Vous êtes sur la page 1sur 2

Béton armé :

1/ Le béton : Résistance à la compression (fc28=20 à 200MPa), résistance à la traction (2 à


5Mpa)
L’acier : Résistance à la traction ou compression (200 à 500Mpa)
2/ EL : Satisfait strictement aux conditions prévues (la stabilité, la résistance, la durabilité et
les déformations non nuisibles pour satisfaire les fonctions techniques d’utilisation des
structures) sous l’effet des actions qui agissent sur la construction ou l’un de ses éléments.
ELU : La valeur maximale de la capacité portante de la construction et dont le déplacement
entraîne la ruine de la construction.
ELS : Les limites au-delà desquelles les conditions normales d’exploitation ne sont plus
satisfaites sans qu’il y’est ruine. Il concerne les conditions d’utilisation des ouvrages et la
durabilité.
3/ La masse volumique béton à granulats courants (normal) : 2000 à 2600 kg/m3
La masse volumique béton à granulats légers : 800 à 2000 kg/m3
La masse volumique béton à granulats lourds : supérieur à 2600 kg/m3
La masse volumique du béton armé → 2500 kg/m3
4/ Le retrait : Diminution du volume, le béton après sa confection contient un excès d’eau, si
le durcissement se fait à l’air libre l’eau va s’évaporer ce qui s’accompagne de diminution du
volume. Il augmente avec la quantité du ciment, addition des adjuvants et la sécheresse de
l’air.
5/ Ordre de grandeur de fc28 :
 BFC : bétonnage fabriqué sur chantier : 25 à 35 Mpa, peut parfois atteindre 50 Mpa
 BPE : béton prêt à l’emploi, bétonnage soigné en usine (préfabrication) : 40 à 60 Mpa ;
 BHP : béton hautes performances : jusqu’à 200 Mpa ;
 BUHP : béton ultra hautes performances, en laboratoire : 500 Mpa.
6/ Armatures HA : Ils sont obtenus par laminage à chaud d’un acier naturellement dur, soit
dont les caractéristiques mécaniques sont dues à une composition chimique appropriée. Ces
armatures ont leur surface marquée par des crénelures (nervures) de formes diverses suivant
les marques commerciales, de façon à assurer une meilleure adhérence avec le béton.
Armatures TS : Soit en rouleaux, soit en panneaux et de dimensions normalisées. Leur
largeur standard est de 2,40m. La longueur des rouleaux est de 50m et celle des panneaux est
de 3,60m ; 4,80m ou 6m. Les treillis soudés sont constitués par des fils se croisant
perpendiculairement et soudés électriquement à leurs croisements. On distingue les treillis
soudés à fils tréfilés lisses dits TSL des treillis soudés à fils à haute adhérence dits TSHA.
L’espacement maxi des aciers ne doit en aucun cas dépasser 2h (h= épaisseur du dallage)
7/ La flèche de la poutre de doit pas dépasser L/500 si L<=5m et L/1000+0.5cm si L>5m.
8/ Ses avantages c'est qui est économique lors de l'exécution et l'entretien, souplesse,
résistance au feu et durabilité, mais ses inconvénients c'est le poids, et la difficulté de
modification des ouvrages existants.
9/ Le raccourcissement unitaire du béton est limité de 3,5 ‰ en compression et l’allongement
unitaire des aciers sera limité à 10 ‰.

Géotechnique :
1/ La porosité, notée n, qui permet de connaître l'importance des vides c'est à dire de savoir si
le sol est dans un état lâche ou serré. Elle est définie comme étant le rapport du volume des
vides au volume total Vv/V.
L’indice des vides : rapporter le volume des vides au volume des particules solides Vv/Vs.
Degré de saturation, noté Sr, indique dans quelle proportion les vides sont remplis par l'eau
Vw/Vv.
2/

3/ La tourbe, résultat de la décomposition des végétaux, est un exemple de sol organique; elle
est presque exclusivement composée de fibres végétales.
4/ Thixotropes : Certains sols, qui ont la propriété de récupérer avec le temps une partie de
leur résistance
5/ L’état du sol est défini :
 Par l’indice des vides (ou la teneur en eau) pour les sols saturés
 Par l’indice des vides et le degré de saturation (ou la teneur en eau) pour les sols non
saturés.
 Par l’indice de consistance pour les sols cohésifs (ou fins)
 Par l’indice de densité pour les sols pulvérulents (ou grenus).
6/ Le compactage est l’ensemble des opérations mécaniques qui conduisent à accroître la
densité du sol en place. Cette opération a pour but de resserrer la texture du sol par une
réduction des vides remplis d’air, donc de réduire les possibilités de déformation et
d’augmenter la capacité portante.
7/ Le tamisage à sec n'est précis que pour les matériaux dénués de cohésion comme les sables
ou les graviers. En présence d'un sol limoneux ou argileux, il faut effectuer un tamisage sous
l'eau. Le matériau doit alors être mis à tremper pendant un temps suffisant pour désagréger
mottes et agglomérats.
8/ La consolidation primaire : L'évacuation de l'eau contenue dans les vides. C'est, elle
produit le tassement le plus important : le sol subit une diminution de volume correspondant
au volume d'eau expulsée (le sol est supposé saturé).
La consolidation secondaire c’est la compression du squelette solide, elle correspond au
tassement des grains qui s'arrangent entr'eux de façon à occuper un volume plus réduit.