Vous êtes sur la page 1sur 2

 

 
Bac  2019  Washington  
Épreuve  de  SVT  spécialité  
Série  S  
 
 
PARTIE  2  :  GÉNÉTIQUE  ET  ÉVOLUTION  
 
Exercice  2  
 
Exercice  très  classique,  basé  sur  les  expériences  historiques  vues  en  classe.  
 
Doc   1   et   connaissances.   Le   graphique   indique   qu’en   présence   de   lumière,   les   chlorelles,   organismes  
unicellulaires   photosynthétiques,   incorporent   le   CO2   présent   dans   le   milieu   de   culture,   marqué  
radioactivement.   Lors   du   passage   à   l’obscurité,   cette   incorporation   continue   mais   diminue  
progressivement,  puis  cesse  15  secondes  après  le  passage  à  l’obscurité.  Ces  résultats  indiquent  donc  que  
l’incorporation   de   CO2   lors   de   la   photosynthèse   ne   nécessite   pas   de   lumière   (phase   chimique,   non  
dépendant  de  la  présence  de  lumière),  mais  nécessite  une  ou  des  molécules  produite(s)  pendant  la  phase  
photochimique,  c’est-­‐à-­‐dire  pendant  la  phase  d’exposition  à  la  lumière.  Lors  du  passage  à  l’obscurité,  ce(s)  
molécule(s)  n’est  (ne  sont)  plus  produite(s)  et  donc  le  stock  cellulaire  diminue  au  fur  et  à  mesure  de  son  
utilisation   pour   incorporer   le   CO2,   jusqu’à   sa   (leur)   consommation   totale,   ce   qui   arrête   l’incorporation   de  
CO2.  
 
Doc   2   et   connaissances.   Le   tableau   présente   les   résultats   des   expériences   d’Arnon,   qui   permettent   de  
préciser  les  résultats  des  expériences  de  Gaffron  (doc  1).  Le  principe  des  expériences  d’Arnon  est  le  même  
que  celui  des  expériences  de  Gaffron,  mais  Arnon  travaille  sur  des  fragments  de  chloroplastes,  et  non  pas  
sur  des  cellules  entières  comme  Gaffron.  
 
Dans  l’expérience  1,  aucune  radioactivité  n’est  mesurée  dans  des  thylakoïdes  isolés  et  placés  à  la  lumière  
en  présence  de  CO2  radioactif.  Les  thylakoïdes  n’incorporent  donc  pas  le  CO2.  
 
Dans  l’expérience  2,  une  faible  radioactivité  est  mesurée  (4  000  cpm)  dans  le  stroma  isolé,  à  l’obscurité  et  
alimenté   en   CO2   radioactif.   Le   stroma   est   donc   responsable   de   l’incorporation   du   CO2.   La   phase  
photochimique  a  donc  lieu  dans  le  stroma.  
 
Dans   l’expérience   3,   une   forte   radioactivité   est   mesurée   (96   000   cpm)   dans   un   stroma   placé   dans   les  
mêmes   conditions   que   dans   l’expérience   2,   et   avec   des   thylakoïdes   isolés   précédemment   exposés   à   la  
lumière.   Ceci   signifie   que   les   thylakoïdes   exposés   à   la   lumière   fournissent   une   ou   des   molécule(s)   qui  
permettent  l’incorporation  du  CO2  dans  le  stroma.  (On  peut  expliquer  la  faible  radioactivité  obtenue  dans  
l’expérience   2   par   un   stock   de   cette   (ces)   molécule(s),   présentes   avant   l’isolement   du   stroma,   et   qui  
s’épuise  au  cours  de  l’incorporation  du  CO2.)  
 
Dans   l’expérience   4,   dans   un   stroma   placé   dans   les   mêmes   conditions   que   l’expérience   2,   avec   des  
molécules  nommées  ATP  et  RH2,  on  mesure  quasiment  la  même  quantité  de  radioactivité  incorporée  que  
dans  l’expérience  3  (97000  cpm).  Les  thylakoïdes  produisent  donc,  à  la  lumière,  de  l’ATP  et  du  RH2  (phase  
photochimique),   utilisés   pour   incorporer   du   CO2   dans   le   stroma   lors   de   la   phase   chimique   de   la  
photosynthèse.    
 
Doc   3   et   connaissances.   Le   graphique   montre   que   dans   une   suspension   de   thylakoïdes   à   l’obscurité,   la  
quantité   d’O2   ne   varie   pas   et   qu’elle   diminue   progressivement   à   la   lumière.   Lorsque   le   réactif   de   Hill,   de  
type   R,   est   ajouté,   la   quantité   d’O2   dans   la   suspension   augmente   fortement   quand   les   thylakoïdes   sont   à   la  
lumière  et  est  constante  (voire  diminue  un  peu)  quand  ils  sont  à  l’obscurité.  La  réaction  de  photo-­‐oxydation  
de  l’eau  présentée  indique  ce  qui  se  passe  dans  les  thylakoïdes  éclairés  (donc  en  phase  photochimique)  :  en  
présence  de  R  et  d’énergie  lumineuse,  l’eau  est  oxydée  en  O2.  R  fixe  les  électrons  issus  de  cette  oxydation  
et  se  transforme  en  RH2.  Il  est  possible  de  parler  ici  de  la  chaine  des  oxydo-­‐réducteurs,  présente  dans  la  
membrane  des  thylakoïdes.  
 
Doc  4  et  connaissances.   Les   deux   graphiques   peuvent   être   traités   en   même   temps.   Quand   des   thylakoïdes  
sont  maintenus  à  pH  constant,  les  concentrations  en  ATP  et  en  O2  ne  varient  pas  dans  la  suspension,  que  ce  
soit  à  la  lumière  ou  à  l’obscurité.  En  revanche,  dès  addition  d’ATP  et  de  Pi,  et  en  présence  de  lumière,  leur  
concentration  augmente,  de  façon  concomitante.  Cette  augmentation  s’arrête  si  la  suspension  est  mise  à  
l’obscurité.  La  photo-­‐oxydation  de  l’eau  est  donc  responsable  de  la  production  d’ATP  à  partir  d’ADP  et  Pi.  
Plus  précisément,  c’est  l’ATP  synthétase  présente  dans  les  thylakoïdes  qui  va  permettre  cette  production,  
grâce  au  flux  de  protons  la  traversant  (protons  issus  de  la  photo-­‐oxydation  de  l’eau).  
 
 
Bilan   :   Les   phases   photochimique   et   chimique   de   la   photosynthèse   sont   donc   couplées.   Lors   de   la   phase  
photochimique,   au   niveau   des   thylakoïdes   des   chloroplastes,   l’eau   est   oxydée   en   O2,   avec   production   de  
RH2.  Il  y  a  également  production  d’ATP  à  partir  d’ADP  et  de  Pi.  ATP  et  RH2  sont  ensuite  utilisés  lors  de  la  
phase  chimique  pour  incorporer  le  CO2  lors  du  cycle  de  Calvin,  qui  a  lieu  dans  le  stroma  des  chloroplastes.