Vous êtes sur la page 1sur 9

Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

Chapitre 6 : Essais in-situ

6.1 INTRODUCTION

6.2 ESSAIS DE PENETRATION :


6.2.1 Pénétromètre dynamique

6.2.2 Pénétromètre statique

6.3 SCISSOMETRE :

6.4 PRESSIOMETRE :

6.5 CONCLUSIONS :

Guermazi Adnen 1/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.1 Introduction
Selon le type d’ouvrage à réaliser, une étude géotechnique comporte, en
outre des essais en laboratoire, des essais réalisés sur le site qu’on appelle
essais in-situ. Ces essais vont donc nous permettre de tester le sol sur le
site sans le perturber.

Les essais in-situ peuvent être classés sous deux types :

• les essais à la rupture :

Il s’agit essentiellement des essais de pénétration.


Ils nous permettent d’aborder un calcul à la rupture de l’ouvrage.

• les essais en déformation :

Ils permettent de tester le sol, à une cote donnée, depuis l’état initial
au repos jusqu’à une valeur limite. Ils permettent donc de déterminer
une relation contrainte-déformation du sol, ce qui laisse entrevoir un
calcul en déformation des ouvrages

Du point de vue dimensionnement, ces essais vont nous permettent soit:

• de déduire des mesures effectuées les caractéristiques du sol


• établir des relations empiriques de dimensionnement

6.2 Essais de pénétration :

On distingue deux catégories d’essais :

• les pénétromètres dynamiques : qui correspond à la pénétration par


battage dans le sol de cônes ou de carottiers

• les pénétromètres statiques : qui correspond à la pénétration


continue d’un cône dans le sol.

Guermazi Adnen 2/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.2.1 Pénétromètre dynamique

a) Principe de l’essai :

1000 10000 qd (kPa)


Mouton de battage 0
de masse M

Hauteur de chute h
2

qd z (m)

b) Interprétation :

On définit la résistance dynamique unitaire du sol qd , déterminée


conventionnellement par la formule de battage des Hollandais comme :

M Mh
qd =
M +M' Se

avec M : masse du mouton (masse frappante)


h : hauteur de chute,
S : section droite de la pointe,
e : pénétration moyenne par coup,
M ' : somme des masses du terrain, des tiges, de l’enclume et de la tige-
guide (masse frappée).

c) Domaine d’utilisation

• contrôle de l’homogénéité d’un site,


• détermination des épaisseurs des différentes horizons,
• localisation des cavités, vides ou autre discontinuités,
• reconnaissance du niveau du substratum.

Guermazi Adnen 3/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.2.2 Pénétromètre statique

a) Principe de l’essai et interprétation :

On définit alors :
Q
Qc
• la résistance du cône : qc =
Ac
avec Ac : section droite du cône

Qf Qf
• le frottement unitaire : fs =
Al
avec Al : surface latérale du manchon Qc

Résistance en pointe ( Kg/cm2 ) Frottement latéral ( Kg/cm2 )

0 50 100 150 200 250 0 1 2 3 4 5


0
4 0,13
4 0,13
4 0,27
6 0,53
1 8 0,53
10 0,8
20 0,93
38 0,93
26 2,27
2 16 0,93
profondeur (m)

12 0,8
8 0,8
6 0,8
10 0,4
3 40 0,53
44 1,87
66 1,33
20 2,67
160 2,67
4 160 1,33
160 1,33
200 2,67
240 2,67
200 4
5 180 4
100 1,33
40 0,67
6 0,93
6 0,27
6 6 0,93

b) Domaine d’utilisation :

Dimensionnement des fondations superficielle et profondes

Guermazi Adnen 4/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.3 Scissomètre :
a) Principe de l’essai :

Moment appliqué
Mmax

Angle de rotation

b) Aspects théoriques

Hypothèse : on suppose que le frottement est uniforme

L’équation d’équilibre en terme de


M
moments conduit alors :
 π D3 π D 2  M1 / 2
M = M 1 + M 2 = Cu  + h 
 6 2 
π D3 1 h  h
= Cu  + 
2 3 D
M2
2M
C =
Ce qui donne : u 1 h  M1 / 2
π D3  + 
3 D
h D = 2R
Pour = 2 , élancement généralement
D
6 M
adopté, on a : Cu =
7 π D3

c) Domaine d’utilisation

L’utilisation du scissomètre est réservée aux sols cohérents dont la


cohésion non drainée ne dépasse pas 100 kPa (sols mous).

Guermazi Adnen 5/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.4 Pressiomètre :
a) Principe de l’essai

CV
eau
gaz
gaz

Forage

p Cellules de garde
Cellule de mesure

Les résultats obtenus sont reportés sur un graphique, appelé courbe


pressiométrique. Cette courbe est composée de :

• une branche de re-compression du sol jusqu’à la pression p0


• une droite correspondant au comportement pseudo élastique du sol
jusqu’à la pression pf
• une courbe ayant comme asymptote la pression limite pL
correspondant à la phase de comportement élasto-plastique du sol.

Volume
2V0

p0: pression initiale

pf : pression de fluage

Vf pl : pression limite

Ep phase plastique
V0
phase élastique

p0 pf pl Pression

Guermazi Adnen 6/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

b) Aspects théoriques

La présence des cellules de garde permet de corriger les conditions aux


limites de la cellule centrale. Ainsi, l’essai peut être vue comme étant une
expansion d’une cavité cylindrique dans un milieu infini.

Phase élastique :

Le solution du problème est


donné par : σ
 1 r02
 u= ( p − p0 ) σr
 2 G r
 r02 p0
 σ r = p0 + ( p − p0 ) 2
 r σθ
 r02
 σθ = p0 − ( p − p0 ) 2
 r
r0 r

On montre alors :
∆p
E p = 2V0 (1 + υ )
∆V

Phase plastique :

Lorsque la pression de fluage est atteinte, un anneau de sol à l’état


plastique se forme. Son diamètre augmente progressivement au fur et à
mesure que la pression augmente jusqu’à atteindre la rupture du sol. Cette
zone plastifiée joue le rôle de la sonde pour le terrain extérieur.

σ
p plastique
état élastique
pf
σr
élastique
σr pf
p
p0
état plastique
σθ σθ

r0 rf r

Guermazi Adnen 7/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

c) Interprétation

L’essai est conduit tous les mètres. Pour chaque profondeur, trois
caractéristiques du sol sont déduites de l’essai :

• le module pressiométrique Ep qui définit le comportement pseudo-


élastique du sol,
• la pression de fluage pf qui définit la limite entre la phase élastique et
la phase plastique du comportement du sol,
• la pression limite pL qui définit la résistance du sol à la rupture.

Pour chaque sondage, l’ensemble des résultats ainsi obtenu sont


reportés sur un graphique comme l’illustre la figure ci-après.

Module pressiométrique Pression limite nette


Type de sol ( Kg/cm2 ) ( Kg/cm2 )

10 100 1000 1 10 100


0
Remblai

Argile 5
sableuse
brunâtre
profondeur (m)

10

Sable
silteux 15

jaunâtre

20

d) Domaine d’utilisation

• Dimensionnement des fondations superficielles et profondes


• Dimensionnement des écrans de soutènement

Guermazi Adnen 8/9


Cours de Mécaniques des Sols Chapitre 6

6.5 Conclusions :

Le choix d’un type d’essais à réaliser dépend d’une part de la nature du


problème à résoudre et d’autre part de la nature du sol rencontré.

Problème à résoudre Type d’essais

Stabilité générale Laboratoire / pressiomètre / pénétromètre


Fondations
Tassement Pressiomètre / oedomètre

Soutènement Laboratoire

Stabilité des talus Laboratoire / scissiomètre

Guermazi Adnen 9/9