Vous êtes sur la page 1sur 27

UNIVERSITE D’ALGER /FACULTE DE MEDECINE «

ZIANIA » /
DEPARTEMENT DE pharmacie

MODULE D’EPIDEMIOLOGIE

5ème ANNEE PHARMACIE


Année universitaire: 2018-2019

Cours rédigé et présenté par Dr BENELFEKIR.H


Maitre assistante en épidémiologie et médecine
préventive/CHU Hussein Dey
1. Enumérer les éléments constituant la chaîne de
transmission d’une maladie transmissible
2. Déterminer les éléments permettant de poser le
diagnostic positif d’une maladie transmissible
3. Déterminer les indices épidémiologiques d’une
maladie transmissible
4. Citer les caractéristiques épidémiologiques d’un
phénomène de santé donné
5. Identifier les modes d’expression
épidémiologique des maladies infectieuses
6. Connaître les actions de prévention d’une
maladie transmissible
I. Introduction
II. Epidémiologie analytique
2-1. chaine de transmission
2-1.Diagnostic positif
III. Epidémiologie synthétique
3-1. Indices épidémiologiques
3-2. Distribution: les caractéristiques de personnes,
de lieu et de temps
3-3.Mode d’expression épidémiologique
IV. Prophylaxie
4-1. Actions au niveau du réservoir
4-2. Actions au niveau de la transmission
4-3. Actions au niveau de l’hôte réceptif
V. Conclusion
 Les maladies transmissibles, bien qu’en
voie d’extinction dans les pays développés,
posent un problème de santé publique dont
l’importance est reconnue depuis
longtemps.
 Dans notre pays, elles constituent la
première cause de morbidité.
 Depuis la découverte de pasteur, le mode
d’expression des MT est un «modèle» pour
l’élaboration des programmes de santé
publique
 En réalité, de nos jours, le problème des maladies
transmissibles se heurte à des difficultés nouvelles:
- l’insuffisance des moyens de lutte dans les pays en
voie de développement;
- les germes connus acquièrent une résistance de plus
en plus importante aux antibiotiques;
- l’apparition de nouveaux germes (légionellose,
SRAS, grippe aviaire, grippe H1N1, maladies
hémorragiques « v. Ebola », ……);
- L’acquisition des germes banaux, considérés
saprophytes, d’une virulence dans certains
conditions (infections nosocomiales ou hospitaliers).
 Les MT font l’objet de déclaration obligatoire
CATÉGORIE1: MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE SOUS 22. Autres méningites (à préciser)
SURVEILLANCE NATIONALE 23. Paludisme
1. Bilharziose 24. Paralysie Flasque Aigue (PFA)

2. Botulisme 25. Peste


26. Rage
3. Brucellose
27. Rickettsioses ( fièvre boutonneuse méditerranéenne)
4. Charbon 28. Rougeole
5. Coqueluche 29. Rubéole

6. Diphtérie 30. Syphilis


31. Tétanos néonatal
7. Dysenterie amibienne et bacillaire
32. Tétanos non néonatal
8. Fièvre typhoïde et paratyphoïde
33. Toxi-infections alimentaires collectives
9. Hépatite virale A 34. Trachome
10. Hépatite virale B 35. Tuberculose pulmonaire

11. Hépatite virale C 36. Tuberculose extra pulmonaire


37. Typhus exanthématique
12. Infection à VIH/SIDA symptomatique et
asymptomatique 38. Uréthrites gonococcique et non gonococcique

13. Kyste hydatique CATÉGORIE2: MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE SOUS


SURVEILLANCE INTERNATIONALE
14. Légionellose 1. Chikungunya
15. Leishmaniose viscérale 2. Choléra

16. Leishmaniose cutanée 3. Dengue


4. Fièvres hémorragiques
17. Lèpre
5. Fièvre de la vallée du Rift
18. Leptospirose
6. Fièvre du West Nile
19. Méningite s à méningocoque 7. Grippe humaine causée par un nouveau sous type
20. Méningites à pneumocoque 8. Syndrome respiratoire aigue sévère (SRAS)

21. Méningites à haemophilus influenzae 9. variole


2-1. Chaîne de transmission:
 Les éléments composants la chaine de transmission
d’une MT sont les suivants:

2-1-1. L’agent pathogène: se caractérise par:


- Son pouvoir pathogène: est l’aptitude du germe de
provoquer une maladie chez l’hôte.
- Sa virulence: est l’aptitude d’un germe à triompher
des moyens de défense de l’organisme (dose
infectante, quantité de toxine, etc.).
- son pouvoir immunogène: est l’aptitude de
déclencher chez l’hôte une immunité acquise
spécifique.
2-1-2. Le réservoir de germes: est le milieu dans lequel le germe
peut survivre indéfiniment et se multiplier, représenté par :
- l’Homme: malade, porteur chronique, porteur sain (fièvre typhoïde,
amibiase intestinale, salmonelloses..), cadavre ( charbon, choléra)
- l’animal: représenté par les MT dites zoonoses (rage, kyste
hydatique, brucellose, leishmaniose…), les animaux domestiques
assurent le relais entre l’animal sauvage et l’Homme.
- le milieu extérieur: permettant la survie et la multiplication du
germe:
• Rôle de l’air: l’atmosphère confinée (crèches, écoles, salles de
sport, transport commun, hôpitaux..) intervient dans la contagiosité
de certaines MT (rougeole, varicelle, etc.)
• Rôle du sol: à la surface du sol, les germes sont nombreux ,
représentés par les germes sporulés « germes telluriques » (tétanos,
charbon, etc.), et les germes hospitaliers (IN).
• Rôle de l’eau: représenté par les bactéries fécaux (MTH: choléra,
amibiase, hépatite A, etc.)
2-1-3. Le mode de transmission:
 La transmission se fait par deux mécanismes:

- La transmission direct: se fait du réservoir de


germes à l’hôte réceptif (Homme: MST; animal:
rage)
- La transmission indirect: se fait par
l’intermédiaire:
• d’un véhicule: eau (choléra, fièvre typhoïde),
poussière (charbon, tétanos), objet (scarlatine)
• d’un vecteur:
 passif (rôle mécanique): mouches (salmonelloses,
trachome)
 actif (rôle biologique): anophèle femelle(paludisme)
 Les points de départ et de pénétration des germes dans
l’organisme se font par :
- La porte de sortie du germe: à partir du réservoir donc:
• fécale (choléra),
• sanguine (hépatite virale B),
• urinaire (bilharziose urogénitale),
• cutanéo-muqueuse (herpès génital)
- Les portes d’entrée du germes:
• Rhinopharyngée er respiratoire: les gouttelettes de pflügge
(angine, diphtérie)
• Digestif et intestinale: les mains sales, les aliments et boissons
souillés (fièvre typhoïde, TIAC…)
• Cutanéo-muqueuse: inoculation par l’intermédiaire d’un vecteur
(paludisme)
• Placentaire: toxoplasmose, syphilis
• Sanguine: pathologie de la seringue
2-1-4. L’hôte réceptif: il s’agit d’un organisme qui
n’est jamais entré en contact avec un germe
pathogène donné, car il possède des moyens de
défense.
- Les moyens de défense non spécifiques:
• Immunité naturelle: immunité d’espèce
• Défense tissulaire: la peau et les muqueuses
• Défense cellulaire: réaction inflammatoire et
phagocytoses
- Les moyens de défense spécifiques:
• Naturelle, après la maladie
• Artificielle:
 Active : vaccination
 Passive: sérothérapie, gammaglobuline, transplacentaire, lait
maternel
AGENT
PATHOGENE

Réservoir Hôte Réservoir


de germes réceptif de germes
Cycle parasitaire d'Echinococcus - kyste hydatique.
2-2. Diagnostic positif:

Il est clinique et biologique:


-Clinique: se caractérise par trois périodes:
• La période d’incubation
• La période de transmission
• La période de symptomatologie clinique
- Biologie: isolement du germe
(hémocultures, coprocultures des selles,
LCR, sérologies virales, etc.)
3-1.Indice épidémiologique:
- Morbidité de la maladie: Fréquence de la maladie: taux
d’incidence,..
- Mortalité de la maladie: taux de mortalité générale,
taux de létalité, taux de mortalité spécifique, etc.
3-2. Distribution de la maladie:
- Caractéristiques de personnes: âge, sexe, niveau
socio-économique et culturel
- Caractéristiques de lieu: facteurs géographiques,
terme de biotype « foyer naturel de la maladie »,
- Caractéristiques de temps: temps calendrier, temps
épidémiologique, tendances d’une maladie (horaire,
saisonnière, séculaire)
3-3. Mode d’expression épidémiologique des MT:

C’est la forme sous laquelle se manifeste une maladie


transmissible dans une collectivité humaine.
a. Les formes sporadiques: quelques cas d’une maladie sont
constatés de temps à autre, sans lien apparent entre eux.

b. L’épidémie: est un phénomène de masse, limité dans le


temps et dans l’espace. c’est l’augmentation brusque de
la fréquence d’une maladie dans une collectivité, ou dans
un groupe de population jusque là indemne de cette
maladie.
Exs: TIAC, MTH (choléra, fièvre typhoïde, hépatite etc.)
tuberculose, MCS
c. L’endémie: il s’agit d’un phénomène morbide de
masse, limité dans l’espace et illimité dans le
temps. C’est la présence de nombreux cas de
malades pendant plusieurs décennies (ou siècles)
affectant en général plusieurs générations
successives.
Ex: paludisme dans les pays intertropicales

d. La pandémie: il s’agit d’un phénomène de masse,


limité dans le temps et illimité dans l’espace. c’est
une concentration de sujets malades. La maladie se
propage dans toute la population, où plusieurs
continents et leurs populations respectives sont
atteints par le phénomène étudié.
Ex: grippe humaine type H1N1
Sous les effets conjoints des programmes nationaux et de
l’amélioration de la couverture médicale, nous assistons à partir des
années 1980 à la régression spectaculaire ou disparition de la
plupart des maladies infectieuses prévalentes au lendemain de
l’indépendance.
- Le paludisme autochtone et le typhus ont quasiment disparu.
- La tuberculose connaît une baisse de 30 % en l’espace de 20 ans
grâce au PEV.
- La plupart des maladies infectieuses de l’enfance ont sensiblement
régressé.
- Le choléra n’est plus signalé depuis 1991.
- La fièvre typhoïde connaît une baisse prononcée
- Il n’y a pas eu de déclaration de cas de polio depuis 1997.
- ces maladies se manifestent sous une forme endémo épidémique :
la typhoïde, les toxi-infections alimentaires collectives, les
méningites, la leishmaniose, la brucellose et les hépatites.
Dans toutes les MT, la prophylaxie
repose sur la rupture de la chaîne de
transmission:
 Action sur le réservoir
 Action au niveau de la transmission
 Action au niveau de la réceptivité
4-1) Prophylaxie du réservoir:
Les actions sur le réservoir humain:
• La déclaration des cas: SEMEP, DSP, INSP, MSPRH/DP
• Le dépistage actif et/ou passif: diagnostiquer les
sujets porteurs de germes et stérilisation des
porteurs de germes.
• L'isolement du malade: est obligatoire pour les maladies
contagieuses, géographique et/ou technique.
• L'éviction scolaire: par arrêté ministériel.
• Le traitement du malade: prévention secondaire de la
collectivité.
• La désinfection: locaux, objets utilisés par le malade
(linge, la literie, etc.), rejets du malade (exsudats
infectieux, excrétions intestinales, liquides de
vomissements )
Les actions sur le réservoir animal:

 En direction des animaux domestiques:


• la Vaccination,
• le contrôle alimentaire
• la surveillance des animaux domestiques.

 En direction du réservoir non contrôlé:


• l’abattage des animaux errants et
sauvages.
4-2. Prophylaxie de la transmission:
Dans les maladies à transmission directe:
• Information,
• Éducation,
• Communication (IEC)
Dans les maladies à transmission hydrique (MTH):
les actions sur l'hygiène du milieu:
• Adduction et traitement de l’eau destinée à la
consommation.
• Evacuation hygiéniques des eaux usées et des
ordures ménagères
• Surveillance des établissements à caractère
alimentaire (hygiène de locaux, contrôle du personnel).
Dans les maladies à transmission vectorielle
: les actions pour la suppression des
vecteurs
• Désinsectisation: DDT, moustiquaires
imprégnés de perméthrine
• Dératisation : abatage des rats

Dans les maladies contrôlables par la


vaccination:
• Élever le niveau de couverture vaccinale.
Dans les maladies sexuellement transmissibles
(IST): basé sur la rupture de transmission
• Confirmer par le laboratoire la maladie ;
• Pratiquer des traitements synchronisés avec les
partenaires ;
• Éducation sanitaire est le pilier de la prévention
des MST ;
• Dépistage.
Dans les infections nosocomiales:
• Surveillance
• Traitement
• Déclaration
4-3. Prophylaxie de la réceptivité:

Les mesures de prévention et


d'hygiène
 Mesures d’hygiène générales: tous les
aspects de salubrité publique,
l'enlèvement des ordures ménagères, et
l'assainissement.
 Mesures d’hygiène individuelles:
l'hygiène corporelle, l'hygiène
alimentaire.
Les mesures spécifiques: diffère
selon la maladie :
 Immunisation passive ou
séroprophylaxie (SAT, SAR) ;
 Immunisation active : vaccination
(PEV) ;
 Chimio prophylaxie: surtout pour le
paludisme et méningite cérébro-
spinale.
Malgré l’émergence des maladies chroniques
«MNT», les maladies infectieuses «MT»
demeurent la préoccupation majeure des
structures de santé de notre pays et des
organismes mondiaux de santé (OMS).
Ces affections font partie de la pratique
médicales courante.
Elles peuvent s’exprimer dans une
communité donnée ou une collectivité par
des phénomènes de santé comme le cas des
situations épidémiques.