Vous êtes sur la page 1sur 44

École Nationale des Ponts et Chaussées

Mastère de Génie Civil Européen


Géotechnique 1

L’AMÉLIORATION ET LE RENFORCEMENT
DES SOLS

Jean-Pierre Magnan
1 avril 2010
Sommaire

• Améliorer ou renforcer : pourquoi ?

• Les problèmes géotechniques des bâtiments, des


ponts et des remblais et l’amélioration/renforcement
des sols

• Les méthodes d’amélioration et de renforcement des


sols.
Améliorer ou renforcer : pourquoi ?
Repartons des bases de la géotechnique…

• Le travail de l’ingénieur de génie civil et bâtiment est de


concevoir des ouvrages et de les construire. Concevoir, c’est :
– inventer l’ouvrage (sur la base de l’expérience),
– le justifier en termes de stabilité, de déformations, de durabilité et de
compatibilité avec l’environnement.
• Il faut d’abord imaginer l’ouvrage le plus simple et le moins
cher (ou le plus rapide à construire ou le moins perturbant
pour l’environnement). L’amélioration et le renforcement des
sols font partie des techniques qui rendent possible la
construction en compliquant les travaux.
• Le choix des principes et des techniques de construction
dépend des terrains et des ouvrages. Voyons quelques
exemples.
Les bâtiments

• Les bâtiments ont trois formes de structures qui conduisent à


trois formes de fondations :
– les fondations sous les charges concentrées,
– les fondations sous les murs et
– les radiers généraux.
Les pieux sont fréquents quand les charges sont élevées et les
sols peu porteurs.

• Certains bâtiments ont des parties souterraines qui modifient


le transfert de charges au sol et créent de plus un problème
d’interaction avec les murs extérieurs (qui sont des murs de
soutènement), plus des problèmes d’exécution des parties
enterrées de l’ouvrage (phases intermédiaires des travaux).
Problèmes géotechniques de bâtiments - 1

pieux

Les bâtiments de grande hauteur sont construits autour d’éléments porteurs


concentrés : noyau central contenant les ascenseurs, poteaux latéraux… Les
étages sont des dalles portées par ces structures verticales. Les charges sont
concentrées sur des pieux de grands diamètres.
Problèmes géotechniques de bâtiments - 2

semelles

Les bâtiments de plus petites dimensions ont généralement des murs


porteurs ou bien des poteaux fondés sur fondations superficielles. Ces
fondations reposent directement sur le sol dans une excavation.
Problèmes géotechniques de bâtiments - 3
Certains bâtiments, petits ou grands,
sont construits sur un radier général.
Exemple : Une tour de 114m de haut
construite sur un radier de 2m
d’épaisseur au fond d’une excavation
de 17,5m de profondeur dans des
coulées de basalte.

TN
TN

Radier
Améliorer ou renforcer les sols sous les bâtiments

• [Passer de fondations superficielles à des fondations profondes]


• [Passer de semelles isolées à un radier]
• [Passer d’un radier à une fondation mixte]
• [Modifier les charges appliquées au sol : niveaux souterrains,
construction légère]
• Modifier les propriétés du sol sous les fondations
– Remplacement (« substitution ») de tout ou partie des sols
– Densification des sols grenus (vibrations, pilonnage,…)
– Densification des sols fins (consolidation, drains, préchargement, vide)
– Traitement des sols fins à la chaux ou au ciment
• Modifier la répartition des charges dans le sol
– Création d’inclusions déformables ou rigides (colonnes de ballast, de
sol traité, pieux)
Stabilisation des pentes et des talus près des bâtiments

• [Murs ou parois de soutènement autostables ou ancrés]


• Adaptation de la géométrie de la pente
• Remplacement (« substitution ») du sol naturel par des cailloux
– Butée de pied, masque drainant, éperons
– Ballast ou enrochements
• Massifs de sol renforcé
– Remblais en Terre Armée
– Remblais renforcés par des nappes de géotextiles ou de géogrilles
• Clouage des pentes en sols
– Clouage des talus (avec des barres passives)
– Clouage des glissements de terrain (avec des pieux ou des barrettes)
• Stabilisation des pentes rocheuses
– Ancrages passifs
– Contreforts
Problèmes géotechniques des ponts - 1
30m

Rive gauche (Sud) Rive droite (Nord)

Remblai Remblai 9m

Sable 8m Sable

Vase 8m
12m Vase

Sable 8m
4m Sable

Marne 4m Marne
Sable Sable
Marne Marne

Les charges des ponts sont transmises aux sols par les culées et les piles.
Quand les sols ne sont pas assez résistants en surface, les fondations
s’appuient sur des pieux ou des barrettes. Ces pieux sont soumis aux charges
horizontales dues à la circulation et aux mouvements horizontaux du sol.
Problèmes géotechniques des ponts - 2

Les fondations des ponts


sont parfois superficielles,
elles peuvent être placées
sur des pentes, parfois
instables. Les charges sont
importantes et inclinées. Les
structures hyperstatiques
n’admettent que des
mouvements limités des
fondations.
Améliorer ou renforcer les sols sous les ponts

• [Passer de fondations superficielles à des fondations profondes]


• [Passer de semelles isolées à une fondation mixte]
• Modifier les propriétés du sol sous les fondations
– Remplacement (« substitution ») de tout ou partie des sols
– Densification des sols grenus (vibrations, pilonnage,…)
– Densification des sols fins (consolidation, drains, préchargement, vide)
– Traitement des sols fins à la chaux ou au ciment
• Modifier la répartition des charges dans le sol
– Création d’inclusions déformables ou rigides (colonnes de ballast, de
sol traité, pieux)
• Limiter les efforts du sol sur les fondations
– Alléger les remblais d’accès ou les éloigner
– Les construire sur des inclusions déformables ou rigides
• Stabilité générale, comme pour les bâtiments
Problèmes géotechniques des remblais
Les remblais peuvent avoir des
dimensions importantes et
comporter des ouvrages
annexes. Ils doivent être
compactés en suivant les règles
de l’art et faire l’objet de
vérifications de tassements et de
stabilité du sol support (sols
mous et pentes) et de leurs talus.
Améliorer ou renforcer les remblais
et les sols sous les remblais

• [Modifier les charges appliquées au sol : géométrie ou matériau


léger]
• Modifier les propriétés du sol sous le remblai
– Remplacement (« substitution ») de tout ou partie des sols
– Densification des sols fins (consolidation, drains, préchargement, vide)
• Modifier la répartition des charges dans le sol
– Création d’inclusions déformables ou rigides (colonnes de ballast, de
sol traité, pieux)
• Modifier les propriétés du remblai
– Densification des sols (compactage statique ou par vibrations,
pilonnage)
– Traitement des sols fins à la chaux ou au ciment
– Renforcement des talus (géotextiles)
Généralités sur les méthodes d’amélioration ou de
renforcement des sols

• Chaque méthode a en général un champ d’application limité à certains types


de sols.
• On appelle en général techniques d’« amélioration » celles qui modifient de
façon homogène la masse du sol et techniques de « renforcement » celles
qui créent dans le sol des inclusions plus résistantes, dont la présence
modifient la répartition des contraintes et la valeur des déformations dans le
sol
• La conception des travaux d’amélioration ou de renforcement s’appuie sur
des calculs particuliers, qui ont été validés par comparaison avec les
résultats de chantiers expérimentaux ou dans des projets.
• En général on contrôle l’efficacité de l’amélioration ou du renforcement par
des essais ou des mesures sur les sols traités.
Les méthodes d’amélioration et de renforcement des sols
• Amélioration de la masse du sol
- consolidation et drainage
- préchargement par remblai ou par le vide
- injections
- vibrocompactage
- compactage dynamique
- compactage statique
- explosifs (électroconsolidation, congélation)
• Amélioration par inclusions (renforcement)
- colonnes ballastées
- inclusions rigides
- colonnes de mortier sol-ciment réalisées par jet
- colonnes de sol-chaux-ciment réalisées par malaxage
• Renforcement des sols
– remblais en sol renforcé (Terre Armée, géotextiles, géogrilles)
– clouage des talus et des glissements de terrain
Chaque méthode a un domaine d’application
Sols fins mous et compressibles Sols grenus lâches

Tourbe Argile Limon Sable Graviers Cailloux

Vibrocompactage / Vibroflottation
0,8-5 MPa 1,6-5 MPa

Compactage statique et dynamique


0,1-1 MPa 0,8-5 MPa 1,6-5MPa

Colonnes de mortier sol-ciment réalisées par jet


Difficultés* 1,6-10 MPa 1,6-12MPa
Colonnes et plots ballastés
0,4-2,5MPa 0,4-2,5MPa 1,6-5 MPa

Inclusions rigides
0,4-2,5 MPa 1,6-5 MPa
Colonnes chaux-ciment
0,3-0,6 MPa

0,001 0,002 0,006 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60


Dimensions des particules (mm)
* Utilisation de grande énergie ou de double jet
Revue des méthodes d’amélioration des sols
1 – amélioration de la masse du sol

Classe Techniques Nature sols Méthodes de Paramètres mesurés


d’amélioration reconnaissance
Vibro-compactage/ Sables lâches MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
Vibroflottation (C80 < 10) + laboratoire Granulométrie, w, C80, VBs, IP
Amélioration en masse

Sables lâches,
Compactage MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
limons, silts (sans
dynamique + laboratoire Granulométrie, w, C80, VBs, IP
eau)
Compactage statique Sables lâches, MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
/ Injection solide limons, silts + laboratoire Granulométrie, w, C80, VBs, IP
Préchargement Sols fins mous et Scissomètre cu, cr, sr , λcu
Drains verticaux compressibles + Laboratoire w, Ip, Cs, Cc, e0, Cα, cv, σ’p
Sols meubles MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
Injection (pérenne)
(pas de sable) + laboratoire Identification
Sols aquifères Perméabilité k
Congélation Laboratoire
(sans écoulement) w, C80, VBs, IP

Légende :
MPT – essai pressiométrique Ménard, CPT – sondage au pénétromètre statique, SPT
Revue des méthodes d’amélioration des sols
2 – amélioration par inclusions
Sols grenus et sols MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
Injection solide
fins (limon et silt) + laboratoire Granulométrie, w, C80, VBs, IP
Colonnes de mortier Sols grenus
MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs, NSPT
sol-ciment réalisées et sols fins (limons,
Amélioration par inclusions

+ laboratoire Granulométrie, w, C80, VBs, IP


par jet (jet grouting) voire argile)
Sables lâches et MPT, CPT, SPT pl, EM, qc, fs et NSPT
Inclusions rigides sols fins (limons, + Scissomètre cu, cr, sr
argile, tourbe, vase) + laboratoire w, Ip, Cs, Cc, e0, Cα, cv, σ’p
qc, fs,NSPT
SPT, CPT, MPT
Sables lâches Granulométrie, C80,VBs
+ laboratoire
essais cycliques
Colonnes ballastées
cu, cr, sr
Sols mous et Scissomètre
w, Ip, Cs, Cc, e0, Cα, cv, σ’p
compressibles + laboratoire
CMO
CPT, MPT, SPT pl, EM, qc, fs et NSPT
Sables lâches et
Plots ballastés + Scissomètre cu, cr, sr
sols fins
+ laboratoire w, Ip, Cs, Cc, e0, Cα, cv, σ’p
Colonnes chaux- Sols très mous et Scissomètre cu, cr, sr
ciment très compressibles + laboratoire w, Ip, Cs, Cc, e0, Cα, cv, σ’p

Légende :
MPT – essai pressiométrique Ménard, CPT – sondage au pénétromètre statique, SPT
Vibro-compactage de sables lâches (vibroflottation)

1 2 3

Un vibreur crée un trou que l’on remplit de sable et qui est plusieurs fois
recompacté par le vibreur en remontant
Projets « empiriques » : référence à des fuseaux granulométriques +
énergie de compactage par expérience + contrôles par essais en place
pas toujours évidents + expérience globale satisfaisante

0 5 10 15 20 25 30
3
qc (MPa)
2
Courbe granulométrique
Courbe granulométrique du du sable
sable du Rhin analysé
du Rhin
Fuseau des sables vibrocompactables 1

100
0
Passants (%)

80
après

Cote (m)
-1 (maille 2,8m)
60
avant
40 -2 après
(maille 3,1m)
20
-3
0
1 2 3 4 5 6 7
-4
Dimensions des particules (mm)
-5

-6
Critère
Effet moyen
Les colonnes ballastées

Phase 1 Phase 2
z (m) 1 2 3 4 Centre
0
1
2
3
4
5
6
1m
7
Chantier et vibreur
Le pilonnage intensif (compactage dynamique)
• Pilonnage
Compactage dynamique
Colonnes de mortier sol-ciment réalisées par jet

Forage Découpage Mélange

Evacuation
Ciment Pompe de des débris et
Air Eau Bentonite mélange finition de la
colonne

Recyclage
Critères de décision
Création de colonnes de sols traité au ciment
ou à la chaux par malaxage
Densification par injection solide
et les techniques déjà vues pour les sols compressibles

• Préchargement par remblai


• Préchargement par le vide
• Drainage du sol pour accélérer la consolidation
• Colonnes de sol traité
• Inclusions rigides (pieux)
Conclusions

• L’amélioration des sols couvre toute la géotechnique


• Champ de développements technologiques en cours
• Beaucoup de questions
• Domaine en expansion
Évaluation du comportement des drains verticaux préfabriqués

Il existe une norme NF CEN 15237 pour les drains verticaux


Introduction

Remblai

Tassomètre Plate-forme
de travail

Piézomètre
Données expérimentales typiques

s(m)
0
0,1
0,2
0,3 Tassement du remblai
0,4
0,5
0,6
0,7
Épaisseur du remblai
(m)

Mesures piézométriques

0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 t (mois)
Temps (mois)
Interprétation des résultats des mesures

Cadre implicite : théorie de Barron, combinée éventuellement à celle


de Terzaghi, selon la formule de Carillo : U = 1-(1-Uv)(1-Ur)

 1 ∂u ∂ 2 u  ∂u
ch  + 2=
 r ∂r ∂r  ∂t
uo  2 r rd2 − r 2   2 cr 
u( r , t ) = 2
r
re ln +  exp − 2 t
re F( n )  rd 2   re F( n ) 
 re  n2 3n 2 − 1
F( n ) = F   = 2 ln ( n ) −
 rd  n − 1 4n 2
 2c r 
r U r ( t ) = 1 − exp − 2 t
 re F( n ) 
rd
re

u( r , t ) 1  2 r rd − r 
2 2
= 2  re ln + 
u( t ) re F( n )  rd 2 
Interprétation des résultats des mesures

 2c r 
U r ( t ) = 1 − exp − 2 t
r
 re F( n ) 

∆umoyen = ∆umax [1-Ur(t)]


s(t) = Ur(t) sfinal
rd
r
re
Mesures : ∆u(t) s(t)

Question : où faire les mesures ?


Analyse des courbes de tassements
• Détermination de cv à partir de Barron+Terzaghi
 2c r 
U r ( t ) = 1 − exp − 2 t s(t) = Ur(t) sfinal
 re F( n ) 
si (cm)

70
Méthode d’Asaoka
60
si+1[t+(i+1)∆t] = βo + β1si[t+i∆t] Pente
50
β1 = 0,53
π2c v ln β1
c= 2
+ 0,2979c r = − 40
8H 2,592.10 6
30
30 40 50 60 70 si-1 (cm)

Cette méthode donne une valeur par défaut du tassement. On peut


déduire des courbes s = f(lg t) une borne supérieure.
Temps (mois)
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
0
8
Exemple 0,2 4
12
Hong Kong 0,4
7
1
2
0,6 9
10 5
0,8 11
On déduit cv et cr des
1
tassements observés 3
par la méthode 1,2

d’Asaoka, avec une 1,4 6

hypothèse sur le 1,6


rapport cr/cv. 1,8 Charge finale constante
2

s(m)
c cr = cv cr=3cv (10-7 m2/s)
Zone H(m) β1 Équation à résoudre (10-7s-1) (10-7 cv cr
m2/s)
1 2,6 0,53 0,183cv + 0,298cr = 2,44.10-7 2,14 5,07 2,27 6,80
2 1,75 0,70 0,403cv + 0,298cr = 1,37.10-7 1,37 1,95 1,06 3,17
3 3,45 0,71 0,104cv + 0,298cr = 1,32.10-7 1,32 3,28 1,32 3,97
4 4,4 0,68 0,064cv + 0,298cr = 1,48.10-7 1,48 4,09 1,54 4,63
5 4,05 0,76 0,075cv + 0,298cr = 1,05.10-7 1,05 2,82 1,08 3,25
6 4,6 0,67 0,058cv + 0,298cr =1,54.10-7 1,54 4,33 1,62 4,85
7 3,1 0,73 0,128cv + 0,298cr = 0,71.10-7 0,71 1,67 0,69 2,08
0,83 0,128cv + 0,298cr = 1,21.10-7 1,21 2,84 1,18 3,55
9 3,85 0,67 0,083cv + 0,298cr = 1,54.10-7 1,54 4,04 1,58 4,73
10 2,3 0,67 0,233cv + 0,298cr = 1,54.10-7 1,54 2,90 1,37 4,10
11 3,45 0,63 0,104cv + 0,298cr = 1,78.10-7 1,78 4,43 1,78 5,35
12 3,85 0,62 0,083cv + 0,298cr = 1,32.10-7 1,32 3,46 1,35 4,05
0,71 0,083cv + 0,298cr = 1,84.10-7 1,84 4,83 1,88 5,65
Utilisation simultanée de s et ∆u

Mesures
Inattendu : tassement sans consolidation (baisse de u)

∆umoyen = ∆umax [1-Ur(t)]

s(t) = Ur(t) sfinal

u( r , t ) 1  2 r r 2
d − r 2
= 2 e r ln + 
u( t ) re F ( n )  rd 2 
Tassement uniforme (Barron)

1,2

1
(t)

0,8
Rapport u(r,t)/u

0,6
n=17

0,4 n=21
n=32
0,2 n=41

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Distance à l'axe r/re

Pression interstitielle divisée par sa valeur moyenne


Répartition des tassements

Zone moins Zone plus


Drain vertical consolidée
consolidée

drain moins consolidé plus consolidé


Conclusion

• Les théories peuvent cacher les phénomènes physiques


réels.

• Il faut garder la conscience de la réalité.