Vous êtes sur la page 1sur 3

 

 
Bac  2019  Washington  
Épreuve  de  SVT  obligatoire  
Série  S  
 
 
PARTIE  1  :  LE  MAGMATISME  EN  ZONE  DE  SUBDUCTION  
 
Exercice  très  classique  de  difficulté  faible  à  condition  de  bien  connaître  son  cours.  Le  schéma  de  synthèse  
demandé   ne   signifie   pas   qu’il   n’est   pas   possible   d’illustrer   son   propos   lors   du   développement   avec   d’autres  
schémas.  Le  sujet  ne  précise  pas  que  ce  schéma  de  synthèse  sert  de  développement  :  un  développement  
écrit  est  donc  attendu.  
 
Le   sujet   demande   d’expliquer   la   production   de   croûte   continentale   au   niveau   d’une   zone   de   subduction.  
Même   si   cela   demande   d’évoquer   le   métamorphisme,   il   faut   faire   attention   au   hors   sujet   en   ne  
développant  pas  exagérément  le  métamorphisme.  
 
Il  est  impératif  de  parler  de  la  déshydratation  progressive  des  gabbros  de  la  croûte  océanique  plongeante,  
due  à  un  métamorphisme  basse  température/haute  pression  (autre  erreur  courante  :  les  roches  conduisant  
mal  la  chaleur,  la  température  de  la  croûte  n’augmente  que  très  peu  au  cours  de  la  plongée  jusqu’à  une  
certaine   profondeur),   ce   qui   les   fait   successivement   passer   de   faciès   schistes   verts   riches   en   minéraux  
hydroxylés,   à   des   faciès   schistes   bleus,   contenant   moins   de   minéraux   hydroxylés,   et   enfin   à   des   faciès  
éclogites,  ne  contenant  aucun  minéral  hydroxylé.  
 
Cette   eau   percole   ensuite   vers   la   surface.   Dans   son   trajet,   elle   hydrate   les   péridotites   de   la   lithosphère  
chevauchante.   Ceci   abaisse   leur   solidus   vers   des   températures   plus   faibles.   Ainsi,   dans   les   conditions   de  
température  et  de  pression  dans  lesquelles  se  trouvent  ces  péridotites,  elles  fusionnent  partiellement.  Le  
liquide   magmatique   ainsi   produit   migre   vers   la   surface.   Ce   liquide   est   visqueux   car   les   minéraux   qui   ont  
fusionné   sont   riches   en   silice.   La   migration   s’effectue   donc   difficilement.   À   ce   stade,   deux   destinées   sont  
possibles   pour   le   magma  :   soit   il   reste   emprisonné   dans   la   croûte   continentale   de   la   lithosphère  
chevauchante   et   se   refroidit   progressivement,   se   solidifiant   alors   en   roches   holocristallines   constitutives  
des   plutons   de   granitoïdes   (granites,   granodiorites,   diorites),   soit   il   atteint   la   surface   en   alimentant   un  
volcanisme   explosif   et   se   refroidit   alors   brutalement,   se   solidifiant   en   roches   hémicristallines   (andésites,  
dacites,  rhyolites).  
 
Ceci  explique  la  composition  en  granitoïdes  de  la  croûte  continentale  terrestre.  
 
Le  schéma  de  synthèse  doit  reprendre  tous  ces  éléments.  
   
PARTIE  2  :  GÉNÉTIQUE  ET  ÉVOLUTION  
 
Exercice  1  
 
Exercice  original  de  part  les  documents  proposés,  mais  tout  à  fait  accessible.  
 
Il   faut   montrer   que   le   lobtail   feeding   est   un   comportement   acquis   par   apprentissage   chez   les   baleines   à  
bosse.  
 
Doc  1.  Ce  document  montre  l’apparition  d’un  nouveau  comportement  chez  les  baleines  à  bosse  du  Golfe  du  
Maine   suite   à   une   modification   de   leur   source   de   nourriture.   En   effet,   avant   1979,   les   baleines   à   bosse  
peuvent  se  nourrir  de  harengs  et  le  lobtail  feeding  n’est  pas  du  tout  observé.  À  partir  de  1979,  les  harengs  
disparaissent  dans  le  Golfe  du  Maine  et  les  baleines  à  bosse  doivent  alors  chasser  une  nouvelle  proie,  les  
lançons,  plus  difficiles  à  regrouper.  Le  graphique  indique  alors  que  la  proportion  de  la  population  connue  
acquérant   le   lobtail   feeding   augmente   progressivement   jusqu’en   2007,   date   des   dernières   données   à  
disposition.  
 
Doc  2.  Ce  graphique  indique  que  le  lobtail  feeding  n’est  pas  un  comportement  qui  se  transmet  de  la  mère  
au   petit.   En   effet,   le   taux   d’apprentissage   est   quasiment   identique   pour   des   baleines   issues   de   mères   ayant  
adopté   ce   comportement   et   pour   des   baleines   issues   de   mères   n’ayant   pas   adopté   ce   comportement  
(respectivement  1  u.a.  et  0,9  u.a.).  On  peut  alors  se  dire  que  c’est  un  comportement  inné  des  baleines  à  
bosse.  Mais  la  deuxième  partie  du  graphique  indique  que  le  taux  d’apprentissage  est  beaucoup  plus  élevé  
pour  les  baleines  observées  dans  le  Golfe  du  Maine  par  rapport  aux  baleines  n’ayant  jamais  été  observées  
dans  le  Golfe  du  Maine  (respectivement  1,85  u.a.  et  1  u.a.).  Il  ne  s’agit  donc  pas  d’un  comportement  inné  
mais  bien  d’un  comportement  appris  dans  la  population  de  baleines  à  bosse  du  Golfe  du  Maine.  
 
Doc  3.  Ce  document,  original,  montre  comment  se  transmet  ce  comportement.  On  voit  que  les  baleines  à  
bosse   peu   sociales,   en   périphérie   du   réseau,   n’ont   globalement   pas   acquis   le   comportement   de   lobtail  
feeding.   En   revanche,   les   baleines   à   bosse   très   sociales,   au   centre   du   réseau,   ont   globalement   acquis   ce  
comportement.  Chez  les  nouvelles  baleines  à  bosse  pratiquant  le  lobtail  feeding,  ce  comportement  a  donc  
probablement   été   acquis   par   imitation   des   individus   le   pratiquant.   Plus   les   relations   sociales   entre   ces  
individus  sont  étroites,  plus  le  nouveau  comportement  est  acquis  facilement.  
 
Exercice  2  
 
Exercice  difficile.  Il  est  toujours  difficile  d’interpréter  des  documents  traitant  de  coévolution.  
 
Doc   1,   doc   de   référence   et   connaissances.   La   fleur   de   Centropogon   nigricans   est   une   fleur   à   l’anatomie  
particulière   :   la   corolle   est   soudée   en   un   long   tube   étroit,   les   extrémités   des   étamines   et   du   pistil   se  
trouvant  à  l’extérieur  de  cette  corolle.  Cette  fleur  possède  un  nectar  accumulé  à  l’intérieur  du  tube  de  la  
corolle,  à  sa  base.  Par  ailleurs,  cette  fleur  est  visitée  par  des  chauves-­‐souris  du  genre  Anoura.    
 
Doc   2   et   connaissances.  On  mesure  la  quantité  de  pollen  transmis  de  la  fleur  à  l’animal  (Anoura  fistulata)  et  
la   quantité   de   pollen   déposé   par   l’animal   sur   la   fleur   dans   deux   conditions   :   corolle   normale   et   corolle  
raccourcie.   Dans   ces   deux   conditions,   les   étamines   et   le   pistil   ont   des   tailles   normales.   Quand   la   corolle   est  
raccourcie,   il   y   a   moins   de   pollen   transmis   de   la   fleur   à   l’animal   et   déposé   par   l’animal   sur   la   fleur  
(respectivement   de   150   à   300   u.a.   et   de   125   à   300   u.a.)   que   quand   la   corolle   a   une   taille   normale  
(respectivement   de   175   à   325   u.a.   et   de   225   à   350   u.a.).   La   taille   de   la   corolle   de   Centropogon   nigricans  
influe  donc  sur  l’efficacité  de  la  pollinisation  de  cette  plante  par  Anoura  fistulata.  
 
Doc   3a.   Les   chauves-­‐souris   Anoura   caudifer   et   Anoura   geoffroyi,   dont   la   langue   a   une   taille   à   peu   près  
équivalente  (respectivement  3  et  2,9  cm)  ne  présentent  que  du  pollen  de  Burmeistera  sur  leur  pelage.  Les  
chauves-­‐souris   Anoura   fistulata,   dont   la   langue   a   une   taille   de   8  cm,   présentent   des   pollens   de   Markea,  
Centropogon  nigricans,  Marcgravia  et  Meriana  sur  leur  pelage.  
 
Doc   3b   et   connaissances.   À   interpréter   en   mettant   en   relation   les   données   avec   le   doc   3a.   Les   fleurs   de  
Burmeistera  ont  une  corolle  de  1,5  cm  de  profondeur,  proches  de  la  taille  de  la  langue  de  Anoura  caudiler  
et   Anoura   geoffroyi,   alors   que   les   fleurs   dont   le   pollen   est   retrouvé   sur   Anoura   fistulata   ont   des   corolles  
plus  profondes  (de  4  à  7,5  cm).    
 
Anoura   caudiler   et   Anoura   geoffroyi   ont   une   langue   d’une   taille   qui   leur   permet   tout   juste   d’accéder   au  
nectar   de   Burmeistera.   Les   chauves-­‐souris   sont   donc   obligées   de   se   poster   à   l’embouchure   de   la   corolle  
pour   pouvoir   atteindre   le   nectar.   En   se   nourrissant,   le   pollen   de   Burmeistera   se   dépose   sur   leur   pelage.  
Quand   les   chauves-­‐souris   visitent   une   autre   fleur,   elles   déposent   alors   le   pollen   présent   sur   le   pelage   sur   le  
pistil.  
 
De  même,  Anoura  fistulata  a  une  langue  qui  lui  permet  d’accéder  tout  juste  au  nectar  des  fleurs  à  corolle  
profonde,   ce   qui   permet   la   pollinisation   de   celles-­‐ci   comme   évoqué   précédemment.   On   peut   penser   que  
pour   les   fleurs   à   corolle   peu   profonde,   Anoura   fistulata   n’est   pas   obligée   de   se   poster   à   l’embouchure   de   la  
corolle   pour   se   nourrir   mais   peut   rester   éloignée   de   celle-­‐ci,   sans   impact   sur   sa   capacité   à   atteindre   le  
nectar,  d’où  l’absence  de  pollen  de  Burmeistera  sur  Anoura  fistulata  (c’est  une  hypothèse,  aucune  donnée  
des   documents   ne   corrobore   cette   hypothèse).   Autre   hypothèse   possible   :   Anoura   fistulata   a   plus   de  
difficultés  à  utiliser  sa  langue  dans  des  fleurs  à  corolle  peu  profonde  pour  se  nourrir,  ce  qui  fait  qu’elle  ne  
s’y  nourrit  pas.  
 
Doc   4   et   connaissances.   Anoura   fistulata   et   Centropogon   nigricans   ont   la   même   localisation,   sur   les  
versants  des  Andes  d’Equateur.  On  peut  donc  penser  qu’il  y  a  eu  coévolution  de  ces  deux  espèces,  taille  de  
la   langue   et   profondeur   de   la   corolle   s’adaptant   mutuellement   pour   permettre   un   accès   plus   facile   à   la  
nourriture  et  une  meilleure  pollinisation.  
 
 
 
 
 

Centres d'intérêt liés