Vous êtes sur la page 1sur 4

INSTITUT INTERNATIONAL D’INGENIERIE DE L’EAU ET

DE L’ENVIRONNEMENT

SEMESTRE B PROJET 2017-2018

L3D – Méthodes Numériques

Mai 2018 TEMPS ALLOUE: 15 JOURS

INSTRUCTIONS AUX ETUDIANTS

1. Répondre à toutes les questions.

2. Le projet peut être fait individuellement ou par binôme.

3. Il doit être rendu avant le Lundi 2 Mai 2018 à 16 H.

4. Le rapport en format pdf doit inclure les programmes en Scilab utilisés


dans la partie Annexes.
L3D

Question 1. (6 points)

On résoudre numériquement l’intégrale


Z 10
1
I(f ) = 2
dx = 2 arctan(10) ' 2.9422553. (1)
−10 1 + x

1
(i) Tracer la courbe de x 7→ 1+x2
sur l’intervalle [-10,10].

(ii) Tracer la solution obtenue avec:

(a) la méthode du rectangle,


(b) la méthode du trapèze,
(c) la méthode de Simpson

(en ordonnée) en fonction du nombre de sous-intervalles (en abscisse).


On prendra comme nombre de sous-intervalles, N = 10, 20, 30, 40, 50
et 60.

(iii) Interprêter la figure.

Question 2. (6 points)
On veut résoudre numériquement l’équation différentielle suivante:
 0 1
 y (t) = 1+t 2 y(t), t ∈]0, 10[,
(2)
y(0) = 1.

1
(i) Calculer la solution exacte, sachant que la primitive de 1+t2
est arctan(t).

(ii) Afficher la courbe t 7→ y(t).

(iii) Résoudre cette équation en utilisant:

(a) la méthode d’Euler explicite,


(b) la méthode d’Euler implicite,

2
L3D

(c) la méthode de Runge Kutta d’ordre 4.

(iv) Superposer la solution exacte et les solutions approchées pour les pas
de discrétisation h=0.05, 0.1, 0.5 et 0.9.

(v) Interprêter les résultats.

Question 3. (8 points)
On considère l’équation de la chaleur

∂u ∂ 2u
= µ 2 , x ∈] − L, L[, t ∈]0, T [,
∂t ∂x
où µ > 0, et une condition initiale

u(x, 0) = u0 (x), x ∈ [−L, L].


On impose des conditions aux limites de Dirichlet

u(−L, t) = u(L, t) = 0, t ∈ [0, T ].

1. Donner une discrétisation du domaine [−L, L] × [0, T ].

2. Donner une semi-discrétisation en espace avec la méthode des différences


finies.

3. Donner la discrétisation en temps avec le schéma d’Euler explicite.

4. Se ramener à un problème d’itération

U n+1 = M U n ,

où la matrice M et le vecteur U n sont à préciser.

5. Quelle est la condition de stabilité du schéma obtenu, sachant que le


schéma explicite correspond au θ-schéma lorsque θ = 0.

6. Quel est l’inconvénient de ce schéma lorsque ∆x → 0.

3
L3D

7. Ecrire un programme Scilab qui calcule U n pour n∆ ≤ T .

8. Par des choix de ∆t et ∆x, illustrer la stabilité et l’instabilité du schéma


en affichant la solution en divers pas de temps. On fixe pour les calculs
µ = 1, L = 10, T = 1 et

0 1 − x2 si |x| ≤ 1,
u (x) =
0 sinon .

FIN DU SUJET