Vous êtes sur la page 1sur 26

1

Le soudage automatique à l’arc électrique sous flux en


poudre avec fil électrode (121).
1 - Définition du procédé de soudage.
Le soudage électrique à l’arc sous flux solide
électro-conducteur (SAW : Submerged automatic
welding) est réalisé à partir d’un arc électrique créé
et entretenu entre le fil électrode d’apport de métal
(de Ø 1,6 à Ø 6 mm) dévidé à une vitesse constante
et la pièce à souder. Un dépôt continuel de flux en
poudre (parfaitement étuvé et de granulométrie
homogène) recouvre l’extrémité du fil électrode et la
pièce à souder. La fusion est accompagnée d’un
dégagement gazeux. L’arc de soudage et le bain de
fusion sont non visibles pendant le soudage.
L’énergie calorifique de l’arc fait fondre localement
la pièce à assembler, le fil électrode et une partie du flux en poudre pour constituer le bain de
fusion et après refroidissement le cordon de soudure recouvert d’un laitier solidifié protecteur.

Macrographie d’une soudure A.S.F.

Assemblage avec interpénétration des


cordons de soudure

2 - Principe du procédé de soudage A.S.F.


Ce processus présente d’importantes similitudes avec le soudage MIG/MAG dans le sens où un
arc électrique est également entretenu entre un fil-électrode fondant amené en continu et la pièce.
Contrairement au soudage MIG/MAG, on n’utilise cependant pas de gaz pour protéger le bain de
fusion de l’effet de l’air environnant, mais un flux de protection de soudage en granulés calibrés
appelé flux en poudre.
La bobine de fil électrode est placée dans un dévidoir motorisé automatique et le fil est déroulé
du dévidoir à la sortie de la buse de la tête de soudage comme dans le cas du soudage
MIG/MAG.
La poudre est stockée dans une trémie. Un distributeur assure l’alimentation gravitaire en poudre
qui est branchée par une dérivation sur la tête de soudage de manière telle qu’elle soit déposée
uniformément autour du fil avant l’arc de soudage.
La poudre consommée et fondue forme, outre les gaz protecteurs nécessaires, le laitier. Le flux
en poudre non fondu est récupéré à l’aide d’un aspirateur et le flux est recyclé après tamisage.
La tête de soudage est reliée sur la borne électrique de sortie généralement positive du générateur
de soudage à courant continu : l’intensités peut atteindre voire dépasser les 1000 ampères. Dans
2
certains cas, le courant peut être alternatif (intensités supérieures à 1000 ampères). La masse est
reliée au générateur et est placée sur la pièce à souder. L’arc jaillit lorsque l’opérateur actionne le
bouton électrique du coffret de commande et que la pointe du fil électrode touche la pièce à
souder.
Le procédé de soudage est essentiellement utilisé en installation automatique sur banc, chariot
automoteur ou potence de soudage. Il est principalement utilisé pour le soudage en position à
plat sur des tôles bout à bout ou en angle.
Le soudage sous poudre est déjà assez répandu mais nettement moins que le soudage MIG ou
TIG. Il concerne le soudage d’épaisseurs moyennes à fortes, sur de grandes longueurs.

3 - Avantages du procédé de soudage.


Comme le nom l’indique, le soudage sous poudre est caractérisé par l’utilisation de poudre en
guise de protection contre l’air environnant. Les pertes de chaleur limitées, augmentant d’une
part la pénétration et le mélange et d’autre part la vitesse de fusion, constituent un effet
secondaire positif de l’utilisation de poudre.
le soudage sous poudre est un processus très productif. Moyennant un concept et un contrôle
adéquats du processus, celui-ci garantit, de plus, une grande qualité de soudage. Outre la
pénétration profonde, la production de fumée et l’émission de lumière minimes constituent
d’autres atouts.
Il s’agit, enfin, d’un procédé automatique : la fonction de l’opérateur est ramenée au démarrage
du processus, au réglage des paramètres et au contrôle de l’installation pendant le
fonctionnement. C’est justement parce que le facteur humain est fortement réduit que la fiabilité
est importante.

 Grande vitesse de soudage (40 centimètres / minute à 2 mètres / minute)


 Pénétration très importante
 Taux de dépôt de 3 à 10 kilogrammes par heure
 Pas de préparation de chanfrein dans certains cas
 Très bel aspect du cordon lorsque les paramètres sont correctement réglés
 Limitation des déformations
 Arc non visible - Confort de l’opérateur (pas d’émission de rayons U.V.)
 Pratiquement aucune émission de fumées
 Large gamme d’épaisseur et d’application
 Bonnes qualités de joint et bonnes caractéristiques mécaniques
 Bonne répétitivité des paramètres de soudage

4 - Applications du soudage sous flux en poudre 121

Le soudage sous flux en poudre est idéal pour les soudures longitudinales et circulaires ainsi que
pour le soudage d’angle. Le soudage d’angle peut être réalisé à plat comme verticalement. Pour
les soudures circulaires, la pièce est en rotation sous une tête automatique de soudage fixe. Le
soudage a lieu généralement à plat.

En fonction de l’épaisseur du matériau, le soudage peut être exécuté selon la technique simple
couche ou plusieurs couches. Le soudage sous poudre est principalement appliqué pour le
soudage de types d’acier de construction, de types d’acier faiblement alliés et inoxydables. Il
convient aussi pour souder quelques non ferreux avec un choix judicieux du fil-électrode et de la
combinaison de poudre. Les applications ont beau sembler assez diverses, il s’agit du point faible
de ce procédé de soudage. En raison de la fluidité du bain de fusion, du laitier fondu et de la
3
tendance à l’écoulement de la couche de poudre, le soudage de soudures circulaires est
généralement exécuté à plat (position PA ou PB).

Plus concrètement, le processus est limité en gros aux positions PA (à plat) et PB (soudage
d’angle vertical). Autre restriction: normalement, le procédé ne peut être utilisé qu’à partir d’une
épaisseur de tôle de 4 / 5 mm.

 Soudage de pièces d’épaisseurs supérieures ou égales à 5 mm


 Soudage de tubes de diamètres extérieurs supérieurs à 600 mm (sans dispositifs spéciaux de
maintien du flux comme les sabots)
 Soudage des aciers au carbone
 Soudage des aciers faiblement alliés
 Soudage des aciers inoxydables
 Soudage des aciers réfractaires
 Soudage bout à bout à plat
 Soudage d’angle à plat ou en gouttière

5 - Installation de soudage pour l’arc


automatique sous flux.
Un générateur de courant continu ou alternatif
(200 à 2000 Ampères)
Un banc de soudage ou une potence de
soudage.
Une ou plusieurs têtes de soudage avec câble
conducteur.
Une trémie d’alimentation du flux en poudre.
Une pince de masse avec câble conducteur.
Un aspirateur avec tamisage pour le recyclage
du flux.
Une étuve spéciale à flux solide.
Un marteau à piquer et une brosse métallique
Une tenaille ou coupe-fil pour couper le fil électrode

6 - Variante des techniques de soudage utilisées avec le procédé

Le procédé est utilisé principalement avec un seul fil électrode appelé soudage mono fil.
Toutefois, en fonction des objectifs techniques recherchés, il est possible de trouver les
configurations suivantes :
Soudage twin-arc:
Dans le cadre de cette variante, deux fils généralement fins sont amenés par un seul moteur et
par la même pointe de contact. Aux distances de fil habituelles (2 à 4x le diamètre du fil), les
deux fils de soudage fondent dans un même espace d’arc. On peut ainsi influencer la largeur du
cordon de soudage. Ce processus est caractérisé par une vitesse de fusion élevée.

Soudage tandem:
Ici, deux fils, raccordés chacun à leur propre source de courant, sont amenés séparément. Le
soudage tandem permet donc d’appliquer par fil des intensités de courant plus élevées, ce qui
donne une fusion pouvant être plus que doublée.
Dans le cadre de ce processus, les 2 arcs de soudage remplissent des tâches différentes. Le
4
premier fil est raccordé au courant continu et est utilisé pour obtenir la grande pénétration. Le
deuxième fil, raccordé au courant alternatif, est utilisé pour remplir la soudure.

 Soudage bi-fils tandem (deux fils, un fil devant l’autre, dans la même torche)
 Soudage bi-fils transverse (deux fils, un fil à côté de l’autre, dans la même torche)
 Soudage à plusieurs électrodes (plusieurs générateurs, plusieurs têtes)
 Soudage à arcs jumelés en tandem (deux têtes l’une devant l’autre)
 Soudage avec apport de fil chaud

7 - Différents types de flux en poudre utilisés.

Les flux sont composés d’oxydes de manganèse, de silicates complexes de chaux, d’alumine. Ils
sont utilisés sous forme de granulés calibrés obtenus par concassage ou frittage. La
granulométrie est plus ou moins fine et varie en fonction de la forme du joint et de l’intensité de
soudage. Plus la granulométrie est fine, plus le cordon de soudure est large et moindre est la
pénétration.
 Flux fondu : Les ingrédients (Manganèse-silicate ou Calcium-silicate) sont mélangés et
traités dans un four électrique à l’arc. Le produit obtenu est parfaitement homogène. C’est le
type de flux qui résiste le mieux à l’opération de recyclage par aspiration. Les flux fondus
sont peu hygroscopiques (reprise d’humidité).
 Flux aggloméré : Les ingrédients (Alumine ou fluorure) constitués de poudres métalliques et
de produits minéraux sont agglomérés avec un liant silicate de sodium) dans un four à basse
température. Les flux agglomérés sont sensibles à la reprise à l’humidité.

Le flux en poudre a trois rôles principaux :


 Électrique : Le flux est isolant à froid et est conducteur (à chaud) du courant électrique.
 Métallurgique : Le flux protège le bain de fusion de l’air ambiant. Il assure un
refroidissement lent du bain de fusion en créant un matelas d’isolation. Il permet d’apporter
les éléments chimiques spéciaux d’addition nécessaires. Il assure la scorification des oxydes
de fer existant sur les bords de tôle. Il affine le métal en fusion par l’action de ses éléments
calmants.
 Physique : Le flux fondu maintient le bain de fusion jusqu’à son refroidissement en créant
un moule à la surface du bain. Il protège l’opérateur des rayonnements U.V. en masquant
l’arc électrique.

L’indice de basicité d’un flux, calculé selon la formule de Boniszewski ci-dessous, influence les
caractéristiques chimiques et métallurgiques d’une soudure. L’indice de basicité est le rapport de
la somme des constituants basiques d’un laitier à la somme de ses constituants acides. La valeur
est généralement comprise entre 0,8 (flux acide) et 3 (flux basique).

(%CaO + %MgO + %BaO + %CaF2 + %Na2O + %K2O + 0.5x(%MnO+%FeO)


B = -----------------------------------------------------------------------------------------------------
. (%SiO2 + 0.5 * (%Al2O3 + %TiO2 + %ZrO2))
5
8 - Paramètres du soudage sous flux en poudre 121.

En raison de la présence de la poudre, l’opérateur-soudeur ne peut pas voir le bain de soudage. Il


doit donc pouvoir faire entièrement confiance au réglage et au maintien des paramètres de
soudage (intensité du courant, tension d’arc, vitesse de soudage,...). Ces facteurs influencent la
forme et la largeur du cordon de soudage comme la profondeur de pénétration et la composition
chimique du métal fondu.

8 - 1 - Intensité du soudage sous flux en poudre 121

L’intensité du courant a un impact sur différents domaines et notamment sur la surépaisseur de


soudage, sur la vitesse de fusion (kg/h) et sur la profondeur de pénétration.
Pour ce qui est de ce dernier paramètre, c’est en fait la densité de courant – l’intensité de courant
par mm² de diamètre de fil – qui est déterminante. Plus la densité de courant est élevée, plus la
pénétration est profonde.

Cela est important car dans la pratique, l’intensité du courant est déterminée sur la base d’une
profondeur de pénétration souhaitée. L’intensité du courant détermine à son tour le diamètre de
fil de soudage à utiliser.

8 - 2 - Tension d’arc du soudage sous flux en poudre 121

Une augmentation de la tension d’arc entraîne un élargissement du cordon de soudage avec une
diminution simultanée de la profondeur de pénétration.
La tension d’arc a moins d’influence sur la profondeur de pénétration que l’intensité du courant.

8 - 3 - Polarité du soudage sous flux en poudre 121

On obtient la pénétration la plus profonde lors du soudage au courant continu et avec un fil
raccordé au pôle positif.
En cas de raccord au pôle négatif, la quantité de métal de soudage fondu augmente et la
pénétration diminue.
La profondeur de pénétration lors du soudage au courant alternatif se situe entre les deux. Tout
cela est lié à la température des pôles. Elle est la plus élevée au pôle positif.

8 - 4 - Longueur de fil libre en soudage sous flux en poudre 121

Avec une longueur libre du fil accrue, la profondeur de pénétration diminuera vu qu’une partie
de la chaleur de soudage est utilisée pour préchauffer le bout de fil libre.

8 - 5 - Produits d’apport de soudage sous flux en poudre 121

Les flux en poudre utilisés pour ce procédé sont composées de minéraux fusibles granuleux
contenant des oxydes de manganèse, de silicium, de titane, de calcium, de zirconium, de
magnésium et d’autres composants. En général, les poudres peuvent être réparties de 2 manières.

Poudres agglomérées:
Produites en séchant les composants et en les liant avec un liant chimique ayant une basse
température de fusion. Ces poudres conviennent pour le soudage sur la rouille.

Poudres fondues:
Produites en mélangeant les composants et en les fondant dans un four électrique. Ces poudres
6
de soudage sont surtout intéressantes en raison de leur faible caractère hygroscopique, de leur
bonne résistance aux fortes intensités de courant et du bel aspect des soudures.

Fils d’apport :
Pour le soudage de types d’acier non alliés, on utilise normalement des fils dont le diamètre varie
de Ø 2 à Ø 4 mm. Le type de fil est choisi en fonction des propriétés mécaniques qu’on souhaite
obtenir et ce, en combinaison avec la poudre à appliquer.

9 - Influence des paramètres de soudage.

La valeur de la tension de soudage a une influence importante sur le pouvoir de détachement du


laitier déposé en surface du cordon de soudure. Le laitier se détache difficilement si :
 La tension est trop élevée (formation de caniveaux en rive de chanfrein)
 La tension est trop faible (cordon bombé, mouillage insuffisant)

Les opérateurs considèrent empiriquement que la soudure est de bonne qualité lorsque le laitier
refroidi se décolle seul du cordon de soudure lors du soudage.
En règle générale, la tension de soudage est comprise entre 26 et 32 Volts.
En règle générale, l’intensité de soudage est comprise entre 300 et 600 Ampères pour un fil
électrode de Ø 3,2 mm.

Influence des paramètres de soudage sur le cordon


Si valeurs augmentées Largeur Pénétration Représentation graphique

Intensité = +

Tension + =

Ø fil + -

Vitesse soudage - -
Grosseur de grain du
flux - +
7
10 - Quelques préparations de joints.

QUELQUES PRÉPARATIONS DE JOINTS


Epaisseur en mm Recommandations Préparation

Soudage d’un seul côté avec un support envers :


 Latte perdue
 Latte de cuivre (sauf pour les inox)
De 3,0 à 6,0 mm
 Céramique avec adhésif

 Lit de flux en poudre

De 6,0 à 12,0 mm Soudage en bi-passes : une passe par côté

Soudage en bi-passes : une passe par côté


De 12,0 à 20,0 mm Soudage en plusieurs passes (chanfrein en X symétrique ou
dissymétrique avec talon support)

Soudage en plusieurs passes (chanfrein en simple tulipe


De 25,0 à plus
avec support ou double tulipe)

11 - Position de la tête en soudage à plat.


Le fil doit être placé dans l’axe et en ligne avec le joint à
souder. L’angle d’inclinaison de la tête de soudage et du fil
doit être perpendiculaire (90°) par rapport à la surface de la
tôle à souder. Lors de soudage à grande vitesse (> 1 m /
mn), le fil est légèrement incliné (20 à 30°) dans le sens
opposé à l’avance pour améliorer la stabilité de l’arc.

12 - Position de la tête en soudage d’angle à plat.

Le fil doit être décalé sur la tôle support de 2 à 3 mm par rapport à la tôle verticale. L’inclinaison
de la tête de soudage doit être
comprise entre 25 et 35 ° par
rapport à la tôle verticale pour
éviter une fusion excessive de
la tôle rapportée. L’apparition
d’un caniveau sur la tôle
verticale est la conséquence
d’une distance de décalage
trop faible entre le fil et la tôle
verticale, d’une tension, d’une
intensité trop forte et d’une
vitesse trop rapide.
8

13 - Position de la tête en soudage sur une circulaire externe de virole

Le bain de fusion et le flux fondu sont très fluides et ils ont tendance à s’écouler sur la surface de
la pièce. Il est nécessaire de corriger la position de la tête de soudage et d’adapter les paramètres
de soudage.

 Réduction de l’intensité de soudage.


 Réduction de la tension de soudage.
 Augmentation de la vitesse de
soudage.

Le bain de fusion doit être solidifié


lorsqu’il passe devant le centre vertical
de la pièce.
La tête de soudage doit être décalée en
arrière du sens de rotation de la virole par
rapport à l’axe de la génératrice de la
virole. Le fil doit être placé en avant du
centre vertical de la pièce. Le fil doit être perpendiculaire à l’axe du joint.
Le diamètre extérieur minimum de la virole est de 500 mm environ (sans utilisation de dispositif
spécial de maintien de bain appelé sabot réalisé dans un matériau résistant à la chaleur et non
conducteur).

14 - Position de la tête en soudage sur une circulaire interne de virole

Le bain de fusion doit être solidifié lorsqu’il passe devant le centre vertical de la pièce. La tête de
soudage doit être décalée en arrière du sens de rotation de la virole par rapport à l’axe de la
génératrice de la virole. Le fil doit être placé en avant du centre vertical de la pièce. Le fil doit
être perpendiculaire à l’axe du joint. Le diamètre intérieur minimum de la virole est de 600 mm
environ.
9
15 - La préparation de joint en bout à bout bord droit sans chanfrein.

Ø fil Intensité Tension Vitesse de


Type de joint Nombre de passes
d’apport Ampères Volts soudage

Ø 2,4 1 passe endroit 310 - 340 50 - 55 cm/min


25 - 28
mm 1 reprise envers 340 - 370 50 - 55 cm/min

Ø 2,4 1 passe endroit 360 - 390 50 - 55 cm/min


28 - 30
mm 1 reprise envers 400 - 430 50 - 55 cm/min

Ø 3,2 1 passe endroit 490 - 520 40 - 45 cm/min


29 - 31
mm 1 reprise envers 520 - 550 40 - 45 cm/min

Ø 3,2 1 passe endroit 570 - 600 28 - 30 45 - 50 cm/min


mm 1 reprise envers 640 - 690 29 - 32 45 - 50 cm/min

Ø 3,2 1 passe endroit 590 - 610 28 - 30 45 - 55 cm/min


mm 1 reprise envers 640 - 690 29 - 32 45 - 55 cm/min

Prévoir des martyres de démarrage assez long pour permettre la montée des paramètres
électriques.
Prévoir un support envers pour les faibles épaisseurs < 10 mm
Le jeu entre les tôles est nul et il ne doit pas être supérieur à 0,8 / 1 mm
La hauteur de la partie terminale du fil sorti de la tête de soudage doit être de 5 à 7 fois le
diamètre du fil
Pour un fil de Ø 3,2, il faut environ 20 / 21 mm de partie terminale.
L’interpénétration des deux cordons doit être vérifiée sur un coupon témoin de soudage.
Le rapport largeur du cordon sur profondeur du cordon doit être supérieur à 0,7 pour éviter
d’éventuelles fissurations à chaud en court de soudage.
Il est recommandé de ne pas dépasser 20 / 21 Kilojoules si vous avez des résiliences à basse
température (- 20°C ou - 40° C).
Les résiliences à basse température dépendent de la teneur en carbone du métal de base qui ne
doit pas excéder 0,15% / 0,17%
La température entre passes ne doit pas dépasser 200 / 250° C pour les aciers non alliés C + Mn
L’étuvage des flux agglomérés est obligatoire. Les bords à souder doivent être parfaitement
meulés.
La surépaisseur de cordon doit être vérifiée sur les tôles non chanfreinées d’épaisseurs
supérieures à 12 mm.
Toutes ces informations ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne peuvent engagées la
responsabilité du site et de son auteur.
Ces informations ne peuvent constituées qu’une base théorique à affiner pour chaque cas de
soudage rencontré.
10

16 - La préparation de joint en bout à bout avec chanfrein XS en ASF / 121.

Ø fil Nombre de Intensité Tension Vitesse de


Type de joint
d’apport passes Ampères Volts soudage

50 - 60
Ø 3,2 1 passe endroit 550 - 590 27 - 30 cm/min
mm 1 reprise envers 600 - 650 29 - 32 50 - 55
cm/min

50 - 60
cm/min
1 passe endroit 550 - 590 27 - 30 50 - 55
Ø 3,2 1 reprise envers 600 - 650 29 - 32 cm/min
mm 2èm passe envers 550 - 590 30 - 34 40 - 45
2èm passe endroit 550 - 590 30 - 34 cm/min
40 - 45
cm/min

50 - 60
cm/min
1 passe endroit 580 - 600 27 - 30 50 - 55
Ø 3,2 1 reprise envers 620 - 680 29 - 32 cm/min
mm 2èm passe envers 600 - 620 31 - 34 35 - 40
2èm passe endroit 600 - 620 31 - 34 cm/min
35 - 40
cm/min

40 - 45
cm/min
40 - 45
1 passe endroit 600 - 650 27 - 30 cm/min
2èm passe endroit 620 - 680 29 - 32 35 - 40
Ø 3,2 1 reprise envers 600 - 650 31 - 34 cm/min
mm 2èm passe envers 600 - 650 31 - 34 35 - 40
3èm passe envers 600 - 650 31 - 34 cm/min
3èm passe endroit 600 - 650 31 - 34 35 - 40
cm/min
35 - 40
cm/min
11

50 - 55
cm/min
50 - 55
1 passe endroit 550 - 590 28 - 30 cm/min
2èm passe endroit 620 - 680 29 - 32 50 - 55
Ø 3,2 1 reprise envers 600 - 650 30 - 32 cm/min
mm 2èm passe envers 600 - 650 31 - 34 35 - 40
Xèm passe envers 600 - 650 31 - 34 cm/min
Xèm passe endroit 600 - 650 31 - 34 35 - 40
cm/min
35 - 40
cm/min

Les paramètres de tension et de vitesse d’avance des premières passes doivent être relativement
faibles pour assurer une bonne pénétration. Une inclinaison de la tête de soudage de 5° vers le
sens d’avance améliore le mouillage du bain et limite les cordons roulés.
Le jeu entre les tôles est nul et il ne doit pas être supérieur à 0,8 / 1 mm
La hauteur de la partie terminale du fil sorti de la tête de soudage doit être de 5 à 7 fois le
diamètre du fil
Pour un fil de Ø 3,2, il faut environ 20 / 21 mm de partie terminale.
L’interpénétration des deux cordons doit être vérifiée sur un coupon témoin de soudage.
Il est recommandé de ne pas dépasser 20 / 21 Kilojoules si vous avez des résiliences à basse
température (- 20°C ou - 40° C).
Les résiliences à basse température dépendent de la teneur en carbone du métal de base qui ne
doit pas excéder 0,15% / 0,17%
Les passes de finition peuvent être réalisées en deux cordons pour limiter l’apport de chaleur.
L’étuvage des flux agglomérés est obligatoire. Les bords à souder doivent être parfaitement
meulés.
Un préchauffage de 120° C mini est préconisé pour les épaisseurs supérieures à 30 mm en acier
carbone manganèse..
La température entre passes ne doit pas dépasser 200/250° C pour les aciers non alliés C + Mn
Toutes ces informations ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne peuvent engagées la
responsabilité du site et de son auteur.
Ces informations ne peuvent constituées qu’une base théorique à affiner pour chaque cas de
soudage rencontré.

17 - La préparation de joint en bout à bout avec chanfrein tulipe.

Pour les épaisseurs très fortes, il est possible d’opter pour des chanfreins en double tulipe.
Ø fil Intensité Tension Vitesse de
Type de joint Nombre de passes
d’apport Ampères Volts soudage
12

600 - 650 28 - 30
1 passe endroit 40 - 45 cm/min
700 - 780 33 - 36
Ø 4,0 Remplissage endroit 35 - 40 cm/min
600 - 650 28 - 30
mm 1 passe envers 40 - 45 cm/min
700 - 780 33 - 36
Remplissage envers 35 - 40 cm/min

Les paramètres de tension et de vitesse d’avance des premières passes doivent être relativement
faibles pour assurer une bonne pénétration. Une inclinaison de la tête de soudage de 5° vers le
sens d’avance améliore le mouillage du bain et limite les cordons roulés.
Le jeu entre les tôles est nul et il ne doit pas être supérieur à 0,8 / 1 mm
La hauteur de la partie terminale du fil sorti de la tête de soudage doit être de 5 à 7 fois le
diamètre du fil
Pour un fil de Ø 3,2, il faut environ 20 / 21 mm de partie terminale.
L’interpénétration des deux cordons doit être vérifiée sur un coupon témoin de soudage.
Il est recommandé de ne pas dépasser 20 / 21 Kilojoules si vous avez des résiliences à basse
température (- 20°C ou - 40° C).
Les résiliences à basse température dépendent de la teneur en carbone du métal de base qui ne
doit pas excéder 0,15% / 0,17%
Les passes de finition peuvent être réalisées en deux cordons pour limiter l’apport de chaleur.
L’étuvage des flux agglomérés est obligatoire. Les bords à souder doivent être parfaitement
meulés.
La température entre passes ne doit pas dépasser 200/250° C pour les aciers non alliés C + Mn
Toutes ces informations ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne peuvent engagées la
responsabilité du site et de son auteur.
Ces informations ne peuvent constituées qu’une base théorique à affiner pour chaque cas de
soudage rencontré.

18 - Choix du couple fil / flux solide pour assemblage bout à bout bipasse .

Applications : grosse chaudronnerie, tuyauterie, charpente métallique, chantiers navals, soudage


circulaire et longitudinal de gros réservoirs, corps de chaudière, raboutage de panneaux.

Les tableaux ci-dessous sont fournis par la société SAF-FRO / AIR LIQUIDE WELDING.

Rm >= 410 N/mm2 Rm >= 470 N/mm2 Rm >= 510 N/mm2


Mn <= 1% 1% <= Mn <= 1.3% Mn > 1.3%
AS 36/AS 231 AS 26/AS 231
0° C
AS 36/AS 450 AS 35/AS 450
AS 36/AS 450
- 20° C AS 40A/AS 462 AS 36/ AS 462
AS 36/AS 462
- 40° C AS 36/AS 462 AS 40A/AS 462 AS 40A/AS 462
- 60° C AS 42/AS 73 AS 42/AS 81
13

Les caractéristiques des fils et des flux sont données dans les tableaux en annexes : ces tableaux sont repris de la
documentation technique SAF/Air Liquid Welding.

14 - Caractéristiques mécaniques moyennes sur moule de métal déposé.

Rm Re KV (joules) Caractéristiques Détachement Aspect du Vitesse de


Couple fil/flux
MPa MPa 0°C - 20°C - 40°C Mécaniques du laitier cordon soudage
AS 35/AS 450 480 390 100 75 / Moyen Très bon Très bon Très bon
AS 36/AS 462 640 530 80 / / Moyen Très bon Très bon Très bon
AS 40A/AS
462
640 540 80 40 27 Moyen Très bon Très bon Très bon

AS 42/AS 73 700 650 / 60 50 Très bon Moyen Bon Bon


AS 42/AS 81 700 620 / 90 35 Très bon Moyen Bon Bon

15 - Choix du couple fil / flux solide pour assemblage bout à bout multipasse.

Rm <= 620 N/mm2 Rm <= 700 N/mm2


- 20° C AS 37/AS 461 AS 40/AS 461
- 40° C AS 37/AS 589** AS 40/AS 589

16 - Caractéristiques mécaniques moyennes sur moule de métal déposé.

Rm Re KV (joules) Caractéristiques Détachement Aspect du Vitesse de


Couple fil/flux
MPa MPa 0°C - 20°C - 40°C Mécaniques du laitier cordon soudage
AS 37/AS 461 590 510 / 120 75 Bon Bon Bon Très bon
AS 37/AS 589 560 440 / 150 90 Bon Bon Bon Très bon
AS 40/AS 461 650 550 / 50 30 Très bon Moyen Bon Bon
AS 40/AS 589 650 590 / 70 55 Très bon Moyen Bon Bon

17 - Comment automatiser le positionnement de la tête de soudage et le


suivi de joint à souder ?

17.1 - Introduction

Ce paragraphe est un simple rappel des techniques utilisées pour assurer un positionnement
correct et automatique de la tête de soudage : les informations sont extraites des documentations
techniques et commerciales de différents matériels, de divers fabricants ou fournisseurs.
14

Le suivi de joint de soudure avec un procédé de soudage automatique peut être automatisé et est
assuré soit :
 par un palpeur avec contact direct mécanique, pneumatique ou électrique.
 à travers l’arc électrique (sans contact direct), par mesure de la tension ou du courant de
soudage.
 par des capteurs optiques et une triangulation par rayons laser
 par une caméra infrarouge et une analyse thermique

17.2 - Définition du palpeur mécanique.

Il permet à une torche de soudage de suivre une trajectoire


parallèle au joint à souder en s’appuyant sur la pièce à l’aide
d’une bille, d’un stylet ou d’une touche.
Il se présente sous la forme d’une tige métallique ( doigt de
contact ) dont l’extrémité prend appui sur le joint et glisse
sur la ou les surface(s) à souder. Le contact est assuré par un
ou deux points de palpage grâce à des galets ou roulettes.
Les informations sont transmises par des micro-contacteurs
et transformées en grandeurs électriques qui agissent sur les
deux glissières croisées et motorisées et repositionnent la
tête de soudage dans l’axe du joint.
Ce mode de palpage est principalement utilisé pour le
procédé automatique sous flux solide (ASF / SAW / 121). Il permet aussi de réguler la hauteur de
la torche de soudage. La précision de palpage est de l’ordre du millimètre. Toute variation
intempestive de la tête de soudage se visualise sur la forme du cordon de soudure.

17.3 - Critères et paramètres de choix et domaines d’utilisation.

PALPAGE HORIZONTAL (selon la documentation commerciale SAF / A.L.W.)

PALPAGE MÉCANIQUE
E>5 E>5 OUI H>5
PALPAGE PNEUMATIQUE
D>3 E>3 E>3 OUI H>5
PALPAGE ÉLECTRIQUE
D > 1,5 P>2 E > 1,5 E > 1,5 OUI H>2
15
PALPAGE VERTICAL (selon la documentation commerciale SAF / ALW)

PALPAGE MÉCANIQUE
OUI OUI OUI OUI OUI OUI
PALPAGE PNEUMATIQUE
OUI OUI OUI OUI OUI OUI
PALPAGE ÉLECTRIQUE
OUI OUI OUI OUI OUI OUI

17.4 - Définition du suivi de joint à travers l’arc électrique.

Le suivi de joint à souder est réalisé à travers


l’arc électrique, par asservissement électronique
et mesure électrique des valeurs de tension pour
les procédés de soudage qui utilisent des
générateurs à caractéristiques horizontales et par
mesure des courants de soudage pour les
générateurs de soudage à caractéristiques
plongeantes. L’intérêt de cette technique réside
principalement dans le fait qu’aucun palpeur
n’est utilisé dans la zone adjacente de la torche.
Cette technique de guidage peut être appliquée à
tous les procédés de soudage à l’arc sous
protection gazeuse mais son domaine privilégié
est le MIG / MAG / GMAW / 135 / 131.
Ce suivi de joint convient au soudage bout à bout
avec chanfrein, soudage d’angle et par recouvrement. Ce système ne convient pas lors du
soudage de fines épaisseurs.

17.5 - Définition du suivi de joint par caméra laser.

Le suivi de joint de soudage est réalisé à travers des capteurs


optiques, par triangulation de rayons laser, permettant de
modifier en temps réel la trajectoire afin de maintenir la
torche centrée sur le joint. C’est le système de guidage et de
positionnement le plus sophistiqué et élaboré techniquement.
Il y a reconnaissance de la forme qui fournit toutes les
caractéristiques géométriques du joint. Le capteur laser est
utilisé pour la mesure optique tridimensionnelle de la forme
du joint. La mesure est généralement réalisée devant la torche
16
de soudage soit par l’intermédiaire d’un rayon laser qui oscille perpendiculairement au joint à
souder ou par deux émetteurs lasers.

17.6 - Exemple de suivi de joint envoyé par un lecteur.

La photographie ci-contre à droite


(prise par le dessous) montre une tête
de soudage PLASMA / TIG montée
sur une potence pour le soudage en
automatique.
Cette tête de soudage est équipée
d’une caméra pour la visualisation du
suivi de joint. Un moniteur de contrôle
affiche l’image du joint au poste de
commande. Le moniteur de contrôle
visualise la position de la tête par
rapport au joint à souder.

17.7 - Comment automatiser un procédé de soudage ?

17.7.1 - Chariot motorisé.

L’utilisation d'un chariot motorisé ou chariot automoteur


permet d’automatiser beaucoup de procédés de soudage
comme le TIG/GTAW, le MIG/MAG/GMAW, le
PLASMA/PAW et l'ARC SOUS FLUX SOLIDE/SAW.
La tête de soudage est positionnée et fixée sur le chariot qui
assure son déplacement le long du joint à réaliser sur la tôle,
17
sur un rail ou le long d'une poutre rigide et fixe.
On rencontre des chariots dits " légers " qui permettent de supporter des torches TIG ou MIG /
MAG, le dévidoir de fil f'apport reste alors sur un poste fixe ou sur un accessoire annexe. Les
chariots les plus lourds supportent jusqu’à 100 kilogrammes de charge et peuvent embarquer la
tête de soudage, la bobine de fil d'apport et pour le procédé A.S.F., la trémie à flux en poudre,
voir même le dispositif d'aspiration du surplus de flux.

Le chariot motorisé ou automoteur est caractérisé par :

 Son système de réglage.


 Son système de guidage
 Sa ou ses positions d’utilisation.
 Son poids.
 Son encombrement.
 Son type de motorisation
 Sa facilité d'adaptabilité
 Son entretien
 Son système de fixation sur paroi verticale

La motorisation du chariot est caractérisée par :

 Son alimentation électrique.


 Sa puissance absorbée
 Sa gamme de vitesse d'avance.
 Sa précision de vitesse.
 Son poids.

Le guidage de la tête de soudage sur le chariot est réalisé par :

 Une roulette de palpage caractérisée par :


- Son mode de contact
- Sa forme

 Un rail caractérisé par :


- Sa longueur
- Sa forme
- Son mode de fixation (vissage, ventouses, aimants, ressorts)

 Une poutre caractérisée par :


- Sa longueur
- Sa section
- Sa forme
- Sa rigidité
- Son mode de fixation (pieds, support, etc.)
18

Le guidage de la tête de soudage sur le chariot est


réalisé par :

 Une glissière de réglage caractérisée par :


- Son mode de déplacement
- Sa précision
- Sa forme

17.7.2 - Positionneur, vireur et table tournante

En fonction des formes, poids et dimensions des pièces à souder, divers appareils peuvent être
nécessaires pour réaliser les assemblages dans la position de soudage la plus favorable.

Les positionneurs qui permettent d'effectuer des soudures circulaires.


La table sur laquelle se fixe la pièce à souder peut être inclinée et mise
en rotation à la vitesse de soudage. Les positionneurs permettent
d’obtenir une disposition de soudage favorable et un volume de travail
optimal. Ils doivent être capables de supporter les pièces à souder et
les montages de soudage. Ils doivent être rigides et précis.

Ils se composent d’un bâti fixe supportant une table inclinable et


tournante.

La combinaison de mouvement permet de donner aux pièces à souder une orientation


quelconque.

Ce dispositif permet de choisir la position de soudage la plus favorable ( en gouttière ou à plat


par exemple ).

Un positionneur est caractérisé par :

 Son couple de rotation et de basculement.


 Sa morphologie : table tournante, deux axes, etc. ….
 Sa capacité de levage.
 Sa précision de réglage

Les vireurs qui ont pour principale fonction de mettre en


rotation des pièces de forme cylindrique. Un ensemble vireur
se compose d'au moins deux traverses équipées chacune de
deux galets. L’écartement des galets se fait manuellement,
soit par pas fixes soit par vis à pas contraires.
 Ils permettent de mettre en rotation des pièces
cylindriques de diamètres et de longueurs variés
 Ils sont composés d’une traverse motorisée dont les
galets d’entraînement permettent de mettre en rotation
les pièces à souder.
19
Une ou plusieurs traverses équipées de galets fous complètent l’installation.

Les tables tournantes (exemple : poupée Top de la SAF) ont pour


fonction de mettre en rotation des pièces de forme cylindrique.
 Les tables tournantes sont constituées généralement d’un
plateau circulaire
 Elles permettent de mettre en rotation les pièces à souder.

L’axe des pièces à souder peut être dans la position horizontale ou


verticale.

17.7.3 - Banc de soudage.

Le banc de soudage permet de réaliser à plat les raboutages


de tôles ou le soudage en longitudinal (intérieur ou
extérieur) suivant une génératrice de virole. La tête de
soudage montée soit sur un chariot, soit sur un bâti fixe et
rigide permet le raboutage d'éléments fixes. Certains bâtis
comportent un chemin de roulement et permettent de
souder des pièces immobiles comme la photo ci-contre.

17.7.4 - Potence de soudage.

La potence de soudage permet de positionner et de déplacer la


tête dans différentes directions et différents niveaux. La potence
peut être fixée au sol ou être mobile sur des rails. Elle permet de
placer la tête au dessus de la pièce à souder qui se déplace, ou
bien de mouvoir la tête au dessus de la pièce à souder qui reste
fixe. La potence est souvent utilisée conjointement avec un
positionneur ou avec des vireurs.

17.7.5 - Robot de soudage.

Le robot de soudage permet de positionner et de déplacer la tête dans


plusieurs axes de rotation, différentes directions et différents
niveaux. Les robots de soudage sont généralement constitués de trois
parties : le corps, le bras et le poignet. Le robot de soudage est fixé
au sol ou bien est mobile sur des poutres. Le robot permet de placer
la tête au dessus de la pièce à souder qui se déplace, ou bien de
mouvoir la tête au dessus de la pièce à souder qui reste fixe. Le robot
de soudage est souvent utilisée conjointement avec un positionneur.

Un robot de soudage est caractérisé par :


20
 Le mode de commande.
 Les caractéristiques de fonctionnement (charge utile, précision, courses, nombre d'axes)
 La conception mécanique (architecture et technologie d'actionnement).
 Sa capacité de levage.
 Sa facilité et précision de réglage

Le robot de soudage dit "cartésien" : ce robot offre trois axes de mouvement. deux
horizontales et une verticale.
Le robot de soudage dit "cylindrique" : les axes du bras de ce robot se déplacent suivant un
système de coordonnées cylindriques, deux translations ( verticale et / ou horizontal ) et une
rotation.
Le robot de soudage dit "polaire" : les axes du bras de ce robot se déplacent suivant un
système de coordonnées polaires, deux rotations et une
translation.
Le robot de soudage dit "rotoïde" : la structure
mécanique du bras de ces robots comprend trois
articulations ( trois rotations ; coordonnées rotoïdes ). Le
degré de liberté est déterminé par le nombre d’axes qui
caractérise l’aptitude du robot à effectuer une opération
sachant que pour définir la position et l’orientation de la
torche de soudage, six coordonnées indépendantes sont
souvent nécessaires.
Toutefois, le nombre d’axes peut varier en fonction des
associations qui peuvent être faites ( addition de vireur,
association d’un robot rotoïde avec un système de
coordonnées cartésiennes, etc. ).

Bibliographie : site internet www.soudeur.com


o Principes et préparations du soudage sous flux en poudre 121
o Le soudage sous flux en poudre avec fil électrode (121)
o Comment automatiser le suivi de joint à souder ?
o Souder une tôle en angle PA de 10 mm en 121 / SAW / ASF
21
Avec leur aimable autorisation.
22

6204 6206
FLUX FONDUS FLUX FONDUS
Flux fondu pour soudage bipasse Flux fondu pour soudage
des aciers résilients bipasse
AS 73 à plusieurs électrodes et à
CARACTÉRISTIQUES
• Flux recommandé pour le soudage bipasse avec grande vitesse
retournement et monofil ou multi-électrode (2 à 4)
avec des résiliences garanties jusqu’à - 80 °C en fonction AS 81
de l’analyse chimique des tôles, de l’énergie CARACTÉRISTIQUES
de soudage et des fils utilisés. • Niveau élevé des résiliences pour des températures
• Le couple AS 42/AS 73 dépose un acier faiblement allié inférieures ou égales à - 40 °C.
ou titane-bore (couple breveté). • Garantie d’un niveau de qualité des soudures indépendant
PRINCIPALES APPLICATIONS des éléments d’addition des aciers.
• Tubistes. • Utilisation en mono ou multifil, pour des soudures
• Poteaux électriques. monopasse, bipasse ou multipasse.
NORMALISATION PRINCIPALES APPLICATIONS
EN 760 SF ZS 1 58 AC • Large gamme d’acier : des aciers ordinaires aux
EN 756 S 42 2 Z1 S 2 (AS 35)
S 46 2 Z1 S 2 Mo (AS 40A) faiblement alliés.
S 50 4 Z1 S 2 Mo (AS 42) • Grosse et moyenne chaudronnerie, tubistes, charpentes
S 5T 4 Z1 S 2 Mo (AS 42) métalliques.
ASME (AWS) SFA 5.17 F 7 - A2 - EM 12 K (AS 35)
SFA 5.23 F 8 - A4 E EA2 A2 (AS 42)
• Chantiers navals.
DIN 32522 FXX1 58 AC 11 m NORMALISATION
DIN 8557 UP Y 38 55 S 2 FZS1 58 EN 760 S F CS1 64 AC
UP Y 50 54 S 2 Mo FZS1 58 EN 756 S 42 5 CS1 S 4 (AS 36)
AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page S 46 4 CS1 S 2 Mo (AS 40 A)
S 4T 4 CS1 S 2 Mo (AS 40 A)
1400 et suivantes) S 50 4 CS1 S 4 Mo (AS 40)
T.Ü.V. S 5T 4 CS1 S 4 Mo (AS 40)
AS 42 / AS 73 _ S 50 4 CS1 S 2 Mo (AS 42)
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES ASME (AWS) SFA 5.17 F 7 - A6 - EH 14 (AS 36)
Avec fil AS 35 AS 40A AS 42 SFA 5.23 F 8 A6 E EA3 A2 (AS 40)
Traitement thermique Brut Brut 620 °C/1 h Brut 620 °C/1h DIN 32522 FC S 1 64 AC 14 S Km
Rm MPa 510 645 625 700 760 DIN 8557 UP Y 42 55 S 4 FCS2 64
Re MPa 445 580 560 650 700 UP Y 55 55 S 4 Mo FMC2 64
A 5d % 31 22 24 20 19 CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES (EN 756)
Z % 71.8 61.7 - 60.3 - Avec fil AS 36 AS 40A AS 40A AS 42 AS 61 AS 126
KV à 0 °C J - 65 50 80 65 Traitement thermique Brut 620 °C/2 h Brut Brut 620 °C/2h Brut 620 °C/2h
KV à -20 °C J 100 55 40 75 40 Brut Brut 640 °C/2h
KV à -40 °C J 58 45 - 58 27 Rm MPa 540 520 590 660 630 690 670 665 - 680
KV à -55 °C J - - - 45 - Re MPa 450 420 500 590 570 620 590 590 - 615
KV à -60 °C J 35 - - - - A 5d % 29 31 27 25 25 22 24 23 - 21
ANALYSE CHIMIQUE TYPE (métal hors dilution EN Z % 70 73 70 68 70 60 67 60 - 65
756) KV à -20 °C J 130 - 120 90 70 70 - 110 70 45
AS 35 AS 40A AS 42 KV à -40 °C J 80 130 80 60 40 65 80 60 40 20
Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé KV à -60 °C J 40 70 20 40 - 30 30 50 - -
C 0.10 0.06 0.10 0.06 0.10 0.06 ANALYSE CHIMIQUE TYPE
Mn 0.5 1.2= 1.0 1.5 1.1 1.7 AS 36 AS 40A AS 40 AS 42 AS 61 AS 126
Si 0.10 0.15 0.05 0.15 0.35 0.40 % Fil Dépôt Fil Dépôt Fil Dépôt Fil Dépôt Fil Dépôt Fil Dépôt
Mo - - 0.5 0.45 0.5 0.5 C 0.12 0.07 0.10 0.07 0.12 0.07 0.10 0.07 0.10 0.06 0.10 0.06
CONDITIONS D’EMPLOI Si 0.05 0.25 0.05 0.25 0.25 0.25 0.35 0.50 0.05 0.25 0.10 0.25
C.C. ou C.A. jusqu’à 1100 A par fil. Mn 2.00 1.35 1.00 0.80 2.00 1.35 1.1 0.90 2.0 1.25 1.00 0.80
Mo - - 0.5 0.40 0.5 0.45 0.5 0.45 0.5 0.45 0.5 0.45
FILS A ASSOCIER Cr - - - - - - - - - - 1.5 1.1
AS 40A (1 % Mn et 0.5 Mo), AS 35 (1 % Mn), AS 42 (1.2 Ni - - - - - - - - 0.5 0.45 - -
% Mn, 0.5 % Mo, 0.25 % Ti). CONDITIONS D’EMPLOI
CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE C.C. ou C.A. jusqu’à 1400 A par fil.
Flux Poids (kg) Référence FILS A ASSOCIER
AS 73 sac 25 1096-0271
Toutes les nuances (AS 36 - AS 40 - AS 42 - AS 61 - AS
126 ...).
CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
Flux Poids (kg) Référence
AS 81 sac 25 1096-1104
23
24
6301
FLUX AGGLOMÉRÉS 6302
Flux aggloméré d'applications FLUX AGGLOMÉRÉS
générales Flux aggloméré d’applications
et soudage bipasse générales
AS 231 - AS 231 M et soudage bipasse
CARACTÉRISTIQUES
• Très bon comportement à grande vitesse (~ 2 m/min),
AS 450 - AS 450 LPG
notamment en bifils fins.
CARACTÉRISTIQUES
• Très bon comportement en angle, notamment en bifils
• Le laitier est autodétachable, même en fond de chanfrein
fins.
(AS 231 M).
• Le laitier est autodétachable, même en fond de chanfrein.
• Soudage de tubes en 2 passes avec retournement à une ou
• Soudage de tôles ou tubes en 2 passes avec retournement.
plusieurs électrodes.
• Soudage à grande vitesse avec le flux AS 450 LPG (fine
• Indice de basicité : 0.75 selon Boniszewski.
granulométrie).
PRINCIPALES APPLICATIONS • Indice de basicité : 1.1 selon Boniszewski.
• Petite chaudronnerie.
• Tuberie spirale.
PRINCIPALES APPLICATIONS
• Petite chaudronnerie.
• Bouteilles à gaz (butane - propane).
• Tuberie spirale
• Charpente métallique.
• Bouteilles à gaz (butane - propane) avec le flux AS 450
• Chantiers navals.
LPG.
NORMALISATION • Charpente métallique.
EN 760 S A AR1 78 AC H5 2-16
EN 756 S 3T 0 AR1 S 1 (AS 26) • Chantiers navals.
S 3T 0 AR1 S 2 (AS 35) NORMALISATION
S 4T 2 AR1 S2 Mo (AS 40A) EN 760 SA AB1 76 AC H5 2-16 (AS 450)
ASME (AWS) SFA 5.17 F 7 - A0 - EL 12 (AS 26) SA AB1 76 AC H5 2-12 (AS 450 LPG)
F 7 - A0 - EM 12 K (AS 35) EN 756 S 42 2 AB1 S 2 (AS 35)
DIN 32522 B AR 1 78 AC 12 kms S 3T 2 AB1 S 2 (AS 35)
DIN 8557 UP Y 46 31 S 1 BAR1 88 ASME (AWS) SFA 5.17 F 7 - A0 - EM 12K (AS 35)
UP Y 46 32 S 2 BAR1 78 F 7 - A0 - EL 12 (AS 26)
UP Y 50 32 S 2 Mo BAR1 78 DIN 32522 AB1 76 AC 10 KmS
AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page
1400 et suivantes) 1400 et suivantes)
D.N.V. L.R.S. B.V. C.L. A.B.S. T.Ü.V Avec fil A.B.S. B.V. D.N.V. L.R.S. C.L.
AS 26 / AS 231 M ■ ■ ■ ■ ■ - AS 35 _ _ _ _ _
AS 35 / AS 231 - - - - - ■
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES (EN 756)
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES (EN 756) Avec fil AS 35 AS 70S AS 26
Avec fil AS 26 AS 35 AS 40A Rm MPa 480 530 450
Rm MPa 540 560 590 Re MPa 390 440 360
Re MPa 400 440 480 A 5d % 26 26 25
A 5d % 25 24 23 KV à 0 °C J 100 70 70
Z % 60 60 - KV à -20 °C J 75 40 50
KV à 0 °C J 40 50 60
KV à -20 °C J 28 30 35 ANALYSE CHIMIQUE TYPE
AS 35 AS 70S AS 26
ANALYSE CHIMIQUE TYPE Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé
AS 26 AS 35 AS 40A C 0.10 0.05 0.06 0.05 0.10 0.05
Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé Mn 1.0 1.2 1.15 1.45 0.5 0.8
C 0.10 0.05 0.10 0.05 0.10 0.06 Si 0.10 0.36 0.65 0.7 0.05 0.20
Mn 0.5 1.1 1.0 1.5 1.0 1.5
Si 0.05 0.6 0.10 0.55 0.05 0.55 CONDITIONS D’EMPLOI
Mo - - - - 0.5 0.45 C.C. ou C.A. jusqu’à 1000 A.
CONDITIONS D’EMPLOI FILS A ASSOCIER
C.C. ou C.A. jusqu’à 1200 A par fil. AS 35.
FILS A ASSOCIER AS 70S pour souder sur tôles calaminées.
AS 26 - 0.5 % Mn. CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
AS 35 - 1 % Mn. Flux Poids (kg) Référence
AS 450 sac 25 1096-1321
AS 40A - 1 % Mn, 0.5 % Mo. AS 450 LPG sac 25 1096-1339
CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
Flux Poids (kg) Référence
AS 231 sac 25 1096-1323
AS 231 M sac 25 1096-1332
25
6303 Flux aggloméré
FLUX AGGLOMÉRÉS AS 462
Flux aggloméré pour soudage CARACTÉRISTIQUES
• Flux alumino-basique.
bipasse • Soudage en angle et en raboutage de tôles de fine et
moyenne épaisseur avec résilience à - 20 °C et
et multipasse dans certains cas à - 40 °C.
• Recommandé pour le soudage à grande vitesse en arc
AS 461 jumelé et multi-électrode.
CARACTÉRISTIQUES • Indice de basicité : 1.33 selon Boniszewski.
• Ce flux est particulièrement recommandé pour le soudage PRINCIPALES APPLICATIONS
multipasse ou bipasse de joints pour lesquels • Chaudronnerie.
on exige de bonnes résiliences à basse température : - 20 • Tuberie.
°C, voire - 40 °C en multipasse, - 40 °C, voire - 60 °C • Construction navale.
en bipasse et en fonction du fil électrode choisi. • Mécano-soudure.
• Très bon comportement pour des vitesses de soudage NORMALISATION
assez élevées (0,8 m/min) et très bonne tenue en angle. EN 760 S A AB1 66 AC H5 2-16
• Recommandé en arc jumelé. EN 756 S 35 0 AB1 S 1 (AS 26)
• Utilisable en rechargement. S 42 2 AB1 S 2 (AS 35)
S 50 4 AB1 S 4 (AS 36)
• Indice de basicité : 1.33 selon Boniszewski. S 4T 4 AB1 S 2 Mo (AS 40A)
PRINCIPALES APPLICATIONS ASME (AWS) SFA 5.17 F 6 - A2 - EL 12 (AS 26)
• Chaudronnerie. F 7 - A2 - EM 12 K (AS 35)
F 7 - A4 - EH 14 (AS 36)
• Tuberie. ASME (AWS) SFA 5.23 F 8 - A4 - E EA2 A2 (AS 40A)
• Chantiers navals. DIN 32522 B AB1 66 AC 10
NORMALISATION DIN 8557 UP Y 35 43 S 1 BAB1 69
EN 760 S A AB1 78 AC H5 2-16 UP Y 50 52 S 2 Mo BAB 1 66
EN 756 S 35 2 AB1 S 1 UP Y 50 54 S 4 BAB1 82
S 42 4 AB1 S 2 UP Y 42 52 S 2 BAB1 66
S 46 4 AB1 S 3 Si AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page
S 5T 2 AB 1 S 2 Mo 1400 et suivantes)
ASME (AWS) SFA 5.17 F 6 - A2 - EL 12 B.V. D.N.V. L.R.S. C.L. T.Ü.V.
F 7 - A4 - EM 12 AS 35 / AS 462 _ _ _ _ _
F 7 - A6 - EH 14
ASME (AWS) SF4 5.23 F 8 - A4 - E EA2 A2
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES (NF EN
DIN 32522 B AB1 78 AC 10 756)
DIN 8557 UP Y 35 53 S 1 BAB 1 89 AS 26 AS 35 AS 36 AS 40A
UP Y 38 55 S 2 BAB1 78 Avec fil 0.5 % Mn 1 % Mn 2 % Mn 1 % Mn 0.5 % Mo
UP Y 46 55 S 3 BAB 1 76 Traitement thermique Sans Sans Sans Sans
Rm MPa 470 550 640 640
AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page Re MPa 380 470 530 540
1400 et suivantes) A 5d % 25 25 28 24
A.B.S. B.V. D.N.V. L.R.S. T.Ü.V. C.L. Z % 73 72 63 63
AS 35 / AS 461 - ■ ■ ■ ■ ■ KV à 0 °C J 110 110 80 80
AS 37 / AS 461 - - - - ■ - KV à -20 °C J 60 90 75 40
AS 40A / AS 461 ■ ■ ■ ■ - - KV à -40 °C J - 30 45 27
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES (NF EN ANALYSE CHIMIQUE TYPE
756) AS 26 AS 35 AS 36 AS 40A
AS 35 AS 37 AS 36 AS 40A AS 26 Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé
With wire 1 % Mn 1.5 % Mn 2 % Mn 1 % Mn 0.5 % Mo 0,5 % Mn C 0.10 0.03 0.10 0.045 0.12 0.045 0.10 0.05
traitement thermique Sans 580 °C/1h Sans 580 °C/1h Sans 580 °C/1h Sans Mn 0.5 1.05 1.0 1.3 2.0 2.0 1.0 1.3
580 °C/1h Sans 580 °C/1h Si 0.05 0.35 0.1 0.3 0.05 0.3 0.05 0.3
Rm MPa 540 520 590 520 610 560 650 600 500 480 Mo - - - - - - 0.5 0.45
Re MPa 440 420 510 450 520 470 550 520 380 350 CONDITIONS D’EMPLOI
A 5d % 26 27 29 29 24 26 23 22 27 28
Z % 60 65 65 70 57 62 51 59 62 65 C.C. ou C.A. jusqu’à 1000 A à un fil et 1500 A à deux fils.
KV à 0 °C J - - - - 110 110 - 40 - - FILS A ASSOCIER
KV à -20 °C J 110 90 120 100 75 90 50 35 100 80 Fils à 0,5 % Mn et 1 % Mn non ou faiblement alliés en
KV à -40 °C J 50 - 75 65 60 65 30 - 50 -
multipasse.
ANALYSE CHIMIQUE TYPE
AS 37 AS 35 AS 36 AS 40A AS 26
Fils à 1 % et 2 % Mn non alliés ou faiblement alliés (Mo)
Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil Métal déposé Fil en bipasse.
Métal déposé CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
C 0.10 0.04 0.10 0.05 0.12 0.05 0.10 0.06 0.10 0.05 Flux Poids (kg) Référence
Mn 1.5 1.7 1.0 1.5 2.0 2.10 1.0 1.20 0.5 1.1 AS 462 sac 25 1096-1320
Si 0.15 0.6 0.05 0.5 0.05 0.4 0.05 0.3 0.05 0.3
Mo - - - - - - 0.5 0.40 - -
CONDITIONS D’EMPLOI
C.C. ou C.A. jusqu’à 1000 A à un fil et 1500 A à deux fils.
FILS A ASSOCIER
• Fils à 1.5 % Mn non ou faiblement alliés en multipasse.
• Fils à 2 % Mn non alliés ou faiblement alliés (Mo) en
bipasse.
CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
Flux Poids (kg) Référence
AS 461 sac 25 1096-1327

6304
FLUX AGGLOMÉRÉS
26

6306
FLUX AGGLOMÉRÉS
Flux aggloméré basique à
caractère neutre
pour soudage des aciers
résilients
AS 589
CARACTÉRISTIQUES
• Ce flux est particulièrement recommandé pour le soudage
multipasse de joints pour lesquels on exige
de bonnes résiliences à des températures inférieures ou
égales à - 40 °C.
• Rechargement.
• Indice de basicité : 2.9 selon Boniszewski.
PRINCIPALES APPLICATIONS
• Grosse chaudronnerie (ex. nucléaire).
• Tubistes (ex. off-shore).
• Essai COD.
NORMALISATION
EN 760 S A FB1 55 AC H5
EN 756 S 42 6 FB1 S3 Si (AS37)
S 46 7 FB1 S2 Ni2 (AS 64)
S 52 4 FB1 S2 Mo (AS 40A)
S 50 4 FB1 S 2 1.25CR 0.5Mo (AS 126)
ASME (AWS) SFA 5.17 F 7A5 EH12K (AS37)
ASME (AWS) SFA 5.23 E EH12K
F 8 - A4 - E EA2 A2 (AS 40A)
F 8 - A 10 - E ENi 2 Ni 2 (AS 64)
F 8 - P8 - E EB2 B2 (AS 126)
DIN 32522 B FB1 55 AC 10
DIN 8557 UP Y 42 55 S3 BFB1 64
UP Y 50 55 S2 Mo BFB1 64
AGRÉMENTS / HOMOLOGATIONS (Voir page
1400 et suivantes)
T.Ü.V.
AS 37 / AS 589 _
CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES
AS 37 AS 40A AS 64 AS 126
Avec fil 1.5 % Mn 1 % Mn - 0.5 % Mo 1% Mn - 2% Mo 1.25% Cr -
0.5% Mo
Traitement thermique Sans 580 °C/5h Sans 620 °C/1h Sans 580 °C/10h Sans
620 °C/2h
Rm MPa 560 510 650 610 510 550 650 650
Re MPa 440 400 590 550 400 440 400 590
A 5d % 28 30 23 28 30 22 24 21
Z % 62 64 62 64 61 67 67 -
KV à -20 °C J - - 70 - - - 50 55
KV à -40 °C J 150 90 55 45 180 110 - -
KV à -60 °C J 90 70 27 - 130 90 - -
KV à -80 °C J - - - - 90 45 - -
ANALYSE CHIMIQUE TYPE (du métal hors dilution
NFA 81-322 et 81-323)
AS 37 AS 40 A AS 64 AS 126
fil Métal déposé fil Métal déposé fil Métal déposé fil Métal déposé
C 0.12 0.07 0.12 0.07 0.10 0.07 0.10 0.06
Mn 1.7 1.4 1.00 0.9 1.0 0.90 1.0 0.9
Si 0.3 0.3 0.07 0.2 0.15 0.25 0.1 0.2
Mo - - 0.50 0.45 - - 0.5 0.45
Ni - - - - 2.00 1.75 - -
Cr - - - - - - 1.5 1.1
CONDITIONS D’EMPLOI
C.C. ou C.A. jusqu’à 1000 A à un fil et 1500 A à deux fils.
FILS A ASSOCIER
Fils non ou faiblement alliés (AS 126 - AS 37 - AS 40A -
AS 64)
CONDITIONNEMENT / RÉFÉRENCE
Flux Poids (kg) Référence
AS 589 sac 25 1096-1325