Vous êtes sur la page 1sur 13

Chronique et résumé du livre ;(The Millionnaire Fastlane)

Introduction
Avant-propos et mise au point par l’auteur. D’ailleurs, qui est-il pour oser nous parler de « devenir riche rapidement
» alors que la tendance est plutôt à la prudence en matière d’argent ?
Mj DeMarco est un entrepreneur multimillionnaire à la tête de l’entreprise leader de location de limousines aux
États-Unis. Sa particularité est d’avoir vendu son entreprise une première fois, puis de l’avoir racheté, pour la mener
vers les sommets.
Il se distingue également par un style très direct, parfois même sans concessions quant à la vision de l’argent
partagée par 90% d’entre nous. Il se montre également impitoyable quant à certains fameux conseils
d’enrichissement tout en nous parlant avec un ton très proche, comme s’il était là, à côté de nous !
Vous pouvez d’ailleurs vous faire une bonne idée du style de l’auteur en visionnant sa chaine YouTube !
Mj DeMarco est un passionné de voitures qui compare le chemin vers la richesse à un « road trip ».
Il distingue trois voies vers la richesse : Le bas-côté de la route ; La voie lente, et la voie rapide (l’autoroute).
Partie 1 : La richesse en fauteuil roulant : « s’enrichir lentement » veut dire « être
riche en étant grabataire » !
Le grand mensonge : s’enrichir lentement.
Pensez-vous vraiment que le gars qui vit dans son palace au bord de la mer avec son yacht et ses voitures de luxe a
passé sa vie à économiser 10% de son salaire en utilisant les coupons de réduction ?
Malgré l’évidence de la réponse, la population est comme lobotomisée dans le grand mensonge qu’est
l’enrichissement lent progressif : une route longue et hasardeuse, au bout de laquelle les rares qui arrivent à
destination ont déjà l’âge d’aller en maison de retraite.
La voie lente ou le « s’enrichir lentement » prend toute une vie et dépend de beaucoup de facteurs qui ne dépendent
pas de votre contrôle. De plus, cette voie implique de vivre dans une frugalité inconsidérée tout en sacrifiant vos
rêves dans l’espoir de pouvoir (peut-être) les vivre 60 ans plus tard.
Les 90 secondes qui ont changé la vie de MJ et la découverte de l’autoroute des millionnaires
Alors que l’auteur était jeune, il partit faire une course pour sa mère, lorsque dans la rue, il vit un jeune homme au
volant d’une superbe Lamborghini se garer non loin de lui. Attisé par la curiosité, MJ alla directement demander au
jeune propriétaire ce qu’il faisait dans la vie.
Celui-ci lui a simplement répondu : « inventeur » avant de s’en aller.
Depuis ce jour et cette courte rencontre, DeMarco a voué toute son énergie à la recherche de cette voie qui avait fait
de cet homme le propriétaire d’une voiture coutant plus cher que la plupart des maisons sur le marché !
Malheureusement, tout ne fut pas rose et sa fougue du début le conduisit rapidement à une série de déceptions et de
déconvenues assez cuisantes. Enchaînant les petits boulots mal payés aux horaires impossibles, il finit par sombrer
dans la dépression. Abandonné de tous, y compris sa propre mère, il dut se résigner à accepter un énième travail
ingrat : conducteur de limousine.
Malgré tout, ce travail lui a redonné espoir car en tendant l’oreille et en écoutant sa clientèle bien plus qu’aisée
discuter à l’arrière du véhicule, il a confirmé l’existence d’une voie rapide vers l’enrichissement qui n’avait rien à
voir avec l’héritage ou gagner au loto.
Un soir d’hiver, il décida de claquer la porte de sa ville natale et de s’installer à l’autre bout du pays : à Phoenix,
avec 900 $ en poche et un vieux matelas !
Ce fut le début de la découverte…
Il créa sa première entreprise sur internet de location de limousine. Il eut rapidement un certain succès, et grisé par
les perspectives de gains rapides, il revendit son entreprise pour 250 000$.
Pensant être riche, il se rendit compte que ce fut loin d’être le cas et que tous ses artifices ne faisaient pas de lui un
homme riche. Croulant sous les dettes, il dut tout revendre.
Partie 2 : La richesse n’est pas une route mais un voyage
C’est là que les choses sérieuses commencent. Renforcé dans ses convictions qu’il était possible de s’enrichir
rapidement malgré la dilapidation de son argent, MJ commençait à entrapercevoir la formule de la voie rapide vers
la richesse.
Maintenant que l’histoire a commencé pour l’auteur, il est temps qu’elle commence pour VOUS !
Voici donc le plan de bataille :
Votre carte routière :
Distinctions et habitudes des trois voies :
Le bas-côté
La voie lente
La voie rapide
Le succès est affaire de travail et non de résultat attendu. Le comportement typique de celui qui veut s’enrichir est
guidé par le résultat et non par le travail à accomplir. MJ vous donnera des pistes pour identifier quelle est votre
voie actuelle et comment en changer pour prendre l’autoroute.
Votre véhicule :
Le véhicule c’est vous. Le carburant dont vous aurez besoin pour faire avancer vos affaires, le moteur dont vous
devrez vous doter pour éviter les pièges dans lequel il est tombé, et le pare brise pour éviter les « cailloux » sur la
route.
Vos routes possibles :
Certaines sont plus rapides que d’autres. Inventer quelque chose est plus rapide que le salariat. Entreprendre
rapporte plus que de changer de job. Investir, inventer, recréer sont les routes les plus directes vers la richesse
Votre vitesse :
La vitesse est votre faculté à transformer vos idées en actions concrètes. C’est là que pêchent de nombreux apprentis.
Sans vitesse, votre destination ne sera jamais atteinte.
Chacune de ces composantes de l’autoroute du millionnaire fait l’objet d’une ou plusieurs parties du livre.
Mais le principe de fond reste le même : Suivre l’autoroute est un état d’esprit qui requiert de la détermination, du
travail et un changement de point de vue constant sur le monde des affaires.
Vous devez penser en termes de processus et de travail, en termes de création et non de consommation et en termes
de contrôle plutôt que délégation.
Après vous avoir posé des questions bien ciblées sur votre vision de l’argent et de la richesse, pour vous situer un
petit peu, l’auteur attaque vos cartes routières disponibles.
Partie 3 : La pauvreté : la route du bas-côté
Le bas-côté est la route la plus empruntée dans la vie. C’est une route financière sans aucune destination et
caractérisée par des comportements typiques parmi lesquels vous trouverez des détails qui vont vous surprendre :
Vous n’avez rien appris de plus depuis la fin de votre scolarité
Vous changez souvent de job.
Vous avez foi envers les politiciens pour changer le système plutôt que de changer vous-même
Vous vivez de votre salaire en attendant le prochain. (Et non, ce n’est pas tout le monde !)
Vous achetez régulièrement des tickets de loteries et vous dépensez régulièrement de l’argent dans les
casinos.
Vous n’avez pas d’économies de réserve.
Vous êtes facilement impressionné et vous cherchez à impressionner.
MJ décrit chaque point avec humour acide. Son but est ici de vous faire prendre conscience des schémas de
comportement qui mènent vers la pauvreté.
Ce qui veut dire que donner plus d’argent à des personnes empruntant le bas-côté reviendra invariablement à la
pauvreté.
Pensez à ces gagnants de la loterie qui ont réussi à dilapider leurs gains ! Pensez à l’auteur lui-même qui a revendu
son entreprise la première fois pour s’acheter des vêtements de designer et des voitures à crédit !
Quelqu’un qui utilise le bas-côté comme route financière ne possède en réalité pas de plan de richesse et même si
celui-ci devenait riche par accident, cela ne changerait pas sa façon de gérer l’argent.
Un train de vie de 1500 € par mois lorsque vous n’en gagnez que 1000 vous place évidemment dans le bas-côté. Sur
celui-ci, les crédits sont utilisés comme moyen d’augmenter son revenu et non comme une épine dans le pied.
L’illusion de la richesse : avoir l’air riche
C’est la mésaventure arrivée à l’auteur qui pourtant a gagné 250 000 $ en revendant son entreprise. Sa préoccupation
a été de se payer ce qu’il n’a jamais pu s’offrir avant. Mais sans plan de route, le bas côté l’a rendu pauvre.
DeMarco dénonce la toxicité de la société de consommation et remet les choses au clair sur la richesse. Celle-ci est
déterminée par une richesse de relations, de santé et de liberté et aucunement par les possessions matérielles.
L’argent ne fait pas le bonheur…. Et la pauvreté ?
La trinité de la richesse est donc celle-ci :
Liberté
Santé
Relations
Utiliser l’argent intelligemment enrichit la trinité de la richesse. L’argent peut acheter le temps, ce qui augmente
votre liberté. Votre patron achète votre temps, ce qui lui augmente sa liberté par exemple.
L’argent ne peut pas acheter le bonheur parce que celui-ci ne sert qu’à acheter des biens de consommation. La santé
et les relations sont source de bonheur.
Se rendre dépendant de la consommation en achetant toujours plus vole votre liberté. La liberté fait partie de la
trinité de la richesse. Plus vous êtes dépendant d’un style de vie gourmand en consommation, moins vous êtes libre,
surtout lorsque votre source de revenu (seul le salaire dans le cas d’un bas-côté) s’effondre.
Le bas-côté rend dépendant aux marchands de rêves. Oui, ce DVD qui vous promet de devenir riche facilement ou
ce séminaire qui coûte des milliers d’euros pour vous apprendre à vous enrichir en investissant en bourse.
Mj DeMarco n’a jamais promis qu’il était facile de gagner de l’argent, il a juste dit que le processus pouvait être
rapide, ce qui est très différent.
Ceux qui empruntent le bas-côté sont focalisés sur le résultat (les gains). L’autoroute du millionnaire vous focalise
sur le processus à accomplir en faisant fi du résultat dans un premier temps.
La loi de la victime
« Les auto-stoppeurs ne conduisent pas ». Toujours dans cette métaphore en filigrane de tout son travail, l’auteur
continue de pointer du doigt l’état d’esprit à changer si vous voulez passer du bas-côté à l’autoroute de la fortune.
Pour être sur l’autoroute, il faut conduire, et celui qui marche au bord de la route ne conduit pas par définition.
Conduire, c’est prendre ses responsabilités et arrêter de se comporter en victime.
Jusque-là, rien de révolutionnaire. Tout le monde sait que Caliméro ne deviendra jamais riche.
Mais là où cela devient intéressant, c’est que MJ donne les points à améliorer ainsi que des pistes de départ pour se
sortir de la victimisation. Le simple fait d’exister ne vous fait rien mériter. Le bas-côté est en fait un repaire de
narcissiques égoïstes.
L’un des points clé est de garder le contrôle de sa propre route, de son propre véhicule et de sa propre direction.
Vous l’aurez compris : MJ condamne la délégation de son avenir financier à d’autres personnes.
Vous seul devez être au volant de votre véhicule !
Partie 4 : La médiocrité : la route de la voie lente
Le mensonge que l’on vous a vendu : la voie lente
Cette partie est un véritable électrochoc car l’auteur va à contre-courant de tous les conseils de bon sens que vous
pouvez lire dans les ressources en finances personnelles !
Pour quelqu’un sur la voie lente, la richesse se définit ainsi :
Richesse = Valeur sur le marché + intérêts composés
Voici les principales armes de la voie lente vers la richesse :
Allez à l’école
Obtenez des bons diplômes
La frugalité c’est bien
Renoncez à Starbucks
Payez-vous en premier
Heures supplémentaires bienvenues
Payez votre résidence principale rapidement
Vivez en dessous de vos moyens
Utilisez les bons de réduction et les cashbacks
Achetez des valeurs sûres et gardez-les toute votre vie
Mettez de côté 10% de vos revenus
Votre maison est un actif
Ce mode de pensée est à mon sens très répandu en France et ces points (ainsi que beaucoup d’autres énoncés) font
partie intégrante de ce qui nous est vendu comme « l’enrichissement progressif ».
Le problème est que ce plan prend des dizaines d’années à réussir, et qu’il est plus risqué que l’entrepreneuriat !
Le conducteur de la voie lente accepte le sacrifice de ses belles années de jeunesse dans l’espoir d’avoir un
crépuscule de sa vie meilleur. Or un plan qui s’étend sur autant de temps et dépendant de beaucoup de facteurs
incontrôlables s’avère hasardeux. La conjoncture économique ou un licenciement peut rapidement vous mettre à
mal.
Sur la voie lente, vous échangez deux jours de liberté (samedi dimanche) contre 5 jours de sacrifice (lundi à
vendredi).
L’échange criminel : votre travail
Les 4 erreurs du salariat :
1- Même les salaires les plus élevés n’enrichissent pas rapidement. Dans un tableau récapitulatif, DeMarco montre
avec des calculs simples que même un médecin spécialisé mettrait 105 ans pour économiser 1 million de dollars en
épargnant 10% de ses revenus.
Le temps est la ressource la plus précieuse car la seule qui est limitée. Ce qui rend n’importe quelle forme de travail
corrélée au temps inefficace dans la perspective d’être riche.
2- Manque d’expérience. L’expérience vient de ce que vous faites dans la vie, et non de ce que vous faites dans
votre travail pour payer vos factures. Quelle expérience a le plus de chances de vous rendre riche ? Celle de votre
routine quotidienne de vos tâches au travail ou l’expérience retirée de créations de votre crû pouvant vous rendre
financièrement indépendant ?
3- Aucun contrôle. Être salarié est comme être le passager à l’arrière d’un Pick-Up. À la moindre secousse
(licenciement, maladie) vous êtes dehors.
4- Se payer en dernier. Même si se payer en premier revient régulièrement dans les doctrines des gourous des
finances personnelles, c’est impossible à effectuer lorsque vous êtes salarié. C’est toujours l’état qui se servira en
premier. Si tout le monde se sert de votre argent gagné en premier et que vous devez économiser sur ce qu’il reste
après les abonnements, n’espérez pas vous enrichir rapidement !
La voie lente : pourquoi vous n’êtes pas riche
Dans cette partie, Mj DeMarco démolit littéralement l’adage qui veut que « 10 000 € investis maintenant vaudront
2.5 millions dans 40 ans avec un taux de rendement de 15% »
En fait, compter seulement sur les intérêts composés pour s’enrichir est une illusion.
Les intérêts composés sont corrélés au temps, et comme vous l’avez découvert plus tôt, tout ce qui est corrélé au
temps limite la richesse.
De plus, les taux de rendements sont imprévisibles, surtout sur une période aussi longue.
Les fameux gourous de la finance prêchent une stratégie qu’ils n’appliquent pas. Aucun n’est devenu millionnaire
rien qu’avec des coupons de réduction ou en obtenant de meilleurs diplômes ou en investissant sur les intérêts
composés. Ce qui les fait devenir riches, ce sont les méthodes qu’ils vendent. Eux sont sur la voie rapide.
Partie 5 : La carte de la richesse : l’autoroute
Après avoir constaté la futilité de notre comportement vis-à-vis de l’argent, il est l’heure de découvrir cette fameuse
autoroute du millionnaire. À ce stade-là, beaucoup de choses ont été remises en question.
La voie lente n’est effectivement pas bonne dans une optique de richesse. Il faut trouver cette fameuse autoroute.
L’autoroute est un système d’entreprise contrairement à la voie lente qui utilise le salariat comme source de revenus.
La formule de la richesse sur l’autoroute est celle-ci :
Richesse = résultat net + valeur de l’actif.
Ce qui implique deux moteurs sur lesquels jouer : le résultat net et la valeur de l’actif.
Résultat net = Unités vendues x bénéfice par unité
Pour vous donner un exemple : Si vous vous mettez à vendre des produits sur internet, vous pouvez générer de la
richesse en augmentant le nombre d’unités vendues (via un bon marketing, des résultats, des témoignages, etc.) et/ou
via en augmentant le prix du produit.
Contrairement au salariat et aux intérêts composés, vous pouvez agir sur ces deux parties sans corrélation avec le
temps !
Dans son exemple, Mj DeMarco vous montre que l’augmentation d’un seul % de vente lui rapportait 480 $ par jour
soit 14 400 $ par mois ! Combien faudrait-il de temps à un cadre employé pour atteindre ce montant ?
Et en augmentant le prix de 0.5 $ par produit vendu, il passe d’un bénéfice de 8000 $ par jour à 10 800, soit un total
de 84 000 $ supplémentaires par mois !
Vous commencez à saisir l’importance de ces deux leviers lorsque vous créez et proposez des choses aux gens.
Car l’autoroute c’est cela : Détecter les besoins des consommateurs et y répondre.
Avez-vous besoin d’être passionné ? Non !
Là encore, il s’agit d’une affirmation à contre-courant ! La passion ne remplit pas nécessairement les caisses. «
L’arbre à billets » que vous allez créer si.
Les 5 modèles d’entrepreneuriat éligibles à l’autoroute
Mj sélectionne pour vous 5 types « d’arbres à billets » que vous pouvez créer et qui sont éligibles à l’autoroute de la
fortune :
1- Les systèmes de location
Investissements locatifs, les brevets, les marques déposées sont des idées de systèmes de location
2- Les systèmes de logiciel ou de programmation
Les applications iPhone ou les logiciels pour ordinateurs par exemple.
3- Les systèmes d’information (les blogs qui vendent des services,) Assez explicite !
4- L’affiliation, la franchise
Créer du marketing de réseau, payer des commissions pour que des gens vendent vos produits là où vous ne pouvez
pas aller vous-même.
5- Les systèmes de ressources humaines (Une entreprise autogérée par de bons salariés)
L’auteur prend l’exemple d’un lecteur de son forum qui possède plusieurs entrepôts de stockage entièrement gérés
par des employés aux quatre coins du pays.
La vraie loi de la richesse
Ainsi donc, pour générer le maximum de richesse, vous devez jouer sur les deux paramètres :
1. L’amplitude (le nombre d’unités vendues)
2. La magnitude (le prix vendu)
Ce qui veut dire que pour gagner des millions, vous devez rendre service à des millions de gens.
Si vous ouvrez un magasin dans votre ville, votre amplitude sera plafonnée. Si vous en ouvrez 2, vous la doublez. Si
vous vendez vos produits sur internet, votre amplitude potentielle est le monde entier !
Pour affecter la magnitude (le prix) de votre richesse, vous devez créer de la valeur et améliorer constamment vos
produits et vos services mais également proposer des services qui ne sont pas rendus par les concurrents.
Il existe également des techniques marketing pour augmenter le prix d’une unité vendue.
Partie 6 : Votre véhicule : Vous !
Le pouvoir des choix
Les choix forment votre direction ainsi que votre façon de nettoyer votre pare-brise tout au long de l’autoroute. Une
fois que vous avez accepté de prendre vos responsabilités et arrêté de tomber dans la loi de la victime, vous devez
faire face à chaque conséquence de chaque choix.
Au cours de sa vie, Mj a conçu deux outils pour l’aider à faire face à des choix importants. Il les partage dans ce
chapitre.
Le premier est l’analyse du « pire scénario possible ». Il se décompose en 3 questions auxquelles vous devez
répondre lorsqu’un choix épineux se présente à vous et que vous n’avez pas le temps de réfléchir trop longtemps.
1- Quelle est la pire conséquence possible de ce choix ?
2- Quelle est la probabilité de cette conséquence ?
3- Est-ce que c’est un risque acceptable ?
La réponse à ces questions ne doit pas prendre plus de quelques secondes.
Lorsque les choix sont plus longs à décider cependant, DeMarco a créé le design d’une matrice d’analyse de
décision. Il s’agit là de son deuxième outil. Plein de bon sens, il a l’avantage de vous donner votre meilleure solution
pour prendre une grande décision.
À travers un exemple vécu, l’auteur vous invite à découvrir cette fameuse matrice. Alors qu’il était confronté à une
lourde dépression, il hésitait entre deux choix lourds de conséquences pour son avenir. Rester à Chicago ou partir
s’installer loin au sud, à Phoenix (Arizona).
Facteurs Chicago Phoenix
La suite consiste à remplir la colonne « facteurs » d’éléments importants pour vous à prendre en compte lors de
votre décision. Voici son exemple :
Facteurs Chicago Phoenix
Climat
Coût de la vie
Écoles
Dynamisme économique
Impôts locaux
Sécurité
Activités / loisirs
Proximité de la famille
Vous avez décidé les éléments importants à prendre en compte lors de votre future décision. Maintenant il faut
décider de leur importance en adjoignant à chacun d’entre eux un coefficient de 1 à 10.
Voici ce que cela donne pour MJ :
Facteurs Chicago Phoenix
Climat (10)
Coût de la vie (6)
Écoles (3)
Dynamisme économique
(2)
Impôts locaux (7)
Sécurité (4)
Activités / loisirs (8)
Proximité de la famille
(7)
Comme vous pouvez le voir, tous les facteurs n’ont pas la même importance pour MJ. Et il en sera de même pour
vous. C’est maintenant que vous devez décider de leur poids respectif. Au fond cette matrice ressemble à nos
anciens bulletins scolaires !
Une fois cette tâche effectuée, il vous faut être honnête et adjuger des points à chacune des deux (ou plus) options.
Voici ce que cela donne pour MJ.
Facteurs Chicago Phoenix
Climat (10) 2 (20) 8 (80)
Coût de la vie (6) 5 (30) 7 (42)
Écoles (3) 2 (6) 5 (15)
Dynamisme économique 6 (12) 4 (8)
(2)
Impôts locaux (7) 6 (42) 7 (49)
Sécurité (4) 3 (12) 6 (24)
Activités / loisirs (8) 5 (40) 2 (16)
Proximité de la famille 10 (70) 0 (0)
(7)
Total 232 234
En parenthèses dans le tableau, le total des points une fois multiplié par le coefficient de chaque facteur. Tout en bas
du tableau, le total des points, indiquant le meilleur choix selon vos propres critères. Devant vous, noir sur blanc.
Malgré certains facteurs qui comptent beaucoup pour MJ en faveur de Chicago, (proximité de la famille, activités
loisirs, etc.) le meilleur choix se révèle être le déménagement à Phoenix.
Pour 2 petits points, l’auteur a franchi le pas, et nous exhorte à faire de même, afin d’éviter les « non-choix » ou de
se laisser gouverner par la peur.
Cette matrice ne doit être utilisée qu’en dernier ressort, lorsqu’il s’agit de grandes décisions impliquant l’avenir au
sens large.
Cela n’aurait pas de sens de s’en servir pour chaque petite décision. Dans ce cas-là, l’auteur précise qu’il vaut mieux
utiliser l’analyse du pire scénario possible.
Changer la direction des vents.
C’est un conseil que l’on voit beaucoup en ce moment sur la blogosphère et dans les blogs de développement
personnel : pour réussir, il faut parfois se couper de certaines relations toxiques même si elles font partie de votre
entourage.
Par peur, par jalousie ou par inquiétude à votre égard, même vos proches peuvent vous ralentir dans votre
enthousiasme à prendre l’autoroute de la fortune.
Ces personnes peuvent être :
1. Les amis et la famille qui ne vous comprendront pas
2. Le système d’éducation qui prêche une vie de salariat et de voie lente.
3. Vos parents qui pensent que la richesse, c’est pour les autres
4. Les gourous de l’enrichissement qui affirment que votre maison est votre meilleur investissement
5. Les gourous de l’enrichissement qui affirment que 100 $ investis aujourd’hui vaudront 10 millions dans 50
ans.
6. Votre environnement.
Il ne faut pas que vous hésitiez à fermer la porte de votre véhicule à ces « vents contraires ». Vous devez au contraire
chercher l’appui de vents allant dans votre direction. À savoir les gens qui réussissent et qui sont dans votre domaine
d’activité, ou bien les clubs d’entrepreneurs, etc.
Les gens que vous rencontrerez sur la route seront comme des frères d’armes sur le champ de bataille. Ils peuvent
vous sauver la vie, vous aider à rester en vie, ou mener à votre perte. Vous devez les choisir en gardant bien cela à
l’esprit.
Votre carburant essentiel : Le temps
Vous devez voir le temps comme la plus précieuse de vos richesses. L’argent est infini dans le monde, alors que le
temps est rare.
Pour illustrer ce principe, l’auteur aime à rappeler une scène du film Titanic.
Alors que le navire s’enfonce inexorablement dans l’océan glacial, les nobles et les riches accourent vers les canots
de sauvetage. Ils tentent d’acheter leur place auprès des officiers du bateau.
Ceux-ci répondent : « votre argent ne peut pas plus vous sauver que moi ! »
C’est avec cette réplique que les entrepreneurs sur la route de la fortune voient l’importance du temps. Et vous
devrez faire pareil au lieu d’attendre 1h à une file d’attente pour votre seau d’ailes de poulet gratuit !

Changez régulièrement votre huile !


Quelle est l’huile de votre moteur ? Votre éducation ! Et malgré ce que pensent 90% des gens, l’éducation ne
s’achève pas à l’obtention du diplôme. Au contraire, celle-ci commence juste à ce moment-là !
Apprendre des connaissances utiles pour votre business ou « arbre à billets » est essentiel.
Et de nos jours, il n’y a aucune excuse à ne pas se former tout au long de sa vie car les connaissances sont
accessibles gratuitement via les bibliothèques, internet, les forums spécialisés de qualité.
L’éducation est un levier puissant qui fera la différence entre un véhicule (vous) qui roule jusqu’à destination (votre
richesse) ou un véhicule qui grille au milieu de la route.
L’auteur donne alors quelques trucs pour s’éduquer sans dépenser des fortunes et vous apprend à faire la distinction
entre les bons et les mauvais plans d’investissement intellectuels.
Payer trop cher pour changer son huile est contre-productif ! Apprenez à faire la différence entre un réel plus dans
votre projet ou une perte de temps et d’argent.
La ligne rouge : l’accélérateur
Le cœur du problème pour de nombreux entrepreneurs (et surtout web entrepreneurs !). Êtes-vous prêt à franchir la
ligne rouge ? Celle qui démarque la limitation de vitesse traditionnelle en ville de celle réservée aux autoroutes.
En roulant en 50km/h, vous mettrez énormément de temps à arriver à destination.
À travers cette métaphore se cache la différence entre le succès et l’échec. Enfoncer la pédale d’accélération, cela
veut dire agir, agir et encore agir. Vous devez considérer la valeur de vos idées comme 0.
L’auteur considère même les bonnes idées comme des pets de l’esprit !
Seule votre capacité à transformer ces idées en processus de travail compte.
Étés vous simplement « intéressé(e) » ou « investi(e) » par votre projet d’entreprise ?
L’autoroute n’est ouverte qu’à ceux qui sont investis. On ne roule pas à 50km/h sur l’autoroute.
Quelques indices :
Chaque fois que vous vous dites « un jour », vous mettez le pied sur la pédale de frein.
Chaque fois que vous attendez qu’un évènement arrive avant de vous lancer, vous mettez le pied sur la
pédale de frein.
Il n’y a aucun timing parfait et la chance ne sourit pas à ceux qui attendent le bon moment mais à ceux qui la
saisissent.
Beaucoup d’entrepreneurs laissent leur véhicule au garage en ne se lançant jamais.
Selon MJ, il existe une différence entre prendre des risques pour le plaisir d’agir et prendre des risques intelligents et
calculés pour lesquels les chances de gains surpassent largement les pertes envisageables.
Partie 7 : les routes de la richesse
Votre véhicule est prêt, la route est dégagée de ses obstacles, vous appuyez sur l’accélérateur. Mais est-ce que votre
entreprise va vers la direction de la richesse ou vers la falaise ?
C’est dans cette partie que vous serez jugé(e) sur vos intentions et la solidité de votre projet !
Avoir l’état d’esprit ne suffit pas. Vous devez avoir un projet qui tient la route (c’est le cas de le dire !).
Quels sont les 5 commandements d’un projet éligible à l’autoroute des millionnaires ?
1. Le commandement du besoin
2. Le commandement de l’entrée
3. Le commandement du contrôle
4. Le commandement de l’échelle
5. Le commandement du temps

Le commandement du besoin
Le premier commandement (et le plus important) est celui du besoin. Est-ce que votre entreprise ou votre projet
répond à un besoin ? Est-ce qu’il rend la vie plus facile ou moins pénible ?
Le plus gros problème des gens qui se lancent est qu’ils cherchent avant tout à « faire de l’argent », ce qui les place
en position égoïste et viole le commandement du besoin.
Pour attirer l’argent, vous devez consacrer vos efforts à rendre service et à répondre à une demande en faisant
abstraction des résultats à venir. Une fois encore, il est question de se concentrer sur le processus et non les résultats.
Un autre mythe à déboulonner est celui du « Fais ce que tu aimes ».
Réfléchissez un instant. Est-ce que quelqu’un paierait pour vous voir faire ce que VOUS aimez ? Cela ne sera le cas
que si ce que vous aimez faire répond à une attente ou comble un manque chez vos prospects !
De plus, en transformant vos passions en travail, vous risquez de perdre tout le plaisir de ces activités.
À moins que vous ne soyez le meilleur dans votre passion (et non pas un simple amateur), faire de vos passions une
activité à temps plein est en désaccord avec le commandement du besoin.
De plus, à moins que vous n’ayez des passions extrêmement rares (et étranges), celles-ci mènent vers des activités
déjà fortement concurrentielles et avec peu de marges possibles.
Vous devez faire de votre route votre passion et non pas diriger votre route vers votre passion. La nuance est
capitale.
Le commandement de l’entrée
Quelle est la facilité d’accès de votre activité ? Est-ce qu’il est difficile de faire la même activité que vous (beaucoup
de barrières d’entrée, notamment dans l’éducation nécessaire, tiens donc !) ou est-ce que n’importe qui pourrait
monter le même business que vous ?
S’il est facile de vous imiter, la concurrence augmente et votre route faiblit. Vous devez alors trouver un moyen de
changer de route ou de la renforcer en proposant d’autres expertises peu facilement imitables.
Méfiez-vous du « tout le monde le fait », car c’est un signe que la route est fortement concurrentielle et donc les
marges basses ainsi qu’une difficulté extrême à se démarquer.
DeMarco sous-entend en fait qu’un marché de niche requérant un certain savoir-faire est beaucoup plus viable qu’un
système de formation vous apprenant à gagner en bourse avec un DVD.
N’importe qui peut créer un DVD de formation sur comment apprendre les bases de la bourse et le vendre. Comme
« tout le monde » a envie de devenir riche, le marché est fortement concurrentiel et les barrières d’entrées faibles
(n’importe qui peut créer une formation sans beaucoup d’expertise dans le sujet).
Est-ce que votre « arbre à billets », votre projet possède des barrières d’entrées fortes ou faibles ? Évoluez-vous dans
un secteur saturé ou spécifique ?
Le commandement du contrôle
Êtes-vous un meneur ou un suiveur ? Êtes-vous à la tête de votre entreprise ou bien est-ce que ce sont d’autres
personnes ?
Est-ce que votre projet est dépendant des actions d’autres personnes ou bien avez-vous le contrôle de votre véhicule
? Êtes-vous un auto-stoppeur ou un conducteur ?
Après avoir visionné au moyen d’indices si vous êtes un conducteur ou un passager de votre véhicule, vous devez
être mis en garde.
Les suiveurs peuvent gagner un peu d’argent. Les meneurs en gagnent beaucoup, et parfois énormément.
Vous devez créer les affiliations et non les suivre. Vous devez créer votre marque et non vendre celle des autres.
Vous devez avoir la liberté de choisir votre direction et non suivre l’influence des autres acteurs.
Les affiliations sont une partie de l’autoroute de quelqu’un d’autre, pas la vôtre. Cherchez à créer des choses uniques
plutôt que d’être le « VRP » d’autres personnes.
Être un « VRP » viole également le commandement de l’entrée, car n’importe qui peut le faire !
Le commandement de l’échelle
Quelle est la portée de votre entreprise ?
Est-elle très locale, locale, départementale, régionale, nationale, internationale ?
Si vous voulez gagner des millions, vous devez impacter la vie de millions de vos concitoyens. Visez haut et de
façon ambitieuse. Internet est l’outil idéal pour toucher le plus grand océan de vies qui existe, mais ouvrir une
boutique en bas de votre quartier résidentiel ne touchera que votre voisinage.
Faites en sorte que votre portée affecte le plus grand nombre possible. Même si internet sonne comme une évidence,
les chaînes de magasins qui fleurissent sur chaque continent touchent également des millions de gens, tout comme
les enseignes dans les capitales.
Si vous inventez un gadget utilisé par des millions de personnes, peu importe la valeur du gadget, vous serez sur la
voie du millionnaire.
Le commandement du temps
Comme vous l’avez vu, le temps est la richesse la plus précieuse. Est-ce que votre projet est corrélé au temps qui
passe ? Est-ce que votre entreprise peut être automatisée (sans en perdre le contrôle !) ? Est-ce qu’elle vous permet
de recruter pour vous passer de certaines tâches gourmandes en temps et non-indispensables ?
Votre entreprise vous permet-elle de gagner de l’argent même quand vous n’êtes pas là ?
Une entreprise « mariée » avec le temps qui passe s’appelle un travail.
Les trois « I » de l’autoroute des millionnaires.
Comme l’auteur en parlait dans le commandement du contrôle, la condition pour terminer avec des millions en
banque est d’être un meneur et non un suiveur. Pour cela, il existe la règle des trois « I »
Internet
Innovation
Itérations
L’utilisation des trois en même temps n’est pas obligatoire mais peut largement accélérer votre vitesse !
L’intérêt d’internet a déjà été largement débattu ci-dessus. Internet permet tout simplement d’obtenir la plus grande
magnitude et échelle possible avec vos produits. C’est le meilleur moyen d’impacter des millions de vies partout
dans le monde.
L’innovation est ce qui vous place devant vos concurrents. Vous devez réinvestir l’argent que vous gagnez avec
votre « arbre à billets » dans l’innovation et la recherche d’améliorer encore et toujours vos services. En ligne de
mire, servir mieux, servir plus, et répondre à plus de besoins.
L’itération est un mot scientifique qui veut dire, réessayer dans une même intention en changeant un détail.
Parfois vous n’arrivez pas à atteindre vos buts. La différence entre la réussite et l’échec se situe dans la persistance
en changeant des détails. Évidemment, abandonner au premier échec et partir dans une autre direction vous ralentit.
Si votre entreprise respecte les 5 commandements précédents, la seule chose qui compte est votre capacité à vous
adapter et à changer les détails pour les faire correspondre à vos prospects.
Les itérations peuvent également avoir lieu dans les produits des autres ! Cela rejoint un peu l’innovation, mais
améliorer un produit existant est un levier puissant d’enrichissement.
Sachez saisir les opportunités et relever les challenges qui vous étaient invisibles jusqu’alors, car vos préoccupations
avant d’entrer sur l’autoroute étaient centrées sur vos désirs de « faire de l’argent » et non de répondre à un besoin.
Comment trouver les bonnes routes d’accès à la voie des millionnaires ?
C’est simple. Si vous suivez l’état d’esprit que prône l’auteur, vous allez mettre en recherche de routes d’accès.
Les opportunités sont partout autour de vous. Écoutez plus attentivement :
Chaque fois que vous ou quelqu’un d’autre s’exclame : « c’est nul… »
Chaque fois que vous ou quelqu’un d’autre se dit : « ce serait bien que… »
Idem en ce qui concerne « j’en ai marre de… »
Il en va de même pour les questions du type : « pourquoi ça fonctionne comme ça ? »
Chaque fois que vous (ou quelqu’un d’autre) se sent frustré vis-à-vis d’une situation
Tous ces points forment vos opportunités de vous lancer sur une route d’accès qui mettra peut-être sur l’autoroute
des millionnaires !
Donnez à votre route une destination finale
Il y a une fin à l’autoroute, une destination à votre voyage et vous devez tenter de la déterminer.
Faites l’inventaire de votre vie de rêve. Calculez le prix de tout ce dont vous auriez besoin pour votre vie de rêve.
Que ce soit immobilier, véhicules ou revenus passifs.
Faire cet exercice vous permettra de déterminer votre somme à gagner au cours de votre voyage. Si vous ramenez
l’énorme montant d’argent nécessaire sur 12 mois, cela vous donne un point de repère très motivant !
Au final, ce que l’on nomme vie de rêve n’est pas aussi astronomique en argent que l’on pourrait croire ! Une
destination finale est possible et c’est à vous de trouver les moyens pour y arriver.
Mettez également en place une habitude d’économie de l’argent en trop. Attention, il ne s’agit pas d’épargner en tant
que mode de vie mais bien de mettre en place un système psychologique de motivation qui fait que chaque cent mis
de côté vous rapproche de votre but final !
Évidemment, une fois que vous avez pris l’habitude de gravir chacune des marches, cessez ce système et allez créer
vos produits et votre marque !
Partie 8 : Votre vitesse !
Dans la partie finale, MJ vous met en garde contre les dangers de l’attitude qui consiste à vendre sans tenir compte
des retours de vos clients.
Croyez-le ou pas, ce sont eux qui font votre fortune ou votre perte. Et avec un tel pouvoir, toutes les remarques
doivent être écoutées.
Il existe 4 types de retours négatifs que vous devez prendre en considération si vous voulez obtenir la vitesse
maximum sur votre autoroute.
1- Les plaintes de changement
Vous devez innover dans votre business et cela implique forcément des changements. Les changements ne
manqueront pas d’attiser les plaintes, car beaucoup de gens n’aiment pas que leur entreprise fétiche change alors que
« ça marche bien ».
Ces plaintes sont les plus difficiles à examiner, car elles ne sont pas souvent justifiées. Il ne s’agit la plupart de
temps que de peur exprimée. Mais il se peut que parfois, vous ayez des retours vraiment terribles sur un changement
que vous opérez. Il est alors de votre devoir de « revenir en arrière » en cherchant les manquements.
2- Les plaintes d’attente
Il s’agit en fait des retours négatifs de vos clients parce qu’ils s’attendaient à recevoir quelque chose et qu’ils n’ont
pas eu ce à quoi ils s’attendaient ! Ces retours sont évidemment graves et indiquent un besoin urgent de changement
de prix ou une mise à niveau de votre gamme de produits, ou bien encore de changer votre communication.
3- Les plaintes de manque
Il s’agit des retours les plus douloureux (votre produit est nul parce qu’il ne fait pas cela, etc. ) mais également des
plus constructifs. N’oubliez pas que chaque frustration est un appel à l’amélioration et une opportunité commerciale.
Si vous restez sourds à ces plaintes, des concurrents travailleront dur pour combler vos manques et vous prendre des
parts de marché.
4- Les fraudeurs
Pas vraiment des plaintes, mais vous tomberez invariablement sur des clients resquilleurs qui tenteront d’obtenir des
produits pour lesquels ils n’ont pas payé, ou bien feront jouer la garantie de remboursement le dernier jour, ou bien
encore menaceront de vous attaquer en justice pour des violations de droits diverses.
Ces clients, personne n’en veut, mais ils font partie du jeu, et votre façon d’y répondre peut là encore être riche
d’enseignements…
Conclusion ;
The millionnaire fastlane est l’un des meilleures livres de l’entrepreneuriat. Il s’agit d’un guide vers la voix rapide de richesse et
comment mené une entreprise. L’auteur indique pour être riche, il faut change de mentalité et d’attitude.
Le livre possède une espèce de magie qui se dégage, un peu comme le livre de Tim Ferriss, mais dans un style différent. Cela fait qu’on
est facilement accroché.
Le livre est rassurant dans le sens où il ne vend pas du rêve, mais une « carte routière » qu’empruntent ceux qui deviennent réellement
riches. Les notions de travail sont toujours mises en avant.
Beaucoup de contenu, beaucoup de conseils, et beaucoup d’humour (acide, certes) parsèment le livre. On a l’impression de découvrir des
« secrets ».
Enfin, ce livre est une véritable claque qui a le pouvoir de changer votre vie.