Vous êtes sur la page 1sur 260

Programme d’études

« Changement climatique :
impacts sur le Maroc et options
d’adaptation globales »

Les écosystèmes forestiers face au


changement climatique : situation et
perspectives d’adaptation au Maroc

FEVRIER 2010
Auteurs du rapport

MM. Omar MHIRIT et Mohamed ET-TOBI


Ingénieurs forestiers, enseignants chercheurs à l’Ecole Nationale
Forestière des Ingénieurs

Propriété de l’IRES, le présent rapport entre dans le cadre du programme d’études


"Changement climatique : impacts sur le Maroc et options d’adaptation globales". De par les
opinions qui y sont exprimées, ce rapport engage la responsabilité de ses auteurs et en aucun
cas celle de l’IRES

***

Par le biais de sa publication, l'IRES entend contribuer à "… l'émergence d'une expertise
nationale concernant les défis inhérents aux changements climatiques …" Extrait du Message
Royal, adressé aux participants à la rencontre internationale sous le thème "Le changement
climatique : enjeux et perspectives d'adaptation pour le Maroc", organisée par l'IRES le 16
octobre 2009

2
Table des matières

Introduction ______________________________________________________________ 8
1. Les écosystèmes forestiers du Maroc : Structure et particularités bioclimatiques ____ 12
1.1. Répartition et particularités bioclimatiques des écosystèmes forestiers marocains ______ 12
1.1.1. La forêt dans son cadre géographique _______________________________________________ 12
1.1.2. Climat, répartition et croissance des espèces forestières ________________________________ 17

1.2. Le changement climatique : des tendances lourdes pour les écosystèmes forestiers _____ 24

2. Le changement climatique : concepts, évolutions, impacts et prévisions ___________ 26


2.1. Changement climatique : évolutions récentes à l’échelle globale ____________________ 26
2.1.1. Changement climatique observé ____________________________________________________ 26
2.1.2. L’effet de serre, cause principale du changement climatique _____________________________ 30

2.2. Conséquences et futurs probables du changement climatique ______________________ 33


2.2.1. Scénarios d’émissions ____________________________________________________________ 33
2.2.2. Impacts observés et projetés du changement climatique ________________________________ 38

2.3. Des incidences du changement climatique sur les forêts ___________________________ 40


2.3.1. Traits généraux des effets des variations climatiques ___________________________________ 40
2.3.2. Effets des variations du climat sur les écosystèmes forestiers : rôle de l’eau et du gaz carbonique
47
2.3.3. Implications pour la biodiversité ___________________________________________________ 53

3. Bases scientifiques des impacts du changement climatique sur les forêts


méditerranéennes_________________________________________________________ 55
3.1. Considérations générales ____________________________________________________ 55
3.2. Méthodes et outils de modélisation des incidences du changement climatique ______ 56
3.2.1. Des hypothèses et théories de migration des espèces __________________________________ 56
3.2.2. Modèles et outils de simulation des aires des espèces et des écosystèmes _________________ 61

3.3. Synthèse des impacts observés et projetés pour les écosystèmes méditerranéens ______ 63
3.3.1. Déplacements des aires de distribution d’espèces et d’écosystèmes _______________________ 63
3.3.2. Migration et extinction des espèces _________________________________________________ 64
3.3.3. Phénologie et reproduction des arbres ______________________________________________ 66
3.3.4. Impacts sur l’évolution des risques phytosanitaires ____________________________________ 67
3.3.5. Impacts potentiels sur le sol et l’érosion _____________________________________________ 69
3.3.6. Impacts sur l’augmentation des risques d’incendies de forêt _____________________________ 72

4. Impacts observés du changement climatique sur les écosystèmes forestiers au Maroc et


projections futures ________________________________________________________ 76

3
4.1. Conséquences du changement climatique antérieur sur les écosystèmes au Maroc _____ 76
4.2. Tendances du changement climatique récent au Maroc ____________________________ 80
4.2.1. Evolution récente des précipitations et de la sécheresse ________________________________ 82
4.2.2. Evolution récente des températures _________________________________________________ 83

4.3. Projections futures du climat au Maroc _________________________________________ 85


4.3.1. Projections des températures et des précipitations à court terme ________________________ 85
4.3.2. Projections des températures et des précipitations à moyen et long termes _________________ 88

4.4. Conséquences du changement climatique récent au Maroc : cas du cèdre de l’Atlas ____ 95
4.4.1. Le dépérissement du cèdre de l’Atlas : phénomène révélateur ____________________________ 95
4.4.2. Observations récentes du changement climatique dans le Moyen Atlas marocain ___________ 97
4.4.3. Conséquences observées sur la croissance du cèdre au Moyen Atlas _____________________ 100

4.5. Impacts potentiels du changement climatique futur sur les écosystèmes forestiers __ 101
4.5.1 Caractérisation des conditions bioclimatiques futures des essences forestières _____________ 101
4.5.2. Impact sur la répartition du cèdre de l’Atlas _________________________________________ 109
4.5.3. Simulation de la saison de végétation et la période de croissance ________________________ 116

5. Fonctions sensibles des écosystèmes forestiers marocains et processus de vulnérabilité


_______________________________________________________________________ 125
5.1. Les écosystèmes forestiers : espace multifonctionnel et multi-usage ________________ 125
5.1.1. Fonctions et usages sociaux _______________________________________________________ 125
5.1.2. Utilisation des écosystèmes forestiers : valeur économique des produits, services, biens et
externalités des forêts ________________________________________________________________ 128

5.2. Vulnérabilités liées aux processus d’évolution biophysiques et anthropogéniques :


dégradation, érosion et désertification ____________________________________________ 130
5.2.1. Evolution paléoclimatique et anthropique des écosystèmes forestiers ____________________ 130
5.2.2. Processus d’évolution et vulnérabilité des écosystèmes forestiers _______________________ 134
5.2.3. Analyse succincte des principaux processus : ségradation, érosion, désertification ___________ 137

5.3. Conséquences potentielles pour la biodiversité _________________________________ 153

6. Intégration de l’adaptation dans la gestion durable des écosystèmes forestiers :


premières mesures prises __________________________________________________ 156
6.1. La gestion durable des écosystèmes forestiers marocains : cadre d’action pour l’atténuation
et l’adaptation au changement climatique _________________________________________ 156
6.1.1. Du contexte général du développement durable _____________________________________ 156
6.1.2. Du contexte sectoriel des forêts et de la lutte contre la désertification ____________________ 162

6.2. Mise en place du Réseau National d‘Aires Protégées (SIBE) ________________________ 166
6.2.1. Contexte et objectifs ____________________________________________________________ 166
6.2.2. Résultats et perspectives _________________________________________________________ 168

6.3. Surveillance environnementale à moyen et long terme : Les Observatoires (ROSELT/OSS)


169
6.3.1. Contexte et objectifs ____________________________________________________________ 169
6.3.2. Résultats et perspectives ________________________________________________________ 170

4
6.4. Révision et adaptation des plans de gestion des cédraies dépérissantes: cas des forêts de
cèdre du Moyen Atlas__________________________________________________________ 173
6.4.1. Contexte et Objectifs ____________________________________________________________ 173
6.4.2. Résultats et perspectives ________________________________________________________ 176

6.5. Mise en place d’un dispositif de prévention, d’alerte et de lutte contre les feux de forêts 181
6.5.1. Contexte et objectifs ____________________________________________________________ 181
6.5.2. Résultats et perspectives ________________________________________________________ 182

6.6. Stratégie nationale pour la surveillance et le suivi de la santé des forêts : Cas pilote de la
région du Moyen Atlas _________________________________________________________ 187
6.6.1. Contexte et objectifs ____________________________________________________________ 187
6.6.2. Résultats et perspectives ________________________________________________________ 189

7. Adaptation des forêts marocaines au changement climatique : stratégie et orientations


pour l’action à moyen et long termes ________________________________________ 194
7.1. Cadre général des orientations stratégiques ____________________________________ 194
7.1.1. Du concept de l’adaptation au changement climatique ________________________________ 194
7.1.2. De la nécessite de l’adaptation des forêts au changement climatique _____________________ 199
7.1.3. Gestion durable des écosystèmes forestiers, adaptation et atténuation ___________________ 203

7.2. Cadre stratégique globale d’adaptation ________________________________________ 205


7.2.1. Des enjeux de l’adaptation au changement climatique _________________________________ 205
7.2.2. D’une vision stratégique à moyen et long termes _____________________________________ 210

7.3. Orientations pour l’action : Options potentielles d’adaptation des écosystèmes forestiers
au changement climatique ______________________________________________________ 213
7.3.1. Prévention des risques __________________________________________________________ 214
7.3.2. Gestion et aménagement forestiers ________________________________________________ 218
7.3.3. Conservation, gestion et, valorisation de la biodiversité ________________________________ 221
7.3.4. Consolidation du dispositif d’observation ____________________________________________ 226
7.3.5. Formation, information et sensibilisation ____________________________________________ 227
7.3.6. Développement des connaissances : nécessité d’un effort de recherche ___________________ 228

7.4. Perspectives multisectorielles d’adaptation au niveau national _____________________ 234


7.4.1. De la nécessité d’une approche holistique des impacts et l’adaptation au changement climatique
234
7.4.2. De la promotion d’une approche adaptée aux territoires _______________________________ 236
7.4.3. Des possibilités de financer les actions d’adaptation ___________________________________ 237
7.4.4. Mécanismes internationaux d’appui à l’intégration de l’adaptation au changement climatique au
niveau des plans nationaux de développement ____________________________________________ 237

Références bibliographiques _______________________________________________ 240


Listes des tableaux, figures, encadrés et photos ________________________________ 257

5
6
Remerciements

La mission, objet de la présente étude s’est déroulée dans d’excellentes


conditions. C’est pour les consultants un agréable devoir que d’exprimer leurs
remerciements à toutes les personnes, au niveau de l’Institut Royal des études
stratégiques, du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la
Désertification et de la Direction de la Météorologie Nationale pour leur appui et
leurs avis qui ont largement facilité la réalisation de ce travail et, tout
particulièrement :

Dr. Abdeladim LHAFI, Haut Commissaire aux Eaux et Forêts et à la Lutte


contre la Désertification (HCEFLCD), qui a initié la réflexion sur les écosystèmes
forestiers face au changement climatique, constitué un groupe ad-hoc à cet effet,
dont les consultants faisaient partie ; et mis en œuvre les premières mesures et
actions d’adaptations au niveau du secteur forestier ;

M. Tawfik MOULINE, Directeur Général de l’Institut Royal des Etudes


Stratégiques, qui a défini le contexte et orienté la conception et le cadrage de la
réalisation de cette étude ;

M. Abdalah MOKSSIT, Directeur de la Météorologie Nationale et vice


président du Groupe de travail du Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du
Climat (GIEC), chargé de l’évaluation des aspects scientifiques du système climatique
et de l’évolution du climat, qui nous a fait bénéficié de l’expérience du Maroc en
matière de prévisions, de projections et de résultats sur le changement climatique
probable au cours du siècle et mis à notre disposition la documentation requise ;

M. Mohamed BENZYANE, Directeur du Centre de Recherche Forestière du


HCEFLCD pour son appui et ses avis, tout au long de la mission, qui ont largement
contribué à enrichir les résultats de ce travail et à nuancer ses propositions.

M. Rachid CHEDDADI, chercheur au CNRS – France (Institut des Sciences de


l'Evolution, Université de Montpellier), qui a mis aimablement à note disposition les
résultats de recherche de son laboratoire sur les analyses palynologiques et les
reconstitutions climatiques spatio- temporelles des vingt derniers millénaires dans le
Moyen Atlas marocain et les conséquences sur le comportement et la réaction de la
forêt de cèdre au changement climatique durant cette période.

Dr. Omar MHIRIT Dr. Mohamed ET-TOBI

7
Introduction

La communauté scientifique internationale est unanime au sujet du


changement climatique : il s’agit d’un phénomène réel dont les effets se font déjà
sentir dans certaines régions du globe. En outre, il est largement reconnu que le
changement climatique s’intensifiera en dépit de la mise en œuvre d’importantes
mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et qu’il aura des
conséquences économiques, sociales et environnementales dont l’importance variera
en fonction des régions et des secteurs.

Différents modèles et simulations climatiques ont abouti à la conclusion qu'il


fallait s'attendre, en particulier dans les parties méridionales et orientales du bassin
méditerranéen, à une augmentation d'événements climatiques extrêmes et à de
fortes fluctuations du climat qui, probablement, dépasseront les moyennes
mondiales : vagues de chaleur, fortes précipitations de courte durée, tempêtes
récurrentes.

La conférence cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et le


GIEC insistent aussi sur l’urgence d’une mise au point de stratégies d’adaptation. La
Conférence internationale de solidarité sur les impacts et stratégies avancées
d'adaptation au changement climatique pour les régions africaines et
méditerranéennes (11/2007 à Tunis) réclame une extension de telles stratégies aux
régions nord-africaines. Le « Rapport mondial sur le développement humain
2007/2008 », sous-titré « La lutte contre le changement climatique : un impératif de
solidarité humaine dans un monde divisé » souligne l’importance de l’information,
portant sur les risques climatiques, comme une des clés de la planification en vue de
l’adaptation au changement climatique et la nécessité de se doter de moyens et de
ressources pour le suivi des modèles météorologiques, la prévision des impacts par
secteur et l’évaluation des risques des secteurs vulnérables, pour être en mesure de
cibler les investissements publics et les politiques susceptibles de limiter leur
vulnérabilité.

Le Comité des Forêts (COFO), dans sa 19ème session (Rome, avril 2009) a
consacré l’année 2009 comme étant « l’année du changement climatique ». Cette
question était omniprésente et, souvent, les discussions se sont focalisées sur les
problématiques liées à ce thème. Le COFO a été aussi l’occasion pour le Partenariat
de collaboration sur les forêts (PCF), qui regroupe l’ensemble des organismes et des
institutions internationales, de lancer le « cadre stratégique sur les forêts et les
changements climatiques ».

8
Tous les pays du pourtour méditerranéen sont confrontés à la question de
savoir comment réagir de la façon la plus appropriée au changement climatique. Lors
de leur 20ème conférence en avril 2008 à Sofia, « Silva Mediterranea », organe de la
FAO, conjointement avec le projet CIRCE (Climate Change and Impact Research : the
Mediterranean Environment) et le Plan Bleu ont insisté sur l’urgence pour les forêts
méditerranéennes de programme d’adaptation au changement climatique afin de
minimiser les dommages et les pertes au niveau macroéconomique. La conférence
méditerranéenne de l'International Union for Conservation of Nature (UICN) et du
World Wildlife Foundation (WWF), qui s'est tenue en avril 2008 avec le soutien
d'ONG méditerranéennes et de représentants des autorités nord-africaines pour
l'environnement, s'est achevée par un appel du même ordre pour la biodiversité et
les capacités des sols à stocker l’eau ainsi que pour la prévention des feux de forêts.

Ainsi, les écosystèmes forestiers sont au cœur du débat et de la


problématique des changements climatiques en raison de leur double rôle de puits
et de sources de carbone. Au Maroc, cette double importance s’additionne à
l’importance cruciale que représentent les forêts pour la survie des populations
rurales et de montagne, mais surtout en raison de leur rôle dans le bilan
hydrologique et les implications intersectorielles dans le développement socio-
économique et humain.

Les modèles climatiques globaux convergent pour estimer un réchauffement


probable de la région du Maghreb de l’ordre de 2°C à 4°C au cours du 21ème siècle.
Pour l’essentiel, les projections climatiques au Maroc pour la fin du siècle (4 ème
Rapport du GIEC) sont caractérisées par : l’augmentation de la température moyenne
2,5°C à 5,5°C, plus marquée durant l’été ; l’augmentation des températures
maximales et de la fréquence des vagues chaudes, la diminution du nombre de jours
frais et de jours de gel et, la diminution des précipitations de l’ordre de 20% . De
façon générale, les sécheresses deviendront plus longues et plus sévères.

Le Maroc bénéficie d'une complexe et importante diversité floristique et


faunistique principalement représentée par les écosystèmes forestiers. Il recèle des
ressources génétiques précieuses aussi bien pour le pays lui-même que pour la
communauté des pays méditerranéens. Les écosystèmes forestiers marocains, par la
richesse des formes sauvages qu’ils hébergent et par leur rôle majeur dans la
préservation de la qualité de l'air et des eaux, constituent la meilleure assurance de
stabilité vis-à-vis des aléas d'un futur incertain en particulier le changement
climatique. Cependant, dans l’état actuel des choses, les impacts pour certains
secteurs vulnérables aux aléas du climat comme la forêt, n’ont pas encore fait l’objet
d’étude spécifique, tel que cela est relaté dans le rapport de la première
communication nationale du Maroc.

9
C’est dans ce contexte que l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES,
Rabat) engage la présente étude intitulée « Les écosystèmes forestiers face au
changement climatique: situation et perspectives d’adaptation ». Son objectif
principal est d’aider les pouvoirs publics à préparer la forêt marocaine au
changement climatique, pour pallier le déficit de connaissances dans ce domaine,
initier une base de réflexions et de prospective sur le devenir de la forêt marocaine et
sur les voies et moyens d’adaptation. A terme, le changement climatique doit faire
partie intégrante de la politique forestière du pays.

Le présent rapport est organisé autour de sept chapitres. Le premier chapitre


introduit les écosystèmes forestiers marocains à travers une esquisse de leur
structure et de leurs particularités bioclimatiques. L’objet du second chapitre est de
comprendre et mieux appréhender les concepts, les évolutions, les impacts et les
modèles de prévision du changement climatique.

L’état embryonnaire de la recherche scientifique marocaine, en matière


d’impacts des changements climatiques sur les écosystèmes naturels a conduit, dans
le troisième chapitre, à l’exploitation d’un certain nombre de résultats de recherches
écologiques et forestières dans ce domaine effectuées sur la rive nord de la région
méditerranéenne ; ce qui a permis d’élaborer une synthèse des impacts observés et
projetés du changement climatique dans cette région. En effet, le caractère
représentatif de la méditerranéité des écosystèmes forestiers marocains ouvre la voie
à ce type d’investigations.

Les analyses effectuées dans les chapitres précédents, complétées par les
études et informations fournies par la Direction de la Météorologie Nationale, ont
largement facilité, dans le quatrième chapitre, l’analyse des impacts observés du
changement climatique sur les écosystèmes forestiers au Maroc et l’élaboration de
projections futures. Des modèles de prévision et des simulations sont construits
respectivement pour la caractérisation des conditions bioclimatiques futures pour les
essences forestières, leur répartition et leur période de croissance.

Souvent, la vulnérabilité actuelle d’un système, c’est-à-dire : le degré par


lequel le système risque de subir ou d’être affecté négativement par les effets
néfastes des changements climatique, est évalué à partir de la façon dont il a réagi à
la variabilité climatique par le passé, c’est l’objet du cinquième chapitre. Après avoir
défini les fonctions et usage sensibles des écosystèmes forestiers, il décrit l’état de
vulnérabilité liées aux processus d’évolution biophysiques anthropogéniques, en
particulier, les processus de dégradation-déforestation, d’érosion des sols et de
désertification, pour en dégager les conséquences potentielles sur la biodiversité.

10
Le sixième chapitre rappelle le contexte de la politique générale de
développement durable du pays et la politique sectorielle y afférente des forêts et de
la lutte contre la désertification, qui constitue le cadre d’action approprié pour
l’atténuation et l’adaptation au changement climatique. Il analyse par la suite les
premières actions et mesures mises en œuvre en vue d’intégrer l’adaptation au
changement climatique dans la stratégie de gestion des écosystèmes forestiers.

Les analyses conduites et les réflexions développées, ont permis, dans le


septième chapitre, de dégager les enjeux principaux de l’adaptation des écosystèmes
forestiers marocains au changement climatique et de suggérer un cadre stratégique
globale d’adaptation, qui prend en considérations les orientations internationales et
des expériences régionales. Des éléments de programme sont proposés par rapport
à six axes principaux : 1) la prévention des risques ; 2) la gestion et aménagement
forestiers ; 3) la conservation, la gestion et la valorisation de la biodiversité ; 4) la
consolidation du dispositif d’observation ; 5) la formation, l’information et la
sensibilisation, et 6) le développement des connaissances scientifiques et techniques.
Enfin des perspectives multisectorielles d’adaptation au niveau national sont
suggérées.

11
1. Les écosystèmes forestiers du Maroc : Structure et
particularités bioclimatiques

La forêt est un monde extrêmement vivant, l'œuvre la plus parfaite de la


création dans le domaine végétal. Grâce à des mécanismes étonnants
dont le plus fondamental, et encore l'un des plus mystérieux, est la
photosynthèse ; c'est là que se fabrique en permanence les deux tiers des
matières organiques continentales qui sont les matériaux de la vie-même.

« La vie de la forêt ; B. FISCHESSER, 1970 »

1.1. Répartition et particularités bioclimatiques des écosystèmes


forestiers marocains

1.1.1. La forêt1 dans son cadre géographique

L’état actuel des écosystèmes forestiers est le produit d’interactions très


anciennes entre les activités humaines (histoire des pratiques agrosylvopastorales et
aménagements récents), la dynamique naturelle de la végétation interne aux
écosystèmes (dégradation, adaptation, résilience ...) et l’influence de la perturbation
naturelle (vents, feux …).

En raison de la diversité géographique et géomorphologique, de la variété


spatio-temporelle des conditions climatiques, mais aussi de la présence ancestrale de
l’homme et son impact sur les écosystèmes, la distinction des formations forestières
n’est concevable que d’après leur morphologie générale et les espèces ligneuses
dominantes en les rattachant à trois domaines phytogéographiques : méditerranéen,
subméditerranéen et saharien (Mhirit, 1993), comme décrit à l’encadré 1:

1
La définition de la forêt est celle retenue pour la formulation des critères et indicateurs de gestion durable des forêts de la
sous-région Afrique du Nord et Proche Orient : « La forêt est un écosystème à prédominances d’arbres comportant un couvert
relativement dense, supérieur à 10% ». Les maquis, les garrigues qui sont des formations végétales formées d’arbres, d’arbustes,
d’arbrisseaux et de sous - arbrisseaux touffus, caractéristiques des paysages méditerranéens seront définis par la notion de «
terres boisées ».

12
Encadré 1 - Types d’écosystème forestier dominant au Maroc

I. DOMAINE MEDITERRANEEN

1.1. Forêts de chênes sclérophylles : chêne vert, chêne liège, chêne kermès ;
1.2. Forêts décidues de chênes méditerranéens : chêne zeen, chêne tauzin
chêne des Canaries ;
1.3. Forêts méditerranéennes de conifères :
 Forêts de pins : Pins d’ Halep, P. maritime, P .noir, P .pignon, etc.,
 Forêts de thuya et de cyprès : thuya de berbérie, cyprès de l’Atlas,
 Forêts de genévriers : genévrier de Phénicie, genévrier oxycèdre,
genévrier commun, genévrier thurifère,
 Forêts de cèdre : cèdre de l’Atlas,
 Forêts de sapin : sapin du Maroc ;
1.4. Formation arborée de l’Oléastre -lentisque : olivier sauvage, pistachier de
l’Atlas, caroubier, filaires ;
1.5. Formations arbustives et buissonnantes : Formation de haute montagne à
arbustes, xérophytes épineux, maquis et garrigues méditerranéens;

II. DOMAINE SUB MEDITERRANEEN

2.1. Formations arbustives d’arganier : Arganier,


2.2. Formations arbustives d’acacia : Acacia gommier, jujubier, pistachier de
l’Atlas,
2.3. Formations steppiques : Alfa, armoise…

III. DOMAINE SAHARIEN : Acacias sahariens, Maerua crassifolia, Balanites


egyptiaca, Rhus tripartitum ; Tamarix sp.

Le premier inventaire forestier national (IFN) réalisé entre 1990 et 1995 a


permis de mieux appréhender l’état du patrimoine forestier et de disposer d’une
base de données cartographiques et numériques importante et fiable portant sur le
répartition, la consistance et l’état général des ressources forestières. Sur le plan de
l’occupation et du statut foncier des terres, les écosystèmes forestiers, et alfatiers
sont domaniaux2 (domaine privé de l’Etat) et s’étendent sur 9.037.714 ha, soit
l’équivalent de 12,7 % du territoire national (tableau 1) :

2
Loi forestière (Dahir du 17 octobre 1917 ; Article 1er) « sont soumis au régime forestier et administrés
conformément aux dispositions de la loi : le domaine forestier, les forêts des collectivités susceptibles
d’aménagement ou d’exploitation régulière ; les terrains collectifs reboisés ou à reboiser et les terres de parcours
collectives à améliorer par l’Etat après accord du conseil de tutelle des collectivités ; ainsi que les terrains reboisés
ou à reboiser et les terres de parcours appartenant à des particuliers, dont les propriétaires entendent confier à
l’Etat, soit la surveillance, soit la surveillance et la gestion ».

13
Tableau 1 : Classes d’occupation des terres (IFN, 1999)

Classe d'utilisation Surfaces en Ha Pourcentage

Surface agricole utile (1) 9 241 000 13,00 %


 Forêts (2) 5 719 454 8,00 %
 Steppe d’alfa 3 318 259 4 ,70 %
Terrains de parcours (3) 21 325 000 30,00 %
Autres terrains 31 481 287 44,30 %

Surface nationale 71 085 000 100,00 %

(1) et (3) source : Ministère de l’agriculture, données générales sur l’agriculture Marocaine, février 1996 ;
(2) la surface forêts comprend 490.518 ha de plantations artificielles (bilan 1994).

Les écosystèmes forestiers, situés en majeure partie, dans les climats semi-
aride, subhumide et humide, couvrent une surface de 5.719.000 ha. Ils sont
constitués de 66 % d’essences feuillues (chêne vert, chêne liège, arganier, acacias
sahariens), de 18 % d’essences résineuses (cèdre de l’Atlas, thuya, pin d’Alep et pin
maritime, genévriers, cyprès de l’Atlas et sapin du Maroc), de 9 % de plantations
artificielles, et 7 % est occupé par des formations basses, plus ou moins ouvertes, de
type matorral et essences secondaires résultant souvent de la dégradation des forêts.
La figure 1 donne la répartition des superficies des principales essences forestières.

La répartition spatiale des écosystèmes forestiers à l’échelle du pays est


conditionnée, au premier niveau de perception écologique, par les facteurs du climat,
en particulier, les précipitations et leur variabilité, les températures maximales et
minimales (Mhirit et Yassin, 1993). D'une façon générale, ce sont les régions les plus
septentrionales, en particulier les massifs montagneux du Rif, des Atlas et les plaines
littorales qui sont les plus riches en espèces. La grande diversité des habitats qui y
sont représentés (forêts, steppes, zones humides...) en fait de véritables « réservoirs
génétiques ».

14
I- Essences résineuses Surfaces (ha) % Total
Cèdre de l'Atlas 133 604 2,8 %
Thuya de Berberie 565 720 11,7 %
Genévriers 243 248 5,0 %
Pins 82 090 1,7 %
Sapin 3 174 0,1%
Autres résineux 7 504 0,2%
Sous-total 1 035 340 21,47%

Acacias sahariens Autres feuillues Cèdre


Chêne Zeen 21% 2,1% 2,8%
0,2%

Chêne-liège
Thuya
7,8%
11,7%

Sapin
0,1%
Arganier
18,1%

Pins divers
1,7%

Chêne vert Autres résineux


29,3% 0,2%
Genévriers
5,0%

II- Essences Feuillues Surface (ha) % Total


Chêne vert 1 414 528 29,3 %
Arganier 871 210 18,1 %
Chêne liège 376 701 7,8 %
Chêne zeen 9 091 0,2 %
Acacias sahariens 1 011 000 21 %
Autres feuillues 103 661 2,1%
Sous-total 3 786 191 78,53%

Total 4 821 531 100 %

Figure 1 : Superficies des principales essences forestières.

15
Pour l’essentiel, les forêts sont liées au relief (figure 2). En allant du sud-ouest
au nord-est du pays, elles se localisent sur le Haut Atlas et l’Anti-Atlas, puis sur le
Moyen Atlas et la chaîne de Debdou vers l’est. Les forêts couvrent aussi la chaîne du
Rif d’ouest en est, et le plateau central du pays Zaer-Zemmour. En zones de plaines,
trois ensembles s’individualisent : un bloc nord autour de Larache et Souk-El-Arba,
un bloc constitué par la forêt de la Maamora et celles de l'arrière pays de Rabat et de
Benslimane, et un bloc sud groupant les forêts des régions d’Essaouira, Agadir et
Tiznit. Dans les provinces sahariennes, essentiellement à Ed-Dakhla, les acacias
sahariens et les tamarix à faible densité, présentent un cachet particulier (figure 2).

Figure 2 : Répartition géographique des principales essences forestières au


Maroc

16
La région du sud-ouest, constituée essentiellement d’arganier et de thuya, et
celle de l’Oued Ed-Dahab-Lagouira, formée principalement d’acacia, présentent de
vastes étendues forestières mais les peuplements sont en majorité très ouverts et
peu productifs. Par contre, dans les régions de Meknès - Tafilalt, Taza - El Hoceima -
Taounate et Marrakech - Tensift, on y rencontre les peuplements les plus productifs
compte tenu du fort potentiel de production forestière de ces régions. La région de
l’Oriental concentre l’essentiel des nappes alfatières sur l’ensemble de son territoire.

1.1.2. Climat, répartition et croissance des espèces forestières

Le Maroc occupe une position géographique particulière à la pointe nord-


ouest de l'Afrique avec des côtes baignées par deux mers: l'océan Atlantique et la
mer Méditerranée. Son territoire bénéficie d'un climat varié résultant des effets
conjugués des influences océaniques, méditerranéennes et sahariennes, avec un
automne-hiver pluvieux et frais, auquel succède une saison sèche et chaude plus ou
moins longue. La pluviométrie annuelle varie de 50 mm dans les zones désertiques à
plus de 2.000 mm dans les montagnes exposées aux vents humides (Moyen Atlas et
Rif). Les températures mensuelles du mois le plus froid (janvier en général) peuvent
varier de (- 9°C) dans les Atlas à (+ 10°C) dans le littoral méditerranéen, tandis que
les températures maximales mensuelles du mois le plus chaud (juillet /août) peuvent
dépasser 40°C.

Le climat intervient dans la formation de l’écosystème forestier, sa structure, sa


distribution géographique, sa croissance et son fonctionnement. Les facteurs
discriminant de ces éléments sont : la lumière, l'humidité, la chaleur et le froid. Ils
sont indirectement mesurés par les températures, les précipitations et des indices
synthétiques combinant ces deux facteurs (Indice de Thornthwaite, Indice
xérothermique de Gaussen, Indice de De Martonne, Indice de Giacobbe, Coefficient
pluviothermique d’Emberger, etc.).

La figure 3 présente la position des principaux écosystèmes forestiers en


fonction du facteur température.

17
Figure 3 : Tempérament des espèces forestières climax en fonction du facteur
température (Mhirit et al., 1999)

(Les limites des rectangles correspondent aux températures moyennes annuelles des minima et des
maxima. Les limites des flèches représentent les températures minimales du mois le plus froid à gauche
et celles du mois le plus chaud à droite).

Le chêne-liège, par exemple, prospère entre des maxima de températures


dont la moyenne annuelle peut atteindre 25,5°C et la moyenne des maxima du mois
le plus chaud 43°C. La moyenne annuelle des minima est de l'ordre de 6,9°C tandis
que la moyenne des minima du mois le plus froid peut atteindre (-5,4°C).

La figure 4 présente la position des principaux écosystèmes forestiers en


fonction du facteur précipitations.

Figure 4 : Tempérament des espèces forestières climax en fonction du facteur


précipitation (Mhirit et al., 1999)

18
Le chêne-liège est remarquablement plastique vis-à-vis des précipitations. La
moyenne annuelle varie de 441 à 1.700 mm. Ces valeurs sont proches de sa limite
naturelle en plaine vis-à-vis du facteur eau et en montagne vis-à-vis du facteur
température.

L’indice pluviothermique d’Emberger (Emberger, 1939) {Q = 1000P /


[(M+m/2)(M-m)]}, dans lequel (P) est la moyenne annuelle des précipitations en
mm, (M) la moyenne des maxima du mois le plus chaud et (m) la moyenne des
minima du mois le plus froid, combine les facteurs précipitations et température
pour définir les bioclimats du Maroc. La représentation graphique de l’indice (Q) en
fonction de (m) a permis de définir les surfaces auxquelles correspondent
graphiquement les étages bioclimatiques de végétation et les sous-étages.

La figure 5 ci-après, représente les aires bioclimatiques des essences


forestières marocaines dans le climagramme d’Emberger. Le cèdre de l'Atlas occupe
essentiellement les variantes fraîches à extrêmement froides des étages
bioclimatiques perhumide, humide et subhumide. La valeur du quotient (Q) varie de
50 à 330 alors que la température moyenne minimale du mois le plus froid varie
entre (-9°C) et 1°C.

Le système d’Emberger est largement utilisé dans le bassin méditerranéen :


pour l’individualisation des aires bioclimatiques des essences forestières, pour les
études génécologiques, zoologiques, pour le choix des essences en matière de
reboisement, etc.

Les écosystèmes forestiers, au Maroc, occupent un éventail très large de


bioclimats méditerranéens et de leurs variantes, des bioclimats sahariens au
bioclimat perhumide et de haute montagne dans une gamme de précipitations
annuelles allant de 50 mm à 2.000 mm.

19
Figure 5 : Aires bioclimatiques des essences forestières marocaines dans
le climagramme d’Emberger (Mhirit et al., 1991)

Le tableau 2 présente la distribution des principaux écosystèmes forestiers


marocains en fonction du bioclimat, des étages de végétation et du sol (Mhirit, 1999,
2005). Toutefois cette distribution est nuancée par la nature des substrats
géologiques et des sols qui y sont formés.

20
Tableau 2 : Types d’écosystèmes forestiers en fonction du bioclimat,
des étages de végétation et du sol.

CLIMAT - ETAGE DE VEGETATION SOL


TYPE D’ECOSYSTEMES
Processus FORESTIERS
Pluies Variabilité (Saison
Type Type d'évolution (espèces dominantes)
(mm) (%) sèche)
lié au climat
- Steppes arborées à
Acacia
raddiana et Seyal
-sols gris -Encroûtement - Steppes subdésertiques
Désertifique et
P<100 <100 10 à 12 - sierozem calcaire à
Subdésertique
-sols salsodiques -Salinisation Euphorbes et
Chénopodiacées
- Regs et Hamadas à
Haloxylon sp.
- Forêt à arganier au
-Brousse de Pistachier de
Aride -sols bruns de -Isohumisme
l'Atlas et de jujubier
(Méditerranée steppes -Encroûtement
100<P<300 50 à 100 % 7 à 9 -Brousses à acacia
n -brunizem calcaire
gommier
inférieur) -sols salsodiques - salinisation
-Steppe d'alfa et
d'armoise
- Brousse thermophile à
- sols marrons oléastre et lentisque
Semi-aride
- sols rouges - isohumisme - Forêt de pin d'Alep
(Thermo-
300<P<600 25 à 50% 4à7 fersiallitique - Encroûtement - Forêt de thuya de
méditerranéen
-vertisols et calcaire Berbérie et genévriers de
)
planosols Phénicie
- Forêt de cyprès sp.
- Forêts de pin d'Alep,
de pin maritime
Subhumide -sols rouges
- Forêt de pin pignon
(Méditerranée fersiallitiques
600<P<800 10 à 25 % 3 à 5 -rubéfaction - Forêts de chêne
n -sols bruns
sclérophylles
supérieur) fersiallitiques
chêne vert, chêne liège,
chêne quermès
- Forêts de sapins du Rif
- Forêts de pin maritime et
Humide -sols bruns
de pin noir
(supra fersiallitiques
- Forêts de chêne liège,
Méditerranéen -sols bruns -Brunification
p>800 10 à 25 % 3 à 5 - Forêts de chênes
Montagnard tempérés lessivage
caducifoliés : chêne zeen,
méditerranéen -sois bruns
chêne tauzin,
) lessivés
- Forêts de cèdre : cèdre
de l’Atlas
- Forêt de cèdre sèche et
de
Haute
genévriers
montagne -lithosols
P>500 - - - - Forêts de genévrier
(Oroméditerra -régosols
thurifère et xérophytes
néen)
épineux

21
La conséquence première de la variabilité bioclimatique pour la gestion
forestière est l'importance de la période de croissance des arbres. Les essences
forestières poussent de manière continue en zone tropicale humide et équatoriale en
raison de l'humidité et de la chaleur élevée. Elles sont limitées par les températures
hivernales en climat tempéré et boréale.

Par contre, en climat méditerranéen, la période de croissance ou saison de


végétation est conditionnée par plusieurs facteurs: le régime saisonnier des
précipitations, les températures minimales hivernales, les températures maximales
estivales, l'intensité de la sécheresse, le vent, etc.

D'une manière générale, sous nos climats, les espèces forestières profitent
pendant la première moitié de l'année d'un bilan climatique positif favorisant la
reconstitution d'une importante réserve en eau du sol. De ce fait, les arbres
continuent à croître au début de la saison sèche estivale lorsque le rapport (P/T > 2),
(P ,étant les précipitations moyennes et T la température moyenne ), tandis que le
ralentissement de la croissance est lié à l'élévation des températures maximales de
juillet et à l'épuisement de la réserve en eau du sol.

La croissance peut reprendre en automne quand la réserve en eau est


reconstituée et que les températures le permettent. La période de croissance, définie
pour les espèces forestières marocaines en fonction du climat, se déroule en deux
phases correspondant à [T > 10°C et P/T> 1 pour la première moitié de l'année ;
et à T > 10°C et P/T > 5 pour la seconde moitié de l'année].

La figure 6 présente la période de croissance du cèdre en nombre de mois


(Mhirit, 1982).

Figure 6 : Période moyenne de croissance du cèdre de l’Atlas

22
L’indice de productivité CVP de Patterson (Climat, Végétation, Productivité),
qui intègre les éléments du climat et la longueur de la saison de végétation est
calculé pour 95 stations marocaine reparties dans l’ensemble des étages
bioclimatiques d’Emberger et représentant toute la gamme des essences forestières
naturelles (Mhirit, 1973, 1993, …).

La relation productivité potentielle, établie par cet indice, et le bioclimat a


permis de donner une évaluation de la productivité potentielle ligneuse moyenne en
m3/ha/an des écosystèmes forestiers par étage et par variante bioclimatique (tableau
3).

La productivité est bonne dans les variantes douces et tempérées des étages
bioclimatiques (3°C< m <7°C) qui correspondent à l’optimum de croissance des
essences forestières, notamment dans les ambiances subhumides et humides du
versant atlantique. Elle est par contre faible pour les valeurs extrêmes de variantes
froides (m < 0°C) ou chaudes (m >7°C).

Tableau 3 : Productivité forestière potentielle moyenne en m3/ha/an


par étage et par variante bioclimatique

0°C<m
Etage Variante m < 0°C 3°C<m<4,5°C 4,5°C< m<7°C m >7°C
<3°C
bioclimatique (froide) (douce) (tempéré) (chaude)
(fraiche)

Humide 5 ,1 6,7 - 7,3 -

Subhumide 3,3 5,2- 5,9 6,5 5,9


Semi-aride 2,4 3,9 4,5 4,6 4,2
Aride 0,4 1,6 3,2 2,7 0,9

L’action combinée des éléments du climat et, plus particulièrement les


facteurs thermiques et hygrométriques, règle les conditions d’existence, de
répartition et de productivité des écosystèmes forestiers. Il en résulte que les
modifications récurrentes ou permanentes du climat s’accompagneront de
modification de ces conditions et influeront sur tous les indicateurs de productivité
des écosystèmes et sur leur capacité à fournir les biens et services à la société.

23
1.2. Le changement climatique : des tendances lourdes pour les écosystèmes
forestiers

Le climat est l’une des variables qui influent sur la distribution des forêts, sur
leur santé et leur productivité, et particulièrement sur les régimes de perturbation.
Selon le troisième rapport du GIEC, la température moyenne mondiale de l’air en
surface devrait augmenter de 1,4 à 5,8 °C d’ici 2100, ce qui aura des conséquences
notables sur tous les éléments du système climatique mondial. L’impact de ce
changement climatique sur les écosystèmes forestiers et les collectivités qui en sont
tributaires dépendra de toute une série d’effets biophysiques et socio-économiques
positifs et négatifs.

Les écosystèmes forestiers marocains sont exceptionnels et à intérêts


multiples. Leur capacité à résister au climat et à la pression humaine a été démontrée
par le passé. Au niveau économique, ces écosystèmes génèrent de multiples activités
en milieu rural. Le Cèdre, le Thuya, le Chêne-liège et l’Eucalyptus ont une valeur
économique réelle qu’il est, d’ailleurs, possible de mieux valoriser notamment en
milieu rural. La diversité des produits mobilisables par les populations locales, joue
un rôle très important ; les fourrages, le bois de feu, le bois pour les usages locaux, le
tannin, constituent des apports économiques substantiels. D’autres produits tels que
les plantes aromatiques et médicinales représentent un potentiel de développement
significatif. Enfin, le potentiel touristique des espaces forestiers est un gisement
important de nouvelles activités économiques et d’emplois en milieu rural.

Il n’en demeure pas moins vrai que ces écosystèmes sont particulièrement
dans un état médiocre et offrent des rendements faibles. Les forêts marginales ou de
haute altitude ou à continentalité importante (massif du Bou Iblane) sont en voie
d’extinction puisque la dégradation des sols et un pâturage permanant rendent
impossible la régénération des peuplements. La dégradation qualitative des
écosystèmes forestiers, de leur potentiel et de leurs fonctions environnementales est
d’ailleurs beaucoup plus inquiétante que la diminution apparente en surface.

Les tendances au réchauffement du climat au cours de ce siècle pourraient


accentuer ces risques et menacer ce patrimoine dans sa stabilité, sa pérennité et ses
capacités à fournir des biens et services à la société. La désertification et les
problèmes liés au cycle de l’eau et à la conservation des sols s’aggraveront ; de plus
les espaces littoraux pâtiront du développement du tourisme. Certes, le Maroc peut
importer des matières premières (bois et produits dérivés) en provenance de
nombreux pays ou la compétitivité économique de la production et de la
transformation de bois est plus forte que celles des forêts méditerranéennes. En
revanche, la maîtrise de l’eau, des sols et de la biodiversité, restent des contraintes
nationales incontournables et des enjeux majeurs pour le long terme (Anon., 1999b).

24
Les impacts du changement climatique sur les écosystèmes forestiers
varieront selon les régions et dépendront de plusieurs facteurs, notamment la
composition des espèces, les conditions du milieu et le microclimat local. Ainsi, la
capacité des diverses espèces d’arbre de s’adapter au réchauffement climatique, leur
réaction à des concentrations élevées de CO2 et leur tolérance aux perturbations
varient amplement. On s’attend à ce que certaines espèces d’arbre réagissent au
réchauffement des températures par une migration vers le nord et vers des régions
situées à une altitude plus élevée.

Le changement des conditions d’humidité et des régimes de perturbation


constituent une préoccupation clé du secteur forestier. Il est probable que le
réchauffement des températures augmente la fréquence des feux de forêt et
agrandisse les zones d’activité des ravageurs forestiers. En effet, l’augmentation de
perturbations telles que les infestations d’insectes et les incendies peuvent entraîner
de rapides changements structuraux et fonctionnels des forêts.

Les impacts biophysiques du changement climatique sur les forêts se


traduiront par de nombreux effets sociaux et économiques dont l’importance
dépendra de la nature et du rythme du changement climatique; de la réaction des
écosystèmes forestiers; de la sensibilité des collectivités aux impacts du changement
climatique et des politiques d’atténuation implantées en réaction au changement
climatique; des caractéristiques économiques et de la capacité d’adaptation des
collectivités concernées.

Les forêts marocaines, en plus de subir les effets du changement climatique,


subiront le stress causé par d’autres changements liés à la pression humaine. Compte
tenu de ces variables et des limites imposées par les incertitudes planant sur les
modèles climatiques, surtout en ce qui concerne les futurs changements des
modèles de précipitations, il est difficile de prévoir les effets du changement
climatique sur les forêts, à l’échelle régionale et locale. Cependant, il est essentiel,
pour la planification de la gestion des ressources forestières, de connaître la
vulnérabilité des écosystèmes forestiers et des pratiques de foresterie adaptées au
changement climatique. Aussi une adaptation appropriée permettra de réduire les
effets négatifs du changement climatique tout en offrant au secteur la possibilité de
saisir d’éventuelles nouvelles occasions. A ce titre, de nombreuses activités de
gestion et d’aménagement des écosystèmes forestiers liées à l’adaptation au
changement climatique font déjà partie des activités courantes des services publics
et de la société civile. Toutefois, dans le contexte du changement climatique, c’est la
localisation de ces problèmes et leur intensité qui changeront et mettront à
contribution la capacité du secteur à s’adapter.

25
2. Le changement climatique : concepts, évolutions, impacts
et prévisions
2.1. Changement climatique : évolutions récentes à l’échelle globale
2.1.1. Changement climatique observé

Le climat a connu de fortes variations au cours de l’histoire de la Terre.


Pendant les deux derniers millions d’années, il a connu tour à tour des périodes
glaciaires et des périodes chaudes - dites interglaciaires. Au cours des dix derniers
millénaires, par exemple, la plupart des régions du Maroc (Cheddadi et al., 1998) ont
connu, à différents moments, des conditions climatiques plus douces, plus fraîches,
plus humides et plus sèches que celles de nos jours.

Les facteurs qui régissent la variabilité du système climatique sont en rapport


avec, les fluctuations des concentrations de gaz à effet de serre et d’aérosols, les
changements de l’orbite terrestre et de la production solaire, les cycles des tâches
solaires, et les éruptions volcaniques (figure 7).

Figure 7 : Schéma représentant les composantes du système climatique mondial


(GIEC, 2007) qui jouent un rôle dans le changement climatique à l’échelle
séculaire (gras), avec leurs processus et interactions (petites flèches) et certains
éléments pouvant varier (grosses flèches)

26
Ces facteurs évoluent selon diverses échelles temporelles, mais, l’examen de
leurs effets combinés, permet d‘expliquer la plus grande partie de la variabilité
climatique des derniers millénaires. La figure 8 (a, b) montre que l’augmentation
observée de la température récente ne peut pas être expliquée uniquement par le
forçage naturel (Houghton et al., 2001). Ainsi, au cours du siècle dernier, la
température moyenne à la surface de la Terre s’est élevée d’environ 0,6 ºC (figure 8).

Figure 8 : Profil des des températures à l’échelle planétaire et interpolations


obtenues à l’aide de modèles mathématiques : a) en utilisant les facteurs
naturels, et b) en utilisant les facteurs naturels et effets des gaz à effet de serre
et aérosols (Houghton et al., 2001)

L’analyse de séries historiques provenant de milliers de stations réparties sur


l’ensemble du globe (GIEC, 2001; Salinger, 2005) a permis d’établir les éléments
suivants (Tableau 4) :

27
Tableau 4 : Constat de l’évolution historique des températures et des précipitations
à l’échelle du globe et hypothèses

Facteurs du climat Faits observés Hypothèses

 Réchauffement de l’ordre de 0,6° C depuis


1860
 La période 1990- 2004 était la plus chaude de ème
Le réchauffement du 20 siècle
toutes celles considérées
est probablement le plus important
Température  Deux périodes de réchauffement :
de ceux constatés depuis les
- (1910 à 1945) : augmentation de 0,14° C,
dernières mille années.
- (1976 à 1990) : augmentation de 0,17° C,
 les températures minimales augmentent deux
fois plus vite que les maximales.
 Il est probable qu’une
augmentation de la fréquence
 Tendance modérée (2%) à la hausse mais
des évènements de
variable de la pluviométrie annuelle à l’échelle
précipitations extrêmes s’est
globale ;
produite dans les latitudes
 Région boréales : diminution de 7à 12% ;
moyennes et hautes de
Précipitations  Région intertropicale : diminution de 3% par
l’hémisphère Nord.
décennie ;
 Les épisodes chauds du
 Europe : accroissement de 10% à 40%
phénomène « El Niño» ont été
 Région méditerranéenne : diminution de 20%.
plus fréquents, plus durables et
plus intenses depuis le milieu
des années 1970.

Ces évolutions des facteurs climatiques (figures 8 et 9a) s’accompagnent


d’observations sur celles de la cryosphère et des océans (figures 9, 10 et 11). La
surface de la couverture neigeuse a diminué d’environ 10% depuis la fin des années
1960 (figure 9c). Les données sur les marées montrent que le niveau moyen des mers
s’est élevé de 10 à 20 cm pendant le 20ème siècle (figure 9b). Il est très probable que
cela est dû, au moins en partie, à l’expansion thermique de l’eau de mer et à la fonte
de glace associée au réchauffement. De plus la masse globale des glaciers a chuté
(figure 10), et l’étendue de la banquise de l’hémisphère nord a décru (figure 11).

28
Figure 9 : Variations observées : a) de la température moyenne à la surface du globe, b)
du niveau moyen de la mer à l’échelle du globe, selon les données recueillies par les
marégraphes (en bleu) et les satellites (en rouge), et c) de la couverture neigeuse dans
l’hémisphère Nord en mars–avril3 (GIEC, 2007).

En conclusion, le diagnostic formulé par le GIEC (2007) peut être résumé par
cette phrase:

« Le réchauffement du système climatique est maintenant reconnu sans équivoque, car


évident dans les observations de l’accroissement des températures moyennes
mondiales de l’atmosphère et de l’océan, la fonte généralisée de la neige et de la glace,
et l’élévation du niveau moyen mondial de la mer. Les informations paléoclimatiques
confirment l’interprétation que le réchauffement du dernier demi-siècle est atypique
sur au moins les 1.300 dernières années. L’essentiel de l’accroissement observé sur la
température moyenne globale depuis le milieu du 20ème siècle est très
vraisemblablement dû à l’augmentation observée des gaz à effet de serre
anthropiques. On peut maintenant discerner des influences humaines dans d’autres
aspects du climat, comme le réchauffement de l’océan, les températures continentales
moyennes, les températures extrêmes et la structure des vents».

3
Tous les écarts sont calculés par rapport aux moyennes pour la période 1961-1990. Les courbes
lissées représentent les moyennes décennales, et les cercles correspondent aux valeurs annuelles. Les
zones ombrées représentent les intervalles d’incertitude qui ont été estimés à partir d’une analyse
poussée des incertitudes connues (a et b) et à partir des séries chronologiques (c)

29
Figure 10 : Masse globale des Figure 11 : Etendue minimum de la
glaciers : banquise : anomalies de la banquise
Déviation annuelle et perte de masse de l’hémisphère nord

2.1.2. L’effet de serre, cause principale du changement climatique

Beaucoup de recherches ont porté sur cette question, dont la réponse est
devenue de plus en plus certaine avec le temps : « (…) la majeure partie du
réchauffement observé ces cinquante dernières années est imputable aux activités
humaines » (Albritton and Filho, 2001); ce qui revient à dire qu’on ne peut expliquer
le récent changement climatique qu’en prenant en compte les effets de
concentrations atmosphériques croissantes de gaz à effet de serre (figure 8).

Les gaz à effet de serre (GES) comme la vapeur d’eau, le dioxyde de carbone
(CO2), le méthane (CH4) et l’oxyde de diazote (N2O) sont émis par des processus
naturels, notamment la décomposition et la respiration des plantes, les éruptions
volcaniques et les flux des océans. Une fois dans l’atmosphère, ces gaz piègent et
reflètent la chaleur vers la surface de la Terre, selon un processus connu sous le nom
d’effet de serre, qui est nécessaire pour le maintien de températures autorisant la vie
sur Terre (Encadré 2).

30
Toutefois, au cours du siècle dernier, les activités anthropiques comme la
combustion des combustibles fossiles et les changements d’affectation des terres ont
considérablement accru les concentrations des gaz à effet de serre dans
l’atmosphère (figure 12).

Figure 12 : Émissions mondiales de gaz à effet de serre anthropiques (GIEC,


2007)

a) Émissions annuelles de GES anthropiques dans le monde, 1970–2004


b) Parts respectives des différents GES anthropiques dans les émissions totales de 2004, en équivalent-
CO2.
c) Contribution des différents secteurs aux émissions totales de GES anthropiques en 2004, en
équivalent-CO2. (La foresterie inclut le déboisement).

Ainsi, la concentration atmosphérique de CO2 a augmenté d’environ 30%


depuis la révolution industrielle, passant de 280 parties par million (ppm) vers la fin
du 18ème siècle à environ 372 ppm en 2002 (Blasing and Jones, 2003). Les humains
ont aussi introduit dans l’atmosphère d’autres gaz à effet de serre encore plus
puissants, comme les halocarbures (les chlorofluorocarbures). Cet accroissement des
concentrations des gaz à effet de serre attribuable aux activités humaines renforce
l’effet de serre naturel de la Terre (Encadré 2).

31
Encadré 2 - Effet de serre et réchauffement climatique (GIEC, 2001)

L’effet de serre est un phénomène naturel, qui résulte de la présence dans l’atmosphère de
gaz absorbant le rayonnement infrarouge thermique émis par les surfaces terrestres, et sans lequel
la température moyenne du globe s’établirait aux alentours de -18° C au lieu de +15° C. On sait
que l’effet de serre naturel est dû à la propriété de certains gaz de l’atmosphère d’absorber le
rayonnement infrarouge émis par la surface de la Terre, et de le renvoyer vers cette surface,
entraînant son réchauffement.

D’autres gaz, présents


naturellement à l’état de traces,
comme le méthane (CH4) et le
protoxyde d’azote ou oxyde nitreux
(N2O) s’accumulent dans
l’atmosphère.
Les chlorofluorocarbones (CFC) et
d’autres gaz traces d’origine
industrielle interviennent pour
14%. La concentration en méthane
(CH4) dans l’atmosphère a été
multipliée par 2,5 et elle continue à
s’accroître actuellement. Les
sources de méthane sont à la fois
naturelles (élevage, rizières, zones
humides, feux de biomasse) et
industrielles (gaz naturel, charbon).
Quant au protoxyde d’azote (N2O),
s’il est émis en partie par
l’industrie; ce sont les sols agricoles
et les décharges qui sont
Schéma simplifié de l’effet de serre, responsables de la majorité des
redessiné d’après l’Institut d’aéronomie spatiale de Belgique. émissions.

-2
La différence entre ce rayonnement émis par la surface (390 W.m en moyenne) et le
-2
rayonnement émis par la Terre vers l’espace (240 W.m ) représente le forçage radiatif (150
-2
W.m ) lié à l’effet de serre naturel de l’atmosphère. Celui-ci est augmenté par l’accroissement
des concentrations en gaz à effet de serre provoqué par les activités humaines. Un doublement de
concentration du seul CO2 par rapport à sa concentration préindustrielle entraînerait un forçage
-2
additionnel de 4 W.m environ. L’augmentation de la concentration des gaz à effet de serre
mélangés de façon homogène à la troposphère est la première cause du réchauffement ;
l’évaluation de leurs contributions respectives au forçage radiatif est illustré par les données
suivantes :

32
HCFC-
Gaz trace CO2 CH4 N2O CFC-11 CFC-12 CF4
22
Concentration
280 700 275
pré- 0 0 0 40 pptv
ppmv ppbv ppbv
industrielle
Concentration 365 1745 314 268 533 132
80 pptv
en 1998 ppmv ppbv ppbv pptv pptv pptv
1.5 7 0.8 4.4 5
Augmentation -1.4 1
ppmv/an ppbv/an ppbv/an pptv/an pptv/an
annuelle pptv/an pptv/an
0.4%/an 0.6%/an 0.25%/an 1.4%/an 5%/an
Durée de vie 114 à > 50
50 à 200 8.4 à 12 45 100 12
(années) 120 000
Contribution
au forçage
1.46 0.48 0.15 0.07 0.17 0.03 0.003
radiatif (W.m-
²)
Contribution
au forçage 60 20 6.2 2.9 7.0 1.2 0.1
radiatif (%)
Potentiel de
réchauffement 1 62 275 6300 10 200 4800 3 900
global (PRG)

-6 -9
ppmv : partie par million en volume (10 ) ; ppbv : partie par milliard en volume (10 ) ; pptv : partie
-12
par trillion en volume (10 ). La contribution au forçage radiatif est calculée depuis l’ère
préindustrielle (1750) jusqu’à l’époque actuelle (fin des années 1990). Le potentiel de réchauffement
global (PRG) est calculé pour un horizon de 20 ans en équivalents massiques CO2. Par exemple, une
tonne de CH4 aura, à cet horizon, 62 fois le PRG d’une tonne de CO2.

2.2. Conséquences et futurs probables du changement climatique

2.2.1. Scénarios d’émissions

Les scénarios servent à prévoir l’évolution possible des conditions dans


l’avenir. Un scénario est une « description cohérente, structurée et plausible d’un état
futur possible du monde » (Parry and Carter, 1998). On peut s’en servir pour obtenir
des données utiles dans les études sur la vulnérabilité, les impacts et l’adaptation;
pour circonscrire l’éventail des futurs plausibles; pour explorer les ramifications des
décisions en matière d’adaptation et d’atténuation; et pour sensibiliser les gens au
problème du changement climatique. Les scénarios jouent un rôle important dans la
recherche sur les impacts et l’adaptation. Divers scénarios climatiques (Encadré 3)
sont utilisés pour prévoir comment le climat pourrait changer au cours des années à
venir (figure 13).

33
Figure 13 : Caractéristiques résumées des quatre canevas de Scénarios
d’émissions du Rapport spécial sur les scénarios d’émissions (RSSE) du GIEC
(1997)

Vers la fin du siècle présent, les modèles prévoient des concentrations


atmosphériques en CO2 situées entre 540 et 970 ppm, à comparer avec une
concentration avant la révolution industrielle de 280 ppm et avec une concentration
actuelle d’environ 380 ppm (figure 14). Il en résulte que l’accroissement moyen de la
température de surface se situe entre 1,5 à 6° C de 1990 à 2100. La gamme de
réchauffement en fonction des scénarios d’émission de GES va de 1,8° C (avec une
fourchette de vraisemblance de 1,1 à 2,9) à 4,0° C (fourchette de 2,2 à 6,4) (figure 14).
Il est presque certain que toutes les surfaces continentales se réchaufferont plus
rapidement que la moyenne, particulièrement celles situées à haute latitude en
saison froide.

34
Figure 14 : Emissions mondiales de GES (GIEC, 2007)4

L’élévation du niveau des mers de 1990 à 2100 serait de l’ordre de 0,18m à


0,59 m, soit deux à quatre fois le taux observé pendant le 20ème siècle. Une perte
majeure de glace de l’Antarctique et une élévation accélérée du niveau des mers sont
très peu probables au 20ème siècle.

Au Maroc, par exemple, l’évolution des indices thermiques indique une


tendance vers le réchauffement plus accentuée vers la région orientale et l’est du
pays, sur le relief montagneux et le piedmont. Celle des indices pluviométriques
affiche une tendance vers l’assèchement surtout en fin de la saison pluvieuse;
période importante pour l’agriculture, et une tendance vers la migration du climat à
caractère semi-aride vers le nord. En raison de sa latitude subtropicale, des influences
sahariennes et des conditions méditerranéennes, le Maroc devrait connaître des taux
de réchauffement supérieurs à ceux d’autres régions du monde.

4
À gauche : Émissions mondiales de GES en l’absence de politiques climatiques : six scénarios illustratifs de
référence (SRES, lignes colorées) et intervalle au 80e percentile des scénarios publiés depuis le SRES (post-SRES,
partie ombrée). Les lignes en pointillé délimitent la plage complète des scénarios post-SRES. À droite : Les
courbes en trait plein correspondent aux moyennes mondiales du réchauffement en surface pour les scénarios
ème
A2, A1B et B1, en prolongement des simulations relatives au 20 siècle. La courbe en rose ne correspond pas à
un scénario mais aux simulations effectuées à l’aide de modèles de la circulation générale couplés atmosphère-
océan (MCGAO) en maintenant les concentrations atmosphériques aux niveaux de 2000. Les barres sur la droite
précisent la valeur la plus probable (zone foncée) et la fourchette probable correspondant aux six scénarios de
référence du SRES pour la période 2090-2099. Tous les écarts de température sont calculés par rapport à 1980-
1999.

35
Encadré 3 - Scénarios de base utilisés pour les projections et prévisions de l’évolution
du climat

Il s’agit des scénarios d’émissions décrits dans le Rapport spécial du GIEC sur les scénarios
d’émissions (RSSE, 2000). Ceux-ci sont regroupés en quatre familles (A1, A2, B1 et B2), qui
étudient différentes voies de développement en fonction d’un large éventail de facteurs de type
(GIEC, 2007) : démographiques, économiques, technologiques ainsi que des émissions de GES qui
en résultent.

CANEVAS A1. Le monde du futur tel qu’il est décrit dans les canevas narratifs et la famille de
scénarios A1, se caractérise par une croissance économique rapide, un pic démographique vers le
milieu du siècle suivis d’un déclin, et par l’introduction rapide de nouvelles technologies plus
efficaces. Les principaux thèmes sous-jacents sont la convergence régionale, le renforcement des
capacités et l’intensification des interactions culturelles et sociales, accompagnées d’une mise à
niveau considérable des revenus régionaux par habitant. La famille de scénarios A1 se scinde en
trois groupes, chacun présentant une orientation différente du développement technologique des
systèmes énergétiques. Chacun des trois groupes de la famille A1 met l’accent sur une technologie
différente : sources d’énergie essentiellement fossiles (A1FI), sources d’énergie non fossiles (A1T), ou
équilibre entre toutes les sources(A1B) (« équilibre » signifiant que l’on ne s’appuie pas
excessivement sur une source d’énergie particulière, en supposant que des taux d’amélioration
similaires s’appliquent à toutes les technologies de l’approvisionnement énergétique et des
utilisations finales).

CANEVAS A2. Les canevas narratifs et la famille de scénarios A2 décrivent un monde très
hétérogène. Le thème principal met en valeur l’autonomie et la préservation des identités locales.
Les canevas de fécondité dans diverses régions ne convergent que lentement, avec pour
conséquence une croissance démographique continue. L’orientation du développement
économique y est principalement régionale et individuelle, la croissance économique et le
développement technologique plus fragmentés et plus lents que dans d’autres canevas narratifs.

CANEVAS B1. De même que la famille de scénarios A1, les canevas narratifs et la famille de
scénarios B1 décrivent un monde convergent, ayant la même tendance démographique, atteignant
des maximums vers le milieu du siècle et déclinant par la suite, à cette différence que les structures
économiques évoluent rapidement vers une économie de services et d’information, dans laquelle
l’exploitation matérielle perdrait en intensité et où apparaîtraient des technologies propres, utilisant
les ressources avec efficacité et discernement. L’accent est mis sur les solutions aux problèmes
mondiaux posés par le développement économique, social et environnemental durable, y compris
les mesures visant à assurer l’égalité, mais sans initiatives additionnelles relatives au climat.

CANEVAS B2. Les canevas narratifs et la famille de scénarios B2 décrivent un monde dans lequel
l’accent est mis sur des solutions aux problèmes locaux du développement économique, social et
environnemental durable. C’est un monde où la croissance démographique mondiale est en hausse
constante, bien que plus lente par rapport au scénario A2, comportant des niveaux intermédiaires
de développement économique et un développement technologique plus lent et plus diversifié que
dans les canevas narratifs B1 et A1. Bien que ce scénario soit également orienté vers la protection de
l’environnement et l’égalité sociale, il est axé sur les niveaux locaux et régionaux.

Pour chaque groupe des six scénarios A1B, A1FI, A1T, A2, B1 et B2 on a choisi un scénario illustratif.
Tous les scénarios sont également fiables. Les initiatives additionnelles relatives au climat ne sont
pas comprises dans les scénarios du RSSE, ce qui signifie que l’on n’inclut aucun scénario qui
suppose expressément l’application de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements
climatiques ou les objectifs d’émissions du Protocole de Kyoto.

36
La probabilité de phénomènes climatiques extrêmes devrait également
changer au cours des années à venir. En effet Les augmentations de la fréquence des
phénomènes extrêmes sont l’une des plus graves préoccupations dues au
changement climatique. Ces extrêmes sont notamment des vagues de chaleur ou de
froid, des sécheresses, des inondations et les tempêtes.

Au Maroc , les pertes récentes dues à une vague de froid persistante dans la
localité d’Anfgou, dans la régio d’Itzer, en 2007, occasionnant une trentaine de
victimes humaines, et aux inondations telles celles de 2002, suite à des pluies
extrêmes, témoignent de la vulnérabilité du pays à des événements semblables
(Encadré 4).

Encadré 4 - Bilan des catastrophes climatiques au Maroc en novembre 2002


(Agoumi, 2003)

Lors de la semaine du 20 au 27 novembre 2002 le Maroc a connu l’une des plus


importantes inondations de son histoire avec des dégâts matériels et humains
considérables :

- Au moins 63 morts, 26 disparus, des dizaines de blessés;


- Des pertes importantes au niveau de l’habitat (24 habitations effondrées, 373
inondés,...);
- Des centaines d’hectares de terres agricoles endommagés;
- Des centaines de têtes de bétail emportées;
- Des unités industrielles subissant de graves dégâts notamment à Berrechid et
Mohammedia :

Dans cette ville, la plus importante raffinerie du royaume (La SAMIR) a pris feu ce qui
représenterait plus de 300 millions de dollars USD en pertes, sans compter la rupture
d’approvisionnement du pays pendant plusieurs mois.

Il est à noter que cette année humide et pluvieuse succède à plusieurs années sèches ou
partiellement sèches bien que la dernière année humide -1996 - a aussi été une année
catastrophique pour le pays.

37
La poursuite des émissions de GES au rythme actuel ou à un rythme plus élevé
devrait accentuer le réchauffement et modifier profondément le système climatique
au 21ème siècle. Il est très probable que ces changements seront plus importants que
ceux observés pendant le 20ème siècle. Le tableau 5 présente les projections des
valeurs moyennes du réchauffement à la surface du globe à horizon la fin du 20ème
siècle (2090-2099).

Tableau 5 : Projections des valeurs moyennes du réchauffement à la surface du


globe prévues pour la fin du 20ème siècle (2090-2099) par scénario (GIEC, 2007)
de température

Concentration Valeur Intervalle


Canevas Scénario
CO2 (ppm) probable probable

Convergent B1 600 1,8 1,1 – 2,9

Technologies A1T
700 2,4 1,4 – 3,8
énergétiques Non Fossile

Régional B2 800 2,4 1,4 – 3,8

Technologies A1B
850 2,8 1,7 – 4,4
énergétiques Mixte/équilibré

Hétérogène A2 1 250 3,4 2,0 – 5,4

Technologies A1F1
1 550 4,0 2,4 – 6,4
énergétiques Tout Fossile

Concentration constante (niveau 2000) 0,6 0,3 – 0,9

2.2.2. Impacts observés et projetés du changement climatique

Les effets observés et probables sont décrits en détail dans le 4 ème Rapport du
GIEC (2007), selon lequel, le changement climatique devrait se traduire par des
transformations dans les répartitions géographiques des espèces végétales et
animales en raison des modifications que subirait leur environnement. Ces
transformations auront des conséquences sur le monde naturel et sur les biens et
services fournis par les écosystèmes, comme par exemple l'eau et la nourriture.

Au fur et à mesure que les températures augmentent et que d'autres effets du


changement climatique s'intensifient, les environnements seraient susceptibles de
changer trop vite pour que les espèces aient le temps de s'adapter ou de migrer vers
un autre environnement plus favorable. De même, les effets d'événements
météorologiques extrêmes fréquents et intenses engendreront des urgences et des
régressions en termes de développement. Toutefois les conséquences varieront
selon l’adaptation, la vitesse de changement des températures et les choix socio-
économiques.

38
Environ 20 à 30% des espèces seront confrontées à un risque accru
d'extinction si le réchauffement global moyen dépasse 1,5 à 2,5°C. Lorsque la hausse
moyenne de la température globale dépasse 3,5°C, les projections de modèles
prévoient l’extinction massive de 40 à 70% des espèces connues à la surface du
globe. Il s'agit de l'un des impacts irréversibles du changement climatique (figure 15).

Figure 15 : Prévisions (2000-2050) des pertes en espèces de plantes


à l’échelle mondiale (kirkup, 2001)

Les impacts du changement climatique sur les forêts doivent être analysés
dans un contexte local. Toutefois, il est possible d’indiquer les impacts potentiels du
changement climatique et les vulnérabilités de chacun des quatre grands domaines
forestiers tels qu’ils sont définis par la FAO, à savoir les forêts : boréales, tempérées,
subtropicales et tropicales.

Les écosystèmes méditerranéens relèvent du type subtropical. Selon des


scénarios de croissance, ce type de forêt devrait être soumis à des températures
croissantes, à une évaporation plus grande et à des pluies moins fréquentes. Les
incendies vont devenir tout d’abord beaucoup plus fréquents et diminuer avec
l’arrivée des pluies; parallèlement, le volume des carburants verts diminuera (Seppälä
et al., 2009).

39
Les régions subtropicales contiennent beaucoup de points chauds de
biodiversité hautement sensibles au changement climatique. Les projections
suggèrent que 40 % de la biodiversité des forêts subtropicales peuvent être
perdus, même avec des scénarios stables. De nombreuses forêts subtropicales
existent dans des environnements fragmentés et courent particulièrement des
risques de disparition.

De nombreux pays subtropicaux sont en train d’augmenter leurs parts sur le


marché du bois sur la base du bois disponible. Une rotation très courte sur des
variétés d’arbres plantés permet de mettre en place une stratégie efficace
d’adaptation au changement climatique parce qu’elle permet de cloner les espèces
en tenant compte des conditions changeantes.

Au Maroc, le changement climatique prévu par les modèles, devrait avoir des
impacts dans toutes les régions du pays et dans presque tous les secteurs de
l’économie. Des augmentations, même modestes de la température, pourraient
changer de manière drastique la disponibilité de l’eau; une augmentation de 1°C
pourrait réduire les écoulements dans le bassin d’Ouergha de 10 % à l’horizon 2020.
Les mêmes résultats pour les autres bassins versants aboutiraient à l’équivalent de la
perte chaque année de l’eau contenue dans un grand barrage. Des impacts
analogues sont prévisibles sur l’agriculture, la forêt (Encadré 5), la santé humaine et
les maladies à transmission vectorielle.

2.3. Des incidences du changement climatique sur les forêts


2.3.1. Traits généraux des effets des variations climatiques

La végétation actuelle est le résultat d’interactions complexes entre la flore, le


climat, les conditions édaphiques et la nature et la fréquence des perturbations
d’origine anthropiques. Les facteurs climatiques qui déterminent sa structure et son
fonctionnement sont principalement de nature hydrique : les précipitations et leur
distribution annuelle, la température et l’évapotranspiration potentielle (ETP) et, leurs
relations avec les précipitations. Le facteur édaphique principal est le substrat
géologique qui conditionne en grande partie l’ampleur du réservoir-sol.

Les perturbations d’origine anthropique ayant un impact notable sur la


dynamique de la végétation sont les coupes de bois (sylviculture), le pâturage et le
feu. La modification de l’utilisation des terres conditionne pour partie le
développement actuel des écosystèmes naturels. A ces perturbations s’ajoutent
également les implications et effets des évènements climatiques extrêmes (tempêtes,
ouragans, tornades, avalanches,…), ou physiques (séisme, coulées volcaniques,
coulées boueuses, glissement de terrains, etc.) dont l’effet est souvent
catastrophique.

40
Le changement climatique peut également affecter un grand nombre de
processus érosifs. Si les précipitations croissent en moyenne et en intensité, elles
peuvent entraîner des chutes de rochers et des glissements de terrains. Un grand
nombre de travaux relient les changements rapides dans les milieux naturels à
l’accroissement de la variabilité climatique associée au changement dans la
circulation atmosphérique globale (Cook et al., 1996; Kane et Buriti, 1997; Overpeck
et al., 1997; Hunt et Davies, 1997; Hunt, 1998).

Dans la perspective d'identifier les moteurs de l'évolution des écosystèmes


passés, de nombreux travaux ont mis en évidence l’influence du climat sur des
phénomènes écologiques. En plus des travaux du GIEC sur les écosystèmes
terrestres, les exemples les plus fréquemment cités sont : (i) les déplacements des
limites latitudinales et altitudinales des arbres (Koerner, 1994; Solomon et Kirrilenko,
1997; MacDonald et al., 1998); (ii) l’extension ou la contraction de l’aire d’occupation
des espèces ou les fluctuations des populations (Theurillat, 1995; Karafyllidis, 1998;
Saetersdal et al., 1998); et (iii) les changements dans le rythme et les formes de
croissance des arbres (Arseneault et Payette, 1997; Luckman, 1997; Luckman et al.,
1997; Briffa et al., 1998a, 1998b).

41
Encadré 5 - Impact du changement climatique sur le cèdre de l’Atlas
au Moyen Atlas

Dépérissement du cèdre de l’Atlas (Et-tobi, 2008) dans la forêt d’Azrou


dû au changement climatique :
A gauche : versant sud de la cuvette de Michlifène,
A droire : versant sud dans le canton de Boutrouba

Exemples de conséquences du changement climatique sur les insectes forestiers ravageurs . Une
augmentation des températures et de la sécheresse dans les montagnes pourrait favoriser des
infestations plus intenses et plus répandues d’insectes forestiers ravageurs, ou faire apparaître de
nouveaux ravageurs, ou modifier le comportement d’insectes secondaires (in Lhafi, 2008).

42
Le réchauffement récent de la planète, les changements de composition de
l’atmosphère (concentration accrue de GES) et les augmentations locales de
l’ensoleillement et des précipitations ont favorisé la croissance de nombreuses forêts
au cours des dernières décennies (Boisvenue et Running, 2006), particulièrement, en
zone tempérée (Europe, Canada) . Par contre dans les régions semi arides, les forêts
peuvent accuser de fortes baisses de croissance ou des augmentations de mortalité
dues à la sécheresse ou aux températures en hausse, tel le cas de la région
méditerranéenne (Peñuelas, Lloret et Montoya, 2001).

Néanmoins, la croissance et la mortalité ne se limitent pas uniquement aux


environnements xériques, les forêts plus humides du globe (des forêts tropicales aux
systèmes boréaux) sont également très dépendantes de la sécheresse pour lesquelles
des situations de mortalité ont été décrites (Clark ,2004 ; Nepstad et al. ,2007 ; Soja et
al. 2007, etc.)

A l’échelle de la planète, les forêts couvrent actuellement 30% des terres


émergées (FAO, 2006). Dans de nombreuses régions, celles-ci subissent des
transformations rapides sous l’effet des impacts de la pression démographique et de
l’essor économique. Le changement climatique au cours des cinquante dernières
années a touché plusieurs aspects de ces écosystèmes y compris la croissance des
arbres et leur dépérissement, les distributions d’espèces indigènes, la prolifération
d’espèces envahissantes, les modèles saisonniers dans les processus d’écosystèmes
et les dynamiques de population d’espèces forestières, les insectes et pathogènes,
mais aussi les relations plantes – parasites (GIEC, 2007).

De façon générale, la mortalité des arbres dépend de multiples facteurs


interactifs, allant de la sécheresse aux attaques d’insectes nuisibles et aux
pathogènes, rendant souvent irréaliste la recherche d’une cause unique. Cependant,
ce sont les facteurs abiotiques qui sont la base des problèmes de santé de forêt ; le
stress climatique demeure considéré en tant que facteur déclenchant pour de
nombreuses attaques d’insectes et de maladies (Desprez-Loustau et al., 2006; Raffa
et al., 2008).

Les conditions climatiques influencent aussi directement la dynamique des


populations d’insectes et d’agents pathogènes mycosiques (Hicke et al., 2006). En
effet, certaines infestations massives d’insectes forestiers ravageurs pourraient être
attribuées à des facteurs climatiques (Raffa et al., 2008). Indépendamment du
mécanisme précis, le dépérissement est souvent un processus non linéaire ; il peut se
manifester de manière brusque à l’échelle régionale lorsque les conditions
climatiques dépassent les seuils physiologiques de tolérance de l’espèce, ou
déclencher des infestations d’insectes nuisibles (Allen, 2007).

43
De nombreux rapports relient la mortalité accrue des forêts à diverses
combinaisons climatiques comprenant la chaleur et/ou la sécheresse, comme à titre
d’exemple, la sécheresse ayant sévi dans les zones tropicales à la suite d’évènements
liés au : phénomène El Niño en 1988 et 1997-1998, le réchauffement persistant et
diffus d’une grande partie de l’Amérique du Nord depuis les années 1990, et la
sécheresse et vague de chaleur de l’été 2003 en Europe occidentale (Allen, 2009).

Des exemples récents de stress et de dépérissement des forêts liés à la


sécheresse et à de fortes températures font l’objet de documentation récente dans
tous les continents boisés à l’occasion de nombreuses publications. Les travaux de
Allen (2007), et Allen et al. (2009) fournissent des détails plus exhaustifs à ce sujet
(tableau 6).

Tableau 6 : Dépérissement et mortalité des forêts liés à la sécheresse à l’échelle


mondiale (complété d’après Allen et al., 2009)

Régions/pays Type de forêt


Afrique
Maroc Cedrus atlantica
Algérie Cedrus atlantica
Namibie Aloe dichotoma
Sénégal Espèces d’Acacia, Cordyla, Nauclea et Sterculia
Afrique du Sud Espèces de Dichrostachys, Pterocarpus et Strychnos dans le nord-est
Ouganda Espèces d’Uvariopsis et Celtis dans la forêt tropicale humide
Asie et Pacifique
Australie Espèces d’Eucalyptus et Corymbia dans le nord-est
Pinus tabulaeformia dans les régions centrales et de l’est, Pinus yunnanensis dans
Chine
le sud-ouest
Inde Espèces d’Acacia, Terminalia et Emblica dans le nord-ouest
Malaisie Diptérocarpacées dans les forêts tropicales humides de Bornéo
République de Corée Abies koreana
Fédération de Russie Espèces de Picea et Pinus dans les forêts tempérées et boréales de Sibérie
Europe
France Espèces d’Abies, Fagus, Picea, Pinus et Quercus
Grèce Abies Alba dans le nord
Norvège Picea abies dans le sud-est
Fédération de Russie Picea obovata dans le nord-ouest
Espagne Espèces de Fagus, Pinus et Quercus
Suisse Pinus sylvestris
Amérique latine et Caraïbes
Argentine Espèces d’Austrocedrus et Nothofagus en Pentagonie
Brésil Forêt atlantique tropicale semi-décidue dans le sud-est
Costa Rica Forêt tropicale humide
Panama Forêt tropicale humide
Proche Orient
Turquie Espèces de Pinus et Quercus dans la région centrale
Arabie saoudite Juniperus procera
Amérique du Nord
Canada Espèces d’Acer, Picea, Pinus et Populus
Etats-Unis Espèces d’Abies, Fraxinus, Juniperus, Picea, Pinus, Populus, Pseudotsuga et Quercus

44
L’avenir du changement climatique et son impact sur les forêts ainsi que sur
les services et sur les produits ne peuvent pas être prévus de façon certaine, mais, ils
peuvent être approchés en utilisant des scénarios basés sur des affirmations
possibles à propos de l’évolution démographique, socioéconomique, technique et
environnementale.

A cet effet, le GIEC a développé des scénarios globaux d’émissions pour les
gaz à effet de serre et les aérosols qui correspondent aux scénarios de changement
climatique (RSSE). Ils peuvent être rassemblés en quatre groupes basés sur leur
modèles d’émission pendant le 21ème siècle : inévitable, stable, croissance, et
croissance rapide (Encadré 6).

Encadré 6 - Groupes de scénarios utilisés pour prévoir l’impact sur les


écosystèmes forestiers
Groupe I : « Inévitable »:

Les concentrations de CO2 dans l’atmosphère sont gelées au niveau actuel. Ce


scénario ne peut pas être atteint de façon certaine, bien que les émissions
progressent à un rythme croissant depuis l’année 2000. Ces scénarios, toutefois,
permettent l’évaluation des besoins d’adaptation minimum parce qu’ils révèlent
un réchauffement qui ne peut être empêché et qui, à cause de l’inertie du
système climatique, prendra place suite aux émissions passées.

Groupe II : « Stable »

Dans les scénarios de ce groupe, les émissions de gaz à effet de serre diminuent
au cours du siècle actuel en tant que résultats des changements d’importance
socioéconomique qui permettent aux concentrations de CO2 d’approcher un
nouvel équilibre en 2100.

Groupe III : « Croissance»

Dans ces scénarios, les émissions continuent de croître au cours de ce siècle à


des taux similaires de ceux de la 2ème moitié du siècle dernier (i.e. « pas de
changement»). Les concentrations de CO2 de l’atmosphère continuent
d’augmenter pendant des décennies jusqu’à 2100; le système climatique
atteindra son point d’équilibre dans les siècles suivants.

Groupe IV : « Croissance rapide »

Les scénarios dans ce groupe sont similaires à ceux du groupe de croissance


mais ils ont atteint des niveaux sans précédent et dépassent les scénarios du
rapport spécial du GIEC.

45
Selon tous les scénarios et dans les quatre grandes régions biogéographiques,
telles qu’elles sont définies par la FAO, à savoir les forêts : boréales, tempérées,
subtropicales et tropicales, le changement climatique devrait affecter la distribution
des types de forêts et des espèces d’arbres (figure 15). De façon globale,
l’écosystème des forêts devrait s’adapter de façon efficace à l’impact du
changement climatique associé aux scénarios des groupes inévitables et stables,
mais aura des difficultés d’adaptation au changement associé aux scénarios de
croissance et de croissance rapide (Seppälä et al., 2009).

La biomasse et les sols des forêts contiennent à peu près la moitié de la


totalité de carbone des écosystèmes terrestres. Les forêts séquestrent actuellement
un peu plus du quart des émissions anthropogéniques totales, ce qui constitue un
important service écosystème dans le contexte du changement climatique.
Toutefois, selon plusieurs projets de modèles, les services de régulation de gaz
carbonique des forêts actuels pourraient disparaître complètement avec un
réchauffement global de 2,5°C ou, de façon plus relative, lorsque tous les
écosystèmes terrestres commencent à devenir des sources nettes de gaz carbonique.
Ces émissions de gaz carbonique s’additionneraient aux combustibles fossiles
entraînant ainsi la déforestation et la dégradation des forêts et exacerbant le
changement climatique.

Ainsi, l’adaptation à elle seule ne serait pas suffisante pour préserver les
services d’écosystèmes fournis actuellement par les forêts et pour diminuer les
risques de perte significative de biodiversité. En plus de l’adaptation, l’atténuation
qui ralentit le changement climatique reste nécessaire notamment grâce à une large
réduction des émissions des combustibles fossiles et à l’arrêt de la déforestation.

Bien que plusieurs travaux dans les différentes régions du globe convergent
quant à l’augmentation de la température et modification du régime des
précipitations (Bradley et al., 1987; Diaz et al., 1989; Wang et al., 1992; Beniston et al.,
1994; Brazdil et al., 1995; Kukla et al., 1995 ; Brazdil et al.,1996; Karl et al., 1996;
Dessens et Barès, 1996; Easterling et al. 1997; Balling et al.,1998; Klink, 1999;
Hasenauer et al.,1999); il n’en reste pas moins vrai que de grosses lacunes, non
élucidées subsistent (Lebourgeois et al., 2001), en particulier : les variations de
paramètres telles que la durée d’ensoleillement, le nombre de jours sans pluie, la
fréquence des gelées hivernales et printanières, la longueur de la saison de
végétation.

46
Ces paramètres sont disciminants pour la végétation forestière notamment, en
ce qui concerne les conséquences sur les évolutions possibles des contraintes
hydriques (Aussenac et Guehl, 1994 ; Aussenac, 2000), et le du rôle majeur du climat
pour expliquer les changements récents de croissance et les vagues de
dépérissement (variation de l’état des cimes, mortalité...) observés dans différents
écosystèmes forestiers à l’échelle du globe (Becker et al., 1995 ; Badeau et al., 1996;
Allen et al., 2007 ; Et-tobi, 2006a, 2006b, 2007a, 2007b, 2007c, Et-tobi et al., 2008 ; Et-
tobi et al., 2009 ; Allen, 2009).

2.3.2. Effets des variations du climat sur les écosystèmes forestiers : rôle de
l’eau et du gaz carbonique

Les impacts attendus sur le fonctionnement des écosystèmes seront plus


importants dans les climats à saisonnalité marquée, où la végétation subit de fortes
contraintes climatiques saisonnières (Hoff et Rambal, 1998,1999). En effet, l’élévation
de la demande évaporative, due à l’augmentation de température, combinée à la
diminution de la quantité d’eau disponible provoquera une aggravation de la
sécheresse estivale (Rambal et Debussche, 1995 ; Tessier, 1999). Il est par conséquent
fondamental d’en comprendre les mécanismes et les effets pour les arbres et les
peuplements forestiers (Brocher, 1977 ; Dreyer et al., 1992).

D'une façon générale, les réductions de croissance et d'échanges gazeux dans


les peulements forestiers (ONF, 1999) sont observées lorsque les réserves en eau du
sol utilisables par les arbres, sont réduites à moins de 40% de la réserve utile
maximale (soit R.U.M < 0,4). Ce manque d'eau dans le sol ou « sécheresse
édaphique » peut être aggravé par l'existence d'une évapotranspiration potentielle
élevée.

Le fonctionnement hydrique et photosynthétique et la croissance des arbres


sont d'autant plus favorables que le rapport [évapotranspiration réélle (ETR)/
évapotranspiration potentielle (ETP)] est proche de 1. Dans le contexte climatique
actuel ce rapport est très souvent inférieur à 1, même dans les zones favorables à la
forêt. Ainsi, si les températures augmentent et si la pluviométrie est plutôt déficitaire
en été, ce rapport sera encore plus faible ; la croissance en sera affectée et la survie
de certaines espèces pourra aussi être compromise.

Le second facteur qui contrôle la consommation maximale en eau d’un


peuplement forestier est son indice foliaire (LAI : Leaf Aerea Index), c’est-à-dire la
surface de feuilles, de tous les arbres, rapportée à la surface du sol (Bréda, 1999). Plus
un peuplement présente une surface terrière élevée, plus son indice foliaire, et donc
sa consommation en eau, sont également forts, même si des variations dans la
structure et la composition en espèces peuvent modifier légèrement cette tendance
(Landmann et al., 2003). C’est pourquoi limiter la surface foliaire constitue, en effet,
un moyen de limiter la consommation en eau pour les arbres.

47
En effet, le contrôle de la surface foliaire par la sylviculture est utilisé comme
moyen, par les forestiers, pour limiter les risques d’apparition de sécheresses
critiques dans les peuplements ; il vise à ajuster l’indice foliaire des parcelles à la
réserve en eau maximale du sol dans les conditions de climat local.

Les travaux à l’origine de ces constats suggèrent que l’amélioration des


aptitudes de rétention en eau du sol est tributaire d’une répartition spatiale optimale
des racines dans le sol, ce qui nécessite un bon mélange des essences et un
peuplement pluri-étagé (de tout âge) pour maintenir cette qualité (Et-tobi et al.,
2001, 2007, 2008, 2009).

Les réservoirs de carbone du sol jouent un rôle important dans le stockage du


carbone atmosphérique tout en améliorant la productivité du site (par exemple, la
rétention de l’eau et la fertilité des sols). Même si les réservoirs de carbone du sol ont
été grandement appauvri en raison de la surexploitation et de la dégradation des
terres au cours du siècle dernier, des pratiques adaptées d’aménagement du
territoire associées au changement climatique pourraient accroître le réservoir de
carbone du sol tout en atténuant le risque de perte de carbone causée par les
événements extrêmes liés au changement climatique (par exemple, l’érosion du sol
due à des pluies torrentielles, les incendies de forêts et la perte de couvert végétal
attribuables à la sécheresse).

Le facteur souvent utilisé pour quantifier les échanges d’énergie, d’eau et de


carbone entre la canopée des peuplements et l’atmosphère est l’indice foliaire (Hoff
et Rambal, 2000 ; Et-tobi et al., 2007). En effet, la photosynthèse, la transpiration et
l’interception du rayonnement solaire sont toutes reliées au Leaf Area Index (LAI); de
même, que l’une des plus importantes sources de régulation du LAI est la
disponibilité en eau. De ce fait, l’indice foliaire constitue un bon indicateur des
changements qui affectent à court terme le fonctionnement des écosystèmes en
terme de cycles de l’eau et du carbone sans pour autant affecter significativement sa
composition floristique. Hoff et Rambal (2000) ont pu modéliser et quantifier
l’évolution de ce paramètre pour le chêne vert (espèce méditerranéenne bien
représentée au Maroc) dans le cas où les quantités de précipitations et les
températures sont modifiées avec une tendance évolutive du même ordre que celle
prévue par les scénarios du changement climatique (Encadré 7).

48
Encadré 7 - Fonctionnement d’un écosystème à chêne vert (étude de cas)
(Hoff et Rambal, 2000)
Différents modèles de simulation des flux d’eau et de carbone au sein des écosystèmes
forestiers ont été proposés dans la littérature. Ainsi le modèle PnET développé par J. Aber
du Complex Systems Research Center, Etats-Unis, en 1992 peut être utilisé au niveau
régional pour simuler ces flux à l’échelle mensuelle. Il a été validé pour un écosystème à
chêne vert caractéristique de la région nord-montpellieraine. Les données
météorologiques en entrée du modèle PnET sont les moyennes mensuelles de
température minimale et maximale, les précipitations et le rayonnement solaire mensuels.
La série de données de pluies (1835-1995) montre une diminution significative de la pluie
estivale. La variation de température qui a été appliquée à la série observée est égale à
+0,7 °C/100 ans. Elle est similaire à la tendance au réchauffement mise en évidence sur
des données au niveau global de la période 1861-1984. Le rayonnement solaire a été
supposé inchangé dans cette simulation.
La valeur moyenne de LAI simulé par le modèle PnET est très proche de celle mesurée sur
le même site par R. Joffre (CEFE) en juillet 1993. Cette valeur est représentative des
écosystèmes de chênes verts poussant sur des sols à faibles réserves en eau. L’évolution
du LAI (figure ci-dessous) montre la superposition de deux tendances : la première est
une tendance à long terme (-5 %/100 ans) qui est le résultat de la diminution des pluies
d’été signalée précédemment, la seconde reflète le comportement de l’écosystème face à
l’alternance des années sèches et humides qui provoque des fluctuations du LAI entre 2,0
et 3,1. Ces fluctuations sont très importantes du point de vue écologique car elles
représentent l’ajustement de la végétation aux ressources en eau. En réduisant la surface
transpirante, la transpiration et le stress hydrique sont réduits ainsi que corrélativement
les risques d’inflammabilité. Les variations de LAI ne sont toutefois pas assez importantes
pour accroître sensiblement le rayonnement photosynthétiquement actif atteignant le sol
et pour permettre le développement des espèces végétales de sous bois ou la
régénération de cet écosystème par semis.
L’écosystème à chêne vert simulé avec le modèle PnET montre donc un équilibre stable.
Les ajustements observés autour de la valeur moyenne d’indice foliaire révèlent les
possibilités d’adaptation de l’écosystème face aux variations aléatoires et souvent
importantes des apports d’eau par les précipitations, qui semblent exclure
l’embranchement vers une nouvelle dynamique végétale.

49
Les végétaux des écosystèmes terrestres jouent un rôle central dans le cycle
terrestre du carbone, en absorbant, au cours de la photosynthèse, le CO2 contenu
dans l'atmosphère et en stockant le carbone sous forme de biomasse. Le rendement
photosynthétique dépend du type de végétal, des concentrations de CO2 ambiant et
de la température ainsi que de la teneur en éléments nutritifs et en humidité. Des
niveaux plus élevés de CO2 ambiant pourraient activer la croissance des végétaux
grâce à l'effet fertilisant du CO2 et à une meilleure utilisation de l'eau.

La réaction des végétaux à des concentrations plus élevées de CO2 dans


l'atmosphère (Vivin et al., 1996) est fonction, en partie, de la voie de photosynthèse
(c'est-à-dire du type de photosynthèse ou type de carboxylation du végétal, cf.
Encadré 8). Il en résulte d'importantes différences, selon les régions, quant à la
réaction des végétaux à des concentrations plus élevées de CO2.

La concentration atmosphérique en CO2 affecte le fonctionnement des plantes


de type métabolique C3, dont tous les arbres font partie par deux effets directs
(Mortier, 1995 ; Vinvin et al., 1996) : (i) Une diminution de la conductance stomatique
(degré d'ouverture des stomates) qui a pour effet de diminuer à la fois le flux
transpiratoire de vapeur d'eau sortant des feuilles, mais également le flux diffusif
d'entrée de CO2 dans la feuille et (ii) Une stimulation de la photosynthèse induite,
malgré l'effet de réduction de la conductance stomatique, par une augmentation de
la concentration en CO2 à l'intérieur de la feuille.

Ces effets s'expriment de façon très variable en fonction des espèces (ou
même au niveau intraspécifique) et des conditions environnementales et
nutritionnelles. Dans certains cas, ils peuvent même être inexistants. Les recherches
entreprises au cours des dernières années notamment (Mortier, 1995 ; INRA, 2000),
ont essentiellement porté sur l'analyse de la croissance et de ces déterminants
physiologiques (photosynthèse, concentrations en sucres dans les différents tissus...)
ainsi que sur la tolérance à la sécheresse.

Les arbres forestiers, soumis à un doublement de la concentration (700 ppm),


présentent dans leurs tissus un taux d'azote plus faible que ceux ayant poussé à la
concentration atmosphérique actuelle. Ce phénomène appelé « dilution de l'azote »
se traduit par une augmentation du rapport C/N d'autant plus élevée que
l'assimilation de carbone est stimulée. En termes d’effet sur la croissance des arbres
et des peuplements, les résultats obtenus sur différentes espèces (INRA, 2000) font
ressortir une augmentation moyenne de 46% de la croissance en biomasse avec le
doublement de la concentration en CO2 avec cependant des différences entre
espèces. L'effet stimulant du CO2 sur la croissance est moins sensible en conditions
nutritionnelles ou hydriques limitées5.

Ceci est plus souvent le cas pour les forêts méditerranéennes, qu'en conditions optimales.
5

50
Les interactions entre augmentation du CO2 atmosphérique et tolérance à la
sécheresse sont essentielles dans le contexte des changements globaux (Picon et al.,
1996 ; Vivin et al., 1996).

Les travaux de l’INRA (2000), effectués, d'une part sur le pin maritime, espèce
« évitante » caractérisée par une très grande sensibilité stomatique vis-à-vis des
contraintes hydriques, et, d'autre part, sur les chênes (sessile, pédonculé et plus
ponctuellement chêne liège), espèces « tolérantes » dont la sensibilité stomatique est
moins importante, montrent que l'adaptation à la sécheresse met en œuvre des
mécanismes différents.

En effet, la sensibilité stomatique à la sécheresse du pin n'est pas modifiée,


cependant, celle du chêne pédonculé est augmentée. En dépit de ces résultats
préliminaires, il reste toutefois à déterminer si cette différence est extrapolable à
l'ensemble des espèces « évitantes » et « tolérantes » et à élargir l'analyse à
l'ensemble des composantes de la tolérance à la sécheresse.

51
Encadré 8 - Les divers types de photosynthèse ou carboxylation

Il existe trois types de photosynthèse (type métabolique) qui correspondent à des


adaptations différentes à deux caractéristiques du milieu, la température et l’intensité
lumineuse (Teeri and Stove, 1976; Dajoz, 1996) :

Les végétaux du type métabolique (C3)

Ils comprennent de nombreuses espèces cultivées (blé, soja, tournesol,…), toutes les
algues, de mauvaises herbes, la totalité des arbres et, d’une façon générale la plupart
des espèces des régions tempérées. Le premier produit stable formé lors de la
photosynthèse en C3 est l’acide phosphoglycérique qui renferme 3 atomes de
carbone dans sa molécule. Le rendement de la photosynthèse nette est 2 à 3 fois plus
faible chez les végétaux en C3 que chez les végétaux en C4, particulièrement aux
températures élevées de l’ordre de 30 °C à 40 °C et pour des éclairements intenses
dépassant 30.000 lux. En outre, les plantes en C3 ont besoin de 2 fois plus d’eau que
les plantes en C4 pour produire une quantité égale de matière sèche. Le rendement
de la photosynthèse est faible en raison de l’existence de la photorespiration ; c’est-à-
dire de l’oxydation d’un composé carboné, l’acide glycolique, qui se produit dans les
cellules chlorophylliennes. La photosynthèse en C3 est le type primitif et le plus
répandu chez les végétaux terrestres.

Les végétaux de type métabolique (C4)

Ils sont représentés par des espèces d’origine tropicale (mais, sorgho), diverses
graminées (Andropogon, …), des mauvaises herbes poussant sur des sols salés ou
arides (Atriplex, Salsola). Le premier produit stable de la photosynthèse, chez les
plantes en C4, est l’acide oxalo-acétique à 4 atomes de carbone. Il existe chez ces
végétaux une dissociation dans l’espace des étapes de la photosynthèse. La première
étape a lieu dans les cellules du mésophylle (parenchyme chlorophyllien situé entre
les nervures des feuilles), et l’étape suivante dans la gaine de parenchyme qui entoure
les nervures. La productivité des végétaux en C4 est élevée car leur photorespiration
est faible ou nulle. Leurs besoins en eau sont plus faibles. Le pourcentage de plantes
en C4 dans les flores augmente vers les basses latitudes (Teeri et Stove, 1976). Elles
sont nombreuses dans les régions arides et dans les régions tropicales, ce qui
confirme la valeur adaptative de ce type de photosynthèse. La photosynthèse des
plantes de type métabolique C4 ne répond pratiquement pas à l'augmentation de la
concentration en CO2 atmosphérique, cependant il semble que l'effet de fermeture
stomatique puisse exister.

Les végétaux de type métabolique CAM (Crassulean Acid Metabolism)

Ces végétaux ont une faible productivité. Ils appartiennent aux familles des Cactacées,
Broméliacées, Orchidées, Mésambryanthémacées, Liliacées, Asclépiadacées. La fixation
du gaz carbonique se fait chez ces végétaux la nuit, lorsque les stomates sont
ouvertes, d’où une moins grande perte d’eau. Les acides dicarboxyliques formés
servent de réserve de gaz carbonique, mais ils interviennent aussi dans le maintien de
la pression osmotique et dans le bilan d’eau. Le type CAM a un caractère adaptatif.

L’économie de l’eau est importante : le rapport de l’eau consommée à la matière


sèche produite est de 600 chez les plantes en C3, de 300 chez les plantes en C4, et de
150 chez les plantes de type CAM. 52
En termes de dynamique des peuplements forestiers, les résultats obtenus
(Nys et al., 1995 ; INRA, 2000) permettent de prédire une accélération de la
croissance initiale dont le résultat majeur pourrait être une diminution du temps
nécessaire pour la fermeture des couverts. Cette conclusion est importante sur le
plan du fonctionnement des peuplements et des écosystèmes et incite à penser qu'il
sera nécessaire dans l'avenir de modifier les règles de conduite des peuplements (par
exemple éclaircies plus précoces).

L'étude de la dynamique de la production ligneuse des forêts européennes,


par exemple, montre des résultats convergents orientés vers une augmentation de la
productivité des forêts, en relation avec des modifications environnementales
d'origine anthropique, que les approches soient fondées sur des résultats et des
extrapolations d'inventaires forestiers nationaux ou des investigations régionales
étudiant l'accroissement radial des arbres. Ce fait est maintenant établi et seules les
valeurs annoncées sont encore sujettes à caution (Mortier, 1995). Les facteurs
explicatifs proposés sont d'abord la fertilisation des écosystèmes forestiers par
certains polluants azotés notamment (5 à 20 kg/ha/an en moyenne) puis le
changement climatique et l'enrichissement en CO2. De nombreux modèles de
croissance intègrent la variable CO2 pour réaliser des simulations plus pertinentes, et
mieux expliquer les gains de croissance observés au cours notamment des dernières
décennies.

2.3.3. Implications pour la biodiversité

L’impact du changement climatique sur les écosystèmes forestiers est


particulièrement important dans les régions de montagne, qui concentrent, sur de
faibles superficies (zonation altitudinale), la plus grande biodiversité, et dont la
plupart sont classées ou considérées comme des réserves naturelles. Le changement
climatique est susceptible d’affecter significativement l’étagement altitudinal de
nombreuses espèces.

Au-delà de l’intérêt propre de la biodiversité et de son rôle dans la


préservation du capital génétique, nombre d’activités humaines sont dépendantes de
leur environnement naturel (Ushe, 2005). L’impact du changement climatique sur la
biodiversité peut être appréhendé à différents niveaux, selon qu’on se situe à
l’échelle de l’individu (diversité génétique), d’un ensemble d’individus (diversité
infraspécifiques), d’une espèce (diversité spécifique), ou d’assemblages entre espèces
(diversité des écosystèmes).

53
Il conviendrait par conséquent de distinguer l’adaptation des individus
(capacité d’adapter leurs organes aux conditions climatiques) de celle des espèces
(du fait par exemple d’une certaine sélection naturelle ou de leur capacité de
déplacement, d’essaimage) et de celle des écosystèmes (par les relations entre
espèces, les phénomènes de compétition, la capacité de réponse au déséquilibre
créé par le changement climatique, etc.). La nécessité d’une vision globale s’impose
pour appréhender les interactions entre le changement climatique, les usages des
terres et la dynamique biologique.

De nombreux travaux consacrés aux effets du changement climatique sur la


biodiversité mettent l’accent sur le déplacement observé d’aires de répartition de
certaines espèces ou habitats. Pour simplifier, les conditions potentielles sont réunies
pour une migration vers le nord (de l’ordre de 400 à 800 km suivant les scénarios) ou
en altitude (de 300 à 600 m) des espèces végétales ou animales.

La grande inconnue réside dans la façon dont cette évolution s’effectuera sur
une période de cent ans, beaucoup plus courte que les périodes historiques (des
milliers d’années) sur lesquelles elle s’est étalée. Là aussi, la biodiversité sera
fortement affectée, surtout si on ajoute à ce panorama l’éventualité de l’apparition
d’espèces invasives favorisées par le réchauffement. Ces prédictions reposent sur des
évolutions du climat moyen. Il reste à évaluer les conséquences des événements
extrêmes qui pourraient s’avérer déterminants pour moduler la tendance moyenne,
comme l’ont démontré, entre autres, la tempête de fin 1999 ou la
sécheresse/canicule de l’été 2003 en Europe.

Les conséquences d'un monde enrichi en CO2 pourraient être si importantes à


l'échelle de la planète que l'on ne pourra pas se satisfaire de réponses partielles sur
des modèles trop simplifiés. La recherche s'intéressant aux conséquences
écologiques d'un enrichissement en CO2, fondée sur des expérimentations et des
observations in situ d'écosystèmes forestiers, est actuellement très minoritaire. Même
si la littérature récente présente de plus en plus de travaux réalisés in situ, elle porte
sur un nombre très restreint de formations végétales. Il serait intéressant de
multiplier les modèles d'études et de les appréhender de façon plus globale : bilan
de carbone, croissance, nutrition, etc... Afin que des réponses pertinentes puissent
être apportées aux questions fondamentales qui motivent tout l'effort scientifique :
quelles sont les réactions des écosystèmes forestiers au changement climatique dans
leur intégrité et leur complexité ?

54
3. Bases scientifiques des impacts du changement
climatique sur les forêts méditerranéennes

3.1. Considérations générales

Parmi les modélisations à l’échelle régionale et mondiale présentées dans les


divers rapports du GIEC, un grand nombre ont été obtenues à partir de deux
hypothèses opposées sur la réaction possible des écosystèmes à l’évolution
climatique mondiale. Ces hypothèses et théories sont aussi à la base de l’élaboration
de divers outils mathématiques destinés aux simulations de l’évolution des
écosystèmes et des espèces pour appréhender les distributions futures selon divers
scénarios de projections climatiques.

Dans son dernier rapport d’évaluation, le GIEC (2007) précise que le nombre
d’études relatives aux tendances observées dans l’environnement physique et
biologique et à leurs relations avec le changement climatique régional a
considérablement augmenté depuis le Troisième Rapport d’évaluation de 2001. De
plus, la qualité des jeux de données s’est nettement améliorée, avec cependant un
manque d’équilibre notable dans la répartition des données et de la littérature
scientifique concernant les changements observés. Les données et la littérature en la
matière demeurent grevés d’une rareté critique au sein des pays en voie de
développement.

Dans le cadre du présent rapport, les investigations se sont malheureusement


heurtées à ce constat dont le pays fait état. En effet, la recherche scientifique
marocaine, en matière d’impacts du changement climatique sur les écosystèmes
naturels, reste fragmentaire, voire à l’état embryonnaire, à l’exception des études sur
le Cèdre de l’Atlas dont des résultats seront exposés dans le quatrième chapitre.
Toutefois, le caractère représentatif de la méditerranéité des écosystèmes forestiers
marocains ouvre la voie à l’exploitation et l’extrapolation prudente d’un certain
nombre de résultats de recherches écologiques et forestières effectuées sur la rive
Nord de la région, qui sont synthétisés dans cette section.

La communauté scientifique s’accorde à dire que la région méditerranéenne


(dont l’Afrique du Nord) sera particulièrement touchée par les perturbations liées au
changement du climat. C’est en effet une région déjà soumise à de fortes contraintes
climatiques l’été, où le manque d’eau et les fortes températures vont de pair. Or, les
modèles climatiques prédisent que c’est justement dans cette région que le
réchauffement sera maximum l’été, avec un rallongement très significatif de la durée
de la période de sécheresse, un réchauffement significatif et une diminution des
précipitations (Houghton et al. 1996; Gibelin and Déqué, 2003).

55
Du point de vue thermique, les fourchettes fournies se situent entre une
élévation de 0 et 2 à 2,5 °C sur une trentaine d’année, et pourraient se solder, dans la
dernière de ces situations, par une extension notable de la région méditerranéenne
(Médail et Quézel, 1996). Les limites de végétation pourraient commencer à se
déplacer, vers le nord en zone méditerranéenne et vers le haut en montagne. Le
processus de déplacement des zones de végétation, déjà entamé, devrait se
poursuivre de 150 km à 550 km vers le Nord et de 150 m à 550 m en altitude.

De nombreux de travaux relient les changements rapides dans les milieux


naturels à l’accroissement de la variabilité climatique associée au changement dans
la circulation atmosphérique globale (Cook et al., 1998 ; Kane et Buriti, 1997 ;
Overpeck et al., 1997 ; Hunt et Davies, 1997; Hunt, 1998). Compte tenu des échelles
de temps en jeu dans la dynamique biologique et écologique, et pour saisir les
conséquences que peut avoir un tel changement climatique sur le dynamisme des
communautés d’organismes, on doit s’en remettre à l’étude du passé pour trouver
des équivalents aux processus actuels qui fonctionnent aux mêmes échelles de
temps et d'espace.

Or, la reconstitution des paléoconditions (paléoclimatiques et


paléoécologiques) fait appel à des indicateurs, dont l’enregistrement dépend de
processus complexes et qui ne trouvent souvent leur expression qu’en des milieux ou
conditions limites (Bégin et Tessier, 1998). Seules ces données fournissent des
indications sur les rythmes des changements possibles et leur amplitude. Ce sont par
ailleurs les seuls moyens de valider les modèles théoriques globaux ou régionaux de
simulation de l’évolution dynamique de la végétation.

3.2. Méthodes et outils de modélisation des incidences du changement


climatique

3.2.1. Des hypothèses et théories de migration des espèces

Deux hypothèses majeures et deux grandes théories de migration des espèces


sont décrites (GIEC, 2007; Regato, 2008) : l’hypothèse du « mouvement des
écosystèmes » et l’hypothèse de « modification des écosystèmes », les théories de
« migration sur de longues distances » et les théories des « événements de
dispersion rares de longue distance ».

L’hypothèse du « mouvement des écosystèmes » suppose une migration


des écosystèmes relativement intacts vers de nouveaux emplacements très proches
de leur climat et environnement actuels. De toute évidence, il s’agit là d’une extrême
simplification de ce qui se passera dans la réalité.

56
Les connaissances biologiques de base indiquent que l’hypothèse du
«mouvement des écosystèmes » a fort peu de chance de se produire en raison des
différentes tolérances climatiques des espèces concernées, notamment : la variabilité
génétique au sein des espèces, les différences en matière de longévité ou de
capacité d’adaptation, et les effets des espèces invasives.

Il s’agit là d’une hypothèse de travail idéalisée qui a l’avantage de permettre


d’utiliser le lien clairement établi entre les aires de répartition des écosystèmes et le
climat actuel pour prévoir de nouvelles répartitions des écosystèmes dans de
nouvelles conditions climatiques. En tant que tels, ces modèles sont utiles pour
rechercher des effets possibles significatifs dans des scénarios de changement
climatique.

L’hypothèse de « modification des écosystèmes » suppose que,


parallèlement aux changements du climat et des autres facteurs environnementaux, il
y aura des changements sur place de la composition et de la dominance des espèces.
Ceux-ci se produiront lors de la diminution ou de l’extinction locale de certaines
espèces et de l’augmentation de l’abondance d’autres espèces. La longévité
individuelle, la structure des âges des populations existantes, et l’arrivée d’espèces
invasives auront un effet modérateur sur ces changements.

Le résultat aboutierait à des types d’écosystèmes qui pourront être très


différents de ceux que nous connaissons aujourd’hui. Des données paléoécologiques
indiquent que les types d’écosystèmes largement semblables à ce qui existent
aujourd’hui ont existé par le passé, mais contenaient des combinaisons d’espèces
dominantes désormais disparues.

Le problème de la théorie de la « modification des écosystèmes » réside dans


la difficulté d’utilisation de cette hyothèse dans la prévision théorique des
changements possibles en raison du manque d’informations détaillées sur la
répartition actuelle de chaque espèce et de l’insuffisance de notre compréhension de
leurs interactions (Gitay et al., 2002).

Ainsi, la plupart des études évaluant les incidences potentielles du


changement climatique ont dû utiliser l’hypothèse du « mouvement des écosystèmes
». Ces études tendent également à être limitées aux prévisions des changements de
la répartition de la végétation, avec l’hypothèse implicite, et souvent erronée, que les
populations animales suivront les composants végétaux d’un écosystème.
Cependant, des études d’observation et expérimentales mettent en lumière de
nombreux cas dans lesquels les animaux réagissent aux changements d’ordre
climatique et environnemental bien avant tout changement significatif de la
végétation (GIEC, 2007).

57
Le cas de la région méditerranénne est quelque peu particulier. En effet, les
espèces méditerranéennes sont en général capables de vivre sous une gamme assez
large de conditions climatiques, grâce à la plasticité individuelle (un même individu
peut survivre sous une certaine gamme de conditions climatiques) et à la diversité
génétique infraspécifique (chaque espèce est composée de nombreuses populations
dont chacune s'est adaptée à ses conditions de milieu). Par ailleurs, la variabilité
climatique va se surimposer à la variabilité édaphique du territoire, le changement
climatique ayant un effet plus important sur certaines stations que sur d'autres. Le
déplacement de l'aire des essences sera également influencé par la concurrence des
essences en place et par la fragmentation des paysages à coloniser (Koskela et al.,
2007). En définitif, la migration possible des essences forestières sous l'influence de
l'évolution climatique se réaliserait plutôt selon le schéma « réaliste » de la figure 16.

Figure 16 : Deux représentations de la migration des espèces forestières


(Roman-Amat, 2007)

Les théories de « migration sur de longues distances » : la théorie des


« super-espèces » et la théorie des « changements brusques » permettent de
comprendre la manière dont les espèces forestières migrent sur de longues distances
dans un court laps de temps (Regato, 2008).

Concernant la « théorie des super-espèces », des études provenant du nord-ouest


américain suggèrent qu’une colonisation rapide peut se produire lorsqu’une essence
d’arbre colonisatrice échappe temporairement à des pathogènes spécifiques à l’hôte
et se comporte telle une « super-espèce » jouissant d’un avantage compétitif
transitoire sur les espèces autochtones.

58
Les chercheurs expliquent cette façon la propagation rapide du hêtre il y a
3.000 - 2.500 ans Before Present (BP) dans le nord ouest américain, suite au déclin
rapide de la pruche du milieu à la fin de l’Holocène (une espèce compétitrice et
autochtone au territoire en raison d’une propagation antérieure durant l’Holocène)
lié à une prolifération de pathogènes forestiers (Moorcroft et al., 2006).

Néanmoins, il existe une différence significative entre la dispersion des


espèces forestières en période post-glaciaire et les exigences de dispersion en
réponse aux variations climatiques futures dans les territoires méditerranéens
hautement hétérogènes et riches en espèces/habitats: les espèces forestières
indigènes ne trouveront pas de territoires vides propres à la colonisation et les
conditions préalables à leur transformation en « super-espèces » pourraient ne pas
être réunies. Les changements dans les interactions entre espèces et dans les
mécanismes de succession opèreront en parallèle avec les dynamiques des
populations d’organismes pathogènes, ces derniers étant quasi-impossibles à
prédire.

Dans une toute autre situation, les espèces forestières introduites évolueraient
plus facilement vers des « super-espèces ». Tel est le cas d’un certain nombre
d’espèces d’arbres exotiques dans toutes les régions biogéographiques du bassin
méditerranéen (par exemple, Pinus pinaster, une espèce de l’ouest du bassin
méditerranéen devenue espèce introduite très envahissante dans l’écorégion du Cap
en Afrique du Sud). Ceci s’explique par une multiplicité de causes difficiles à
comprendre, incluant, en outre, l’absence d’organismes pathogènes spécifiques à
l’hôte.

Concernant la « théorie des changements brusques », elle a été été utilisée


par plusieurs auteurs (Carrion, 2003; Tinner et al., 2000 et 2005; Finsinger et al., 2006)
afin d’expliquer la raison pour laquelle des changements brusques de la végétation
durant les périodes antérieures de changement climatique, sont accompagnés d’une
progression rapide des espèces xériques et d’une réduction significative ou de
l’extinction d’espèces plus tempérées (figure 17).

Concernant la théorie des « événements de dispersion rares de longue distance


», les archives paléoenvironnementales mettent en évidence des événements de
dispersion de longue distance d’espèces arborescentes en réponse au réchauffement
climatique de la fin de la dernière période glaciaire. Les auteurs expliquent que
parallèlement aux taux normaux de dispersion de certaines espèces, des événements
de dispersion rares de longue distance se produisent de façon sporadique (par
exemple, la dispersion des graines par anémochorie suite à des tempêtes
exceptionnelles, des ouragans, etc. ; la dispersion des graines par zoochorie suite à
des mouvements exceptionnels de longue distance d’espèces de mammifères et/ou
d’oiseaux).

59
Ces événements de dispersion rares entraînent l’apparition d’îlots de
populations isolées, suivie d’une phase de repos pendant laquelle très peu de
changements sont observables au niveau de l’aire de distribution, puis d’une phase
active de progression explosive (Overpeck et al., 2003).

Figure 17 : Série pollinique illustrant un incendie comme élément moteur de


changements brusques de la végétation, il y’ a de cela ~ 6000 ans BP (Carrion,
2003).

Face à une accélération prévue des variations climatiques dans un avenir


proche, les stratégies et les réactions adoptées par les différentes espèces forestières
au cours des périodes antérieures de changement climatique ,durant lesquelles de
courts épisodes de modifications climatiques brusques et de perturbations à grande
échelle se sont également produits, permettent de comprendre pour mieux
appréhender la dynamique de la végétation des forêts méditerranéennes et et de
surcroît, la planification de stratégies adaptatives moins incertaines et moins risquées
pour faire face aux conditions climatiques futures.

60
Les implications pour l’aménagement et la gestion, découlant de ces théories,
devraient être nuancées en fonction des exigences et des mécanismes de réponse
aux migrations des différentes espèces ainsi que les possibilités de préservation in
situ dans les zones de refuge des paysages méditerranéens.

3.2.2. Modèles et outils de simulation des aires des espèces et des écosystèmes

Deux modèles types de simulations ont été utilisés au Maroc notamment pour
la simulation de l’aire de distribution du cèdre de l’Atlas (Demarteau, 2006; Cheddadi
et al., 2009). Le modèle CARAIB (Carbon Assimilation In the Biosphère) qui simule
les flux de carbones et les aires de distribution de groupes de plantes ou d'espèces
(Otto et al., 2002). Ce modèle CARAIB étant généralement utilisé pour simuler des
répartitions de groupes de végétaux ayant les mêmes Affinités Bioclimatiques
qu’on appelle par abréviation anglaise les « BAGs ». Toutefois dans la pratique, c'est
en fait une version couplée de deux modèles, IBM (Improved Bucket Model) et
CARAIB qui permet de réaliser les différentes modélisations. Le premier modèle
évalue l'eau contenue dans le sol et l'épaisseur de la couverture neigeuse; le second
est un modèle mécaniste du cycle du carbone dans la biosphère terrestre (Hubert et
al., 1998, Otto et al., 2002).

Le modèle IBM (Improved Bucket Model) a été développé par Louis Francois
et ses collaborateurs (Warnant et al. 1994, Hubert et al., 1998) pour calculer la
disponibilité en eau dans le sol en fonction des variables climatiques (précipitations,
températures et humidité de l'air, vitesse du vent et ensoleillement). Outre la
quantité d'eau présente dans le sol, il calcule également l'évapotranspiration réelle, le
ruissellement et l'infiltration. Le pas de temps est d'une journée.

Le modèle CARAIB est un modèle mécaniste du cycle du carbone dans la


biosphère terrestre. Il simule les stocks de carbone de la végétation et les flux de
carbone existant entre la végétation, l'atmosphère et le sol (Warnant et al., 1994 ;
Hubert et al. 1998 ; Warnant, 1999 ; Otto et al., 2002 ; Laurent et al., 2004). Sa
résolution spatiale est de 10'x10' en longitude et latitude (10' correspondent à
environ 18 km à l'équateur). L'une des sorties les plus importantes du modèle est la
productivité primaire nette (« Net Primary Productivity » ou NPP) : elle
correspond au taux net d'absorption de carbone par les plantes vivantes.

Cinq réservoirs de carbone (Otto et al., 2002) sont considérés par le modèle
(figure 18). Les différents flux de carbone et d'eau pris en compte par le modèle sont
les suivants : budget en eau du sol ; photosynthèse; respiration autotrophe ;
allocation des photosynthates; production de litière et mortalité ; respiration
hétérotrophe; biogéographie et BAGs (Groupes d’Affinité bioclimatique)

61
La NPP et l’indice foliaire (LAI) permettent de déterminer la fraction couverte
par différentes associations végétales. La version récente de CARAIB simule des
BAGs, c'est à dire des « Groupes d'Affinité Bioclimatique » définis par leurs
enveloppes climatiques d'après les concepts de biogéographie prédictive. Ils sont
caractérises par des distributions géographiques différentes, liées à leurs tolérances
et besoins climatiques (Laurent et al., 2004 et Dubois-Laurent, 2005).

Les données d'entrée les plus importantes des deux modèles sont les données
climatiques de la région étudiée, les données pédologiques et les paramètres
caractérisant les types de végétation considérés. Le modèle requiert ainsi 6
principales entrées climatiques (Hubert et al., 1998) qui sont : la température
moyenne journalière, l'amplitude de la variation diurne de température,
l'ensoleillement relatif, l'humidité relative de l'air, la vitesse horizontale du vent, et les
précipitations.

En ce qui concerne les données pédologiques, le modèle nécessite le type de


sol qui permet d'identifier les zones de lithosols, sur lesquels la profondeur racinaire
est supposée égale à 10 cm, ainsi que le détail de la texture du sol (pourcentage
moyen de sable, limon et argile dans la couche racinaire; essentiellement au premier
mètre de sol). La texture du sol permet notamment d'évaluer la conductivité
hydrique des sols utilisés dans le calcul des flux de ruissellement et de drainage.

Figure 18 : Représentation schématique des cinq réservoirs de


carbone et des flux dans CARAIB (d’après Warnant, 1999)1.

62
Les paramètres décrivant la tolérance climatique conditionnent fortement
l'aire de répartition de la plante. Chaque type de plante est caractérisé par un
ensemble de paramètres décrivant sa tolérance climatique (conditions climatiques
induisant un stress sur la plante ou empêchant la germination, contenu en azote des
tissus, taux de respiration, profondeur racinaire moyenne, etc.). De plus amples
détails sur l’utilisation pratique du modèle sont présentés dans : Hubert et al., 1998 ;
Otto et al., 2002 ; François, 2004 ; François et al., 2006.

3.3. Synthèse des impacts observés et projetés pour les écosystèmes


méditerranéens

3.3.1. Déplacements des aires de distribution d’espèces et d’écosystèmes

Les observations portant sur les déplacements des aires de distribution


parallèlement au changement climatique continu sont nombreuses, particulièrement
en Europe du Nord, où des notes d’observation pour plusieurs espèces d’oiseaux, de
papillons et de plantes ont été transcrites depuis le milieu 18ème siècle (Parmesan,
2006). Des preuves de l’influence du changement climatique sur les aires de
distribution des espèces et sur les limites des écosystèmes ont également été
observées au niveau de la végétation méditerranéenne, malgré la singularité des
preuves fournies.

Les bandes altitudinales des zones biotiques semblent avoir subi un déplacement
ascendant ; par conséquent, des conditions climatiques plus sèches et plus chaudes
caractérisent des territoires dont le climat était autrefois plus froid et plus humide.
Plusieurs observations notées dans différentes régions du bassin méditerannéen
prouvent ce constat :

 Le déplacement ascendant et vers le nord d’espèces sahariennes telles que


Fredolia aretioides et Zilla macroptera dans les régions de basse montagne du
Haut Atlas et de la partie est du Moyen Atlas (Medail & Quezel, 2003). Ces
observations effectuées sur les revers méridionaux des portions orientales du Haut
et Anti Atlas, ont démontré que les limites septentrionales des associations
végétales à caractère désertique correspondaient, en 1991, à l’isohyète de 150 mm
de pluie par an. Au début des années 1960, ces mêmes limites coïncidaient avec
l’isohyète de 100 mm, ce qui prouve que les associations végétales à caractère
désertique se sont étendues vers le Nord en gagnant quelques dizaines à une
centaine de kilomètres (Benabid, 1995).

63
 Le déplacement de 200 m en amont des pins d’Alep dans les montagnes du sud
de la France (massif de la Sainte-Baume) qui occupent l’aire de distribution en
basse altitude des forêts de pins sylvestres. Dans cette zone écotonale, le pin
sylvestre se distingue par un taux de croissance ralenti et a subi un dépérissement
terminal durant la période de sécheresse extrême de 2003 (Vennetier et al., 2005).

 Un remplacement progressif des écosystèmes froids tempérés par des


écosystèmes méditerranéens dans la chaîne de montagnes de Montseny
(Catalogne, nord-est de l’Espagne) a été observé depuis 1945. Les forêts de hêtres
(Fagus sylvatica) se sont déplacées d’environ 70 m en amont aux altitudes les plus
hautes (1.600 à 1.700 m). Les forêts de hêtres et les landes de bruyères (Calluna
vulgaris) sont remplacées à moyenne altitude (800 à 1.400 m) par le chêne vert
(Peñuelas & Boada, 2003).

 La limite forestière et la répartition altitudinale des espèces alpines en Europe se


déplacent en altitude (Walther et al., 2002) . Cependant, les déplacements
ascendants doivent être rigoureusement analysés car ils pourraient être associés à
l’abandon des pâturages de haute montagne ainsi qu’à la recolonisation de ces
espaces par la végétation forestière qui a permis de rétablir la limite forestière
naturelle existant avant l’intervention de l’homme (jusqu’à 300 m plus élevée que
la limite forestière actuelle).

Le réchauffement climatique, combiné à la perte d’habitat et à d’autres


facteurs du changement biologique, pourrait mener à un déclin important de la
diversité écologique en montagne et dans les autres régions où les espèces se
trouvent à la limite méridionale de leur aire de distribution latitudinale (Wilson et al.,
2007). Dans ce conexte, de très vastes étendues de peuplements forestiers morts sur
pied ont été observés sur les revers méridionaux des portions orientales des Moyen
et Haut Atlas, dans la Mamora et le Gharb. Dans les portions orientales des Moyen et
Haut Atlas marocains, les écosystèmes des cédraies et juniperaies ont péri, d’autres
sont en voie de dépérissement sur de vastes étendues (Et-tobi, 2006, 2007, 2008;
Mhirit et al.; 2008).

3.3.2. Migration et extinction des espèces

La capacité migratoire dépend du niveau de production de graines de chaque


espèce, ainsi que des stratégies de leur dispersion. Néanmoins, il est assez difficile de
prévoir la distance de parcours des graines, puisqu’elle dépend d’une grande variété
de processus (Higgins et al., 2003). Les connaissances limitées du taux de migration
potentiel des espèces limitent notre habilité actuelle à prévoir les impacts du
changement climatique sur leur distribution géographique future, sur la taille de
leurs aires de distribution, et même sur la menace potentielle de leur extinction
(Midgley et al., 2007).

64
La migration des plantes reste une incertitude majeure en ce qui concerne la
prédiction de la réaction de la végétation au changement climatique, pour plusieurs
raisons (Midgley et al., 2007) et plus particulièrement :

 Les aires de distribution actuelles des espèces pourraient dépendre de facteurs


autres que le climat, tels les régimes de perturbation, les dégradations
anthropiques et/ou les interactions importantes entre les espèces.

 La dynamique de changement des aires de distribution des essences forestières


arborescentes peut difficilement être prédite en raison des délais impartis dans le
taux de mortalité adulte, ainsi que des mécanismes autorégulateurs des
peuplements forestiers (c'est-à-dire les conditions microclimatiques à l’intérieur
des peuplements forestiers matures) qui pourraient freiner la contraction des aires
de distribution.

 L'influence contradictoire de l’impact humain qui pourrait, d'une part, constituer


un obstacle et un filtre à la dispersion, empêchant ou ralentissant les taux
migratoires, et d’autre part, accélérer les taux de dispersion par l’introduction
artificielle d’espèces.

Le changement climatique entraînera non seulement un déplacement


ascendant des bandes de végétation montagneuse, mais affectera également la
compétition interspécifique en raison de la capacité migratoire et de la vitesse de
chaque espèce. Les végétaux pourraient ne pas être en mesure de migrer assez
rapidement ; leurs chances de migration seraient donc limitées par des facteurs de
nature édaphique, ou hydrique, ainsi que les obstacles anthropogéniques à la
migration.

Il est possible que les chances de migration de nombreuses espèces soient


limitées par la réduction de l’espace disponible pour les espèces dans les régions de
haute montagne, ainsi que par l’absence de certaines exigences relatives à l’habitat.
Tel pourrait être le cas de nombreuses espèces végétales endémiques, dans la région
méditerranéenne, dont les aires de distribution sont limitées (figure 19). Ces étapes
représentent le groupe endémique régional le plus répandu et constitue l’assise de
base de la biodiversité méditerranéenne, particulièrement en montagne et dans les
îles (Thompson, 2005).

Plusieurs scénarios de changement global (Thuiller et al., 2004) s’accordent sur


le fait que l’évolution climatique dans les montagnes méditerranéennes pourrait
augmenter le risque d’extinction grave d’espèces, voire de communautés végétales
et engendrer le déclin significatif de la diversité biologique en raison de problèmes
migratoires et de compétition interspécifique. Cette situation pourrait affecter
plusieurs espèces endémiques dans chacune des principales chaînes montagneuses
de la Méditerranée.

65
La majorité des régions montagneuses de la portion méditerranéenne de
l’Europe risque de perdre sa diversité biologique (Ohlemüller et al., 2006). Les auteurs
font particulièrement référence à la flore et à la faune des chaînes montagneuses de
l’Ibérie du nord et de l’Ibérie centrale qui, selon les prédictions, se caractériseront
ultérieurement par des conditions climatiques uniques en Europe. Cependant,
l’extinction serait moins sévère dans les portions les plus méridionales de la région
caractérisées par la présence d’espèces bien adaptées à la chaleur et à la sécheresse.

Figure 19 : Prévalence des espèces végétales à distribution limitée en


Méditerranée (Thompson, 2005)

3.3.3. Phénologie et reproduction des arbres

Les changements phénologiques liés au réchauffement climatique pourraient


avoir de répercussions sérieuses sur les espèces forestières, notamment si
l’apparition des espèces pollinisatrices ne correspond pas à la période de floraison.

66
Les effets déjà observés sont les suivants :

 Comparé à 30 ans auparavant, le printemps est arrivé deux semaines plus tôt en
Espagne et s’est prolongé de 23 journées chaudes (par exemple, les amandiers
fleurissaient vers la fin février/mars, mais fleurissent désormais dès la fin janvier).

 Les changements du niveau de précipitations et de la disponibilité de l’eau


constituent un indicateur clé à l’origine de bouleversements phénologiques
importants chez les espèces d’arbustes méditerranéens (par exemple, Erica
multiflora et Globularia alypum en Catalogne) et de changements subséquents de
la structure, de la composition et du fonctionnement de leurs peuplements
(Peñuelas et boada, 2003).

 Les changements phénologiques pourraient réduire la capacité compétitive des


espèces résineuses de montagne (par exemple, les différentes sous-espèces
méditerranéennes de Pinus nigra) qui sont bien adaptées aux conditions
climatiques extrêmes en particulier, les gelées tardives et les températures
hivernales basses, mais favoriser les espèces feuillues (par exemple, les espèces de
chênes à feuilles caduques) qui pourraient prolonger leur période de croissance,
autrefois limitée par les mois estivaux offrant peu d’eau et ce en raison des gelées
printanières et automnales).

L'impact de ces évolutions du climat sur le cortège des parasites des fleurs et
des fruits n'a pas encore été étudié de manière approfondie.

3.3.4. Impacts sur l’évolution des risques phytosanitaires

Le changement climatique peut avoir un effet direct sur les pathogènes ou les
insectes phytophages en affectant leur biologie ou leur répartition, ou indirect, en
affectant la biologie ou la répartition de leurs plantes-hôtes, de leurs ennemis ou
compétiteurs. En tenant compte du fait que chaque ensemble parasite-hôte-milieu
est spécifique, les risques sanitaires semblent être plutôt augmentés que diminués
par le réchauffement climatique sous l'effet de trois phénomènes principaux :
l’introduction de nouveaux parasites, l’extension de l'aire de présence (ou virulence)
des parasites actuels et la forte reproduction des parasites sur les arbres stressés.

Il est probable que l’évolution générale pour les pathogènes et insectes


forestiers soit différente ; certains risquent d'être favorisés tandis que d'autres
pourraient voir leur population diminuer (Candau, 2008). Ainsi, par exemple, sous des
climats plus chauds, l'oïdium et le chancre du chêne devraient être favorisés tandis
que le chancre à Xanthomonas du peuplier pourrait disparaître (Jactel, cité par
Roman-Amat, 2007). Dans ces conditions deux phénomènes peuvent se produire :
l’évolution des risques sanitaires et la modification des interactions entre espèces:

67
Concernant l’évolution des risques sanitaires, le réchauffement du climat
peut permettre l'implantation de parasites (champignons, bactéries, virus, insectes ...)
actuellement inconnus; des parasites non virulents peuvent le devenir (Roman-Amat
2007). Par ailleurs, l'aire de répartition de certains des parasites déjà présents et
limités par des seuils de température devrait s'étendre en suivant les isothermes
(exemple de la chenille processionnaire du pin en Région Centre en France); le
réchauffement climatique pourrait augmenter alors la surface de la zone forestière
touchée, notamment si l'homme contribue fortement à la dispersion du parasite. En
prenant l’exemple pour le Phytophtora du chêne, ceci semble déjà se produire
(Marçais, 2007).

Enfin la sensibilité des arbres à certains parasites peut augmenter en situation


de stress hydrique notamment comme c'est le cas du cèdre de l’Atlas, au Maroc et en
Algérie, face aux scolytes.

Par ailleurs, les niveaux accrus de CO2 atmosphérique entraînent une


augmentation du rapport C/N dans les tissus végétaux, ce qui donne lieu à une
baisse de la qualité nutritionnelle des feuilles consommées par de nombreux insectes
défoliateurs (Regato, 2008). Certains insectes réagissent en augmentant leur niveau
de consommation foliaire, ce qui aggrave les dommages causés aux arbres. D’autres
insectes subissent un taux de mortalité plus élevé et une performance réduite.

Concernant la modification des interactions entre espèces, une


augmentation même minime de la température tend à accélérer les processus
physiologiques, en permettant un développement plus rapide des insectes,
l'augmentation du nombre de générations par saison, l'augmentation des
déplacements, et en réduisant la mortalité due aux facteurs abiotiques (Legay et
Mortier 2005). A titre d’exemple, avec une augmentation des températures hivernales
et printanières de 2°C, on prévoit d'observer 4 à 5 générations supplémentaires par
an pour certains pucerons.

Mais les effets du réchauffement ne peuvent être considérés à partir de


simples moyennes globales, mais vont se différencier selon la saison et le cycle
biologique des insectes. Ainsi, l'émergence de Sphaeropsis sapinea (champignon
pathogène des pins) en Europe a pu être facilitée par des stress répétés au cours des
20 dernières. De même, le déplacement des isothermes correspondant aux seuils
létaux minimaux vers le nord et en altitude peut induire une expansion des insectes
et l'établissement d'espèces exotiques peut être rendu possible.

68
3.3.5. Impacts potentiels sur le sol et l’érosion

Les changements de climat et de composition de l’atmosphère à venir se


traduiront par des déplacements des limites thermiques, pluviométriques, des
végétations, des usages du territoire, mais le sol restera en place. Le sol occupe une
position d’interface dans l’écosystème : interface entre les roches, l’atmosphère, l’eau
et les êtres vivants dont il est le support (figure 20).

La dynamique du carbone est directement en relation avec l’effet de serre et


avec le changement climatique. Mais, le sol est également le lieu de stockage et de
transit de l’eau, qui assure en fonction de son niveau de remplissage par les pluies, la
recharge des nappes, l’alimentation des hydrosystèmes de surface et l’alimentation
des cultures et des êtres vivants. Le sol est, de plus, un monde vivant actif et son
fonctionnement biologique est étroitement dépendant, lui aussi, de paramètres
climatiques comme la température ou la pluviométrie.

Il est quasiment impossible des prévoir une accélération importante de


l’altération du sol liée au changement climatique tout au moins à court terme (100
ans) ; par contre, les changements de climat et de composition de l’atmosphère
pourraient entraîner des déséquilibres avec changements de certaines
caractéristiques (Robert (2000), en particulier : la réserve organique (carbone et azote
), les éléments nutritifs et l’acidité, les conditions d’oxydo-réduction et les
caractéristiques hydriques et physiques. Les relations sol-climat apparaissent donc
essentielles pour différents phénomènes qui seront abordés préférentiellement : (i)
la dynamique du carbone et le fonctionnement biologique qui lui très est lié et (ii) la
dynamique de l’eau qui peut entraîner l’érosion.

Figure 20 : Le sol une interface dans l’écosystème : influence du climat


sur les propriétés, les réserves et les flux (Robert, 1996)

69
En dehors des changements de végétation, les principales modifications
attendues du fonctionnement des écosystèmes sont celles du cycle du carbone
(figure 21). En effet, l’augmentation des gaz à effet de serre aura trois effets
principaux :

 l’effet de « fertilisation carbonée » par le CO2 augmentera la production


végétale, comme c’est le cas dans certaines serres forcées, et augmentera les
retours de carbone au sol. Cet effet pourrait avoir déjà affecté nos écosystèmes
forestiers depuis bien longtemps;

 l’augmentation de la température et de ses amplitudes de variation serait


susceptible d’augmenter les vitesses de l’activité microbienne, en particulier la
biodégradation des matières organiques du sol ;

 les modifications climatiques seront accompagnées de changements des régimes


de précipitations et d’humidité des sols, affectant autant le végétal que les micro-
organismes.

Il est reconnu que le cycle interne du carbone dans le sol (matières


organiques) est un des principaux facteurs explicatifs de la production végétale et de
la stabilité des écosystèmes : matières organiques du sol et fertilité sont toujours
associées. Enfin la réserve organique des sols contribue à la stabilité physique des
couches de surface, favorisant l’implantation de la végétation, prévenant la
dégradation - voire l’érosion - du sol et limitant la perturbation des écosystèmes en
aval, en particulier des écosystèmes aquatiques (rivières, lacs, barrrages, zones
humides,…).

Figure 21 : Principaux effets des changements climatiques sur le cycle du


carbone et des nutriments dans les sols (Robert, 2000)

70
L’érosion hydrique fait intervenir des processus en relation directe avec les
facteurs climatiques et en particulier la pluviométrie et l’intensité des événements
pluvieux de type orages qui multiplierait les coulées boueuses catastrophiques
notamment sur les reliefs montagneux. En effet, l’augmentation de la pluviométrie
durant la période de l’année où les sols sont nus (hiver, printemps) devrait entraîner
une augmentation de l’érosion et du ruissellement qui en résulte. Les prévisions font
également état d’une fréquence plus grande des événements pluvieux intenses
(orages) au cours de l’année. Ceci peut entraîner une accentuation des phénomènes
d’érosion, de ruissellement, générateurs de crues. En ce qui concerne l’érosion par le
vent, il sera nécessaire d’avoir des scenarii sur ce sujet pour établir des modèles de
prévision.

La figure 22 résume les interactions possibles entre les facteurs climatiques,


géomorphologiques et humains qui peuvent conduire l’écosystème à subir des
perturbations comme les incendies de plus en plus fréquentes et/ou à évoluer vers
une aridité croissante (Hoff et Rambal, 2000).

D'une manière générale, à haute altitude, l'érosion risque d'être exacerbée par
l'évolution de différents facteurs. Les changements de végétation, les
dépérissements, les dégradations d’origine anthropique, et les changements
d’utilisation des sols sont autant de phénomènes qui renforcent l'érosion qui existe
déjà sur les versants. Aux altitudes moyennes, l'érosion torrentielle serait augmentée
en cas de proportion accrue des précipitations orageuses. Aux altitudes où
l'enneigement deviendra faible ou nul, l'érosion torrentielle pourrait croître,
notamment en hiver (Beniston, 2006). L’érosion devrait augmenter également en
raison de la rapide fonte des neiges générant un écoulement superficiel plus
important. Par ailleurs, l’augmentation du risque d’incendie pourrait conduire à une
proportion plus élevée de sol nu, et donc à un risque d’érosion plus important

Figure 22 : Résumé des interactions entre les processus climatiques et humains pouvant amener
les écosystèmes dans des états critiques telle une augmentation de l’aridité ou accroître les
risques de perturbations comme les incendies (Perez-Trejo, 1994 in Robert, 2000)

71
3.3.6. Impacts sur l’augmentation des risques d’incendies de forêt

L’accumulation de la biomasse et l’allongement de la période de stress


hydrique (lié par exemple à une modification du régime des précipitations)
augmentent la période favorable au déclenchement des incendies d’autant plus que
l’inflammabilité de la végétation est élevée ce qu’est le cas des espaces boisés
méditerranéens. Le risque d’incendie recouvre à la fois : l'aléa défini comme « la
probabilité qu’un phénomène naturel d’intensité donnée se produise en un lieu
donné » et la vulnérabilité, conséquences particulières découlant de cet événement.

Les précipitations, la température, l’humidité de l’air sont des facteurs naturels de


départ de feu (éclosion). La baisse des précipitations et l’augmentation prévue de la
température à travers le changement climatique auront donc un impact direct sur
l’augmentation de l’aléa. De plus, ces facteurs auront un impact sur la diminution de
la teneur en eau des végétaux et donc sur l’augmentation de leur inflammabilité et
leur combustibilité. Il faudrait par conséquent s’attendre à une augmentation du
risque d’incendie dans la région.

Les incendies de forêts sont indissociables du paysage méditerranéen et


représentent une des perturbations les plus importantes subies par la végétation
dans cette région. Cependant, des millénaires de transformation anthropogénique de
la végétation méditerranéenne ont modifié la dynamique naturelle des incendies de
forêts. De plus, pour de nombreuses espèces, il est difficile de déterminer si les
incendies ou toute autre perturbation d’origine anthropogénique ont joué le rôle de
forces sélectives majeures dans leur adaptation environnementale :

Dans le cas des essences résineuses xérophiles, tel le pin d’Alep (Pinus
halepensis), une «double stratégie » a été observée en réaction aux incendies et aux
périodes de sécheresse intense (Goubitz et al., 2004) : d’une part, un colonisateur
primaire rapide et efficace après des incendies sauvages ou d’origine
anthropogénique et , d’autre part, un pionnier à capacité de régénération rapide en
terrain non brûlé où des épisodes de sécheresse intense et des sols peu fertiles
posent un obstacle majeur à la croissance des arbres.

Dans le cas des essences feuillues à feuilles persistantes, telles l’arbousier


(Arbutus unedo), une «stratégie double» peut également être observée,
particulièrement en réaction aux incendies et au pacage intensif : une espèce qui
rejette très bien suite à des incendies sauvages ou d’origine anthropogénique et au
pacage intensif d’animaux sauvages ou domestiques.

72
Toutefois, bien que les essences feuillues sempervirentes réagissent moins
bien que les essences résineuses aux sécheresses chaudes et froides (problèmes au
niveau du système circulatoire, mortalité cellulaire et perte de feuilles), elles
contribuent davantage à la conservation de l’humidité du sol.

Les écosystèmes ont développé des mécanismes d’adaptation afin de résister


au feu et aux nouvelles conditions environnementales qui surviennent pendant et
suite à un incendie. Néanmoins, si la période entre deux incendies consécutifs est
trop courte pour permettre la production de graines fertiles ou rétablir la banque de
graines du sol d’espèces ligneuses à reproduction sexuée obligatoire (par exemple,
Pinus spp., Ulex parviflorus, Cistus spp., Rosmarinus officinalis), la remise en état de
l’écosystème à l’état originel (pré-incendie) semble peu probable et les processus
d’auto-succession sont bouleversés (Valdecantos, 2008).

L’anticipation de la dynamique de la végétation après feu n’est pas un exercice


simple. Trois modèles proposés permettent de donner un diagnostic pour une
gestion écologique durable (tableau 7). La reconstitution d’un écosystème mature
après incendie dépend de la végétation considérée et peut se faire soit par semis en
une quarantaine d’années pour les pins, soit par rejet de souche en plus de 70 ans
pour les chênes. Dans ce dernier cas, les phénomènes mis en jeu lors d’un feu restent
complexes. La vitesse de reconstitution dépend de l’état des réserves carbonées dans
la souche après l’incendie, qui dépend, à son tour, de la date et de l’intensité de
celui-ci.

La prévision de risque d’incendie au niveau de la région méditerranéenne


(Giannakopoulos et al. 2005) a été approchée par « l’index foret-météo canadien
(IFM) », qui permet la projection des changements suivants (figures 23 et 24) :

 Deux à six semaines supplémentaires de risques d'incendie de forêts sont prévues


partout sauf en Provence, au sud de l’Italie, en Sardaigne, au nord de la Tunisie et
en Libye, où une semaine supplémentaire est prévue.

 En Égypte et sur la côte du Moyen-Orient, aucune aggravation des risques de feux


de forêts n’est anticipée.

 Un risque accru d’incendie de 6 à 7 semaines supplémentaires est prévu pour le


centre ouest de la péninsule ibérique, les montagnes de l’Atlas et les plateaux
d’Afrique du nord, où une fraction significative de cette augmentation sera
effectivement liée au risque extrême d’incendie de forêts.

73
Tableau 7 : Caractéristiques essentielles de trois grands modèles dynamiques
forestiers en région méditerranéenne (Barbéro et al., 1991)

Type de modèle Expansion Résistance Stabilisation

Pin d’Alep, Pin


Chêne vert,
Exemple d’espèce mésogéen, Pin Pignon, Chêne pubescent
Chêne liège
cèdre
Fertilité précoce Fertilité tardive Fertilité très tardive
(10-20 ans) (40-60 ans) (70-80 ans)
Biologie
Production de graines Production irrégulière et Production irrégulière et
importante faible faible

Indifférent au substrat et Sols évolués ou semi


Sols bruns forestiers
sol évolués
Ecologie Stress hydrique toléré
Stress hydrique toléré Stress hydrique toléré
1-2 mois
1-6 mois 1-6 mois

Dissémination Très forte (vent) Faible Faible

Compétition
Faible Forte Forte
interspécifique

Pré-forêt Pré-forêt Forêt


Croissance rapide Croissance lente Croissance assez rapide
Valeur forestière
Production de biomasse : Production de biomasse : Production de
grande faible biomasse : bonne

Inflammabilité Très élevé sauf le cèdre Elevée Faible

Combustibilité Elevée Elevée Faible

Régénération
Semis Rejet de souche Rejet de souche
après feu

Reconstitution 40-50 ans 70-80 ans 90-100 ans

 Une plus faible augmentation est prévue pour les régions côtières, dont le risque
extrême d’incendie ne variera presque pas, sauf pour la péninsule ibérique, le
Maroc, le nord de l’Italie et l’est de la côte adriatique.

 L’augmentation maximale du risque d’incendie se produira en juillet et en août,


particulièrement sur la portion centrale de la péninsule ibérique, au nord de l’Italie,
dans les Balkans et en Anatolie centrale.

 Hormis la période estivale, l’accroissement du risque d’incendie est prévu en mai


et en octobre pour le Maroc, la péninsule ibérique et l’Algérie.

74
.

Figure 23 : Augmentation du nombre de jours (en semaines) comportant un


risque (IFM : Index Forêt Météo) d’incendie (Giannakopoulos et al., 2005)

Figure 24 : Variations mensuelles de l’IFM (Index Forêt-Météo) moyen de mai à


octobre entre la période de référence (1961 à 90) et la période future (2030 à
2060) (Giannakopoulos et al., 2005).

75
4. Impacts observés du changement climatique sur les
écosystèmes forestiers au Maroc et projections futures
4.1. Conséquences du changement climatique antérieur sur les
écosystèmes au Maroc
Les études portant sur les impacts des périodes antérieures de changement
climatique sur la diversité biologique constituent l’une des sources de données les
plus sûres en termes de validation des conséquences écologiques et évolutives des
modèles de prévision des changements futurs (Petit et al., 2005). Les plantes sont
représentées en grand nombre au sein des vestiges paléolithiques et constituent
donc des données de haute valeur permettant l’analyse des évolutions climatiques
antérieures.

En raison du faible nombre de sites favorables (zones humides telles que des
lacs ou des tourbières) permettant la préservation de la matière organique durant
plusieurs millénaires, les études palynologiques au Maroc sont beaucoup moins
nombreuses qu'en Europe et souvent très partielles ou fragmentaires (Ballouche et
Damblon, 1988). Dans le contexte marocain, le cèdre de l’Atlas reste le cas le mieux
documenté du pays permettant un recul suffisant dans l’histoire du temps et des
écosystèmes. Les séquences sédimentaires les plus complètes et les mieux datées
sont celles prélevées dans les lacs de Tigalmamine (Lamb et al., 1995; Cheddadi et al.,
1998) et de Sidi Ali (Lamb et al., 1999), tous les deux situés dans le Moyen Atlas. Le
sondage dans le lac Tigalmamine a permis à la fois la reconstitution de l'évolution de
la végétation ainsi que le changement climatique durant les 10 derniers millénaires
(figure 25).

Figure 25 : Reconstitution des températures de janvier (courbe bleue) dans le site de


Tigalmamine (Moyen Atlas, Maroc) et pourcentages polliniques du cèdre (courbe verte) ;
(Cheddadi et al., 1998).

76
Les données palynologiques de ces deux séquences indiquent que durant
l'Holocène, les cédraies étaient plus étendues dans le moyen Atlas qu'actuellement.
Le cèdre est réapparu dans ces régions autour de 7.000 ans BP et son aire
géographique s'est progressivement étendue jusqu'à il y a 2.000 ans.

Les reconstitutions climatiques dans la région de Tigalmamine (figure 25)


montrent que la température du mois le plus froid (janvier) a oscillé avec une
amplitude de 3 à 5°C, et que les précipitations annuelles ont fluctué de 200 à 400
mm/an durant cette période. Cette étude suggère que l'expansion du cèdre de
l'Atlas après 7.000 ans BP a été possible grâce à la baisse des températures
hivernales en dessous d'un seuil d'environ 5°C ainsi qu'à une augmentation des
précipitations.

Le début de l'Holocène (entre 10.000 et 7.000 ans BP) a enregistré des


températures d'environ 2°C au dessus de ce seuil; ce qui semble avoir empêché
l'expansion du Cèdre. Ces fluctuations climatiques sont comparables à celles
projetées pour le siècle à venir avec la différence principale que le changement prévu
se produira dans une période approximativement 10 fois plus courte. Une
augmentation de 3 à 5°C des températures hivernales, pourrait remettre en cause
son maintien dans cette région.

Afin de mieux cerner les changements des aires de distribution du cèdre ainsi
que la présence d'éventuels refuges glaciaires et mieux évaluer sa réaction au
changement climatique, deux nouveaux sites situés à une centaine de kilomètres du
lac de Tigalmamine ont été étudiés ; il s’agit des lacs (ou dayets) d'Ifrah et d'Iffir
(figure 26).

Figure 26 : Localisation des sondages prélevés dans les lacs Dayet Ifrah et Dayet Iffir (Cheddadi
et al., 2001)

77
Les séquences prélevées dans le lac Iffir se sont révélées peu intéressantes car
la période de temps couverte n'atteint pas la dernière période glaciaire. Les données
palynologiques ne montrent pas de changements significatifs en termes de taxons
arborés (Quercus, Olea, Cedrus et Pinus) (figure 27).

Figure 27 : Diagramme pollinique synthétique issu du lac Iffir (Cheddadi et al.,


2001)

La base des sondages issus du lac Iffir n'est certainement pas plus ancienne
que 6000 ans environ; ce qui rend difficile l'exploitation de ces données en terme
d’évaluation paléoclimatique. Par contre, la séquence prélevée sur le bord du lac
Ifrah est plus intéressante car les ages 14C obtenus indiquent qu'elle couvre une
période supérieure à 20.000 ans en continu (figure 28).

L'étude palynologique de la séquence confirme que ce lac a enregistré la


dernière période glaciaire avec une végétation steppique à plus de 90% des plantes
composant le paysage autour du lac. Cette steppe est remplacée au fur et à mesure
par une végétation arborée vers le sommet de la carotte. Ces données indiquent
également que Cedrus atlantica était présent dans le Nord-est du Moyen Atlas avant
la période Holocène. Ses forts pourcentages en continue entre les dates 19430 +/-
100 et 16330 +/- 80 suggèrent la présence de populations importantes de cèdre
dans cette région.

78
Ces nouvelles données soutiennent fortement la présence de refuges
glaciaires dans le Moyen Atlas. La localisation d'une ou plusieurs aires refuges
dépendra du nombre de sites qui seront étudiés et datés par le 14C. L'identification
de refuges glaciaires pour le cèdre de l'Atlas constitue un résultat important vis-à-vis
de l’impact du changement climatique prévu.

Figure 28 : Reconstitution des températures de janvier (Courbe bleue), et expression de la


cédraie en pourcentage (courbe verte) par rapport aux autres espèces identifiées dans les
analyses palynologiques (Lac Ifrah, Moyen Atlas ;Cheddadi et al., 2001)

Une reconstitution climatique a été également effectuée à partir des données


palynologiques issues de la carotte prélevée dans le lac Ifrah. Ces données suggèrent
que la cédraie a réagi de façon extrêmement rapide à un refroidissement abrupt
d'environ 15°C, mais plutôt de façon tardive à un réchauffement de la même
amplitude.

L'identification de réaction de la forêt de cèdre à des événements climatiques


abrupts et de grande amplitude dans les enregistrements palynologiques est un
autre résultat important. Ces nouvelles données paléo-environnementales obtenues
montrent que le cèdre de l'Atlas a des capacités de réponse à des bouleversements
climatiques de grandes amplitudes. Cependant, ces données montrent qu'une
augmentation de température de 2 à 3°C, probablement hivernale, aurait un impact
fort sur la distribution actuelle du cèdre de l'Atlas.

79
Malgré les quelques nouveaux sites étudiés au Maroc, le référentiel de
données permettant des reconstitutions climatiques spatio-temporelles est encore
très insuffisant. La couverture spatiale nécessite un effort de collecte de nouvelles
données pour atteindre des reconstitutions climatiques plus fiables et une meilleure
connaissance de la relation « plante-climat ». L'étude d'autres sites dans les
montagnes du Rif (au nord du moyen Atlas, dans la région de Ketama) ainsi qu'à la
« jonction » du Moyen et du Haut Atlas (lac Tislit) prés d'Iseli, où les simulations
futures indiquent une très forte régression permettra une meilleure maîtrise des
incertitudes.

4.2. Tendances du changement climatique récent au Maroc

Les éléments du climat au Maroc présentent une grande variation


géographique; les moyennes annuelles des précipitations varient de moins de 25 mm
dans le Sahara jusqu’à près de 2.000 mm dans le Rif et le Moyen Atlas. La distribution
des zones climatiques à l’échelle territoriale (MATEUH, 2000) couvre 560.000 km² en
zone aride et saharienne (78%), 100.000 km² en zone semi- aride (14%), et 50.000
km² en zone subhumide et humide (7%). L’essentiel du pays est ainsi situé dans le
domaine aride caractérisé par un ensoleillement prolongé et de sévères sécheresses.
Les températures enregistrent des tendances excessives avec des vagues de gel de
courte durée, ainsi que des vagues de chaleur d’origine saharienne (jusqu’à 45°C). Le
climat est ainsi caractérisé par une forte irrégularité qui concerne aussi le problème
de début de la saison humide et celui de la précocité de la saison sèche; ce qui
détermine l’occurrence ou non de pluies de printemps.

Selon l’indice bioclimatique De Martonne, la répartition climatique se traduit, à


l’échelle nationale, par un climat semi-humide à semi aride dans le Nord du pays,
tandis que le Sud est plutôt aride à désertique. Les traits généraux du climat
marocain s’expriment par une variabilité temporelle et spatiale des précipitations
avec des cumuls moyens à faibles, des hivers relativement humides et des étés
chauds et secs (Driouech, 2009).

L’une des premières observations du changement climatique au Maroc se


traduit par une nouvelle configuration de la répartition des bioclimats au niveau du
territoire national entre les périodes 1961-1970 et 1991-2000 (figure 29).

80
a : Bioclimats 1961-1970 b :Bioclimats 1991-2000

Figure 29 : Changement récent des types de bioclimats du Maroc (Driouech,


2009)

La comparaison entre les cartes a et b de la figure 29 révèle une nette


extension de l’aire aride et semi-aride vers le nord et nord ouest du pays. Cette
progression de l’aridité est accompagnée d’une contraction de l’aire semi-humide et
humide déterminée selon l’indice d’aridité de De Martonne [I= P/(T+10)], (P:
précipitations moyennes annuelles et T°C: température moyenne annuelle).

Si la répartition bioclimatique du Maroc a changé durant les trois dernières


décennies, cela sous-entend que les paramètres climatiques (températures et
précipitations) à l’origine de l’indice de De Martonne ont subi des changements de
valeur. A ce titre, l’analyse tendancielle ci-après des observations récentes des
précipitations et des températures explique en partie ce changement dnas la
répartition des bioclimats au Maroc.

81
4.2.1. Evolution récente des précipitations et de la sécheresse

En termes d’évolution récente, les précipitations ont enregistré une tendance


générale à la baisse (figure 30) dans toutes les régions du Maroc. En plus du fait
qu’elles étaient de plus en plus rares, elles se sont caractérisées par des disparités
spatiales importantes et par de fortes fluctuations entre années de sécheresses,
parfois sévères, et années à forte pluviométrie.

Figure 30 : Précipitations moyennes cumulées sur la saison pluvieuse


entre 1955 et 2004 (Driouech, 2009).

Durant la période récente 1955-2004, le Maroc a connu 7 périodes de grande


sécheresse (figure 31), dont 5 après 1975. Le nombre de jours de pluie se limite à 50
jours sur une grande partie du pays. Ces deux tendances, rareté et irrégularité,
renseignent sur le caractère crucial de la question de l’eau au Maroc et expliquent la
très grande vulnérabilité de l’activité agricole et économique à la donne climatique.

82
Figure 31 : Durée maximale de sécheresse de 1955 à 2004
(Driouech, 2009).
(CDD : Nombre maximale consécutifs de sécheresse où RR < 1 mm)

4.2.2. Evolution récente des températures

Situé en contexte méditerranéen, le Maroc connaît aussi des températures


moyennes annuelles élevées, dépassant les 20°C dans le Sud et le long du littoral
(figure 32).

Figure 32 : Evolution des températures moyennes annuelles pour les stations


de Rabat et Tanger entre 1960 et 2004 (Driouech, 2009).

83
L’évolution récente durant les 50 dernières années, dans plusieurs stations
météorologiques nationales (figure 33), montre que les températures maximales
d’hiver, et minimales et maximales d’été, s’inscrivent plutôt dans une tendance à la
hausse, tandis que la température minimale d’hiver connaît une tendance à la baisse.

Figure 33 : Evolution récente des températures maximales et minimales


pour quelques stations de 1960 à 2000 (Hydraumet-PNUD, 2009)

Les tendances observées des températures (moyenne, maximale et minimale)


pour de nombreuses stations du pays sont identiques à celles des figures 32 et 33
présentées à titre d’exemples (Hydraumet-PNUD, 2009).

L’évolution et tendance observées pour quelques indices climatique est


également révélatrice de ce contexte. En effet, selon Driouech (2009), le nombre de
« Jours frais » affiche une nette tendance à la baisse à l’échelle nationale. Cette
baisse correspond à une diminution de l’ordre de 25 jours en 45 ans. En ce qui
concerne le nombre de « Jours chauds », les tendances observées sont positives,
mais relativement faibles et statistiquement non significatives. Parallèlement,
l’évolution des « vagues de froid » montre des tendances significatives à la baisse de
l’ordre de -0,25 jour/an (diminution de 11 jours en 45 ans), alors que les « vagues de
chaleur » expriment une tendance à la hausse de même ordre de grandeur que les
vagues de froid mais statistiquement non significatives.

84
En termes d’évolution générale, le Maroc aura connu une augmentation de sa
température moyenne d’environ 1°C, renseignant sur le phénomène global de
réchauffement. L’évolution des indices pluviométriques traduit une tendance vers
l’assèchement surtout en fin de saison pluvieuse. Au niveau global, l’ensemble des
observations concourrent à une migration du climat à caractère semi-aride vers le
nord (figure 29). La synthèse des tendances observées des paramètres climatiques au
Maroc est résumé par le tableau 8.

4.3. Projections futures du climat au Maroc


4.3.1. Projections des températures et des précipitations à court terme

L'étude des projections climatiques pour le Maroc corrobore les tendances au


réchauffement et à l'aridité du climat marocain. Entre 2000 et 2020, la première
communication nationale évalue le réchauffement de 0,6 °C à 1,1°C, et prévoit une
réduction des précipitations d’environ 4%. L'étude (Alibou, 2002) a été faite à partir
de l'état de référence climatique et en utilisant le modèle MAGICC/SCENGEN fourni
par le GIEC. La figure 34 offre un résumé schématique des scénarios et projections
climatiques appliqués au Maroc par Alibou (2002).

Figure 34 : Représentation schématique de la méthodologie du GIEC pour le


développement de scénarios climatiques (Alibou, 2002)6

6
SCENGEN : Scénario Generator; ou générateur de scenario. MAGICC : Model for the Assessment of Greenhouse
gas Induced Climate Change, ou modèle d’évaluation des gaz à effet de serre inducteurs de changement
climatique

85
Tableau 8 : Synthèse des tendances observées de changements des
paramètres climatiques au Maroc durant les 45 dernières années
(d’après Mokssit, 2009)

Paramètre climatique Tendances et variabilités

Changement du régime pluviométrique à l’échelle intra-annuelle :


 Légère augmentation des pluies du début de saison (Octobre-Novembre) ;
 Déclin de celles du cœur et de fin de saison (significatif) de près de -26%
Cumuls de
sur le Nord-Ouest du Royaume ;
précipitations
 Tendances à la baisse (significatives) des précipitations printanières de -
47% à l’échelle nationale.
 Déclin des pluies d’hiver dans les régions de l’intérieur du Maroc (non
significatif).
 Augmentation des cumuls de très fortes précipitations au début et au cœur
de la saison pluvieuse (faible en moyenne et non significative), et fortes
tendances à la hausse sur l’extrême Nord-Ouest et la zone d’Agadir (non
significatives).
Evènements extrêmes
 tendance à la baisse des cumuls dus aux fortes et très fortes précipitations
de précipitations
en Février-Mars-Avril (baisse significative et importante pour les fortes
précipitations).
 Sur la région Nord-Ouest, la baisse est de 38 mm en 45 ans. A l’échelle
nationale, la baisse est de 23 mm en 45 ans.
Allongement des périodes intra-annuelles de sécheresse et augmentation de leur
persistance temporelle :
Durée intra-annuelle de  +15 jours à l’échelle nationale, et +13 jours au Nord-Ouest (en 45
sécheresse ans) significatif en Février-Mars-Avril;
 tendances au raccourcissement (faibles et non significatives) en début de la
saison pluvieuse (Septembre -Octobre).
Augmentation de la température moyenne annuelle (significative) sur tout le
Température moyenne
Royaume de l’ordre de 0,16 °C par décennie
annuelle
 Tendances à la baisse (significatives) à l’échelle nationale de -0,246 jour/an
Vagues de chaleur et (diminution de 11 jours en 45 ans) ; et baisse des vagues de froid
vagues de froid (significative) pour le Nord-Ouest mais plus faible.
 Evolution à la hausse (mais non significative) des vagues de chaleur avec des
tendances de même ordre de grandeur que les vagues de froid.
 Nette diminution des totaux annuels de jours frais (à températures maximales
< 15°C), avec une tendance de -5 jours par décennie ;
Nombre annuel de jours
 Evolutions vers la hausse (faibles et non significatives) des jours chauds
chauds et de jours frais
(températures maximales > 35°C).
 L’évolution des indices thermiques confirme le réchauffement observé.

Sur la base du scénario moyen du GIEC (IS92a), avec une sensibilité moyenne
du climat et le maillage de SCENGEN, sept modèles de circulation générale (MCG)
ont été considérés pour les simulations climatiques à l’horizon 2020 (tableau 9). Les
simulations des changements des températures par les différents MCG présentent
une très grande homogénéité et affichent toujours le même ordre de grandeur
s'inscrivant dans la plage allant de +0,7°C à +1°C en moyenne avec une bonne
reproduction de l’effet de la latitude.

86
Les changements des précipitations par contre, présentent de grandes
disparités, tant qualitatives (sécheresse ou humidité) que quantitatives (amplitude du
changement). On rencontre ainsi des simulations donnant une tendance à l’humidité
et d’autres à la sécheresse. Cependant la plupart des modèles privilégient des
tendances à la sécheresse avec des plages de taux de réduction allant de -7% à 0%
dans la partie Nord du pays et de -7,5% à +2,8% dans la partie Sud.

Tableau 9 : Projections climatiques 2020 ; variations des moyennes de


température (T en °C) et des précipitations (P/P en %) ; (Alibou, 2002)

Température P/P
Zones Cadran Station
(°C) (%)
climatiques SCENGEN représentative
Plage Moy. Plage Moy.

Nord-Ouest NW Tanger, Tétouan 0,6 à 0,8 0,7 -2,8 à -5,4 -3,3

Oujda, 0,6 à 0,9 0,7 -1,8 à -5,5 -2,3


Oriental NE et E
Bouaarfa 0,8 à 1,1 0,9 -7 à 0 -4,2

Ouest NW et W Kénitra 0,6 à 1 0,8 -7 à 0,1 -3,8

Oum Er Rabia
W Marrakech 0,8 à 1 0,9 -7 à 0,1 -4,3
Tensif
Moyen,Haut Atlas W et E
Ifrane, Beni Mellal 0,8 à 1,1 0,9 -7 à 0 -4,3

W, SW et SE -7 à 0,1 -4,3
Tensift Draa Agadir 0,8 à 1 0,9
-11,7 à +2,8 -10
Ouarzazate, -7,5 à 0 -4,3
Sud-Est W, E et SE 0,8 à 1 1
Errachidia -11,7 à +2,8 -11
Nord : -8 à -1
Sud SW et S Laayounne, Dakhla 0,8 à 1,1 0,9 -
Sud : +1 à +4

Les résultats de ces projections à l'horizon 2020 pour le Maroc, se présentent


comme suit :

 Une tendance nette au réchauffement de l’ordre de 0,7°C et 1°C,

 Une tendance à la réduction moyenne du volume annuel des précipitations de


l’ordre de 4%,

Ces changements auraient un impact sur la fréquence et la distribution des


phénomènes climatiques extrêmes, notamment ceux liés au cycle hydrologique, à
savoir :

 Une fréquence accrue de l’intensité des orages dans le nord; une augmentation
de la fréquence et de l’intensité des sécheresses dans le sud et à l’est du pays ;

87
 Un dérèglement du signal saisonnier des précipitations (moins de jours de pluies
et une pluie moins persistante l’hiver), accompagné d’une diminution de
l’enneigement.

Cette évolution probable du climat entre 2000 et 2020 aurait également un


impact significatif sur le cycle de l’eau et sur la demande et la consommation en eau,
notamment pour l’agriculture et les forêts. Agoumi (2005) estime que le débit moyen
des eaux superficielles et souterraines baissera de 10 à 15% entre 2000 et 2020.

4.3.2. Projections des températures et des précipitations à moyen et long


termes

Les scénarios et projections climatiques appliquées par la DMN au Maroc pour le


moyen et long terme comprennent quatre groupes A, B, C et D avec des variantes
(Driouech, 2009) :

 A1 et A2: continuité de la situation des dernières décennies avec des émissions de


CO2 qui continuent à croître :

 A1: émissions en croissance extrême de 2%, doublement du CO2 vers 2045 ;

 A2: croissance réduite à 1% par an, doublement atteint vers 2065


(actuellement le plus vraisemblable) ;

 B : stabilisation des émissions aux taux de 1990, (recommandé par les


climatologues), doublement retardé d'au moins un siècle ;

 C1 et C2: diminution des émissions respectivement de 1% et de 2% par an ;

 D : Arrêt total des émissions ; montre qu'il faudrait déjà, même dans ce cas,
plusieurs siècles pour que le taux de CO2 revienne à sa valeur d'avant la révolution
industrielle (valeur scientifique uniquement).

Les prévisions de changements pour les températures et les précipitations


varient selon les scénarios de simulations, les saisons et l’échéance de projection
comme le montrent les figures pour les scénarios A2, A1B et B2 à l’encadré 10. Les
prévisions climatiques (Moksssit, 2009) concordent globalement avec celles du GIEC
pour la fin du siècle (encadré 9).

88
Encadré 9 - Projections futures (GIEC) du changement climatique au Maroc
(Mokssit, 2009)

Selon le quatrième rapport du GIEC, les principaux changements projetés pour la fin du
siècle au Maroc sont les suivants :

 L’augmentation de la température moyenne au Maroc variera entre +2,5 °C et +5,5


°C. Elle sera plus marquée durant l’été.

 L’augmentation des températures maximales et de la fréquence des vagues chaudes.

 La diminution de nombres de jours frais et de jours de gel.

 Selon le modèle utilisé, le changement dans les précipitations d’hiver au Maroc


variera entre -0,1 mm/jour et +0,25 mm/jour ; celui de l’été entre -0,1 mm/jour et
+0,75 mm/jour, induisant en moyenne une diminution de 20%.

 La tendance vers la diminution de l’humidité du sol.

 Certains modèles projettent l’augmentation de la probabilité des jours secs et des


jours successifs sans pluie. Là où la moyenne des précipitations décroît, la probabilité
de sécheresse croit de façon marquée.

 Les sécheresses deviendront plus longues et plus sévères.

Tendances du changement projeté pour les températures

La figure 35 présente la répartition spatiale des changements de température


moyenne estivale projetés à l’horizon 2050 selon le scénario A2 au moyen du modèle
ARPEGE-Climat (Mokssit, 2009).

Les augmentations sont plus faible sur le nord du pays (+0 à 3°C), et
s’accentuent (+4 à +5°C) vers l’intérieur et le nord sur le Rif, et vers l’est sur la région
orientale en passant par les reliefs des Atlas.

Tendances du changement projeté pour les précipitations

Comme pour les projections à court terme, les précipitations à moyen et long
terme, tendraient vers une diminution des volumes annuels tout en marquant une
concentration dans le temps (Encadré 10). Cette situation expliquerait la fréquence
de plus en plus élevée des inondations et des sécheresses qui affectent le pays ces
deux dernières décennies.

89
C’est dans le nord du pays que les changements seront les plus conséquents
(figure 36). En effet, des taux de réduction entre -12 et -15% des pluies sont prévus
pour les précipitations d’hiver, alors que les réductions les plus fortes (entre -12% à -
75% pour le scénario A2) sont attendues durant le printemps.

D’une façon générale, compte tenu des diverses projections, le climat du


Maroc apparaît plus aride et chaud avec plus de contrastes régionaux : climat aride
et diversifié, précipitations erratiques, et des anomalies thermiques en constante
évolution. Le tableau 10 ci-après restitue la synthèse des projections futures du
changement climatique attendues au Maroc.

Figure 35 : Changements projetés pour les températures moyennes estivales


(T°C),( Scénario A2, modèle ARPEGE-climat (Mokssit, 2009)

90
Hiver Printemps

Figure 36 : Changements projetés pour les cumuls pluviométriques d’hiver et de


printemps (Scénario A2 ; ARPEGE-Climat, Mokssit, 2009 )

91
Encadré 10 - Changements des températures moyennes et des précipitations
moyennes saisonnières (Hydraumet-PNUD, 2009)

----------------------

92
Tableau 10 : Synthèse des projections futures du changement climatique au
Maroc (modèle Arpège-Climat, Scénario A2), d’après (Mokssit, 2009)

Paramètre
Projections futures
climatique
Réchauffement de l’ordre de 2 à 6°C des températures moyennes estivales avec un
gradient Est-Ouest bien prononcé en été :

 augmentations de l’ordre de 2 à 3°C sur la côte atlantique, atteignant 6°C en se


Températures déplaçant vers l’intérieur du pays.
moyennes estivales
 réchauffement en hiver variant entre 3 et 5°C avec une répartition spatiale moins
contrastée.

 augmentations des températures maximales de 2 à 6°C et des minimales de 2 à 5°C.


 Diminution des précipitations plus marquée au printemps qu’en hiver.
Précipitations
 Tendance vers l’assèchement probablement associée à une baisse du contenu en
moyennes
eau du sol (impacts négatifs sur les ressources hydriques et la végétation).

 Augmentation importante du nombre de vagues de chaleur estivale.


Phénomènes
 Allongement des périodes intra-annuelles de sécheresse, et donc une augmentation
extrêmes
de sa persistance temporelle, plus marquée au printemps que durant le reste de la
saison pluvieuse.

L’importance de l’ensemble des projections climatiques pour les écosystèmes


forestiers apparaît à travers la coincidence des fortes températures et de la réduction
des pluies qui s’exprime notamment par des taux élevés d’évapotranspiration
susceptible de provoquer la sécheresse en particulier de type édaphique (Chap.2,
Section 2.3).

L’exemple des différences prévisibles de températures entre zones agro


écologiques (figure 37) illustre parfaitement les différences régionales et leurs
impacts potentiels pour l’agriculture par exemple. Ainsi, un réchauffement voisin de
3°C d’ici à 2080 atteindrait 5°C dans les zones agro-écologiques classées
défavorables « DEF » .

Le maintien dans le temps de cette combinaison favorise l’installation d’une


aridité croissante surtout lorsque le rapport ETP/ETR (évapotranspiration potentielle
et réelle) devient voisin de zéro. L’augmentation de l’aridité à la station de la région
de Settat en fournit un exemple concret (figure 38).

93
Figure 37: Changement dans les températures moyennes annuelles par
zone agroécologique selon le scénario A2 (Gommes et Balaghi, 2008)

Figure 38 : Exemple de profils de pluies et ETP pour la station de Settat


(Hydaumet-PNUD, 2009)

94
La tendance du climat du Maroc à l’assèchement en dépit de ce
réchauffement est certainement accompagnée d’une réduction du contenu du sol
en eau et donc d’un déficit dans les ressources hydriques (Mokssit, 2009). Cette
situation expliquerait les conditions de plus en plus sèches pour les écosystèmes
forestiers au Maroc.

4.4. Conséquences du changement climatique récent au Maroc : cas


du cèdre de l’Atlas

4.4.1. Le dépérissement du cèdre de l’Atlas : phénomène révélateur

L’apparition massive des dépérissements des forêts de cèdre date de l’été


2001 pour les forêts du Moyen Atlas (Photo 1). Les premiers travaux sur le
dépérissement du cèdre au Moyen Atlas (Et-tobi, 2006a, 2007a, 2007b, 2007c, 2008;
Derrak et al., 2008 ; Et-tobi et al., 2009) ont permis d’évaluer l’importance du
phénomène (tableau 11, figure 39).

L’importance du phénomène apparaît nettement à travers les 40% de surface


atteinte de dépérissement et de mortalité. L’intensité est néanmoins différenciée
d’un massif à l’autre : très importante pour la cédraie de Senoual (49%) et Aghbalou
Laarbi (62%), entre 31 et 33% pour les cédraies de Bekrit et Azrou, et relativement
faible pour la cédraie de Jbel Aoua Sud (17,47%). L’importance et la répartition
aléatoire du dépérissement laissent penser à des causes plutôt physiques liées à des
modifications climatiques.

Tableau 11 : Importance des dépérissements du cèdre dans le moyen Atlas


(Et-tobi, 2007)

%
Surface % Surface atteinte de
Surface Surface de
Forêt de cèdre de mortalité et/ou de
totale (ha) prospectée cédraie
(ha) Cédraie dépérissement
affectée
Aghbalou
30275 15201 5338 35,12 3322 62,23
Laarbi
Senoual 5923 4874 3891 79,83 1892 48,63
Bekrit 10346 10346 6767 65,41 2272 33,57
Azrou 17806 13763 8679 63,06 2700 31,11
Jbel Oua
7865 7865 1740 22,12 304 17,47
Sud

Total 72215 52049 26415 50,75 10490 39,71

95
Figure 39 : Importance de l’étendue du dépérissement observé
pour les principales cédraies du Moyen Atlas (Et-tobi, 2007)

Photo 1 : Jeune cédraie en situation de dépérissement,


Forêt d’Ait Youssi Lamekla

96
Photo 2 : Peuplement de cèdre de l’Atlas en cours de mortalité
généralisée dans la forêt d’Azrou (Moyen Atlas).

4.4.2. Observations récentes du changement climatique dans le Moyen Atlas


marocain

Dans le cadre de la Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR « Appui à la mise en


œuvre du Programme forestier national - Etude des causes de dépérissement de la
cédraie du Moyen Atlas », des analyses bioclimatiques et dendrochronologoques
(Mokrim, 2008) ont été réalisées en vue d’appréhender la problématique du
dépérissement du cèdre. L’accent est mis sur les évolutions et les tendances des
paramètres climatiques, du bilan hydrique et du bilan de la croissance chez le cèdre.

L’analyse des températures montre, de manière générale, une tendance légère


à l’augmentation des températures moyennes, minimales et maximales de l’ordre de
0,5°C pour la période 1981-2006 (Figure 40).

97
Figure 40 : Evolution de la température minimale, moyenne et maximale à
Ifrane (altitude 1600m; période 1981-2006)

La pluviométrie annuelle, à Ifrane (Figure 41), a enregistré une baisse de 24,2


% entre les périodes (1930-1980) et (1981-2006). La fréquence des années
déficitaires en pluie est passée de 59 à 77 % entre ces deux périodes. La tendance à
la baisse des précipitations neigeuses (Figure 42) est relativement plus marquée que
celle de la pluviométrie. Les précipitations comme la neige semblent tendre vers une
concentration au cours de la saison d’hiver et vers une baisse durant le printemps.

L’évolution inter-annuelle du bilan hydrique, pour la période considérée (1981


et 2006), montre que ce bilan est largement déficitaire pour la période estivale. La
dynamique de l’eau dans le sol, appréciée à travers les prélèvements au niveau de la
réserve hydrique des sols ou des dayas, durant les 26 dernières années, est de l’ordre
de 6344 mm pour Azrou et de 5486 mm pour Hachlaf. En d’autres termes, le
niveau des dayas dans la zone des deux stations (Daya Hachlaf, Daya Ifrah…) aurait
baissé d’au moins 5,5 m à 6,3 m.

Les résultats et enseignements de l’analyse bioclimatique et


dendrochronologique sont résumés ci-après :

 cinq épisodes de sécheresse sur les douze, qu’a connu le siècle dernier au Maroc,
ont eu lieu durant la période 1982 et 1996;

 tendance à l’augmentation des températures moyennes de 0.5°C, durant la


période 1981-2006;

98
 baisse de précipitations de 24% entre les périodes (1930 - 1980) et (1981- 2006);

 fréquence des années sèches de 59 à 77% entre (1930 - 1980) et (1981- 2006);

 tendance à la baisse de la neige plus marquée depuis les années 80;

 concentration des précipitations en hiver et baisse au printemps ;

Figure 41 : Evolutions des précipitations annuelles à Ifrane ( altitude 1600 m;


période 1970- 2006), et Azrou (altitude 1200 m; période 1973-2003)

Figure 42 : Evolution des précipitations neigeuses en (cm) à Ifrane (1958-2006)

99
4.4.3. Conséquences observées sur la croissance du cèdre au Moyen Atlas

Les résultats de l’analyse bioclimatique et dendrochronologique (Mokrim,


2008) ont permis de retracer l’évolution de la croissance du cèdre depuis 1940 en
parallèle à l’évolution des paramètres bioclimatiques dans les cédraies dépérissantes
du Moyen Atlas. Cette évolution conjointe se traduit par une concordance des
chronologies d’épaisseurs de cernes et des variations dans les paramètres
climatiques (bilan hydrique), mais aussi avec les classes de dépérissement ou le
degré de stress des arbres (figure 43).

Figure 43 : Impact sur la croissance du cèdre au Moyen Atlas (Mokrim, 2008)


Evolution comparée de la largeur du cerne dans de cèdres sains et dépérissants

L’impact de ces changements dans les paramètres du climat s’est traduit par
une perte de la vigueur de croissance du cèdre de l’ordre de 30% . Cette perte de
vigueur mesurée sur le cerne moyen est passé de 2,01 mm pour la période 1940 –
2006, à 1,40 mm pour la période 1976 – 2006.

En conclusion, la tendance des précipitations pluvieuses et surtout neigeuses


vers la baisse en valeur absolue et vers une concentration dans le temps,
l’augmentation de la température et son impact sur le bilan hydrique et la réduction
de la durée de la saison de croissance contribueront à limiter l’activité de croissance
chez le cèdre. La persistance et l’amplification de cette limitation constituent des
facteurs d’autant plus prédisposant au phénomène du dépérissement que les
conditions de station sont moins favorables.

100
De plus amples détails sur le dépérissement du cèdre de l’Atlas sont fournis
par l’ensemble des rapports de l’étude des causes du dépérissement du cèdre de
l’Atlas (Projet FAO/MOR/028/HCEFLCD- Maroc), et les travaux de Et-tobi, 2006, 2007
et 2008; Derrak et al., 2008, Mhirit et al., 2008.

4.5. Impacts potentiels du changement climatique futur sur les écosystèmes


forestiers

4.5.1 Caractérisation des conditions bioclimatiques futures des essences


forestières

Les hypothèses, théories et méthodes de prévision et de simulation de


l’impact du changement climatique applicables aux écosystèmes forestiers ont été
décrits dans le chapitre 3. L’ensemble de ces méthodes est soumis à une triple
contrainte : la disponibilité des données pertinentes de base, nécessaires à
l’application de l’une ou l’autre des approches, les données sur les seuils de tolérance
climatique des espèces forestières à une résolution régionale, et le temps imparti à
l’accomplissement des analyses. Dans ce contexte ; l’appréhension des simulations
pour l’ensemble des espèces forestières du Maroc n’est pas techniquement réalisable
compte tenu de l’objectif essentiel et des délais du cadre de la présent étude.

Néanmoins, deux démarches ont été développées pour palier cette contrainte.
La première se base sur la comparaison des projections climatiques futures au
tempérament des principales essences selon les facteurs températures et
précipitations en exploitant la théorie du « mouvement des écosystèmes » (Chap.3).
L’objectif consiste à évaluer l’impact sur l’aire de distribution, le déplacement
altitudinal et l’étagement des écosystèmes à cèdre de l’Atlas. La seconde approche,
de type prospective a trait à un essai de simulation de l’aire potentielle future du
cèdre de l’Atlas à travers la modélisation du nombre de saison de végétation et la
durée de la période moyenne de croissance du cèdre de l’Atlas.

A ce titre, les précipitations, les températures et leurs variabilités, constituent


dans nos climats les paramètres climatiques les plus importants de la distribution des
espèces et de leur croissance (Mhirit, 1982, 1994, 1999). Fait naturel, la répartition et
la croissance (potentiel de production) des essences forestières au Maroc ne sont pas
géographiquement uniformes. Celles-ci varient considérablement en raison non
seulement des critères bioclimatiques, mais aussi orographique, lithologique et
anthropique (Chap.1).

101
Dans ce contexte, les perspectives inhérentes à l’impact des projections
climatiques sur les essences forestières peuvent être appréhendées selon la
méthodologie spécifique développée à cet égard (figure 44). Cette approche a pour
objectif la détermination des valeurs projetées des paramètres du climat futur, et de
les comparer aux valeurs qui déterminent le tempérament bioclimatique actuel des
essences forestières considérées (figures 3 et 4, Chap.1).

A ce titre, des multiples combinaisons des facteurs géographiques et


bioclimatiques, entre autres topoclimatiques, résulte la cartographie actuelle des
principaux écosystèmes forestiers (carte 4 de la figure 44) que nous avons dressée
sur la base des cartes pré-existantes. Or, à l’échelle territorial, les bioclimats et leurs
variantes sont également assujettis à cette répartition géographique. La démarche
suivie passe ainsi par une cartographie parallèle des projections climatiques
(Driouech, 2009) attendues sur l’ensemble du pays.

102
Figure 44 : Démarche de mise en évidence de l’impact des projections
climatiques sur les principaux écosystèmes forestiers au Maroc
(Dressé par Mhirit et Et-tobi, 2009).

103
La superposition des cartes (figure 44) des projections climatiques des
températures moyennes (carte 1) et celles des précipitations (carte 2) permet de
dresser une typologie des zones homogènes des projections termo-
pluviométrique pour 2050 à l’échelle de l’ensemble du territoire national (carte 3
de la figure 44).

La superposition de ce document graphique à la carte de répartition des


principaux écosystèmes forestiers du Maroc permet la détermination des projections
thermiques et pluviométriques relatives aux écosystèmes forestiers à l’échelle des
grands massifs dans chaque zone géographique (carte 5 de la figure 44).

La lecture de la carte 5 permet de dresser la matrice « Projections


climatiques x Espèce x Zone géographique » dont la synthèse est réstituée par le
tableau 12.

Tableau 12 : Projections par zone géographique des changements de


température et de précipitations pour les principales essences forestières à
l’horizon 2050 (Scénario A2)

Augmentation de Tmax, et
Cèdre Chêne vert Chêne liège
réduction des pluies
Région géographique +T°C -Pr (%) +T°C -Pr (%) +T°C -Pr (%)
Occidental +3 -20 - - +3 -20
Rif Central +4 -50 +3 -50 +4 -50
Oriental +4 -20 +3 -20 +4 -20
Oriental +5 -20 à -50 +5 -20 - -
Moyen Atlas
Central +5 -50 +5 -50 - -
Haut Atlas Oriental +5 -20 +5 -20 à -50 - -
Anti Atlas - - - +4 -20 - -
Maâmora - - - - - +3 -20
Meseta côtière - - - - - +3 -10
Plateau central - - - - - +4 -20 à -50

(+T°C) : Augmentation de température, (-Pr(%)) : Taux de réduction des précipitations

A ce niveau, les données du tableau 12 expriment les niveaux de changements


susceptibles d’affeter les caractéristiques bioclimatiques auxquelles seraient
probablement exposées les principales essences économiques du pays (Cèdre de
l’Atlas, Chêne vert et Chêne liège), et qui conditionneraient leur répartition, leur
croissance et leur développement.

104
Les valeurs seuils du tempérament des principales essences forestières en
fonction des températures et des précipitations ne sont pas encore établies pour
l’ensemble des régions géographiques du pays; cette contrainte rend difficile les
prévisions de l’impact climatique à une résolution régionale.

Dans le cas du chêne vert, par exemple, les réductions projetées (tableau 12)
dans les précipitations appliquées aux valeurs seuils de pluie actuelle (384 - 1462
mm/an) seront de nature à provoquer une contraction de l’aire de distribution du
chêne qui serait :

 très importante dans le Rif central, le Moyen Atlas central et certains versants du
Haut Atlas oriental puisque la tranche de pluie ne serait plus que de 192-731
mm/an (réduction de 50% des précipitations).

 relativement moins grave dans le reste de l’aire d’existence du chêne vert puique
la tranche de pluie projetée varierait entre 345 et 1170 mm/an correspondant à
une réduction plus faible de 20% des précipitations.

Dans les deux cas de figures, ce sont d’abord les aires marginales de
distribution qui subiraient les premiers impacts. Cependant, dans le cas des fortes
réductions (-50%), l’impact du changement climatique affecterait (par contraction)
l’aire de distribution du chêne vert même dans les zones actuellement les plus
favorables (plus humides) du pays.

Pour le chêne liège qui est une essence réputée plastique sur le plan
écologique, les variations projetées de température de précipitations ne manqueront
pas d’affecter certaines portions de son aire de distribution actuelle. En effet, les
précipitations actuelles (441 – 1709 mm/an) seront réduites à des tranches de :

 220 - 854 mm/an dans le Rif central et certaines localités du plateau central ;

 352 - 1367 mm/an dans le Rif occidental et oriental et dans la Maamora.

Les subéraies de montagne et de plaine sont ainsi menacées d’une réduction


plus ou importante de leur contour actuel de répartition ; une fragmentation de l’aire
est pratiquement certaine dans les deux cas de figures.

Ce raisonnement reste applicable aux autres essences forestières marocaines ;


le changement climatique devrait affecter les zones marginales en premier lieu et
s’étendre progressivement vers les massifs représentatifs. L’encadré 11 fournit un
bref aperçu sur les modifications attendues dans les quantités de pluie pour des
essences forestières représentant dans de nombreuses situations, les espèces
mélangées au cèdre, chêne vert et chêne liège.

105
Encadré 11 - Projections des changements dans la tranche pluviométrique de certaines
essences forestières formant massif ou accompagnant les essences principales.

Tranche Tranche pluviométrique projetée


Essences forestières pluviométrique pour 2050 mm/a
actuelle (mm/an) ( - 50%) ( - 20%)

Genévrier rouge 186-410 93-205 148-328


Thuya 350-627 175-313 280-501
Oléastre et lentisque 305-1338 152-669 244-1070
Jujubier et bétoum 190-409 95-204 152-327

Arganier 212-350 106-175 169-280

Ces modifications projetées des précipitations sont variables selon la zone géographique de
répartition de chaque espèce forestière, mais elles montrent notamment le manque d’eau qui
affecterait probablement tout développement normal de la végétation forestière.

Par ailleurs, en plus des réductions attendues dans les quantités de pluie, les
projections des augmentations de température vont parallèlement exacerber
l’évapotranspiration et engendrer des phénomènes de sécheresse édaphique
(chap.3), et réduire par conséquent la saison de végétation ; de ce fait, moins de jours
favorables seraient disponibles pour la croissance normale des arbres forestiers et de
l’ensemble de la végétation de manière générale.

Ces modifications du climat (précipitation et température) sont ainsi de


nature à influencer l’aire de répartition, les limites altitudinales, mais aussi la
composition et la structure des peuplements en agissant sur la physiologie des
arbres et de la végétation associée. L’augmentation de température et la réduction
des pluies projetées devraient intensifier l’évapotranspiration et accroitre ainsi
l’aridité. Ces effets engendreraient progressivement une réduction de la croissance
pouvant conduire à plus ou moins brève échéance à des dépérissements, voire des
mortalités progressives et plus ou moins massives pour les écosystèmes forestiers.

Dans le cas du cèdre de l’Atlas , la disponibilité de l’information sur les seuils


de tolérance climatique et de celles des projections climatiques futures (tableau 13),
l’existence d’une riche documentation scientifique pour le cèdre de l’Atlas (encadrés
12 et 13), la réponse antérieure et récente des cédraies au changement climatique
(Chap.4, Sections 4.1, 4.4), sont autant de raisons qui suggèrent sa prise en compte
comme « écosystème modèle » pour nos essais de prévision des impacts futurs du
changement climatique sur les écosystèmes forestiers.

106
Tableau 13 : Valeurs actuelles et projetées des précipitations moyennes et des
températures estivales pour l’aire de répartition du cèdre de l’Atlas

Précipitations et températures Précipitations et températures


actuelles projetées (2050)
Régions Précipitations Températures Précipitations Températures
phytogéographiques annuelles maximales annuelles maximalesmoyennes
moyennes moyennes pour 2050 (Tmax, en°C) pour
(mm) (Tmax, en°C) (mm) 2050
Rif occidental 1588,0 26,20 1270,5 29,20
Rif central 1482,0 26,25 741,5 30,25
Rif oriental 960,0 25,60 768,0 29,60
Moyen Atlas central 968,5 29,25 386,0 34,25
Moyen Atlas oriental 771,0 27,60 629,5 32,60
Haut Atlas oriental 649,0 26,40 519,0 31,40

Sur la base des données existantes et dans le cadre d’un éclairage prospectif,
les paragraphes qui suivent présentent une analyse des impacts du changement
climatique sur la répartition altitudinale et l’étagement du cèdre de l’Atlas, les effets
sur la saison de végétation et la période moyenne de croissance, et esquissent une
simulation de son aire potentielle de distribution future.

107
Encadré 12 - Grands traits écologiques et phytogéographiques du cèdre de l’Atlas

Le cèdre de l'Atlas (Cedrus atlantica Man.), espèce montagnarde, forme spontanément sept blocs
distincts dans les montagnes de l'Afrique du Nord (voir figure ci-après), dont quatre dans les
montagnes marocaines (130 000 ha) et trois dans les montagnes algériennes (40 000 ha). Au
Maroc, on retrouve (Mhirit, 1982, 1994, 1999) :

Les cédraies du Rif couvrent une superficie de l'ordre de 15 000 ha, où le cèdre se développe à
partir de 1.500 m sur calcaire en mélange avec le sapin du Maroc et sur des substrats quartzeux-
schisteux de la nappe de Kétama ou des substrats gréseux de la nappe de Tiziréne.

La cédraie du Tazekka s’étend sur une superficie de l'ordre de 850 ha ; le cèdre s’y développe sur
schistes primaires non calcaires et présente beaucoup d'affinités avec les cédraies du Rif.

Les cédraies du Moyen-Atlas central constituent l'ensemble le plus important du cèdre de l'Atlas,
d'une superficie de l'ordre de 120.000 ha sur substrat calcaire ou dolomitique du Lias et du
Jurassique. Deux groupes se distinguent par leur structure morphologique et phytoécologique : le
groupe du Causse moyen atlasique tabulaire au nord et le groupe du Moyen-Atlas plissé au sud
constitué par des reliefs plus individualisés (Emberger, 1939 ; Pujos, 1966; Achhal et al.,1980).

Les cédraies du Moyen-Atlas Oriental (23.000 ha) sont individualisées en petits îlots dans les
massifs du Bou Iblane, de Taffert et de Tamtroucht au Nord et dans les massifs de Bou Naceur au
sud sur substrat dolomitique ou marno-calcaire du Toarcien-Aalenien (Peyre, 1979 ; Ziat, 1986).

Le cèdre de l’Atlas occupe essentiellement les variantes fraiches à extrêmement froides des étages
bioclimatiques perhumide, humide et subhumide selon la classification d’Emberg. La valeur du
quotient pluviothermique (Q) varie de 50 à 330 alors que la température moyenne minimale du
mois le plus froid varie entre -9°C et -1°C. La forêt de cèdre apparaît de façon assez schématique à
partir de 1500 m (individus) dans le Rif, de 1600 m dans le Moyen Atlas et de 1700 m dans le
Haut Atlas oriental. La limite supérieure du cèdre varie également en fonction des stations ; il
atteint le sommet de Jbel Tidighine (2440 m) dans le Rif ; dans le Moyen Atlas, des individus isolés
sur le revers sud du Bou Iblane ont été observés jusque 2600 m et il atteint des altitudes analogues
dans le Haut Atlas oriental. Dans cet éventail, le cèdre constitue sur les Atlas marocains des
groupements végétaux variés dont la distinction entre cédraie atlantique ou océanique et cédraie
continentale répond à des réalités phyto-écologiques. A ce titre, le cèdre de l’Atlas au Maroc
(Mhirit, 1999; Benabid et Fennane, 1999), individualise 3 types de séries de végétation :

 celles du supra-méditerranéen, infiltrées par des chênes sclérophylles ou caducifoliés ;


 celles du montagnard méditerranéen inférieur, généralement pures et denses ou mélangées
aux chênaies vertes ;
 celles du montagnard méditerranéen supérieur, clairsemées et infiltrées d’espèces de pelouses
écorchées ou de genévriers.

Ces modifications projetées des précipitations


108 sont variables selon la zone géographique
de répartition de chaque espèce forestière, mais elles montrent notamment le manque
d’eau qui affecterait probablement tout développement normal de la végétation
4.5.2. Impact sur la répartition du cèdre de l’Atlas

Les changements dans la répartition altitudinale de la végétation figure parmi


les impacts directs du changement climatique. En effet, une augmentation de
température provoque un accroissement de l'évapotranspiration climatique « ETP »
(Chap.3). L’impact d’une hausse de température sur l’ETP met en évidence des
modifications possibles dans les limites géographiques de la végétation. Ceci
provoquerait à plus ou moins long terme une contraction des zones de végétation
concernées à cause de l’aridité croissante générée. En montagne, la contraction de
l’aire de distribution peut se traduire par un déplacement altitudinal (migration) des
espèces à la recherche de conditions plus favorables. L’augmentation de température
contribue directement à ces déplacements à raison, en général, de 100 m par
augmentation de 0,55°C (Hoff et Rambal, 2000).

Pour appréhender l’impact potentiel du changement climatique sur les limites


altitudinales des cédraies marocaines (Encadré 12), cette règle biogéographique
conceptuelle (hypothèse) est mise à contribution conformément aux valeurs de
températures projetées pour 2050 du tableau 13.

Les modifications attendues (à partir des limites altitudinales inférieures)


dans la répartition altitudinale des cédraies marocaines varient de 545 à 909 m selon
la zone géographique (tableau 14).

Tableau 14 : Impact potentiel de l’augmentation de température sur les limites


altitudinales du cèdre au Maroc

Variation Tranche
Amplitude Augmentation Limite
d’altitude altitudinale
Zone Altitudes altitudinale projetée de altitudinale
(m) en (m) restante
géographique actuelles actuelle (m) température inférieure
2050 en 2050
(I) (°C) en 2050
( II ) ( I ) - ( II )
1400 à
Rif occidental 900 +3 545 1945 355
2300
1500 à
Rif central 900 +4 727 2227 173
2400
1700 à
Rif oriental 500 +4 727 2427
2200 Contraction
Moyen Atlas 1500 à de l’aire
500 +5 909 2409
central 2000 et/ou
Moyen Atlas 1800 à disparition
200 +5 909 2709
oriental 2000 probable du
Haut Atlas 1800 à cèdre
600 +5 909 2709
oriental 2400

109
Conformément à l’hypothèse utilisée et aux augmentations projetées de
températures, le Cèdre de l’Atlas semble être menacé d’extinction dans le Moyen
Atlas oriental et le Haut Atlas à l’horizon 2050. Les taux inférieurs d’augmentation de
température prévus pour le Rif et des écarts d’altitude plus importants donneraient
probablement plus de chance de maintien pour les cédraies notamment sur la façade
occidentale et au niveau du Rif central. Dans ce contexte, l’essentiel du cèdre de
l’Atlas devrait rester concentré dans le Rif entre 1.945 et 2.300 m d’altitude sur la
portion occidentale ; et entre 2.227 à 2.400 m dans la partie centrale.

Cependant, l’utilisation des limites altitudinales inférieures et de la règle


biogéographique conceptuelle (qui par ailleurs suppose l’entrée en jeu de la théorie
du « mouvement des écosystèmes ») demeure une approche trop simpliste. Elle
ignore les différences de tolérance climatiques des diverses espèces constituant un
étage de végétation donné. Par ailleurs, cette approche donne l’illusion d’une
disparition totale de la végétation dans l’aire considérée, ce qui est évidement loin de
simulation raisonnable. Une modification de la composition en espèces et de la
structure des peuplements serait plus soutenable comme impact à prévoir (Chap.3).

Afin d’illustrer ces propos, l’étagement de la végétation est appréhendé à


travers trois exemples pris parmi les écosystèmes au Maroc moyennant une
hypothèse de déplacement de 500 m en altitude pour un accroissement de
température de 3°C traduisant un scénario « moyen » de simulation qui suppose le
même changement climatique pour les trois cas. Les exemples retenus (figures 45, 46
et 47) représentent des transects de la végétation de montagne caractérisant la
répartition altitudinale des étages de végétation (Benabid et Fennane, 1994) parmi
lesquels figure le cèdre de l’Atlas, à savoir : un transect dans le Rif sur Jbel Tizirène
qui culmine à 2.100 m d’altitude, un transect dans le Moyen Atlas oriental sur Jble
Bou Iblane (3.172 m), et un transect dans le Haut Atlas sur Jbel Ayachi (3173 m).

Les amplitudes altitudinales des étages à cèdre, notamment le supra-


méditerranéen et le montagnard méditerranéen, pouvant résulter de ces hypothèses
figurent dans le tableau 15.

110
Tableau 15 : Simulation des limites altitudinales des étages de végétation du
cèdre à l’horizon 2020 et 2100

Supraméditerranéen Montagnard méditerranéen


Etage de végétation
du cèdre par zone Moyen Haut Moyen Haut
Rif Rif
Atlas Atlas Atlas Atlas
1400- 1800- 2000- 2200-
Limites altitudinales actuelles 1600-2000 1800-2200
1800 2300 2500 2700
Limites vers 2100 : (500m / 3°C) - - - - - -

Limite supérieure des forêts 2400 2600 2800 2400 2600 2800

Si l’hypothèse géographique envisagée se concrétisait, le cèdre de l’Atlas


serait menacé d’extinction dans ces régions, et laisserait place à d’autres formations
forestières moins sensibles, dans le cadre de cette hypotèhse, au changement
climatique en perspective. L'impact du changement climatique entraînerait la perte
des zones climatiques les plus froides et le déplacement linéaire de toutes les
ceintures de végétation vers les sommets. On assistera par conséquent à la
disparition du cèdre sur d’importantes surfaces de son étendue actuelle comme le
prouvent les dépérissements en cours dans le Moyen Atlas (Section 4.4).

Comme ces étages contiennent une part importante des endémiques de la


flore (Benabid et Fennane, 1999), l'impact sur la biodiversité dans les montagnes
serait très significatif surtout que la richesse floristique des cédraies est estimée à un
millier d’espèces dont près de 10% d’arbres et 15% d’arbustes et arbrisseaux, et 75%
de plantes herbacées annuelles ou pérennes. Dans les versants sud, réchauffement et
baisse des précipitations peuvent entraîner une progression vers le nord des
écotypes méditerranéens (steppisation des écosystèmes). Ces phénomènes seraient
susceptibles de présenter un impact écologique plus intense, en particulier une
remontée vers le nord du climat saharien et des espèces qui lui sont liées (Quézel et
al, 1990).

111
Figure 45 : Etagement de la végétation du Jbel Tizirène dans le Rif central
(Transect actuel et transect simulée pour la fin du 21ième siècle)

112
Figure 46 : Etagement de la végétation du Jbel Bou Iblane au Moyen Atlas
oriental
(Transect actuel et transect simulée pour la fin du 21ième siècle)

113
Figure 47 : Etagement de la végétation du Jbel Ayachi au Haut Atlas oriental
(Transect actuel et transect simulée pour la fin du 21ième siècle)

114
Néanmoins, le cèdre de l’Atlas, compte tenu de sa sensitivité (encadré 13),
pourrait toutefois se maintenir en tant qu’ « espèce relique » (ilôts ou arbres isolés,
photo 3) au niveau supérieur de l’étage supra-méditerranéen de Jbel Ayachi dans le
Haut Atlas et probablement dans le Moyen Atlas oriental sur Jbel Bou Iblane entre
2.100 et 2.600 m d’altitude au niveau de l’étage supra-méditerranéen également.

Photo 3 : Aspect de cédraie marginale, relique et très vulnérable


(Haut Atlas oriental)

En conclusion, l’essai de simulation ci-dessus réalisé sur la base d’une


hypothèse biogéographique de déplacement altitudinal demeure critiquable dans la
mesure où seul le facteur température est pris en compte ; il reste ainsi biaisé par
l’absence d’intégration des précipitations qui restent déterminantes dans nos
régions.

Comme tout essai prospectif, il garde néanmoins l’avantage de renseigner sur


la possible existence de « zones refuges » pour une éventuelle migration du cèdre
en altitude dans le cas d’un éventuel changement drastique du climat. A ce sujet,
l’importante dénivelée des montagnes du Rif peut offrir à haute altitude (1945-2300
m) un espace de zones refuges pour une migration éventuelle du cèdre de l’Atlas.
C’est le résultat essentiel à retenir à travers cette simulation dans le contexte des
connaissances scientifiques actuelles.

115
4.5.3. Simulation de la saison de végétation et la période de croissance

Les prévisions du changement climatique projeté à l’horizon 2050 au Maroc


(augmentation de température et réduction des précipitations), auront pour effet des
modifications des conditions bioclimatiques de croissance pour les essences
forestières dans l’ensemble des régions du pays d’une manière générale. La
conséquence première du bioclimat pour la sylviculture est l’importance de la
période moyenne de croissance (PMC) des arbres ou durée de saison de végétation
(Chap.1, section 1.1.2).

Pour le cèdre de l’Atlas au Maroc, la période moyenne de croissance (tableau


16) est relativement courte et ne dépasse guère 1 mois dans le Haut Atlas et le
moyen Atlas oriental (les conditions climatiques de cette zone n’autorisent pas une
seconde phase de croissance), entre 1 et 3 mois dans le Moyen Atlas central, et de 2
à 3,4 mois dans le Rif (Mhirit, 1982, 1994).

Tableau 16 : Caractéristiques bioclimatiques et période moyenne actuelle de


croissance (PMC) du cèdre de l’Atlas au Maroc (Mhirit, 1994)

Période Nombre de
Précipitations Température
Atitudes moyenne de saison de
Région moyennes maximale
(m) croissance végétation
(mm) moyenne (°C)
(mois/an) par an

Rif occidental 1400 à 2300 1588 26,20 2,1 2

Rif central 1500 à 2400 1482 26,25 3,4 2

Rif oriental 1700 à 2200 960 25,60 2,1 2


Moyen Atlas
1500 à 2000 968,5 29,25 3,1 2
central
Moyen Atlas
1800 à 2000 771 27,60 0,7 1
oriental

Haut Atlas oriental 1800 à 2400 649 26,40 1,0 0,7

Pour cela, il est important de passer en revue quelques aspects déterminants


dans la relation entre la croissance du cèdre et sa réponse aux variations des
paramètres climatiques. La complexité de la relation « croissance-climat » dans le cas
du cèdre est perceptible à travers le bref aperçu de l’encadré 13.

En effet, la tendance des précipitations à la réduction accompagnée du


réchauffement dû à l’élévation des températures devrait déboucher sur la baisse du
rapport « P/t » ; ce qui est de nature à réduire le nombre de mois (jours) où les
conditions [P/t > 1 et t>10°C] seraient réunies, quoique la sous-condition « t
>10°C » serait plus fréquente en hiver en raison de l’élévation des températures
minimales.

116
Ce dérèglement du signal saisonnier devrait théoriquement engendrer un
raccourcissement de la période moyenne de croissance (raccourcissement de la
saison de végétation, ou sa fragmentation), et de modifier le contour spatial des aires
et des étages de végétation dans nos montagnes. Ces variations vont dépendre par
ailleurs de la tranche altitudinale dans chaque relief et pour chaque écosystème
considéré.

La détermination précise de la période moyenne de croissance exige des


données climatiques (températures et précipitations) journalières et mensuelles;
contrainte à laquelle sont confrontées les projections climatiques futures ; ce qui
serait de nature à empêcher toute simulation de l’impact futur sur la PMC du cèdre.
Mais à ce titre, une approche spécifique a été conçue et testée pour tenter
d’apporter un modeste éclairage sur les possibles modifications de la PMC en
conséquence de l’impact futur du changement climatique.

117
Encadré 13 - Aperçu de la relation « Croissance – climat » pour le cèdre de l’Atlas (Mhirit et
al.,2006)

La relation croissance-climat se base sur les principes et les outils de la dendrochronologie, en


particulier le coefficient de sensitivité moyenne qui mesure « le degré de sensibilité des arbres aux
fluctuations climatiques et les fonctions de réponse résumant l’ensemble des relations liant les
facteurs climatiques à la croissance au cours du temps ». Ces fonctions sont exprimées sous
forme d’équations montrant l’importance relative de chaque facteur pour chaque intervalle de temps
(décade, mois ou saison) et le sens d’association avec la croissance.

Les analyses dendrochronologiques montrent que la croissance est moins limitée dans les régions
humides et fraiches du Rif et sur la bordure occidentale du Moyen Atlas compris entre 1500 et 1700
m d’altitude. Le cèdre témoigne dans ces conditions d’une croissance maximale, d’un nombre réduit
de cernes absents et d’une sensitivité minimale. La sensitivité du cèdre de l’Atlas augmente avec
l’altitude et devient maximale sur substrat calcaire, marno-calcaire ou marno-schisteux. L’exposition
et la pente, par contre, ne semblent pas avoir beaucoup d’influence sur la sensitivité. Les cédraies du
Rif présentent la plus faible sensitivité et celles du Haut Atlas la plus forte. Par contre, les
caractéristiques de la croissance annuelle suggèrent que le cèdre ne soit pas totalement indifférent à
la nature du substrat comme il est classiquement admis. Quoique la cédraie se développe sur des
substrats variés, sa sensitivité à l’égard des facteurs climatiques varie selon la nature du substrat ;
celle-ci est plus importante sur les substrats marneux que sur les substrats calci-magnésiques. La
synthèse des fonctions de réponse met en relief l’influence prépondérante des précipitations
d’automne et d’hiver sur l’élaboration du cerne de l’arbre. Ces précipitations ont une influence
positive ; elles permettent de reconstituer les réserves en eau du sol et de favoriser le développement
des organes moteurs de la croissance radiale tels que les bourgeons, les racines et les primordiums
foliaires.

Les températures maximales et minimales, diurnes et nocturnes jouent un rôle complexe. L’effet
positif des températures de janvier s’expliquerait par une stimulation des diverses fonctions de
l’arbre : photosynthèse, production de régulateurs hormonaux de croissance favorisant une levée de
dormance précoce des organes aériens et du cambium. Au mois d’avril, des températures élevées
sont associées à une forte évapotranspiration induisant un stress hydrique pendant la saison de
réactivation cambiale. Au mois d’aout, l’effet favorable des températures maximales favorise la
croissance radiale au détriment de la production des cônes, phénomène biologique plus exigeant en
matière de photosynthèse.

D’une manière générale, le cèdre de l’Atlas, à travers son aire naturelle, montre une sensibilité aux
précipitations qui reflète l’importance du stress hydrique dans le contrôle de la croissance. De même,
l’effet défavorable des températures maximales d’avril à septembre peut expliquer la diminution du
pouvoir de concurrence du cèdre à basse altitude tandis que ce même effet serait joué à haute
altitude par les températures minimales hivernales.

Dans leur ensemble, les cèdres du pourtour méditerranéen (Cedrus atlantica, C.Libani, C.brévifolia)
effectuent la photosynthèse jusqu’à des niveaux de sécheresse très bas dans les tissus. Cette activité
chute dès l’apparition d’un niveau de sécheresse de 10 bars mais peut se poursuivre faiblement au-
delà de 50 bars. La photosynthèse se poursuit à des niveaux de sécheresse plus importants que la
croissance en hauteur. Le cèdre de l’Atlas maintient une activité de photosynthèse et de transpiration
jusqu’à des niveaux de grande sécheresse (30 et 50 bars). Il possède à ce sujet un comportement
identique au chêne vert, contrairement aux pins qui bloquent leurs stomates vers 15 et 17 bars. Les
recherches menées dans ce domaine en conditions naturelles confirment celles menées en
conditions expérimentales.

118
La croissance du cèdre en hauteur est monocyclique, elle se produit de façon générale pendant la nuit,
toutefois lorsque le temps est couvert et pluvieux, elle peut aussi s’effectuer pendant la journée. Le
seuil apparent de végétation (température moyenne journalière en dessous de laquelle la
croissance est nulle) est de 6,6°C. Comparé à d’autres espèces résineuses, seuil met en évidence le
caractère thermophile du cèdre de l’Atlas quoique montagnard dans son aire naturelle. L’analyse
concomitante de l’évolution des températures et des réserves en eau du sol pour l’ensemble des
cédraies du pourtour méditerranéen a permis de distinguer deux périodes moyennes de croissance
durant l’année qui correspondent à des « mois où les températures moyennes sont supérieures à
10°C ». La première période s’étend de la mi-avril au début juillet ; la seconde s’étend de fin
septembre à fin octobre.

L’approche développée pour contourner la contrainte des données


climatiques fait appel à l’utilisation des outils statistiques de prévision dans le cadre
d’un essai simplifié d’analyse prospective inhérent au contexte de cette étude. La
démarche comprend deux étapes :

Etape 1 : Essai de modélisation du nombre de saison de végétation et résultats

Des tests préalables de corrélation réalisés entre le nombre de saison de


végétation (variable à expliquer) et divers paramètres climatiques ont permis de
retenir comme prédicteur (variable explicative) un paramètre apparenté à l’indice (I)
d’aridité de De Martonne (I = 12P/T+10). L’indice étant construit sur le principe du
rapport des précipitations aux températures « P/t » au même titre que les conditions
de détermination de saison de végétation et la période moyenne de croissance. Par
procédure d’analyse de régression, l’équation du modèle ajusté a pour formule :

Nombre de Saison = -140,453 + 109,408 log(Indice) - 20,9751 log(Indice)2 (A)


R² = 94,4 % et R² ajusté = 90,6 %, ; écart type = 0,183966

Où, Indice = 12*P/(T+10), avec P : précipitations moyennes, et T : Moyenne des


températures estivales.

Cette régression a été envisagée dans le double but de transformer le nombre


de saison de végétation initiale en variable continue et afin d’estimer le nombre de
saison de végétation pour tout changement climatique en utilisant le prédicteur (I).
Les valeurs du nombre de saison estimé par le modèle de régression figurent au
tableau 17, et représentée graphiquement par la figure 48.

119
Tableau 17 : Nombre actuel de saison de végétation et nombre estimée par le
modèle A selon la zone géographique

Nombre actuel de saison de Nombre estimé de


Zone géographique
végétation saison de végétation
Rif occidental 2 1,94948

Rif central 2 2,07524


Rif oriental 2 2,01687
Moyen Atlas central 2 1,82706
Moyen Atlas oriental 1 1,23075
Haut Atlas oriental 0,7 0,6006

L’utilisation du modèle de régression permet une meilleure discrimination du


nombre de saison de végétation (figure 48). Ainsi, le Rif apparaît comme
compartiment à part entière où la PMC affiche pratiquement une tendance uniforme
pour les valeurs initiales et estimées par le modèle. Les distinctions sont par contre
plus nettes pour le Moyen Atlas central et le Haut Atlas oriental pour lesquels la PMC
estimée est plus faible, mais par contre relativement plus élevée dans le cas du
Moyen Atlas oriental.

2,5
Nombre de saison/an

1,5

0,5

0
Rif Rif central Rif oriental Moyen Atlas Moyen Atlas Haut Atlas
occidental central oriental oriental

Saison1 Saison estimé Polynomial (Saison1) Polynomial (Saison estimé)

Figure 48 : Tendances comparées du nombre actuel et ajusté de saison de


végétation par zone géographique pour le cèdre de l’Atlas

Néanmoins, sur un plan pratique, la comparaison du nombre actuel et estimé


de saison de végétation met en évidence une homothétie des courbes de tendance
(courbes rouge et noire). Ce constat, et les caractéristiques statistiques du modèle
ajsuté, autorisent son acceptation comme « outil prospectif »

120
.
Etape 2 : Essai de simulation de la période moyenne de croissance (PMC) et
résultats

La même procédure d’analyse de régression a été suivie pour la modélisation


de la PMC sauf que dans ce cas, il s’agit de régression multiple ayant permis de
sélectionner quatre prédicteurs dont le nombre de saison de végétation estimé par le
précédent modèle (A). La formule de l’équation de régression multiple développée
est la suivante :

PMC = - 11,0 + 1,96 X1 + 0,374 X2 - 0,00268 X3 + 0,00450 X4 (B)


R² = 94,5% ; R² ajusté = 72,4%, et S = 0,5681

Avec : X1 : nombre de saison estimé ; X2: Moyenne des températures estivales ; X3 :


précipitations moyennes, et X4 : Dénivellée entre l’altitude supérieure et inférieure de
l’étage du cèdre.

Les caractéristiques statistiques du modèle sont satisfaisantes : Le modèle de


prédiction (B) ainsi obtenu permet théoriquement une estimation de la PMC du
cèdre de l’Atlas dans diverses conditions bioclimatiques.

Selon ce modèle, la valeur ajustée de la PMC (valeur théorique uniquement)


obtenue par chaque zone géographique comparée à sa valeur actuelle affiche la
même tendance (tableau 18).

Tableau 18 : PMC actuelle et estimée par le modèle B, selon la zone


géographique

Zone géographique PMC actuelle PMC estimée

Rif occidental 2,1 2,07596


Rif central 3,4 3,27885
Rif oriental 2,1 2,00383
Moyen Atlas central 3,1 3,27885
Moyen Atlas oriental 0,7 0,88606
Haut Atlas oriental 1,0 0,88606

Toutefois, la comparaison des valeurs actuelles de la PMC et des valeurs estimées


démontre le comportement du modèle (figure 49).

121
4
3,5
PMC (Mois/an)
3
2,5
2
1,5
1
0,5
0
Rif occidental Rif central Rif oriental Moyen Atlas Moyen Atlas Haut Atlas
central oriental oriental

PMCactuelle PMC estimée


Polynomial (PMCactuelle) Polynomial (PMC estimée)

Figure 49 : Tendances comparées de la période moyenne de croissance actuelle


et estimée par zone géographique du cèdre de l’Atlas

Ce modèle apporte une discrimination plus précise à la valeur de la PMC : très


peu de modification pour les valeurs de la PMC estimée dans les trois compartiments
rifains par rapport aux valeurs initiales ; par contre la PMC estimée est relativement
quelque peu plus élevée dans le Moyen Atlas central et le Moyen Atlas oriental ; elle
est par contre sensiblement moins élevée dans le Haut Atlas oriental. Cependant
dans la tendance générale, la PMC estimée peut se substituer à la PMC initiale (figure
49). L’homothétie des courbes de tendance autorise l’acceptation du modèle de
prédiction (B) en matière de prospective.

A présent, ayant apporté une solution transitoire à la simulation de la PMC,


l’étape finale consiste à réaliser un essai de prédiction de la PMC future. L’estimation
de la PMC à l’horizon 2050 se base sur les valeurs projetées des caractéristiques
climatiques utilisées comme prédicteurs dans le modèle (B).

Les données des tableaux 13 et 14 intégrées comme entrée dans ce modèle


permettent de calculer la PMC des six zones géographiques de répartition du cèdre.
Les valeurs projetées à l’aide des modèles A et B du nombre de saisons de
végétation et de la PMC sont résumées par zone géographique dans le tableau 19.

122
Tableau 19 : Valeurs projetées (2050) du nombre de saison de végétation et de
la PMC pour le cèdre de l’Atlas

Nombre projeté de
PMC projetée
ZONE saison de végétation
pour 2050
2050
Rif occidental (RO) 2,21055 4,89854

Rif central (RC) 0,76093 3,86771


Rif oriental (ROR) 0,99723 2,21673
Moyen Atlas central (MAC) - 5,03921 - 6,85183

Moyen Atlas oriental (MAO) - 0,48999 - 0,55504


Haut Atlas oriental (HA) - 1,67339 - 1,22716

La comparaison de la PMC actuelle et la PMC projetée est illustrée par la


figure 50 et appelle un certain nombre de commentaires. Les prévisions de la PMC,
comparées aux valeurs actuelles montrent une nette tendance à la hausse dans le cas
du Rif occidental et central, avec toutefois une ascension moins importante pour le
Rif oriental (non significative). La tendance est globalement à la baisse pour le Moyen
et le Haut Atlas où les valeurs négatives démontrent plutôt une disparition des
conditions de végétation et de croissance pour le cèdre dans ces régions.

6 1800
1600
4
1400
2
PMC(mois/an)

1200
P(mm)

0 1000
RO RC ROR MAC MAO HA
-2 800
600
-4
400
-6
200
-8 0

PMCajustée PMC2050 Pmm actuel, Pmm2050

Figure 50 : Tendances comparées des précipitations moyennes et de la PMC


actuelle aux projections pour 2050

123
Cette tendance peut être expliquée par la réduction projetée des
précipitations à l’horizon 2050, précipitations estimées à 386 mm/an dans le Moyen
Atlas central, et 519 mm/an dans le Haut Atlas oriental (tableau 13).

Ces valeurs situées nettement en dessous du seuil minimum de pluie (550


mm/an) nécessaire à la croissance et au développement du cèdre de l’Atlas (Chap.1,
figure 4), affecteraient préalablement le nombre de saison de végétation, qui à
l’exception du Rif occidental, affiche une tendance générale à la baisse, voire une
absence de saison de végétation pour les aires de répartition du cèdre du Moyen et
Haut Atlas. Dans le cas particulier du Moyen Atlas oriental, malgré une valeur
projetée de 629 mm/an de pluie pour 2050 supérieure au seuil minimum, la valeur
négative de la PMC serait plutôt liée à la disparition de toute saison de végétation
(tableau 19), ce qui explique la valeur négative de sa PMC, et par conséquent un
risque d’extinction de la cédraie dans le Moyen Atlas oriental également.

En conclusion, selon le scénario et les modèles statistiques utilisés, l’impact du


changement climatique à l’horizon 2050 devrait s’exprimer par une réduction de la
PMC des cédraies du Moyen et du Haut Atlas, voire une disparition des cédraies,
alors que la tendance est plutôt à la hausse pour les compartiments du Rif ; ce qui
devrait théoriquement améliorer les conditions bioclimatiques de croissance du
cèdre dans les aires de distribution rifaine. Ces projections (prospectives) demeurent
toutefois sujettes à une validation par des modèles de prédiction plus élaborés et
sous divers scénarios de changement climatique, mais les données de base restent
encore une lacune à combler par la recherche scientifique.

En admettant que les scénarios utilisés reflètent bien le climat de 2100, tous
les résultats considérés ne constituent pas une prévision sûre pour les écosystèmes
forestiers. En effet, il reste encore beaucoup d’incertitudes sur le comportement des
essences forestières : seront-elles capables de s’adapter à la compétition avec de
nouvelles espèces ? Quels seront les équilibres avec les nouveaux cortèges de
pathogènes et de symbiotes ? Quel rôle jouera la variabilité génétique ? Quelles
seront les capacités des espèces à coloniser de nouvelles niches climatiques ?

Dans ce contexte, marqué par de nombreuses incertitudes et face aux risques


potentiels qui ne sont pas à écarter, des plans d’action mûrement réfléchis et conçus
dans le cadre de stratégies d’adaptation représentent la voie la plus appropriée.

124
5. Fonctions sensibles des écosystèmes forestiers marocains
et processus de vulnérabilité

5.1. Les écosystèmes forestiers : espace multifonctionnel et multi-


usage

5.1.1. Fonctions et usages sociaux

L’écosystème « forêt » est un système spatial ouvert qui inclut une


communauté d’êtres vivants végétaux et animaux et leur environnement et ce en
donnant lieu à des processus biologiques complexes. Les caractères fondamentaux
de ce système sont déterminés par l’arbre qui, par sa masse, son couvert, son mode
de croissance, sa longévité et sa pérennité, exerce une action puissante capable de
modifier le microclimat et de former à partir du substrat géologique un sol, une flore
et une faune spécifique.

Par ailleurs, l’écosystème forestier remplit des rôles socio-économiques


résultant de ses relations avec les différents acteurs sociaux. En effet, la forêt est une
source de produit dont l’homme a besoin pour son existence et son épanouissement
(nourriture, énergie, oxygène, bois, médicaments…). Elle contribue à la protection des
installations humaines et améliore le microclimat ; elle agit sur la régularisation des
régimes des eaux et assure le maintien de la fertilité des terres agricoles ; elle
constitue un lieu de repos, d’inspiration, de détente et de loisirs. De ce fait, les
acteurs ont chacun, vis-à-vis de cet espace des attitudes, des comportements, des
attentes et des modes d’action spécifiques.

D’une manière générale, les processus écologiques de l’écosystème forestier


et ses rôles socio-économiques sont regroupés sous le terme de « fonctions ». Si les
processus biologiques se déroulent dans toute forêt, il n’en reste pas moins vrai que
les fonctions n’apparaissent qu’avec les hommes qui utilisent ces processus dans un
but déterminé (De Montgolfier et al, 2002).

Ainsi, la fonction de production de bois est liée à la productivité des arbres et


à l’exploitation du bois dans un but économique. De même la fonction de protection
n’a d’intérêt qui si des enjeux à protéger sont définis par des acteurs sociaux. De
même encore, les usages sociaux de la forêt n’existent que par rapport aux usagers.
En effet, la complexité des questions forestières vient précisément de ce que la forêt
présente un double caractère, d’écosystème où les processus éco-biologiques
« naturels » tiennent une grande place et, d’espace aménagé permettant la
satisfaction des besoins d’acteurs et d’usagers.

125
La population au Maroc, maintient une relation étroite avec le milieu naturel
environnant. Sa dépendance vis à vis des espaces boisés est très forte, et l'intérêt
présenté par les forêts, d'une manière générale, ou leurs biens et services, en
particulier, pour les populations rurales est très diversifié: le bois de construction et
les combustibles ligneux pour les besoins domestiques, la nourriture pour le bétail et
la stabilité de l'environnement et sa protection contre l'érosion pour permettre une
agriculture continue.

L'utilisation de la terre se fait le plus souvent de trois façons: agriculture,


pâturage et forêt qui déterminent des pratiques traditionnelles de ces espaces,
basées sur un mode de vie donné de chaque société. Les écosystèmes forestiers se
trouvent ainsi intégré au fonctionnement des sociétés rurales et ne peut être, de ce
fait, dissocié des autres modes d'utilisation de l'espace par la population. L’encadré
14, présente les types de fonctions de l’écosystème « cédraie du Moyen Atlas ».

126
Encadré 14 - L’écosystème « cédraies » du Moyen Atlas marocain :
Espace socio-écologique et économique multifonctionnel.

A. La cédraie-chênaie : source de produits ligneux et non ligneux


 Production de bois : (1995-2004) : 81 300 m3 de bois d’œuvre (78 à 82% de la production
nationale)
 Equivalent travail : 9 450 000 HJ/an
 Revenu annuel moyen (exploitation et sciage) : 353,4 Millions de DH/an
 Consommation/foyer de bois de feu : 10 T/an (550 DH/mois/foyer)
 Production forestières non ligneuse : (lichen, fleurs, champignons, plantes aromatiques et
médicinales, miel, fourrages, chasse et pêche)
B. La cédraie-chênaie : espace de vie des sociétés pastorales
 Espace pastoral :
- 425 000 ha (9%). 116,3 Millions UF /an (47% du bilan fourrager)
- 800 000 têtes (8% du cheptel total pâturant en forêt).
 Revenus d’élevage / ménage usager :
- 4 700 DH pour les classes de troupeau ≤ à 100 ovins.
- 9 800 DH pour les classes de 100 à 300 ovins.
- 42 200 DH pour les classes ≥300 ovins.
- 38 à 45 % du revenu agricole total.
C. La cédraie -chênaie : protectrice du cycle de l’eau du « château d’eau du pays »
 Le Moyen Atlas : Château d’eau de 3 grands bassins hydrauliques du Maroc (Moulouya,
Oum Rabia et Sebou).
 41% des apports pluviométriques : Moulouya : 9%, Oum Rabia : 12% et Sebou 20%.
 59% des ressources mobilisables : Moulouya : 12%, Oum Rabia : 22% et Sebou : 25%.
 Les arbres forestiers, en réduisent le ruissellement et les pertes et en favorisant
l’infiltration des précipitations, contribuent à l’augmentation des réserves en eau du sol et
à la recharge des nappes.
D. La cédraie-chênaie : espace de récréation et de tourisme écologique : Capital nature et
culture, riche et varié
 Sites paysagers, sportifs, zones d’intérêt biologique et écologique, etc. : 21 SIBE et 10
zones humides, 2 parcs nationaux.
 60 familles floristiques naturelles, sur environ 150 au Maroc.
 20 types de milieux et de communautés végétales.
 37 espèces de mammifères (mouflon, sanglier, chacal, renard).
 Chat sauvage, écureuil, loutre, etc., le singe magot ou macaque étant la plus commune.
 142 espèces d’oiseaux.
 33 espèces de reptiles et amphibiens.
E. La cédraie-chênaie : levier du développement local
 Filière bois d’œuvre : 9 450 000 HJ/an
 Filière marqueterie : valeur ajoutée : 350 000 DH/an (équivalant à 1 432 DH/m3)
 Productions animales (viande rouge, lait et ses dérivés, laine, peaux)
- viandes rouges : 33 000 tonnes, volume d’affaire : 861 Millions de DH.
- Revenu pratique du pâturage 950 DH/ha/an.
 Recettes forestières : 105 Millions de DH, soit 1/3 des recettes forestières totales.
 Fort potentiel pour les filières des produits forestiers non ligneux (PFNL) et tourisme rural.

127
5.1.2. Utilisation des écosystèmes forestiers : valeur économique des produits,
services, biens et externalités des forêts

Les écosystèmes forestiers marocains sont soumis à des conditions


climatiques méditerranéennes généralement peu propices à la production ligneuse
intensive. La fonction de production de bois et de valeurs de consommation directe
se trouve largement surpassée par les fonctions de protection de valeurs d'utilisation
indirecte (protection des ressources en eau et sols des bassins versants, des
investissements et des équipements, sauvegarde et maintien de la diversité
biologique, valeurs esthétique et paysagère, revenu rural, etc.).

Ainsi, l’économie forestière est définie par deux types de marchés, cohabitant
ensemble. Le premier est ouvert sur les transactions et les échanges tandis que le
second est fermé et exclusivement orienté vers la satisfaction des besoins de
subsistance des populations riveraines des forêts; la plus grande proportion des
biens et services de consommation directe mobilisés, par ce biais, échappent aux
contrôles et aux calculs de la comptabilité nationale.

Dans ces conditions, la contribution du patrimoine forestier, établie suivant les


méthodes classiques qui ne s'intéressent qu'aux productions des valeurs de marchés,
est très largement biaisée. Cette situation n'est pas propre au Maroc, puisque la
question de l'évaluation complète des biens et services des ressources forestières est
au centre des préoccupations des forestiers, des économistes et des organisations
internationales intéressées.

Dans le passé, la valeur était généralement définie en se basant sur l'utilisation


directe. Quoique la plupart des études d'évaluation évaluent encore principalement
en termes de valeur directe d'utilisation pour les activités commerciales (production
de bois et accessoirement les unités fourragères) et pour les activités sans
prélèvement (récréation), des efforts sont fournis pour inclure d'autres valeurs
intrinsèques dans la détermination de la valeur économique d'un écosystème
forestier.

Les valeurs non marchandes (usage passif), les valeurs de legs et les valeurs
d’existence ou intrinsèque, sont moins tangibles, et donc, plus difficiles à quantifier
en termes monétaires, par exemple, la valeur qu'un individu ou le gestionnaire
attribue à l'existence de produits et services d’une valeur parfois dépassant le
principal produit qui est le bois.

La raison principale de l'incapacité à quantifier ces valeurs positives et réelles


est que les valeurs intrinsèques sont basées sur la volonté d'un consommateur, d’une
communauté ou de l’Etat à les payer.

128
Toutefois, les marchés pour ces valeurs n'existent pas. D'autres approches,
telle la moins-value sont actuellement en étude pour évaluer à sa juste valeur
économique un espace forestier à usages multiples.

Le tableau 20 présente une tentative d’évaluation des biens et services des


écosystèmes forestiers marocains (Anon., 1995c ; 1999b). La spécificité des
écosystèmes forestiers dégage deux difficultés majeures pour approcher la valeur
économique totale des productions forestières marocaines : insuffisance des
données fiables sur certains produits et services et choix des techniques et des
indicateurs d'évaluation pertinents et appropriés au contexte socio-économique du
pays.
Tableau 20 : Valeur moyenne annuelle des biens et services (millions de
Dh)

1. Valeur d'utilisation directe

1 .1. Biens et services commerciaux officiels 324,4 (6%).


1 .2. Biens et services prélevés hors marchés (bois de feu et unités 4.413 (81%)
fourragères seulement)

1.3. Produits non ligneux (fruits, champignons, graines, gibiers, plantes NE


médicinales et aromatiques) prélevés hors marchés
1.4. Loisirs (excursions, récréation, sports divers, photos, etc.) NE

2. Valeur d'utilisation indirecte

2.1. Protection de l'environnement 710 (13%)

2.2. Protection des ressources en eau et en sols des bassins versants NE


2.3. Echanges gazeux (cycle du carbone et de l'oxygène) NE
2.4. Habitat et maintien de la diversité biologique NE
2.5. Valeurs esthétiques de la diversité biologique NE

3. Valeur d'option en rapport avec l'utilisation future de certaines composantes de NE


la forêt (progrès technologiques et scientifiques)

4. Valeur de patrimoine et de legs (valeur intrinsèque des forêts sans référence à NE


leur utilisation)

Total 5447,4

N.E. = non estimé

129
Une étude récente, menée dans le cadre du projet régional euro-
méditerranéen «MEDFOREX », pour approcher l’évaluation des biens, services et
externalités des forêts méditerranéennes, montre que la valeur économique totale
des écosystèmes forestiers marocains est formée par des usages aussi divers que la
récolte du bois de feu (30 %), le pâturage des animaux (23 %) et la protection du
cycle de l’eau (18 %). Cette valeur est, en revanche, négativement influencée par
l’érosion (- 11 %) et la déforestation (- 7 %).

Il n’en reste pas moins vrai que le déficit de connaissances et la sous-


estimation des écosystèmes forestiers et de leurs ressources ont pour conséquences
directes, en particulier : (i) la pénalisation des ressources forestières dans la stratégie
d'affectation des terres par rapport aux autres formes d'utilisation du territoire; (ii)
l'insuffisance des allocations de ressources financières au secteur forestier au profit
de besoins à rentabilité immédiate et (iii) le transfert de la valeur ajoutée des forêts
aux autres secteurs de l'économie, ce qui se traduit par un désinvestissement et une
dégradation inquiétante dans certaines régions (Rif, par exemple).

Dans une démarche d’adaptation au changement climatique, il importe


d’analyser les modes d’utilisation des écosystèmes forestiers du pays face à une
réglementation qui en définit les règles scientifiques et les techniques de gestion,
ainsi que les règles de conduite et du comportement humain vis-à-vis des
ressources, pour concevoir des modèles de gestion selon les principes d’une
économie écologique réconciliant « conservation et développement » faisant face
aux modifications climatiques prévisibles.

5.2. Vulnérabilités liées aux processus d’évolution biophysiques et


anthropogéniques : dégradation, érosion et désertification

5.2.1. Evolution paléoclimatique et anthropique des écosystèmes forestiers

La nature et la composition actuelle des communautés végétales au Maroc,


comme dans le pourtour du bassin méditerranéen, ne peuvent être comprise sans
tenir compte des facteurs paléoclimatiques et anthropiques qui ont marqué la
genèse et les processus d’évolution des écosystèmes. Les différentes étapes de la
mise en place des grands écosystèmes méditerranéens depuis les dix derniers
millénaires sont aujourd’hui bien connues grâce aux nombreuses études
palynologiques et anthropologiques réalisées autour de la Méditerranée (Babin et al,
1997). En s’appuyant sur les études effectuées au Maroc, on peut dégager les phases
d’évolution des périodes suivantes :

130
 De 13.000 à 10.000 ans B.P : le climat est froid et aride avec la dominance des
espèces steppiques : armoises et graminées.

Parmi les arbres, très peu présents, seul le chêne vert est faiblement présent
avec un léger regain à l’occasion de périodes légèrement humides. La période est
marquée aussi par une forte instabilité des pluies rares mais violentes.

 De 9.000 à 3.000 ans B.P : le climat était plus chaud et plus humide
qu’actuellement.

Les steppes sont remplacées par le chêne vert et les pins dans des stations
supérieures à 2.000 m dans les Atlas. Dans le Haut Rif occidental siliceux, le cèdre est
remplacé par le chêne zeen (Reilles, 1976). Ce regain d’humidité et de chaleur ne
semble avoir duré que 2.000 ans environ. En effet dans le Moyen Atlas
(Tiguelmamine) vers 7.000 ans B.P, le chêne vert se dissocie du chêne zeen avec
l’apparition de frênes et de pins. Vers 4.000 ans BP, un événement climatique majeur
se produit ; le retour du froid se traduit par l’apparition du cèdre, le quasi disparition
des pins et d’une recrudescence du chêne vert.

D’une manière générale, il apparaît que le climat du Maroc, après s’être


fortement réchauffé, durant la période froide du Tardiglaciaire (13.000 – 10.000 ans
B.P.), avec une pluviosité nettement majorée que la période actuelle au Boréal (9.000
– 7.500 ans B.P), s’est surtout asséché vers 7.000 ans B.P. Un épisode pluvial à
l’Atlantique de 6.000 à 7.000 B.P ans a été suivi au Subboréal vers 5.000 à 4.000 ans
B.P., d’un refroidissement aboutissant pratiquement à la mise en place du climat
actuel.

Les débuts du processus néolithique : action de l’homme par la culture et


l’élevage, qui a affecté la forêt méditerranéenne par le défrichement, remontent à 10
.000 ans B.P dans le Proche Orient. Ces activités se sont étendues en Grèce et en
Crète vers 6.000 ans B.P et à l’Afrique du Nord vers 5.500 à 4.500 ans B.P. Cette
période est marquée dans tout le Maghreb par l’anthropisation des milieux due à la
succession des civilisations phénicienne, romaine, carthaginoise et arabe.

Les analyses pollenalytiques effectuées au Maroc ces dernières années ont


montré (Lamb et al., 1989) confirment ce processus d’anthropisation dans les
différentes régions du pays. Dans le Moyen Atlas deux périodes de déforestation
sont décrites :

 une première déforestation vers 2.250 ans B.P., de faible envergure qui
correspondrait à l’époque romaine. Elle est surtout marquée par la disparition du
frêne (espèce utilisée pour la fabrication du charbon de bois). Une recrudescence
des crucifères pourrait, également correspondre au développement des cultures ;

131
 une seconde déforestation vers 1.600 B.P., très marquée par une forte baisse du
chêne vert associée à une semblable recrudescence des graminées. Le chêne
zeen déjà amoindri par les variations climatiques de l’Atlantique (7.500- 4.500
B.P.) sécheresse puis refroidissement, disparaît une première fois peu après. Le
cèdre régresse également.

Vers 440 B.P., la forte recrudescence du cèdre est un indice d’un


refroidissement du climat.

Dans le Prérif (Reille, 1977), les déforestations commencent vers 2.800 B.P.,
aux époques phéniciennes et romaines comme en témoigne la forte régression des
cédraies. Vers 1.000 ans B.P, l’arrivée des Arabes serait responsable de l’extension
de l’olivier et de la bruyère arborée témoin de la déforestation des subéraies.

Dans les Atlas à haute altitude, on retrouve les effets des déforestations, dues
successivement aux Phéniciens, aux Romains, aux Arabes. Le genévrier thurifère
aurait ainsi disparu des plus hauts sommets de l’Atlas, comme aux sources de la
Tessaoute (2.900 m d’altitude), laissant le terrain aux seuls xérophytes épineux. Par
ailleurs, l’hypothèse d’un assèchement climatique pourrait être à l’origine de la
disparition du chêne zeen vers 1.150 ans B.P. dans le Moyen Atlas aux altitudes 2.100
m et vers 2.860 ans B.P dans le Haut Atlas (Oukaimeden).

L’analyse des documents historiques montre que dans l’antiquité, existaient au


Maroc, aux côtés de vastes régions dénudées du fait du climat ou de la nature, de
très grandes forêts certainement beaucoup plus nombreuses et plus étendues
qu’aujourd’hui. Il est même probable que la surface boisée se rapprochait alors de
celle de la forêt primitive ou climacique, telle qu’elle a été évaluée par les
phytogéographes à environ 30 % du territoire.

Les forêts furent néanmoins détruites dès le 10ème siècle, en raison du


développement des grandes villes populeuses et riches, telles Marrakech, Fès, Rabat
et Salé, qui réclament de grosses quantités de combustibles et de produits tannants.
Cette évolution entraîne un recul important des massifs boisés dans les Atlas et
expliquent la disparition de la plus grande partie des forêts du Gharb et des régions
de Rabat et Casablanca. Après les grandes migrations du 10ème siècle, le
déboisement continue dans les plaines et les vallées mais à un rythme beaucoup plus
modéré ; de belles forêts se maintiennent dans l’intérieur, naturellement protégées
par l’insécurité et la crainte des fauves qui interdisent aux pasteurs d’y conduire leurs
troupeaux.

132
Les effectifs encore réduits de la population et du cheptel n’exercent d’ailleurs,
à cette époque, qu’une légère pression beaucoup plus acceptable que celle
d’aujourd’hui.

Au cours du dernier millénaire, la plupart des régions du Maroc ont connu, à


différents moments, des conditions climatiques plus douces, plus humides et plus
sèches, comme le montre les travaux de dendrochronologie réalisés au Maroc depuis
1976 (Stockton 1988 ; Chbouki, 1992) qui ont appréhendé l’histoire du climat à partir
des couches d’accroissement des arbres, appelés « cernes ». L’étude de ces cernes
dévoile par leur minceur ou leur épaisseur, la succession aléatoire des années sèches
et humides, permettant d’établir une chronologie précise s’étendant sur plusieurs
siècles.

Les séries dendrochronologiques élaborées pour des cèdres millénaires dans


le Haut Atlas Oriental (Tounfite) et dans le Moyen Atlas (Col du ZAD) à des altitudes
de 2.200 m, ont permis de mieux appréhender les reconstitutions climatiques, en
particulier, l’histoire des sécheresses, leur fréquence, leur durée et leur intensité. Le
tableau 21 donne les fréquences et la durée des sécheresses des dix derniers siècles.

Tableau 21 : Fréquence et durée de la sécheresse (période 1000-1984)


Col du Zad, Moyen Atlas (Stockton, 1988)

Durée de la période Nombre de sécheresses Intervalle entre deux


de sécheresse observées sécheresses

1à6 89 11,0
2à6 35 28,5
3à6 09 113,7
4à6 06 182,0
5à6 04 399,3
6 03 455

Le Maroc a connu dans le passé des périodes d’intense sécheresse. Deux


principales périodes de sécheresse centrées au tour des années 1749 et 1878 ont été
relevées. Des sécheresses de 6 années telles que celle de 1979-84 ont eu lieu une fois
tous les 455 ans. Une sécheresse d’une durée de 5 années a eu lieu entre 1794-1798.
Les sécheresses de courtes durées (moins de 2 ans dans 60 % des cas) s’observent
tous les onze ans.

133
L’examen des années de sécheresse vécues par le pays durant le 20ème siècle
fait ressortir une fréquence, une durée plus élevée et une extension spatiale plus
importante des sécheresses entre 1982 et 1996 : cinq épisodes de sécheresse au
Maroc sur les douze du siècle ont eu lieu en effet durant cette période. Depuis
1896, on note plusieurs périodes très sèches dont l’extension a été généralisée à la
majeure partie du pays et dont l’intensité a été modérée à forte. Il s’agit des années
1904-05 ; 1917-20 ; 1930-35 ; 1944-45 ; 1948-50 ; 1960-61 ; 1974-75 ; 1981-84 ;
1986-87 ; 1991-93 ; 1994-95 ; 1999-2000. Il n’en demeure pas moins que, durant la
moitié du XXème siècle, l’occurrence des sécheresses semble croitre de façon continue
(tableau 22).

Tableau 22 : Occurrences des sécheresses agricole (1940-2002)


Occurrence des sécheresses
Période (%)
agricole
1940 - 1979 5 sur 40 ans 12,5
1980 - 1995 6 sur 16 ans 37.5

1996 - 2002 4 sur 7 ans 57,1

De même, l’étude du comportement thermique et pluviométrique enregistrés


à la station de Casablanca pour la période 1911-1989 (Agoumi et al, 1995 ; Agoumi,
2005) montre une augmentation de la température moyenne mensuelle de 0,5° C.
L’analyse des précipitations confirme le caractère aléatoire et extrêmement
discontinu dans le temps des précipitations au Maroc et une tendance globale à la
baisse depuis 1964.

Ces observations et ces analyses confirment les conclusions du GIEC quant au


réchauffement observé au cours du 20ème siècle. Ce réchauffement, accompagné par
un certain nombre d’autres changements probables dans le système climatique, peut
être révélateur et/ou amplificateur des processus d’évolution en rapport avec la
vulnérabilité et les menaces pour les écosystèmes naturels et pour les
populations qui en dépendent (dégradations des milieux, en particulier les
forêts, érosion des sols et désertification).

5.2.2. Processus d’évolution et vulnérabilité des écosystèmes forestiers

Espace multifonctions et multi-usages, les écosystèmes forestiers au Maroc, est le


produit d'interactions très anciennes entre les activités humaines (histoire des
pratiques agro-sylvopastorales et aménagements récents), la dynamique de la
végétation et l'influence des perturbations naturelles (vent, feu, dépérissements…).

134
Ces écosystèmes sont soumis à des formes d’exploitation multiples à l’origine
d’intérêts conflictuels et d’enjeux, écologiques, fonciers, socioéconomique, dont la
manifestation se traduit par le déboisement, la dégradation des milieux naturels
(dédensification et déstructuration des forêts, érosion, désertification), comme le
schématise la figure 51.

Les causes directes de ces processus s’identifient aux processus suivants :

 Le défrichement et la mise en culture de l’espace forestier pour l’extension


des exploitations ou la compensation de la perte productivité de leurs terres
ruinées par l’érosion. 5.000 à 6.000 ha sont défrichés annuellement.

 La surexploitation des parcours forestiers et steppiques : L’appropriation


progressive et agricole ou la disparition de cette pratique, ont engendré une très
forte dépendance du bilan fourrager annuel ; la mise en culture des terres
traditionnellement réservées aux parcours, le faible recours à la jachère des
ressources forestières qui y contribuent à hauteur de 17 % en moyenne.

 L’approvisionnement en bois-énergie : Le bilan énergétique national demeure


très dépendant des énergies de biomasse qui y contribuent à hauteur de 30 % ;
la quantité de bois-énergie consommée annuellement est de 11,3 millions de
tonnes dont 53 % d’origine forestière. La consommation du bois-énergie en
milieu rural représente 89 % de la consommation totale avec 49,52 quintaux par
ménage. La pression potentielle, compte tenu de la consommation de biomasse
totale, représente l’équivalent de 202.000 ha d’Eucalyptus exploités par an.

 Les incendies de forêt : Durant la période 1963-1997, les incendies provoqués


par diverses causes, d’origine essentiellement anthropique, ont endommagé une
superficie moyenne de 3.000 ha/an. Les superficies moyennes incendiées
présentent une nette tendance à la hausse (3.732 ha/an pour la période 1990-
1997), en particulier, dans la région rifaine (Anon., 2001b).

 Urbanisation et infrastructures : Le patrimoine forestier est de plus en plus


sollicité par les pouvoirs publics, les collectivités et le secteur privé pour les
divers aménagements, engendrant un changement d’affectation non compensé
des terres forestières.

135
Figure 51 : Processus et facteurs de dégradation des écosystèmes forestiers

136
Ces causes et leurs manifestations sont sous-tendues par quatre facteurs
principaux : (i) la fragilité des écosystèmes (interaction climat - sol, dépérissement :
parasites, ravageurs, maladies); (ii) la pression anthropique (expansion
démographique en milieu forestier et préforestier), (iii) la pression animale (charge
pastorale, durée de séjour des animaux en forêt, compétition inter-animal,
sédentarisation des pasteurs); et (iv) la compétition spatiale (statuts fonciers,
vocation et utilisation, des sols, droits d’usage).

5.2.3. Analyse succincte des principaux processus : ségradation, érosion,


désertification

Déboisement, dégradation et transformation des habitats des écosystèmes


forestiers

Les écosystèmes forestiers sont domaniaux (domaine privé de l'Etat) et grevés


de droits d'usage reconnus aux populations riveraines, en particulier : le parcours en
forêt, le bois de feu et de service, les menus produits pour l'autoconsommation.
Espace écologique, richesse économique et bien social, ces écosystèmes souffrent
d'un triple déséquilibre, d'abord entre les besoins des populations et les ressources
disponibles, ensuite entre les prélèvements actuels et la possibilité biologique des
écosystèmes et enfin, entre le niveau de développement des zones forestières et
périforestières et celui des zones de piémont et des grandes plaines agricoles. Cette
situation se traduit en général par le déboisement et la dégradation (figure 52).

Forêt primitive

Forêt dégradée
Déstructuration et
dédensifiation du peuplement

Forêt déboisée à des


fins agricoles de
subsistance

Figure 52 : Processus de dégradation et de déboisement d’une forêt de chêne


vert dans le Rif

137
Le défrichement des forêts naturelles pour la recherche ou l'extension de
terres agricoles est la principale cause de déboisement; il favorise et amplifie
l'érosion des sols et diminue les possibilités de mobilisation et de conservation des
eaux, notamment dans les zones de montagne et dans les zones semi-arides et
arides. La faible productivité et la superficie réduite des exploitations, le niveau de
revenu des populations dans les zones forestières et périforestières constituent
autant de facteurs qui conduisent actuellement au défrichement d’environ 4.500 ha
annuellement.

La dégradation consiste en un changement de structure, de consistance voire


de composition des peuplements forestiers en particulier, et de l'écosystème en
général, là où ils n'ont pas été défrichés pour d'autres utilisations. Elle provient, d'une
manière générale, de la pression anthropique (exploitation non viable en l'absence
d'aménagement, en cas de récolte de bois de feu, de surpâturage, d'incendies) de
sécheresse prolongée ou d'attaques parasitaires.

Les processus de dégradation sont souvent graduels et insidieux; ils


participent à la diminution de la productivité et de la valeur du capital forestier dans
son rôle de production, de biens et de services, de régulateur écologique ou encore
de patrimoine génétique. Dans des écosystèmes dédensifiés et déstructurés après
dégradation, c'est le capital sol qui est en danger. L'érosion, éolienne ou hydrique,
devient un facteur de dégradation souvent irréversible pour l'écosystème lui-même
mais également pour les terres en aval, par la diminution de la fertilité et parfois la
perte totale des terres arables.

La connaissance et la quantification de la dégradation ont permis, dans


l’ensemble des régions du pays, de mieux appréhender ce processus. Dans la région
du Rif, l’analyse diachronique à partir de photographies aériennes (1966 et 1986) a
permis d’évaluer la dégradation de la forêt de l’équivalent de 5.000 ha/an, soit un
taux de 35 % ; de même, l’analyse d’images satellitaires Landsat captées en 1982 et
1992 a révélé l’expansion du processus dans d’autres régions (tableau 23).

Tableau 23 : Evolution des surfaces forestières au Maroc

1. Évolution des surfaces forestières dans le Rif (en hectares)

Surface forêt Surface forêt en dégradation dégradation Taux de


Provinces
1966 1986 1966-1986 /an Recul
Al Hoceima 82 602 61 891 20 711 1036 25,07 %
Chefchaouen 106 868 72 486 34 382 1719 32,17 %
Tétouan 70 884 35 641 35 243 1762 49,72 %
Larache 20 368 13045 7 323 366 35,95 %
Total 280 722 183 063 97 659 4883 34,79 %

138
2. Evolution des forêts dans d'autres régions (en hectares)

Surface forêt Taux


Province Surface forêt 1982 Recul (ha) Recul/an
1992 de recul
Agadir 220 262 215 484 4 778 478 2,17 %
Benslimane 67 592 64 507 3 085 309 4,56 %
Taounate 44 022 38 845 5 177 718 11,76 %
Essaouira 108 890 95 480 13 410 1 341 12,32 %
Kenitra 72 065 59 719 12 346 1 235 17,13 %

L’Inventaire Forestier National (1996) permet ainsi des comparaisons, qui à


l’échelle du pays, font état d’une tendance forte à la dégradation, voire à la réduction
des surfaces forestières sous les pressions simultanées anthropique et animale. La
surface totale forestière dégradée, selon l’IFN, est de l’ordre de 25.000 ha par an. La
figure 53 ci-après résume cette évolution.

Les projections établies estiment la population marocaine, vers l’année 2025 à


près de 50 millions d’habitants dont la moitié en milieu rural et, dont le nombre
continuera de s’accroître en valeur absolue en dépit de la tendance à l’urbanisation.
L’emprise de la pression sur les écosystèmes combinée au changement
climatique probable au cours de ce siècle risque d’aggraver les pressions déjà
lourdes, si des programmes d’adaptation et d’action significatifs, ne sont pas
mis en œuvre.

Figure 53 : Evolution de la dégradation des surfaces des écosystèmes forestiers

139
Du processus d’érosion des sols et d’ensablement au Maroc : causes,
manifestations et impacts

L’importance accordée par le Maroc à la mobilisation des ressources en eau


est reflétée par l’ambitieux programme en matière de construction de barrages. Il
existe à ce jour, plus de 110 barrages. Les bassins versants en amont de ces barrages
couvrent une superficie totale de plus de 20 millions d’ha dont plus de 50 %
présentant des risques importants d’érosion.

La conséquence la plus néfaste des phénomènes d’érosion réside dans le


transport vers l’aval d’alluvions qui, en s’accumulant dans les retenues des barrages,
réduisent leur capacité de régularisation. A cela s’ajoute la perte de la productivité
des sols agricoles à l’amont. La figure 54 donne l’évolution des pertes cumulées en
retenue de barrage durant la 2ème moitié du 20ème siècle.

Devant l’ampleur des problèmes d’érosion hydrique, les pouvoirs publics ont
pris, depuis plus d’un demi siècle, des dispositions juridiques, administratives et
techniques (Dahir du 21 mars 1951, Dahir du 25 juillet 1969 du Code des
investissements agricoles) pour la promotion des interventions de conservation des
sols dans le cadre d’une approche visant l’intégration et la complémentarité entre les
interventions de protection des sols à l’amont et la préservation des infrastructures
hydro-agricoles à l’aval.

1500 1400
Perte en retenues de barrages (millions m3)

1000 895

475
500

155
50
5
0
1950 1960 1970 1980 1990 2000

Figure 54 : Evolution des pertes cumulées en retenues de barrages


(1,4 milliard m3 en 50 ans : équivalent à la capacité du barrage IDRISS 1er)

140
Malgré les efforts déployés, les réalisations sont restées en deçà des besoins
et la pression anthropique sur les ressources naturelles n’a fait qu’accentuer la
dégradation des sols et donc accélérer les phénomènes d’érosion. L’encadré 15
résume les causes, les manifestations et les impacts du processus.

Le Plan National d’Aménagement des Bassins Versants (PNABV), adopté en


1996, comme cadre stratégique fixant les priorités d’interventions et proposant les
approches ainsi que les mécanismes financiers et institutionnels de mise en œuvre,
devrait donner une nouvelle dynamique à l’action de lutte contre l’érosion.

Malgré une série d’expériences innovantes dans la préparation, les montages


institutionnels et financiers, les approches de mise en œuvre et de partenariat dans le
cadre de certains projets d’aménagement intégré des bassins versants, le PNABV
souffre, dans sa mise en œuvre, du manque d’intégration et de mise en cohérence
horizontale des actions sectorielles et de la difficulté de mobilisation des moyens
financiers.

141
Encadré 15- Processus de l’érosion des sols : causes, manifestations et impacts

A. Des conditions physiques, climatiques et anthropiques prédisposant à l’érosion


des sols

Facteurs naturels :

 Extension des zones au relief montagneux, (25% du pays) ;


 Prédominance des substrats fragiles, des sols peu profonds et pauvres ;
 Agressivité climatique, intensité et irrégularité des pluies, faiblesse du taux de couverture
végétale (8%).

Facteurs anthropiques : pression sur les ressources :

 Surexploitation du bois de feu et des parcours


 Extension des terres de culture sur sols marginaux sans pratiques antiérosives
 Faible niveau d’intensification de la production en zones de montagne
 Insuffisance des équipements et des investissements pour une diversification des activités
économiques en milieu rural

B. Des effets lourds de conséquences sur le capital eau et sol à l’amont et à l’aval

Conséquences au niveau du bassin versant :

 Pertes en sol (Plus de 2000 t/km2/an dans le Rif ; 1000 à 2000 t/ km2 /an dans le Prérif et
la bordure méditerranéenne ; 500 à 1000 t/ km2 /an dans le Moyen et Haut Atlas
 Perte d’éléments fertilisants des sols agricoles de l’amont
 Altération des conditions écologiques des milieux: dynamique de régénération naturelle
du couvert forestier et appauvrissement de la biodiversité

Impacts sur les infrastructures hydro-agricoles :

La capacité perdue chaque année par envasement est évaluée 75 millions de m3 soit une
diminution de l’ordre de 0,50% par an de la capacité totale de stockage (16 milliards de m3) :

 Perte d’un volume de stockage d’eau équivalent à une possibilité d’irrigation de 5000 ha
 Réduction des quantités d’eau mobilisées pour l’approvisionnement en eau potable et
industrielle et altération de leur qualité (phénomène d’eutrophisation),
 Régression de la faune aquatique par suite de la réduction des zones frayères dues au
colmatage des fonds de rivière,
 Surdimensionnement des barrages : réservation d’une tranche morte à l’accumulation des
apports solides ;
 Réduction de la tranche réservée au laminage des crues et donc l’augmentation du risque
de déversement et d’inondation à d’aval :
 Réduction des débits des canaux par suite du développement des plantes aquatiques
favorisé par les transports solides ;
 Augmentation des frais de fonctionnement et de gestion des barrages, des usines
hydroélectriques, des unités de traitement des eaux et des systèmes d’irrigation.

142
Le tableau 24 présente l’évolution des ressources en eau au Maroc à l’horizon
2020 et la tendance à l’état actuel vers une situation de pénurie; situation qui risque
de s’aggraver avec les effets probables du changement climatiques au cours du
siècle.

Tableau 24 : Evolution des ressources en eau au Maroc à l’horizon 2020


(Source HCP, 2006)

Ressources en eau
Taux de
(milliards de m3) 2000 2020
réduction
Renouvelables 29 25,5 12%
Mobilisables 20 17 15%
Superficielles 16 13,6 15%
Souterraines 4 3,4 15%

3
Capital en eau (m /habitant/an) 1010 682 33%

L'érosion éolienne est un mécanisme physique que l'on peut considérer


comme exclusif jusqu'à un isohyète de 300 mm. Le vent devient alors un facteur
causal de l'érosion par arrachement, transport et dépôt des particules du sol. Le vent
est un paramètre climatique qui a une influence majeure sur les conditions du sol et
de végétation en raison de son action sur les échanges de chaleur et de vapeur
d'eau, près de la surface du sol. La figure 55 ci-après représente les régions qui sont
soumises à l'érosion éolienne.

L’érosion éolienne et les problèmes de l’ensablement se posent aussi bien


pour les zones côtières que continentales. Ce phénomène touche particulièrement
les provinces du littoral atlantique, en particulier celles d’El Jadida, Safi, Essaouira,
Agadir, Tiznit, et certaines provinces du Sud et du Sud Est du pays, notamment : Tata,
Ouarzazate, Errachidia, Boudnib et Figuig. Il touche particulièrement la frange côtière
de Tarfaya, Laayoune, Khénifiss, les vallées du Draâ, du Ziz, de Gheris.

L’érosion éolienne résulte de l’action et des fréquences des vents dans ces
régions, mais elle est accentuée par la dégradation de la végétation naturelle,
notamment près des grands centres urbains où les besoins en bois et en pâturage
ont atteint des proportions importantes déjà au début du 20ème siècle (cas
d’Essaouira et d’Agadir). Les dommages et/ou menaces de l'ensablement concernent
les palmeraies, les barrages, les canaux de dérivation, les canaux d'irrigation, les
villages et les voies de communication.

143
Au niveau des zones maritimes, les premiers travaux de lutte contre
l’ensablement ont été lancés au début du siècle dernier à Essaouira puis à Agadir.
Mais pour les dunes continentales, les travaux de lutte contre l’ensablement avec les
moyens de l’Etat n’ont pris une importance appréciable que depuis 1980 à Zagora et
à Errachidia. Les réalisations en matière de stabilisation des dunes ont permis en
zones littorales la protection de certaines villes côtières (Essaouira, Agadir…).

Figure 55 : Répartition approximative des zones touchées par l’érosion éolienne


et l’ensablement au Maroc (Benbrahim et al., 2004)

144
En milieu terrestre, les superficies fixées bien que limitées à cause du coût
élevé (5 fois plus cher qu’en milieu littoral), revêtent une importance capitale quant à
leur impact sur la vie des populations. En plus, les réalisations ont permis des acquis
techniques importants et ont contribué au développement des réflexions sur
l’aménagement et la gestion des zones arides et désertiques du pays

Les effets de l’érosion sur le capital eau, sol et biodiversité à l’amont et a l’aval
et ses impacts sur les infrastructures hydro-agricoles et sur la vie des populations
combinés au changement climatique probable au cours de ce siècle, risquent avec
une tendance à la baisse des précipitation et vers plus d’événements extrêmes
(sécheresses, inondations, etc.), d’aggraver les problématiques socio-écologiques et
économiques déjà lourds.

De ce fait, la conservation des sols et l’aménagement des bassins versants


devraient constituer un enjeu stratégique national pour l’équilibre écologique et
socio économique du pays. Ils requièrent, cependant, dans le cadre de l’adaptation
au changement climatique , le développement de véritables mécanismes en vue d’un
meilleur rééquilibrage de la solidarité intergénérationnelle dans le respect des
ressources naturelles et de leur équilibre, de la solidarité interspaciale et
interrégionale et de la solidarité amont/aval dans les bassins hydrauliques, pour une
meilleure répartition de ces ressources, véritable ciment des interdépendances, et du
sentiment partagé d’un devenir commun.

Du processus de désertification

Le terme « désertification », du latin « desertum facere » : rendre désert,


désigne « la dégradation des terres dans les zones arides, semi-arides et
subhumides sèches par suite de divers facteurs, parmi lesquels les variations
climatiques et les activités humaines.» (Article 1, Convention sur la lutte contre la
désertification dans les pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la
désertification, en particulier en Afrique, 1996). Ce terme inclut la perte de
productivité et de diversité biologiques ou économiques des terres cultivées, des
pâturages et des forêts. Les principales causes avancées aujourd'hui pour expliquer
ce phénomène sont les fluctuations climatiques et les modes non durables
d'exploitation des sols.

145
Au Maroc, la désertification peut potentiellement toucher toutes les zones du
territoire national (figure 56). Les principaux facteurs qui favorisent le déclenchement
et l’accentuation de ce phénomène sont en rapport avec :

1) Une aridité du climat qui concerne près de 90% du territoire national


accentuée par une variabilité annuelle et interannuelle des pluies ;

2) Une pauvreté et une fragilité des sols dues, essentiellement, à leur faible
teneur en matière organique et à des utilisations incompatibles avec le
principe de leur conservation : prés de 68% des terres agricoles se situent en
milieu aride et semi-aride ;

3) Une dégradation continue du couvert végétal constamment sollicité pour la


satisfaction des besoins des populations en terrains de culture, en bois de
feu et en ressources fourragères pour le cheptel ;

4) Une érosion hydrique intense notamment dans les zones à pluviosité élevée ;
il en résulte tout particulièrement une perte de capacité de stockage des
retenues de barrage supérieures à 60 millions de m3 par an ;

5) Des phénomènes d’ensablement menaçant notamment dans les provinces


continentales et côtières du pays ; les palmeraies menacées sont estimées à
30.000 ha pour 80.000 habitants dans la Province de Ouarzazate et à 250.000
ha pour 2000.000 habitants dans la Province d’Errachidia.

C’est en reconnaissance de la gravité de la situation, que le Maroc a signé et


ratifié la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification (UNCCD)
en 1996 et a élaboré un programme d’action national de la lutte contre la
désertification (PANLCD) pour mettre en œuvre cette convention.

146
Royaume du Maroc

Carte de sensibilité à la
désertification

Non affecté : 282800 ha (0,4%

Sensibilité moyenne: 2474300 ha 3,6%)

Très sensible ; 5 950 500 ha (8,6%)

Critique : 60366431 ha (87,4%)

Figure 56 : Sensibilité à la désertification au Maroc (HCEFLCD, 2007)

Nonobstant, les pouvoirs publics ont accordé, depuis fort longtemps, une
grande importance à la lutte contre la dégradation des ressources naturelles à
travers l’initiation et la mise en œuvre des politiques et programmes en mesure d’en
limiter l’ampleur et d’en atténuer les conséquences (conservation des ressources
forestières, reboisement, lutte contre l’érosion, mobilisation des ressources en eau,
aménagement des ressources pastorales etc.). C’est dans le cadre de ces efforts que
peuvent s’inscrire les diverses dispositions législatives pertinentes en matière
forestière (1917), de lutte contre l’érosion hydrique (1951), du Code des
Investissements Agricoles (1969) ; et des institutions appropriées mises en place.

147
Dans le même sens, le Maroc a élaboré dès 1986, un « Plan National de la
lutte contre la désertification » (Mhirit et al.,1986) qui a été intégré dans le plan
d’orientation 1988-1992.

Face à l’évolution du contexte éco-sociologique et environnemental du Maroc


et du contexte international (Stratégie décennale de l’UNCCD, Objectifs du
Millénaire, Plan d’action du SMDD; etc.), depuis la mise en œuvre PANLCD en
2001, et à la pression croissante exercée sur les ressources naturelles par le
changement climatique et, sachant que l'ampleur des problèmes de désertification
continue de s’amplifier, malgré les interventions dans le cadre de plans sectoriels et
d’autres à caractère horizontal; il devient impératif de renforcer la mise en œuvre du
PANLCD et plus particulièrement son adaptation au changement climatique
probable au cours de ce siècle.

Dans les perspectives d’adaptation au changement climatique, la lutte contre


la désertification doit être approchée de manière holistique, coordonnée et intégrée
avec le souci de contribuer à la lutte contre la pauvreté et au développement
humain. L’approche devra viser l’intégration des actions au niveau des grands
systèmes constituant des unités « homogènes » du point de vue biophysique,
climatique et social, et en ce qui concerne le type de problématique de
désertification. A cet effet, il devient nécessaire d’asseoir un système de suivi
rigoureux du processus selon des indicateurs spécifiques à chaque zone homogène,
en vue d’orienter la politique de lutte contre la désertification sur une base objective.

De la vulnérabilité des écosystèmes forestiers aux incendies

La fragilité face au feu est une caractéristique fondamentale des écosystèmes


forestiers méditerranéens. On enregistre chaque année prés de 50.000 feux
détruisant entre 700.000 ha à un million d’ha de forêts. Les dégradations
occasionnées par les incendies sont extrêmement variables dans le temps et dans
l’espace en fonction du rythme des sécheresses, de la conduite des populations et du
pouvoir de résilience des espèces forestières.

Le feu menace de plus en plus les forêts marocaines même si la superficie


forestière brûlée annuellement, reste relativement faible par rapport aux pays nord-
méditerranéens. Au cours de la période 1960-1969, la superficie moyenne parcourue
par le feu n’était que de 1.883 ha/an ; elle est passée à 2.960 ha/an entre 1970 -1979,
soit une augmentation de 57%. Durant la période 1980-1990, la superficie brûlée
moyenne était de 3.138 ha/an soit une augmentation de 6 % par rapport à la période
1970-1979. Ces dernières années, elles atteignent 4.503 ha, d’où une augmentation
de 43 % par rapport à la période 1980-1990 et 140 % par rapport à 1960-1969.

148
Au cours des quarante dernières années (1960-2008) une superficie moyenne
de 2.984 ha par an a été parcourue par le feu avec un maximum de 11.289 ha en
1983, en plein période de sécheresse 1979-1984 qu’a connue le pays, et un minimum
de 597.ha, en 2007. La vulnérabilité et gravité des incendies de forêts varient selon
les régions. Elle est directement liée au type de végétation et notamment, du type de
sous-bois. Le Rif est la région la plus touchée ; elle perd environ 1.185 ha/an, soit
43% de la superficie globale incendiée au niveau national. La région orientale vient
en deuxième position avec 500 ha, soit 18 % du total. La figure 57 présente
l’évolution des incendies de forêts durant la période 1960-2008 (HCEFLCD, 2008).

Figure 57 : Evolution des incendies au Maroc (1960-2008)7

7
Malgré la tendance à la hausse du nombre d’incendies durant la période 1960-2008, la superficie incendiée est
en légère diminution en raison de l’amélioration de la gestion des incendies de forêts.

149
Le Maroc accorde à la question des incendies de forêts une place prioritaire
pour la conservation et la préservation du patrimoine forestier. Pour faire face aux
risques récurrents et impondérables des incendies, un Plan Directeur de Prévention
et de Lutte contre les Incendies de forêts (PDCI) a été élaboré et adopté en 2001 par
un Comité interministériel regroupant l'ensemble des départements concernés
(Ministère de l'Intérieur, Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la
Désertification, Gendarmerie Royale, Protection Civile, Forces Armées Royales, Forces
Royales Air, Forces Auxiliaires, collectivités territoriales).

Le PDCI vise la mise en place d'un système cohérent et efficace de maîtrise


des incendies de forêts par le biais de programmes modulables d'actions
pluriannuels (10 ans) portant sur le renforcement des infrastructures de base
(prévention, prévision et alerte) et la mobilisation des capacités humaines et
matérielles pour l'extinction.

En intégrant la problématique des incendies dans l'aménagement durable et


concerté des espaces forestiers, l'effort actuel des pouvoirs publics (HCEFLCD)
s'articule autour des trois composantes suivantes:

 la prévention, à travers l’intensification de la sylviculture préventive


(aménagement du combustible) au niveau des zones à haut et moyen risque
pour rendre les forêts moins vulnérables au feu; le choix et la diversification des
espèces pour le reboisement de ces zones et la sensibilisation du grand public ;

 la détection et l'alerte, à travers, l'association de différents moyens d'observation


et de détection sur le terrain en période d’incendie et le développement d’un
réseau de communication et de transmission à l’échelle nationale ;

 L’amélioration de l'efficacité de lutte, à travers la mise en place des moyens


facilitant l'engagement rapide des équipes de lutte, et des moyens de lutte
terrestres et aériens.

Les incendies figurent parmi les conséquences associés aux événements


extrêmes. En effet, une augmentation combinée de la température et de la
sécheresse estivale pourrait assimiler certaines régions indemnes ou peu sensibles
aux zones les plus sensibles de la région rifaine par exemple. Cette sensibilité aux
incendies pourrait être d’autant plus forte, que la pluie fait défaut, la température
plus élevée et la vitesse des vents plus élevée, comme prévu dans les modèles
climatiques du GIEC. Aussi la probabilité d’une aggravation du risque incendie est-
elle élevée pour les régions à fort potentiel forestier. Dans ces conditions,
l’adaptation des écosystèmes forestiers devrait s’orienter vers plus de prévention et
vers la maitrise des risques d’éclosion et de propagation des feux au moyen de
puissants outils d’aide à la décision.

150
De la santé et du dépérissement des écosystèmes forestiers

Les conditions écologiques difficiles (aridité, sécheresses récurrentes et


prolongées et sol fragile), le surpâturage, les prélèvements de bois de feu et de
produits non ligneux, la mutilation des arbres, mettent l’écosystème forestier dans un
état de dysfonctionnement physiologique et autoécologique qui le rend vulnérable
aux attaques des différents agents pathogènes. Ce phénomène, peut représenter un
énorme danger pour la santé des forêts et, de surcroît, pour leur capacité à assurer la
fonction de production, environnementale ou biopatrimoniale. Les attaques
parasitaires et phytopathologiques touchent principalement les pins, le cèdre, le
chêne-liège et les eucalyptus ; bref les espèces les plus productives et
économiquement les plus intéressantes de la forêt marocaine.

La gestion phytosanitaire s‘est traduite par des luttes chimiques, dès les
années 50 en forêt de chêne liège de la Maamora, mais les campagnes de lutte ne
démarrèrent qu’au début des années 80, au moment de la grande sécheresse 1979-
1984 qu’a connu le Maroc. Durant cette période, certains écosystèmes naturels
(chêne liège, cèdre, pins, etc..) ainsi que l’eucalyptus et les pins reboisés
artificiellement ont manifesté une grande vulnérabilité aux attaques parasitaires. Les
traitements phytosanitaires s’effectuent par des épandages aériens à base de
produits biologiques (Bacillus thuringiensis) et chimiques qui sont des insecticides
inhibiteurs de la croissance (Diflubenzuron).

Au cours de la période de 1980 à 1990, les superficies traitées ont atteint


198.951 ha (116.671 ha de cèdre, 60.090 ha de pin, 19.660 ha de chêne-liège et 2.530
ha de chêne vert) et sont situées principalement dans le Moyen-Atlas (cèdre et pin),
le Nord-Ouest (pin et chêne-liège), le Nord-est (pin, cèdre) et le Rif (chêne liège, pin).
Par ailleurs, durant la période de 1991 à 2003, ces superficies ont presque doublé
enregistrant 383.481 ha (133.781 ha de cèdre, 234.661 ha de pin, 9.905 ha de chêne
liège et 5.134 ha de chêne vert). Cette augmentation a été due principalement aux
attaques importantes des forêts de pins et de cèdre par la processionnaire du pin.

Le premier bilan de santé des forêts à l’échelle nationale a été établi en l’an
2000 et relate l’ensemble des dysfonctionnements phytosanitaires. En effet, durant
ces quatre dernières années (2000-2003), une superficie totale de 25.884 ha a subi
des dépérissements importants.

151
Les plus grandes superficies forestières touchées par les dépérissements ont
été enregistrés dans le Moyen-Atlas (8.284 ha de chêne vert et cèdre), et le Haut-
Atlas (7.673 ha de genévrier rouge et pins, et 5.155 ha de chêne-vert, cèdre,
reboisements…).

Les problèmes sanitaires qui ont touché les peuplements forestiers et qui
continuent toujours de l’être comme ceux des peupliers en 1978, le Phoracantha des
eucalyptus en 1980, le chêne-liège (Maamora) en 1983, le thuya en 1993 et
dernièrement les dépérissements à causes multiples des cédraies des Moyen-Atlas et
autres problèmes, ont fait émerger chez les pouvoirs publics (HCEFLCD) une prise de
conscience quant à l’importance du volet de la santé des forêts dans les stratégies
d’aménagement et de conservation des écosystèmes forestiers.

Cette prise de conscience a conduit, dès 2003, à plusieurs actions, en


particulier : l’inventaire phytosanitaire au niveau des forêts de cèdre dans le Moyen
Atlas, la cartographie générale des zones concernées par les dépérissements,
l’estimation des volumes sur pieds de cèdre dépéris et morts pour un plan de gestion
et d'assainissement des forêts dépérissantes, la mise en place d’un réseau de suivi de
la cinétique d’évolution de ce phénomène; et l’engagement d’une étude
pluridisciplinaire (aménagement, entomologie, dendrochronologie, pédologie,
écophysiologie, etc.) pour identifier des causes plausibles du dépérissement constaté
et proposer un modèle de sylviculture approprié.

Actuellement, des dépérissements multiples touchent sérieusement plusieurs


écosystèmes importants au Maroc : cèdre du Moyen Atlas, chêne liège à la Maamora,
etc. Les interrogations nombreuses de l’impact du changement climatique planétaire,
désormais avéré, plus particulièrement sur les forêts marocaines, imposent désormais
comme dans de nombreux pays la mise en place de dispositif d’évaluation et de suivi
de l’état de santé des forêts de façon à établir rapidement un état des lieux initial
dont on pourra suivre l’évolution.

La surveillance continue de l'état de santé des forêts constitue ainsi une étape
importante pour la prévention des déséquilibres phytosanitaires et un outil de
gestion durable.

152
5.3. Conséquences potentielles pour la biodiversité

L’impact combiné de l’action anthropique et des modifications climatiques à


tendance xérique sur les écosystèmes forestiers marocains est particulièrement
important dans les régions de montagne, qui concentrent, sur de faibles superficies
(zonation altitudinale), la plus grande biodiversité, et dont la plupart sont classés ou
considérées comme des réserves naturelles. Au-delà de l’intérêt propre de la
biodiversité et de son rôle dans la préservation du capital génétique, nombre
d’activités humaines sont dépendantes de leur environnement naturel.

A l’échelle globale, il a été estimé que le changement climatique pourrait


provoquer la disparition de plus d’un million d’espèces d’ici 2050. Entre 15 et 37 %
des espèces terrestres de la planète seraient menacées d’extinction. Par exemple, en
France métropolitaine, 19 % des vertébrés et 8 % des végétaux pourraient disparaître
(ONERC, 2006).

Au Maroc, les rapports (REEM, 1999) ont mis en exergue les différentes catégories de
menaces qui pèsent sur les composantes de la biodiversité nationale. Les espèces
menacées sont au nombre de : 1617 pour les végétaux et 610 espèces animales dont
86 formes marines, 98 espèces d’oiseaux et 18 mammifères. Les prévisions (RREM,
1999) font état du risque de disparition de près de 22% de la biodiversité nationale à
l’horizon 2050 (figure 58).

153
Figure 58 : Prévision du taux de disparition de la biodiversité du Maroc
à l’horizon 2050 (RREM, 1999)

La biodiversité des milieux côtiers du littoral, les zones humides, les oasis et
les montagnes du Maroc sont particulièrement vulnérables au changement
climatique. Ces milieux subissent un ensemble de pressions traduites par une
surexploitation des ressources naturelles due à la grande croissance démographique
et au surpeuplement dans certaines régions ainsi qu’aux effets de la sécheresse
persistante.

Parmi les menaces principales pesant sur la biodiversité au Maroc figurent


(Birouk, 2003): (i) la perte, la fragmentation et la dégradation des habitats; (ii) la
surexploitation d'espèces; (iii) la prolifération d'espèces exotiques envahissantes et
(iv) la pollution et le changement climatique. En matière de zones humides, sous
l’effet du changement climatique, on estime que 50% du patrimoine humide (grands
lacs naturels de montagne, lagunes, marais, etc.) a été perdu durant les 50 dernières
années.

154
Globalement, les espèces caractéristiques, des eaux froides comme les truites
fario et arc-en-ciel répondraient négativement au changement climatique en
réduisant très fortement leur distribution actuelle. Au contraire, la plupart des
espèces des eaux chaudes pourraient coloniser de nombreuses stations où elles sont
actuellement absentes (barbeau et carpes). Ces changements affecteront également
les oiseaux d’eau auxquels les zones humides fournissent un habitat, et vont limiter
de plus leurs rôles récréatifs et touristiques, mais surtout leur rôle de réservoir
génétique.

Les menaces sur les zones humides sont perceptibles au travers des menaces
actuelles affectant les ressources hydrologiques du Maroc en conséquence du
changement climatique, en particulier : la baisse des niveaux piézométriques,
induisant une diminution des débits des exécutoires naturels (fleuves et rivières) et
des nappes phréatiques , la réduction de la capacité des barrages (précipitations
concentrées et envasement accéléré par l’érosion (la capacité des barrages perdues
en retenue est estimée à 75 millions de m3, soit 0,5% par an) ; le dérèglement du
régime de débit des oueds et la salinité des eaux souterraines.

De nombreux travaux consacrés aux effets du changement climatique sur la


biodiversité mettent l’accent sur le déplacement observé d’aires de répartition de
certaines espèces ou habitats. Pour simplifier, les conditions potentielles sont réunies
pour une migration vers le nord (de l’ordre de 400 à 800 km suivant les scénarios) ou
en altitude (de 300 à 600 m) des espèces végétales ou animales.

Cependant, la grande inconnue réside dans la façon dont cette évolution


s’effectuera sur une période de cent ans, beaucoup plus courte que les périodes
historiques (des milliers d’années) sur lesquelles elle s’est étalée. Là aussi, la
biodiversité sera fortement affectée, surtout si on ajoute à ce panorama l’éventualité
de l’apparition d’espèces invasives favorisées par le réchauffement. Ces prédictions
reposent sur des évolutions du climat moyen. Il reste à évaluer les conséquences des
événements extrêmes qui pourraient s’avérer déterminants pour moduler la
tendance moyenne, comme l’ont démontré, entre autres, la tempête de fin 1999 ou
la sécheresse/canicule de l’été 2003 en France.

155
La vulnérabilité liées aux processus d’évolution biophysiques et
anthropogéniques, préalable aux impacts du changement climatique sur la
biodiversité peut être appréhendé à différents niveaux, selon qu’on se situe à
l’échelle de l’individu (diversité génétique), d’un ensemble d’individus (diversité des
espèces), d’assemblages entre espèces (diversité des écosystèmes), ou de groupes
fonctionnels (diversité fonctionnelle). Il conviendrait par conséquent de distinguer
l’adaptation des individus (capacité d’adapter leurs organes aux conditions
climatiques) de celle des espèces (du fait par exemple d’une certaine sélection
naturelle ou de leur capacité de déplacement, d’essaimage) et de celle des
écosystèmes (par les relations entre espèces, les phénomènes de compétition, la
capacité de réponse au déséquilibre créé par le changement climatique...).

Il en résulte qu’une une vision globale est nécessaire pour appréhender et


comprendre les interactions entre le changement climatique, les usages des terres et
la dynamique biologique. Les réseaux d’aires protégées, en plus de leur rôle socio-
écologiques, doivent pouvoir être utilisées comme des laboratoires d’étude sur les
impacts et l’adaptation au changement climatique.

6. Intégration de l’adaptation dans la gestion durable des


écosystèmes forestiers : premières mesures prises

6.1. La gestion durable des écosystèmes forestiers marocains : cadre


d’action pour l’atténuation et l’adaptation au changement
climatique

6.1.1. Du contexte général du développement durable

Durant les deux dernières décennies, en particulier, après la Conférence des


Nations Unies pour l’Environnement et le Développement (CNUED, RIO 1992) et les
processus qui l’ont suivi (mondialisation des services libéralisation de l’économie,
conventions environnementales internationales , etc.), le Sommet Mondial pour le
Développement Durable (SMDD; Johannesburg , 2002), le Maroc se trouve en pleine
transition politique, économique et sociale marquée par une ouverture de plus en
plus grande à l’origine de l’émergence de nouvelles forces de dynamisme et d’une
société civile agissante. De ce fait, il a réorienté et refondé sa politique sur la
construction de processus de développement durable dans leur triple dimension :
écologique, économique et socioculturelle.

156
Dans ce sens, la prise de conscience et la volonté politique se sont traduites
par la construction de processus de développement durable, en particulier:

 des choix politico-économiques stratégiques touchant les domaines de la


libéralisation de l’économie, de la régionalisation et la décentralisation, de
l’éducation et formation et de la lutte contre la pauvreté ;

 des stratégies et programmes d’action nationaux :

 dans le domaine socio-économique : Programme national de


construction des routes ; Programme d’approvisionnement en eau potable
(PAGER); programme d’électrification rurale globale (PERG); programme
des priorités sociales pour l’éducation de base (BAJI); Stratégie Nationale
pour la Protection de l’Environnement (Anon.; 1995 ); Stratégie 2020 de
Développement Rural (Anon., 1999);

 dans le domaine de gestion des ressources naturelles et de lutte


contre la désertification : Programme national d’irrigation (PNI); Plan
national d’aménagement des bassins versants (PNABV, Anon.,1995, 2002);
Plan directeur de reboisement (PDR; Anon.; 1997); Plan directeur des aires
protégées (Anon., 1996) ; Plan directeur de gestion conservation des terres
bours ; Stratégie de développement des terres de parcours; Programme
forestier national (PFN; Anon., 1999), Programme d’action national de lutte
contre la désertification (PANLCD; Anon.; 2001), Plan national de la
biomasse-énergie (PNBE; Anon.; 1998) et, Plan directeur pour la
prévention et la lutte contre les Incendies de forêts (PDPCI, 2001; Anon.,
2001).

 la mise en place d’instruments - cadre, institutionnels et réglementaires : Charte


Nationale de l’Education-Formation : Code de l’eau, Code du travail, Code de la
famille, Code du commerce, Code des investissements agricoles, Loi de la
Décentralisation, Charte Nationale de l’Aménagement du Territoire etc., qui sont
autant de leviers et de facteurs de succès pour la politique de développement
durable.

157
L’originalité des processus de développement durable ainsi construits, dont la
gestion des ressources naturelles constitue la trame de fond, réside dans les
approches, les méthodes d’action et les instruments de mise en œuvre. Ces
approches, qui s’inscrivent dans une perspective de durabilité et de vision à long
terme, reposent sur de nouveaux paradigmes qui en garantissent la faisabilité et le
succès, en particulier : l’intégration et l’approche holistique, la décentralisation et la
territorialisation, la participation, le partenariat et la contractualisation; une mise en
cohérence horizontale des actions sectorielles concourant au développement ; (iii)
un cadre opérationnel de l’action gouvernementale : le Comité interministériel
permanent de développement rural, la Commission nationale de l’eau et du climat, le
Conseil national de l’environnement, le Conseil national des forêts, etc.

L’encadré 16 donne les principales stratégies, les programmes et les


instruments de la politique gouvernementale, à caractère horizontal et intégrateur,
dans le domaine du développement durable et de l’environnement élaborés et mis
en œuvre durant les deux dernières décennies.

Dans le prolongement de ces choix politico-économiques et des stratégies et


programmes d’action nationaux correspondant, le Maroc a mis en œuvre, en
cohérence avec les processus internationaux (CNUED, SMA, OMD, SMDD, etc.) un
plan ambitieux : le Plan d’Action National pour la protection de l’Environnement
(PANE ; Anon., 2002), qui comporte sept programmes fédérateurs, et promulgué trois
nouvelles lois de protection de l’environnement en 2003.

Dans le même ordre d’idée, il a élaboré, en 2005, une étude prospective


pluridisciplinaire, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance du pays, « 50 ans
de Développement Humain au Maroc et Perspectives pour 2025 »(
www.rdh50.ma ) avec la participation des différents organismes des Nations Unies
en place. Cette étude, axée sur les travaux d’une dizaine de groupes thématiques
relatifs aux composantes environnementales, économiques, sociales et culturelles,
constitue un appui au cadre stratégique et aux outils de planification pour le
développement du pays à l’horizon 2025.

Cette étude a donnée naissance à « l’Initiative Nationale de


Développement Humain (INDH) » lancée en mai 2005 par la plus Haute Autorité du
pays, conformément aux grandes orientations du Royaume en matière de
développement humain durable. Cette initiative est venue renforcer la lutte contre la
pauvreté, la vulnérabilité, l’exclusion et la précarité, notamment dans le monde rural
et dans les milieux périurbains, avec des modalités innovantes en matière de ciblage
et d’intégration des actions, de financement et d’accès aux capacités et au revenu
ainsi que leur appropriation par les bénéficiaires.

158
Le groupe thématique « Cadre naturel, environnement et territoire » de cette
étude a approché le développement humain sous l’angle de l’aménagement des
ressources et des espaces naturels et, proposé des perspectives et orientations de
nature à contribuer à la réflexion globale sur le développement humain du Maroc à
l’horizon 2025 (Lhafi et al., 2005). Les orientations stratégiques suggérées, dans ce
cadre concernent, en particulier :

 Le renforcement de la politique de mobilisation et de gestion des ressources


naturelles en s’adaptant au contexte climatique de la région et de l’évolution
prévue en liaison avec le changement climatique global que connaît la planète ;

Encadré 16 : Stratégies, programmes et instruments de la politique gouvernementale


mis en œuvre dans le domaine du développement durable et de l’environnement

A caractère horizontal et intégrateur

 La Charte Nationale de l’Aménagement du Territoire ;


 Plan d’Action National pour l’Environnement ;
 Stratégie de Développement Rural intégré 2020;
 Stratégie Nationale pour la Conservation et l'Utilisation
 Durable de la Biodiversité ;
 Programme National de Construction des Routes Rurales ;
 Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification ;
 Programme des priorités sociales pour l’éducation de base (BAJI) ;
 Fondation Mohammed VI pour l’Environnement
 Loi cadre N° 18-95 formant charte de l’Investissement ;
 Loi sur 10-95 de l’eau ;
 Loi 11-03 relative à la protection et à la mise en valeur
 de l’environnement
 Loi 12-03 relative aux études d’impacts sur l’environnement ;
 Loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air
 Loi relative aux sur les aires protégées en cours de promulgation)
 Décret 2-04-553 relatif aux déversements, écoulements, rejets,
 dépôts directes ou indirects dans les eaux superficielles et souterraines
 50 ans de développement humain au Maroc, et perspectives pour 2025 (RDH50).

Principaux instruments de mise en œuvre

 Fonds National de protection de l’Environnement ;


 Fonds de développement rural ;
 Fonds de développement agricole ;
 Fonds National Forestier ;
 Fonds de sauvegarde du cheptel ;
 Code des investissements agricoles ;
 Conseil National du Mécanisme pour un Développement Propre (MDP) ;
 Conseil national de l’aménagement du territoire ;
 Conseil national de l’eau et du climat :
 Conseil national de l’environnement ;
 Comité interministériel permanent du développement rural.
 Conseil national des forêts

159
 l’adaptation de l’utilisation de l’espace aux vocations des terres (agriculture,
urbanisation, industrie, tourisme, …). A ce titre, la terre doit être considérée
comme un moyen de production, plutôt qu’un outil de spéculation, en jouant sur
divers leviers d’incitation (fiscalité, subventions, …);

 la recherche de voies d’amortissement des effets des variations climatiques et de


dégradation de l’environnement à travers une planification écologique basée sur
des choix des terres, des techniques et des spéculations économiques
appropriées (céréalière vs. arboriculture fruitière, cas des terres en pente,
parcours naturels ovin vs. mise en culture, cas de la région de l’Oriental et
réhabilitation et préservation des écosystèmes naturels vs. plantations
artificielles);

 l’adoption des principes d’intégration des politiques et des actions, de leur


territorialisation et la participation effective des acteurs sociaux dans le processus
de décision et de gestion des ressources et espaces ;

 l’amélioration des connaissances sur le fonctionnement des écosystèmes


terrestres et marins, la préservation et la valorisation de leur biodiversité ainsi
que le renforcement des capacités humaines nécessaires à cet effet et la mise en
place de systèmes d’information harmonisés.

L’encadré 17 résume les principales stratégies et les programmes, à caractère


sectoriel, de la politique gouvernementale dans le domaine du développement
durable et de l’environnement élaborés et mises en œuvre durant les deux dernières
décennies.

160
Encadré 17 : Stratégies, programmes de la politique gouvernementale mis en œuvre dans
le domaine du développement durable et de l’environnement à caractère sectoriel

1. Eau et sol 3. Forêts et parcours

 Plan National de l’eau ;  Programme Forestier National


 Stratégie Nationale sur les zones  Inventaire Forestier National ;
humides ;  Programme National
 Programme National de d’Aménagement BV
l’Irrigation ;  Plan Directeur de Reboisement ;
 Programme d  Étude Nationale sur les Aires
’Approvisionnement Groupé en protégées
Eau Potable des Populations  Plan Directeur pour la Prévention
Rurales et la lutte contre les Incendies de
forêts ;
 Stratégie Nationale de surveillance
et de suivi de la santé des forêts
 Stratégie Nationale de
Développement des Terres de
Parcours.

2. Énergie 4. Agro-systèmes

 Nouvelle Stratégie Énergétique ;  Stratégie de développement


 Plan stratégique national pour le agricole ;
développement  Programme National de
des énergies renouvelables ; l’Irrigation ;
 Plan National de la Biomasse  Programme National d’élaboration
Énergie ; des cartes de vocation agricole des
 Programme d’électrification terres ;
rurale global (PERG) ;  Plan National Oléicole ;
 Code des hydrocarbures 2000 ;  Plan National de Restructuration et
de Développement de la
Palmeraie ;
 Loi 33-94 relative à la mise en
valeur en Bour (PMVB).

5. Littoral et espace marin

 Stratégie Nationale des zones humides ;


 Réseau de surveillance de la salubrité du littoral ;
 Réseau de surveillance des plages ;
 Programme MedPol sur la Méditerranée ;
 Loi formant code des pêches maritimes ;
 Décret N° 2-95 717, relatif à la réparation et à la lutte contre les pollutions
marines accidentelles.

161
6.1.2. Du contexte sectoriel des forêts et de la lutte contre la désertification

Le Maroc, soucieux de préserver et de développer de façon durable son


patrimoine écologique et ses richesses forestières, n’a cessé d’œuvrer pour la mise
en place d’une politique capable d’infléchir, voire de renverser, les processus de
dégradation des écosystèmes et de la désertification , qui reconnaît la diversité des
intérêts liés à la conservation et à l’exploitation des ressources naturelles et la
nécessité d’impliquer les principaux groupes d’intérêt dans leur gestion.

A cet effet, une série de réflexions et d’études stratégiques d’appui à la


planification pour un développement durable du secteur forestier ont été conduites
au lendemain de la CNUED (Rio, 1992), en particulier, l’Inventaire forestier national
(IFN ,1999), le Plan national d’aménagement des bassins versants (PABV,1995),
l’Etude nationale sur les aires protégées (ENAP, 1995), le Plan directeur de
reboisement (PDR,1996), le Colloque national sur les forêts (1996), le Plan national de
la biomasse-énergie (PNBE1998), le Plan directeur pour la prévention et la lutte
contre les incendies (PDPCI ,2001).

L'ensemble de ces études a été mis en cohérence et synthétisé pour


l'élaboration du Programme Forestier National (PFN) en conformité avec l'Agenda 21
de la CNUED et des processus internationaux sur les forêts qui en sont issus .Le PFN
constitue un outil stratégique de développement durable du secteur forestier à
l'horizon 2020. Il définit les objectifs globaux et détaillés de la stratégie, les
programmes prioritaires opérationnels et les actions prioritaires pour conduire le
changement; il précise aussi les principales conséquences micro-économiques,
juridiques, constitutionnelles financières et organisationnelles. L’encadré 18 présente
les objectifs et éléments de programme du PFN.

De même une série d’expériences innovantes dans la préparation, les


montages institutionnels et financiers, les approches de mise en œuvre et de
partenariat avec les populations et les ONG, a été lancée dans le cadre de projets
d’aménagement de bassins versants avec le concours de la coopération
internationale [Sidi Driss (UE), Oued Lakhdar Oued et Msoun (BM)], d’aires protégées
[Souss-Massa et Toubkal (GTZ), Tazeka (FAO)], et de développement intégré des
zones forestières et périforestières [Chefchaouen (UE), Ifrane (AFD)].

Ces études et ces expériences ont servi de base au Haut Commissariat aux
Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification (HCEFLCD) pour construire un
plan d’intégration territorialisé (PIT) dont il a entrepris la mise en œuvre, dans le
cadre de contrats programmes, sous forme de projets décennaux (2005-2014).

162
La mise en œuvre du (PIT) a donné lieu à la promotion de processus innovants
de prise de décision qui permettent une gestion patrimoniale des ressources
naturelles, la territorialisation et l’intégration des programmes et des actions, dans le
cadre d’une approche de concertation, de participation, de partenariat et de
responsabilisation partagée.

Parallèlement, un grand nombre de chantiers, à caractère stratégique, sont


mis en place ou en cours, dans les perspectives d’une meilleure gouvernance du
cadre institutionnel et des pratiques administratives, afin de s’affranchir des
difficultés qui ralentissent et diminuent la portée et l’efficacité de la mise œuvre et
l’exécution d’initiatives et de programmes en matière de développement intégré
participatif et de développement humain.

163
Encadré 18 : Le Programme Forestier National marocain :
Objectifs et éléments de programme à l’horizon 2020

1. Objectifs globaux

(i) Protection des eaux et des sols : le taux d’érosion et d’envasement des barrages réduit de moitié et
les risques de catastrophes naturelles strictement limitées ;

(ii) Développement socio-économique des populations rurales des zones périforestieres, notamment
en montagne. Les espaces boisés naturels contribueront au développement de ces populations dans le
cadre d’une gestion locale durable ;

(iii) Protection de la biodiversité et de l’environnement : La dégradation de la diversité biologique sera


stoppée. Le potentiel économique de cette richesse écobiologique sera valorisé ;

(iv) Production de bois pour l’industrie et l’artisanat : La production soutenue de bois d’œuvre et de
produits de qualité (cèdre, thuya, liège) et celle du bois à pâte et panneaux seront intensifiées dans les
espaces spécialisés gérés à cet effet. Les produits seront valorisés par des filières économiques
modernisées et mises à niveau.

(v) Production de services : les principales agglomérations urbaines disposeront d’espaces gérées pour
l’accueil, la détente et les loisirs. Les espaces naturels et forestiers remarquables seront préservés à des
fins éco-touristiques.

2. Orientations pour l’action : éléments du programme

(i) Hiérarchisation des fonctions de la forêt en fonction de l'utilité collective et de la faisabilité


technique et socio-économique comme suit : (1) Protection des sols et régularisations des eaux ;(2)
Préservation de la biodiversité et de l'environnement (3) Développement socio-économique des
populations rurales ;(4) Production de bois pour l'industrie et l'artisanat ; (5) Production de services
pour les populations urbaines

(ii) Spécialisation des espaces forestiers pour tenir compte localement de leur utilité dominante en
fonction de leur capacité et des besoins ci-dessus hiérarchisés pour la concentration et l'optimisation
des efforts, la maîtrise des coûts d'investissement et de gestion et la mesure des résultats ;

(iii) Développement de mécanismes de financements flexibles permettant l'optimisation de l'emploi


des moyens en fonction des priorités, la mobilisation de nouveaux moyens dans le cadre de la
politique rurale, énergétique et de l'eau, la participation accrue des collectivités locales, du secteur
privé et l'appui international.

(iv) Innovations institutionnelles favorisant le transfert des responsabilités au niveau local et la


décentralisation accrue pour certaines actions forestières au niveau régional et local, une démarche
participative et des pratiques de partenariat, de concertation et de contractualisation et des projets
autonomes.

(v) Développement de mécanismes économiques permettant une meilleure valorisation des biens et
services marchands et non marchands produits par les écosystèmes forestiers et péri-forestiers
(amélioration des marchés de bois et des produits non ligneux : liège, alfa, plantes aromatiques et
médicinales, huiles,…) ainsi que de services marchands : droits de chasse, droits de pâturage, éco-
tourisme,…) ;

164
(vi) Développement de méthodes modernes de gestion de l’administration et des organismes
professionnels notamment ceux qui concernent l’évaluation à priori des aménagements forestiers, des
projets de lutte contre la désertification, leur contrôle et leur suivi ainsi que leur évaluation posteriori.
(Indicateurs de gestion durable, système d’information, etc.)

(vii) Améliorer la formation et l’information ; le profil des cadres et techniciens forestiers devra
profondément évoluer. Les compétences juridiques, économiques et de gestion devront être
largement maîtrisées.

(viii) Approfondir les connaissances : nécessité d’un effort de recherche dans les domaines suivants :
(i) fonctionnement des écosystèmes en rapport le changements climatique et la séquestration du
carbone ; (ii) évaluation des produits, services et externalités des écosystèmes forestiers ; (iii)
élaboration de critères et indicateurs de gestion durable» comme instrument objectif d’évaluation de
l’état des forêts, de tendances et de progrès en faveur d’une gestion durable, (iv) usages des espaces
boisés et pratiques sociales pour développer les approches participatives et partenariales et (v)
aménagement des bassins versants et lutte contre la désertification.

(ix) Adapter les structures suivant des blocs de missions identifiées avec le recentrage du HCEFLCD sur
les missions régaliennes et sous-traitance des missions de gestion opérationnelle.

L’approche globale adoptée par le HCEFLCD s’inscrit dans le cadre d’une


vision à moyen et long terme qui conduit à l’élargissement du rôle du forestier pour
intégrer les nouvelles demandes (lutte contre la désertification, biodiversité, paysage
et tourisme, forêts périurbaines, développement local,…). En effet, le service forestier
s’intéresse de plus en plus à des actions d’accompagnement élaborées avec la
population (protection des ressources naturelles, actions productives, infrastructures,
hydraulique villageoise, actions socioculturelles, …) qui conditionnent, en retour, la
réussite et l’efficacité de la réalisation des programmes forestiers et de lutte contre la
désertification.

Dans le cadre général de la politique gouvernementale de développement


durable, HCEFLCD a mis en œuvre des actions et des mesures, avec l’appui technique
de la FAO (Convention « FAO/UTF/MOR/028/MOR Appui à la mise en œuvre du
programme forestier national, 2005 »), pour la mise en place des principales mesures
d’accompagnement du PFN, qui constituent les leviers nécessaires pour permettre
aux programmes retenus de donner les résultats attendus. Ces mesures concernent
essentiellement la communication interne et externe, le suivi et l’évaluation, la
rationalisation des filières d’exploitation, de transformation et de commercialisation
des produits forestiers et les aspects de protection de la forêt. Elles contribuent aussi
à intégrer l’adaptation au changement climatique dans la stratégie de gestion
durable des écosystèmes forestiers. Les premières actions et mesures mises en
œuvre en vue d’intégrer l’adaptation au changement climatique dans la stratégie de
gestion des écosystèmes forestiers, sont décrites dans les paragraphes qui suivent.

165
6.2. Mise en place du Réseau National d‘Aires Protégées (SIBE)

6.2.1. Contexte et objectifs

Le réseau de « Site d’intérêt Biologique et Ecologique » (SIBE) est le


produit de « l’Etude Nationale sur les Aires Protégées », élaborée en 1996, par le
HCEFLCD avec la contribution du Fonds de la Banque Africaine de Développement.
Cette étude, qui englobe tous les écosystèmes du Royaume, a permis d’évaluer le
statut actuel du milieu naturel marocain à travers:

 l’actualisation des données sur les grands types d’écosystèmes, les espèces rares,
endémiques menacées et remarquables de plantes, de mammifères, d’oiseaux et
de reptiles,

 l’identification d’un réseau national d’aires protégées constitué de 154 unités


spatiales différentes (SIBE) dont : 6 parcs nationaux, 2 parcs naturels, 146
réserves naturelles, (108 du domaine continental et 38 du domaine littoral).

 l’évaluation, le diagnostic et la proposition de modes de gestion pour l’ensemble


des SIBE, sous forme de plan de gestion pour les parcs et de fiches analytiques
pour les réserves naturelles.

Un programme est mis en place et se propose comme objectifs spécifiques :


l’amélioration de la gestion, la conservation et l’utilisation des écosystèmes et de
leurs biodiversité, l’implication des populations locales à la cogestion des ressources
naturelles et le suivi de l’évolution des écosystèmes. La figure 59 présente la
répartition spatiale des aires protégées du Royaume.

166
Figure 59 : Réseau d’aires protégées du Maroc

167
6.2.2. Résultats et perspectives

L’importance du programme a conduit à définir trois niveaux de priorité pour


sa mise en œuvre, en se basant essentiellement sur le degré de dégradation des
sites. Actuellement ce programme est entamé sur 32 SIBE de première priorité dans
le cadre du «Projet de gestion des aires protégées ».

Les principales réalisations concernent essentiellement:

 l’élaboration de 5 plans d’aménagement et de gestion pour les cinq SIBE


prioritaires ;

 l’établissement de 4 unités SIG et une base de données nationale sur les aires
protégées ;

 le renforcement de capacité du personnel en matière de gestion des aires


protégées et la mise en place d’une option de spécialisation, au niveau de la
formation des ingénieurs forestiers à l’Ecole nationale forestière d’ingénieurs
(ENFI) et de modules de formations spécifiques sur les aires protégées pour les
techniciens au niveau de l’institut Technique Royal des eaux et Forêts (ITREF);

 L’établissement et la mise en œuvre d’un plan de communication et d’une charte


signalétique sur les aires protégées ;

 L’élaboration de la loi sur les Aires Protégées au Maroc dont le texte est en cours
de promulgation.

Le Programme d’action se poursuit par la mise en place de l’ensemble du


système national d’aires protégées, l’établissement des plans d’aménagement et de
gestion pour tous les SIBE prioritaires du pays (première et deuxième priorité) et
leurs mises en œuvre, le renforcement de la coopération et de l’appui technique et
financier international. Il n’en demeure pas moins que l’opérationnalisation de la
base de données et du SIG est indispensable, pour en faire de véritables outils d’aide
à la prise de décision et de gestion durable de ces espaces naturels de grand intérêt
pour le pays.

168
6.3. Surveillance environnementale à moyen et long terme : Les
Observatoires (ROSELT/OSS)

6.3.1. Contexte et objectifs

Depuis le lancement du Programme « Réseau régional d’Observatoires de


Surveillance Ecologique à Long Terme ROSELT/OSS » en 1994, (encadré 19) le Maroc
s’est engagé à mener des activités de surveillance sur onze observatoires proposés
avec des thématiques de suivi variées. Les observatoires sont localisés en grande
partie dans des bioclimats arides ou hyper arides. Trois, en l’occurrence, Oued Mird,
Issougui et Fezouata, ont été labellisés par ce réseau. Ils correspondent à trois
situations fortement différentes et assez représentatives des principales formes
d’utilisation des terres dans les zones arides (Mhirit, 2006). D’une façon concise les
trois observatoires peuvent être caractérisés comme suit (tableau 25).

L’observatoire de l’Oued Mird fait partie des 154 Sites d’Intérêt Biologique
et Ecologique inventoriés par le Département des Eaux et Forêts et de la Lutte Contre
la Désertification, il offre un très bel écosystème à Acacia raddiana, assez dynamique
avec une assez bonne diversité biologique comparativement à des zones
bioclimatiques similaires, mais la sédentarisation accrue des nomades Aït Isfoul et la
rareté et l’irrégularité des ressources en eau, combinée à la non maîtrise des
techniques culturales, ne permettent pas une durabilité des systèmes de production
existant.

L’observatoire d’Issougui est une zone pastorale d’environ 120.000 ha,


exploitée par la tribu des Aït Zekri, elle constitue une unité pastorale bien délimitée
sur le plan sociologique mais présente un transect bioclimatique varié allant du semi-
aride à hiver froid à l’hyperaride à hiver frais, il connaît un fort bouleversement en
raison des transformations que connaissent les systèmes de production sur parcours.

Tableau 25 : Caractéristiques des observatoires Oued Mird, Issougui et Fezouata

Milieu Activité
Nom Surface ha Climat Champ thématique
dominant dominante

SIBE à Acacia Elevage et


Hyper Conservation de la biodiversité
Oued Mird 60 000 raddiana agriculture
Aride

Impact de l’activité pastorale sur le


Parcours Elevage
Issougui 123 850 Aride milieu
présahariens transhumant

Terrain de
Agriculture
Fezouata 120 000 Aride culture en Dynamique de l’ensablement
oasienne
irrigué

169
L’observatoire de Fezouata est un ensemble relativement complexe
comprenant une oasis et la vaste vallée avoisinante. Un grand programme de fixation
des dunes y a été entrepris depuis 1980. C’est un site qui se prête bien au suivi du
système oasien.

Les activités d’observation et de suivi environnemental ont démarré


pratiquement dans les observatoires de l’oued Mird et d’Issougui en 1998 et 2001,
Chaque observatoire est placé sous la responsabilité d'un « responsable
d'observatoire » en coordination avec le représentant national (institution
scientifique compétente) et l'Organe National de Coordination (ONC) du PAN/LCD.
Le Centre de recherche forestière (CRF), relevant du (HEFLCD) est l’institution
scientifique et technique qui représente le programme ROSELT/OSS au niveau
national. A cet effet, elle constitue un groupe de travail technique national
interdisciplinaire et pluri-institutionnel pour la mise en œuvre des activités de
ROSELT/OSS.

6.3.2. Résultats et perspectives

Les activités menées sur l’observatoire de l’Oued Mird (encadré 20), ont abouti
à la réalisation d’une série d’analyses et de rapports.

La première étude « Etude de la biodiversité dans le site d'intérêt


biologique et écologique de l'Oued Mird » éditée, par l'OSS en octobre 1996,
constitue le document préliminaire de base du programme quadriennal 1998-2001
de cet observatoire. Ce programme donne lieu, dès sa première année d’exécution, à
l’élaboration d’une approche méthodologique validée au cours d’un atelier tenu à
Rabat, en janvier 1999. Le « Rapport scientifique de l’observatoire ROSELT/OSS de
l’Oued Mird » élaboré en octobre 2002 restitue, suivant cette méthodologie, les
résultats et les acquis du programme quadriennal.

Le programme de surveillance environnementale engagé au niveau de


l’observatoire ROSELT d’Issougui s’inscrit dans la deuxième phase opérationnelle du
projet ROSELT/OSS. Les principales activités retenues pour 2004-2005 devraient
définir le protocole de surveillance adéquat pour l’observatoire au niveau de la partie
Sud (Jbel Sagho) en vue d’engager des réflexions pour la mise en place d’un Système
d’information sur l’Environnement local (SIEL).

170
Encadré 19 : Les Observatoires ROSELT/OSS : organisation et fonctionnement

L’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS), est une organisation internationale autonome


établie en Tunisie. Il offre une plateforme de partenariat solidaire et mutuellement profitable Nord-
Sud-Sud au service de la lutte contre désertification et la pauvreté en Afrique à travers la maîtrise,
la diffusion et le partage de l’information utile à la gestion durable des ressources naturelles.

Le Réseau d’Observatoires de Surveillance Ecologique à Long Terme (ROSELT) est un


programme mis en œuvre par l’OSS. Il est constitué par un ensemble d’observatoires
fonctionnant en réseau à l’échelle régionale de la zone géographique de l’OSS qui comprend trois
sous-régions : Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest et Afrique de l’Est. La stratégie de ROSELT
s'inscrit comme une contribution essentielle à la compréhension des phénomènes
d'environnement en liaison avec la problématique des changements globaux et du développement
durable, et de la lutte contre la désertification. Il constitue, de ce fait, un outil à la fois au service de
la recherche et au service du développement qui doit répondre à des préoccupations à court et
moyen terme et garantir la pérennité du dispositif à long terme.

Les objectifs spécifiques de ROSELT se déclinent comme suit :

i. utiliser et valoriser les acquis en matière des méthodes d'inventaire et d'évaluation des
changements environnementaux, à l'intérieur de chacun des systèmes biophysiques ou
socio-économiques des observatoires, pour servir de base au dispositif harmonisé
d'échantillonnage et de recueil de données et à l'élaboration d'indicateurs pertinents des
changements environnementaux dans les zones arides et semi-arides circum-sahariennes.

ii. mettre en œuvre un système de surveillance environnementale harmonisé


relativement à la collecte des données environnementales et leur traitement pour des
évaluations des changements des écosystèmes et agro-écosystèmes en vue de fournir aux
acteurs du développement les outils appropriés, performants et harmonisés d'aide à la
décision aux différents échelons nécessaires.

iii. garantir la pérennité du dispositif de surveillance à travers la définition d'un système


d’observation à la fois techniquement fiable et au moindre coût. L’ancrage institutionnel
de ROSELT dans les politiques nationales, en particulier, dans la mise en œuvre du
Programme d'Action National de Lutte Contre la Désertification tel que prôné par la CCD.

iv. rendre les connaissances utilisables pour les acteurs du développement par la mise
en place d'outils communs de traitement, de communication et de circulation de
l'information et par des produits d'aide à la décision, en particulier des Diagnostics initial
et périodiques du territoire au niveau local et des Indicateurs de la désertification et de
l’environnement aux différentes échelles concernées et aux différents niveaux de décision,
avec un « kit minimum d’indicateurs »

Ces objectifs sont traduits par la mise en place d’unités spatiales de mesures et d’observations
« les observatoires ROSELT » labellisés par l'OSS avec le concours d'un Comité Scientifique et
répondent à des critères préalablement définis. Un observatoire est:
 un territoire caractérisé par un fonctionnement biophysique et un fonctionnement socio-
économique homogènes ;
 un ensemble de moyens scientifiques, humains et matériels ;
 un système organisé de collecte et de traitement des données : de la station au paysage,
puis à la région écologique ;
 une demande de produits d'aide à la décision pour différents niveaux d'intégration
spatiale.

L'organisation de ROSELT comprend quatre niveaux: local (observatoires), national (pays), sous
régional (Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest et Afrique de l’Est) et régional (institutions
conventions internationales, partenaires scientifiques et financiers). Des missions et des
attributions sont définies pour chacun des niveaux.

171
Les principaux résultats du programme ROSELT/OSS, à travers l’Observatoire
de l’Oued Mird, qui semble avoir fonctionné normalement, concernent , en
particulier : (i) la connaissance de la structure, du fonctionnement et de l’évolution
des ressources naturelles sous l’impact de processus endogènes et de facteurs
externes tels que le climat et les usages dans une zone représentative du bioclimat
hyper aride et; (ii) le renforcement de la capacité des cadres, des techniciens et des
chercheurs des institutions nationales, ayant participé à la réalisation des activités
dans cet observatoire, dans les domaines de suivi environnemental en relation avec
la lutte contre la désertification.

Encadré 20 : Programme d’activité de l’observatoire de Oued Mird (1998-2001)

A. Données de base : Présentation et synthèse cartographique

A1. Données biophysiques : Topographie : Géologie, Géomorphologie, Pédologie


Climatologie : Hydrographie et hydrologie. les faciès de végétation
A2. Données sociales et économiques : Historique de la sédentarisation des Aït Isfoul
Modalités de mise en valeur des terres et propriété foncière ; Fonctionnement
des systèmes de production (carte des usages)

B. Activités de surveillance

B1. Surveillance des paramètres météorologiques et climatologiques : Variation des


données climatiques
B2. Surveillance hydrologique : Ressources en eau, évolution de la nappe
B3. Surveillance des paramètres édaphiques : Etat et évolution du sol, de végétation
et des exploitations
B4. Surveillance de la flore et de la végétation : Composition, richesse et
recouvrement, stades évolutifs
B5 Surveillance de la faune : composition et inventaire et évolution
B6. Surveillance socioéconomique et suivi des usages : Dynamique des installations à
Oued Mird. Activité pastorale.

C. Analyse, Interprétation et synthèse de l’information. Etude des mécanismes.

C1. Dynamique et état de l’écosystème à Acacia raddiana/ Impact des évolutions


climatiques Le climat. Impact de l’Action de l’homme et des animaux
C2. Production d’indicateurs de suivi : Indicateurs de surveillance pédologique : (2)
C3. Rapports et cartes thématiques : Rapports; Carte géologique ; Carte du
réseau hydrographique ; Carte de la végétation ; Carte des habitats la faune
Indicateurs de surveillance de la végétation : (13)

172
Le concept, le choix des observatoires et de leur programme sont pertinents
pour la surveillance environnementale des écosystèmes et l’élaboration d’une
stratégie d’adaptation au changement global. Néanmoins, la lenteur des processus
de mise en place et de fonctionnement des observatoires et la faible mobilisation
des compétences requises auprès des autres institutions nationales constituent un
frein pour la construction de scénarios prospectifs pour l’aide à la décision et au
développement des ces zones.

Les atouts du programme ROSELT/OSS et les conditions de sa pérennité


résident dans sa capacité d’évoluer en fonction des contextes et des besoins
nationaux et internationaux ainsi que des avancées scientifiques et techniques. En
effet, un document de réflexion sur la mise en place d’un dispositif national de
surveillance environnementale (DNSE) a été élaboré et validé en mai 2003 lors de
l’atelier de lancement de la 2ème phase de ROSELT/OSS au Maroc. Il s’agit de mettre
en place le Dispositif national et de pérenniser, de surcroît les observatoires
ROSELT/OSS, ce qui nécessite la mobilisation de nouvelles ressources et de tous les
partenaires.

6.4. Révision et adaptation des plans de gestion des cédraies


dépérissantes: cas des forêts de cèdre du Moyen Atlas

6.4.1. Contexte et Objectifs

Le dépérissement des cédraies du Moyen Atlas est un phénomène récent, tout


au moins à l’état de nos connaissances. Constaté déjà durant la grande période de
sécheresse qu’a connue le Maroc (1940 -1945), ce phénomène est réapparu au cours
de la décennie 1990-2000. Mais, depuis le début du siècle, les peuplements de cèdre
du Moyen Atlas subissent un phénomène important de dépérissement dont
l’ampleur et la gravité ont suscité la réaction des autorités administratives, des
chercheurs et des pouvoirs publics.

A cet effet, l’étude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas,


composante de la « Convention UTF/MOR/028/MOR : Appui à la mise en œuvre du
Programme forestier national », concerne deux massifs forestiers : la forêt d’Azrou et
la forêt d’Aït Youssi Amekla, qui relèvent de la province d’Ifrane. Ces massifs, d’une
superficie de 20.940 ha, constituent un échantillon représentatif de la cédraie du
Moyen Atlas marocain

173
Les investigations pluridisciplinaires réalisées dans le cadre de ce projet (figure
60) consistent à caractériser le lien des causes et des symptômes pouvant expliquer
le phénomène de dépérissement observé dans la région et, à définir une stratégie de
gestion et de protection de la cédraie sous forme d'outils de gestion à court, à
moyen et à long terme.

Pour ce faire, les thématiques identifiées, eu égard à l’état des connaissances


sur les dommages causés au cèdre et les agents causaux de ces dommages,
concernent des analyses et des diagnostics en rapport avec la bioclimatologie, la
dendrochronologie, l’écophysiologie, les sciences du sol, l’entomologie, la
phytopathologie, la dendrométrie, la biométrie, le système d’information
géographique et l’aménagement forestier.

Les analyses entreprises de façon interdisciplinaire, avec des approches


scientifiques solidement établies (analyse multidimensionnelle des données,
classification automatique, cartographie, SIG etc.) ont permis de décrire, d’analyser et
évaluer l’impact des différents facteurs écologiques, anthropiques et sylvicoles, sur la
santé des peuplements de cèdre de l’Atlas, mais aussi d’appréhender la complexité
de leurs relations.

174
Figure 60 : Organisation et structuration des données de l’étude

Ces analyses, ont mis en évidence une série de facteurs actifs impliqués dans
le phénomène de dépérissement, leur hiérarchie et leur variabilité spatiale et
temporelle (Mhirit; 2008 ; Et-tobi, 2007 et 2008; Bakhyi, 2008; Mhamdi et Rouchdi,
2008; Mouna, 2008; Chouraichi, 2008; Zine Elabidine, 2008; Mokrim A., 2008).

D’une manière générale, les sécheresses récurrentes associées à l’absence


d’une sylviculture permettant d’équilibrer la densité et la structure des peuplements
forestiers aux disponibilités hydriques des sols et aux conditions écologiques des
habitats, sont à l’origine du dysfonctionnement des peuplements du cèdre. Ce
déséquilibre a amplifié l’effet du stress hydrique sur des arbres se développant
notamment aux niveaux des situations défavorables (sols superficiels sur pentes et
expositions chaudes) conduisant ainsi, au dépérissement des arbres et des
peuplements.

175
6.4.2. Résultats et perspectives

Les analyses et synthèses effectuées montrent que ce phénomène est le


résultat d’un cumul de stress de plusieurs facteurs sur plusieurs années. Ainsi, vu les
spécificités statiques ou dynamiques de chacun des facteurs faisant partie des causes
du dépérissement, le changement climatique, exprimé dans cette étude à travers
la « Réserve utile en eau du sol », semble être le facteur le plus prépondérant
dans l’explication du dépérissement. L’impact de ce facteur, en conjugaison avec
les autres facteurs étudiés, s’exprime différemment selon l’importance de
compensation et d’interaction entre eux

Il ressort de ces investigations, que le facteur critique prédisposant les


peuplements aux dépérissements, s’exprime à travers le couple « régime hydrique
du sol -densité des peuplements». Ce couple reste potentiellement déterminant
dans l’apparition graduelle des dépérissements et plus tardivement des mortalités
conséquentes de la « sécheresse de type édaphique », en particulier, en l’absence
d’outils et de stratégie de gestion de la densité. L’encadré 21 précise les facteurs
discriminants du dépérissement du cèdre.

Le « guide de sylviculture » est un outil, à l’usage de l’aménagiste et du


gestionnaire, qui définit le cheminement sylvicole le plus économe et le plus efficace
pour optimiser les objectifs fixés (Dubourdieu, 1997). Dans le cas de la présente
étude, il s’agit de proposer un modèle de gestion et de sylviculture sous la
contrainte de dépérissement qui ambitionne de redynamiser les cédraies et d’aider
à surmonter leurs difficultés phytosanitaires.

Les guides de sylviculture sont élaborés au niveau de chaque forêt. Pour une
forêt donnée et un type de traitement adopté (taillis simple, futaie régulière, futaie
jardinée…), il est possible de conduire les peuplements, de leur état juvénile jusqu’à
leurs âges d’exploitabilité, de diverses manières selon les règles de culture adoptées.
Si nuancés soit-ils, les guides ne dispenseront jamais, au niveau des
interventions, de faire preuve de pragmatisme et de doigté pour adapter en
chaque endroit l’application du guide.

Ces synthèses ont permis de mieux appréhender les liens de causalité pouvant
expliquer le phénomène de dépérissement et d’élaborer en conséquence, un certain
nombre d’outils nécessaires pour la mise en œuvre de stratégies d’intervention à
court, moyen et long terme, en particulier : (i) la typologie de l’état phytosanitaire du
cèdre; (ii) la carte des densités et (iii) la carte de sensibilité du cèdre au
dépérissement. Ces résultats sont déclinés ensuite en plans opérationnels et en
guides d’orientation pour les gestionnaires des espaces forestiers ((guides de
sylviculture), qu’il s’agisse de plans d’aménagement ou d’exploitation, des opérations
sylvicoles, du choix de mode d’opération en matière de régénération ou de
reboisement

176
Pour les forêts étudiées d’Azrou et d’Aït Youssi, l’élaboration des guides de
sylviculture proposés, est fondée sur les résultats de toutes ces analyses, et plus
particulièrement, i) les niveaux de potentialités des milieux définis ; (ii) l’intensité du
dépérissement définis par l’indice et la carte de sensibilité au dépérissement, et la
carte des densités ; (iii) le zonage du Parc National d’Ifrane qui inclut les massifs
étudiés (zone naturelle protégée, sanctuaire naturel et zone de gestion des
ressources naturelles) ; (iv) le mode de traitement illustré dans cette étude par la
structure du peuplement (régulière ou irrégulière) ; (v) les prescriptions des
aménagements en vigueur et (vi) le parcellaire existant des forêts étudiées.

Encadré 21 : Facteurs discriminants du dépérissement du cèdre : contraintes


d’aménagement

 Modification climatiques à tendance xérique : sécheresse récurrente depuis plus 3


décennies :
- Tendance à l’augmentation des températures moyennes, maximales et minimales pour la
période (1981-2006) ;
- Baisse de Précipitations de 24% entre les périodes (1930–1980) et (1981-2006) ;
- Fréquence des années sèches de 59 à 77% ;
- Tendance à la baisse de la neige, plus marquée depuis 1981 ;

 Action déterminante du substrat et de la topographie, sur le bilan hydrique du sol;

 Fréquence et gradation du xylophage Phaenops marmottani sur les classes de


dépérissement et sur les arbres morts :

- un ravageur primaire redoutable ;


- attaque les arbres en pleine vitalité ;
- Participation active au phénomène de dépérissement;
 Action prépondérante de la sylviculture : densité, composition des peuplements,
couvert;

 Tempérament délicat du cèdre : forte évapotranspiration, besoins en eau excessifs;


(espèce opportuniste sur le plan hydrique) ;

 Action anthropique très forte : écimages, ébranchage et mutilations des arbres,


parcours intense et violations des mises en défens

177
Le tableau 26 ci-après, présente les guides de sylviculture élaborés pour deux
massifs forestiers d’Azrou et d’Ait Youssi et les parcelles prioritaires pour
l’exploitation et la reconstitution de la cédraie durant l’aménagement en vigueur de
ces forêts.

La figure 61 présente une esquisse schématique de l’élaboration des guides


de sylviculture pour les deux massifs forestiers d’Azrou et d’Aït Youssi. Les éléments
des guides sont présentés sous forme de recommandations pour mieux faciliter leur
mise en application par les gestionnaires.

Les propositions et recommandations présentées dans les guides de


sylvicultures établis, s‘organisent autour des trois éléments principaux suivants :

1) Caractéristiques dominantes l’unité de gestion: il s’agit de rappeler les


types de milieux et de potentialités de l’unité de gestion concernée et de
préciser la composition et la consistance du peuplement, la nature et
l’intensité du dépérissement ;

2) Directives d’aménagement : il s’agit de nuancer et de compléter les


propositions de l’aménagement en vigueur, pour tenir compte de la
contrainte dépérissement imposée aux peuplements, dans les domaines :
du choix des objectifs, du classement des parcelles, de la structures finale
du peuplement, des rotations des coupes et du niveau et types de
régénération et de reconstitution à entreprendre ;

3) Recommandations de sylviculture : ces recommandations concernent les


interventions qui ont une action directe sur le dépérissement, en particulier :
les types, nombre et techniques des coupes, les modalités d’exécution des
coupes des dépérissants, les modalités d’utilisation des normes de densité
et de traitement du chêne vert, les techniques de martelage des coupes et
les techniques de reconstitution de la cédraie.

178
Tableau 26 : Guides et parcelles prioritaires pour les forêts d’Azrou et Ait Youssi
Lamekla

Guide de
Forêt Série/unité de gestion Parcelles prioritaires
sylviculture

GUIDE 1 Série de protection intégrale 3, 71, 73, 76 et 77

Série futaie régulière sur basalte


GUIDE 2 40, 29, 36, 44 et 119,
(Groupe d’amélioration)
Azrou
Série futaie régulière sur calcaire

12, 28, 48, 54, 59, 62, 74, 117 et


GUIDE 3 Groupes de régénération
118

Groupes d’amélioration 37, 47, 50, 53 et 63

Série futaie régulière sur calcaire

Ait Youssi 10, 11 et 18 ;


GUIDE 4 Lamekla Groupes de régénération
3, 15, 17 20, 23 et 24

Groupes d’amélioration 4, 6 et 9

GUIDE 5 Série futaie jardinée sur calcaire 17, 24, 16

179
Figure 61 : Schéma de l’élaboration des guides de sylviculture

180
6.5. Mise en place d’un dispositif de prévention, d’alerte et de lutte
contre les feux de forêts

6.5.1. Contexte et objectifs

La composante « Elaboration des cartes de risques des incendies de forêts »


de la Convention « FAO/UTF/MOR/028/MOR Appui à la mise en œuvre du
programme forestier national », s’inscrit dans le Plan Directeur de Prévention et de
Lutte contre les Incendies de forêts (PDCI) qui vise, entre autres , (i) l'élaboration
d'outils de prédiction permettant d'évaluer le danger et d'anticiper le
risque d'incendie au moyen de mesures préventives et dissuasives adéquates; (ii)
l'optimisation et l'amélioration de l'efficacité des équipements et des moyens
d'intervention; (iii) le renforcement des capacités techniques du personnel en charge
de la protection des forêts contre les incendies et (iv) l'adaptation et le renforcement
des outils d'information et de sensibilisation du public aux dangers des incendies et
aux mesures de prévention.

Globalement, l’étude se propose de concevoir et de développer un système


opérationnel, au niveau d’unités spécialisées à l’échelle centrale et régionale du
HCEFLCD, pour l’élaboration de cartes de risques aux incendies de forêts. Le but
recherché consiste à orienter et optimiser, à court et à moyen termes, les
infrastructures, les équipements et les opérations d’aménagement anti-feu en milieu
forestier, à pré-positionner les moyens d’intervention et à déclencher, en temps réel,
le processus d’alerte. Il s’agit, en fait, de l’élaboration, à un rythme journalier, de
cartes statiques et dynamiques de risques aux incendies de forêts

A cet effet, la méthodologie adoptée, pour appréhender cette problématique,


repose sur une approche interdisciplinaire intégrée pour mieux comprendre et
appréhender le phénomène et développer en conséquence un modèle approprié. La
zone d’étude, dans cette première phase, se limite aux trois régions forestières, du
Nord–ouest (Provinces de Rabat, Khemisset, et Kenitra, Sidi Provinces Kacem), du Rif
(Provinces de Larache, Chefchaouen, Tanger et Tétouan), et du Nord-est (Provinces
de Taounate, Taza, Al Hoceima), qui sont les plus touchées par les incendies de forêts
(Benabid, 2007; Rouchdi, 2008; Alexandrian; 2008).

181
6.5.2. Résultats et perspectives

Les principaux résultats de l’étude concernent, d’une part, des acquis


scientifiques et méthodologiques qui apportent une grande contribution aux progrès
de la connaissance en matière de prévention et d’alerte des incendies de forêts et,
d’autre part des acquis techniques qui ont permis la construction d’outils d’aide à la
décision sous forme de cartes de risques à l’usage des gestionnaires. Les principaux
acquis de l’étude concernent :

1) la mise au point d’une méthodologie de prévention et d’alerte des


incendies de forêts au Maroc. La méthode repose sur le principe du
triangle du feu, des conditions de référence et des aléas d’éclosion et de
propagation. Elle définit ensuite les éléments d’élaboration de deux types
de cartes de risque : les cartes statiques, destinées à l’aménagement, qui
repose sur les composantes stables du risque d’incendie et de cartes
dynamiques qui prennent en compte l’évolution des conditions
météorologiques quotidiennes. Cette méthode précise, enfin, les éléments
nécessaires à la réalisation de ces cartes, en particulier, la constitution d’une
base de données alphanumériques et cartographiques sur les incendies, la
mise à jour de la cartographie des types de peuplements forestiers, la
description végétale des types de combustible et la préparation des
données météorologiques ;

2) l’élaboration de quatre types de carte de risque d’incendie pour


chacune des 11 provinces au 1 / 200.000ème, en fonction de la composante
de l’aléa de l’occurrence et de l’intensité du phénomène, (tableau 27; figures
62 et 63). L’information apportée par les cartes de risque statiques et
dynamiques, constitue un outil d’aide à la décision utile à chaque niveau ;

182
Tableau 27 : Liste des cartes de risque élaborées

Composante de
Occurrence Intensité
l’aléa

1. Carte de la probabilité d'éclosion 2. Carte de la surface menacée

Modèle
d’éclosion Statique Dynamique Statique Dynamique
(aléa induit)
Surface de
Indice d’éclosion Indice d’éclosion
chaque unité de _
statique dynamique
menace
3. Carte de la probabilité d’incendie 4. Carte de l’intensité du feu

Modèle de Statique Dynamique Statique Dynamique


propagation
(aléa subi)
Risque Moyen Puissance du feu Puissance du feu
_
Annuel statique dynamique

3) La mise en place d’un site web pour la diffusion et le suivi du risque


d’incendie statique et dynamique. Cette application est destinée à produire
tous les jours les cartes de risque incendie pour les trois régions du Nord du
Maroc étudiées. Le HCEFLCD assure l’administration du site.

4) Élaboration d’un protocole d’ordre d’opérations (tableau 28), prenant en


compte le niveau de risque prévu, basé sur la procédure opérationnelle en
vigueur d’intervention contre les incendies de forêts, complétée par la
proposition de stratégie de mobilisation préventive en fonction de l’échelle
de danger. Il s’agit d’intégrer dans l’ordre d’opérations des actions
préventives (niveau 0) à mettre en place avant tout départ de feu.

183
Figure 62 : Cartes de risque statiques de la région du Rif

Haut : carte de probabilité d’éclosion du feu générée en fonction du degré d’inflammabilité, du


Topoclimat (exposition, vent) et de la pression de mise à feu (nombre de feux, surface boisée)

Bas : Carte d’intensité de propagation, générée en fonction de la biomasse combustible et de la


vitesse de propagation (type de combustible, pente, conditions météo de référence).

184
Tableau 28 : Plan de mobilisation et d’intervention en fonction de l’échelle
de danger de départ de feu

Protection Gendarmerie
Intervenants HCEFLCD Forces Royal Air
civile Royale
Moyen/
75 Postes Équipement
Échelle de 48 VPI 18 TT 2 C130
vigies anti-feux
danger
Surveillance
Faible Pas de mesure particulière
normale
Modéré Surveillance
Pas de mesure particulière
normale
Moyenne Surveillance Patrouille en
Pas de mesure particulière
normale forêt
Pré- Déplacement
Vigilance Patrouille en Astreinte
Forte positionnement vers d’autres
renforcée forêt (1 avion)
sur terrain aéroports ou
aérodromes
Prépositionne- Pré- Astreinte
Très forte Vigilance Guet Armé
ment sur positionnement (Prépositionne-
renforcée Aérien
points chauds sur terrain ment + 2 avions)

Il n’en demeure pas moins que l’efficacité du système de prévention et


d’alerte des incendies de forêts, ainsi construit, dépend de l’opérationnalité de
l’application site Web dont le processus normal repose sur les éléments suivants : (i)
la réception automatique des prévisions météorologiques de la Direction de la
Météorologie Nationale (DMN); (ii) l’exploitation de ces données et la conception
automatique des cartes, (iii) l’analyse automatique des résultats et leur validation;
(iv) la consultation des cartes par les professionnels autorisés et leur archivage.

A cet effet, l’accent est mis sur les actions qui conditionnent le bon
fonctionnement du système, entre autre, (i) la rédaction d’un manuel de procédure,
(ii) la correction, l’exploitation et la mise à jour régulière (au moins annuelle) des
bases de données constituées et (iii) la rédaction et la diffusion auprès de tous les
services d’un bilan annuel de campagne incluant un retour d’expérience et les
principaux enseignements tirés de l’analyse des risques.

La figure 63 illustre l’exemple d’une carte instantanée de la probabilité de


départ de feu pour la journée du 5 août 2008 pour la région du Rif.

185
Figure 63 : Carte de risque dynamique du Rif (Site Web) : Prévisions
de probabilité de départ de feu du 5 août 2008.

Le système, ainsi construit, ne couvre, que les DREF du Rif et du Nord- est. Il
serait souhaitable de consolider les résultats obtenus et de les étendre, dans une
seconde phase de la convention, aux régions de l’Oriental, de Fes-Boulemane et du
Moyen Atlas.

186
6.6. Stratégie nationale pour la surveillance et le suivi de la santé
des forêts : Cas pilote de la région du Moyen Atlas

6.6.1. Contexte et objectifs

Les interrogations nombreuses de l’impact du changement climatique


planétaire, désormais avéré plus particulièrement sur les écosystèmes forestiers ,
imposent désormais comme dans de nombreux pays la mise en place de dispositif
d’évaluation et de suivi de l’état de santé des forêts de façon à établir rapidement un
état des lieux dont on pourra suivre l’évolution. La surveillance continue de l'état de
santé des forêts constitue ainsi une étape importante pour la prévention des
déséquilibres phytosanitaires et un outil de gestion durable.

La surveillance sanitaire des forêts au Maroc s'est limitée pendant longtemps


au suivi de quelques insectes défoliateurs connus (processionnaire du pin, bombyx
disparate …). Le suivi des dommages causés par les autres facteurs biotiques et
abiotiques n'ont jamais été effectués d’une manière exhaustive, d'où une
méconnaissance de l'ampleur des dommages causés. Le manque de données
chiffrées relatant l'état actuel de la santé des forêts ne permet malheureusement pas
d’évaluer les politiques en matière de gestion des espaces forestiers.

Actuellement, des dépérissements multiples, en rapport, probablement, avec


de modifications climatiques (sécheresse répétées et prolongées, etc.) touchent
sérieusement plusieurs écosystèmes importants au Maroc : cèdre du Moyen Atlas,
chêne liège à la Maamora, etc. Le tableau 29 présente l’importance, en hectares, des
dépérissements des différentes essences dans les forêts du Moyen Atlas.

Tableau 29 : Dépérissement de différentes essences forestières au niveau


de la région du Moyen-Atlas

Année
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Provinces

Meknès
- - - - - 9 ha: (eucalyptus) - -
EL Hajeb

4134 ha 2380 ha 164 ha (pins)


Khénifra - - - - -
(cèdre) (cèdre) 22 ha ( chêne vert)

663 ha
1810 ha : 1189 ha (cèdre )
( cèdre)
(chêne 700 ha : (160 ha eucalyptus)
1800 ha : 120 ha (pin
Ifrane vert ) - - (Eucalyptus 574 ha (chêne vert ) -
(chêne vert) d’Alep)
3400 ha : et pins) 160 ha (cèdre et
112 ha (chêne
(cèdre) chêne vert.)
vert.)

187
La mise en place d'une stratégie nationale de surveillance et de suivi de la
santé des forêts s’avère indispensable pour pouvoir détecter, évaluer et suivre, pour
mieux appréhender, les perturbations liées à la problématique de la santé des forêts.
L’application, par la suite de mesures de prévention et d’assainissement sera mieux
raisonnée et plus efficace.

C’est dans ce contexte que le HCEFLCD a envisagé, en 2006, dans le cadre du


projet « TCP /MOR/3101 », la réalisation par étapes de la stratégie nationale de
surveillance continue de la santé des forêts avec l’appui technique de la FAO. La
première étape a consisté à développer une stratégie régionale pilote ciblée au
niveau de la région du Moyen Atlas, une deuxième sera de l’étendre
progressivement, par la suite, à l’échelle nationale.

L'effet catalytique principal visé était le renforcement des capacités nationales,


au niveau central et régional, aux principes de suivi de la santé des forêts et la mise à
disposition d’une stratégie opérationnelle nationale. A terme, la santé des forêts doit
faire partie intégrante de la gestion durable des écosystèmes forestiers marocains et
s’intégrer dans des systèmes de surveillance déjà existants (système européen
notamment).

Le dispositif de surveillance et de suivi de la santé des forêts au Maroc doit


pouvoir répondre à plusieurs interrogations : (i) comment se porte la forêt
marocaine ? (ii) quelles sont les causes de dommages observés ? (iii) quelles sont les
stratégies d’intervention applicables pour remédier aux dommages, notamment en
ce qui concerne les insectes phyllophages : pourquoi réaliser un traitement
insecticide, où, quand, comment ? (iv) comment réagir face à l’installation d’un
nouveau parasite de quarantaine (insecte ou champignon)? Des plans d’action
doivent être établis et adaptés à chaque cas (mise en quarantaine, arrachage,
traitement etc.).

La réponse à ces interrogations s’est traduite par la mise en place de trois


dispositifs complémentaires de surveillance :un réseau systématique de placettes
permanentes , un dispositif de veille sanitaire permettant de détecter les dommages
même à l’extérieur du réseau de placettes permanentes et des dispositifs
spécifiques permettant de répondre à des problématiques locales importantes :
dépérissement du cèdre dans le Moyen Atlas, dépérissement du chêne zeen, suivi de
la santé de la subéraie de la Maâmora, etc. Ces dispositifs s’inscrivent en rapport avec
les principes de base suivants (Nageleisen, 2008; Anon., 2009):

 Instaurer, standardiser et simplifier les observations (dimension temporelle) ;

 Perfectionner et valoriser le travail réalisé habituellement (dimension nationale) ;

188
 S’harmoniser avec les systèmes de surveillance des autres pays, ceux de l’Europe
notamment (dimension spatiale) ;

 Intégrer la santé des forêts dans la gestion des écosystèmes forestiers avec une
vision adaptative au changement climatique (dimension prospective).

6.6.2. Résultats et perspectives

La première phase du projet s’est focalisée sur l’organisation générale du


dispositif et sur la mise au point de la partie « réseau systématique », socle du
dispositif d’observation de la santé des forêts au sein du pays. Ce réseau est conçu
pour donner des informations pertinentes sur la santé des forêts par échantillonnage
statistique à l’échelle régionale et nationale.

Ce réseau est composé de placettes permanentes, de 20 tiges chacune de


l’étage dominant les plus proches du centre de la placette, installées au nœud d’une
maille carrée de 8 km x 8 km, et implantées sur tout le territoire national. La
cartographie théorique de ce réseau a été préparée par les services de l’Inventaire
Forestier National marocain (IFN).

Les simulations réalisées permettent de prévoir l’installation d’environ 400


placettes pour l’ensemble des formations forestières marocaines. Cette première
phase a été concrétisée par la mise en place et la notation des 54 placettes du
Réseau Systématique sur le Moyen Atlas.

Une notation de l’ensemble des placettes du réseau a lieu, en général, chaque


année durant la période du 15 juin au 15 juillet. Cette notation concerne les arbres
échantillons et porte essentiellement sur 3 critères obligatoires: l’émondage (critère
anthropique), la mortalité de branches (critère de dépérissements des arbres) et le
déficit foliaire par rapport à un arbre de référence (critère classique d’estimation de
la vitalité d’un arbre). Pour ce faire, des manuels techniques, valables à l’échelle
nationale, sont élaborés et mis à la à disposition des notateurs. La figure 64 donne la
configuration du réseau systématique de placettes permanentes.

189
Figure 64 : Réseau systématique de placettes permanentes (maille 8 km x 8 km)

La seconde phase a concerné essentiellement la veille sanitaire qui consiste


à observer et à donner l’alerte en temps réel, dès l’apparition de tout symptôme
anormal au niveau d’un peuplement forestier. Il s’agit dans ce cas de détecter les
dommages importants que peut subir la forêt, quelle qu’en soit la localisation. En
effet, certains problèmes importants peuvent échapper à une observation à l’aide
d’une maille de 8 x 8 km ; il peut s’agir par exemple de problèmes à dispersion
agrégative ou de problèmes émergeants. La figure 65 donne la configuration du
réseau de veille sanitaire.

L’analyse régulière de cette base de données permettra de recenser dans un


premier temps les principaux problèmes phytosanitaires des forêts marocaines. Dans
une phase ultérieure, l’analyse mettra en évidence l’éventuelle évolution spatiale ou
temporelle de leur importance relative.

Une troisième phase a consisté à faire le bilan des suivis spécifiques déjà
réalisés au Maroc et à voir comment ces dispositifs parfois anciens (suivi des
défoliateurs du chêne par exemple en vue d’une lutte) pourraient s’insérer dans le
nouveau schéma, tout en assurant une cohérence au niveau des protocoles et une
synergie maximale au niveau des acteurs.

190
Les stratégies spécifiques sont définies au cas par cas. Elles correspondent à
des problématiques particulières, la plupart du temps localisées à une échelle
infrarégionale. Après identification précise de la problématique, il peut être décidé
d’implanter un dispositif particulier de suivi pour répondre à une question bien
identifiée et définie (évaluation de la répartition d’une maladie nouvelle, suivi de
l’évolution d’un dépérissement géographiquement localisé,…).

Trois réseaux spécifiques sont actuellement déjà opérationnels mais


nécessitent une révision et une mise en cohérence avec les deux autres dispositifs : le
suivi de la processionnaire du pin et du bombyx disparate en vue de traitement
insecticide et le réseau de placettes de suivi du dépérissement du cèdre en forêt
d’Azrou.

Figure 65 : Réseau de veille sanitaire par rapport au réseau systématique

Au cours du projet, des formations spécifiques ont été dispensées aux


personnels concernés pour les initier à la problématique et pour qu’ils acquièrent les
compétences nécessaires à la mise en œuvre des protocoles d’observation. Les
supports des différentes formations (manuel d’installation du réseau
systématique ; manuel de notation du réseau systématique ; manuel de veille
phytosanitaire) dispensées sont fournis sous format numérique aux différents
participants. Ces trois manuels ainsi qu’un recueil de fiches techniques concernant la
biologie des principaux ravageurs et pathogènes du Maroc sont regroupés dans un
ouvrage unique qui constitue l’outil de mise en place et d’utilisation de ces
dispositifs

191
Les principaux acquis du projet peuvent être résumés comme suit :

 mise en place et fonctionnement du système de surveillance dans région du


Moyen Atlas ; le dispositif a pu, pour partie, être mis en application avec succès au
cours de deux saisons de végétation. Les figures 66 et 67 résument les premiers
résultats de la santé des forêts du Moyen Atlas (2007 et 2008) pour le critère
mortalité des branches ;

 capacité technique renforcée en matière entomologique et pathologique ;

 formation, au Maroc et en France, d’une trentaine de cadres et techniciens


forestiers dans le domaine de la santé des forêts ;

 élaboration et édition de manuels techniques pour la mise en œuvre des


protocoles élaborés. Ces documents ont une valeur nationale et seront utilisés
pour l’extension du dispositif aux autres régions forestières du pays ;

 sensibilisation et présentation de cette nouvelle stratégie de surveillance de la


santé des forêts à l’ensemble des responsables du HCEFLCD et des acteurs.

Figure 66 : Carte représentant la proportion d’arbres par forêt et par placette


dont la mortalité des branches s’est accentuée entre 2007 et 2008

192
Cette première phase, qui répond au souci du HCEFLCD de réaliser une
stratégie nationale de surveillance continue de la santé des forêts, en réponse au
changement climatique et à la prévention de leurs effets sur les peuplements
forestiers, a permis de développer et de mettre en place une stratégie régionale
pilote ciblée au niveau de la région du Moyen Atlas.

Figure 67 : Premiers résultats de la santé des forêts du Moyen Atlas (réseau


systématique 8 km x 8 km). Évolution 2007-2008 par essence (Critère :
mortalité des branches)

193
Le HCEFLCD a inscrit, dans le cadre de la phase II du projet FAO
/UTF/MOR/028 « Appui à la mise en œuvre du Programme Forestier National »,
l’extension aux autres régions du pays du système de surveillance et de suivi de la
santé des forêts, développé pour la région du Moyen Atlas. Cette phase se propose,
de consolider, de poursuivre et de généraliser cette stratégie à l’échelle nationale
pour constituer, ainsi, une étape importante pour la prévention des déséquilibres
phytosanitaires et un outil de gestion durable.

L’expérience acquise au cours des premières actions et mesures prises,


décrites dans ce chapitre, est concluante. Aussi, Les pouvoirs publiques (HCEFLCD),
en anticipant l’adaptation au changement climatique, sont-ils appelés à poursuivre
ce processus dans le cadre d’une stratégie globale en vue d intégrer l’adaptation au
changement climatique dans la politique de gestion durable des écosystèmes
forestiers voire, dans politique de développement économique et sociale du pays.

7. Adaptation des forêts marocaines au changement


climatique : stratégie et orientations pour l’action à
moyen et long termes

7.1. Cadre général des orientations stratégiques

7.1.1. Du concept de l’adaptation au changement climatique

Définie par les biologistes dès le début du 19ème siècle, l’adaptation est un
ajustement réactif des structures, des fonctions ou des comportements par lequel
une espèce ou un individu augmente ses chances de survie dans un environnement
spécifique.

Selon la CCNUCC article 12, « l’adaptation est un processus par lequel les
sociétés se donnent les moyens de mieux affronter un avenir incertain. L’adaptation
au changement climatique exige que l’on prenne les mesures qui conviennent pour
réduire les effets négatifs du changement climatique (ou exploiter ses effets positifs)
en procédant aux ajustements et aux changements appropriés ». La définition de
l’adaptation s’applique à la variabilité du climat ainsi qu’aux changements à long
terme. L’encadré 22 précise les définitions de quelques termes de base utilisés dans
ce chapitre (GIEC, 2007).

194
Encadré 22 - Définitions de quelques termes de base (GIEC, 2007)

Adaptation : « un ajustement à des systèmes humains et naturels en réponse à des


stimuli actuels ou futurs ou à leurs effets qui atténuent les conséquences négatives ou
exploitent les bonnes opportunités. » L’adaptation aux changements climatiques
renvoie à toute mesure visant à atténuer les effets néfastes de celui-ci ou à en exploiter
les opportunités bénéfiques. L’adaptation peut être autonome, réactive, anticipatoire
ou planifiée.

Capacité d’adaptation : Capacité d’ajustement d’un système face aux changements


climatiques (y compris à la variabilité climatique et aux extrêmes climatiques) afin
d’atténuer les effets potentiels, d’exploiter les opportunités ou de faire face aux
conséquences. »

Vulnérabilité : « Degré par lequel un système risque de subir ou d’être affecté


négativement par les effets néfastes des changements climatiques, y compris la
variabilité climatique et les phénomènes extrêmes. La vulnérabilité dépend du
caractère, de l’ampleur et du rythme des changements climatiques auxquels un
système est exposé, ainsi que de sa sensibilité et de
sa capacité d’adaptation. »

Sensibilité : « Degré d’affectation positive ou négative d’un système par des stimuli
liés au climat. L’effet peut être direct (modification d’un rendement agricole en
réponse à une variation de la moyenne, de la fourchette ou de la variabilité de
température, par exemple) ou indirect (dommages causés par une augmentation de la
fréquence des inondations côtières en raison de l’élévation du niveau de la mer, par
exemple). »

Résilience : Capacité d’un système, d’une communauté ou d’une société


potentiellement exposées à des dangers, de s’adapter, soit en résistant, soit en
changeant afin d’atteindre et de conserver un niveau acceptable de fonctionnement et
de structure. Elle est évaluée en fonction du degré auquel le système social est capable
de s’organiser afin d’augmenter sa capacité de tirer les leçons des catastrophes
passées en vue d’une meilleure protection future et d’améliorer les mesures prise pour
réduire les risques.

Selon le Livre vert de l’Union Européenne (2007), ce terme recouvre les


mesures prises pour faire face à l'évolution du climat, autrement dit, par exemple, à
l'augmentation ou la baisse des précipitations, à la hausse des températures, à la
raréfaction des ressources en eau ou à la fréquence accrue des tempêtes et de la
sécheresse. Il s'agit de prendre en compte les changements actuels mais aussi
d'anticiper les changements à venir. L'adaptation vise à réduire les risques et les
dommages liés aux incidences négatives actuelles et futures de manière
économiquement efficace et, le cas échéant, à tirer parti des avantages possibles.

195
196
Le concept d’adaptation au changement climatique n’est pas nouveau.
L’humanité a toujours affronté un avenir incertain pour s’adapter aux variations du
climat et à ses extrêmes. Les populations, et les gouvernements ont continuellement
cherché des moyens de survivre et même de se développer en période de
sècheresse, d’inondation ou d’autres extrêmes météorologiques ; l’exemple de la
politique des barrages au Maroc est illustratif. En effet, la capacité à s’adapter permet
aux sociétés de répondre à une multitude d’incertitudes face à l’avenir.

Différents types de stratégies d’adaptation destinées à réduire la vulnérabilité


au changement climatique sont relevés. Ces stratégies sont notamment des mesures
prises avant l’observation d’impacts (mesures préventives), ou après leur apparition
(mesures correctives). De plus, les mesures d’adaptation peuvent être le fruit de
décisions politiques (mesures planifiées), ou elles peuvent être spontanées
(mesures indépendantes). L'adaptation peut englober des stratégies nationales ou
régionales et des mesures concrètes prises au niveau communautaire ou individuel.
Menée à bien, de façon anticipative, elle concerne aussi bien les systèmes naturels
que les systèmes humains. Le tableau 30 donne les principaux déterminants de la
capacité d’adaptation

Tableau 30 : Principaux déterminants de la capacité d’adaptation (Smit, et al.,


2001)

Facteur déterminant Explication

• Plus les ressources économiques ne sont riches, plus grande est la capacité
Ressources économiques d’adaptation.
• Un manque de ressources financières limite les mesures d’adaptation
• Le manque de technologies limite le choix des mesures d’adaptation.
Technologies • Les régions les moins avancées sur le plan technologique ont moins de
chances d’établir et de mettre en œuvre des adaptations technologiques.
• Un manque de personnel informé, qualifié et bien formé réduit la capacité
Information et d’adaptation.
compétences • Meilleur est l’accès à l’information, plus grandes sont les chances de mettre
en place des mesures d’adaptation appropriées en temps ppportun
• Une infrastructure diversifiée peut accroître la capacité d’adaptation, car
Infrastructures. elle offre davantage de possibilités
• Les caractéristiques et le lieu des infrastructures influent également sur la
capacité d’adaptation.
• Des institutions sociales bien développées aident à réduire les impacts du
Institutions
changement climatique, d’où une meilleure capacité d’adaptation.
• Une distribution équitable des ressources accroît la capacité d’adaptation.
Équité
• La disponibilité et l’accessibilité des ressources sont deux facteurs
importants

197
L’examen des réponses des systèmes naturels à la variabilité climatique
permet de délimiter la fourchette d’adaptation d’un système donné. La fourchette
d’adaptation se définit (Yohe et Tol, 2002) comme la « fourchette des conditions
dans laquelle aucune conséquence importante n’est observée en raison de la
résilience du système ». Les seuils critiques correspondent aux limites supérieure et
inférieure de la fourchette d’adaptation et varient habituellement selon le lieu
considéré (Pittock et Jones, 2000). Des impacts importants se produiront
vraisemblablement lorsque les changements dépasseront les seuils critiques (Figure
68).

Figure 68 : Fourchette d’adaptation et seuils critiques (Donald et Fiona, 2004)

Les figures 2 et 3 (Chap. 1, Section 1.1.2) illustrent, respectivement, les


fourchettes d’adaptations et les seuils critiques des principaux écosystèmes forestiers
marocains en fonction du facteur température et du facteur précipitation. Le chêne-
liège, par exemple, prospère entre des maxima de températures dont la moyenne
des maxima du mois le plus chaud est de (43°C) et la moyenne des minima du mois
le plus froid peut atteindre (-5,4°C). Sa fourchette d’adaptation pour les
précipitations se situe entre 441 mm et 1.700 mm. Ces valeurs sont proches de sa
limite naturelle en plaine vis-à-vis du facteur eau et en montagne vis-à-vis du facteur
température. Chaque fois que ces seuils sont dépassés des perturbations se
produisent dans l’écosystème et se traduisent par des dépérissements, voire des
mortalités.

198
Les seuils critiques ne sont pas toujours des valeurs absolues; il peut parfois
s’agir du rythme d’un changement. Certains systèmes réagiront bien à des
changements qui s’opèrent lentement sur de longues périodes, mais seront
incapables de s’ajuster à des changements plus rapides, qui auraient donc des
impacts importants. C’est le cas de nombreuses espèces forestières marocaines qui
ont une forte résilience comme le chêne vert par exemple.

Néanmoins, la connaissance de la fourchette d’adaptation et des seuils


critiques d’un système constitue un préalable pour être en mesure d’estimer la
vulnérabilité générale au changement climatique, d’évaluer ses impacts probables et
le rôle que peuvent jouer les mesures d’adaptation. L’élargissement des fourchettes
d’adaptation constitue, en fait, un objectif fondamental des programmes
d’adaptation.

L’adaptation des écosystèmes forestiers, comme les systèmes naturels, en


général, s’effectue par des mesures correctives et indépendantes, mais en cas de
gestion durable, ces systèmes peuvent tirer parti de mesures préventives et de
stratégies d’adaptation planifiées (Chap.6; Sections 6.2, 6.5 et 6.6). En effet, les
mesures d’intervention adaptative les plus efficaces sont habituellement des mesures
préventives qui ont toutes chances d'être moins coûteuses que des actions curatives,
mais, qui nécessitent la collaboration d’un grand nombre de groupes différents.

Il n’en demeure pas moins que l’adaptation ne remplace pas la réduction des
émissions de gaz à effet de serre. Au contraire, l’adaptation comme la réduction
doivent se voir attribuer le même degré d’importance, intervenir simultanément et se
compléter.

7.1.2. De la nécessite de l’adaptation des forêts au changement climatique

Les actions en réponse au changement climatique nécessitent une approche à


deux volets qui vise la réduction des émissions de gaz à effet de serre (mesures
d’atténuation du changement climatique) ainsi que des activités et des pratiques
adaptatives visant à réduire la vulnérabilité aux impacts possibles (mesures
d’adaptation) (Encadré 23).

199
Encadré 23 - Stratégies potentielles face aux changements climatiques

Il existe deux stratégies globales pour répondre au changement climatique prévu:


l'adaptation et l'atténuation (GIEC, 2001) :

 L’atténuation cherche à agir sur les causes du changement climatique. Les


mesures d'atténuation cherchent à limiter l'accroissement des concentrations de
gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère. Deux grandes options d'atténuation
sont généralement considérées. La première consiste à réduire les émissions de
GES dans de nombreux secteurs et en réduisant la déforestation. La seconde
option, souvent appelée séquestration du carbone (forêt), cherche à stocker une
partie du carbone de l'atmosphère dans la biosphère.

 L’adaptation concerne les réponses aux effets du changement climatique et


cherche à réduire la vulnérabilité des écosystèmes et des sociétés. Elle se rapporte
à tout ajustement, qu'il soit passif, réactif ou prévisionnel pouvant être adopté en
vue de compenser les effets nocifs prévus, attendus ou réels du changement
climatique.

L'évaluation de la vulnérabilité et des impacts est une phase primordiale pour


l'adaptation. La vulnérabilité correspond à la mesure selon laquelle un système peut être
dégradé ou endommagé par l’évolution du climat.

Liens entre adaptation, vulnérabilité et résilience

L’adaptation peut être autonome, réactive, anticipatoire ou planifiée. Plusieurs stratégies


d’adaptation portent sur le renforcement de la possibilité d’absorber les perturbations
causées par le changement climatique et d’engranger les bénéfices qui en découlent
(résilience renforcée) ou accroître la mesure dans laquelle un système a la possibilité de
faire face au changement climatique (renforcer la capacité adaptative et réduire par
conséquent la vulnérabilité). Les notions de résilience et de vulnérabilité sont par
conséquent très fortement liées à l’adaptation.

Des mesures d’atténuation sont nécessaires pour réduire le rythme et


l’ampleur du changement climatique à l’échelle planétaire. Toutefois, en elles-
mêmes, ces mesures ne préviennent pas le changement climatique.

200
Vu la nature des systèmes climatiques de la Terre, la température devrait
continuer à augmenter, même après la stabilisation des concentrations de dioxyde
de carbone et des autres gaz à effet de serre. La figure 69 illustre bien cet aspect en
montrant l’inertie du système climatique, symbolisée par l’évolution du niveau de la
mer, de la température et des concentrations de CO2, face à une réduction radicale
des émissions de CO2. Des mesures d’adaptation seront donc nécessaires pour
compléter les stratégies d’atténuation. La (CCNUCC) et le Protocole de Kyoto exigent
que les parties tiennent également compte de l’adaptation au changement
climatique.

Figure 69 : Les concentrations de dioxyde de carbone, les températures et le


niveau de la mer devraient continuer à augmenter bien après une réduction
effective des émissions8 (GIEC, 2001).

En effet, les écosystèmes forestiers fournissent le soutien, l’approvisionnement, la


régulation et les services culturels (« services d’écosystème ») qui aident le bien-être
humain localement et globalement. Le changement climatique affecte la fourniture
de ces services d’écosystèmes essentiels, avec des conséquences potentiellement
dangereuses pour le bien-être humain.

8
La variété des scénarios socio-économiques de base retenus explique la moitié de cette fourchette, l’autre
moitié étant due à l’incertitude sur la simulation du climat futur. Les hypothèses sous-tendant ces scénarios sont
décrites dans le rapport IPCC (2000).

201
Au cours des dernières décennies, il a touché plusieurs aspects des
écosystèmes des forêts y compris la croissance des arbres et leur dépérissement, les
distributions d’espèces indigènes, la prolifération d’espèces envahissantes, des
modèles saisonniers dans les processus d’écosystèmes et les dynamiques de
population d’espèces forestières. Dans certains cas, le changement climatique a été à
l’origine des extinctions d’espèces.

Toutefois, les effets climatiques interagissent avec des facteurs non


climatiques comme des pratiques d’utilisation des terres par des systèmes de
feedback qui peuvent être stabilisant ou déstabilisant et qui compliquent davantage
la tâche de quantification des impacts du changement climatique. Aussi, les
personnes, les sociétés, les institutions doivent-elles être informées des impacts
probables du changement climatique sur ces écosystèmes et doivent avoir des
stratégies en place pour s’y adapter.

Il est désormais admis que même si l’on parvient à réduire les émissions,
certains impacts du changement climatique sont inévitables compte tenu du volume
des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère. En conséquence,
l’adaptation sera nécessaire parce que les températures continueront à monter en
produisant des impacts à court et long terme. Le besoin d’adaptation à court terme
est motivé par les coûts élevés des événements météorologiques extrêmes associés à
des densités de population croissantes, l’érosion des systèmes de protection
naturelle et le vieillissement des infrastructures.

La nécessité d’adapter les écosystèmes forestiers marocains au changement


climatique se réfère à l'hypothèse d'un réchauffement climatique dont les impacts et
conséquences risquent de se répercuter, non seulement, sur les fonctions et les biens
et services environnementaux de ces écosystèmes, mais risquent également de se
projeter sur les secteurs et services qui leur sont naturellement liés (ressources en
sols, ressources hydrologiques, agriculture, tourisme et zones humides côtières) pour
en affecter aussi bien les aspects environnementaux, économiques et sociaux,
qu’esthétiques, récréatifs et culturels. Dans ces conditions, l’adaptation au
changement climatique consiste à permettre à la nature de conserver ses
caractéristiques et ses équilibres ou d’évoluer vers de nouveaux équilibres de
manière durable, c'est-à-dire en préservant l’avenir.

202
7.1.3. Gestion durable des écosystèmes forestiers, adaptation et atténuation

La gestion durable des écosystèmes forestiers (SFM) offre le cadre à partir


duquel on peut concevoir des interventions dans le secteur forestier axées sur
l’adaptation à l’évolution du climat et l’atténuation du risque climatique. Le respect
des principes qu’il définit permet d’éviter que les actions menées aient des effets
néfastes fortuits. De même, l’accent mis sur l’atténuation et l’adaptation permet
mieux promouvoir la gestion durable des forêts comme un instrument de
développement durable apportant des avantages connexes.

Ces dernières années, la question des forêts a occupé une place importante
lors des réunions de la Conférence des Parties à la CCNUCC, notamment sur le rôle
que les forêts, peuvent jouer dans l’atténuation à long terme du changement
climatique résultant du déboisement et de la dégradation des écosystèmes
forestiers dans les pays en développement. Cependant, en cas de gestion durable de
ces écosystèmes, toutes les forêts peuvent contribuer aux processus de réduction
des émissions de CO2 par des mesures telles que : la préservation des forêts, la
réhabilitation et la régénération, la production bioénergétique à partir du bois et
l’utilisation du matériau pour la substitution des produits à fort potentiel d’émission
de GES. La figure 70 résume les réponses possibles de la forêt au changement
climatique.

Figure 70 : Réponses possibles de la forêt au changement climatique (PCF,


2008)

203
La gestion durale des écosystèmes forestiers contribue à atténuer les effets du
changement climatique grâce à la conservation, à la fixation et à la substitution du
carbone.

Concernant la conservation du carbone, le moyen le plus rapide d'atténuer les


effets du changement climatique sur les forêts est de freiner le déboisement et la
dégradation du couvert forestier, et de réduire ainsi les émissions de GES. Dans le
contexte des négociations sur l’évolution du climat, on désigne généralement cette
approche par le terme de stratégie de « réduction des émissions résultant du
déboisement et de la dégradation des sols » (REDD).

À mesure qu’ils se développent, les arbres absorbent le dioxyde de carbone et,


par le biais de la photosynthèse, « fixent » ce carbone pour produire du bois. Les
forêts de plantation (sur des terres boisées ou reboisées) et de repousse peuvent
fixer rapidement le carbone et le stocker pendant toute la durée de vie de la forêt.
Lorsque les arbres font l’objet d’une exploitation efficace, une grande partie du
carbone fixé peut servir à produire des produits ligneux, tels que des ossatures en
bois pour la construction de maisons, qui peuvent être stockés à plus ou moins long
terme.

Le bois et ses dérivés constituent aussi des produits de substitution du


carbone et peuvent remplacer les produits d’autres secteurs qui émettent des
quantités relativement importantes de GES. Les combustibles ligneux comme le bois
de feu, le charbon de bois, le gaz, la liqueur noire et l’éthanol peuvent servir de
produits de remplacement pour les combustibles fossiles utilisés aux fins de
chauffage, de production d’énergie et de transport. Le bois tiré de l’exploitation
d’une forêt qui fait l’objet d’une gestion durable est effectivement produit sans
émission nette de carbone.

De même, la production de biens en acier, en aluminium, en béton et en


plastique donne lieu à une grosse consommation d’énergie et entraîne l’émission
d’un volume important de gaz à effet de serre. La substitution de ces produits par
des produits ligneux tirés de l’exploitation durable des ressources forestières peut
donc contribuer à réduire les émissions de GES.

Le Comité des Forêts (COFO), dans sa 19ème Session (Rome, avril, 2009) a été
l’occasion pour le « Partenariat de Collaboration sur les forêts (PCF) », qui groupe
l’ensemble des organismes et des institutions internationales, de lancer son « Cadre
stratégique sur les forêts et le changement climatique » pour appuyer la
démarche de la CCNUCC et d’autres initiatives qui répondent au besoin d’une action
concertée sur la forêt et le changement climatique. Ce cadre stratégique met l’accent,
en premier lieu, sur la gestion durable des forêts comme cadre d’action efficace pour
l’atténuation et l’adaptation au changement climatique (Encadré 24).

204
Le Maroc a connu durant les deux dernières décennies, une série
d'événements politiques qui ont conditionné, de façon durable, son développement
économique et social. De ce fait, il a réorienté et refondé sa politique et ses choix
stratégiques sur la construction de processus de développement durable et mis en
place des stratégies et programmes d’action nationaux dans les domaines socio-
économiques et dans les domaines de gestion des ressources naturelles et de lutte
contre la désertification. Pour ce faire, des instruments - cadre, institutionnels et
réglementaires, qui sont autant de leviers et de facteurs de succès de cette politique,
sont élaborés et mis en œuvre (Chap.6 ; Section 6.1.1).

Dans ce cadre, le PFN constitue un outil stratégique de développement


durable du secteur forestier à l'horizon 2020 (Chap.6, Section 6.1.2; Encadré 18).
L’appui à sa mise en œuvre a permis la mise en place des premières mesures
d’adaptation préventive des écosystèmes forestiers au changement
climatique (Chap.6, Sections 6.2 à 6.7).

Des écosystèmes forestiers exceptionnels à intérêts multiples dont la capacité


à résister au climat et à la pression humaine est démontrée, un contexte
institutionnel favorable aux innovations, des stratégies nationales et des processus
de développement durable et de développement humain pertinents, des approches
et des méthodes d’action et de mise en œuvre innovantes (intégration et approche
holistique, décentralisation et territorialisation, responsabilisation, participation,
partenariat et contractualisation, etc.), sont autant d’atouts qui soutiennent la
stratégie d’adaptation du secteur forestier et de lutte conte la désertification au
changement climatique.

7.2. Cadre stratégique globale d’adaptation

7.2.1. Des enjeux de l’adaptation au changement climatique

Les écosystèmes forestiers sont des systèmes dynamiques qui s’adaptent


continuellement aux changements environnementaux. Dans le passé, les
écosystèmes forestiers de la Méditerranée ont subi de nombreux bouleversements
climatiques auxquels ils ont dû répondre de manière distincte (tolérance au
changement environnemental due à la plasticité phénotypique de certaines espèces,
adaptation suite à des processus d’évolution entraînant l’apparition de nouvelles
espèces, sous-espèces et nouveaux génotypes, migration vers des lieux plus
favorables, extinction). Le nombre important d’espèces reliques tertiaires et
d’espèces paléo- endémiques au sein des forêts méditerranéennes met en évidence
leur capacité d’adaptation aux changements environnementaux et leur habilité à
survivre à travers les millénaires.

205
206
Encadré 24 - Un référentiel stratégique pour les forêts de la planète :
Le Cadre de Partenariat sur les Forêts (CPF)

Le cadre stratégique du CPF (1) vise à faciliter les préparatifs du régime climatique
après 2012 et l’élaboration d’un mécanisme reposant sur la Convention - cadre des
Nations Unies sur les changements climatiques afin de réduire les émissions
provoquées par le déboisement et la dégradation des forêts dans les pays en
développement. Il a également pour but de renforcer la coordination des activités et
l’intégration intersectorielle des aspects touchant les changements climatiques dans la
gestion durable des forêts.

Le cadre du CPF a été lancé à Poznan (Pologne) lors de la quatorzième Conférence des
Parties à la CCNUCC qui s’est tenue en décembre 2008. Il s’articule autour de six
grands axes d’orientations pour l’action :

1. La gestion durable des forêts offre un cadre efficace pour atténuer les
changements climatiques et faciliter l’adaptation;

2. La mise en œuvre des mesures d’atténuation et celles des mesures


d’adaptation doivent se faire en parallèle;

3. La collaboration intersectorielle, les mesures d’incitation économique et la


fourniture de nouveaux moyens de subsistance sont indispensables pour
réduire le déboisement et la dégradation des forêts;

4. Le renforcement des capacités et la réforme de la gouvernance revêtent un


caractère pressant;

5. Un suivi et une évaluation fiables aident à prendre des décisions au vu de toute


l’information utile mais exigent une meilleure coordination à tous les niveaux;

6. Les membres du Partenariat sont convaincus du bien-fondé d’une démarche


concertée et globale en ce qui concerne l’atténuation des changements
climatiques et l’adaptation.
(1) Sont membres du CPF : le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique, le
Centre international de recherche forestière, l’Organisation des Nations Unies pour
l’alimentation et l’agriculture, le Secrétariat du Fonds pour l’environnement mondial, le
Centre international d’agrosylviculture, l’Organisation internationale des bois tropicaux,
l’Union internationale pour la conservation de la nature, l’Union internationale des
instituts de recherches forestières, le Secrétariat de la Convention des Nations Unies
sur la lutte contre la désertification, le Programme des Nations Unies pour le
développement, le Programme des Nations Unies pour l’environnement, le Secrétariat
de la CCNUCC, le Secrétariat du Forum des Nations Unies sur les forêts et la Banque
mondiale.

207
Néanmoins, une chute de la population d’espèces arborescentes et une réduction
des écosystèmes forestiers ont également été démontrées aux niveaux local et
régional en raison, principalement, des périodes antérieures de changement global
(combinaison des changements climatiques antérieurs et impacts anthropogènes).
Par exemple, des communautés et espèces forestières se sont éteintes suite à des
incendies de forêts en réponse à la fois au changement climatique de l’Holocène et
aux feux de forêts d’origine anthropogénique du Néolithique dus à la conversion des
forêts en terres arables et de parcours (Tinner et al., 2005; Carrion, 2003).

Au Maroc, la population continue de maintenir une relation étroite avec le


milieu naturel environnant. Sa dépendance vis à vis des espaces boisés est très forte,
et l'intérêt présenté par les forêts, d'une manière générale, ou leurs biens et services,
en particulier, pour les populations rurales est très diversifié: le bois de construction
et les combustibles ligneux pour les besoins domestiques, la nourriture pour le bétail
et la stabilité de l'environnement et sa protection contre l'érosion pour permettre
une agriculture continue. Le milieu boisé se trouve ainsi intégré au fonctionnement
des sociétés rurales et ne peut être, de ce fait, dissocié des autres modes d'utilisation
de l'espace par la population (Chap.5, Section 5.1).

Cependant, face à la croissance démographique, aux changements globaux, la


question de durabilité et de développement se pose en termes d’évolution au
moment où les travaux sur la dynamique des systèmes rejettent les mythes de
l’équilibre et font place à la variabilité, à l’incertitude, à la précaution et l’irréversibilité
(Babin et al., 1977). En effet, l’utilisation des forêts évolue au rythme des sociétés
humaines. Suivant l’époque et la nature de la demande sociale, la même surface
forestière détenant des potentialités multiples peut développer des fonctionnalités
différentes.

Aujourd’hui, les projections convergent vers un même scénario : des


changements climatiques rapides et intenses sont attendus au cours des cents
prochaines années. Il est très probable que ces changements génèrent des impacts
significatifs sur les forêts. Les écosystèmes forestiers marocains seront encore
particulièrement vulnérables aux changements environnementaux à venir et à leurs
répercussions en raison de l’importance des impacts anthropogéniques. Il en résulte
que des politiques et pratiques de conservation, de préservation et de gestion
doivent être nuancées afin d’instaurer des stratégies d’adaptation visant à inverser la
tendance actuelle à la dégradation de l’environnement, mais aussi à réduire le risque
de pertes irréversibles à l’avenir.

208
La réflexion menée, à ce sujet, qui tient compte, d’une part, des connaissances
scientifiques actuelles sur les écosystèmes méditerranéens, en général et sur les
écosystèmes marocains en particulier, de la particularité et des processus d’évolution
de ces écosystèmes, et de leur capacité d’adaptation et, d’autre part, des
observations actuelles des impacts observés et prévisibles du changement climatique
dans la région, permet de dégager les enjeux principaux de l’adaptation des
écosystèmes forestiers au changement climatique (tableau 31).

Tableau 31 : Enjeux, orientations, actions possibles et conséquences

Enjeux Orientation et actions possibles conséquences

 Réduire la pression humaine sur les  Atténuation des coûts socio-


ressources et les processus d’érosion et économiques et
Favoriser l’adaptation de dégradation, environnementaux des
autonome des  Pratiques de gestion souples pour perturbations ;
écosystèmes forestiers renforcer la capacité d’adaptation des  Maintien des valeurs sociales
espèces et des habitats, réduire les des systèmes écologiques et
pressions anthropogéniques. économiques actuels.

 Conserver et restaurer des


Accroître les facteurs peuplements forestiers matures, Amélioration de la capacité de
de résilience des  Comprendre et influencer les compétition et de coopération des
écosystèmes forestiers conditions d’habitat, de structure et de espèces.
croissance.

 Les réponses sociales au


 Adapter les options et les mesures
changement climatique ne
d’adaptation en fonction des régions,
compromettent pas la
territoires
biodiversité ;
 Maintenir les processus et la structure
Planification  Planification du choix des
écologiques à tous les niveaux et
territorialisée des espèces plantées au niveau
réduire les pressions
options d’adaptation territorial ;
 Intégrer la préservation de la
 Peuplements à surfaces plus
biodiversité dans les autres secteurs
grandes, moins fragmentées,
d’utilisation des sols
plus résistantes aux
 Etendre les superficies forestières en
perturbations.
plus grandes.

 Remplacer les pratiques inadaptées par


une utilisation durable des terres et des
ressources ;  Atténuation des impacts
 Améliorer les droits et les mécanismes négatifs du changement
d’accès aux ressources ; climatique dans les régions les
Renforcement la
 Améliorer l’éducation et l’information plus vulnérables ;
résilience sociale
 Développant de nouvelles opportunités  Préservation des communautés
commerciales pour les produits et forestières et de renforcer la
services forestiers de haute qualité ; compétitivité des zones rurales.
 Encourager l’équité sociale, l’égalité
des sexes dans l’accès aux ressources.

209
 Accroître la prise de conscience autour
du besoin d’adaptation ;  Consolidation du cadre
 Comprendre les perceptions locales institutionnel pour renforcer les
Renforcer les capacités relatives aux vulnérabilités, connaissances, les compétences
en matière changements et impacts ; et la motivation des groupes
d’adaptation  Définir les mesures d’adaptation les cibles ;
acteurs nécessaires pour leur  Mise en place et contrôle des
promotion et leur mise en place ; mesures d’adaptation.
 Mettre en place les processus de
suivi/évaluation.

7.2.2. D’une vision stratégique à moyen et long termes

La vison stratégique à moyen et long termes pour l’adaptation des


écosystèmes forestiers au changement climatique et son intégration dans la politique
générale de développement du pays repose, à travers des études plus détaillées (qui
sortent du cadre de ce rapport) sur les éléments fondamentaux suivants : les
perspectives des changements écologiques attendus, les connaissances nécessaires,
et la démarche d’évaluation des impacts en perspective à différentes échelles : en
particulier, les paramètres biophysiques à l’échelle des processus biophysiques, les
fonctions écosystèmiques à l’échelle d’écosystèmes, les biens et les services
environnementaux à l’échelle du paysage et l’impact sur le développement socio-
économique à l’échelle socio-territoriale.

Ce cadre général, combinant la recherche biophysique, humaine et


institutionnelle doit permettre à chaque région d’élaborer ses propres méthodes en
fonction de son contexte régional. En principe ce cadre doit débuter par la définition
des priorités régionales. A l’échelle politique, la stratégie élaborée doit être
institutionnellement intégrée au niveau de la politique nationale de développement.
Le renforcement des capacités en matière d’adaptation est une nécessite absolue
pour non seulement évaluer la portée de la stratégie d’adaptation que pour assurer
le suivi des résultats des actions et des mesures d’adaptation. Ce cadre définit un
cheminement de liens entre variables à différents niveaux, comme illustré à l’encadré
25.

En effet, l’un des plus importants défis imposés à la société par le changement
climatique, est sans doute l’approche du changement climatique de façon holistique,
en considérant les impacts sur une vaste gamme de systèmes et sur les intérêts et
problèmes de toutes les parties intéressées. Les impacts du changement climatique
seront imposés à tous les secteurs de la société et à chacun des systèmes favorisant
son développement et leur répartition sera toujours, inégale (Rapport sur le
Développement humain (2007-2008); PNUD, 2008).

210
L’incorporation ou l’intégration de l’adaptation au changement climatique en
tant que composante interdisciplinaire des différentes politiques sectorielles s’avère
être une stratégie nécessaire en termes de développement durable sur le long terme.
Les impacts du changement climatique ne sont pas observés de façon isolée mais,
les impacts dans un secteur peuvent affecter ou favoriser un autre secteur (CCNUCC,
2007).

Cette vision stratégique est valable aussi bien pour le moyen terme que le
long terme dans la mesure où l’incertitude inhérente aux prévisions climatiques sera
progressivement réduite, c’est-à-dire : les modèles de simulations évolueront au
niveau de la résolution spatiale et temporelle et des progrès politiques sont
accomplis dans les négociations sur la réduction des émissions de gaz à effet de
serre. Il en résulte que les stratégies d’adaptation des écosystèmes forestiers seront
l’objet d’une révision permanente.

En conclusion, les stratégies d’adaptation des écosystèmes forestiers exigent


une politique, une planification de l’espace et des pratiques d’aménagement souples
afin d’améliorer la capacité d’adaptation inhérente des espèces et des habitats, mais
aussi de réduire les pressions tendancielles d’origine anthropique qui favorisent la
vulnérabilité à la variabilité du climat.

211
Encadré 25 - Cadre stratégique global d’adaptation des forêts marocaines
au changement climatique

1- Prise en compte des principaux changements écologiques probables

1. Déplacements des aires de distribution des espèces et des limites des écosystèmes
2. Migration des espèces, interactions entre espèces, et aggravation du Taux d’extinction des
espèces
3. Proliférations d’espèces envahissantes
4. Changements phonologiques et changements conséquents de la structure, de la composition
et du fonctionnement des peuplements
5. Perturbations de la dynamique du cycle CO2 (sol – plante - Atmosphère)
6. Changements métaboliques et physiologiques des espèces
7. Parasites forestiers (prolifération et perturbation de cycles)
8. Fréquence accrue des incendies de forêts et des dépérissements

2- Organigramme pour intégrer l’adaptation dans la gestion forestière durable

ÉCHELLE ÉCHELLE DES


ÉCHELLE ÉCHELLE DU ÉCHELLE
Socio- PROCESSUS
POLITIQUE PAYSAGE D’ÉCOSYSTÈME
territoriale BIOPHYSIQUES

Politique
Priorités Définir la portée Définir la portée
Nationale de Définir la portée
des acteurs
développement

Changements
et
Biens variabilités
Fonctions des Paramètres
et services climatiques
environnementaux écosystèmes biophysiques
prévus

Développement
Stratégies
Socio
d’adaptation
économique

Évaluer impacts Évaluer impacts Évaluer impacts

Conception

3- Connaissances nécessaires pour une stratégie d’adaptation

AXE 1 : Information climatique liée à la végétation et aux ressources hydriques

 Évaluation de la fiabilité des données existantes et indentification des lacunes en


matière d’information ;
 Changements et variabilités climatiques prévisibles sous forme de base cartographiée
des paramètres clés.

AXE 2 : Biens et services environnementaux

 Diversité, valeurs et menaces des biens et des services environnementaux liés aux
écosystèmes forestiers et impacts sur les populations ;
 Détermination des impacts par simulation des modifications à l’échelle territoriale par
écosystème naturel.

AXE 3 : Vulnérabilités des écosystèmes et des populations qui en dépendent

 Evaluation de la vulnérabilité des écosystèmes et des populations et critères


d’appréciation ;
 Évaluer les risques sur les ressources et impacts sur le développement socio-
économique ;
 Impacts sur les liens intersectoriels et les flux d’échanges de produits et de service.
212
7.3. Orientations pour l’action : Options potentielles d’adaptation
des écosystèmes forestiers au changement climatique

Les écosystèmes forestiers marocains se caractérisent par une diversité


biologique importante parmi les populations méditerranéennes d’espèces
arborescentes présentes dans l’ensemble de la région, qui sont génétiquement plus
variées que les populations situées à des altitudes nordiques. Les populations et les
espèces se caractérisent souvent par une distribution clairsemée et sont
particulièrement différenciées. Parallèlement, plusieurs espèces se distinguent par
une aire de distribution vaste et large dans différents environnements (cas du thuya,
pins, chêne liège, genévrier, etc.), et les paysages forestiers sont très hétérogènes,
abritant de nombreux types d’habitats et d’espèces.

Les options en matière de stratégies d’adaptation des forêts au changement


climatique dépendront des principaux objectifs des politiques forestières, et des
priorités régionales de développement lors de l’évaluation de leur degré de
vulnérabilité (par exemple, les produits forestiers ligneux et non ligneux, la
préservation des futaies pour les activités de loisir et d’agrément, la conservation des
ressources génétiques et de la biodiversité des forêts endémiques).

Néanmoins, la société marocaine exige des systèmes forestiers


multifonctionnels, non seulement pour assurer un approvisionnement adéquat en
bois et en ressources fourragères, mais aussi pour maintenir une vaste gamme de
produits et de services, à savoir : la séquestration du carbone, la préservation de la
biodiversité, l’approvisionnement adéquat en eau de qualité et les valeurs
esthétiques, culturelles et spirituelles.

Dans ce contexte de multifonctionnalité des écosystèmes et du pluralisme des


acteurs, les options en matière de stratégies d’adaptation doivent favoriser la
diversité à tous les niveaux (gènes, espèces, communautés et paysages) et
nécessiteront des compromis et des ajustements afin de mieux répondre à ces
exigences. Dans ce cadre, les propositions d’action sont organisées autour de six
principaux éléments (orientations) de programme

1) Prévention des risques;


2) Options d’adaptation pour la gestion et l’aménagement forestiers ;
3) Options d’adaptation pour la conservation de la biodiversité;
4) Consolidation du dispositif d’observation ;
5) Formation, information et sensibilisation,
6) Développement des connaissances ou nécessité d’un effort de recherche.

213
7.3.1. Prévention des risques

La probabilité d’une aggravation du risque d’incendie de forêt doit retenir


l’attention et demeurer prioritaire. De même, les dépérissements forestiers et
l’apparition de nouveaux problèmes liés aux bio-agresseurs pourraient prendre une
ampleur nouvelle dans un contexte de sols à faible réserve hydrique, soumis à des
sécheresses fortes et répétées. Le type de sylviculture et d’autres facteurs, tels que la
dégradation des sols par l’érosion, pourraient moduler assez fortement l’effet des
contraintes hydriques. Les risques sanitaires sur les arbres et les peuplements
forestiers, ainsi que les risques d’incendie de forêts constituent les deux axes
principaux de cet élément de programme.

Axe 1 : Risques sanitaires sur les arbres et les peuplements

La phase I de la Convention FAO /UTF/MOR/028 « Appui à la mise en œuvre


du Programme Forestier National »a été accompagnée par le projet TCP/MOR/3101
« Appui à la mise en place d’une stratégie nationale pour la surveillance et le suivi de
la santé des forêts; cas pilote de la région du Moyen Atlas » dans le cadre du
Programme technique de coopération (PCT) de la FAO.

La première étape a consisté à développer une stratégie régionale pilote


ciblée au niveau de la région du Moyen Atlas. Elle s’est traduite par la mise en place
de trois dispositifs complémentaires de surveillance : (1) un réseau systématique de
placettes permanentes, (2) un dispositif de veille sanitaire et (3) des dispositifs
spécifiques permettant de répondre à des problématiques locales importantes :
dépérissement du cèdre, du chêne zeen, suivi de la santé de la subéraie de la
Maamora, etc. Une deuxième étape consistera à asseoir progressivement son
extension à l’échelle nationale. A terme, la santé des forêts doit faire partie intégrante
de la gestion durable des écosystèmes forestiers marocains et s’intégrer dans des
systèmes de surveillance déjà existants (système européen notamment). Pour ce
faire, les six grandes actions suivantes sont proposées :

1) Consolider, poursuivre et généraliser la stratégie régionale pilote à


l’échelle nationale. La surveillance continue de l'état de santé des forêts
constitue ainsi une étape importante pour la prévention des déséquilibres
phytosanitaires et un outil de gestion durable. L’extension du dispositif à
l’ensemble du pays doit se faire par étape. Les régions du Nord-Ouest, Fès-
Boulemane et du Centre seraient prioritaires.

214
2) poursuivre la formation générale en entomologie et en pathologie
forestière ainsi qu’en fonctionnement et dysfonctionnement des écosystèmes
forestiers, qui doit être au profit des autres personnels techniques, des
animateurs et des observateurs des autres régions pressenties.

3) veiller à l’identification précise de la thématique « santé des forêts » au


sein de l’organigramme, à la mise à disposition de postes précisément affectés
à cette mission dans les structures, et à la mise à disposition de moyens de
fonctionnement spécifiques et à la hauteur des besoins.

4) Enrichir la formation initiale des corps forestiers par un module consistant


consacré à la santé des forêts. Actuellement, tout le monde s’accorde sur la
lacune qui existe dans ce domaine.

5) poursuivie et développer la réflexion sur les dispositifs spécifiques pour


répondre aux interrogations des gestionnaires. Le suivi des défoliateurs, le
dépérissement du chêne zeen et un observatoire sur la forêt de la Maamora,
sont des priorités actuelles auxquels il conviendra de trouver les moyens de
réponse.

6) renforcer les moyens de lutte contre les parasites nouvellement introduits


par la mise en place, d'une politique systématique de détection et de lutte sur
le terrain et en pépinière forestière contre les foyers de nouveaux ravageurs,
et d'un plan d’action ; mais aussi la formation continue des correspondants
observateurs en matière de ravageurs introduits.

7)
Axe 2 : Risque d’incendies de forêts

L’élaboration des cartes de risques des incendies de forêts » dans le cadre du


projet FAO /UTF/MOR/028 « Appui à la mise en œuvre du Programme Forestier
National » s’inscrit dans le Plan Directeur de Prévention et de Lutte contre les
Incendies de forêts (PDCI) qui vise, entre autres, l'élaboration d'outils de prédiction
permettant d'évaluer le danger et d'anticiper sur le risque d'incendie au moyen de
mesures préventives et dissuasives adéquates.

215
Dans le cadre de ce projet, il a été conçu et développé un système
opérationnel, au niveau d’unités spécialisées à l’échelle centrale et régionale du
HCEFLCD, pour l’élaboration de cartes de risques statiques et dynamiques aux
incendies de forêts, en particulier : la mise au point d’une méthodologie de
prévention et d’alerte des incendies de forêts au Maroc, l’élaboration de quatre types
de carte de risque d’incendie (au 1/200000ème ) pour chacune des 11 provinces, en
fonction de la composante de l’aléa de l’occurrence et de l’intensité du phénomène,
la mise en place d’un site web pour la diffusion et le suivi du risque d’incendie et
l’élaboration d’un protocole d’ordre d’opérations et d’un plan de mobilisation et
d’intervention en fonction de l’échelle de danger de départ de feu.

L’information apportée par les cartes de risque statiques et dynamiques


constitue un outil d’aide à la décision utile à chaque niveau pour orienter et
optimiser, dans le court et le moyen termes, les moyens d’investissement et de pré-
positionner les moyens d’intervention et de déclenchement de la lutte en temps réel.
Néanmoins, le système, ainsi construit, ne couvre, dans cette première phase que les
DREF du Rif et du Nord- est. Il s’agit par conséquent de consolider ces acquis et de
les étendre au niveau national à travers les sept propositions d’actions ci-après :

1) consolider et poursuivre et généraliser le système construit, qui ne couvre


actuellement, que les régions du Rif et du Nord-est, à l’échelle nationale.
L’extension du dispositif à l’ensemble du pays doit se faire par étape. Les
régions de l’Oriental, de Fez-Boulemane et du Moyen Atlas seraient
prioritaires ;

2) veiller à la vérification et la mise à jour des outils d’aide à la décision


élaborés. Cette vérification doit porter à la fois sur les cartes statiques et les
cartes dynamiques, par visite de terrain et croisement de données afin de
corriger d’éventuelles erreurs ou imprécisions, mesurer l’effet relatif des
différents composant des modèles, et évaluer le caractère prédictif des cartes
produites;

3) Améliorer l’opérationnalité du site web par : (i) l’élaboration d’un manuel


de procédure, la correction, l’exploitation et la mise à jour régulière (au moins
annuelle) des bases de données constituées et, (ii) la rédaction et la diffusion
auprès de tous les services d’un bilan annuel de campagne incluant un retour
d’expérience et les principaux enseignements tirés de l’analyse des risques ;

216
4) La formation du personnel sur la modélisation, la cartographie du risque et
tous les aspects liés aux données spatiales (localisation, vérification,
corrections, etc.) ; l’utilisation du site web reste également indispensable.

En effet, la mise en place d’un site WEB destiné à produire quotidiennement


les cartes de risque d’incendie constitue un outil fondamental pour la diffusion et le
suivi du risque d’incendie statique et dynamique. Il n’en demeure pas moins que
l’efficacité du système de prévention et d’alerte des incendies de forêts, ainsi
construit, dépend de l’opérationnalité de l’application du site Web.

5) Renforcer les moyens mis en place, incluant la prise en charge des


ressources humaines (conditions de travail, pour assurer la couverture des
risques, en ajustant la capacité de réaction (terrestre et aérienne) et en
améliorant notamment l’accessibilité et l’équipement du terrain ;

6) Intégrer la prise en compte du risque dans les aménagements et les


reboisements en développant une sylviculture intégrant la DFCI chaque fois
que le peuplement présente un risque important de ne pas arriver à maturité ;

7) Pour mener à bien toutes les actions destinées à prévenir les risques liés
au changement climatique, il est essentiel de consentir dès à présent :

 un effort important de formation et de création de postes suffisants dans le


domaine de l’observation, faute de quoi le peu d’expertise existant encore dans
certaines domaines/spécialités risque de disparaître ;

 le développement des bases de données permettant de faciliter l’accès aux


informations expertisées, tout en favorisant la convergence des différentes
compétences sur ce sujet ;

 la définition et la tenue à jour systématique d’indicateurs sur le changement


climatique, sur ses conséquences et sur l’adaptation pour un suivi plus précis tout
en apportant une aide à la décision. Ces indicateurs pourront être intégrés dans
les indicateurs de développement durable nationaux, comme dans toute autre
problématique nécessitant des informations fiables et actualisées sur le
changement climatique.

217
7.3.2. Gestion et aménagement forestiers

Un certain nombre d’études scientifiques ont modélisé les impacts du


changement climatique sur divers écosystèmes forestiers et ont suggéré des options
d’adaptation potentielles dans le cadre de la gestion des forêts afin d’en atténuer les
impacts négatifs tout en augmentant le stockage de carbone dans ces écosystèmes.

Actuellement, la communauté scientifique est unanime que la gestion des


risques la plus efficace, eu égard au changement climatique, reste l'application des
principes de la sylviculture irrégulière, continue et proche de la nature. Ce mode de
traitement forme les peuplements les plus stables, les plus résilients, les plus
productifs et les plus économes en travaux, en dépenses d'énergie et en intrants.
L’adaptation des résultats de ces études, étayés par la connaissance et l’expérience
dont on dispose sur les écosystèmes forestiers marocains, permet de construire cet
élément de programme autour de trois principaux axes relatifs à la composition des
espèces d’arbres et aux pratiques sylvicoles, et au cas particulier de la foresterie en
zones arides :

Axe 1 : Composition des espèces d’arbres

Les quatre actions suivantes sont proposées :

1) Accélérer la migration en plantant de nouvelles essences arborescentes


mieux adaptées aux conditions climatiques projetées, bien que cette option
puisse présenter un risque important en raison des incertitudes liées au
changement climatique. (programme prospectif pondéré).

2) Accroître la diversité des peuplements forestiers mixtes et des arbres,


particulièrement dans les zones écotonales, en combinant des espèces aux
stratégies de croissance variées (reproduction par rejets, par semences,
drageonnement) et des espèces résistantes à la sécheresse (peuplement de
structure ponctuelle multistrate). En effet, les peuplements forestiers mixtes
sont proches de la nature et mieux adaptés aux modifications climatiques et
aux impacts projetés du changement climatique (par exemple : les parasites).

3) Préserver, réhabiliter et réintroduire, des vecteurs de dispersion biotique


: ces derniers pourraient jouer un rôle important dans la dispersion des
semences à longue distance (par exemple, les populations aviaires et les
espèces migratoires).

218
4) Assurer la stabilité du peuplement9 par le développement de la cime des
arbres, la dispersion des diamètres, la diversité des essences, des arbres
individuels (les futaies irrégulières, voire jardinées, résistent mieux aux
tempêtes que des futaies résineuses équiennes) ; de faibles mélanges de
feuillus améliorent aussi leur stabilité. Une forêt mélangée en espèces, et
possédant une structure verticale complexe permet aussi une prospection
racinaire à différents niveaux, utilisant au mieux les réserves en eau du sol, et
augmentant la stabilité du peuplement.

Axe 2 : Pratiques sylvicoles

Les actions suivantes sont proposées :

1) Proscrire les coupes rases, comme une mesure normale de régénération et


de récolte, sauf exceptions dûment justifiées : le couvert continu, en
conséquence, permet la stabilisation des peuplements, une meilleure vie dans
le sol, et notamment des mycorhizes, la diminution de l'évapotranspiration,
l'atténuation des extrêmes de température du sol et des basses couches de la
végétation; le ralentissement de la minéralisation de l'humus et de la
libération du carbone qui y est bloqué.

2) Modifier les périodes habituelles (durée) de rotation et d’exploitation ou


récolte : Des périodes de rotation plus longues pourraient compenser la
réduction du taux de croissance due au stress hydrique, mais aussi assurer une
augmentation de la quantité de carbone séquestrée par la biomasse
arborescente, les sols forestiers et l’ensemble de la végétation ;

3) Pratiquer des éclaircies précoces et fortes : dans les peuplements à


vocation de production ligneuse ou de protection des sols, afin de réduire la
compétition pour l’eau et accroître la stabilité des peuplements.

Le volume sur pied, plutôt modéré par rapport aux stades adultes et
vieillissants des futaies régulières, permet une diminution de la consommation d'eau
en cas de sécheresses. Cette légère diminution du capital sur pied, par rapport aux
stades âgés de la futaie équienne, tout en garantissant le couvert, permet une
réserve d'eau plus importante pour chaque individu.

9
Projet SilviStrat : Stratégies sylvicoles face au changement climatique dans le cadre de la gestion des forêts
européennes, UE ; et le Projet EUFORGEN : Changement climatique et diversité génétique forestière en Europe)

219
À ce jour, l’éclaircie demeure la principale technique sylvicole grâce à laquelle
le gestionnaire forestier peut éviter les stress hydriques intenses et les taux de
croissance lents qui résulteraient certainement d’une augmentation du niveau de
variabilité climatique.

4) Convertir les taillis (taillis gérés et matorral) à longue révolution en futaie


mixte, afin : (i) d’obtenir des forêts matures plus diversifiées et mieux
structurées et donc mieux adaptées au changement climatique (conditions
microclimatiques) et ; (ii) d’accroître la capacité de stockage des puits de
carbone qui atténueraient les effets du changement climatique ;

5) Favoriser l'utilisation d'espèces étrangères à la station actuelle. Elle peut


donner réponse à des situations en évolution rapide: sécheresses plus
fréquentes, hautes températures, sans mettre en péril le fonctionnement des
écosystèmes autochtones. A cette fin, ces essences ne devraient jamais être
introduites par grandes surfaces homogènes, mais par bouquets de faible
importance ; et les essences autochtones qui s'installeraient dans les jeunes
peuplements d'étrangers seraient favorisées et non pas éliminées ;

6) Adapter les choix d’espèces pour le reboisement, à l’échelle locale, en


fonction de l’ensemble des paramètres écologiques de la station. Même si la
sensibilité aux contraintes hydriques et au vent dépendent largement d’autres
facteurs, le mélange d’essences est conseillé (là où celles-ci pourront être
gérées dans de bonnes conditions) notamment vis à vis de certains ravageurs.

Axe 3 : Foresterie en zone aride

Le Maroc est soumis à des conditions climatiques sévères puisque une grande
partie de son territoire (31%) se trouve dans les ambiances climatiques arides et
semi-arides très sensibles à l’érosion éolienne et la dégradation des milieux et des
niveaux de vie des populations. Le changement climatique probable menace
d’accentuer leur vulnérabilité. L’adaptation à un stress hydrique plus marqué, dû à
des précipitations en baisse et à l’augmentation de l’évapotranspiration potentielle
liée à la hausse des températures, est un facteur particulièrement important pour les
écosystèmes naturels de ces régions et pour les populations qui en dépendent.

220
Dans ces zones, le couvert végétal forestier et arbustif est constitué d’essences
à croissance lentes et de faible productivité ligneuse mais constitue la principale
source de pâturage, d’énergie domestique, de produits non ligneux et vivriers et un
écran vert contre l’érosion éolienne et la désertification. Cette végétation est dotée
d’un pouvoir de résilience et d’une valeur adaptative (photosynthèse de type C4 et
de type CAM, faibles besoins en eau), insensible à l’augmentation du CO2
atmosphérique qui en fait une ressource génétique à exploiter à l’avenir (Chap.2,
encadré 8).

L’objectif consiste à contribuer à l’efficacité des actions LCD, en vue d’augmenter


leurs retombées sur la population et sur les ressources naturelles, et réduire la
vulnérabilité au changement climatique à travers quatre principales actions exposées
ci- après. La participation des populations permettra, par ailleurs, de mieux garantir
leur durabilité et leur efficacité :

1) Etendre et renforcer les programmes de réhabilitation et de régénérations


de la végétation et du sol (mise en défense contrôlée, limitations des
défrichements enrichissements, création de rideaux-abris, etc.) ;

2) Promouvoir et développer les opérations de lutte conte l’ensablement et de


protection des infrastructures et des conditions de vie des populations par la
fixation des dunes et par la création de rideaux- abris ;

3) Encourager les boisements d’environnement dans un cadre partenarial;


autour des centres, des agglomérations, des infrastructures hydroagicoles et
des cultures (bosquets de verdure, brise-vent, etc.). l’utilisation des espèces
autochtones à usages multiples, mieux adaptés à ces conditions, est
recommandée (Mhirit et Benabid, 1978 ; Mhirit et Sbay, 1992) ;

4) Promouvoir les techniques d’amélioration d’un stockage plus efficace de


l’eau dans le sol dans le cadre de l’ensemble de ces opérations.

7.3.3. Conservation, gestion et, valorisation de la biodiversité

La stratégie et le plan d'action national pour la conservation et l'utilisation


durable de la biodiversité ont été publiés, en 2006, dans un cadre interdisciplinaire et
intersectoriel élargi (Anon., 2006). Ils visent l'intégration de la biodiversité dans les
processus du développement humain et socio-économique du pays. Des séries
d’actions sont identifiées par type de milieu (biodiversité terrestre, côtière et marine,
zones humides, etc.) avec leur niveau de priorité, leur échéancier, les institutions
responsables, etc.

221
De même, le Centre pour la coopération méditerranéenne de l’UICN a élaboré
et publié, en 2008, un document d’orientation stratégique : « l’adaptation au
changement global : les forêts méditerranéennes » (Regato, 2008).

Il s’agit de mettre en œuvre cette stratégie et ce plan d’action national, de


tirer partie des orientations pour les forêts méditerranéennes et d’en évaluer les
résultats et les impacts sur les processus d’adaptation au changement climatique. Les
propositions d’action relatives à cet élément de programme sont déclinées en trois
axes principaux dont des actions d’adaptation dans le cadre des plans de
conservation de la biodiversité au niveau de la région méditerranéenne, des actions
pour rendre opérationnel le plan d'action national pour la conservation et l'utilisation
durable de la biodiversité, et des actions de contribution au développement local :

Axe 1 : Adaptation dans le cadre des plans de conservation de la biodiversité


au niveau de la région méditerranéenne

1) Adapter l’aménagement et la gestion des aires protégées en tenant


compte des principes suivants :

 Harmoniser la conservation du nombre d’espèces et de la complexité écologique


tout en préservant la diversité à l’échelle du paysage (par exemple, l’aire de
distribution altitudinale au sein des réserves est importante pour la migration en
altitude; l’hétérogénéité topographique, l'habitat et les microclimats présents
dans les réserves contribuent à une augmentation du potentiel d'adaptation des
réactions spécifiques au changement climatique);

 Le zonage souple des limites des réserves, le développement de stratégies


d’aménagement des zones tampons, ainsi que les stratégies d’aménagement
inter situ (gestion active des espèces sauvages à l’extérieur des aires protégées)
joueront un rôle de plus en plus important dans la distribution des espèces et les
scénarios migratoires en situation de changement climatique ;

 La fragmentation (attribuable aux schémas anthropiques d’utilisation des terres


et aux obstacles actuels) pourrait constituer l’unique et principale contrainte à
l'adaptation des écosystèmes en période de changement climatique. Les effets
de lisière s’ajoutant à la fragmentation exposent des habitats complexes aux
phénomènes climatiques extrêmes.

222
2) Évaluer le niveau de vulnérabilité des aires protégées :

 L’un des objectifs des stratégies d’adaptation est de s'assurer que le réseau
actuel des aires protégées peut conserver sa diversité biologique à l’avenir en
identifiant et en corrigeant les faiblesses existantes.

 La planification de la conservation doit se concentrer sur les processus plutôt que


les modèles et donner priorité à la planification proactive ; ce qui implique le
développement d’instruments de prévision relative à la réponse de la
biodiversité face à l’utilisation des terres et au changement climatique actuel.

 Paradoxalement, les résultats des mesures de protection strictes peuvent donc se


traduire par une augmentation de la vulnérabilité des forêts de conifères
montagneuses endémiques au changement climatique. Dans ces cas,
l’adaptation au changement climatique nécessite le passage à une gestion
proactive en vue d’améliorer la diversité structurelle du couvert forestier, à la fois
au niveau des peuplements et des paysages.

L’encadré 26 présente une liste non exhaustive des caractéristiques relatives aux
facteurs intensifiant la vulnérabilité des aires protégées au changement climatique

Encadré 26 - Liste non exhaustive des caractéristiques relatives aux aires


protégées intensifiant leur vulnérabilité au changement climatique (Regato, 2008)

 Présence de types d’écosystèmes fragiles


 Présence d’espèces/d’écosystèmes aux limites de leurs aires de distribution
 Présence d’espèces/d’écosystèmes à distribution géographique limitée
 Uniformité topographique et géomorphologique
 Petite superficie et un rapport élevé périmètre/superficie
 Isolement par rapport aux autres communautés constitutives
 Fragmentation anthropogénique des peuplements et des écosystèmes
 Pressions anthropogéniques au sein, et à proximité, des lisières
 Présence de communautés naturelles dépendant d’un ou de plusieurs processus
ou espèces clés

Axe 2 : Opérationnaliser le plan d'action national pour la conservation


et l'utilisation durable de la biodiversité

1) Actualiser en permanence la liste rouge nationale des espèces menacées,


dresser et compléter les listes rouges des différents groupes de la biodiversité
terrestre nationale (champignons, lichens, mousses, plantes vasculaires,
invertébrés, amphibiens et reptiles, oiseaux et mammifères). Cette liste
constitue un outil de décision dont dépendent les réglementations sur la
biodiversité;

223
2) La conservation in situ des espèces menacées de disparition. Ceci passe
par la protection des écosystèmes qui constituent leurs habitats, où ils sont
déjà acclimatés, particulièrement par l'institution des aires protégées (SIBE).
D'autres milieux ne pouvant être institués en aires protégés doivent faire
l'objet de plans de réhabilitation et de gestion durable ;

3) Promouvoir et renforcer la réalisation d'un programme de conservation


in situ et ex situ des peuplements « porte-graines » ; notamment ceux de
provenances et de descendances des ressources forestières autochtones dont
le Pin maritime du Maghreb, le Pin d'Alep, le Cèdre de l'Atlas, le Cyprès de
l'Atlas, le Sapin, l'Arganier, le Chêne-liège, le Thuya, les genévriers, les acacias,
etc.

4) Mettre en place des aires de conservation pour des espèces de grand


intérêt pastoral de zone aride ; comme par exemple : l'armoise (Artemisia
herba-alba), l'alfa (Stipa tenacissima), Salsola sp. ; Helianthemum sp. ; Stipa
sp. ; Aristida sp.; et d’autres arbustes à usage multiples (Mhirit et Sbay, 1991);

5) Encourager l’institution des Réserves de Biosphère dans les zones à


biodiversité importante ou fortement menacée, à l’image de celle de l’arganier
dans la région du Sous. Le Maroc ne compte qu’une seule Réserve de la
Biosphère (une seconde est en cours d’établissement dans le Moyen Atlas)
malgré la richesse de la biodiversité nationale et l'intégration existante entre
les populations rurales et le milieu naturel.

Axe 3 : Contribution au développement local

Trois principales actions sont proposées, avec un certain nombre de mesures


d’accompagnement de l’encadré 27:

1) Promouvoir et renforcer la réaliser des programmes de développement


intégrés dans les zones périforestières pour améliorer le niveau de vie des
populations et pour diminuer la pression d'exploitation sur la forêt,
notamment dans les régions forestières du chêne liège (Maamora), l'arganier,
la cédraie, le thuya, le sapin, le pin naturel, etc. Les défrichements, l’utilisation
du bois de feu et le pâturage à l'intérieure de zones forestières par les
populations rurales riveraines constituent un important facteur de
dégradation et de vulnérabilité de ces écosystèmes auxquels il y a lieu de
remédier par l’amélioration des revenus des populations.

224
2) Promouvoir la réalisation des reboisements énergétiques pour atténuer la
pression sur la forêt et les parcours exploités, entre autres, pour le bois de feu
tout en encourageant les améliorations du rendement à la carbonisation,
l’économie du bois combustible et des énergies alternatives ;

3) Renforcer la réalisation des programmes d’amélioration pastorale et de


gestion de parcours en vue de lutter contre le surpâturage et conserver la
biodiversité. Une surexploitation des parcours, entraîne une réduction de la
couverture végétale avec la disparition de la faune et de la flore et une
accélération du phénomène de désertification qui, dans notre pays trouve un
terrain favorable dû aux longues périodes de sécheresse;

En outre, le plan d'action national pour la conservation et l'utilisation durable de


la biodiversité comprend un certain nombre de mesures et d’outils qui pourraient
être considérés dans le cadre du développement humain et socio-économique du
pays, et de surcroît dans le cadre d’adaptation au changement climatique (encadré
27).

Encadré 27 - Mesures et outils du Plan d'action national pour la conservation


et l'utilisation durable de la biodiversité

 Mesures de gestion, qui visent la satisfaction des besoins en matière de biodiversité sans
pour autant mettre en péril sa pérennité. Ils visent également le développement de
certaines potentialités offertes par la biodiversité pour des fins socio-économiques;

 Mesures de l'IEC, correspondant à des dispositifs d'Information, d'Education et de


Communication dont l'objectif est de constituer des programmes pour une meilleure
approche participative des populations;

 Outils scientifiques, proposés pour disposer de plus de connaissances, et plus de


compétences en matière de biodiversité, mais aussi gérer de façon optimale l'information
scientifique disponible;

 Outils économiques et financiers qui sont destinés à développer certains secteurs de la


biodiversité pour répondre à des besoins particuliers, à favoriser le monde rural et à
encourager l'intégration de la biodiversité dans la stratégie globale du pays;

 Instruments législatifs et institutionnels dont le but est, d'une part, actualiser l'arsenal
national pour mieux prendre en considération l'évolution de la biodiversité et son
importance de plus en plus grande dans le développement du Maroc, mais aussi mettre en
diapason la législation nationale avec les engagements internationaux du pays;

 Instruments de surveillance et de suivi qui englobent un grand nombre d'indicateurs


permettant de suivre de très près les évolutions des ressources naturelles du pays et de
leurs impacts sur divers secteurs socio-économiques ;

 Mécanismes de coopération permettant de conforter le Maroc dans sa position


internationale, pour mieux mettre à profit ses particularités naturelles, et pour renforcer sa
contribution dans l'effort mondial ;

225
7.3.4. Consolidation du dispositif d’observation

Le HCEFLCD réalise chaque année plusieurs relevés sur des sites ponctuels
(placettes) dont les données collectées diffèrent en fonction de la finalité des projets
et des études y afférents. Les sondages les plus remarquables sont les inventaires
dendrométriques pour l’IFN et ceux relatifs à la santé et aux incendies de forêt,
auxquels peut s’ajouter certains points de sondage ayant pour but de recherche
forestière ou d’études spécifiques.

Les sondages au sol, tels qu’ils sont exécutés actuellement par les services du
HCEFLCD, présentent des inconvénients majeurs en rapport avec la planification et la
pratique des échantillonnages et le manque de valorisation des données relevées sur
les mêmes stations, par différents opérateurs. Le suivi et la prévision des impacts du
changement climatique devra s’appuyer sur des systèmes d’information et des
réseaux d’observation intégrant l’ensembles des dimensions d’activité et de
préoccupation du HCEFLCD, voire d’autres départements.

La nécessité d’un processus intégré et continu de recueil des données


afférentes aux ressources forestières s’impose. Les actions suivantes sont
proposées à ce titre :

1) Mettre en place un réseau systématique des sondages au sol multi-


ressources ;

2) Développer les processus de traitement, d’analyse de données et de


synthèse qui permettent d’évaluer et de suivre les évolutions et les
modifications qui affectent les écosystèmes forestiers et leurs ressources.

3) faire accompagner la mise en place de ce protocole par le Service de l’IFN


du HCEFLCD, acquérir les capacités nécessaires à son pilotage, et assurer les
liens de continuité avec les actions et les acteurs.

Ce dispositif s’attachera à harmoniser les missions d’observation et de suivi sur


les différentes placettes en forêt (IFN, dépérissement, santé des forêts, et autres
observations).

226
7.3.5. Formation, information et sensibilisation

Les récentes années ont vu progresser la sensibilisation sur la réalité du


changement climatique à la suite des événements météorologiques extrêmes
(sécheresse, inondation, vagues de chaleur, vagues de froid, etc.) qui se sont
produits. Toutefois, la question de l’adaptation devra être davantage mise en relief
dans les actions d’information sur le changement climatique. Quatre principales
actions sont proposées, à savoir :

 Renforcer et multiplier les échanges d’information, d’expertise et d’expériences


entre les différents acteurs (élus, administration, professionnels, décideurs,
collectivités, ONG, etc.) ;

 Encourager les actions visant à favoriser les échanges entre la communauté


scientifique, les acteurs et le public tout en fournissant à ce dernier une
information scientifiquement fiable et perceptible ;

 Développer et mettre à disposition des décideurs un certain nombre d’outils


visant à faciliter l’accès et l’extraction d’informations expertisées sur les scénarios
locaux d’évolution du climat, les aléas futurs, les impacts et leurs coûts, les
vulnérabilités, etc. Une attention particulière à la représentation et à la
communication doit être apportée, notamment par l’intégration des données
dans les systèmes d’information territoriaux (régions, agences d’urbanisme…).

De façon générale, l’ensemble des documents d’information, qu’ils relèvent de


la responsabilité de l’Etat ou de celle des collectivités territoriales, doivent être
utilisés comme outils d’information et de sensibilisation aux nécessités de
l’adaptation au changement climatique.

 Promouvoir la généralisation de la formation et la sensibilisation à la


problématique du changement climatique dans les établissements de formation
et dans les universités à des niveaux requis.

Cet aspect est essentiel car les étudiants d’aujourd’hui seront appelés à
prendre des décisions à l’heure où le changement climatique se fera pleinement
sentir. De même, compte tenu du caractère transversal de l’adaptation au
changement climatique, il apparaît aujourd’hui indispensable de favoriser les actions
de formation au sein des départements concernés.

227
7.3.6. Développement des connaissances : nécessité d’un effort de recherche

L’adaptation aux conséquences du changement climatique demande à agir


dans un contexte d’incertitude. Cette incertitude justifie d’autant plus le
développement des recherches, des études et de l’observation, car il est d’abord
nécessaire de connaître les menaces possibles et d’en évaluer, à la fois, la probabilité
d’occurrence, l’ampleur des dommages encourus et la réaction des écosystèmes au
changement climatique. Des actions générales impliquant des institutions autres que
le HCEFLCD et des actions spécifiques au secteur forestier sont proposées dans ce
contexte :

 Actions générales impliquant des institutions autres que le HCEFLCD

La communauté scientifique est aujourd’hui, sollicitée pour apporter des


éléments d’aide à la décision. A ce sujet, il est nécessaire de développer à la fois la
science du climat et celle des impacts. Ces recherches doivent aider à caractériser les
risques et les éventuels bénéfices associés au changement climatique, à définir la
vulnérabilité des écosystèmes naturels et des systèmes socio-économiques, à des
niveaux sectoriels et géographiques ainsi que la prévision des conséquences du
changement climatique. Les actions suivantes sont proposées :

1) Promouvoir et développer les recherches sur les impacts et l’adaptation des


écosystèmes naturels, tant en recherche fondamentale qu’appliquée. Le rôle
des universités est prééminent à cet effet. Ces recherches doivent être
coordonnées, le cas échéant par le HCEFLCD et faire l’objet régulièrement de
présentations, de publications et de diffusion ;

2) Affiner constamment les scénarios climatiques et les diffuser largement


sous des formes aisément compréhensibles et utilisables par les
professionnels du secteur mais aussi par le public. Ils pourront également être
intégrés dans des systèmes d’information régionaux, voire locaux (Système
d’information sur le développement);

3) Développer des méthodologies spécifiques, pour l’évaluation des coûts des


impacts et de l’adaptation ; un projet impliquant l’ensemble des secteurs
sensibles pourrait être entrepris en vue d’évaluer ces coûts à l’échelle
nationale.

228
 Actions spécifiques au secteur forestier

Les recherches et les recueils de données sur les écosystèmes forestiers ont
progressé depuis plusieurs années. Néanmoins, le niveau des connaissances reste en
deçà des besoins scientifiques et techniques eu égard aux exigences de la
problématique du changement climatique. Il s’agit de mobiliser la recherche pour
adapter et améliorer l’approche des plans et programmes d’actions forestières et de
lutte contre la désertification. Un important effort de recherche est donc à mener, en
particulier, dans les principales thématiques suivantes :

Axe 1 : Fonctionnement des écosystèmes,

Il s’agit d’approfondir et d’améliorer le niveau de connaissances, en particulier,


les questions portant sur les relations plante-sol-eau et sur la diversité biologique
végétale et animale en rapport avec la tendance au changement climatique et les
fonctions de séquestration du carbone. Ces connaissances sont indispensables pour
mieux guider l’adaptation et, de surcroît, la gestion durable des écosystèmes.

Axe 2 : Conservation et amélioration des ressources génétiques

Le Maroc bénéficie d'une complexe et importante diversité floristique et


faunistique principalement représentée par les écosystèmes forestiers qui recèlent
des ressources génétiques précieuses aussi bien pour le pays lui-même que pour la
communauté des pays méditerranéens. La forêt marocaine, incomparable par la
richesse des formes sauvages qu'elle héberge et par son rôle majeur dans la
préservation de la qualité de l'air et des eaux, constitue la meilleure assurance de
stabilité vis-à-vis des aléas d'un futur incertain (réchauffement climatique, pollution
atmosphérique, etc.).

Face aux évolutions climatiques probables, et aux nécessités de répondre aux


besoins croissants des populations, il est nécessaire de conserver des populations
forestières à un niveau de diversité élevée, garantissant ainsi aux générations futures
les possibilités d’utiliser un matériel « adaptable et valorisable ». Dans ce contexte, la
conservation des ressources génétiques forestières constitue une composante
essentielle de tout programme global de préservation de la biodiversité.

Conscient de l'importance de la caractérisation de la diversité génétique, le


HCEFLCD a d'ores et déjà entrepris des programmes d'amélioration des ressources
génétiques basés sur l’installation d’un réseau de plantations comparatives de
provenances et de descendances pour les principales essences forestières du pays
(cèdre, pin maritime, pin d'Alep, chêne liège, arganier,…).

229
Dans ces conditions, l’objectif principal des programmes de conservation et
d’amélioration des ressources génétiques est la préservation du potentiel
évolutif/adaptatif des espèces, peuplements et écosystèmes. Ces programmes de
conservation et de gestion adaptative des écosystèmes peuvent être mis en place in
situ ou ex situ.

Les actions in situ doivent permettre de préserver et d’améliorer la fonction du


système génétique qui assure le transfert de la diversité génétique d’une génération
à l’autre et favorise l’évolution (Papageorgiou, 2008). Dans le cas où les espèces ou
populations ne peuvent pas s’adapter et les efforts de conservation in situ
n’empêchent pas la disparition ultérieure d’espèces, des mesures ex situ s’avèrent
nécessaires pour préserver la diversité génétique

Pour cet axe, les actions suivantes sont proposées; elles ont pour but de
contribuer, en premier à la consolidation et au renforcement des programmes mis en
œuvre par le HCEFLCD :

1) Dresser un bilan critique des programmes en cours relatifs à l'amélioration,


la conservation et l'utilisation des ressources génétiques des principales
espèces forestières marocaines ;

2) Définir une stratégie et un programme d'action national d'amélioration et


de conservation des ressources génétiques forestières dans une perspective
d’adaptation des espèces forestières au changement climatique ;

3) Collecter de façon fréquente et représentative, non seulement des


graines, des principales espèces forestières et des espèces menacées,
mais aussi les semences des espèces adaptées à l’aridité (mesure
prioritaire). Les graines peuvent être conservées dans des banques et des
plantations génétiques (arboreta, plantations comparatives d’espèces, de
provenances et de descendances). Ces dispositifs peuvent entraîner une
augmentation de la base génétique des populations naturelles par la création
de vergers à semences (porte-graines) qui fourniront des graines variables
pour les activités de régénération, de réhabilitation, ou de reboisement
restauration ;

4) Evaluer le potentiel de survie à long terme des « réserves génétiques ».


Dans ce cas, les populations marginales et disjointes au sein des aires de
distribution des espèces sont susceptibles de jouer un rôle important. Les
mesures de conservation des « réserves génétiques» ne viseront pas
seulement la préservation des génotypes ou des espèces rares, mais aussi la
conservation des habitats (Fady, 2008) ;

230
5) Favoriser la dispersion des gènes et le déplacement géographique du
pollen et des graines à des fins d’adaptation (croisements contrôlés,
hybridation). Dans ce cas, les actions pouvant entraîner des perturbations du
système génétique des populations d’espèces forestières doivent être évitées
(fragmentation des forêts) ; par contre le maintien de la connectivité des
paysages et des habitats doit être assuré (Papageorgiou, 2008).

La diversité génétique, à l'intérieur des essences d'arbres, permet l'émergence


d’écotypes ou d'individus plus résistants que d'autres, de même que la diversité
spécifique permet de prévenir l'effondrement des peuplements dans le cas de
l'élimination, pour quelque cause que ce soit, de l'une ou l'autre essence.

6) Promouvoir les actions de restauration en faveur de la protection de la


régénération naturelle. En cas de reboisement, le matériel utilisé doit provenir
de graines locales et de la région de provenance concernée ;

7) Identifier et conduire des essais de provenances et de génotypes


d’espèces plus résistantes à la sécheresse ;

8) Identifier et conduire des essais multistationnels d’espèces arborescentes


et arbustives des zones arides et semi-arides, autochtones et allochtones pour
tester leur degré d’adaptation au changement climatique.

Axe 3 : Sylviculture et aménagement forestier

A travers les actions au niveau de cet axe, le but consiste à renforcer et


améliorer l’élaboration et la maîtrise des outils d’aide à la décision pour une gestion
durable des écosystèmes forestiers sous la contrainte du changement climatique. Il
s’agit notamment de :

1) Concevoir et mettre en place un dispositif permanent pour le suivi des


peuplements et pour l’élaboration d’outils d’aide à la décision en matière
d’aménagement et de gestion forestiers : « tables de cubage, tables de
production, modèles de croissance sous contrainte, modèles ou guides de
sylviculture des principales essences » ;

2) Établir des normes de densités en fonction des types de peuplements sur la


base des relations d’équilibre avec les conditions des stations et non
seulement des caractéristiques sylvicoles des peuplements et définir
l’espacement vital optimal de croissance pour la conduite des éclaircies;

231
3) Conduire des essais, dans les programmes de reboisement, sur les
techniques de travail du sol, qui permettent d’améliorer les réserves hydriques
des sols et leur disponibilité en eau, ainsi que sur les standards d’élevage des
plants ; en particulier pour les espèces autochtones.

4) Conduire des essais de reboisement prospectifs sur les milieux et stations


marginales, difficiles et d’altitude utilisant des espèces forestières pionnières.
Dans l’exemple des stations de cèdre sur calcaire et aux altitudes 1.500 m –
2.000 m, l’utilisation du pin maritime de montagne, des provenances de cèdre
des zones plus sèches et de cyprès de l’atlas est recommandée.

Axe 4 : Utilisation multifonctionnelle et valeur économique


des écosystèmes forestiers

Les écosystèmes forestiers marocains sont soumis à des conditions


climatiques méditerranéennes généralement peu propices à la production ligneuse
intensive. La fonction de production de bois se trouve largement surpassée par les
fonctions de production de valeurs d'utilisation indirecte (protection des ressources
en eau et sols des bassins versants, des investissements et des équipements,
sauvegarde et maintien de la diversité biologique, valeurs esthétique et paysagère,
produits forestiers non ligneux, revenu rural, etc.).

Néanmoins, l’approche de la valeur économique totale des productions


forestières dégage deux difficultés majeures: insuffisance des données fiables sur
certains produits et services et choix des techniques et des indicateurs d'évaluation
pertinents et appropriés au contexte socio-économique marocain. Ainsi les
investigations doivent s’orienter en priorité vers les éléments suivants en rapport
avec les modes d’utilisations des espaces boisés et leur évolution sous la contrainte
du changement climatique, en particulier :

1) Elaboration des comptes économiques du secteur (productions de biens et


services)

 délimitation du champ économique de la forêt au Maroc

 établissement d’une nomenclature des activités du secteur

 développement d’une méthodologie fiable de collecte de données sur une


base annuelle,

232
2) Evaluation des coûts de la dégradation de la forêt

 Analyse des approches d’évaluation (méthodes de valorisation des effets


écologiques) pour la mise au point d’une méthode appropriée pour les
écosystèmes forestiers marocains ;

 Définition de la valeur économique globale (valeur d’usage directe, qui


comprend les produits autoconsommés ; valeur des fonctions écologiques telles
que la régulation du cycle de l’eau ; valeur des options qu’offre la préservation
de la diversité génétique des espèces ;

 Evaluation des coûts de l’inaction en prenant comme guide la valeur


économique globale.

L’importance de plus en plus grande des bénéfices que les écosystèmes


forestiers offrent, qu’il s’agisse de produits traditionnels qui ont un marché ou des
externalités positives, nécessite la mise au point de techniques et de procédures de
classification et d’évaluation. Ces biens et services constituent une source importante
de revenus pour les populations dépendant des écosystèmes forestiers.

3) Usages des espaces boisés et des pratiques sociales : les représentations


culturelles, les prescriptions qui leur sont liées et les valeurs qui en découlent,
les droits fonciers et les droits coutumiers qui règlent ces usages; les
méthodes de gestion traditionnelles. Une meilleure évaluation de ces usages
et de ces méthodes est essentielle pour développer les approches
participatives et partenariales, élément fondamental de l’adaptation au
changement climatique.

Axe 5 : Conservation des sols et lutte contre la désertification

La faiblesse technique et scientifique est particulièrement marquée dans les


domaines de l’aménagement intégré des bassins versants, de la foresterie des zones
marginales et arides, de la lutte contre la désertification et planification de
l’utilisation des terres. La recherche doit s’orienter dans le sens d’investir davantage
ces thématiques par la mise en œuvre de nouvelles approches de conservation et de
gestion durable de ressources. Dans ce domaine de recherche, les actions suivantes
sont proposées :

233
1) Évaluation de l’érosion et des techniques antiérosives

 Bilan des connaissances sur les techniques antiérosives;

 Conduire des essais sur les corrections mécaniques dans les sous bassins
versants ;

 Conduire des essais sur les techniques biologiques à l’échelle des micros –
bassins.

2) Adaptation des programmes de lutte contre la désertification, en


particulier :

 évaluation de l’état des lieux avec analyse de l’impact des approches mises en
œuvre ;

 élaboration d’indicateurs appropriés par zone homogène, et d’un cadre pour la


proposition d’objectifs stratégiques et opérationnels ;

 mise en place d’un système de suivi - évaluation opérationnel comme approche


pour la mesure des résultats des actions entreprises ;

 définition des liens entre le changement climatique et la désertification, en vue


d’une stratégie prospective d’adaptation.

7.4. Perspectives multisectorielles d’adaptation au niveau national

7.4.1. De la nécessité d’une approche holistique des impacts et l’adaptation au


changement climatique

Le changement climatique est décrit aujourd’hui comme « l’un des défis


majeurs de l’environnement les plus urgents auxquels l’Humanité est confrontée ». Il
peut avoir des répercussions sur toutes les régions et sur tous les secteurs de
l’économie à des degrés variables. Il est largement reconnu que le changement
climatique s’intensifiera en dépit des mesures visant à réduire les émissions de gaz à
l’effet de serre. Aussi, l’adaptation est-elle un complément indispensable de
l’atténuation dans la lutte contre le changement climatique. L’adaptation entraîne
essentiellement une modification de décisions et de la façon de penser et d’agir en
fonction du changement climatique constaté ou prévu, en vue d’en atténuer les
effets, voire de saisir ses opportunités (Donald et Fiona, 2004).

234
Aujourd’hui, l’action des pouvoirs publics au Maroc demeure très limitée en
situations de crise, où l’on demande aux citoyens de consentir des efforts pour
réduire des dommages prévisibles à court terme (consommation d’eau, d’énergie,
bois de feu, pollution, déchets, etc.). Une réflexion globale doit être engagée sur
le long terme, dans le cadre de l’adaptation au changement climatique.
Toutefois la construction d’une stratégie d’adaptation efficace devra reposer sur une
meilleure connaissance de la vulnérabilité du pays au changement climatique. Cette
vulnérabilité est définit selon trois facteurs : la nature du changement climatique, la
sensibilité climatique du système ou du territoire en cause et la capacité de s’adapter
à des changements qui en résultent.

Le processus d’adaptation doit s’appuyer sur une base institutionnelle solide


et cohérente. Les institutions fournissent ou identifient les ressources humaines et
techniques et mettent en place des organismes chargés d’atteindre des objectifs
précis. Cette base devrait conduire à l’établissement d’un cadre politique qui inclurait
l’adaptation comme étant partie intégrante des politiques nationales et des
politiques sectorielles actuelles, plutôt que de développer une politique d’adaptation
spécifique. Cette approche reconnaît à la fois la nature intersectorielle du
changement climatique et contribue à faire un usage plus efficace des ressources et
institutions existantes. Mais, il est indispensable, avant tout, de créer une vision
largement partagée, par une meilleure information à tous les niveaux.

Un cadre politique propre à l’adaptation peut s’organiser autour d’un «


Programme national sur les impacts et l’adaptation au changement climatique » qui
devrait impliquer l’ensemble des parties intéressées, y compris les pouvoirs publics,
les institutions, les ONG et le secteur privé. Ce cadre, qui doit être instauré en accord
avec la situation institutionnelle, sociale et économique du pays afin de pouvoir le
lier aux politiques en vigueur, devrait coordonner les mesures propres au
changement climatique et les mesures propres aux autres secteurs et permettre de
décider des niveaux adéquats pour la conduite des activités, tout en assurant un
échange de savoir-faire et d’informations.

Les mécanismes politiques relatifs aux stratégies d’adaptation doivent


comprendre des mesures juridiques et réglementaires, des mesures financières
et économiques; et des mesures encourageant la participation du public. L’effort
d’adaptation ne peut reposer entièrement sur la contrainte réglementaire ou sur des
subventions. C’est donc l’ensemble des décideurs privés et publics qui doivent
intégrer l’adaptation dans leurs choix.

235
Des stratégies d’adaptation nationales sont en cours d’élaboration dans
quelques pays européens de la région méditerranéenne (par exemple, France,
Espagne, Portugal,…) ; et plusieurs pays procèdent à des évaluations multisectorielles
du changement climatique (par exemple, Canada, Suède, Espagne) ; d’autres pays
mettent en place des mesures d’adaptation dans le cadre de la gestion de la
prévention des risques, de la protection de l’environnement et des ressources
durables (par exemple, Italie, France) (Meiner, 2006).

La mise en œuvre de la stratégie et des programmes d’adaptation sera guidée


notamment par l’application des principes suivants (ONERC, 2006) : (i) le souci de
l’équité, qui exige d’associer toutes les collectivités et catégories
socioprofessionnelles susceptibles de subir les conséquences du changement
climatique ; (ii) l’anticipation des situations de crise, autant que cela sera possible ;
(iii) les aides et les subventions ne doivent pas conduire à faire perdurer des
situations sans issue, mais plutôt favoriser les évolutions et les diversifications
économiques dans une optique de développement durable; (iv) le souci d’une
meilleure articulation avec l’atténuation .

7.4.2. De la promotion d’une approche adaptée aux territoires

Le changement climatique appelle à une réflexion approfondie sur la


conciliation, l’adaptation et la mise en cohérence des utilisations des terres avec leurs
vocations. En effet, la gestion des espaces ne s’accommode plus de l’addition des
politiques sectorielles, mais impose, au contraire un arbitrage des « conflits » et des
politiques de développement dans l’espace et dans le temps.

Une politique nationale d’adaptation ne peut pas se concevoir sans la


participation active des collectivités territoriales au côté de l’Etat. En effet, les impacts
concernent d’abord, le niveau territorial qui en souffrira directement et se trouve être
le plus opportun pour évaluer sa vulnérabilité de façon approfondie, ainsi que les
actions à entreprendre pour la réduire. En outre, les phénomènes en cause relèvent
souvent de spécificités territoriales, voire locales, qui les rendent, de ce fait,
difficilement comptabilisables par un seul organisme placé à un niveau national.

Dans ce contexte, divers échelons territoriaux doivent donc être mobilisés au


titre des compétences qu’ils exercent : l’échelon régional a un rôle essentiel dans la
planification territoriale, et il a aussi pour compétence de promouvoir le
développement économique et social conjointement avec l’Etat. Ainsi, le pilotage
d’études, d’évaluations régionalisées et des structures correspondantes constituerait
un premier pas vers l’émergence d’un système de gouvernance adapté qui
associerait les services de l’Etat et des collectivités territoriales et s’ouvrirait à la
société civile selon les circonstances du lieu et du moment.

236
Une telle démarche devrait aider les collectivités territoriales à élaborer leurs
propres stratégies d’adaptation. Il est également indispensable de favoriser la prise
en considération de la question de l’adaptation au changement climatique dans tout
document de planification territoriale quel que soit le niveau géographique et le
secteur sur lequel il s’exerce.

7.4.3. Des possibilités de financer les actions d’adaptation

A l’échelle internationale, les questions relatives à l’adaptation sont devenues


un important sujet de négociations et de discussions sur le changement climatique.
A cet égard, plusieurs initiatives ont été menées pour promouvoir l’adaptation dans
les pays en développement, avec la création de trois fonds, gérés par le Fonds pour
l’Environnement Mondial (FEM) :

1. Le Fonds spécial pour les changements climatiques (30 M$). Les actions
prioritaires concernent notamment les mécanismes d’adaptation dans les
domaines de l’eau, des terres, agriculture, santé, infrastructures, écosystèmes,
zones côtières, catastrophes climatiques (inondations / sécheresses) ;

2. Le Fonds pour les pays les moins avancés (35 M$). Ce fonds doit soutenir le
programme de travail de ces pays, en particulier pour la préparation et la mise
en œuvre des programmes d'action nationaux d'adaptation (PANA) ;

3. Le Fonds d’adaptation du protocole de Kyoto. Ce fonds doit permettre de


financer des programmes et des projets concrets d'adaptation. Outre les
contributions volontaires des pays industrialisés, le financement sera assuré
par un prélèvement de 2% sur la valeur des Unités de réduction certifiée des
émissions (URCE) générés par les projets « Mécanisme de Développement
Propre » (MDP).

7.4.4. Mécanismes internationaux d’appui à l’intégration de l’adaptation au


changement climatique au niveau des plans nationaux de développement

La CCNUCC, le Protocole de Kyoto (notamment le plan d’action de Nairobi,


CMAE, 2003) et d’autres instruments ont élaboré des mécanismes et programmes
pour réduire la vulnérabilité, venir en aide aux habitants et protéger les écosystèmes,
y compris les forêts, à des fins d’adaptation au changement climatique. Toutefois,
une coopération régionale étroite, ainsi qu’une harmonisation des efforts lors des
négociations futures sur un régime climatique post-Kyoto pourraient aboutir à un
certain nombre de solutions et d’opportunités, particulièrement, dans les régions
affectées et extrêmement vulnérables comme la région méditerranéenne (Castaneda,
2008),

237
En outre, il est essentiel de promouvoir un meilleur accès aux financements et
de favoriser des synergies à l’aide de sources de financement externes au processus
de changement climatique. Le PNUE et le PNUD ont lancé une initiative conjointe
d’adaptation au changement climatique (le partenariat PNUD-PNUE sur le
changement climatique) dont le but est de renforcer les efforts de collaboration
existants entre les deux organisations afin d’aider les pays à atteindre un
développement durable face au changement climatique (PNUE, 2006). L’un des deux
objectifs principaux de ce partenariat est « d’intégrer l’adaptation aux plans de
développement nationaux et dans les cadres de coopération des Nations Unies
» et ce par le biais d’une approche fondée sur trois piliers :

(i) Stratégies nationales de développement: le PNUD et le PNUE aideront


les pays à évaluer leur vulnérabilité au changement climatique et à intégrer
les stratégies d’adaptation dans la formulation et la mise en place de leurs
politiques et plans d’investissement nationaux. Une synergie accrue entre
la réduction des risques liés au changement climatique et le
développement durable peut être atteinte en incorporant les stratégies
d’adaptation aux efforts déployés afin d’atteindre les priorités de
développement, telles la gestion des terres et le foncier; la sécurité
alimentaire, en particulier la disponibilité et la qualité de l’eau; mais aussi
des priorités de développement plus larges telles les questions liées à la
gouvernance et au genre.

(ii) Programmation par pays des Nations Unies : le partenariat permettra


aux antennes des Nations Unies dans les pays membres d’intégrer les
risques liés au changement climatique dans la formulation et la mise en
place de cadres de coopération des Nations Unies et apportera son
soutien aux pays membres dans la lutte contre les pratiques aggravant leur
vulnérabilité au changement climatique. Ceci contribuera au renforcement
de leurs capacités d’adaptation à la variabilité climatique et au
changement climatique actuels.

(iii) Projets pilotes : l’adaptation constitue un nouveau champ de travail


complexe qui implique des décisions d’investissement à long terme face à
un degré d’incertitude élevé. En tant que représentant du système de
coordination des Nations Unies au niveau national, le PNUD prendra en
compte l’expertise collective de tous les organismes des Nations Unies
concernés afin d’élaborer des mesures d’adaptation dans les principaux
secteurs affectés tels que l’agriculture, la sécurité alimentaire ; les
ressources hydriques et l’aménagement des côtes.

238
Le PNUD et le PNUE faciliteront également l’accès de l’ensemble des
organismes des Nations Unies concernés aux programmes de financement gérés par
le FEM. Ces projets permettront aux pays d’évaluer les impacts du changement
climatique ainsi que les options d’adaptation, de mettre au point des politiques et
des mesures d’action et de valoriser les investissements de suivi. Les résultats de ces
projets pilotes seront incorporés aux services consultatifs en matière de politique qui
seront chargés d’intégrer l’adaptation au changement climatique dans les plans de
développement nationaux et les cadres de coopération des Nations Unies.

239
Références bibliographiques

1. Achhal A., Akabli O., Barbero M., Benabid A., Mhirit A., Peyre C., Quezel P., et Rivas-
Martinez S., 1980. A propos de la valeur bioclimatique et dynamique de quelques
essences forestieres au Maroc. Ecologia mediterranea 5. 211-249.

2. Agoumi A., Naji A., et Rahib H., 1995. « Changements climatiques : évolution régionale
(Maroc) » Revue Marocaine de Génie Civil, numéro (’Avril 1995).

3. Agoumi A., 2005. La vulnérabilité hydrique du Maroc face aux changements


climatiques : La nécessité des stratégies d’adaptation. Objectif terre, Bulletin de liaison du
développement durable de l’espace francophone ; Edition spéciale Changements
climatiques, Novembre 2005 ; OIF-AIF-IEPF ; p :36-38.

4. Alexandrian D., 2008. Amélioration du modèle des cartes statiques, fonctionnement et


hébergement de l’application pour les cartes dynamiques. Convention
« FAO/UTF/MOR/028/MOR Appui à la mise en œuvre du programme forestier
national » ; FAO, Rome.

5. Alibou J., 2002. Impacts des changements climatiques sur les ressources en eau et les
zones humides du Maroc. MATEUH (Départ. Environnement), UICN, 42 pages.

6. Allen C.D., 2007. Cross-scale interactions among forest dieback, fire, and erosion in
northern New Mexico landscapes. Ecosystems, 10:797-808.

7. Allen C.D., 2009. Le dépérissement des forêts dû au climat : un phénomène planétaire


croissant ? Unasylva 231/232, Vol. 60, p.: 43-49.

8. Allen C.D., et al., 2009. Drought-induced forest mortality: a global overview reveals
emerging climate change risks. (à publier).

9. Anon. ; 1999 (a). Inventaire forestier National. Rapport de synthèse. Ministère Chargé
des Eaux et Forêts. Rabat (Maroc). 37p.

10. Anon., 1995(a). Etude sur les Aires Protégées. Rapport de synthèse et définition d’une
Stratégie pour la mise en œuvre. Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation
des Sols. Rabat (Maroc) ; 110p.

11. Anon., 1995(b). Plan National d’Aménagement des Bassins Versants. Rapport de
synthèse : Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation des Sols. Rabat
(Maroc) ; 58p.

12. Anon., 1995(c). Stratégie National pour la Protection de l’Environnement et le


Développement Durable. Projet PNUD/UNESCO : MOR/90/001. Ministère de
l’Environnement. Rabat ; (Maroc) ; 128p.

240
13. Anon., 1996. Actes du Colloque National sur les forêts. Ifrane 21-23 mars 1995.
Administration des Eaux et Forêts et de la Conservation des Sols. Rabat (Maroc).

14. Anon., 1997. Plan directeur de Reboisement. Administration des Eaux et forêts et de la
Conservation des Sols. Rabat (Maroc), 118p.

15. Anon. ; 1998. Plan National de la Biomasse - Energie. Centre de Développement des
Energies Renouvelables (CDER). Marrakech, (Maroc), 98p.
16. Anon. ; 1999(a). Inventaire forestier National. Rapport de synthèse. Ministère Chargé
des Eaux et Forêts. Rabat (Maroc). 37 p.

17. Anon., 1999(b). Programme Forestier National. (Vol I à IV). Ministère Chargé des Eaux et
Forêts, Rabat (Maroc).

18. Anon., 1999(c). Stratégie 2020 de Développement Rural. Ministère de l’Agriculture, du


Développement Rural et des Pêches maritimes, Rabat, (Maroc).

19. Anon., 2000. Définition d’une politique de montagne au Maroc. Atelier relatif à la
préservation et la gestion durable des ressources naturelles. Rapport de synthèse.
Ministère Chargé des Eaux et Forêts, Rabat (Maroc) ; 80p.

20. Anon., 2001(a). Programme d’Action National de Lutte Contre la Désertification.


Ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Eaux et Forêts. Rabat (Maroc).
136p.

21. Anon., 2001(b). Plan Directeur pour la Prévention et la Lutte Contre les Incendies de
forêts au Maroc. Ministère Chargé des Eaux et Forêts. Rabat (Maroc), 87p.

22. Anon., 2002(a). L’aménagement des bassins versants, une composante incontournable
de la gestion durable des ressources en eau. Département des Eaux et Forêts et à la Lutte
Contre la Désertification, Rabat (Maroc) ; 23 p + annexes

23. Anon., 2002(b). Plan d’action Environnemental. Ministère de l’Aménagement du


territoire, de l’urbanisme de l’Habitat et de l’Environnement, Rabat, Maroc ; 102p.

24. Anon., 2009. Stratégie nationale de surveillance et de suivi de la santé des forêts.
Manuels techniques. Ed. Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la
Désertification et FAO ; Rabat (Maroc) ; 227p.

25. Aussenac G., et Guehl J.M., 1994. Dépérissement et accidents climatiques, Rev. For. Fr.
46 (1994) 458–470.

26. Aussenac G., 2000. Interactions between forest stands and microclimate:
Ecophysiological aspects and consequences for silviculture, Ann. For. Sci. 57 (2000) 287–
201.

241
27. Babin D., et al., 1997. Médiation patrimoniale et gestion subsidiaire. Document de
travail pour l’atelier « Managing Pluralism for sustainable forestry and rural
développement » CIRAD, Montpellier (France) ; 32p.

28. Badeau V., Becker M., Bert G.D., Dupouey J.L., Lebourgeois F., et Picard J.F., 1996.
Long-term growth trends of trees: ten years of dendrochronological studies, in: Spiecker
et al. (Eds.), European Forest Institute Research, Report No. 5, Growth trends in European
Forests, Springer-Verlag, 1996, pp. 167–181.

29. Bakhyi B., 2008(a). Gestion antérieure de la forêt d'Azrou/dépérissement . Etude des
causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier national.
FAO, Rome.

30. Bakhyi B., 2008(b). Guides de sylviculture. Etude des causes de dépérissement de la
cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la
mise en œuvre du programme forestier national. FAO, Rome.

31. Balling Jr R.C., Vose R.S., Weber G.R., 1998. Analysis of long-term European
temperature records: 1751–1995, Clim. Res. 10 (1998) 193–200.

32. Ballouche A. et Damblon F. 1988. Nouvelles données palynologiques sur la végétation


holocène du Maroc. In : Tissot C. Palynologie, écologie, paléoécologie : actes du Xème
symposium de l'association des palynologues de langue francaise. Travaux de la section
scientifique et technique de l'Institut français de Pondichéry 25. 83-90.

33. Becker M., Bert G.D., Bouchon J., Dupouey J.L., Picard J.F., Ulrich E., 1995. Long-
term changes in Forest Productivity: the Dendroecological Approach, in: Landmann G.,
Bonneau M. (Eds.), Forest decline and air pollution effects in the French mountains,
Springer-Verlag, 1995, pp. 1-12.

34. Bégin Y., et Tessier L., 1998. Changements environnementaux en milieux alpins et
boréaux (Introduction). Géographie physique et Quaternaire, 1998, vol. 52, n° 2, p. 1- 3.

35. Benabid A., 1995. Les grands écosystèmes naturels du Maroc saharien. Actes des journées
d’études sur l’agronomie saharienne; atouts et contraintes -Errachidia, 7-9 Décembre 1994.

36. Benabid A., Fennane M., 1994. Connaissances sur la végétation du Maroc :
Phytogéographie, phytosociologie et séries de végétation. Lazaroa 14 : 21-97 (1994.

37. Benabid A., Fennane M., 1999. Principales formations forestières au Maroc in « Le
Grand Livre de le Forêt Marocaine ». Mardaga éditeur. 26-144.

242
38. Benabid A., 2007. Description de la composition et de la structure des types de
combustibles. Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR,Appui à la mise en œuvre du
programme forestier national FAO, Rome.

39. Benbrahim K.F., Ismaili M., Benbrahim S.F., et Tribak A., 2004: Problèmes de
dégradation de l’environnement par la désertification et la déforestation : impact du
phénomène au Maroc. Sécheresse 2004; 15 (4) : 307-20

40. Beniston M., Rebetez M., Giorgi F., Marinucci M.R., 1994. An analysis of regional
climate in Switzerland, Theor. Appl. Climatol. 49 (1994) 135–159.

41. Beniston M., 2006. Mountain Weather and Climate : A General Overview and a Focus on
Climatic Change in the Alps. Hydrobiologia 562, no. 1. pp.3-16.

42. Birouk A., 2003. La convention sur la diversité biologique et sa mise en oeuvre au
Maroc. Projet Ancre\ Inventaire des trois conventions et synergies entre elles ; 31 pages.

43. Boisvenue C., et Running S.W., 2006. Impacts of climate change on natural forest
productivity-evidence since the middle of the 20th century. Global Change Biology, 12(5):
862-882.

44. Bradley R.S., Diaz H.F., Eischeid J.K., Jones P.D., Kelly P.M., Goodess C.M., 1987.
Precipitation fluctuations over Northern hemisphere land areas since the Mid-19th
century, Science 237 (1987) 171–175.

45. Brazdil H.R., Budikova M., Fasko P., Lapin M., 1995. Fluctuations of maximum and
minimum air temperatures in the Czech and the Slovak Republics, Atmos. Res. 37 (1995)
53–65.

46. Brazdil H.R., et al., 1996. Trends of maximum and minimum daily temperatures in
Central and Southeastern Europe, Int. J. Climatol. 16 (1996) 765–782.

47. Bréda N., 1998. Analyse rétrospective de la croissance radiale des chênes de la forêt
domaniale de La Harth (Haut Rhin). Rapport scientifique, INRA, 50 p.

48. Bréda N., 1999. L’Indice foliaire des couverts forestiers : mesure, variabilité et rôle
fonctionnel. Revue forestière française, vol. LI, n° 2 spécial « Fonctionnement des arbres
et écosystèmes forestiers. Avancées récentes et conséquences sylvicoles », 1999, pp. 135-
150.

49. Bréda N., et Peiffer M., 1999. Etude du bilan hydrique des chênaies de la forêt
domaniale de la Harthe (Haut-Rhin) et impact des épisodes de sécheresse sur la
croissance radiale des chênes. Rapport scientifique, INRA, 60 p.

243
50. Brocher P., 1977. La sécheresse de 1976 en France : aspects climatologiques et
conséquences. Hydrological Sciences- Bulletin des Sciences hydrologiques, Vol. 22 (3),
pp. 393-411.

51. Candau J.N., 2008. Impacts du changement climatique sur les insectes ravageurs des
forêts méditerranéennes. Forêt méditerranéenne, t.XXIX, n°2, juin 2008.

52. Castaneda F., 2008. Exigencies for adapting forests and their management and
conservation to climate change in the Mediterranean Region. In : Compte-rendu
présenté lors de l’atelier international UICN-WWF « Adaptation au changement
climatique dans la gestion et la conservation des forêts méditerranéennes », Athènes,
2008 [http://www.uicnmed.org].

53. Carrion JS., 2003. Sobresaltos en el bosque mediterráneo: incidencia de las


perturbaciones observables en una escala paleoecológica. Ecosistemas 2003.
[http://www.aeet.org/ecosistemas/033/revision1.htm].

54. CCE, 2007. Adaptation au changement climatique en Europe: les possibilités d’action de
l’Union européenne. Livre vert présenté par la Commission des Communautés
Européennes au Conseil, au parlement européen, au Comité Economique et Social
Européen et au Comité des Régions. Bruxelles, le 29-6-2007 COM (2007) 354 final,
{SEC(2007) 849}, 32p.

55. CCNUCC, 2007. Climate Change: Impacts, Vulnerabilities and Adaptation in Developing
Countries. CCNUCC.

56. Chbouki N., 1992. Spatio-temporal characteristics of drought as inferred from tree-ring
data in Morocco. Ph. D Dissertation, university of Arizona, Tucson, Arizona.

57. Cheddadi R., Lamb H.F., Guiot J., et van der Kaars S., 1998. Holocene climatic change
in Morocco : a quantitative reconstruction from pollen data. Climate dynamics ; 14, 883-
890.

58. Cheddadi R., Guiot J., et Jolly D. 2001. The Mediterranean vegetation : what if the
atmospheric CO2 increased ? Landscape ecology 16. 667-675.

59. Cheddadi R., et al., 2009. Putative glacial refugia of Cedrus atlantica deduced from
Quaternary pollen records and modern genetic diversity. Journal of Biogeography (J.
Biogeogr.); Special Issue (2009); p.1-11.

60. Chouraichi A., 2008(a). Caractérisation du sol, nutrition du cèdre et suivi de l'humidité.
Etude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane).
Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier
national » FAO, Rome.

244
61. Chouraichi A., 2008(b). Etablissement des cartes de sensibilité du cèdre au
dépérissement. Etude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF,
Ifrane). Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme
forestier national »; FAO, Rome.

62. CMAE, 2003. Développment d’un plan d’action de l’initiative environnement du NEPAD.
Domaine d’intervention 5 : Lutte contre les changements climatiques en afrique. NEPAD-
FEM-PNUE-CMAE. www.environment-directory.org/nepad.

63. Cook E.R., D’Arrigo R.D., et Briffa K.R., 1998. A reconstruction of the North Atlantic
Oscillation using tree-ring chronologies from North America and Europe. The Holocene,
8: 9-17.

64. CPF, 2008. Strategic framework for forests and climate change: a CPF proposal FAO,
Département de foresterie, Rome, 44p. (http://www.fao;org/forestry/media/16639/1/0/.

65. Dajoz R., 1996. Précis d’écologie. 6ème édition, Dunod, Paris.551 pages.

66. Demarteau M., 2006. Réponse de Cedrus atlantica aux changements climatiques passés
et futurs. Mémoire pour l’obtention de Licence en Sciences géologiques. Univ. Liège, Fac.
Sciences, Belgique ; 72 pages.

67. De Montgolfier J., et al., 2002. Les espaces boises méditerranéens. Les Fascicules du
Plan Bleu. Edit. Economica. Paris ; 192p.

68. Derrak M., Mhirit O., Mouflih B., et Et-tobi, 2008. Influence de la densité et du type de
peuplement sur le dépérissement du cèdre de l’Atlas à Sidi Mguild (Moyen Atlas
marocain). Forêt méditerranéenne, Tome XXIX, n°1, mars 2008.

69. Dessens J., Barés A., 1996. Evolution of the maximum and minimum temperatures in
France from 1891–1992, J. Meteorol. 21 (1996) 41–48.

70. Diaz H.F., Bradley R.S., Eischeid J.K., 1989. Precipitation fluctuations over global land
areas since the late 1800’s, J. Geophys. Res. 94 (1989) 1195–1210.

71. Donald S.L., et Fiona J.W., 2004. Impacts et adaptation liés aux changements
climatiques : perspective canadienne. Direction des impacts et de l’adaptation liés aux
changements climatiques. Ressources naturelles Canada, Ottawa, Ontario ; 190p.
http://adaptation.nrcan.gc.ca/perspective.f.asp.

72. Dreyer E., Aussenac G., Granier A., Guehl J.M., 1992. Sécheresse et physiologie des
arbres. In Les recherches en France sur les écosystèmes forestiers. Ministère de
l'agriculture et de la Forêt, Paris, pp. 95-96.

245
73. Driouech F., 2009. Variabilité et changements climatiques au Maroc : Observations et
projections. (EC/CNRM, Direction de la Météorologie Nationale). Conférence nationale :
les changements climatiques au Maroc : défis et opportunités. Rabat, 11-12 février 2009 ;
Centre d’Accueil et de Conférence CAC-Hay Riad, (Exposé Powerpoint, 37 slides).

74. Dubois-Laurent J.M., 2005. Dynamique spatiale et temporelle de la vegetation en


France de 21 000 cal BP a 2100. These de doctorat, Montpellier, Universite de Montpellier
II. 273 p, inedit.

75. Dubourdieu, 1997. Manuel d’aménagement forestier. Office National des forêts. Edit.
Techniques et Documentation - Lavoisier, Paris , 244 p.

76. Easterling D.R., et al., 1997. Maximum and minimum temperature trends for the globe,
Science 277 (1997) 364–367.

77. Emberger L., 1939. Aperçu général sur la végétation au Maroc. Commentaire de la carte
phytogéographique du Maroc 1/150000ème. Veröffentlichungen des geobotanischen
forschungsinstituts Rübel in Zürich 14.

78. Et-tobi M., Mhirit O., Mhamdi A., et Benziane M, 2001. Réflexions et propositions
pour l’élaboration d’un modèle sylvicole de protection phytosanitaire des Cédraies
marocaines. IUFRO - Working Group « silvicultural problems in mountain forests » 1.05.14.
Sylviculture of cedar (Cedrus atlantica Endl. M.) and Cork oak (Quercus suber L.). 22 - 26
October 2001, Rabat, Morocco. Edit. CIFOR-INIA, Madrid (spain).p : 103-120.

79. Et-tobi M., 2006(a). Approche multidimensionnelle des relations « état sanitaire- station
- sylviculture » pour l’étude du dépérissement des cédraies (Cedrus atlantica man.) au
Moyen Atlas en vue d’élaborer un modèle sylvicole de prévention phytosanitaire. Thèse
de Doctorat d’Etat es Sciences Agronomiques, Institut Agronomique et Vétérinaire
Hassan II, Rabat;191 pages.

80. Et-tobi M., 2006(b). Concepts, définition et prédictions des dépérissements forestiers.
Chapitre de l’ouvrage « Le cèdre de l’Atlas. Mémoire du Temps ». Edition Mardaga, 2006
(ouvrage collectif).

81. Et-tobi M., 2007(a). Description et analyse des conséquences du phénomène de


dépérissement : Forêts de Ain Leuh (15 500 ha), Senoual (5 900 ha), Jbel Aoua Sud (7 700
ha), Bekrit (10 350 ha), Aghbalou Laarbi (14 200 ha), Azrou (17 700 ha). Etude du
dépérissement du cèdre de la province d’Ifrane. HCEFLCD, DREF-MA (Meknès, Maroc).

82. Et-tobi M., 2007(b). Guide de sylviculture des cédraies dépérissantes : Forêts d’Azrou,
Senoual, Bekrit, Jbel Aoua Sud et Aghbalou Laarbi. Etude du dépérissement du cèdre
dans les forêts de la province d’Ifrane. HCEFLCD, DREF-MA (Meknès, Maroc).

246
83. Et-tobi M., 2007(c). Stratégies et programmes d’intervention des cédraies dépérissantes
: Forêts d’Azrou, Senoual, Bekrit, Jbel Aoua Sud et Aghbalou Laarbi. Etude du
dépérissement du cèdre de la province d’Ifrane, HCEFLCD, DREF-MA (Meknès, Maroc).

84. Et-tobi M., Mhirit O., et Mhamdi A., 2007. L’essentiel des méthodes et instrumentation
en écophysiologie. Editions Zaouia, Rabat, 2007,144 pages. (Co-auteurs Mhirit O., et
Mhamdi A..).

85. Et-tobi M., 2008. Inventaire dendrométrique et phytosanitaire du cèdre de l'Atlas. Etude
des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier national »
FAO, Rome, 77 pages + annexes.

86. Et-tobi M., Mhirit O., et Benziane M., 2009. Changements climatiques, dégradations et
dépérissements : Arguments et nouveaux outils pour une réforme de la sylviculture des
cédraies au Maroc. Actes des 3èmes Assises de la recherche Forestière au Maroc :
« L’écosystème cédraie : Un enjeu stratégique pour le développement régional », 16 et
17 Octobre 2008, (Khénifra, Maroc). Annales de la Recherche Forestière au Maroc.

87. Finsinger W., Tinner W., van der Knaap WO., Ammann B., 2006. The expansion of
hazel (Corylus avellana L.) in the southern Alps: a key for understanding its early
Holocene history in Europe ? Quaternary Science Reviews, 25(2006), 612-631.

88. Francois L.M., 2004. Simulating vegetation dynamics with the CARAIB model. In :
MILMO meeting Brussels, November 16-17. Power point. 31 p.

89. Francois L.M., Laurent J.M., Cheddadi R., Favre E., Suc J.P., Utescher T., et Micheels
A., 2006. Paleovegetation modelling with the CARAIB model. In : Open workshop on
methods of quantitative climatic and environmental reconstruction based on temporal
and spatial data. Guangzhou, China, June 12-14. Power point, 34p.

90. Giannakopoulos C., Bindi M., Moriondo M., Le Sager P., Tin T., 2005. Climate change
impacts in the Mediterranean resulting from a 2ºC global temperature rise. Rapport
préparé pour le WWF. Observatoire national d’Athènes, Grèce.

91. GIEC, 1997. Introduction aux modèles climatiques simples employés dans le Deuxième
Rapport d’évaluation du GIEC. Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du
climat. Auteurs principaux: Danny Harvey, Jonathan Gregory, Martin Hoffert, Atul Jain,
Murari Lal, Rik Leemans,Sarah Raper, Tom Wigley, Jan de Wolde. Février 1997 ; 61 pages.

92. GIEC, 2001. Bilan 2001 des changements climatiques : Conséquences, adaptation et
vulnérabilité. Contribution du Groupe de travail II au troisième rapport d’évaluation du
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. PNUE, OMM ; 101
pages.

247
93. GIEC, 2007. Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de
travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution du climat [Équipe de rédaction principale, Pachauri
R.K., et Reisinger A.]. GIEC, Genève, Suisse, 103 pages.

94. Gitay H., Suárez A., Dokken D.J., Watson R.T., 2002. Les changements climatiques et
la biodiversité. (GIEC, 2002). Elaboré à la demande de la Convention des Nations Unies
sur la diversité biologique et préparé sous l’égide du Président du GIEC, Dr. Robert T.
Watson.

95. Gommes R., et Balaghi R., 2008. Changements climatiques et agriculture au Maroc :
impacts et incertitudes. Journée Mondiale de l’Alimentation 2008 : La sécurité alimentaire
mondiale : Les défis des bioénergies et du changement climatique. Co-auteurs: Cervigni
R.; Khannoufi A.; El Hairech T., Babqiqi A et Driouech F.; Kanamaru H.; Rosillon D., et
ElOuali A.; Doukkali R.; Libene M.J; Wilby R.; Göbel W ; (exposé Pw.point, 24 slides).

96. Goubitz S., Nathan R., Roitemberg R., Shmida A., Ne’eman G., 2004. Canopy seed
bank structure in relation to fire, tree size and density. Plant Ecology, 173, Kluwer Acad.
Publishers, Pays-Bas.

97. Hasenauer H., Nemani R.R., Schadauer K., Running S.W., 1999. Forest growth
response to changing climate between 1961 and 1990 in Austria, For. Ecol. and Manage.
122 (1999) 209–219.

98. Hicke J.A., Logan J.A., Powell J., et Ojima D.S. 2006. Changing temperatures influence
suitability for modelled mountain pine beetle (Dendroctonus ponderosae) outbreaks in
the western United States. Journal of Geophysical Research, 111:GO2019.

99. Higgins S.I., et al., 2003. Forecasting plant migration rates: managing uncertainty for
risk assessment. Journal of Ecology, 91, 341-347.

100. Hoff, C., et Rambal S., 2000. Les écosystèmes forestiers méditerranéens face aux
changements climatiques. In: Impacts potentiels du changement climatique au XXIe siècle,
seconde édition 2000, pp.88-98. http://www.effet-de-serre.gouv.fr/impacts_en_france
(accédé décembre 20, 2007).

101. Hubert B., Francois L., Warnant P., et Strivay D., 1998. Stochastic generation of
meteorological variables and effects on global models of water and carbon cycles in
vegetation and soils. Journal of hydrology 212-213. 318-334.

102. Hulme PE., 2005. Adapting to climate change: is there scope for ecological
management in the face of a global threat? Journal of Applied Ecology, 42 , 784-794.

103. Hunt B.G., et Davies H.L., 1997. Mechanism of multi-decadal climatic variability in a
global climatic model. International Journal of Climatology, 17: 565-580.

248
104. Hunt B.G., 1998. Natural climatic variability as an explanation for historical climatic
fluctuations. Climatic Change, 38: 133-157.

105. Hydraumet-PNUD, 2009. Aperçu général sur l’état de la vulnérabilité du Maroc face
aux Changements Climatiques - Présentation des premiers résultats de l’étude de
Vulnérabilité et Adaptation sous la SCN. Conférence nationale : les changements
climatiques au Maroc : défis et opportunités. Rabat, 11-12 février 2009 ; Centre
d’Accueil et de Conférence CAC-Hay Riad, (Exposé Powerpoint) ; UNDP, Hydraumet.

106. INRA, 2000. Les forêts face à l’augmentation du gaz carbonique dans l’atmosphère.
Bulletin d’information de l’INRA, n° Février - mars 2000 ; Nancy ; 4 pages.

107. Kane R.P., et Buriti R.A., 1997. Latitude and altitude dependance of interannual
variability and trends of atmospheric temperatures. Pure and Applied Geophysics, 149:
775-792.

108. Karafyllidis I., 1998. A model for the influence of the greenhouse effect on insect and
microorganism geographical distribution and population dynamics. Biosystems, 45 : 1-
10.

109. Karl T.R., Knight R.W., Easterling D.R., Quayle R.G., 1996. Indices of Climate change
for the United States, Bull. Amer. Meteor. Soc. 77 (1996) 279–292.

110. Kirkup P.A., 2001. Global biodiversity Scenarios for the year 2050 ; Application of
species-area relationships to assess the impact of deforestation on the diversity of tree
species. Degre of Master of Research in the natural environment, University of
Edinburgh, august 2001.

111. Klink K., 1999. Trends in mean monthly maximum and minimum surface wind speeds
in the coterminous United states, 1961 to 1990, Clim. Res. 13 (1999) 193–205.

112. Koerner C., 1994. Impact of atmospheric changes on high mountain vegetation, p.
155-166. In M. Beniston, édit., Mountain Environment in Changing Climates. Routledge,
London.

113. Koskela J., et al. éd., 2007. Climate change and forest genetic diversity, Implications
for sustainable forest management in Europe. Rome, Italy. Biodiversity International.
134 p. http://www.bioversityinternational.org/publications/)

114. Kukla G., Gavin J., Schlesinger M., Karl T., 1995. Comparison of observed seasonal
temperature maxima, minima and diurnal range in North America with simulations
from three global climate models, Atmos. Res. 37 (1995) 267–275.

115. Lamb H.F., et al., 1989. An 18000 years record of vegetation, lake-level and climatic
change from Tiguelmamine, Middle Atlas, Morocco. Journal of Biogeog, 16 : 65-74.

249
116. Lamb H.F., et al., 1995. Relations between century-scale Holocene arid intervals in
tropical and temperate zones. Nature 373. 134 -137.

117. Lamb H., Roberts N., Leng M., Barker P., Benkaddour A., et van der Kaars S., 1999.
Lake evolution in a semi-arid mountain : responses to catchment change and
hydroclimatic variation. Journal of Paleolimnology, 21, 325–343.

118. Landmann G., Bréda N., Houllier F., Dreyer E., et Flot J-L., 2003. Sécheresse et
canicule de l’été 2003 : quelles conséquences pour les forêts françaises ? Rev. For. Fr. LV
- 4-2003. p:299-308.

119. Laurent J.M., Bar-Hen A., Francois L., Ghislain M., et Cheddadi R., 2004. Refining
vegetation simulation models : From plant functional types to bioclimatic affinity
groups of plants. Journal of vegetation science 15. 739-746.

120. Lhafi A., Badraoui M., et Mhirit O., 2006. Cadre naturel, environnement et territoire :
une vision pour 2025. Contribution au « Rapport sur le Développement Humain au
Maroc ». Rabat (Maroc); www.rdh50.ma.

121. Lhafi A., 2008. Les écosystèmes naturels à l’épreuve des changements climatiques.
Exposé Power Point présenté à l’Institut Royal des Etudes Stratégiques (IRES, Rabat), 7
novembre 2008 ; 57 slides.

122. MacDonald G. M., Szeicz J.M., Claricoates J., et Dale K.A., 1998. Response of the
central Canadian treeline to recent climatic changes. Annals of the Association of
American Geographers, 88: 183-208.

123. Marçais B., 2007. Changement climatique et Agents pathogènes forestiers. Conférence
AgroParisTech-ENGREF « enseignement et changement climatique », Présentation
Power Point, Nancy, le 25 octobre 2007.

124. MATEUH, 2000. Le territoire marocain : Etat des lieux. Contribution au débat national
sur l’aménagement du Territoire. Ministère de l’Aménagement du Territoire, de
l’Environnement, de l’Urbanisme et de l’Habitat (DAT) ; Edt Okad, 2ème édition ; 128
pages.

125. Medail F., et Quezel P., 2003. Conséquences écologiques possibles des changements
climatiques sur la flore et la végétation du bassin méditerranéen. Bocconea, 16(1), ISSN
1120-4060.

126. Meiner A., 2006. Climate Change: a European Perspective. Agence Européenne pour
l’Environnement.

127. Mhamdi A., et Rouchdi M., 2008. Essai sur une approche d’analyse
multidimensionnelle des données relatives au dépérissement du cèdre de l’Atlas. Etude
des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention

250
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier national ;
FAO, Rome.

128. Mhirit O., 1973. La productivité potentielle des formations forestières marocaines.
ENFI, Salé (10 pages + 1 carte).

129. Mhirit O., 1982. Etude écologique et forestière des cédraies du Rif marocain. Essai sur
une approche multidimensionnelle de la phytoécologie et de la productivité du cèdre
(Cedrus atlantica Manetti). Thèse de doctorat es-sciences. Université Aix-Marseille. Ann.
Rech. For. au Maroc (n° spécial) Tome 22, p. 1-502.

130. Mhirit O., 1990. Le cèdre de l'Atlas. Répartition, croissance et traitement sylvicole. XIX.
Congrès mondial, IUFRO Montréal, août 1990, 23 p.

131. Mhirit O., et Sbay H., 1991. Catalogue des espèces forestières à usages multiples.
Rapport technique, Centre national de recherche forestière, Rabat, Maroc ; 66 p.

132. Mhirit O., 1993. A propos de l'utilisation des données climatiques en matière de
gestion et de conservation de la forêt. Journée d’information sur l’agrométéorologie
(Rabat, 30 novembre 1993). Revue marocaine des sciences agronomiques et
vétérinaires ; Décembre, 1993 ; p. 58-81 (Spécial agrométéorologie) ; vol 23, n° 93.

133. Mhirit O., 1994. Le cedre de l'Atlas (Cedrus atlantica Manetti). Présentation générale et
état des connaissances à travers le réseau Silva Mediterranea « Le Cèdre ». In : Le cèdre
de l'Atlas. Actes du seminaire international sur le cèdre de l'Atlas. Ifrane (Maroc), 7 - 11
Juin 1993. Annales de la recherche forestière au Maroc 27 (spécial), 4-21.

134. Mhirit O., 1995. Le chêne liège au Maroc. Inventaire, caractérisation des ressources
génétiques des populations de Quercus suber au Maroc. FAO-Rome. (35 page +
annexes).

135. Mhirit O., 1999. Les forêts méditerranéennes : espace écologique, richesse
économique et bien social Unasylva. FAO n°197 ; pp 3-16.

136. Mhirit O., et al., 1999. Le Grand livre de forêt marocaine - Edition Mardaga -
Belgique ; 280 p.

137. Mhirit O., 2006. Analyse des acquis des programmes en matière de suivi
environnemental pour l’élaboration et la mise en œuvre du projet « DOSE » au Maroc
.Observatoire du Sahara et du Sahel ; Tunis (Tunisie) ; 82p.

138. Mhirit O., et Benchekroun F., 2006. Les écosystèmes forestiers marocains: situation,
enjeux et perspectives pour 2025. Contribution au « Rapport sur le Développement
Humain au Maroc ». Rabat ; (Maroc) ; www.rdh50.ma.

251
139. Mhirit O., et al., 2008. Etude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen
Atlas (SPEF, Ifrane). Rapport de synthèse des études thématiques. Convention
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier national.
Rome, 151 p.

140. Mhirit O., 2008(c). Etude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas
(SPEF, Ifrane). Rapport de synthèse. Convention FO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la
mise en œuvre du programme forestier national. FAO, Rome, 100p.

141. Midgley G.F., Thuiller W., Higgins S.I., 2007. Plant Species Migration as a Key
Uncertainty in Predicting Future Impacts of Climate Change on Ecosystems: Progress
and Challenges. In : Canadell JG, Pataki DE, Pitelka LF (Eds.) Terrestrial Ecosystems in a
Changing World, Global Change - The IGBP Series. Springer Berlin Heidelberg.

142. Mokrim A., 2008. Etude bioclimatologique et dendrochronologique. Etude des causes
de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier national ».
FAO, Rome.

143. Mokssit A., 2009. Le Changement Climatique au Maroc: Observations et Projections.


Rencontre Internationale sur le Changement Climatique : Enjeux et Perspectives
d’adaptation pour le Maroc. Institut Royal des Etudes Stratégiques, Rabat, 16 Octobre
2009 (Exposé Power Point et résumé de communication).

144. Moorcroft P.R, Pacala S.W, Lewis M.A., 2006. Potential role of natural enemies
during tree range expansions following climate change. Journal of Theoretical Biology,
241.
145. Mouna M., 2008(d). Analyse et diagnostic entomologique du cèdre de l'Atlas. Etude
des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane). Convention
FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme forestier
national » FAO, Rome.

146. Mortier F., 1995. Le CO2 et la forêt. Bulletin Technique de l'ONF 29, 159 p.

147. Nageleisen L.M., Saintonge F.X., Ramzi H., Lahlou M., et Stiki A., 2008. Appui à la
mise en place d’une stratégie nationale pour la surveillance et le suivi de la santé des
forêts : Cas pilote de la région du Moyen Atlas. FAO/ TCP/MOR/3101 ; FAO, Rome.

148. Nys C., Dupouey J.l, et Balesdent J., 1995. Cycle du carbone dans l'écosystème
forestier. Impact du milieu et de la sylviculture sur les immobilisations et les flux.
Dossier de l'Environnement de l'INRA 10, 49-55.

149. Ohlemüller R., Gritti E.S, Sykes M.T, Thomas CD., 2006. Towards European climate
risk surfaces: the extent and distribution of analogous and non-analogous climates
1931-2100. Global Ecology and Biogeography, 15.

252
150. ONERC, 2006. Adaptation au changement climatique : les propositions de l’ONERC
(Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique). Conseil
d’Orientation de l’ONERC du 2 juin 2006, 56 pages.

151. ONF, 1999. L’Eau et la forêt. Synthèse bibliographique réalisée par Christine Fort.
Bulletin technique de l’ONF, n° 37, 1999, 240 p. (ISBN 2-84207-165-4).

152. Otto D., Rasse D., Kaplan J., Warnant P., et Francois L. 2002. Biospheric carbon
stocks reconstructed at the Last Glacial Maximum : comparison between general
circulation models using prescribed and computed sea surface temperatures. Global
and planetary change 33. 117-138.

153. Overpeck J., et al., 1997. Arctic environmental change of the last four centuries.
Science, 278: 1251-1256.

154. Overpeck J., Whitlock C., Huntley B., 2003. Terrestrial Biosphere Dynamics in the
Climate System: Past and Future. In : Alverson K, Bradley R, Pedersen T (Eds.)
Paleoclimate, Global Change and the Future, IGBP Synthesis Volume. Springer- Verglag,
Berlin, Allemagne, 81-111.

155. Papageorgiou AC., 2008. Mediterranean forest genetic diversity and adaptive
conservation strategies. In : Compte-rendu présenté lors de l’atelier international UICN-
WWF «Adaptation au changement climatique dans la gestion et la conservation des
forêts méditerranéennes » Athènes, 2008 [http://www.uicnmed.org].

156. Parmesan C., 2006. Ecological and Evolutionary Responses to Recent Climate Change.
Annu. Rev. Ecol. Evol. Syst. 2006, 37, 637-69.

157. Parry M., et Carter T., 1998. Climate Impact and Adaptation Assessment: A Guide to
the IPCC Approach, Londres, Royaume-Uni, Earthscan Publications Ltd., 1998, 166 p.

158. Peñuelas, J., Lloret, F. et Montoya, R. 2001. Severe drought effects on Mediterranean
woody flora in Spain. Forest Science, 47:214-218.

159. Peñuelas P., Boada M., 2003. A global change-induced biome shift in the Montseny
mountains (NE Spain). Global Change Biology, 9(2), 131-140.

160. Petit JP., Hampe A., Cheddadi R., 2005. Climate changes and tree phylogeography in
the Mediterranean. TAXON, 54(4): 877-885.

161. Peyre C., 1979. Recherches sur l’étagement de la végétation dans le Massif du Bou
Iblane (Moyen Atlas oriental, Maroc). Thèse Univ. Droit. Econ. Science. Aix- Marseille, 1-
149.

253
162. Picon C., Guehl J.M, et Aussenac G., 1996. Growth dynamics, transpiration and
water-use efficiency in Quercus robur plants submitted to elevated CO2 and drought.
Annales des sciences forestières 53, 431-446.

163. Pittock A.B., et Jones R.N., 2000. Adaptation to what and why? Environmental
Monitoring and Assessment, vol. 61, 2000, pp. 9-35.

164. PNUD, 2007. Rapport mondial sur le développement humain 2007/2008. La lutte
contre le changement climatique : un impératif de solidarité humaine dans un monde
divisé. Éditions La Découverte, Paris ; 391 pages.

165. Pujos A., 1966. Les milieux de la cédraie marocaine. Etude d’une classification des
cédraies du Moyen Atlas et de la régénération actuelle dans les peuplements. Ann.
Rech. For. Maroc 8 (1966) 1-383.

166. Quézel P., Barbero M., Bonin G., et Loisel R., 1990. Recent Plant invasions, in the
Circum-Mediterranean Region, in Di Castri et all. edit. «Biological Invasions in Europe
and Mediterranean Basin, Kluwer Acad. Publ., p:51-60.

167. Raffa K.F., Aukema B.H., Bentz B.J., Carroll A.L., Hicke J.A., Turner M.G., et
Romme W.H., 2008. Cross-scale drivers of natural disturbances prone to
anthropogenic amplification: the dynamics of bark beetle eruptions. Bioscience, 58(6):
501-517.

168. REEM, 1999. Rapport sur l’état de l’environnement du Maroc (REEM). Direction de
l’Observation, des Etudes et de la Coordination, 1999. Département de
l’Environnement, Maroc.

169. Regato P., 2008. Adapting to Global Change: Mediterranean Forests. Malaga, Spain:
IUCN Centre for Mediterranean Cooperation. ii+254 pp.

170. Reille, M., 1976. Analyse pollinique de se´diments postglaciaires dans le Moyen Atlas
et le Haut Atlas marocains: premiers résultats. Ecologia Mediterranea, 2, 153–170.

171. Reille M., 1977. Contribution pollenanalytique à l’histoire holocène de la végétation


des montagnes du Rif (Maroc septentrional). La recherches Française sur le
Quaternaire », Suppl. Bull. A.F.E.Q, 50 : 53-76.

172. Robledo C., et Forner C., 2005. Adaptation of forest ecosystems and the forest sector
to climate change. Forest and Climate Change Working Paper 2, FAO.

173. Roman-Amat B., 2007. Préparer les forêts françaises au changement climatique.
Rapport à MM. les Ministres de l'Agriculture et de la Pêche et de l'Ecologie, du
Développement et de l'Aménagement Durables. Décembre 2007.125 pages.

254
174. Rouchdi M., 2008 (a). Application du nouveau modèle de calcul de risque
pour l’élaboration de cartes statiques et de cartes de risque dynamique et la mise en
place d’un site WEB. Convention « FAO/UTF/MOR/028/MOR Appui à la mise en œuvre
du programme forestier national ». FAO, Rome.

175. Rouchdi M., 2008 (b). Cartographie de la surface potentiellement menacée, du risque
et de l’intensité des incendies. Convention « FAO/UTF/MOR/028/MOR Appui à la mise
en œuvre du programme forestier national ». FAO, Rome.

176. Salinger J.M., 2005. Climate variability and change : past, present and future- an
overview. Climatic Change, 70(1-2), 9-29.

177. Saetersdal M., Birks H.J.B., et Peglar S.M. 1998. Predicting changes in
Fennoscandian vascular-plant species richness as a result of future climatic change.
Journal of Biogeography, 25: 111-122.

178. Smit B., Pilifosova O., Burton I., Challenger B., Huq S., Klein R.J.T. et Yohe G.,
2001. «Adaptation to climate change in the context of sustainable development and
equity », dans Climate Change 2001: Impacts, Adaptation and Vulnerability, J.J.
McCarthy, O.F. Canziani, N.A. Leary, D.J. Dokken et K.S. White, (éd.) 2001. Contribution
du Groupe de travail II au Troisième rapport d’évaluation du Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution du climat, Cambridge University Press, Cambridge,
Royaume-Uni et New York, New York, pp. 877-912.
http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/wg2/641.htm (accès en octobre 2003).

179. Solomon A.M., et Kirilenko A.P., 1997. Climate change and terrestrial biomass : What
if trees do not migrate! Global Ecology and Biogeography Letters, 6: 139-148.

180. Stockton C.W., 1988. Current research progress toward understanding drought. In
Drought, water management and food production. Conference Proceedings Agadir
(Morocco), November, 21-24. 1985 ; p :21-35.

181. Theurillat J.P., 1995. Climate Change and the Alpine Flora: Some perspectives, p. 121-
128. In A. Guisan, J.L. Holten, R. Spichiger et L. Tessier, édit., Potential Ecological
Impacts of Climate Change in the Alps and Fennoscandian Mountains. Conservatoires
et Jardins botaniques de la Ville de Genève, publication hors série 8.

182. Thompson JD., 2005. Plant Evolution in the Mediterranean. Oxford Univ. Press.

183. Thuiller W., Brotons L., Araujo MB., Lavorel S., 2004. Effects of restricting
environmental range of data to project current and future species distributions.
Ecography 27, 165-172.

184. Tinner W., Conedera M., Gobet E., Hubschmid P., Wehrli M., Ammann B., 2000. A
palaeoecological attempt to classify fire sensitivity of trees in the southern Alps.The
Holocene, 10, 565-574.

255
185. Tinner W., Conedera M., Ammann B., Lotter A.F., 2005. Fire ecology north and
south of the Alps since the last ice age. The Holocene, 15, 1214-1226.

186. Ushe M.B., 2005. Conserver la diversité biologique européenne dans le contexte du
changement climatique, Conseil de l’Europe, 2005.

187. Valdecantos A., 2008. Post-fire restoration strategies/interventions to increase forest


resilience against large forest fires exacerbated by climate change: The case of Valencia
(Spain). In : Compte-rendu présenté lors de l’atelier international UICN-WWF «
Adaptation au changement climatique dans la gestion et la conservation des forêts
méditerranéennes », Athènes, 2008 [http://www.uicnmed.org].

188. Vennetier M., Vila B., Liang E.Y., Guibal F., Ripert C., Chandioux O., 2005. Impacts
du changement climatique sur la productivité forestière et le déplacement d’une limite
bioclimatique en région méditerranéenne française. Ingénieries, 44, 49-61.
189. Vivin P., Guehl J.M, Clément A., Aussenac G., 1996. The effects of elevated CO2 and
water stress on whole plant CO2 exchange, carbon allocation and osmoregulation in
Quercus robur seedlings. Annales des sciences forestières 53, 447-449.

190. Walther G.R., et al., 2002. Ecological responses to recent climate change. Nature, 416,
389-395.

191. Wang W.C., Portman D.A., Gong G., Zhang P., Karl T.R., 1992. Beijing summer
temperatures since 1724, in: RS Bradley R.S., Jones P.D. (Eds.), Climate since AD 1500,
Routledge, London, 1992, pp. 210–223.

192. Warnant P., Francois L., Strivay D. et Gerard J.C. 1994. CARAIB : A global model of
terrestrial biological productivity. Global biogeochemical cycles 8, (3). 255-270.

193. Warnant P., 1999. Modelisation du cycle du carbone dans la biosphere continentale à
l'echelle globale. Thèse de doctorat, Faculté des Sciences. Universite de Liège. 276 p.

194. Yohe G., et Tol R.S.J., 2002. « Indicators for social and economic coping capacity -
moving toward a working definition of adaptive capacity », dans Global Environmental
Change - Human and Policy Dimensions, vol. 12, 2002, pp.25-40.

195. Ziat M’B., 1986. Ecologie, productivité et modèles de croissance du cèdre de l’Atlas
(Cedrus atlantica Man.) dans le massif de Bou Iblane. Mémoire de 3°cycle Institut
agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat, 121 pages.

196. Zine Elabidine A., 2008. Etude écophysiologique du dépérissement du cèdre de


l'Atlas. Etude des causes de dépérissement de la cédraie du Moyen Atlas (SPEF, Ifrane).
Convention FAO/UTF/MOR/028/MOR. Appui à la mise en œuvre du programme
forestier national ». FAO, Rome.

256
Listes des tableaux, figures, encadrés et photos
Tableau 1 : Classes d’occupations des terres
Tableau 2 : Types d’écosystèmes forestiers en fonction du bioclimat, des étages de végétation et du
sol.
Tableau 3 : Productivité forestière potentielle moyenne par étage et par variante bioclimatique
Tableau 4 : Constat de l’évolution historique des températures et précipitations à l’échelle du globe et
hypothèses
Tableau 5 : Projections des valeurs moyennes du réchauffement à la surface du globe pour la fin du
ème
20 siècle
Tableau 6 : Dépérissement et mortalité des forêts liés à la sécheresse à l’échelle mondiale
Tableau 7 Caractéristiques essentielles de trois grands modèles dynamiques forestiers en région
méditerranéenne
Tableau 8 : Synthèse des tendances observées de changement climatique durant les 45 ans derniers
Tableau 9 : Projections climatiques 2020 : variations des moyennes de température et des
précipitations
Tableau 10 : Synthèse des projections futures du changement climatique au Maroc
Tableau 11 : Importance des dépérissements du cèdre dans le moyen Atlas
Tableau 12 : Projections par zone géographique des changements de température et de
précipitations pour les principales essences forestières à l’horizon 2050 (Scénario A2)
Tableau 13 : Valeurs actuelles et projetées des précipitations moyennes et des températures estivales
pour l’aire de répartition du cèdre de l’Atlas
Tableau 14 : Impact potentiel de l’augmentation de température sur les limites altitudinales du cèdre
au Maroc
Tableau 15 : Simulation des limites altitudinales des étages de végétation du cèdre à l’horizon 2020 et
2100
Tableau 16 : Caractéristiques bioclimatiques et période moyenne actuelle de croissance (PMC) du
cèdre de l’Atlas au Maroc
Tableau 17 : Nombre actuel de saison de végétation et nombre estimée par le modèle A selon la
zone géographique
Tableau 18 : PMC actuelle et estimée par le modèle B, selon la zone géographique
Tableau 19 : Valeurs projetées (2050) du nombre de saison de végétation et de la PMC pour le cèdre
de l’Atlas
Tableau 20 : Valeur moyenne annuelle des biens et services (millions de Dh)
Tableau 21 : Fréquence et durée de la sécheresse (1000-1984), Col du Zad, Moyen Atlas
Tableau 22 : Occurrences des sécheresses agricole (1940-2002)
Tableau 23 : Evolution des surfaces forestières au Maroc
Tableau 24 : Evolution des ressources en eau au Maroc à l’horizon 2020
Tableau 25 : Caractéristiques des observatoires Oued Mird, Issougui et Fezouata
Tableau 26 : Guides et parcelles prioritaires pour les forêts d’Azrou et Ait Youssi Lamekla
Tableau 27 : Liste des cartes de risque élaborées

Tableau 28 : Plan de mobilisation et d’intervention selon l’échelle de danger de départ de feu


Tableau 29 : Dépérissement de différentes essences forestières au niveau de la région du Moyen
Atlas
Tableau 30 : Principaux déterminants de la capacité d’adaptation
Tableau 31 : Enjeux, orientations, actions possibles et conséquences

257
Figure 1 : Superficies des principales essences forestières.
Figure 2 : Répartition géographique des principales essences forestières au Maroc
Figure 3 : Tempérament des espèces forestières climax en fonction du facteur température
Figure 4 : Tempérament des espèces forestières climax en fonction du facteur précipitation
Figure 5 : Aires bioclimatiques des essences forestières marocaines dans le climagramme
d’Emberger
Figure 6 : Période moyenne de croissance du cèdre de l’Atlas au Maroc
Figure 7 : composantes du système climatique mondial qui jouent un rôle dans les changements
climatiques
Figure 8 : Profil des températures à l’échelle planétaire et interpolations obtenues à l’aide de
modèles mathématiques : a) en utilisant les facteurs naturels, et b) en utilisant les
facteurs naturels et effets des gaz à effet de serre et aérosols
Figure 9 : Variations observées de la température moyenne à la surface du globe, du niveau
moyen de la mer à l’échelle du globe, et de la couverture neigeuse dans l’hémisphère
Nord.
Figure 10 : Masse globale des glaciers : Déviation annuelle et perte de masse
Figure 11 : Etendue minimum de la banquise : anomalies de la banquise de l’hémisphère nord
Figure 12 : Émissions mondiales de gaz à effet de serre anthropiques
Figure 13 : Caractéristiques résumées des quatre canevas de Scénarios d’émissions du GIEC
Figure 14 : Emissions mondiales de GES
Figure 15 : Prévisions (2000-2050) des pertes en espèces de plantes à l’échelle mondiale
Figure 16 : Deux représentations de la migration des espèces forestières
Figure 17 : Série pollinique illustrant un incendie comme élément moteur de changements
brusques de la végétation, il y’ a de cela ~ 6000 ans BP
Figure 18 : Représentation schématique des cinq réservoirs de carbone et des flux dans CARAIB
Figure 19 : Prévalence des espèces végétales à distribution limitée en Méditerranée
Figure 20 : Le sol une interface dans l’écosystème : influence du climat sur les propriétés, les
réserves et les flux
Figure 21 : Principaux effets des changements climatiques sur le cycle du CO2 et des nutriments
dans les sols
Figure 22 : Interactions entre les processus climatiques et humains pouvant amener les
écosystèmes dans des états critiques telle une augmentation de l’aridité ou accroître les
risques de perturbations comme les incendies
Figure 23 : Augmentation du nombre de jours (en semaines) comportant un risque d’incendie
Figure 24 : Variations mensuelles de l’Index Forêt-Météo moyen de mai à octobre entre 1961-1990
et la période future (2030 à 2060).
Figure 25 : Reconstitution des températures de janvier à Tigalmamine et pourcentages polliniques
du cèdre
Figure 26 : Localisation des sondages prélevés dans les lacs Dayet Ifrah et Dayet Iffir
Figure 27 : Diagramme pollinique synthétique issu du lac Iffir
Figure 28 : Reconstitution des températures de janvier, et expression de la cédraie en
pourcentage par rapport aux autres espèces identifiées dans les analyses palynologiques
(Lac Ifrah, Moyen Atlas)
Figure 29 : Changement récent des types de bioclimats du Maroc
Figure 30 : Précipitations moyennes cumulées sur la saison pluvieuse entre 1955 et 2004
Figure 31 : Durée maximale de sécheresse de 1955 à 2004
Figure 32 : Evolution des températures moyennes annuelles pour Rabat et Tanger (1960-2004).
Figure 33 : Evolution récente des températures maximales et minimales pour quelques stations
(1960-2000)

258
Figure 34 : Schéma de la méthodologie du GIEC pour le développement de scénarios climatiques
Figure 35 : Changements projetés pour les températures moyennes estivales
Figure 36 : Changements projetés pour les cumuls pluviométriques d’hiver et de printemps
Figure 37: Changement dans les températures moyennes annuelles par zone agroécologique
Figure 38 : Exemple de profils de pluies et ETP pour la station de Settat
Figure 39 : Importance du dépérissement observé pour les principales cédraies du Moyen Atlas
Figure 40 : Evolution de la température minimale, moyenne et maximale à Ifrane (1981-2006)
Figure 41 : Evolutions des précipitations annuelles à Ifrane, et Azrou (1973-2003)
Figure 42 : Evolution des précipitations neigeuses en cm à Ifrane (1958-2006)
Figure 43 : Impact sur la croissance du cèdre au Moyen Atlas : Evolution comparée de la largeur du
cerne dans de cèdres sains et dépérissants
Figure 44 : Démarche de mise en évidence de l’impact des projections climatiques sur les
principaux écosystèmes forestiers au Maroc
Figure 45 : Etagement de la végétation du Jbel Tizirène dans le Rif central (Transect actuel et
ième
transect simulée pour la fin du 21 siècle)
Figure 46 : Etagement de la végétation du Jbel Bou Iblane au Moyen Atlas oriental (Transect
ième
actuel et transect simulée pour la fin du 21 siècle)
Figure 47 : Etagement de la végétation du Jbel Ayachi au Haut Atlas oriental (Transect actuel et
ième
transect simulée pour la fin du 21 siècle)
Figure 48 : Tendances comparées du nombre actuel et ajusté de saison de végétation par zone
géographique pour le cèdre de l’Atlas
Figure 49 : Tendances comparées de la période moyenne de croissance actuelle et estimée par
zone géographique du cèdre de l’Atlas
Figure 50 : Tendances comparées des précipitations moyennes et de la PMC actuelle aux
projections pour 2050
Figure 51 : Processus et facteurs de dégradation des écosystèmes forestiers
Figure 52 : Processus de dégradation et de déboisement d’une forêt de chêne vert dans le Rif
Figure 53 : Evolution de la dégradation des surfaces des écosystèmes forestiers
Figure 54 : Evolution des pertes cumulées en retenues de barrages
Figure 55 : Répartition des zones touchées par l’érosion éolienne et l’ensablement au Maroc
Figure 56 : Sensibilité à la désertification au Maroc
Figure 57 : Evolution des incendies au Maroc (1960-2008)
Figure 58 : Prévision du taux de disparition de la biodiversité du Maroc à l’horizon 2050
Figure 59 : Réseau d’aires protégées du Maroc
Figure 60 : Organisation et structuration des données de l’étude des causes de dépérissement
Figure 61 : Schéma de l’élaboration des guides de sylviculture
Figure 62 : Cartes de risque statiques de la région du Rif
Figure 63 : Carte de risque dynamique du Rif : Prévisions de probabilité de départ de feu du
5/08/2008.
Figure 64 : Réseau systématique de placettes permanentes (maille 8 km x 8 km)
Figure 65 : Réseau de veille sanitaire par rapport au réseau systématique
Figure 66 : Carte représentant la proportion d’arbres par forêt et par placette dont la mortalité
des branches s’est accentuée entre 2007 et 2008
Figure 67 : Premiers résultats de la santé des forêts du Moyen Atlas (réseau systématique 8 km x 8
km). Évolution 2007-2008 par essence (Critère : mortalité des branches)
Figure 68 : Fourchette d’adaptation et seuils critiques
Figure 69 : Les concentrations de dioxyde de carbone, les températures et le niveau de la mer
devraient continuer à augmenter bien après une réduction effective des émissions.
Figure 70 : Réponses possibles de la forêt au changement climatique (PCF)

259
Encadré 1 - Types d’écosystème forestier dominant au Maroc
Encadré 2 - Effet de serre et réchauffement climatique
Encadré 3 - Scénarios de base utilisés pour les projections et prévisions de l’évolution du climat
Encadré 4 - Bilan des catastrophes climatiques au Maroc en novembre 2002
Encadré 5 - Impact du changement climatique sur le cèdre de l’Atlas au Moyen Atlas
Encadré 6 - Groupes de scénarios utilisés pour prévoir l’impact sur les écosystèmes forestiers
Encadré 7 - Fonctionnement d’un écosystème à chêne vert (étude de cas)
Encadré 8 - Les divers types de photosynthèse ou carboxylation
Encadré 9 - Projections futures (GIEC) du changement climatique au Maroc
Encadré 10 - Changements des températures moyennes et des précipitations moyennes saisonnières
Encadré 11 - Projections des changements dans la tranche pluviométrique de certaines essences
forestières formant massif ou accompagnant les essences principales.
Encadré 12 - Grands traits écologiques et phytogéographiques du cèdre de l’Atlas
Encadré 13 - Aperçu de la relation « Croissance – climat » pour le cèdre de l’Atlas
Encadré 14 - L’écosystème « cédraies » du Moyen Atlas marocain : Espace socio -écologique et
économiques multifonctionnel
Encadré 15 - Processus de l’érosion des sols : causes, manifestations et impacts
Encadré 16 - Stratégies, programmes et instruments de la politique gouvernementale mis en œuvre
dans le domaine du développement durable et de l’environnement
Encadré 17 - Stratégies, programmes de la politique gouvernementale mis en œuvre dans le domaine
du développement durable et de l’environnement à caractère sectoriel
Encadré 18 - Le Programme Forestier National marocain : Objectifs et programme à l’horizon 2020
Encadré 19 - Les Observatoires ROSELT/OSS : organisation et fonctionnement
Encadré 20 - Programme d’activité de l’observatoire de Oued Mird
Encadré 21 - Facteurs discriminants du dépérissement du cèdre : contraintes d’aménagement
Encadré 22 - Définitions de quelques termes de base (Adaptation)
Encadré 23 - Stratégies potentielles face aux changements climatiques
Encadré 24 - Un référentiel stratégique pour les forêts de la planète : Le Cadre de Partenariat sur les
Forêts
Encadré 25 - Cadre stratégique global d’adaptation des forêts marocaines au changement climatique
Encadré 26 - Liste non exhaustive des caractéristiques relatives aux aires protégées intensifiant leur
vulnérabilité au changement climatique
Encadré 27 - Mesures et outils du Plan d'action national pour la conservation et l'utilisation durable
de la biodiversité
******
Photo 1 : Jeune cédraie en situation de dépérissement, Forêt d’Ait Youssi Lamekla
Photo 2 : Peuplement de cèdre de l’Atlas en cours de mortalité généralisée dans la forêt d’Azrou
(Moyen Atlas)
Photo 3 : Aspect de cédraie marginale, relique et très vulnérable (Haut Atlas oriental)

260