Vous êtes sur la page 1sur 32

SECTEUR

Génie Civil

QUALIFICATION

Chef d’équipe TP (Canalisation, Génie Civil,


VRD et terrassement)

GUIDE DE SOUTIEN

MODULE 1: Connaissance de la profession et de la


formation

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 1/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
EQUIPE DE PRODUCTION

1. EQUIPE DE PRODUCTION

Le présent document a été réalisé avec la collaboration des personnes suivantes :

Coordination :
- Gilles PARIS Directeur Délégué à l’enseignement à l’EATP
- El Mostapha CHIHANI Directeur Pôle Hydraulique à CID
- Mokhtar ANNAKI Consultant en Formation (Méthodologue)

Animation et rédaction du rapport :


- Gilles PARIS Directeur Délégué à l’enseignement à l’EATP
- Abdelhay BENADDI Ingénieur Génie Civil, Principal, Pôle Hydraulique, CID
- Ghaffouli Houria Ingénieur Géologue, Principal, Pôle Hydraulique, CID
- Reda Bensaid Ingénieur ENPC, Spécialiste en structures, Pôle Hydraulique, CID
- Rachid Essahli Ingénieur Génie Civil, Spécialiste organisation et management qualité, Pôle
Hydraulique, CID
- Mokhtar ANNAKI Consultant en Formation (Méthodologue)

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 2/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
TABLE DES MATIERES

PAGE

INTRODUCTION……………………………………………………………………….…………………………………...…….. 4

1. TABLEAU SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION……………………………………………………………..……… 5

2. PROGRAMME DE FORMATION DU MODULE…………………………………………………………………..……………… 6

3. GUIDE PEDAGOGIQUE DU MODULE ……………………………………………….………………………………………… 8

4. FONCTION, REFERENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE…………………………….………………...................... 10

5. PLAN DE MODULE ……………………………………………………………………………………..………………….…. 11

6. INFORMATION RELATIVE A LA CONCEPTION ET A L’INTERPRETATION DE LA PLANIFICATION GLOBALE D’UN MODULE … 12

7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE …………………………………………………………………………………… 14

8. DESCRIPTION DES ACTIVITES D’ENTRAINEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE … 15

9. SECTION DES NOTES TECHNIQUES ET DES MOYENS MEDIA…………………………….………………………………… 17

Annexe

RECUEILLIR L’INFORMATION SUR LE MARCHE DU TRAVAIL ………………………………...…………………………………… 20

RECUEILLIR DE L’INFORMATION SUR LA NATURE ET LES EXIGENCES DE L’EMPLOI ……………...……...……………………. 25

DECRIRE LES FONCTIONS ET LES TACHES PROPRES A L’EXERCICE DU METIER ………………………………………………. 25

RECUEILLIR L’INFORMATION SUR LE PROGRAMME ET LA DEMARCHE DE FORMATION ET D’EVALUATION …………………….. 28

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 3/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
INTRODUCTION

Le programme de formation énonce par un objectif opérationnel chacune des compétences à développer chez le stagiaire.
La planification pédagogique s’effectue suivant les paramètres de chaque objectif opérationnel : les conditions d’évaluation,
les critères généraux de performance, les précisions sur le comportement attendu et les critères particuliers de
performance. Lors de la planification pédagogique, le formateur peut aussi référer à l’analyse de situation de travail pour
vérifier les attentes des employeurs dans la fonction de travail que le lauréat occupera à la fin de sa formation.
La planification pédagogique repose sur la mise en œuvre d’une pédagogie active centrée sur l’acquisition des
compétences par le stagiaire. Pour traduire les objectifs opérationnels en activités d’apprentissage significatives et
représentatives des savoir faire exigés du monde du travail, le formateur planifie un environnement éducatif qui situe le
stagiaire au cœur de l’acte d’apprendre lui permettant de traiter de façon efficace l’information, de développer de nouveaux
comportements et ainsi construire ses compétences.
La planification pédagogique permet d’anticiper et de préparer la situation d’enseignement en fonction des objectifs, des
contenus et des critères d’évaluation du programme de formation d’une part et, d’autre part, en prenant en compte les
phases d’acquisition d’une compétence et les différentes façons d’apprendre des apprenants.
Le Guide de soutien pour le module « Connaissance de la profession et de la formation » du programme de formation
« Technicien spécialisé en Génie Civil » propose une démarche d’organisation de l’enseignement. Ce module de
compétence spécifique est d’une durée de 30 heures dont 4 heures doivent être consacrées à l’évaluation à la fin du
module. .
Les ressources éducatives sont organisées selon le plan de module qui permet d’associer les ressources aux préalables et
précisions sur le comportement figurant au niveau de la compétence dans le programme de formation et le guide
pédagogique. Le Guide de soutien comprend l’ensemble des ressources utilisables dans un parcours de formation pour
aider le stagiaire dans ses apprentissages dans un contexte d’approche par compétences et pour faciliter l’action du
formateur. Les ressources sont les suivantes :
1. Le tableau synthèse des modules du programme de formation
2. Le module tel que prescrit au « Programme de formation»
3. Le module tel que suggéré au « Guide pédagogique »
4. La fonction, les référents et la structure du plan de module
5. Le plan du module
6. L’information relative à la conception et à l’interprétation de la planification globale d’un module
7. La planification globale du module
8. La description des activités d’entraînement et de transfert selon la planification globale
9. La section des notes techniques et des moyens media
Le « Tableau synthèse du programme de formation», le « Module du programme de formation » ainsi que le « Module du
guide pédagogique » sont d’abord fournis pour rappeler, aux utilisateurs de ce guide, les paramètres et permettre la juste
interprétation de la planification suggérée. On trouvera ensuite une explication particulière pour le Plan de module et pour la
Planification globale du module.

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 4/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
1. TABLEAU DE SYNTHESE DU PROGRAMME DE FORMATION

Titre du programme : Technicien Spécialisé en Génie Civil (TS-GC)


Nombre de modules : 23
Durée en heures : 1855
Code du programme : TS-GC

DUREE
CODE N° TITRE DU MODULE
(heures)
GC-CFP 1 Connaissance de la profession et de la formation 30
GC -MAT 2 Mathématiques appliquées au GC 90
Les Technologies d’Information et de Communication à
GC -INF 3 75
usage professionnel (TIC)
GC -COM 4 Les Techniques d’Expression et de Communication (TEC) 60
GC-ANG 5 Anglais Professionnel 60
GC -EGE 6 Economie et gestion d’entreprise 30
GC -PRE 7 Prévention des risques et protection de l’environnement 45
GC-TOP 8 Topographie de base 30
GC -DMDO 9 Dessins, métrés et devis d’ouvrages 90
Techniques d’approvisionnement en matériaux, matériels
GC-AM 10 30
et équipements
GC -MC 11 Les matériaux de construction 90
Les technologies de fabrication et de mise en œuvre des
GC -FMB 12 30
bétons
GC-GG 13 Géologie et Géotechnique 90
GC-HA 14 L’hydraulique appliquée au GC 60
GC - RDM 15 Résistance Des Matériaux (RDM) 120
GC - CBA 16 Calcul des ouvrages en BA 60
GC-PC 17 Planification d’un chantier de BTP 30
GC-CC 18 Conduite d’un chantier de BTP 60
TC-BAT 19 Techniques d’études et de réalisation d’un bâtiment 180
Techniques d’études et de réalisation des routes et
GC-TRO 20 180
ouvrages d’art
GC-VRD 21 Techniques d’études et de réalisation des VRD 180
GC -PFE 22 Projet de fin d’études 220
GC -TRE 23 Techniques de recherche d’emplois 15
Total 23 1855

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 5/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
2. PROGRAMME DE FORMATION DU MODULE

MODULE GC1 : CONNAISSANCE DE LA PROFESSION ET DE LA FORMATION

Code : GC-CPF Durée : 30 Heures

2. OBJECTIF OPERATIONNEL

COMPORTEMENT ATTENDU

Pour démontrer sa compétence, le stagiaire doit se situer au regard de la profession et de la démarche de formation selon
les conditions, les critères et les précisions qui suivent.
CONDITIONS D’EVALUATION

- Individuellement ou en groupe
- A partir de documentation, d’information, etc.
- A l’aide :
 de formulaires
 du rapport d’analyse de situation de travail (AST)
 du programme d’études
 de sites Internet pertinents
CRITÈRES GÉNÉRAUX DE PERFORMANCE

- Prise de notes structurée


- Recueil d’informations pertinentes
- Classement approprié de l’information
- Classement des différents secteurs d’activité
OBJECTIF OPERATIONNEL

PRÉCISIONS SUR LE COMPORTEMENT ATTENDU CRITÈRES PARTICULIERS DE PERFORMANCE

 Liste exhaustive des différents types d’entreprises de travaux


publics et notamment celles qui réalisent des activités et travaux
de génie civil
A. Recueillir de l’information sur le marché du travail
 Description des différentes structures d’entreprises de BTP
 Détermination de l’importance du secteur des travaux publics
comme secteur d’emploi
Informations exhaustives sur :
 La nature de l’emploi et sur ses conditions d’accès
B. Recueillir l’information sur la nature et les exigences de  l’organisation des entreprises du secteur
l’emploi.  les conditions et contraintes de travail spécifiques au secteur
 la rémunération et les avantages divers
 les possibilités d’évolution professionnelle
Description aussi complète que possible:
 Des diverses tâches de la fonction
C. Décrire les fonctions et les tâches propres à l’exercice du
 Des habiletés nécessaires à l’exercice du métier
métier de Technicien Spécialisé en génie-civil
 Des comportements appropriés
 Des mobilités professionnelles
 Information précise sur le programme de formation
D. Recueillir l’information sur le programme et la démarche de
 Information exhaustive sur la démarche de formation
formation et d’évaluation
 Information sur les modalités d’évaluation
3. GUIDE PEDAGOGIQUE DU MODULE

MODULE GC1 : CONNAISSANCE DE LA PROFESSION ET DE LA FORMATION

CODE : GC-CPF DUREE : 30 HEURES

COMPETENCE :
Se situer au regard de la profession et de la démarche de formation.
PRESENTATION :
Ce module de compétence spécifique est un préalable à toutes les compétences. Il doit être dispensé au tout début de la
formation et si possible au cours des premières semaines.
Dans ce module, le stagiaire se renseigne sur le métier, le milieu du travail, la nature et les exigences de l’emploi et
s’informe aussi sur les fonctions et les tâches propres à l’exercice du métier de technicien spécialisé en génie civil.
A cette fin, le stagiaire doit recueillir de l’information sur le marché du travail du BTP, sur la nature et les exigences de
l’emploi dans le secteur du BTP et s’informer sur le programme de formation et les modes d’évaluation.
CONTEXTE DE REALISATION :
À partir :
- Des brochures.
- Des dépliants.
- Des sites web des entreprises et opérateurs du secteur.
- Du rapport de l’analyse de situation de travail.
- Du programme d’études de l’Ecole et ceux d’institutions similaires.

À l’aide :
- Des consultations des sites web.
- Des démarches de communication et des recherches d’information (Internet, TIC).
- Des méthodes de prise de notes sur support papier et numérique.
- Présentations du métier par divers professionnels (exposés, diaporamas, films, questions réponses).

REFERENCES
- Revues spécialisées des métiers du BTP
- Rapport d’analyse de situation de travail pour le Technicien Spécialisé en GC (TS-GC)
- Programme d’études.
- Brochures et Dépliants du programme.
- Brochures et dépliants des engins et matériel de BTP.
- Brochures des entreprises, des administrations et des offices opérant dans le secteur du BTP.
- Diaporamas.
- Films.
- Guide de soutien - Module GS (TS-GC) 1.

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 8/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
PRECISION ET PREALABLES ELEMENTS DE CONTENU

A et B : Avant de recueillir de l’information sur le


marché du travail et sur la nature et les exigences de
l’emploi, le stagiaire doit :
 Méthode de prise de notes
 Classification des notes
1. Décrire des techniques de prise de notes.
 Exigences de présentation
 Milieu de travail :
2. Déterminer la terminologie propre au milieu de travail.  types d’entreprises
 services
 Perspective d’emploi, Rémunération, Avancement, Mutation,
Conditions de travail, Droits, Responsabilités, Règles d’éthique
 Avantages : lieu de travail, possibilité d’avancement, métier
3. Distinguer la nature et les exigences de l’emploi. évolutif, conditions salariales, etc.
 Inconvénients : Stress, niveau de responsabilités, risques
 Exigences
C. Avant de décrire les fonctions et les tâches propres à
l’exercice du technicien spécialisé en génie civil, le
stagiaire doit :
 Tâches
4. Distinguer les tâches les habiletés et les comportements.  Habiletés
 Comportements
D. Avant de recueillir de l’information sur le programme
et la démarche de formation et d’évaluation, le stagiaire
doit :
 Programme d’études :
 buts
5. Décrire les éléments du projet de formation.  objectifs généraux
 compétences
 Démarche de formation
 Évaluation formative
6. Décrire les types d’évaluation.
 Évaluation de certification
4. FONCTION, REFERENTS ET STRUCTURE DU PLAN DE MODULE

FONCTION
Le plan de module a pour fonction de clarifier le projet d’enseignement et de le transmettre dans une forme communicable
tout d’abord aux membres de la direction du centre. Il est aussi présenté aux apprenants lors de la première séance de
formation afin de les informer des objectifs visés et des éléments contenus, et leur donner une vue d’ensemble des activités
et des éléments de contenu marquant le déroulement de l’enseignement du module .
Le plan de module s’avère également fort utile au formateur, d’abord pour clarifier son approche et se donner un outil de
référence en cours d’enseignement, ensuite pour rationaliser son travail de planification en vue des prestations ultérieures :
ayant déjà déterminé les stratégies, les moyens, le matériel et les équipements nécessaires, il lui sera plus facile d’aborder
l’enseignement du module et ce à plusieurs groupes. Le plan de module peut aussi fournir au conseiller à la pédagogie,
aux collègues, au personnel formateur suppléant, aux membres de la direction et aux employeurs des informations sur le
module.

REFERENTS
Le plan de module s’appuie principalement sur les données fournies dans le programme de formation et le guide
pédagogique. Le programme de formation est un document prescriptif et aucune donnée dans ce document ne peut être
modifiée alors que les données du guide pédagogique sont fournies en tant qu’appui et peuvent être enrichies tout au long
de son utilisation.

STRUCTURE
De manière générale, le plan de module présente deux parties :
- une première partie dédiée aux renseignements généraux relatifs au module, tels que l’identification du module, le numéro
du module, le code et la durée de module, la compétence visée, les critères généraux ainsi que l’identification des modules
préalables. Un schéma est présenté ci-après.
- une seconde partie regroupe les conditions spécifiques au déroulement de l’enseignement du module : Savoirs préalables
et précisions sur le comportement, éléments de contenus, activités d’enseignement et d’apprentissage ainsi que les thèmes
que le formateur identifie comme étant importants et qui sont retenus en termes d’évaluation formative. Une information
sommaire concernant l’évaluation de certification du module est inscrite à la fin du plan de module.
Le plan pour le présent module est présenté comme suit :

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 10/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
5. PLAN DU MODULE

Module 1 : Connaissance de la profession et de la formation


CODE : GC-CFP DURÉE : 30 heures
CRITÈRES GÉNÉRAUX :
- Prise de notes structurée,
COMPÉTENCE VISÉE : Se situer au regard de la profession et de - Recueil, analyse et synthèse des informations
la démarche de formation pertinentes sur le secteur de l’emploi,
- Classement des différents secteurs d’activité,
- Connaissance correcte des objectifs, compétences,
modules, organisation et évaluation de la formation
MODULES PRÉALABLES : Néant
TYPE DE COMPÉTENCE : Spécifique
MODULES PARALLÈLES : Néant

SAVOIRS PRÉALABLES
ÉLÉMENTS DE CONTENU ACTIVITÉS EVALUATION
ET PRÉCISIONS
- Description des méthodes et
1. Décrire des - Méthode de prise de notes. des techniques de prise de
techniques de prise de - Organisation des notes. notes
notes. - Exigences de présentation. - Techniques d’organisation et de
présentation de notes
2. Déterminer la - Milieu de travail (Secteurs d’activité, types et - Présentation des terminologies
terminologie propre au
structures d’entreprises) propres au milieu de travail
milieu de travail.
- Identification des types d’emploi.
- Conditions de travail (Exigences, droits et
devoirs, règles et éthique). - Description de la nature et des
3. Distinguer la nature et - Avantages et Inconvénients de l’emploi (lieu de exigences de l’emploi (Types
les exigences de travail, possibilité d’avancement, conditions d’emploi, conditions, avantages
l’emploi. salariales, stress, niveau de responsabilités, et inconvénients, risques
risques). associés)
- Perspective d’emploi (Offres d’emploi,
rémunérations, évolution, mobilité).
4. Distinguer les tâches - Description des tâches, des
- Connaissance des tâches, des habiletés et des
les habiletés et les habilités et des comportements
comportements
comportements. requis
Description du programme de
5. Décrire les éléments - Programme d’études (Buts, objectifs généraux, formation (objectifs,
du projet de formation. compétences et démarche de formation) compétences, modules et
démarche)
- Évaluation formative.
Sommative
6. Décrire les types Description des modalités et de
d’évaluation. - Évaluation de certification. d’évaluation retenues
certification
INFORMATION SUR L’EVALUATION DE FIN DE MODULE :
La tâche consiste à mettre les stagiaires dans des situations de contrôle écrit individuel portant sur l’ensemble du module
Il leur sera demandé :
- D’analyser et de rechercher des informations dans des documents techniques (manuels, brochures) pour répondre aux
questions posées
- De répondre à des questions sur des connaissances techniques acquises lors de la dispense du module considéré
- De remettre un document soigné et clair

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 11/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
6. INFORMATION RELATIVE A LA CONCEPTION ET A L’INTERPRETATION DE LA PLANIFICATION GLOBALE D’UN MODULE

Compte tenu des caractéristiques mêmes de la compétence, les activités d’apprentissage proposées aux stagiaires dans le
plan de module doivent être fondées sur la pratique du métier et sur la création de produits ou la prestation de services
concrets semblables à ceux qu’ils seront appelés à réaliser à leur entrée sur le marché du travail. Ces activités
d’apprentissage doivent intégrer toutes les dimensions de la compétence (savoirs, savoir faire et savoir être) ; c’est donc
dire que l’on doit analyser chaque activité proposée pour s’assurer qu’elle intègre bien ces dimensions et que leur
ordonnancement permet une progression des apprentissages conduisant à la maîtrise de la compétence visée.
Il faut donc, lorsqu’on aborde la planification d’un module, se représenter ce que l’on veut ultimement faire réaliser aux
apprenants en se posant cette question : « Comment cette activité d’intégration entraînement traduit-elle de façon réaliste et
authentique les exigences de la compétence ? ». « Quels éléments de contenu sont essentiels à la réalisation de l’activité
d’entraînement prévue ? » Toutes ces donnés peuvent être regroupées dans un tableau qui donne une vision globale des
activités de base (éléments de contenu et exercices) et activités d’entraînement (tâche partielle, globale ou de transfert qui
vise la pratique de la compétence visée).
Dans la façon de planifier globalement l’enseignement d’un module, le formateur doit être familier avec l’un des facteurs qui
présente un impact sur le choix des activités, soit les phases d’acquisition d’une compétence.
On distingue cinq phases successives d’acquisition d’une compétence : l’exploration, l’apprentissage de base, l’intégration-
entraînement, le transfert des apprentissages et L’enrichissement. Les phases de l’apprentissage de base, de
l’intégration entraînement et du « transfert » sont centrales et elles sont directement prises en compte lors de l’organisation
de l’enseignement. Cependant les phases Exploration et enrichissement ne doivent pas être négligées dans le cadre de
l’organisation de l’enseignement par le formateur. Dans les énoncés qui suivent chacune des phases est commentée et
leur importance précisée.
1. La phase dite « Exploration » consiste pour le formateur à présenter l’objectif d’apprentissage au stagiaire et à
échanger avec lui sur cet objectif afin qu’il en saisisse toute la portée. Dans cette même phase le formateur doit faire une
présentation sommaire de la stratégie qui sera poursuivie et enfin il devra organiser des activités pédagogiques qui
permettent aux apprenants un rappel des connaissances antérieures nécessaires aux apprentissages à venir. Cette phase
d’introduction permet au stagiaire de saisir l’importance et la pertinence de ce qu’il devra apprendre, de se motiver et de
stimuler son intérêt, de se sentir responsable de ses apprentissages, de faire des liens entre les compétences du
programme de formation et celle qu’il est en train de développer et d’activer les connaissances et les expériences qu’il a
déjà en mémoire au regard de ce qui lui est proposé.
2. La phase « Apprentissage de base » permet l’acquisition des connaissances, des habiletés motrices, des attitudes et
des perceptions qui vont permettre au stagiaire de réaliser adéquatement la tâche. Elle inclut le traitement des notions et
l’assimilation des connaissances de base et l’organisation de l’enseignement dans des séquences logiques. Au cours de
cette phase, le stagiaire encode et organise l’information, met souvent dans ses propres mots l’information reçue et fait des
liens avec ce qu’il sait déjà.
3. L’« Intégration – Entraînement » constitue la troisième phase du processus. Cette phase vise l’intégration des
apprentissages de base aux étapes de réalisation d’une tâche partielle ou complète dans un entraînement progressif, c’est-
à-dire de la tâche la plus simple à la plus complexe correspondant aux performances déterminées. Au cours de cette
phase, le formateur favorise la pratique supervisée et l’autoévaluation des résultats. Cette phase a l’avantage de faire
acquérir au stagiaire de l’assurance par l’amélioration de la pratique des tâches. Elle permet au stagiaire d’exécuter les
tâches partielles ou complètes sans erreurs et d’intégrer les contenus liés à la compétence.
4. La quatrième phase « Transfert des apprentissages » devrait préparer le stagiaire à mobiliser ses savoirs, savoir
faire et savoir être dans d’autres situations que celles dans lesquelles il a développé ses compétences. En effet, mobiliser
ses compétences dans des situations complètement différentes l’une de l’autre n’est pas un phénomène spontané ou
automatique. Dans un premier temps, le savoir nouvellement acquis est associé au contexte qui est familier au stagiaire.
Cette phase exige du formateur d’avoir la préoccupation de varier les contextes de réalisation d’une tâche et de veiller à la
démonstration d’une autonomie d’exécution par le stagiaire placé dans le nouveau contexte.
Technicien Spécialisé en Génie-Civil 12/32
École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
5. La phase « Enrichissement » permet à l’apprenant d’aller plus loin que ne l’indique le programme de formation. Au
cours de cette phase, le stagiaire peut approfondir la compétence développée, acquérir une plus grande autonomie et
développer le goût d’aller plus loin. Au cours de cette phase, le formateur doit prévoir des activités qui favorisent cet
enrichissement et ajoutent de la valeur à ce que le stagiaire a déjà acquis.
La planification globale d’un module présente, sous forme de tableau, une vision synthèse des activités devant être
conduites par le formateur afin que ce dernier assure au stagiaire des activités permettant l’intégration de l’ensemble du
processus d’acquisition de la compétence visée. Ainsi il est essentiel que les phases d’acquisition 2, 3 et 4 d’une
compétence soient respectées dans le choix des activités et des stratégies utilisées tout au long du module. Cette façon de
faire vise à intégrer le plus tôt possible dans le module l’ensemble des précisions sur le comportement, tout d’abord dans
des activités simples mais qui deviennent de plus en plus complexes au fur et à mesure du déroulement du module.
Voici des précisions sur les types d’activités apparaissant dans le tableau de planification et les symboles utilisés.
Types d’activités Symboles
Activité d’apprentissage de base en rapport avec les notions théoriques supportée par des exercices
A
d’application.

Activité d’entraînement se rapporte à un, plusieurs ou à l’ensemble des objets de formation et doit
E
être effectuée dans le cadre d’une tâche représentative du métier et encadrée par le formateur.

Activité de transfert se rapporte, le plus souvent, à tous les objets de formation du module de
T
formation, doit être représentative du métier et réalisée de façon autonome par le stagiaire.

Evaluation est une activité autonome pendant laquelle le stagiaire est évalué à la fin de chacun des
V
modules.

Dans le tableau de planification du présent module, on y retrouve :


Activités d’apprentissage de base qui totalisent 13 heures de notions théoriques et symbolisées par ▲. Ces
6
activités doivent être accompagnées d’exercices relatifs à chacune des nouvelles notions.

Activités d’entraînement qui totalisent 13 heures constituées de tâches représentatives du métier et symbolisées
3
par.

Activité de transfert dont les durées sont incluses dans le temps des activités d’entrainement constituées de tâches
3
représentatives du métier et symbolisées par √.

Évaluation de fin de module d’une durée de 4 heures et symbolisée par ■. Cette activité est décrite dans le guide
1
d’évaluation du programme de formation.

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 13/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
7. PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE

Comportement attendu :
Se situer au regard de la profession et de la démarche de formation
Activités liées aux phases d’acquisition d’une compétence :
A = Apprentissage de base E = Entraînement T = Transfert V = Évaluation de fin de module

Types d’activités A E A E A E T V
Objets de formation
No de l’activité 1 2 3 4 5 6
1. Décrire des techniques de prise de notes. ▲
2. Déterminer la terminologie propre au milieu de

travail.
3. Distinguer la nature et les exigences de

l’emploi.
A et B. Recueillir de l’information sur le marché du
 √ ■
travail et sur la nature et les exigences de l’emploi
4. Distinguer les tâches les habiletés et les

comportements.
C. Décrire les fonctions et les tâches propres à
l’exercice du Technicien Spécialisé en Génie-Civil  √ ■

5. Décrire les éléments du projet de formation. ▲


6. Décrire les types d’évaluation. ▲
D. Recueillir de l’information sur le programme et la
 √ ■
démarche de formation et d’évaluation
Durée de chaque activité dont l’ensemble
8H 8H 2H 3H 3H 2H 4H
doit totaliser 30 heures

Technicien Spécialisé en Génie-Civil 14/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
8. DESCRIPTION DES ACTIVITES D’ENTRAINEMENT ET DE TRANSFERT SELON LA PLANIFICATION GLOBALE DU MODULE

Les activités d’entraînement sont définies selon l’analyse du module présentée dans le tableau précédent « Planification
globale ».
Pour les tâches d’entraînement planifiées dans le cadre de ce module, une brève description précise les objets de
formation, le matériel requis, la tâche ainsi que les étapes de déroulement.
Pour l’activité de transfert, la tâche est brièvement décrite au stagiaire car ce dernier doit être capable d’en définir les étapes
et d’organiser le travail à effectuer de façon autonome. Cette activité prépare le stagiaire à l’évaluation de la compétence
visée.

ACTIVITE D’ENTRAINEMENT N°2

Durée de l’activité : 8 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise à recueillir de l’information sur le marché du travail et sur la nature et les exigences de l’emploi

Matériel requis
- Ressources multimédia
- Revues spécialisées
- brochures.et dépliants.
- Sites web des principaux opérateurs et entreprises du secteur.
- Le rapport de l’analyse de situation de travail.
- Le référentiel des compétences

Description de l’activité :
La tâche consiste à identifier et caractériser :
- Le milieu de travail : secteurs d’activité, types d’organisations et d’entreprises, structures des organisations.
- Les types et les perspectives d’emploi (Offres d’emplois, rémunérations, évolutions, mobilités).
- Les conditions de travail (Exigences, droits et devoir, règles et éthique).
- Les avantages : lieu de travail, possibilité d’avancement, conditions salariales, etc.
- Les inconvénients : Stress, niveaux de responsabilités, risques. Contraintes, etc.

Étapes de déroulement
- En salle
- Eventuellement visites d’entreprises ou d’organisations du secteur

ACTIVITE D’ENTRAINEMENT N°4

Durée de l’activité : 3 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)

Technicien Spécialisé en génie-civil 15/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
L’activité vise à décrire les fonctions et les tâches propres à l’exercice du Technicien Spécialisé en Génie Civil

Matériel requis
- Matériel multimédia
- Films
- Brochures
- Le référentiel de compétences

Description de l’activité :
La tâche consiste à décrire brièvement les activités principales du Technicien Spécialisé en Génie Civil consistant
essentiellement à :
- Décrire les éléments du projet de formation
- Décrire les types d’évaluation

Étapes de déroulement
- En salle
- Présentations de vidéos pour illustrations
- brèves des chantiers et d’entreprises ou des plateformes d’exercice de l’école

ACTIVITE D’ENTRAINEMENT N°6

Durée de l’activité : 2 heures

Précisions sur le comportement attendu (objets de formation)


L’activité vise à recueillir de l’information sur le programme et la démarche de formation et d’évaluation

Matériel requis
- Programmes de formation de la filière
- Le guide pédagogique
- Le guide d’évaluation

Description de l’activité :
La tâche consiste à faire connaître aux stagiaires :
- Les objectifs de la filière de formation et les compétences à acquérir
- L’organisation modulaire de la formation et l’approche pédagogique suivie (APC)
- L’organisation temporelle et spatiale de la formation
- Les modalités d’évaluation

Étapes de déroulement
- Cours en salle
- Evaluation en salle

Technicien Spécialisé en génie-civil 16/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
9. SECTION DES NOTES TECHNIQUES ET DES MOYENS MEDIA

Pour les éléments de contenu, des notes techniques sont fournies et des moyens multimédia identifiés et présentés dans
cette section selon l’ordre établi dans le plan du module.
Egalement, chacune des sections des notes techniques et moyens multimédia est identifiée au plan de module, aux
préalables et/ou à la précision sur le comportement.
Les notes de cours annexées à ce guide fournissent les précisions utiles pour les différents supports

Objets de formation
Une Note détaillée sur le secteur BTP du Maroc, ses caractéristiques et son organisation est donnée en annexe. Elle donne
les renseignements pertinents que le stagiaire doit s’approprier dans le cadre de ce module pour acquérir une bonne
connaissance du secteur et apprécier les potentialités en termes d’offres d’emplois tant au plan national que régional.

Technicien Spécialisé en génie-civil 17/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
SOMMAIRE

PAGE

OBJET DE FORMATION A : Recueillir l’information sur le marché du travail ………………………………...……………… 20

OBJET DE FORMATION B : Recueillir de l’information sur la nature et les exigences de l’emploi ……………...……...… 25

OBJET DE FORMATION C : Décrire les fonctions et les tâches propres à l’exercice du métier …………………………… 25

OBJET DE FORMATION D : Recueillir l’information sur le programme et la démarche de formation et d’évaluation …… 28

Technicien Spécialisé en génie-civil 18/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
CONNAISSANCE DE LA PROFESSION ET DE LA FORMATION

La formation en conduite d’engin à l’EMBTP prévoit un module entièrement dédié à la connaissance de la profession et de
formation et de ses modalités d’évaluation. La présente note traite, à cette fin, les aspects suivants :

1. Le secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) au Maroc


2. La Fédération Nationale du Bâtiment et des Travaux publics (FNBTP)
3. Le métier de Technicien Spécialisé en Génie Civil (TS-GC) (CE-BTP)
4. La formation et les modalités d’évaluation des TS-GC à l’EMBTP de Settat

OBJET DE FORMATION A : RECUEILLIR DE L’INFORMATION SUR LE MARCHE DU TRAVAIL

1. LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS

1.1 CARACTERISTIQUES DU SECTEUR


Le secteur du Bâtiment et des Travaux Publics BTP au Maroc est une composante essentielle de l'économie nationale ; Ses
principales caractéristiques sont:
- 5% du PIB national

- 45% de la F.B.C.F

- Plus de 38 Milliards de dirhams de chiffre d'affaires annuel

- Plus de 310.000 emplois directs dont 20.000 cadres

- Plus de 53.000 unités dont près de 1.500 entreprises structurées et organisées

Les projets des TP sont souvent des projets de grandes ampleurs. Ils constituent aujourd’hui des projets structurants en
matière de développement national.
1.2 CARACTERISTIQUES GENERALES DES ENTREPRISES BTP
Le nombre des entreprises BTP varie en fonction de ces sous-secteurs : le premier comprend près de 1.500 unités de
production tandis que le second comprend environ 10.000 unités de production disposant d'un local et environ 40.000
unités de production non localisées, c'est-à-dire travaillant sur les chantiers ou à domicile.
Bien entendu, la taille de ces unités varie de manière importante selon que l'on relève de la première sphère ou de la
seconde. Si dans cette dernière, la taille moyenne est de 4 emplois avec un maximum ne dépassant jamais une dizaine de
postes, elle atteint 120 emplois en moyenne par entreprise dans la première. Ce chiffre varie toutefois fortement selon les
sous-secteurs d'activité : ainsi, les entreprises du second œuvre de finition comportent seulement 38 emplois en moyenne
alors que les entreprises de travaux publics spécialisées en ouvrage d'art en ont 480.
En terme de chiffre d'affaires, la taille moyenne est de 15,9 millions de DH, variant aussi fortement que précédemment : 5,2
MDH pour les entreprises de second œuvre de finition à 59,9 MDH pour les entreprises de travaux d'hydraulique urbaine et
agricole, soit un rapport de un à dix. Les secteurs d'intervention de l'entreprise organisée sont nombreux, avec une
concertation élevée dans le bâtiment (gros œuvre-maçonnerie, le second œuvre technique et le second œuvre de finition)
qui regroupe les 2/3 des entreprises organisées. Pour ce qui est des entreprises de travaux publics, elles se concentrent
surtout dans les terrassements-routes et installations de lignes électriques et télécommunications (3/4 des entreprises de
travaux publics).
Le poids des entreprises organisées dans le secteur des entreprises BTP est très important au regard du chiffre d'affaires
(2/3 du CA global), des salaires versés (2/3) et de la valeur ajoutée (3/4 de la VA globale) et de l'emploi global (60%).

Technicien Spécialisé en génie-civil 19/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
En ce qui concerne leur date de création, il est important de souligner la forte mortinatalité des entreprises non organisées
qui restent très sensibles à la conjoncture économique et qui travaillent sur les marchés les moins importants en terme de
rentabilité. Elles sont généralement jeunes contrairement aux entreprises organisées qui peuvent avoir jusqu'à une
cinquantaine d'années. Cette longévité est le résultat d'une structuration du tissu de production voulue par les pouvoirs
publics dans les années soixante et soixante-dix. A ce propos, les marchés publics ont joué le rôle d'aiguillon pour la
structuration et la pérennisation des entreprises marocaines organisées.
Au niveau des statuts juridiques, on note encore d'importantes différences entre ces deux sous-secteurs : si les entreprises
organisées sont en majorité constituées sous forme de sociétés (ce qui n'exclue pas pour autant des entreprises
individuelles), les secondes sont en grande majorité, des entreprises artisanales individuelles ou familiales. Toutefois, la
forme sociétale des entreprises organisées ne signifie pas pour autant la disparition du caractère familial, caractère qui est
propre au capitalisme marocain au stade actuel de son développement.
1.3 REPARTITION REGIONALE
La répartition régionale de ces entreprises fait ressortir différents niveaux de concentration ainsi :
- Les entreprises modernes se concentrent essentiellement sur les deux pôles administratif et économique du pays. A
savoir Rabat et Casablanca, reflétant ainsi pour le premier cas, la nécessité d'être à proximité des centres de décision
publics et privés. Ce qui ne veut point dire que les autres chefs-lieux de région ou de province ne disposent pas
d'entreprises organisées.
- Les chefs-lieux de région constituent le second niveau de concentration, répondant aux besoins locaux qui peuvent
apparaître et qui sont exprimés par des maîtres d'ouvrage structurés.
- L'implantation des entreprises non organisées est en corrélation étroite avec la concertation démographique : elle colle
ainsi à l'implantation des populations car visant la satisfaction de leurs besoins essentiels en habitat. .Elle se retrouve
donc diffuse sur l'ensemble du territoire national, implantée aussi au niveau des petits centres urbains et ruraux, qui
constituent le troisième niveau de localisation.
- En ce qui concerne les secteurs d'intervention, on note que les entreprises organisées interviennent sur toute la gamme
de prestations d secteur du Bâtiment-Travaux Publics, ce qui n'est pas le cas des entreprises non organisées. En effet,
si l'on excepte quelques rares activités de travaux publics (comme le creusement de puits), la quasi-totalité des unités
informelles se concentrant sur quelques secteurs d'activités typiques du bâtiment (maçonnerie, gros œuvre et second
œuvre).
- D'autre part, les entreprises organisées interviennent aussi bien dans les activités de bâtiment que de travaux publics. Si
certaines d'entre elles sont spécialisées dans l'une ou l'autre branche, une grande partie de ces entreprises travaillent
dans les deux branches.
1.4 TYPE DE CLIENTELES ET DE MARCHES
L'analyse des marchés ou des clientèles montre que les marchés publics relevant secteur public (administrations et
entreprises) sont le domaine réservé des entreprises organisées, ne laissant aux entreprises non structurées qu'une très
faible partie des travaux (notamment de maintenance à l'aide de bons de commande). Ces marchés publics représentent
plus des deux tiers du chiffre d'affaires global du secteur formel des entreprises organisées.
Ce chiffre connaît toutefois des variations selon les secteurs d'activité passant ainsi de 36,6% du CA global des entreprises
de second œuvre de finition à 91,3% du CA global des entreprises routes et terrassements.
Les marchés privés relevant du secteur privé (entreprises et promoteurs) arrivent ensuite et représentant moins du
cinquième du CA global du secteur des entreprises BTP. Ce chiffre est particulièrement plus important pour les entreprises
de second œuvre (plus de 30% de leur CA).
Les collectivités locales, en tant que clientes des entreprises BTP, n'arrivent qu'en troisième position et représentent un
dixième de leur CA global. Enfin, les particuliers et les ménages représentent une part minime dans le chiffre d'affaires des
entreprises BTP avec moins de 5% du CA global. Ce sont surtout les entreprises de second œuvre de finition qui réalisent
la part la plus importante (20,6%). Cette catégorie de clientèle est inexistante pour les entreprises routes-terrassements et
d'hydraulique urbaine et rurale.

Technicien Spécialisé en génie-civil 20/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
1.5 TYPE DE PRODUITS BTP
Pour ce qui est des produits BTP réalisés par les entreprises organisées, Ils sont très diversifiés. On ne citera dans ce qui
suit que les produits les plus importants en termes de valeur réalisée par les entreprises organisées.
- Le produit routes, pistes et aérodromes constitue le poste le plus important en terme de valeur (25% du CA des TP et
moins de 18% du CA global) et les bâtiments industriels et commerciaux (20% du CA bâtiment et 9% du CA global).
Les produits réseaux d'hydraulique urbaine de distribution, d'adduction d'eau- assainissement et réseaux électriques-
éclairage-télécommunications arrivent enfin avec respectivement près de 16,5% du CA des TP et 8,8% du CA BTP.
- Pour ce qui est des logements, ce sont surtout les logements collectifs en immeuble et les bâtiments à usage de
bureaux qui sont prisés par les entreprises BTP organisées au détriment des villas et des habitations traditionnelles.
Ce sont les entreprises non organisées qui réalisent principalement ces derniers produits.
1.6 ENTREPRISES ORGANISEES
1.6.1. Caractéristiques générales
Nombre : 1.420 entreprises dont plus de 1100 qualifiées et classées, et 892 entreprises de Travaux Publics exclusivement.
Forme juridique : forme sociale prédominante et en particulier société anonyme (75%).
Taille : en moyenne de 120 emplois par entreprises et comprise dans une fourchette entre 38 et 480. Par sous-secteur, les
trois quarts des entreprises de bâtiment ont moins de 50 emplois tandis que 60% des entreprises de TP ont plus de 50
emplois.
Localisation : près de trois quarts des unités organisées sont concentrées sur les régions Centre et Nord-Ouest et
essentiellement dans les chefs-lieux régionaux.
Chiffre d'affaires : les trois quarts des entreprises de bâtiment ont un CA inférieur à 10 millions de DH alors que seule la
moitié des entreprises TP ont un CA inférieur à ce montant.
Poids du secteur : prédominant avec 60% des emplois, 65% du CA global et des salaires versés et 75% de la valeur
ajoutée du secteur BTP.
Secteurs d'intervention : principalement dans les travaux publics en termes de chiffre d'affaires global (53%).
1.6.2. Répartition régionale
Sud : cette région regroupe 8% des entreprises organisées du pays qui réalisent 6,7% du CA global du secteur avec 9,3%
des effectifs totaux.
Tensift : 6,9% des entreprises organisées du pays représentant 4,2% du CA global et 4,4% des effectifs globaux.
Centre : 44,8% réalisant 55,1% du CA national et employant 52,5% des effectifs employés.
Nord-Ouest : 27,5% des effectifs des EO et 25,5% du CA global et 25,4% des emplois.
Centre-Nord : 4,4% des effectifs des EO, 4,5% du CA global et 4,1 % des effectifs employés.
Oriental : 5,3% des EO mais seulement 3,3% du CA du secteur organisé et 2% des effectifs employés.
Centre-Sud : 3,1% des EM mais seulement 2,5% du CA du secteur organisé et 2% des effectifs employés.
1.6.3. Type de clientèles et de marchés
Marchés publics ; plus de 2/3 du CA des entreprises organisées est réalisé avec les administrations et les entreprises
publiques et en particulier par les entreprises dont le CA est supérieur à 30 millions de DH.
Marchés collectivités locales : le dixième du CA global du secteur organisé des entreprises BTP est réalisé avec les
communes.
Marchés entreprises privées : moins du cinquième du CA global essentiellement pour des entreprises industrielles,
commerciales et de promotion immobilière. Ces marchés sont importants pour les entreprises dont le CA est inférieur à 30
millions de DH.

Technicien Spécialisé en génie-civil 21/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
Marchés ménages et particuliers : 5% à peine dans le CA global du secteur organisé et essentiellement dans la réalisation
de logements. Ces marchés sont importants pour les petites entreprises de CA inférieur à 2 millions de DH.
1.6.4. Type de produits BTP par sous-secteur d'activité
Gros œuvre et maçonnerie : essentiellement des hôtels et bâtiments socio-collectifs ainsi que des logements collectifs en
immeubles.
Second œuvre technique : essentiellement des bâtiments industriels et commerciaux et des hôtels et bâtiments socio-
collectifs.
Terrassement et routes : prépondérance des routes, pistes et aérodromes suivi de réseaux d'hydraulique et grosses
canalisations.
Travaux Publics avec spécialisation en ouvrage d'art : essentiellement des ouvrages d'art et des routes.
Hydraulique urbaine et agricole, VRD : essentiellement des réseaux de distribution, d'assainissement et d'adduction d'eau
potable ainsi que des réseaux électriques.
Lignes électriques et télécommunications : essentiellement des réseaux électriques.
1.7 ENTREPRISES NON ORGANISEES
1.7.1 Caractéristiques générales
Forme juridique : entreprise individuelle sans comptabilité officielle
Taille : moins de 4 emplois en moyenne avec un emploi occasionnel prépondérant.
Localisation : principaux centres urbains des régions Centre et Nord-Ouest.
Principales activités : maçonnerie (24%), menuiserie (13%), plomberie-sanitaire (19,4%), installation électrique et
téléphonique (15,7%), peinture-vitrerie (12,8%).
Chiffre d'affaires : inférieur à 50.000 DH pour plus de la moitié des entreprises non organisées.
Investissement : très faible, de l'ordre de 6.500 DH par entreprise investissante et réalisé en quasi-totalité par apport
personnel.
Spécificités : les manières premières sont souvent à la charge des clients dans les activités suivantes (VRD, construction,
maçonnerie, plomberie-sanitaire, électricité-téléphone et peinture-décoration) ce qui se traduit par une baisse relative du
CA, comparé aux activités où les matières premières sont toujours à la charge des entreprises (plâtre, menuiserie, vitrerie).
D'autre part, ces ENO comptent une part importante de personnes non rémunérées (33%), d'aides familiaux (13%) et
d'apprentis (27%).
1.7.2 Répartition régionale
Sud : cette région regroupe 9% des ENO du pays représentant 4% du CA total et 7% des effectifs d'emploi.
Tensift : 8% des ENO du pays mais seulement 32% du CA global et des effectifs d'emploi.
Centre : 40% des ENO du pays mais seulement 32% du CA global et des effectifs d'emploi.
Nord-Ouest : 23 des effectifs des ENO mais 18% du CA global et 24% des emplois.
Centre-Nord : 9% des effectifs des ENO mais 18% du CA global et 11% des effectifs d'emploi.
Oriental : 6% de l'effectif global des ENO représentant 6% du CA global et 7% des effectifs.
Centre-Sud : 7% des ENO représentant 6% du CA total et 7% des effectifs globaux.

Technicien Spécialisé en génie-civil 22/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
1.7.3 Type de clients et de marchés
Administrations : assez rarement sauf pour de petits travaux de maintenance et d'entretien avec des bons de commande,
sinon en sous-traitance pour des entreprises organisées déterminant des marchés plus importants.
Collectivités locales : petits marchés de réparation et d'entretien surtout dans les zones rurales.
Entreprises privées : surtout les promoteurs immobiliers qui réalisent des ensembles immobiliers mais aussi les diverses
entreprises.
Ménages et particuliers : ce sont les utilisateurs les plus importants.
1.7.4 Travaux de produits BTP
Travaux publics : il s'agit de produits relatifs aux VRD comme la réalisation de trottoirs et de branchements aux conditions
d'assainissement des habitations.
Bâtiment : les produits de bâtiment peuvent être ventilés en trois sous-secteurs :
- Gros-œuvre : surtout les petits terrassements et fondations, bétonnage et maçonnerie.

- Second œuvre technique : surtout la plomberie-sanitaire, la menuiserie pour les portes et les fenêtres.

- Second œuvre de finition : pour les revêtements sol et mu, la peinture, la décoration en plâtre et la vitrerie miroiterie.

1.8 ENTREPRISE NON ORGANISEE NON LOCALISEE


1.8.1 Caractéristiques générales
Forme juridique : entreprise individuelle ou familiale
Taille : 2 emplois en moyenne.
Localisation : grands, moyens et petits centres urbains des différentes régions économiques et en particulier celles du
Centre et du nord-ouest.
Principales activités : maçonnerie, menuiserie, plomberie-sanitaire, installation électrique, mosaïque-zellige, peinture-
vitrerie, sculpture sur plâtre.
Chiffre d'affaires : entre 40.000 et 70.000 DH sauf pour les maçons qui peuvent atteindre 160.000 DH environ.
Spécificités : l'entreprise non organisée non localisée compte une part importante de personnes non rémunérées (33%),
d'aides familiaux (13%) et d'apprentis (27%). D'autre part, son niveau d'équipement reste relativement rudimentaire : c'est le
savoir-faire de l'artisanat qui reste déterminant.
1.8.2 Type de clients et de marchés
Ménages et particuliers : ce sont les utilisateurs les plus importants puisqu'ils représentent près de 91% du montant total
des travaux.
Entreprises privées : surtout les promoteurs immobiliers (9% de la commande).
1.8.3 Type de produits
Bâtiment : les produits de bâtiment peuvent être ventilés en trois groupes :
- Gros œuvre : surtout les terrassements et les fondations ainsi que la maçonnerie de la structure des villas, des
habitations marocaines et des petits immeubles.
- Second œuvre technique : surtout la plomberie-sanitaire, la menuiserie bâtiment (portes et fenêtres) et l'électricité.

- Second œuvre de finition : pour les revêtements sol (mosaïque) et mur (zellige), la peinture-vitrerie et la décoration en
plâtre.

Technicien Spécialisé en génie-civil 23/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
2. LA FEDERATION NATIONALE DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS (FNBTP)

La FNBTP, l'organisme professionnel représentant les entrepreneurs du secteur, consciente de la place et du rôle
qu'occupe le secteur qu'elle représente dans le processus de développement du pays a œuvré pour que l'entreprise du BTP
joue pleinement son rôle, pour que notre pays réussisse sans grandes pertes son intégration dans l'économie internationale
caractérisée par une mondialisation agressives où seules les entreprises compétitives trouvent leurs places.
Relever les défis de la mondialisation et répondre aux exigences de la compétitivité, revient à relever le niveau de
l'entreprise dans tous les aspects humains, techniques et financiers.
La FNBTP s’est alors assignée entre autres deux missions majeures :
 Le développement et la mise à niveau des entreprises et particulièrement :
- L’organisation de la profession d’entrepreneur BTP.

- La représentation des entreprises du BTP auprès des Pouvoirs Publics.

- Concertation avec les Pouvoirs Publics et avec les intervenants dans l’acte de bâtir (Architectes, BET, Promoteurs...).

- La défense des intérêts spécifiques des entreprises BTP.

- La mise à niveau technique et technologique

- La formation et l’alphabétisation

 La formation des chefs d’entreprises, de cadres et des techniciens


- La FNBTP organise des actions de formation et d’information sur des thèmes réglementaires ou techniques pour les
chefs d’entreprises, les cadres et techniciens.

OBJET DE FORMATION B : RECUEILLIR DE L’INFORMATION SUR LA NATURE ET LES EXIGENCES DE L’EMPLOI


OBJET DE FORMATION C : DECRIRE LES FONCTIONS ET LES TACHES PROPRES A L’EXERCICE DU METIER

3. LE METIER DE TECHNICIEN SPECIALISE EN GENIE CIVIL (TS-GC)

Peu de gens réalisent un projet important sans l’avoir soigneusement préparé. Qu’en est-il du vôtre ? Possédez-vous
suffisamment d’information sur le métier dont vous entreprenez l’apprentissage ?
Sans doute connaissez-vous certains aspects du travail du Technicien Spécialisé en Génie Civil (TS-GC) et peut-être
souhaitez-vous travailler dans un type d’entreprise en particulier. Cependant, vos chances d’avoir une vision réaliste du
métier augmentent en vous informant davantage et en considérant plusieurs secteurs d’activités.
Ce chapitre a pour but principal de vous renseigner sur le métier du Technicien Spécialisé en Génie Civil (TS-GC). Il vous
prépare d’abord à la recherche d’information et vous éclaire sur le milieu, la nature et les conditions de travail. Il décrit en
outre les tâches principales relatives aux fonctions de TS-GC. Il aborde enfin les modalités d’évaluation propre à cette
formation à fort caractère professionnel.
3.1 LES TACHES PRINCIPALES D’UN TECHNICIEN SPECIALISE EN GENIE CIVIL (TS-GC)
Le Génie Civil est la discipline qui traite la construction dans son sens le plus large : bâtiments, ouvrages d'art,
routes, production et distribution d'énergies, restauration des monuments et bâtiments anciens... C'est un
domaine d'activité important au Maroc. Le génie civil comprend tout le domaine de la construction. Il regroupe les
secteurs du bâtiment et des travaux publics.
L'emploi du Technicien Spécialisé Génie Civil (TS-GS), chef d’équipe exige une qualification de haut niveau dans
le secteur de la formation professionnelle. Au sein des entreprises du bâtiment et des travaux publics (BTP), il est
amené à réaliser une diversité d’activités spécifiques au secteur du BTP dont la complexité dépend du type et de
l’ampleur du chantier, de l’importance et de la spécialisation de l’entreprise.
Technicien Spécialisé en génie-civil 24/32
École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
Le Technicien Spécialisé en Génie Civil (TS-GS), à son initiative ou selon les directives des ingénieurs :
- Participe,dans un bureau d’études ou de méthodes, aux projets de la conception et à la préparation des ouvrages
(plans, devis, programmes et calculs.
- Collabore, sur les chantiers, à la responsabilité de l’exécution, conduite des travaux, coordination des corps d’état, etc.

- Exerce au sein des administrations, des organismes publics ou semi-publics et firmes privées des activités de
conception, de gestion et de suivi des projets
- Est chargé, au sein d’un laboratoire d’essais ou de recherche, de l’organisation, de l’exécution et du dépouillement des
programmes d’essais et d’expérimentations
- Réalise des activités spécifiques au secteur de l’environnement et de l’ingénierie des matériaux

- Respecte l'environnement et applique la réglementation sur le développement durable, tout particulièrement dans la
gestion des déchets de chantiers et dans l'utilisation des matériaux et produits.
3.2 CONDITIONS DE TRAVAIL D’UN TS-GC
3.2.1 Milieu de travail
Les évolutions techniques, les évolutions des organisations de travail et de gestion des ressources humaines
dans le Bâtiment et les Travaux Publics se caractérisent surtout par une mécanisation progressive de la
production sur chantier qui est due à la concomitance de trois phénomènes :
- Une adaptation nécessaire de la taille de l’équipement du matériel au type de chantier

- Le développement de nouvelles technologies installées sur les engins et permettant une amélioration sensible de la
productivité et de la qualité des ouvrages
- Une introduction marquée des Technologies d’Information et de Communication (TIC) dans les différents secteurs
d’activité du BTP
De ce fait, les évolutions majeures portent sur le matériel utilisé, l’ingénierie suivie, la planification, l’organisation
et la gestion des projets et des chantiers, ainsi que sur les matériaux et leur mise en œuvre.
Il convient de noter par ailleurs que la réalisation de grands travaux associée à la réduction des délais
d’exécution a contribué à faire évoluer les systèmes de travail dans les différentes activités BTP.
La diversité des activités du secteur génie civil permet au technicien spécialisé d’exercer:
- Dans un bureau d’ingénieurs-conseils où il participe aux projets de la conception à la préparation des ouvrages (plans,
devis, programmes et calculs).
- Dans une entreprise de construction où il collabore à la responsabilité de l’exécution (conduite des travaux, coordination
des corps d’état, etc.)
- Dans les laboratoires d’essais ou de recherche où il peut être chargé de l’organisation de l’exécution et du
dépouillement des programmes d’expériences.
- Dans des usines de fabrication de matériaux ou de produits ou il peut réaliser des activités de production, de contrôle,
d’organisation et de gestion, etc.
- Dans les offices, municipalités, collectivités locales et administrations publiques où il peut exercer toute une diversité de
tâches (collecte des données, études techniques, suivi et contrôle des travaux, réception des travaux, la gestion des
marchés, etc.)
Les Techniciens Spécialisés en Génie civil peuvent exercer dans des grandes entreprises privées comme ils
peuvent le faire au sein des PME. Ils sont recherchés par des administrations techniques ainsi que par des
établissements publics, des collectivités locales et des agences spécialisées.
3.2.2 Lieu de travail (à l’intérieur, extérieur, bruit, produits dangereux,…)
Les activités des Techniciens Spécialisés en génie civil s’exercent fréquemment en plein air (chantiers routiers,
constructions de bâtiments et d’ouvrages d’art, chantiers de barrage, carrières, terrassements, voiries…). Elles
peuvent également se dérouler en sous terrains (tunnels, alimentation en eau potable, travaux d’assainissement)

Technicien Spécialisé en génie-civil 25/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
comme à l’intérieur (usines, laboratoires, fabrication de matériaux…). Les chantiers se situent sur un site dégagé
(rase campagne) ou en milieu encombré (site urbain avec circulation importante ou non, villages).
Les risques que les Techniciens Spécialisés en génie civil encourent dans l’exercice de leur profession sont liés
à leurs domaines d’activité. Des dispositions règlementaires en matière de sécurité de travail sont prévues par la
législation en vigueur. Des consignes propres à chaque type d’activité complètent utilement cette législation. Des
pratiques de sécurité sont suivies (signalisations, ports de casque, affichage des consignes et de la
règlementation sur les lieux de travail…)
Les chantiers en plein air sont généralement bruyants et les poussières notamment en saisons sèches y sont
abondantes. En été les températures peuvent devenir insupportables et en saisons humides et froides les
conditions de travail sont plutôt inconfortables
Les risques d’accidents de chantiers peuvent survenir notamment quand les ouvrages ne sont pas correctement
conçus ou exécutés ou lorsque les consignes de sécurité ne sont pas strictement suivies (éboulements de terrain,
effondrements de structures, inondations, chutes d’engins, accidents de circulation dans les grands chantiers,
etc.)
Les risques de santé à moyen ou long termes dus à la manipulation de ou à l’exposition aux produits chimiques
et produits toxiques (amiante, gaz en travaux souterrains, bitumes et autres produits) .
3.2.3 Responsabilités confiées, degré d’autonomie, collaboration et travail en équipe
Par sa formation de haut niveau et l’étendue du spectre des compétences acquises tant spécifiques que
générales, le technicien spécialisé en génie civil (TS-GC) de l’EM-BTP est formé pour pouvoir exercer chez les
différents opérateurs du secteur du génie civil de natures et de tailles variables: les administrations publiques, les
collectivités locales, les offices, les entreprises et les bureaux d’ingénieurs conseils.
Le TS-GC peut exercer en équipe dans des grandes organisations structurées différentes fonctions et
responsabilités sous l’autorité d’un ingénieur. Dans ce contexte il est appelé à développer un bon esprit d’équipe
pour un travail collaboratif efficient.
Il peut assumer ultérieurement, après acquisition d’une expérience suffisante, des responsabilités du niveau
ingénieur maison.
Il peut tout aussi bien, après acquisition d’une expérience suffisante et s’il est doté d’un bon esprit d'initiative et
d’entreprenariat, exercer en indépendant pour son propre compte.
Le travail des TS-GC s'effectue généralement en équipe multidisciplinaire et dans le cadre du champ de
compétence reconnu par les lois et les règlements en matière d'exercice professionnel. Selon le type d'entreprise,
les techniciens spécialisés travaillent avec des ingénieurs, des entrepreneurs, ou encore avec des personnes du
domaine municipal ou manufacturier. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.
3.2.4 Environnement de travail :
Le travail des TS-GC s'effectue généralement en équipe multidisciplinaire et dans le cadre du champ de
compétence reconnu par les lois et les règlements en matière d'exercice professionnel. Selon le type d'entreprise,
les TS-GC travaillent avec des ingénieurs, des entrepreneurs, ou avec des personnes du domaine municipal ou
manufacturier. Ils peuvent également être des travailleurs autonomes.
Leurs travaux sont soumis aux dispositions législatives et réglementaires en matière de construction, de réfection,
de protection de l'environnement, de santé et de sécurité au travail.
3.2.5 Horaires de travail, heures supplémentaires
L’environnement du travail dépend de l’organisation dans laquelle exercera le TS-GC. Les administrations et les
établissements publics ont leurs règlementations biens définis en matière d’horaires de travail et d’heures
supplémentaires.
Il en est généralement de même pour les organisations privées. Mais les spécificités des projets de génie civil et
certaines contraintes environnementales naturelles ou sociales peuvent imposer des horaires contraignants et
des organisations particulières auxquels le TS-GC est appelé à s’astreindre. Ces pratiques et traditions sont
Technicien Spécialisé en génie-civil 26/32
École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
généralement connues et acceptées par les professionnels de génie civil. Certaines de ces contraintes donnent
droit à des heures supplémentaires et entraînent souvent des rémunérations conséquentes.
La prise de poste et le retour de fin de journée se font généralement au centre de travaux. Le temps de travail
effectif est réalisé sur le chantier, le temps de trajet est décompté de façon distincte. Les chantiers éloignés
induisent des déplacements. Leur fréquence et leur durée dépendent de l'activité et de la spécialisation de
l'entreprise.
Les horaires de travail d’un TS- sont sujettes aux aléas climatiques, aux délais des réalisations des chantiers, aux
contraintes spécifiques du lieu du chantier
- Il peut travailler en postes (3x8 heures ou 2x10 heures)

- Il peut être amené à effectuer des heures supplémentaires


3.2.6 Normes et règlements
Leurs travaux sont soumis aux dispositions législatives et réglementaires en matière de construction, de réfection,
de protection de l'environnement, de santé et de sécurité au travail.
Les normes et les pratiques dans le domaine des TP stipulent normalement que les entreprises sont tenues de
prendre les mesures de protection et de salubrité prévues par les règlementations en vigueur.
Il est recommandé que l’EM-BTP adopte notamment un manuel de référence en termes de réglementation, de
sécurité et d’hygiène dans les chantiers des travaux publics.
3.2.7 Communication
De par la diversité des ses activités et de ses partenaires professionnels le TS-GC doit développer une bonne
capacité de communication en général et dans le domaine technique en particulier. Dans ce but, les techniques
d’expression et de communication ont été récemment introduites dans les différents cursus de formations
professionnelles, pour répondre à la demande du secteur socioprofessionnel.
Le Technicien spécialisé en génie civil doit tout d’abord communiquer adéquatement avec les professionnels
impliqués dans la réalisation des tâches relevant de ses fonctions usuelles. Dans ce cadre, il doit savoir
clairement formuler ses avis, ses observations, ses réclamations et ses instructions tant oralement que par écrit
(rapports et autres pièces écrites)
Il doit également développer la compétence en communication nécessaire avec les autres acteurs et décideurs
agissant dans le secteur (Responsables administratifs, responsables financiers, , communication professionnelle,
etc.). Il doit au minimum pouvoir :
- Rendre compte à la hiérarchie

- Comprendre et appliquer les consignes de travail,

- Renseigner un rapport journalier,


- Rendre compte oralement ou par écrit des travaux effectués et des éventuels problèmes rencontrés.
Le TS-GC communique fréquemment avec :
- Les collègues dans le cadre du travail en équipe

- Les fournisseurs extérieurs en cas de location et d'approvisionnement sur chantier

- Les riverains et les usagers.

- Les représentants des organismes de sécurité et de contrôle.

- Les représentants du Maître d'œuvre ou du Maître d'ouvrage.


3.2.8 Facteurs de stress
Les facteurs de stress sont nombreux et variés. Ils peuvent être liés à :
- La rigueur et la difficulté du métier qui utilise des techniques avancées et des engins de plus en plus sophistiqués. Le
technicien spécialisé doit souvent opérer avec des équipes constituées de ressources humaines insuffisamment
Technicien Spécialisé en génie-civil 27/32
École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
qualifiées ou dont la culture professionnelle n’a pas toujours suivi les récents développements technologiques et les
pratiques du domaine.
- L’absence de formation continue pour les recyclages de ces cadres moyens (technologie, processus, organisation,
normes et qualité, environnement, règlementation)
- La survenance des pannes d’engins et d’outils notamment sur des chantiers éloignés et pour des équipements
technologiquement avancés (numérique)
- La rigueur de l’organisation et le respect des délais notamment pour les grands projets.

- La pratique de cumul de responsabilités et l’exigence du respect des délais et de la qualité


- L’irrégularité de la fourniture des matériaux et ses conséquences sur l’avancement des travaux et le respect des délais
et de la qualité
- L’attitude sociale des travailleurs et l’application du code de travail

- L’approbation des plans et les arrêts plus ou moins longs des chantiers qu’elle peut entraîner

- la réception retardée des travaux et leurs règlements dans les délais impartis
- La mondialisation et sa concurrence effrénée
3.2.9 Santé et sécurité
La santé et la sécurité au travail du TS-GC découlent de la nature de la profession et du lieu de son exercice. Ces
deux aspects ont été développés au paragraphe ci haut intitulé « Lieu de travail ».
3.3 NIVEAU DE FORMATION ET QUALITES REQUISES
Le technicien spécialisé est un niveau de formation reconnu par l’Etat. Il correspond à un Bac+2. Les cursus de
formation sont accrédités par le département de la formation professionnelle.
L’accès à ce niveau de formation nécessite la possession du baccalauréat de l’enseignement secondaire ou son
équivalent en Sciences et Sciences et Techniques
Le travail de technicien spécialisé en génie civil (TS-GC) est très varié et exige les qualités suivantes :
- Des aptitudes et des compétences en sciences et en mathématiques pour la maîtrise et l’usage des techniques et
pratiques du génie civil en situation de travail,
- Des aptitudes pour le dessin (lecture, production, interprétations, adaptations)

- L’intérêt pour le travail sur les chantiers

- La fiabilité tant professionnelle que comportementale,

- La méthode, la minutie et l’ordre exigés par la complexité des projets tant en conception qu’en réalisation et suivi,

- Une habileté de perception pour la bonne gestion et la conduite adéquate de projet,

- Le dynamisme et le sens des responsabilités,

- Le sens de l’organisation,

- L’esprit d’équipe et une capacité de communication

- La gestion du stress et la capacité d’adaptation.


3.4 PERSPECTIVES D’EMPLOI ET CONDITIONS SALARIALES
3.4.1 Perspectives
Les perspectives d’emploi sont liées aux projets et programmes nationaux. Actuellement les projets structurants
ont créé de fortes perspectives d’emplois voire des carences critiques en ressources humaines qualifiées dont
celles des techniciens spécialisés en génie civil .Ce manque est aggravé par des offres de formations limitées
dans ce domaine et pour ce créneau (DUT dans l’EST de Salé et des Licences professionnelles à effectifs
réduits dans quelques universités). Les formations d’adjoints techniques lancés en début d’indépendance ont été
soit supprimées soit considérablement réduites conduisant la carence flagrante d’aujourd’hui. Les perspectives
d’emploi des TS-GC sont plutôt élevées compte tenu des programmes nationaux structurants lancés par les
Technicien Spécialisé en génie-civil 28/32
École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
différents départements. Ces perspectives sont renforcées par les tendances de délocalisation de grandes
sociétés étrangères au Maroc.
Pour illustrer cette tendance, le département en charge de l’habitat a annoncé lors de la création de la fondation
Adhoha que le bâtiment est l’un des secteurs qui emploie le plus au Maroc (plus de 1 million de salariés opèrent
dans cette activité à fin 2010). Par ailleurs la Fondation Adhora vient de démarrer trois centres pour la formation
de 5000 jeunes dans les différentes activités du bâtiment. Pour compléter la pyramide professionnelle du secteur
et encadrer et utiliser adéquatement ces jeunes, il faudrait former des Techniciens spécialisés en profils et en
effectifs convenables.
Les associations professionnelles du Génie civil dont la FNBTP et l’AMCI ne cessent de rappeler aux décideurs le
manque de ressources qualifiées et ses répercussions sur leurs activités et développements tant nationaux
qu’internationaux.
Le Ministère de l’équipement et du transport rappelle à chaque occasion ce manque de ressources humaines
qualifiées et son impact tant quantitatif que qualitatif sur la réalisation des ses projets structurants.
L’état a lancé à cor et cri le programme de la formation de 10.000 ingénieurs et technologues. Ce sont
essentiellement des ingénieurs, des Masters et des Licenciés professionnels. Si l’on respecte la pyramide
professionnelle et l’on retient un ratio de quatre TS pour un ingénieur ou équivalent, il faudrait envisager la
formation de quelque 40.000 TS dont au moins un quart reviendrait au génie civil, soit donc 10.000 TS-GC.
3.4.2 Possibilités d’avancement
Les possibilités d’avancement sont bonnes. Elles seraient même trop bonnes notamment dans le secteur privé
compte tenu de la pression du marché et de la carence en formation. Nombre de TS-GC opèrent à des niveaux
supérieurs à ceux pour lesquels ils sont préparés que ce soit dans le privé, le semi-privé ou le public.
3.4.3 Rémunération moyenne
La rémunération est fortement liée aux types d’activités et à la taille et nature des organisations :
- Pour le public, le salaire est fixé par la fonction publique conformément au statut de ce corps de métier. Le salaire
d’entrée est aujourd’hui de 4000 DHS. L’évolution de ce salaire suit une grille arrêtée par la fonction publique.
- Dans le secteur semi-public, la rémunération est généralement supérieure à celle du public et inclut souvent un
treizième voire un quatorzième mois et autres primes de rendement. La rémunération moyenne dans ce secteur est de
6000.
- Dans le secteur privé, elle est fortement variable avec la nature de l’activité, la taille de l’entreprise, les responsabilités
assumées et l’expérience du TS. La rémunération moyenne se situerait aux alentours de 7000.
3.4.4 Place des femmes dans la profession
La part des femmes dans la profession reste faible surtout sur les chantiers où les contraintes et les conditions
d’exercices sont sévères. Il n’est pas exclu que leur nombre soit promu à la hausse notamment dans les
administrations et dans les bureaux d’ingénieurs conseils.
3.5 IMPACT DE LA PROFESSION SUR L’ENVIRONNEMENT
Les travaux et ouvrages de génie civil affectent significativement et durablement l’environnement. D’ailleurs c’est
dans les formations de génie civil qu’ont été développés les premiers enseignements en matière
d’environnement.
Le secteur de l’eau est le premier concerné que ce soit en traitement et assainissement de l’eau ou en protection
des nappes souterraines (rejets d’eau non traitée, pollutions industrielles, pollutions par les huiles et déchets des
chantiers intrusions d’eau marines, etc.).
Les chantiers de GC peuvent être la ressource de plusieurs types de pollutions :
- Des pollutions d’air par l’émission de poussières ou de gaz d’échappement,
- Des pollutions soniques par l’émission de bruits d’engins et autres équipements à des niveaux élevés de décibels ou par
l’émission d’ondes sismiques préjudiciables aux structures et infrastructures avoisinantes.

Technicien Spécialisé en génie-civil 29/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
- Des pollutions par les rejets d’huiles et autres résidus

- Des écoulements d’eau des travaux

- Des remblais non enlevés créant des ennuis de circulation et pouvant entraîner des stagnations d’eau avec
toutes les conséquences possibles
- Des excavations laissées ouvertes avec toutes les conséquences en matière de sécurité, de gêne et d’agression
visuelle
- Des signalisations abandonnées après les replis de chantier

- La gêne des autres utilisateurs, notamment urbains, de l’espace dans lequel se déroulent les travaux
A l’instar des autres secteurs, celui du Génie Civil s’engage à entreprendre des dispositions et adopter des
mesures de nature à éviter les pollutions précitées et à préserver l’environnement, Parmi ces mesures et dispositions :
- Le stockage des hydrocarbures

- Le tri des déchets

- Le maintien d’un chantier propre

- Le recyclage des huiles usagées

- La décantation sous forme de bassins provisoires des eaux de ruissellement des chantiers

- Le respect de l’environnement social et naturel (horaires de travail, niveau de bruit, poussières, encombrement de
l’espace et réduction des gênes)

Technicien Spécialisé en génie-civil 30/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
OBJET DE FORMATION D : RECUEILLIR L’INFORMATION SUR
LE PROGRAMME ET LA DEMARCHE DE FORMATION ET D’EVALUATION

1. LA FORMATION ET LES MODALITES D’EVALUATION DES TS-MEBTP A L’EMBTP DE SETTAT


1.1 4.1 Organisation de la Formation des Techniciens Spécialisés en Maintenance des Equipement de BTP
La formation des Techniciens Spécialisés en Génie Civil (TS-GC) à l’EMBTP se déroule sur deux années. Le programme
comporte :
- Des formations générales nécessaires à l’acquisition des formations spécifiques,

- Des formations spécifiques préparant à l’exercice du métier du TS-GC

Les conditions d’accès en tiennent compte notamment en matière de maîtrise de la langue française et des connaissances
en mathématiques et physique (niveau Bac).
La programmation semestrielle des modules est conçue pour permettre aux stagiaires l’acquisition des connaissances, des
savoir-faire et des pratiques selon un cheminement facilitant l’acquisition des compétences visées.
Les volumes horaires sont équilibrés entre les quatre semestres de la formation. La recherche de cet équilibre et la
nécessité des séquençages des modules ont conduit à dispenser certains modules sur deux, voire trois semestres. Le
volume horaire semestriel moyen est de l’ordre de 400 heures. Les volumes horaires semestriels des modules de la filière
sont précisés dans son logigramme.

 Durée de la formation et des contrôles


 La formation se déroule sur deux ans avec un volume horaire total de 1855 heures
réparties en :
 1665 heures à l’Ecole
 160 heures en milieu professionnel
 30 heures de travail personnel (PFE)
 Le de fin de modules est inclus dans le volume du module (cf. plan de formation des
modules)
 Les examens de fin de semestre sont prévus au cours des 14éme et 15éme semaines de
ce semestre. Le volume horaire global de ces examens est estimé à 155 heures. Ce
volume horaire n’est pas compris dans le volume horaire totale de la formation précité.
Il en résulte que le volume global toutes activités comprises s’élève à 2010 heures
 Organisation semestrielle des formations
 L’organisation globale est semestrielle (4 semestres) :
 L’organisation des activités des formations est hebdomadaire. Le volume horaire moyen
d’une semaine est de 34 heures.
 La formation comporte, outre les formations en groupes, des activités individuelles de
synthèse sous forme d’un projet personnel (Module : GC-PFE de 190 heures) sous forme :
- D’activités de 4 semaines (Un stage de 160 heures au total) en milieu professionnel
consistant en l’exécution de tâches en milieu professionnel et en leur validation par le
tuteur du stagiaire. Le stage se déroule à la fin du semestre 2 en été.
- D’un travail personnel de synthèse (30 heures à l’Ecole) destiné à la préparation d’un
mémoire établi après les activités en milieu professionnel et soutenu devant un jury
composé de formateurs et de professionnels.
 Durée de la formation par semestre
 Semestre 1 (390 heures : 15 semaines dont deux d’examen)
- Modules transversaux : 240 heures
- Modules spécifiques : 150 heures
 Semestre 2 (420heures: 15 semaines dont deux d’examen)

Technicien Spécialisé en génie-civil 31/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1
- Modules transversaux : 210 heures
- Modules spécifiques : 210 heures
- Stage d’été fin semestre 2: 160 heures
Semestre 3 (420 heures: 15 semaines dont deux d’examen)

- Modules transversaux : 60 heures
- Modules spécifiques : 360 heures
 Semestre 4 (435 heures: 15 semaines dont deux d’examen)
- Modules transversaux : 0 heure
- Modules spécifiques : 435 heures
- Travail personnel : 30 heures
 Domaines majeurs de la formation
Les domaines majeurs de la formation sont :
- Les formations générales
- Les formations en sciences et techniques
- Les formations technologiques et pratiques spécifiques à la profession du TS-GC
- Les formations en milieu professionnel
L’architecture pédagogique de la formation précise les modules relatifs à chacun de ces domaines
majeurs
 Spécificité de la formation
- La formation du technicien spécialisé en génie civil comporte des formations de base
de génie civil, en matière de résistance de matériaux, d’hydraulique, de géologie et
géotechnique, ainsi qu’en matériaux. Elle inclut des techniques et des technologies
spécifiques au génie civil, tel le dessin, la DAO, la topographie. Elle consacre une
large part à des formations pratiques dans des domaines spécifiques tels le bâtiment,
les routes, les ouvrages d’art et les VRD. La formation de TS-GC est complétée par
des formations en mathématiques, anglais, techniques d’expression et de
communication, technologies d’information et de communication, et économie et
gestion d’entreprise.
- La formation est basée sur l’approche par compétences. Ainsi la formation comporte
des compétences spécifiques portant sur le corps de la profession et des
compétences transversales dont l’acquisition contribue à l’assimilation optimale des
compétences spécifiques.

 Conférences Techniques et Visites


- Le caractère professionnel de la formation sera renforcé par l’organisation de
conférences spécifiques données par des professionnels permettant ainsi un contact
entre les stagiaires et le monde du travail et des suivis des évolutions des
connaissances et des pratiques.
- Des visites de laboratoires et de chantiers devront être organisées pour permettre aux
stagiaires d’observer des activités, travaux et organisations tels que pratiqués en
milieu professionnel.

1.2 Modalités d’évaluation


Les modalités d’évaluation des formations sont spécifiques à chaque module. Elles sont précisées dans le guide
d’évaluation de chaque module et le cas échéant dans l’organisation des cours ou pratiques sous forme d’exercice
d’application. Ces modalités peuvent être contextualisées si besoin est pour aboutir à des évaluations plus pertinentes.

Technicien Spécialisé en génie-civil 32/32


École EMBTP de SETTAT GS-Module 1