Vous êtes sur la page 1sur 12

Fascicule de devoirs

1ère année pour BTS


Conception de produits industriels
Année 2009 – 2010 : Une moitié de l’année scolaire…
tscp 1 Devoir n°1
x
I. 1) Dériver les 2 fonctions u et v définies par les égalités u(x)= et v(x) = e 2 x .
3

x 2 x
2) Soit h la fonction définie sur ℝ par h(x)= e . Calculer la dérivée de h à partir de la
3
question précédente.

3) Calculer h’(x) + 2 h(x).

________________________

II. 1) Dériver la fonction g définie par g(t) = t sin t .


2) Dériver la fonction h définie par h(t) = t 2 cos(3t).
_________________________

III. 1) Dériver la fonction numérique f définie sur ]0, +∞[ par f(x) = x ln x – x.
2) En déduire les sens de variation de f sur ]0 ; +∞[.
3) Trouver sur ]0 ; +∞[ la fonction primitive de ln prenant la valeur 0 en 1.
_______________________

1) Prouver que f est définie sur [0 ; +∞[. Calculer la fonction dérivée de f.


2) Calculer une fonction primitive de f sur [0 ; +∞[.
3) Trouver la primitive h de f sur [0 ; +∞[ telle que h(0) = 0.

Extraits de formulaire :
Dérivées et primitives

f(t) f’(t) f(t) f’(t)

tα (αℝ) ℝ α.tα–1 e αt (α ℂ) ℂ α. e αt


ln t

cos t – sin t
sin t cos t

La notation porte sur la clarté, la précision et la qualité dans la rédaction.


tscp 1 Corrigé du devoir n°1

2) Le signe de ln étant connu ( de plus ln 1 = 0), on obtient le tableau :

x 0 1 +∞
f ’(x) = ln x – 0 +
f
–1

IV. 1) ≤ t 4 ≤ t +4 .
En particulier f est définie sur [0 ; +∞[. Il en est de même pour la fonction g définie par
4


4

≤ 4
F est une primitive de f sur [0 ; +∞[.

≤ 4 4

4 4 4 ≤
tscpi1 Devoir n°2

I. Soit (E) l’équation différentielle x y’–3 y = 0 où y est une fonction numérique de la


variable réelle x, définie et dérivable sur ]0, + [.

1) Résoudre sur ]0, +[ l’équation différentielle (E).


2) Trouver la solution particulière f de (E) telle que f(1) = 3.

II. On se propose de trouver sur ]0, +[ la solution f de l’équation différentielle linéaire
(E) : xy’ + (x–2)y =0 où y est une fonction numérique de la variable réelle x,définie et
dérivable sur ]0, +[ telle que f(1) = 1 .

2
1) On écrit pour 0<x, h(x)= 1– . Trouver sur ]0, +[ une primitive de h.
x
2) Résoudre sur ]0, +[ l’équation différentielle (E).
3) Déterminer la solution f de l’équation différentielle (E) prenant la valeur 1 pour x=1.

1 -x
III. Soit (E) l’équation différentielle y’+ y = e où y est une fonction numérique de la
2
variable réelle x, définie et dérivable sur ℝ.

1) Résoudre sur ℝ l’équation différentielle (E0) : y’+ y =0.


x
2) Dériver les deux fonctions x↦ et x ↦ e–x.
2
x
3) Soit h la fonction définie sur ℝ par h(x)= e  x . Vérifier si h est une solution de (E).
2

Extraits de formulaire :
Dérivées et primitives

f(t) f’(t) f(t) f’(t)

tα (αℝ) ℝ α.tα–1 e αt (α ℂ) ℂ α. e αt


ln t 1/t
tscpi1 Corrigé du devoir n°2
3 1
I 1) On écrit pour 0<x, r(x)= = -3( ) et R(x)= -3 ln x : R’(x)= r(x).
x x
Sur ]0, + ∞[, les solutions de (E) sont toutes les fonctions x ↦ Ce3lnx = Cx3 où C est une
constante réelle.

2) Pour f solution de (E) sur ]0, +∞[ on écrit pour 0<x, f(x)= Cx3 où C est une constante réelle.
Alors f(1)= C(1)3=C et f(1)=3 pour C=3.
Finalement la fonction f cherchée est définie par f(x)= 3x3 pour 0< x.

1 2
II.1) On écrit pour 0 < x, H(x)= x – 2 ln x et ainsi : H’(x)= 1– 2 ( ) = 1– . On a bien :
x x
Pour 0<x, H’(x)=h(x) .

x2 x 2 2
2) On écrit pour 0<x, r(x)=    1   h( x )
x x x x
R(x) = H(x)= x– 2 ln x ; R’(x)=h(x)= r(x).
e-R(x) = e-x+2ln x=e-x e2lnx = e-x x2

Sur ]0, +∞[, les solutions de (E) sont toutes les fonctions x ↦ C e-x x2 où C est une constante
réelle.

III. 1) On écrit r(x)= 1/1 =1 et R(x)=x : R’(x)=r(x).


Les solutions de (E0) sont toutes les fonctions x ↦ Ce-x où C est une constante réelle.

x 1
2) On doit remarquer que  x et que –x= (-1)x pour dire que:
2 2
La fonction x ↦ x/2 a pour fonction dérivée x ↦ 1/2
La fonction x ↦ -x a pour fonction dérivée x ↦ -1 et que la fonction x ↦ e-x a pour fonction
dérivée x ↦ (-1)e-x.

x x 1 x
3) À partir de l’égalité h(x)=  e , on obtient : h’(x)=(1/2)e-x + (x/2)[-e-x]= e  x  e  x ,
2 2 2
1 1
soit : h’(x)= e  x –h(x) . Finalement h’(x)+ h(x) = e  x pour tout réel x.
2 2
On a bien prouvé que h est une solution de (E) sur ℝ.
Devoir surveillé n° 3 tscpi1
I. On se donne les 2 équations différentielles suivantes :
dx
(E) : t  4x  0
dt

dx
(F) : t  4 x  4.t4– 5 t3
dt
dx
où x est une fonction de la variable réelle t , avec 0 < t , et est la fonction dérivée de x.
dt
1°) Résoudre (E) sur ] 0 ; +  [ .

2°) x étant une fonction numérique définie et dérivable sur ]0, +[, on écrit pour 0<t,
x(t)= t4. k(t) où forcément k(t)=x(t)/t4 : k est une fonction définie et dérivable sur ]0, + [.
a) Que donne le calcul t.x’(t)–4.x(t) en fonction de k’(t) et k(t) ?
b) Calculer k pour que x soit une solution de (F).

3°) Résoudre (F) sur ] 0 ; +  [ .

4°) Trouver la solution x1 de (F) telle que x1(1)=0.

II On considère les 2 équations différentielles (E0) : x.y’+2.y=0 et (E) : x.y’+2.y=10 x–1 où y


désigne une fonction numérique de la variable réelle x, y’ sa fonction dérivée et x appartient à
l’intervalle ]0, +[.

1°) Résoudre (E0) sur ]0, +[.

2°) Avec a et b réels constants on écrit s(x)=ax+b pour 0<x.


Calculer a et b pour que s soit une solution particulière de (E).

3°) En déduire toutes les solutions de (E) sur ]0, +[.

4°) Trouver la solution particulière f de (E) qui vérifie f(1)=2.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Extraits de formulaire :
Dérivées et primitives

f(t) f’(t) f(t) f’(t)

tα (αℝ) ℝ α.tα–1 e αt (α ℂ) ℂ α. e αt


ln t 1 1 1
t t t2
Corrigé du devoir n° 3 tscpi1
I.1°) On écrit pour 0<t, r(t)=-4/t=-4(1/t) et R(t)=-4.ln t : R’(t)=r(t) et e-R(t)=e4.ln t= t4.
Ainsi sur ]0, +[, les solutions de (E) sont toutes les fonctions t↦ C.t4 où C est une constante
réelle.

2°)a) Pour 0<t, x’(t)= 4t3.k(t)+t4.k’(t) d’où t.x’(t)=4(t t3)k(t)+(t t4).k’(t)=4.t4.k(t)+t5.k’(t).


4.x(t)= 4.t4.k(t).
De cette manière : t.x’(t)–4.x(t)= t5.k’(t) pour 0<t.
2°)b) Les propriétés {...} suivantes sont équivalentes : { x est solution de (F) sur ]0, +[},
{t.x’(t)–4.x(t)= 4.t4–5 t3 pour 0< t}, {t5.k’(t)= 4.t4–5 t3 pour 0<t},
4t 4  5 t 3 t4 t3 1 1
{k’(t)= = 4. –5 = 4  5 ( 2 ) pour 0< t},
t 5
t t t t
4 3 2
t t
1 1
{k est sur ]0, +[ une primitive de la fonction t ↦ 4  5 ( 2 ) },
t t
{k(t)=4.ln t +5(1/t)+ C pour 0< t, avec C constante réelle}.
Finalement :
x est solution de (F) sur ]0, +[ si et seulement si : k(t)=4.ln t +5/t+ C pour 0< t, avec C
constante réelle.

3°) On utilise les notations, la rédaction et les résultats de la question précédente pour k :

x est solution de (F) sur ]0, +[ si et seulement si : x(t)=t4.( 4.ln t +5/t+ C)=4t4ln t +5t3+Ct3
pour 0< t, avec C constante réelle.

4°) x1 étant une solution de (F), on a pour 0<t, x1(t)= 4t4ln t +5t3+Ct3 avec C constante réelle.
x1(1)=410+51+ C =5+C. Alors x1(1)=0 pour C= -5. La fonction cherchée x1 est définie
par : x1(t)= 4t4ln t +5t3–5t3pour 0<t.

II.1°) On écrit pour 0<x, r(x)=2/x=2(1/x) et R(x)=2.ln x : R’(x)=r(x) et :


e-R(x)=e -2.ln x= x -2= 1/x2.
Ainsi sur ]0, +[, les solutions de (E0) sont toutes les fonctions x↦ C(1/x2) =C/x2 où C est
une constante réelle.

2°) Pour 0<x, s(x)=ax+b et s’(x)=a d’où xs’(x)+2s(x)=ax+2(ax+b) soit :


xs’(x)+2s(x)=3ax+2b pour 0<x.

Les propositions suivantes sont équivalentes : {s est solution de (E) sur }0, +[},
{ xs’(x)+2s(x)=10x–1 pour 0<x}, {3ax+2b=10x–1 pour 0<x}.
Ces propositions sont réalisées lorsque a et b vérifient les systèmes d’égalités équivalents
suivants : {3a=10 et 2b= –1}, {a=10/3 et b= –1/2}.

Finalement on choisit a=10/3 et b=–1/2, c'est-à-dire on prend désormais :


s(x)=10x/3–1/2 pour 0<x et s est une solution de (E) sur ]0, +[.
3°) A la solution particulière s de (E) on ajoute toutes les solutions de (E0)(l’équation
différentielle homogène associée à (E)) pour avoir toutes les solutions de (E) sur ]0, +[, il
s’agit de toutes les fonctions : x ↦ 10x/3–1/2+C/x2 où C est une constante réelle .

4°) f étant une solution de (E) on écrit pour 0<x, f(x)= 10x/3–1/2+C/x2 ( avec C constante
réelle).
f(1)=10/3–1/2 +C/1= 20/6–3/6+C, soit f(1) =17/6+ C ; f(1)=2 pour C=2–17/6=12/6–17/6,
soit pour C=-5/6.

Ainsi :
La fonction cherchée f est définie par : f(x)= 10x/3–1/2–5/(6x2) pour 0<x.
Tscpi1 Devoir surveillé n°4
1ère partie
dx
On considère l’équation différentielle (E) : +2 x= 0,7+t où x est une fonction numérique
dt
dx
de la variable réelle t, définie et dérivable sur [0, +[, est la fonction dérivée de x.
dt
dx
1) Résoudre sur [0, +[ l’équation différentielle (E0) : + 2x = 0.
dt
2) Soit a et b 2 réels constants et φ la fonction numérique définie sur [0, +[ par l’égalité :
φ(t)=at+b..
a) Calculer en fonction de a, b et t, φ’(t) + 2φ(t).
b) Calculer a et b pour que φ soit une solution particulière de (E) sur [0, +[.
3) Résoudre sur [0, +[, l’équation différentielle (E).
4) Déterminer la solution particulière f de (E) telle que : f(0)= 1.

2ème partie
On considère la fonction numérique f définie par : f(t)= 0,5t + 0,1 + 0,9 e –2t pour 0 t.
 
(C) est la représentation graphique de f dans un repère orthonormé R=(O, i , j ) du plan où
l’unité de longueur vaut 5 cm.
1) Calculer la limite de f en +. Calculer la fonction dérivée de f.
2) Etudier soigneusement le signe de f’(t) en fonction de t, donner le tableau de variation de f
sur [0, +[.
3) Trouver l’équation de (T) la tangente à (C) au point d’abscisse 0.
4) Prouver que (C) admet une asymptote (D) dont on déterminera une équation. Déterminer
la position de (C) par rapport à (D).
5) Tracer (T), (D) et (C) sur l’annexe au sujet (On y a placé sur l’axe des abscisses la
graduation t0 =0,5. ln(3,6) et sur l’axe des ordonnées la graduation f(t0)).

3ème partie
Sur l’annexe au sujet on a placé le cercle trigonométrique (C) associé au repère orthonormé
ℛ = ( O, , ) et la droite (D) d’équation x =1.
1°) Placer sur le cercle trigonométrique, les graduations 0, –et 
2°) Avec des constructions simples à présenter, placer sur les supports géométriques
convenables les graduations  Arc cos (– 0,7) et  = Arc sin (0,3).
3°) Avec des constructions simples à présenter, placer sur les supports géométriques
convenables les graduations  Arc tan (– 1,3),  = Arc tan (1,3).

Extraits de formulaire :
Dérivées et primitives

f(t) f’(t) f(t) f’(t)

tα (αℝ) α.tα–1 e αt (α ℂ) α. e αt

Limites usuelles (à utiliser dans la 2ème partie, question 1) : lim et = 0 et lim et = +.
t   t  
Nom : Annexe au sujet (à rendre)
tscp1

Figure de la 2ème partie

f(t0)

t0

Figure de la 3ème partie


y

-1 0 1 x

-1
Tscpi1 Corrigé du devoir surveillé n°4
1ère partie
1) On écrit pour 0 t, r(t)=2 et R(t)=2t : R’(t)=r(t). Ainsi sur [0, +[, les solutions de (E0)
sont toutes les fonctions t↦C.e-2t où C est une constante réelle.
2) a) Pour 0 t, φ’(t)=a et φ’(t)+2 φ(t) = a+ 2(at+b)= a+2b+2at .
2) b) Les propositions (…) suivantes sont équivalentes : (φ est solution de (E) sur [0, +[),
(φ’(t)+2 φ(t)= 0,7+t pour 0 t), (a+2b+2at= 0,7+ 1.t pour 0 t).
On est ramené à la recherche de a et b vérifiant un des systèmes d’égalités équivalents
suivants : { 2a=1 et a+2b= 0,7}, {a=0,5 et 0,5+2b=0,7}, {a=0,5 et 2b= 0,2},
{a=0,5 et b= 0,1}.
Désormais on écrit pour 0 t, φ(t)= 0,5t+0,1 : φ est une solution particulière de (E) sur
[0, +[.
3) A la solution particulière  de (E) on ajoute toutes les solutions de (E0) pour avoir toutes
les solutions de (E) sur I : Sur [0, +[, toutes les solutions de (E) sont toutes les fonctions
t↦ 0,5t+0,1+Ce-2t où C est une constante réelle.
4) f étant une solution particulière de (E), on écrit pour 0 t, f(t)=0,5t+0,1+Ce-2t avec C
constante réelle ; f(0)= 0,50+0,1+Ce0= 0,1+C et f(0)=1 pour C=1–0,1=0,9. Finalement :
f(t)=0,5t+0,1+0,9e-2t pour 0 t.

2ème partie
1) lim ex = 0 et lim -2t= - donnent lim e-2t=0 d’où lim 0,9e-2t=0.
x   t   t   t  
-2t
D’autre part lim (0,5t+0,1)=+ et f(t)= (0,5t+0,1)+0,9e d’où lim f(t)=+.
t   t  
-2t -2t
Pour 0 t, f’(t)=0,5+0+0,9-2e , soit f’(t) = 0,5 –1,8e . Ainsi f’(0)= 0,5–1,8= -1,3.
2) ∗ Les propositions suivantes (…), écrites pour 0 t, sont équivalentes :
( 0<f’(t)=0,5–1,8e-2t), (1,8.e-2t< 0,5), (e-2t<0,5/1,8 = 1/3,6), (e-2t < ln(1/3,6) ), ( -2t<-ln(3,6)),
(0,5ln(3,6)<t).
Pour la suite on note t₀ = 0,5. ln(3,6).
∗ On vient de vérifier qu’avec 0 t : 0< f’(t) pour t₀<t. De la même façon :
f’(t)< 0 pour t<t₀et f’(t)= 0 pour t=t₀.On peut donc donner le tableau suivant de variation de f
où le signe de f’(t) vient d’être justifié :
t 0 t₀ +
f’(t) -1,3 – 0 +
f(t) 1 f(t₀) +

3) f’(0)= -1,3 est le coefficient directeur de (T). (T) passe par le point de coordonnées 0 et
f(0)=1 : 1 est l’ordonnée à l’origine de (T).
De cette manière (T) a pour équation y= -1,3t+1.
4) L’écriture f(t)= (0,5t+0,1)+0,9e-2t ,valable pour 0 t, avec lim 0,9e-2t=0 prouve
t  

automatiquement que la droite (D) d’équation x= 0,5t+0,1 est asymptote à (C).


De plus 0< e-2t d’où 0< 0,9e-2t pour 0 t : C’est la preuve que (C) est au-dessus de (D).
Nom : Annexe au sujet (à rendre)
tscp1

Figure de la 2ème partie

f(t0)

t0

Figure de la 3ème partie


y

1,3

/2
1 1



0,3 


-1  0 1 x

(C) (D)
L’axe (D) est gradué,
 on y a placé
les graduations 1,3
-1 (– /2) et –1,3.

(–1,3)

Vous aimerez peut-être aussi