre
les deux organisations.2) Les décisions ou accords officiels de la CEI en ce qui concerne les
questions techniques, préparés par les comités d'études où sont représentés tous les Comités
nationaux s'intéressant à ces questions, expriment dans la plus grande mesure possible un accord
international sur les sujets examinés.3) Ces décisions constituent des recommandations
internationales publiées sous forme de normes, de rapports techniques ou de guides et agréées
comme telles par les Comités nationaux.4). Dans le but d'encourager l'unification internationale
les Comités nationaux de la CEI s'engagent à appliquer de façon transparente, dans toute la
mesure possible, les Normes internationales de la CEI dans leurs normes nationales et régionales.
Réseaux électriques industriels

Toute divergence entre la norme de la CEI et la norme nationale ou régionale correspondante doit
être indiquée en termes clairs dans cette dernière.

CEI 1000-1-1 compatibilité électromagnétique (CEM). Partie 1 : généralités. Section


(04.1992) 1 : application et interprétation de définitions et termes fondamentaux
Compatibilité électromagnétique(CEM).
CEI 1000-2-2 Partie 2 environnement. Section 2: niveaux de compatibilité pour les
perturbations conduites basse fréquence et la transmission de signaux sur les
(05.1990)
réseaux publics d'alimentation à basse tension
CEI 1000-2-3 Compatibilité électromagnétique (CEM). Partie 2: environnement. Section 3:
(09.1992) description de l'environnement-phénomènes rayonnés et phénomènes conduits
à des fréquences autres que celles du réseau
CEI1000-2-4 Compatibilité électromagnétique(CEM). Partie2: Environnement.
(1994) Section 4 : niveaux de compatibilité dans les installations industrielles pour
les perturbations conduites à basse fréquence
CEI 1000-3-2 compatibilité électromagnétique (CEM). Partie 3 : limites. Section 2
(03.1995) : limites pour les émissions de courant harmonique (courant appelé par les
appareils ≤16 A par phase)
CEI 1000-3-3 compatibilité électromagnétique (CEM). Partie 3 : limites. Section 3
(12.1994) : limitation des fluctuations de tension et du flicker dans les réseaux basse
tension pour les équipements ayant un courant appelé ≤16 A
CEI 1000-3-5 compatibilité électromagnétique (CEM). Partie 3 : limites. Section 5 :
(12.1994) limitation des fluctuations de tension et du flicker dans les réseaux basse
tension pour les équipements ayant un courant appelé supérieur à16 A
CEI 146-1- convertisseurs à semi-conducteurs, spécifications communes et convertisseurs
1 (03.1991) commutés par le réseau. Partie I.1 : spécifications des clauses techniques de
base
CEI 146-1-2 convertisseurs à semi-conducteurs, spécifications communes et convertisseurs
(03.1991) commutés par le réseau. Partie I.2 : guide d'application
CEI 146- convertisseurs à semi-conducteurs. Partie 4 : méthode de spécification des
4 (1986) performances et procédures d'essais des alimentations sans interruption

CEI 27-1 symboles littéraux à utiliser en électrotechnique


(12.1992)
CEI 287 calcul des courants admissibles dans les câbles en régime permanent (facteur
(1982) de charge 100%)
CEI 34-1 machines électriques tournantes. Partie 1 : caractéristiques assignées et
(03.1994) caractéristiques de fonctionnement
CEI 354 guide de charge pour transformateurs de puissance immergés dans l'huile
(09.1991)
CEI 364 installations électriques des bâtiments
CEI 38 (1983) tensions normales de la CEI
Réseaux électriques industriels

CEI 50 (191) vocabulaire électrotechnique international. Chapitre 191 : sûreté de


(1990) fonctionnement et qualité de service
CEI 60-1 techniques des essais à haute tension. Partie 1 : définitions et prescriptions
(1989) générales relatives aux essais
CEI 617-2 symboles graphiques pour schémas, 2e partie : éléments de symboles,
(1983) symboles distinctifs et autres symboles d'application générale
CEI 617-7 symboles graphiques pour schémas, 7e partie : appareillage et dispositifs de
(1983) commande et de protection
CEI 71-1 coordination de l'isolement. Partie 1 : définitions, principes et règles
(12.1993)
CEI 71-2 coordination de l'isolement. Partie 2 : guide d'application
(1976)
CEI 76-3 transformateurs de puissance. Partie 3 : niveaux d'isolement et essais
(1980) diélectriques
CEI 812 technique d'analyse de la fiabilité des systèmes - procédure d'analyse des
(1985) modes de défaillance et de leurs effets (AMDE)
CEI 831-1 condensateurs shunt de puissance auto-régénérateurs destinés à être installés
(1988) sur des réseaux à courant alternatif de tension assignée inférieure ou égale à
660 V. Partie 1 : généralités, caractéristiques fonctionnelles, essais et valeurs
assignées, règles de sécurité, guide d'installation et d'exploitation
CEI 863 présentation des résultats de la prévision des caractéristiques de fiabilité,
(1986) maintenabilité et disponibilité
CEI 871-1 condensateurs shunt destinés à être installés sur des réseaux à courant
(1987) alternatif de tension assignée supérieure à 660 V. Partie 1 : généralités,
caractéristiques fonctionnelles, essais et valeurs assignées, règles de sécurité,
guide d'installation et d'exploitation
CEI 99-1 parafoudres. Partie 1 : parafoudres à résistance variable avec éclateur pour
(05.1991) réseau à courant alternatif
CEI 99-4 parafoudres. Partie 4 : parafoudres à oxyde métallique sans éclateur pour
(11.1991) réseaux à courant alternatif
CEI 99-5 parafoudres. Partie 5 : recommandations pour le choix et l'utilisation
(02.1996)
EN 50160 caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution
(05.1995)
NF C 13-100 postes de livraison établis à l'intérieur d'un bâtiment et alimentés par un réseau
(06.1983) de distribution publique de deuxième catégorie, 1e partie : généralités
NF C 13-200 installations électriques à haute tension, règles, 1e partie : généralités
(04.1987)
NF C 15-100 installations électriques à basse tension, 3e partie : détermination des
(05.1991) caractéristiques générales des installations
NF C 61-201 coupe-circuit à cartouches du type B
(03.1968)
NF C 61-410 disjoncteurs de protection contre les surintensités pour installations
Réseaux électriques industriels

(04.1992) domestiques et analogues


NF C 63-120 appareillage à basse tension. Partie 2 : disjoncteurs
(02.1993)
NF C 63-210 coupe-circuit à fusibles à basse tension - règles supplémentaires pour coupe-
(12.1980) circuit pour usages industriels
UTE C 13-205 installations électriques à haute tension, détermination des sections de
(07.1994) conducteurs et choix des dispositifs de protection
UTE C 15-105 installations électriques à basse tension - guide pratique, détermination des
(06.1991) sections de conducteurs et choix des dispositifs de protection

Les architectures de réseaux

L'architecture d'un réseau de distribution électrique industriel est plus ou moins complexe
suivant le niveau de tension, la puissance demandée et la sûreté d'alimentation requise. Nous
allons identifier les différents postes de livraison HTB et HTA, et la structure des réseaux
HTA et BT. A la fin du chapitre, six exemples typiques de schémas de réseaux industriels
sont montrés.

Chapitre 2. Réseaux électriques industriels

Définition
La nouvelle norme en vigueur en France UTE C 18-510 définit les niveaux de tension alternative
comme suit:
 HTA : pour une tension composée comprise entre 1 kV et 50 kV
 HTB : pour une tension composée supérieure à 50 kV
 BTA : pour une tension composée comprise entre 50 V et 500 V
 BTB : pour une tension composée comprise entre 500 V et 1 kV
 TBT : pour une tension composée inférieure ou égale à 50 V
 Les notations de la norme CEI 60038 seront parfois utilisées dans ce document avec
les Définitions suivantes:

 HT : pour une tension composée comprise entre 100 V et 1000 kV


Les valeurs normalisées sont : 45 kV - 66 kV - 110 kV - 132 kV - 150 kV - 220 kV
Réseaux électriques industriels

 MT : pour une tension composée comprise entre 1000 V et 35 kV


Les valeurs normalisées sont : 3,3 kV - 6,6 kV - 11 kV - 22 kV - 33 kV
 BT : pour une tension composée comprise entre 100 V et 1000 V
Les valeurs normalisées sont : 400 V - 690 V - 1000 V (à fréquence de 50 Hz)

1. Structure générale d'un réseau privé de distribution


Dans le cas général avec une alimentation en HTB, un réseau privé de distribution comporte
-un poste de livraison HTB alimenté par une ou plusieurs sources, il est composé d'un ou
plusieurs jeux de barres et de disjoncteurs de protection
-une source de production interne
- un ou plusieurs transformateurs HTB / HTA
-un tableau principal HTA composé d'un ou plusieurs jeux de barres
-un réseau de distribution interne en HTA alimentant des tableaux secondaires ou des
postes HTA / BT
 des récepteurs HTA
 des transformateurs HTA / BT
 des tableaux et des réseaux basse tensions
 des réceptrices basses tensions.
Réseaux électriques industriels

Figure. 1. Structure Générale d’un réseau privé de distribution

1.2. La source d'alimentation


Réseaux électriques industriels

L’alimentation des réseaux industriels peut être réalisée, soit :


- En HTB, ce qui signifie que la tension est supérieure à 50 kV, en général 63 kV, 90 kV ou
225 kV.
- En HTA, ce qui signifie que la tension est comprise entre 1 kV et 50 kV, en général 5,5 kV,
10 kV, 15 kV, 20 kV ou 33 kV.
- En BTA, ce qui signifie que la tension est inférieure à 1 kV, en général 400 V.
La tension de la source d'alimentation est liée à la puissance de livraison.

Le tableau 1-1 indique les niveaux de tensions d'alimentation usuellement choisis en fonction de
la puissance souscrite.
puissance de livraison
Tension
d'alimentation 0 0.25 MVA 10 MVA 40 MVA

BTA

HTA

HTB 63 kV/ 90 kV

HTB 225 kV

2. Les postes de livraison HTB:

Ils concernent généralement les puissances supérieures à 10 MVA. L'installation du poste de


livraison est comprise entre :
-d'une part, le point de raccordement au réseau de distribution HTB
-d'autre part, la borne aval du ou des transformateurs HTB / HTA
Les schémas électriques des postes de livraison HTB les plus couramment rencontrés sont les
suivants :

2.1 simple antenne 2.2 double antenne


Réseaux électriques industriels

Figure. 2-1 Alimentation simple antenne d'un poste Figure. 2-2 Alimentation double antenne d'un poste de
de livraison HTB livraison HTB
avantage : Coût minimal
inconvénient : Disponibilité faible

Pour le cas double antenne:


Normal : Les deux disjoncteurs d'arrivée des sources sont fermés, ainsi que le sectionneur de
couplage.
Les transformateurs sont donc alimentés par les 2 sources simultanément.
-Perturbé : En cas de perte d'une source, l'autre source assure la totalité de l'alimentation.
Avantages :
-bonne disponibilité, dans la mesure où chaque source peut alimenter la totalité du réseau
-maintenance possible du jeu de barres, avec un fonctionnement partiel de celui-ci
Inconvénients :
-solution plus coûteuse que l'alimentation simple antenne
-ne permet qu'un fonctionnement partiel du jeu de barres en cas de maintenance de celui-ci

2.3 Double antenne - double jeu de barres


Réseaux électriques industriels

Figure. 2-3: Alimentation double antenne - double jeu de barres d'un poste de livraison HTB

Mode d'exploitation :

-normal :

La source 1 alimente, par exemple, le jeu de barres JDB1 et les départs Dep1 et Dep2.
La source 2 alimente, par exemple, le jeu de barres JDB2 et les départs Dep3 et Dep4.
Le disjoncteur de couplage peut être maintenu fermé ou ouvert.

perturbé :

En cas de perte d'une source, l'autre source assure la totalité de l'alimentation.


En cas de défaut sur un jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), le disjoncteur de couplage est
ouvert et l'autre jeu de barres alimente la totalité des départs.
Avantages:

1. -bonne disponibilité d'alimentation


2. -très grande souplesse d'utilisation pour l'affectation des sources et des charges, et pour la
maintenance des jeux de barres
Réseaux électriques industriels

3. -possibilité de transfert de jeu de barres sans coupure (lorsque les jeux de barres sont
couplés, il est possible de manœuvrer un sectionneur si son sectionneur adjacent est fermé).
inconvénient :
- surcoût important par rapport à la solution simple jeu de barres.

3. Les postes de livraison HTA


Ils concernent généralement les puissances comprises entre 250 kVA et 10 MVA.
En France, deux types de postes de livraison HTA existent selon que le comptage est effectué
en BT ou en HTA.
3.1 Les postes de livraison HTA à Comptage BT
Un poste de livraison à comptage BT est une installation électrique raccordée à un réseau de
distribution publique sous une tension nominale de 1 à 35 kV comprenant un seul
transformateur MT/BT dont la puissance est en général inférieure ou égale à 1250 kVA.
En France, ils sont régis par la norme NF C 13-100, ils ne comportent qu'un seul transformateur
dont le courant secondaire est inférieur ou égal à 2000 A, soit une puissance inférieure ou égale à
1250 kVA pour une tension composée de 400 V.
Fonctions
Le poste de livraison: L’ensemble des matériels du poste est rassemblé dans une même enceinte,
soit à l’intérieur d’un bâtiment existant, soit sous forme d’un poste préfabriqué installé à
l’extérieur.
Raccordement au réseau MT
Le raccordement au réseau se fait :
 soit directement en antenne (simple dérivation),
 soit par l’intermédiaire de 2 interrupteurs dans un réseau en boucle (coupure d’artère),
 soit par 2 interrupteurs verrouillés mécaniquement dans un réseau en double dérivation.
Transformateur
Le transformateur peut être de plusieurs types :
 immergé dans l’huile minérale si l’emplacement du poste le permet,
 de type sec enrobé et moulé sous vide pour les installations dans certains types
 de locaux, en fonction de la législation locale. (ex: immeubles de grande hauteur, locaux
recevant du public…).
Comptage
Réseaux électriques industriels

Le comptage en BT permet l’utilisation de transformateurs de mesure économiques et peu


encombrants. Les pertes du transformateur ne sont pas comptées, mais le tarif appliqué par le
distributeur est établi en conséquence.
Distribution BT
Un disjoncteur général BT assurant l’isolement et comportant les interverrouillages requis
 alimente un tableau, généralement simple,
 protège le transformateur contre les surcharges et les circuits BT contre les court-circuités coté
basse tension.
Réseaux électriques industriels

 Fig. 2.4 : Poste de livraison à comptage BT


Réseaux électriques industriels

 simple dérivation

Figure. 2-4 Alimentation en simple dérivation d'un poste de livraison HTA à comptage BT

La cellule protection générale P doit être un disjoncteur si le courant nominal est supérieur ou
égal à 45 A (voir NF C 13-100).
Ce type de poste est utilisé en général pour la distribution publique HTA en lignes aériennes, il
comporte une seule source d'alimentation possible par le distributeur.
 Coupure d'artère (Voir Figure. 2-4)
Réseaux électriques industriels

Figure. 2-4: Alimentation en coupure d'artère d'un poste de livraison HTA à comptage BT

La cellule protection générale P doit être un disjoncteur si le courant nominal est supérieur ou
égal à 45 A (voir NF C 13-100).
Ce type de poste est utilisé pour la distribution publique HTA urbaine en réseaux souterrains, il
permet à l'utilisateur de bénéficier d'une source d'alimentation fiable à partir de deux postes
sources ou 2 départs HTA, ce qui limite les interruptions pour travaux ou en cas de panne.

 double dérivation (voir fig. 2-4)


Réseaux électriques industriels

Figure 2.5 alimentation en double dérivation d'un poste de livraison HTA à comptage BT

La cellule protection générale P doit être un disjoncteur si le courant nominal est supérieur ou
égal à 45 A (voir NF C 13-100).

Lorsque le réseau public HTA comporte deux câbles souterrains distincts en parallèle, le poste
peut être alimenté par l'une ou l'autre de ces deux dérivations.

La permutation d'une alimentation sur l'autre s'effectue lors de la disparition de la tension sur le
câble alimentant le poste. Elle est réalisée soit automatiquement, soit manuellement.

Ce schéma, très coûteux pour le distributeur, est utilisé lorsque les exigences de disponibilité sont
importantes (le surcoût est généralement payé par l'utilisateur).

3.2 Le poste de livraison à comptage MT


Réseaux électriques industriels

Un poste de livraison à comptage MT est une installation électrique raccordée à un réseau de


distribution publique sous une tension nominale de 1 à 35 kV comprenant généralement un seul
transformateur MT/BT de puissance supérieure 1250 kVA ou plusieurs transformateurs.

Fig. 2.4 : Schéma unifilaire d’un poste à comptage MT


Réseaux électriques industriels

Ils comportent plusieurs transformateurs ou un seul si son courant secondaire est supérieur à 2000
A (puissance supérieure à 1250 kVA pour une tension composée de 400 V) et peuvent comporter
des départs HTA.

La partie de l'installation allant du point de raccordement au réseau HTA jusqu'au sectionneur


d'isolement situé en aval du disjoncteur général est régie par la norme NF C 13-100 ; les jeux de
barres, le réseau HTA et les transformateurs sont régis par la norme NF C 13-200.

De façon identique aux postes de livraison à comptage BT, l'alimentation par le distributeur peut
être en simple dérivation, coupure d'artère ou double dérivation.

Fonctions

Le poste de livraison: Suivant la complexité de l’installation et la répartition des charges, le poste


peut comporter

 un local comprenant le tableau MT de livraison et le(s) panneau(x) de comptage(s), le tableau


MT de répartition d’énergie, le(s) transformateur(s) MT/BT, un tableau général BT,

 en plus d’un local du type précédent, plusieurs autres sous-stations (appelées communément
en France postes satellites) alimentées en MT depuis le poste de livraison précédent, et
comportant un tableau MT, des comptages et des transformateurs MT/BT.

Ces différents postes peuvent être installés :

 soit à l’intérieur d’un bâtiment,

 soit à l’extérieur dans des enveloppes préfabriquées.


Raccordement au réseau MT

Le raccordement au réseau se fait :

 soit directement en antenne (simple dérivation),

 soit par l’intermédiaire de 2 interrupteurs dans un réseau en boucle (coupure d’artère),

 soit par 2 interrupteurs verrouillés mécaniquement dans un réseau en double dérivation.


Réseaux électriques industriels

Comptage

Avant toute réalisation, l’approbation préalable du distributeur d’énergie électrique doit être
demandée.

Le comptage est réalisé coté MT, et le tableau MT doit comporter le comptage. Les
transformateurs de courant et de tension, ayant la classe de précision nécessaire, peuvent être
intégrés dans la cellule d’arrivée et protection générale par disjoncteur. Toutefois les
transformateurs de tension peuvent être installés dans une cellule distincte.
Postes satellites

Si l’installation comporte des postes satellites MT, la distribution du réseau MT de l’utilisateur,


en aval du comptage, peut se faire en simple dérivation, en double dérivation ou en boucle selon
les besoins de sécurité et de continuité de service.

Générateurs
Les générateurs ont pour but d’alimenter les installations prioritaires en cas de défaillance du
réseau. Ils sont placés soit sur le réseau BT du tableau prioritaire, soit en alimentation au niveau
du jeu de barres MT.
Condensateurs
Les condensateurs seront, suivant le cas, installés :
 sous forme de gradins MT au niveau du poste de livraison,
 dans les postes satellites en BT.
Transformateurs
Pour des raisons de disponibilité de l’énergie électrique, les transformateurs peuvent être associés
soit en marche alternée, soit en marche parallèle.

Exemple de schéma (voir fig. 2-6)

Poste de livraison avec une alimentation en coupure d'artère comportant 2 transformateurs et


2 départs HTA.
Réseaux électriques industriels

Figure 2.6. Exemple de poste de livraison HTA à comptage HT

Le comptage HT est réalisé grâce au TT (transformateur de Tension) et au TC (transformateur de


courant).

Le transformateur de courant possède généralement un deuxième secondaire utilisé pour la


protection contre les surintensités.

Les réseaux HTA à l'intérieur du site

Les réseaux HTA sont composés de tableaux et de liaisons alimentant ces tableaux. Nous
allons d'abord étudier les différents modes d'alimentation des tableaux, puis les différentes
structures des réseaux permettant d'alimenter ces tableaux.

Nota : les sectionneurs d'isolement et les systèmes de débrochage permettant d'effectuer


la maintenance de l'installation ne sont pas représentés sur les schémas.
4. Modes d'alimentation des tableaux HTA
Réseaux électriques industriels

Nous allons identifier les principales solutions d'alimentation d'un tableau HTA, indépendamment
de son emplacement dans le réseau.
Le nombre de sources et la complexité du tableau diffèrent suivant le niveau de sûreté de
fonctionnement désiré.
Les schémas sont classés dans un ordre tel que la sûreté de fonctionnement s'améliore tandis que
le coût d'installation augmente.
1.5.1. Modes d'alimentation des tableaux HTA
 1 jeu de barres, 1 source d'alimentation (voir fig. 2-7)

Figure 2-7. 1 jeu de barres, 1 source d'alimentation

fonctionnement : en cas de perte de la source d'alimentation, le jeu de barres est hors


service jusqu'à l'opération de réparation.

 1 jeu de barres sans couplage, 2 sources d'alimentation (voir fig. 2-8)

Figure 2.8, 1 jeu de barres sans couplage, 2 sources d'alimentation

Fonctionnement : les deux sources peuvent fonctionner en parallèle ou l'une en secours de


l'autre. En cas de défaut sur le jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), les départs ne sont plus
alimentés.
Réseaux électriques industriels

 2 demi jeux de barres avec couplage, 2 sources d'alimentations (voir fig. 2-9)

Figure 2.9, demi-jeux de barres avec couplage, 2 sources d'alimentation

Fonctionnement : le disjoncteur de couplage peut être maintenu fermé ou ouvert. S'il est ouvert,
chaque source alimente un demi - jeu de barres. En cas de perte d'une source, le disjoncteur de
couplage est fermé et l'autre source alimente les 2 demi-jeux de barres.
En cas de défaut sur un demi jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), une partie seulement des
départs n'est plus alimentée.
 1 jeu de barres sans couplage, 3 sources d'alimentation (voir fig. 2-10)

Figure 2.10, 1 jeu de barres sans couplage, 3 sources d'alimentation

Fonctionnement : les 3 sources peuvent fonctionner en parallèle ou l'une en secours des deux
autres. En cas de défaut sur le jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), les départs ne sont plus
alimentés.
Réseaux électriques industriels

 3 sections de barres avec couplages, 3 sources d'alimentation (voir fig. 2-11)

Figure 2.11, 3 sections de barres avec couplages, 3 sources d'alimentation

Fonctionnement : les 2 disjoncteurs de couplage peuvent être maintenus ouverts ou fermés. S'ils
sont ouverts, chaque source alimente sa section de barres. En cas de perte d'une source, le
disjoncteur de couplage associé est fermée, une source alimente 2 sections de barres et
l'autre 1 section de barres.
En cas de défaut sur une section de barres (ou maintenance de celle-ci), une partie seulement des
départs n'est plus alimentée.
Sources et départs en "duplex" (voir fig. 2-12)
Réseaux électriques industriels

Figure 2.12, sources et départs en "duplex"

Fonctionnement : le disjoncteur de couplage est maintenu ouvert en fonctionnement normal.


Chaque source peut alimenter l'un ou l'autre des jeux de barres par ses deux cellules
disjoncteur débrochables. Par souci d'économie, il n'y a qu'un seul disjoncteur pour les 2
cellules débrochables qui sont installées tête-bêche. On peut ainsi facilement déplacer le
disjoncteur d'une cellule à l'autre. Ainsi, si l'on veut que la source 1 alimente le jeu de barres
JDB2, on déplace le disjoncteur dans l'autre cellule associée à la source 1.
Le même principe est mis en place pour les départs. Ainsi, à chaque départ sont associées deux
cellules débrochables et un seul disjoncteur. Chaque départ peut être alimenté par l'un ou l'autre
des jeux de barres suivant l'emplacement du disjoncteur. Par exemple, la source 1 alimente le jeu
de barres JDB1 et les départs Dep1 et Dep2. La source 2 alimente le jeu de barres JDB2 et les
départs Dep3 et Dep4.
En cas de perte d'une source, le disjoncteur de couplage est fermé, l'autre source assure la totalité
de l'alimentation.
En cas de défaut sur un jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), le disjoncteur de couplage est
ouvert et chaque disjoncteur est placé sur le jeu de barres en service, afin que tous les départs
soient alimentés.
L'inconvénient du système "duplex" est qu'il ne permet pas les permutations automatiques. En cas
de défaut, chaque permutation à effectuer dure plusieurs minutes et nécessite la mise hors tension
des jeux de barres.

 2 jeux de barres, 2 attaches par départ, 2 sources d'alimentation (voir fig. 2-13)
Réseaux électriques industriels

Figure 2.13, 2 jeux de barres, 2 attaches par départ, 2 sources d'alimentation

Fonctionnement : le disjoncteur de couplage est maintenu ouvert en fonctionnement normal.


Chaque départ peut être alimenté par l'un ou l'autre des jeux de barres suivant l'état des
sectionneurs qui lui sont associés, un seul sectionneur par départ doit être fermé.
Par exemple, la source 1 alimente le jeu de barres JDB1 et les départs Dep3 et Dep4.
La source 2 alimente le jeu de barres JDB2 et les départs Dep1 et Dep2.
En cas de perte d'une source, le disjoncteur de couplage est fermé, l'autre source assure la totalité
de l'alimentation.
En cas de défaut sur un jeu de barres (ou maintenance de celui-ci), le disjoncteur de couplage est
ouvert et l'autre jeu de barres alimente la totalité des départs.

 2 doubles jeux de barres couplés entre eux (voir fig. 2-14)


Réseaux électriques industriels

Figure 2.14, 2 doubles jeux de barres couplés entre eux

Fonctionnement : il est presque identique au schéma précédent (2 jeux de barres, 2 attaches par
départ, 2 sources d'alimentation). La décomposition du double jeux de barres en 2
tableaux avec couplage (par D1 et D2) permet une plus grande souplesse d'exploitation.
Chaque jeu de barres alimente un nombre de départs moins important en fonctionnement
normal.
5. Structure des réseaux HTA

Nous allons identifier les principales structures de réseaux HTA permettant d'alimenter les
tableaux secondaires et les transformateurs HTA / BT. La complexité de la structure diffère
suivant le niveau de sûreté de fonctionnement désiré.
Les schémas électriques des réseaux HTA les plus souvent rencontrés sont les suivants:

 radial en simple antenne (voir fig. 2-15)


Réseaux électriques industriels

Figure 2-15 : réseau HTA radial en simple antenne

 les tableaux 1 et 2 et les transformateurs sont alimentés par une seule source, il n'y a pas de
solution de dépannage.
 cette structure est préconisée lorsque les exigences de disponibilité sont faibles, elle est
souvent retenue pour les réseaux de cimenterie.

 radial en double antenne sans couplage (voir fig. 2-16)


Réseaux électriques industriels

Figure 2-16: réseau HTA radial en double antenne sans couplage

- les tableaux 1 et 2 sont alimentés par 2 sources sans couplage, l'une en secours de l'autre
- la disponibilité est bonne.
- l'absence de couplage des sources pour les tableaux 1 et 2 entraîne une exploitation moins
souple.

 radial en double antenne avec couplage (voir fig. 2-17)


Réseaux électriques industriels

Figure 2-17 : réseau HTA radial en double antenne avec couplage

Les tableaux 1 et 2 sont alimentés par 2 sources avec couplage. En fonctionnement normal, les
disjoncteurs de couplage sont ouverts.
- chaque demi jeu de barres peut être dépanné et être alimenté par l'une ou l'autre des
sources
- cette structure est recommander lorsqu'une bonne disponibilité est demandée, elle est souvent
retenue dans les domaines de la sidérurgie et de la pétrochimie.
 en boucle
Cette solution est bien adaptée aux réseaux étendus avec des extensions futures importantes.
Il existe deux possibilités suivant que la boucle est ouverte ou fermée en fonctionnement
normal.
Réseaux électriques industriels

Figure 2-18 a : réseau HTA en boucle ouverte


- Les têtes de boucle en A et B sont équipées de disjoncteurs.
- Les appareils de coupure des tableaux 1, 2 et 3 sont des interrupteurs.
- en fonctionnement normal, la boucle est ouverte (sur la figure, elle est ouverte au niveau du
tableau 2).
- Les tableaux peuvent être alimentés par l'une ou l'autre des sources.
- un défaut sur un câble ou la perte d'une source est pallié par une reconfiguration de la boucle
(du Guide des protections).
- cette reconfiguration engendre une coupure d'alimentation de quelques secondes si un
automatisme de reconfiguration de boucle est installé. La coupure est d'au moins plusieurs
minutes ou dizaines de minutes si la reconfiguration de boucle est effectuée manuellement par le
personnel d'exploitation.

 boucle fermée (voir fig. 2-19)


Réseaux électriques industriels

Figure 2-18 b: réseau HTA en boucle fermée


- tous les appareils de coupure de la boucle sont des disjoncteurs.
- en fonctionnement normal, la boucle est fermée.
- le système de protection permet d'éviter les coupures d'alimentation lors d'un défaut.

Cette solution est plus performante que le cas de la boucle ouverte car elle évite les coupures
d'alimentation.
Par contre, elle est plus onéreuse car elle nécessite des disjoncteurs dans chaque tableau et un
système de protection plus élaboré.

 n en double dérivation (voir fig. 2-19)


Réseaux électriques industriels

Figure 2-19 : réseau HTA en double dérivation

- Les tableaux 1, 2 et 3 peuvent être dépannés et être alimentés par l'une ou l'autre des sources
indépendamment
- Cette structure est bien adaptée aux réseaux étendus avec des extensions futures limitées et
nécessitant une très bonne disponibilité.

1.7. Les réseaux BT à l'intérieur du site


Nous allons d'abord étudier les différents modes d'alimentation des tableaux basse tension.
Ensuite, nous étudierons les schémas d'alimentation des tableaux secourus par des groupes
électrogènes ou par une alimentation sans interruption.
1.7.1. Modes d'alimentation des tableaux BT
Réseaux électriques industriels

Nous allons identifier les principales solutions d'alimentation d'un tableau BT, indépendamment
de son emplacement dans le réseau. Le nombre de sources d'alimentation possibles et la
complexité du tableau différent suivant le niveau de sûreté de fonctionnement désiré.

 l'alimentation des tableaux BT avec une seule source d'alimentation (voir fig. 2-20)

Figure 2-20: alimentation des tableaux BT avec une seule source d'alimentation

Les tableaux T1, T2, T3 bénéficient d'une seule source d'alimentation. Le réseau est dit de type
radial arborescent.
En cas de perte de la source d'alimentation d'un tableau, celui-ci est hors service jusqu'à
l'opération de réparation.

 l'alimentation des tableaux BT par une double alimentation sans couplage (voir fig. 2-21)
Réseaux électriques industriels

Figure 2-21: alimentation des tableaux BT par une double alimentation sans couplage

Le tableau T1 bénéficie d'une double alimentation sans couplage par 2 transformateurs


HTA/BT.
Fonctionnement de l'alimentation de T1 :
- les deux sources alimentent T1 en parallèle
- en fonctionnement normal, les deux disjoncteurs sont fermés (D1 et D2).

Le tableau T2 bénéficie d'une double alimentation sans couplage par un transformateur


HTA/BT et par un départ issu d'un autre tableau BT.

Fonctionnement de l'alimentation de T2 :
- une source alimente le tableau T2, la seconde assure le secours.
- en fonctionnement normal, un seul disjoncteur est fermé (D3 ou D4).
Réseaux électriques industriels

 l'alimentation des tableaux BT par une double alimentation avec couplage (voir fig. 2-22)

Figure 2-22 : alimentation des tableaux BT par une double alimentation avec couplage

Le tableau T1 bénéficie d'une double alimentation avec couplage par 2 transformateurs


HTA/BT.

Fonctionnement de l'alimentation de T1: en fonctionnement normal, le disjoncteur de couplage


D3 est ouvert. Chaque transformateur alimente une partie de T1. En cas de perte d'une source
d'alimentation, le disjoncteur de couplage D3 est fermé et un seul transformateur alimente la
totalité de T1.

Le tableau T2 bénéficie d'une double alimentation avec couplage par un transformateur HTA/BT
et par un départ issu d'un autre tableau BT.

Fonctionnement de l'alimentation de T2 : en fonctionnement normal, le disjoncteur de couplage


D6 est ouvert. Chaque source alimente une partie de T2. En cas de perte d'une source, le
disjoncteur de couplage D6 est fermé et l'autre source alimente la totalité de T2.
Réseaux électriques industriels

1.7.2. Les tableaux BT secourus par des alternateurs